Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB045]

 

 

 

Râlements et Rébellion [CB045]

 

(Édition 2.0 20050122-20061125)

 

 

 

Maintenant, les gens se sont plaints de leurs difficultés à l'audience du Seigneur, et quand il les entendit sa colère s'enflamma. Cette étude a été adaptée du Chapitre 37 de The Bible Story Volume II par Basil Wolverton, publiée par Ambassador College Press, et couvre les chapitres 11 et 12 du livre des Nombres dans la Bible.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2005, 2006 Christian Churches of God, éd. Wade Cox)

(Tr. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 



Râlements et Rébellion [CB045]


Nous continuons ici suite à l’étude Récompense et Punition (No. CB44).

 

Feu venant du Seigneur

Comme d'habitude, il y avait des gens qui ont commencé à se plaindre de leurs difficultés. À la fin de la troisième journée loin du Sinaï, il y en a beaucoup qui ont bruyamment exprimé leurs griefs à ceux qui les entouraient. Lorsque Dieu a entendu cela, Sa colère s'enflamma. Puis le feu de Son Ange s’alluma parmi eux et consomma quelques-uns des abords du camp (Nombres 11:1).

 

Dieu était sérieux

Se plaindre de la façon dont Dieu dirige Ses serviteurs est une rébellion contre le Gouvernement de Dieu.

 

Un cri d'horreur et de douleur monta du peuple d'Israël. La punition soudaine et terrible de Dieu leur rappelait la manière dont le Créateur avait frappé à l'époque de la Pâque un an auparavant. À cette occasion, les victimes avaient été des Égyptiens. Cette fois, il y avait aussi des Égyptiens, parce que les Égyptiens qui étaient venus comme éléments de la multitude mélangée avec les Israélites étaient en partie à blâmer. Mais un grand nombre des délinquants maintenant étaient des Israélites.

 

Lorsque le peuple cria à Moïse, celui-ci pria Dieu et le feu s'éteignit (v. 2). La colère de Dieu avait un tel effet profond sur la plupart des gens qu'ils ont nommé l’endroit Taberah, ce qui signifie, une sensation de brûlure (v. 3).

 

Mais en dépit de cet avertissement terrible aux râleurs, la plupart des gens ont alors commencé à se plaindre de leur régime alimentaire. La populace avec eux a commencé à implorer d'autres aliments, et de nouveau, les Israélites ont commencé à se lamenter et à dire : Si seulement nous avions de la viande à manger (v. 4).

 

La nourriture principale du peuple était encore la manne, une merveilleuse nourriture énergisante directe de Dieu. Donc, la manne est devenue un sujet de ces râleurs qui ont pensé que la manne était un piètre substitut à la nourriture dont ils avaient bénéficié en Égypte. Dans tout cela ils ont oublié les difficultés qu'ils ont endurées en Égypte et desquelles le Seigneur les avait délivrés.

 

L'humanité à ce moment-là, comme aujourd'hui, était très encline au pouvoir de suggestion. Ces remarques stupides ont causé un nombre croissant d'Israélites à douter que la manne fût quelque chose de plus que ce qui était nécessaire pour à peine garder les gens en vie. Au même moment, les râleurs n’ont cessé de rappeler aux autres les nourritures merveilleuses dont ils jouissaient dans le passé. Nous nous souvenons des poissons, des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et de l'ail que nous aimions si bien et mangions en Égypte, mais maintenant nous avons perdu notre appétit ; nous ne voyons jamais rien, à part cette manne (vv. 5-6).

 

L’amertume grandit

Moïse entendit le peuple de chaque famille se lamenter, chacun à l'entrée de sa tente. Il savait que quelques-uns des gens se plaindraient toujours, quelles que soient les conditions. L'Ange du Seigneur est devenu très en colère, et Moïse fut troublé.

 

Qu'ai-je fait, a-t-il demandé à Dieu, pour susciter cette peine à venir sur moi ? Comment puis-je être un père pour tous ces milliers de personnes indisciplinées ? Dois-je essayer de les porter, comme des bébés, à la terre que Tu leur as promise ? Comment puis-je mettre fin à leur demande croissante pour les autres types de nourriture ?

 

Ressens-tu, demanda Dieu à Moïse par Son Ange, que cette tâche que je t’ai donnée soit trop grande ?

 

Je sais seulement, répondit Moïse, que les exigences sauvages de milliers de personnes sont trop pour moi. Je ne vois aucune manière de prendre soin de ce qu'ils demandent, ou de m’occuper d’eux pendant qu'ils sont dans un tel état extrême d'esprit. Si je n'arrive pas à leur donner les aliments qu'ils exigent, ils sont susceptibles de devenir tout à fait hors de contrôle. Si Tu permets que cela se produise, alors s'il te plaît prends ma vie maintenant. Je ne veux pas être ici pour assister à une telle rébellion (vv. 10-15).

 

Dieu dit à Moïse : Apporte-moi soixante-dix anciens d'Israël qui te sont connus en tant que dirigeants et officiers parmi les gens. Qu’ils viennent à la Tente d’Assignation, qu'ils s'y présentent avec toi. Mon Ange descendra et parlera avec toi là, et je prendrai de l'Esprit qui est sur toi et le mettrai sur eux. Ils t’aideront à porter le fardeau du peuple de sorte que tu n'aies pas à le porter seul (v. 16-17).

 

Il a été dit à Moïse de prévenir les gens à arrêter de se plaindre et de préparer un festin de viande. Dis-leur que cette fête ne durera pas seulement une journée, deux jours, cinq jours ou vingt jours. Dis-leur que ça va durer un mois entier, et qu'ils auront tellement de viande à manger qu'elle deviendra dégoûtante pour eux. Dis-leur qu'ils se sont tellement plaints pour ne pas avoir quoi que ce soit à part la manne, qu’ils ne seront pas en mesure de garder la viande dans leur estomac.

 

Mais comment peux-tu fournir de la viande pour plus de deux millions de personnes pendant un mois entier ? Moïse demanda. Tous nos troupeaux doivent-ils être abattus pour prendre soin de l'appétit des gens pour la viande ? Ou as-tu une certaine façon d'apporter une énorme quantité de poissons de la mer Rouge ?

 

Pourquoi sembles-tu mettre en doute que j'aie le pouvoir de m’occuper de ces questions ? demanda le Seigneur par Son Ange. Vas et fais comme je l'ai commandé, et tu seras bientôt témoin de ce que j'ai prévu (vv. 18-23).

 

Moïse sortit et dit aux gens que le Seigneur avait été très ému par leurs plaintes, et leur enverrait tellement de viande qu'ils souhaiteraient ne l’avoir jamais demandée.

 

Nul doute que cette nouvelle ait apporté une grande excitation dans les camps. La plupart des gens ne s'intéressaient qu'à ce que Dieu leur promettait de la viande pour un mois entier. Très peu semblaient être concernées par Sa remarque selon laquelle ils regretteraient de l’avoir demandée.

 

Soixante-dix anciens choisis

Pendant ce temps, Moïse avait réuni les soixante-dix anciens et les fit se tenir autour de la Tente. Puis l'Ange du Seigneur descendit dans la nuée et lui parla, et il prit de l'Esprit qui était sur Moïse et mit l'Esprit sur les soixante-dix anciens. Quand l'Esprit reposa sur eux, ils prophétisèrent, mais ils ne l'ont pas fait à nouveau (v. 24-25).

 

Les soixante-dix anciens d'Israël ont fini par devenir le Sanhédrin ou conseil d'administration. Les soixante-dix ont reçu le même Esprit qui reposait sur Moïse et qui pointait vers le temps où le Messie a nommé soixante-dix des élus qui sont devenus les nouveaux anciens d'Israël. Ils ont été envoyés deux par deux (Luc 10:1), comme l'étaient les douze apôtres (Marc 6:7).

 

Cependant, deux hommes dont les noms étaient Eldad et Medad, qui ont été répertoriés parmi les anciens choisis par Moïse étaient restés dans le camp. Ils ne sont pas allés à la Tente, mais l'Esprit reposa sur eux, en même temps que les autres et ils ont prophétisé dans le camp. On leur a donné une compréhension particulière qui était un don de Dieu. Un jeune homme a couru et l’a dit à Moïse (Nombres 11:26-27).

 

Nous devrions nous rappeler que Dieu ne fait rien à moins qu'Il ne parle à travers Ses serviteurs les prophètes, qui sont ceux qu'Il choisit lui-même parmi Son peuple.

 

Les mois auparavant, lorsque Moïse avait prié avec ferveur pour que Israélites gagnent une longue bataille avec les Amalécites qui attaquaient, un jeune homme du nom de Josué avait conduit l'armée israélite dans la bataille tandis que Aaron et Hur soutenaient les mains de Moïse, alors que Moïse priait (Ex. 17:8-13). Josué était présent à ce moment et dit à Moïse d’empêcher Eldad et Médad de parler aux gens. Il a probablement estimé que deux jeunes hommes faisant une telle impression sur les gens pourraient provoquer les Israélites de chercher un nouveau leader.

 

Moïse n'était pas inquiet, toutefois. Il s'est rendu compte qu'il s'agissait d'un cas où Dieu avait donné à Eldad et Médad une compréhension particulière avec les autres anciens qui avaient été choisis pour aider à supporter une partie de la responsabilité de Moïse.

 

Bien que l'Esprit de Dieu n'ait pas été mis à la disposition avant la Pentecôte, en 30 EC (Actes 2:1-4), Il a donné Son Esprit aux prophètes et certains autres dont Il avait besoin pour mener Son peuple. Voir l’étude Qu'est-ce que l’Esprit Saint ? (No. CB3).

 

Moïse dit à Josué : Es-tu jaloux pour moi ? Je souhaite que tous les gens du Seigneur soient des prophètes et que le Seigneur mette son Esprit sur eux (Nombres 11:27-30).

 

Les cailles arrivent

Après que les anciens eussent regagné leurs camps et que Moïse fut allé à sa tente, un fort vent sortit du Seigneur et transporta des cailles de la mer. Il les fit descendre tout autour du camp à une profondeur d'environ trois pieds au-dessus du sol, dans la mesure d’une journée de marche dans n'importe quelle direction. Tout ce jour et cette nuit et toute la journée suivante, les gens sortirent et rassemblèrent les cailles. Personne ne ramassa moins de dix homers. Ensuite, ils les distribuèrent tout autour du camp.

 

Finalement, Moïse a su comment Dieu allait fournir la viande que les Israélites avaient demandée. Il se souvint aussi comment Dieu avait envoyé des masses de cailles (Exode 16:11-13) quand les gens s’étaient d'abord plaints du fait de devoir constamment manger de la manne.

 

Après des mois d’existence principalement [en mangeant] de la manne, les Israélites étaient sans doute heureux en raison de la réception des viandes et ils ont probablement mangé la chair des oiseaux, comme s’ils avaient été affamés.

 

Mais peut-être cela n'était pas tout à fait aussi merveilleux que plusieurs l’avaient prévu. Quand on construit un désir lascif et dévorant pour quelque chose, Cela s'avère souvent être plus désirable dans l'imagination que ça ne l’est en réalité. Il en était ainsi avec un si grand nombre des Israélites.

 

Quant à la promesse de Dieu de fournir la viande aux Israélites pendant un mois entier, Il a plus que gardé Sa parole. Les nombres énormes d'oiseaux ensachés par les Israélites, si cela était correctement conservé, auraient duré plus d'un mois – même s’ils avaient été mangés goulûment par les plus voraces des Israélites.

 

La punition vient

Mais tandis que la viande était encore entre leurs dents et avant qu'elle ne puisse être consommée, la colère du Seigneur s'enflamma contre le peuple, et il les frappa avec un fléau grave. Les gens étaient avides et la viande était tellement bonne pour eux. Beaucoup ont commencé à tomber malade et la mort a rapidement suivi. Leurs systèmes digestifs, habitués à la manne douce pendant si longtemps, ont été largement surtaxés par la chair qui avait été avalée.

 

Au moment où la peste auto-infligée s’arrêta, une zone à proximité des camps était devenue un vaste cimetière. Par conséquent, le lieu a été nommé Kibroth Hattaavah, ce qui signifie tombes de la luxure dans la langue hébraïque, parce qu'on y enterra les gens qui avaient convoité d'autres aliments (Nombres 11:33-34).

 

Dieu a nourri Israël comme ils ont pu être nourris, c’est-à-dire, Il leur donna des choses douces à manger (la manne). Certains d'entre eux sont morts parce que leurs systèmes ne pouvaient pas tolérer la viande quand ils se sont rassasiés de la caille. Ce n'est que lorsque nous sommes assez solides, qu’Il donne la viande solide et nous nourrit par Son Esprit Saint. La viande solide est la compréhension des Mystères de Dieu.

 

Parfois Dieu nous donne ce que nous demandons même s'Il sait que ce n'est pas dans notre meilleur intérêt, afin que nous puissions tirer des leçons de l'issue. Nous devons rendre grâce pour toutes les choses que Dieu nous a données. Désirer des choses que les autres ont et que nous n'avons pas, ou convoiter des choses que nous considérons être meilleures que ce que nous avons déjà, ne plaît pas à Dieu.

 

Dieu sait quels sont nos besoins et Il a pourvu pour toutes les choses dans Son Plan. Les enfants d'Israël ont reçu la manne de sorte que leur pain et eau soient assurés, qui est la promesse de Dieu pour nous dans les derniers jours dans le désert (Ps. 37:25 ; Ésaïe 33:16).

 

Miriam et Aaron s'opposent à Moïse

Selon Flavius ​​Josèphe (Antiquités des Juifs, Livre II, Ch. X), Moïse avait épousé une femme éthiopienne dans le cadre de la guerre contre l'Éthiopie et de leurs conditions de rachat, plus de quarante ans avant l'Exode. Moïse, étant un prince de la maison royale de l'Égypte, était le Capitaine-Général de l'armée égyptienne et sa femme était la fille d'un roi des Éthiopiens. Elle est enregistrée comme persuadant son père de livrer la forteresse du Haut-Nil, si elle pouvait épouser Moïse. Cela semble qu'elle peut avoir rejoint les Israélites lors de l'Exode.

 

Quelle que soit la raison, cela a élaboré un fort sentiment d'envie et de ressentiment dans Miriam, la sœur de Moïse, et dans Aaron. Miriam a essayé d'attaquer Moïse et de dénigrer sa position et elle a utilisé cette situation avec la princesse éthiopienne comme motif de l'attaque.

 

Bien qu'il se soit rendu compte que Miriam avait tort d'être jalouse et critique, et qu'elle tentait d'exercer beaucoup trop d’autorité, Aaron a été enclin à penser que Moïse n'aurait pas dû faire toutes les grandes décisions sans prendre au moins quelques-unes des questions avec lui et sa sœur. Mais il était d’accord de laisser tomber l'affaire là et d'en discuter en privé avec Moïse, cependant, Miriam n'avait pas l'intention de le faire.

 

Miriam continua : Certes, Dieu est source d'inspiration, pour toi et moi quant à ce qui devrait être fait. Mais Moïse agit comme s'il est le seul en contact avec Dieu. À moins qu’il ne soit arrêté, il prendra tous les pouvoirs pour lui-même et fera comme il lui plaît avec les gens.

 

Peut-être as-tu raison, médita Aaron. Le sentiment de trop grande autorité pourrait avoir un effet néfaste sur tout homme, même notre frère Moïse.

 

Il est intéressant de rappeler ici d'autres exemples de la rivalité fraternelle et de la jalousie dans la Bible. Caïn tua son frère Abel, les frères de Joseph l’ont vendu en esclavage, Jacob a volé le droit d'aînesse de son frère Ésaü et il y avait de la jalousie entre les sœurs Rachel et Léa. Nous devrions nous rappeler d’obéir à Dieu et essayer de ne pas causer des problèmes dans nos familles ou avec les autres par de mauvaises attitudes.

 

Rien dans ce monde n'a jamais été fait, ni pensé, ni exprimé sans que Dieu le sache. Bien qu’Aaron et Miriam aient été choisis comme les serviteurs de leur Créateur, ils Lui ont déplu par leurs remarques critiques, envieuses et méchantes sur un autre serviteur choisi qui était au-dessus d'eux en autorité.

 

Et l'Ange du Seigneur entendit tout cela. De suite il dit à Moïse, Aaron et Miriam, Sortez de la Tente d’Assignation, vous tous. Alors, tous les trois sortirent (Nombres 12:4).

 

Aaron et Miriam convoqués

Puis l'Ange descendit dans la colonne de nuée, il se tint à l'entrée de la tente et convoqua Aaron et Miriam.

 

Puis l'Ange, s'exprimant au nom de Dieu dit : Maintenant, écoutez-moi. Qu'il n'y ait aucun doute quant à celui par qui je choisis de parler et de diriger en ces temps, soyez assurés que Moïse est le serviteur qui doit porter la plus grande responsabilité. Que l'on sache que je lui parle directement comme un être à un autre, et non pas d'une certaine manière mystérieuse, ou dans les rêves et les visions, comme je parle aux prophètes ordinaires. Pourquoi, alors, avez-vous été assez stupides pour parler contre Moïse, mon serviteur choisi ? (vv. 5-8).

 

La colère de Dieu s'enflamma contre eux (v. 9). Moïse était à la fois embarrassé et en colère d'apprendre qu'il avait été l'objet de remarques désobligeantes de la part de son frère et sa sœur. Néanmoins, il se sentait un peu désolé pour eux, car il savait que Dieu agissait souvent avec une rapidité terrible quand Il avait l’intention de punir quelqu’un.

 

Miriam et Aaron ont été soulagés lorsque la nuée s’éleva de dessus la Tente. Aaron se tourna vers Miriam et il recula d'horreur. La chair sur le visage de sa sœur, le cou, les bras et les mains avaient soudainement pris une teinte maladive blanche. Aaron frémit comme il arracha ses yeux du visage blême de sa sœur. Il savait qu'elle était soudainement devenue lépreuse (v. 10).

 

Moïse ! appela Aaron d'une voix effrayée.

 

Pourquoi Dieu a réprimandé Miriam et Aaron

Moïse s’éloignait lentement à ce moment-là. Il se retourna et revint car il sentait la tristesse et l'inquiétude dans le ton d'Aaron. Quand il vit l'état de Miriam, il fut très en colère. Pour la première fois Miriam remarqua ses mains. Elle poussa un cri et s'effondra sur le sol. Aaron s'agenouilla rapidement à côté d'elle et regarda suppliant Moïse et lui dit :

 

S'il te plaît, mon Seigneur, ne tiens pas contre nous le péché que nous avons si follement commis. Ne laisse pas Dieu la prendre par cette terrible maladie, a-t-il supplié. Demande-lui de pardonner notre péché stupide et de la guérir (vv. 11-12).

 

Moïse se mit à genoux, se pencha sur le visage au sol et cria à Dieu.

 

S'il te plaît guéris-la, cria Moïse à Dieu. Sois miséricordieux et pardonne lui ainsi qu’Aaron de leurs péchés. Veuille supprimer cette terrible maladie de ma sœur maintenant (v. 13).

 

Alors Dieu dit soudainement à Moïse : En raison de son manque de respect pour l'autorité, Miriam doit être exclue du camp et être loin de Ma Présence pendant sept jours.

 

Pour son horreur et honte, Miriam a été conduite à un endroit éloigné loin à l'extérieur du camp, là pour s'asseoir et s’exécrer dans la misère totale.

 

Pendant ce temps, les Israélites étaient prêts à repartir. Mais la nuée n’a pas avancé et, évidemment, cela voulait dire que Dieu retardait la marche jusqu'à ce que Miriam soit ramenée guérie dans le camp (vv. 14-15).

 

Après qu’une semaine se soit écoulée, elle fut ramenée dans sa tente. Dieu avait répondu à la prière de Moïse et l’avait guérie. Elle et Moïse et Aaron étaient très reconnaissants. En même temps, Miriam était désolée d'avoir parlé avec tant d'audace et à tort contre Moïse. Si elle ne s’était pas repentie, Dieu aurait refusé de lui ôter sa lèpre terrible, et cela aurait lentement causé sa mort seule et loin du corps principal de son peuple.

 

Miriam a appris la leçon que tous devraient apprendre – que parler en mal des serviteurs que Dieu a choisis pour travailler pour Lui ou le représenter, c’est indirectement dire du mal de Celui qui a créé l'univers entier et chacun d'entre nous. Dieu nous dit que la sagesse commence par le respect envers Lui (Ps. 111:10 et Pro. 9:10).

 

Après que Miriam fût ramenée dans le camp à Hatséroth, les gens se sont déplacés vers le nord pendant plusieurs jours. Bien que ce fût la fin de l'été, ils ont voyagé à travers le pays désert et chaud jusqu’à Paran, venant par la suite à une zone isolée, une oasis appelée Kadesh ou Kadès-Barnéa (Nombres 12:16 et 13:26).

 

C’était à la frontière de la Terre Promise de Canaan. À Kadès la nuée s’arrêta pendant plus d'une nuit. Les personnes trouvèrent plusieurs puits et sources dans cette région, et il y avait assez d'herbe pour leurs animaux. Il était évident que Dieu voulait que les Israélites campent à cet endroit pendant au moins plusieurs jours. Le Tabernacle fut érigé comme il l'avait été au Sinaï, et les diverses tribus établirent leurs camps dans leurs positions désignées.

 

 

 

q