Les Églises Chrétiennes de Dieu

[103]

 

 

 

Le Dîner du Seigneur [103]

 

(Édition 2.0 19950413-19981226-20080120)

 

Cette étude explique la signification complexe derrière le sacrement du Dîner du Seigneur. Le jour de la préparation et la Pâque sont expliqués. La séquence du lavement des pieds et le pain et le vin sont exposés tels que prescrits. La relation avec l’Exode et la Pâque est aussi expliquée. Le sang de la Nouvelle Alliance et l’entrée dans le Saint des Saints par le Souverain Sacrificateur qui était le Messie sont nos précurseurs à tous pour devenir fils de Dieu. La signification du symbolisme de la Pâque en relation avec d’autres textes est examinée. On explique aussi les textes de Jean 14 et Jean 17.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1995, 1996, 1998, 2008 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

Le Dîner du Seigneur [103]

 

 

Cette soirée est probablement l'occasion la plus sacrée de l'année du Calendrier de Dieu, parce que c'est l'anniversaire de la mort de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. Nous observons ce service en mémoire de la mort de Christ. Les passages suivants expliquent l'origine de ce service, et ses cérémonies.

 

Luc 22:7-16  7Le jour des Pains sans Levain, où l'on devait immoler la Pâque, arriva, 8et Jésus envoya Pierre et Jean, en disant : Allez nous préparer la Pâque, afin que nous la mangions. 9 Ils lui dirent : Où veux-tu que nous la préparions ? 10Il leur répondit : Voici, quand vous serez entrés dans la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau ; suivez-le dans la maison où il entrera, 11 et vous direz au maître de la maison : Le maître te dit : Où est le lieu où je mangerai la Pâque avec mes disciples ? 12Et il vous montrera une grande chambre haute, meublée : c'est là que vous préparerez la Pâque. 13Ils partirent, et trouvèrent les choses comme il le leur avait dit ; et ils préparèrent la Pâque. 14L'heure étant venue, il se mit à table, et les apôtres avec lui. (LSG)

 

Il a été supposé par quelques-uns que c'était l'heure de manger la Pâque, mais c'est inexact.

 

15Il leur dit : J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir ; 16car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. (LSG)

 

Christ a dit explicitement : “je veux vraiment manger cette Pâque avec vous avant que je souffre, mais je vous dis que je ne la mangerai pas jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le Royaume de Dieu.” Luc 22:7-16 a été traduit de plusieurs façons différentes pour contourner ce texte. Christ n'a pas mangé le repas de la Pâque. Il a mangé un repas de la Pâque. C’est clair et simplement affirmé. Il voulait la manger avec eux mais il savait qu'il serait mort. Christ a dit ici qu'il ne la mangerait pas jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le Royaume de Dieu. Christ a donc prédit sa mort avant le repas de la Pâque en tant que tel. Il était, en fait, l'Agneau de la Pâque.

 

Nous savons que ce sont les Jours des Pains sans Levain. C'était le commencement des Pains sans Levain, quand la Pâque devait être immolée.

 

Dans Jean 6, Christ a exécuté le miracle de nourrir les cinq mille avec les cinq pains et les deux poissons. Le symbolisme était que les élus étaient sauvés en étant pris dans douze paniers. Le miracle de marcher sur l'eau a été exécuté par Christ comme faisant partie du salut des élus. Après les miracles, des groupes se sont dissociés de Christ à cause de son sermon quand il a dit “si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour (Jean 6:53-54).

 

Cette séquence a été une phase critique. L’œuvre est retombée sur Christ plus douze, et l’un d’eux était un démon. Maintenant, ce processus constitua un creux dans l’œuvre. Tout le monde s'est alors dissocié du Maître. L’œuvre a ensuite été reconstruite. Nous savons que Christ a, par la suite, ordonné les soixante-dix et les a envoyés. Nous savons que les démons leur étaient assujettis et nous savons que les démons ont reconnu ce fait. C’est écrit dans le Ciel. Nous savons que les soixante-dix ont continué dans le ministère. Cependant, il y avait seulement les douze à ce repas. Où étaient les soixante-dix ? Que faisait le reste des gens, ceux qui suivaient Christ ? Pourquoi Christ a-t-il eu le Dernier Dîner avec ses douze seulement ?

 

Il y a beaucoup de réponses à ce problème dans son entier. Les soixante-dix étaient présents à la Pentecôte. Ils n'avaient pas quitté l'Église. L’explication est qu’il a dû y avoir d'autres repas de la Pâque en préparation avec d’autres groupes. Christ avait décidé d’avoir ce repas (son dernier) avec ses douze. Les soixante-dix ont dû observer la Pâque quelque part ailleurs. L'activité des soixante-dix présente un aspect différent de l’œuvre qui n'a pas été considéré auparavant. Les soixante-dix, ses autres disciples, devaient être là quelque part. Pourtant, une fois de plus, le Dernier Dîner fut réduit aux douze. Toutefois, les soixante-dix étaient toujours ordonnés, ils opéraient toujours et ils ont progressé jusqu'à la Pentecôte à partir de ce Dernier Dîner.

 

Maintenant, cela nous dit qu'il y a eu des fluctuations dans l’œuvre par des consolidations pendant lesquelles il a construit, perdu et consolidé, construit et puis consolidé à nouveau – mais ils étaient dans des groupes différents et l’œuvre continua à se développer tout en étant reconsolidée. Ce Dernier Dîner, par conséquent, a une signification légèrement différente de celle initialement considérée. Quand nous pensons à ce Dernier Dîner, nous pensons aux douze. Nous ne supposons pas qu'il y avait quelqu’un d’autre. Mais la Bible nous dit qu’il devait y en avoir d’autres. Les soixante-dix ont été ordonnés et ils étaient les anciens de Jésus Christ. Il y a des clefs pour d'autres aspects de l’œuvre dans le placement des Anciens et de la Pâque et sa reproduction et distribution. Il y a toutes sortes de choses qui découlent de cela.

 

La Fête des Pains sans Levain incorporait autant le jour de la préparation que la Pâque dans la Fête.

 

Matthieu 26:17-30 17Le premier jour des Pains sans Levain, les disciples s'adressèrent à Jésus, pour lui dire : Où veux-tu que nous te préparions le repas de la Pâque ? 18Il répondit : Allez à la ville chez un tel, et vous lui direz : Le maître dit : Mon temps est proche ; je ferai chez toi la Pâque avec mes disciples. 19Les disciples firent ce que Jésus leur avait ordonné, et ils préparèrent la Pâque. 20Le soir étant venu, il se mit à table avec les douze. 21Pendant qu'ils mangeaient, il dit : Je vous le dis en vérité, l'un de vous me livrera. 22Ils furent profondément attristés, et chacun se mit à lui dire : Est-ce moi, Seigneur ? 23Il répondit : Celui qui a mis avec moi la main dans le plat, c'est celui qui me livrera. 24Le Fils de l'homme s'en va, selon ce qui est écrit de lui. Mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme est livré ! Mieux vaudrait pour cet homme qu'il ne fût pas né. 25Judas, qui le livrait, prit la parole et dit: Est-ce moi, Rabbi? Jésus lui répondit : Tu l'as dit. 26Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps. 27Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ; 28car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. 29Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père. 30Après avoir chanté les cantiques, ils se rendirent au Mont des Oliviers. (LSG)

 

Cette activité a eu lieu, comme il est dit ici, le premier jour de la Fête des Pains sans Levain. Dans ce temps-là, le jour de la préparation, le 14ième, était compté comme le premier des huit jours de la Fête des Pains sans Levain, donc, en réalité, c'est le jour de la préparation que le repas a eu lieu. Ce jour de la préparation a établi un nouveau symbolisme. Le symbolisme est trouvé dans la préparation pour une Pâque à venir. Parce qu'il y aura un deuxième exode et de nouveaux sacrificateurs (Ésaïe 66:20-21), le Dîner du Seigneur symbolise la préparation de l'Église pour le règne millénaire.

 

1Corinthiens 11:23-26 23Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné ; c'est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, 24et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. 25De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. 26Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. (LSG)

 

Cette nuit proclame la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne : comme une ordonnance enjointe aux Chrétiens.

 

Le chapitre entier de Jean 6 est une séquence de symbolisme conduisant à la préparation et à la Pâque. Il y a une signification spécifique dans chaque phrase de Jean 6 en rapport avec la préparation de chacun pour son appel, son placement parmi les élus et dans les tribus comme faisant partie des 144,000 et de la Multitude sous les douze Apôtres comme Juges des tribus.

 

Jean 6:53-54 53Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes. 54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. (LSG)

 

Il y a trois éléments à la vie éternelle. Ces éléments ne sont pas généralement traités durant le Dîner du Seigneur. Les deux premiers éléments sont de Jean 17:3.

 

En premier, Et c'est la vie éternelle, qu'ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et Jésus Christ que tu as envoyé.

 

Le deuxième élément de la vie éternelle est la foi en Jésus Christ à travers la connaissance du Seul Vrai Dieu.

 

Le troisième élément de la vie éternelle est la participation à la Pâque et de manger le corps et le sang de Jésus Christ (Jean 6:53-54).

 

Tous ces trois éléments sont basés sur l’obéissance au Seul Vrai Dieu par l’obéissance à Ses Commandements. C'est la condition indispensable et nécessaire à la rétention de l’Esprit Saint. Sans l’Esprit Saint, nous ne pouvons pas entrer dans le Royaume de Dieu et, ainsi, avoir la vie éternelle. Donc, à cause de ces trois éléments, nous sommes requis de participer par obéissance. L'obéissance à ce festival nécessite l’observance des Lois et des règles que Christ a établies pour la participation à la Pâque. Si nous ne participons pas à cette cérémonie, nous n'avons aucune part avec Jésus Christ.

 

La première cérémonie du Dîner du Seigneur est le lavement des pieds. L'acte de laver les pieds de quelqu'un était une pratique courante à l’époque de Jésus. Les gens portaient des chaussures qui les exposaient à la saleté de l'environnement. Ils avaient des sandales ouvertes. Elles étaient des chaussures efficaces pour la marche, comme nous le savons. Les gens portaient des sandales parce qu'elles étaient fraîches, bon marché et faciles à faire, mais elles salissaient les pieds. Normalement, le lavement des pieds était fait comme un acte d'hospitalité par l’hôte quand l'invité arrivait. Les gens avaient normalement pris un bain auparavant mais ils avaient marché dans les rues. Donc, le lavement des pieds, c’était pour qu’ils se sentent confortables. C'était la tâche du domestique le plus humble de laver les pieds. On fournissait à l'invité une serviette et une urne d'eau. Cela se faisait normalement à l’arrivée ou avant le début du repas, avant ou pendant que les invités se mettaient à table. L'aversion pour la tâche symbolisait le fait que personne n'aime faire des choses serviles pour les autres, nécessairement.

 

C'est un acte d'amour de servir les autres mais, dans ce monde, les gens ne s’aiment pas vraiment les uns les autres (si on n'a pas remarqué). Normalement, les gens ne s’abaissent pas et n’élèvent pas les autres. Cela nécessite une attitude spéciale et c'est l’Esprit Saint qui fait que c’est possible. C'est une marque des élus (des serviteurs de Jésus Christ) qui se réjouissent, en fait, dans le service des autres ; qui prennent les triomphes des frères comme étant les leurs et qui exaltent tous les autres au-dessus d'eux-mêmes. Ce processus de service n'est pas évident dans le système qui a été instauré par le dieu de ce monde (ou l’élohim de ce monde), un système qui était de supériorité, de rang et de préséance comme dans le monde animal. Tous les animaux ont un ordre hiérarchique. L’ordre hiérarchique détermine où ils mangent, quelle sera leur position sociale et comment ils seront entretenus. Il ne doit pas en être ainsi avec nous. Il ne faut pas penser comme cela.

 

Ce processus entier du lavement des pieds n'est pas seulement le service. Il symbolise l’abandon de soi-même. Nous voyons ceci du concept de tithenai (mettre de côté le vêtement) et Christ se ceignant d’une serviette. Ce processus dans sa totalité était le symbolisme de Christ qui a littéralement déposé tous ses ornements et ses atours. Premièrement, il a mis de côté son statut d’élohim et est devenu un homme pour nous servir. Il savait qu'il devait descendre sur la Terre, non seulement pour nous montrer, parce que nous vivions sous un système que les démons avaient établi, mais pour montrer aux démons qu'il devait mettre sa vie de côté.

 

Les démons, par leur rébellion, n'avaient aucun sacrifice pour les restaurer à Dieu. Il n'y avait aucun sacrifice possible que Satan et l'Armée Céleste déchue auraient pu faire pour les réconcilier avec Dieu, suite à leur péché. Quelqu'un devait mourir. Donc, l'un d'eux a dû prendre une forme humaine et être tué pour les réconcilier lui-même avec Dieu, montrant la façon. Ce n'était pas que Dieu désirait simplement un sacrifice de sang. C'était simplement qu’Il a dit que, sans cette mentalité, vous ne pouvez pas être Moi. “Je ne peux pas vivre en aucun de vous qui n'êtes pas prêts à donner votre vie pour votre frère”. Si nous ne mettons pas notre vie de côté et si nous ne lavons pas les pieds de notre frère pour nous subjuguer, Dieu ne peut pas vivre en nous. Et c'est le triste fait. Nous avons vu l’église dans le vingtième siècle atteindre des niveaux d’acception de personnes tels qu'ils ne se sacrifieraient pas pour les autres. L’Esprit Saint leur a été retiré. Christ a institué cette cérémonie pour ses disciples comme un exemple de sacrifice.

 

Nous allons maintenant examiner le concept physique du lavement des pieds, plutôt que comme c'était du commencement, en termes de l’Armée Céleste comme concepts spirituels. Chacun de ces aspects est spirituel aussi bien que physique. Le Judaïsme regarde la Pâque et la voit en termes physiques. Nous attendons la Pâque avec impatience et la voyons en termes autant physiques que spirituels. Christ savait qu'il serait trahi et qu'il devait donner sa vie.

 

Jean 13:1-5 1Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux. 2 Pendant le souper, lorsque le diable avait déjà inspiré au cœur de Judas Iscariot, fils de Simon, le dessein de le livrer, 3 Jésus, qui savait que le Père avait remis toutes choses entre ses mains, qu'il était venu de Dieu, et qu'il s'en allait à Dieu, 4se leva de table, ôta ses vêtements, et prit un linge, dont il se ceignit. 5Ensuite il versa de l'eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint. (LSG)

 

L’enlèvement de ses vêtements (tithenai) était symbolique de mettre sa vie de côté. Car en mettant sa vie de côté, il nous a tous lavé. La leçon de base derrière le lavement des pieds est le sacrifice personnel et l’humilité. L'attitude de Jésus était qu’il était disposé à donner sa vie pour l’humanité et disposé à donner sa vie pour chacun d’entre nous personnellement, comme un ami. Et nous aussi, nous devons être prêts à donner nos vies les uns pour les autres.

 

Jean 13:6-8 6Il vint donc à Simon Pierre ; et Pierre lui dit : Toi, Seigneur, tu me laves les pieds! 7Jésus lui répondit : Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt. 8Pierre lui dit : Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit : Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi. (LSG)

 

Nous connaissons probablement tous ces mots par cœur. Pierre ne voulait pas qu'il lui lave les pieds pour une très bonne raison. Pierre voulait un Roi Messie. Il ne comprenait pas le Jour des Expiations. Il ne comprenait pas que le Souverain Sacrificateur entrait en premier avec des vêtements de lin pour expier et sacrifier. Ensuite, il changeait de vêtements. Il ne comprenait pas qu'il y avait deux Messies : un qui était humble, vêtu de vêtements de lin ordinaires et un autre qui serait vêtu avec les vêtements d'un Roi. Il voulait quelqu'un qui gouverne, comme Darius ou un des Perses ou les Césars. Il voulait asseoir Jésus Christ sur le trône des Césars et qu’il gouverne ce monde tout aussi injustement que les Césars l’avaient fait, mais de Jérusalem. Il voulait des privilèges de la même façon que les Romains avaient des privilèges. C'est la mentalité derrière les commentaires de Pierre. C'est à cela que Pierre en venait quand il a dit : “Tu ne me laveras pas les pieds”. Il a dit cela parce que cela signifiait que nous serions les serviteurs. Il pensait : je vais obliger les Romains à me laver les pieds. C'est ce que Pierre voulait dire. Christ savait cela. C'est pour cela que Christ s’est retiré de la multitude après le miracle dans Jean 6. Ils voulaient aussi le faire Roi Messie. Christ a dit au Dîner du Seigneur qu'il était parmi eux comme celui qui sert.

 

Nous devons regarder la psychologie derrière ce que disent ces gens. Ils étaient des suprématistes sionistes. Pierre n'était pas converti. Pas un seul disciple, à ce repas, n’était converti, pas un. Christ dit plus tard à Pierre : Quand tu seras converti, fortifie tes frères (Luc 22:32). Pierre n'a pas été converti jusqu'à ce qu'il reçoive l’Esprit Saint à la Pentecôte. Satan l’avait demandé pour le tamiser comme du blé (Luc 22:31) avant ce processus, comme Christ lui a dit au Dîner du Seigneur. Aucun de ces gens n'avait l’Esprit Saint jusqu'à la Pentecôte. Ils ont été baptisés mais il y a eu un intervalle entre le moment de leur baptême et la réception de l’Esprit Saint. Nous nous sommes faits imposer les mains pour recevoir l’Esprit Saint, mais nous ne l’avons pas eu avec la même force qu’ils l’ont eu à la Pentecôte. La nôtre est une graine de moutarde. Cependant, la vraie leçon est que Pierre ne voulait pas donner sa vie et servir les Païens. Il était un Juif. Nous devons servir tout le monde.

 

Nous devons nous laisser laver les pieds – symbolique de nos vies qui sont lavées par Christ sur une base continuelle – si nous voulons avoir notre part avec lui dans le Royaume et, en effet, dans tout ce qu'il fait. Si nous le faisons, nous hériterons le Royaume comme il l’a fait. Pierre a réalisé la nécessité de l'acte mais pas sa signification.

 

Jean 13:9-11 9Simon Pierre lui dit : Seigneur, non seulement les pieds, mais encore les mains et la tête. 10Jésus lui dit : Celui qui est lavé n'a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur ; et vous êtes purs, mais non pas tous. 11Car il connaissait celui qui le livrait ; c'est pourquoi il dit : Vous n'êtes pas tous purs. (LSG)

 

La réalisation est que, si nous ne sommes pas prêts à travailler, à nous soumettre et à faire partie du Corps en nous faisant laver les pieds, nous n'obtiendrons rien du Royaume. Mais Pierre lui dit : Seigneur pas mes pieds seulement mais aussi mes mains et ma tête. En d'autres termes, il ne voulait pas manquer le bateau. Il a été réprimandé et son attitude a été corrigée. Il voulait se faire laver au complet parce qu'il ne comprenait pas le symbolisme du lavement des pieds. Il ne comprenait pas qu'il avait été baptisé une fois pour toutes. Pas plus qu’il aurait pu vraiment comprendre, à ce moment-là, parce que la signification complète de la mort de Christ et de son sacrifice serait révélée plus tard. Mais il aurait dû savoir d’après les Écritures de l’Ancien Testament que Christ devait mourir et que c'était la mort de Christ qui réconcilierait les hommes avec Dieu.

 

Une fois que cette mort a réconcilié les hommes avec Dieu, ils étaient propres à travers le baptême. Tous ceux qui avaient participé au service du baptême étaient propres à travers le baptême, à cause de la mort de Christ qui viendrait. Le lavement des pieds était un renouvellement annuel. De la même façon, les invités, qui avaient été invités au Dîner des Noces de l'Agneau, avaient été lavés (ils s’étaient baignés à travers le baptême). Leur vêtement leur avait été donné, lequel était sans tache, parce qu'il avait été nettoyé dans le sang de Christ. Seuls leurs pieds s’étaient salis suite à leur voyage à travers le monde et devaient être nettoyés, à chaque année, sur une base de renouvellement.

 

Donc, avec le lavement des pieds, à chaque année, nous nettoyons nos pieds, physiquement. Spirituellement, nous nettoyons l'essentiel de nos corps spirituels. Nous nous repositionnons par rapport à Christ afin que nous puissions traverser l'année suivante, préparés (avec nos piles chargées) pour exécuter les tâches qui nous sont données. Donc, notre vêtement est gardé propre. Nous sommes gardés propres parce que seulement une partie de nous – symboliquement les pieds – s’est salie. Donc, nous sommes re-nettoyés. C'est à ce concept que nous allons au verset 10.

 

Dans le service baptismal, les péchés ont été enlevés et seraient enlevés. C'était un processus très difficile à comprendre parce que Christ n'était pas encore mort et ces gens n'étaient pas encore convertis. Ils étaient en train de mettre en place le système qui pourrait être compris par nous, afin que nous puissions retourner en arrière et examiner tout ce qu'ils ont fait. Nous connaîtrions alors ce qu’étaient la séquence et le symbolisme de tout cela. Donc, il leur a dit : Vous vous êtes baignés, donc, vous êtes propres. Nous devons seulement nous laver les pieds chaque année et cela nous régénère. Nous n'avons pas besoin d'être rebaptisés à chaque année.

 

Si ce rafraîchissement symbolique n'était pas suffisant, nous devrions être rebaptisés à chaque douze mois pour répéter le cycle, ou il n'y aurait aucune signification dans ce qui est fait au Dîner du Seigneur. Cette chose entière est faite afin de nous régénérer et de nous emmener à un état de contemplation et de réconciliation avec Dieu.

 

L'Église de Corinthe est tombée parce que ses membres ne se sont pas laissés emmener à un état de contemplation de leur relation avec Dieu. Ils ne se sont pas préparés pour prendre ce repas, ce dîner et la Pâque (ou la Soirée Mémorable). S'ils avaient obéi à Deutéronome 16, ou simplement mangé loin du service, ils n'auraient pas été dans la position où ils l’ont changé en un repas pour s’enivrer.

 

De la séquence baptismale, nous voyons aussi que Judas Iscariot a été baptisé. Maintenant, Judas Iscariot s’est aussi fait laver les pieds. La séquence du lavement des pieds et du pain et du vin était que le lavement des pieds a été fait tôt dans le repas. Le pain a été rompu à la fin du repas et le vin a été pris après le repas. Judas Iscariot n'est pas parti jusqu'à ce que le vin ait été bu. Il a participé au service entier et c'est quelque chose qu’il nous faut considérer. Judas Iscariot a été baptisé, il a participé au lavement des pieds, il a participé au corps et au sang de Jésus Christ, cependant, Judas Iscariot s’est laissé posséder et utiliser par Satan parce que ses motifs étaient mauvais.

 

Les motifs de Pierre étaient conditionnés par les concepts mondains de suprématie de Satan. Il voyait la vie à partir de la structure hiérarchique. Mais il a pu voir son erreur rapidement ; Judas Iscariot ne l’a pas pu. De la même façon, les autres disciples voulaient s'asseoir à droite et à gauche de Christ. Mais ce n'était pas à Christ de le donner. Christ n'est pas Dieu. Dieu avait alloué les sièges à droite et à gauche de Christ parce qu'ils représentent des fonctions spécifiques que Dieu désire combler pour la restauration et la réconciliation de l'Armée Céleste.

 

Judas ne pouvait pas être entièrement lavé et nous verrons Judas Iscariot continuellement. En fait, si nous regardons la traduction de Knox de la Vulgate, nous verrons qu’il a été permis à ceux de la synagogue de Satan (ceux qui appartiennent à Satan) d’être placés au milieu de l'Église de Philadelphie. Maintenant, c'est tout un concept. Il y a des gens choisis que Satan place dans le système philadelphien. Nous devons nous concentrer sur les concepts derrière ce point. Ce sont tous des concepts spirituels. Nous ne sommes pas Juifs. Nous ne pensons pas en termes physiques. Nous sommes des Juifs spirituels mais pas des membres de la tribu de Juda. Nous sommes membres de la nation d'Israël. Il y a une grande différence. Mais nous sommes des Juifs spirituels, d’après ce concept.

 

Seulement au Dîner du Seigneur avons-nous besoin de nous faire laver les pieds, étant donné que nous avons déjà été baignés dans les eaux du baptême, et donc, nous sommes propres, une fois pour toutes. Chaque année, spirituellement parlant, nous amassons des péchés en marchant sur le chemin de la vie, et donc, nous avons besoin d'avoir cette alliance du baptême renouvelée. Nous acceptons symboliquement d’être lavés de nouveau en participant au lavement des pieds.

 

De Jean 13:12-17, nous regardons encore ce concept.

 

Jean 13:12-17 12Après qu'il leur eut lavé les pieds, et qu'il eut pris ses vêtements, il se remit à table, et leur dit: Comprenez-vous ce que je vous ai fait ? 13Vous m'appelez Maître et Seigneur ; et vous dites bien, car je le suis. 14Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres ; 15car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. 16En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n'est pas plus grand que son seigneur, ni celui qui est envoyé plus grand que celui qui l'a envoyé. 17Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. (LSG)

 

Il essaie ici de leur expliquer le symbolisme parce qu'ils ne connaissaient pas la séquence comme nous la connaissons. Mais ces paroles ont été écrites afin que nous comprenions qu'il y a un symbolisme qu'ils ont dû connaître. Du concept du Seigneur et du Professeur qui lava les pieds, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres était donc une injonction de Christ. Cette façon de penser devait devenir enchâssée sur une base continuelle pour toujours afin d’inculquer à nos esprits la façon dont nous devons être au service de tous.

 

Le problème pour la plupart des gens en cette ère est que les choses sont tellement compétitives que c'est difficile d'arriver à se mettre continuellement en dessous des autres. La compétitivité de notre société consume tout. On enseigne aux gens à rivaliser à chaque niveau. Il est enseigné aux gens qu'ils sont inadéquats s’ils n'accomplissent pas aux niveaux des objectifs fixés. Nous avons un haut taux de suicide parmi nos jeunes gens, tout comme les Japonais, et c'est à cause de la compétitivité de leur système. Ils sont forcés de penser sur une base compétitive. Ils doivent être meilleurs. Ils doivent accomplir. Ils doivent aller à l’Université et ils doivent obtenir un diplôme. Leur société ne tolère pas ceux qui ne réussissent pas. Maintenant, cela vient d’un concept de récompense de l’effort qui devient déséquilibré. Les gens embrassent tous ces concepts au point où ils perdent de vue la valeur des individus et la valeur de chacun. Christ devra revenir afin de restaurer la notion du sacrifice personnel dont il parle et qui devrait nous concerner.

 

Christ a dit au verset 16 : “En vérité, en vérité, je vous dis, le serviteur n'est pas plus grand que son seigneur, ni celui qui est envoyé plus grand que celui qui l'a envoyé”. Maintenant, c'est un concept où il a mis l’emphase sur le fait qu’il s’était placé à un niveau en dessous de Dieu afin que nous comprenions qu’il n’y a aucun de nous qui soit plus grand, et que nous n'ayons pas les attentes de l'Armée Céleste déchue de prendre la place de Dieu. Nous nous lavons les pieds les uns aux autres pour démontrer à tous que nous développons en nous-mêmes nos propres places et notre propre spiritualité avec Jésus Christ.

 

Donc maintenant, suivant l’instruction de Jésus et son exemple, nous nous laverons les pieds les uns aux autres.

 

************

 

Le symbolisme du lavement est en deux temps. Initialement, c'était une forme physique et, dans 1Corinthiens 10, en commençant au verset 1, nous comprendrons que le salut physique de notre peuple a été effectué à titre d’exemple pour nous tous, afin de nous préparer pour cette deuxième phase de notre salut. Par le baptême, nous participons à l’Esprit Saint qui n’avait pas été offert à Israël avant Christ.

 

1Corinthiens 10:1-13 1Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous étés sous la nuée, qu'ils ont tous passé au travers de la mer, 2qu'ils ont tous étés baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, 3qu'ils ont tous mangé le même aliment spirituel, 4et qu'ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. 5Mais la plupart d'entre eux ne furent point agréables à Dieu, puisqu'ils périrent dans le désert. 6Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d'exemples, afin que nous n'ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu. 7Ne devenez point idolâtres, comme quelques-uns d'eux, selon qu'il est écrit : Le peuple s'assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir (Eks. 32:6). 8Ne nous livrons point à l'impudicité, comme quelques-uns d'eux s'y livrèrent, de sorte qu'il en tomba vingt-trois mille en un seul jour. 9Ne tentons point le Seigneur, comme le tentèrent quelques-uns d'eux, qui périrent par les serpents. 10 Ne murmurez point, comme murmurèrent quelques-uns d'eux, qui périrent par l'exterminateur. 11Ces choses leur sont arrivées pour servir d'exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. 12Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ! 13Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation, il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter. (LSG)

 

Le verset 6 devrait sonner des cloches d’avertissements dans notre tête. Ils ont vu des œuvres puissantes. Si nous avions été là, nous aurions été étonnés par les œuvres puissantes que Dieu a faites avec Israël quand Il les a fait sortir sous Moïse pendant cette marche, cet exode et les fléaux. Si nous avions vu ces activités, nous aurions été assez impressionnés par le pouvoir de Dieu. Il aurait été fermement gravé dans nos esprits. Toutefois, ils ne se sont pas concentrés sur Dieu. Une des raisons, pourquoi ils ne l’ont pas fait, est qu'ils n'avaient pas l’Esprit Saint. Ça ne veut pas dire que nous sommes meilleurs qu'eux de quelque façon que ce soit, sauf que Dieu nous a choisis, pour mettre son Esprit Saint en nous, pour que nous puissions vaincre notre esprit charnel et nos propres problèmes. Ce processus est un problème très sérieux.

 

Le verset 7 continue avec quelques problèmes qu’il avait vus, à savoir l'idolâtrie.

 

Le verset 11 montre que ça leur est arrivé à titre d’avertissement. Ce n'était pas un avertissement pour ceux qui ont été tués. Ils sont morts. C'était un avertissement pour le reste d'Israël, et c'était un avertissement assez important. C'était un avertissement pour nous aussi. Le verset 12 ff montre qu'une tentation est donnée à chacun d’entre nous, mais que Dieu ne nous donne pas une tentation que nous ne pouvons affronter et qu’Il nous donne une façon de nous sauver quand nous sommes tentés. En d'autres termes, il y a toujours une porte. Il y a toujours une situation où nous avons deux choix et nous faisons le choix.

 

Il est écrit : les gens s’assirent pour manger et boire et se levèrent pour se divertir, reflétant les symboles des pratiques idolâtres du temps. Dieu est un Dieu jaloux et Il ne tolérera pas l'idolâtrie. Le concept entier de l'adultère est un péché de l'esprit. C'est le péché des gens qui tournent le dos à leur propre Dieu. L'adultère est simplement le péché physique d'idolâtrie, qui est un péché spirituel. C'est la raison pour laquelle le divorce est autorisé dans les cas d’adultère, parce que Dieu divorce Israël pour l'idolâtrie. Dieu envoie Israël dans le désert et Il punit Israël à cause de ces péchés.

 

En commettant la fornication, ces gens ont préfiguré la tentation de Christ et des élus, en mettant Christ à l'épreuve, sur quoi plusieurs furent détruits. Ils ont reflété, à un niveau charnel, les problèmes spirituels plus élevés auxquels nous devons faire face avec l'Armée Céleste déchue, comme partenaires de Christ dans l'autel et comme fils de Dieu. Donc, toutes ces choses sont simplement là pour nous préparer et nous montrer où viser et les standards que nous devrions établir. Cela nous montre où se situe le niveau minimum de la barre du saut en hauteur, mais une perche nous a été donnée. Nous ne sautons pas sur la barre du saut en hauteur ; nous allons au-dessus de la perche parce que nous avons l’Esprit Saint et ces gens ne l'avaient pas. Nous avons des standards plus élevés. Parfois, les élus ne peuvent même pas faire les niveaux simples des Païens qui n'ont pas du tout l’Esprit Saint.

 

1Corinthiens 10:14-20 14C'est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l'idolâtrie. 15Je parle comme à des hommes intelligents ; jugez vous-mêmes de ce que je dis. 16La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas la communion au sang de Christ ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas la communion au corps de Christ ? 17 Puisqu'il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps ; car nous participons tous à un même pain. 18Voyez les Israélites selon la chair : ceux qui mangent les sacrifices ne sont-ils pas en communion avec l'autel ? 19Que dis-je donc ? Que la viande sacrifiée aux idoles est quelque chose, ou qu'une idole est quelque chose ? Nullement. 20Je dis que ce qu'on sacrifie, on le sacrifie à des démons, et non à Dieu ; or, je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons. (LSG)

 

Maintenant, c'est un concept très important. C'est le sacrifice à l'autel qui détermine ce que nous sommes, qui nous adorons et avec qui nous adorons. L’autel, devant lequel nous allons, détermine le Dieu que nous adorons et c'est le concept le plus important auquel nous faisons face ! Nous ne pouvons pas, avec impunité, aller devant l'autel d'un faux dieu. La punition est la mort.

 

L'Exode et la Pâque démontrent la chute de l'Armée Céleste déchue et le placement d'autres élohim devant Dieu notre Père. Il y a un Seul Vrai Dieu et c'est Dieu le Père ; et Jésus Christ est Son fils.

 

1Corinthiens 10:21-22 21Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons ; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons. 22Voulons-nous provoquer la jalousie du Seigneur ? Sommes-nous plus forts que lui ? (LSG)

 

Il n'y a aucun mélange. Quand quelqu’un crée la doctrine de l'Antéchrist et une fausse table, il crée un faux dieu. La participation à la table des démons est défendue. La participation prend la forme de donner aussi bien que de recevoir. Nous ne pouvons pas donner ou recevoir de dîmes et d’offrandes de faux dieux. Les dîmes et les offrandes de telles Églises sont clairement en violation des injonctions dans Actes 15:19-29; 21:25-26; 1Corinthiens 8:1-13; 10:13-33, surtout le verset 21; 2Corinthiens 6:16; 1Thesaloniciens 1:9-10; 1Jean 5:20-21 (qui dit qu’il y a un Seul Vrai Dieu et que Jésus Christ est Son fils) et Apocalypse 2:14,20. Il ne nous est même pas permis de prendre l'argent des gens qui sont à l'emploi d’une l'organisation d'un faux dieu. Si nous ne savons pas où la viande a été sacrifiée, à de faux dieux ou à des dieux étrangers, il n'y a aucun problème à manger parce que nous mangeons dans l’ignorance pour la gloire de Dieu. Cependant, quand nous savons l'origine, nous n'avons aucune option. La doctrine de la Trinité est un faux dieu.

 

Il y a un seul pain, le Corps de Christ. Ce qui fait de nous un seul corps, ayant part à ce seul pain. Il y a une seule coupe, la coupe du Seigneur. Est-ce que nous dénigrons Christ en disant qu’il y a un Seul Vrai Dieu ? Non, nous ne le faisons pas. Christ est notre Seigneur et Maître mais il n'est pas le Seul Vrai Dieu. Christ vit en nous comme Dieu vit en nous tous, comme nous avons tous été rachetés de la mort.

 

Par ce symbolisme, nous sommes mis à part. Le premier Exode était pour nous sortir d'Égypte et établir la nation d'Israël, afin qu'une place puisse être établie dans laquelle Dieu pourrait révéler Son plan à travers Ses prophètes.

 

Jérémie 31:31-34 31Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, où je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, 32non comme l'alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte, alliance qu'ils ont violée, quoique je fusse leur époux, dit l'Éternel. 33Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, après ces jours-là, dit l'Éternel : Je mettrai ma loi au-dedans d'eux, Je l'écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 34Celui-ci n'enseignera plus son prochain, ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l'Éternel ! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, dit l'Éternel ; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché. (LSG)

 

Nous serons développés par l’Esprit Saint au point où nous connaîtrons tous Dieu. C'est pour cela que la tête de Christ est Dieu et la tête de chaque homme est Christ. Parce que nous avons l’Esprit Saint, nous connaissons Dieu et nous connaissons Jésus Christ, chacun de nous. C'est la réalisation de l'Écriture de Jérémie. C'est la raison pour laquelle aucun ministre ne peut se placer entre qui que ce soit et Jésus Christ. Aucun ministre ne peut nous dire que nous n'avons pas besoin de faire une action spécifique enjointe par la Bible et nous absoudre de la responsabilité. Aucun Ancien n'a le pouvoir de diminuer la Loi.

 

Cette alliance, qui a dû être faite, a exigé le sacrifice du sang (voir l’étude L’Alliance de Dieu [152]).

 

Mathieu 26:26-28 26Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps. 27Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ; 28car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. (LSG)

 

Donc, Christ a fait une alliance avec nous, mais, comme toutes les alliances, elle a exigé le sacrifice du sang. Il a été désigné comme notre Souverain Sacrificateur, d’après Hébreux 8:3.

 

Hébreux 8:3 Tout souverain sacrificateur est établi pour présenter des offrandes et des sacrifices ; d'où il est nécessaire que celui-ci ait aussi quelque chose à présenter. (LSG)

 

Le Souverain Sacrificateur est entré dans le Saint des Saints pour le sacrifice du sang. Le symbolisme était pour conduire au, ou pointer vers le, sacrifice de Christ comme un sacrifice du sang. Christ, comme chef, avait seulement lui-même à offrir. Aucun autre sacrifice n'aurait été assez bon, ni n’aurait démontré la façon dont Dieu pense et la façon qu’Il voulait qu’on pense.

 

1Corinthiens 10:24 Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d'autrui. (LSG)

 

C'est le même concept qui revient au lavement des pieds. Cet avertissement était par l’intermédiaire de Christ où Christ n'a pas cherché son propre intérêt, mais notre richesse, les choses qui nous appartenaient, et pour ce faire, il est entré dans un sacrifice, par lequel il a donné sa propre vie comme un exemple pour nous afin que nous donnions nos vies pour les autres. Ce concept du corps du salut en tant que pain vient de Jean 6:58.

 

Jean 6:58 C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement. (LSG)

 

La manne était le prototype, l'exemple pour nous, que nous mangerions du pain de Jésus Christ. Ce pain était du ciel. Cela symbolisait que rien de ce que nous pourrions produire ou faire suffirait. C'était à travers Christ et son sacrifice que nous accomplirions notre capacité d'être Fils de Dieu.

 

Marc 14:22 Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Prenez, ceci est mon corps. (LSG)

 

Cela doit être maintenant fait.

Seigneur Dieu, Père Éternel, nous te demandons de bénir le pain et le vin. Nous demandons aussi ton inspiration pour la compréhension du symbolisme. Nous le demandons au nom de Christ Jésus. Amen

 

L’alliance mentionnée par Jérémie en 31:31 n’est pas une alliance pour le futur. Cette alliance ne pouvait être que pour maintenant et établie sur une base continuelle.

 

Luc 24:39 Voyez mes mains et mes pieds, c'est bien moi ; touchez-moi et voyez : un esprit n'a ni chair ni os, comme vous voyez que j'ai. (LSG)

 

Par conséquent, le sang de Christ pouvait être versé seulement une fois. Après l’ascension de Christ, il ne pouvait plus y avoir d’autre sacrifice, parce qu'il serait un corps spirituel. Il ne pouvait plus y avoir d’étape additionnelle dans laquelle l’alliance pouvait être introduite. Elle a été introduite à ce moment-là et elle est une alliance continuelle et progressive. Le vin est symbolique du sacrifice du Souverain Sacrificateur qui, annuellement, entrait dans le Saint des Saints à travers le sang de taureaux. Par son sang, Christ a déchiré le voile et il est entré, une fois pour toutes, dans le Saint des Saints et il nous a aussi donné la possibilité d’entrer en relation avec Dieu et de recevoir l’Esprit Saint. Pour faire ceci, nous devions être purgés du péché qui était un symbolisme du sacrifice de Christ.

 

Hébreux 1:3 et qui, étant le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s'est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, (LSG)

 

Ce sacrifice était en deux parties et le vin était aussi symbolique de Christ agissant comme la vigne.

 

Jean 15:1-6 1Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. 2Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde, afin qu'il porte encore plus de fruit. 3Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée. 4 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. 5Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. 6Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. (LSG)

 

Ce concept du vin qui provient du fruit est aussi symbolique de l’Esprit Saint, où chacun d’entre nous produit des fruits de l’Esprit, à travers Christ, par le pouvoir de Dieu. Le simple symbolisme du sacrifice de Christ est reflété dans ces deux symboles du pain et du vin. Nous allons maintenant prendre part au vin.

 

                                                                                                                                                             

**************

 

C'est peut-être important de réaliser que le pain et le vin, auxquels nous venons de prendre part, ont ajouté une nouvelle dimension à la compréhension du sacrifice de Christ qui n'avait pas été comprise à travers l'agneau de la Pâque. Les os de l'agneau n'ont jamais été brisés pour symboliser les os d'un homme vertueux dont les os demeurent intacts pour accomplir Psaume 34:20, mais le corps de Christ a été brisé sur la croix. Le pain représente le corps de Christ qui est composé de beaucoup de gens différents, d'où le pain est rompu en différentes parties. Le sang de l'agneau n'était jamais bu, mais nous buvons le vin, symbolique du sang de Christ versé pour nous. Il a été dit qu'après avoir pris ces symboles, nous devrions vivre le lendemain en nous rappelant que Christ va souffrir d’une manière terrible pour nous. Nous examinerons une des prophéties qui a traité de ceci et c'est dans Ésaïe.

 

Ésaïe 52:13-15 13Voici, mon serviteur prospérera ; il montera, il s'élèvera, il s'élèvera bien haut. 14De même qu'il a été pour plusieurs un sujet d'effroi, -tant son visage était défiguré, tant son aspect différait de celui des fils de l'homme, 15De même il sera pour beaucoup de peuples un sujet de joie; devant lui des rois fermeront la bouche; car ils verront ce qui ne leur avait point été raconté, ils apprendront ce qu'ils n'avaient point entendu. (LSG)

 

Ésaïe 53:1-12 1Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l'Éternel ? 2Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée ; il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n'avait rien pour nous plaire. 3Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas. 4Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. 5Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. 6Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. 7Il a été maltraité et opprimé, et il n'a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent ; il n'a point ouvert la bouche. 8Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment ; et parmi ceux de sa génération, qui a cru qu'il était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés de mon peuple ? 9On a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau avec le riche, quoiqu'il n'eût point commis de violence et qu'il n'y eût point de fraude dans sa bouche. 10Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours ; et l’œuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains. 11À cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; par sa connaissance, mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes, et il se chargera de leurs iniquités. 12C'est pourquoi, je lui donnerai sa part avec les grands ; il partagera le butin avec les puissants, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort, et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes, et qu'il a intercédé pour les coupables. (LSG)

 

Nous voyons qu’Ésaïe comprenait la nature exacte de Christ. Nous voyons qu’Ésaïe a vu que Christ devait mourir pour être compté parmi les transgresseurs mais que, cependant, il verrait sa progéniture. Maintenant, Christ n’était pas marié et n'a pas eu d'enfants, toutefois, cette prophétie dit qu'il verra sa progéniture. Cette prophétie doit être accomplie. Nous sommes la progéniture initiale donnée à Jésus Christ. Nous sommes aussi la fiancée de Christ et notre progéniture deviendra l'époque du juste jugement, à savoir, les mille ans du Millenium. La progéniture sera associée avec Christ pour gouverner cette planète et la planète sera en harmonie complète avec Dieu. C'est la prophétie. C'est pourquoi nous sommes comparés à une fiancée et devenons partie d'un système et Christ devient un père éternel d'Ésaïe 9:6. Il devient un père et nous devenons ses fiancées et notre progéniture – ceux qui sont instruits dans la droiture – est la structure millénaire. Uniquement par ce repas pouvons-nous comprendre cela et y participer.

 

Après les cérémonies, Jésus a donné aux disciples une instruction fervente.

 

Jean 14:1-31 1 Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. 2 Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. 3 Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. 4 Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin. 5 Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? 6 Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. 7 Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. 8 Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. 9 Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? 10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres. 11 Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces œuvres. 12 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père ; 13 et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 14 Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. 15 Si vous m’aimez, gardez mes commandements. 16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, 17 l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. 18 Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. 19 Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi. 20 En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous. 21 Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui. 22 Jude, non pas l’Iscariot, lui dit : Seigneur, d’où vient que tu te feras connaître à nous, et non au monde ? 23 Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. 24 Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé. 25 Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous. 26 Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. 27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. 28 Vous avez entendu que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père ; car le Père est plus grand que moi. 29 Et maintenant je vous ai dit ces choses avant qu’elles arrivent, afin que, lorsqu’elles arriveront, vous croyiez. 30 Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi ; 31 mais afin que le monde sache que j’aime le Père, et que j’agis selon l’ordre que le Père m’a donné, levez-vous, partons d’ici. (LSG)

 

Dans Jean 14:3, Christ a dit aux disciples qu'il allait préparer une place pour eux (et pour nous). Les pièces dans le Temple de Dieu étaient occupées par les sacrificateurs et étaient construites dans une séquence spécifique pour être occupées par le sacerdoce, du Souverain Sacrificateur en allant vers le bas. Chaque pièce préparée pour nous symbolise le fait que nous sommes nommés, chacun de nous, comme sacrificateurs du Dieu Vivant. C'est la signification des pièces que Christ nous prépare.

 

De Jean 14:4-7, nous voyons que, par notre connaissance de Jésus Christ, par notre participation dans ce sacrifice, nous en venons à connaître Dieu. Quand quelqu’un nous dit que Dieu est un mystère et est inconnaissable, nous savons, de cette façon, qu'ils ne sont pas convertis et qu’ils ne font pas partie des élus. C’est notre travail, à travers le sacrifice de Jésus Christ, de participer à la connaissance de Dieu. Si nous disons que Dieu est un mystère, nous ne Le connaissons pas et nous n'appartenons pas à Christ. Connaître le Seul Vrai Dieu et Son fils Jésus Christ est la vie éternelle (Jean 17:3). Nier cela est n'avoir aucune part autant dans notre Père que dans Son Fils, Jésus Christ.

 

De Jean 14:8-9, nous voyons que la raison pour laquelle Christ pouvait dire ce qu'il a dit à propos du Père est parce qu'il avait part à la nature divine. La nature divine a conféré les aspects du Père au Fils, comme la nature divine confère aussi les aspects du Père sur nous. Toutes les fois que quelqu’un nous regarde, il voit le Père et il voit Christ.

 

Donc, de Jean 14:10-12, nous voyons que nos œuvres elles-mêmes sont l’évidence que le Père est en nous.

 

De Jean 14:13-20, nous voyons que parce que Dieu a donné le pouvoir à Christ de vivre, Il nous a donné le pouvoir de vivre. Donc, Christ est dans le Père et le Père est en nous. Nous sommes en Christ et en le Père et ils sont tous les deux en nous. Tout système qui essaie de limiter Christ et le Père et de séparer Christ et le Père de nous est une hérésie. C'est une tentative de voler notre droit d’aînesse avec des mensonges.

 

De Jean 14:21-23, c'est assez clair que les deux, le Père et Christ, viennent habiter en chacun des élus qui les aiment. D’après le verset 24, l’obéissance aux Commandements de Dieu est nécessaire pour la rétention de l’Esprit Saint et l'occupation de chacun des élus par le Père et le Fils.

 

Le verset 27 est très important. L’Esprit Saint nous unit tous ensemble – le Père, le Fils et tous les autres fils de Dieu. Chacun des fils de Dieu est uni au Père de la même façon. Nous sommes tous cohéritiers avec Christ, unis ensembles au Père par l’Esprit Saint. C'est l’Esprit Saint qui nous permet tous, ainsi qu’à Christ, de devenir élohim.

 

D’après le verset 28, nous sommes réconciliés avec le Père. Si le Père n'était pas plus grand, Il serait allé à Jésus Christ.

 

D’après le verset 30, nous voyons que le dieu de ce monde n'a aucun pouvoir sur les fils de Dieu.

 

C'est important de comprendre la manière dans laquelle la relation avec le Père est maintenue. L'aspect significatif est qu'elle est maintenue par l’Esprit Saint et par l’obéissance aux Commandements, dans l'amour de Christ. Nous avons pris du corps et du sang de Christ et nous sommes fusionnés avec Christ dans un but, et ce but est de devenir un avec le Père. Ce service du Dîner du Seigneur est purement pour nous réconcilier avec Dieu. Ce n'est pas une fin en soi de devenir un avec Jésus Christ. La fin est de devenir un avec Jésus Christ afin que nous soyons tous un avec Dieu. Il n'y a pas de séparation l’un de l’autre. C'est nécessaire de devenir un avec Christ pour devenir un avec Dieu.

 

La fin du Dîner du Seigneur a traité de la Divinité et de notre relation avec Dieu.

 

Jean 17:1-26 1Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit : Père, l'heure est venue! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, 2 selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu'il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. 3Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. (LSG)

 

Il n’y a qu’un Seul Vrai Dieu et Jésus Christ est Son Fils. Les connaître, c’est la vie éternelle.

 

Jean 17:4-5 4Je t’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire. 5Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût. (LSG)

 

Christ a accompli sa tâche dans la glorification de Dieu. Il a ensuite demandé d'être réinstallé de cette séquence dans la gloire qu'il avait avec Dieu avant que le monde fut créé.

 

Jean 17:6-8 6J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés ; et ils ont gardé ta parole. 7Maintenant ils ont connu que tout ce que tu m’as donné vient de toi. 8Car je leur ai donné les paroles que tu m’as données ; et ils les ont reçues, et ils ont vraiment connu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé. (LSG)

 

Christ a révélé le nom de Dieu à ceux que Dieu avait donnés à Christ. Les élus avaient gardé la parole de Dieu. Ils savaient que Christ étaient venu de Dieu. Il n'était pas le Seul Vrai Dieu. Cependant, ils croyaient que Dieu l'avait envoyé.

 

Jean 17:9-10 9C’est pour eux que je prie. Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m’as donnés, parce qu’ils sont à toi ; - 10et tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi; et je suis glorifié en eux. (LSG)

 

La corrélation des élus avec Dieu et Christ est évidente en lisant ce texte.

 

Jean 17:11 11Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père Saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous. (LSG)

 

Du verset 11, nous voyons que Christ a reçu le nom et, par conséquent, l'autorité de Dieu. C'est un concept hébreu. Où le nom est donné, cette personne reçoit le pouvoir de l’autorité qui confère. C'est pourquoi Moïse a été appelé un élohim. Christ retournait alors que les élus restaient dans le monde. Ils étaient confiés à Dieu. Dieu et Christ avec les élus sont tous un.

 

Jean17:12 12Lorsque j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J’ai gardé ceux que tu m’as donnés, et aucun d’eux ne s’est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l’Écriture puisse être accomplie. (LSG)

 

Au verset 12, il est affirmé afin que l'Écriture puisse être accomplie. Ce n'était pas que Judas Iscariot n’avait pas le choix, parce qu'il l’avait. Il a eu l’opportunité du salut mais il l’a perdue. Ce n'est pas qu’il était incapable de réussir. L'opportunité lui a été donnée mais sa propre méchanceté intrinsèque était connue depuis la fondation du monde. À partir du moment que ces Écritures furent écrites, il était su que la séquence se produirait et que Christ aurait un disciple qui le trahirait. Dieu n'est pas confiné à nos problèmes de temps et d’espace de sorte que Sa prescience a prédéterminé que Judas Iscariot pécherait. Dieu ne l'a pas fait pécher. Dieu savait simplement qu'il le ferait. Il y a une grande différence.

 

Jean 17:13 13Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite. (LSG)

 

Du verset 13, nous voyons que Christ nous a parlé afin que nous puissions comprendre ce qui lui arrivait pour notre édification et pour que sa joie soit complète en nous.

 

Jean 17:14-16 14Je leur ai donné ta parole ; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. 15 Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. 16Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. (LSG)

 

Le monde déteste les élus parce qu'ils sont de la parole de Dieu. Christ a donné la parole, le Logos (ici l'accusatif logon) pour les élus. Donc, le Logos est une expression ou vraie déclaration de Dieu qui n'est pas confiné au personnage de Jésus Christ. Cela contraste avec les pseudo-logon de 1Timothée 4:2 traduits d'hommes qui disent des mensonges (voir Interlinear de Marshall).

 

Les élus sont sanctifiés par la vérité, qui est la parole de Dieu.

 

Jean 17:17 17Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. (LSG)

 

Les élus sont envoyés dans le monde comme Christ a été envoyé, comme un agneau parmi les loups.

 

Jean 17:18-19 18Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde. 19 Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité. (LSG)

 

Le verset 19 fait référence à être sanctifiés par la vérité. La vérité est la sanctification de l’Esprit Saint. Christ a été sanctifié par la vérité afin que nous puissions aussi être sanctifiés. Il ne devrait pas y avoir de mensonges parmi les élus.

 

Jean 17:20-21 20Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, 21afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croit que tu m’as envoyé. (LSG)

 

Les versets 20-21 font référence au fait que le monde peut uniquement savoir que Christ a été envoyé par Dieu à travers nous qui sommes les évidences véritables. Si nous ne reflétons pas cela, alors, le monde est aveuglé au fait que Dieu a envoyé Christ. C'est par notre exemple que le monde voit que Jésus Christ a été envoyé par Dieu et qu’il a, en effet, accompli Son but. C'est la responsabilité placée sur les élus. Quelquefois, des pécheurs sont appelés juste pour montrer le pouvoir de Dieu. Ils sont restaurés et placés dans le service du Seul Vrai Dieu, simplement pour confondre les puissants (1Cor. 1:27).

 

Nous partageons la gloire de Christ afin que nous puissions devenir un avec Dieu.

 

Jean 17:22-23 22Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, - 23moi en eux, et toi en moi, - afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. (LSG)

 

Du verset 23, nous voyons qu'il n'y a aucune distinction entre l'amour de Dieu pour Jésus Christ et l'amour de Dieu pour chacun de nous. Dieu ne fait pas acception de personnes. Il n'aime pas Jésus Christ plus qu’Il nous aime, parce qu'il n'y a aucun péché dans notre Père – et faire acception de personnes est un péché. Si Dieu aimait Christ plus qu’Il nous aime, Il ferait acception de personnes et pécherait. Mais Dieu nous aime tous, également et parfaitement.

 

Jean 17:24-26 24Père, je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. 25 Père juste, le monde ne t’a point connu ; mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m’as envoyé. 26 Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux. (LSG)

 

Un jour, nous contemplerons aussi la gloire de Dieu conférée en Christ.

 

Après cela, Christ et les disciples ont chanté un hymne et ils sont ensuite sortis.

 

Marc 14:26  26Après avoir chanté les cantiques, ils se rendirent à la montagne des oliviers. (LSG)

 

Le service se termine en chantant l’hymne : Le Seigneur est Mon Berger.

  

   

  

q