Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB055]

 

 

 

Des Juges pour Israël [CB055]

 

(Édition 2.0 20060313-20061214)

 

Après la mort de Josué, les Israélites allèrent de nouveau après des dieux étrangers pour les adorer et oublièrent le Seul Vrai Dieu, alors Dieu leur enleva Sa protection. Quand ils se retrouvaient en difficultés ils se repentaient et demandaient à Dieu de les aider à nouveau. Vers cette époque, Dieu a suscité des Juges pour délivrer Israël de ses nombreuses captivités. Cette étude a été adaptée des Chapitres 59 et 60 de The Bible Story Volume III de Basil Wolverton, publiée par Ambassador College Press.

 

 

Christian Churches of God
PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA 

 

Courriel : secretary@ccg.org  

 

(Copyright © 2006 Christian Churches of God, éd. Wade Cox)

(Tr. 2014)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org et http://french.ccg.org/

 


 Des Juges pour Israël [CB055]

 

 


Nous continuons ici à partir de l’étude Le Soleil s’Arrêta (No. CB053).

 

Le repos d'Israël du labeur de la conquête de Canaan s’est développé en une période de plusieurs années. Dans la prospérité croissante il y eut aussi une augmentation marquée de la population.


Pendant ce temps, la plupart des Cananéens qui avaient fui vers les terres avoisinantes retournaient progressivement dans certaines des villes et sites desquels Dieu les avait enlevés. Il y avait aussi certaines villes et régions, en particulier à l'ouest du Jourdain, qui n’avaient pas été atteintes par les Israélites (Josué 13:1-6). Tout cela signifiait que les guerres de conquête d'Israël n’étaient pas encore terminées. Si Israël avait été pleinement obéissant et fidèle, Canaan aurait pu être éliminé de tous les ennemis dans un court laps de temps.

 

Lorsque finalement Israël a enfin décidé de reprendre les armes pour poursuivre la défaite des Cananéens, il y avait la question de savoir quelle tribu devait agir en premier. Phinées, qui était devenu Souverain Sacrificateur après la mort d’Eléazar, consulta Dieu au Tabernacle, et Dieu fit savoir que la tribu de Juda devait passer en premier, et qu'Il aiderait les soldats de Juda à surmonter leurs ennemis.

 

Puis les hommes de Juda ont demandé aux hommes de la tribu de Siméon d'aller avec eux sur le territoire qui leur était imparti pour combattre les Cananéens. Ils ont accepté parce que les hommes de Juda ont dit qu'ils aideraient les Siméonites à prendre leur territoire, le moment venu. Cela signifiait une force armée plus forte et plus grande à utiliser dans les deux territoires (Juges 1:1-3).

 

À seulement quelques miles au sud-ouest de Silo se trouvait une ville appelée Bézek. C’est là qu'ils ont rencontré des milliers de Cananéens réarmés. Beaucoup de ces Cananéens servaient leur nouveau roi par la peur. Il était un tyran cruel qui coupait les pouces et gros orteils de quiconque parmi son peuple refusait de se soumettre à lui. Les Israélites se rappelèrent la promesse de Dieu pour eux, et ne tardèrent pas à attaquer.

 

Dans cette seule bataille, dix mille de l'ennemi sont tombés devant Juda et Siméon. Au cours de l'excitation le roi de Bézek, Adoni-Bézek, réussit à s’échapper et à fuir vers le sud avec quelques aides. Ayant appris qu'il était un homme cruel les Israélites firent un effort particulier pour capturer Adoni-Bézek. Les Israélites montés réussirent à le rattraper dans les montagnes. Au lieu de le tuer, ils lui ont enseigné une leçon qu'il n’oublierait jamais. Ils ont suivi son habitude de couper les pouces et gros orteils de ses ennemis en lui faisant la même chose.

 

Adoni-Bézek prit sa punition avec courage, cependant, et a admis que le Dieu d'Israël le traitait comme il le méritait précisément. Il a affirmé que, à un moment ou un autre ses prisonniers avaient inclus un total de soixante-dix dirigeants, et qu'il avait coupé les pouces et gros orteils de chacun d'eux !

 

Jour après jour, les hommes de Juda et Siméon se déplacèrent vers le sud pour nettoyer toutes les forces opposées. Ils se répandirent vers l'ouest jusqu'à la ville de Gaza sur la Grande Mer et vers l'est presque à l'extrémité sud de la mer Salée (Morte).

 

Dieu les a aidés à être presque totalement couronnés de succès dans leur campagne. Cependant, certains Cananéens réussirent à s’échapper et fortifièrent de nouveau certaines des villes conquises, comme Jérusalem (v. 21). Ces quelques exceptions étaient seulement parce que les Israélites n’étaient pas tous entièrement obéissants ou n’avaient pas assez de foi en Dieu (Juges 1:4-20).

 

À cette époque, la tribu d'Éphraïm (parfois appelée la maison de Joseph), s’étendit sur ​​son territoire, en particulier au sud-ouest, qui comprenait Silo et la zone autour d'elle. Éphraïm a constaté que la ville de Bethel avait manifestement été refournie en une forteresse forte, même si Josué et ses troupes avaient tué les soldats de Bethel lors de la prise de la ville voisine d’Aï.

 

Ne sachant pas à quoi Béthel ressemblait maintenant ou combien de soldats étaient dans les murs, les officiers d'Éphraïm envoyèrent quelques éclaireurs pour tenter de découvrir ces choses. Les éclaireurs se cachèrent dans la nuit à une distance sécuritaire, mais assez proche pour une veille attentive pour essayer de déterminer où les entrées de la ville étaient et comment elles pourraient être utilisées pour pénétrer à l'intérieur de Bethel.

 

Aide inattendue

L’occasion s’est présentée d'une manière inattendue un soir. Un homme hittite sortait de la ville et ils lui dirent, "Montre-nous comment entrer dans la ville et nous allons bien te traiter." Alors il leur a montré, et ils ont mis la ville à l'épée, mais épargné l'homme et sa famille. Probablement Dieu avait délibérément envoyé le Hittite pour informer les Israélites.

 

Plus tard, l'homme alla à l'ancienne terre des Hittites au nord ; il fonda une ville et l'appela Luz, qui avait été l'ancien nom de Bethel (Juges 1:21-26).

 

Ce que les tribus de Juda, Siméon et Éphraïm ont fait en tant que leur part pour capturer Canaan était un assez bon exemple pour les autres tribus. Mais même si tous les Israélites avaient la promesse indéfectible de Dieu d’exercer Sa puissance immense en les aidant, certaines tribus échouèrent à vaincre leurs ennemis dans diverses régions.

 

Au lieu d'éliminer les Cananéens de certaines des régions, Israël autorisa les Cananéens à rester. Et quand Israël devint fort ils pressèrent les Cananéens au travail forcé mais ne les chassèrent jamais complètement (vv. 27-33).

 

Dans d'autres régions certains des Israélites devinrent fatigués de lutter contre leurs ennemis. Ils décidèrent de s'intégrer avec eux (vv. 34-36). Au fil des ans, cela signifia que de nombreux Israélites se marièrent avec les Cananéens. C’est toujours le résultat de l'intégration. Donc, Israël s’accoutuma à adorer les dieux païens et les idoles de Canaan. Dieu les avait avertis à plusieurs reprises de ne pas s’intégrer pour cette raison (Ex. 20:3-7; Ex. 23: 31-33 ; Deut. 12:29-32 ; 6:4-7,14 ; 7:1-11 ; Josué 23:6-8 ; Juges 3:1-7).

 

Au moment où une autre génération avait grandi depuis la mort de Josué, beaucoup parmi Israël avaient pris l'intégration à la légère et étaient tombés dans le péché ! Les dernières étapes proposées de la conquête de Canaan s’étaient arrêtées. La prospérité déclinait peu à peu alors que les Israélites ont commencé à vivre de plus en plus comme les Cananéens autour d'eux.

 

Le plus grand nombre d'Israélites dans une région était encore dans et autour de la région de Silo-Mt. Éphraïm. Indépendamment de l'état de dégénérescence des tribus dans son ensemble, il y avait des gens qui venaient encore au Tabernacle pour offrir des sacrifices et consulter le Souverain Sacrificateur et ses assistants. Silo était encore le centre de la nation, et c’est là qu'une chose particulière et impressionnante se passa.

 

L’Ange visite

Un jour, un homme étrange a été vu marchant vers Silo en provenance de Guilgal. Il s’est avéré que c’était l'Ange de Yahovah.

 

"Écoute Israël, je vous ai fait monter d'Égypte et jusque dans ce pays que j’ai promis à vos pères. J’ai fait une alliance avec vous que je vous aiderais à conquérir le pays si vous faisiez votre part en m’obéissant (Ex. 23:23- 28). Vous deviez détruire tous les autels païens. Vous avez été interdits de faire toute sorte d’accords avec vos ennemis ou de vous intégrer parmi eux. Mais vous ne m’avez pas obéi ! Pourquoi ? Rappelez-vous, j’ai aussi dit que si vous ne parveniez pas à chasser les Cananéens, ils deviendraient comme des épines à vos côtés et leurs dieux seraient comme des pièges mortels ! (Juges 2:1-3 ; Ex. 23:31-33 ; Deut. 7:16 ; Ps. 106:34-40 ; Josué 23:12-13) Maintenant, parce que vous avez violé mon alliance et vous êtes mariés avec les Cananéens, n’attendez plus d'aide de moi pour les chasser ! Au contraire, je vais leur permettre de l'emporter sur vous !" (Juges 2:1-3).

 

Lorsque l'Ange du Seigneur eut fini de parler le peuple pleurait à haute voix ; après cela, ils ont appelé ce lieu Bokim. Ensuite, ils ont offert des sacrifices au Seigneur (Juges 2:4-5).

 

Les expressions de repentance n'ont pas duré longtemps. Lorsque les jours passèrent et que rien de terrible ne se passa, beaucoup de gens ont commencé à retourner à leurs mauvaises voies. En fait, ils ont glissé encore dans les pratiques idolâtres des Cananéens avec qui ils ont continué à se marier. Nombreux étaient les dieux qu'ils adoraient follement avec leurs ennemis païens (vv. 11-13).

 

Dans sa colère contre Israël le Seigneur les a remis aux pillards qui les volèrent. Il les livra entre les mains de leurs ennemis d'alentour, et ils ne pouvaient plus résister. Chaque fois qu'Israël sortait pour combattre, la main du Seigneur était contre eux pour les vaincre, comme il le leur avait juré. Ils étaient dans une grande détresse (vv. 14-15).

 

Alors le Seigneur suscita des juges, qui les ont sauvés des mains de ces pillards. Pourtant, ils ne voulaient pas écouter les Juges et ont continué à adorer de faux dieux. Chaque fois qu'ils avaient un Juge le Seigneur était avec lui et sauvait Israël de leurs ennemis. Lorsque le juge mourait les gens retournaient à leurs mauvaises voies et adoraient de faux dieux. Le Seigneur était très en colère contre Israël et a laissé des nations pour tester l'obéissance de ces Israélites qui n’avaient pas été dans l'une des guerres en Canaan (vv. 16-23). C’était pour leur enseigner la guerre, car il y avait encore plus de terres à conquérir (Juges 3:1-2).

 

Les Israélites ont continué à se marier avec les nations autour d'eux. Ils ont fait des choses mauvaises et ont oublié leur Dieu et ont servi les dieux païens des autres nations. Une fois de plus la colère du Seigneur s’enflamma et Il les livra entre les mains du roi d’Aram. La vie facile d'Israël a été transformée en quelques semaines en une vie de misère et de servitude. Les perspectives étaient sombres pour Israël pour les huit prochaines années (Juges 3:5-8).

 

Le repentir apporte la délivrance

Après un temps, quand ils ne trouvèrent pas le moyen de sortir de leur détresse, les Israélites se repentirent sincèrement. Pour plusieurs, la vie était devenue une ronde de travaux forcés, de larmes et de prières. Pourtant, les années de servitude s’écoulaient.

 

Othniel

Alors le Seigneur suscita un homme du nom d’Othniel. Il était de la tribu de Juda, un neveu et gendre de Caleb. Des années auparavant, il s’était distingué en menant les troupes pour vaincre de nombreux Cananéens (Juges 1:12-13 ; 3:9).

 

L'Esprit du Seigneur vint sur ​​Othniel et il devint Juge d'Israël et partit pour la guerre (3:10). Enfin, après huit longues années en tant que nation captive, Israël brusquement émergea à la liberté. Dieu avait écouté les prières de ceux qui s’étaient repentis. Il avait choisi l'homme Othniel pour conduire le peuple à la victoire et la liberté. En fait, Dieu a choisi Othniel comme le premier d'une ligne de Juges justes qui ont été inspirés à diriger et guider Israël pour de nombreuses années à venir.

 

L'attitude des gens avait tellement changé au cours de leurs huit années de servitude qu'ils étaient tout à fait disposés à obéir à Dieu maintenant. Ils ont coopéré avec Othniel dans les réformes qu’il avait ordonnées pour le bien de la nation. Les mariages mixtes avec les Cananéens et le culte des dieux étrangers étaient interdits. Ceux qui ont continué à faire ces choses ont été sévèrement punis. Il y avait un retour à vivre selon les Lois de Dieu. Le résultat a été un Israël plus heureux et plus prospère que la nation ne l’avait été pendant une longue période.

 

Sous la direction d'Othniel, serviteur choisi de Dieu, Israël a connu 40 années de paix. Au cours de ces 40 années Othniel a été le premier des leaders – depuis l'époque de Josué – connus comme Juges. Ils n’étaient pas le genre de Juges qui ont été institués seulement comme des hommes pour décider sur les cas de la justice ; ils étaient plus comme des dirigeants, et ils ont dirigé Israël du temps de Josué jusqu'à l'époque de Samuel (Juges 3:11).

 

Leçons vite oubliées

Othniel a maintenu la loi et l'ordre en Israël. Mais peu de temps après sa mort, les gens n’avaient pas de leader fort et de nouveau ont commencé à retomber dans leurs voies pécheresses. La colère de Dieu s’est de nouveau réveillée contre eux. Une fois de plus ils devaient tomber nécessairement sous une malédiction, bien qu’ils n’eussent aucune idée de comment Dieu avait prévu de les punir.

 

La nation de Moab était alors dirigée par un homme du nom d’Eglon. Une grande partie du territoire occupé par Israël à l'est du Jourdain avait à un moment donné fait partie de Moab, et Eglon était déterminé à le récupérer. Il ne savait pas que son désir avait été planté fermement dans son esprit par Dieu, qui a prévu de l'utiliser pour châtier Israël.

 

Outre le développement de sa propre armée en une force de combat solide, Eglon a demandé l'aide de milliers de troupes des Ammonites et des Amalécites, deux petites nations qui détestaient Israël à cause des victoires précédentes de cette nation sur eux (Juges 3:12-13).

 

Pendant dix-huit ans, les Israélites ont été dans la servitude à Eglon (v. 14).

 

Ehud

Comme on pouvait s'y attendre, les Israélites sont devenus à nouveau repentants. Ils ont regretté, comme d'habitude, d’être tombés dans un tel état ​​de péché. Leurs souffrances, larmes et prières ont touché le cœur toujours miséricordieux du Créateur, qui, cette fois choisit un Benjamite gaucher et robuste nommé Ehud pour aider à changer le cours des événements (v. 15).

 

La part d'Ehud dans la libération d’Israël a commencé quand il a été choisi pour diriger un groupe de gens pour amener un cadeau précieux au roi de Moab. À cette occasion, Ehud, qui avait une grande force et habileté dans l'utilisation de sa main gauche, cachait un poignard sous ses vêtements sur sa hanche droite. Après que le cadeau eût été présenté à Eglon, Ehud et ses porteurs partirent et retournèrent vers Silo. Ehud n’alla pas plus loin que la frontière à proximité qui avait été marquée par les images de pierre. Là, il dit aux autres de revenir à Silo sans lui. Il revint rapidement au palais du roi avec l'excuse qu'il avait un message secret pour Eglon. Lorsque les gardiens le firent savoir au roi, il a demandé Ehud dans ses quartiers privés et a renvoyé ses serviteurs (Juges 3:16-20).

 

"Maintenant quel est ce message secret que tu prétends avoir pour moi ?" demanda le roi.

 

"Seriez-vous surpris de savoir que cela vient de Dieu ?" dit Ehud.

 

"Que voulez-vous dire, de Dieu ?" demanda Eglon, soulevant son corps adipeux de sa chaise et se déplaçant avec enthousiasme vers Ehud.

 

"Je veux dire ÇA !" s’exclama Ehud. Sa main gauche glissa sous son manteau et sortit son poignard avec une telle rapidité que le souverain Moabite n’avait pas le temps de crier à l'aide. Ehud rapidement enfonça le poignard dans le corps d'Eglon, puis quitta précipitamment la pièce et ferma les portes derrière lui. Justice avait été faite.

 

Plus tard, lorsque les serviteurs sont venus pour assister leur roi et ont trouvé les portes verrouillées, ils croyaient qu’Eglon ne voulait pas être dérangé. Ils ont attendu un certain temps mais quand le roi n’ouvrait pas les portes, ils prirent la clé et les déverrouillèrent. À leur horreur ils ont trouvé leur dirigeant mort dû à un poignard qui avait été enfoncé dans son corps obèse (Juges 3:21-26).

 

Alors que les serviteurs du roi attendaient, Ehud s’échappa à Seïra.

 

Dieu est sage et juste

À ce stade, comme à d'autres cas dans les derniers épisodes de The Bible Story, quelques lecteurs seront enclins à trembler un peu. Ils vont se demander pourquoi Dieu permettrait à une de Ses personnes choisies d’exécuter quelqu'un, et pourquoi l'histoire devrait être incluse dans une version écrite surtout pour les jeunes.

 

La Bible doit être lue autant par les petits que par les grands, indifféremment. C’est une description franche de l'histoire d'Israël, en partie, décrivant les nombreux malheurs provoqués par la nature humaine. En disant cela, on ne tient pas compte des sentiments délicats des individus.

 

Dieu a choisi spécifiquement Israël pour un certain but, et une partie de ce but comprenait de débarrasser Canaan des peuples païens qui vivaient là. Dans un jugement ultérieur, Dieu donnera à ces gens qui étaient alors païens l'occasion pour le salut (Matt. 12: 41-42 ; Apoc. 20:11-12 ; Ésaïe 65: 19-25). En ce qui concerne Dieu, ce n’était pas différent pour un Israélite d'exécuter un roi païen idolâtre que ce l’était pour un soldat israélite de tuer un soldat ennemi dans la bataille.

 

Israël, rappelez-vous, était une nation charnelle, et non convertie – sauf pour un très petit nombre comme les Prophètes et les Juges. Seul Dieu a le pouvoir de dire à quiconque de tuer. Il est de la responsabilité de Dieu, telle que déterminée en vertu de Sa Loi, de décider quand une personne méchante doit être exécutée pour son propre bien et le bien de ceux qui l'entourent. Néanmoins, aujourd'hui, ce n’est pas le devoir d'un Chrétien d’exécuter ce genre de justice. C’est généralement les non convertis qui dirigent ce monde. Jésus a dit que Son royaume n’est PAS de ce monde (Jean 18:36), sinon ses serviteurs auraient combattu. Quand une nation est gérée par les Chrétiens, elle doit être dirigée selon les Lois de Dieu. Israël était de ce monde. Mais le Royaume de Dieu est le monde de demain. Et Christ se battra pour l'établir quand il reviendra.

 

Pour continuer l'histoire : Ehud ne perdit pas de temps à atteindre le Mt. Éphraïm, où il a convoqué de nombreux hommes d'Israël pour leur dire ce qui s’était passé.

 

"Ces soldats moabites stationnés ici pour nous garder en captivité sont les guerriers élites de leur nation," leur a dit Ehud. "Mais quand ils entendront que leur chef est mort, ils perdront leur désir de continuer à nous garder, et voudront fuir à travers le Jourdain vers leur pays. C’est selon la volonté de Dieu que vous prendrez vos armes maintenant et me suivrez !" (Juges 3:27).

 

Donc, ils le suivirent et prirent possession des gués du Jourdain qui conduisent à Moab. Ils n’ont pas permis à quiconque de traverser. À cette époque, ils ont frappé environ dix mille Moabites et pas un homme s’est échappé. Israël était maintenant libre de l'oppression de Moab et le pays fut en paix pendant quatre-vingts ans.

 

En raison de sa capacité en matière de leadership, Ehud est devenu le deuxième dirigeant israélite connu comme un Juge. Il est resté au pouvoir en Israël pendant de nombreuses années de paix et de prospérité, qui ont été données parce que les gens étaient obéissants, pour la plupart, aux Lois de Dieu (Juges 3:28-30).

 

Shamgar

Juges 3:31 mentionne un homme du nom de Shamgar comme un autre homme de leadership. Il était peut-être un Juge moindre dans l'ouest de Canaan à l'époque d'Ehud. Les Philistins, une nation de cités-États sur les rives de la Grande Mer, avaient rejoint Moab pour attaquer les Israélites dans cette région et les avaient maintenus dans la servitude pendant de nombreuses années comme agriculteurs.

 

La servitude a brusquement pris fin lorsque les agriculteurs se sont attaqués à leurs conquérants avec leurs outils pour labourer la terre. Un résultat inhabituel de cette rencontre fut le maniement de Shamgar d'un aiguillon à bœufs (une longue tige en bois avec une pointe de métal utilisée pour conduire des animaux de somme) si rapidement et habilement qu'il a tué six cents Philistins, mais peut-être qu’une partie de ce nombre incluait les efforts des compatriotes agriculteurs de Shamgar (v. 31).

 

Retour aux anciennes voies

Il peut sembler tristement répétitif d'annoncer qu'après la mort d’Ehud, Israël a de nouveau sombré dans un état ​​de rébellion contre Dieu, mais c’est arrivé ! Une fois de plus Dieu a utilisé un roi païen pour punir le peuple. Cette fois, c’était Jabin, un souverain puissant dans le nord de Canaan. Il était un descendant de ce Jabin, qui, bien des années auparavant, avait essayé d'attaquer l'armée d'Israël, avec des chars de fer. Il avait été vaincu par Josué et avait perdu sa ville en flammes. Ce Jabin suivant avait reconstruit la ville de Hatsor, et était devenu si puissant qu'il a surmonté les Israélites dans la partie nord de Canaan. Ironiquement, ce dernier Jabin a utilisé neuf cents chars de fer comme un moyen de victoire. Le général de son armée était Sisera le redouté.

 

Pendant vingt longues années malheureuses Israël a souffert sous la domination terrible de Jabin (Juges 4:1-3). Comme d'habitude, Israël a de nouveau crié à Dieu pour la miséricorde. Les gens ont fait preuve de leur repentir en s’écartant des mauvaises voies qu'ils savaient être interdites par Dieu.

 

Deborah

Comme un moyen de sauver Israël, Dieu a utilisé une femme du nom de Deborah. Elle vivait au Mt. Éphraïm, et était une personne dotée d’un bon jugement et d’une pensée juste au point que de nombreux Israélites venaient lui demander conseil. Dieu a choisi Deborah, la prophétesse d'Éphraïm qui dirigeait Israël à cette époque, pour aider Israël de plusieurs façons (vv. 4-5).

 

Avant tout, Dieu a donné à Deborah la connaissance de ce qui pourrait arriver en faveur d'Israël, mais il était nécessaire d’avoir un homme qui soit un chef militaire pour mener à bien le plan. Deborah connaissait un tel homme. Son nom était Barak. Il est venu à son domicile dans le nord quand elle l’envoya chercher.

 

"Dieu m’a révélé que si un homme capable tel que toi peut réussir à rassembler dix mille Israélites armés sur le mont Tabor, alors Il leur donnera la victoire sur les Cananéens qui les cherchent là-bas pour la bataille", a déclaré Deborah à Barak. "Avec une promesse comme celle de Dieu, y a-t-il une bonne raison pour laquelle tu refuserais d'être celui qui peut rendre de si grands services en rassemblant et en menant ces hommes contre les Cananéens ?" (Juges 4:6-7).

 

Barak a répondu : "Si tu viens avec moi, j’irai ; mais si tu ne viens pas avec moi, je n’irai pas."

 

Deborah a accepté, mais a dit à Barak qu'en raison de la façon dont il s’occupait de cela, Dieu permettrait à une femme de détruire le général Sisera.

 

Barak a organisé les troupes nécessaires des tribus du nord de Nephtali et de Zabulon et ils le suivirent. Et Deborah aussi alla avec lui (vv. 8-10).

 

Lorsque Sisera, le général de l'armée de Jabin, a appris que les Israélites étaient sur ​​le mont Tabor, il a rassemblé ses hommes pour y aller. Sa puissante force de combat incluait neuf cents chars et des milliers de guerriers formés tant redoutés par Israël (vv. 12-13).

 

Le Chemin vers la paix

Seulement l’aide surnaturelle de Dieu pourrait sauver Israël maintenant !

 

Inspirée par Dieu, Deborah a informé Barak que les Israélites devraient charger la pente de suite pour attaquer, et qu'ils auraient l’aide surnaturelle de Dieu (v. 14). Barak a été inspiré par l'exemple et la foi de Deborah. Il a ordonné aux hommes de le suivre en bas de la montagne.

 

À l'avance de Barak le Seigneur mit en déroute Sisera et tous ses chars et l'armée par l'épée, et Sisera abandonna son char et s’enfuit à pied. Mais Barak poursuivit les chars et l'armée jusqu'à Haroscheth Goïm. Toutes les troupes de Sisera tombèrent par l'épée ; pas un homme n’a été laissé. Dieu commençait à combattre la bataille d'Israël comme il l'avait promis (v. 15).

 

Sisera s’enfuit à pied vers la tente de Jaël, la femme de Hever, le Kénien, parce qu'il y avait des relations amicales entre Jabin, roi de Hatsor, et le clan de Héber, le Kénien.

 

Jaël a eu l’occasion de voir le général cananéen fatigué tituber vers sa tente. Elle savait qui il était, et est allée à sa rencontre.

 

Le destin funeste prophétisé de Sisera

"Viens repose dans ma tente," lui dit-elle, alors qu’elle l’aidait à marcher (Juges 4:15-18).

 

À l'intérieur de la tente, il se coucha avec lassitude, épuisé par sa course pour la liberté. Lorsque Sisera demanda de l'eau, Jaël lui donna du lait pour étancher sa soif et le faire dormir plus profondément, puis le recouvrit d'une couverture (Juges 5:25).

 

"Si quelqu'un vient poser des questions sur moi, ne mentionne pas que tu m’as vu," a averti Sisera à Jaël. "Tu seras bien récompensée si tu me protèges de l'un de ces fanatiques Israélites craignant Dieu !"

 

Ce sont les derniers mots prononcés par le général cananéen païen. Il était si fatigué qu'il s’endormit presque immédiatement. Jaël écouta jusqu'à ce qu'elle puisse être certaine qu'il était endormi. Puis elle arracha un piquet de tente tranchant et allongea le bras pour en faire un marteau. Faisant bien attention à ne pas faire de bruit, elle entra dans la chambre où dormait Sisera et enfonça le pieu aux tempes de Sisera, puis dans le sol, tuant le général presque instantanément (Juges 4:19-21 ; 5:26).

 

Dieu a permis à Jaël de prendre la vie de Sisera de cette manière de sang-froid comme un avertissement pour nous tous. Ces Cananéens étaient mieux morts. Ils ont sacrifié beaucoup de leurs bébés dans les temples de Baal et ont rempli les cimetières voisins de bocaux contenant ces petits cadavres. Lors de la construction d'une nouvelle maison, une famille cananéenne sacrifiait un bébé et mettait son corps dans la fondation pour porter chance au reste de la famille. Les archéologues qui ont trouvé les nombreux squelettes minuscules de ces bébés sacrifiés ont demandé pourquoi Dieu n'a pas détruit les Cananéens plus tôt. Il l'aurait fait si Israël avait obéi à Son commandement d’exécuter tous les Cananéens idolâtres quand ils ont conquis le pays la première fois (Deut. 7:1-6).

 

Parce que Sisera était un cananéen idolâtre, il était un de plus à être purgé de la terre après avoir été utilisé dans le but de punir les Israélites et les amener à la repentance. Comme celui qui cherchait à détruire l'armée d'Israël, il s’est vu refuser le soi-disant honneur de mourir dans l'action, comme un soldat de haut rang préfèrerait normalement.

 

Seulement un peu de temps après cet incident Jaël regarda pour voir les Israélites victorieux au trot à travers la plaine. Elle sortit vers les hommes, agitant frénétiquement pour attirer leur attention. Quand ils l'eurent atteint elle leur dit qu'elle avait un message important pour leur chef, et Barak s’approcha d'elle pour entendre ce qu'elle avait à dire.

 

"Si vous cherchez le général de Jabin, Sisera, je peux vous amener à lui immédiatement", a déclaré Jaël à Barak.

 

Alors il est allé avec elle, et là était Sisera avec le piquet de tente dans la tempe – mort. Puis Barak rappela la prophétie de Deborah qu'une femme détruirait Sisera parce Barak au début dépendait trop sur la foi de Deborah. Dans l'humiliation, Barak a réalisé que son manque de foi était un péché contre Dieu. Il se repentit et fut entièrement pardonné par Dieu en qui il eut maintenant entièrement confiance (Héb. 11:13, 32, 39).

 

Bien qu'Israël fût victorieux ce jour-là en devenant libre, celui qui avait planifié de vaincre Israël était toujours en sécurité dans ses quartiers au nord. C’était Jabin, roi des Cananéens du nord. En entendant la défaite de son armée, il a cherché refuge rapidement, mais en quelques jours, il est tombé entre les mains de ses ennemis et a perdu la vie (Juges 4:22-24).

 

La délivrance des Cananéens était considérée comme un tel accomplissement heureux qu’une grande fête fût organisée par Israël. Des chansons ont été composées, et Deborah et Barak ont guidé les gens en louant Dieu avec un enthousiasme fort et chaleureux (Juges 5:1-31). La plupart d'entre eux ont réalisé que leur Créateur était la source de leur force et puissance, même si parfois ils ont oublié ce fait important parce que chaque homme insistait sur ce qu'il pensait faire mieux (Juges 17:6).

 

Dieu avait expressément commandé à Son peuple de ne pas faire ce qu'ils pensaient être le mieux (Deut. 12:8) car cette manière est souvent mauvaise et conduit à la mort (Pro. 14:12 ; 16:25). La plupart des Israélites n’avaient pas encore appris que la conscience de l'homme n’est pas un guide fiable comme conduite – que l'homme a besoin de la Loi de Dieu pour lui dire comment vivre (Deut. 12:32).

 

 

 

q