Les Églises Chrétiennes de Dieu

[013]

 

 

 

Le Signe de Jonas

et l'Histoire de la Reconstruction du Temple [013]

 

(Édition 5.0 19940402-19980822-20071211-20080106-20110910-20111127)

 

Un des concepts les plus mal compris est celui du Signe de Jonas. Ce devait être le seul signe donné pour le ministère du Messie. Le signe a rapport à la reconstruction du Temple et aux soixante-dix semaines des années. Le Signe s’étend jusqu’à nos jours et a une pertinence pour notre époque. La prophétie est toujours en vigueur et elle se termine dans un avenir proche. Il est essentiel de comprendre le bon moment de la reconstruction du Temple. Ce document met en corrélation les évangiles et la mission de Christ avec les livres de Jonas, Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée et d'autres.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1994, 1998, 2007, 2008, 2011 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2020)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://ccg.org/

 


 Le Signe de Jonas

et l'Histoire de la Reconstruction du Temple [013]

 


La Reconstruction du Temple

Il existe trois versions concernant la reconstruction du Temple : la première est la Bible, la deuxième est l’Apocryphe à 1Esdras, et la troisième est de Josephus dans l’ouvrageThe Antiquities of the Jews (Les Antiquités des Juifs), le Livre XI, Chapitres I à IV.

 

Tous sont d'accord pour dire que Cyrus a confié les ustensiles du Temple à Scheschbatsar, le Prince (Esdras 1:8) ou le Gouverneur (Esdras 5:15 ou 1Esdras) de la Judée pour la bonne garde jusqu'à ce que la construction du Temple ait été achevée et que les exilés qui sont retournés les ont emportés avec eux. À l’exception de Josephus (Les Antiquités des Juifs, Livre XI, Ch. III, voir la note sur le Règne des Mages). Il est enregistré que Zorobabel a été plus tard le Gouverneur, pendant le règne de Darius (au moment de poser les fondations), et la légende apocryphe des trois gardes est aussi trouvée dans Josephus qui la situe dans ce règne (Zorobabel est peut-être retourné avec d'autres au temps de Darius I, mais il s’agit d’une spéculation).

 

L'autel du Seigneur a été construit au septième mois de la première année de leur retour. La plupart des exilés sont allés à leurs villes et non pas à Jérusalem (si ce n'est pas tous les exilés, conformément à la prophétie) (Esdras 3:1-3). La fondation du Temple n'était pas encore posée (v. 6). Les travaux ont commencé la deuxième année avec la pose des fondations (v.10). Dès lors, les Juifs ont été frustrés dans leurs tentatives par les habitants de la région, ceux qui sont devenus plus tard les Samaritains, qui n'étaient pas des Israélites mais des gens de Kouta et des Mèdes, qui ont dû s'établir en Israël après la déportation des Dix Tribus, comme politique délibérée d'Ésar Haddon, le Roi d'Assyrie. Josephus dit qu'ils ont été transplantés de Kouta et de la Médie par Salmanasar, le Roi d'Assyrie. La politique de repeuplement délibéré était une caractéristique de tous les Empires du Tigre-Euphrate et elle a affecté des pays aussi éloignés que l'Éthiopie et la Libye où les gens ont été déplacés jusqu'au Bassin de l’Indus. Les habitants d'Israël ont été installés au nord de l'Araxes. Dans les années subséquentes, des restes d'Israël se sont installés dans des taudis le long de l'Euphrate et ils sont retrouvés parmi Juda, ce qui a donné lieu à l'affirmation qu'Israël est dispersé parmi Juda. Cette erreur a été soutenue par certains des rabbins les plus éminents de l'Orient.

 

Les gens de Kouta et les Mèdes ou ‘les Samaritains des temps modernes’, ont adopté la religion juive et, dans les années subséquentes, ils ont établi une ville, Sichem, sur le Mont Garizim, qui était peuplée par de Juifs apostats, c'est-à-dire ceux qui craignaient d’être jugés pour les infractions de la loi par rapport au Sabbat et aux viandes, etc. (Josephus, Les Antiquités des Juifs, Livre XI, Ch. VII:2 et VIII:6-7 et Esdras 4:2).

 

Le tableau suivant illustre la séquence des événements, selon la Bible, en utilisant les dates présentement acceptées, bien que Josephus puisse différer significativement.

 

Il y avait un Temple construit au milieu du cinquième siècle AEC (Avant l’Ère Courante) par les Samaritains. On a constaté que les fondations ressemblaient à celles de Jérusalem, qui ont été posées au retour, mais pas achevées jusqu'au règne de Darius II, un siècle plus tard, et après la structure à Garizim.

 

Josephus s’est avéré faux sur ses dates au sujet des travaux sur le Mont Garizim. Dr Yitzhak Magen a excavé le Temple original et l'a daté au milieu du cinquième siècle AEC. 13000 pièces de monnaie persanes ont été trouvées dans le secteur de dîme. Il y avait 68 pièces de monnaie différentes, la plus ancienne datant de 480 AEC. La poterie était au cinquième siècle jusqu’au quatrième siècle. Les os des sacrifices sont datés du cinquième siècle. Lors de la conférence d'archéologie à Copenhague en 2006, on a annoncé que Josephus s'est trompé avec sa datation (cf. Y. Magen, Mt Gerizim Excavations, Vol. I, Judea and Samaria Publications, JSP II, Israel Antiquities Authority 2004 ISBN 965-406-160-0 ISBN 13: 978-965-406-160-5). Les détails indiquent un temple et une prêtrise active à Garizim à partir du milieu du cinquième siècle (disons jusqu'à 343 ans) avant la destruction d'Hircanus, de 113 AEC. C'est pourquoi la construction à Jérusalem a été opposée avec tant de véhémence par ces gens, comme le dit la Bible.


 

 


DATE

ÉVÉNEMENT

 

539 AEC

 

Conquête de Babylone par Cyrus et Darius, le Mède, le fils d'Astyage (appelé Xerxès par Daniel), l'oncle de Cyrus et le premier régent, qui a régné de Babylone et de la Médie où il a emmené Daniel (Josephus, Antiq. des Juifs, Li. X, Ch. XI:4).

 

 

538/7 AEC

Décret de Cyrus.

Retour des exilés (date incertaine). Ils sont retournés aux villes d'Israël, mais pas à Jérusalem.

 

 

?

Scheschbatsar pose la fondation du Temple (Esdras 5:16). Il se peut que les fondations aient dû être reposées par Zorobabel quand il a commencé la construction, après la construction de l'autel (Esdras 3:2). Il est probable que Scheschbatsar soit le Schénatsar de 1Chroniques 3:17-19, fils de Schealthiel et le frère de Pedaja, père de Zorobabel. Il est probable que Zorobabel ait succédé à Scheschbatsar comme Gouverneur tandis qu'il était encore un jeune homme. Matthieu 1:12 enregistre Zorobabel comme le fils de Schealthiel, indiquant que Pedaja serait mort jeune et que Schénatsar ou Scheschbatsar aurait succédé à Schealthiel comme Prince Régent de Juda et il aurait été à son tour succédé par Zorobabel, quand il a atteint la majorité ou à la mort de son oncle.

 

 

530-522 AEC

Règne de Cambyse. Il a régné pendant un an conjointement avec Cyrus, son père. Josephus mentionne une lettre de plainte écrite à ce roi, mais aucun récit rapporté n'est trouvé dans la Bible. Des tentatives ont été faites pour le lier à la lettre à Assuérus, mais il s’agit de la version persane de Xerxès et il est traduit comme tel par la Bible de Moffatt, la Bible version NIV et d'autres versions de la Bible. Hérodote rapporte que ce Roi était fou.

 

 

525 AEC

Achèvement de l'énigme de la prophétie des bras cassés de Pharaon dans sa première étape par l'occupation de l'Égypte par Cambyse (Ézéchiel, Ch. 29-30 et suiv.), c'est-à-dire quatre-vingts ans à partir de 605 AEC.

 

 

522 AEC

Règne des Mages (archives de Josephus). Les Mages ont été massacrés après une année de règne et Darius, fils de Hystaspe, a été élu roi par les sept principales familles persanes. Zorobabel est revenu de la Judée pour les ustensiles de Dieu qui étaient toujours à Babylone (probablement une contradiction). Smerdis, le Mage, a été substitué à Smerdis, fils de Cyrus, assassiné sur l'ordre de Cambyse.

 

Il a régné pendant sept mois jusqu'à ce qu'on les ait découverts, son frère, Patizeithes (l'auteur de la substitution), et lui, et décapités, la nuit du massacre des Mages (la Magophonie). Il n'était pas un roi dans le vrai sens du terme et il a publié seulement un décret donnant une remise d'impôts de trois années. Il a été enfermé au palais par crainte d'être découvert, ce qui est arrivé malgré tout, parce que Cyrus avait plus tôt coupé les oreilles de Smerdis, le Mage, pour un crime grave. Ce pseudo Smerdis est parfois utilisé comme un des trois présumés rois mentionnés dans Daniel 11:2-4. Les quatre rois mentionnés sont plus probablement Cambyse, Darius, Xerxès et Cyrus Artaxerxès. Les rois restants n'ont pas été aussi impliqués, bien que Darius II se soit immiscé dans les affaires grecques en concluant un traité avec Sparte (Thucydides, The Peloponnesian War(La Guerre Péloponnèse), Livre 8:5,6,36,37,57-59). Hérodote parle des trois derniers dans Histories(Histoires), Li. 6, p. 100 :

 

Au cours des trois générations qui ont constitué le règne de Darius, fils de Hystaspe, et de son fils Xerxès et son petit-fils Artaxerxès, la Grèce a connu plus de misères que dans les vingt générations qui ont précédé la naissance de Darius, en partie à cause des guerres persanes et en partie à cause de ses propres luttes internes pour la suprématie.

 

Après Cyrus Artaxerxès, la Perse a été tellement engagée dans une hostilité envers la Grèce qu'il était inévitable que la réaction grecque soit venue comme elle l'a fait sous forme d'Alexandre.

 

 

521 AEC

Darius I (Le Grand). Il y a eu peu de construction sur le Temple (Esdras 4:4-5).

 

 

516 AEC

La prophétie des soixante-dix ans expire (Jérémie 25:8-14 et Daniel 9). Jérusalem ne pouvait pas avoir été habitée avant cette date.

 

 

486 AEC

Xerxès I (Assuérus), quatrième fils de Darius I, premier petit-fils de Cyrus. Une lettre lui a été adressée, mais aucune réponse n'est enregistrée (Esdras 4:6).

 

 

465 AEC

Artaxerxès I (le nom réel est Cyrus, également appelé Macrocheir ou Longimanus [ou Longue-Main]). Bischlam, Mithredath et Thabeel, les leaders du groupe opposé à la restauration juive pendant le règne de ce roi, lui écrivent une lettre (Esdras 4:7). (Ceux-ci sont différents des dirigeants mentionnés par Néhémie, ce qui renforce davantage le fait que deux rois différents sont impliqués). Artaxerxès a publié un décret ordonnant l'arrêt de la construction du Temple (Esdras 4:7-24). L'invasion athénienne de l'Égypte et la Ligue de Délos auraient été à l’origine de l'adoption de mesures sévères de contrôle.

La révolte a été réprimée en 454 AEC en Égypte et dans d'autres parties de l'Empire. Une Jérusalem fortifiée n'était évidemment pas souhaitable. La guerre grecque a duré de l'incendie de la ville de Sardes en 501 AEC à la dix-septième année d'Artaxerxès en 448 AEC.

 

 

424 AEC

Xerxès II (aucun récit rapporté de la Bible). Assassiné en 424, après 45 jours, par Sogdianos, son frère illégitime, qui a régné pendant 6 ½ mois. Il a été assassiné par un autre frère illégitime, Ochos, qui est devenu Darius II à la fin de 424 AEC / au début de 423 AEC.

 

 

423 AEC

Darius II. Publication du décret pour commencer la construction en 422 AEC (Esdras 6:1 et 4:24) (c'est-à-dire, sa deuxième année). Début des 70 semaines d’années. D'après Esdras 5, il semble qu'Aggée et Zacharie prophétisent en 423 AEC et 422 AEC. Les 70 semaines d’années commencent à partir de 423/22 AEC (c'est-à-dire, la première année de la nouvelle période de Jubilé). La construction s’achève en la sixième année de Darius, le Perse (Esdras 6:15), le 3 Adar, c'est-à-dire en mars 418 AEC. Darius meurt entre la fin de l’an 405 et le printemps de 404. Le Temple sur le Mont Garizim a peut-être aussi été commencé à ce temps-là, mais probablement pas avant 465 à 448 AEC (voir ci-dessus).

 

 

404 AEC

Artaxerxès II (Arsakes) fait face à la rébellion égyptienne à son accession au printemps ou au mois de Nisan de 404 AEC.

 

 

402 AEC

Artaxerxès perd l'Égypte.

 

 

401 AEC

Guerre civile en Perse. Les Grecs sont défaits à la Bataille de Cunaxa et ils battent en retraite jusqu'à la côte de la Mer Noire.

 

 

398 AEC

Publication du décret d'approvisionnement pour le retour d'Esdras, la septième année, probablement en récompense de la loyauté juive (Esdras 7:1-26).

 

 

387 AEC

Artaxerxès défait les Spartiates et met fin à leur ingérence. La paix du roi entraîne une nouvelle occupation de l'Ionie par la Perse.

 

 

385 AEC

Néhémie est nommé Gouverneur de la Judée de 385-372 AEC quand la ville et les murs ont été reconstruits (Néh. 5:14). Éliaschib est le Souverain sacrificateur (Néh. 3:1). C'était la deuxième lettre ou décret d'Artaxerxès. C'était pour la reconstruction des portes des forteresses du Temple et des murs de la ville (le Temple était déjà construit - Néh. 6:10-11). La ville semble avoir été endommagée dans la guerre civile dans laquelle les Juifs Babyloniens Israélites ont évidemment appuyé le roi.

 

 

375/4 AEC

Ceci achève la prophétie à Daniel 9:25 du premier Oint des 7 semaines d’années, c'est-à-dire 49 ans à partir de 423/2 AEC - 375/4 AEC.

 

 

374/3 AEC

L'année du Jubilé commence en 374 AEC, durant la 32ème année d'Artaxerxès II. Il n’est pas clair si la restauration des terres par Néhémie était une restauration de Jubilé. Il semble probable que c'était le cas et que, par conséquent, il a été le dernier Jubilé observé connu.

 

 

374/3 AEC

 

 

 

 

 

323 AEC

Trente-deuxième année d'Artaxerxès. Néhémie retourne à Jérusalem de Babylone et trouve le Temple en désordre sous Éliaschib et Tobija (Néh. 13:6). Néhémie restaure le Temple et approvisionne les Lévites et les chantres qui retournent au Temple (Néh. 13:10-11). Il rétablit la dîme et purifie les Sabbats (Néh. 13:12-19).

 

Esdras meurt la même année qu'Alexandre le Grand (Seder Olam Rabbah 30).

 

 

62/63 EC

Fin des 62 semaines d’années et élimination effective de la dîme. Réduction du haut sacerdoce à la criminalité avec l'exécution de Jacques, Évêque de Jérusalem, en 62 EC (Ère Courante).

 

 

70 EC

La fin des 70 semaines d’années et la destruction du Temple.

 

 

73 EC

Chute de la Judée et de Massada.

 

Selon Josephus, Zorobabel retourne immédiatement après le décret de Cyrus. La lettre à Assuérus est la lettre à Cambyse, et la construction est achevée durant le règne de Darius I. Esdras et Néhémie retournent durant ce règne, et les prophètes Aggée et Zacharie sont suscités en la deuxième année de ce règne également. Selon lui, la construction serait achevée en 516 AEC. 519-516 AEC était la première date possible pour la prophétie des soixante-dix années faite par Jérémie et répétée par Daniel, compte tenu du temps que Jérusalem serait désolée. La séquence de temps est trop commode et, si les choses s’étaient déroulées selon la première éventualité permise par la prophétie, il n'y aurait eu aucun besoin des missions d'Aggée et, dans une mesure moindre, de Zacharie pour leur ordonner de continuer le travail (Aggée 1:2-15). Esdras 4:23 et 5:1-2 montrent qu'Aggée et Zacharie ont été désignés après que le décret d'Artaxerxès a obligé la cessation de la construction (voir aussi 1Esdras 7:5).

 

Josephus identifie en outre le décret d'approvisionnement pour le retour d'Esdras avec Xerxès et le mari d'Esther comme étant Artaxerxès I. Le problème est qu'Assuérus [ou Ahasaerus] est le nom persan de Xerxès. Artaxerxès I qui, selon Hérodote, s’appelait Cyrus, a été appelé Artaxerxès par les Grecs (voir aussiJosephus, Antiq. des Juifs, Li. XI, Ch. VI:l).

 

Une autre information qui éclaire est qu'il y a eu six générations de Lévites impliquées à partir du retour de Zorobabel et le début jusqu'à l'achèvement durant le règne de Darius, le Persan (Néh. 12:1-22). La vie de Zorobabel a été prolongée par le Seigneur afin qu'il supervise l'achèvement (Zacharie 4:9) et, après les messages d'Aggée et de Zacharie, il s'est impliqué et il a achevé le Temple avec Josué, le fils de Jotsadak.

 

À partir de l'arrivée de Josué avec Zorobabel jusqu'au règne de Darius, le Perse, Néhémie 12:10-11 enregistre que Josué a eu un fils, Jojakim, un petit-fils, Éliaschib, un arrière-petit-fils, Jojada, un arrière-arrière-petit-fils, Jonathan et un arrière-arrière-arrière-petit-fils, Jaddua.

 

À Néhémie 12:22, nous voyons que Jonathan n'a pas succédé à Jojada, comme chef des prêtres, mais plutôt Jochanan, le frère de Jojada. Jonathan avait épousé Sanballat, la fille de l'Horonite, et il a été renvoyé par Néhémie (Néh. 13:28). Cependant, il est conclusif que cinq générations ont suivi Josué avant le règne de Darius, le Perse, qui est le roi qui a publié le décret pour la construction du Temple qui a été achevée durant son règne. Bien qu'un certain nombre des fils de Josué fussent présents avec lui quand les fondations du Temple ont été posées après la deuxième année (Esdras 3:9), il est peu probable que le Darius de la construction puisse avoir été Darius I, car il a régné de 521-466 AEC, environ 16 ans après le retour. Il doit donc s'agir de Darius II (423-404 AEC), environ 114 ans après le retour. En admettant 20 ans par génération et que Jaddua soit devenu un sacrificateur (prêtre) avant ce roi, Zorobabel avait approximativement 120 ans et Josué aurait donc eu approximativement 140 ans lors de la construction et ils sont morts peu de temps après. L'utilisation du terme se levèrent à Esdras 5:2 suggère que Zorobabel et Josué étaient très âgés et qu'ils s'étaient retirés de leurs devoirs pénibles, comme Zacharie 4:9 l'indique aussi.

 

Néhémie 12:26 montre que Jojakim a été le grand prêtre après Josué, mais il implique sa mort bien avant le retour de Néhémie et d'Esdras. Éliaschib était le plus vieux Souverain Sacrificateur vivant au retour de Néhémie (Néh. 3:1). Johanan semble avoir déjà exercé le haut sacerdoce au retour d'Esdras (Esdras 10:6). La prêtrise [sacerdoce] abandonnait le devoir sacrificiel à cinquante ans. Néhémie confirme aussi Jaddua sur la liste des Souverains Sacrificateurs jusqu'à Darius, le Perse. Le Temple ne pourrait donc pas avoir été construit avant 417 AEC.

 

Il convient également de noter que Jiddo est retourné avec Zorobabel. Pendant le haut sacerdoce de Jojakim, le sacerdoce avait aussi passé deux générations, nous voyons donc que Zacharie a été nommé parmi les Lévites depuis l’époque de Jiddo. Il était, en fait, le petit-fils de Jiddo, le fils de Bérékia et il était prophète pendant la deuxième année de Darius. Quand Zacharie parle du fil à plomb dans les mains de Zorobabel et du Souverain Sacrificateur Josué, c'est comme une merveille et un signe de Dieu que non seulement Zorobabel puisse poser les fondations, mais aussi qu'il puisse toujours tenir une lignée à son achèvement. Nous savons, d'après Néhémie 12, que Zacharie était prêtre [un sacrificateur] sous Jojakim. La prémisse d'activité à un âge avancé semble donc tenir.

 

La prophétie de Zacharie touche à la signification de la construction du Temple et au développement, à l'achèvement et à la restitution des soixante-dix semaines d’années à partir de la deuxième année du règne de Darius II.

 

Preuves Non Bibliques

Une confirmation plus éloquente du récit biblique vient des Lettres araméennes, traduites par H.L. Ginsberg et publiées dans The Ancient Near East: An anthology of texts and pictures (L'Ancien Proche-Orient : Une Anthologie de textes et d'illustrations) (James B. Pritchard, rédacteur, Princeton, 1958, p. 278-282), qui étaient une correspondance des Juifs à la Forteresse d'Éléphantine. Cette forteresse avait été peuplée par des Juifs et d'autres Sémites non-juifs depuis les jours du royaume égyptien précédant l'invasion des Médo-Perses.

 

Un Temple impressionnant y avait été construit et il était là depuis longtemps quand Cambyse a envahi l'Égypte.

 

Telle que mentionnée précédemment, pendant le règne de Cyrus Macrocheir ou Artaxerxès I, l'invasion athénienne de l'Égypte a été stoppée en 454 AEC et le Satrape qui a été mis en charge était un Médo-Perse nommé Arsamès et qui a régné comme Satrape de 455/4 AEC à au moins 407 AEC.

 

Pendant au moins une partie de ce temps, le leader des Juifs de la garnison était un Juif nommé Yedonia. Dans la cinquième année de Darius II, c'est-à-dire 420/419 AEC, Hanania, un scribe juif d'Arsamès, a écrit à Yedonia à Éléphantine l'informant que Darius avait envoyé un mot à Arsamès autorisant un festival des Pains sans Levain pour la garnison juive et donnant aussi des détails de calcul des jours de la Fête commençant le 14 Nisan comme suit :

 

Ainsi, vous comptez à partir du qua[torzième jour du mois de Nisan et] vous obs[ervez la Pâque1] et du 15ème au 21ème jour de [Nisan, observez le festival des Pains sans Levain]. Soyez (rituellement) purs et prenez garde. [Ne faites au]cun travail [le 15ème ou le 21ème jour, ni] buvez de [bière2, ni mangez] quoi que ce soit [dans] lequel il [y a] du levain [du 14ème jour au] coucher du soleil jusqu'au 21ème jour de Nis[an pendant sept jours, on n'en trouvera pas parmi vous. Ne l'em]portez pas dans votre habitation, mais scellez (le) entre ces date[s. Par ordre du Roi Darius. À] mon frère Yedonia et à la garnison juive, votre frère Hanani[a].

Note 1. Psh dans deux fragments de poterie d'Éléphantine.

Note 2. L'instruction incluant la bière est une construction basée sur la tradition juive.

 

Cette célébration sur ordre de Darius, dans la cinquième année de son règne, partout où les Juifs habitaient, même à Éléphantine, est la célébration de la Pâque à laquelle fait référence Esdras 6:13-22. Cette célébration a eu lieu lors de la dédicace du Temple qui, selon les lettres à Éléphantine, aurait eu lieu en 419/8 AEC.

 

La cinquième année de Darius le Second était l'année précédant l'achèvement du Temple, et il est curieux que 123 hommes et femmes de la garnison juive à Éléphantine, le 3ème jour de Phanenoth (un mois dans le calendrier égyptien) de l'an 5, aient fait une collecte de deux sicles par tête, totalisant 12 karash et 6 sicles (à 20 sicles légers pour un Karash, c'est 246 sicles). Cette collecte a été dédiée à Dieu, Yaho (Yah[o]weh). Il est curieux que les non-juifs de la garnison semblent avoir aussi fait des dons à hauteur de 7 karash pour Ishumbethel, la divinité mâle araméenne et 12 karash pour Anathbethel, la déité féminine qui était synonyme avec Anath, épouse de Baal.

 

Cet impôt de la cinquième année était l'équivalent d'un prélèvement spécial et il était probablement destiné pour la décoration du Temple à Jérusalem. Nous pouvons seulement spéculer si les autres contributions sont allées à d'autres régions du Levant pour des temples païens ou si elles étaient des contributions pour la construction du Temple de la part des cultes araméens. Cependant, cela peut être une indication de la mesure à laquelle le peuple s'était mélangé avec la populace païenne, comme nous savons que c'est arrivé d'après Esdras 9:1-4 et que cela a continué jusqu'à Néhémie.

 

Ce que nous savons, c'est que le 20ème jour de Marheshwan dans la 17ème année du Roi Darius, c'est-à-dire en 408 AEC, une lettre a été envoyée à Jérusalem à Bagoas, le Gouverneur de Juda, détaillant la séquence des événements entourant le retour d'Arsamès, qui était retourné en Mésopotamie auprès du roi Darius. Après le départ d'Arsamès, les sacrificateurs du dieu, Khnub, dans la forteresse à Éléphantine, ont conspiré avec Vidaranag, le commandant en chef, pour anéantir le Temple de Yaho à Éléphantine. Son fils, Nefayan, qui était commandant de la forteresse à Syène, a été convoqué et il a reçu l'ordre de détruire le Temple à Éléphantine "dans la Forteresse de Yeb".

 

Les Égyptiens, d'autres troupes et lui sont venus et ils ont rasé le Temple. Ils ont brisé les piliers en pierre et les cinq grandes portes mais laissant les portes debout. Ils ont emporté les bassins en or et en argent et tous les autres artefacts.

 

La lettre révèle que ce Temple était le seul qui restait debout après l'invasion de Cambyse. Vidaranag a ensuite été tué et mangé par des chiens.

 

La lettre révèle aussi que, quand le désastre est arrivé, une lettre a été envoyée au Souverain Sacrificateur à Jérusalem, qui était nommé Jochanan, de sorte que nous savons maintenant que le Souverain Sacrificateur en 410 AEC était Jochanan. Cela établit sans aucun doute que Darius, le Perse, mentionné à Néhémie 12:22, était Darius le Second.

 

La lettre révèle aussi qu'ils ont écrit à Ostanes, le frère d'Anani, et à la noblesse juive. Ces messieurs n'ont pas répondu ("Ils ne nous ont jamais envoyé de lettre"). Les Juifs à Éléphantine ont revêtu des sacs de toile et ils ont jeûné de Tammuz de la 14ème année de Darius, c'est-à-dire 411 AEC, à la date de la lettre, c'est-à-dire en 408 AEC.

 

Ils ont demandé de l'aide à reconstruire leur Temple et ce, de la manière la plus attrayante possible, et ils ont aussi informé le Gouverneur qu'ils avaient aussi écrit à Delaja et Schemaeja, les fils de Sanballat, le Gouverneur de la Samarie. Ils voulaient sans doute qu'ils intercèdent en leur faveur auprès du Gouverneur. Ce Sanballat était l'Horonite mentionné à Néhémie 2:10 et sa fille avait épousé le fils de Jojada, le fils d'Éliaschib, le Souverain Sacrificateur.

 

Cela l'avait disqualifié de la fonction de Souverain Sacrificateur. Éliaschib, le Souverain Sacrificateur, était toujours vivant au retour de Néhémie (Néh. 3:1), mais Jochanan avait déjà exercé la position du haut sacerdoce au retour d'Esdras et certainement en 410 AEC. On peut seulement conclure qu'Éliaschib était le plus vieux des Souverains Sacrificateurs au retour de Néhémie et qu'il était ainsi à la tête de la prêtrise [du sacerdoce], mais qu'il avait depuis longtemps cédé ses fonctions à Jojada et, ensuite, à Jochanan (remplaçant son neveu) et, plus tard, à Jaddua, qui semble avoir succédé au haut sacerdoce, selon Néhémie 12:22, durant le règne de Darius, le Perse (II).

 

Néhémie 12:22 semble diviser les cinq périodes en deux ères.

 

La première ère était celle des gardes à l'époque de Jojakim, le fils de Josué, et l'ère actuelle a été mentionnée comme "les jours de Néhémie, le Gouverneur, et d'Esdras, le sacrificateur et scribe". Cela semble confirmer davantage la division du temps entre le haut sacerdoce qui était décédé (c'est-à-dire, Jojakim était le père d'Éliaschib) et l'ère actuelle du sacerdoce qui incluait Éliaschib, comme le plus vieux parmi le haut sacerdoce de l'époque.

 

Jaddua n'est pas mentionné au retour d'Esdras ; seul Jochanan est enregistré comme ayant une chambre, signifiant qu'il était toujours le Souverain Sacrificateur. Néhémie 12:22 semble inclure Jaddua dans le sacerdoce, ce qui pourrait avoir été sur une base provisoire, car Néhémie a inclus tout le sacerdoce jusqu'au règne de Darius, le Perse, qui est sans doute Darius II. Esdras écrit comme si Jochanan (ou Jehohanan) et Jaddua étaient absents et il aurait occupé la chambre de Jochanan en son absence.

 

L'impression qui se dégage des sources tant bibliques que non-bibliques est que le haut sacerdoce s'est détérioré après les jours de Jojakim. Éliaschib, Jochanan et Jaddua ne semblent pas avoir fait preuve de diligence requise dans l’accomplissement de leurs tâches. L'absence de réponse aux Juifs à Éléphantine par Jochanan et le manque de participation dans les activités d'Esdras et de Néhémie indiquent qu'ils ont négligé leurs devoirs. Les mariages mixtes, la pollution et les profanations sont également prouvés par les lettres d'Éléphantine. Un mémorandum a enregistré que Bagoas et Delaja ont écrit à la garnison donnant instruction qu'Arsamès soit informé que le Temple devait être reconstruit à Éléphantine et l'offrande de viande et l'encens devaient être faits sur l'autel, comme auparavant.

 

Aucune mention de sacrifices n'a été faite afin de ne pas heurter les sensibilités d'Arsamès, un Mazdéen, qui aurait considéré le contact du feu avec des cadavres comme profane. Il est en outre rapporté que les Juifs d'Éléphantine, sous Yedonia, ont dû, finalement, adresser une pétition à Arsamès promettant de ne faire aucun holocauste dans le Temple et de payer mille ardabs d'orge (textes dans Pritchard, ibid.).

 

Il semble que le Temple ait été achevé en 417 AEC. Les anciens du haut sacerdoce sont alors décédés et une certaine forme de manque de direction s’est produite, Éliaschib, Jochanan et Jaddua étant inactifs à un certain degré.

 

Ce qui est important à propos de ces textes, c'est qu'ils fournissent des textes importants qui corroborent les informations bibliques et qu’ils démontrent l'exactitude littérale de la Bible. Ils démontrent aussi que la date traditionnelle de la construction en 516 AEC est une impossibilité.

 

Une autre confirmation importante du texte biblique est trouvée dans les Lettres araméennes. Mibtahiah, la fille de Machséja, le fils de Yedonia, avait épousé Pi, le fils de Pahi (Phy), le constructeur de la forteresse de Syène où Machséja servait dans le détachement de Varizata. Cela démontre l’ampleur des mariages mixtes qui ont eu lieu jusqu'à Esdras et Néhémie.

 

La 25ème année d'Artaxerxès, le couple a été divorcé et l'accord est préservé parmi les Lettres araméennes. Mibtahiah a été même forcée de prêter serment par une déesse égyptienne (Sati) pour la dissolution, et le partage de sa dot est enregistré.

 

La destruction du Temple à Éléphantine a été le début d'une série de soulèvements antisémitiques égyptiens, qui ont commencé en 410 AEC et se sont poursuivis jusqu'au règne d'Artaxerxès II, qui a fait face à une rébellion égyptienne lors de son ascension, en 404 AEC et, en 402 AEC, il a perdu l'Égypte. En 401 AEC, il a mené une guerre civile en Perse et, pendant toute cette période, les Juifs sont restés loyaux, ce qui explique leur traitement favorable.

 

Le Mythe du Décret d'Artaxerxès

La Bible ne mentionne nulle part un décret d'Artaxerxès relié à la construction du Temple, si ce n’est celui ordonnant de cesser sa construction, tel que le rapporte Esdras 4:23. Quand le décret d'approvisionnement a été publié, le Temple avait déjà été construit, peu importe si le décret concernant sa construction a été publié par Xerxès I ou Artaxerxès I ou II. Dans aucune version connue de l'histoire ancienne, qu’elle soit biblique ou non, Artaxerxès I n'est crédité d'un décret favorable à la construction du Temple ou au ravitaillement des Lévites. C'est une invention moderne.

 

Les théologiens qui font la revendication pour Artaxerxès I, particulièrement par rapport aux 2300 jours ou aux soixante-dix semaines d’années de Daniel 9:25 (qui contient une erreur de traduction dans la Bible King James et dans d'autres versions, mais qui est traduit correctement dans la Bible RSV), sont dans l'erreur.

 

Là où la Bible diffère des sources historiques, elle se révèle toujours plus correcte à mesure que la connaissance augmente.

 

Les Soixante-dix Semaines d’Années

La signification de la prophétie des soixante-dix semaines d’années de Daniel 9:25-27 consiste en ce que, lorsqu'elle est prise à partir du décret de Darius II, elle aboutit à l’an 70 EC, qui a commencé par l'encerclement de Jérusalem par l'armée de Tite, le 1er Nisan, et continue jusqu’à la destruction du Temple en 70 EC, le même jour, selon la tradition, où il est tombé aux mains des Babyloniens (voir la traduction de Moffatt). L'affaire s'est terminée par la fermeture du Temple à Léontopolis en Égypte (voir ci-dessous).

 

Le premier Oint est Néhémie, qui a rétabli le sacerdoce du Temple en 372 AEC (7 semaines d'années) et a purifié les Sabbats et réinstitué la dîme. Il a achevé les murs de la forteresse du Temple et les murs de la ville et réorganisé Jérusalem.

 

Le second Oint est celui du ministère du Messie. Mais la prophétie fait référence à Jérusalem et à la fonction du Temple, et non aux temps du ministère du Messie. L'expiation pour le péché et la justice éternelle ne pouvaient pas être considérées comme ayant été introduites ou achevées alors que la loi cérémoniale était toujours en cours d’adoption. L'accomplissement de la prophétie dépendait par conséquent de la suppression ou de l'élimination du lieu du sacrifice.

 

Car, tandis que le sacrifice continuait toujours dans le Temple, le Messie n'était pas encore suprême ou on ne pouvait pas dire que son sacrifice avait vraiment éliminé le sacrifice quotidien, bien qu'il l'ait fait par sa mort. Cette prophétie n'a toujours pas été entièrement accomplie, et pas comme une semaine divisée, comme certains le prétendent, mais dans le fait que la fin décrétée n'a pas encore été déversée sur le désolateur, c'est-à-dire le système romain. Ce sera le cas, comme le révèle l'Apocalypse, quand la ville sera détruite et que le septième/huitième empire des dix rois sera finalement détruit.

 

Si on situe le décret en 516 AEC, soit du règne de Darius 1, et si on utilise cette date comme le début des 70 semaines d’années, la fin de la prophétie était alors en 26 AEC, ce qui semble ne correspondre à rien. Les Chrétiens modernes tentent de lier la question à 27 EC et ils affirment que le ministère de Christ a commencé à ce moment-là, ce qu'il n'a pas fait. Josephus se trompe clairement au sujet du commencement, et ses extensions de la dynastie chaldéenne semblent être destinées à prolonger leurs règnes pour prolonger les dates des rois perses afin de donner à la prophétie des 70 semaines d’années une certaine signification à partir de Cyrus. Parmi les Fils de Tsadok, les 70 semaines d’années avaient une signification entièrement différente reliée à l'âge des hommes, mais cela dépasse le cadre de cet ouvrage (voir l'Annexe pour une analyse de Josephus).

 

La modification de la construction du Temple de Darius II à Darius I semble être un stratagème post-Chrétien (adapté par Josephus) qui essaye de saper la signification de la prophétie des 70 semaines d’années et c'est probablement l'intention de l'apocryphe 1 Esdras, qui est dans l'erreur.

 

Les 70 semaines d’années n'ont pas commencé à partir du règne de Darius I ou d'un décret inexistant d'Artaxerxès I, mais plutôt de Darius II. Il s’agit de la preuve positive que Christ est le Messie et cela n'exige pas un jonglage non-scriptural de trois ans et demi ou de sept ans accomplies.

 

Le Signe de Jonas

Le Signe de Jonas est l'aspect le plus significatif du ministère du Messie. Christ a déclaré ceci à Matthieu 12:39-42 :

Matthieu 12:39-42 39 Il leur répondit : Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d'autre miracle que celui du prophète Jonas. 40 Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d'un grand poisson, de même le Fils de l'homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre. 41 Les hommes de Ninive se lèveront, au jour du jugement, avec cette génération et la condamneront, parce qu'ils se repentirent à la prédication de Jonas ; et voici, il y a ici plus que Jonas. 42 La reine du Midi se lèvera, au jour du jugement, avec cette génération et la condamnera, parce qu'elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon. (LSG)

 

Cela a été répété à Luc 11:29-32. Dans Luc, nous voyons que Christ dit au verset 30 :

Car, de même que Jonas fut un signe pour les Ninivites, de même le Fils de l'homme en sera un pour cette génération. (LSG)

 

Le Signe de Jonas n’était pas seulement qu'il était trois jours et trois nuits dans le ventre de la baleine, mais il est aussi entré à Ninive, qui prenait trois jours de voyage et, après un jour de marche dans la ville, il a prophétisé aux habitants de Ninive qui se sont repentis, après avoir eu 40 jours pour le faire (Jonas 3:3-10).

 

Christ a commencé son ministère après que Jean le Baptiste ait commencé à enseigner. Jean a commencé à enseigner dans la 15ème année du règne de César Tibère. En utilisant l'année civile commençant en Tishri (septembre/octobre) et la date du règne de Tibère commençant à partir de la mort d'Auguste plutôt qu'à la proclamation du Sénat, la première date possible serait en octobre 27 EC (voir l'étude Le Moment de la Crucifixion et de la Résurrection [159]). Nous savons que Jean avait baptisé depuis un certain temps quand Jésus est venu se faire baptiser par lui. Plus particulièrement, nous pouvons reconstituer les jours de son baptême jusqu'à la Pâque de 28 EC, qui semblent totaliser environ cinquante jours. Selon Matthieu 4:17, nous savons que Jésus n'a pas commencé son ministère avant que Jean ne soit mis en prison (Matthieu 4:12). Selon Jean 3:22, il est évident qu'après la Pâque de l’an 28 EC, Jésus et ses disciples baptisaient en Judée (bien que Christ lui-même ne baptisait pas (Jean 4:2)). Jean n'avait pas encore été jeté en prison et il baptisait à Énon, près de Salim (Jean 3:23-24). Ainsi, Christ n'a commencé son ministère qu'après la Pâque de 28 EC. Christ a donc eu un ministère de moins de deux ans. Couplé au ministère de Jean le Baptiste, à son baptême et à la sélection des disciples, le ministère durait deux ans et demi. C'était sur le principe d'une année pour un jour de la prophétie de Jonas.

 

Certaines églises modernes soutiennent que le ministère de Christ a duré trois ans et demi et qu'il a été crucifié en 31 EC. D’après la chronologie de Jean et des autres, une Pâque de l’an 30 EC est indiquée (voir l'étude Le Moment de la Crucifixion et de la Résurrection [159]). Son ministère a duré deux ans (ou deux jours prophétiques), à partir de la Pâque 28 EC jusqu’à la Pâque 30 EC. Il y a eu deux volets d'environ 50 jours ou plus avant son baptême et jusqu'à la Pâque, et environ 50 jours après sa résurrection jusqu'à la Pentecôte.

 

Ajouté à celui de ministère de Jean le Baptiste, on établit un ministère de moins de trois ans (ou trois jours prophétiques), sur la base d'une année pour un jour avec Jonas. Le ministère de Jean le Baptiste correspond au jour de marche dans la ville, et le ministère de Christ est la prophétie de deux jours. Après le baptême de Christ, nous voyons l’épreuve de Satan au cours des 40 jours passés dans le désert, avant la Pâque de 28 EC et le commencement du ministère de Christ. L’épreuve de Satan de 40 jours dans le désert était à sa manière analogue à la période donnée à Ninive, et Satan a été jugé.

 

Comme preuve positive du ministère de Christ, Jérusalem a eu un an pour un jour par rapport à Ninive. Pour Juda, la troisième étape de 40 jours a duré 40 ans et s’est terminée avec la destruction totale de Jérusalem en 70 EC, 40 ans après la mort de Christ, car à la différence de Ninive, ils ne se sont pas repentis, bien qu'on leur ait donné un signe plus grand que celui de Jonas à Ninive.

 

La signification principale de la mission de Jonas consiste en ce qu'elle s’adressait aux Païens et qu'à lui seul, parmi les prophètes hébreux, il a amené les Païens à se repentir. C'était un prototype du rôle du Messie, comme l’indique Ésaïe 53. Par la souffrance, également indiquée par le Psaume 22, Christ était conscient de l'application de ces Écritures. Il a prononcé les paroles du Psaume 22 sur la croix et il a annoncé sa mission aux Païens dans la Parabole des Vignerons, à Marc 12:1-9. Les indications des Évangiles Synoptiques sont rendues explicites dans l'Évangile de Jean qui montre que Christ anticipait sa souffrance et sa mort qui, comme un grain de blé, porterait beaucoup de fruits et "attirerait tous les hommes à lui." (Jean 12:32).

 

Si les Pharisiens et les Sadducéens acceptaient que la construction du Temple ait eu lieu sous le règne de Darius II, il était ainsi inévitable qu’ils soient condamnés, et ils ont donc inventé des séquences fausses et déformées. Les altérations des Chrétiens modernes des 70 semaines d’années autour d'Artaxerxès I sont totalement contraires à Esdras et à Néhémie et, pour cette raison, elles sont rejetées par le Judaïsme. Les 70 semaines d’années se sont terminées exactement à le fin de la période de 40 ans donnée pour le repentir de Juda et de Jérusalem, soit commençant à partir de 1 Nisan 70 EC jusqu’à 1 Nisan 71 EC, date à laquelle le Temple a été détruit. La référence de Christ à Ninive et à Salomon démontre l’importance de la durée du Temple et de la cessation du sacrifice. Jérusalem a été encerclée le 1er Nisan et elle a été pillée et le Temple détruit au Jour des Expiations en 70 EC. Cependant, une partie de la séquence n’était pas encore achevée.

 

Les “70 Semaines d’Années” ont commencé la première année d'un nouveau Jubilé. C'était aussi durant la deuxième année du règne de Darius II. À la fin du Jubilé, il y eut la Restauration d'Esdras et de Néhémie (voir l'étude La Lecture de la Loi avec Esdras et Néhémie [250]).

 

Ce qui n'est pas généralement compris, c'est que le sacrifice a continué en Juda après la destruction du Temple et ce, pour accomplir une prophétie à Ésaïe 19:19 :

Ésaïe 19:19 En ce même temps, il y aura un autel à l'Éternel au milieu du pays d'Égypte, et sur la frontière un monument à l'Éternel. (LSG)

 

Il est compris qu'un Temple avait été construit à Éléphantine et que le sacrifice s’y était poursuivi tandis que le Temple à Jérusalem était en ruines, suite au pillage de Jérusalem par les Babyloniens. Ce Temple a été entièrement opérationnel jusqu'à ce qu'il soit saccagé après la reconstruction du Temple de Jérusalem durant le règne de Darius II. Jérusalem a alors continué à être le centre d'adoration du Temple pendant près de deux siècles jusqu'au deuxième siècle AEC. Ésaïe avait prophétisé qu'un Temple serait construit en Égypte. Cette prophétie se rapportait au Messie (Ésaïe 19:20) qui délivrerait l'Égypte. Ils étaient alors sous la domination romaine à l'époque et le Messie a été, en effet, envoyé en Égypte pour sa sécurité, lorsqu'il était enfant, et pour accomplir cette prophétie et celle d'Osée, afin qu'il puisse être appelé hors d'Égypte, en tant que fils de Dieu et le premier d'Israël.

 

La construction du dernier Temple en Égypte est consignée (à un moment donné, inexactement datée à 1 AEC) par la Bible Companion Bible, à l'Annexe 81. La construction est enregistrée par Josephus (Antiquités des Juifs, 13.3.1-3; 6;The Jewish Wars (Les Guerres Juives) 7.10,3; etAgainst Apion (Contre Apion) 2.5). En bref, la conclusion est que,  à cause des guerres entre les Juifs et les Syriens, le Souverain Sacrificateur Onias IV s'est enfui à Alexandrie. Il a activement soutenu l'Égypte contre la Syrie. Ptolémée Philometor l'a accueilli à cause de ce fait. Il a été fait Prince des Juifs qui étaient là et nommé Ethnarche (gouverneur) et Alabarche (autre fonction). Il a demandé la permission à Ptolémée et Cléopâtre d’y construire le Temple afin d'accomplir Ésaïe. Il a demandé la permission de prendre ses propres sacrificateurs et d'autres Lévites. La lettre qu'il a écrite et la réponse du roi et de la reine sont consignées dans la susdite annexe.

 

Le temple à Jérusalem avait été souillé par la présence de dieux grecs placés là par Antioche Épiphane. À cette époque, Jérusalem est devenue fortement hellénisée et le système était corrompu.

 

Onias est venu à Léontopolis dans le quartier ou nome d'Héliopolite. Le site du Temple était l’endroit où Israël avait eu de la lumière dans leurs habitations quand l'Égypte a été dans l'obscurité. Le but était ici de représenter le Messie qui serait la lumière qui luit dans les ténèbres. Le Temple a fonctionné pendant plus de 200 ans, soit de 160 AEC à 71 EC, quand il a été fermé sur l'ordre de Vespasien. Le site a été mentionné dans la LXX comme la cité de la justice (‘ir-ha-zedek). Les Juifs étaient intensément jaloux de ce Temple et ils ont changé les lettres des mots la cité du soleil pour lire la cité de la destruction (cheres par heres).

 

Les cinq villes mentionnées à Ésaïe 19:18 sont probablement Héliopolis, Léontopolis, Daphné, Migdol et Memphis.

 

La fermeture du Temple en 71 EC, sur l'ordre de Vespasien, a mis fin à cette phase du Signe de Jonas. Tandis que le sacrifice avait été continué à Éléphantine pendant la période où le premier Temple était en ruines, Dieu n'a pas permis à ce Temple de survivre après la destruction du Temple à Jérusalem. Cette fois, le nouveau Temple serait fait de pierres vivantes et l'autorité était passée de Juda à l'Église dans le désert. Cette phase du Signe de Jonas devait permettre de juger les nations au cours de 40 Jubilés. Le sacrifice devait cesser pendant toute cette période entière de 40 Jubilés. Tous ceux qui ont essayé de réintroduire le sacrifice ont été tués ou détruits.

 

Cela a accompli les 70 semaines d’années, qui étaient la durée allouée au deuxième Temple. Le Signe de Jonas a été ainsi accompli et le troisième Temple, à partir de cette date, a été enlevé de Jérusalem et dispersé.

 

Le troisième Temple ou quatrième tabernacle devait être construit à partir de blocs individuels de Fils de Dieu engendrés de l'Esprit. La signification de cela se trouve à Zacharie 3:8-10 et Zacharie 4.

 

À partir du verset 8, l'annonce de l'arrivée du Germe est faite et les sept yeux sont prophétisés (ceux-ci sont les sept étoiles d'Apocalypse 2:1). Suite à l'avènement de Christ, qui doit "enlever l'iniquité de cette terre en un jour", nous voyons le développement, à travers Zacharie 4:1-3, des sept ères de l'Église et des deux oliviers. Ces deux oliviers sont les deux Oints de qui coule l'huile à travers deux conduits d'or (Zacharie 4:12). Ainsi le troisième Temple est celui de l'Esprit de Dieu et il doit, par conséquent, accomplir toutes choses par l'huile de l'Esprit de Dieu. Car la grâce lui est donnée (Zacharie 4:7) et, à partir de Zacharie 4:6, nous voyons que toutes choses sont accomplies, à partir de ce moment-là, "ni par la puissance, ni par la force, mais par mon esprit, dit l'Éternel des Armées."

 

À cause de cela, le deuxième Temple ou troisième tabernacle a été limité dans le temps et il a dû céder la place au troisième Temple, le spirituel, le quatrième tabernacle, des sept chandeliers qui sont, comme nous le savons d'après Apocalypse 2 et 3, les sept ères de l'Église. Ces ères ont été nommées d'après des régions séparées de Jérusalem et elles commencent d'Éphèse, en tant que l'ère éphésienne.

 

Mais depuis 70 EC, le cœur de Juda a été endurci de sorte qu'ils n'en ont pas compris la signification. Il est également possible que les autorités rabbiniques du temps aient vu la pleine signification de la prophétie et qu'ils aient été condamnés par elle. Dès lors, la fabrication de l'histoire de la construction sous le règne de Darius I a commencé à obscurcir la signification de la question.

 

La dernière séquence du Signe de Jonas devait impliquer quarante Jubilés, ce que nous voyons dans la vie de Moïse, était la troisième et dernière étape caractérisée par les quarante ans d'Israël passés dans le désert, avant qu'il ne prenne son héritage. Ces quarante ans étaient le prototype des quarante Jubilés. Le premier Jubilé devait impliquer la naissance de Christ et la période conduisant jusqu'à son ministère. Jean le Baptiste a commencé son ministère en l'année du Jubilé de 27 EC qui, étant la quinzième année de Tibère, devait donc être en octobre. C’est pourquoi il est important de noter qu'il a commencé au moment où le Jubilé a été sonné et célébré. Comme nous l'avons vu, le symbolisme de la restauration de Josias a eu lieu durant la première année du nouveau Jubilé. C'est exactement ce que Christ a fait. Il a commencé son ministère en 28 EC, après la Pâque. Ainsi, les quarante Jubilés prennent le Signe de Jonas jusqu'à l'établissement du Millenium, dans la première année du nouveau Jubilé, en mars/avril 2028 EC. La séquence des trente ans se situe entre 1997 et 2027.

 

La Mauvaise Piste

La préoccupation de théologiens Protestants par le décret d'Artaxerxès provient de tentatives de relier la prophétie à une erreur de traduction de Daniel 9:25 dans la version King James de la Bible. À la fin des années 1830, William Miller a choisi cette version pour la date du commencement de la prophétie des 2300 jours. La raison pour laquelle lui et d'autres ont fait cette erreur est étrange ! Daniel déclare que le commencement de la prophétie est le moment où le sanctuaire est foulé aux pieds et où l'holocauste continuel dans le Temple est interrompu. Ce n'est pas arrivé suite à, ou n'a pas coïncidé avec, n'importe lequel des décrets de construction ou le décret d'approvisionnement. Miller était sérieusement dans l'erreur et la manipulation post-Réformation de ces prophéties a été une source de fascination.

 

Situer la Prophétie des 2300 Jours

La plus ancienne époque à laquelle la prophétie peut dater est la bataille du Granique en 334 AEC, puis l'invasion de Jérusalem et la profanation du Temple par Ptolémée (Soter) à la fin de 302 AEC. Cela situe l'accomplissement de la prophétie, à sa date le plus tôt, à partir de 1967 avec l’unification de Jérusalem et jusqu’à la fin de 1998. Étant la date la plus probable, cela signifie que tout sera accompli à partir de 1999. Certains relient la cessation du sacrifice quotidien à Antioche Épiphane en 167 AEC, ce qui pourrait situer l’accomplissement en 2133 ou 2134, mais cela ne coïnciderait pas avec Daniel 12 ou l'Apocalypse. De même, une date de 197 AEC produirait une date de 2108.

 

En 197 AEC, la Judée est devenue une province de l'Empire Séleucide, successeur oriental d'Alexandre dont est issu Antioche Épiphane. Séleucos IV a commencé les infiltrations hellénistiques auxquelles résista le souverain sacrificateur Tsadok, Onias III.

 

(Voir les documents L’Avènement du Messie : Partie I (No. 210A) et La Troisième Guerre Mondiale les parties I à IV (la Série P299)

 

Fin des 70 Semaines des Années

La fin de la prophétie des 70 semaines des années et les détails entourant la destruction du Temple en 70 EC nécessitent un examen détaillé pour en assurer une bonne compréhension.

 

La juridiction juive sur le Temple était reconnue et approuvée par les Romains. Les prohibitions interdisant aux Païens d'entrer dans les cours intérieures du Temple étaient approuvées par les Romains et la punition encourue était la mort, même s'il était un citoyen romain. Les Romains ont confirmé la juridiction juive sur la peine capitale, même sur les non-juifs. C'était pour cette raison que Paul a dû faire appel à l'Empereur (Actes 25:9-12) et c'est seulement cela qui a empêché Festus de traiter avec Paul conformément à la loi juive.

 

D'après l’ouvrage The History of the Jewish People in the Age of Jesus Christ (L'Histoire des Juifs à l'Époque de Jésus Christ) d'Émile Schurer, Vol. 1, 111.2, T&T Clarke Ltd, Edimbourg, 1973, le culte juif n'a pas seulement toléré mais bénéficiait de la protection de l'État romain. L'État a été responsable de l'administration du Temple, en particulier de ses finances, se fit à partir de l’an 6 à 41 EC (ibid., Vol. 1, p. 377-379).

 

De 44 EC à 66 EC, l'administration a été transférée à Hérode de Chalcis et, ensuite, à Agrippa II (ibid., Vol. l, p. 377,472). Le portrait de l'Empereur a même été supprimé des Standards Impériaux (ibid., p. 380).

 

Les juifs étaient aussi exemptés du service militaire pour éviter les conflits avec les fêtes et les Sabbats (op. cit., Vol. I, p. 362-363, Vol. II, p. 474-475, Vol. III, p. 22-23,120-121). Juda est demeuré, jusqu'à 70 EC, une unité administrative avec son propre gouvernement provincial.

 

Jusqu'à l'éruption de la Guerre juive en 66 EC, l'armée romaine à Caesarea se composait essentiellement de troupes Syriennes de Caesaréens et de troupes Sebastènes. En 66 EC, Vespasien a été capable d'enrôler dans son armée cinq cohortes et un régiment de cavalerie de Caesarea (ibid., Vol. I, p. 364), les mêmes que ceux postés là en 44 EC. Les troupes, mentionnées à Actes 27:1 vers 60 EC, peuvent avoir été une des cinq cohortes mentionnées par Josephus dans l’ouvrage Antiquités des Juifs, Livre XX, 8,7, où il affirme que le désordre entre les Juifs et les Syriens a finalement causé la guerre.

 

La dernière construction sur le Temple était un mur sur la partie la plus élevée du bâtiment appartenant à la cour intérieure, sur le côté occidental, pour empêcher Agrippa de voir la cour intérieure pendant les cérémonies (Schurer, Vol. I, p. 475). La destruction de ce mur a été empêchée en faisant appel à Néron et par l'intercession de Poppée, la femme de Néron. À ce moment-là, le haut sacerdoce, qui était nommé par Agrippa, a commencé à saisir les dîmes et les prêtres [sacrificateurs] les plus pauvres sont morts de faim (ibid., p. 465, p. 468-470).

 

En 62 EC, cette dernière construction sur le Temple a été achevée et la suppression des dîmes était alors devenu la norme établie par les candidats d'Agrippa, à commencer par Ananus.

 

Les rescrits impériaux obtenus par les Syriens auprès de Néron, par la corruption de Beryllus, le scribe de Néron chargé de la correspondance grecque, pesaient lourdement contre les Juifs (ibid., p. 467). À partir de 62 EC, sous le Souverain Sacrificateur Ananus, le candidat d'Agrippa, plusieurs parmi le sacerdoce ont été exécutés.

 

Le Souverain Sacrificateur du quatrième tabernacle ou troisième Temple, Jacques, l'Évêque de Jérusalem et frère de Jésus Christ, a été exécuté (ibid., p. 468). Cela signifiait la fin du sacerdoce du Temple à Jérusalem et la fin des 62 semaines d’années. Le nouveau procurateur, Albinus, (62-64 EC) était extrêmement méchant, pillant des sommes d'argent tant des fonds publics que privés, y compris la trésorerie.

 

Désormais, le haut sacerdoce a été un refuge pour les canailles. Un Souverain Sacrificateur, Jésus, le fils de Damnai, s'est engagé dans une bataille de rue avec son successeur, Jésus, le fils de Gamaliel, parce qu'il n'a pas voulu abandonner les Saintes Fonctions (ibid., p. 469). Quand Albinus a été rappelé, il a exécuté les principaux criminels et il a ensuite relâché tous les prisonniers – laissant les prisons vides et le pays plein de voleurs. Son successeur, le dernier des procurateurs, Gessius Florus (64-66 EC), a aussi été le pire, la plus grande canaille à exercer ses fonctions. Il a pillé des villes entières et permis au banditisme de prospérer sans entraves (ibid., p. 470).

 

En 64 EC, Néron a déclaré la persécution des Chrétiens à Rome et la tradition veut que Pierre et Paul aient été martyrisés. Le "Pacte avec plusieurs" contre les Juifs et les Chrétiens était très répandu. En 68 EC, le monastère à Qumran a été détruit et Néron a aussi été déposé.

 

Les révolutionnaires ont développé la pratique de kidnapper des prêtres en échange de prisonniers et, vers 66 EC, les autorités, avec les Syriens et d'autres, ont commencé l'action qui est devenue la Guerre juive.

 

À partir du 1er Nisan 70 EC, Jérusalem a été encerclée. Le Jour des Expiations 70 EC, le Temple a été détruit et, à partir des Expiations 70 EC, il n'y a eu aucun Temple ou sacrifice ni oblation jusqu'à la fin de la guerre en 73 EC, avec la chute de Massada. Cette période est celle mentionnée par Daniel 9:27.

 

Pendant une semaine d’années, le gros des gens a cessé de pratiquer sa religion, c'est-à-dire de 63 EC à 70 EC, à cause de la pollution du Temple, du vol de la dîme et de la mort du sacerdoce. L’expression pour la moitié de ce temps le sacrifice et l’offrande cesseront est généralement prise pour désigner la moitié de la semaine d’années, mais elle se réfère probablement au temps qui a suivi la destruction de 70-73 EC, quand la nation a continué à se battre, mais sans le Temple ou les sacrifices. Ainsi, les 70 semaines d’années sont clairement une prophétie accomplie. Après la mort de Jacques et avant la destruction en 70 EC, l'Église s'est enfuie de Jérusalem à Pella (ibid., p. 498 et la note 65), parce qu'elle savait, d'après la prophétie, que la fin de cette période devait arriver et que le Temple suivant des sept églises, le quatrième des Chérubins Protecteurs d'Ézéchiel (Ézéchiel 1:15), devait commencer. D’après Ecclésiaste 6:6, Salomon avait indiqué qu'il pourrait durer deux mille ans. Le Signe de Jonas est alors entré dans sa phase suivante et peu comprise, le Temps des Païens. Celui-ci devait durer quarante Jubilés, jusqu'au retour du Messie et le début du Millenium, mentionné à Apocalypse 20:4.

 

Sous Symon, le neveu du Messie, l'Église est retournée à Jérusalem vers 72 EC et elle a établi les églises des Desposyni ou ceux appartenant au Seigneur et fourni des évêques aux églises d'Asie et d'Égypte pendant plusieurs décennies, jusqu'à ce que Rome les ait remplacés par des Grecs.

 

On pourrait bien se poser la question : Que serait-il arrivé si les Juifs s'étaient repentis ? La réponse est fournie par la référence à Israël dans le désert où les espions ou témoins ont été envoyés pour explorer la terre promise. Ils ont été envoyés, un homme de chacune des tribus. Hosée, le fils de Nun, était originaire d'Éphraïm et il a été appelé Josué par Moïse (Nombres 13:8,16). Ils ont été envoyés de Tsin et sont revenus à la fin de quarante jours (Nombres 13:25). Ils ont refusé de prendre leur héritage, en témoignant contre la productivité de leur héritage ; tous excepté Josué et Caleb (Nombres 14:6-7). Pas une seule personne de plus de vingt ans qui a bougonné ou se plaignait contre Dieu ne fut autorisée à entrer dans la Terre Promise, excepté Josué et Caleb. Les enfants ont été quarante ans dans le désert, comme des bergers errants et à payer le prix de leur infidélité. Cela représentait Juda et Lévi au temps du Messie.

 

Les quarante jours de témoignage sont devenus les quarante ans du Signe de Jonas, du Messie jusqu'à la destruction du Temple. Les quarante ans dans le désert sont devenus les quarante Jubilés de l'errance jusqu'à la deuxième venue.

 

Juda aurait pu se repentir et nous aurions été amenés sous leur leadership. Ils ne se sont pas repentis et Dieu savait qu'ils ne se repentiraient pas. Nous avons été alors appelés dans des circonstances différentes. Cependant, le repentir sera donné à Juda bientôt.

Annexe A

Le Décret de Cyrus et les Rois Chaldéens Selon Josephus

 


 

Beaucoup d'historiens sont devenus préoccupés et se sont attachés à prouver que la prophétie des 70 semaines d’années touche au ministère de Christ – en déterminant son commencement d'une certaine manière et en laissant d’une certaine manière 3 ½ ans pour le temps de la fin. Dans un zèle malavisé, certains traducteurs ont tellement manipulé Daniel 9:25-27 que l’accusation de fraude peut ne pas être mal appliquée. Probablement, la traduction la plus fidèle est celle de Moffatt.

 

Sachez donc, comprenez, qu'entre la publication de l'ordre prophétique de repeupler et reconstruire Jérusalem et la consécration d'un souverain sacrificateur suprême, sept semaines d’années s'écouleront ; durant soixante-deux semaines d’années, elle sera reconstruite, avec ses places et ses rues ; finalement, après les soixante-deux semaines d’années, le sacrificateur consacré sera retranché, ne laissant aucun successeur ; la ville et le sanctuaire seront détruits en même temps que le sacrificateur consacré, puis la ruine viendra ensuite avec un déluge de guerre jusqu'à la fin même.

 

Pendant une semaine d’années, le corps principal du peuple cessera de pratiquer sa religion ; pour la moitié de ce temps, le sacrifice et l'offrande cesseront et, au lieu de cela, il y aura une abomination épouvantable, jusqu'à ce que finalement, la ruine décrétée s'abatte sur l'abomination sacrilège.

 

Remarquez que l'onction du consacré semble être le rétablissement du sacerdoce et, ensuite, la destruction de Jérusalem et du Temple et l'interruption du sacrifice.

 

Quoiqu'il n'y a aucun doute que c'était la crucifixion de Christ qui a été évoquée au verset 24, la prophétie ne concerne pas, de toute évidence, à son ministère, mais plutôt à son accomplissement dans la destruction du Temple.

 

La liste des rois chaldéens jusqu'à Cyrus, le Perse, a été reconstituée, et les dates acceptées du Canon de Ptolémée sont aussi incluses à titre d'information.

 

Josephus rapporte aussi que Xerxès a donné à Néhémie ses instructions durant sa 25ème année et que les murs ont été achevés en deux ans et quatre mois et terminés dans la 28ème année de Xerxès.

 

Malheureusement, les dates attribuées à Xerxès en utilisant Ptolémée sont de 486 à 464 AEC - une période de 22 ans. Soit les traductions sont fausses ou Josephus se trompe, soit, plus probablement, elles sont toutes erronées. Les seuls rois connus ayant régné plus de 25 ans ont été Darius I et Artaxerxès I et II.

 

Une date très intéressante se dégage cependant si nous prenons la date de Cyrus à partir de la construction de Nebucadnetsar à la date acceptée de 605 AEC, en ajoutant la chronologie de Josephus pour les rois chaldéens. Cela situe le décret de Cyrus en l'année 464 AEC.

 

Soixante-dix semaines d’années à compter de cette date, c’est la fin de 27 EC. Jean le Baptiste a commencé son ministère à la fin de cette année. Une approximation d'une année ou deux, à partir de la date, est permise. Le problème avec cela, cependant, c'est que la date de la fin des rois perses, en utilisant le Canon de Ptolémée et les dates généralement admises que l’on trouve dans la plupart des diagrammes de temps de la Bible, est 260 AEC – ce qui place la conquête d'Alexandre 72 ans trop tard. La durée des rois perses peut être trop longue ou, en effet, la date de début peut être erronée de quelques années.

 

Le fait est que le Canon de Ptolémée est incontestablement correct avec la date de 605 AEC étant astronomiquement fixée. La possibilité existe, cependant, que les 70 semaines d’années, en utilisant les dates de Josephus pour les rois chaldéens, se terminent au temps de Christ. À aucun moment, en utilisant n'importe laquelle des permutations possibles, il est question de Cyrus Artaxerxès I (Longimanus ou Longue-main).

 

Ce tableau des dates construit à partir des écrits de Josephus est incorrect invalide la prophétie. Josephus utilise la structure du Judaïsme post-Temple. Selon Josephus, c'était 96 ans à partir de l'action de Nebucadnetsar contre les Juifs, qui a eu lieu en sa 23ème année, jusqu'au décret de Cyrus. Pour cette raison seule, Josephus doit être écarté et l'interprétation initiale doit être maintenue.

 

Quel que soit le point de départ utilisé, il n'y a aucune période de sept ans dont trois ans et demi sont laissés inutilisés pour être repris à une période mythique avant le retour de Christ, pas plus, en effet, que Daniel laisse entendre qu'il y aurait une semaine fractionnée ou une période ultérieure d'une semaine. La période de temps allouée ne le permet pas. Daniel mentionne clairement qu'à la fin de la période, pendant une semaine d’années, le corps principal du peuple cesserait de pratiquer sa religion et, pendant la moitié de ce temps, les sacrifices et les offrandes cesseraient.

 

Une étude de la destruction de Jérusalem et du Temple montre que cette prophétie a été réalisée en 70 EC.

 

Certains enseignent que la fin décrétée sera déversée sur le désolateur pendant 3 ½ ans, c'est-à-dire la période des fléaux de la colère de Dieu à l'Apocalypse. Bien que la période de 3 ½ ans des fléaux de la colère de Dieu aura lieu, tenter de relier les fléaux à cette prophétie est un argument très douteux. D'autres enseignent que la période d'une semaine d’années est réservée pour le temps de la fin. Il n'y a certainement aucun appui pour une telle affirmation. Si l’on se trouvé au milieu de Jérusalem durant la période de 3 ½ ans avant 70 EC, on serait probablement plus conscient de l'exactitude de la prophétie et de l'échec de la susdite position.

 

(Voir aussi le document La Guerre avec Rome et la Chute du Temple (No. 298))

 

 


ROIS

ANNEES

DATES


Nebucadnetsar

(Nabopollassar)

21

622 AEC

(La date de début n’est pas selon Josephus mais les années de règne le sont)

Nebucadnetsar

43

605-562 AEC

Mauvais Morodach

18

562-522 AEC

Neglissor

40

522-482 AEC

Labosordacus

9/12

482- ? AEC

Baltasar (Naboandelus)

17

465- ? AEC

Cyrus (de Darius)

10

465-455 AEC

(Construction du Canon de Ptolémée)

Cambyse

7

455-448 AEC

Darius I

36

448-414 AEC

Xerxès

22

414-392 AEC

Artaxerxès

41

392-351 AEC

Xerxès II

-

351 AEC

Darius II

19

351-332 AEC

Artaxerxès II

46

332-286 AEC

Artaxerxès III

20

286-266 AEC

Darius III

6

266-260 AEC

 

Bibliographie

La Common Bible (Bible Commune) (Version Standard Révisée), Collins, 1973.

Hérodote The Histories (Les Histoires), tr. par A. de Selincourt (Burns Rev.), Pingouin, 1983.

Josephus Complete Works(Oeuvres Complètes), tr. par William Whiston, Kregel Publications, 1981.

Emile Schurer The History of the Jewish People in the Age of Jesus Christ (175 BC - 135 AD) (L'Histoire des Juifs à l'Époque de Jésus Christ (175 av. J.-C - 135 ap. J.-C.)), Vols. I à III, rev. par Varnes et Millar, T&T Clarke Ltd, 1958.

James B. Pritchard, The Ancient Near East - An Anthology of Texts and Pictures (L'Ancien Proche-Orient - Une Anthologie de Textes et d'Illustrations), Princeton, 1958.

 

 

 

 

Annexe B
Le Mur Ouest de Jérusalem

Le Mur Ouest, ou soi-disant ‘Mur des Lamentations’, est tout ce qui reste des anciens murs du Temple d'Hérode aujourd'hui.

 

Les artefacts récemment découverts datés de 16 A.D. trouvés sous le Mur Ouest de Jérusalem indiquent que cela a pris beaucoup plus de temps à construire qu'on le croyait précédemment. On a pensé que le mur avait été construit et achevé par le Roi Hérode avant sa mort en 4 AEC (Avant l’Ère Courante). Cependant la découverte de ces artefacts confirme les écrits d'un historien juif du premier siècle, Flavius ​​Josephus, qui a dit que le projet avait été achevé des décennies après la mort d'Hérode.

 

Flavius ​​Josephus a écrit qu’Hérode a commencé à reconstruire et à agrandir le secteur du Mont du Temple dans la 18ème année de son règne. Josephus a également écrit que c'était un projet très grande envergure et a été conçu pour servir de mémorial éternel à Hérode (Josephus : Antiquités des Juifs, 15,11,1-7 ; Guerres des Juifs, 5,5,1-8).

 

[Il semble que la partie principale de la reconstruction d'Hérode ait été achevée avant sa mort en 4 AEC, mais le travail sur le projet s’est poursuivi beaucoup plus longtemps. Après la destruction du Temple en 70 A.D., Josephus a écrit que le travail sur le Mont du Temple avait été achevé par le Roi Agrippa II, l’arrière-petit-fils d’Hérode, deux décennies avant que l’ensemble de l’enceinte en entier n’ait été détruite. Quand Jésus a visité le Temple au moment de la Pâque, des Juifs ont fait remarquer que le temple avait été construction depuis 46 années à cette époque (Jean 2:20).]

 

Le professeur Ronny Reich, de l’Université de Haïfa, archéologue travaillant sur le site, a déclaré que cette découverte archéologique montre que les travaux du Mont du Temple se sont poursuivis longtemps après la mort d'Hérode.

 

Voir l'article de Izzy Lemberg, CNN

25 novembre 2011 -- Mise à jour 0133 GMT (0933 HKT)

http://articles.cnn.com/2011-11-24/middleeast/world_meast_fea-western-wall_1_king-herod-flavius-josephus-jerusalem-s-western-wall?_s=PM:MIDDLEEAST

 

 


 

q