Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB088]

 

 

 

Saül : Premier Roi d’Israël [CB088]

 

(Édition 1.0 20060722-20060722)

 

Les gens ont demandé un roi et Dieu leur donna Saül, fils de Kis, de la tribu de Benjamin et il régna quarante ans. Cette étude a été adaptée à partir des Chapitres 80-85 de l’ouvrage The Bible Story Volume IV de Basil Wolverton, publié par Ambassador College Press.

 

 

Christian Churches of God
PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA 

 

Courriel : secretary@ccg.org  

 

(Copyright © 2006 Christian Churches of God, éd. Wade Cox)

(Tr. 2015)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://logon.org et http://ccg.org/

 

 


 Saül : Premier Roi d’Israël [CB088] 


Israël demande un roi

 

Dieu a suscité des juges pour régner sur Israël mais ni Eli, ni Samuel, les deux derniers juges, n’ont corrigé leurs fils qui se comportaient mal et contrairement aux Lois de Dieu. Ainsi, le peuple a demandé un roi pour régner sur eux, tout comme les nations autour d'eux avaient des rois.

 

Cela n'a pas plu à Samuel donc il est allé prier Dieu. Il se rendit compte qu'il avait besoin du conseil de Dieu sur la façon de répondre aux anciens.

 

Et le Seigneur dit à Samuel : "Les anciens et le peuple qu'ils représentent en effet veulent un roi. Ce n’est pas qu'ils ne veulent pas de toi comme chef. C’est parce qu'ils ne veulent pas de moi comme roi. Depuis que j’ai fait monter les Israélites du pays d'Égypte, ils m’ont rejeté encore et encore en rejetant les hommes que j’ai choisis en tant que dirigeants. Au cours des dernières années, la majorité d'Israël m’a tourné le dos dans une certaine mesure. Maintenant, ils reviennent de nouveau vers les voies des nations païennes autour d’eux. Tes fils leur ont donné une raison de protester. S’ils insistent sur ​​un roi, voilà ce qu'ils méritent. Dis-leur qu'ils peuvent en avoir un. En même temps, avertis-les des choses auxquelles ils peuvent s’attendre si un roi doit régner sur eux" (1Samuel 8:6-9).

 

Samuel dit à toutes les personnes qui demandaient un roi tout ce que le Seigneur lui avait dit.

 

Il dit : "Maintenant, laissez-moi vous dire ce à quoi vous pouvez vous attendre si un roi est fait le chef d'Israël. En premier lieu, il va enrôler vos jeunes gens dans une grande armée permanente. Un roi choisit qui il veut pour ce qu'il lui plaît. Beaucoup de vos fils qui sont formés en vue d’être maîtres-artisans dans diverses activités seront forcés dans des carrières moindres dans l'art sanglant de la guerre. Dans le même temps, beaucoup de ceux qui ont une capacité moindre deviendront des chefs militaires.

 

"Il prendra aussi vos jeunes femmes pour être des boulangères, des cuisinières, des servantes, des femmes de ménage, pour laver la vaisselle et pour chaque service pour lequel un roi et ses princes et subalternes ont un besoin. En outre, il va choisir vos meilleurs champs, vignobles et vergers et les prendra pour les donner à ceux dans les hautes fonctions sous lui. Il exigera un dixième de ce que tous les agriculteurs et les salariés produisent. Il prendra vos serviteurs et vos animaux s’ils sont à son goût. Même certains d'entre vous peuvent devenir ses plus humbles serviteurs. Avec le temps beaucoup vont pleurer de désespoir parce que le roi leur en a pris tellement. En ce jour Dieu ne fera rien pour vous aider en raison du choix que vous faites maintenant" (1Samuel 8:10-18).

 

Mais les gens ont refusé d'écouter. "Nous voulons un roi", disaient-ils. "Puis il va nous conduire et sortir devant nous pour combattre dans nos batailles."

 

Samuel savait qu'Israël ferait bientôt face à ses ennemis, qui commençaient à nouveau à faire des attaques aux frontières. Ce fut l'une des raisons pour lesquelles les anciens voulaient un chef combattant. Il n'y avait pas besoin d'une force de combat massive pour les Israélites tant qu'ils obéissaient à Dieu, mais ils étaient enclins à aller selon leurs propres voies et regardaient maintenant vers une armée pour la protection.

 

Samuel a répété tout cela au Seigneur qui a dit : "Écoute les gens et donne-leur un roi" (1Samuel 8:19-22).

Samuel oint Saül

 

Peu de temps après, dans le territoire de Benjamin, un événement ordinaire a eu lieu qui a eu une grande influence sur l'avenir d'Israël. Là se trouvait un homme du nom de Kis, lequel possédait une ferme et élevait de beaux ânes. Un jour, il a découvert que ses ânesses et leurs poulains avaient disparu de ses pâturages.

 

Réalisant que ses animaux disparus pourraient être en quelque région éloignée, Kis a décidé d'envoyer son fils Saül après eux. Le jeune Saül avait développé un physique fort dans ses années de travail sur la ferme de son père, et était très grand. Kis savait que si son fils constatait que quelqu'un avait volé les ânes, il n’aurait pas trop de mal à convaincre le voleur de les rendre.

 

"Prends des provisions pour quelques jours à la fois pour toi et un de tes serviteurs," dit Kis à Saül. "Rapportez les animaux même si vous devez chercher derrière chaque colline dans le haut pays d'Éphraïm" (1Samuel 9:1-3).

 

Se mettant en route avec des ânes, Saül et le serviteur allèrent à travers le territoire de Benjamin et dans Éphraïm. Là, ils retournèrent pour poursuivre un parcours circulaire à travers le Mont Éphraïm accidenté et la zone de Benjamin dans la région de Juda.

 

Dieu conduit Saül à Samuel

 

Saül dit à son serviteur : "Nous avons couvert beaucoup de miles et sommes partis depuis plus de deux jours et n’avons rien accompli. À présent, mon père est probablement beaucoup plus préoccupé par nous qu'il ne l'est pour ​​les ânes. Nous devrions retourner à la maison immédiatement. Plus tard, nous pourrons chercher les animaux dans d'autres directions."

 

Le serviteur dit : "Nous sommes très près de la ville où l'homme de Dieu vit qui est le prophète d'Israël. Si nous lui rendions visite, il pourrait être en mesure de nous dire où les ânes sont."

 

"On n'a rien à lui apporter comme cadeau. Même toute notre nourriture est partie", répondit Saül.

 

"J’ai de l'argent que je peux donner à l'homme de Dieu", suggéra le serviteur.

 

Alors Saül décida que c’était une bonne idée et ils partirent pour la ville où l'homme de Dieu était. Juste en dehors de la ville ils rencontrèrent quelques jeunes femmes transportant de l'eau d'un puits. D’elles, ils ont appris que le prophète vivait la plupart du temps en dehors de la ville, mais qu'il arriverait bientôt pour officier lors d'un sacrifice spécial qui devait avoir lieu ce jour-là (1Samuel 9:4-12).

 

Le jour avant que cela ait lieu, Dieu avait parlé à nouveau à Samuel, l'informant qu’environ vingt-quatre heures plus tard Il lui enverrait un jeune Benjamite pour être le nouveau chef d'Israël et un capitaine ardent contre les Philistins.

 

Comme Saül et son serviteur sont entrés dans la ville, ils ont noté que d'autres personnes se pressaient à l'endroit où le sacrifice spécial devait être fait. Parmi eux se trouvait Samuel, venant vers eux sur son chemin vers le haut lieu. Lorsque Samuel rattrapa Saül, le Seigneur lui dit : "Voici l'homme dont je t’ai parlé ; il gouvernera mon peuple."

 

Saül dit à Samuel : "Peux-tu me dire où je peux trouver le prophète ?" (1Samuel 9:13-18).

  

"Je suis le prophète", répondit Samuel. "Monte devant moi au haut lieu, car aujourd'hui, tu dois manger avec moi, et le matin, je te laisserai aller et je vais te dire tout ce qui est dans ton cœur. En ce qui concerne les ânes que tu as perdus il y a trois jours, ne t’inquiète pas pour eux ; ls ont été trouvés. Et le désir d'Israël est tourné vers toi et la famille de ton père." (vv. 19-20 NIV)

 

Saül ne savait pas exactement quoi dire, parce qu'il ne comprenait pas ce que Samuel disait. "Je ne sais pas ce que vous voulez dire, monsieur," dit le jeune homme. "Je suis de la plus petite tribu d'Israël, de la tribu qui a subi une grande honte. Et ma famille est la moins importante dans la tribu de Benjamin. Pourquoi devrais-je être choisi pour quelque chose ?"

 

Samuel assit alors Saül et son serviteur en tant que convives devant ceux qui ont été invités – environ trente autres personnes. Samuel a demandé qu’une portion spéciale de viande soit posée devant Saül. C’était l'épaule. L'épaule, la partie de choix d'une offrande, disait aux personnes présentes que Saül était un invité très spécial (vv. 21-24).

 

Cette nuit-là Saül et son serviteur ont été invités à la maison occupée par Samuel. Avant le coucher Samuel prit Saül sur le toit, ce qui était une zone plate où les habitants de la maison venaient pour avoir plus d’intimité. Là Samuel a expliqué à Saül que Dieu l'avait choisi pour être à la tête d'Israël, et lui a dit brièvement ce qui serait attendu de lui. Saül pouvait à peine croire qu’un tel honneur et une telle responsabilité seraient bientôt à lui. Il a estimé qu’il n’était pas préparé à une telle position, mais Samuel l’a persuadé que dans la mesure où Dieu l'avait choisi, Il lui donnerait sûrement l'aide divine.

 

Saül oint roi

 

Après une nuit de repos, Samuel dit à Saül qu'il devrait retourner à son domicile pour un temps, et qu'il aimerait marcher avec lui et son serviteur sur leur chemin hors de la ville. Dès qu'ils arrivèrent dans une zone isolée, Samuel demanda à Saül d’envoyer son serviteur en avant (vv. 25-27).

 

Lorsque les deux furent seuls, Samuel suivit les instructions de Dieu en versant un petit récipient d'huile sur la tête de Saül.

 

"Je te oins pour la consécration au rang de chef d'Israël !" s’exclama Samuel. "Ceci est la fonction que Dieu a déjà décrétée pour toi."

 

Le juge plutôt âgé a félicité Saül en l'embrassant sur ​​la joue, ce qui en ces temps-là voulait dire la même chose que notre poignée de main actuelle.

 

"Ne sois pas préoccupé par les ânes de ton père", a déclaré Samuel. Ils ont été trouvés. Permets-moi de te dire ce qui va t’arriver sur ton chemin de retour, de sorte que tu saches avec certitude que Dieu parle à travers moi te concernant.

 

"Quand tu me quitteras aujourd'hui, tu rencontreras deux hommes à l'endroit où Jacob a enterré Rachel, sa femme. Ils t’informeront que les ânes de ton père ont été trouvés, et qu'il est inquiet parce que vous avez été partis si longtemps. Après les avoir laissés, tu marcheras sur une plaine où il y a un grand chêne. Tu y rencontreras trois hommes qui se rendront pour offrir des sacrifices à Béthel. L’un portera trois jeunes chèvres. L’un portera trois miches de pain. L'autre portera une bouteille de vin. Ils te parleront et insisteront pour te donner deux miches de pain" (1Samuel 10:1-4).

 

Ces deux pains ont été mis à part pour Saül, et un peu plus tard, il lui a été donné l'Esprit Saint et a pu prophétiser, comme nous le verrons. De la même manière, les deux pains à la Pentecôte symbolisent la réception de l'Esprit Saint et le vin qui va avec eux, tandis que les trois jeunes chèvres signifient les sacrifices de la Pâque et l'Expiation.

 

Samuel a continué : "Après cela tu iras à Guibea où les Philistins ont construit une garnison. Comme tu t’approcheras de la ville, tu rencontreras un cortège de prophètes avec des instruments de musique joués devant eux. Ils parleront et chanteront de choses qui concernent Dieu. L'Esprit du Seigneur viendra sur toi en puissance, et tu prophétiseras avec eux. Tu commenceras à te sentir comme une personne différente. Lorsque tu feras l’expérience de toutes ces choses tu te rendras compte que Dieu est en train de travailler à travers toi."

 

"Puis descends à Guilgal, et je te rejoindrai là pour te dire quoi faire ensuite" (vv. 5-8).

 

Les prophéties de Samuel accomplies

 

Comme Saül quitta Samuel, Dieu changea le cœur de Saül, et tous ces signes ont été accomplis ce jour-là. Quand ils arrivèrent à Guibea, il y avait les prophètes et l'Esprit de l'Éternel fut sur ​​Saül et il s’est joint à eux. Toutes les personnes qui connaissaient Saül ne pouvaient pas croire qu'il était le même Saül qu’ils connaissaient avant.

 

Maintenant, l'oncle de Saül lui demanda où ils avaient été. Saül lui dit qu'ils cherchaient les ânes, mais comme ils ne pouvaient pas les trouver, ils sont allés voir Samuel, mais il n'a pas dit à son oncle ce que Samuel avait dit à propos de la royauté (1Samuel 10:9-16).

 

Peu de temps après le retour de Saül à la maison, Samuel envoya un décret pour que les Israélites viennent à Mitspa un certain jour pour assister à l'élection de leur futur roi. Bien sûr, Samuel savait déjà que Saül serait roi.

 

Dieu guide la sélection

 

"Avant d'arriver à l'entreprise de choisir un roi," dit Samuel quand il s’adressa à la foule, "Je veux vous transmettre certaines choses que Dieu m’a dites. Il veut que je vous rappelle que, même s’Il a fait sortir vos ancêtres de l'Égypte et les a sauvés ainsi que vous de nombreux ennemis, vous l'avez rejeté comme votre chef lorsque vous avez demandé à un homme de régner sur vous. La voie de Dieu est de vous conduire et vous instruire à travers les hommes qui ont une connaissance particulière des Lois et des voies de Dieu – des hommes qui sont consacrés au service de Dieu et le bien-être des gens grâce à la miséricorde et la sagesse de Dieu. Mais maintenant vous voulez un roi, le genre de chef vers lequel se tournent les nations païennes. Dieu vous donnera un roi, et Il vous a dit à quoi vous attendre de ce genre de leader. Que Dieu guide celui qui sera choisi !" (1Samuel 10:17-19).

 

Il a été demandé par Samuel aux chefs des tribus d'Israël de participer au tirage au sort. Des étiquettes marquées ont été mises dans un récipient. Une a été prise au hasard, et remise à Samuel. Il y avait le silence alors que les gens attendaient, chaque personne espérant que sa tribu serait choisie.

 

"Benjamin a été choisie !" a annoncé Samuel. "Votre roi viendra de cette tribu."

 

Le prochain choix à faire était celui d'une famille ou d'un clan de la tribu qui venait d'être tirée au sort. Il y avait une étiquette pour chaque famille. L'une a été retirée et remise à Samuel.

 

"La famille benjamite de Matri a été choisie !" dit Samuel au peuple.

 

Enfin, de la tribu de Benjamin, de la famille de Matri, Saül, fils de Kis a été choisi comme l'homme pour être roi. Mais quand ils l’ont cherché, il n'a pu être trouvé (1Samuel 10:20-21).

 

Samuel était certain que Saül ne pouvait pas être très loin parce qu'il l'avait vu plus tôt dans la journée. La seule chose à faire était d’apporter l'affaire à Dieu, qui venait d'accomplir un miracle pour Israël en provoquant le tirage de certains lots.

 

Et le Seigneur dit : "Il se cache parmi les bagages."

 

Saül a essayé de se cacher pour ne pas avoir à effectuer les devoirs qui étaient exigés de lui. Cependant, Dieu fait faire aux hommes ce qu'Il a mis devant eux.

 

Ils ont couru et l’ont fait sortir, et comme il se tenait parmi les gens il était une tête de plus que tous les autres.

 

"Voici l'homme que Dieu a choisi pour être votre roi !" cria Samuel. "Il n'y a personne comme lui parmi tout le peuple" (1Samuel 10:22-23).

 

"Vive le roi !" cria le peuple.

 

Samuel a alors dit aux gens les changements qui seraient nécessaires en raison d'un autre type de gouvernement qui entrerait bientôt en vigueur. Il les a écrits sur ​​un parchemin et l’a déposé devant l'Éternel. Puis Samuel renvoya le peuple.

 

Saül est allé à sa propre maison à Guibea accompagné par des hommes dont Dieu avait touché le cœur avec l'Esprit Saint. Mais certains fauteurs de troubles ont dit : "Comment cet homme peut-il nous sauver ?" Ils le détestèrent et ne lui apportèrent pas de cadeaux. Mais Saül garda le silence (1Samuel 10:24-27). Ici, nous voyons Satan mettre l'idée dans l'esprit des gens d’agir d’une mauvaise façon envers l'Oint de Dieu.

 

Saül reçoit la ville de Jabès

 

Peu de temps après que le tirage au sort eût été fait pour déterminer l'homme qui devait devenir le premier roi d'Israël, une armée ammonite apparut dans le domaine de Jabès en Galaad.

 

Les habitants de Jabès en Galaad eurent peur quand ils virent une telle force de combat approcher, et furent effrayés quand l'armée ammonite alla et entoura complètement leur ville.

 

Tout ce qu'ils pouvaient faire était de se rendre à la merci des Ammonites. Les dirigeants de Jabès en Galaad prirent leur décision, et craintivement allèrent parler avec leur ennemi.

 

Nachhasch, le roi ammonite, était un homme arrogant et dur qui avait l'intention de chasser Israël du territoire à l'est du Jourdain. Il était conscient qu’Israël, sous la direction de Jephté, avait écrasé l'armée de son pays près de quarante ans auparavant. Et il a estimé qu'il était temps que le score soit plus égalisé.

 

"Mon seul accord avec vous," a-t-il dit au Gadites, "c’est que je crève le globe oculaire droit de chaque homme. Cela vous empêchera de ne jamais prendre les armes contre moi et devrait donner au reste d'Israël quelque chose à penser !" (1Samuel 11:1-2).

 

"S'il vous plaît donne-nous sept jours de plus de liberté", dirent les anciens de Jabès.

 

"Maintenant, pourquoi devrais-je épargner votre ville pendant sept jours de plus ?" demanda lentement le chef ammonite dans le but de ridiculiser.

 

"De sorte que nous puissions envoyer des messagers vers d'autres tribus israélites pour nous apporter de l’aide", expliquèrent-ils. "Si personne ne vient pour nous sauver dans une semaine, alors fais ce que tu veux avec nous."

 

Peu de temps après, des messagers sont venus à Guibea de Saül et ont rapporté les termes des Ammonites aux gens qui pleurèrent à haute voix. Au même moment Saül revenait des champs, et il a demandé, "Quel est le problème avec ces gens ?" Ensuite, on lui a répété ce que les habitants de Jabès avaient dit (1Samuel 11:3-5).

 

Le roi Saül agit

 

Ensuite, l'Esprit du Seigneur vint sur ​​Saül en puissance et il s’enflamma de colère. Comme un moyen d'obtenir une action rapide, il a envoyé des morceaux de bœufs fraîchement égorgés aux chefs des tribus d'Israël. Les messagers qui apportaient les pièces ont expliqué aux dirigeants que c’était un rappel de Saül et Samuel que leurs bœufs aussi seraient réduits en morceaux – à moins que les dirigeants n’envoient immédiatement des hommes armés pour aider à sauver les gens de Jabès en Galaad.

 

Les dirigeants ont fait ce que Saül exigeait, parce qu'ils craignaient ce que Dieu pouvait leur faire s’ils ne livraient pas les hommes. Quand ils furent tous réunis à Bézek, les hommes d'Israël étaient au nombre de trois cent mille, et les hommes de Juda trente mille.

 

Pendant ce temps, les hommes qui étaient venus de Jabès en Galaad retournèrent à leur ville avec des nouvelles que l'aide serait là environ en milieu de matinée le lendemain. Les dirigeants étaient si heureux d'entendre que le secours était en route qu’ils ont décidé de parler à Nachhasch de nouveau.

 

"Nous avons décidé de nous rendre à vous," dirent les fils de Gad au roi ammonite. "D'ici demain nos gens viendront à vous. Nous espérons que vous épargnerez notre ville, sinon nous."

 

Bien que Saül n’ait jamais commandé une armée, il a été inspiré dans ce qu'il fallait faire. Il a divisé les hommes en trois divisions. Au cours de la dernière veille de la nuit, ils ont fait irruption dans le camp des Ammonites et les ont massacrés jusqu'à la chaleur du jour. Ceux qui ont survécu ont été dispersés, et il n'y a pas deux d'entre eux qui ont été laissés ensemble (vv. 6-11).

 

Rappelez-vous de l'histoire de Gédéon, il a également divisé son armée en trois divisions et a vaincu les nations. Gédéon avait trois cents hommes tandis que Saül avait trente mille de Juda et trois cent mille d'Israël.

 

Samuel est venu à la rencontre de Saül, après que le nouveau roi eût traversé le fleuve. Maintenant, enfin, il y avait un enthousiasme grand et croissant pour le nouveau leader. Mais les ennuis ont commencé à se développer lorsqu’une partie de la foule a commencé à exiger haut et fort que quelque chose soit fait aux hommes qui avaient insulté Saül à son domicile près de Guibea, et qui avaient refusé de le reconnaître comme leur chef.

 

Les gens dirent alors : "Trouvez tous ceux qui ont traité Saül avec mépris et irrespect et tuons-les devant notre nouveau roi courageux !"

 

Saül appela la foule, "nul ne peut être tué simplement parce qu'il ne m’apprécie pas ! Ceci est une journée de reconnaissance à Dieu pour avoir épargné nos vies et nous avoir donné la victoire sur les Ammonites" (1Samuel 11:12-13).

 

Après que les cris eurent cessé, Samuel a comparu devant les gens pour leur demander de se réunir bientôt à Guilgal. Là tout Israël a été invité pour les cérémonies publiques en l'honneur de Saül. Bien qu'il eût déjà oint Saül en privé comme le nouveau leader de la nation, Samuel refit le rite une fois de plus afin de le confirmer pour le bénéfice du peuple (1Samuel 11:14-15).

 

Après des heures de célébration, d’offrandes et de sacrifices, quand l'ambiance festive de la foule commençait à se calmer, Samuel sortit pour parler aux gens.

 

"Au fil des années, j'ai écouté vos demandes," leur a dit Samuel. "L'une d'elles était un roi humain et j’ai apporté la question à Dieu, et maintenant votre jeune roi est debout devant vous. J’ai été à votre service et à celui de Dieu depuis mon enfance. J'ai mis à exécution Ses décisions. Maintenant dites-moi, Dieu ou moi avons-nous été injustes ? Quelqu'un peut-il dire que j'ai pris un pot de vin ? Si quelqu'un peut le prouver, je suis prêt à le rembourser, ici et maintenant. Si l'un de vous me trouve une faute, qu’il s’avance ici et qu’il me laisse le connaître."

 

Personne ne se manifesta et personne ne parla. "Dois-je supposer que votre silence signifie que Dieu est un témoin que vous n’avez constaté aucune faute avec moi en tant que serviteur de Dieu ?" demanda Samuel à la foule.

 

"Dieu est notre témoin que tu as été honnête", répondirent en chœur de nombreuses voix (1Samuel 12:1-5).

 

"Alors écoutez ce que je dis maintenant", a poursuivi Samuel. "Vous avez vu à travers notre histoire comment Dieu a fourni des hommes de grande capacité quand Israël était en difficulté. Israël a crié au secours en Égypte, et Moïse et Aaron ont été suscités pour aider à mener nos ancêtres ici. Lorsque les gens se sont tournés vers l'idolâtrie, Dieu a envoyé les armées des rois de Hatsor, du pays des Philistins et de Moab. Les Israélites ont crié à Dieu quand les armées païennes ont attaqué, les larmes aux yeux en confessant qu'ils avaient péché en adorant Baal et Astaroth." Astaroth, (sumérien Astarté) est le mot cananéen et plus tard hébreu pour l'épouse/déesse de Baal. Elle est la même que la déesse anglo-saxonne Eostre ou Easter, dont le nom vient du nom équivalent assyrien Ishtar).

 

"Dieu a alors envoyé des hommes tels que Gédéon, Barak, Jephté et Samuel pour aider à sauver Israël encore et toujours. Dernièrement il y a eu plus de difficulté à cause de la violation des Lois de Dieu. Mais même quand il a été signalé que le roi d'Ammon avait l'intention de vous attaquer, vous avez souhaité avoir un roi humain, comme Nachasch l’était, pour monter devant votre armée. Je vous ai rappelé que Dieu est votre Roi, mais vous avez insisté pour que votre roi soit un homme. Dieu vous a donné votre désir dans l'homme qui a été confirmé il y a quelques heures (1Samuel 12:6-13).

 

"Maintenant, je vous préviens solennellement que vous devez obéir à Dieu si vous voulez qu’Il vous protège vous et votre roi. Si vous refusez de vivre selon les voies de votre Créateur, alors vous allez perdre Sa protection et Sa bénédiction. Vous et votre roi viendrez dans un temps de misère et de manque. Vos ennemis viendront vous conquérir comme ils ont conquis vos ancêtres."

 

Ces mêmes choses s’appliquent à nous aujourd'hui.

 

"Maintenant ne bougez pas et voyez cette grande chose que le Seigneur est sur ​​le point de faire devant vos yeux" a continué Samuel. "Ceci est la saison de la récolte de blé quand c’est clair et sans nuages. Maintenant, je vais demander à Dieu d'envoyer le tonnerre et la pluie. Vous verrez la puissance de Dieu. Ce sera aussi un signe que ceux qui ont demandé un roi sur Israël ont péché en faisant cela, même si Dieu a permis ce roi !"(vv. 14-17).

 

Puis Samuel invoqua le Seigneur, et le Seigneur envoya des tonnerres et de la pluie. Tous les gens ont été surpris et effrayés (v. 18).

 

"Prie Dieu pour nous, afin que nous ne mourions pas," criaient les gens. "Nous nous rendons compte que nous avions tort en demandant un roi !"

 

Quand Samuel a entendu le peuple se repentir il dit, "Vous n’avez rien à craindre maintenant, aussi longtemps que vous obéissez à Dieu et ne laissez rien vous détourner de le servir en tout temps. Alors Il ne vous abandonnera jamais, car vous êtes le peuple qu'Il a choisi pour un but puissant. Vous devriez être reconnaissants pour cela, et pour tout ce que Dieu a fait pour vous. Je vais continuer de prier pour vous et vous montrer le droit chemin. Et une fois de plus je fais cette mise en garde : Ne vous détournez pas de Dieu, ou vous et votre roi serez détruits" (vv. 19-25).

 

Samuel reproche Saül

 

Il ne fallut pas longtemps avant que les gens se tournent de nouveau vers le paganisme. Après plusieurs années d'anarchie israélite, Dieu a de nouveau autorisé les Philistins à prendre possession d’une partie d'Israël.

 

Une façon dont les Philistins contrôlaient les Israélites était de leur interdire la possession de limes ou de dispositifs pour l'affûtage de tranchants en métal, ce qui signifiait qu'il était presque impossible pour les Israélites de fabriquer des couteaux ou des épées pour équiper une armée. Les Philistins ont veillé à ce qu’aucun forgeron ne reste parmi les Israélites. Lorsque les agriculteurs israélites et les charpentiers avaient besoin de faire aiguiser leurs outils, ils devaient aller chez les Philistins (1Samuel 13:19-21).

 

Après que Saül eût régné pendant deux ans, il leva une armée de trois mille hommes. Saül garda deux mille des troupes avec lui à Micmasch. Les mille autres soldats étaient avec son fils Jonathan à Guibea (1Samuel 13:2). Saül possédait une épée et une armure, tout comme Jonathan (1Samuel 13:22).

 

Un jour, Jonathan attaqua l'avant-poste des Philistins à Guéba et les Philistins l’apprirent. Saül convoqua les hommes à se joindre à lui à Guilgal par le son de la trompette. Les Philistins se rassemblèrent pour combattre Israël avec trois mille chars, six mille cavaliers, et des soldats aussi nombreux que le sable sur le bord de la mer. Ils montèrent, et campèrent à Micmasch.

 

Quand les hommes d'Israël virent que leur situation était critique ils eurent peur et se cachèrent dans des grottes et des buissons et parmi les rochers. Certains ont même traversé le Jourdain au pays de Gad et de Galaad.

 

Saül resta à Guilgal, et toutes les troupes avec lui tremblaient de peur. Il attendit sept jours, le délai fixé par Samuel (1Samuel 10:3-7). Mais Samuel ne venait pas à Guilgal et les hommes de Saül ont commencé à se disperser.

 

Saül a décidé qu'il ne pouvait pas attendre plus longtemps pour Samuel et qu'il ferait personnellement des holocaustes et des sacrifices de paix afin que Dieu puisse être touché d’intervenir, et d’une manière ou d’une autre sauver Israël (1Samuel 13:8-9). Il aurait dû être patient. Le septième jour n’était pas encore terminé.

 

Tout comme il finissait de faire un holocauste, Samuel arriva à Guilgal. Saül se précipita à sa rencontre.

 

"Qu'as-tu fait ?" demanda Samuel.

 

"Quand tu ne t’es pas présenté pour me conseiller, j’ai voulu demander la faveur de Dieu et me suis senti obligé d'offrir l'holocauste," répondit Saül.

 

"Tu as fait une chose très stupide", a déclaré Samuel au roi. "Je me suis présenté à temps. Le septième jour n’est pas encore terminé et les Philistins n’ont pas encore attaqué. Si tu avais obéi à Dieu, Il aurait établi ta famille comme rois sur Israël pour tous les temps.

 

"Mais tu as outrepassé ton autorité, qui a des limites précises. Dieu m’a fait connaître que tes jours sont comptés en tant que roi d'Israël."

 

Samuel dit : "Dieu va nommer un autre homme pour devenir roi qui est plus enclin à être obéissant à Lui".

 

Lorsque Samuel partit pour Guibea, Saül compta les hommes avec lui et ils étaient au nombre d’environ six cents (1Samuel 13:10-15).

 

Les vastes forces des Philistins sont restées pendant un certain temps à Micmasch. Puis un jour, ils ont montré des signes de mouvement. Ils ont envoyé trois compagnies – pillant et ravageant les maisons israélites et les fermes et les villages sur leurs chemins. Pour quelque raison ils ont choisi de ne pas se déplacer vers le sud vers Guibea. Les Israélites étaient impuissants, car les Philistins avaient enlevé leurs épées, leurs lances et leurs outils de forgeron. Seuls Saül et Jonathan avaient une épée et une lance (1Samuel 13:16-22).

 

Un jour, le fils de Saül Jonathan dit à son écuyer, "Viens, allons vers l'avant-poste des Philistins de l'autre côté. Peut-être que le Seigneur va agir en notre nom. Rien ne peut arrêter le Seigneur de sauver soit par de nombreux [gens] ou peu. "L'écuyer accepta, mais Jonathan n'a pas parlé à son père de son plan.

 

Saül et ses six cents hommes, avec le Souverain Sacrificateur Achija, restèrent à la périphérie de Guibea (1Samuel 14:2-3).

 

"Maintenant, voici mon plan. Si nous faisons attention, probablement nous ne serons pas vus jusqu'à ce que nous soyons très près de la base de la falaise où un bord du camp se trouve. Si les Philistins nous découvrent et menacent de descendre contre nous si nous nous approchons de plus près, alors nous abandonnerons et reviendrons ici. Mais s’ils nous demandent de venir à eux, alors nous le ferons. Nous considèrerons cela comme un signe de Dieu qu'Il nous aidera" (1Samuel 14:1, 4-10).

 

Donc, Jonathan et son serviteur se montrèrent à l'avant-poste des Philistins.

 

"Venez à nous et nous allons vous donner une leçon", s’adressèrent les sentinelles à Jonathan.

 

"Voilà un signe du Seigneur," dit Jonathan à son écuyer. "Je crois vraiment que cela signifie que Dieu va nous aider et nous protéger. Suis-moi jusqu'à la falaise !" (1Samuel 14:11-12).

 

Jonathan monta le rocher sur le côté opposé de la garnison, avec son compagnon de près. Les Philistins tombèrent devant l'épée de Jonathan, et son porteur d'armes suivit et tua derrière lui.

 

Dans cette première attaque vingt hommes de l'ennemi ont perdu la vie aux mains de seulement deux jeunes Israélites que Dieu avait inspirés pour démarrer quelque chose qui s’est avéré être plus qu'une grande bataille (1Samuel 14:13-14).

 

Les Philistins paniquent

 

Puis la panique a frappé tout le camp philistin. C’était une panique envoyée par Dieu. Les sentinelles de Saül à Guibea virent l'armée s’enfuir dans toutes les directions. Donc, il a rassemblé ses hommes et seulement alors a remarqué que Jonathan et son porteur d'armes manquaient (1Samuel 14:15-16).

 

Ne sachant pas quoi faire, Saül demanda à Achija le Souverain Sacrificateur de chercher la volonté de Dieu avant d'entrer dans la bataille. Mais la panique dans le camp des Philistins augmenta de plus en plus alors Saül dit au prêtre d'arrêter.

 

Donc Saül et tous les hommes se mirent en ordre de bataille. Ils ont trouvé les Philistins dans la confusion totale, se frappant les uns les autres avec leurs épées (1Samuel 14:17-20).

 

Grâce au contrôle de Dieu de la nature et des circonstances, Israël avait été sauvé par la destruction de l'armée des Philistins (1Samuel 14:21-23).

 

Plus tôt dans la journée le roi Saül avait lié les personnes avec un serment de ne pas manger de la nourriture jusqu'au soir avant qu'il se soit lui-même vengé de ses ennemis (1Samuel 14:24). Au début de la bataille Jonathan et son porteur d'armes avaient rejoint la petite armée de Saül – mais trop tard pour entendre l'édit de Saül que les hommes ne devaient pas manger jusqu'au soir.

 

Comme l'armée de Saül marchait péniblement à travers la forêt, les hommes ont vu qu'il y avait du miel sur le sol. Ce fut une grande tentation pour les soldats fatigués et affamés, mais craignant que quelque chose de terrible ne leur arrive s’ils en mangeaient, ils sont passés à côté, sauf Jonathan. Il ne connaissait aucune raison de ne pas en manger, et ainsi s’est arrêté pour ramasser une partie du miel sur un bâton qu'il portait et le transférer à sa bouche et ses yeux furent éclaircis. En ce moment, un soldat se retourna et vit ce que Jonathan faisait. Il se retourna et lui dit : "Ton père a prononcé une malédiction de mort sur ​​n’importe lequel d’entre nous qui mangerait quoi que ce soit aujourd'hui. Voilà pourquoi les hommes sont faibles".

 

Jonathan dit : "Mon père a fait du trouble pour le pays. Voyez comment mes yeux se sont éclaircis quand j’eus goûté un peu de ce miel. Cela n’aurait-il pas été beaucoup mieux si les hommes avaient mangé du butin qu'ils avaient pris des Philistins aujourd'hui ? Le massacre de l'ennemi aurait été beaucoup plus grand" (1Samuel 14:24-30).

 

Ce jour-là, après que les Israélites eurent frappé les Philistins depuis Micmasch jusqu'à Ajalon, ils étaient épuisés. Ils se sont jetés sur le butin pris des Philistins et égorgèrent les animaux sur le sol et les mangèrent. Ils n’ont même pas pris le temps de saigner correctement les carcasses, tel que Dieu a commandé (Lév. 3:17 ; Deut. 12:23-25).

 

Puis quelqu'un dit à Saül : "Regarde, les hommes pèchent en mangeant de la viande dans laquelle il y a toujours du sang".

 

Saül immédiatement ordonna aux soldats de porter attention et de l'écouter.

 

"Vous avez fait le mal en mangeant de la viande dans laquelle il y a du sang. Il a alors ordonné qu’une grosse pierre soit apportée et dit aux hommes de l'abattre sur leurs animaux. Et Saül bâtit un autel à l'Éternel. C’était la première fois qu'il faisait cela (vv. 31-35).

 

Plus tard, quand les soldats étaient rafraîchis et reposés, Saül a estimé que les Israélites devaient rechercher et détruire les troupes des Philistins qui étaient cachées ou s’étaient échappées.

 

"Fais tout ce qui te semble le mieux," ont répondu ses hommes.

 

Mais le prêtre dit : "Avant que nous agissions plus loin, apportons la question à Dieu. Et Saül a demandé à Dieu s’ils devaient aller après les Philistins. Mais Dieu n'a pas répondu (vv. 36-37).

 

Alors Saül dit : "Venez ici vous tous les chefs des tribus me rencontrer afin que nous puissions savoir quel péché a été commis aujourd'hui. Même s’il se révèle être Jonathan, mon fils, je vous promets qu'il doit mourir."

 

Pas un homme ne parla ou s’avança. "Si personne ne va admettre sa culpabilité, alors je vais le chercher en tirant au sort", a déclaré Saül. "Mon fils et moi serons d'un côté, et tout le reste d'entre vous de l'autre."

 

"Fais ce que bon te semble," ont répondu les hommes.

 

Saül a alors demandé à Dieu de faire connaître à travers le tirage au sort Sa volonté. Alors Saül dit de jeter le sort entre eux et Jonathan a été pris (vv. 38-42).

 

"Quelle chose terrible as-tu faite pour faire en sorte que Dieu te désigne comme le délinquant ?" dit Saül à Jonathan.

 

Jonathan a répondu : "J’ai seulement goûté un peu de miel que j’ai trouvé sur le sentier. Maintenant dois-je mourir ?"

 

"La malédiction que j’ai prononcée repose sur toi", dit Saül.

 

Mais les hommes ont dit à Saül : "Nous avons appris que Jonathan et son porteur d'armes avaient beaucoup à voir avec la victoire que Dieu nous a donnée sur les Philistins, et qu'il n'a pas commis de grand péché. Voilà pourquoi nous ne permettons pas qu’un cheveu de sa tête soit touché parce qu'il l'a fait avec l'aide de Dieu".

 

Ainsi, les hommes sauvèrent Jonathan, et il n'a pas été mis à mort (vv. 43-45).

 

Les vraies raisons pour lesquelles Dieu n'a pas répondu aux demandes de Saül à travers le Souverain Sacrificateur étaient que Saül avait imprudemment prononcé une malédiction sur tout homme qui ne jeûnait pas pendant la bataille, et parce que tant d'hommes ont mangé de la viande qui n’avait pas été correctement vidée du sang. Saül vint finalement à réaliser ces choses.

 

Parce que les événements se sont produits comme tels, on n'a pas tenté de rassembler les soldats philistins survivants qui ont fui vers leur propre nation. De temps en temps d'autres armées des Philistins ont été formées pour attaquer Israël, mais Saül construisit une force de combat puissante pour empêcher les Philistins d’entrer en Canaan.

 

Au cours des années suivantes Saül a rencontré le même genre d'ennuis de toute part, mais Dieu a rendu possible qu’il protège Israël contre tous ces ennuis (1Samuel 14:46-52). Dieu a laissé Saül en charge même s’Il avait nommé un autre dirigeant (1Samuel 13:13-14).

 

L'histoire de Saül et de David continuera dans l’étude Samuel Oint David (No. CB089).