Les Églises Chrétiennes de Dieu

[073]

 

 

 

Samson et les Juges [073]

 

(Édition 2 19941022-20031011)

 

 

Les activités et les iniquités d'Israël, sous les Juges, devaient aboutir à l’élévation de Samson, de la tribu de Dan, en tant que Juge d'Israël. L'histoire est examinée d'un point de vue spirituel en montrant les séquences, telles qu’elles s'appliquent au développement de l'Esprit Saint dans l'individu, sous la direction de Jésus Christ, et aussi dans l'Église, en tant que groupe. Cette histoire renferme des leçons intéressantes et surprenantes pour aujourd'hui, afin de nous aider à mieux comprendre les activités du Messie et de l'Église.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1994, 1998, 1999 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

 

Samson et les Juges [073]

 

Les Juges

 

L’Éternel établit sur Israël Josué (salut), fils de Nun (endurance). Le peuple servit l’Éternel tout le temps de Josué et tout le temps des anciens d’Israël (le reste des Soixante-dix) qui survécurent à Josué, qui lui mourut à l’âge de cent dix ans (Juges 2:7-8). Toute cette génération fut réunie à ses ancêtres, c’est-à-dire qu’ils sont morts (Juges 2:10). Les enfants d’Israël firent ce qui est mal aux yeux de l’Éternel et ils rendirent un culte à Baal et à d’autres seigneurs (Juges 2:11). Cela devait devenir une caractéristique d'Israël sous sa propre gouverne. Il y a six iniquités enregistrées dans Juges 3:7,12 ; 4:1 ; 6:1 ; 10:6 ; 13:1. Ce culte à d'autres dieux, y compris Baal et Ashtoreth, a provoqué la colère de l'Éternel qui les a livrés entre les mains de gens qui les ont dépouillés et de leurs ennemis, afin qu'ils ne puissent pas leur résister (Juges 2:12-14). Chaque fois qu'ils sont allés à la guerre, la main de l'Éternel était contre eux (Juges 2:15). Ils ont été envoyés en captivité et l'Éternel a élevé des juges pour les délivrer (Juges 2:16).

 

Juges 2:17-23 17 Mais ils n'écoutèrent pas même leurs juges, car ils se prostituèrent à d'autres dieux, se prosternèrent devant eux. Ils se détournèrent promptement de la voie qu'avaient suivie leurs pères, et ils n'obéirent point comme eux aux commandements de l'Éternel. 18 Lorsque l'Éternel leur suscitait des juges, l'Éternel était avec le juge, et il les délivrait de la main de leurs ennemis pendant toute la vie du juge ; car l'Éternel avait pitié de leurs gémissements contre ceux qui les opprimaient et les tourmentaient. 19 Mais, à la mort du juge, ils se corrompaient de nouveau plus que leurs pères, en allant après d'autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux, et ils persévéraient dans la même conduite et le même endurcissement. 20 Alors la colère de l'Éternel s'enflamma contre Israël, et il dit : Puisque cette nation a transgressé mon alliance que j'avais prescrite à ses pères, et puisqu'ils n'ont point obéi à ma voix, 21 je ne chasserai plus devant eux aucune des nations que Josué laissa quand il mourut. 22 C'est ainsi que je mettrai par elles Israël à l'épreuve, pour savoir s'ils prendront garde ou non de suivre la voie de l'Éternel, comme leurs pères y ont pris garde. 23 Et l'Éternel laissa en repos ces nations qu'il n'avait pas livrées entre les mains de Josué, et il ne se hâta point de les chasser. (LSG)

 

Israël a cohabité avec les nations qui sont restées après l'occupation afin qu'Israël puisse être éprouvé par ces nations (Juges 3:1-4).

 

Juges 3:1-11 1 Voici les nations que l'Éternel laissa pour éprouver par elles Israël, tous ceux qui n'avaient pas connu toutes les guerres de Canaan. 2 Il voulait seulement que les générations des enfants d'Israël connussent et apprissent la guerre, ceux qui ne l'avaient pas connue auparavant. 3 Ces nations étaient : les cinq princes des Philistins, tous les Cananéens, les Sidoniens, et les Héviens qui habitaient la montagne du Liban, depuis la montagne de Baal Hermon jusqu'à l'entrée de Hamath. 4 Ces nations servirent à mettre Israël à l'épreuve, afin que l'Éternel sût s'ils obéiraient aux commandements qu'il avait prescrits à leurs pères par Moïse. 5 Et les enfants d'Israël habitèrent au milieu des Cananéens, des Héthiens, des Amoréens, des Phéréziens, des Héviens et des Jébusiens ; 6 ils prirent leurs filles pour femmes, ils donnèrent à leurs fils leurs propres filles, et ils servirent leurs dieux. 7 Les enfants d'Israël firent ce qui déplaît à l'Éternel, ils oublièrent l'Éternel, et ils servirent les Baals et les idoles. 8 La colère de l'Éternel s'enflamma contre Israël, et il les vendit entre les mains de Cuschan Rischeathaïm, roi de Mésopotamie. Et les enfants d'Israël furent asservis huit ans à Cuschan Rischeathaïm. 9 Les enfants d'Israël crièrent à l'Éternel, et l'Éternel leur suscita un libérateur qui les délivra, Othniel, fils de Kenaz, frère cadet de Caleb. 10 L'esprit de l'Éternel fut sur lui. Il devint juge en Israël, et il partit pour la guerre. L'Éternel livra entre ses mains Cuschan Rischeathaïm, roi de Mésopotamie, et sa main fut puissante contre Cuschan Rischeathaïm. 11 Le pays fut en repos pendant quarante ans. Et Othniel, fils de Kenaz, mourut. (LSG)

 

À chaque fois que le juge, nommé par le Seigneur, mourait, le peuple retournait au mal et à l'idolâtrie. Ces juges possédaient l'Esprit Saint, appelé l'Esprit du Seigneur. L'histoire de Samson, qui sera examinée ci-dessous, est un exemple de la façon dont l’Esprit  opère.

 

Après la mort d'Othniel (signifiant la force de Dieu), qui était le fils de Kenaz, le frère de Caleb, ils ont de nouveau péché.

 

Juges 3:12-15 12 Les enfants d'Israël firent encore ce qui déplaît à l'Éternel; et l'Éternel fortifia Églon, roi de Moab, contre Israël, parce qu'ils avaient fait ce qui déplaît à l'Éternel. 13 Églon réunit à lui les fils d'Ammon et les Amalécites, et il se mit en marche. Il battit Israël, et ils s'emparèrent de la ville des palmiers. 14 Et les enfants d'Israël furent asservis dix-huit ans à Églon, roi de Moab. 15 Les enfants d'Israël crièrent à l'Éternel, et l'Éternel leur suscita un libérateur, Éhud, fils de Guéra, Benjamite, qui ne se servait pas de la main droite. Les enfants d'Israël envoyèrent par lui un présent à Églon, roi de Moab. (LSG)

 

Ils envoyèrent un présent à Églon, roi de Moab ; une épée à deux tranchants, qu’Éhud, le Benjamite, le fils de Gera, a attaché à sa cuisse droite (Juges 3:16).

 

Les Benjamites étaient gauchers, soi-disant, la main la plus faible. Le symbolisme est que Dieu donne la délivrance à travers les choses les plus faibles. À travers la faiblesse, Il produit la force. Cela s'est produit sept fois dans Juges, illustrant 1Corinthiens 1:27 et 2Corinthiens 12:9. Celles-ci sont :

 

·         La main gauche (Juges 3:21) ;

 

·         Un aiguillon à bœufs (Juges 3:31) ;

 

·         Une femme (Juges 4:4) ;

 

·         Un pieu (Juges 4:21) ;

 

·         Un morceau d'une meule (Juges 9:53) ;

 

·         Des cruches et des trompettes (Juges 7:20) ;

 

·         Une mâchoire d'âne (Juges 15:16).

 

Bullinger (voir Companion Bible, remarques à Juges 3:21) soutient que cette séquence s’est perpétuée plus tard dans les activités de Luther (le fils d’un mineur), Calvin (le fils d’un tonnelier), Zwingle (le fils d’un berger), Melancthon (le fils d’un armurier) et John Knox. Les cinq sont ainsi vus comme complémentaires aux sept. Toutefois, les conclusions vont, peut-être, beaucoup plus loin que celles tirées par Bullinger.

 

Après avoir tué Églon, Éhud s’échappa et il convoqua Israël de la montagne d’Éphraïm.

 

Juges 3:27-30 27 Dès qu'il fut arrivé, il sonna de la trompette dans la montagne d'Éphraïm. Les enfants d'Israël descendirent avec lui de la montagne, et il se mit à leur tête. 28 Il leur dit: Suivez-moi, car l'Éternel a livré entre vos mains les Moabites, vos ennemis. Ils descendirent après lui, s'emparèrent des gués du Jourdain vis-à-vis de Moab, et ne laissèrent passer personne. 29 Ils battirent dans ce temps-là environ dix mille hommes de Moab, tous robustes, tous vaillants, et pas un n'échappa. 30 En ce jour, Moab fut humilié sous la main d'Israël. Et le pays fut en repos pendant quatre-vingts ans. (LSG)

 

Deux générations passèrent, puis, il y eut Schamgar, fils de Anath, qui tua six cents Philistins avec un aiguillon à bœufs (Juges 3:31). Après la mort d’Éhud et celle de Chamgar, Israël fit encore ce qui est mal aux yeux de l’Éternel et Dieu les livra entre les mains de Yabin, roi de Canaan, qui régnait à Hatsor. Le chef de son armée s’appelait Sisera et ils oppressèrent les Israélites pendant vingt ans (Juges 4:1-3).

 

Débora, la prophétesse d’Éphraïm, était juge en Israël; elle vivait entre Rama et Béthel. Selon l’ordre de Dieu, elle fit appeler Barak et ordonna le recrutement de dix milles hommes de Nepthali et de Zabulon pour libérer Israël.

 

Les Israélites ont initialement été trahis dans cette entreprise par Héber (qui veut dire société ou communauté ou compagnie et aussi un sort ou enchantement), le Kénien, des fils de Hobab, beau-père de Moïse. Il s’était séparé des Kéniens et il campait dans la plaine de Tsaannaïm (qui veut dire enlèvements), près de Kédesch (Nepthali) (Juges 4:11-12). La maison de Héber, les Kéniens, et Yabin, roi de Hatsor, vivaient en paix (Juges 4:17). Sisera s’enfuit vers les tentes de Héber. Jaël,  l’épouse de Héber, vint à la rencontre de Sisera et, après lui avoir offert l’hospitalité, elle le tua en lui enfonçant un pieu dans la tempe qui pénétra en terre (Juges 4:21-22).

 

Dieu a, de la sorte, assujetti les Canaanites et Israël a prospéré. Le cantique de Débora note que les Armées célestes participèrent activement aux combats (Juges 5:20). Nos luttes ne sont pas des luttes matérielles, mais elles impliquent les puissances de l’Armée.

 

Le pays fut tranquille pendant quarante ans, soit une génération, puis ils sont de nouveau retournés à l'idolâtrie et l'Éternel les a livrés entre les mains de Madian pendant sept ans. Israël s’est réfugié dans les ravins et les cavernes des montagnes. Les Madianites, les Amalékites et les enfants de l'Orient marchaient contre Israël et détruisaient les productions du pays; ils ne laissaient pas de vivres ou animaux à Israël (Juges 6:1-5). Israël s'est écrié à l'Éternel et Gédéon, de Manassé, leur a été envoyé. L'histoire de Gédéon (signifiant faire tomber un arbre ou le couper et, de là, un renverseur ou un guerrier) ou Jerubbaal (signifiant Baal luttera) (Juges 6:1 à 8:28) est traitée dans l'étude La Force de Gédéon et les Derniers Jours [022]. L'essence de l'histoire se réfère aux derniers jours et elle est l'histoire de l'enlèvement de l'idolâtrie et de la guerre qui s’ensuit, du fait que Baal lutte dans les derniers jours. Sa signification pour les élus et l'apostasie de la fin requiert plus d’étude.

 

Gédéon avait soixante-dix fils, symbolisant le conseil des anciens. Peu de temps après le décès de Gédéon, Israël retourna à son idolâtrie. Cela se produisait à chaque fois qu’un juge mourait. Israël oubliait le message de Dieu et retournait à l’idolâtrie ; puis, ils criaient de nouveau à Dieu, qui leur envoyait un autre juge. À chaque fois, le juge provenait d’une tribu différente et il avait une autorité différente de celle du juge précédent. Le fils d'un juge n'a jamais succédé à son père pour une bonne cause ou avec l'autorité de Dieu.

 

Abimélec, le fils de Jerubbaal ou Gédéon par sa servante (Juges 9:18), a été fait roi sur les hommes de Sichem, les gens de la maison de sa mère. Abimélec a régné sur Israël pendant trois ans (Juges 9:22). Le règne d'Abimélec représente la première tentative de la royauté d'usurper l'autorité du Sanhédrin. Abimélec a tué ses propres frères, les soixante-dix, pour s'emparer du pouvoir. Il a été tué par une femme, qui a jeté un morceau d'une meule du haut de la tour de Thébets. Cela lui a brisé le crâne et il a prié son porteur d'armes de le tuer pour qu'on ne dise pas qu'il avait été tué par une femme (Juges 9:53-54). En un sens, c'est symbolique de l'Armée où Satan, qui fait la guerre aux soixante-dix de l'Armée céleste, est vaincu par la femme, qui est l'Église.

 

Après Abimélec, Thola, le fils de Pua, d'Issacar, a été le défenseur d'Israël. Il demeurait à Schamir, dans la montagne d'Éphraïm, et il a jugé Israël pendant vingt-trois ans (Juges 10:1-2). Après Thola, il y a eu  Jaïr, le Galaadite, qui a jugé Israël pendant vingt-deux ans (Juges 10:3). Il avait trente fils qui montaient sur des ânons.

 

La séquence que nous voyons est que le Salut par l'Endurance est suivi par le jugement de l'Armée. Après Josué, il y a eu douze juges en Israël jusqu'à l'établissement des rois. Josué était le commandant des Armées d'Israël, sous Moïse. Il a conduit Israël en  Palestine et l'a conquise. Après lui, les Juges d’Israël représentent le commencement du règne.

 

Ces Juges ont été :

 

·         Othniel, fils de Kenaz, frère cadet de Caleb ;

·         Éhud de Benjamin ;

·         Schamgar, fils d'Anath ;

      [Après la mort d'Éhud, le peuple a été livré

      entre les mains de Jabin, roi de Canaan. Dans

      ce sens, Schamgar n'était pas directement un

      juge, comme nous le voyons de Juges 3:31-

      4:4].

·         Débora, la prophétesse, femme de Lappidoth d’Éphraïm (utilisant Barak de Nephthali, comme commandant en chef) (Juges 4:4-7) ;

·         Gédéon de Manassé ;

 

[Abimélec, l'usurpateur, fils de Gédéon par la Sichémite, s'est nommé lui-même en faux roi. C'est la signification d'usurpateur. Il n'était pas un des douze juges, mais un faux roi] ;

 

·         Thola, fils de Pua d’Issacar, vingt-trois ans (Juges 10:1-2) ;

·         Jaïr de Galaad (Gad et Manassé), vingt-deux ans (Juges 10:3-5) ;

·         Jephthé, le Galaadite, le fils d’une prostituée (Juges 11:1), six ans (Juges 12:7).

 

Jepthé fut chassé par les fils de Galaad, ses frères par la femme de Galaad. Makir, le fils de Manassé, était le père de Galaad (Josué 17:1). Le libérateur d'Israël était donc ici le fils illégitime d'une prostituée pour Galaad. Quand Galaad a eu des ennuis, les aînés se sont tournés vers lui et lui ont demandé son aide; ils en ont fait leur chef (Juges 11:9-11). Jepthé a soumis les Ammonites. C'était ce Jepthé qui a offert sa fille en sacrifice à l’Éternel. La Companion Bible suppose, étant donné que le sacrifice était illégal, que le texte fait référence au fait qu’elle aurait été faite vierge. Le texte de Juges 11:34-40 n'indique pas cela et la Soncino considère le sacrifice comme étant loin d'être certain. Selon le Talmud (Taan. 4a) et d'autres sources rabbiniques, y compris le Targum, elle a, en effet, été sacrifiée. Kimchi a fait la remarque sur le texte Je ne peux pas revenir en arrière que, légalement, le vœu était invalide et qu’il aurait pu être annulé. Selon la Soncino :

 

Le Midrash Rabbah (dernier chapitre de Lévitique) fait mention que Jephté aurait dû aller voir Phinéhas ou que le Souverain Sacrificateur aurait dû rendre visite à Jephté afin de faire annuler le vœu. Chacun était trop fier et attendait que l’autre pose le premier geste ; à cause de leur entêtement, la jeune fille a souffert. Les deux furent punis: l’Esprit de Dieu quitta Phinéhas et Jephté fut frappé par la lèpre. 

 

La leçon que l’on doit en tirer, c’est que personne, en Israël, n’est lié par un vœu qui viole la loi de Dieu. Parce que le sacerdoce a refusé d’agir et que Jephté a refusé de se rétracter, l’Esprit Saint les a quittés tous les deux. Le Shekinah ira en ceux qui en montreront les fruits. Les arguments, qu'une personne est liée aux organisations ou aux groupes, qui contreviennent à la Bible, en raison du fait qu'ils ont jadis possédé l'autorité de Dieu par l'Esprit Saint, sont tout à fait erronés. Encore plus important, la personne qui n'agit pas mourra. La maladie de la lèpre est une maladie dégénérative, qui représente la destruction du corps spirituel. Les arguments récents concernant la fidélité envers les églises apostates ou des structures corporatives, sont, par conséquent, complètement erronés et mortels, tant pour les prêtres, qui prononcent sciemment de telles déclarations erronées, que pour les gens qui se trompent, en suivant un tel conseil. Les deux groupes, prêtres et dirigeants, mourront.

 

À cause de son erreur, Jepthé a aussi dû faire face à une guerre interne. Tout Éphraïm s'est rassemblé contre lui et 42,000 d'Éphraïm ont été tués aux passages du Jourdain, parce qu'ils ne pouvaient pas prononcer le mot Shibboleth correctement, disant plutôt Sibboleth (Juges 12:1-6). Shibboleth signifie une source qui coule et, de là, un canal et, aussi, une branche ou un épi de maïs.

 

La signification des erreurs non corrigées indique peut-être que l'identification symbolique des élus est importante et qu'il y a une grande perte en Éphraïm, parce qu'ils n'ont pas agi. Dieu agit pour eux et Il a la suprématie sur eux. Les hommes de Galaad sont des fugitifs parmi Éphraïm et parmi Manassé (Juges 12:4-5) ; toutefois, ils auront du pouvoir sur eux, en tant que force en Israël. Nous savons que Manassé, Ruben et Gad ont reçu leur héritage au-delà du Jourdain et que Manassé a reçu un héritage complémentaire en Israël. Le symbolisme est que Manassé, Ruben et Gad reçoivent un héritage à l'extérieur d'Israël. Gad et Manassé occupent tous deux la terre appelée Galaad, à l'est du Jourdain.

 

Les juges suivants furent :

 

·      Ibtsan de Bethléhem, sept ans. Il a eu trente fils et trente filles et il a fait venir de l’extérieur trente filles pour ses fils (Juges 12:8-10). Ceci représente le conseil interne.

·      Élon de Zabulon, dix ans (Juges 12:11).

·      Abdon, fils d’Hillel, le Pirathonite d’Éphraïm, huit ans. Il a eu quarante fils et trente neveux, qui montaient sur soixante-dix ânons (Juges 12:13-14). Ceci représente la restauration du conseil complet des soixante-dix.

 

Après cela, les enfants d'Israël ont péché et l'Éternel les a livrés entre les mains des Philistins pendant quarante ans, comme Il avait fait précédemment, sous les Moabites (Juges 13:1). Samson a été juge pendant cette période. Les deux derniers juges sont trouvés dans 1Samuel où Éli et Samuel ont été les derniers juges d'Israël. Samuel était prophète et juge en Israël et il a ordonné Saül et servi sous lui. Techniquement, il n'est pas un des douze juges. La royauté a commencé à la mort d'Éli.

Samson

 

Juges 13:1-7 1 Les enfants d'Israël firent encore ce qui déplaît à l'Éternel ; et l'Éternel les livra entre les mains des Philistins, pendant quarante ans. 2 Il y avait un homme de Tsorea, de la famille des Danites, et qui s'appelait Manoach. Sa femme était stérile, et n'enfantait pas. 3 Un ange de l'Éternel apparut à la femme, et lui dit : Voici, tu es stérile, et tu n'as point d'enfants ; tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils. 4 Maintenant prends bien garde, ne bois ni vin ni liqueur forte, et ne mange rien d'impur. 5 Car tu vas devenir enceinte et tu enfanteras un fils. Le rasoir ne passera point sur sa tête, parce que cet enfant sera consacré à Dieu dès le ventre de sa mère ; et ce sera lui qui commencera à délivrer Israël de la main des Philistins. 6 La femme alla dire à son mari ; Un homme de Dieu est venu vers moi, et il avait l'aspect d'un ange de Dieu, un aspect redoutable. Je ne lui ai pas demandé d'où il était, et il ne m'a pas fait connaître son nom. 7 Mais il m'a dit : Tu vas devenir enceinte, et tu enfanteras un fils ; et maintenant ne bois ni vin ni liqueur forte, et ne mange rien d'impur, parce que cet enfant sera consacré à Dieu dès le ventre de sa mère jusqu'au jour de sa mort. (LSG)

 

La délivrance d'Israël a été ordonnée par l'Ange de Yahovah. L'Ange est identifié comme Christ (voir les études Les Élus en tant qu'Élohim [001] et L'Ange de YHVH [024]). Samson a été mis à part dès la naissance, comme saint pour l'Éternel. C'est la prédestination des élus, dès la fondation du monde. L'héritage de Dan devait juger son peuple, comme une des tribus d'Israël (Genèse 49:16) et Samson était le premier et principal exemple de cet aspect. Cependant, cette prophétie n'a pas été accomplie avec Samson. Il y avait aussi une ville de Dan dans le Nord de la Palestine, à l'époque d'Abraham (Genèse 14:14), qui est différente de Laïs et qui a été rebaptisée Dan par les Danites. Cette ancienne région était au nord de Galaad. Juges 18:30 parle de l'idolâtrie de Dan. L'inclusion de Dan avec Éphraïm, comme tribu de Joseph, dans Apocalypse 7:4, est parfois vue comme une punition pour la première tribu à devenir idolâtre (voir aussi Deut. 29:18-21 ; Lév. 24:10-16 ; 1Rois 12:30 ; 2Rois 10:29). Il s’agit d’une fusion de la tribu avec Éphraïm, dans les derniers jours, pour permettre à Lévi de se joindre au sacerdoce des 144,000.

 

L'établissement, comme juge, d’un Naziréen de naissance est aussi une marque des élus. En effet, les vœux du Naziréen n'étaient plus nécessaires à partir du Messie, qui n'était pas un Naziréen. Nulle part, dans le récit biblique, pouvons-nous lire que Christ a pris les vœux d'un Naziréen, à un moment ou à un autre dans son ministère. L'éducation de Samson a été faite sous la direction de Christ.

 

Juges 13:8-18 8 Manoach fit cette prière à l'Éternel : Ah ! Seigneur, que l'homme de Dieu que tu as envoyé vienne encore vers nous, et qu'il nous enseigne ce que nous devons faire pour l'enfant qui naîtra ! 9 Dieu exauça la prière de Manoach, et l'ange de Dieu vint encore vers la femme. Elle était assise dans un champ, et Manoach, son mari, n'était pas avec elle. 10 Elle courut promptement donner cette nouvelle à son mari, et lui dit : Voici, l'homme qui était venu l'autre jour vers moi m'est apparu. 11 Manoach se leva, suivit sa femme, alla vers l'homme, et lui dit : Est-ce toi qui as parlé à cette femme ? Il répondit : C'est moi. 12 Manoach dit : Maintenant, si ta parole s'accomplit, que faudra-t-il observer à l'égard de l'enfant, et qu'y aura-t-il à faire ? 13 L'ange de l'Éternel répondit à Manoach : La femme s'abstiendra de tout ce que je lui ai dit. 14 Elle ne goûtera d'aucun produit de la vigne, elle ne boira ni vin ni liqueur forte, et elle ne mangera rien d'impur ; elle observera tout ce que je lui ai prescrit. 15 Manoach dit à l'ange de l'Éternel : Permets-nous de te retenir, et de t'apprêter un chevreau. 16 L'ange de l'Éternel répondit à Manoach : Quand tu me retiendrais, je ne mangerais pas de ton mets ; mais si tu veux faire un holocauste, tu l'offriras à l'Éternel. Manoach ne savait point que ce fût un ange de l'Éternel. 17 Et Manoach dit à l'ange de l'Éternel : Quel est ton nom, afin que nous te rendions gloire, quand ta parole s'accomplira ? 18 L'ange de l'Éternel lui répondit : Pourquoi demandes-tu mon nom ? Il est merveilleux.

 

Le terme merveilleux est un des noms du Messie, d’après Ésaïe 9:6.

 

Juges 13:19-25 19 Manoach prit le chevreau et l'offrande, et fit un sacrifice à l'Éternel sur le rocher. Il s'opéra un prodige, pendant que Manoach et sa femme regardaient. 20 Comme la flamme montait de dessus l'autel vers le ciel, l'ange de l'Éternel monta dans la flamme de l'autel. À cette vue, Manoach et sa femme tombèrent la face contre terre. 21 L'ange de l'Éternel n'apparut plus à Manoach et à sa femme. Alors Manoach comprit que c'était l'ange de l'Éternel, 22 et il dit à sa femme: Nous allons mourir, car nous avons vu Dieu. 23 Sa femme lui répondit : Si l'Éternel eût voulu nous faire mourir, il n'aurait pas pris de nos mains l'holocauste et l'offrande, il ne nous aurait pas fait voir tout cela, et il ne nous aurait pas maintenant fait entendre pareilles choses. 24 La femme enfanta un fils, et lui donna le nom de Samson. L'enfant grandit, et l'Éternel le bénit. 25 Et l'esprit de l'Éternel commença à l'agiter à Machané Dan, entre Tsorea et Eschthaol. (LSG)

 

Samson signifie lumière du soleil et, par la lumière du monde, la justice est donnée à Israël. L'Esprit de l'Éternel était le moyen par lequel Samson a reçu la puissance. Les cheveux de Samson étaient simplement le signe extérieur ou physique, donné comme une manifestation de la présence de l'Esprit Saint.

 

Les Danites ont campé à Machané Dan ou le camp de Dan, qui est à Kirjath Jearim en Juda. De là, ils sont entrés dans Éphraïm, ils ont enlevé les théraphim et les idoles de la maison de Mica. Ils ont établi Laïs et placé l'image gravée de Mica dans la maison de Dieu tout le temps qu'elle était à Silo. Jonathan, le fils de Guerschom, le fils de Manassé, le Lévite, et ses fils étaient sacrificateurs (Juges 18:12-13, 30-31).

 

La première mention de Samson est quand il a demandé une femme des Philistins et exigé que ses parents l'obtiennent pour lui. Le mariage a été arrangé par les parents et, particulièrement, le père (Genèse 21:21 ; 24:4 ; 34:8 Exode 21:9 ; voir Soncino Daath Mikra). Le mariage, arrangé par le père, est représentatif du don des élus en mariage à Christ. Selon la Soncino, les rabbins disaient que la femme serait devenue une prosélyte avant le mariage, car il était impensable qu'un Naziréen vive avec une païenne (Kimchi sur 12:4, Metsudath David). La réalité est que tous les élus étaient des Païens, appelés hors du système païen et préparés, à travers l'Esprit Saint, pour le mariage avec le Messie, un juge personnifié ici comme le Juge de Dan, qui est juge d'Israël comme tribu et, de là, physiquement le juge des juges.

 

Juges 14:1-4 1 Samson descendit à Thimna, et il y vit une femme parmi les filles des Philistins. 2 Lorsqu'il fut remonté, il le déclara à son père et à sa mère, et dit : J'ai vu à Thimna une femme parmi les filles des Philistins ; prenez-la maintenant pour ma femme. 3 Son père et sa mère lui dirent : N'y a-t-il point de femme parmi les filles de tes frères et dans tout notre peuple, que tu ailles prendre une femme chez les Philistins, qui sont incirconcis ? Et Samson dit à son père : Prends-la pour moi, car elle me plaît. 4 Son père et sa mère ne savaient pas que cela venait de l'Éternel: car Samson cherchait une occasion de dispute de la part des Philistins. En ce temps là, les Philistins dominaient sur Israël. (LSG)

 

Nous avons ici la déclaration spécifique que c'était l'Ange de Yahovah (appelé Yahweh ou Jéhovah) qui utilisait Samson pour spécifiquement engager le combat avec les Philistins et s’en occuper. Ces gens représentent les Païens qui ont reçu le pouvoir de dominer sur Israël depuis la captivité babylonienne jusqu'à ce que le temps des Païens ou Nations soit accompli. Tout comme l'Ange de l'Éternel a délivré Israël de la main des Philistins via Samson, il le fera aussi, durant les derniers jours, par la séquence de jugements de Danite-Éphraïm (Jér. 4:15) et les témoins (Apoc. 11:1-2), qui précèdent sa venue, comme roi Messie (voir les études L'Avertissement des Derniers Jours [044] et Les Témoins [135]).

 

Juges 14:5-11 5 Samson descendit avec son père et sa mère à Thimna. Lorsqu'ils arrivèrent aux vignes de Thimna, voici, un jeune lion rugissant vint à sa rencontre. 6 L'esprit de l'Éternel saisit Samson ; et, sans avoir rien à la main, Samson déchira le lion comme on déchire un chevreau. Il ne dit point à son père et à sa mère ce qu'il avait fait. 7 Il descendit et parla à la femme, et elle lui plut. 8 Quelque temps après, il se rendit de nouveau à Thimna pour la prendre, et se détourna pour voir le cadavre du lion. Et voici, il y avait un essaim d'abeilles et du miel dans le corps du lion. 9 Il prit entre ses mains le miel, dont il mangea pendant la route ; et lorsqu'il fut arrivé près de son père et de sa mère, il leur en donna, et ils en mangèrent. Mais il ne leur dit pas qu'il avait pris ce miel dans le corps du lion. 10 Le père de Samson descendit chez la femme. Et là, Samson fit un festin, car c'était la coutume des jeunes gens. 11 Dès qu'on le vit, on invita trente compagnons qui se tinrent avec lui. (LSG)

 

Les trente compagnons sont une autre allusion au conseil intérieur de l'Armée. Le miel, pris de la carcasse du lion, représente que ce qui est impur en soi est rendu pur et comestible. L'énigme a été posée sur la période des sept jours du banquet. Le kephir ou le lionceau complètement développé (de gur, à kephir, à aryeh à labi et, ensuite, Laïs) devient plus féroce en vieillissant. La coutume d'avoir des festivités matrimoniales pendant sept jours est mentionnée dans Genèse 29:27, comme ayant été pratiquée à l'époque des Patriarches, en Mésopotamie. Les Juifs la pratiquent aujourd'hui, à cause de la promulgation rabbinique (voir Soncino, p. 271). Le banquet représente le mariage de l'Agneau au septième mois, appelé Tishri.

 

Juges 14:12-14 12 Samson leur dit : Je vais vous proposer une énigme. Si vous me l'expliquez pendant les sept jours du festin, et si vous la découvrez, je vous donnerai trente chemises et trente vêtements de rechange. 13 Mais si vous ne pouvez pas me l'expliquer, ce sera vous qui me donnerez trente chemises et trente vêtements de rechange. Ils lui dirent : Propose ton énigme, et nous l'écouterons. 14 Et il leur dit : De celui qui mange est sorti ce qui se mange, et du fort est sorti le doux. Pendant trois jours, ils ne purent expliquer l'énigme. (LSG)

 

On peut interpréter ce texte de plusieurs façons. Les vêtements du conseil central sont préparés pour les élohim remplaçants. Le lion mort est le concept de la rébellion nouvellement émergente et guerrière de l'Armée. Sa destruction résultera en de nouveaux vêtements et l'enlèvement de l'amertume de la rébellion. Le juge est le gardien des mystères de Dieu. Les élus reçoivent la compréhension des mystères lorsqu'ils sont prêts et qu'il devient nécessaire de révéler le plan du salut. Les Païens meurent d'envie de comprendre les mystères et recourent à la violence quand ils ne peuvent pas comprendre ou contrôler le processus. C'est la raison pour laquelle ils cherchent à détruire la fiancée, quand ils sont contrecarrés.

 

Juges 14:15-20 15 Le septième jour, ils dirent à la femme de Samson : Persuade à ton mari de nous expliquer l'énigme ; sinon, nous te brûlerons, toi et la maison de ton père. C'est pour nous dépouiller que vous nous avez invités, n'est-ce pas ? 16 La femme de Samson pleurait auprès de lui, et disait : Tu n'as pour moi que de la haine, et tu ne m'aimes pas ; tu as proposé une énigme aux enfants de mon peuple, et tu ne me l'as point expliquée! Et il lui répondait : Je ne l'ai expliquée ni à mon père ni à ma mère ; est-ce à toi que je l'expliquerais ? 17 Elle pleura auprès de lui pendant les sept jours que dura leur festin ; et le septième jour, il la lui expliqua, car elle le tourmentait. Et elle donna l'explication de l'énigme aux enfants de son peuple. 18 Les gens de la ville dirent à Samson le septième jour, avant le coucher du soleil : Quoi de plus doux que le miel, et quoi de plus fort que le lion ? Et il leur dit : Si vous n'aviez pas labouré avec ma génisse, vous n'auriez pas découvert mon énigme. 19 L'esprit de l'Éternel le saisit, et il descendit à Askalon. Il y tua trente hommes, prit leurs dépouilles, et donna les vêtements de rechange à ceux qui avaient expliqué l'énigme. Il était enflammé de colère, et il monta à la maison de son père. 20 Sa femme fut donnée à l'un de ses compagnons, avec lequel il était lié. (LSG)

 

La génisse est la nation d'Israël, représentée aussi par le taureau d'Éphraïm. La génisse rouge sanctifie le sacerdoce (voir l'étude Le Messie et la Génisse Rouge [216]). La génisse dressée d'Osée 10:11 est aussi comparée à l'Égypte, dans Jérémie 46:20. Éphraïm et Juda seront placés sous un joug selon Osée 10:11. Israël s'était engagé envers Dieu dans le désert mais il s'est tourné vers Baal, le dieu de la fertilité, à Canaan. C'est pour cela que ce texte se réfère au labourage avec la génisse du Juge. Pour cette raison, Israël est rendu stérile, d'après Osée 9:11 et suivants.

 

L'obtention des mystères par duperie, de nécessité, implique la destruction de son propre peuple. Les vêtements des trente ont rapport aux dons de Dieu, qui ne peuvent être obtenus sous la contrainte.

 

Samson s’est défait de sa femme infidèle conformément aux lois, qui avaient été instituées sous l'Armée déchue, en remplacement des lois de Dieu. Le code légal en question était celui du Code Hammurabi, les sections 159, 163 et 164. Les  lois, qui avaient remplacé la loi de Dieu et qui, elles-mêmes, avaient corrompu le peuple, en premier lieu, ont été appliquées pour se débarrasser de la femme infidèle. Les traditions des Païens interfèrent donc avec l'appel des élus. Cela a emmené la perte de la position de la première femme de Samson, comme nous le voyons des versets suivants.

 

Juges 15:1-2 1 Quelque temps après, à l'époque de la moisson des blés, Samson alla voir sa femme, et lui porta un chevreau. Il dit : Je veux entrer vers ma femme dans sa chambre. Mais le père de sa femme ne lui permit pas d'entrer. 2 J'ai pensé dit-il, que tu avais pour elle de la haine, et je l'ai donnée à ton compagnon. Est-ce que sa jeune sœur n'est pas plus belle qu'elle ? Prends-la donc à sa place. (LSG)


Cela conduit à la phase suivante des activités du jugement. Le mariage des Païens est continuel. Nous avons ici la première instance de l'utilisation de l'Esprit Saint. C'est le premier amour de la séquence. C'est l'année Éphésienne et le cycle – qui est la première année de la période de sept ans et le premier cycle des sept cycles du Jubilé. Les étapes de la manifestation de l'Esprit Saint, dans Samson, suivent les étapes de la parabole de l'arbre, telle que donnée par Christ, dans Luc 13:8.

 

Luc 13:6-9 6 Il dit aussi cette parabole : Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint pour y chercher du fruit, et il n'en trouva point. 7 Alors il dit au vigneron : Voilà trois ans que je viens chercher du fruit à ce figuier, et je n'en trouve point. Coupe-le : pourquoi occupe-t-il la terre inutilement ? 8 Le vigneron lui répondit : Seigneur, laisse-le encore cette année ; je creuserai tout autour, et j'y mettrai du fumier. 9 Peut-être à l'avenir donnera-t-il du fruit ; sinon, tu le couperas. (LSG)


La séquence dure trois ans. Puis, la quatrième année en est une de fertilisation et de croissance obligatoire. La cinquième en est une de grâce et la sixième en est une d'épreuve. La septième est celle du repos du Sabbat. La loi est alors renforcée et la séquence recommence à un niveau plus élevé. La séquence de sept ans peut voir l'élimination du candidat qui est, par conséquent, appelé, mais non choisi. La perte du premier amour représente aussi un danger distinct de ce premier processus. Cette séquence représente aussi les sept étapes de l'Église à travers les sept Églises de Dieu d’Apocalypse 2 et 3.

 

Juges 15:3-8 3 Samson leur dit : Cette fois je ne serai pas coupable envers les Philistins, si je leur fais du mal. 4 Samson s'en alla. Il attrapa trois cents renards, et prit des flambeaux ; puis il tourna queue contre queue, et mit un flambeau entre deux queues, au milieu. 5 Il alluma les flambeaux, lâcha les renards dans les blés des Philistins, et embrasa les tas de gerbes, le blé sur pied, et jusqu'aux plantations d'oliviers. 6 Les Philistins dirent : Qui a fait cela ? On répondit : Samson, le gendre du Thimnien, parce que celui-ci lui a pris sa femme et l'a donnée à son compagnon. Et les Philistins montèrent, et ils la brûlèrent, elle et son père. 7 Samson leur dit : Est-ce ainsi que vous agissez ? Je ne cesserai qu'après m'être vengé de vous. 8 Il les battit rudement, dos et ventre ; puis il descendit, et se retira dans la caverne du rocher d'Étam. (LSG)


Nous avons ici une histoire semblable à celle de Gédéon, où les torches sont utilisées pour détruire les Païens. Les trois cents renards sont équivalents aux trois cents hommes munis de cruches, dans l'histoire de Gédéon. Ici, l'Esprit Saint, dans les mains de Christ, utilise le juge de Dan pour les préparer. La référence aux plantations d’oliviers concerne l'utilisation ininterrompue du terme pour le sacerdoce. Les faux systèmes des Païens sont consummés par la parole de Dieu, aux mains des élus. C'est la raison pour laquelle la femme du Juge est persécutée et qu'ils sont brûlés au pieu, comme le sont ceux de sa lignée, à cause des tribus cachées desquelles les 144,000 sont pris.

 

À cause de cela, les Païens attaquent ensuite Juda.

 

Juges 15:9-13 9 Alors les Philistins se mirent en marche, campèrent en Juda, et s'étendirent jusqu'à Léchi. 10 Les hommes de Juda dirent: Pourquoi êtes-vous montés contre nous? Ils répondirent : Nous sommes montés pour lier Samson, afin de le traiter comme il nous a traités. 11 Sur quoi trois mille hommes de Juda descendirent à la caverne du rocher d'Étam, et dirent à Samson : Ne sais-tu pas que les Philistins dominent sur nous ? Que nous as-tu donc fait ? Il leur répondit : Je les ai traités comme il m'ont traité. 12 Ils lui dirent : Nous sommes descendus pour te lier, afin de te livrer entre les mains des Philistins. Samson leur dit : Jurez-moi que vous ne me tuerez pas. 13 Ils lui répondirent : Non ; nous voulons seulement te lier et te livrer entre leurs mains, mais nous ne te ferons pas mourir. Et ils le lièrent avec deux cordes neuves, et le firent sortir du rocher. (LSG)

 

Dans ce cas, le juge d'Israël a été cédé par Juda, parce qu'ils ont été attaqués par les Païens qui cherchent à éliminer la tribu de laquelle il naîtrait. Le Messie leur a permis de le lier et de se faire livrer pour être tué. Cependant, il a été rétabli et retourné avec pouvoir par l'Esprit Saint, comme il le sera dans les derniers jours, en tant que roi.

 

Juges 15:14-17 14 Lorsqu'il arriva à Léchi, les Philistins poussèrent des cris à sa rencontre. Alors l'esprit de l'Éternel le saisit. Les cordes qu'il avait aux bras devinrent comme du lin brûlé par le feu, et ses liens tombèrent de ses mains. 15 Il trouva une mâchoire d'âne fraîche, il étendit sa main pour la prendre, et il en tua mille hommes. 16 Et Samson dit : Avec une mâchoire d'âne, un monceau, deux monceaux ; Avec une mâchoire d'âne, j'ai tué mille hommes. 17 Quand il eut achevé de parler, il jeta de sa main la mâchoire. Et l'on appela ce lieu Ramath Léchi. (LSG)

 

La délivrance a ainsi été obtenue par cet objet. La protection des élus suit cette délivrance.

 

Juges 15:18-20 18 Pressé par la soif, il invoqua l'Éternel, et dit : C'est toi qui a permis par la main de ton serviteur cette grande délivrance ; et maintenant mourrais-je de soif, et tomberais-je entre les mains des incirconcis ? 19 Dieu fendit la cavité du rocher qui est à Léchi, et il en sortit de l'eau. Samson but, son esprit se ranima, et il reprit vie. C'est de là qu'on a appelé cette source En Hakkoré ; elle existe encore aujourd'hui à Léchi. 20 Samson fut juge en Israël, au temps des Philistins, pendant vingt ans. (LSG)

 

Nous voyons ici le processus de l’établissement du jugement. Son jugement de vingt ans a fait suite à cette séquence. Tout comme dans l'histoire de Gédéon, la chute des Païens a été occasionnée par les trois cents. Ce processus peut être extrapolé jusqu’aux derniers jours. La répétition de l'analogie implique que le processus est continuel. L'allégorie de la fendaison du rocher à Léchi est aussi une réplique de l'activité de Moïse. Elle représente l'activité du Messie qui rend disponible la fontaine des eaux vivantes du rocher, qui est Dieu.

 

L'histoire de Samson et de Delila est bien connue ;  pourtant, elle est la moins comprise. La chute de Samson s'est produite à la fin de sa période comme Juge d'Israël quand, théoriquement, il aurait dû  avoir été plus fort par sa croissance en l'Esprit Saint. Sa vingtième année était, en fait, la troisième année d'épreuve sous le système du Jubilé. Le processus a commencé à partir de la dix-neuvième année. Toutefois, l'histoire prend un cycle complet pour se développer. Dans la première phase, il a été placé dans une relation idolâtre avec une païenne. Cette deuxième relation a été commencée sous la direction de l'Esprit Saint, comme l'a été la première. Son but était d'abattre l'édifice entier de la maison des Païens. C'est exactement le même processus qui sera répété à la fin des vingt Jubilés du Millenium, quand Satan est de nouveau libéré et les nations sont corrompues par l'Armée rebelle et établissent de nouveau le faux système. Cela représente aussi l'Église des derniers jours, que la prostituée corrompt.

 

Juges 16:1-3 1 Samson partit pour Gaza; il y vit une femme prostituée, et il entra chez elle. 2 On dit aux gens de Gaza : Samson est arrivé ici. Et ils l'environnèrent, et se tinrent en embuscade toute la nuit à la porte de la ville. Ils restèrent tranquilles toute la nuit, disant : Au point du jour, nous le tuerons. 3 Samson demeura couché jusqu'à minuit. Vers minuit, il se leva ; et il saisit les battants de la porte de la ville et les deux poteaux, les arracha avec la barre, les mit sur ses épaules, et les porta sur le sommet de la montagne qui est en face d'Hébron. (LSG)

 

L'Esprit Saint accompagne Samson qui commence à prendre confiance en la puissance qu'il a reçue. Les Païens envient la puissance inhérante à la possession de l'Esprit Saint. La préparation de Samson, dès la naissance, symbolise le fait que Christ peut mieux travailler avec un individu non contaminé ou saint.

 

Juges 16:4-12  4 Après cela, il aima une femme dans la vallée de Sorek. Elle se nommait Delila. 5 Les princes des Philistins montèrent vers elle, et lui dirent : Flatte-le, pour savoir d'où lui vient sa grande force et comment nous pourrions nous rendre maîtres de lui ; nous le lierons pour le dompter, et nous te donnerons chacun mille et cent sicles d'argent. 6 Delila dit à Samson : Dis-moi, je te prie, d'où vient ta grande force, et avec quoi il faudrait te lier pour te dompter. 7 Samson lui dit : Si on me liait avec sept cordes fraîches, qui ne fussent pas encore sèches, je deviendrais faible et je serais comme un autre homme. 8 Les princes des Philistins apportèrent à Delila sept cordes fraîches, qui n'étaient pas encore sèches. Et elle le lia avec ces cordes. 9 Or des gens se tenaient en embuscade chez elle, dans une chambre. Elle lui dit: Les Philistins sont sur toi, Samson ! Et il rompit les cordes, comme se rompt un cordon d'étoupe quand il sent le feu. Et l'on ne connut point d'où venait sa force. 10 Delila dit à Samson: Voici, tu t'es joué de moi, tu m'as dit des mensonges. Maintenant, je te prie, indique-moi avec quoi il faut te lier. 11 Il lui dit : Si on me liait avec des cordes neuves, dont on ne se fût jamais servi, je deviendrais faible et je serais comme un autre homme. 12 Delila prit des cordes neuves, avec lesquelles elle le lia. Puis elle lui dit : Les Philistins sont sur toi, Samson ! Or des gens se tenaient en embuscade dans une chambre. Et il rompit comme un fil les cordes qu'il avait aux bras. (LSG)

 

Le processus est développé de cordes simples aux cordes multiples. L'épreuve devient ainsi plus difficile en progressant. Sept est le nombre de l'exhaustivité. Il y a sept cycles du Jubilé dans lequel ce processus est répété.

 

Juges 16:13-14 13 Delila dit à Samson : Jusqu'à présent tu t'es joué de moi, tu m'as dit des mensonges. Déclare-moi avec quoi il faut te lier. Il lui dit : Tu n'as qu'à tisser les sept tresses de ma tête avec la chaîne du tissu. 14 Et elle les fixa par la cheville. Puis elle lui dit : Les Philistins sont sur toi, Samson! Et il se réveilla de son sommeil, et il arracha la cheville du tissu et le tissu. (LSG)

 

Ici, le processus se rapproche de la vérité. Les trois épreuves qu'il a affrontées étaient sous la protection divine. Samson a commencé à devenir sûr de lui-même, à penser que le pouvoir qu'il possédait était le sien et non celui de l'Ange de l'Éternel, qui est le Messie, contrôlant l'Esprit Saint en lui. Ce processus comprend quatre ans de croissance et de fertilisation. La loi n’autorise pas une personne d'aller à la guerre, la première année du mariage.

 

La cinquième année de grâce prépare la personne pour la sixième année d'épreuve. Cependant, le processus d’évaluation commence durant l’Année de Grâce et finit par les moissons doubles des fêtes de la Sixième Année. Dans l’Année de Grâce, les péchés de notre folie nous sont indiqués et Dieu utilise cette année pour commencer les épreuves et la rectification ou la justification de l'individu. Chaque année, ce processus commence et mène jusqu'à la saison de la Pâque ; au Dîner du Seigneur et aux Sacrements du Lavement des pieds et de la Pâque grâce auxquels nos péchés sont pardonnés pour une autre année. Cependant, la Cinquième Année du cycle est particulièrement sérieuse et plusieurs personnes sont éprouvées dans ce processus où les péchés, sur lesquels on a fermé les yeux jusqu'à présent, sont emmenés à être confrontés et, dans de nombreux cas, plusieurs individus sont enlevés entièrement de l'église de Dieu, à cause de péchés sérieux et non repentis.

 

Dieu aura aussi affaire aux gens en rapport avec les aspects qui sont critiques dans le cycle Sabbatique et qu'Il ne veut pas laisser non corrigés pour le cycle suivant. Les sept tresses de sa tête symbolisaient la séquence des sept cycles et les anges des sept Églises sur la tête, qui est Christ.

 

Juges 16:15-20 15 Elle lui dit : Comment peux-tu dire : Je t'aime ! puisque ton cœur n'est pas avec moi ? Voilà trois fois que tu t'es joué de moi, et tu ne m'as pas déclaré d'où vient ta grande force. 16 Comme elle était chaque jour à le tourmenter et à l'importuner par ses instances, son âme s'impatienta à la mort, 17 il lui ouvrit tout son cœur, et lui dit : Le rasoir n'a point passé sur ma tête, parce que je suis consacré à Dieu dès le ventre de ma mère. Si j'étais rasé, ma force m'abandonnerait, je deviendrais faible, et je serais comme tout autre homme. 18 Delila, voyant qu'il lui avait ouvert tout son cœur, envoya appeler les princes des Philistins, et leur fit dire : Montez cette fois, car il m'a ouvert tout son cœur. Et les princes des Philistins montèrent vers elle, et apportèrent l'argent dans leurs mains. 19 Elle l'endormit sur ses genoux. Et ayant appelé un homme, elle rasa les sept tresses de la tête de Samson, et commença ainsi à le dompter. Il perdit sa force. 20 Elle dit alors : Les Philistins sont sur toi, Samson ! Et il se réveilla de son sommeil, et dit : Je m'en tirerai comme les autres fois, et je me dégagerai. Il ne savait pas que l'Éternel s'était retiré de lui. (LSG)

 

Cette dernière phrase est la clef. Le fait qu'il ne savait pas que l'Éternel l'avait quitté indique que les élus n'ont souvent pas la connaissance de leur propre condition spirituelle. L'Éternel a quitté Samson afin d'établir fermement, dans l'esprit de Samson, que c'est uniquement par la puissance de Dieu en l'Esprit Saint qu'il pouvait survivre contre les Païens. Le secret du pouvoir est conservé sous forme d’un mystère jusqu'aux derniers jours. Il est révélé pour éprouver les élus, pour juger les Païens et pour détruire leur système. Les Païens ont pris le pouvoir sur le juge d'Israël et, de là, l'incarnation de l'Esprit Saint. Ils lui ont crevé les yeux pour qu'il ne puisse pas voir, comme cela a été fait à Juda et à la majorité de la nation, jusqu'à ce que les 144,000 aient été mis à l'abri et la multitude ait été éprouvée dans les grandes tribulations. Le pouvoir de la bête est une extension de ce processus.

 

Juges 16:21-31 21 Les Philistins le saisirent, et lui crevèrent les yeux ; ils le firent descendre à Gaza, et le lièrent avec des chaînes d'airain. Il tournait la meule dans la prison. 22 Cependant les cheveux de sa tête recommençaient à croître, depuis qu'il avait été rasé. 23 Or les princes des Philistins s'assemblèrent pour offrir un grand sacrifice à Dagon, leur dieu, et pour se réjouir. Ils disaient : Notre dieu a livré entre nos mains Samson, notre ennemi. 24 Et quand le peuple le vit, ils célébrèrent leur dieu, en disant: Notre dieu a livré entre nos mains notre ennemi, celui qui ravageait notre pays, et qui multipliait nos morts. 25 Dans la joie de leur cœur, ils dirent : Qu'on appelle Samson, et qu'il nous divertisse! Ils firent sortir Samson de la prison, et il joua devant eux. Ils le placèrent entre les colonnes. 26 Et Samson dit au jeune homme qui le tenait par la main : Laisse-moi, afin que je puisse toucher les colonnes sur lesquelles repose la maison et m'appuyer contre elles. 27 La maison était remplie d'hommes et de femmes ; tous les princes des Philistins étaient là, et il y avait sur le toit environ trois mille personnes, hommes et femmes, qui regardaient Samson jouer. 28 Alors Samson invoqua l'Éternel, et dit : Seigneur Éternel ! souviens-toi de moi, je te prie ; ô Dieu ! donne-moi de la force seulement cette fois, et que d'un seul coup je tire vengeance des Philistins pour mes deux yeux ! 29 Et Samson embrassa les deux colonnes du milieu sur lesquelles reposait la maison, et il s'appuya contre elles ; l'une était à sa droite, et l'autre à sa gauche. 30 Samson dit : Que je meure avec les Philistins ! Il se pencha fortement, et la maison tomba sur les princes et sur tout le peuple qui y était. Ceux qu'il fit périr à sa mort furent plus nombreux que ceux qu'il avait tués pendant sa vie. 31 Ses frères et toute la maison de son père descendirent, et l'emportèrent. Lorsqu'ils furent remontés, ils l'enterrèrent entre Tsorea et Eschthaol dans le sépulcre de Manoach, son père. Il avait été juge en Israël pendant vingt ans. (LSG)

 

Le pouvoir du Dieu Tout-Puissant a été rendu manifeste dans ce processus du renouvellement de l'Esprit Saint, qui était symbolisé par les cheveux. Ainsi, les empires du monde seront abattus par un aveugle qui était autrefois capable de voir. C'est pour cela que l'Église de Laodicée, la dernière ère de l'Église, est pauvre, pitoyable, aveugle et nue. Les Païens s'en moquent parce qu'elle est faite prisonnière à cause de sa propre convoitise et de son avarice. Toutefois, un petit nombre de choisis de ce système apostat faible abattra le DIEU des Philistins et brisera leur pouvoir afin que la royauté puisse être établie. L'idolâtrie de la maison de Dieu à Silo, sous son sacerdoce apostat, sera remplacée par le nouveau Temple du Messie à Jérusalem.

Le Jubilé et les cycles de sept ans au temps de la fin 

 

Nous pouvons voir le rapport des cycles de sept ans dans l’exemple de Samson, tels qu'ils s'appliquent à la personne sous Jésus Christ ainsi qu'à l'Église sous Christ et l'Esprit Saint. L'individu traverse un cycle de développement au cours de la période des cinquante ans de sa vie, telle qu’exprimée par un Jubilé. L'individu devient un adulte à vingt ans et va jusqu'à soixante-dix ans, soit un Jubilé complet.

 

L'Église est réglementée comme un corps, sous Jésus Christ. Ce corps est réglementé selon la séquence des quarante Jubilés dans le désert. Nous connaissons la position chronologique du cycle du Jubilé d'après les textes de la Bible (voir les études La Signification de la Vision d'Ézéchiel [108] ;  La Lecture de la Loi avec Esdras et Néhémie [250]). Les septièmes années du cycle sont en 1998, 2005, 2012, 2019, 2026 avec le Jubilé en 2027/28 et la première année du cycle suivant est l'année sacrée 2028/29.

 

Il s'ensuit donc que les années d'épreuve pour l'Église commencent à la cinquième année et incluent la sixième année du cycle et que les Sabbats forment le repos du Sabbat et la Lecture de la Loi. Chaque Église est ainsi éprouvée et émondée et chaque nation est évaluée sur la base du cycle Sabbatique. Les années 1996/97/98, 2003/04/05, 2010/11/12, 2017/18/19 et 2024/25/26 sont des années d'épreuves et d'émondage pour l'Église et les nations. Avec les lectures de la loi des prochaines années, chaque nouveau cycle verra le resserrement du jugement et la conséquence pour l'Église et la nation, accompagné de tribulations qui augmenteront en intensité jusqu'à ce que le monde soit complètement écrasé en 2025. À ce moment-là, toutes les nations devraient être placées sous le jugement Messianique et être en captivité totale sous le Messie. La première année du nouveau Jubilé est 2028/29. Le Messie gouvernera un nouvel ordre mondial à partir de Jérusalem, selon les lois de Dieu à partir de la restautration.

 

Dagon sera tombé face à terre et la Synagogue de Satan se prosternera aux pieds des élus. Les élus seront des piliers dans le Temple de leur Dieu et ils n'en sortiront plus. Ils porteront le nom de Dieu et le nom de la Cité de Dieu et le nouveau nom de Christ. Accrochez-vous à ce que vous avez afin qu'aucun homme ne puisse voler votre couronne (voir Apoc. 3:8-13).

 

L'histoire de Samson, dans le temple de Dagon, est la dernière phase de l'histoire de Samson, où il est enlevé par sa propre vanité, vaincu et soumis à l'intérieur du Temple. L'histoire est actuellement celle de l'église de Laodicée des derniers jours. Elle reflète le rétablissement de ceux, dans ses rangs, qui se réforment dans l'Esprit Saint afin d'abattre le système de la Bête. Cette restauration arrive durant les derniers jours quand l'église est vaincue et ceux parmi les élus (comme Daniel le dit) sont vaincus par le système de la Bête. Cependant, l'église se réforme et de cette structure Christ vient pour sauver ceux qui l'attendent  impatiemment. Le Temple de Dagon est le faux système de ce monde et ce système complet est abattu et détruit.

 

Les sept tresses des cheveux de Samson des sept esprits de Dieu et des sept ères des églises, dans leur séquence de développement, aboutissent au point où il est pauvre, pitoyable, aveugle et nu, capturé par les Philistins (le dieu de ce monde), vaincu et emmené dans le Temple de Dagon pour en faire un divertissement. C'est cette dernière phase, la plus basse de l'Église, qui, par la force de l'Esprit Saint, abat et détruit le Dieu de cette terre et tout le système religieux qui essaye de la détruire.

 

 

  

q