Les Églises Chrétiennes de Dieu

[040]

 

 

 

Les Béatitudes [040]

 

(Édition 3.0 19940702-19991127-20070202)

 

Cette étude examine les Béatitudes et leur signification. Chacune des Béatitudes est examinée dans l'ordre. On y vérifie également si l’évangile de richesse/santé ou de prospérité est exact. La place de l'Église dans la mise en œuvre de la gouvernance est également abordée.

                                          

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 (Copyright © 1994, 1996, 1999, 2007 Wade Cox)

(Tr. 2011, rév. 2020)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
http://logon.org/ et http://ccg.org/

 


 Les Béatitudes [040]

 

 

Les Béatitudes sont assez significatives. Ce sermon du Christ dans [l’évangile de] Matthieu [chapitre] 5 a une grande puissance et un impact considérable.

 

Les Béatitudes sont les bénédictions à son Église, à son peuple. Elles sont prises comme modèle ou ligne directrice pour la conduite des élus. Cependant, elles sont décrites par le Christianisme dominant d'une manière faible ; les principes sont transformés en un évangile de faiblesse. L’objectif de cette étude est d'expliquer comment nous pouvons tirer des leçons des Béatitudes en termes de force.

 

Il est dit dans Matthieu 5:1-12 :

Matthieu 5:1-12 Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne ; et, après qu’il se fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui. 2 Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit : 3 Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! 4 Heureux les affligés, car ils seront consolés ! 5 Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre ! 6 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! 7 Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ! 8 Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! 9 Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! 10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux ! 11 Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. 12 Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous. (LSG)

 

Christ s’adresse ici à l'Église, centralement ou en premier lieu aux disciples. Il continue alors à parler de sel.

Matthieu 5:13-16 Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. 14 Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; 15 et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. 16 Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. (LSG)

 

Christ ne s’arrête pas là. La plupart des Chrétiens ont déjà entendu parler de ces choses auparavant, mais ils les ont généralement séparées et les ont mises dans de petites pochettes. Elles ne doivent pas être séparées. Christ parle en séquence avec un message bien précis. Il poursuit en disant :

Matthieu 5:17-20 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18 Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. 19 Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. 20 Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. (LSG)

Il y a des gens dans l'Église de Dieu, et ce depuis des siècles, qui ont enseigné la diminution [ou l’assouplissement] de la Loi de diverses façons. Ils ont enseigné que nous n'avons pas à observer l’un ou l'autre d'un certain nombre des aspects de la Loi. Il y a en effet certains aspects de la Loi que nous n'observons pas aujourd'hui à cause des coutumes de la société dans laquelle nous vivons. Cependant, ce n'est pas parce que ces Lois ont été supprimées, mais c’est plutôt parce que la société les a rendues impossibles à appliquer. Pourtant, dans le passé, certaines des Églises de Dieu ont utilisé l’argument que, parce que nous n’observons plus un aspect de ces Lois, nous n'avons pas besoin ou ne devons pas observer tout autre aspect. Par exemple, il a été avancé que les Jours Saints n'ont pas besoin d’être maintenus parce que la section de la Loi dans laquelle ils se produisent n’est plus applicable.

 

Ce raisonnement se base sur le fait que la société interdit la vente des filles (Exode 21:7) et la polygamie (Exode 21:10). Le raisonnement consiste alors en ce que les Jours Saints (Exode 23:10-19) n’ont pas besoin d’être observés. Ce même processus logique peut être étendu au jour de Sabbat et aux Dix Commandements (Exode 20:1-17 ; 23:1-13). Tel que nous l’avons dit à plusieurs reprises, la Loi n'a pas été abolie concernant la polygamie, la vente des filles ou concernant le port des rubans bleus sur nos vêtements (Nombres 15:37-38 ; voir l'étude Le Premier Commandement : le Péché de Satan (No.153)). La Loi est là dans son intégralité et pas un iota ou un seul trait de lettre n’est passé. Les Lois sacrificielles ne sont pas observées parce que nous sommes le Temple. Quand le Messie [re]viendra, il va réintroduire le système. Mais ce n'est pas à nous de le faire. Le Messie était le sacrifice expiatoire et cela suffit une fois pour toutes. C'est la seule Loi qui a été accomplie dans son intégralité. Les autres Lois ne sont pas utilisées parce que la société ne vend plus de filles. La Loi en Australie, et dans la plupart des pays occidentaux, n’autorise pas la polygamie, mais la Loi est là pour les sociétés qui le font, et la polygamie n'est pas interdite par la Bible. Au contraire, elle est spécifiquement réglementée.

 

Cet exemple est utilisé non pas pour avancer une telle cause, mais plutôt pour montrer le caractère ou la nature constante de la Loi dans le cadre variable de la société humaine. Il viendra un temps où notre société ne sera plus stable et où Dieu nous traitera de manière directe et dévastatrice. Il nous permettra d'être traités par les nations, sous les bénédictions et les malédictions de Deutéronome 28 (voir le document Les Bénédictions et les Malédictions (No. 75)).

 

Quand nos hommes seront finalement morts par millions (Ésaïe 3:25) et que les femmes se promèneront avec des enfants illégitimes partout dans nos nations, elles vont s'emparer des pans des vêtements du peu d’hommes qui restera, et diront : "Enlevez-nous notre honte" (Esaïe 4:1). C'est l'Écriture, et l'Écriture ne peut pas être anéantie (Jean 10:35).

 

Toutes ces choses sont faites afin de répondre aux objectifs spécifiques du Messie et de réguler la société humaine en conformité avec la volonté de Dieu. C'est pourquoi la Loi nous a été donnée.

 

Nous allons examiner les Béatitudes et passer en revue l'intention sous-jacente en chacune d’elles et verrons la puissance qu'elles possèdent réellement.

 

La première Béatitude est : Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux.

 

C'est une contradiction apparente. Nous sommes pauvres en esprit, par conséquent, nous allons hériter du Royaume des Cieux. Pourtant, tout ce que l’on nous a enseigné dit que nous devons être riches en esprit. Nous devons travailler, travailler dur pour accomplir et nous imprégner de l'esprit et grandir dans l’esprit. Comment cela est-il possible ? Est-ce simplement que pauvre en esprit signifie, pauvre en termes de faiblesse ou faible en esprit ? Non, ce n’est pas ce que cela signifie. Être pauvre en esprit signifie que nous sacrifions volontiers le meilleur de nous-mêmes [ou notre bien-être] pour notre voisin, notre frère que nous sommes pauvres par choix par le fait de subjuguer notre intérêt personnel pour les gens que nous servons. Cela signifie que la richesse n'est pas, en soi, un objectif des élus. Cette vue frappe directement à l’évangile matérialiste de richesse/santé.

 

Ces dernières années, divers éléments de l'Église de Dieu ont enseigné qu'il y a un évangile de richesse/santé ou de prospérité une philosophie [disant] que la maladie égal péché et que la prospérité égal la justice. La pratique ou la doctrine que la maladie égal péché est issue du Chamanisme, et c'est une hérésie. C'est une doctrine de démons et nous pouvons trouver une telle doctrine dans les tribus des peuples arriérés d'Asie qui vivent sous des systèmes sataniques de démonisme. Les maladies de cette planète sont les effets cumulés de 6000 ans de rébellion contre les Lois de Dieu.

 

Certains, si ce n'est tous, de notre peuple, à un certain degré, sont génétiquement déficients en raison de ces rébellions. Certaines personnes sont contraintes par le travail à des situations qui les rendent malades et elles ont besoin d'aide et de compassion. Nos membres de nos églises des ères précédentes étaient des médecins. Ils ont répandu l'Évangile à travers l'Europe en allant dans les maisons, en guérissant et en aidant les gens. La maladie n’égalait pas le péché pour nos prédécesseurs. Ils aimaient les gens qu’ils essayaient de sauver. Ils les guérissaient, les nourrissaient, les habillaient et risquaient leur vie pour leur délivrer la parole de Dieu. Ils ont volontairement sacrifié leur richesse, ont sacrifié leur intérêt personnel, et ont voyagé à pied partout à travers le monde, et ils ont subjugué leur mode de vie et leur bien-être par intérêt pour les peuples du monde. Ils ont essayé d'amener tous les hommes à Christ par amour pour tous les hommes et par souci et amour total les uns pour les autres, en tant que frères.

 

Nos gens ont littéralement déposé leurs propres positions et leurs propres vies les uns pour les autres au cours des siècles. Dans la plupart des églises du premier siècle, ils ont eu des biens en commun. Les Apôtres ont mis en place ce système, où ils ont littéralement donné tout leur argent dans des poches ou des porte-monnaie collectifs et vivaient ensemble.

 

Cela conduit à un autre concept. Si nous devions faire cela en ce siècle-ci, beaucoup de gens s’enfuiraient avant même que nous l’ayons commencé. Nous avons entendu dire : ‘‘aimez tous les frères, mais certaines personnes aimez-les de loin’’. Une telle attitude montre qu'il y a un sérieux problème spirituel, non seulement chez ceux qui ont cette opinion, mais aussi chez ceux qui la font naître. Certaines personnes ne sont pas conscientes de l'impact de leur propre comportement.

 

Nous voyons donc que le sujet d'être pauvre en esprit n'est pas en termes d'être faible en esprit. Cela signifie d’être pauvre en plaçant les intérêts des autres et de l'œuvre de Jésus Christ au-dessus de nos propres personnes ou intérêts personnels.

 

La deuxième Béatitude est : Heureux ceux qui sont affligés : ils seront consolés.

 

D'où vient ce concept d’être affligé ? Qu'est-ce que d’être affligé ? Pourquoi serait-ce une bénédiction d’être affligé ? Le deuil est fondamentalement la perte de quelque chose, n’est-ce pas ? D’Ézéchiel 9:4, nous avons une idée de ce que cela signifie. Christ a développé en fait le concept de ce qu’Ézéchiel disait. Nous lisons à partir du verset 1. Le titre est l'Abattage des idolâtres.

 

Ézéchiel 9:1-11 Puis il cria d’une voix forte à mes oreilles : Approchez, vous qui devez châtier la ville, chacun son instrument de destruction à la main ! 2 Et voici, six hommes arrivèrent par le chemin de la porte supérieure du côté du septentrion, chacun son instrument de destruction à la main. Il y avait au milieu d’eux un homme vêtu de lin, et portant une écritoire à la ceinture. Ils vinrent se placer près de l’autel d’airain. 3 La gloire du Dieu d’Israël s’éleva du chérubin sur lequel elle était, et se dirigea vers le seuil de la maison ; et il appela l’homme vêtu de lin, et portant une écritoire à la ceinture. 4 L’Éternel lui dit : Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et fais une marque sur le front des hommes qui soupirent et qui gémissent à cause de toutes les abominations qui s’y commettent. 5 Et, à mes oreilles, il dit aux autres : Passez après lui dans la ville, et frappez ; que votre œil soit sans pitié, et n’ayez point de miséricorde ! 6 Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire ! Ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison. 7 Il leur dit : Souillez la maison, et remplissez de morts les parvis !… Sortez !… Ils sortirent, et ils frappèrent dans la ville. 8 Comme ils frappaient, et que je restais encore, je tombai sur ma face, et je m’écriai : Ah ! Seigneur Éternel, détruiras-tu tout ce qui reste d’Israël, en répandant ta fureur sur Jérusalem ? 9 Il me répondit : L’iniquité de la maison d’Israël et de Juda est grande, excessive ; le pays est rempli de meurtres, la ville est pleine d’injustice, car ils disent : L’Éternel a abandonné le pays, l’Éternel ne voit rien. 10 Moi aussi, je serai sans pitié, et je n’aurai point de miséricorde ; je ferai retomber leurs œuvres sur leur tête. 11 Et voici, l’homme vêtu de lin, et portant une écritoire à la ceinture, rendit cette réponse : J’ai fait ce que tu m’as ordonné. (LSG)

 

Ce processus commence au plus haut niveau avec les élus eux-mêmes et se poursuit à travers notre peuple. Nous sommes marqués par notre capacité à porter le deuil et à soupirer, à pleurer, à nous repentir et à surmonter. Ceux qui ne sont pas affligés et qui ne se repentent pas seront tués : hommes, femmes et enfants. Ce n'est pas un message de faiblesse. La nation de l'Australie, par exemple, sera forcée de se mettre à genoux par l'épée. La ville de Sydney se repentira de ses Mardi Gras. Ces choses sont des abominations aux yeux de Dieu et seront anéanties, et ce n'est pas faux de dire que la parole de Dieu est inébranlable. Ces personnes appellent le bien mal et le mal bien. Elles sont une abomination aux yeux de Dieu et une puanteur dans Ses narines. Dieu va leur permettre d'être détruites.

 

Notre travail consiste à avertir les gens, et notre paresse et l’ajournement de l'action signifie que des enfants vont mourir. C'est pourquoi nous sommes bénis si nous sommes en deuil et soupirons et pleurons. Mais nous devons le faire activement, et non passivement. Nous devons être proactifs dans ce que nous faisons, et non pas réactifs. Ce n'est pas une question de simplement exprimer notre consternation. Nous devons aller sur le terrain et leur dire. Nous devons appeler à la repentance cette nation tourner le cœur des pères à leurs fils et les fils à leurs pères, ou cette terre va mourir. Ce n'est pas une critique inhérente à notre égard, mais cela ne fait que souligner l'urgence du problème. Notre capacité à exister en tant que nation et le nombre de nos gens dans le Millénaire dépendent de ce que nous faisons maintenant. Même le nombre de Païens dépend de la façon dont nous acquittons de notre tâche. Nous avons des ressources limitées et il y a trop de gens paralysés par les erreurs du passé, par et avec l’indolence [pharisaïque] d’être justes à leur propres yeux.

 

La troisième Béatitude dit : Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre.

 

Est-ce une contradiction de dire que nous devons avertir cette nation et le monde, et pourtant, que nous devons être doux ? Qu'est-ce que cela signifie d’être doux, est-ce que la douceur est une faiblesse ? Non ! La douceur n'est pas une faiblesse.

 

Moïse était doux de tous les hommes, mais aucune personne, à quelque degré que ce soit, ne dirait qu'il était faible. De la même manière, la force ne vient pas de, et ne s'exprime pas en termes d’affirmations dogmatiques ou de pouvoir dans l'utilisation des armes, ou dans l'utilisation d’une position, ou dans l'utilisation de l'autorité. La force, ce n’est pas d’avoir une position hiérarchique et de tabasser ou de donner des coups de pied aux intestins de tous ceux qui sont sous nos ordres. La force, c’est la capacité de mourir pour notre peuple. 1Corinthiens 13 est le chapitre de l'amour, comme nous le savons tous. La charité, dans le sens de l'amour, est l’amour inconditionnel agape de Dieu. C'est le genre d’amour qui a été prononcée de la bouche du Christ sur ​​le pieu quand il a dit : "Père pardonne-leur car ils ne savent ce qu'ils font". Cet amour est la sorte d'amour qui est sortie de la bouche d’Étienne quand ils l'ont lapidé à mort. Il lui a été donné une vision du Royaume pour qu’il puisse le traverser. Ceci est examiné dans la question des deux dernières Béatitudes.

 

En lisant 1Corinthiens 13, nous pouvons avoir une idée de ce dont parle Christ dans sa façon de parler de cette douceur et du fait d’hériter la Terre. C'est le genre de douceur qui vient du fait de se placer au-dessous de nos frères.

 

Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit.

 

Il doit y avoir une manifestation physique de notre préoccupation. Ce ne sont que des paroles vides, un airain qui résonne tout simplement que de parler de notre foi et de ne rien faire. 1Corinthiens 13 parle de pouvoirs prophétiques, de la compréhension des mystères et de connaissance. Il parle de la foi, celle qui déplace des montagnes. Cependant, si nous n'avons pas l'amour qui doit aller avec cela, notre foi est mal orientée, car tous les pouvoirs de l’Esprit Saint sont donnés à ceux qui peuvent l'exprimer dans la douceur – dans l'amour les uns pour les autres. L'Esprit Saint ne nous sera pas donné sous aucune forme ou pouvoir réel tant que nous ne savons pas comment le diriger les uns les autres dans l'amour.

 

On nous donnera suffisamment de dons pour nous en sortir. Moins nous montrerons d'amour, plus l'Esprit sera limité. Si nous ne surmontons pas cette faiblesse, nous perdons l'Esprit Saint.

 

Nous avons vu des personnes testées sur leur compréhension de la Divinité. Ceux qui ne traitent pas ce test comme il se doit et prennent une mauvaise décision, perdent ce qu'ils savaient déjà.

 

La première étape est le Premier Grand Commandement (exprimé dans les quatre premiers Commandements) qui est : d’aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta pensée, et de toute ton âme. La douceur est la forme de comportement qui place tout en subordination au Premier Commandement.

 

Le peuple de Dieu a mis de côté ses mariages, ses frères, son bien-être, sa richesse et tout pour l'Église. Chacun d’entre nous a été appelé à sacrifier quelque chose. Chacun d’entre nous a été appelé et a été donné aux autres afin que nous puissions développer l'amour et la puissance de l'Esprit Saint. Nous hériterons la Terre parce que notre Maître, Jésus-Christ, recevra et a reçu ce pouvoir, la royauté et l’autorité en tant que l'Étoile du Matin. Cela nous sera également donné, sur son trône (Apoc. 2:26-28 ; 3:12,21). Nous le ferons à cause de notre nature ou capacité à subjuguer notre propre intérêt, et à nous mettre au service les uns des autres.

 

Nous devons développer cette nature au maximum de nos capacités. Parfois, il s’agit de voir les besoins des autres. C’est l’expression de notre amour d’anticiper les besoins des autres. Nous avons une famille élargie et nous devrions voir les besoins des uns et des autres avant que la personne ne les exprime. De cette façon, cela cesse d'être la froideur de la charité telle que le monde la voit, et devient le produit d’une préoccupation pleine d’entrain. C'est la capacité, par l'expression de l'amour, de montrer que nous nous soucions des autres. Avoir vu et anticipé quelque chose est un don au-delà des mots, car nous épargnons notre frère la nécessité de devoir le demander. Aucun de nous ne devrait avoir à demander quoi que ce soit.

 

Suite à la question de la douceur, nous passons à la question de la bataille. Notre Maître a le pouvoir de sauver ou de ne pas sauver. Il a le pouvoir de nous délivrer ou de ne pas nous délivrer. Il a le pouvoir de nous envoyer en captivité ou de ne pas nous envoyer en captivité. De la même manière, ceux qui s’appuient sur leurs propres forces et ne servent pas Dieu de tout leur cœur et leur esprit et âme, vont échouer à la fin. Ils iront soit en captivité dans l'Israël physique, soit en captivité de la Deuxième Résurrection.

 

La Deuxième Résurrection est une école de discipline où tous les hommes apprendront à aimer Dieu et verront les résultats de leurs actions. Notre Maître a payé un prix pour nous en libérer et nous donner l'occasion de diriger. Nous dirigerons par notre douceur et notre patience à long terme.

 

À partir d’Apocalypse 6, nous voyons comment ce concept est développé. Les sceaux sont examinés dans les études Les Sept Sceaux (No. 140) et Les Sept Trompettes (No. 141). Ici, nous nous penchons sur la question de l’échec d’être doux. Ce qui se passe dans la progression des sceaux, c’est que les sceaux découlent directement des Béatitudes. Les sceaux sont précisément le résultat de l'échec d’observer le Premier et le plus Grand Commandement, et le Deuxième Grand Commandement, d'aimer notre prochain comme soi-même. Ensemble, ceux-ci constituent le regroupement des Dix Commandements (cf. les documents La Loi de Dieu (L1) et la série sur la Loi (No. 252-No. 263).

 

Le premier sceau se développe à partir de la fausse religion – du fait de placer les systèmes de gouvernement au-dessus de la structure biblique et des Lois de notre Maître et de notre Dieu.

 

Les sceaux sont progressivement ouverts à cause de la violation de la Loi et des restrictions imposées par les Béatitudes.

 

Au fur et à mesure qu’ils sont ouverts, le premier sceau s’ouvre à la fausse religion, car il n'y a aucune douceur. Il n'y a pas de désir ou de volonté de subjuguer l'intérêt personnel et d’aider tous les hommes. Parce que la fausse religion est mise en place, il n'y a pas d’unanimité d'esprit au service du Seul Vrai Dieu et de Sa Loi-ordre. La division causée par les structures hiérarchiques religieuses des groupes empiriques force des inégalités qui découlent à nouveau de l'échec des Béatitudes dans nos esprits. Le désir se transforme en luxure, qui a pour résultat la lutte. La guerre s’ensuit. De la guerre naissent la peste, la mort et la famine. Celles-ci sont les quatre premiers sceaux et elles sont exponentielles. L’un est en cours, l'autre l’est aussi.

 

Il s'ensuit, donc, qu'ils s’amplifient dans le cinquième sceau de la persécution religieuse, parce que si nous avons la fausse religion, nous avons deux écoles et un faux dieu. Avec la fausse religion, nous avons la soif du pouvoir. Si nous n'avons pas de douceur, nous avons la persécution.

 

Le cinquième sceau est le résultat de la persécution qui survient, suite à une absence de douceur, d'une volonté de blesser et de nuire à ceux qui ne sont pas d'accord avec nous.

 

Le sixième sceau représente les signes célestes. Ils montrent que Christ va s’occuper de la question et interviendra de façon imminente et dans un ordre progressif.

 

Par ces signes, Christ indique qu'il va mettre fin à ce système mondial par les manigances et convoitises et le pouvoir même de ces gens contre eux-mêmes.

 

À ce moment-là, ils sont tous ramenés dans la Vallée de Décision et détruits par leurs propres moyens. Christ ne les tue pas, dans le sens qu’il entreprend, sous l'ordre direct de Dieu, de simplement estropier et tuer ces gens. On leur permet d’utiliser leurs propres faiblesses, qui découlent de leur incapacité à garder les Béatitudes. Ils s'entretueront, hommes, femmes et enfants, par millions, détruisant presque cette planète.

 

Le monde dégénère en tribalisme. Les anglophones dégénèrent également de cette manière. Les esprits de notre peuple sont systématiquement détruits par Hollywood et les médias, selon des critères violents et vils.

 

L'Europe s’est déclarée deux fois la guerre à elle-même au cours du 20ème siècle, dans des actes de grande folie. Cela a ensuite été suivi par une Guerre Froide pendant 50 ans comme résultat de la Seconde Guerre Mondiale. Elle est maintenant sur le point de replonger dans la barbarie. Elle est redevenue raciste. Nos peuples autochtones sont attaqués. Le nettoyage ethnique et la barbarie tribale de la guerre des Balkans est un précurseur de la Troisième Guerre Mondiale, comme la Guerre Civile espagnole a été une avant-première de la Seconde Guerre Mondiale. L'incapacité politique à contrôler la Bête a mis en mouvement une série de choses. Ces gens, poussés par le matérialisme et l'amoralité, par leurs convoitises, leurs jeux de pouvoir et leurs ambitions, vont se détruire eux-mêmes et détruire notre planète.

 

Les doux hériteront la Terre car il n'y aura personne d'autre laissé en vie. Christ va intervenir dans cette folie et l’abrégera pour l’amour des élus dans le Plan de Dieu (Matt. 24:22).

 

Durant chacune des phases des sept sceaux, le monde pouvait se repentir. Dans le septième sceau, il y a sept trompettes, puis sept coupes, les sept coupes représentent la colère de Dieu. Dans chacune d’elle, il est dit : et pourtant ils ne se repentirent pas (Apo. 16:9). Pendant cette période, personne n’est autorisé à entrer dans le Temple de Dieu, jusqu'à ce que les sept fléaux soient accomplis (Apo 15:8). Ils ne se sont, par conséquent, ni repentis ni ne peuvent être convertis.

 

Dans chacune de ces épreuves, Dieu permet une soupape de sécurité. C'est la même situation que celle où nous avons une personne en bas dans une impasse, et nous disons : Allez-vous renoncer ? Et elle dit : Non ! En fait, l'humanité s'est mise elle-même dans sa propre impasse et s’asphyxie lentement jusqu’à la mort, une blessure auto-infligée. Dieu dit effectivement : Ne te tire pas dans le pied, ça va faire mal. Les inconvertis dans l'inimitié envers Dieu disent en réponse : Si je veux me tirer une balle, je le ferai. Dieu essaie de sauver ces gens, mais ils continuent à se tirer une balle sur leurs pieds. C'est la finalité de tout cela. C'est pourquoi Christ dit : Soyez bénis, vous hériterez la Terre, parce que nous ne nous tirons pas continuellement nous-mêmes dans le pied.

 

La quatrième Béatitude est : Heureux ceux qui ont faim et soif de justice.

 

Un tel désir est d’avoir faim et soif de la connaissance de Dieu. Le Psaume 119 montre les concepts de la Loi, et la justice découle de la Loi. Les élus sont remplis de l'Esprit Saint et il y a une diligence dans leur faim et leur soif. Ils ne mangent pas de la nourriture physique, ils mangent de la nourriture spirituelle.

 

Les documents sur L’Esprit Saint (No. 117) et Le Fruit de l'Esprit (No. 146) devraient être considérés en relation avec les Béatitudes et le fait d’être rempli. C’est l'Esprit Saint et tous ses fruits exprimés dans 1Corinthiens 13, et dans tous les autres textes sur le sujet par Paul, qui sont le remplissage qui a lieu.

 

Les Béatitudes forment une clé, et il y a un flux à travers elles dans notre capacité à devenir le sel de la Terre et les lumières du Temple. Nous pouvons devenir une lumière pour les Païens.

 

Cependant, nous ne sommes pas beaucoup. Le sel n’est qu’un saupoudrage sur la nourriture ou une petite portion dans les ingrédients. On retrouve le même concept dans l'histoire de Gédéon et des 300. Nous sommes très peu nombreux ; nous sommes appelés un d'une ville, et deux d'une famille (Jér. 3:14).

 

Jérémie 3:14   Revenez, enfants rebelles, dit l’Éternel ; Car je suis votre maître. Je vous prendrai, un d’une ville, deux d’une famille, Et je vous ramènerai dans Sion. (LSG)

 

C'est pourquoi, il y a si peu de personnes qui comprennent et travaillent au cours de cette dernière période. Dieu a répandu son Esprit sur l'humanité, tout d'abord par les élus (Actes 2:1-33) et cela continue durant les Derniers Jours (Joël 2:28-32 ; Actes 2:17-21).

 

Élie pensait qu'il était le dernier survivant. En effet, c’est ce qu’il disait : Il ne reste personne d'autre. Mais Dieu, je suis le seul ici ; je suis important. Il était enflé de vanité à cause de sa tâche. Paul a tué Étienne, cependant il a dit, quand il s'agit de la loi - irrépréhensible (Phil. 3:6). Il a écrit cela après sa conversion et après qu'il eût assassiné Étienne ! Il n’y a qu’un seul homme qui soit juste, Jésus-Christ, et nous sommes tous des pécheurs. Christ, cependant, a déclaré qu'il n'y avait pas un seul qui soit bon à part Dieu (Matt. 19:16-17). Tous ont été privés de la gloire de Dieu, y compris Paul. Le péché est péché et il procède de l'iniquité de l'esprit. Certains des élus qui ont précédé le Messie, tels que les parents de Jean le Baptiste, étaient irréprochables selon les ordonnances (Luc 1:6). Nous devons tous être irréprochables, après notre conversion (1Cor. 1:8 ; Phil. 2:15 ; 1Th. 5:23 ; 1Tim. 3:2,10 ; 5:7 ; Tite 1:6,7 ; 2Pierre 3:14).

 

Paul, cependant, a compris plus tard qu'il était le pire des pécheurs (Romains 7:1-25).

 

Certains d'entre nous pèchent dans leur esprit. D’autres pèchent en fait et en actes. Mais nous sommes mesurés dans nos esprits et pas seulement dans ce que nous faisons. C'est un concept effrayant. L'esprit offre une grande opportunité pour le péché. Souvent, nous sommes surpris au niveau de nos propres pensées. Les médias modernes offrent des possibilités de péchés de l'esprit qui dépassent tous les temps antérieurs.

 

Cette question suit alors celle de la miséricorde. Ce n'est pas un hasard si la miséricorde suit après la faim et la soif de justice dans la structure des Béatitudes. Nous devons être doux [humbles] pour arriver, ou vouloir arriver, au point de compréhension que nous avons besoin de l'Esprit Saint, de la grâce de Dieu et du sacrifice rédempteur du Christ. Nous avons besoin d’être remplis afin de subjuguer le moi. Notre vanité et notre autonomie sont soumises à la dépendance du Christ. Certains d'entre nous doivent alors être physiquement humiliés pour entrer dans le Royaume de Dieu. On permet à certains d'entre nous de souffrir des blessures et des pertes pour amener leur esprit au point où Dieu peut s’occuper d’eux. Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon Son dessein (Romains 8:28).

 

La cinquième Béatitude est : Heureux les miséricordieux.

 

Zacharie 7:8-10 La parole de l’Éternel fut adressée à Zacharie, en ces mots : 9 Ainsi parlait l’Éternel des armées : Rendez véritablement la justice, et ayez l’un pour l’autre de la bonté et de la miséricorde. 10 N’opprimez pas la veuve et l’orphelin, l’étranger et le pauvre, et ne méditez pas l’un contre l’autre le mal dans vos cœurs. (LSG)

 

Certaines églises Trinitaires ont enseigné que nous n'avons pas à avoir foi en des personnes qui ne sont pas de notre propre dénomination [ou confession]. Elles enseignaient que nous avons une norme différente pour traiter avec les gens si nous sommes de la même foi. En termes d'honnêteté, de veuves, d’orphelins et de pauvres au regard de la Loi, ceci n'est pas vrai. Dieu ne fait aucune acception de personnes (Actes 10:34).

 

Les étrangers, les Païens, nous font confiance parce que nous ne faisons pas acception les uns des autres dans la Loi. Les jugements de la Loi seront diffusés sur toute la planète, sans distinction de race, de couleur de peau ou de classe sociale.

 

Zacharie 7:11-13 Mais ils refusèrent d’être attentifs, ils eurent l’épaule rebelle, et ils endurcirent leurs oreilles pour ne pas entendre. 12 Ils rendirent leur cœur dur comme le diamant, pour ne pas écouter la loi et les paroles que l’Éternel des armées leur adressait par son esprit, par les premiers prophètes. Ainsi l’Éternel des armées s’enflamma d’une grande colère. 13 Quand il appelait, ils n’ont pas écouté : aussi n’ai-je pas écouté, quand ils ont appelé, dit l’Éternel des armées. (LSG)

 

Il y aura un temps où le Seigneur des Armées n’entendra pas. Il n’entendra pas quand la nation criera et on s’en occupera et on le confiera à d’autres nations qui auront un cœur de pierre pour s’occuper de nous.

 

Zacharie 7:14 Je les ai dispersés parmi toutes les nations qu’ils ne connaissaient pas ; le pays a été dévasté derrière eux, il n’y a plus eu ni allants ni venants ; et d’un pays de délices ils ont fait un désert. (LSG) 

 

La désolation et la guerre découlent de l'incapacité à écouter et à tenir compte de la parole de Dieu.

 

Zacharie 8:1-6 La parole de l’Éternel des armées se révéla, en ces mots : 2 Ainsi parle l’Éternel des armées : Je suis ému pour Sion d’une grande jalousie, et je suis saisi pour elle d’une grande fureur. 3 Ainsi parle l’Éternel : Je retourne à Sion, et je veux habiter au milieu de Jérusalem. Jérusalem sera appelée ville fidèle, et la montagne de l’Éternel des armées montagne sainte. 4 Ainsi parle l’Éternel des armées : Des vieillards et des femmes âgées s’assiéront encore dans les rues de Jérusalem, chacun le bâton à la main, à cause du grand nombre de leurs jours. 5 Les rues de la ville seront remplies de jeunes garçons et de jeunes filles, jouant dans les rues. 6 Ainsi parle l’Éternel des armées : Si la chose paraît étonnante aux yeux du reste de ce peuple en ces jours-là, sera-t-elle de même étonnante à mes yeux ? dit l’Éternel des armées. (LSG)

 

Cela peut sembler impossible aux hommes, mais ce n'est pas impossible à Dieu. Dieu peut susciter des enfants à Abraham à partir des pierres du désert, et Il le fera. Nous sommes en train de préparer l'établissement du Millénaire. Tout cela est lié au Messie et à l'établissement du Royaume de Dieu. Ainsi, la question de la justice et de la miséricorde se poursuit dans notre capacité à traiter les uns les autres de manière juste.

 

La sixième Béatitude est la suivante : Bienheureux les cœurs purs car ils verront Dieu.

 

En manifestant ces qualités dans l'Esprit Saint en tant qu’un enfant de Dieu baptisé et engendré de l’Esprit, nous recevrons le sceau de Dieu. En recevant le sceau, nous sommes capables d'atteindre la puissance spirituelle, et nous verrons Dieu. Paul a écrit qu’aucun homme, aucun être humain physique, n’a vu ni ne verra jamais Dieu (1Tim. 6:16). C'est un concept sur lequel Paul et Jean ont insisté : qu'aucun homme n'a jamais vu Dieu, car Dieu est une puissance spirituelle. Nous devons être sous la forme et capacité de l'esprit pour voir Dieu, et aucun homme ne peut être ainsi. C'est quelque chose qui doit être réalisé après la résurrection et nous atteindront cette distinction.

 

La septième Béatitude est la suivante : Heureux les artisans de paix car ils seront appelés enfants de Dieu.

 

Artisan de la paix est une façon d'exprimer l'Esprit Saint. Apporter la paix est la capacité dont Jésus Christ fait preuve pour diriger cette planète. Il règne en unissant sa planète en un seul accord sous l’égide de Dieu. Le Monothéisme ne signifie pas [de dire] que Dieu est un en ayant trois têtes. Le monothéisme signifie que Dieu est Un, parce que tout le monde, Jésus-Christ et tous ceux qui font partie de l'Armée, subjuguent leurs volontés à Dieu. Ils partagent la volonté, la forme et la puissance de Dieu par le désir et l'amour. Nous sommes appelés dans le système à partager Sa volonté par le désir et l'amour. Jésus lui-même l’a dit : "Ma nourriture c'est de faire la volonté de Celui qui m'a envoyé [et d’accomplir Son œuvre]" (Jean 4:34). Cela devrait être la question fondamentale pour nous. C'est ce qu’est le Monothéisme. Nous sommes tous d'un seul Esprit qui émane de Dieu et qui fait que Jésus-Christ ne fait qu’un avec Dieu. L’Esprit fait de nous une partie du Corps de Jésus Christ qui est notre tête [chef], et fait de nous tous une partie de Dieu qui est tout en tous (Éph. 4:6). Ce n'est pas une Trinité, c'est une multiplicité. La Trinité limite notre capacité à voir Dieu et à ne faire qu'un avec Dieu, de la même manière que Jésus-Christ est un avec Dieu. Le Binitarisme produit le même effet que le Trinitarisme.

 

Pour être enfants de Dieu, nous devons être des artisans de paix et démontrer les fruits de l'Esprit Saint. Comment devient-on des artisans de paix ? Comment pouvons-nous résoudre les problèmes ? Regardez les besoins et regardez les préoccupations. Nous nous plaçons en-dessous de nos frères. Nous devrions dire : Je ne veux pas accomplir des choses au détriment de mon frère. Je ne veux rien en dehors de la volonté de mon Père. Je ne veux mettre aucun système au-dessus de celui du Corps de mon Maître et de la volonté de mon Père. Si mon Père choisit de ne pas intervenir, et que je meurs dans ce processus, alors c'est la volonté de mon Père, malgré tout je vivrai et je serai plus fort que jamais ils ne l'auraient imaginé".

 

Nous faisons la paix, mais pas parce que nous avons peur de l’homme sur cette planète. L'Esprit Saint est un esprit de puissance et un esprit sain – non pas un esprit de peur et de timidité. Que certains d'entre nous soient faibles physiquement et ne peuvent pas battre le champion poids lourd ne signifie pas grand-chose. Nous sommes tous faibles physiquement dans un domaine ou un autre, mais notre force vient de la puissance de Dieu. Le fait que Christ nous ait mis dans une position où nous ne pouvons pas subjuguer les nations (littéralement détruire cette planète) est une vertu, car il y a beaucoup de frères qui jugeraient de manière injuste. S’ils étaient en charge, il y aurait beaucoup de clones et beaucoup de morts. Certaines églises auraient brûlé tous les livres de la planète si elles avaient été en charge il y a vingt ans, et certains peuvent encore avoir envie de le faire. Beaucoup de femmes auraient été brûlées sur le bûcher comme sorcières et il y aurait eu moins de races autour. Comme nous le savons tous, de nombreuses atrocités ont été commises au nom de Dieu.

 

Comme huitième Béatitude, Christ dit : Bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est pour eux.

 

Le martyre d'Étienne dans les Actes est important. Étienne s’adresse au conseil dans Actes 7. Quand il eut fini, ils sont devenus furieux et ont grincé les dents. Que voulait-il dire ? Dans Actes 7:51, il dit :

 

Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d’oreilles !

 

Ils savaient ce que la circoncision du cœur était. Ésaïe leur avait tout dit à ce sujet et ils savaient que ce n'était pas une sorte de nouvel enseignement. Christ avait déjà télégraphié ses mouvements à travers les prophètes. Certaines personnes pensent que Jésus Christ a commencé un nouveau système. Ce n’est pas le cas. Il a parlé à Israël pendant des centaines d'années à travers les prophètes. Ils ne voulaient pas écouter. C'est ce qu’Étienne disait et ils n’ont pas aimé cela.

 

Dans Matthieu 23:31,37 et Luc 11:50, Christ interrogeait effectivement aux Pharisiens : "Lequel des prophètes, vos ancêtres n’ont pas persécuté ?" Il n’était pas dit ici : "je pense que vous l’avez fait à la plus plupart d'entre eux". Il leur a demandé de lui dire lequel ils n'ont pas persécuté ? Tous les prophètes et tous ceux qui ont parlé au nom de Dieu ont été persécutés et sont persécutés. Ils ont tué ceux qui ont prédit la venue du juste qu’Étienne a dit qu'ils avaient trahi et assassiné. Il a dit : "Vous êtes ceux qui reçoivent la loi telle qu’ordonnée par les anges et ne l’ont pas observée" (Actes 7:53). C’était une condamnation du Judaïsme pharisaïque. Ils avaient la Loi mais ne l’observaient pas en esprit.

 

En entendant ces paroles, ils étaient furieux dans leur cœur, et ils grinçaient des dents contre lui. 55 Mais Étienne, rempli du Saint-Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. Et il dit : Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. 57 Ils poussèrent alors de grands cris, en se bouchant les oreilles, et ils se précipitèrent tous ensemble sur lui, 58 le traînèrent hors de la ville, et le lapidèrent. Les témoins déposèrent leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme nommé Saul.

 

Alors qu'ils étaient en train de lapider Étienne, il pria :

 

S'il te plaît, Seigneur Jésus accepte mon esprit et il s'agenouilla et cria d'une voix forte : "Seigneur ne leur impute pas ce péché". Quand il eut dit cela, il mourut. Saul approuva le meurtre.

 

Saul a approuvé le meurtre fait par eux. Les manteaux ont été portés à ses pieds, car il était le témoin ou superviseur des pharisiens. Il était exigé qu'un homme soit mis à mort sous le regard ou la juridiction d'un témoin, d’un délégué. Dans les Inquisitions, l'autorité provenait des légats papaux. Mais Saul a assassiné Étienne comme s'il avait jeté la première pierre et c’était théoriquement son travail de jeter la première pierre. En gros, le témoin est celui qui sanctionnait le meurtre. Sans cela, le meurtre d’Étienne était sans excuse. Paul aurait dû s’être totalement repenti de ce fait au lieu de proférer le concept d’irréprochabilité. Il n'était pas irréprochable, car il a enfreint le Commandement : Tu ne tueras point. Il a tué un homme innocent.

 

À la fin, à la neuvième Béatitude, on lit : Heureux serez-vous quand les gens vous insulteront, qu'on vous persécutera et qu'on dira toute sorte de mal contre vous à tort, sur mon compte.

 

Christ l'a personnalisée. Il a centré la persécution sur chacun et chacune des élus. Les gens qui persécutent les élus sont ceux qui sont en position d'autorité ou qui se disent en autorité dans ce qui se prétend être les Églises ou Congrégation de Dieu. Ce fut d'abord le Judaïsme, mais la plus grande persécution est provenue du soi-disant Christianisme dominant. Elle se poursuit dans le système Protestant et même dans les Églises de Dieu. Ceux-ci sont ceux qui disent qu'ils sont Chrétiens, mais qui ne le sont pas. Ceux qui, à l'extérieur du Christianisme dominant, se disent être les Églises de Dieu persécutent les élus parce qu'ils ne connaissent pas notre Maître.

 

C’est ce que dit Ésaïe 66:5 :

 

Écoutez la parole de l’Éternel, Vous qui craignez sa parole. Voici ce que disent vos frères, qui vous haïssent et vous repoussent à cause de mon nom : Que l’Éternel montre sa gloire, et que nous voyions votre joie ! – mais ils seront confondus. (LSG)

 

En fait, les élus sont rejetés de la Synagogue par ceux qui pensent rendre service au Christ. Ils essaient de mettre les élus à mort. Qui a tué Ésaïe en le sciant soi-disant en deux ? C’était le sacerdoce. Qui a lapidé à mort Jérémie ? Les traditions disent que c'étaient les prophètes d'Anathoth. Ceux-là  mêmes qui se disent qu'ils sont des piliers de la lumière sont ceux qui nous insultent le plus parce qu'ils ne connaissent pas notre Maître. Ils pensent qu'ils sont justes, mais n'ont pas l'Esprit Saint. Ils ne peuvent pas observer la Loi, car l'esprit charnel est inimitié envers Dieu (Rom. 8:7). Il ne s’agit pas d’un concept de gens étant ennemis de Dieu. Sans l'Esprit Saint et sans être proche de Dieu, nous ne pouvons pas observer la Loi, car elle émane de la nature de Dieu. Ce que Dieu dit en fait est le suivant : “J'ai mis en place le système. Je vous ai créés et vous ne seriez pas tous là sans Mon Esprit”.

 

L'analogie est très similaire à celle d’un navire dans le port avec le générateur en marche. Toutes les lumières sont allumées mais il ne va nulle part et seul le moteur auxiliaire fonctionne. Le moteur principal n'est même pas allumé. Ces gens ne peuvent rien faire à ce qu'ils sont. Ils n'ont même pas activé les turbines. Ils fonctionnent avec le moteur auxiliaire et c'est à peu près l'analogie. Il ne s'agit pas de demi-puissance, ils n'ont aucune puissance. Les lumières sont allumées, mais il n'y a aucune activité. C'est lorsque nous démarrons le moteur avec l’Esprit Saint que nous devenons alors opérationnels. Nous pouvons alors quitter le port et naviguer n'importe où selon la volonté de notre Père.

 

Le fait de proférer toute sorte de mal contre nous à tort sur le compte du Christ n'est pas quelque chose de nouveau. Les exemples ci-dessus illustrent le genre de calomnies auxquelles nous avons été confrontés au cours des siècles. Parce que nous n'avons pas eu la capacité d'écrire des livres, nous n'avons pas pu publier notre version des choses. Ils ont brûlé nos écrits, ont appelé mal ce que nous avons fait, et ont dit que nous avions fait des choses horribles, telles qu’adorer le Seul Vrai Dieu, jeûner, observer le Sabbat, et nous habiller sans ostentation. Ils nous ont pendus et nous ont brûlés sur le bûcher pour ces choses. C'était leur façon de s'habiller comme des paons. Le Christianisme du courant dominant nous a injuriés pour toutes sortes de choses. Ils avaient très peu de choses à nous reprocher en tant que Foi (voir le document Le Rôle du Quatrième Commandement dans l’Histoire des Églises de Dieu Observant le Sabbat (No. 170) et le document La Distribution Générale des Églises de Dieu Observant le Sabbat (No. 122)).

 

Beaucoup de nos gens ont été appelés à sortir du péché. Souvent, le monde condamnait les pécheurs. Toutefois, ils se sont convertis et ont été acceptés et pardonnés par l'Église en tant que frères. Cette acceptation inconditionnelle des pécheurs dans la grâce salvatrice du baptême de Jésus-Christ est la marque de l'Église de Dieu et des élus.

 

Christ a dit : “Réjouissez-vous et soyez heureux car votre récompense sera grande dans les cieux car c’est aussi ainsi qu'ils ont persécuté les prophètes qui étaient avant vous, de même ainsi ils vous persécuteront.

 

Portez la persécution du monde à la lumière de l'espérance qui est en nous. Efforcez-vous de faire l’œuvre de Dieu.

 

Nous devons être le sel de la Terre et la lumière du monde. Jésus-Christ est la lumière du monde et, à travers nous, il répand l'évangile. Dieu a choisi de nous utiliser plus que toute autre grande œuvre. Il nous a appelés à confondre les puissants. Il nous a appelés, nous les faibles et les simples. Certains d'entre nous sont faibles, d’autres sont simples et d’autres sont les deux à la fois. Mais Il nous a appelés, non pas pour nous laisser dans cet état, mais pour nous amener à un point de puissance par l'Esprit Saint.

 

Les mesures de ce pouvoir sont les Béatitudes et la façon dont nous pouvons soumettre notre propre intérêt pour Dieu et pour nos compagnons dans l'Église. Ceux d'entre nous qui sont célibataires sont dans des familles, ceux d'entre nous qui n'ont pas d'enfants sont des parents et ceux d'entre nous qui sont seuls ne sont plus seuls. Nous sommes tous une famille étendue, en puissance, à travers un seul Esprit. Christ nous dit dans ses Béatitudes comment y arriver et comment accomplir ses tâches. Nous ne sommes pas appelés à la faiblesse, mais à la puissance.