Les Églises Chrétiennes de Dieu

[B9A]

 

 

 

L’Évolution et la Théorie ‟Sortis de l’Afrique” [B9A]

 

(Édition 1.0 20110116-20110116)

 

L’Évolution affirme que les humains modernes se sont développés en Afrique et se sont dispersés dans le monde entier à partir de là il y a 78 000 ans. La Bible dit que c’est arrivé différemment. Les deux revendications ne peuvent pas être correctes.

 

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 2011 Wade Cox)

(Tr. 2011)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

 


 L’Évolution et la Théorie ‟Sortis de l’Afrique” [B9A]


Cette étude examinera le jeu joué par les Généticistes Évolutionnistes quant à la conjecture "[nous sommes] sortis de l'Afrique” et aux revendications à l'extension de l'origine de l'homme dans les Cro-Magnons et en arrière à 78.000 YBP (ans avant le présent) en Afrique. Pour ce faire, ces messieurs ont combiné les lignées de Cham avec les deux autres lignées Sem et Japhet, et ont affirmé que tant Sem que Japhet sont descendus à partir des lignées de Cham. Cela a l'effet de combiner les fils de Noé et d’utiliser Cham pour étendre la lignée, et en utilisant un arbre de Haplogroupes complètement faux, ils peuvent alors arriver en arrière en Afrique et étendre les dates à 78.000 YBP ce qui est complètement faux. L'attention a été attirée à ce jeu et nous pouvons voir les exemples dans les sites tels que www.eupedia.com. 

 

Reconstruisons l'argument ici afin que nous puissions correctement alors démontrer, en examinant la séquence DYS correcte, comment l'argument est bidon et le laps de temps beaucoup plus court qu’ils ne revendiquent, même en utilisant leur faux classement de séquence de mutation. 

 

L’argument est proposé comme suit. L'Original Y-ADN de l'ancêtre est établi comme :

Y qui a prétendument été en Afrique 78.000 YBP

La première mutation A n'est pas répertoriée dans les listes européennes. C'est parce que Hg. A n'a aucun lien que ce soit avec les autres et avec Hg. B qui est exclusif en Afrique et aux Afro-Américains.

 

Voir Annexe A

 

Impossibilité de cette séquence

En regardant l'arbre généalogique Y-ADN ci-dessous, nous pouvons voir le scindement de l'arbre dans les lignées qui interdisent absolument qu’un tel arbre conjectural soit formé. 

 

Premièrement, nous devons commencer par la racine ancestrale de Noé et la structure de base des branches principales des Haplogroupes de Cham. Hg. A était le premier à subir une mutation à partir de la lignée ancestrale principale. Hg. A a subi une mutation en M91 et P 97? Cela n'a maintenu aucun lien de base trouvé dans les autres.

 

La lignée ancestrale principale est à partir de Noé à Japhet, Cham et Sem dans les lignées SRY0831, 1 M41 2, M139, M168, P9.

 

Les autres lignées de Cham ont subi une mutation dans la lignée M60, M181, et P85? en Hg B. Les principales lignées de Hg, A et B sont plus ou moins limitées à l’Afrique et aux Afro-Américains.

 

Les autres lignées de Cham provenant des lignées Noahides Centrales à M168 et P9 se sont formées en Hg. C à RPS4Y M216 pour les lignées de Cush et en Hg. DE à M145 M213 qui est le YAP qui se sépare et couvre les Hg. D pour les Tibétains et E pour tous les Cananéens et les lignées africaines du Nord. 

 

Il est ainsi évident que les lignées africaines majeures tant A que B n'ont rien du tout à faire avec les autres lignées non-africaines autre que le fait que Hg. E est entré et s’est propagé à travers le Nord de l'Afrique et le Moyen-Orient et de là en Europe. 

 

Toutes les lignées dans les lignées de Sem et de Japhet se propagent partout dans le monde entier dans la lignée à partir de Hg. F dans les mutations P14 M89 et M213 (à partir du Diagramme de l'Arbre Généalogique ADNFT de 2005). À l'examen, il apparaît que M213 était commun à DE et aussi à F etc., mais pas à Hg. C. Il est ainsi raisonné que M213 a subi une mutation en M216 dans le groupe C et RPS4Y ont été aussi insérés, et dans le Hg. DE, M145 a été inséré avant le M213 et en Hg. F, et des lignées subséquentes P14 et M89 ont été insérées avant le M213. Ainsi, il pourrait être affirmé que M213 était la section finale de la lignée originale Noahide par Sem, Cham et Japhet. Cela est certainement la lignée correcte de l'arbre Y-ADN mesurée par la science, peu importe combien de temps long ou court, ils prétendent qu’il a fallu pour muter.

 

C'est ainsi complètement impossible pour les Hg. C, D, E et F et tous les groupes suivants G, H, IJ et K d’être venus à partir de A ou B et ni ce n'est possible non plus pour D, E, F et des groupes suivants d'être venus à partir du C tel que revendiqué dans ces arguments “[que nous sommes] sortis de l'Afrique”. 

 

Les rapports historiques bibliques et les groupes qui ont subi une mutation montrent que les mutations majeures se sont produites en cinq mutations spontanées loin des lignées Noahides principales. Elles ont alors pris fin en des mutations subséquentes formant d'autres groupes tribaux/nationaux. De suggérer autrement s’avère être une fraude délibérée.  

 

Il est évident à partir de leurs propres diagrammes que les lignées et les chronologies sont bidons et tous les événements sur leur diagramme avant 42.000 YBP sont aussi faux. 

 

La répartition suggérée des autres mutations est de même une conjecture complète et aussi fausse. Les événements ne peuvent pas ainsi être basés sur la date même de 42.000 YBP. 

 

La répartition des lignées dans les mutations diverses est en fait toute possible à partir des années 2200 AEC (Avant l’Ère Courante) jusqu’à aujourd’hui si le diagramme faussement allongé est ignoré et le modèle biblique est mis en perspective, et que les effets observés modernes d’antécédents de radiation et les effets de l’ADNmt sur le génome humain sont correctement discutés et bien expliqués. L'Évolution est un mythe religieux et doit être correctement bien expliquée et écartée. Cependant, pour maintenir le mythe religieux, la science doit être falsifiée et des éléments clefs négligés ou déformés. 

 

Cette sorte de déformation se produit tout le temps. Un cas récent était les trouvailles touchant aux humanoïdes en Russie et en Israël, et en renvoyant en arrière à la découverte de 2003 du prétendu Hobbit de Flores.

 

La découverte d'os de doigt en Russie dans la caverne en Sibérie a été datée à 30.000 YBP mais comme d'habitude la base de la datation n'a pas été discutée publiquement. Il avait exceptionnellement de l’ADN bien préservé, ainsi cela a été rapporté.

 

Les scientifiques se référant aux récentes découvertes en Russie ont renvoyé en arrière au "Hobbit de Flores” étant plus de 12 000 ans et certains ont même suggéré 30,000 + YBP d'une espèce humaine antique et pré moderne. C'était en dépit du fait que les scientifiques ont déjà examiné la trouvaille sur Flores et ont prouvé à partir de son Y-ADN que c'est un humain moderne qui s’est dégénéré dû à un régime alimentaire sur Flores et a régressé en taille et capacité. C'était en fait un exemple de la façon de ne pas vivre et comment perdre votre capacité en tant que société humaine. 

 

Cela a été néanmoins utilisé par les scientifiques qui savaient et ont abusé délibérément les données, ou qui étaient trop fainéants même pour allumer la TV, et qui n'ont certainement jamais fait des recherches sur les enquêtes récentes sur la matière. Les grands prêtres de l'Évolution font ressembler les moines Catholiques médiévaux à des progressifs.

 

Les résultats, annoncés en décembre 2010 dans le journal Nature, ont confirmé que le spécimen provenait d’une jeune fille qui n'était ni "homme moderne" ni Néandertalien. Au contraire, elle a censément appartenu à une branche distincte, maintenant éteinte, que les scientifiques de l'arbre généalogique humain ont nommé Denisoviens, d’après la Caverne Denisova en Sibérie du sud où le fossile a été trouvé.

 

En outre, il a été annoncé qu'une molaire récupérée de la caverne est crue pour être un individu Denisovien. Cela semble censément différent des dents des humains modernes et des Néandertaliens, et ressemble prétendument d’avantage de près à ceux d'ancêtres humains beaucoup plus vieux comme l'Homo Erectus.

 

Basé sur leur conjecture concernant la structure de l'ADN, les scientifiques continuent alors d’affirmer que les trouvailles changent l'histoire de l'évolution humaine. Ils continuent alors à affirmer que les trouvailles suggèrent que les Néandertaliens aient eu un groupe asiatique sœur qui s'est détaché sur leur propre chemin évolutionniste avant l'extinction. Le fait que les Néandertaliens avaient un système d'ADN complètement différent et absolument étranger aux gens est ignoré, et cette trouvaille est alors appliquée à l'hypothèse que ces pré-humains ont eu un certain rapport avec la création pré-Adamique des Néanderthaliens etc., quand on sait qu’ils n’en ont pas.

 

La plupart des scientifiques croient que les ancêtres des Néandertaliens ont quitté l'Afrique entre 300.000 et 400.000 ans pour s'établir en Europe et l'Eurasie. Les scientifiques allèguent alors l'affirmation fausse que, pendant ce temps, les ancêtres directs des humains modernes, les Homo Sapiens, sont restés et ont évolué en Afrique.

 

Ils se sont prétendument dirigés hors de l'Afrique il y a 70.000 à 80.000 ans et ont pour peu de temps coexisté avec les Néandertaliens bientôt éteints.

 

Maintenant les scientifiques croient que les Denisoviens ont divergé à partir des Néandertaliens au moment de l'exode original entre 300.000 et 400.000 YBP et se sont propagés à l'Est.

 

Les scientifiques alors, totalement contraire à toutes les preuves d'ADN, ont affirmé que : “Comme les Néandertaliens, ils semblent s'être croisés avec des humains modernes.” Nous avons plus de chance de nous reproduire avec un chimpanzé qu'un Néandertalien. Au moins ils ont un système à huit rangs ; les Néandertaliens n’en ont pas. 

 

Les éléments de preuve sont prétendument venus inopinément quand les séquences de gènes Denisoviens ont remonté dans l'ADN d'Insulaires Mélanésiens modernes du Pacifique. Comment est-ce que cela arriverait-il, pourrions-nous bien nous demander ? La structure de l’Y-ADN Mélanésien est basée sur la séquence Hg. K que nous savons être un descendant direct de F et existe dans la séquence ci-dessus. Quelle partie mystérieuse de cette séquence K est tirée de l'Homo Erectus de l'Est ? Peut-être un des humains Adamiques de Hg. K s'est croisé avec une relique pré-humaine ; bien qu'il n'y ait aucune preuve du tout pour cette supposition.

 

La recherche suggère que le matériel génétique dérivé des Denisoviens représente autour de 4 pour cent à 6 pour cent du code génétique d'au moins quelques Mélanésiens. Est-ce que c’est ainsi ? Quels sont les DYS impliqués et quelle est la base de l'affirmation ? Les Mélanésiens étaient-ils des Orangs-outans ? Quel est l’ADNmt impliqué ? Nous savons pour un fait que l’ADNmt de tous les humains provient de l’ADNmt Hg. L. Quelle base possible peuvent-ils avoir pour une telle affirmation ? La raison qu’ils ne révèlent pas la base des revendications, c’est parce qu'elles sont invariablement fausses quand exposées à l'antiseptique d'air frais efficace et à la lumière du soleil.

 

Cette semaine, une trouvaille en Israël de huit dents est aussi alléguée pour être un ancêtre moderne d’humains. Ils allèguent qu’il est de 400.000 ans. Le fait est qu'Israël est un site de trouvailles de Néandertaliens et ils sont tous testés et n’ont aucun rapport avec des humains modernes.

 

À partir des trouvailles en Israël, ils étaient capables de démontrer qu'ils ont fait cuire et ont mangé des plantes et des légumes. Des chercheurs aux États-Unis, censément, ont trouvé des grains de matière végétale cuits dans leurs dents. L'étude est la première à confirmer que le régime alimentaire Neandertal n’était pas limité à la viande et était plus sophistiqué que ce qui était précédemment pensé. La recherche a été publiée dans les Procédures de l'Académie Nationale de Sciences (Proceedings of the National Academy of Sciences).

 

Comme la plupart de ces revendications, les éléments de preuves à ce jour ont été circonstanciels. Ils étaient des cannibales bien définis, et l'analyse chimique des os a suggéré qu’ils ont mangé peu ou pas de légumes. Cette dépendance perçue à la viande avait été avancée par certains comme l'une des raisons pour laquelle ces humanoïdes se sont éteints comme les grands animaux tels que les mammouths qui ont disparu. 

 

Cependant, une nouvelle analyse, par des scientifiques, à partir de restes Néandertaliens à travers le monde, a trouvé des preuves directes qui contredisent les études chimiques. Les chercheurs ont trouvé des grains fossilisés de matière végétale dans leurs dents et certains d’entre eux ont été cuits. 

 

Bien que les grains de pollen aient été trouvés auparavant sur des sites Néandertaliens et certains dans des foyers, ce n’est que maintenant accepté qu'il y a des preuves claires que les aliments végétaux ont été en réalité consommés par ces personnes. 

 

“Nous avons trouvé des grains de pollen dans des sites Néandertaliens avant, mais on ne savait jamais s'ils mangeaient des plantes ou dormaient sur elles ou autre.”

 

"Mais ici nous avons un cas où un peu de plante est dans la bouche donc nous savons que les Néandertaliens consommaient de la nourriture" (Professeur Alison Brooks Université de George Washington à BBC). 

 

Les raisons quant à savoir pourquoi les tests ont été faux isolent le fait pourquoi la plupart des trouvailles sont loin de la vérité. Elles sont fondées sur des suppositions qui viennent des notions préconçues des analystes eux-mêmes. 

 

Selon le Professeur Brooks, les tests mesuraient les niveaux de protéine, que les chercheurs ont supposé venir de la viande.

 

"Nous avons eu tendance à supposer que si vous avez une très haute valeur de protéine dans le régime alimentaire cela doit venir de la viande. Mais ... il est possible qu'un peu de protéine dans leur régime alimentaire vienne des plantes," a-t-elle dit.

 

Cette étude est considérée pour être la dernière à suggérer que, “ loin d’être des sauvages brutaux, les Néandertaliens nous ressemblent plus que nous l’avons précédemment pensé.”

 

Cette volonté de trouver un chaînon manquant et de lier les humains pré-Adamiques avec les humains Adamiques, en dépit du fait qu'il y a des preuves absolues à partir de l'ADN pour montrer au-delà du doute que nous n’avons rien à faire avec eux ou eux avec nous, est continuellement ignoré et est supprimé pour maintenir les mythes de la religion de l'Évolution.

 

Un scientifique moderne avec tous les bagages de la théorie évolutionniste est paralysé comme ses prédécesseurs dans le système religieux Trinitaire avant lui. Ne faites aucune erreur, l'Évolution est une religion basée sur le mythe et des conjectures.

 

Nous avons traité avec la ligne des nations ci-dessus avons montré comment il était impossible que les humains modernes soient venus de l'Afrique 78.000 Ans Avant le Présent (YBP en anglais). L'Annexe B ci-dessous montre l'Arbre Généalogique Y-ADN jusqu’à l’Haplogroupe F.

 

Nous réarrangerons l’Arbre Y-ADN de façon à montrer plus facilement ou clairement les lignées Y-ADN de Noé et de ses fils Sem, Cham et Japhet, et comment les mutations se sont produites à partir de cette lignée, et comment elles ont subi davantage de mutations parmi les fils de Sem et de Japhet.  

 

Noé était pur dans ses générations (Genèse 6:9). La [version de la Bible] RSV le rend : “irréprochable dans sa génération” mais il est considéré que c'était sa structure génétique à laquelle le texte se référait.

 

La lignée Y-ADN à partir d’Adam était essentiellement une structure pré M412, M139 qui a formé le cœur de la structure d’Y-ADN des humains modernes. Noé a transmis à chacun de ses fils la capacité de racine de M168 et P9. Cham a transmis à chacun de ses fils la capacité de base ou les conditions préalables génétiques qui ont permis les mutations qui ont eu pour conséquence les Hg. A, B, C et DE [Hg. veut dire Haplogroupe]. La nature des mutations est telle qu'il y a quelques conclusions qui suivent nécessairement à partir de ces mutations, et aussi à partir de la distribution pour les mutations de l’ADNmt qui ont suivi. Nous pouvons tirer quelques conclusions étonnantes de la logique de ces mutations et distribution.

 

La première déduction logique que nous sommes requis de faire est celle de combien de personnes étaient là sur l'Arche. La Bible dit qu'il y avait huit personnes. Cette réponse à cette question soulève avec elle quelques questions sérieuses à ce qui est mentionné dans les textes. Lorsqu’il est fait référence aux huit personnes, parlons-nous de quatre hommes et de quatre femmes, ce qui a été la supposition habituelle d'étudiants de la Bible au cours des années ? Le fait qu'elles ont été assumées pour être monogames est aussi considéré comme allant de soi. Il y a un certain nombre d'objections bibliques et scientifiques à cette vue.

 

La Bible déclare aussi qu'avec la première récolte de vin, ce qui doit avoir eu lieu dans un délai de trois ans du déluge, Noé s’est enivré. Il a été subséquemment abusé. Couplé avec le fait que Canaan était vivant et assez vieux pour être considéré responsable de ses actions contre son grand-père Noé, il lui fut donné une malédiction sévère et une peine. D’être confronté à une telle peine si sévère, c’est une question de justice et de loi que Canaan doit avoir eu de façon significative un âge adulte pour venir sous un tel jugement. Il était le plus jeune des fils de Cham. Par conséquent, ils doivent tous avoir été sur l’Arche ensemble. Couplé avec d'autres considérations des mutations de l’Haplogroupe, il est probable qu'il y avait huit hommes, étant Noé et ses trois fils et les autres étaient les quatre fils de Cham. Cela soulève alors des questions quant aux mères. Étaient-ils tous de la même femme ou étaient-ils des fils de différentes femmes ? Nous verrons à partir des mutations des gènes et de l'histoire de la Bible qu'ils ont bien pu avoir eu des mères différentes, même si elles avaient une structure d’ADNmt légèrement semblable, mais étaient néanmoins divergentes.

 

Nous savons maintenant avec certitude que l’ADN mitochondrial [ou ADNmt] féminin original était l’Haplogroupe L. Nous savons aussi avec certitude que l'original Hg. L est maintenant confiné en Afrique ; de là l'origine de l’hypothèse "Sortis de l'Afrique”. Il y a peu de doute que la lignée d’Ève était de peau foncée ou du moins elle avait la mélanine et la capacité physiologique pour se développer dans la femme africaine moderne actuelle. Elle était l’Haplogroupe L comme l’était le groupe original ADNmt. La science de l'ADN soutient à ce que les taux de mutation soient très lents et en fait bien plus lents qu'ils sont en réalité. En outre, la science a supposé que l’ADNmt n'affecte pas le génome humain et n'a aucun rôle dans les mutations génétiques. Ces deux prémisses sont maintenant prouvées pour être complètement fausses. La base des changements est discutée dans l’étude L’Origine Génétique des Nations (No. 265).

 

En effet, c’était cette étude qui a identifié la nécessité logique pour les Hgs. I et J d’avoir été l’Haplogroupe original hébreu IJ qui plus tard s’est scindé en deux groupes. Initialement rejetée comme une hypothèse, les scientifiques ont récemment trouvé les liens aux liens S2 et S22 de la structure ; bien que, ils ont ensuite déclaré Hg. I d'être protosémitique et l’ont antidaté à 30,000 ans.

 

La quantité de radiation ambiante affecte le taux de mutation de l'ADN humain. L’ADNmt Humain a été prouvé pour avoir subi une mutation à un taux pouvant aller jusqu'à une mutation par génération dans les régions de haute radiation ambiante, tel que nous l’avons vu dans les expériences de Kerala mentionnées dans l'étude ci-dessus. Aussi, l’ADNmt a été montré pour inciter la mutation à travers le génome humain entier. Ainsi, la radiation ambiante fait muter l’ADNmt à un taux élevé, comme elle le fait à l’Y-ADN. Les mutations à l’ADNmt augmentent les taux de mutation de l'Y-ADN indépendamment de la radiation ambiante, ce qui aggrave encore davantage le taux de mutation.

 

Donc, nous voyons que quand combinés, les deux effets sur la mutation doivent logiquement augmenter le taux à une séquence de mutation qui s’accélère dû au travers de l'exposition à davantage de mutations dans l’ADNmt. Ainsi, le taux de mutation peut être plusieurs fois celui assumé par la science pour justifier leurs modèles évolutionnistes. La structure entière de l'argument repose sur de fausses prémisses connues et doit être logiquement écartée jusqu'à ce qu’elle soit ajustée adéquatement.

 

Nous pouvons aussi démontrer à partir des résultats d'ADN connus que l'ADN original a été relié et s’est étendu en conjonction avec des groupes de base d’ADNmt connu. Par exemple, les premières trouvailles de l’Aborigène australien étaient en huit vagues de trois Haplogroupes de Y-ADN et trois Haplogroupes d’ADNmt. Ceux-ci étaient Y-ADN Hg. C4 (se mutant à C4a et C4b, Hg. K et Rx R1basique. Les Haplogroupes ADNmt féminins correspondent aux groupes masculins plus ou moins précisément. Pour cette étude nous pouvons voir que les groupes C4 Hamitiques correspondent à la femme Hg. N Basique qui est la première mutation à partir de L3.  

 

Donc nous pouvons en déduire que L, étant l'original, a vu la division présente sur l'arche comme étant les mutations de L et peut-être L1 ou L2 (bien que L2 puisse avoir été une mutation ultérieure de L) et L3 (qui a muté à N et ensuite M). Les premières divisions de L3 en N Basique ont dû se produire avant C4 qui s’est déplacé vers l’Australie. Ces liaisons doivent avoir été les premiers mouvements des Cushites Hg. C du Moyen-Orient en Asie et ensuite vers l’Australie. Nous pouvons ainsi déduire que la mutation de [l’Haplogroupe] Hg. N de base doit être arrivé à partir de L3 aux premiers temps, soit juste avant ou juste après le déluge. Il y a une possibilité que [l’Haplogroupe] Hg. N Basique a été à partir d’au moins l’une des femmes des fils de Noé et était apparemment sur l'arche. Comme c’était la base des mutations, il est probable que c’était au moins deux, et probablement quatre, des femmes. L’autre déduction pourrait être que, comme N Basique n'est pas un facteur majeur en Afrique, les fils de Cham qui étaient Y-ADN Haplogroupes A et B ne se sont pas mariés dans cette mutation, mais ont plutôt maintenu des épouses à partir de la base L1 et des mutations L2. 

 

Pour que L2 soit formé, L doit avoir été sur l'arche ou L2 a été formé avant lui et toutes les trois mutations de L1, L2 et L3 étaient là. Comme il n'y avait pas davantage de mutations de L, l'original L doit avoir vu des mutations à l'avance, et l'original L avait probablement cessé d'exister. Ainsi, il doit y avoir eu l’ADNmt Hgs. L1 (peut-être L2), L3 et probablement N Basique sur l'arche. Étant donné que l’ADNmt Hg. M a subi une mutation à partir des autres Haplogroupes, comme Hg. R a subi une mutation à partir d’Hg. N, il n'est pas nécessaire pour eux d'avoir été sur l'arche. 

 

Il est évident qu'il y a une situation d’entonnoir avec L et on n'a vu aucune nouvelle mutation à partir de lui ou à partir de la structure L1 et L2, et toutes les mutations ultérieures sont venues à partir de l’ADNmt Hgs. N et M et par la suite à partir de N comme le Hg. R supergroupe et les groupes subséquents. Cela a donné lieu à l'affirmation que la mutation de N et M etc. a eu lieu hors de l'Afrique. L'explication biblique consiste en ce que la situation s’est produite au Moyen-Orient et que l'Afrique a été donnée aux fils de Cham en tant que leur héritage et qu’ils se sont déplacés là après le déluge et à la dispersion. Le fait que les Y-ADN Hgs. C, D et quelques E ont été trouvés bien à l'extérieur de l'Afrique et répartis à travers le monde ne soutient logiquement pas la théorie "Sortis de l'Afrique”.  

 

En fait, cela soutient l’inverse de la théorie. La plaque africaine inclut en réalité l'ouest de la faille de la Jordanie jusqu’au Liban à la côte. Donc, nous pourrions conclure que certains d'entre eux étaient “en Afrique.” Cependant, le territoire de Cush ou Khus était au nord de l'Euphrate. Le fait est que bibliquement les pays du Jardin d'Éden sont descendus jusqu’à l'Égypte et le Nil et à la côte de la Méditerranée. C'est le candidat logique probable de la dispersion et c'est exactement où la Bible la place.    

 

Il est probable que les épouses Y-ADN Hgs. A et B étaient L1 et L2 étant donné que ces groupes sont entrés en Afrique ensemble et sont restés là. Les épouses du reste étaient ADNmt L3 et N de base. L3 n'est pas trouvé nulle part ailleurs autre qu'en Afrique sauf dans des migrations connues ultérieures. Ainsi N semble être la principale source ADNmt à l’extérieur de l'Afrique. M peut bien avoir été là aussi mais il apparaît que N a été étendu sur d'autres et a subi une mutation. C'est probable que l’ADNmt Hg. N était le plus prolifique de l’ADNmt parmi les fils de Noé. Les deux autres fils de Cham peuvent bien s'être mariés avec Hg. N aussi bien que Sem et Japhet. Cela expliquerait la distribution et les mutations ultérieures plus facilement.

 

La présence de N de base avec C4 indique que les filles de l’Haplogroupe ADNmt Hg. N se sont mariées dans les Cushites très tôt ou ont été là à l'origine. Notez aussi qu'il n'y avait aucune conservation du M168 P9 dans l'Y-ADN Hgs. A et B. C'était parce qu'ils se sont déplacés en Afrique avant l'intervention à Babel et ne l'avaient pas initialement, ou bien, ils l'ont perdu dans les activités virales/de radiation là. Hg. A a subi une mutation à partir de la première séquence ou à ce qu’il semble.

 

Ce que nous pouvons voir est que rien de ce que nous savons dans la Science de l'ADN ne soutient la structure de la Bible et en fait contribue à expliquer les questions de la Bible plus efficacement. Les choses qui sont en conflit avec la Bible, une fois examinées, montrent que les conjectures à long terme sont fausses et les tentatives d'allonger les chronologies sont basées sur la pseudoscience frauduleuse. Voir le graphique à l’Annexe C pour les branches des lignées du système Y-ADN attribué aux fils de Noé.

q


Annexe A

Modèle Évolutionnaire ‟Sortis de l’Afrique‟

 

Ensuite, la lignée aurait subi une mutation à        BT                                                74.000 YBP

 

Ensuite, la séquence est allée prétendument à    CT                                                70.000 YBP

 

Cette mutation aurait coïncidé avec la Première Migration hors de l'Afrique

 

Ensuite, la lignée se serait divisée en deux branches :

 

                                                                              DE                                            ca. 65.000 YBP

 

L'autre branche CF (Les deux étant de la séquence de Hg. C) a eu lieu               ca. 58.000 YBP

 

DE se serait séparé de l'Afrique en Hg. D et E formant Hg. E                                ca. 54.000 YBP

 

CF a continué à subir une mutation en Hg. F                                                         ca. 48.000 YBP

 

Hg. F s’est alors divisé en :

 

Hg. IJK                                                                                                                    ca. 45,000 YBP

 

Et Hg. G                                                                                                                  ca. 32,000 YBP

 

(Hg. G a subi une mutation pour former G2a 12.000 YBP, voir ci-dessous)

 

Hg. IJK s’est prétendument séparé pour former :

 

Hg. K et                                                                                                                  ca. 36.000 YBP

 

Hg. IJ                                                                                                                     ca. 32.000 YBP

 

Hg. IJ aurait subi une mutation formant J et                                                          ca. 29.000 YBP

 

Hg. I à                                                                                                                    ca. 24.000 YBP

 

Hg. I aurait été formé dans le secteur de l'Allemagne, ce qui est impossible.

 

Nous examinerons cette fiction ultérieurement.

 

Hg. K aurait subi une mutation en NOP                                                                 ca. 36.000 YBP

 

Hg. K aussi aurait subi une mutation pour former Hg. R en sortant de l'Afrique    ca. 30.000 YBP

 

Hg. NOP aurait subi une mutation pour former Hgs. NO et P                                 ca. 29.000 YBP

 

Hg. NO aurait subi une mutation pour former N                                                    ca. 22.000 YBP

 

P aurait alors subi une mutation pour former Hg. Q                                              ca. 24.000 YBP

 

Et Q1a                                                                                                                   ca. 20.000 YBP

 

Hg. I aurait formé Pre I1 post 22.000 BP et ensuite Hg. I2                                   ca. 17.000 YBP

 

G2a aurait été formé 12.000 YBP et G2a3 formé prétendument                                ʺ 8.000 YBP

 


Annexe B

L’Arbre Généalogique Y-ADN Usuel

 

L'Arbre Généalogique Y-ADN Usuel 



Annexe C

L’Arbre Y-ADN appliqué à la Structure de la Bible

 

L'Arbre Y-ADN appliqué à la Structure de la Bible