Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB011]

 

 

 

Abraham et Isaac :

Un Sacrifice Fidèle [CB011]

 

 

(Édition 3.0 20030202-20040529-20070123)

 

 

 

La décision d'Abraham de sacrifier son fils Isaac fut une progression dans sa vie qui a abouti à un des plus sincères déploiements consacrés de foi. Pour cette raison, l’histoire qui suit renferme des leçons de grande valeur pour les enfants et les adultes pareillement.

 

 

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 2003 CCG, éd. 2004, 2007 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2015)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://french.ccg.org/

 

    

 Abraham et Isaac : Un Sacrifice Fidèle [CB011]

 


Genèse 22:1-2 Après ces choses, Dieu mit Abraham à l'épreuve, et lui dit : Abraham ! Et il répondit : Me voici ! Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t-en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai. (LSG)

 

Imaginez, voulez-vous, que vous êtes un parent qui a reçu une telle demande pour être à la place d'Abraham, ou un enfant appelé par votre père pour être dans la position d'Isaac. La foi, l'empressement et le respect exigés d'un individu pour qu'il permette à son père de le sacrifier sont seulement excédés par la foi démontrée pendant le sacrifice de Christ.

 

Il est intéressant que le texte ci-dessus dise qu'Isaac était le seul fils d'Abraham, alors que la Bible nous dit qu'il y avait un autre fils, Ismaël (Genèse 16:15-16). Sa mère était Agar, la servante de Saraï. L'Éternel a dit à Abraham qu'il bénirait Ismaël, qui deviendrait le père de douze dirigeants (Genèse 17:20). Cependant, Dieu établirait une alliance éternelle avec Abraham et ce, à travers Isaac et ses descendants après lui (Genèse 17:19). Comme seul fils de Saraï, Isaac était le fils de la promesse.

 

Le sacrifice d'Isaac était un prototype du sacrifice de Christ, la différence étant que le sacrifice de Christ avait beaucoup plus de signification et de valeur. Ce qui le fait plus significatif c’est le fait que Christ s'est sciemment soumis à la volonté du Père pour être offert comme un sacrifice (Matthieu 26:39 ; Jean 6:38), tandis qu'Isaac n'a pas su qu'il devait être le sacrifice. Christ a donc donné un exemple d'humilité complète et d'altruisme grâce auquel la création entière est expiée et rachetée.

 

Dans cet exemple, Abraham est un prototype de Dieu le Père. Il a démontré un altruisme absolu dans son désir de renoncer à son fils pour le plus grand bien. Renoncer à un enfant, un enfant unique en plus de cela, serait probablement la tâche la plus difficile demandée à un parent. Pourtant, Abraham a consenti à le faire sans poser de questions. Par l'exemple d'Abraham, Dieu nous donne un aperçu de Son amour pour chacun de ceux qui constituent Sa création.

 

Cependant, à la différence de Dieu notre Père, Abraham n'était pas parfait et il n'a pas toujours eu les niveaux de foi démontrés dans cet exemple postérieur du sacrifice de son fils Isaac. Pour comprendre la progression de la foi d'Abraham, nous devons examiner des exemples précédents dans sa vie.

 

Nous devons d'abord comprendre qu'Abraham était connu comme Abram et Sara comme Saraï (Gen. 17:4-17), avant l'établissement de l'alliance entre Dieu et Abraham. C'était à ce point que Dieu a changé leurs noms pour refléter la bénédiction qu'Il leur avait accordée. Abram est devenu Abraham, un père de beaucoup de nations et de rois. Dieu a dit qu'Il multiplierait la famille d'Abraham au point qu'elle serait comme le sable de la mer et les étoiles du Ciel (Genèse 32:12 ; 22:17). Cette bénédiction est venue à travers son fils Isaac. Cela ressemble beaucoup à la manière dont Dieu le Père multipliera Sa famille et rachètera des rois et des nations à Lui et ce, par Son Fils, Jésus Christ.

 

Un Voyage de Foi

 

Quand Abram avait soixante-quinze ans, Dieu lui a dit de quitter la terre de ses ancêtres, où il avait grandi, et d'aller au territoire de Canaan, où il devait être béni et devenir une grande nation (Genèse 12:1-5). Rendus à Canaan avec sa femme Saraï et son neveu Lot, une famine sévère les a forcés d'aller en Égypte à la place.

 

En approchant de l'Égypte, Abram est devenu craintif. Il a eu peur qu'un Égyptien le tue en voyant la beauté de sa femme Saraï et ce, dans le but de la prendre pour femme.

 

Alors Abraham dit à Saraï : Dis que tu es ma sœur, afin que je sois bien traité à cause de toi et que ma vie soit épargnée (Gen. 12:11-13).

 

Abram a recouru à cette action parce qu'il a manqué de foi en la promesse de Dieu qu'Il multiplierait sa progéniture et ferait de lui une grande nation. Si Abram avait vraiment cru cette promesse de Dieu, il se serait rendu compte que cette promesse ne pouvait pas être accomplie, si Dieu allait lui permettre de mourir aux mains des Égyptiens. Si Abram était mort à ce point-là, Dieu aurait brisé Sa promesse. Cependant, Dieu ne peut pas briser Ses promesses, parce qu'Il est l'exemple même de la fidélité et la vérité (Deutéronome 7:9 ; 32:4).

 

Cela nous amène à un point important. Nous devons mieux comprendre quelles sont les promesses de Dieu, afin d'avoir plus de foi. Cela signifie que nous devrions étudier la parole de Dieu diligemment, afin de découvrir quelles sont Ses promesses pour Son peuple. En faisant cela et en croyant ce que Dieu dit, notre foi augmentera. Nous devons faire plus confiance en Dieu et ne pas compter sur nous ou notre propre raisonnement. En faisant ainsi, nous nous éloignerons du péché, parce que, si nous avons confiance en Dieu et en Ses promesses, nous ne prendrons pas les choses en mains. D'habitude, quand nous prenons les choses en mains, nous péchons. Le résultat de ce péché peut avoir un impact négatif sur d'autres et non pas seulement sur nous-mêmes. Nous voyons un exemple de cela, après que Saraï a feint d'être la sœur d'Abram pour préserver la vie d’Abram.

 

Quand Pharaon a vu Saraï, il a planifié de la prendre pour femme. Pharaon a brisé la Loi de Dieu, parce qu'il a pris la femme d'un autre homme, même s’il n’était pas au courant de ce fait à ce moment là. À cause de ce péché, Dieu a affligé de plaies la maison de Pharaon. Comprenant la raison pour laquelle les plaies étaient venues sur lui, Pharaon est allé trouver Abram et lui a demandé pourquoi il n'avait pas dit que Saraï était sa femme en premier lieu. Ensuite Pharaon a donné des ordres pour qu’Abram, et tout ce qui lui appartenait, soit renvoyé (Gen. 12:14-20).

 

Abram a péché, parce qu'il a envoyé sa femme à un autre homme. Pharaon a aussi péché, même s'il ne connaissait pas la vérité. Quand les gens de Dieu ne Lui font pas confiance et ne Lui obéissent pas, ils pèchent invariablement et peuvent en amener d'autres à pécher aussi. 

 

Après une telle expérience, on penserait qu'Abram avait appris à avoir la foi que Dieu allait assurer sa sécurité, peu importe les circonstances. Cependant, cela n'a pas été le cas, comme nous le verrons dans l'épreuve suivante de la foi d'Abram.

 

Abram s'est installé avec sa famille sur un territoire entre Bethel et . Ils ont rapidement augmenté leur richesse et leurs troupeaux. Faisant partie de la famille d'Abram, Lot a aussi acquis une grande richesse de troupeaux et ce, au point où ses bergers et les bergers d'Abram ont commencé à se battre pour la terre. Pour garder la paix, Abram a dit à Lot de choisir la terre où il désirait demeurer. Abram irait alors dans la direction opposée. Lot a choisi le pâturage le plus vert, sans savoir que ce qu'il a choisi serait plus tard une source de problèmes pour lui.

 

Tandis qu'ils demeuraient sur ce nouveau territoire, Lot et sa famille ont été faits prisonniers par un roi étranger. Quand Abram a su à propos de la captivité de son neveu, il a pris 318 de ses hommes et il a repris Lot et ses biens. Après la bataille, Abram a refusé de prendre toute récompense pour sa victoire. Au lieu de cela, il a tout donné au roi de Sodome, sauf une dîme, qu'Abram a donné à Melchisédek, le roi de Salem, qui était le Souverain Sacrificateur de Dieu. Cela nous montre que Dieu a eu un sacerdoce sur la planète et ce, jusqu'à et au-delà d'Abram. Il n'y a eu aucun temps où cette planète a été sans la Loi de Dieu ou sans un sacerdoce pour exécuter cette Loi.

 

Abram connaissait et suivait la Loi de Dieu concernant la dîme, c'est la raison pour laquelle il a donné 10% au sacerdoce de Melchisédek. Cette Loi n'avait pas encore été formellement donnée, cependant, Abraham a donné la dîme avec foi, parce qu'il était converti, après son retour d'Égypte.

 

Après ces événements, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram :

 

Genèse 15:1-6 Après ces événements, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit : Abram, ne crains point ; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande. 2 Abram répondit : Seigneur Éternel, que me donneras-tu ? Je m'en vais sans enfants ; et l'héritier de ma maison, c'est Éliézer de Damas. 3 Et Abram dit : Voici, tu ne m'as pas donné de postérité, et celui qui est né dans ma maison sera mon héritier. 4 Alors la parole de l'Éternel lui fut adressée ainsi : Ce n'est pas lui qui sera ton héritier, mais c'est celui qui sortira de tes entrailles qui sera ton héritier. 5 Et après l'avoir conduit dehors, il dit : Regarde vers le ciel, et compte les étoiles, si tu peux les compter. Et il lui dit : Telle sera ta postérité. 6 Abram eut confiance en l'Éternel, qui le lui imputa à justice. (LSG)

 

Quelques années ont passé, après que ces choses furent dites à Abram. Puis, à l'âge de quatre-vingt-dix-neuf ans, la parole de Dieu lui a été de nouveau adressée.

 

Genèse 17:1-4 Lorsque Abram fut âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, l'Éternel apparut à Abram, et lui dit : Je suis le Dieu tout puissant. Marche devant ma face, et sois intègre. 2 J'établirai mon alliance entre moi et toi, et je te multiplierai à l'infini. 3 Abram tomba sur sa face ; et Dieu lui parla, en disant : 4 Voici mon alliance, que je fais avec toi. Tu deviendras père d'une multitude de nations. (LSG)

 

En lisant, nous voyons qu'en recevant de nouveaux noms, Abraham et Sara ont reçu un renouvellement de la promesse d'une bénédiction mais, cette fois, à une échelle beaucoup plus grande. Cependant, Abraham a continué à douter de Dieu.

 

En comprenant qu'il allait devenir père à l'âge de cent ans, Abraham est tombé sur son visage et il a commencé à rire (Genèse 17:17). Cela peut sembler plutôt irrespectueux de rire ouvertement des paroles de Dieu. Cependant, il est humainement compréhensible de trouver à rire par incrédulité, si nous regardons les choses au niveau physique seulement. Dans Genèse 18:10-13, Sara a aussi ri à la pensée d'avoir un enfant dans sa vieillesse, quand l'annonce lui a été faite par les trois étrangers angéliques, qui sont venus à leur maison. Humainement, ce n'était pas possible, car Sara était bien au-delà de l'âge d'être capable d'avoir un enfant (Genèse 18:11). Sachant cela, ils ont ri tous les deux, ne comprenant pas le pouvoir de Dieu d'exécuter Sa volonté.

 

Quand nous regardons les choses physiquement, nous limitons Dieu qui n'est limité par rien, sauf par le péché qu'Il est incapable de commettre. Quand nous limitons Dieu, nous péchons, parce que nous L'abaissons à notre niveau humain de limitations et d'imperfections. Comme nous le voyons par la déclaration de Sara, elle ne pouvait pas imaginer avoir un enfant à son âge. Son rire était une expression d'incrédulité face à la parole de Dieu et sa déclaration l'a confirmé : "Maintenant que je suis vieille, aurais-je encore des désirs ? Mon seigneur aussi est vieux ?" Pour montrer à Abraham et Sara qu’ils limitaient Dieu et qu'ils n'avaient pas confiance en Sa parole, l'Ange de Dieu a dit : "Y a-t-il rien qui soit trop difficile pour Dieu ? Au temps fixé je reviendrai vers toi, à cette même époque ; et Sara aura un fils." Sara a été tellement surprise par cela qu’elle a renié qu’elle avait ri à la promesse de Dieu. "Au contraire, tu as ri !" réprimanda l’Ange (Gen. 18:12-15).

 

Sachant que rien n'est trop difficile pour Dieu, nous ne devrions jamais douter de Sa parole ou de Ses promesses, malgré les obstacles physiques que nous pourrions rencontrer dans nos vies.

 

Après cette promesse et après la destruction de Sodome et de Gomorrhe, un incident presque identique à celui qu'Abraham et Sara avaient eu environ vingt-quatre ans plus tôt avec Pharaon se produit. On pourrait penser qu'ils auraient appris à avoir confiance en Dieu, qu'ils auraient plus de foi et qu'ils auraient appris à faire ce qui est juste selon Sa Loi. Pourtant, comme nous sommes sur le point de le voir, Abraham et Sara vont de nouveau revendiquer être frère et sœur et, cette fois, au pays de Guérar.

 

Le roi de Guérar était un homme nommé Abimélec. Quand Abimélec a vu la beauté de Sara, il l'a prise dans sa maison, parce qu'Abraham lui avait dit qu'elle était sa sœur. Mais, cette nuit-là, Dieu a parlé à Abimélec et lui a dit, "Voici, tu vas mourir à cause de la femme que tu as enlevée, car elle a un mari" (Genèse 20:3). Parce qu'Abimélec était sous l’impression qu’Abraham et Sara étaient frère et sœur, Dieu l'a empêché de pécher. Abimélec et tout ce qui lui appartenait ont été épargnés de la colère de Dieu. C'était à condition qu'il rende Sara à Abraham et lui demande de prier pour le pardon de ses actions.

 

Une fois pardonné, les femmes d'Abimélec ont de nouveau été capables d'avoir des enfants, parce qu'elles avaient été rendues stériles pendant que Sara était parmi elles. Une fois de plus, Abraham a démontré qu'il était incapable d'exercer la foi et de faire entièrement confiance à Dieu. Mais, Dieu a été fidèle à Abraham dans Ses promesses, parce que, dans Son omniscience, Dieu savait qu'Abraham Lui démontrerait plus tard une complète fidélité. 

 

Un Acte de Foi

 

Peu de temps après, Abraham a dû faire face probablement à l'épreuve la plus difficile de sa foi. À l'âge de cent ans, Abraham a eu un fils qu'il a appelé Isaac (Genèse 21:1-3). C'était le fils à travers lequel toutes les promesses viendraient. Si quelque chose devait lui arriver, cela signifiait qu'on ne pouvait pas avoir confiance en la parole de Dieu. Avec cela en mémoire, nous pouvons voir qu'Abraham allait avoir une double épreuve. Cette épreuve mettrait clairement la parole de Dieu et la foi d'Abraham à l'essai.

 

Abraham aurait-il confiance en les promesses de Dieu, peu importe ce qui allait arriver ? Abraham choisirait-il d'obéir à Dieu aux dépens de la vie de son fils Isaac ?

 

Dieu a appelé Abraham et lui a dit, "Abraham !"

 

Abraham a dit, "Me voici".

 

Dieu a alors continué, "Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t-en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai" (Genèse 22:1-2 ).

 

Obéissant à cet ordre, Abraham, Isaac et deux jeunes serviteurs se sont réveillés tôt le matin pour couper du bois pour l'autel sacrificiel et pour charger leurs ânes pour le voyage à la place où Dieu avait dit à Abraham de faire l'offrande. Après un voyage de trois jours, Abraham a pu voir l'emplacement pour le sacrifice. Il a dit à ses deux serviteurs de demeurer là avec les ânes, tandis que lui et Isaac allaient présenter une offrande. Abraham a pris son couteau et le feu, tandis qu'Isaac a apporté au site le bois sur lequel il devait être sacrifié (Genèse 22:3-10).

 

Il y a beaucoup de similitudes entre le sacrifice d'Isaac et celui de Christ. Examinons certaines d'entre elles maintenant.

 

1)      Isaac a porté le bois sur lequel il devait être sacrifié, symbolisant Christ portant le bois ou le pieu sur lequel il devait être crucifié (Jean 19:17).

 

2)      Christ, comme Isaac, a été obéissant jusqu'à la mort (ou près de la mort, dans le cas d'Isaac).

 

3)      Abraham était prêt à sacrifier son seul fils, comme Dieu a permis le sacrifice de Son seul fils engendré.

 

4)      Le sacrifice du bélier, offert plus tard à la place d'Isaac, est un symbole physique du sacrifice d'expiation fourni par Christ, le Messie.

 

Dieu a permis qu'Abraham soit évalué. Cependant, après qu'Abraham eût démontré sa foi en Dieu le Père au point de sacrifier son seul fils Isaac, Dieu a envoyé Son Ange pour intervenir et ce, juste avant qu'Abraham ne sacrifie son fils. Ce test particulier ayant été passé, Dieu a alors parlé à Abraham par le même Ange et lui a dit,

 

Genèse 22:12 L'ange dit : N'avance pas ta main sur l'enfant, et ne lui fais rien ; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique. (LSG)

 

Les paroles, “maintenant je sais” dans le susdit verset, prouvent que c'était l'Ange de l'Éternel qui parlait. Comme nous le savons, seulement Dieu le Père est omniscient, c'est-à-dire qu'Il sait tout. Bien que Dieu sût ce qu'Abraham ferait, Il a permis à l'incident d'avoir lieu pour que Son Ange sache que le coeur d'Abraham était fidèle à Dieu le Père.

 

Cet Ange était l’Être qui est plus tard devenu l’homme Jésus Christ. Il est possible que ce soit aussi à ce moment-là où Christ a su que Dieu accepterait qu'Il soit sacrifié pour racheter toute Sa création. Il étendrait ainsi Sa famille à travers Christ, comme la famille d'Abraham a été étendue à travers Isaac.

 

Genèse 22:16-18  et dit : Je le jure par moi-même, parole de l'Éternel ! parce que tu as fais cela, et que tu n'as pas refusé ton fils, ton unique, 17 je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer ; et ta postérité possédera la porte de ses ennemis. 18 Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix. (LSG)

 

Nous voyons de nouveau qu'Isaac est mentionné comme le seul fils dans ce passage biblique. Tel que mentionné précédemment, Abraham a eu un autre fils par Agar, la servante de Sara. À la demande de Sara, ce fils, Ismaël, et sa mère avaient été chassés de la maison d'Abraham (Genèse 21:9-14). Isaac est ainsi devenu le seul fils d'Abraham et il devait être le fils de la promesse que Dieu a faite à Abraham.

 

À cause de l'obéissance et de la foi d'Abraham, les bénédictions de plusieurs nations, y compris nos propres nations, nous sont parvenues dans des domaines autant physiques que spirituels que nous pouvons apprécier aujourd'hui.

 

  

q