Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB048]

 

 

 

L’Eau du Rocher [CB048]

 

(Édition 2.0 20050618-20061125)

 

 

 

Le Seigneur a dit à Moïse : Parle au rocher devant leurs yeux et il va déverser son eau afin que la communauté et leur bétail puissent boire.” Cette étude a été adaptée à partir des Chapitres 43-45 de The Bible Story Volume II par Basil Wolverton, publié par Ambassador College Press et couvre les chapitres 20 à 21 du livre des Nombres dans la Bible.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2005, 2006 Christian Churches of God, Ed. Wade Cox)

(Tr. 2014, rév. 2017)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://french.ccg.org/

    

 

L’Eau du Rocher [CB048]

 

 

Nous continuons ici à partir de l’étude La Rébellion de Koré (No. CB047).

 

Miriam meurt

Dans le Premier mois de la Quarantième année de l'errance, Miriam, la sœur de Moïse et d'Aaron, mourut juste après qu’Israël eût établi le camp à Kadesh la deuxième fois (Nombres 20:1). Elle était âgée d’environ cent trente ans à sa mort.

 

Quand Israël était resté à Kadesh la première fois, il y avait l’abondance d'eau. Les conditions avaient cependant changé depuis trente-huit ans. Certaines des sources s’étaient asséchées. D'autres ne pouvaient pas produire assez d'eau pour continuer à fournir les besoins immenses des Israélites et de leur bétail.

 

Les Israélites se plaignent encore !

 

Peu de temps après la mort de Miriam, la pénurie d'eau est devenue si grave qu’une foule assourdissante et râleuse s’est assemblée en opposition à Moïse et à Aaron.

 

Ils se sont disputés avec Moïse, et ont dit : Si seulement nous étions morts quand nos frères sont tombés morts devant le Seigneur ! Pourquoi avez-vous conduit la communauté du Seigneur dans ce désert, pour que notre bétail et nous mourions ici ? Pourquoi nous avez-vous fait sortir d’Égypte jusqu’à ce lieu terrible ? Il n'y a ni grain ni figues ni vignes, et il n'y a pas d'eau à boire ! (Nombres 20:1-5).

 

Moïse et Aaron étaient habitués à cette sorte de comportement enfantin. Ils espéraient que la foule bruyante se fatiguerait et se disperserait, mais la situation est devenue pire. Et donc, ils ont quitté la communauté et sont allés à l'entrée de la Tente d'Assignation et se sont prosternés la face contre terre, et la Gloire du Seigneur leur est apparue. Le Seigneur dit à Moïse : Prends ce bâton (ou verge), et toi et ton frère Aaron convoquez l'assemblée entière. Parlez à ce rocher devant leurs yeux et il va déverser son eau. Vous apporterez de l'eau sortie du rocher pour la communauté afin qu'eux et leur bétail puissent en boire (vv. 6-8).

 

Le fait de frapper le roc et l'eau qui s'écoule symbolisent Christ en tant que le rocher spirituel (1Corinthiens 10:4), étant le moyen par lequel nous recevons les eaux vives de l'Esprit Saint de Dieu (Jean 7:37-39).

 

Moïse se met en colère

 

Moïse prit la verge - celle qui avait fleuri pour montrer que la famille d’Aaron devait conserver le sacerdoce - et se mit en route avec Aaron. Moïse et Aaron convoquèrent l'assemblée devant le rocher et Moïse leur dit : Écoutez, vous les rebelles, devons-nous vous apporter de l'eau de ce rocher ? Alors, Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec sa verge. L'eau a jailli, et la communauté et leur bétail ont bu (Nombres 20:9-11).

 

Moïse et Aaron ont été grandement soulagés de voir l'eau vivifiante coulant de la roche. Une autre crise avait passé. Donc, une autre tâche rugueuse avait été aplanie.

 

Comme nous l'avons vu dans Exode 17:1-7, il a été dit à Moïse à une précédente occasion de frapper le rocher afin d’obtenir de l'eau. Cette fois, cependant, le Seigneur avait dit à Moïse de parler au rocher, en lui ordonnant, par la puissance du Créateur, de produire de l'eau. Mais dans sa rage Moïse a désobéi aux instructions du Seigneur et a frappé avec la verge de façon agressive sur le rocher, deux fois. Moïse n'a pas reçu d’instructions d'utiliser la verge pour frapper le rocher. Elle devait être portée par Moïse et Aaron comme un symbole de leur autorité lévitique dans le fait d’avoir recours à la puissance phénoménale de Dieu.

 

La juste punition de Dieu

 

Alors le Seigneur dit à Moïse et à Aaron : Puisque vous ne vous êtes pas fiés à moi pour m’honorer comme saint aux yeux des Israélites, vous ne conduirez pas cette communauté dans le pays que je leur donnerai”.

 

Celles-ci étaient les eaux de Meriba, où les Israélites se sont querellés avec le Seigneur et où il s’est montré saint au milieu d’eux (vv. 12-13).

 

Par ses actions Moïse a donné aux gens l'impression que c'était grâce à son pouvoir et non de Dieu qu'un miracle produirait de l'eau. Aaron a parlé et a agi en accord avec la mauvaise attitude de son frère.

 

Cette déclaration du Seigneur a signifié que Moïse et Aaron ne seraient pas autorisés à entrer dans la Terre Promise pour laquelle ils s’étaient efforcés depuis de nombreuses années. Ils se sont repentis de ce qu'ils avaient fait et Dieu leur a pardonné. Mais cela ne signifie pas que Dieu supprime la punition pour leur péché. Dans cette vie, nous devons encore souffrir de certains péchés, même si Dieu nous a pardonnés. Cependant, lorsque Christ retournera les saints ressuscités incluront sûrement Moïse et Aaron.

 

Il est évident de voir que Dieu n'avait aucun favori, et qu'Il punira le désobéissant dans de hautes fonctions pas moins qu’Il punirait le désobéissant de rang le plus bas. Un fait dont il vaut la peine de se rappeler est que plus l’on est instruit et formé dans le service de Dieu, plus Dieu exige de nous. Moïse a été empêché d'entrer dans la Terre Promise, car il a frappé le rocher. Lui et Aaron devaient mourir en dehors d'Israël pour nous rappeler que les saints de Dieu doivent être ceux de la Première Résurrection et entreront dans Israël avec Moïse en tant que des êtres spirituels.

 

Quoi que ce soit que Moïse et Aaron aient pensé de leur avenir, leurs fonctions existaient toujours. Aaron a continué fidèlement en tant que le Souverain Sacrificateur. Moïse devait prendre des décisions quotidiennement comme d'habitude. La plus grande décision alors que les gens étaient en Kadesh était de savoir comment les Israélites devaient procéder pour aller vers Canaan à partir de ce point.

 

L’opposition de la part d’Edom

 

Il y avait plus d'une route de Kadesh à Canaan. Une avait été tentée presque quatre décennies plus tôt par plusieurs des Israélites quand ils ont été attaqués par les Amalécites et les Cananéens, et quand un grand nombre d’Israélites avaient perdu la vie. Une autre route était de passer vers l'est sur le Mont Séir à proximité des montagnes et continuer ensuite vers le nord. Ou bien le voyageur pouvait continuer vers le nord ou vers le sud autour d’Édom sur la route du roi. Cette grande route était une route principale menant à l'est de la Mer Salée (Morte). Moïse a reconnu que ce serait à l'avantage des Israélites de se rendre sur la route du roi en passant par le pays d'Édom. Dès qu'ils passeraient au travers d’Édom, et de Moab, ils pourraient entrer en Canaan en tournant vers l'ouest.

 

En se rendant compte qu'il était nécessaire de recevoir la permission pour traverser la nation, Moïse envoya des messagers au dirigeant d'Édom. La lettre portée par les messagers soulignait que les Israélites, comme des cousins ​​de ces gens du désert de l'Arabie, s’étaient battus au travers de nombreuses années d’épreuves dans leurs efforts de sortir de l'Égypte, et qu'ils aimeraient être considérés comme des proches amis traversant le territoire des Édomites. Les gens d'Édom étaient les descendants d'Ésaü, le frère de Jacob (voir Genèse 36:1).

 

S'il vous plaît laissez-nous traverser votre pays,” Moïse a continué dans la lettre. Nous promettons de ne pas marcher par vos champs, ni dans vos vignes. Nous n'utiliserons même pas votre eau. Notre souhait est simplement d'atteindre la route du roi et poursuivre vers le nord (Nombres 20:14-17).

 

Mais le roi édomite a répondu : Vous ne pouvez pas traverser ici, si vous essayez, nous allons marcher et vous attaquerons avec l'épée (v. 18).

 

Moïse était déçu. Il ne s’était certainement pas attendu à une réponse si hostile. Alors, les Israélites ont répondu : Nous irons le long de la route principale, et si nous, ou notre bétail, buvons de ton eau, nous allons payer pour cela, nous voulons seulement traverser à pied rien d'autre.

 

Et une fois de plus les Édomites ont répondu : Vous ne pouvez pas traverser.”

 

Moïse était de nouveau déçu. Il avait espéré que son deuxième appel au dirigeant d'Édom aurait pour résultat le succès. Avant qu'il ne puisse exprimer sa pensée, cependant, les Édomites, sortirent contre eux avec une grande et puissante armée. Puisqu’ils ont refusé de leur permettre de passer par leur territoire, Israël se détourna d'eux (vv. 19-21). Israël a été interdit par le Seigneur de ne pas même mettre un pied dans Édom (Deut. 2:4-6).

 

Il y a eu une réaction soudaine parmi les Israélites. Curieusement, la même scène avait été adoptée par eux ou leurs ancêtres presque deux générations auparavant quand une partie d'entre eux avait essayé d’entrer dans Canaan contre la volonté de Dieu. Maintenant, cependant, ils ne se sont pas divisés, et ils ont travaillé plus vite qu'auparavant pour s’apprêter à partir. Encore une fois plus de deux millions de personnes et leurs troupeaux ont été déplacés sur le sentier qui a conduit dans la vallée du désert appelé l’Arabah.

 

Si les Édomites ont projeté d'attaquer ou s’ils ont eu uniquement l’intention de protéger leurs frontières, c’est quelque chose que la Bible ne nous dit pas. De toute façon, les tribus d'Israël ont réussi à quitter la frontière à temps pour éviter tout problème avec l'armée du roi d'Édom.

 

Le premier point d'arrêt a été au Mont. Hor, un pic élevé à proximité de la chaîne montagneuse Séir. Là Dieu a donné un message spécial à Moïse et à Aaron. Il leur a demandé de venir au sommet de la montagne. Aaron devait s'habiller dans ses habits sacerdotaux et devait amener un de ses fils, Éléazar (Nombres 20:22-25).

 

Les gens ont rapidement deviné qu’un événement spécial devait survenir sur la montagne, et beaucoup d'entre eux regardaient les trois hommes monter sur la montagne.

 

Aaron meurt sur le Mont Hor

 

Après que les trois furent arrivés au sommet du Mont Hor, Aaron a regardé silencieusement en bas sur le camp israélite, il savait qu'il ne les rejoindrait jamais de nouveau. Il se rappelait de la déclaration de Dieu que lui et Moïse n’entreraient pas dans cette Terre Promise à cause de leur mauvaise attitude quand ils ont cherché à sortir l'eau du rocher à la population. Il s'est rendu compte qu'il était venu à la fin de sa vie.

 

Selon les instructions de Dieu, Moïse a enlevé les vêtements sacerdotaux d'Aaron et les a mis sur le fils d'Aaron, Éléazar. Alors qu’Aaron était toujours en vie, ses vêtements devaient être placés sur son fils. Aussitôt que cela a été fait et Éléazar a été oint dans l’office d'Aaron, Aaron a rendu le dernier souffle et est mort. Il n'y avait rien à faire pour l'empêcher de la mort paisible et sans peine qui arrivait à l'un des serviteurs de Dieu à l'âge de cent vingt-trois ans (vv. 27-28 ; Nombres 33:37-39).

 

Il y a eu un grand deuil parmi les Israélites quand ils ont appris au sujet de la mort d'Aaron et de l'enterrement. Le deuil a continué pendant trente jours - la durée passée dans l'expression du chagrin en ces jours-là - en raison de la mort d'une personne de haut rang (Nombres 20:29). Aaron est mort le Premier jour du Cinquième mois de la Quarantième année après que les Israélites furent sortis d'Égypte (Nombres 33:38).

 

Sous l'attaque de nouveau

 

L'attaque était tellement rapide que certains des Israélites ont été pris en tant que prisonniers avant qu’on puisse faire quelque chose. Les Israélites ont été tellement contrariés par ce qui s'était passé qu'ils ont fait des vœux à Dieu qu'ils allaient éliminer les villes desquelles les assaillants étaient venus si seulement Dieu les aiderait. Dieu a répondu rapidement à leur requête et Israël a procédé en toute sécurité vers le nord dans l’Arabah (Nombres 21:1-3). Cette route a été appelée le chemin de la Mer Rouge, parce qu’elle menait au Golfe d'Aqaba.

 

Voyager à travers ce grand désert était difficile en raison de la chaleur et des conditions arides. Les gens s'impatientaient le long du chemin et ils ont parlé contre Dieu et contre Moïse, et ont dit une fois de plus : Pourquoi nous as-tu fait sortir d'Égypte pour mourir dans le désert ? Il n'y a aucun pain ! Il n'y a pas d'eau ! Et nous détestons cette nourriture misérable ! Ils faisaient allusion à la manne, qu’ils ont détestée à cause de leur mauvaise attitude (vv. 4-5).

 

Alors, en guise de punition, le Seigneur a envoyé des "serpents brûlants" parmi eux ; ils ont mordu le peuple et beaucoup d'Israélites sont morts (v. 6). L'effet de ces morsures ressemblait à une sensation de brûlure.

 

Les Israélites se repentent

 

Les gens vinrent à Moïse, et dirent : Nous avons péché quand nous avons parlé contre l'Éternel et contre toi. Prie que le Seigneur retire les serpents loin de nous.” Donc, encore une fois Moïse pria pour le peuple.

 

Moïse était convaincu que la plupart de ceux qui s’étaient plaints et avaient fait des remarques méchantes contre Dieu et contre lui étaient vraiment pleins de regrets de ce qu'ils avaient fait. Il est allé sans tarder au Tabernacle pour implorer Dieu d'avoir la clémence sur les gens et de leur épargner les morsures venimeuses des serpents (v. 7).

 

Le serpent de bronze

 

Le Seigneur a dit à Moïse : Fais un serpent et mets-le sur une perche ; quiconque est mordu peut le regarder et vivre.” Moïse pria Dieu et fit ce qu'on appelle le serpent de bronze (ou cuivre) pour leur guérison, de sorte que quand quelqu'un se fearit mordre par un serpent et regardait le serpent d'airain il vivrait (vv. 8-9).

 

Cet objet était en fait un Séraphin, qui était un être surnaturel ayant six ailes. L'aspect surnaturel de cette activité est perdu dans les traductions de la Bible.

 

Dieu fit en sorte que les serpents venimeux s’écartent de la région dans laquelle les Israélites campaient. Le fléau a pris fin parce que les coupables ont regretté ce qu'ils avaient fait et à cause de la prière de Moïse à Dieu. L'enlèvement du fléau des serpents était entièrement une question de repentir, de prière, d'obéissance, et de foi. Le serpent sur le poteau représentait la pénalité du péché étant enlevée. Il rappelait aux Israélites au sujet du Sauveur à venir qui serait battu et crucifié ensuite sur un poteau (pieu) pour payer pour les péchés du monde (Jean 3:14-15).

 

Cependant, dans les temps postérieurs le peuple de Juda se mit à adorer ce serpent jusqu'à ce que le Roi vertueux Ézéchias le détruise, en rappelant aux gens que c’était seulement un morceau de bronze ou de cuivre sans puissance réelle (2Rois 18:4-5).

 

Le voyage menant à Moab

 

Après le fléau des serpents, les Israélites ont continué et ont campé à Oboth. Puis, ils partirent d'Oboth et campèrent dans Ijjé Abarim, dans le désert qui fait face à Moab vers le lever du soleil. De là, ils se sont déplacés à nouveau, et campèrent dans la vallée de Zéred. Ils partirent de là et campèrent à côté de l'Arnon, qui est dans le désert qui s'étend sur le territoire des Amoréens. L'Arnon est la frontière de Moab, entre Moab et les Amoréens.

 

De là, ils ont continué à Béer, le puits où le Seigneur a dit à Moïse : Rassemble le peuple, et je leur donnerai de l'eau (Nombres 21:10-13).

 

Les gens étaient tellement reconnaissants pour cet approvisionnement nécessaire d'eau potable et fraîche qu’ils ont exprimé leurs remerciements à Dieu par un grand concert de voix et d'instruments de musique (vv. 14-18).

 

Ensuite, les Israélites sont allés du désert à Matthana, de Matthana à Nahaliel, à partir de là, à Bamoth puis à la vallée de Moab (vv. 19-20).

 

Moïse a estimé qu'Israël ne devrait pas progresser très loin dans le pays des Amoréens sans autorisation. Déjà que la caravane était dirigée sur le bord du haut plateau juste à l'Est des Montagnes d’Abarim, et courait le risque de rencontrer des soldats Amorites.

 

Moïse savait qui était le dirigeant des Amoréens, et quelle ville était la capitale. Il a envoyé des messagers au roi, dont le nom était Sihon, pour demander le passage à travers son pays. Moïse lui a assuré que ni puits, ni champs, ni vergers ne seraient touchés par les Israélites, mais que si les Amorites voulaient leur vendre de la nourriture ou de l'eau, Israël serait heureux de payer le prix qui était demandé (vv. 21-22 ; Deut. 2:26-29).

 

La défaite de Sihon et d’Og

 

Le Roi de Sihon renvoya les messagers israélites avec la réponse brutale qu'Israël ne serait pas autorisé à traverser le pays en aucune circonstance (Nombres 21:23 ; Deut. 2:30).

 

Moïse se rendit compte que le roi Amoréen ne serait probablement pas satisfait par le simple refus du passage à Israël. C’était plus probable qu'il profiterait de cette occasion pour attaquer les Israélites dans le but de prendre leurs biens.

 

Je vais vous aider à gagner les batailles à venir dans ce pays,” a dit le Seigneur à Moïse. En outre, j’anéantirai les nations impies qui occupent ce territoire, et Israël doit être l'épée par laquelle cela sera fait ! (Deut. 2:24-25, 31-32).

 

Sihon prit toute son armée entière et marcha dans le désert contre Israël. À Jahaz, il combattit avec Israël. Toutefois, Israël le frappa du tranchant de l’épée et prit possession de son pays depuis l'Arnon jusqu'au Jabbok, mais seulement aussi loin que les Ammonites, parce que leur frontière était gardée. Israël captura toutes les villes des Amoréens et les occupa, y compris Hesbon et toutes ses colonies environnantes.

 

Hesbon était la ville de Sihon, roi des Amorites, qui avait combattu contre l'ancien roi de Moab, et avait pris tout son pays jusqu'à l'Arnon. Donc, Israël habita dans le pays des Amoréens.

 

Dieu rend justice

 

Les Israélites avaient agi rapidement sur le pays pour prendre le contrôle de chaque ville et village, faire périr les gens et saisir les animaux et toutes choses de valeur qui pourraient être prises avec eux. En seulement quelques jours, ils sont devenus les conquérants et les destructeurs de cette petite nation (Nombres 21:24-26 ; Deut. 2:33-36).

 

Plusieurs pourraient se demander pourquoi Dieu avait demandé à Israël d’anéantir certaines nations. La raison est qu'elles péchaient tellement qu'elles seraient mieux mortes. À l'époque d'Abraham, leur iniquité n'avait pas atteint un tel pic (Genèse 15:16). Au moment où les Israélites sont arrivés, cependant, Dieu a dit que les Amorites ne devraient plus vivre maintenant. Cela ne signifie pas qu'ils sont éternellement perdus. Ils se lèveront, comme les gens de Sodome, Gomorrhe, et le reste du monde, dans une période de jugement lors de la Deuxième Résurrection après les 1000 ans du Millenium, et auront une chance pour le Salut (Matthieu 12:41-42 ; Marc 6:11 ; Apoc. 20:11-13).

 

Pendant un certain temps, après avoir conquis les Amorites, les Israélites se sont reposés dans le pays conquis ; puis ils ont continué à se déplacer vers le nord.

 

En dépit du fait que les Israélites avaient rapidement gagné une réputation de vigueur immense dans la bataille, un roi de la région nord-est de la Mer Salée [Mer Morte] est sorti avec son armée pour les attaquer. Son nom était Og, et il était un homme d'une stature gigantesque - probablement près de douze pieds (3 m) de hauteur. La Bible mentionne que le lit dans son palais était environ de dix-huit pieds (5 m) de long et de huit pieds (2 m) de large (Deut. 3:11).

 

Og était l'un des derniers de la souche de géants de l'est de Canaan. Certains de ses soldats étaient également très grands, et ils ont présenté une vue effrayante comme ils sont allés contre Israël.

 

La victoire accordée par Dieu

 

Après que Moïse eût envoyé des espions pour Jahzer, les Israélites capturèrent ses villages environnants et chassèrent les Amoréens qui y étaient. Puis ils se tournèrent et montèrent le long de la route en direction de Basan, et Og, roi de Basan, et toute son armée marchèrent à leur rencontre dans la bataille à Endrei.

 

Le Seigneur a dit à Moïse : Dis à vos soldats de ne pas avoir peur de ces hommes féroces en apparence. Rappelle-leur que les soldats d'Israël ne peuvent pas échouer parce que je suis avec eux pour aider à détruire leurs ennemis. (Nombres 21:33-34 ; Deut. 3:1-2).

 

Donc, les Israélites ont frappé Og ensemble avec ses fils et toute son armée entière, en ne laissant aucun survivant. Et ils ont pris possession de la terre de Og (Nombres 21:35) et toutes les villes dans son royaume. Toutes ces villes étaient fortifiées, avec de hautes murailles et des portes et des barres, et il y avait aussi de nombreux villages sans murailles. Les Israélites ont complètement détruit chaque ville, et tous les hommes, les femmes et les enfants comme ils avaient fait avec Sihon, roi de Hesbon. Mais tout le bétail et le pillage de leurs villes, ils les ont emportés pour eux-mêmes.

 

Soixante villes ont été prises. Ces centres d'habitation n’étaient pas de simples villages entourés de murs bas et étroits. Ils étaient des centres de population assez grands dont les bâtiments en pierre bien construits et les rues étaient grandes et larges. Leurs solides murs en pierre étaient jusqu'à dix-huit pouces (45 cm) d'épaisseur, et étaient construits de la roche de cette région presque aussi dure que le fer (Nombres 21:35 ; Deut 3:3-11).

 

À moins que Dieu n’ait voulu qu’Israël reçoive Son aide dans la tâche de prendre le contrôle de ces terres et de leur butin, les Israélites auraient été totalement anéantis par les occupants d'esprit militaires. Dieu a protégé Israël et les a fait entrer dans leur héritage. La suppression des tribus qui ont menacé Israël faisait partie du plan de Dieu.

 

Avec Dieu comme leur champion, il n’a fallu que quelques jours aux Israélites pour anéantir la terre à l'Est du Jourdain. Les soldats d'Israël ont été encore plus surpris par ce qu'ils avaient fait que ne l’étaient ceux qui étaient leurs victimes. Les forces armées du passé n'avaient jamais eu une telle destruction rapide et meurtrière contre de telles puissantes armées et autant de villes bien fortifiées. C'était un miracle qui a impressionné au moins une partie d'Israël plus que certains miracles que Dieu avait réalisés à d'autres moments.

 

À ce stade, une question vient probablement à l'esprit de certains des lecteurs lorsqu'ils lisent que des soldats israélites ont tué les femmes et les enfants des pays ennemis. Il serait naturel de conclure que tout cet abattage de masse d’êtres humains n’était rien de moins que du mépris envers le Sixième Commandement, qui déclare clairement que nous ne devons pas tuer ou, plus précisément, que nous ne devons pas assassiner quiconque.

 

Dieu n'est ni cruel ni méchant. Il s’est référé à Lui-même comme le potier et les êtres humains comme l'argile. Le potier décide comment utiliser l'argile et quelle partie de celle-ci doit être mise au rebut.

 

Dieu a choisi de se débarrasser des nations méchantes, idolâtres à l'est du Jourdain parce qu’elles étaient si pécheresses qu’elles ne pouvaient pas vivre des vies normales et heureuses. De plus, la terre ne leur appartenait pas de toute façon. Il aurait pu les anéantir par des fléaux ou des tremblements de terre. Mais puisque les Israélites aussi avaient péché, Dieu a voulu leur permettre d’expérimenter la conséquence du péché. Donc, Il a choisi de le faire à travers Israël en tant que Son instrument. Qui doit mettre en doute pourquoi Dieu, dans Sa sagesse infinie choisit de faire quelque chose ?

 

Dieu nous a dit que nous ne devrions pas assassiner. Plusieurs siècles après qu’Israël fût entré dans Canaan, Christ a expliqué cette loi plus en détail en précisant que même le désir de tuer signifiait briser l'intention du Sixième Commandement.

 

Dans le cas de la destruction des ennemis d'Israël, Dieu a dit à Israël de les faire périr. C'était une question d'obéissance, tout comme cela l’était quand les Lévites ont tué les adorateurs du veau d'or. En tant qu'Auteur de toutes les lois physiques et spirituelles, Dieu est le Seul qui a la sagesse de décider quand une personne ou une nation est assez coupable pour que la mort soit en fait une bénédiction.

 

Après avoir conquis les Amorites, les tribus d'Israël se sont réunies et ont établi le camp pendant plusieurs semaines de paix dans une région à quelques miles au Nord-Ouest de Hesbon, l'ancienne capitale des Amoréens.

 

(La version de la Bible The New International Study Bible a été utilisée comme une source de référence dans divers endroits dans la présente étude)

 

 

q