Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB044]

 

 

 

Récompense et Punition [CB044]

 

(Édition 2.0 20050122-20061125)

 

"Aujourd’hui, j'ai mis devant vous la vie et la mort, les bénédictions et les malédictions. Maintenant, choisissez la vie pour que vous et vos enfants puissiez vivre, et que vous puissiez aimer le Seigneur votre Dieu." Cette étude a été adaptée des Chapitres 35 et 36 de l’œuvre The Bible Story (Histoire de la Bible) Volume II par Basil Wolverton, publiée par Ambassador College Press. Elle relate le récit biblique à partir du chapitre 26 de Lévitique jusqu’à la fin du chapitre 10 de Nombres dans la Bible.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 2005, 2006, ed. Wade Cox)

(Tr. 2009, rév. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 


 Récompense et Punition [CB044]


Nous continuons ici à partir de l'étude L'Ordination d’Aaron et de Ses Fils (No. CB043).

 

L'homme peut faire des choix

 

L'homme a été mis sur la terre avec le pouvoir de choisir entre le bien et le mal. Aucun animal n'a un tel pouvoir ou une si grande responsabilité de faire le bon choix.

 

Mais il a besoin d’apprendre ce qui est bien et ce qui est mal. Dieu doit le révéler. C'est pourquoi, maintes et maintes fois,  généralement par l’entremise de Moïse, Dieu a répété à Israël que le peuple doit observer toutes les Lois qu'Il leur avait données s'ils voulaient faire le bien. Il leur a promis beaucoup de choses merveilleuses s'ils observaient fidèlement les règles qui leur ont été données pour leur propre bonheur et leur propre sécurité.

 

Ce que Dieu a promis si on Lui obéit

 

"Si vous faites comme je vous l'ai commandé," a dit Dieu, "de nombreuses bonnes récompenses viendront à vous. Vous recevrez l'abondance de pluie. Le pays où vous arrivez produira tellement de grandes récoltes que votre moisson de grain durera jusqu'aux vendanges et les vendanges dureront jusqu'à ce qu'il soit temps de planter de nouveau le grain."

 

"Vous aurez l’abondance de nourriture. Je chasserai toutes les bêtes sauvages de votre pays. Vous serez protégés de vos ennemis. Si cent d'entre eux tentent de vous attaquer, je ferai que seulement cinq d'entre vous les chasseront. Si dix mille soldats viennent  contre vous, je prendrai seulement cent d'entre vous pour les faire rebrousser chemin et fuir pour sauver leurs vies.

 

"Je vous respecterai. Je ferai en sorte que vous ayez beaucoup d'enfants en bonne santé et deveniez une grande nation. Je serai heureux de continuer à demeurer parmi vous" (Lév. 26:3-9)."

 

Qu’est-ce qu’un peuple pourrait demander de plus? La bonne santé, l'abondance de bonne nourriture, la protection contre les ennemis, la protection contre toutes méchantes créatures, un bon climat et la paix intérieure en échange de l’obéissance à Dieu. Tous ces éléments pourraient être les leurs indéfiniment jusque dans le futur. Qu’est-ce qu’une nation donnerait immédiatement, en ces temps troublés, pour avoir toutes ces bonnes choses ?

 

Alors, Dieu a continué à rapporter les terribles choses qui viendraient sur les Israélites s'ils désobéissaient.

 

La punition pour la désobéissance

 

"Si vous ignorez mes règles," leur a dit Dieu, "et si vous refusez de vivre par elles et brisez l'alliance que nous avons conclue, alors votre avenir sera rempli de misère, d’épreuves et de désespoir.

 

"Vous serez remplis de peurs et d’inquiétudes continuellement. Vos ennemis vous tueront en grand nombre. Ils vous vaincront dans nombreuses batailles et s’accapareront de vos maisons et des récoltes que vous avez semées. Votre sentiment de terreur et de danger sera si grand que vous fuirez dans l'effroi, même si personne ne vous poursuit.

 

"Si vous continuez à refuser de m'écouter après toutes ces punitions, alors j'apporterai d’autres nombreuses affreuses choses sur vous. J'enverrai des famines sévères et des pestes horribles. En même temps, vos ennemis vous troubleront de plus en plus."

 

"J'enverrai des bêtes sauvages féroces pour détruire votre bétail et manger vos enfants. Votre peur des méchantes choses qui vous affligent sera si grande que vous aurez même peur de vous aventurer sur les routes ou les sentiers les plus proches" (vv.14-22). 

 

Ensuite, Dieu a continué :

"Si ces choses ne vous convainquent pas que je suis déterminé dans ce que je dis et si vous continuez à refuser de vivre selon les lois qui sont les meilleures pour vous, alors je vais vous punir encore plus sévèrement."

 

"Vos ennemis vous conquerront complètement. J'enverrai de terribles maladies sur vous. Elles se propageront parmi vous quand vous vous rassemblerez dans vos villes. Vos réserves de nourriture diminueront petit à petit jusqu'à ce que vous vous rendiez compte que vous faites face à la famine."

 

"Si vous estimez encore que vos voies sont meilleures que les miennes, votre nourriture deviendra si rare que certains d'entre vous rôtiront et mangeront vos propres enfants" (vv. 23-29)."

 

Une telle prédiction semblait probablement absurde aux Israélites mais elle s'est réalisée en Samarie et à Jérusalem de nombreuses années plus tard quand leurs ennemis les ont coupés de leurs approvisionnements de nourriture.

 

Ce qu’est l'idolâtrie

 

Dieu a prédit également ce qui arriverait si les gens insistaient pour adorer secrètement des objets ridicules considérés comme ayant des pouvoirs miraculeux.

 

Le respect et l'adoration stupides de certains objets inanimés n'est pas quelque chose faite seulement par des personnes considérées comme primitives et ignorantes. Même dans les nations civilisées, aujourd'hui, il y en a plusieurs qui attachent une grande valeur à des articles tels que les pièces de monnaie, les pattes de lapin, les croix, les statues, les images, les insignes et  ceux qui sont considérés comme porteurs de "bonne chance" ou comme ayant une certaine influence peu commune. C'est une forme d'idolâtrie ridicule dans laquelle les deux premiers Commandements sont enfreints. Le fait d’avoir un penchant excessif et des désirs pour la richesse, le prestige, l'influence et le plaisir - c'est-à-dire que ces choses valent plus que le  respect pour le Créateur - est aussi une forme d’idolâtrie selon Dieu.

 

Voici ce que Dieu avait à dire aux Israélites concernant les idoles : "Je les détruirai ainsi que les lieux où vous les adorez. J’anéantirai vos villes et je rendrai vos champs désertiques. Vos familles, tribus et nations seront dispersées comme esclaves aux mains des nations païennes" (vv. 30-33). "Mais à ceux qui se rendent compte qu'ils ont péché et deviennent assez humbles et sages pour l'admettre, je serai miséricordieux."

 

On pourrait croire que ces magnifiques promesses et ces avertissements sévères auraient incité les Israélites à prendre les bonnes décisions pour l'avenir. Certains ont été inspirés à une meilleure vie mais ce que la plupart d'entre eux ont fait par la suite est une histoire malheureuse qu’on verra plus tard, prouvant que Dieu fait ce qu'Il dit quand il promet de faire quelque chose.

 

Un blasphémateur est lapidé

 

Il y avait un homme vivant parmi les Israélites dont le père était un Égyptien et dont la mère était une Israélite de la tribu de Dan. Un jour une lutte a éclaté entre cet homme et un Israélite.

 

Dans sa colère enflammée, il a procédé à proférer certaines choses terribles au sujet de Dieu. Il a maudit son Créateur et l'a appelé par des noms épouvantables. Certains des Israélites qui ont été témoins de la scène ont amené le contrevenant devant Moïse pour dire ce qui s’était produit et pour demander quelle punition devrait être donnée à celui qui avait maudit Dieu d’une si forte voix.

 

Ils l’ont mis en détention jusqu'à ce que la volonté de Dieu leur soit déclarée clairement (Lév. 24:10-12).

 

Pourquoi Dieu a exigé la peine de mort

 

Dis aux Israélites, "si quelqu'un maudit son Dieu, on le tiendra responsable. Quiconque blasphème le nom de Dieu doit être mis à mort. Amenez-le dans un endroit loin à l'extérieur des camps où les témoins de son blasphème et de sa haine devront lancer de lourdes pierres sur le blasphémateur jusqu'à ce qu'il soit mort.

 

Moïse a transmis ces instructions au peuple qui a fait comme Dieu avait ordonné. L'Israélite Égyptien est mort aussitôt après (vv. 13-23). La Loi de Dieu s'appliquait à tout le peuple, peu importe qu’on soit un étranger ou un Israélite natif.

 

La peine de mort imposée rapidement après un crime semble probablement être un traitement dur et injuste à certains lecteurs. Certains pourraient même imaginer Dieu comme étant un monstre sévère, désireux de voir des personnes souffrir même pour la plus anodine raison.

 

Une lecture soigneuse de la Bible entière fera ressortir le fait que, plutôt qu'être cruel, Dieu est beaucoup plus charitable, juste, patient et enclin à pardonner que n'importe quel être humain. S'Il était comme nous, Il serait devenu tellement dégoûté de l'humanité qu'Il l’aurait toute détruite, il y a des siècles.

 

Un des jugements donnés à Israël était que quiconque maudit ses parents devrait être mis à mort. Si la violation du Cinquième Commandement est ainsi punie, la punition ne pouvait pas être moindre pour celui qui maudit Dieu, le Créateur de tous les parents.

 

Les jugements de Dieu sont justes, mais les humains essaient de les substituer par des jugements inférieurs. Une personne coupable aux yeux de Dieu ne sera pas laissée impunie. Le seul espoir d’échapper à la punition est par l’entremise de Jésus Christ qui est venu sur la terre pour plusieurs raisons, y compris mourir pour les péchés des hommes. Les pécheurs qui regrettent beaucoup leurs mauvaises actions, qui font appel à Dieu pour le pardon et s'efforcent de vivre selon les Lois de Dieu, peuvent envisager un avenir plus radieux.

 

Ceux qui voient les autres faire le mal qui semblent en apparence éviter la punition, ne devraient jamais se sentir envieux. Pourquoi se sentir envieux de ceux qui seront éventuellement punis ? La punition est certaine à moins qu'il n'y ait le repentir (Ps. 37).

 

Le premier recensement d'Israël

 

Un mois s’était passé depuis le temps où Moïse avait fait construire le Tabernacle et l’avait mis en service. Il y avait une année passée depuis l'Exode. Dieu a informé Moïse qu’il était temps de déterminer combien de mâles de vingt ans et plus se trouvaient parmi les Israélites (Ex. 40:17 ; Nom. 1:1-3).

 

Il était nécessaire d'avoir des registres exacts des gens afin que l'ordre puisse être maintenu, surtout quand le peuple levait le camp.

 

En conséquence, tous les mâles de vingt ans et plus ont été ordonnés de s'enregistrer à certains points et de fournir des renseignements sur eux et leurs familles (Nom. 1:17-19). Ce recensement ne devait pas inclure les étrangers, ni les hommes de la tribu de Lévi, ni ceux qui était trop âgés pour entrer dans la bataille dans le cas où les Israélites devaient mener la guerre contre l'attaque des armées (Nom. 1:45, 47).

 

Quand tous ont été enregistrés et qu’on a additionné leurs nombres, les hommes Israélites aptes se chiffraient à 603 550 (Nom. 1:45-46). Ceci était une importante augmentation par rapport au soixante-dix hommes qui étaient allés en Égypte au temps où Joseph était gouverneur. En incluant les femmes, les enfants, les étrangers et la tribu de Lévi, il y avait au moins deux millions de personnes qui campaient en rangs serrés près du Mt. Sinaï. De plus, il y avait plusieurs dizaines de milliers d'animaux à nourrir. Une si grande quantité de nourriture et d’eau était nécessaire qu'il devait y avoir de l'ordre et du contrôle particuliers du leadership à travers Moïse.

 

Des douze tribus, Juda était la plus grande avec 74 600 hommes (Nom.1:26-27). La plus petite tribu dénombrée à ce moment-là était Manassé, avec 32 200 hommes.

 

Dieu exige de l'ordre

 

Le recensement ayant été accompli, Moïse et Aaron ont été instruits par Dieu au sujet de la disposition des camps des diverses tribus. Jusqu'à ce temps, il y avait de l'ordre acceptable mais Dieu voulait de l'ordre et des dispositions précis de sorte que dorénavant, il y aurait un système et un contrôle appropriés à toutes les fois que le peuple camperait (Nom. 2). Voir aussi l’étude La Création de la Famille de Dieu (No. CB004).

 

Bien que la tribu de Lévi n’ait pas été incluse dans le recensement qui venait juste d’être effectué, elle a été dénombrée plus tard par l'ordre de Dieu. Les mâles ont été comptés à partir de l’âge d'un mois et plus, et ont été déterminés au nombre exact de 22 000 (Nom. 3).

 

Des fonctions spécifiques et définies ont été assignées aux diverses familles des Lévites. Chacun a appris ce qu'il devait faire. Dieu avait tout planifié pour qu'il n'y ait pas de confusion (Nom. 3:5-38 ; 4:4-33).

 

Dieu déteste la confusion (1Cor. 14:33). Cela signifie que tout ce que notre Créateur fait, est soigneusement bien réfléchi, planifié, ordonné, vrai et parfait. Il n’aime pas les demi-vérités, le désordre, les conflits, les théories, la conjecture, les fausses doctrines, les mensonges ou la propagande. Dieu n'a rien à voir avec la confusion religieuse d’aujourd’hui sauf de retirer de ce monde confus les individus qui cherchent avec zèle la vérité.

 

Avant qu'Israël ait quitté le Sinaï, Dieu leur a aussi donné l'ordre dans lequel les diverses tribus devaient quitter le camp et se disperser dans leur immense caravane en mouvement vers Canaan (Nom. 10:11-28).

 

En attendant, il y avait d'autres instructions nécessaires pour ce jour de Dieu. Toutes personnes impures — celles ayant la lèpre et d'autres maladies contagieuses et celles exposées à des cadavres — devaient être séparées dans le camp ou mises loin à l'extérieur du camp pour y demeurer durant diverses périodes de temps (Nom. 5:1-4 ; Lév. 13:1-8 ; 15:1-13 ; 21:1-3). Ceci n'était pas seulement comme une mesure de santé pour le bien du peuple. Dieu ne voulait pas des personnes impures qui soient si près du secteur saint dans lequel l'Ange de Sa Présence devait habiter avec les Israélites. Ces mesures étaient nécessaires avant la venue de l'Esprit Saint. La propreté à l’extérieur était destinée à enseigner au peuple la nécessité de la puissance de Dieu de nettoyer l'être humain à partir de l'intérieur par l'Esprit Saint.

 

Au même moment, Dieu a aussi clairement établi certaines règles pour ceux qui n'étaient pas Lévites mais qui voulaient être mis à part pendant un certain temps au service spécial à Dieu. Les Israélites qui voulaient faire ainsi, étaient appelés Naziréens. Ils ne doivent pas être confondus avec les Lévites. Dieu honorait les intentions de ces individus qui voulaient prendre des vœux de Naziréen et les a bénis pour leur zèle.

 

Durant la période de temps où les gens étaient Naziréens, ils (hommes ou femmes) ne devaient pas se raser ou couper leurs cheveux. Ils ne devaient toucher aucun mort. Ils ne devaient pas consommer de vin. Ils ne devaient non plus boire du jus de raisin. Les raisins, frais ou séchés, ne devaient pas être mangés (Nom. 6:1-8). C'était un signe de leur service spécial.

 

Christ n'était pas un Naziréen

 

Beaucoup de personnes ont cru que Jésus Christ était un Naziréen parce qu'il a été élevé à Nazareth, une ville dans la zone de la Galilée à environ cent treize km (soixante-dix miles) au nord de Jérusalem. Ce n'est pas vrai. Les gens qui viennent de Nazareth ou y résident s'appellent des Nazaréens. Ils ne sont pas Naziréens à moins qu'ils n'aient fait le vœu de Naziréen. Christ n'était pas un Naziréen. Il a bu du vin (Apo. 11:19). S'il avait été un Naziréen, il n’aurait pas pu boire du vin sans pécher et perdre sa position en tant que notre Sauveur.

 

Certains qui croient que Jésus était un Naziréen affirment par erreur que le vin que Jésus a bu était du jus de raisin — mais même le jus de raisin était interdit aux Naziréens.

 

À cause de la supposition que Christ était un Naziréen, plusieurs personnes ont cru qu'il avait des cheveux longs jusqu’en dessous des épaules. Christ n’avait pas les cheveux longs. Les cheveux longs sont une honte à un homme (1Cor. 11:15) sauf s'il est un Naziréen engagé par voeu. Personne ne sait à quoi Jésus ressemblait. Puisque Christ était un charpentier travaillant qui mangeait seulement des aliments purs et qui observait les lois de bonne santé, nous savons qu'il était un homme très viril avec de la force physique et de l'endurance. Puisqu'il aimait tous les gens, il était un individu sociable, sympathique, joyeux qui pensait aux autres et toujours courtois. Ce qui importe le plus, cependant, est l’apparence de Christ maintenant. Hébreux 1:2-4 et Apocalypse 1:12-16 nous décrivent la puissance et l'apparence actuelles du Christ.

 

Les offrandes à la dédicace du Tabernacle

 

Quand Moïse a fini de construire le Tabernacle, il l'a oint, l'a couvert et y a installé tout son mobilier. Il a aussi oint et consacré l'autel et tous ses ustensiles. Alors, les chefs d'Israël, les chefs de familles qui étaient les chefs des tribus chargés de ceux qui ont été dénombrés, ont fait des offrandes.

 

Ils ont apporté en tant que leurs dons devant le Seigneur, six chariots couverts et douze bœufs – un bœuf de chaque chef et un chariot pour deux. Ils les ont présentés devant le Tabernacle (Nom. 7:1-3).

 

Le Seigneur dit à Moïse, "Acceptez d'eux ces choses afin de les employer pour le service de la Tente d’Assignation. Donnes-les aux Lévites à chacun selon ses fonctions" (Nom. 7:4-5).

 

Moïse était soulagé d’entendre que les dons des princes Israélites provenaient de leur propre idée et librement. Moïse a joyeusement accepté les chariots et les bœufs et les a remis à Aaron pour qu'ils puissent être mis à un service spécial par les Lévites (vv. 6-8).

 

Les chariots et les bœufs n'étaient pas les seuls dons des chefs des tribus Israélites. Il y avait tellement d’autres choses qui ont été apportées que le prince de chaque tribu était assigné un jour particulier pour présenter ses dons et faire ses offrandes (vv. 10-11).

 

Le total de toutes les tribus s'est élevé à douze grands plats en argent dans lequel pétrir la pâte pour le pain sans levain, douze cuvettes profondes en argent (toutes remplies des quatre mélanges raffinés d'huile) pour recevoir le sang pour les sacrifices, douze cuillères d'or remplies de l'encens, douze chevreaux, trente-six bœufs, soixante-douze béliers, soixante chèvres mâles et soixante-douze agneaux (Nom. 7:12-23, 84-88).

 

Après que les tribus ont fini de donner ces choses, Moïse est entré dans le Tabernacle pour remercier Dieu pour ce que tant de personnes avaient contribué. À ce moment, une voix lui a parlé du dessus du propitiatoire. C'était l'Ange de Dieu qui instruisait Moïse sur ce qu’il devait dire à Aaron concernant le Tabernacle et les Lévites (Nom. 7:89; 8:1-2).

 

Les instructions incluaient celles qui touchent à la Pâque. L'agneau de Pâque doit toujours être tué le Quatorzième jour du premier mois, Nisan (ou Abib), rôti et mangé cette nuit à partir du début du Quinzième jour. Mais pour ceux qui sont à l’extérieur en voyage ou ceux qui, pour une raison quelconque, sont incapables de l’observer à cette date, la Pâque doit être observée à partir du Quatorzième jour du Deuxième mois, Iyar (Nom. 9:9-12).

 

Ceci s'applique aussi au mémorial de la Pâque du Nouveau Testament qui doit être observé par les Chrétiens baptisés aujourd'hui, tel que mentionné dans Matthieu 26:26-28. Ceux qui pour une raison spéciale ne peuvent pas observer le Dîner du seigneur et la Pâque suivante (avec le pain sans levain et le vin en tant que mémorial de la mort de Christ) à partir du 14ème jour d'Abib (ou Nisan) devraient faire tous des efforts pour l'observer exactement un mois plus tard selon le calendrier sacré de Dieu.  Mais si une personne n'est pas en voyage et est apte à prendre la Pâque au temps approprié et ne le fait pas, elle devra être enlevée de son peuple. Voir aussi l’étude Les Jours Saints de Dieu (No. CB022).

 

Dieu a aussi commandé que deux longues trompettes en argent massif soient faites pour appeler le peuple. Le son d’une seule trompette signifiait la convocation des chefs des tribus à une réunion. Le son de deux trompettes servait soit à appeler à une assemblée solennelle tout le peuple, soit à signaler la levée du camp. Elles devaient aussi être sonnées de manières variables que les auditeurs reconnaîtraient immédiatement comme une alarme en préparation à la guerre, des occasions heureuses, des jours solennels, les débuts des mois et les temps d'offrandes (Nom. 10:1-10).

 

On pourrait douter que deux trompettes, même grandes et longues, puisse être entendues par deux millions de personnes dispersées sur des kilomètres. Mais une corne du type que Dieu voulait, sonnée par une personne forte de bonne capacité pulmonaire, pouvait facilement être entendue dans l'air clair du désert aux alentours du Mt. Sinaï.

 

Un matin, peu de temps après que les trompettes avaient été faites et mises en usage, les Israélites sont sortis de leurs tentes pour voir que la nuée s’était éloignée du Tabernacle pendant la nuit  et se situait haut dans le ciel.

 

Peu de temps après, les deux trompettes en argent ont été fortement sonnées par les deux fils d’Aaron pour annoncer le signal pour lever le camp.

 

Les Israélites reprennent la marche

 

Il y avait une grande excitation parmi le peuple. Ils étaient campés devant le Mt. Sinaï depuis presque une année et le signal était arrivé pour continuer leur déplacement. La nuée s’était déplacée vers le haut du Tabernacle. Les hommes se sont dépêchés à préparer leur bétail et leurs tentes pour se déplacer. Les femmes ont travaillé rapidement pour rassembler les biens de la famille. Excités à la pensée d’aller quelque part, les enfants couraient tout heureux, mais non pas pour se perdre ou pour être nuisibles.

 

Pendant ce temps, les hommes ont démonté le Tabernacle. Ils avaient été si bien formés dans cette tâche qu'elle a été faite dans un délai remarquablement court. C’était assez étonnant que deux millions de personnes soient prêtes à se déplacer si vite avec un si court préavis.

 

Conformément aux ordres de Dieu, la première tribu à quitter le campement était Juda. Les autres ont suivi selon l'ordre qui leur avait été donné. Les Lévites qui portaient l'équipement du Tabernacle, ont été espacés de deux différents secteurs parmi les autres tribus. La tribu de Nephtali, bien qu’elle ait été mentionnée comme la  dernière derrière Aser, n'était pas la dernière à partir. Dan est désigné pour être l'arrière-garde de toutes les tribus de l'armée (vv.11-28 et particulièrement v 25).

 

Quelques heures plus tard, la caravane gigantesque avait disparu par les passages de la montagne vers le Nord-Est, en laissant la vallée silencieuse et isolée du Sinaï. Parmi les étrangers qui étaient restés avec les Israélites au Sinaï était Hobab, le fils de Jéthro. Ce beau-frère de Moïse, avait un clan dont il était  le chef,  les avait rejoints quand il est venu avec son père pour visiter Moïse et ramener Séphora, la femme de Moïse. En tant que natif du désert, il avait une connaissance détaillée du désert. Moïse espérait donc que Hobab et son peuple partiraient avec les Israélites.

 

Hobab, qui aimait Dieu et voyait que le peuple de Dieu avait besoin de lui, a joint son clan à la tribu de Juda, qui était toujours en tête quand la caravane Israélite se déplaçait à travers le désert. De cette manière, ses hommes pourraient utiliser leur connaissance du désert dans le choix du meilleur sentier à utiliser pour les Israélites qui suivaient la nuée et la colonne de feu. Après que les Israélites sont entrés dans la Palestine, Hobab, le fils de Raguel ou Reuel (Jéthro) le Midianite, et ses parents, se sont installés avec la tribu de Juda, se choisissant pour eux-mêmes une région du désert semblable à leur ancienne patrie (Juges. 1:16).

 

Reuel veut dire Ami de Dieu et était le nom donné à Jéthro, le beau-père de Moïse, qui était le prêtre de Madian (Ex. 2:18 ; cf. Ex. 3:1). Jéthro était un adorateur du Seul Vrai Dieu et était appelé Reuel ou Raguel ici.

 

Donc, les Israélites ont quitté la montagne et durant trois jours, la vaste lignée de l'humanité et d'animaux s’est lentement avancée à grande peine à travers les plaines rocheuses et les flancs de coteaux rocheux caractéristiques de cette région. L'Arche de l’Alliance du Seigneur est allée devant eux pendant ces trois jours pour trouver un endroit où se reposer. La nuée du Seigneur était au dessus d’eux le jour.

 

Moïse prononçait une prière publique pour la protection chaque fois qu'ils quittaient et chaque fois qu'ils arrivaient au campement (Nom. 10:33-36).


(La Bible traduite par Louis Segond a été utilisée comme une source de référence dans les différents endroits de cette étude.) 

q