Les Églises Chrétiennes de Dieu

[094]

 

 

 

Notre Demeure [094]

 

(Édition 2.0 19950403-20000617)

 

 

Cette étude traite de la chute de l'humanité depuis le jardin d'Éden. Les implications pour l'église sont examinées et le fondement de notre lutte contre Satan est présenté. La demeure de Satan dans Apocalypse 2:12-13 est en contraste avec la demeure des élus. La division de la création causée par l'Armée déchue se révèle être le principal problème faisant face à la restauration et à l'Église. La représentation originale de Dieu sur la terre n'était pas à travers l'Église des Gentils, mais était de et à travers les Écritures.

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1995, 2000 Storm Cox)

(Tr. 2011, rév. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/


Notre Demeure [094]

 

Cette étude examine le concept de l'endroit où nous vivons réellement, ce que nous considérons comme étant notre maison et où notre maison peut être vraiment.

 

Nous commencerons au tout début dans le Jardin d'Éden, là où nous rencontrons notre adversaire pour la première fois ; là où notre compréhension du mal pénètre dans nos esprits.

 

Notre première Maison et le rejet subséquent

 

Genèse 2:15-25 L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. 16 L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; 17 mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.

 

Ceci était le premier ordre enregistré de Dieu à l'homme. Il a donné cet ordre à Adam avant qu’Ève eût existé, donc l'Adam est devenu responsable envers Dieu pour les péchés de sa femme, puisqu’il était la personne à qui l’ordre a été donné.

 

18 L’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. 19 L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme. 20 Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l’homme, il ne trouva point d’aide semblable à lui. 21 Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. 22 L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. 23 Et l’homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. 24 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. 25 L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte.

 

Pendant un moment éphémère dans le temps, Adam et Ève ont existé sans péché en harmonie avec Dieu et Ses voies. Ce fut un moment de courte durée.

 

Genèse 3:1-19 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? 2 La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. 3 Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. 4 Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ; 5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. 6 La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. 7 Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures.

 

À partir de ce moment là, l'homme est conscient du péché. Le péché est entré dans sa vie, cependant la loi n’a pas disparu. L'arbre était la connaissance du bien et du mal, alors qu'avant ils n'avaient que la connaissance du bien.

 

8 Alors ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. 9 Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? 10 Il répondit : J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. 11 Et l’Éternel Dieu dit : Qui t’a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger ? 12 L’homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé. 13 Et l’Éternel Dieu dit à la femme : Pourquoi as-tu fait cela ? La femme répondit : Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. 14 L’Éternel Dieu dit au serpent : Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. 15 Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

 

Ici, nous voyons comment Satan est banni à la terre. Son pouvoir est limité et l'Église, dont Ève était symbolique, a été autorisée à être persécutée et attaquée par Satan. La protection de l'Église était limitée et elle est maintenant basée purement sur les niveaux de notre action pour Dieu et contre Satan. Nous sommes l'influence déterminante sur Satan à ce point. Nos actions et engagement à Dieu déterminent la capacité à travers laquelle Satan peut agir sur cette planète. Si nous sommes inactifs, alors la puissance de Satan est plus grande. Lorsque nous sommes puissants sur cette terre, parce que nous travaillons étroitement avec Dieu, Satan est plus faible et la population du monde est rendue plus rationnelle. Ici, le facteur de l'inimitié opère. L'Église existe pour lutter contre le mal et c'est notre vocation.

 

16 Il dit à la femme : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.

 

Ici, nous voyons à quel point l'église endurera des difficultés. Christ est donné en tant que juge sur nous sur cette planète aujourd'hui.

 

17 Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point ! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, 18 il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs. 19 C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. (LSG)

 

Alors qu’Adam et Ève demeuraient dans le Jardin d'Éden, ils étaient dans la maison que Dieu avait mise de côté pour eux sur la terre. En mangeant le fruit défendu ils ont rejeté la maison qui était construite pour eux et ont choisi une maison différente. Cette maison était sur la terre, qui est la maison de Satan, car c’est celui qui demeure sur cette planète en tant que dieu de ce monde (2Corinthiens 4:4) et prince de la puissance de l'air (Éphésiens 2:2).

 

Alors ce premier péché est un rejet de Dieu. Dieu n'a pas tué Adam pour son péché. Il lui a donné son souhait et cela était de connaître le bien et le mal, et de cohabiter avec Satan. Dieu nous laisse simplement choisir et nous permet d'agir sur ce choix. Ce qu'Adam n'a pas compris, c'est l'étendue de l'aspect négatif d'un choix qui est en opposition avec la volonté de Dieu.

 

Si nous comprenons où Satan a sa demeure, nous ferions mieux de comprendre où nous ne devons pas demeurer. Nous ne devons pas désirer y demeurer, comme Adam et Ève l’ont fait.

 

Apocalypse 2:12-13 12 Écris à l’ange de l’Église de Pergame : Voici ce que dit celui qui a l’épée aiguë, à deux tranchants : 13 Je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan. Tu retiens mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même aux jours d’Antipas, mon témoin fidèle, qui a été mis à mort chez vous, là où Satan a sa demeure. (LSG)

 

Où est cet endroit où Satan a sa demeure ? Premièrement, nous allons examiner le sens du mot demeure dans ce passage. Le numéro de référence de Strong pour ce mot est 2730 qui se traduit résider de façon permanente. Maintenant, où est cet endroit ? Prenons la ville de Pergame ou de Pergamum comme elle est autrement connue.

 

Dans le commentaire contenu dans la Companion Bible, il est précisé que :

 

Pergame. Une ville de Mysie célèbre pour le culte d'Esculape, à qui le titre de soter (sauveur) a été donné et dont l'emblème était le serpent, identifié avec Apollon ; cp. Actes 16.16 Certains retracent le sacerdoce païen babylonien comme transféré à Pergame.

 

Qui sont ces gens, nous ne pouvons pas le dire. William Barclay apporte cependant, dans son commentaire sur l'Apocalypse, un éclairage plus intéressant et moins cryptique sur le sujet. Examinons son travail, à partir de la page 88 :

 

Pergame se considérait comme le gardien du mode de vie grec et du culte grec. Vers 240 BC elle avait remporté une grande victoire contre les sauvages envahissants Galates ou Gaulois. En mémoire de cette victoire, un grand autel à Zeus a été construit en face du temple d'Athéna qui se trouvait à 800 pieds sur la colline conique de Pergame. 40 pieds de haut, il se trouvait sur un replat de roc et ressemblait exactement à un grand trône sur une colline. Tous les jours il fumait avec la fumée des sacrifices offerts à Zeus. Autour de sa base était sculpté un des plus grands accomplissements dans le monde de la sculpture, la frise qui montre le combat des Géants, dans lequel les dieux de la Grèce ont été victorieux sur les géants des barbares ....

 

C'est, comme nous le comprenons, symbolique de la bataille des Nephilim.

 

(b) Pergame était particulièrement liée à l'adoration d'Asclépios, à tel point que Asclépios était connu comme le “Dieu de Pergame”. Lorsque Galen mentionnait des serments favoris, il disait que les gens souvent ne juraient que par Artémis d'Éphèse, ou Apollon de Delphes, ou Asclépios de Pergame. Asclépios était le Dieu de la guérison et ses temples étaient la plus proche approche aux hôpitaux dans le monde antique. De tous les coins du monde, les gens affluaient vers Pergame pour le soulagement de leurs maladies. R.H. Charles a appelé Pergame “la Lourdes de l'ancien monde”. La tâche de guérir était en partie l'œuvre des prêtres ; en partie le travail des médecins – Galien, devancé seulement par Hippocrate dans l'histoire médicale du monde antique, est né à Pergame ; et en partie le travail d'Asclepios lui-même.

 

Barclay poursuit en expliquant que le titre Asclépios était celui de sauveur et son emblème était celui du serpent. Ceci est important, mais ne touche que la surface de la signification réelle.

 

.... Pergame était le centre administratif de l'Asie. Cela signifiait qu'elle était le centre du culte de César pour la province. Sans aucun doute c'est pourquoi Pergame était le siège de Satan, c’était là où les hommes étaient tenus sous peine de mort de prendre le nom du Seigneur et le donner à César, au lieu de Christ ; et pour un Chrétien, il ne pouvait y avoir rien de plus satanique que ça.

 

Et voici l'explication du début de la lettre à Pergame. Le Christ ressuscité est appelé celui qui a l’épée aigüe à deux tranchants. Les gouverneurs romains étaient divisés en deux classes : ceux qui avaient le Ius Gladii, le droit de l'épée, [Ius signifie justice et Gladii signifie épée ou arme, de là, l'épée de la Justice que nous croyons être Christ] et ceux qui ne l’avaient pas. Ceux qui avaient le droit de parole avaient le pouvoir de vie et de mort ; à leur parole, un homme pouvait être exécuté sur le champ. Humainement parlant, le proconsul, qui avait son siège à Pergame, avait l'Ius Gladdi, le droit de l'épée, et à tout moment pouvait l'utiliser contre tout Chrétien ; mais la lettre enjoint le Chrétien de ne pas oublier que le dernier mot est toujours avec le Christ ressuscité qui a l’épée aigüe à deux tranchants. La puissance de Rome peut être diaboliquement puissante, la puissance du Seigneur ressuscité l’est plus encore.

 

Ici nous pouvons voir que Pergame était au centre de la puissance de la bête et qu’elle se trouve en Asie. Satan sur son trône assume le rôle exact que joue Christ. De cela nous pouvons comprendre Genèse 3:24 plus clairement.

 

Genèse 3:24 C’est ainsi qu’il chassa Adam ; et il mit à l’orient du jardin d’Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie. (LSG)

 

C'est Christ qui garde le Jardin d'Éden, et c’est seulement à travers Christ que nous pouvons y entrer. Christ est le guérisseur et l'instrument de la droiture parfaite, qui est la justice, et Christ est celui qui a le droit de l'épée. Il nous juge et nous livre parfaits pour le Père, une position que Satan essaie clairement de miroiter, afin d'obtenir que tous les gens le considèrent dans la façon dont nous devrions considérer Christ. C'est-à-dire, comme notre sauveur.

 

Ces nouvelles, cependant, ne sont pas la fin de l'énigme d’Apocalypse 2:12.

 

Antipas peut avoir deux significations. De Strong cela voudrait dire "à cause de (ou celui qui est pour) le père" étant un dérivé de 473 et 3962. Donc, Antipas le martyr ou le témoin est littéralement celui qui meurt pour le Père. Pas peut aussi signifier tout ou la totalité ainsi à cause de tous. Toutefois, le terme plus général est rejeté par Strong. Si nous regardons de nouveau l’étude Le Rôle du Quatrième Commandement dans les Églises de Dieu Observant le Sabbat (No. 170), nous voyons que c'est à partir de l'ère de Pergame que les Chrétiens ont été contraints à l'alliance avec l'Islam, luttant pour la survie contre la persécution des Trinitaires. C'est-à-dire, combattant pour Dieu le Père, le même combat que nous combattons aujourd'hui (cf. aussi La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122)). Donc, il est exact d'affirmer que cette référence à Antipas est prophétique et aussi un message pour nous de l’endroit où Christ se tient. Nous savons que notre position sur un sujet dépend de là où nous sommes assis. Pour Christ, cela est à la droite de son Père. Nous devrions prendre ce message comme étant celui où, si nous témoignons, comme Antipas, nous sommes favorables aux yeux de Dieu.

 

Maintenant nous avons vu là où Satan demeure. Voyons maintenant où notre frère et maître demeure.

 

Jean 1:2-17 Elle était au commencement avec Dieu. 3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.

5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue. 6 Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean. 7 Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. 8 Il n’était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière. 9 Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. 10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue. 11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. 12 Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, 13 lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. 14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

 

Comme nous l'avons vu précédemment le mot demeurer lorsqu'il est appliqué à Satan, signifiait vivre en permanence. Toutefois, cette signification a une intention différente. Cette traduction du mot skenoo comme habité ici est le seul exemple dans le Nouveau Testament. Le numéro de référence Strong est 4637 et lit ;

 

vivre sous la tente ou camper, occuper (comme un manoir) ou (spéc.) résider (comme Dieu l’a fait dans le Tabernacle d'autrefois, un symbole de protection et de communion).

 

La traduction proprement dite du texte devrait lire ;

 

Et la parole a été faite chair, et a vécu sous un tabernacle parmi nous ... etc.

 

Christ nous a rendu visite pour devenir une lumière dans l'obscurité ; pour nous montrer ce que nous devons faire et confirmer que la Loi comme elle est a été donnée. Christ était un visiteur temporaire dans ce monde. Sa demeure ou résidence permanente est vue de l'Apocalypse 3:21 où nous lisons :

 

Apocalypse 3:21 Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. (LSG)

 

Christ vit avec Dieu. Nous devons, et devrions désirer vivre avec Dieu et non loin de Dieu, comme Satan le fait. Cette division est symbolisée par ce système de la terre. La liberté de choix nous permet cependant de choisir. Nos décisions sont prises dans la façon dont nous comprenons et observons la Loi, cela étant la façon dont on nous a montré comment adorer et qui adorer.

 

Ce qui suit est l'histoire de base du Nouveau Testament de l'Exode et montre un certain nombre de points clés. Lisons.

 

Luc 4:1-13 Jésus, rempli du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et il fut conduit par l’Esprit dans le désert,

 

De même les Israélites ont été conduits par Moïse sous Christ, comme l'Ange de l'Élohim

 

2 où il fut tenté par le diable pendant quarante jours.

 

La période de quarante jours a trait à la fois aux quarante ans dans le désert du Sinaï et aux quarante Jubilés de l'église du Nouveau Testament.

 

Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, après qu’ils furent écoulés, il eut faim.

 

Dieu choisit de ne pas Se révéler à nous d'une manière physique, mais seulement par la puissance de l'Esprit Saint duquel Christ était rempli quand il est entré et pendant son temps dans le désert

 

3 Le diable lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre qu’elle devienne du pain. 4 Jésus lui répondit : Il est écrit : L’Homme ne vivra pas de pain seulement.

 

Ici, Christ nous dit que la représentation physique de Dieu sur la terre n'était pas de l'église et pour l’église des Gentils, mais plutôt était initialement de et à travers la Bible. Ainsi, la Loi était notre pain et notre foi était notre eau.

 

5 Le diable, l’ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre, 6 et lui dit : Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux. 7 Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. 8 Jésus lui répondit : Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.

 

Ici Satan clarifie où il voit que sa maison se trouve, à savoir, sur la terre. Il offre à Christ ce que Dieu lui a présenté comme une partie de sa responsabilité céleste et essaie de corrompre Christ avec l'instrument même de sa (Satan) propre corruption. Christ, par ses commentaires, fait le choix de son domicile. Cela est clair, puisque son attention totale est sur Dieu le Père et Sa volonté. De même l’était la volonté de Noé et celle de Moïse et d'Abraham, pour ne citer que quelques-uns qui étaient également soumis à Dieu.

 

9 Le diable le conduisit encore à Jérusalem, le plaça sur le haut du temple, et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d’ici en bas ; 10 car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, afin qu’ils te gardent ; 11 et : Ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre. 12 Jésus lui répondit : Il est dit : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu. 13 Après l’avoir tenté de toutes ces manières, le diable s’éloigna de lui jusqu’à un moment favorable. (LSG)

 

Ici Satan achève la tentation. Christ, en nous montrant cet exemple, nous raconte comment Satan nous attaque.

 

1) Il nous offre la chose même que nous convoitons quand nous sommes à notre position la plus spirituellement vulnérable.

 

2) Il nous offre la puissance et la position quand nous sommes à notre point le plus bas dans l'estime de soi.

 

3) Il nous teste contre la chose même que nous soutenons comme le meilleur atout dont nous disposons et nous trompe en nous la remettant pour nous rendre plus faibles. Ainsi, il tente de détruire tout contact avec Dieu.

 

L'analogie du temps de Christ dans le désert est égale à celle du temps des Israélites avec Moïse. La signification est que nous sommes dans le désert, errant car nous n'avons pas de domicile. Les Israélites ont été des années dans une maison étrangère, avant qu'ils ne soient relâchés dans un autre désert. Christ aussi a été un visiteur sur la Terre pour être tenté dans le désert.

 

Satan a essayé d’amener Christ au point où il perdrait sa place dans sa maison et viendrait vivre dans la maison de Satan. Satan fait la même chose avec nous tous. Le travail consiste à être conscient de nos décisions et, où ces décisions nous placent, dans la maison de Dieu, ou dans la maison de Satan. La maison de Satan est terrestre, étant temporelle et coupée de Dieu. La maison de Dieu est spirituelle et éternelle ou céleste. La question est : ‘Errons-nous sur cette terre ou nous voyons-nous vraiment comme vivant ici en permanence ?’ Cette question sera désormais développée.

 

Genèse 18:16-19:30 Ces hommes se levèrent pour partir, et ils regardèrent du côté de Sodome. Abraham alla avec eux, pour les accompagner. 17 Alors l’Éternel dit : Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire ? … 18 Abraham deviendra certainement une nation grande et puissante, et en lui seront bénies toutes les nations de la terre. 19 Car je l’ai choisi, afin qu’il ordonne à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l’Éternel, en pratiquant la droiture et la justice, et qu’ainsi l’Éternel accomplisse en faveur d’Abraham les promesses qu’il lui a faites … 20 Et l’Éternel dit : Le cri contre Sodome et Gomorrhe s’est accru, et leur péché est énorme.

 

À cette époque d'Abraham, le déluge est encore un souvenir récent. Dieu, cependant, permettra à l'homme de se détruire lui-même et de détruire la terre à nouveau pour montrer ce qu’est le résultat du péché et pour purifier la terre finalement. Aujourd'hui, le monde est dans un plus grand désordre spirituel que Sodome ne l’a jamais été. Nous ne pouvons pas continuer à nous moquer de Dieu ou Il va nous détruire, et les gens doivent être avertis.

 

21 C’est pourquoi je vais descendre, et je verrai s’ils ont agi entièrement selon le bruit venu jusqu’à moi ; et si cela n’est pas, je le saurai. 22 Les hommes s’éloignèrent, et allèrent vers Sodome. Mais Abraham se tint encore en présence de l’Éternel. 23 Abraham s’approcha, et dit : Feras-tu aussi périr le juste avec le méchant ? 24 Peut-être y a-t-il cinquante justes au milieu de la ville : les feras-tu périr aussi, et ne pardonneras-tu pas à la ville à cause des cinquante justes qui sont au milieu d’elle ? 25 Faire mourir le juste avec le méchant, en sorte qu’il en soit du juste comme du méchant, loin de toi cette manière d’agir ! loin de toi ! Celui qui juge toute la terre n’exercera-t-il pas la justice ? 26 Et l’Éternel dit : Si je trouve dans Sodome cinquante justes au milieu de la ville, je pardonnerai à toute la ville, à cause d’eux. 27 Abraham reprit, et dit : Voici, j’ai osé parler au Seigneur, moi qui ne suis que poudre et cendre. 28 Peut-être des cinquante justes en manquera-t-il cinq : pour cinq, détruiras-tu toute la ville ? Et l’Éternel dit : Je ne la détruirai point, si j’y trouve quarante-cinq justes. 29 Abraham continua de lui parler, et dit : Peut-être s’y trouvera-t-il quarante justes. Et l’Éternel dit : Je ne ferai rien, à cause de ces quarante. 30 Abraham dit : Que le Seigneur ne s’irrite point, et je parlerai. Peut-être s’y trouvera-t-il trente justes. Et l’Éternel dit : Je ne ferai rien, si j’y trouve trente justes. 31 Abraham dit : Voici, j’ai osé parler au Seigneur. Peut-être s’y trouvera-t-il vingt justes. Et l’Éternel dit : Je ne la détruirai point, à cause de ces vingt. 32 Abraham dit : Que le Seigneur ne s’irrite point, et je ne parlerai plus que cette fois. Peut-être s’y trouvera-t-il dix justes. Et l’Éternel dit : Je ne la détruirai point, à cause de ces dix justes. 33 L’Éternel s’en alla lorsqu’il eut achevé de parler à Abraham. Et Abraham retourna dans sa demeure.

 

Abraham était un homme juste et de ce fait il pouvait aller à Dieu et plaider pour son peuple dans la voie audacieuse qu'il l’a fait. C'est notre travail. Nous devrions aussi aller devant Dieu au nom de notre peuple et demander grâce. Le péché qui se démarque ici n'en est pas seulement un d'immoralité sexuelle et de perversion comme on associe cela habituellement avec cette histoire, mais aussi d'hypocrisie. Pour qu’Abraham pense qu'il y avait plus d’hommes justes dans Sodome, il a dû y en avoir eu beaucoup qui professaient être justes. Ils ont dû avoir manifesté ouvertement un intérêt hypocrite pour la Loi mais l’ont intérieurement rejetée. À mon avis, Abraham lui-même ne voulait pas voir la ville détruite. Il semblait ressentir une affinité avec elle. Mais quand Dieu a dit de sortir, lui, étant un homme de foi, fit ce que son Seigneur commanda. La foi et l'obéissance sont interdépendantes.

 

Genèse 19:1-26 Les deux anges arrivèrent à Sodome sur le soir ; et Lot était assis à la porte de Sodome. Quand Lot les vit, il se leva pour aller au-devant d’eux, et se prosterna la face contre terre. 2 Puis il dit : Voici, mes seigneurs, entrez, je vous prie, dans la maison de votre serviteur, et passez-y la nuit ; lavez-vous les pieds ; vous vous lèverez de bon matin, et vous poursuivrez votre route. Non, répondirent-ils, nous passerons la nuit dans la rue. 3 Mais Lot les pressa tellement qu’ils vinrent chez lui et entrèrent dans sa maison. Il leur donna un festin, et fit cuire des pains sans levain. Et ils mangèrent. 4 Ils n’étaient pas encore couchés que les gens de la ville, les gens de Sodome, entourèrent la maison, depuis les enfants jusqu’aux vieillards ; toute la population était accourue. 5 Ils appelèrent Lot, et lui dirent : Où sont les hommes qui sont entrés chez toi cette nuit ? Fais-les sortir vers nous, pour que nous les connaissions. 6 Lot sortit vers eux à l’entrée de la maison, et ferma la porte derrière lui. 7 Et il dit : Mes frères, je vous prie, ne faites pas le mal ! 8 Voici, j’ai deux filles qui n’ont point connu d’homme ; je vous les amènerai dehors, et vous leur ferez ce qu’il vous plaira. Seulement, ne faites rien à ces hommes puisqu’ils sont venus à l’ombre de mon toit. 9 Ils dirent : Retire-toi ! Ils dirent encore : Celui-ci est venu comme étranger, et il veut faire le juge ! Eh bien, nous te ferons pis qu’à eux. Et, pressant Lot avec violence, ils s’avancèrent pour briser la porte. 10 Les hommes étendirent la main, firent rentrer Lot vers eux dans la maison, et fermèrent la porte. 11 Et ils frappèrent d’aveuglement les gens qui étaient à l’entrée de la maison, depuis le plus petit jusqu’au plus grand, de sorte qu’ils se donnèrent une peine inutile pour trouver la porte. 12 Les hommes dirent à Lot : Qui as-tu encore ici ? Gendres, fils et filles, et tout ce qui t’appartient dans la ville, fais-les sortir de ce lieu. 13 Car nous allons détruire ce lieu, parce que le cri contre ses habitants est grand devant l’Éternel. L’Éternel nous a envoyés pour le détruire. 14 Lot sortit, et parla à ses gendres qui avaient pris ses filles : Levez-vous, dit-il, sortez de ce lieu ; car l’Éternel va détruire la ville. Mais, aux yeux de ses gendres, il parut plaisanter. 15 Dès l’aube du jour, les anges insistèrent auprès de Lot, en disant : Lève-toi, prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici, de peur que tu ne périsses dans la ruine de la ville. 16 Et comme il tardait, les hommes le saisirent par la main, lui, sa femme et ses deux filles, car l’Éternel voulait l’épargner ; ils l’emmenèrent, et le laissèrent hors de la ville. 17 Après les avoir fait sortir, l’un d’eux dit : Sauve-toi, pour ta vie ; ne regarde pas derrière toi, et ne t’arrête pas dans toute la plaine ; sauve-toi vers la montagne, de peur que tu ne périsses. 18 Lot leur dit : Oh ! non, Seigneur ! 19 Voici, j’ai trouvé grâce à tes yeux, et tu as montré la grandeur de ta miséricorde à mon égard, en me conservant la vie ; mais je ne puis me sauver à la montagne, avant que le désastre m’atteigne, et je périrai. 20 Voici, cette ville est assez proche pour que je m’y réfugie, et elle est petite. Oh ! que je puisse m’y sauver, … n’est-elle pas petite ? … et que mon âme vive ! 21 Et il lui dit : Voici, je t’accorde encore cette grâce, et je ne détruirai pas la ville dont tu parles. 22 Hâte-toi de t’y réfugier, car je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivé. C’est pour cela que l’on a donné à cette ville le nom de Tsoar. 23 Le soleil se levait sur la terre, lorsque Lot entra dans Tsoar. 24 Alors l’Éternel fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l’Éternel. 25 Il détruisit ces villes, toute la plaine et tous les habitants des villes, et les plantes de la terre. 26 La femme de Lot regarda en arrière, et elle devint une statue de sel.

 

Nous comprenons tous par le fait que la femme de Lot regarda en arrière qu'elle ne voulait pas quitter. À ce stade, elle a vu sa maison comme Sodome et non avec Dieu. Elle n'avait pas la foi. Nous le faisons sur une base constante tout au long de notre vie.

 

Ainsi nous voyons maintenant le concept de deux demeures.

 

L'une est de rester sur la terre et si c'est notre souhait alors nous vivrons sur la terre jusqu'à la fin de la seconde résurrection. Si nous choisissons de vivre sous un tabernacle sur cette terre, alors nous reconnaissons que ce n'est pas notre maison et notre maison est, et sera dans la chambre que Christ a préparée pour nous.

 

Beaucoup de gens choisissent de ne pas voyager loin pour les Fêtes et la Pâque. Le concept de quitter les portes de la ville en est un de fuir Sodome. Notre décision de rester à la maison montre que nous voyons notre maison dans les villes du monde. En allant à l'endroit où Dieu met Sa main comme un lieu de rencontre pour les fêtes, cela montre que nous voyons notre maison comme le jardin que Dieu a construit pour nous.

 

Ce qui suit sont des citations du Coran. De la Sourate, chapitre 66 verset 10 :

 

Allah a cité en parabole pour ceux qui ont mécru la femme de Noé et la femme de Lot. Elles étaient sous l'autorité de deux vertueux de Nos serviteurs. Toutes deux les trahirent et ils ne furent d'aucune aide pour [ces deux femmes] vis-à-vis d'Allah. Et il [leur] fut dit : “Entrez au Feu toutes les deux, avec ceux qui y entrent”,

 

La foi musulmane est très sévère sur la femme de Lot. Toutefois, le point est correct. La femme de Lot a trahi son mari et Dieu, et elle a désiré s'accrocher aux voies du passé, sans confiance en Dieu.

 

L'autre point qu'ils [les Musulmans] font est que l'association des épouses avec leurs partenaires ne les a pas servies. Chacun de nous est soumis et jugé par ses propres capacités pour l'obéissance à entrer dans le Royaume. Notre association avec n'importe quel peuple ou groupe particulier, peu importe comment ils peuvent être justes, ne diminue pas nos responsabilités. Les gens ont trop longtemps écouté leurs ministres se faire dire ce qu'ils sont et ne sont pas autorisés à faire. La loi est une force personnelle et autorégulatrice qui opère en nous guidée par les niveaux de communication avec Dieu pour l’Esprit Saint en conjonction avec le Fils.

 

Le temps est venu où nous en tant qu'individus examinons la loi et désirons personnellement l’observer. Si nous restons dans une église qui n’observe pas la loi, alors nous faisons de ce monde notre maison et abandonnons notre maison avec Dieu et notre souhait sera accordé. Nous serons sur cette terre jusqu'à notre, ou sa destruction finale.

 

Si nous refusons d'assister au service de Sabbat avec le peuple de Dieu qui observe la Loi, alors nous disons que notre tabernacle n'est pas avec Dieu mais avec Satan. Si nous souhaitons partager notre repas avec Satan alors notre souhait sera accordé. Faisons attention à ce que nous souhaitons, nous risquerions de l'obtenir.

 

Les gens de même esprit, en tant qu’éléments du corps de Christ, sont commandés de se réunir ensemble (Héb. 10:25).

 

Nos actions parlent pour nous, pas nos paroles. Les paroles sont vides. Là où nous en sommes dépend de là où nous sommes assis. Assurez-vous juste que c’est dans la maison de Dieu et non dans la maison de Satan

 

 

 

q