Les Églises Chrétiennes de Dieu

[034]

 

 

 

L’Esprit d’Adoption [034]

 

(Édition 2.1 19940604-20000620)

 

 

Cette étude traite du concept du salut par l’adoption en tant que fils de Dieu. La doctrine ‘Né de Nouveau’ est examinée et les concepts maintenus par l'Église originale sont présentés. Le contexte de l'Ancien Testament est examiné et le processus d’initiation par le Père est montré. Ce processus exige la soumission totale au Père, ce qui requiert un acte de rachat. 

 

Les Églises Chrétiennes de Dieu

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1994, (Éd. 1997), 2000 Christian Churches of God)

(Tr. 2009, rév. 2015)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://logon.org/ et http://ccg.org/

 


 L’Esprit d’Adoption [034]

 

Introduction

 

Dans des églises antérieures, certains de nous ont été enseignés que Dieu "Se reproduit Lui-même" à travers l'humanité. On nous a enseigné que ce processus de "reproduction" était représenté par l’analogie de la conception et de la naissance. Plus précisément, on nous disait que lorsqu’une personne était baptisée et recevait l'Esprit de Dieu, elle était "conçue" potentiellement comme un être-Dieu. La pensée et l’esprit de l’homme étaient comparés à un ovule, à un oeuf dans le corps d’une femme. L'Esprit de Dieu était comparé à un "spermatozoïde divin" entrant dans cet "oeuf " et qui concevait ainsi un nouvel être spirituel.

 

L'Église était elle-même comparée au corps d’une femme et en particulier, à son utérus. L’être-Dieu nouvellement conçu, avait besoin de devenir fermement attaché à la "paroi de l’utérus" de la mère – c’est-à-dire, que les Chrétiens avaient besoin de s'attacher fermement à l'Église et de tirer leur nourriture spirituelle des instructions des ministres et de la fraternisation du corps. Si un Chrétien quittait le corps de l'Église, ce serait comme un "avortement" spirituel et cela aurait comme résultat "la mort spirituelle" de ce chrétien. Les chrétiens devaient grandir dans le corps de l'Église, jusqu'à la première résurrection où ils seraient "nés de nouveau" en tant qu’êtres spirituels. Des références du Nouveau Testament comme étant "né de nouveau", étaient en fait des références à ce processus de "gestation spirituelle et de naissance à la résurrection ".

 

En somme, c'était une analogie et une explication ingénieuse du processus de conversion chrétienne et de l'ultime plan et du but de Dieu.

 

Toutefois, elle était en réalité une analogie non-biblique. La Bible ne parle pas du processus de conversion et de croissance chrétiennes en termes de conception au baptême et de naissance à la résurrection. Ce fut une mauvaise compréhension du vieux mot anglais begettal apparaissant dans la version anglaise KJV, qui a conduit à cette analogie incorrecte. Le terme anglais beget (engendrer) ne signifie pas conception ; il signifie devenir père. L'analogie biblique d'être né de nouveau est que nous sommes nés de nouveau à la conversion et au baptême. À partir de ce point, nous devons grandir et mûrir en tant que Chrétiens jusqu'à ce que nous développions entièrement le caractère de Jésus Christ.

 

Non seulement cette analogie était non-biblique, mais elle imposait aussi une compréhension erronée sur d’autres passages des Écritures Saintes. Par exemple, dans Romains 8:15, il est écrit :

 

Romains 8:15 Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba! Père ! (LSG)

 

Il a été dit que le mot traduit par adoption dans ce passage ne signifiait aucunement adoption, mais plutôt, la filiation  – que Dieu Se reproduit et que nous deviendrons Ses vrais fils, non pas simplement Ses fils adoptés. L’appui pour ce point de vue a été tiré des traductions alternatives telles que la version anglaise RSV qui dit :

 

Romains 8:15 Car vous n'avez point reçu l'esprit d'esclavage pour tomber de nouveau dans la crainte, mais vous avez reçu un esprit filial. Quand nous crions, « Abba ! Père » ! (RSV)

 

Bien sûr, le verset 23 du même chapitre dans la version RSV n'a pas été cité ! Il se lit :

 

Romains 8:23 Et non seulement la création, mais nous aussi, qui avons les premiers fruits de l'Esprit, gémissons intérieurement pendant que nous attendons l'adoption en tant que fils, la rédemption de nos corps. (trad. de RSV)

 

Ainsi, dans une traduction, nous avons adoption, dans une autre : adoption et filiation (esprit filial). Dans d’autres encore (Moffatt par exemple), filiation (esprit filial) est utilisé exclusivement. Quelle est alors la vérité ? Sommes-nous de vrais fils et filles de Dieu ou seulement des enfants adoptés ? Est-ce que Paul ne connaissait pas l'analogie d'être "né de nouveau" ? Est-ce encore une fois une de ces traductions parmi tant d’autres qui est erronée parce que les traducteurs ne connaissaient pas la vérité relative au but de Dieu pour l'humanité ou parce qu'ils essayaient de la dissimuler ? Pour utiliser le jargon, "Quel est le scoop ?"

 

La Rigueur Académique et l’honnêteté intellectuelle

 

En regard de ce concept d’être "né de nouveau", certains disent que si nous détruisons l'analogie d’être "né de nouveau " comme étant conçu au baptême et né de nouveau à la première résurrection, alors nous détruisons le concept entier de la "Famille de Dieu". De plus, si nous n'acceptons pas que les Chrétiens seront "nés de nouveau" en tant que des êtres spirituels à la résurrection ; si nous n'acceptons pas que la conversion est en réalité une "conception" spirituelle et que l'expérience Chrétienne est une véritable "gestation" dans le corps de la mère (qui est l'Église), alors l'idée entière même que Dieu Se reproduit, s'effondre – et avec elle, l’idée de la "Famille de Dieu".

 

Cependant, cette méthode de raisonnement n'est pas saine. Cette personne a pris ce qui était, après tout, une analogie et une interprétation du vingtième siècle de certains passages de la Bible, et en a fait une réalité concrète. Au lieu de comprendre la Bible comme elle était destinée à être comprise, dans le contexte de la culture de l’époque où elle a été écrite, et de laisser l'Esprit Saint nous guider dans cette compréhension et cette vérité, quelques-uns préfèrent plutôt exalter les idées et les interprétations d’hommes en tant  que guides infaillibles au lieu d’accepter ce qui est vrai. Ils s'accrocheront aux idées et aux explications passées, indépendamment des erreurs impliquées.

 

Dans les Églises Chrétiennes de Dieu, notre but est de rechercher, d’enseigner et de publier la vérité sans craindre ou favoriser quiconque. Nous nous efforçons d’être intellectuellement honnêtes et académiquement sains dans notre recherche et nous acceptons volontiers la vérité de la Bible, même si "elle nuit" ou détruit d’anciennes idées, peu importe comment elles nous seraient "chères". Pierre et Paul nous admonestent de cette façon :

 

1Pierre 4:10-11 Comme de bons dispensateurs des diverses grâces de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu, 11 Si quelqu’un parle, que ce soit comme annonçant les oracles de Dieu ; si quelqu’un remplit un ministère, qu’il le remplisse selon la force que Dieu communique, afin qu’en toutes choses Dieu soit glorifié par Jésus-Christ, à qui appartiennent la gloire et la puissance, aux siècles des siècles. Amen !  (LSG)

 

2Timothée 2:15 Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n’a point à rougir, qui dispense droitement la parole de la vérité. (LSG)

 

Dieu Se reproduit Lui-même

 

Avant que nous étudiions ce sujet de l'adoption, nous devons comprendre que Dieu en effet Se reproduit, dans le sens qu'Il crée dans les humains des êtres additionnels qui partagent Sa nature, dans lesquels Son caractère a été formé. Dieu Se reproduit en effet en de multiples et de multiples fils. Christ a été le premier de Ses fils et une reproduction tirée de la nature de Dieu :

 

2Corinthiens 4:4 En qui le dieu de cet âge a aveuglé les esprits des incroyants ayant comme résultat que la lumière de la bonne nouvelle de la gloire du Christ qui est l'image tirée de Dieu ne puisse pas poindre sur eux ( Wuest)

 

Colossiens 1:12-15 Rendant grâce au Père ... qui nous a transféré dans le royaume du Fils de son amour ... qui est une reproduction et une manifestation tirées de la déité absolue, l’invisible déité (Wuest)

 

Hébreux 1:3 [le Fils de Dieu], étant le rayonnement (l'éclat) de Sa gloire et la reproduction exacte de son essence ... (Wuest)

 

Il est intéressant de noter que le mot grec traduit reproduction exacte ci-dessus est charakter (SGD 5481) duquel est obtenu le mot caractère. Le Lexique Grec-Anglais de Thayer (Thayer’s Greek-English Lexicon) offre les significations suivantes : 

l’instrument utilisé pour graver ou tailler

la marque qui est tamponnée sur cet instrument ou sculptée sur lui

a) une marque ou figure marquée par le feu (Lév. 13:28) ou estampée, une impression

b) l'expression exacte (l'image) de quiconque ou de quelque chose, de ressemblance marquée, une reproduction précise en tous points, c.-à-d. un fac-similé.

 

Ainsi, Christ a eu le caractère, c.-à-d. la nature de Dieu “estampée en lui” à sa génération (noté ci-dessus, comme étant le rayonnement de la gloire de Dieu).

 

Il est également intéressant de noter que le mot grec traduit par image tirée et reproduction tirée ci-dessus est eikon duquel nous obtenons le mot icône. Il signifie une image, figure, ressemblance ; une image de choses célestes ; etc. Il est utilisé de l’inscription de César sur la pièce Romaine (Luc 20:24), de chrétiens à l'image d'Adam et du Deuxième Adam (1Cor. 15:49), d’images d'hommes et d'animaux utilisées dans l’adoration idolâtre (Rom. 1:23), et de “l’Image de la Bête” (Apo. 15:13). Dans tous les cas, il se réfère à quelque chose qui est une copie de quelque chose d'autre, une chose tirée de l'original en aspect et/ou en fonction. Christ est une reproduction de Dieu en termes de Sa nature et de Son caractère.

 

De la même manière, les chrétiens sont actuellement transformés en copies, répliques ou images de Christ (et donc des copies de Dieu). Dieu Se reproduit littéralement en termes de Sa nature et de Son caractère dans les humains. Nous sommes déjà faits à “l'image de Dieu” à partir de Genèse 1:26 et de 1Corinthiens 11:7, du fait que nous avons des capacités semblables à Dieu, de penser, de raisonner et la capacité de prendre des décisions et de développer notre caractère.

 

Genèse 1:26 Et Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. (LSG)

 

1Corinthiens 11:7 L’homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme. (LSG)

 

Mais nous sommes en train d’être transformés à partir de cette image physique limitée, en l'image du caractère parfait de Dieu et de Sa nature.

 

2 Corinthiens 3:18 Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit. (LSG)

 

Colossiens 3:10 Et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé. (LSG)

 

C’est un processus qui ne sera complet qu'à la résurrection.

 

1Corinthiens 15:49 Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste. (LSG)

 

Le point est que Dieu se reproduit actuellement Lui-même dans les humains. Il s’est déjà reproduit en plusieurs – peut-être des centaines de milliards de fils spirituels que nous appelons des anges. Il complétera le processus avec l'humanité au cours de Son plan de salut.

 

Romains 8:29 Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. (LSG)

 

Hébreux 2:10-11 Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut. 11 Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères, (LSG)

 

Ce dont nous traitons quand nous examinons ce sujet d'adoption n’est pas le fait que Dieu se reproduise Lui-même ou non, mais plutôt d’une analogie qui nous aidera à comprendre certains aspects du plan de salut de Dieu.

 

Les Textes

 

Le terme adoption apparaît dans les textes suivants de la Bible :

 

Romains 8:15 Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! (LSG)

Romains 8:23 Et ce n’est pas elle seulement ; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. (LSG)

 

Romains 9:4 qui sont Israélites, à qui appartiennent l’adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, et les promesses, (LSG)

 

Galates 4:5 afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. (LSG)

 

Éphésiens 1:5 nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, (LSG)

 

Le mot traduit ici par adoption vient du Grec huiothesia (SGD 5206). C'était le terme courant pour adoption au premier siècle. Il semble être un mot composé signifiant désigner en tant que fils.

 

En français, le mot pour adoption est dérivé du latin adoptare signifiant choisir. De plus, le mot filiation (sonship) provient d'une racine indo-européenne qui signifie donner naissance. La différence entre les termes est que l'un signifie être choisi pour être un fils et l'autre, être un fils par naissance. Ainsi, quand il s'agit de traduire huiothesia, la traduction plus précise est adoption, non pas filiation (sonship). La raison que quelques traductions anglaises utilisent sonship (filiation) est parce que dans les cultures Romaine et Grecque,  l'idée d'adoption impliquait beaucoup plus qu’aujourd’hui. Elle signifiait devenir fils ou fille du père adoptif d’une façon indiscernable du fils ou de la fille par naissance. Ceci sera expliqué plus entièrement à mesure que nous progressons.

 

Le Contexte de l'Ancien Testament

 

L'Encyclopédie International Standard Bible Encyclopedia (ISBE), dans son article Adoption (Vol. 1, p. 53) note que :

 

La coutume a persisté parmi les Grecs, les Romains, et d’autres peuples anciens (y compris les Hurrians ; voir ABRAHAM III) ; mais elle n'apparaît pas dans la Loi Juive.

 

Il n'y avait aucune provison spécifique pour l'adoption dans le Pentateuque. Cependant, il y a plusieurs exemples d'adoption dans l'Ancien Testament :

 

L'adoption de Moïse par la fille du Pharaon (Ex. 2:10) ;

L'adoption de Guenubath par Pharaon (1Rois. 11:20) ; et

L'adoption d’Esther par son oncle Mardochée (Esther 2:7,15).

L'adoption d’Éphraim et de Manassé par Jacob comme ses propres fils afin de leur donner les bénédictions (Genèse. 48:5)

 

Ce qui est intéressant à propos de ces exemples, c’est qu'ils se produisent seulement à l'extérieur de la Palestine – en Égypte et en Perse, où la coutume d'adoption a perduré. Ce qui est intéressant également, c’est que dans le Nouveau Testament, le concept apparaît seulement dans les écrits de Paul, et en particulier ceux adressés aux églises à l'extérieur de la Palestine. Il semble alors, plutôt que de prendre un exemple ou un contexte de l'Ancien Testament, Paul utilisait sa connaissance du monde Romain où la coutume était largement pratiquée et avait une signification. (Les Grecs, comme mentionné, pratiquaient aussi l'adoption, mais il semblerait des écrits de Paul que c'était l'exemple Romain qu'il avait à l'esprit).

 

L’Adoption – présente et future

 

Paul a écrit au sujet de l'adoption en deux sens, présent et futur. Dans Romains 8:15, Paul a déclaré que nous avons déjà reçu l'esprit d'adoption

 

Romains 8:15 Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! (LSG

 

Le mot esprit est écrit en majuscule dans la version anglaise KJV, mais dans le Grec original, il n'y avait aucune distinction. Ceci est plus correctement compris comme étant "vous avez reçu l'esprit (qui transmet l'esprit, l'attitude, la manière de penser) d'adoption". C'est par la présence de l'Esprit de Dieu que nous sommes rendus ou sommes désignés comme étant les propres fils de Dieu et que nous pouvons maintenant L’appeler correctement par le mot intime Abba qui vient de l’araméen pour Papa. Le fait de posséder l'Esprit de Dieu change notre manière de penser. Il identifie aussi ceux de la maison de Dieu et faisant partie de Sa famille.

 

Éphésiens 2:19 Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. (LSG)

 

L'Esprit de Dieu et notre esprit témoignent de notre nouveau statut.

 

Romains 8:16  L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. (LSG)

 

Puisque Dieu est notre Père et que nous sommes Ses fils (génériquement parlant), nous sommes également maintenant les héritiers de Dieu, afin d’hériter de tout ce qu’Il possède.

 

Romains 8:17 Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui. (LSG)

 

Mais notre adoption n'est pas encore complète.

 

Romains 8:23 Et ce n’est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. (LSG)

 

Une explication de ce que Paul a voulu dire est donnée vers la fin de cette étude.

 

L'adoption a été initiée par le Père

 

L’Encyclopédie ISBE déclare que :

 

Le motif et l'initiative de l'adoption reposaient toujours avec le père adoptif qui comblait ainsi son manque de progéniture naturelle et satisfaisait aux réclamations d'affection et de la religion et au désir d'exercer l'autorité paternelle ou de perpétuer sa famille. (ibid).

 

Le motif et l'initiative pour l'adoption reposent toujours avec le père qui adopte. Le motif du père était d'aider à maintenir le nom de la famille et de satisfaire ses besoins et ses désirs personnels de montrer l'affection à ses propres enfants.

 

Nous commencons à voir ici pourquoi Paul a utilisé cette analogie pour traiter de l’appel et de la conversion des chrétiens. Dieu initie notre appel. Ce n’est pas nous qui l’initions. Nous ne nous réveillons simplement pas un jour pour choisir de devenir des chrétiens. Dieu place en nous le désir de le faire et même le désir de chercher la vérité. Ce n'est pas notre “bonté”, vraie ou imaginaire, qui conduit Dieu à nous choisir.

 

Éphésiens 2:8-9 Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. 9 Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. (LSG)

 

Jean 6:44 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour. (LSG)

 

Jean 6:65 Et il ajouta : C’est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père. (LSG)

 

De plus, Dieu le fait parce qu’Il désire accroître Sa famille et déverser sur nous Son amour et Son affection.

 

Éphésiens 2:4-7 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, 5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ; 6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, 7 afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ. (LSG)

 

Dieu place son nom sur nous.

Jean 17:11 Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous. (LSG)

 

Apocalypse 3:12 Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus ; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. (LSG)

 

Apocalypse 14:1 Je regardai, et voici, l’agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille personnes, qui avaient son nom et le nom de son Père écrits sur leurs fronts. (LSG)

 

En tant que Chrétiens, quand nous recevons l'esprit d'adoption, nous joignons la famille de Dieu, nous avons accès à Ses bénédictions et nous acceptons Son amour.

 

Une enquête détaillée précédait l'adoption

 

L'adoption dans le système Romain, était toujours précédée par une enquête détaillée. Ceci impliquait :

 

les prêtres qui étaient exigés de mener des investigations détaillées sur les motifs de l'adoption et la convenance de l'enfant adoptif ;

 

une emphase étant placée pour s’assurer que les pratiques religieuses de la famille adoptive seraient maintenues ;

 

un décret approprié étant adopté par l'état Romain pour permettre que l'adoption prenne effet.

 

L'adoption était même utilisée comme moyen de qualifier pour certaines conditions et droits d'état. Toutes ces choses importaient pour les citoyens Romains pour lesquels l’adoption était un processus sérieux et non pas quelque chose qui était fait à la légère.

 

De nouveau, nous pouvons voir les leçons pour nous.

 

Dieu ne prend pas à la légère la décision de choisir de nous appeler maintenant,

Lui et Christ, probablement avec le conseil des 24 anciens alentour de Son trône, considèrent très soigneusement, les implications d’appeler une personne maintenant dans un monde coupé de Dieu ;

Ils doivent considérer que la personne en question, devra non seulement surmonter sa propre nature humaine, mais aussi Satan et le monde.

 

Nos noms ont été mentionnés dans le ciel, en présence du trône de Dieu, maintes et maintes fois. Dieu n'est pas capricieux dans la façon dont Il selectionne et choisit Son peuple. Par conséquent, en tant que ceux qui ont été appelés et choisis, nous ne devons pas prendre cette décision à la légère non plus.

 

Hébreux 2:1 C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles. (LSG)

 

Hébreux 2:1C'est donc nécessaire que nous devons prêter le plus d'attention à ce qui nous a été dit. Autrement, nous pouvons bien être comme un navire qui dérive passé le port pour faire naufrage. (Barclay)

 

La Soumission totale au Père

 

L'adoption dans une famille Romaine signifiait la soumission totale au nouveau père. L’Encyclopédie ISBE explique que les Romains avaient un terme spécial pour cela, à savoir patria potestas, et cela signifiait la soumission totale au nouveau père, presque comme un esclave à un maître, aussi longtemps que le père vivrait.

 

Cet aspect de l'adoption Romaine accentue deux leçons importantes pour nous.

 

Nous devons être totalement soumis à Dieu en tout.

Cette soumission et cette adhésion dans la famille de Dieu doivent continuer aussi longtemps que Dieu vit. Puisque Dieu est éternel, nous comprenons que notre place dans la maison de Dieu est pour toujours.

 

L'auteur des Hébreux a écrit :

Hébreux 12:7-10 Supportez le châtiment : c’est comme des fils que Dieu vous traite ; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas ? 8 Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils. 9 D’ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons-nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie ? 10 Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. (LSG)

 

Nous sommes maintenant soumis à notre Père dans le châtiment aussi bien qu’en héritage et de toute autre manière en tant que des fils et des filles entièrement confirmés que nous sommes. Notre place dans la maison et la famille du Père est sûre et certaine et ce, pour toujours.

 

Psaumes 23:6 Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Éternel jusqu’à la fin de mes jours. (LSG)

 

Renoncer aux liaisons passées

 

L'adoption Romaine exigeait que la personne qui était adoptée déclare publiquement qu'elle renonçait à toutes liaisons familliales antérieures, affiliations politiques et allégeances religieuses antérieures.

 

Ce faisant, l'enfant adopté transférait également toutes ses propriétés actuelles et même ses acquisitions futures aux nouveaux parents. Un terme légal spécifique était utilisé pour cela, à savoir, per universitatem pour montrer que la transaction était absolue. Maintenant, ceci pourrait sembler ne pas être une si bonne idée mais il y avait un bonus pour l’enfant adopté, en ce que ce transfert de propriétés et de droits incluait aussi les dettes dûes, de sorte que l'enfant adopté serait libéré des fardeaux passés.

 

Nous pouvons appliquer ces choses à nous-mêmes sur les points suivants :

 

Nos vies appartiennent à Dieu ;

Nous Lui payons Sa dîme, Lui donnons des offrandes et Lui offrons les sacrifices de prière et de vie pieuse ;

Lui, en échange, Il enlève la dette des péchés que nous avons accumulés, de sorte que nous puissions entreprendre la nouvelle vie dans Sa famille, étant libérés des fardeaux du passé.

 

Ces choses sont expliquées en plusieurs passages.

 

1Pierre 4:1-2 Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, 2 afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair. (LSG)

 

Romains 12:1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. (LSG)

 

Hébreux 13:15-16 Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. 16 Et n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir. (LSG)

 

Romains 8:1 Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. (LSG)

 

Colossiens 2:13-14 Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses ; 14 il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix (LSG)

 

Le Rachat est exigé

L'adoption exigeait que la personne étant adoptée, soit achetée ou rachetée des parents naturels et, en fait, le processus d'adoption n'était pas complet jusqu'à ce que les nouveaux parents aient accompli ce processus. L’Encyclopédie ISBE note que :

 

... L'adoption proprement dite (adoptio) était le processus par lequel une personne était transférée du pouvoir de son père naturel à celui de son père adoptif ; et elle impliquait une vente factive du fils et sa reddition par le père naturel au père adoptif. (ibid).

 

Paul a fait allusion à cet aspect de la pratique Romaine dans sa lettre aux Galates.

 

Galates 4:4-5 mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, 5 afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. (LSG)

 

Une fois que le rachat avait eu lieu, l'adoption était complète. En fait, l'adoption était tellement définitive et le transfert de parent tellement réel, que l'enfant adopté était traité comme s'il avait été un enfant naturel. La personne adoptée, indépendamment de l’âge et du rang, prenait le nom et le rang de son nouveau père et il n'y avait aucune autorité qui pouvait minimiser ou ignorer ce transfert.

 

Pour les chrétiens, nous recevons l'esprit de notre nouveau Père et nous L'appelons par le nom de Père. Nous commençons une nouvelle vie, en tant qu’un nouvel enfant de Dieu, né de nouveau à une vie de croissance et de développement sous les soins de notre Père.

 

Romains 6:4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. (LSG)

 

1Pierre 1:3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts, (LSG)

 

1Pierre 1:23 Puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu. (LSG)

 

1Pierre 2:2 désirez, comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut, 3 si vous avez goûté que le Seigneur est bon. (LSG)

 

Éphésiens 4:13-15 jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, 14 afin que nous ne soyons plus des enfants, …. 15 mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ. (LSG)

 

Un acte privé ; la reconnaissance publique plus tard

 

En conclusion, il y a un aspect intéressant dans la pratique d'adoption Romaine. La procédure consistait en un acte d'adoption privé, mais qui recevait plus tard la reconnaissance publique. C’est ce que Paul avait à l'esprit quand il a écrit :

 

Romains 8:23 Et ce n’est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. (LSG)

 

Le moment vient, à savoir à la résurrection, quand notre adoption en tant qu’enfants de Dieu sera publiquement proclamée et quand l‘adoption recevra la reconnaissance publique. Aujourd'hui, le monde ne nous reconnaît pas comme étant enfants de Dieu, pas plus qu'il n’a reconnu Christ. Mais le moment vient quand, à la rédemption de nos corps, que notre transformation en êtres spirituels à l'image de Christ et notre revendication d’être des fils et des filles de Dieu, seront publiquement reconnues.

 

1Jean 3:1-2 Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu. 2 Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. (LSG)

 

1Corinthiens 15:49-53 Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste. 50 Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité. 51 Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, 52 en un instant, en un clin d’oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. 53 Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité. (LSG)

 

Philippiens 3:20-21 Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, 21 qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses. (LSG)

 

Apocalypse 3:9 Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent ; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t’ai aimé. (LSG)

 

Ce concept d'être publiquement déclaré ou d’être publiquement reconnu comme un vrai fils ou fille de Dieu dans la résurrection, repose sur plusieurs autres passages bibliques qui relient la filiation (sonship) à la résurrection, pour Christ aussi bien que pour les chrétiens.

 

Romains 1:3-4 et qui concerne son Fils né de la postérité de David, selon la chair, 4 et déclaré [Gk. horizo signifiant ordonné, établi, décrété] Fils de Dieu avec puissance, selon l’Esprit de sainteté, par sa résurrection d’entre les morts, Jésus-Christ notre Seigneur, (LSG)

 

Luc 20:34-36 Jésus leur répondit : Les enfants de ce siècle prennent des femmes et des maris ; 35 mais ceux qui seront trouvés dignes d’avoir part au siècle à venir et à la résurrection des morts ne prendront ni femmes ni maris. 36 Car ils ne pourront plus mourir, parce qu’ils seront semblables aux anges, et qu’ils seront fils de Dieu, étant fils de la résurrection. (LSG)

 

Conclusion

 

Alors, nous pouvons maintenant comprendre pourquoi Paul a utilisé la métaphore de l'adoption dans ses lettres. Tout comme les analogies dans les paraboles de Christ, il a communiqué aux lecteurs chrétiens de son temps des leçons puissantes concernant l’entrée dans la famille de Dieu et le plan de salut de Dieu. L'analogie n’amoindrit nullement le fait que Dieu Se reproduit Lui-même dans les humains. Mais plutôt, elle s’ajoute à notre compréhension de la Paternité de Dieu et de la filiation des chrétiens.

 

En termes légaux, huiothesia signifie un processus d'adoption, le processus de passer dans une nouvelle maison. Dans la vraie vie, cela signifie un statut de pleine filiation, nullement différent de celui conféré par naissance. Le lien entre parent et enfant est tout aussi ferme dans les deux cas.

 

Paul enseignait que l'individu qui autrefois n’était pas un membre de la maison de Dieu, est maintenant un vrai fils de Dieu et un héritier authentique, nullement différent de Jésus Christ. Paul a utilisé l'analogie de l'adoption romaine pour renforcer notre revendication d’être des fils de Dieu de toutes les manières possibles, et par conséquent, notre droit légal d’hériter et de gouverner l'univers avec notre frère aîné, Jésus le Christ.

 

 

q