Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB057]

 

 

 

Abimélec le Faux Roi [CB057]

 

(Édition 1.0 20060506-20060506)

 

 

 

Abimélec, fils de Gédéon par sa servante a été fait roi de Sichem par les gens de la maison de sa mère. Abimélec a tué soixante-dix de ses propres frères afin de saisir le pouvoir. Il régna sur Israël pendant trois ans. Cette étude a été adaptée à partir des chapitres 64-66 de l’ouvrage The Bible Story Volume III de Basil Wolverton, publié par Ambassador College Press.

 

 

Christian Churches of God
PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA 

 

Courriel : secretary@ccg.org  

 

(Copyright © 2006 Christian Churches of God, éd. Wade Cox)

(Tr. 2015)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://logon.org et http://ccg.org/

 


 

Abimélec le Faux Roi [CB057]

 


Un méchant convoite pour le pouvoir politique

 

Après que Gédéon fût mort et qu’Israël eût de nouveau commencé à glisser dans l'idolâtrie, l'un des nombreux fils de Gédéon a comploté pour devenir roi d'Israël. C’était Abimélec, un jeune homme excessivement ambitieux qui est allé jusqu’à une extrême violence pour s’accaparer le pouvoir.

 

Il a commencé son projet ambitieux en allant à la famille de sa mère à Sichem pour les persuader que l'un des fils de Gédéon devait régner sur la nation.

 

"Quelqu'un doit déterminer lequel des fils de mon père doit diriger," a-t-il dit à sa famille. "Préféreriez-vous qu’environ soixante-dix d'entre eux règnent sur vous, ou voulez-vous en choisir un seul ? Je suis de votre chair et os, alors pourquoi devriez-vous préférer un autre, à part moi ?" (Juges 9:1-2).

 

Les parents d'Abimélec ont rapidement perçu les avantages d'avoir un roi provenant de leur famille. Ils ont lancé une campagne dans et autour de Sichem pour promouvoir l'idée de la façon dont il serait intéressant d'avoir un chef d'Israël provenant de Sichem, de sorte que leur ville pourrait être établie comme la capitale de la nation.

 

Sichem était récemment devenue l'une des villes où le culte de Baal était le plus actif. Certaines des contributions à Baal ont été remises à Abimélec. Il a utilisé les soixante-dix sicles d'argent pour embaucher une bande de téméraires, des hommes méchants qui sont devenus ses disciples (vv. 3-4).

 

Une trahison effroyable qui se prépare

Le prochain mouvement d'Abimélec était scandaleusement cruel qui prouvait qu'il ne reculerait devant rien pour obtenir ce qu'il voulait. Il est allé à la maison de son père à Ophra, et avec ​​une pierre a assassiné soixante-dix de ses frères. Mais Jotham, le plus jeune fils de Jerubbaal (Gédéon), a échappé en se cachant (v. 5).

 

Abimélec est allé de l'avant avec ses plans pour devenir le souverain d'Israël en obtenant le soutien des hommes influents, de familles et des prêtres de Baal à Sichem, qui ont abouti en quelques jours à une célébration et une cérémonie dans laquelle Abimélec a été déclaré roi d'Israël (v. 6).

 

Lorsque Jotham a appris de ce qu'il en était, il était très en colère. Même s’il était un fils de Gédéon, qui avait été le chef d'Israël, il n'a pas aspiré à devenir le roi d'Israël. Mais il voulait exposer son demi-frère pour l’homme politique meurtrier à la recherche du pouvoir qu’il était, et il voulait aider à promouvoir en Israël la conduite que son père avait imposée et pratiquée contre le culte païen.

 

De nuit, Jotham monta au Mt. Garizim, qui dominait au-dessus de Sichem. Le lendemain matin, lorsque les gens étaient debout, il est apparu au sommet pour les appeler. Ce ne fut pas un tel exploit extraordinaire que l'on pourrait imaginer, dans la mesure où Joshua (Josué) s’est adressé avec succès à des centaines de milliers de personnes dans la même région. Le Mt. Ébal était tout près vers le Nord, et entre les deux pics une voix forte pouvrait clairement être entendue sur une grande étendue exceptionnelle (Josué 8:30-35).

 

La Prophétie étonnante de Jotham

"Écoutez-moi, habitants de Sichem afin que Dieu puisse vous écouter !" leur a crié Jotham.

 

"Il fut un temps où tous les arbres ont décidé qu'ils devraient avoir une sorte d'arbre pour régner sur eux. Ils ont convenu que l'olivier était le mieux équipé en tant que leader, donc ils ont demandé à l'olivier d’être roi. L'olivier a refusé, en disant : ‘j’honore Dieu et l'homme par l'huile que je produis. Pourquoi devrais-je délaisser mon service exceptionnel, même pour être roi ?’  

 

"Puis les arbres dirent au figuier : ‘Sois notre roi.’ Mais le figuier répondit : ‘Pourquoi devrais-je abandonner la production de ma douceur et saveur spéciale juste pour être promu sur tous les autres arbres ?

 

"Les arbres ont ensuite demandé à la vigne de régner sur eux. La vigne a répondu : ‘Je ne peux pas être votre roi. Car cela signifierait que je devrais cesser de produire le jus d'où provient le vin pour acclamer à la fois les deux dieux et les hommes.’

 

"Les arbres se sont finalement tournés vers la ronce pour lui demander d'être leur roi. Le buisson épineux a répondu très différemment. ‘Si vous voulez vraiment que je sois votre roi, disait-il, ‘Alors laissez-moi entièrement toutes affaires. Si vous ne parvenez pas à mettre votre confiance en moi ou êtes en désaccord avec ce que je veux faire, je vais cracher du feu pour brûler tout, même les cèdres sur les sommets enneigés de la montagne du Liban !’" (Juges 9:6-15.)

 

Les gens en bas qui écoutaient Jotham ont réalisé que quand il parlait de la ronce, il faisait allusion à Abimélec, et que quand il a mentionné les cèdres du Liban, il faisait allusion aux anciens et les chefs d'Israël.

 

"Si vous, gens, pensez que vous avez fait la meilleure chose pour Israël en faisant d’Abimélec votre chef," a continué Jotham, "et que vous croyez vraiment que votre meurtre de mes soixante-dix frères était un hommage à Gédéon mon père qui a risqué sa vie pour vous, alors soyez heureux avec Abimélec et qu’Abimélec soit heureux avec vous !

 

"En outre, si vous avez autorisé un scélérat et un assassin à devenir votre roi, Abimélec aura bientôt ses différences avec vous, gens qui l'avez aidé à être au pouvoir. Vous allez finir par le détruire. Mais il va aussi vous détruire !" (vv. 16-20).

 

L'avertissement de Dieu pour eux était terminé. Ils n’avaient plus aucune excuse pour rester du côté d’Abimélec.

 

Puis Jotham s’est enfui, s’échappant à Béer, et il a vécu là-bas parce qu'il avait peur de son frère Abimélec (v. 21).

 

Comment la Loi de Dieu opère

Peut-être que les efforts de Jotham pour rappeler aux Israélites locaux qu'ils se dirigeaient vers des ennuis n’étaient pas entièrement vains. Abimélec était chef des Israélites du nord autour de Sichem et d’Aruma pendant trois ans, mais à la fin de cette période un sentiment de dégoût et de suspicion s’est développé entre lui et beaucoup d'Israélites, en particulier ceux de la région de Sichem. Les anciens partenaires dans le meurtre devinrent des ennemis.

 

Ce fut le résultat naturel de la construction d'un gouvernement sur ​​des complots meurtriers, des régimes maléfiques et des propositions religieuses impies. Même là, Dieu est intervenu pour que des différences se développent plus rapidement de sorte qu'Abimélec et ses assassins embauchés et complices puissent venir en justice plus rapidement. Abimélec était probablement au courant des Lois de Dieu, mais il n'était pas convaincu que la punition terrible de les avoir brisées était certaine de tomber sur lui (Rom. 15:4 ; 2Timothée 3:16.)

 

Certains de ces mêmes hommes qui avaient aidé Abimélec à devenir un dirigeant, ont embauché d'autres hommes pour le surveiller lui et ses amis alors qu'ils se rendaient dans les régions montagneuses, plus sauvages autour d’Aruma et Sichem, dans le haut Canaan. Ils espéraient de l'assassiner en un endroit loin des regards, mais leurs tentatives ont échoué parce qu'on lui avait révélé le plan.

 

Tout ce qui a été accompli était le pillage et le vol de nombreuses autres personnes qui se déplaçaient à travers les zones isolées (Juges 9:22-25).

 

Pendant ce temps, un cananéen du nom de Gaal, qui voulait voir l'Israélite chassé, a formé une bande de soldats et se rendit à Sichem pour suggérer aux ennemis d'Abimélec qu'ils se rassemblent contre leur chef. Gaal s’est porté volontaire pour diriger le mouvement.

 

Abimélec n’était pas à Sichem à ce moment-là, alors des hommes de Sichem se sentaient libres d'adhérer Gaal. Il y avait une grande fête dans le temple de Baal. Là, enflammé par beaucoup de vin, Gaal a bruyamment annoncé que les Israélites devaient se tourner vers les dirigeants cananéens s’ils souhaitaient être libres d'Abimélec, un Israélite, et que lui, Gaal, supprimerait Abimélec du pouvoir seulement si les gens le soutiendraient avec des hommes de combat.

 

La confusion politique s’aggrave

Beaucoup d'hommes de Sichem se sont ralliés pour rejoindre Gaal. Il était tellement encouragé qu'il est devenu certain qu'il pourrait mener une révolution sans risque d'échec. Il est même allé jusqu'à envoyer des messagers à Abimélec pour le défier à revenir à Sichem et de lutter pour le droit d'être souverain (Juges 9:26-29).

 

Ce développement a troublé Zebul, gouverneur de Sichem et l'un des bras droits d'Abimélec. Il savait où était Abimélec, et lui envoya un prompt messager pour l’avertir que Gaal avait pris le contrôle de la ville et l’a fortifiée. Il a suggéré qu’Abimélec apporte tranquillement une armée dans la nuit, de se cacher dans les champs avoisinants, puis attendre de voir ce que Gaal ferait.

 

Cette nuit-là, Abimélec a tranquillement déplacé son armée dans le voisinage de Sichem, se dissimulant dans quatre troupes dans les ravins et derrière les collines et les rochers.

 

Le lendemain matin, Gaal sortit par la porte principale de la ville avec certains de ses hommes. Zebul les accompagnait.

 

"Le puissant Abimélec doit avoir entendu parler de mon défi bien avant cela, mais je ne vois aucun signe de lui," a bruyamment fait remarquer Gaal d'un ton sarcastique. "Peut-être qu'il a décidé de reconduire les Israélites en Égypte !"

 

Les hommes de Gaal se moquaient de ce commentaire. Zebul sourit aussi, mais pas à cause de la remarque. Il était conscient que les troupes d'Abimélec étaient tout autour. Soudain Gaal plissa les yeux comme pour essayer d’apercevoir quelque chose dans la distance.

 

"Regardez !" a-t-il crié. "Est-ce que je vois des gens qui descendent du haut de ces collines ?"

 

"Des gens ?" a répété Zebul. "N'es-tu pas en train de regarder seulement les ombres des montagnes ?" (Juges 9:30-36).

 

"Ce sont des gens," s’est-il exclamé. "Ils viennent vers nous à travers la vallée et sur ​​la plaine ! Nous sommes entourés !"

 

"C’est vrai !" a remarqué Zebul avec un sourire sinistre. "Maintenant, voyons comment tu vas faire pour détruire Abimélec comme tu t’es vanté que tu feras ! Va les combattre !

 

Alors Gaal a sorti les habitants de Sichem et a combattu Abimélec.

 

Abimélec l’a poursuivi, et plusieurs sont tombés blessés dans le combat – tout le long du chemin jusqu’à l'entrée de la porte. Abimélec est resté dans Aruma, et Zebul chassa Gaal et ses frères de Sichem (Juges 9:37-41).

 

Indépendamment de la menace d'une attaque par Abimélec, qui maintenant considérait Sichem comme un bastion ennemi, des centaines de personnes sortirent le lendemain matin pour les champs environnants et cela a été rapporté à Abimélec. Alors il prit ses hommes, les divisa en trois troupes et mit une embuscade dans les champs. Quand il a vu les gens sortant de la ville, il se leva pour les attaquer. Abimélec et les troupes avec lui se précipitèrent vers une position à l'entrée de la porte de la ville. Puis deux troupes se sont précipitées sur ceux dans les champs et les ont frappés.

 

Pendant tout ce jour-là Abimélec pressa son attaque contre la ville jusqu'à ce qu'il eût capturé et tué tous ses habitants. Puis il a détruit la ville et a dispersé le sel sur elle (vv. 42-45). Il n'y a aucune trace historique de ce qui est arrivé à Zebul, gouverneur de la ville.

 

C’était une coutume à cette époque que la maison, la ville ou le village, soit parsemée de sel si pour une raison quelconque, elle était considérée comme un lieu scandaleux ou abominable. Pour montrer son mépris pour Sichem, Abimélec a ordonné à ses hommes de disperser le sel partout dans la ville.

 

Alors que tout cela se passait, les fugitifs de la région de Sichem se sont rassemblés dans la frayeur non loin d’une structure en forme de tour construite sur un flanc de montagne. C’était le lieu de culte de l'un des dieux cananéens, et était considéré comme un refuge solide. Plus d'un millier de personnes s'y sont engouffrées. Ils espéraient qu’Abimélec, qui avait montré un fort penchant vers les dieux païens épargnerait le lieu dans la possibilité où il les trouverait cachés là.

 

Encore une fois les espions d’Abimélec l’ont informé de ce qui se passait. Abimélec prit ses hommes dans une région voisine où il y avait une forte croissance d’arbres et de broussailles. Là chaque homme a abattu une branche aussi grande qu’il pouvait transporter aisément, et a pris sa charge à l'endroit où les gens se cachaient.

 

Les branches ont été empilées autour de la base de la structure puis ils ont mis le feu. Le feu énorme qui a suivi rapidement a détruit la tour. Les personnes à l'intérieur, incapables de fuir, sont mortes pour avoir aidé Abimélec le meurtrier des fils de Jerubbaal, exactement comme l'avait prophétisé Jotham (Juges 9:19-20 ; Juges 9:46-49).

 

De la vengeance à la conquête !

La victoire d'Abimélec donnée par Dieu le rendait si vaniteux et cupide qu'il voulait conquérir les villes innocentes. Le lendemain matin, il a commencé une marche vers la ville de Thébets d’environ dix miles au Nord-Est. Il avait reçu des rapports que la plupart des gens là n'étaient pas en faveur de son leadership. Son désir de vengeance était simplement de les anéantir, tout comme il l'avait fait à d'autres qui se tenaient sur la voie de ses objectifs politiques. Abimélec n'a pas réalisé que Dieu lui avait permis d'effacer Sichem seulement en raison de son rôle dans ses meurtres perfides.

 

Quand il a atteint Thébets, les gens là-bas étaient tellement effrayés qu'ils ont fui vers un haut fief fortifié dans la ville. L'armée d’Abimélec s’est approchée de la ville, convergeant sur ​​la haute forteresse en son sein. Comme il s’approchait de la tour pour y mettre le feu, une femme a laissé tomber un lourd morceau d'une meule de moulin qui s’est brisé sur sa tête et fit fendre son crâne (Juges 9:50-53).

 

Abimélec appela son porteur d'armes : "Qu’on ne dise pas qu'une femme m'a envoyé à la mort ! Sors ton épée et transperce-moi ! Maintenant !"

 

Donc, son serviteur le transperça, et il mourut. Quand les Israélites virent qu'Abimélec était mort, ils sont rentrés chez eux (vv. 54-55).

 

Abimélec avait refusé de tirer profit des tristes expériences des autres qui s’étaient rebellés contre les Lois de Dieu. Seuls ceux qui veulent obéir à Dieu peuvent apprendre de ces événements tragiques (Romains 15:4 ; 2Timothée 3:16).

 

Le règne d’Abimélec représente la première tentative d'usurper l'autorité du Sanhédrin (le conseil gouvernant) à la royauté. Gédéon avait soixante-dix fils, qui symbolisaient le conseil des anciens. Nous avons vu quand Abimélec a tué ses propres frères, les soixante-dix, que c’était afin de saisir le pouvoir. Il ne faisait pas partie des douze juges, mais (était) un faux roi.

 

Dans un sens spirituel la femme qui a tué Abimélec est symbolique de l'Église qui surmonte Satan qui fait la guerre aux soixante-dix de l'Armée céleste.

 

La prédiction de Jotham de peine en Israël n’était pas vaine. Dieu avait apporté la destruction sur les destructeurs (vv. 56-57). Tout le mal et la misère auraient pu être évités si les gens avaient évité les dieux païens et avaient été disposés à apprendre la bonne et heureuse voie de vivre en obéissant aux Lois de Dieu. Dieu avait promis que tout irait bien avec ceux qui obéissent (Deut. 6:3). Mais Satan a suggéré qu'il serait mieux de choisir un mode de vie qui semble plus facile et plus agréable et attendre de voir ce qui se développe (Genèse 3:4-6).

 

Malheureusement, presque chaque génération d'Israël a préféré aller avec ce dernier chemin et apprendre les principes de la vie de la manière la plus difficile et misérable. La majorité de l'humanité continue à croire au vieil adage trompeur que l'expérience est le meilleur professeur. L'expérience est vraiment le pire enseignant à cause de la misère et de la douleur qui l'accompagnent.

 

Thola

Après la mort d’Abimélec, le prochain homme à devenir un juge dans le nord de Canaan était Thola fils de Pua. Il était de la tribu d'Issacar.

 

Thola a conduit le nord d’Israël pendant vingt-trois ans. Au cours de ce temps-là, il y avait la paix dans cette partie du pays parce que le culte des dieux païens et les idoles a été presque complètement arrêté (Juges 10: 1-2).

 

Jaïr

Après la mort de Thola, un homme du nom de Jaïr est arrivé au pouvoir dans l'est d’Israël. Il avait trente fils adultes qui l'ont aidé à maintenir le contrôle en tant que des maires ou dirigeants de trente villes dans le nord de Canaan. Jaïr et ses fils ont choisi de gouverner selon les Lois de Dieu, et pendant vingt-deux ans de plus les affaires se sont bien passées pour les Israélites dans cette région (vv. 3-5).

 

La mort de Jaïr a déclenché le retour des Israélites du nord de Canaan à l'idolâtrie. Peu à peu, ils sont tombés dans l'adoration des dieux étrangers et ont oublié les nombreuses bénédictions merveilleuses que l'obéissance à leur Dieu apporte, telles que la paix, la santé et la prospérité.

 

En raison de la désobéissance des Israélites, Dieu est devenu de plus en plus en colère. Il a permis à deux nations belliqueuses à proximité d'envoyer des soldats dans le pays. Ils étaient les Amorites et les Philistins qui ont opprimé tous les Israélites sur le côté Est de la Jordanie en Galaad pendant dix-huit ans. Les Ammonites également ont traversé le Jourdain pour combattre contre Juda, Benjamin et Éphraïm ; et Israël était dans une grande détresse (Juges 10:6-9).

 

C’est alors que les gens ont commencé à crier à Dieu. Ils ont admis leur péché de se prosterner devant d'autres dieux, et demandèrent pardon et de l'aide.

 

Le Seigneur répondit : “Ne vous ai-je pas sauvés déjà des Égyptiens, des Amorites, des Ammonites, des Philistins, des Sidoniens, des Amalécites et des Madianites ? Vous avez plaidé pour l'aide quand vous étiez en danger, et je vous ai délivrés de tous ces ennemis. Alors vous avez tourné en rond et m'avez abandonné ! Pourquoi devrais-je vous sauver à nouveau ? Criez à vos dieux païens pour vous sauver !" (vv. 10-14).

 

Les Israélites savaient bien qu’ils perdraient du temps dans leurs prières à des dieux païens dans un temps de détresse. Ils étaient conscients que seul le Dieu d'Israël pouvait les aider, et ils ont continué leurs plaidoyers pour la délivrance.

 

Et enfin -- la repentance !

"Fais ce que tu veux de nous !" ont-ils plaidé. "Mais maintenant, nous te prions de nous épargner de nos ennemis !"

 

Puis ils se sont débarrassés des dieux étrangers parmi eux et ont servi le Seigneur et il s’est senti désolé pour Israël.

 

Encore une fois, après dix-huit années d'oppression, le Créateur et Miséricordieux s’est penché pour délivrer Son peuple élu (Juges 10:8). Il leur a fait savoir en autant que possible qu’ils devraient se réunir pour rencontrer l'ennemi dans la terre à l'Est du Jourdain, et qu'Il les aiderait.

 

Les Israélites étaient désorganisés, mais ces nouvelles merveilleuses les ont stimulés à l'action.

 

Il ne fallut pas longtemps avant que les nouvelles de ce grand rassemblement n’atteignent les Ammonites qui étaient prêts pour une dernière attaque contre la demi-tribu de Manassé et les tribus de Ruben et de Gad dans l'est de Canaan. Le déplacement d'Israël a intensifié l'action des Ammonites qui n'ont pas prévu une résistance de masse.


Mais le fait est que l'armée d’Israël s’est rapidement organisée alors qu’elle n’avait encore aucun chef ou capitaine ! Les dirigeants du peuple de Galaad se dirent les uns aux autres : “Celui qui lancera l'attaque contre les Ammonites sera le chef de ceux qui vivent en Galaad (vv. 17-18).

 

Référence :

Samson et les Juges (No. 073)

La BibleThe New International Version Study Bible