Les Églises Chrétiennes de Dieu

[106b]

 

 

 

L'Offrande de la Gerbe Agitée [106b]

 

(Édition 4.5 19950416-20000423-20080105-20100619-20140429)

 

 

 

On explique la signification de l'Offrande de la Gerbe Agitée dans le contexte de l'Avènement du Messie et de son retour le dimanche, après sa résurrection le soir précédent. La séquence des offrandes et le concept des premiers fruits sont aussi expliqués. On explique également la signification des offrandes de l'Ancien Testament qui montrent ce que Christ accomplissait par son ascension et son retour ce soir-là.

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1995 - 2014 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2014)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

L'Offrande de la Gerbe Agitée [106b] 

 

L'Offrande de la Gerbe Agitée doit être observée pour comprendre toutes les implications du sacrifice de Christ et du pouvoir qu'il a reçu en termes de sa résurrection d'entre les morts. L'Offrande de la Gerbe Agitée est une ancienne exigence imposée à Israël dans la Torah. On trouve l'ordonnance à Lévitique 23:9-14 et aussi à Exode 29:24-25 et dans d'autres textes. Elle est mal comprise par les érudits et ignorée par plusieurs (par exemple, elle est absente comme catégorie dans l'index de Schürer dans The History of the Jewish People in the Age of Jesus Christ (L'Histoire des Juifs à l'Époque de Jésus Christ)). Elle est souvent considérée comme étant abolie, comme une partie des aspects de la loi sacrificielle. Alors, pourquoi doit-elle être observée maintenant ? C'est un jour qui commence le compte jusqu’à la Pentecôte. Malgré le fait que nous n'agitions pas physiquement la gerbe de grain, nous célébrons l'acceptation du Christ devant le Trône de Dieu. De la même façon, nous n'avons plus de sacrifice d’animaux dans le Temple, mais nous célébrons les jours réels où ils étaient faits. Les jours eux-mêmes représentent des aspects du Plan de Dieu accomplis dans le Christ et les élus. La Gerbe Agitée, de la même manière, représente une partie du Plan et une partie de l'Histoire.

 

C'est une ordonnance obligatoire associée à la Fête de la Pâque et elle contrôle autant le moment de la Pentecôte que la consommation des nouvelles récoltes (Lévitique 23:9-14). Pour la mettre dans sa perspective moderne, nous devrions considérer la signification du moment de la mort de Christ.

 

Le signe de Jonas a dû être accompli dans toutes ses phases. Le seul signe qui a été donné du ministère de Christ était le signe de Jonas. Christ a dit que la fonction des trois jours et trois nuits dans le ventre de la baleine ou grand poisson par Jonas était la même que son ministère et qu'il serait trois jours et trois nuits dans le ventre de la terre (comme le grand poisson). Le signe de Jonas est beaucoup plus que les trois jours et trois nuits dans le ventre du poisson. Le signe de Jonas était relié au ministère donné à Ninive, où Ninive a eu une prédication de trois jours, étant composés d’un voyage d’un jour, et 40 jours pour se repentir. Ninive s'est repentie. Juda a eu environ trois ans sous Jean le Baptiste et le Messie et ensuite 40 ans pour se repentir. Ninive s'est repentie mais Juda ne s'est pas repenti.

 

Le Temple et tout ce qui lui était associé ont été emportés. Le ministère de Jésus Christ a dû arriver au moment et dans les séquences comme elles se sont réellement produites. Il a suivi immédiatement le ministère de Jean le Baptiste, qui a commencé la quinzième année de Tibère et qui semble être en octobre 27 EC (Ère Courante). L'année civile commence au mois d'octobre à l'Est (voir le commentaire dans l'étude Le Moment de la Crucifixion et de la Résurrection (No. 159)). C'est le temps le plus tôt qui peut être attribué au commencement du ministère de Jean le Baptiste (voir l'étude La Lecture de la Loi avec Esdras et Néhémie (No. 250)). Il a commencé à baptiser en Israël, en appelant la nation à se repentir. D'après les calculs des Évangiles, Christ a été baptisé un jour dès le début d’octobre en 27 EC et avant février de l’année 28 EC, approximativement 50 jours avant la Pâque. Après la Pâque de 28 EC, Jean montre que Christ et ses disciples baptisaient loin de Jérusalem, et que Jean et ses disciples baptisaient aussi à Énon, près de Salim (Jean 3:23). Nous savons que Christ n'a pas commencé son ministère jusqu'à ce que Jean le Baptiste ait été emprisonné (Matthieu 4:17). Christ a donc commencé son ministère quelques temps après la Pâque de 28 EC au plus tôt.

 

Les Évangiles Synoptiques ne sont pas clairs sur la durée du ministère de Christ, mais Jean est plus clair et mentionne trois Pâques. Pour une crucifixion en 31 EC, nous savons qu'il devait y avoir eu quatre Pâques, soit celles de 28, 29, 30 et 31 EC. La mention du Sabbat double à Luc 6:1 est comprise par certains pour être une autre Pâque ce qui semble ne pas être le cas (voir l'étude Le Moment de la Crucifixion et de la Résurrection (No. 159)). Selon Jean, qui mentionne seulement trois Pâques, la crucifixion aurait eu lieu en 30 EC, étant donné le nombre de Pâques et la durée de son ministère. Le ministère de Christ ne pourrait pas avoir commencé plus tôt qu'après la Pâque de 28 EC, étant donné la période de temps du ministère de Jean le Baptiste, et n’aurait pas pu avoir été plus tôt qu’octobre 27 EC. La signification du commencement du ministère de Jean le Baptiste en octobre de l'année 27 EC, durant la quinzième année de Tibère, était que c'était une année de Jubilé et la proclamation du Jubilé a été faite en octobre 27 EC. Ce Jubilé devait annoncer la rédemption d'Israël à travers le Messie.

 

Comme dans l'exemple de l'Ancien Testament de la restauration de Josias, le Messie a commencé à prêcher pour la restauration d'Israël après la proclamation du Jubilé. La réformation de Josias a eu lieu durant la première année, l'année du retour, après le Jubilé.

 

La supposition que Christ a été baptisé aux alentours de février repose sur une reconstruction d'environ 50 jours avant la Pâque et ce, en se basant sur les textes. Christ peut avoir été baptisé un peu plus tôt, tout près ou avant les Expiations, et il se peut que, si le calcul est selon ce qu'affirme la Misnah (c'est-à-dire selon l'ancien calcul juif au temps de Christ et qui a précédé la Misnah), l'année des Rois aurait été calculée à partir du 1er Nisan. En conséquence, la quinzième année de Tibère, selon les Juifs, aurait commencé le 1er Nisan. Cela permet à Jean le Baptiste d'avoir commencé son ministère un peu plus tôt et peut-être à Christ d'avoir déclaré le jubilé en octobre, au son des trompettes aux Expiations.

 

La même séquence arrive avec Christ et, par la suite, au deuxième Jubilé de la série finale. Le ministère de Christ a duré moins de trois ans, culminant à la Pâque de 30 EC (31 EC selon certains calculs erronés). La Pâque biblique du 14 Nisan est tombée un mercredi en 30 EC, pour que les trois jours et trois nuits puissent être entièrement accomplis et que Christ soit ainsi trois jours et trois nuits dans le ventre du tombeau. Il est ressuscité du tombeau le samedi soir, au coucher du soleil, et il a passé toute la nuit dans ou près du tombeau dans l'attente de l'événement suivant, événement des plus significatifs.

 

L'Offrande de la Gerbe Agitée semble avoir été agitée à 9h00 le dimanche matin durant la Fête de la Pâque. L'offrande générale de la gerbe était apportée par les fidèles et faite en conjonction avec celle du sacrificateur (Exode 29:24-25). Nous savons que les Samaritains et les Sadducéens ont observé la Gerbe Agitée, le dimanche, et la Pentecôte, le dimanche. C'est un facteur important dans l'histoire. Les Juifs n'observent pas la Gerbe Agitée parce qu'ils observent une Pentecôte du 6 Sivan, qui est venue des traditions des Pharisiens dans le Judaïsme rabbinique, après que le Temple a été détruit. Nous savons que les Samaritains observent le 14 et le 15 et le concept de la Gerbe Agitée et qu'ils comptent l'omer à partir du dimanche dans la Fête. Donc la structure de la période du Temple et partout, y compris les Samaritains, ont toujours observé la Pentecôte un dimanche. La première Église a observé la Pentecôte un dimanche. Seuls les Juifs ont observé un 6 Sivan et seulement après que le Temple a été détruit.

 

Le Judaïsme moderne ne le fait pas actuellement. La Pentecôte était comptée à partir de ce jour-là. Cette position (des Sadducéens) a été maintenue jusqu'à la destruction du Temple en 70 EC (voir F F Bruce, l'art. ‘Calendar’, The Illustrated Bible Dictionary (Calendrier, Le Dictionnaire Illustré de la Bible), éd. par J D Douglas et N Hillyer, IVP, 1980, Vol. 1, p. 225). Après la dispersion, la position Pharisaïque est devenue la pratique acceptée et le conflit est noté dans la Misnah (Hag. 2:4). Après la dispersion, il semble que la Gerbe Agitée était agitée le premier Jour Saint des Pains sans Levain. La Pentecôte a alors été déterminée comme tombant à une date fixe, à savoir, le 6 Sivan. Cette pratique n'a pas été suivie à l'époque du sacerdoce du Temple et jusqu'en 70 EC et, par conséquent, au temps de Christ.

 

Il est peut-être important de noter que le mot Shibboleth en hébreu signifiait torrent (voir Ésaïe 27:12; Psaume 69:2,15) et aussi épi de grain (Genèse 41:5-7,22-24,26 et suiv. ; Ruth 2:2; Job 24:24; Ésaïe 17:5) ou poignée de brindilles (Zacharie 4:12). Les gens de Galaad le prononçaient probablement Thibboleth (ou peut-être avec un son sh guttural) (voir ISBE, art. Shibboleth’, Vol. 4, p. 478). Christ était autant le torrent ou la source d'eau vive que le premier fruit de la moisson de grain. Le mot à Lévitique 23 est cependant basé sur omer qui signifie un petit tas (de grain coupé).

 

Nous obtenons le moment de l'Offrande de la Gerbe Agitée à partir de Lévitique 23.

 

Lévitique 23:9-14 9L'Éternel parla à Moïse, et dit : 10Parle aux enfants d'Israël et tu leur diras : Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, et que vous y ferez la moisson, vous apporterez au sacrificateur une gerbe, prémices de votre moisson. 11Il agitera de côté et d'autre la gerbe devant l'Éternel, afin qu'elle soit agréée : le sacrificateur l'agitera de côté et d'autre, le lendemain du sabbat. 12Le jour où vous agiterez la gerbe, vous offrirez en holocauste à l'Éternel un agneau d'un an sans défaut ; 13vous y joindrez une offrande de deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l'huile, comme offrande consumée par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel ; et vous ferez une libation d'un quart de hin de vin. 14Vous ne mangerez ni pain, ni épis rôtis ou broyés, jusqu'au jour même où vous apporterez l'offrande à votre Dieu. C'est une loi perpétuelle pour vos descendants, dans tous les lieux où vous habiterez. (LSG)

 

C'est un point significatif. C'est après cette offrande que la nouvelle moisson est mangée dans le pain et également comme grain durant la Fête des Pains sans Levain. Après l'Offrande de la Gerbe Agitée du dimanche matin (qui se ferait à 9h00), le pain fait de la nouvelle moisson ou le grain (les épis de grain vert) desséché (c'est-à-dire rôti) peut être mangé. Autrement dit, on mange du pain sans levain avec la Pâque à partir de la Pâque. Il pourrait être assumé qu'aucun pain du tout, même sans levain, n'est mangé à partir du 15 Nisan, selon ce texte. La compréhension rabbinique est que c'était le pain de la nouvelle récolte qui ne pouvait être mangé avant que l'offrande ne soit faite (Abraham ibn Ezra, Soncino). Cette explication est satisfaisante car la manne a cessé après la Pâque à Canaan quand les produits alimentaires du nouveau territoire ont été mangés (Josué 5:12).

 

Il est clair que c'est le vieux grain qui a été mangé le lendemain de la Pâque dans la nouvelle terre de Canaan (Josué 5:11). La distinction du nouveau et du vieux grain faite par ibn Ezra est donc correcte. Le nouveau grain et les nouveaux produits alimentaires ne peuvent pas être mangés tant que l'Offrande de la Gerbe Agitée n'a pas été faite après le Sabbat. L'Offrande de la Gerbe Agitée est faite après le Sabbat hebdomadaire (ou Shabbat) et non pas le Shabbatown du Jour Saint. La méthode de compter les semaines pendant sept Sabbats hebdomadaires rend impossible que l'offrande et, de là, la Fête de la Pentecôte soient un autre jour que le premier jour de la semaine, ou dimanche, autant durant la Pâque qu'à la Pentecôte.

 

Cette Offrande de la Gerbe Agitée consiste en le premier des premiers fruits et elle est accompagnée par des offrandes, littéralement une offrande de repas de pain et de vin. L'agneau mâle, bien sûr, était Christ.

 

L'offrande de l'agneau et l'agitation des premiers fruits symbolisaient Christ, comme un premier fruit montant au Ciel vers son Père. Comparez le passage concernant Marie de Magdala. Dans Jean 20:1,14-18, nous constatons que Christ avait attendu cette nuit-là. Il a été ressuscité et il attendait pour monter vers le Père, ce qui s'est produit le dimanche matin. La résurrection n'a pas du tout eu lieu le dimanche matin. Elle a eu lieu le samedi soir et Christ a attendu jusqu'au dimanche matin, prêt à monter au Ciel.

 

Jean 20:1 Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rendit au sépulcre dès le matin, comme il faisait encore obscur ; et elle vit que la pierre était ôtée du sépulcre. (LSG)

 

Aux premières heures du matin, tandis qu'il faisait encore noir, c'est-à-dire avant la première lueur du dimanche matin, Marie de Magdala est allée au tombeau et elle a trouvé Christ déjà ressuscité. Le même concept est trouvé à Luc.

 

Luc 24:1 Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre de grand matin, portant les aromates qu'elles avaient préparés. (LSG)

 

Le terme est ici l'aube la plus profonde (orthros bathus). Le premier jour de la semaine est celui qui va du crépuscule du soir du samedi au crépuscule du soir du dimanche. Marc 16:2 montre que c'était juste au lever du soleil. Jésus était déjà ressuscité. Par conséquent, sa résurrection a eu lieu le samedi soir, étant donné la période de temps et les restrictions autour des dates de la Pâque en 30 EC.

 

Jean 20:15-17 15Jésus lui dit : Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? Elle, pensant que c'était le jardinier, lui dit : Seigneur, si c'est toi qui l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis, et je le prendrai. 16Jésus lui dit : Marie ! Elle se retourna, et lui dit en hébreu : Rabbouni ! c'est-à-dire, Maître ! 17Jésus lui dit : Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. (LSG)

 

Le concept ici est que Christ attendait pour monter. Il ne pouvait pas être pollué en étant touché par qui que ce soit dans la chair. Lorsqu’il était mort dans le tombeau, il était impur pendant 3 jours et 3 nuits. Christ devait être ressuscité et sortir de la tombe lorsqu’il faisait sombre puisqu’une personne qui a été en contact avec un mort ou dans une telle circonstance est impure jusqu'au soir. Il ne pouvait pas laisser Marie le toucher puisqu’il serait rituellement impur de nouveau et incapable de monter pour se présenter devant le trône de Dieu.

 

Il attendait pour accomplir ce sacrifice. Il allait être agité comme le premier fruit, pour qu'il puisse ensuite prendre sa place au Ciel comme notre Souverain Sacrificateur. Pour le faire, comme nous le savons d'Hébreux, il a dû prendre un sacrifice de sang pour entrer au Saint des Saints. Ce sacrifice de sang était lui-même et il a été envoyé ici dans ce but.

 

Le symbolisme était simplement que Dieu a voulu un leader de Son peuple qui était prêt à se sacrifier pour le bien de son propre peuple. Satan n'était pas prêt à le faire. Satan avait une approche et une mentalité différentes, qui n'étaient pas la voie de Dieu. L'approche de Satan, tout simplement, était moi d'abord ; tous les autres ensuite. Dieu a voulu nous montrer par l'exemple que le sacrifice de soi-même, c'est-à-dire donner sa propre vie pour la vie de son frère, était ce que nous devions tous faire. Le premier d'entre nous, notre leader, a dû nous montrer ce qui était exigé. Ce n'est pas un accident que tous les disciples sont morts par le martyr, sauf Jean et quelques autres. Ils ont démontré, de la même manière que leur Maître, leur amour pour tous les frères en essayant de surmonter l'Adversaire et les forces de ce monde et en nous montrant à tous quel exemple nous devrions être pour le monde. C'était un exemple puissant.

 

Le pouvoir véritable de tout cela est de connaître que Dieu a un Plan qui incorpore toute la création physique. Dieu ne s'occupe pas juste du monde spirituel. C'est le monde physique et le monde spirituel, qui se sont rebellés à propos du plan de la création et qui ont fait un certain nombre d'erreurs et créé un certain nombre de problèmes dans la création, qui ont nécessité le sacrifice de Christ et une guerre. Le concept entier de l'Offrande de la Gerbe est lié aux sacrifices. Christ a aussi accompli dans ce sacrifice un certain nombre d'autres sacrifices, qui sont tous reliés à l'Offrande de la Gerbe (voir l'étude J'ai Soif (No. 102)).

 

Nous examinerons certains des sacrifices et des symbolismes. Le concept entier des offrandes de sacrifice est un sujet trop détaillé pour le traiter dans cette étude. La série de la Lecture de la Loi donne l'explication des sacrifices et montre comment ils ont été remplacés. On examinera ici seulement une courte explication de certains sacrifices.

 

Comme nous l'avons vu, Christ a dû être ressuscité avant le matin du premier jour de la semaine, soit après le Sabbat hebdomadaire, parce qu'il était la Gerbe ou l'Offrande Agitée qui était le premier fruit de toutes les moissons, d'après Exode 29:24-27.

 

Exode 29:24-27 24Tu mettras toutes ces choses sur les mains d'Aaron et sur les mains de ses fils, et tu les agiteras de côté et d'autre devant l'Éternel. 25Tu les ôteras ensuite de leurs mains, et tu les brûleras sur l'autel, par-dessus l'holocauste ; c'est un sacrifice consumé par le feu devant l'Éternel, d'une agréable odeur à l'Éternel. 26Tu prendras la poitrine du bélier qui aura servi à la consécration d'Aaron, et tu l'agiteras de côté et d'autre devant l'Éternel : ce sera ta portion. 27Tu sanctifieras la poitrine et l'épaule du bélier qui aura servi à la consécration d'Aaron et de ses fils, la poitrine en l'agitant de côté et d'autre, l'épaule en la présentant par élévation. (LSG)

 

L'offrande est ici pour la consécration du sacerdoce Aaronique. Christ devait consacrer un nouveau sacerdoce : celui de l'Ordre de Melchisédek. Exode 29:29-30 montre que la première des offrandes élevées était pour consacrer le sacerdoce parmi les Enfants d'Israël, suite à leurs offrandes pour la paix. Les vêtements du sacerdoce devaient être consacrés, d'après Exode 29:29-30, pour qu'ils puissent faire le service dans le Lieu Saint. De ce fait, Christ a sanctifié les vêtements des élus par l'Offrande de la Gerbe pour qu'ils puissent être consacrés, comme sacrificateurs, et être vêtus pour entrer dans le sanctuaire. Les vêtements du sacerdoce de la fin et des élus sont mentionnés à Ézéchiel 44:17 et suivant ; Zacharie 3:5 ; Matthieu 22:11-12 ; Apocalypse 3:4,18 ; 6:11 ; 7:9,13 ; 16:15.

 

Lévitique 7, à partir du verset 1, traite de l'offrande du sacrifice de culpabilité, qui est une offrande faite pour le sacerdoce.

 

Lévitique 7:5-7  5Le sacrificateur brûlera cela sur l'autel en sacrifice consumé devant l'Éternel. C'est un sacrifice de culpabilité. 6Tout mâle parmi les sacrificateurs en mangera ; il le mangera dans un lieu saint : c'est une chose très sainte. 7Il en est du sacrifice de culpabilité comme du sacrifice d'expiation ; la loi est la même pour ces deux sacrifices : la victime sera pour le sacrificateur qui fera l'expiation. (LSG)

 

Cette offrande pour la culpabilité a été aussi accomplie en Christ, pour que chaque mâle, chacun du sacerdoce, la tribu entière de Lévi, chaque sacrificateur, soit consacré au Seigneur. Christ a consacré chacun des élus, chaque personne appelée et amenée à la Foi, comme sacrificateur. Les mâles d'Israël ont été tous consacrés comme sacrificateurs pour le sacrifice de la Pâque, qui était général. Un seul agneau de la Pâque était présenté devant le Souverain Sacrificateur à Jérusalem. La sanctification du corps général de la nation, comme sacrificateurs, présage l'extension du sacerdoce aux élus dans l'Église, suite au sacrifice de la Pâque, et l'établissement de l'Église à la Pentecôte, déterminée à partir de la Gerbe Agitée. Les sacrifices et les offrandes sont donc typologiques.

 

Le sacrifice quotidien n'était pas entièrement un sacrifice du sacerdoce. Les divisions dans le sacerdoce se retrouvaient aussi dans la tribu, pour que la nation soit divisée et envoie ses représentants à Jérusalem pour le sacrifice. Pendant qu'une division était en service, ceux qui faisaient partie de cette même division offraient des prières et des oblations dans leurs secteurs, de sorte que tout le système sacrificiel, comme une partie d'Israël, était continuellement responsable et organisé pour la prière et le sacrifice. Chaque personne en Israël était responsable de l'opération des divisions du sacerdoce. Ceci reflète les responsabilités des tribus et plus tard les responsabilités des Églises. Le sacerdoce n'a donc pas fonctionné comme une entité séparée de la nation. C'est la raison pour laquelle l'Église de Dieu ne peut pas être divorcée de la nation.

 

Par sa mort, Christ nous a consacrés comme une offrande pour la culpabilité. Les concepts s'appliquent aussi aux offrandes pour la paix du verset 11, et aux offrandes de la poitrine et élevées des versets 30 et 34. Christ a aussi accompli ces offrandes pour la paix pour que nous soyons en paix et qu'il accomplisse les prophéties dans Ésaïe, comme Prince de la Paix. Il est devenu l'Offrande pour la Paix. Il s'est offert pour la paix et il a ainsi supprimé le sacrifice de l'offrande pour la paix. Quand nous disons que Christ a accompli tous les sacrifices, il ne les a pas juste accomplis par son existence. Son sacrifice a accompli un aspect des sacrifices, qui devaient être reflétés dans sa vie.

 

Les sacrifices eux-mêmes sont un sujet complet qui est couvert dans la série de la Loi (voir les études La Loi de Dieu (No. L1) et (Numéros 252-263). Pour montrer ce que Christ a accompli en réalité par sa mort, nous devons examiner chaque section de la législation. En comprenant les sacrifices, on comprend quel aspect de la nature de Christ a accompli chacun des éléments et nous a réconciliés avec Dieu. Dans et par ces sacrifices, nous avons été réconciliés avec Dieu.

 

Lévitique 7:29-31 29Parle aux enfants d'Israël, et dis : Celui qui offrira à l'Éternel son sacrifice d'actions de grâces apportera son offrande à l'Éternel, prise sur son sacrifice d'actions de grâces. 30Il apportera de ses propres mains ce qui doit être consumé par le feu devant l'Éternel ; il apportera la graisse avec la poitrine, la poitrine pour l'agiter de côté et d'autre devant l'Éternel. 31Le sacrificateur brûlera la graisse sur l'autel, et la poitrine sera pour Aaron et pour ses fils. (LSG)

 

Le concept de la consécration du sacerdoce par les offrandes des Enfants d'Israël, tel que d'abord noté dans Exode 29, est continué. La consécration et l’alimentation du sacerdoce sont élaborées à partir des offrandes livrées comme offrandes pour la paix [ou actions de grâces] et, de là, symbolisent le Messie.

 

Lévitique 7:32-34 32Dans vos sacrifices d'actions de grâces, vous donnerez au sacrificateur l'épaule droite, en la présentant par élévation. 33Celui des fils d'Aaron qui offrira le sang et la graisse du sacrifice d'actions de grâces aura l'épaule droite pour sa part. 34Car je prends sur les sacrifices d'actions de grâces offerts par les enfants d'Israël la poitrine qu'on agitera de côté et d'autre et l'épaule qu'on présentera par élévation, et je les donne au sacrificateur Aaron et à ses fils, par une loi perpétuelle qu'observeront les enfants d'Israël. (LSG)

 

Il a été compris que le Messie était le Messie d'Aaron quand il est d'abord venu. Il était le Messie Sacrificateur. Les Manuscrits de la Mer Morte confirment que la vue à propos du Messie était qu'il devait avoir deux Avènements (voir Dead Sea Scrolls in English (Manuscrits de la Mer Morte en anglais) de G Vermes, re Règne VII de Damas et le fragment de la Caverne IV). Le Messie a réconcilié tous ces sacrifices et nous a réconciliés comme sacerdoce. Il nous a consacrés comme sacerdoce par ces offrandes. Ce texte confirme celui d'Exode 29.

 

Lévitique 8:27-29  27Il mit toutes ces choses sur les mains d'Aaron et sur les mains de ses fils, et il les agita de côté et d'autre devant l'Éternel. 28Puis Moïse les ôta de leurs mains, et il les brûla sur l'autel, par-dessus l'holocauste : ce fut le sacrifice de consécration, ce fut un sacrifice consumé par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel. 29Moïse prit la poitrine du bélier de consécration, et il l'agita de côté et d'autre devant l'Éternel : ce fut la portion de Moïse, comme l'Éternel l'avait ordonné à Moïse. (LSG)

 

Nous parlons de la séquence des offrandes. C'est un autre aspect de l'Offrande de la Gerbe, qui consacre le sacerdoce et les prophètes.

 

Lévitique 9:21 Aaron agita de côté et d'autre devant l'Éternel les poitrines et l'épaule droite, comme Moïse l'avait ordonné. (LSG)

 

Cela montre la continuation de ce concept de la réconciliation du sacerdoce.

 

Lévitique 10:14-15 14Vous mangerez aussi dans un lieu pur, toi, tes fils et tes filles avec toi, la poitrine qu'on a agitée de côté et d'autre et l'épaule qui a été présentée par élévation ; car elles vous sont données, comme ton droit et le droit de tes fils, dans les sacrifices d'actions de grâces des enfants d'Israël. 15Ils apporteront, avec les graisses destinées à être consumées par le feu, l'épaule que l'on présente par élévation et la poitrine que l'on agite de côté et d'autre devant l'Éternel : elles seront pour toi et pour tes fils avec toi, par une loi perpétuelle, comme l'Éternel l'a ordonné. (LSG)

 

De ce concept de l'Offrande de la Gerbe, le sacerdoce recevait un dû, c'est-à-dire une partie de l'Offrande de la Gerbe. Cette portion va maintenant aux élus et elle démontre notre réconciliation avec Christ, comme une partie de l'Offrande de la Gerbe.

 

Lévitique 14:12-20 12Le sacrificateur prendra l'un des agneaux, et il l'offrira en sacrifice de culpabilité, avec le log d'huile ; il les agitera de côté et d'autre devant l'Éternel. 13Il égorgera l'agneau dans le lieu où l'on égorge les victimes expiatoires et les holocaustes, dans le lieu saint ; car, dans le sacrifice de culpabilité, comme dans le sacrifice d'expiation, la victime est pour le sacrificateur ; c'est une chose très sainte. 14Le sacrificateur prendra du sang de la victime de culpabilité ; il en mettra sur le lobe de l'oreille droite de celui qui se purifie, sur le pouce de sa main droite et sur le gros orteil de son pied droit. 15Le sacrificateur prendra du log d'huile, et il en versera dans le creux de sa main gauche. 16Le sacrificateur trempera le doigt de sa main droite dans l'huile qui est dans le creux de sa main gauche, et il fera avec le doigt sept fois l'aspersion de l'huile devant l'Éternel. 17Le sacrificateur mettra de l'huile qui lui reste dans la main sur le lobe de l'oreille droite de celui qui se purifie, sur le pouce de sa main droite et sur le gros orteil de son pied droit, par-dessus le sang de la victime de culpabilité. 18Le sacrificateur mettra ce qui lui reste d'huile dans la main sur la tête de celui qui se purifie; et le sacrificateur fera pour lui l'expiation devant l'Éternel. 19Puis le sacrificateur offrira le sacrifice d'expiation ; et il fera l'expiation pour celui qui se purifie de sa souillure. 20Ensuite il égorgera l'holocauste. Le sacrificateur offrira sur l'autel l'holocauste et l'offrande ; et il fera pour cet homme l'expiation, et il sera pur. (LSG)

 

Ce texte dit en un mot ce qu'était le sacrifice de Jésus Christ. Cette offrande était faite pour purifier, par le sang, les individus en Israël et c'était le rôle du sacerdoce par l'entremise du sacrifice de purifier chaque individu. Christ a accompli ce sacrifice avec son propre sang (et le sang est la vie de la chair) et nous a purifiés une fois pour toutes. Le sang de Christ était symboliquement sur son oreille, à cause de la couronne d'épines, et sur son pouce et son orteil, à cause des clous du pieu. À partir de ce point, les élus ont été qualifiés comme sacrificateurs pour servir d'intermédiaire pour Israël. Quand nous disons que Christ a expié pour nous, c'est dans la forme et dans l'accomplissement du sacrifice et du système qu'il a expié.

 

Lévitique 14:21-24  21S'il est pauvre et que ses ressources soient insuffisantes, il prendra un seul agneau, qui sera offert en sacrifice de culpabilité, après avoir été agité de côté et d'autre, et avec lequel on fera pour lui l'expiation. Il prendra un seul dixième de fleur de farine pétrie à l'huile pour l'offrande, et un log d'huile. 22Il prendra aussi deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, selon ses ressources, l'un pour le sacrifice d'expiation, l'autre pour l'holocauste. 23Le huitième jour, il apportera pour sa purification toutes ces choses au sacrificateur, à l'entrée de la tente d'assignation, devant l'Éternel. 24Le sacrificateur prendra l'agneau pour le sacrifice de culpabilité, et le log d'huile ; et il les agitera de côté et d'autre devant l'Éternel. (LSG)

 

Nous étions tous incapables de payer le prix. Il existe une disposition pour le pauvre qui ne pouvait pas se permettre les sacrifices. Aucun de nous ne pouvait se permettre le sacrifice, en conséquence Christ a payé. Christ s'est fait le sacrifice qui était exigé ici à Lévitique 14:21 et suiv. Il est devenu l'Agneau et il nous a purifiés, que nous soyons riches ou pauvres, parce que personne ne pouvait se permettre ce sacrifice d'expiation. C'est la raison pour laquelle la collecte du jour des Expiations n'est pas une offrande. C'est un impôt. C'est une offense de donner une offrande le Jour des Expiations. Aucun homme ne peut aller au Temple de Dieu ou à la Tente du Tabernacle d’Assignation et donner plus ou moins qu'un autre homme, le Jour des Expiations. C'est un affront à Dieu et c'est spécifiquement contre la loi de la Torah. C'est interdit. Nous ne pouvons pas personnellement payer l'impôt d'expiation. Christ a payé cet impôt pour nous et a accompli cet impôt en nous ; et comme Messie, Christ instituera de nouveau ce système.

 

Lévitique 23:11-14 11Il agitera de côté et d'autre la gerbe devant l'Éternel, afin qu'elle soit agréée : le sacrificateur l'agitera de côté et d'autre, le lendemain du sabbat. 12Le jour où vous agiterez la gerbe, vous offrirez en holocauste à l'Éternel un agneau d'un an sans défaut ; 13vous y joindrez une offrande de deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l'huile, comme offrande consumée par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel ; et vous ferez une libation d'un quart de hin de vin. 14Vous ne mangerez ni pain, ni épis rôtis ou broyés, jusqu'au jour même où vous apporterez l'offrande à votre Dieu. C'est une loi perpétuelle pour vos descendants, dans tous les lieux où vous habiterez. (LSG)

 

L'Offrande Agitée

 

La Gerbe Agitée était constituée des épis d'orge verts offerts pour Israël. Le mot Abib signifie épis verts. L'offrande était faite à Jérusalem, mais les épis n'étaient pas cueillis strictement à Jérusalem. La moisson d'orge était prête environ trois semaines plus tôt au sud, sur la plaine côtière et dans la plaine de la Transjordanie. D'ailleurs, la moisson générale est blanche lorsqu'elle est entièrement mûre. Elle est distincte de la Gerbe Agitée. De plus, la Gerbe Agitée était aussi présentée ailleurs, tout comme les sacrifices. La Pâque a été observée en Égypte pendant la période du Temple à Éléphantine et ce, du début de la période du Temple jusqu'à sa destruction vers 410 AEC (avant ère actuelle) environ par Vidaranag, l'Égyptien de la forteresse à Noub. Ce Temple a continué le sacrifice durant la période entière que le Temple à Jérusalem a été détruit et en ruines. Le Temple a été reconstruit en Égypte par le Souverain Sacrificateur Onias IV à l'invitation de Ptolémée Philometor à partir d'environ 160 AEC et il a été opérationnel jusqu'à sa fermeture sur l'ordre de Vespasien en 71 EC. Ce Temple était à Léontopolis dans le nome de Héliopolis ou la Cité du Soleil, tel que prédit par Dieu par l'entremise du prophète Ésaïe (Ésaïe 19:19, voir en particulier la RSV). C'était là qu'il y avait de la lumière en Gosen pendant l'Exode original et là où Joseph a amené le Messie lorsqu'il était enfant pour que les prophéties d'Ésaïe et d'Osée puissent être accomplies.

 

Les cinq villes mentionnées à Ésaïe 19:18 sont probablement Léontopolis et Héliopolis (les comptant comme des villes séparées), Daphné, Migdol et Memphis (voir la Companion Bible, n. au v. 18). Ésaïe 19:18 dit qu'une de ces villes sera appelée la cité de la justice ou ha-zedek, qui est translittéré dans la Septante (LXX). C'était parce que Christ devait aller là et être appelé de là pour aller en Israël. Afin de ne pas la confondre avec Jérusalem qui a aussi porté ce nom (Ésaïe 1:26), le terme a été changé pour lire cheres qui, en chaldéen, est le soleil et Héliopolis, en grec. La KJV et la LSG le traduisent par la Cité de la Destruction, ce qui est incorrect (la Cité de la Destruction de la KJV est traduite la Cité du Soleil dans la RSV).

 

Ce système sacrificiel en Égypte est typologique ou parabolique. La cité était juste parce qu'elle était la demeure du Messie. Le sacrifice du Messie devait être prolongé aux Égyptiens et, de là, le salut devait être des Païens. Cet aspect de la Gerbe Agitée n'est pas compris. La Gerbe Agitée était la première des moissons de tout Israël et ce, même parmi les Païens. En conséquence, elle n'était pas logiquement limitée à Jérusalem. Le désir de limiter le sacrifice à Jérusalem provient d'une perversion des lois de la dîme et du système à la fin de la période du deuxième Temple, qui a essayé de centraliser la dîme à Jérusalem.

 

La pratique aberrante a été aussi retrouvée à la fin du vingtième siècle parmi les Églises de Dieu en Amérique. Il n'y a aucune base biblique pour la revendication (voir l'étude Le Prélèvement de la Dîme (No. 161)).

 

Cette Offrande de la Gerbe commence le compte à rebours jusqu'à la Pentecôte.

 

Lévitique 23:15-17 15Depuis le lendemain du sabbat, du jour où vous apporterez la gerbe pour être agitée de côté et d'autre, vous compterez sept semaines entières. 16Vous compterez cinquante jours jusqu'au lendemain du septième sabbat ; et vous ferez à l'Éternel une offrande nouvelle. 17Vous apporterez de vos demeures deux pains, pour qu'ils soient agités de côté et d'autre ; ils seront faits avec deux dixièmes de fleur de farine, et cuits avec du levain : ce sont les prémices à l'Éternel. (LSG)

 

Ces deux pains contiennent du levain. Le levain est souvent vu incorrectement comme le péché. Ces cinquante jours, qui tombent après le Sabbat hebdomadaire ou le dimanche qui constitue la Fête de la Pentecôte, démontrent le système du Jubilé dans l'homme. Les cinquante jours représentent les cinquante ans du développement de l'Esprit Saint dans l'homme. Cette offrande démontre aussi la descente de l'Esprit Saint sur les élus. À la première Pentecôte, nous avons reçu l'Esprit Saint avec pouvoir, comme peuple. Le levain était l'Esprit Saint. Cela a accompli le symbolisme des sacrifices avec levain.

 

Lévitique 23:18 Outre ces pains, vous offrirez en holocauste à l'Éternel sept agneaux d'un an sans défaut, un jeune taureau et deux béliers ; vous y joindrez l'offrande et la libation ordinaires, comme offrande consumée par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel. (LSG)

 

Le symbolisme des sept agneaux représente les sept Églises de Dieu. Le taureau symbolise le taureau qui a été sacrifié comme le leader central de notre peuple et les deux béliers symbolisent les Deux Témoins. C'est aussi symbolisé par les chandeliers dans le Temple, qui brûlent figurativement jusqu'au retour du Messie. Il y en a dix dans la séquence.

 

Lévitique 23:19-20 19Vous offrirez un bouc en sacrifice d'expiation, et deux agneaux d'un an en sacrifice d'actions de grâces. 20Le sacrificateur agitera ces victimes de côté et d'autre devant l'Éternel, avec le pain des prémices et avec les deux agneaux : elles seront consacrées à l'Éternel, et appartiendront au sacrificateur. (LSG)

 

Cette séquence d'Offrandes Agitées, qui nous amène à la Pentecôte, inclut donc le concept d'une continuité. Cette séquence d'offrande a été établie pour symboliser ce qui nous arriverait. Aucun des sacrifices n'est sans signification. Tout dans les sacrifices reflète ce que Dieu allait faire avec nous. C'est pourquoi il y avait sept agneaux, symbolisant les sept Églises, qui suivraient le taureau et qui seraient en plus des deux béliers. Tous ceux-ci symbolisent les activités de la Pentecôte jusqu'au retour du Messie et le travail que nous devons faire dans la réconciliation de la planète avec Dieu. Nous avons un travail à faire pour aller chercher tous les Païens et leur enseigner la signification des oracles de Dieu - les Mystères de Dieu. Nous sommes les gardiens des Mystères de Dieu et tout ce que deux d'entre nous font ensemble et lient sur la terre est lié dans le Ciel.

 

Matthieu 18:18-20 18Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel. 19Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. 20Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux. (LSG)

 

Ce n'est pas uniquement une fonction des Anciens de l'Église. Tous peuvent l'étudier. L'autorité est déléguée deux fois. Cela ne s'est pas arrêté quand Christ a dit à Pierre et aux disciples, je vous donnerai les clefs du ciel et tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, etc. Cela arrive aussi ailleurs, comme nous le voyons, et tout ce que deux d'entre nous lient est lié dans le Ciel. De la sorte, deux personnes peuvent constituer une Église ; nous ne devrions donc pas négliger de nous réunir. La structure nous permet de continuer à travers ces sacrifices ces étapes symboliques jusqu'au retour du Messie et la fin de l'âge. À cause des problèmes que nous affrontons et des persécutions auxquelles nous faisons face, nous devons être capables de nous réorganiser sur une base continuelle. Cette facilité nous a été donnée pour que nous puissions accomplir les prophéties de ces sacrifices. Ces sacrifices eux-mêmes sont des prophéties.

 

Nombres 5:25 est un autre concept d'une Offrande Agitée qui traite d'une offrande de jalousie.

 

Nombres 5:25 Le sacrificateur prendra des mains de la femme l'offrande de jalousie, il agitera l'offrande de côté et d'autre devant l'Éternel, et il l'offrira sur l'autel ; (LSG)

 

L'offrande de jalousie était une Offrande Agitée pour réconcilier la femme avec son mari (Nombres 5:12-31). L'Offrande Agitée de réconciliation de l'offrande de jalousie avait pour but de réconcilier les élus des nations avec son mari. La femme est maudite à cause de son adultère (Nombres 5:21). Pareillement Israël est maudit à cause de son idolâtrie. Le Messie a réconcilié Israël et l'Armée avec Dieu par son Offrande Agitée. Le symbolisme est celui de la réconciliation d'un peuple adultère avec un Dieu jaloux.

 

Nombres 6:13-27  13Voici la loi du naziréen. Le jour où il aura accompli le temps de son naziréat, on le fera venir à l'entrée de la tente d'assignation. 14Il présentera son offrande à l'Éternel : un agneau d'un an et sans défaut pour l'holocauste, une brebis d'un an et sans défaut pour le sacrifice d'expiation, et un bélier sans défaut pour le sacrifice d'actions de grâces ; 15une corbeille de pains sans levain, de gâteaux de fleur de farine pétris à l'huile, et de galettes sans levain arrosées d'huile, avec l'offrande et la libation ordinaires. 16Le sacrificateur présentera ces choses devant l'Éternel, et il offrira sa victime expiatoire et son holocauste ; 17il offrira le bélier en sacrifice d'actions de grâces à l'Éternel, outre la corbeille de pains sans levain, avec l'offrande et la libation. 18Le naziréen rasera, à l'entrée de la tente d'assignation, sa tête consacrée ; il prendra les cheveux de sa tête consacrée, et il les mettra sur le feu qui est sous le sacrifice d'actions de grâces. 19Le sacrificateur prendra l'épaule cuite du bélier, un gâteau sans levain de la corbeille, et une galette sans levain ; et il les posera sur les mains du naziréen, après qu'il aura rasé sa tête consacrée. 20Le sacrificateur les agitera de côté et d'autre devant l'Éternel : c'est une chose sainte, qui appartient au sacrificateur, avec la poitrine agitée et l'épaule offerte par élévation. Ensuite, le naziréen pourra boire du vin. 21Telle est la loi pour celui qui fait vœu de naziréat ; telle est son offrande à l'Éternel pour son naziréat, outre ce que lui permettront ses ressources. Il accomplira ce qui est ordonné pour le vœu qu'il a fait, selon la loi de son naziréat. 22L'Éternel parla à Moïse, et dit : 23Parle à Aaron et à ses fils, et dis : Vous bénirez ainsi les enfants d'Israël, vous leur direz : 24Que l'Éternel te bénisse, et qu'il te garde ! 25Que l'Éternel fasse luire sa face sur toi, et qu'il t'accorde sa grâce ! 26Que l'Éternel tourne sa face vers toi, et qu'il te donne la paix ! 27C'est ainsi qu'ils mettront mon nom sur les enfants d'Israël, et je les bénirai. (LSG)

 

Ce n'est pas un accident que la brillance de la contenance du Seigneur sur les gens se produise ici après les vœux du Naziréen et l'Offrande Agitée pour la réconciliation du Naziréen. Le but des vœux du Naziréen était la réconciliation et de se rapprocher de Dieu spirituellement, parce que la Loi par elle-même ne pouvait pas nous réconcilier avec Dieu. Le plus près qu'une personne pouvait s'approcher de Dieu dans l'Ancien Testament était par les vœux du Naziréen. En se rasant la tête, en ne prenant aucun vin et en se faisant rituellement pure, la personne essayait ensuite de se rapprocher le plus près qu'elle le pouvait à l'intérieur d'une Loi physique. Jean était un Naziréen pour démontrer la transition de ce processus au Messianique. Christ n'était pas un Naziréen. Il coupait ses cheveux, tel qu'exigé par la Loi, et il buvait du vin fermenté (voir l'étude Le Vin dans la Bible (No. 188)). Il a été mis à part par l'Esprit Saint.

 

Un individu devait se mettre à part, et le processus et le but de se mettre à part étaient pour s'approcher de Dieu. Dès sa naissance, Samson a été mis à part, comme un Naziréen, afin que l'Esprit Saint dans ses séquences puisse être démontré dans la vie de Samson (voir l'étude Samson et les Juges (No. 073)). Cela démontrerait la puissance et la séquence d'opération de l'Esprit Saint. Ce qu'il a fait, en tant que Naziréen, est ce que nous accomplissons sans prononcer les vœux du Naziréat. Nous n'avons pas besoin d'être un Naziréen parce que, dans l'Offrande Agitée, Christ nous a réconciliés, comme Naziréens, au point où nous pouvons manger le pain et boire le vin de Jésus Christ. La raison pour laquelle le Naziréen s’abstenait littéralement de vin était parce qu'il n'avait pas l'Esprit Saint et il était réconcilié, comme une étape primaire, pour nous montrer qu'ils ne pouvaient pas être réconciliés sans Christ et que l'Esprit Saint n'était pas présent dans le Naziréen en soi. Le plus proche qu'ils pouvaient y arriver était cette purification rituelle. Cependant, ils n'avaient toujours pas accès à l'Esprit Saint, même par les vœux du Naziréat, à moins que Dieu n'accorde le privilège à l'individu, comme dans le cas de Samson. Christ nous a réconciliés pour que nous puissions avoir l'Esprit Saint, symbolisé par le vin, et faire partie du Corps de Christ, symbolisé par le pain, sans passer par le rasage de la tête, la mise à part et les rituels des Offrandes Agitées. Par son sacrifice, Christ nous a réconciliés comme Naziréens avec Dieu. Le vœu du Naziréen n'est plus applicable pour nous. Il est sans signification pour nous parce qu'il réduit en réalité notre statut ; il ne l'augmente pas. Nous sommes des Naziréens une fois pour toutes pour Dieu. Tout cela a été fait en Christ.

 

En conséquence, la brillance de la contenance de Dieu luit sur nous et le nom de Dieu est placé sur nous, comme une partie des Enfants d'Israël. C'est la signification du texte à Nombres 6:27. Le nom de notre Dieu est placé sur nous - sur nos fronts et notre main droite.

 

Nombres 18:8-10 8L'Éternel dit à Aaron : Voici, de toutes les choses que consacrent les enfants d'Israël, je te donne celles qui me sont offertes par élévation ; je te les donne, à toi et à tes fils, comme droit d'onction, par une loi perpétuelle. 9Voici ce qui t'appartiendra parmi les choses très saintes qui ne sont pas consumées par le feu : toutes leurs offrandes, tous leurs dons, tous leurs sacrifices d'expiation, et tous les sacrifices de culpabilité qu'ils m'offriront ; ces choses très saintes seront pour toi et pour tes fils. 10Vous les mangerez dans un lieu très saint ; tout mâle en mangera ; vous les regarderez comme saintes. (LSG)

 

Les offrandes élevées et toutes les choses consacrées des Enfants d'Israël ont été données au sacerdoce. Elles ont été transférées quand le Lieu Très Saint a été institué comme les pierres vivantes des élus. Quand le Temple a été enlevé, l'autorité du sacerdoce a été enlevée et l'Ordre de Melchisédek a remplacé l'Ordre d'Aaron. Toutes ces choses nous ont alors été transférées. Nous sommes devenus les sacrificateurs de Dieu à travers Jésus Christ. Nous sommes le Temple de Dieu, en tant que pierres vivantes.

 

Nombres 18:11-18 11Voici encore ce qui t'appartiendra : tous les dons que les enfants d'Israël présenteront par élévation et en les agitant de côté et d'autre, je te les donne à toi, à tes fils et à tes filles avec toi, par une loi perpétuelle. Quiconque sera pur dans ta maison en mangera. 12Je te donne les prémices qu'ils offriront à l'Éternel : tout ce qu'il y aura de meilleur en huile, tout ce qu'il y aura de meilleur en moût et en blé. 13Les premiers produits de leur terre, qu'ils apporteront à l'Éternel, seront pour toi. Quiconque sera pur dans ta maison en mangera. 14Tout ce qui sera dévoué par interdit en Israël sera pour toi. 15Tout premier-né de toute chair, qu'ils offriront à l'Éternel, tant des hommes que des animaux, sera pour toi. Seulement, tu feras racheter le premier-né de l'homme, et tu feras racheter le premier-né d'un animal impur. 16Tu les feras racheter dès l'âge d'un mois, d'après ton estimation, au prix de cinq sicles d'argent, selon le sicle du sanctuaire, qui est de vingt guéras. 17Mais tu ne feras point racheter le premier-né du bœuf, ni le premier-né de la brebis, ni le premier-né de la chèvre : ce sont des choses saintes. Tu répandras leur sang sur l'autel, et tu brûleras leur graisse : ce sera un sacrifice consumé par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel. 18Leur chair sera pour toi, comme la poitrine qu'on agite de côté et d'autre et comme l'épaule droite. (LSG)

 

Cette séquence parle de tout ce qui est pur en Israël et le premier-né est pur. Ces offrandes et ces sacrifices sont symboliques. Le vin et les offrandes de boisson sont les élus. Ce sont seulement ceux qui sont baptisés dans le Corps de Jésus Christ qui sont purs en termes des sacrifices et des offrandes. Ce que cela préfigurait était le concept d'être pur en Israël, d'être acceptable pour Dieu. Toutes ces offrandes ont le concept d'être agitées devant le Seigneur pour qu'elles viennent devant la Face de Dieu et qu'elles soient prises dans le système. Christ a commencé cette séquence d'offrandes agitées, en ce dimanche, en tant que le premier fruit. L'une après l'autre, ces offrandes sont agitées jusqu'à ce que le temps des Païens ait été achevé et tous les 144,000 en Israël aient été comptés et le nombre complet des élus ait été pris des nations. Aucun mal ne peut être fait à la terre avant que le dernier d'entre nous n'ait été compté, baptisé, racheté et agité devant le Seigneur. Quand le dernier d'entre nous aura été pris des nations, alors la fin viendra.

 

Dans l'Apocalypse, l'ange dit ne faites point de mal à la terre jusqu'à ce que le nombre de nos frères soit scellé (Apocalypse 7:3). Christ était le premier fruit de la moisson d'orge, symbolisé par ce service et l'Offrande Agitée en ce dimanche. Par cette action, il a mis en mouvement une chaîne d'événements qui produiraient une armée de sacrificateurs. Cela les séparerait et les consacrerait à Dieu et nous préparerait pour le Millénaire. C'est la signification de ce service et ce qui n'est pas un accident que l’Offrande Agité commence le compte à rebours jusqu'à la Pentecôte qui est un symbolisme de la rédemption des élus de la Première Résurrection. 

 

   

  

q