Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB040]

 

 

 

Moïse et les Israélites arrivent au Sinaï [CB040]

 

(Edition 2.0 20040701-20061122)

 

Le troisième mois après le départ des Israélites de l'Égypte, ils sont arrivés au désert du Sinaï. Cette étude a été adaptée à partir des Chapitres 24-27 du Volume I de L’œuvre The Bible Story  (Histoire Biblique) par Basil Wolverton, publiée par Ambassador College Press, et de l’étude La Pentecôte au Sinaï (No. 115) publiée par CCG.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 2004, 2006 Les Églises Chrétiennes de Dieu, éd. Wade Cox)

(Tr. 2008, rév. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 


 Moïse et les Israélites arrivent au Sinaï [CB040]


Nous continuerons ici à partir de l'étude Moïse et l'Exode (No. CB016). Dans cette étude, nous avons vu comment l'Ange de la Présence, dans la nuée, a fait sortir les Israélites sains et saufs de l'Égypte et leur a fait traverser la Mer Rouge sous la direction de Moïse. Les Égyptiens qui les poursuivaient ont péri dans les eaux de la Mer Rouge. Le déplacement à partir de l'Égypte était un plan pour conduire les Israélites au Sinaï, pour recevoir la Loi de Dieu. Ce fut par l’entremise de cet Ange que Dieu a choisi de révéler Sa Loi. Nous pouvons voir dans Juges 2:1-4, l'Ange de Yahovah qui parle de l'alliance dont il était le médiateur entre Dieu et les enfants d'Israël.  

 

Ceci était le même Ange dans le buisson qui a parlé à Moïse (Actes 7:30,35). Cet Ange de Yahovah, c’est à dire le Messager de Dieu, était l'Être qui, par la suite est devenu Jésus Christ, le Messie. Il a agi sous les instructions de Dieu par l'Esprit Saint. Il était connu en tant que le Messager de Dieu.  

 

Ce n'est pas exact de dire que Dieu a parlé à Moïse au Sinaï. Moïse n'a pas vu Dieu le Père au Sinaï, ni à tout autre moment au cours de l'Exode ; jamais. Il a parlé à Son messager, l'Ange de Yahovah, qui était la Présence de Dieu, qui portait le nom de Dieu et qui parlait pour Dieu (Actes 7:38,53 ; Gal. 3:19). Dans Exode 23:20-21, Dieu a dit, par l’intermédiaire de l'Ange, qu'Il enverrait Son Ange pour protéger Israël pendant l'Exode.  

Moïse rassemble le peuple 

Ayant en toute sécurité traversé la Mer Rouge et avant d'aller plus loin, Moïse a réuni les Israélites pour remercier Dieu de les avoir sortis de l'Égypte. La foule a alors chanté un hymne spécial de gratitude et d’éloge (Ex. 15:1-19). Puis, Miriam, la sœur de Moïse et d’Aaron, a pris un tambourin dans sa main et toutes les femmes l'ont suivie avec des tambourins en dansant (v. 20-21).  

Leur arrivée au désert 

L'eau était abondante là où le peuple s'était d'abord rassemblé. Ils ont bien abreuvé leurs animaux et ont rempli tous les contenants vides car ils se dirigeaient vers le Désert de Schur, situé à l'Est de l'Égypte (voir Genèse. 25:18). La première nuit, sur le côté Est de la Mer Rouge, ils ont campé sur du sable et du roc inconfortablement chauds où il n'y avait aucune trace d'eau. 

 

Le jour suivant, leur approvisionnement d’eau a diminué rapidement durant leur marche à travers des territoires encore plus arides. Lorsqu’ils ont campé la deuxième nuit, il ont cru que passer un troisième jour, sans trouver de l'eau, exposerait le peuple au risque de la maladie et à la perte de nombreux animaux. 

 

L'après-midi suivante a été encore plus misérable que la précédente. Juste au moment où plusieurs devenaient trop assoiffés et découragés pour se forcer eux-mêmes ou leurs animaux à continuer, un bosquet de palmiers a été aperçu au loin. Il s'est avéré que c’était une vieille oasis appelée Marah, qui signifie amer. À mesure que les gens se sont rapprochés, ils étaient ravis de voir cette oasis au milieu des arbres. Certains d'entre eux se sont précipités vers l’oasis et ont sauvagement porté l'eau à leurs bouches. 

 

Mais ils ont rapidement arrêté leur gorgée d’eau, parce que l'eau était trop amère pour continuer à avaler. La foule autour de l’eau s’est accrue. Tous devaient goûter l'eau par eux-mêmes et la cracher. Ce désappointement a causé de fortes plaintes et le peuple a blâmé Moïse (Exode. 15:22-24). Moïse a alors imploré Dieu d’intervenir dans cette situation. 

L'eau devient douce 

Moïse s'est écrié à Dieu qui lui montra un bois qu’il jeta dans l’eau. Et l’eau devint douce. (v. 25).  

 

Rapidement, ceux qui goûtaient l'eau l’appréciaient visiblement. Malgré la forte demande en eau pendant des heures, les sources d’eau venant de l’oasis ont fourni à la demande. Ce miracle additionnel a renforcé la foi de Moïse en Dieu. On pourrait supposer qu'il en serait de même pour tous les Israélites, mais il y avait ceux qui estimaient que les choses n’allaient pas assez bien pour eux. 

 

“Dis au peuple que tant qu'ils m'obéiront, je serai leur guérisseur et je les maintiendrai en bonne santé,” a instruit l'Ange à Moïse (v. 26). Depuis ce temps-là, seulement une petite partie de la population mondiale a observé les Lois de Dieu, bien que des millions se disent être des Chrétiens. Un nombre relativement restreint de gens obéissants ont bénéficié de la protection et de la guérison que Dieu a promises à Ses disciples à l'époque. Durant le Millénium, quand tous les êtres vivants observeront les Lois de Dieu, la bonne santé et la prospérité s’étendra sur toute la Terre entière. Dieu tient toujours Ses promesses.  

Vers le Sinaï  

Régénérés par l'eau et le repos, les Israélites et leurs animaux ont continué vers le Sud. À Elim, environ une trentaine de kilomètres de Marah, ils ont trouvé douze sources et soixante-dix palmiers, et ils y ont campé près de l'eau (v. 27).

 

Les douze sources devaient symboliser que chacune des douze tribus s’alimentait par une source. Ces sources devaient être les douze juges d'Israël. Les soixante-dix palmiers devaient symboliser les soixante-dix anciens d'Israël (Ex. 24:1,9).  

 

À quelques kilomètres au Sud de Elim, ils ont été guidés à s’avancer plus loin dans le désert. À ce stade du voyage, plusieurs personnes ont commencé à se plaindre de nouveau. Moïse et Aaron ont été blâmés pour un manque de nourriture. Un certain nombre ont affirmé qu'il serait préférable d'être morts en Égypte (Ex. 16:3). Comme avant, Moïse devait compter sur Dieu pour un miracle afin de calmer les grogneurs.   

 

La manne et les cailles  

“J'ai entendu les plaintes du peuple,” dit le Seigneur à Moïse. “Rappelle-leur que je suis conscient de leurs besoins. Je leur fournirai du pain le matin et de la chair en soirée. Le pain, ils doivent eux-mêmes le recueillir chaque jour sauf pendant mon saint Sabbat. En prévision de ce jour-là, ils doivent en recueillir deux fois plus le sixième jour” (Ex. 16:4-5). 

 

Moïse a reçu les instructions pour aider à garder le peuple sous contrôle. Cette information a été transmise à Aaron, qui a rappelé aux Israélites comment Dieu avait été miséricordieux, généreux et patient envers eux, même après leur impatience et leur grognement. 

 

Pendant qu’Aaron parlait, les yeux ont été attirés vers la nuée qui les guidait et qui s’est arrêtée. Durant le mois, elle avait été au-dessus et au devant de la colonne et elle était devenue aussi banale au peuple que le soleil. Ils ont regardé vers le désert et il y avait la gloire (ou la présence) du Seigneur, apparaissant dans les nuages. 

 

Le Seigneur a dit à Moïse : “ J’ai entendu les murmures des Israélites. Parle-leur, ‘en soirée, vous mangerez de la viande, et le matin vous serez rassasiés de pain. Alors vous saurez que je suis l’Eternel, votre Dieu.’” (v. 11). 

 

Cette soirée-là, les Israélites ont été étonnés de voir le ciel s’obscurcir par de vastes volées d'oiseaux. Soudainement, les oiseaux sont descendus directement parmi le peuple. Parce que les oiseaux étaient fatigués de ce qui a évidemment été un long vol, ils étaient très faciles à attraper. En quelques minutes, des milliers de ces cailles charnues, excellentes comme nourriture, étaient préparées pour le repas. 

 

Le lendemain, il y avait un autre miracle. Au cours de la nuit, la rosée s'était posée sur les plantes autour des camps. Au lieu d'être couverte d'humidité le matin suivant, les plantes étaient couvertes de petites particules blanches, floconneuses. Ceci était étrange jusqu'à ce que Moïse fasse l'annonce surprenante que c'était le pain que Dieu avait promis. 

 

“Tôt chaque matin, un omer de cette nourriture devrait être ramassé pour chaque personne,” a dit Moïse. “Si elle n'est pas ramassée tôt, elle va fondre sur les plantes sous la chaleur du soleil. Et n'essayez pas de la garder durant la nuit, ou sinon elle pourrira.” 

 

Le peuple s’est éparpillé autour de leurs camps pour facilement ramasser la nourriture, qu'ils ont plus tard appelée manne. À leur plaisir, ils ont trouvé qu'elle avait un goût de pain frais et de miel. Ceux qui étaient en retard pour en ramasser en ont trouvé peu, vu que la plupart avait fondu. Malgré l'avertissement de Moïse de ne pas la garder durant la nuit, certains l’ont fait, seulement pour s’apercevoir qu'elle était devenu infecte et infestée de vers (v. 20).  

Le Sabbat est commandé 

Un jour, peu de temps après que la première manne eût été vue, Moïse a dit au peuple d’en ramasser deux fois plus le matin suivant. Deux jours plus tard, aucune manne n'est apparue. Ce jour était le sabbat hebdomadaire. En outre, la manne supplémentaire ramassée pour le septième jour est miraculeusement restée aussi fraîche et pure qu’elle l’était quand elle a été ramassée (vv. 24-26). 

 

L'observance appropriée du jour de Sabbat était bien importante pour Dieu et pour l'homme. Néanmoins, certains ont passé une grande partie de la matinée du Sabbat à chercher la manne qui n'y était plus. Cela a tellement déplu à Dieu qu'Il a chargé Moïse de dire au peuple de rester près de leurs tentes le jour du Sabbat et de s'abstenir de travailler. Après cela, peu de temps après, il y avait davantage d'obéissance à ce sujet. 

 

La nuée a continué à les conduire vers le Sud-Est et dans une chaîne de montagnes. Le peuple a fait face à un ordre de marches au moment où leur approvisionnement en eau était dangereusement bas. La fois suivante que les Israélites ont campé, une foule bruyante d'entre eux a entouré la tente de Moïse pour accuser haut et fort leur chef de les avoir emmené dans le désert, juste pour y mourir (Ex. 17:1-3).  

De l’eau du rocher  

De nouveau, Moïse a demandé à Dieu de calmer les râleurs, qui ne faisaient que troubler les autres. Moïse fut commandé de prendre des anciens et d’aller devant un grand rocher, qu'il devait frapper avec le bâton de berger qu’il avait utilisé en Égypte. Quand Moïse a frappé le rocher, des flots d'eau claire ont jailli,  et ont coulé vers les camps des Israélites (vv. 5-6). 

 

La vue de l’écoulement de l’eau près de leurs tentes et vers le bas vers l'arrière de la colonne, a causé la joyeuse surprise du peuple excité. Au début, le flot était trouble à cause de la poussière du sol, mais après chaque minute de passage du flot, il est devenu plus clair et plus potable. Quand les gens ont appris des anciens qui avaient accompagné Moïse, que l'eau jaillissait d'un rocher de granit où il n'y avait précédemment eu aucune eau, ils se sont émerveillés du miracle. Ceux qui avaient menacé Moïse ont regretté d’avoir agi ainsi. Ils n'auraient pas agi de façon si enfantine s'ils avaient eu confiance en Dieu (v. 7). 

 

À cause de la merveilleuse provision d'eau, les Israélites espéraient qu'ils pourraient rester quelques jours dans la région qui était près de l’endroit où Moïse avait gardé des troupeaux quelques années auparavant. Les jours ont passé. La nuée est restée immobile, ce qui était un signe de rester.  

Un ennemi arrive 

Cependant, les Israélites auraient été grandement troublés et auraient possiblement voulu partir s'ils avaient su que, à partir de quelques collines voisines, plusieurs paires d'yeux malins les espionnaient de temps en temps pour déterminer leurs nombres et leurs biens. 

 

L'attaque sur les Israélites est venue de nuit. Moïse n'a pas été très surpris. Il était conscient que la région était parcourue par des bandes hostiles de bandits du désert qui utilisaient l'obscurité et la surprise pour troubler davantage leurs victimes. Il savait aussi que ces hommes étaient des Amalécites, les descendants d'Esaü, le frère jumeau de leur ancêtre Jacob. Leurs agresseurs étaient donc leurs cousins éloignés.  

Josué (Joshua) entre en scène  

Après que les Amalécites eurent attaqué et pris la fuite, un des officiers de Moïse, un jeune homme nommé Josué, a été chargé de rassembler une armée de défense parmi les Israélites. On s'attendait à ce que les Amalécites attaquent avec une plus grande force le jour suivant. Josué avait peu de temps pour rassembler les hommes (v. 9). 

 

La première bataille des Israélites avec un ennemi a été étrange. Des hordes d’attaquants féroces et rusés du désert, armés d’épées ont chargé contre les milliers d’hommes Israélites novices qui étaient armés principalement de couteaux ordinaires, de massues et d’armes prises des Égyptiens noyés. Moïse était au sommet d’une haute colline d’où il pouvait voir la mêlée. Il y avait avec lui, Aaron et son beau-frère, Hur. Il semblait que les Israélites faisaient face à une défaite certaine. Moïse a prié Dieu pour obtenir de l'aide, en tenant son bâton de berger au-dessus de lui comme il l’avait fait pour signaler la puissance divine au temps des fléaux. 

 

Dans les premières minutes du combat, il était difficile de déterminer qui avait la victoire. Alors, il a commencé à être évident que les Amalécites étaient en retrait. Quand Moïse en a été certain, il a baissé ses bras qui devenaient de plus en plus fatigués. Presque immédiatement, la situation a changé. Avec un regain d'énergie, les Amalécites ont attaqué, causant la retraite des Israélites. 

 

Comprenant que son attitude lascive affectait le combat, Moïse a de nouveau élevé son bâton. Le résultat surprenant fut que la  bataille s'est tournée en faveur de ses hommes. Cependant, ses bras devenaient trop fatigués pour maintenir cette position de prière. De nouveau, il a baissé le bâton et de nouveau les Amalécites ont repoussé les Israélites à la retraite.  

Les Amalécites vaincus  

Dès ce moment-là, les Amalécites ont mis une telle fureur dans leur combat que les Israélites ont perdu plus de terrain qu'ils en avaient gagné (v. 11). “Je peux voir ce qui se passe,” a murmuré Moïse, “mais je suis trop fatigué pour continuer ici à tenir ce bâton plus longtemps.” 

Aaron et Hur ont rapidement roulé une roche de hauteur d’un banc derrière Moïse, qui y est tombé assis. Ils ont tous deux saisi un bras épuisé en les soulevant rapidement vers le haut. Ainsi, avec leur aide, Moïse a poursuivi sa supplication tout en tenant le bâton de berger dans la position verticale. Les trois hommes ont continué ainsi jusqu'au coucher du soleil (v. 12).

           

À ce moment-là, les choses avaient tourné énormément en faveur des Israélites. L'ennemi était complètement en déroute, avec peu de pertes ou de blessures pour l'armée rassemblée à la hâte. Dieu a rappelé à Moïse d’enregistrer les événements de la journée dans le livre qu'il écrivait au sujet des Israélites et de charger Josué d'écrire aussi sur ces événements. Plus tard, Moïse a fait construire un autel pour honorer Dieu pour Sa protection.

Jéthro visite Moïse  

À ce moment, Jéthro, le sacrificateur de Madian et le beau-père de Moïse, a entendu parler de tout ce que Dieu avait fait pour le peuple d'Israël. Moïse avait précédemment envoyé sa femme Séphora et leurs deux fils chez son père. Alors, Jéthro est venu, avec la femme de Moïse et ses deux fils pour le rencontrer dans le désert.

 

Naturellement, Moïse était heureux de les voir tous, et il a raconté à Jéthro tout ce que le Seigneur avait fait à Pharaon et aux Égyptiens à cause d'Israël. Jéthro a loué Dieu et a offert des sacrifices pour la sécurité de Moïse et des Israélites.  

 

Jéthro a aussi donné des instructions et des conseils à Moïse sur la façon de déléguer des tâches à d'autres hommes capables, plutôt que de prendre à lui seul toute la responsabilité du peuple. Alors, Moïse a écouté ce conseil et a fait tout ce que Jéthro a dit. Il a choisi des hommes capables parmi tout Israël et les a placés comme chefs du peuple, des officiers sur des milliers, sur des centaines, sur des cinquantaines et sur des dizaines. Ils servaient comme juges pour le peuple en tout temps. Les cas difficiles étaient apportés à Moïse, mais les cas simples, ils décidaient eux-mêmes. Ensuite, Jéthro est retourné dans son propre pays (Ex. 18:1-27).  

Au Mont Sinaï 

Après s’être immobilisée durant plusieurs semaines dans le même lieu, la nuée qui les guidait a commencé à se déplacer un matin. Les Israélites se sont rassemblés, ont regroupé leurs animaux et ils étaient prêts à se déplacer lorsque la nuée s’est dirigée vers le Sud-Est. Les montagnes étaient encore plus hautes dans cette direction. Il y avait ceux qui se plaignaient de se diriger sur un terrain aussi accidenté. Pour Moïse, c’était comme retourner à la maison parce qu'il y avait passé de nombreuses années paisibles dans cette région à paître des troupeaux de brebis. 

 

Après deux ou trois jours de déplacement, la nuée s’est arrêtée juste au-dessus du sommet le plus élevé. C'était le rocheux Mont Sinaï, une montagne de plus de 2 km de hauteur. 

 

Même les grognards devaient admettre que les nombreuses sources d'eau, les zones de terrains pour planter des tentes et la proximité des terrains de pâturage, ne leur laissaient que peu de raison d'être mécontents. Moïse a conseillé au peuple qu'il serait sage d’établir leurs camps pour un séjour de longue durée, dans la mesure où il avait le fort sentiment qu'ils seraient dans ce lieu particulier bien plus que pour seulement un repos de deux ou trois nuits (Ex. 19:1-2). 

 

Peu de temps après que les Israélites eurent été aménagés dans leur nouvel emplacement, Moïse a reçu une demande divine de monter seul sur le Mont Sinaï, pour recevoir des instructions directement du Seigneur, l'Ange de Yahovah agissant comme porte-parole de Dieu. Ce n'était pas une excursion facile vers le haut de la montagne, mais Moïse était alerte pour ses quatre-vingts ans. Dieu ne lui aurait pas demandé de faire quelque chose d'impossible. Il devait monter sur la montagne juste assez pour être en retrait du peuple. 

 

Soudainement, une voix claire et éclatante est venue de quelque part au-dessus du Mont Sinaï : “Moïse, tu livreras un message aux Israélites. Rappelle-leur que je les ai libérés des Égyptiens et je les ai amenés ici sains et saufs. S'ils m'obéissent entièrement et gardent mon alliance, ils deviendront un peuple spécial que je priserai au-dessus de toutes les autres nations. Ils deviendront un royaume de sacrificateurs et une nation sainte” (vv. 3-6). 

 

Moïse est resté prostré pendant un certain temps où il était tombé dès qu’il avait entendu la voix. Quand il a estimé que plus rien n'allait être dit, il s'est levé et s'est dépêché de descendre de la montagne. Immédiatement, il a appelé les anciens et a répété toutes les paroles que le Seigneur lui avait commandé de dire au peuple (v. 7). 

 

Excités, les gens ont solennellement consenti à obéir à tout ce que le Seigneur leur a demandé. Plus tard, Moïse est retourné pour faire un rapport de ce qui avait eu lieu (v. 8). Bien sûr, le Seigneur en était déjà conscient, mais il avait des instructions additionnelles pour le peuple qu'il voulait transmettre par l’entremise de Moïse. Il a dit, “je vais venir à toi dans une nuée dense de sorte que le peuple va m'entendre parler avec toi et il mettra toujours leur confiance en toi.” Moïse a été commandé de consacrer le peuple pendant deux jours et de leur faire laver leurs vêtements de sorte que tous seraient prêts le troisième jour où le Seigneur descendrait du Mont Sinaï à la vue de tout le peuple.  

 

Des barricades devraient être mises en place pour empêcher le peuple ou leurs animaux de vaguer trop loin sur la montagne. Autrement, ils pourraient mourir en s’approchant trop de la sainte Présence sur une terre sainte. 

 

Le matin du troisième jour, il y a eu du tonnerre et des éclairs, avec une nuée épaisse au dessus de la montagne et le son retentissant d’une très forte trompette. Tous, dans le camp, ont tremblé. Le Mont Sinaï était couvert de fumée parce que le Seigneur y est descendu dans le feu. Toute la montagne trembla violemment et le bruit de la trompette retentissait de plus en plus fortement. Alors, Moïse a parlé et la voix du Seigneur, l'Ange de l'Alliance, lui a répondu (vv. 16-19). 

 

“Monte sur la montagne, Moïse !” a tonné la voix. “Viens seul ! Ne permets à personne de te suivre.” 

 

Le fait de voir leur chef disparaître de leur vue dans la fumée du Mont Sinaï a eu un effet étrange sur un grand nombre de personnes. Leur curiosité était si forte qu'ils voulaient suivre Moïse. Avant qu'il ne puisse aller plus loin sur la montagne, Dieu lui a ordonné de retourner. 

 

Moïse se dépêche de descendre  

“Des gens essayent de te suivre,” l'a informé l'Ange. “Retourne immédiatement et avertis-les de ne pas aller sur la terre sainte. S’ils s’approchent trop, ils mourront. Tu peux amener Aaron quand tu reviendras, mais personne d'autre.” Ainsi, Moïse est descendu vers le peuple et leur a dit (Ex. 19:24-25). 

 

A sa descente, Moïse a sévèrement mis en garde ceux qui s'approchaient des barricades de rester loin. “Nous sommes d’accord que tu nous réprimandes,” ont dit certains d'entre eux, “mais nous ne voulons pas que Dieu nous réprimande. Nous ne pourrions pas y survivre” (Ex. 20:19). 

 

Une fois les gens avertis, il y avait encore plus de visions et de sons terrifiants, suivis d’un silence dramatique de nouveau. Puis, du silence est sorti le plus impressionnant des sons. 

 

Les Dix Commandements 

Et le Seigneur a prononcé toutes ces paroles des Dix Commandements. La déclaration actuelle a été faite par l'Ange de l'Alliance, l'Être qui est devenu l'homme Jésus, le Messie. Pour une explication des Dix Commandements, voyez l'étude Les Dix Commandements (No. CB017). 

 

La trompette a sonné de nouveau, signalant la conclusion de la déclaration des Dix Commandements. Ils étaient et sont les lois centrales essentielles par lesquelles un Dieu infiniment sage et infiniment aimant révèle à l'humanité la voie pour trouver le bonheur, la bonne santé, la protection et la prospérité. Ces Dix Commandements font partie des deux Grands Commandements sur lesquels reposent toute la Loi et les prophètes de Dieu. 

 

En vigueur depuis le commencement 

La Loi de Dieu représentée par les Dix Commandements était en vigueur longtemps avant ce temps. Adam et Eve les connaissaient et ils ont amèrement regretté d’en avoir enfreint plusieurs. Les hommes des temps anciens (incluant Abraham) en étaient conscients et ils obéissaient aux Lois de Dieu (Genèse. 26:5). A travers les siècles, les voies des païens étaient devenues tellement mélangées avec les Lois de Dieu que Dieu a choisi ce temps au Mont Sinaï pour exposer distinctement à Son peuple Ses règles de vie de façon claire.

 

Elles étaient destinées à tous les êtres humains. Leur observance aboutit aux meilleures choses de la vie. Si tous observaient les commandements, il n'y aurait aucune guerre, aucune pauvreté, aucune maladie, aucune misère, aucune prison, aucun malheur. 

 

À travers les âges, la plupart des gens ont choisi de ne pas observer les Lois de Dieu. Ils ont sottement cru que les voies de l'homme sont plus faciles et meilleures. Cependant, l'homme est incapable de connaître avec succès une longue vie heureuse sans obéir aux lois spirituelles et physiques de Dieu.

 

Des millions de gens n'ont jamais même entendu parler de Dieu, principalement parce que leurs ancêtres ont choisi d’ignorer leur Créateur. Le résultat a été six mille ans de souffrance, de pauvreté et de malheur pour beaucoup de gens. Aujourd'hui, les possibilités de se renseigner sur Dieu sont plus grandes dans certaines nations qu'elles ne l’étaient dans le passé, bien que les croyances païennes soient encore de plus en plus mélangées avec le soi-disant Christianisme. Une des plus nuisibles croyances, enseignée même par des chefs d'église respectés, est que l’observance des Dix Commandements et de la Loi de Dieu n’est pas nécessaire. La Bible déclare que “de faux bergers” apparaîtront pour essayer de cacher la vérité (Actes 20:29,30 et 2Pierre. 2:1).  

 

Moïse retourne au sommet du Sinaï  

Quand finalement, Moïse et Aaron se sont levés d'où ils s'étaient mis à genoux, la lumière forte au-dessus d'eux s’était réduite et la nuée qui les guidait, obscurcissait encore le sommet de la montagne. Les soixante-dix anciens sont partis pour dire au peuple que Moïse monterait sur la montagne pour être instruit davantage par l'Ange de Dieu. Ceci a soulagé la foule, qui était devenue de plus en plus craintive de la proximité du Seigneur et de sa voix. 

 

Lorsqu’il a atteint le sommet du Mont Sinaï  obscurci par la nuée, Moïse a été informé de plusieurs choses qu’il devait dire aux anciens de transmettre au peuple. 

 

Ensuite, Moïse a reçu de nombreuses règles couvrant plusieurs circonstances et situations. Elles incluaient notamment la façon de traiter les meurtriers, les voleurs, les sorciers et les désordonnés, la manière de régler les diverses charges et revendications,  la façon d’observer les Fêtes annuelles de Dieu et même la façon de traiter les animaux méchants (Exode chapitres 21, 22 et 23). Il a été souligné que la rébellion était un péché grave, mais que l’obéissance volontaire aboutirait aux miracles utiles.

 

Moïse est retourné à la vallée pour dire aux anciens ce qu'il avait entendu. Les anciens ont transmis l'information au peuple qui a consenti volontiers à s'y soumettre. Moïse a mis par écrit les règles et les conditions de cette alliance entre les Israélites et leur Créateur.  

 

La réalisation de l'Alliance au Sinaï 

Le lendemain matin, Moïse a commandé la construction d'un autel sur une pente du Mont Sinaï. Autour, ont été placées douze grosses pierres pour représenter les douze tribus d'Israël. Des jeunes hommes ont préparé des animaux pour des sacrifices d’actions de grâce placés sur le bois de l'autel. Moïse a pris la moitié du sang des animaux et l'a aspergé sur le bois. Ensuite, il a pris le Livre de l'Alliance et l’a lu au peuple.  

 

Ils ont répondu, “Nous ferons tout ce que le Seigneur a dit ; nous obéirons.”

 

 “Alors, soyez témoins de ce sang de l'alliance avec notre Créateur,” a proclamé Moïse, pendant qu’il aspergeait l'autre moitié du sang sur les anciens qui représentaient le peuple (Ex. 24:4-8). 

 

La division du sang indique le double aspect de l'alliance. Nous apprendrons davantage dans l’étude CB41. Le sang sur l'autel symbolise le pardon de Dieu et Son acceptation de l'offrande. Le sang sur les anciens qui représentaient le peuple, indique un serment qui les lie dans l'obéissance à Dieu. 

 

Moïse, Aaron, Nadab, Abihu et les soixante-dix anciens d'Israël sont montés plus tard au Mont Sinaï et ont vu l'Ange de Dieu. Sous ses pieds se trouvait quelque chose comme une mer faite de saphir, claire comme le ciel lui-même (v. 9-10). Les hommes se sont prosternés face contre terre quand ils se sont rendu compte qu'ils voyaient l'Ange de Yahovah qui plus tard est apparu en tant que Jésus Christ (1Jean 4:12 ; 1Cor. 10:4). 

 

Au début, les hommes avaient peur, mais progressivement, ils ont été capables de se reposer et même de manger et de boire (v. 11). La capacité de parler directement avec l'Ange de Dieu était un privilège spécial que peu d'hommes ont vécu. La plupart des gens ne se rendent pas compte que c'est aussi un privilège très spécial de parler à Dieu le Père simplement par la prière dans une attitude appropriée.  

 

La voix a grondé de la nuée, disant à Moïse de s'approcher pour recevoir les tablettes de pierre sur lesquelles étaient écrits les Dix Commandements à donner au peuple. En réalisant qu’il pourrait être parti pendant une longue période de temps, Moïse a dit aux hommes d'attendre un certain temps et de retourner ensuite en bas, s'il n’était pas revenu. Il a choisi Josué pour continuer à monter avec lui.  

 

Quand Moïse est monté sur la montagne, la nuée la couvrait et la gloire du Seigneur reposait sur le Mont Sinaï. Pendant six jours, la nuée a couvert la montagne et le septième jour, le Seigneur appela Moïse de l’intérieur de la nuée. Pour les Israélites, la gloire du Seigneur ressemblait à un feu dévorant au somment de la montagne. Ensuite, Moïse est entré dans la nuée comme il montait sur la montagne. Il est resté sur la montagne pendant quarante jours et quarante nuits (Ex. 24:15-18).  

 

Pour en savoir plus sur Moïse et les Israélites au Mt Sinaï, voir l’étude La Rébellion Contre les Lois de Dieu (No. CB041).

q