Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB049]

 

 

 

Balaam [CB049]

 

(Édition 2.0 20050709-20061126)

 

 

 

 

Balak vit tout ce qu'Israël avait fait aux Amoréens et Moab a été terrifié. Ainsi, Balak, qui était roi de Moab en ce temps-là, envoya des messagers pour convoquer Balaam. Cette étude a été adaptée à partir des Chapitres 46 et 47 de l’ouvrage The Bible Story Volume II par Basil Wolverton, publié par Ambassador College Press et couvre les chapitres 22 à 25 du livre des Nombres dans la Bible.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2005, 2006 Christian Churches of God, éd. Wade Cox)

(Tr. 2014)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/ et http://www.ccg.org/french/

    

 

Balaam [CB049]

 

 

 

Nous continuons ici à partir de l’étude L’Eau du Rocher (No. CB048).

 

Les complots de Moab contre les Israélites

 

Pendant ce temps, les nouvelles de ce qui s'était passé rapidement se sont propagées aux nations environnantes dont les dirigeants ont été quelque peu ébranlés d'apprendre qu’une armée si vigoureuse avait émergé subitement du Sud. Probablement le souverain le plus inquiété était Balak, le roi de Moab. Il n'avait pas réalisé, quand Israël a passé tranquillement le long de la frontière à l'Est de son pays, que ces gens possédaient une si grande force militaire.

 

Vers l'ancienne terre de la Mésopotamie, par la vallée supérieure de l'Euphrate, vivait un prophète nommé Balaam. Cet homme était connu dans de nombreuses régions comme celui qui avait un don de prophétie si spécial qu’il pouvait prononcer de merveilleuses bénédictions et de grandes malédictions sur les gens.

 

Balak convoque Balaam

 

Balak avait entendu dire que Balaam avait le pouvoir, par Dieu, de bénir les gens et de les maudire. Un tel pouvoir, pensait-il, pourrait être beaucoup plus grand que celui de n'importe quel sorcier ou enchanteur qui fonctionnait par les sorts et les mélanges magiques et étranges.

 

"Si cet homme Balaam pouvait être engagé à prononcer une malédiction sur la nation d'Israël", a déclaré Balak à ses officiers, "ces gens qui empiètent sur notre territoire pourraient être ainsi paralysés de sorte que nous pourrions les chasser ou les détruire même. Nous devons essayer tous les moyens possibles pour garder ces Israélites à distance, et donc je veux que Balaam soit amené ici."

 

Le roi a immédiatement envoyé plusieurs de ses princes vers l'est de Madian, où ils ont été rejoints par les princes de Madian. La caravane a passé ensuite vers le nord à la ville de Pethor où Balaam vivait, en emportant avec eux les frais de la divination. Ensuite, ils ont dit à Balaam ce que Balak avait dit :

 

Un peuple est sorti d'Égypte ; il couvre la surface de la terre et s’est installé à côté de moi. Maintenant viens et prononce une malédiction sur eux, parce qu'ils sont trop puissants pour moi. Peut-être alors je vais être capable de les vaincre et de les chasser du pays. Car je sais que ceux que tu bénis sont bénis, et ceux que tu maudis sont maudits (Nombres 22:1-7).

 

Balak savait que ce qu'il a dit n'était pas vrai. Dieu avait interdit à Israël d'attaquer Moab (Deutéronome 2:5, 9, 19). Balak était jaloux d'Israël parce que Dieu les avait bénis et pas Moab. Les Moabites adoraient de faux dieux et ainsi, n'ont pas été favorisés par le Seul Vrai Dieu.

 

Passez la nuit ici, leur a dit Balaam,et je vais vous ramener la réponse que le Seigneur me donne. Ainsi, les princes de Moab restèrent auprès de lui (v. 8).

 

Le Seigneur vint à Balaam et lui demanda : Qui sont ces hommes avec toi ? Balaam dit au Seigneur que les hommes étaient venus pour lui demander de lancer une malédiction sur Israël (vv. 9-11).

 

Tu ne dois pas aller avec ces hommes pour maudire les Israélites, car ils sont bénis,” lui a dit le Seigneur. Le lendemain matin, Balaam a rencontré les princes, et leur a dit de retourner dans leur pays parce que le Seigneur avait refusé de lui permettre d’aller avec eux (vv. 12-13).

 

Ainsi, les princes sont revenus et ont dit à Balak que Balaam refusait de venir. Alors, Balak envoya d'autres princes, plus nombreux et plus distingués que les premiers (vv. 14-15).

 

Ils arrivèrent auprès de Balaam et dirent :Balak dit : Ne permets rien qui t’empêche de venir chez moi, parce que je vais te récompenser généreusement et ferai tout ce que tu diras. Viens et jette un sort sur ​​ces gens pour moi (v. 16).

 

Mais Balaam leur répondit : Même si Balak me donnait son palais rempli d'argent et d'or, je ne pourrais faire quelque chose de grand ou petit pour aller au-delà de la commande du Seigneur mon Dieu. Maintenant restez ici ce soir comme les autres ont fait, et je découvrirai quoi d'autre le Seigneur me dira (vv. 18-19).

 

Cette nuit-là, le Seigneur vint à Balaam et dit : Puisque ces hommes sont venus pour te convoquer, va avec eux, mais fais seulement ce que je te dis (v. 20).

 

Balaam se leva très tôt le lendemain matin et partit avec les princes. Mais Dieu était en colère contre Balaam vu son attitude, et l'Ange du Seigneur se plaça sur le chemin pour s'opposer à lui. Balaam était monté sur son ânesse et ses deux serviteurs étaient avec lui. Quand l'ânesse vit l'Ange du Seigneur debout sur ​​la route avec une épée nue dans sa main, elle quitta la route dans un champ. Irrité par l'action inhabituelle de l'animal, Balaam le battit pour qu’il revienne sur la route (vv. 21-23).

 

Sa fureur aurait rapidement fondu s'il avait pu être conscient de ce qui avait surpris l'ânesse, mais l'ange s'était rendu visible uniquement à l'ânesse. Ensuite l'ange se tint dans un sentier étroit entre deux vignes, avec les murs des deux côtés. Quand l'ânesse vit l'Ange du Seigneur, elle se serra contre le mur, écrasant le pied de Balaam contre lui. Alors, il la battit de nouveau (vv. 24-25).

 

Puis l'Ange du Seigneur se déplaça en avant et se plaça dans un lieu étroit où il n'y avait aucune place pour tourner, soit vers la droite soit vers la gauche. Quand l'ânesse vit qu'elle ne pouvait pas passer à côté de l'ange, elle s’effondra de frayeur et se coucha sous Balaam, et il fut en colère et la battit de nouveau (vv. 26-27).

 

L'ânesse parle

 

Avec Dieu tout est possible (Marc 10:27). Alors, le Seigneur ouvrit la bouche de l'ânesse, et elle dit à Balaam : Que t'ai-je fait pour que tu me battes à trois reprises ? (v. 28).

 

Balaam était surpris qu’un animal ait effectivement parlé cependant il s’est senti d’une façon ou d’une autre obligé de répondre. “Tu m’as rendu fou. Si j'avais une épée dans ma main, je t’aurai tuée immédiatement (v. 29).

 

Puis l'animal parla de nouveau. Ne suis-je pas ton ânesse, que tu as toujours montée, jusqu’à ce jour ? Ai-je eu l'habitude d’agir ainsi à ton égard ?

 

  Non ! a-t-il finalement réussi à murmurer (v. 30).

 

Dieu a alors donné à Balaam la capacité de voir subitement l'ange. Donc, il s'inclina et tomba sur sa face. L'Ange du Seigneur lui demanda : Pourquoi as-tu frappé ton ânesse par trois fois ? Je suis venu ici pour t’opposer parce que ton sentier en est un imprudent devant moi. L'ânesse m'a vu et s’est détournée trois fois. Si elle ne s’était pas détournée je t'aurais certainement tué à ce moment-là, mais je l'aurais épargnée (vv. 31-33).

 

Balaam a réalisé à quel point il avait été mauvais dans le fait de convoiter la fortune qu’on lui a offert pour maudire Israël. J'ai péché !” a-t-il crié. "Je ne me suis pas rendu compte que tu étais en chemin pour t'opposer à moi. Maintenant, si tu es mécontent, je retournerai (v. 35).

 

L'ange a dit à Balaam : Va avec les hommes, mais dis seulement ce que je te dis. Donc, Balaam partit avec les princes de Balak.

 

Dieu savait que le cœur de Balaam n'était pas droit et qu'il a parlé pour la récompense qu'il recevrait. Donc, Dieu ne lui permettrait pas de maudire Israël en Son nom, qui est ce que Balaam avait l'intention de faire. La Bible nous dit dans Michée 3:11 que c'est mal pour les sacrificateurs d’enseigner pour la récompense (salaire). La parole de Dieu est gratuite (cf. Prov. 23:23). Si le sacerdoce ne se repent pas de cela, Christ a dit qu'il les punirait avec l'épée de sa bouche (voir Apoc. 2:14-16). L'épée symbolise le jugement divin.

 

Balaam était volontiers d’accord pour accepter les conditions de Dieu, mais s’est rappelé de la richesse de Balak. Accompagné de ses deux serviteurs qui avaient regardé tout excités et entendu son expérience étrange de seulement une courte distance, il a rejoint avec hâte les princes qui ont rebroussé chemin vers Moab (Nombres 22:34-35).

 

Lorsque Balak entendit dire que Balaam arrivait, il alla à sa rencontre dans la ville Moabite de l'Arnon.

 

Balaam continue à convoiter

 

Pourquoi n'étais-tu pas venu à Moab la première fois que je t’ai fait venir ? a demandé le Roi Balak avec un peu d'impatience, en rencontrant Balaam. Ne t’es-tu pas rendu compte que je suis capable de te récompenser ? (v. 36). Balaam était heureux d'entendre la récompense mentionnée de nouveau. Il a de nouveau commencé à y penser plus, et moins sur l'avertissement que Dieu a donné à travers Son ange.

 

Balaam a répondu : Finalement je suis ici, mais je veux que tu saches que je n'ai aucun pouvoir de maudire ou de bénir toute nation à moins que Dieu ne me donne ce pouvoir. Je peux seulement dire ce que l'on me dit de dire (vv. 37-38). Balaam était prudent de parler d'une telle façon que le roi Balak ne renoncerait pas, mais continuerait à essayer plus difficilement d'acheter ses services. Il était devenu avide de la récompense que Balak a promise.

 

Le roi était convaincu que le prophète parviendrait en quelque sorte à déverser la colère de Dieu sur Israël. Alors, Balaam alla avec Balak plus loin dans Moab, à la ville de Kiriat-huzoth, qui signifie une ville de rues. Balak sacrifia des bœufs et des brebis et en donna à Balaam et aux princes qui étaient avec lui. Le lendemain matin, le roi prit Balaam à Bamoth Baal, et de là, il vit une partie du peuple (vv. 39-41).

 

Balaam savait au sujet de cette nation qui était sortie d'Égypte, et il savait que le Dieu des Israélites était le seul Vrai Dieu - Celui qu'il craignait. Il s'est rendu compte qu'il était dans une situation très grave. S'il devait demander à Dieu de maudire Israël, il demanderait à Dieu d’écraser la nation que le Créateur avait choisie pour une raison très bien déterminée. Balaam a décidé d'essayer d'entrer en contact avec Dieu.

 

Premier oracle de Balaam

 

Alors, Balaam dit : Construisez-moi sept autels ici, et préparez sept taureaux et sept béliers pour moi. Balak fit cela et les deux offrirent un taureau et un bélier sur chaque autel (Nombres 23:1-2).

 

Balaam dit à Balak : Reste ici pendant que je vais en aparté. Peut-être le Seigneur viendra pour me rencontrer. Tout ce qu'Il me révèle, je vous le dirai. Puis il alla à une terre aride (v. 3).

 

Parce que Dieu utilisait Balaam pour un but - et pas à cause des sacrifices que Balaam avait demandé à Balak de faire, le Seigneur a mis un message dans la bouche de Balaam et lui a dit : Retourne vers Balak et donne-lui ce message. Lorsque Balaam retourna, il trouva Balak debout à côté de son offrande, avec tous les princes de Moab. Alors, Balaam prononça son oracle :

 

Balak m’a convoqué entièrement de ma maison à Aram dans les montagnes de l'Est. Le désir du roi a consisté en ce que j'appelle la colère de Dieu sur Israël, la nation qui est récemment montée hors d'Égypte pour détruire les Amorites. Dieu est le Dieu d'Israël. Il serait impossible pour moi d'apporter une malédiction de Dieu sur une nation qu’Il a déjà bénie. Il serait très stupide, en fait, pour quelqu’un ou n'importe quelle nation d'essayer d'aller contre une nation que Dieu n'est pas contre et protège.

 

Dieu a choisi ces personnes pour un grand dessein. Israël doit toujours se démarquer au-dessus d'autres nations, et elle est celle dont le nombre peut être comparé au nombre de grains de sable dans le sol. J'espère que quand je meurs, ma mort sera aussi honorable que celle de ces gens que nous voyons ci-dessous qui ont été choisis pour un but élevé(vv. 6-10).

 

Un point important à penser, c'est que le diable voulait faire maudire Israël pour que Christ soit maudit. Mais Dieu n'était pas sur le point de permettre cela de se produire.

 

Balak a été surpris et irrité par le discours inattendu de Balaam. Il avait espéré une malédiction, mais les paroles de Balaam, que Dieu lui a obligé de dire, équivalait à une magnifique bénédiction plutôt qu'une malédiction.

 

Pourquoi as-tu parlé de ces bonnes choses à propos d'Israël ? a demandé le roi avec colère. Je t’ai fait venir pour maudire mes ennemis, mais tu n’as rien fait que de les bénir (v.11).

 

N'ai-je pas à dire ce que Dieu m'a dit de dire ? a demandé Balaam (v. 12).

 

Deuxième oracle de Balaam

 

Le roi moabite a alors demandé à Balaam de venir à une autre montagne d'où seulement une partie d'Israël pourrait être vue. C'était le plan de Balak que Balaam maudisse les Israélites à partir de là. Alors, il l’a amené dans les terres de Tsophim sur le sommet du Pisga, et il y bâtit sept autels et offrit un taureau et un bélier sur chaque autel (vv. 13-14).

 

Pendant ce temps, Balaam est allé de nouveau dans une section isolée de la montagne pour essayer de contacter Dieu (v. 15). Même si Balaam était toujours avide pour la récompense de Balak, Dieu a attendu très patiemment pour voir si Balaam allait finalement se repentir et cesser de servir lui-même et le démon. Bien qu'il eût la crainte de Dieu, il ne s'est pas repenti.

 

Une fois de plus, il a réussi, mais seulement parce que Dieu a décidé de prendre contact avec lui. Encore une fois un message a été mis dans la bouche de Balaam et il lui a été dit de retourner et de donner le message à Balak (v. 16).

 

Donc, pour la deuxième fois Balaam est revenu de la visite sur la montagne avec le Seigneur pour annoncer au roi Balak.

 

Qu'est-ce que Dieu t’a dit ?” a demandé Balak calmement, bien qu’en espérant anxieusement que soit Dieu soit Balaam avait entrepris un changement d'esprit (v. 15-17). Alors, il prononça son oracle :

 

Prophétie plus inspirée

 

Il a dit que toi, Balak, devrais L'écouter, a répondu Balaam. Il a dit que tu dois apprendre qu'Il ne ment pas comme un homme mortel ment, et qu'Il va sûrement réaliser n'importe quel but ou promesse qu'Il avait faite. Dieu a béni Israël, et j'ai reçu l’ordre de continuer selon cette bénédiction. Il me serait impossible de changer la bénédiction de Dieu en une malédiction.

 

Vous devez savoir que Dieu n'a pas considéré les défauts de Jacob, l'ancêtre d'Israël, comme quelque chose de si mal que tous les descendants de Jacob doivent être maudits dans l'oubli. Dieu a fait sortir Israël de l'Égypte, et a donné à cette nation la force du géant taureau sauvage. Aucune prière, aucun sort, ni ensorcèlement ni enchantement des étrangers ne peuvent affecter Israël. Dans le futur les gens seront émerveillés comment cette nation a été maintenue en vie sous la protection de Dieu. En fait, Israël doit devenir connu comme un fort jeune lion qui ne se repose pas jusqu'à ce qu'il ait bien mangé de sa proie, et cette proie ce sont les nations qui peuvent être comparées aux gazelles, à des cerfs et d’autres animaux beaucoup plus faibles que le lion (vv. 18-24).

 

Balak regarda le prophète fixement en état ​​de choc. Balaam amenait la patience du roi à une fin. S'il n'avait pas été aussi désespéré pour l’aide contre Israël, il aurait ordonné au prophète de sortir de sa présence. Si tu ne veux pas maudire les Israélites maintenant, murmura Balak péniblement, “alors au moins tu peux t’abstenir de prononcer une bénédiction sur eux.” Balaam a de nouveau répondu qu'il doit faire ce que le Seigneur lui dit (vv. 25-26).

 

Troisième oracle de Balaam

 

Alors, Balak a dit : Viens, je t’amène à un autre endroit. Peut-être que cela plaira à Dieu de te permettre de les maudire pour moi de là.” Et Balak prit Balaam au sommet du Mont Peor, surplombant le désert. Balak fut consterné d'entendre Balaam demander pour la troisième fois que sept autels soient construits pour sacrifier des animaux (vv. 27-29).

 

Mais il a de nouveau pensé qu'il pouvait influencer Dieu pour lui permettre de maudire Israël afin qu'il puisse obtenir la récompense de Balak. Balak a donné des ordres pour réaliser le souhait de Balaam (v. 30).

 

En dépit de ses espoirs de gagner la faveur et la fortune du roi de Moab, Balaam s’est rendu compte qu'il serait inutile de continuer à espérer que Dieu puisse maudire Israël pour Balak. Ses contacts récents avec Dieu l’ont rendu si clairs qu'il était impossible de tenter Dieu pour qu’Il change d’avis.

 

Pour cette raison, Balaam n'est même pas allé chercher une autre vision comme il l'avait fait auparavant. Comme le prophète regardait en bas du Mont Peor sur le camp des Israélites dans leur manière ordonnée sur les plaines de Moab, il a été soudainement exigé par Dieu de dire une autre prophétie claire et vive à Balak et ceux qui l'entourent.

 

“À moi, Balaam, fils de Beor, a été donnée par Dieu une compréhension dans les choses que je suis sur le point de vous raconter,” a déclaré Balaam. Il a continué alors, à la gêne grandissante de la plupart de son audience, à parler d'Israël et ce qui arriverait à cette nation.

 

L'avenir d'Israël déployé

 

À quel point sont beaux l’étendu des tentes colorées et les tabernacles d'Israël sur la plaine s'écria Balaam. Ils sont étendus comme les cours d'eau des montagnes, comme des jardins près d'un fleuve, comme des arbres de santal et de cèdres du Liban qui poussent naturellement en rangées à côté des cours d'eau.

 

Israël aura l’abondance de prospérité. Ses descendants seront innombrables. Son roi aura plus de pouvoir que n'importe quel autre roi, et le royaume d'Israël deviendra le plus fort dans le monde. Dieu a sorti cette nation hors d'Égypte et lui a donné la force du géant taureau sauvage. Ce peuple engloutira ses ennemis après avoir brisé leurs os et les avoir percés avec les armes meurtrières.

 

Israël ressemble à un grand lion que les gens craignent de déranger. Ceux qui bénissent Israël seront bénis. Ceux qui maudissent Israël seront maudits (Nombres 24:1-9.)

 

Ce fut exactement le contraire de ce que le roi de Moab espérait entendre. Il a estimé que Balaam l’avait trahi, et il frappa violemment ses mains, une action en ces temps-là qui indiquait la grande colère.

 

Je t’ai offert de belles récompenses pour venir ici pour maudire mes ennemis a crié Balak comme il marchait à grands pas jusqu’à Balaam. Au lieu de cela, tu les bénis. Maintenant, prends tes serviteurs et sors d'ici sans la récompense que Dieu t’a empêché de recevoir (vv.10-11).

 

Peut-être que tu as oublié, a rappelé Balaam calmement au roi, que lorsque tes messagers sont venus la première fois vers moi, je leur ai dit que même une maison entière pleine d'or de vous ne me fera faire n’importe quoi dans cette affaire, sauf ce que Dieu me permet de faire. N'ai-je pas dit alors que je devais dire exactement ce que Dieu exige que je dise ? Maintenant, je retourne à mon peuple, mais viens, que je t’avertisse de ce que ce peuple fera à ton peuple au cours des jours à venir (vv. 12-14).

 

Quatrième oracle de Balaam

 

Alors Dieu a ordonné à Balaam de prononcer une autre prophétie étonnante :

 

Un roi israélite entrera au pouvoir qui frappera ta nation avec une telle force qu’elle sera écrasée immédiatement. Ces Moabites qui restent en vie seront pris en tant que les serviteurs d'Israël”.

 

Quant à Edom et à Séir, ces pays doivent tomber également entre les mains d’Israël. Même les Amalécites puissants tomberont devant Israël, et disparaîtront à jamais en tant qu’une nation. Les Kéniens seront également amenés en captivité, bien qu’ils vivent dans les forteresses rocheuses des montagnes.

 

Le point culminant apportera des changements effrayants dans de nombreuses parties du monde. Les nations de l’autre côté des mers attaqueront et seront attaquées. Il y aura un grand trouble dans un temps à venir. Israël, la nation que Dieu a choisie pour la réalisation de Son but dans le monde, mettra fin à la nation la plus glorieuse.”

 

Balaam et ses deux serviteurs montèrent sur leurs animaux et s’en allèrent sur ​​le chemin qui menait en bas du Mt. Peor. Et Balak alla son propre chemin (vv. 14-25).

 

La plupart des prophéties faites par Balaam étaient pour les temps de l'Ancien Testament. Certaines doivent encore se produire en ces derniers jours parce que Dieu fait toujours ce qu'Il promet de faire.

 

Balak est retourné à la ville d’où il dirigeait Moab, mais Balaam n'est jamais rentré à sa ville natale. Il a continué de convoiter la récompense qu'il avait manqué. Il a commencé à concevoir un plan dont il pensait qu’il pourrait lui faire obtenir une partie de celle-ci. Alors, il s'est arrêté dans le pays de Madian (voir Nombre 31:8,16).

 

Sachant que les Madianites aussi bien que les Moabites voulaient voir Israël détruit, Balaam leur a enseigné la façon d’amener la malédiction de Dieu sur tout Israël. Son plan était de promouvoir le péché entre les hommes israélites et les femmes païennes de Madian et de Moab.

 

Moab séduit Israël

 

Alors qu'Israël demeurait à Sittim, les hommes ont commencé à être attirés par les femmes Moabites. En raison de l'enseignement de Balaam, de nombreuses femmes Moabites et des hommes d'Israël prenaient les privilèges physiques des personnes mariées, sans être mariées. Ce qui signifie qu'ils brisaient les septième et dixième commandements (Apoc. 2:14).

 

De plus en plus d'hommes israélites se sont mariés avec ces femmes païennes. Dieu avait interdit à Israël de se marier avec les étrangers des nations païennes. Cependant, les individus des nations qui étaient païennes, et qui avaient accepté Israël et sa foi, pouvaient être acceptés en Israël comme l’était Rahab et Ruth et d’autres.

 

Mais la question interdite et critique était que les filles de Moab conduisaient leurs maris et amants israélites dans l’infraction du Sabbat et dans l'adoration des dieux païens. Les gens mangeaient et se prosternèrent devant ces dieux. Ainsi, Israël a participé au fait d’adorer le Baal de Peor. Et la colère du Seigneur s'enflamma contre eux (Nombres 25:1-3). Un péché a conduit à un autre et aujourd'hui les mêmes péchés sont répétés.

 

Le Seigneur dit à Moïse : Prends tous les chefs de ces gens, tue-les et expose-les au grand jour devant le Seigneur, afin que la colère féroce du Seigneur se détourne d'Israël (v. 4). Cela devait être un avertissement pour les autres des conséquences du péché.

 

Balaam a enseigné aux Moabites et aux Madianites, les nations entourant Israël, de sorte qu'ils pouvaient faire retourner Dieu contre Israël en les amenant à sacrifier aux idoles et à commettre la fornication. Donc, le méchant projet de Balaam commençait à être payant pour Madian et Moab.

 

Moïse a dit aux juges d'Israël : Chacun de vous doit mettre à mort ceux de vos hommes qui ont participé dans l’adoration du Baal de Peor (vv. 4-5).

 

Il y avait beaucoup de grands cris et des gémissements, une habitude acquise des Égyptiens. La plupart des Israélites ont vraiment regretté ce qui s'était produit, et d'eux il y avait des gémissements et des pleurs de honte authentiques et le repentir (v.6).

 

Même face à ces développements brusques et terribles, il y avait ceux qui étaient si méprisants de Dieu qu'ils ont refusé de mettre de côté les femmes de ces nations païennes.

 

Un prince rebelle

 

Une telle personne était Zimri, un prince de la tribu de Siméon. Même au plus fort de la période de deuil et du repentir, Zimri entra dans la zone du tabernacle avec une princesse de Madian du nom de Cozbi (vv. 13,14). Le couple a effrontément traversé les Israélites portant le deuil et continua jusqu’à ​​une tente privée dans le camp de Siméon. À cause du haut rang de Zimri, toutefois, les officiers qui auraient dû le retenir ont permis à lui et sa princesse madianite d'aller leur chemin sans les déranger.

 

Lorsque Phinées, fils d'Eléazar (un des petits-fils d'Aaron) vit cela, il quitta l'assemblée, prit une lance dans sa main et suivit l'Israélite dans la tente. Là, il perça avec la lance tous les deux. Alors, la peste contre les Israélites s’arrêta ; mais ceux qui moururent de la plaie furent au nombre de 23000 (Nombres 25,6-9).

 

Le Seigneur a dit à Moïse : "Phinées a chassé ma colère loin des Israélites ; car il est autant zélé que je le suis pour mon honneur parmi eux, de sorte que dans mon zèle je ne leur ai pas mis fin. Par conséquent, dis-lui que je fais mon alliance de paix avec lui. Lui et ses descendants auront une alliance d'un sacerdoce durable, parce qu'il a été zélé pour l'honneur de son Dieu et a fait l'expiation pour les enfants d'Israël (vv.10-13).

 

Tout ce chagrin et la douleur sont venus parce que Balak était jaloux d'Israël et parce que Balaam convoitait tant après les salaires promis par Balak qu'il a enseigné aux païens comment conduire des hommes israélites rebelles dans le péché (2Pierre 2:15 ; Jude 11 ; Apoc. 2:14).

 

Dieu avait mis par écrit cette épisode honteux et tragique pour nous enseigner que nous ne devrions pas convoiter l'argent malhonnête et ne devrions pas nous marier ou suivre les pratiques des femmes mauvaises, et que nous devons adorer que le Seul vrai Dieu (1Corinthiens 10:6-11).

 

Les jours qui suivirent en furent de misère, de honte et de tristesse en Israël. Dans le même temps, bien que la plupart des gens ne fussent pas conscients de l'ampleur, ils avaient raison de se réjouir et d’être reconnaissants du fait que la colère de Dieu ait été enlevée d'eux.

 

Cela n’a pas signifié que Dieu était satisfait de la façon dont les choses se sont terminées. Il était bien conscient que les Madianites et les Moabites - en particulier les Madianites - avaient conspiré pour utiliser leurs femmes pour injustement influencer les hommes d'Israël. Il avait prévu de punir Madian, mais pas avant qu'il n’ait accompli d'autres choses (versets 16-18).

 

(L’étude La Doctrine de Balaam et la Prophétie de Balaam (No. 204) et La Bible The New International Study Bible ont été utilisées comme sources de référence dans la présente étude.)

 

 

q