Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB046]

 

 

 

L’Exploration de Canaan [CB046]

 

(Édition 2.0 20050122- 20061125)

 

 

Le Seigneur dit à Moïse : Envoie des hommes pour explorer le pays de Canaan, que je donne aux Israélites. Cette étude a été adaptée à partir des chapitres 38-40 de The Bible Story Volume II par Basil Wolverton, publiée par Ambassador College Press et couvre Nombres chapitres 13, 14 et 15 dans la Bible.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 2005, 2006 Christian Churches of God, éd. Wade Cox)

(Tr. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

 

    

L’Exploration de Canaan [CB046]

 

Nous continuons ici à partir de l’étude Râlements et Rébellion (No. CB45).

 

Moïse choisit douze éclaireurs

Le Seigneur dit à Moïse : Envoie des hommes pour explorer le pays de Canaan, que je donne aux Israélites. De chaque tribu ancestrale envoie un de ses dirigeants.

 

Ainsi, au commandement du Seigneur, Moïse choisit douze hommes capables un de chacune des douze tribus – pour une expédition de reconnaissance jusqu'à la terre de Canaan. Ils doivent ramener un rapport complet sur le pays. Ensuite, les gens apprendront de leurs propres chefs respectés qu’ils se rapprochent d’une bonne terre (Nombres 13:1-2).

 

Parmi les douze hommes choisis par Moïse il y avait un jeune homme de la tribu d'Éphraïm appelé Josué, qui avait déjà été très utile à Moïse, et un homme nommé Caleb de la tribu de Juda. Josué et Caleb ont été choisis comme chefs de l'expédition (vv. 3-16).

 

Vous douze devez monter en Canaan comme éclaireurs, leur dit Moïse quand ils ont été réunis. C'est à vous de trouver le meilleur itinéraire et le plus facile là. Observez attentivement tout. Remarquez si le terrain est plat ou vallonné et quel type de cultures il porte. Notez les gens, pour savoir s’ils sont nombreux, qu'ils soient guerriers, paisibles, forts ou faibles. Découvrez à quoi ressemblent leurs villages et leurs villes, et quelles forteresses ils disposent. Soyez sûrs de voir où les plus belles forêts sont situées, ainsi que le meilleur pâturage et les zones agricoles. Ramenez quelques produits du pays. Et ne craignez pas pour votre vie, parce que vous pouvez compter sur Dieu pour vous protéger aussi longtemps que vous Lui obéissiez (vv. 17-20).

 

L'expédition de reconnaissance commence

Aller à Canaan n'était pas simplement une question d'emballer quelques petites choses et de partir. Les éclaireurs avaient besoin d’une certaine idée de la disposition générale de la terre. Cette connaissance est venue des Kéniens – la famille du beau-père de Moïse – et des étrangers à Kadesh qui avaient rejoint les Israélites. Moïse a obtenu de leur part des informations concernant les frontières, les chaînes de montagnes, les lacs, les ruisseaux, les forêts et les zones désertiques du pays de Canaan. Les douze hommes triés sur le volet ont soigneusement étudié cette information, et des cartes ont été faites pour qu’ils les suivent.

 

Lorsque les éclaireurs eurent dit au revoir à leurs familles et amis, ils partirent vers le nord de Kadesh dans le désert étroit Zin. Ils allèrent à travers le Néguev et parvinrent à Hébron.

 

Pendant les jours suivants leur progression a été assez facile. Cependant, la chaleur de midi était très intense, et ils ont trouvé qu'il était sage de ne voyager que dans les matinées et les soirées.

 

La vallée du Jourdain visitée

À l'extrémité nord de la mer Salée (maintenant connue sous le nom de la mer Morte) ils se sont tournés vers l'Est pour venir au fleuve du Jourdain, le courant principal se vidant dans la mer Salée. Dans la plaine au bord du fleuve, ils virent qu'il y avait beaucoup de belles fermes et que les cultures étaient excellentes.

 

Les éclaireurs ont continué vers le nord, en suivant parfois le fleuve du Jourdain et parfois déviant vers la chaîne de montagnes à l'Ouest. Ils avaient volontairement évité le pays de l'est du Jourdain et la mer Salée, car la Terre Promise était alors à partir de l'ouest du Jourdain (Nombres 33:51-53 ; 34:1-2,12 et Deut. 12:10). Les gens qu'ils rencontrèrent les regardaient avec méfiance, sans doute les voyant soit en tant que commerçants ambulants soit comme des voleurs.

 

Quelques jours plus tard, ils arrivèrent à un autre corps d'eau appelé la mer de Kinnereth, connue aujourd'hui comme la mer de Galilée. Les éclaireurs se rendirent ensuite vers le nord bien au-delà de ce lac dans une ville appelée Rehob, sur la frontière nord de la Terre Promise, dans le pays d'Aram, connu aujourd'hui comme la Syrie. Ayant une connaissance de l'endroit où ils étaient, les Israélites ont reconnu qu'ils étaient très proches des limites nord de la Terre Promise, et ils retournèrent vers le sud (Nombres 13:21).

 

Se déplaçant vers le bas à travers les régions fertiles entre le Jourdain et la Grande Mer (Méditerranée), les éclaireurs virent encore plus de gens que ce qu'ils avaient vu près du fleuve. Les cultures avait l'air encore mieux, les arbres portaient plus de fruits et il y avait davantage de signes de prospérité.

 

Les Israélites ne firent aucun effort pour visiter les gens dans les villes où ils passaient. Il était plus sage de s’en tenir à eux-mêmes que de courir le risque d'être confondus avec des voleurs ou des hommes violents.

 

Les éclaireurs décidèrent de voyager sur les rives orientales de La Grande Mer. Ils avaient entendu des histoires incroyables sur la façon dont les gens étaient guerriers dans cette région. Ceux-ci étaient les Philistins, à travers les terres desquels Dieu avait empêché Israël de se rendre quand ils avaient d'abord quitté l'Égypte, même si cela aurait signifié un voyage beaucoup plus court.

 

Les éclaireurs rencontrent les Philistins

Les éclaireurs ont été particulièrement prudents car ils se sont déplacés autour des villes et des villages au lieu de passer par eux. Ici et là, ils ont remarqué des hommes philistins armés qui, manifestement, étaient des soldats ou des officiers civils.

 

Retraversant vers le sud, ils sont venus à Hébron, une des plus anciennes villes du monde. Elle avait été fondée sept ans avant la fondation de Tsoan, la première ville fondée dans l’Égypte post-Déluge (v. 22).

 

À Hébron les éclaireurs étaient tellement curieux d'obtenir un bon coup d'œil sur les personnes et les bâtiments et les bazars qu'ils ont considéré le fait de voyager à travers les rues.

 

Les éclaireurs rapportent avoir vu des géants

Les éclaireurs israélites envoyés par Moïse avaient voyagé à pied sur une grande partie de Canaan. Ils avaient fait une boucle autour pour arriver à Hébron, une ville pas trop loin de Kadesh. Kadesh était le point de départ des éclaireurs, où les douze tribus étaient campées et attendaient les rapports de l'expédition des douze hommes.

 

Les éclaireurs ont été surpris de constater que certaines personnes étaient presque deux fois aussi grandes que les hommes ordinaires. Les hommes géants étaient des descendants d'Anak (v. 22).

 

Les éclaireurs ont été soulagés de quitter cet endroit. Ils ont poursuivi vers le sud – où ils ont vu de nombreuses autres tribus de géants – jusqu'à ce qu'ils arrivent à une vallée fertile connue sous le nom Eschcol, où coulait un petit ruisseau. C’était le pays du raisin, et ils sont arrivés à l'époque pour la récolte des raisins. Les Israélites étaient étonnés de la grande taille des grappes de raisin.

 

Se souvenant qu'ils avaient été chargés de ramener des échantillons du produit de la terre, les hommes coupèrent un grand amas de raisins apparemment à l'état sauvage. Ils pendirent la grappe sur un poteau pour que deux hommes le rapportent entre eux à Kadesh. Les raisins n’étaient pas aussi lourds que cela nécessitât deux hommes pour les lever. C'était une question de laisser pendre la grappe massive librement de sorte qu’elle ne soit pas écrasée.

 

Les éclaireurs ont également pris des fruits sains et des figues savoureuses de la région. Aux prises avec leurs charges accrues, ils se sont tournés vers le sud de Kadesh.

 

Ils sont arrivés à Kadesh seulement quarante jours après qu’ils soient partis. Les quarante jours de reconnaissance ont été une période de repentance et d'acceptation de la délivrance d'Israël. C’était aussi pour représenter les quarante ans du Messie jusqu'à la destruction du Temple en 70 EC. Ce fut le temps donné à Juda pour se repentir et accepter leur délivrance.

 

Bien que beaucoup de gens soient allés à leur rencontre et les aient assaillis de questions, les éclaireurs ont rapporté en même temps à Moïse. Sachant que les gens étaient désireux d'apprendre ce que leurs espions avaient vu au pays de Canaan, Moïse appela plus tard pour que les gens se rassemblent à proximité du Tabernacle (vv. 23-25).

 

Rapport sur l'exploration

Les éclaireurs ont alors rapporté à Moïse et Aaron et toute la communauté israélite à Kadesh. Ils ont donné à Moïse ce compte-rendu :

 

Nous sommes allés dans le pays dans lequel tu nous as envoyé, et où coulent le lait et le miel ! Voici le fruit. Mais les gens qui y vivent sont puissants, et les villes sont fortifiées et très grandes. Nous y avons même vu des descendants d'Anak. Les Amalécites vivent dans le Néguev, les Jébuséens, les Hittites et les Amorites vivent dans la montagne, et les Cananéens habitent près de la mer et le long du Jourdain.

 

Alors Caleb fit taire les gens devant Moïse, et dit, Nous devrions aller et prendre possession du pays, car nous pouvons certainement le faire.

 

Mais, à l’exception de Josué, les hommes qui étaient allés avec lui dirent : Nous ne pouvons pas attaquer ces gens-là, ils sont plus forts que nous le sommes. Ils ont ensuite procédé à répandre un mauvais rapport parmi les Israélites au sujet du pays qu'ils avaient exploré. Ils ajoutèrent : Tous les gens que nous avons vus là sont des géants. Nous ressemblions à des sauterelles à nos propres yeux et nous avions l’air de la même chose pour eux (vv. 26-33).

 

Les gens se plaignent

Il y avait beaucoup de confusion, dans toute la foule. Il semble que la plupart d'entre eux ont préféré croire ce qui n'était pas vrai afin qu’ils aient une excuse pour retourner en Égypte.

 

Cette nuit-là tous les gens de la communauté élevèrent leurs voix et pleurèrent à haute voix. Tous les Israélites murmurèrent contre Moïse et Aaron et toute l'assemblée leur dit : Si seulement nous étions morts en Égypte, ou dans le désert. Pourquoi le Seigneur ne nous amène-t-Il dans ce pays que pour nous laisser tomber par l'épée ? Nos épouses et nos enfants vont mourir si nous suivons Moïse plus loin. Ne serait-il pas plus préférable de retourner en Égypte ? Puis ils se dirent entre eux : Nous devrions choisir un chef et retourner en Égypte (Nombres 14:1-4).

 

Seuls les plus rebelles et démagogues osèrent suggérer l'éviction de Moïse. Cependant, il était clair à Moïse que cette situation malheureuse pourrait exploser en une situation bien pire en quelques minutes. Il y avait seulement une chose sage à faire. Alors Moïse et Aaron tombèrent face contre terre devant toute l'assemblée israélite rassemblée là. Dans cette position abjecte ils ont demandé à Dieu d'intervenir et de prendre le contrôle du peuple.

 

Irrités et choqués par la manière dont leurs collègues éclaireurs avaient parlé et agi, Josué et Caleb déchirèrent leurs vêtements, et dirent à toute l'assemblée : Le pays que nous avons traversé et exploré est extrêmement bon. Si le Seigneur notre Dieu est satisfait de nous, Il va nous conduire dans ce pays, un pays où coulent le lait et le miel, et Il nous le donnera. Seulement ne vous révoltez pas contre le Seigneur. Et n'ayez pas peur des gens du pays parce que nous les engloutirons. Leur protection est disparue, mais le Seigneur est avec nous (Nombres 13:5-9).

 

Mais toute l'assemblée parla de lapider Josué et Caleb. Alors la Gloire du Seigneur (l'Ange de la Présence de Dieu) apparut à la Tente d’Assignation devant les Israélites. S'exprimant au nom de Dieu, il dit à Moïse : Combien de temps ces gens me traiteront-ils avec mépris ? Combien de temps vont-ils refuser de croire en moi, en dépit de tous les miracles que j'ai accomplis parmi eux ? Je vais les frapper avec un fléau et les détruire, mais je ferai de toi une nation plus grande et plus forte qu'eux.

 

Mais si tu détruis tout Israël, répondit Moïse, les Égyptiens en entendront parler. En fait, chaque nation sur Terre le saura tôt ou tard. Le message s'est répandu, que toi Ô Seigneur es avec ces gens et les guide avec une nuée le jour et une colonne de feu pendant la nuit. Quand les nouvelles iront à l'étranger que ces personnes sont mortes dans le désert, les nations vont croire que tu n'avais pas le pouvoir de les ramener sains et saufs dans le pays que tu leur as promis par serment. Je te prie de pardonner à ces gens leurs péchés, mais je ne vais pas te demander de les laisser impunis, en particulier ceux qui ont incité les gens à vouloir retourner en Égypte au lieu d'aller dans le pays de Canaan (Nombres 14:10-16).

 

Ceci était effectivement un test de Moïse. Avait-il consenti à la destruction du peuple d'Israël, il aurait échoué le test défini pour lui et peut-être perdu la place qu'il aurait reçue dans le Royaume de Dieu.

 

Il y avait le silence. C’était pénible pour Moïse, qui ne pouvait pas être certain que le Seigneur répondrait. Il comprit que le fait de mentionner la préservation de la réputation de Dieu aux yeux des autres nations (en particulier l'Égypte) n'était pas forcément un point fort. Enfin, la réponse est venue : Parce que tu as prié comme tu l’as fait pour les Israélites, je pardonne leurs péchés en tant que nation. Je ne les anéantirai pas complètement. Ma réputation pour la miséricorde, la puissance et la gloire sera un jour connue dans toutes les nations du monde (vv. 11-21).

 

Moïse a été grandement soulagé et réconforté d'entendre ces mots. Il est resté pendant un petit moment avec son front sur le sol. Mais comme il leva la tête et était sur le point de prononcer ses profonds remerciements, la voix de l'Ange de Dieu gronda à nouveau.

 

Je viens de te dire que je suis prêt à pardonner les péchés des Israélites. En même temps, cependant, je vais leur refuser l'entrée dans la terre promise parce qu'ils ont rompu leur alliance avec moi. Cela signifie que ceux qui se sont rebellés contre moi n’entreront jamais en Canaan. Ils mourront dans le désert. Cette malédiction ne s'applique pas à ceux qui ont moins de vingt ans – ceux-là mêmes dont les pères se sont plaints qu'ils ne manqueraient pas de mourir dans le désert parce que je ne pouvais pas les protéger. Elle ne s'applique pas aux personnes obéissantes comme Josué et Caleb. Mais cela signifie que la plupart d'Israël errera quarante ans dans les montagnes et les déserts avant d'atteindre le pays qu’ils ont refusé et détesté. C'est-à-dire un an pour tous les jours nécessaires pour les éclaireurs d’inspecter Canaan.

 

Mais nous avons déjà passé environ un an et demi pour venir au pays de Canaan, dit Moïse. Veux-tu dire que nous devions passer quarante ans à aller dans un endroit qui se trouve à seulement quelques heures d’ici ?

 

Dans la mesure où vous avez déjà été près de deux ans en chemin, répondit l'Ange de Dieu, il en faudra 38 de plus. C'est mon jugement sur Israël à cause de leur rébellion (vv. 22-35). La punition de quarante ans dans le désert était pour représenter les quarante jubilés (ou 2000 ans) de l'errance jusqu’à la deuxième venue de Christ.

 

Juste quelques minutes auparavant Moïse avait senti comme si un grand poids lui avait été enlevé quand il a été assuré que les gens ne seraient pas effacés soudainement. Or, la triste perspective de diriger les Israélites pendant trente-huit ans supplémentaires dans le désert était quelque chose qu'il ne pouvait guère faire face.

 

Les dix éclaireurs tués

Pendant ce temps les hommes que Moïse avait envoyés pour explorer la terre, et qui étaient retournés et avaient amené toute la communauté à se plaindre contre lui en répandant un mauvais rapport sur le pays, ont été frappés de mort et moururent de la peste devant le Seigneur. Sur les douze hommes qui sont allés explorer le pays seuls Josué et Caleb survécurent.

 

Nous n'avons pas eu à arrêter les dix éclaireurs, signala Josué, pointant vers un groupe de personnes pressées autour de quelque chose sur le sol. Ils sont tous morts !

 

Morts ? répéta Moïse dans la surprise. Comment se peut-il que chacun d'eux meure en même temps ?

 

Moïse s'est vite rendu compte que Dieu avait pris leur vie en raison de leurs faux rapports, mais il n'y avait pas de temps à ce moment-là pour être préoccupé par les éclaireurs et leurs familles. Moïse avait à dire aux gens en même temps ce qui était en réserve pour eux (vv. 36-38).

 

Quand Moïse transmit au peuple ce que le Seigneur avait dit, ils reçurent les nouvelles surprenantes avec des sentiments mitigés. Certains étaient sans voix. D'autres gémirent et se plaignirent bruyamment. La plupart d'entre eux furent très ébranlés par la mort soudaine des dix éclaireurs, et ils s'inquiétaient maintenant pour leur propre avenir. Beaucoup ont pensé que Dieu n'était pas juste. Seule une fraction d'entre eux était prêts à admettre à eux-mêmes que, par leur mauvaise conduite, ils avaient gâché un bel avenir et avaient apporté des difficultés sur leurs enfants.

 

Le manque de foi d'Israël leur portait préjudice. La congrégation avait peur et s’est plainte contre Moïse et Aaron. Josué et Caleb, qui étaient les seuls à avoir la foi, ont été incapables de convaincre les gens qu'ils devraient et pourraient prendre leur héritage par la foi. Dieu était en colère contre eux et c'est seulement à travers les prières de Moïse qu'ils n'ont pas été détruits alors. Les gens ont donc été condamnés à errer dans le désert pendant quarante ans pour leur manque de foi, et seulement Caleb et Josué devaient être autorisés à entrer dans la Terre Promise.

 

Moïse a été testé et n'a pas échoué. Dieu avait établi Son système, Son sacerdoce et Son peuple et Il traitait avec eux, afin que nous puissions comprendre dans ces derniers jours ce qui doit avoir lieu. Juda a eu quarante ans pour se repentir après la mort du Messie, mais il ne s’est pas repenti et ainsi a été détruit et envoyé en captivité.

 

On ne se moque pas de Dieu.

 

Les gens se rebellent à nouveau

Tôt le lendemain matin les gens allèrent vers le pays des collines. Nous avons péché, dirent-ils. Nous irons jusqu'à l'endroit que le Seigneur a promis.

 

Mais Moïse dit : Pourquoi désobéissez-vous au commandement du Seigneur ? Cela ne réussira pas. Ne montez pas, parce que le Seigneur n'est pas avec vous. Vous serez vaincus par vos ennemis, car les Amalécites et les Cananéens vous affronteront là. Parce que vous vous êtes détournés de l'Éternel, Il ne sera pas avec vous et vous tomberez par l'épée. (vv. 41-43)

 

Néanmoins, les gens allèrent vers le haut pays, bien que ni Moïse, ni l'Arche de l'Alliance du Seigneur ne se soient déplacés du camp. Alors, les Amalécites et les Cananéens qui vivaient dans cette région montagneuse descendirent et les attaquèrent et les abattirent tout le long du chemin jusqu’à Horma (Deut. 1:44-46).

 

Le massacre qui en a résulté a été affreux. En quelques minutes seulement le col était jonché de cadavres d'hommes et de femmes. Mais parce que leurs nombres étaient d'autant plus grands que celui de leurs agresseurs, certains d'entre eux s’échappèrent et s’enfuirent vers Kadesh. Puis ils se mirent à essayer de rattraper le corps principal des Israélites qui avaient quitté le sud de Kadesh.

 

Vers le coucher du soleil, les Israélites campèrent à quelques kilomètres au sud-ouest de Kadesh. Quelques heures plus tard, quand la plupart des feux de camp étaient soit éteints soit très faibles, il y eut beaucoup d'excitation du côté nord du camp. Les évadés fatigués, aux pieds endoloris commencèrent à arriver. Les plus rebelles sont revenus et ont pleuré devant le Seigneur, mais Il ne fit pas attention à leurs pleurs et leur fit la sourde oreille (voir aussi Deut. 1:42-46).

 

Il avait encore une autre leçon pour les gens sur la façon dont leur vie était peu réjouissante et incertaine sans l'aide et la protection de Dieu. Non seulement le Seigneur n’était pas avec eux, Il était contre eux (Nombres 14:41). Leur défaite était un autre jugement amené sur leurs propres têtes.

 

La nuée et la colonne de feu n'ont pas été enlevées, parce que ce n’était pas l'intention de Dieu d’abandonner Israël entièrement (Deut. 1-33 ; Néh. 9:19-21). Il s'agissait d'un cas des Israélites rompant leur accord [ou alliance] avec Dieu, ce qui signifiait que Dieu n'était plus lié à leur donner l'aide, les conseils et la protection qu'Il avait promis de donner s'ils Lui obéissaient.

 

À partir de là pendant près de quarante ans, Dieu décida les mouvements d'Israël par des choses telles que le manque d'eau abondante, la présence ou l'absence d'herbe pour leurs animaux, l'état de santé des personnes et de nombreux autres facteurs.

 

Les Israélites ont ensuite continué vers le sud à travers plusieurs endroits d'arrêt. De là, ils se sont déplacés dans la zone ouest du désert de la pointe nord du golfe d'Aqaba et au nord-est du mont Sinaï. C’était l'endroit où, en chemin au nord-est du Mt. Sinaï, un si grand nombre d'entre eux s'était plaint si durement contre Dieu (cf. Nom. 11:1-3.) Ils avaient dit qu'ils préféreraient mourir que de continuer. Ce fut l'endroit où un grand nombre d'entre eux finirent par mourir.

 

Les lois pour les offrandes et les sacrifices

Les gens étaient sous le jugement parce qu'ils avaient désobéi aux commandements de l'Éternel. Puis le Seigneur donna de nouveau des instructions à Moïse concernant les offrandes et les sacrifices que les gens devaient faire après leur entrée dans la Terre Promise (Nombres 15:1-30). La structure entière du culte et de l'offrande devait être la même à la fois pour les Païens et les personnes nées israélites.

 

Le Sabbat enfreint à nouveau

Alors que les Israélites étaient dans le désert, un homme a été trouvé en train de ramasser du bois le jour du Sabbat. Ceux qui le trouvèrent en train de ramasser du bois l'amenèrent à Moïse et à Aaron et à toute l'assemblée, et ils le gardèrent en détention, car ce n'était pas clair ce qui devait être fait avec lui.

 

Alors le Seigneur dit à Moïse : L'homme doit mourir. Toute l’assemblée doit le lapider à l'extérieur du camp. Donc, l'assemblée l’emmena en dehors du camp et le lapida à mort, comme le Seigneur avait ordonné à Moïse (Nombres 15:32-36). À cette époque, la punition pour avoir enfreint le Sabbat était la mort (cf. aussi Ex 31:15 ; 35:2).

 

Dans Romains 13:1-7, l'apôtre Paul explique que Dieu a ordonné que les criminels soient punis. Dieu ne prend pas plaisir à voir les méchants mourir (Ézéchiel 33:11), mais Il sait que ceux qui transgressent la loi sont mieux morts – pour attendre la Deuxième Résurrection – que de les laisser autour pour nuire à autrui ou conduire les autres à faire le mal. Dieu dans Sa miséricorde voit que les hommes méchants sont mieux punis que laissés vivants pour se rendre eux-mêmes et rendre d'autres misérables et malheureux.

 

Franges sur les vêtements

Le Seigneur dit à Moïse, parle aux Israélites et dis-leur : Tout au long des générations à venir vous devez faire des franges sur les coins de vos vêtements, avec un cordon bleu sur chaque frange. Vous aurez ces franges à regarder et ainsi vous vous souviendrez de tous les commandements de l'Éternel, afin que vous puissiez leur obéir et ne pas pécher en allant après les convoitises de vos propres cœurs et yeux. Alors vous vous souviendrez d'obéir à tous mes ordres et serez consacrés à votre Dieu (Nom. 15:3-40).

 

Même aujourd'hui, nous devons porter des rubans bleus sur les bords des vêtements comme un rappel des Commandements. Le commandement du Seigneur est qu’Israël doit porter un symbole des Dix Commandements qui doivent être écrits sur leurs cœurs.

 

(La Bible The New International Bible Study a été utilisée comme une source de référence à divers endroits dans cette étude.)

 

  

q