Les Églises Chrétiennes de Dieu

[086]

 

 

 

La Foi et les Oeuvres [086]

 

(Édition 2.0 19950701-20000327)

 

Cette étude montre la relation entre la Foi et les Œuvres. Elle montre l’exigence de se repentir des œuvres mortes. On voit que les apôtres considéraient que la démonstration de la foi est faite par les œuvres.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1995, 2000 Wade Cox)

(Tr. 2010, rév. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

 La Foi et les Oeuvres [086]

 

C'est un principe du Christianisme que le juste vivra par la foi (Hab. 2:4 ; Rom. 1:17 ; Héb. 10:38). Une supposition moderne commune est que la foi a remplacé les œuvres et que la loi est abolie. Il est spécialement supposé que l’observance de la loi fait partie des œuvres et que les œuvres ne font pas partie du salut. Ces commentaires proviennent d'une mauvaise compréhension de la relation entre le salut et la grâce et la loi. La relation a été identifiée dans l’étude La Relation Entre le Salut par la Grâce et la Loi (No. 82).

 

Cette étude décrit la relation entre la Foi et les Œuvres. 

 

C'est un fait que Christ a indiqué que la loi se compose de parties et que les choses les plus importantes dans la loi sont la Justice,  la Miséricorde et la Foi. Christ a dit que ces choses doivent être observées sans négliger le reste (Matt. 23:23). 

 

Donc, la question est qu'il y avait des choses plus importantes. Il y avait des parties minimes de la loi qui devaient être pratiquées. Christ n'a pas dit qu'elles ont été supprimées. Il a dit : c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses. Donc, toutes les deux auraient dû être observées, mais les choses les plus importantes ont eu la priorité par-dessus les éléments les plus petits de la loi. La dîme du potager dans votre jardin, ne vous excuse pas d’aller et de faire du bien à votre voisin. C'est un fait que beaucoup de personnes pensent qu'elles sont justes parce qu'elles font des petites choses dans l’œuvre de Dieu. Pourtant, les parties importantes de l’œuvre de Dieu, elles les annulent ou les abandonnent. Christ dit que ces gens, ces Scribes et ces Pharisiens, savaient ce que la loi était, pourtant ils ont changé la loi, quand ils ont mis l'accent sur des choses qui étaient hors de proportion en rapport aux choses importantes qu'ils auraient dû faire. Vous ne pouvez simplement pas négliger les choses importantes de la loi. 

 

Christ nous a appelés à un travail. Il ne nous a pas appelés pour nous asseoir et prier simplement dans nos pièces. Vous ne pouvez pas entrer dans le Royaume de Dieu en priant simplement dans votre chambre, alors que vous avez la capacité de faire d’autres choses. Il y a d’autres personnes, qui ne peuvent pas sortir de leurs pièces, et prient dans leurs chambres, et elles font l’œuvre du Seigneur, parce que les prières d'un homme juste sont efficaces. Il y a des tas de choses que les gens peuvent faire, étant donné qu'ils ont la capacité et les attributs pour travailler. Beaucoup de gens trouvent cela difficile ainsi que le concept, qu’il y a des règles et des réglementations par lesquelles ils doivent vivre.

 

À partir du commentaire de Christ dans Matthieu 23:23, on peut voir que la foi est un pilier de la loi, non pas un remplacement. Donc, la Justice et la miséricorde et la foi sont les trois parties importantes de la loi, lesquelles Christ a dit qu’elles devraient être pratiquées. En effet, la foi est le moyen par lequel la loi était observée dans un environnement hostile. La Pâque a été observée par la foi ; non pas comme un précurseur à la foi. Le concept est : avant que la loi n’ait été donnée à Moïse, cette Pâque a été observée par Moïse par la foi. La foi a donc précédé la loi et fait partie de la loi (Héb. 11:28).

 

C’est important, parce que les Protestants et les soi-disant Chrétiens modernes professent le concept que la loi a été supprimée, et disent que la foi est un concept du Nouveau Testament, et qu'elle a éliminé les œuvres. De plus, ils croient que la foi en Jésus Christ est uniquement ce qui est exigé, et que par la foi en Jésus Christ, ils seront sauvés. Ceci est seulement partiellement vrai.

 

Un texte important qui est souvent utilisé à mauvais escient est celui d'Hébreux 6:1, à cause de son renvoi au repentir des œuvres mortes. Le texte doit être lu dans le contexte. 

 

Hébreux 6:1-12  1 C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes, de la foi en Dieu,  2 de la doctrine des baptêmes, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel. 3 C’est ce que nous ferons, si Dieu le permet. 4 Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint–Esprit, 5 qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, 6 et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie.

 

Cela parle des personnes qui ont fait partie des élus, qui ont reçu l'Esprit Saint, et ensuite sont déchues de la vérité. Il est impossible de les restaurer à la vérité. Ils vont à la deuxième résurrection.  

 

7 Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu ;

 

Si vous avez été défriché (préparé), et octroyé l'Esprit Saint, c’est une bénédiction de Dieu.

 

8 mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu. 9 Quoique nous parlions ainsi, bien–aimés, nous attendons, pour ce qui vous concerne, des choses meilleures et favorables au salut. 10 Car Dieu n’est pas injuste, pour oublier votre travail et l’amour que vous avez montré pour son nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints. 11 Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance, 12 en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses. (LSG)

 

Ceci est assez clair. Vous ne posez pas de nouveau les enseignements élémentaires. Les doctrines élémentaires de Christ sont le repentir des œuvres mortes, la foi en Dieu, et les instructions dans la simplicité de la loi, la résurrection des morts, et le jugement éternel. Elles sont le lait. Et nous continuons à de choses plus grandes. Cela ne signifie pas que les œuvres sont mortes, et qu'elles doivent être supprimées.

 

Le commentaire parle de se repentir des œuvres mortes. Le texte, cependant, à propos du Chrétien, va au delà du sens des deux facettes des doctrines élémentaires. Par conséquent, le niveau de maturité est au delà du sens initial du repentir des œuvres mortes. Remarquez que le repentir est des œuvres mortes, non pas des œuvres (cf. Gal 5:19-22). La mauvaise compréhension provient de la fausse prémisse disant que toutes les œuvres sont mortes. Ceci est incorrect.

 

Il y a un problème latéral dans cette question. Une fois que vous avez goûté l'Esprit Saint, et que vous mettez votre épaule à la roue, et que vous vous êtes enrôlés dans l'armée de Dieu, vous ne pouvez pas abandonner impunément. Ce n'est pas une question de dire : Je reprendrai ma croix de nouveau ; je la poserai, et j’enterrerai mon père ; ou je vais paître mes bœufs ; ou je ferai autre chose, et alors, je la reprendrai quand ça m’arrangera.ˮ Ce n'est pas la façon dont le système fonctionne. Quand vous vous enrôlez dans le champ, vous travaillez jusqu'au coucher du soleil, et vous pouvez être appelé à n’importe quel moment. La parabole des ouvriers dans le champ montre que tous reçoivent les mêmes salaires, c.-à-d. le salut. Mais ils ont tous travaillé, et ont labouré jusqu'au coucher du soleil, jusqu'à la fin du jour. Certains ont été appelés tardivement, mais ils ont tous ensemble labouré à partir du temps où ils ont été appelés. Si vous abandonnez le champ, vous n'avez pas votre salaire.

 

Le résultat final est que dans 1Corinthiens 5:5 – vous êtes livré à l'adversaire pour que votre vie puisse être sauvée au dernier jour. Ceci est la punition. Vous allez dans la deuxième résurrection. On doit se repentir de l’attitude du mépris envers Christ et le système. Nous avons un travail à faire, et tous d’entre nous avons une responsabilité d’accomplir ce travail au mieux de notre capacité. Certains d’entre nous ont plus de capacités que d’autres. Certains d’entre nous ont des capacités différentes. Certains d’entre nous sont efficaces dans la prière et le jeûne. Certains sont doués dans d’autres domaines. Mais tous, nous sommes appelés à un travail en tant que membres d'un seul corps, et notre tête est Jésus Christ. C'est important de se rappeler que la tête de cette église est Jésus Christ, et de suggérer autrement est une calomnie.

 

Le chapitre de la foi d'Hébreux 11 est important, montrant comment la foi a été gardée, et de quelles façons les gens ont développé la foi. Ce n'est pas du tout un concept du Nouveau Testament. Le NT (Nouveau Testament) est très clair en rattachant la foi à l'origine du monde.

 

Hébreux 11:1-39 1 Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. 2 Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable. 3 C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. 4 C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn ; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes ; et c’est par elle qu’il parle encore, quoique mort. 5 C’est par la foi qu’Enoch fut enlevé pour qu’il ne vît point la mort, et qu’il ne parut plus parce que Dieu l’avait enlevé ; car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu. 6 Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. 7 C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi.

 

Noé a été averti de la fin de cet âge, et il a commencé à construire une arche. Cela lui a pris cent ans, et il a gagné la dérision de tous les gens autour de lui. On nous a donné, le livre de l’Apocalypse après Jésus Christ, qui avertit de la fin de cet âge. La fin de cet âge a des signes inévitables, et par la foi nous regardons à l’avènement du Messie. De la même manière, les prophètes qui ont précédé l’Apocalypse, ont donné l’avertissement de l’avènement du Messie, et de la fin de cet âge. Nous aussi, sommes maintenant tenus en dérision dans cette croyance. De plus en plus de gens professant être Chrétien disent que le Seigneur a retardé son avènement. De plus en plus de gens reporteront l’avènement du Messie à plus tard, et à de nouvelles dates. Plus c’est atroce, et plus de capacité ils ont, à reporter l’avènement du Messie. Plus il y a de guerres, plus il est probable qu’ils le remettront à plus tard. Ce n’est que quand finalement ils sont confrontés avec l'énormité de la dévastation, que commenceront-ils alors à prier pour l’avènement du Messie. Très peu de personnes prient que Ton Royaume vienne le plus rapidement. 

 

8 C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. 9 C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse. 10 Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur. 11 C’est par la foi que Sara elle–même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d’avoir une postérité, parce qu’elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse.

 

Dieu a donné une promesse à Sara. Bien qu'elle ait passé l’âge de la maternité, elle a cru qu'Il accomplirait cette promesse. 

 

12 C’est pourquoi d’un seul homme, déjà usé de corps, naquit une postérité nombreuse comme les étoiles du ciel, comme le sable qui est sur le bord de la mer et qu’on ne peut compter.

 

Donc, la progéniture d'Abraham était comme les étoiles du ciel. Ils ont été étendus de cette façon au delà de Juda. 

 

13 C’est dans la foi qu’ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. 14 Ceux qui parlent ainsi montrent qu’ils cherchent une patrie. 15 S’ils avaient eu en vue celle d’où ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d’y retourner. 16 Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est–à–dire une céleste. C’est pourquoi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité.

 

Cette recherche est en fait un pèlerinage sur la terre ; dans l’attente que Dieu fera descendre la nouvelle Jérusalem et réconciliera cette planète avec l'armée céleste. Ce concept lui-même est actuellement soumis aux attaques par les sociétés de ce monde  ̶  le fait que les Chrétiens se considèrent eux-mêmes comme pèlerins et exilés dans ce monde. 

 

17 C’est par la foi qu’Abraham offrit Isaac, lorsqu’il fut mis à l’épreuve, et qu’il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, 18 et à qui il avait été dit : En Isaac sera nommée pour toi une postérité.

 

Dieu avait fait cette déclaration, pourtant Abraham a été apparemment commandé par le messager de Dieu (l'Ange de Dieu) de contrevenir à cette entreprise.  

 

19 Il pensait que Dieu est puissant, même pour ressusciter les morts ; aussi le recouvra-t-il par une sorte de résurrection.

 

Donc, Abraham avait la foi que même si Dieu lui demandait de tuer son fils, Il le ressusciterait, et susciterait des descendants de la terre à travers Isaac. Il avait confiance et foi absolue que si Dieu lui a demandé de placer son fils jusqu’à être tué, alors, Il ressusciterait son fils. Ceci est un acte énorme de foi. Beaucoup de personnes n'ont pas eu la foi pour sacrifier même leurs emplois, dans la poursuite du seul vrai Dieu, encore moins leurs fils. 

 

20 C’est par la foi qu’Isaac bénit Jacob et Esaü, en vue des choses à venir. 21 C’est par la foi que Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph, et qu’il adora, appuyé sur l’extrémité de son bâton.

 

C’était quand il a béni Éphraïm et Manassé. Ces bénédictions ont été données à notre peuple dans la foi, sachant qu'elles seraient accomplies, et elles ont été accomplies. Les bénédictions données aux fils de Joseph ont été accomplies trois mille ans (ou plus) après la mort du patriarche. C'est tout à fait significatif que c'était plus de trois mille ans après la mort de Jacob, avant que la pleine bénédiction ait été donnée à Éphraïm et à Manassé. Et même maintenant, ce n'est pas entièrement démontré, parce que le Messie doit encore apporter les pleines bénédictions de la paix du droit d’aînesse. 

 

22 C’est par la foi que Joseph mourant fit mention de la sortie des fils d’Israël, et qu’il donna des ordres au sujet de ses os.

 

Joseph a demandé d’être ramené en Israël pour être enterré. Il a su que son peuple était en captivité comme esclaves en Égypte en tant que nation. Cependant, il a donné instruction à son fils qu'ils iraient de nouveau en Israël, et l'enterreraient là lorsqu’ils sont entrés dans l’Exode. Tout ceci est une compréhension de la prophétie, et une compréhension de la foi. C’est l'Esprit Saint qui s’est occupé de ces hommes, en leur disant ce qui doit arriver, et en leur donnant la direction quant à ce qui se produirait dans l'avenir. Toutes ces choses sont d'une portée considérable. Ce chapitre de la foi a une signification très profonde. 

 

23 C’est par la foi que Moïse, à sa naissance, fut caché pendant trois mois par ses parents, parce qu’ils virent que l’enfant était beau, et qu’ils ne craignirent pas l’ordre du roi. 24 C’est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon,  25 aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché, 26 regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération.

 

Ici, c’est Moïse qui souffre du mauvais traitement pour le Messie. Comment peut-on divorcer Moïse et ses actions du Messie, quand le Nouveau Testament indique très clairement que la souffrance de Moïse de la maltraitance en Égypte était pour le Messie. Il l'a fait pour Jésus Christ. C’est un concept puissant.  

 

27 C’est par la foi qu’il quitta l’Égypte, sans être effrayé de la colère du roi ; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible. 28 C’est par la foi qu’il fit la Pâque et l’aspersion du sang, afin que l’exterminateur ne touchât pas aux premiers-nés des Israélites. 29 C’est par la foi qu’ils traversèrent la mer Rouge comme un lieu sec, tandis que les Égyptiens qui en firent la tentative furent engloutis. 30 C’est par la foi que les murailles de Jéricho tombèrent, après qu’on en eut fait le tour pendant sept jours. 31 C’est par la foi que Rahab la prostituée ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance. 32 Et que dirai-je encore ? Car le temps me manquerait pour parler de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel, et des prophètes, 33 qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, 34 éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. 35 Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection ; d’autres furent livrés aux tourments, et n’acceptèrent point de délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection ; 36 d’autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison ; 37 ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, 38 eux dont le monde n’était pas digne, errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre. 39 Tous ceux–là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n’ont pas obtenu ce qui leur était promis, (LSG)

 

Les deux aspects importants de ce texte sont :

 

1. La foi était l'élément essentiel à l'obéissance

 

à la loi de Dieu ; et

 

2. en dépit de cette foi, ils n'ont pas reçu la promesse. Par conséquent, la foi seule n'est pas une assurance du salut.

 

C’est le point principal de cette œuvre. Il y a des séquences d’actions conditionnelles qui sont exigées de tous les élus. La foi est simplement l'une des conditions préalables nécessaires au salut. Les autres sont le repentir et le baptême à travers le corps et le sang de Jésus Christ, l’observance des commandements de Dieu pour la rétention de l'Esprit Saint après l’imposition des mains, et le développement par la foi dans l'esprit. Elles sont toutes reliées réciproquement, et toutes conditionnelles. La foi elle seule sans les œuvres est morte. Vous n'êtes pas un Chrétien si vous pensez que par la foi seule vous hériterez le Royaume de Dieu. Vous n’y serez pas.

 

Jacques dit que la prière de la foi sauvera l'homme malade, et le Seigneur le relèvera ; et s'il a commis des péchés, il lui sera pardonné (Jacques. 5:15). La nature composée de ce texte a conduit à un évangile de richesse/santé, et à la doctrine de la maladie égal péché, qui est aussi soutenue par le shamanisme. La guérison de l'individu par la foi s'applique tant physiquement que spirituellement, et c’est le sens dans lequel c’est appliqué. Il n’y a aucun doute que la maladie résulte d’un péché, mais non que toute maladie est le résultat direct des péchés de l'individu. 

 

C’est évident. Le monde est maintenant dans un état assez chronique après six mille ans de mauvaise administration. Ce n'est pas un fait que si vous êtes malade, c’est que vous avez péché. Ce n'est pas non plus un signe d’un manque de foi parce que quelqu'un est mort du cancer. 

 

La foi est l'élément essentiel pour la guérison mais les péchés sont la transgression de la loi (1Jean. 3:4). De là, la foi est directement couplée à la loi pour le bien-être de l'individu (c.-à-d. le bien-être spirituel). Il y a des péchés qui portent une pénalité physique. Si vous choisissez d'être un alcoolique, vous avez une pénalité physique à supporter. Cela pourrait résulter du fait que vous n’avez pas pu manger correctement, en conséquence, les systèmes de votre corps s'effondrent.

 

Tout injustice est péché (1Jean. 5:17). La justice et la vertu sont un même concept venant du même mot en Hébreu (Tsédek ou Tsadok). Ainsi, la justice et la vertu, et la foi, sont toutes rattachées à la loi, car le juste ou le vertueux vivra par la foi (Hab. 2:4 cité dans Rom. 1:17 ; Héb. 10:38). La foi est donc la manière dans laquelle les élus marchent dans l'obéissance à Dieu, dans les lois de Dieu. C’est le sens dans lequel nous devons continuer dans la foi, stable, et fermement, n’étant point transportés hors de l'espérance de l'évangile (Col. 1:23).

 

Jacques expose la question de la foi dans Jacques au chapitre 2. La base du problème a été trouvée dans l’acception de personnes. L’acception de personnes a été un sérieux problème, et continuel dans les Églises de Dieu durant des siècles. Dieu ne fait pas acception de personnes (2Sam. 14:14), de la même manière, Christ n'a pas fait acception de personnes (Matt. 22:16 ; Marc. 12:14). Jacques a vu ce problème dans Jacques 2:1 (la partialité tiré de prosoopolempsiais, est rendue acception de personnes voir l’Interlinéaire de Marshall) (cf. aussi l’étude (L’Acception de Personnes (No. 221)).

 

Jacques 2:1-26  1 Mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus–Christ soit exempte de toute acception de personnes.

 

Donc, la foi a un grand nombre de conditions (de cordes jointes), ou de façons dont vous devez garder la foi.

 

2 Supposez, en effet, qu’il entre dans votre assemblée un homme avec un anneau d’or et un habit magnifique, et qu’il y entre aussi un pauvre misérablement vêtu ; 3 si, tournant vos regards vers celui qui porte l’habit magnifique, vous lui dites : Toi, assieds-toi ici à cette place d’honneur ! et si vous dites au pauvre : Toi, tiens-toi là debout ! ou bien : Assieds-toi au–dessous de mon marchepied ! 4 ne faites-vous pas en vous–mêmes une distinction, et ne jugez-vous pas sous l’inspiration de pensées mauvaises ? 5 Ecoutez, mes frères bien–aimés : Dieu n’a–t-il pas choisi les pauvres aux yeux du monde, pour qu’ils soient riches en la foi, et héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment ? 6 Et vous, vous avilissez le pauvre ! Ne sont-ce pas les riches qui vous oppriment, et qui vous traînent devant les tribunaux ? 7 Ne sont-ce pas eux qui outragent le beau nom que vous portez ? 8 Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Écriture : Tu aimeras ton prochain comme toi–même, vous faites bien. 9 Mais si vous faites acception de personnes, vous commettez un péché, vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs. 10 Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous. 11 En effet, celui qui a dit : Tu ne commettras point d’adultère, a dit aussi : Tu ne tueras point. Or, si tu ne commets point d’adultère, mais que tu commettes un meurtre, tu deviens transgresseur de la loi. 12 Parlez et agissez comme devant être jugés par une loi de liberté, 13 car le jugement est sans miséricorde pour qui n’a pas fait miséricorde. La miséricorde triomphe du jugement.

 

En d'autres termes, de la manière dont vous jugez, vous serez jugé. Si vous jugez sans exercer la miséricorde, et si vous êtes dur envers les autres, et si vous offensez facilement, et si vous agissez contre d’autres facilement, de même ainsi, les personnes vous traiteront. Donc, de même aussi les gens vous offenseront, et réagiront envers vous, et vous traiteront de la même façon que vous l’avez fait aux autres. Dieu utilisera ce système pour s'occuper de vous, s'Il travaille avec vous. 

 

Les personnes qui bloquent l’œuvre de Dieu, ou essayent de changer le plan d’action déterminé que Dieu a mis en marche, sont traitées. Il est capable de les enlever, et Il est aussi capable de les tuer. C’est un concept très important. C'est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. Les choses sont faites avec ou sans la bénédiction de Dieu. Si elles sont faites avec la bénédiction de Dieu, et si vous avez affaire avec l’œuvre de Dieu, n’essayez pas de contrecarrer l’œuvre de Dieu, parce que vous luttez contre Dieu, et Il s’occupera de vous.

 

On voit le rapport entre la foi, et la corrélation de la loi à partir de ce texte (Jacques 2:1-13). Ce qui est plus importante encore, le mal essentiel de l’acception de personnes est aussi vu pour être la perversion de la justice, et de là, la vertu. Il ne peut pas y avoir d’acception de personnes dans l'église de Dieu.

 

Jacques continue d’examiner la relation entre la foi et les œuvres qui découle du texte. Le message ne peut pas être divorcé de la section précédente du contexte.

 

14 Mes frères, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les œuvres ? La foi peut-elle le sauver ? 15 Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour, 16 et que l’un d’entre vous leur dise : Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez ! et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ? 17 Il en est ainsi de la foi : si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle–même. 18  Mais quelqu’un dira : Toi, tu as la foi ; et moi, j’ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes œuvres. 19 Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent. 20 Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? 21 Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur l’autel ? 22 Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite. 23 Ainsi s’accomplit ce que dit l’Écriture : Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice ; et il fut appelé ami de Dieu. 24 Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement. 25 Rahab la prostituée ne fut-elle pas également justifiée par les œuvres, lorsqu’elle reçut les messagers et qu’elle les fit partir par un autre chemin ? 26 Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les œuvres est morte. (LSG)

 

Le chapitre 2 de Jacques va de pair avec Hébreux chapitre 11. La foi et les œuvres vont main dans la main. La même action est discutée. L'une est par la foi, et l'autre est par les œuvres. L’œuvre provenant lui-même de la foi.

 

Ainsi, la foi était accompagnée par les œuvres avant Moïse, et avec Abraham, et Abraham a été justifié par les œuvres. La foi était agissante avec les œuvres, et la foi est accomplie par les œuvres. La foi sans les œuvres est morte. L'essence de la loi est que le premier grand commandement est observé par la foi, et à travers les œuvres n’est pas compromis. Par l’observance jalouse des quatre premiers commandements, le premier grand commandement d’aimer Dieu est observé.

 

Le quatrième élément de l'adoration de Dieu est l’observance du jour du Sabbat, et c’est un élément positif. C'est un test positif de l'adoration du Seul Vrai Dieu. Le commandement du Sabbat est un commandement test pour le premier grand commandement. Nous devrions tous nous le rappeler. C’est pourquoi les gens le résistent tant ; c’est pourquoi les Trinitaires le trouvent si difficile. 

 

Alors que le premier grand commandement peut être observé par la foi dans les trois premiers commandements, les œuvres sont nécessaires pour observer le quatrième. De plus, le deuxième grand commandement d’aimer son prochain est seulement démontré par les œuvres, et ainsi, la foi sans les œuvres est morte. Un homme est justifié par les œuvres, et non pas par la foi seule. Le corps sans l'esprit est mort, de même, la foi sans les œuvres est morte. 

 

Tu ne est un aspect négatif des dix commandements, mais il y a des aspects positifs aussi. Les cinquièmes et dixièmes commandements sont des commandements avec promesse, et ils sont des aspects positifs. Le premier commandement est aussi un commandement avec promesse. Le dixième commandement : Tu ne convoiteras pas est une attitude d'esprit. Vous devez avoir une attitude positive d'esprit pour observer le dixième commandement, qui vous aide alors à observer les autres aspects d'aimer votre prochain. Dieu ne fait pas d’acception de personnes (Actes 10:34 ; Rom. 2:11), et aucune acception de personnes dans le jugement (Prov. 24:23), parce que ce n'est pas bon (Prov. 28:21), et de là, la foi sans les œuvres empêchera n'importe quel individu d'entrer dans le royaume. La clef du royaume de Dieu est l'obéissance à travers la foi en Jésus Christ, non pas par la foi en Jésus Christ sans se soucier de l'obéissance.

 

Si vous avez la foi en Jésus Christ, obéissez aux commandements. Si vous voulez garder l'Esprit Saint, obéissez aux commandements. L'obéissance des élus découle des commandements de Dieu. Craint Dieu, et observe ses commandements (Ecclésiaste. 12:13). Le plus petit des commandements ne doit pas être anéanti (Matt. 5:19). Si nous sommes entrés dans la vie, nous devons observer les commandements (Matt. 19:17). Matthieu 19:16-22 montre l'intention des commandements.

 

Matthieu 19:16-22 16  Et voici, un homme s’approcha, et dit à Jésus : Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? 17 Il lui répondit : Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Un seul est le bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. 18 Lesquels ? lui dit-il. Et Jésus répondit : Tu ne tueras point ; tu ne commettras point d’adultère ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; 19 honore ton père et ta mère ; et : tu aimeras ton prochain comme toi–même. 20 Le jeune homme lui dit : J’ai observé toutes ces choses ; que me manque-t-il encore ? 21 Jésus lui dit : Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. 22 Après avoir entendu ces paroles, le jeune homme s’en alla tout triste ; car il avait de grands biens. (LSG)

 

L'intention est que nous devons nous sacrifier l’un pour l’autre, et pour l’œuvre. Si nous disons que nous aimons Dieu, et cependant nous ne faisons rien, alors nous ne gardons pas la foi, et nous n'hériterons pas le royaume de Dieu. Nous devrions nous sacrifier pour le royaume, et suivre Christ. Les paroles sans actions sont sans signification. 

 

L'épître aux Éphésiens couple le thème de l'obéissance à Dieu, et la longue souffrance dans la patience sur terre, dont la société moderne considérerait comme étant une règle injuste.

 

Éphésiens 6:1-20 1 Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. 2 Honore ton père et ta mère c’est le premier commandement avec une promesse, 3  afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. 4 Et vous, pères, n’irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur. 5 Serviteurs, obéissez à vos maîtres selon la chair, avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre cœur, comme à Christ, 6 non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais comme des serviteurs de Christ, qui font de bon cœur la volonté de Dieu. 7 Servez-les avec empressement, comme servant le Seigneur et non des hommes, 8 sachant que chacun, soit esclave, soit libre, recevra du Seigneur selon ce qu’il aura fait de bien. 9 Et vous, maîtres, agissez de même à leur égard, et abstenez-vous de menaces, sachant que leur maître et le vôtre est dans les cieux, et que devant lui il n’y a point d’acception de personnes. 10 Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute–puissante. 11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. 12 Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. 13 C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. 14 Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ;

 

Cette séquence d'armure a une signification. Elle est la préparation entière pour s'habiller de l'armure du Seigneur basée sur la vérité. Le sous-vêtement pour tout ceci est la vérité. Il ne peut pas y avoir aucun mensonge dans ce que vous faites ; aucune illusion, et aucun aveuglement.

 

15  mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Evangile de paix ; 16 prenez par–dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ;

 

Les flèches qui vous sont jetées sont le découragement, et les attaques sur votre foi ; la foi en ce que nous faisons partie du corps de Jésus Christ ; que nous effectuons l’œuvre de Dieu ; que nous sommes conduits par l'Esprit Saint, et que nous parlons en vérité, et tout ce qui va avec. Tout ceci constitue le découragement. Le seul moyen par lequel l'adversaire peut vous atteindre est par des personnes qui sont près de vous à travers qui, il peut formuler des accusations contre vous. Il le fera à travers des personnes qui pensent qu'ils sont justes.

 

17 prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.

 

Le casque du salut protège votre tête. La grâce du salut de Jésus Christ protège votre esprit aussi. On vous donne le repentir, qui par une connaissance du péché mène à la culpabilité. Ensuite, par la culpabilité nous venons au repentir, et du repentir, à la grâce du salut de Jésus Christ. La suffisance du sacrifice de Christ est le casque du salut.

 

L'arme avec laquelle nous manions est la parole de Dieu. Ceci est une épée à deux tranchants dans nos mains. C’est pourquoi, nous pouvons traiter avec ces personnes, qui l’emploient improprement. C'est notre arme non pas la leur, parce que ce qu'ils disent ne peut pas être justifié par elle, quand elle est mise à l’épreuve.

 

18 Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. 19 Priez pour moi, afin qu’il me soit donné, quand j’ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l’Évangile, 20 pour lequel je suis ambassadeur dans les chaînes, et que j’en parle avec assurance comme je dois en parler. (LSG)

 

Cette prière devrait être dite pour tous qui parlent au nom de Jésus Christ, et parlent parmi les élus qui proclament le mystère de l'évangile.

 

Le concept qui est avancé ici est que l'armée rebelle est la base ou la cause du combat que nous entreprenons. Ces principautés et pouvoirs ont établi un système injuste. La foi est un des éléments de l'armure de Dieu. L'arme principale est l'épée de l'esprit qui est la parole de Dieu. Ainsi, la Bible et plus particulièrement, les Saintes Écritures de l'Ancien Testament étaient l'arme principale des élus. La condition d’être en alerte est primordiale. L'adversaire cherche à renverser les élus par la fausse doctrine qui cherche à éliminer les lois de Dieu, et à tromper les élus, si c’était possible. Dans cette cause, ils cherchent à remplacer les lois de Dieu par des commandements d'hommes (Matt. 15:9 ; Marc. 7:7). Nous connaissons Dieu quand nous observons Ses commandements (1Jean. 2:3). Si quelqu’un dit qu'il connaît Dieu, et dit pourtant que ce n'est pas essentiel d’observer Ses commandements, ils sont des menteurs, et la vérité n'est pas en eux (1Jean. 2:4). Ils ne sont pas des élus.

 

1 Jean 2:1-6 1 Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus–Christ le juste. 2 Il est lui–même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 3 Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l’avons connu. 4 Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. 5 Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui : par là nous savons que nous sommes en lui. 6 Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui–même. (LSG)

 

Nous marchons de la manière dont Christ a marché, et nous observons les commandements de Dieu, et nous démontrons ainsi que nous aimons Dieu en Christ. En marchant de la manière dont Christ a marché, notre amour de Dieu est perfectionné.


Ne soyez pas trompés par les arguments qui cherchent à réduire la loi au Sémitisme. De tels faux enseignants prêchent des doctrines de démons. Il n'y a aucune lumière en eux (Ésaïe.
8:20).

 

  

q