Les Églises Chrétiennes de Dieu

[124B]

 

 

 

Lettre aux Églises de Dieu

concernant les Nouvelles Lunes

et le Calendrier Hillel [124B]

 

(Édition 1.0 20080302-20080302)

 

 

Au cours des deux derniers siècles, les Églises de Dieu ont cessé d’observer les Nouvelles Lunes, et au XXe siècle elles ont introduit le Dithéisme et le Calendrier Hillel et certains le Binitarisme plus tard, avec le résultat que très peu des Églises de Dieu adorent le Dieu correct aux bons jours. C'est une situation très grave pour les Églises de Dieu dans les Derniers Jours.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2008 Wade Cox)

(Tr. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 


Lettre aux Églises de Dieu concernant les Nouvelles Lunes et le Calendrier Hillel [124B]

 

 

 

Introduction

2008 est le début de la 31ème Année du calendrier du Temple. Pour ceux qui observent le calendrier du Temple, il n'y a aucune intercalation durant la 30ème année. Ainsi le Nouvel An est un mois et un ajournement avant le début du calendrier Hillel qui est observé par ceux dans les Églises de Dieu qui adhèrent aux ajournements babyloniens ainsi que leurs cycles tels qu’enchâssés dans le calendrier Hillel adopté en 358 EC (Ère Courante). À cause de leur adoption du calendrier babylonien, des cycles fixes de 19 ans et des intercalations, ceux qui suivent le calendrier Hillel se situent au cinquante-huitième siècle de la création selon le calendrier babylonien et non au soixantième siècle et au 120ème Jubilé comme l’exige la Bible par sa chronologie. Ce calendrier est maintenant désespérément déphasé tel que l’admettent les Rabbins eux-mêmes et ils sont un mois en retard dans au moins six des dix-neuf ans de chaque cycle (consulter l’étude Pourquoi la Pâque est-elle si tardive en 1997 (No. 239)). Leur solution est de déclarer qu'ils doivent attendre que le Messie vienne pour le corriger. Les Églises de Dieu n'ont aucunement une telle excuse. En effet, affirmer une telle chose serait de nier Jésus Christ en tant que Messie. Il est venu, il a observé les Lois de Dieu, y compris les Nouvelles Lunes et il nous a laissés pour continuer ce qu'il a commencé. Cette question est primordiale pour les Églises de Dieu. Ce n’est pas acceptable pour les Églises de Dieu qu’elles soient déroutées sous les faux arguments avancés par les ministres et anciens ministres de l’Église Universelle, comme nous le voyons examiné ci-dessous. Il n'est pas plus acceptable de prétendre que les Juifs détiennent les Oracles de Dieu et ensuite de changer le calendrier pour observer une différente Pentecôte, comme le font les branches de l’Église Universelle (consulter l'étude Les Oracles de Dieu (No. 184)). Cette année, les Églises de Dieu observeront la Pentecôte un mois trop tard et ce, même pas selon le calendrier Hillel et elles n'ont aucune autorité pour le faire. Si elles avaient fait cela en 30 EC, elles auraient manqué l'Esprit Saint et elles seraient devenues simplement une autre secte du Judaïsme.

 

Aujourd’hui commencent la Sanctification du Temple de Dieu et le processus jusqu’à la Pâque et les Pains Sans Levain (consulter l’étude La Sanctification du Temple de Dieu (No. 241)).

 

Parce que CCG explique et observe le calendrier du Temple – incluant tous les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes, aussi bien que le 7ème jour d’Abib et la Gerbe Agitée – et les Églises de Dieu lisent en large mesure nos écrits, il y a plusieurs problèmes soulevés pour ces ministres qui enseignent contre la Loi et le Témoignage (cf. Ésaïe 8:20). La majorité des ministres qui ont grandi et ont été instruits dans les Églises de Dieu au vingtième siècle et leurs disciples n’observent pas les Nouvelles Lunes ou les Fêtes aux bons jours et utilisent des raisonnements incorrects pour justifier leur refus d’observer les Lois de Dieu et Son Calendrier. Nos nombreuses études sont lues par les frères des Églises de Dieu, et ils recherchent généralement la vérité. Pour plusieurs, cependant, l’Église est seulement un club social et ils ne se soucient pas de la vérité. Pour cette raison Dieu a permis aux ministres de dérouter l’Église (voir aussi ci-dessous).

 

Les étudiants plus hardis questionnent souvent ceux qui sont leurs ministres attitrés comme attestent les divers documents attaquant le concept de l’observance des Nouvelles Lunes. Les études publiées par les diverses églises et les ministres indépendants qui tentent de se justifier démontrent qu’ils n’ont aucune compréhension réelle du Système du Temple et des responsabilités des ministres ou aucune maîtrise de la Loi de Dieu.

 

Les hérésies montrent qui est approuvé de Dieu

 

Ces erreurs sont permises pour démontrer qui est approuvé de Dieu et qui ne l’est pas. 

1Corinthiens 11:17-19

17 En donnant cet avertissement, ce que je ne loue point, c’est que vous vous assemblez, non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires. 18 Et d’abord, j’apprends que, lorsque vous vous réunissez en assemblée, il y a parmi vous des divisions, -et je le crois en partie, 19 car il faut qu’il y ait aussi des sectes parmi vous, afin que ceux qui sont approuvés soient reconnus comme tels au milieu de vous. (LSG)

 

La version KJV les appelle les hérésies signifiant choix ou décisions amenant à l’erreur.

1Corinthiens 11:17-19 Or en ce que je vous déclare, je ne vous loue pas, c’est que vous vous assemblez, non pour le meilleur, mais pour le pire. 18 Car, en premier lieu, lorsque vous vous assemblez dans l’église, j’apprends qu’il y a des divisions parmi vous, et je le crois en partie, 19 Car il doit y avoir aussi des hérésies parmi vous, afin que ceux qui sont approuvés d’approbation puissent être manifestés parmi vous.

 

Aussi, nous devons étudier pour être vus comme étant approuvés de Dieu (2Tim. 2:15).

 

La fausse argumentation est typique du raisonnement incohérent basé sur de fausses propositions des apologistes de l’Église Universelle de Dieu qui observent le calendrier babylonien d’Hillel adopté. Il y a quelques individus qui écrivent contre CCG et les autres églises qui ne suivent pas le système Hillel. Le raisonnement de ces gens a beaucoup changé au cours des années en regard du calendrier. Certains ont adopté le calendrier samaritain qui est aussi basé sur la conjonction. Un ou deux ont actuellement inventé des variations du calendrier samaritain en utilisant le croissant. Ils observent tous, la plupart du temps, la Fête durant le Huitième mois. Ce qui est évident à partir de leurs écrits, c’est qu‘ils n’ont aucune compréhension du calendrier du Temple, ni des écrits historiques des historiens du temps de la période du Temple, ni de l’Église et de ses changements et de son calendrier original. Aucun d’eux ne semble comprendre que les Nouvelles Lunes étaient et sont déterminées par les conjonctions lunaires que les Samaritains comprennent et appliquent. En d'autres mots, ces individus ont établi un calendrier basé sur de fausses propositions qu'ils ne comprennent pas, ayant la caractéristique douteuse d'inventer un calendrier qui n'a jamais été observé auparavant ni durant la période du Temple ni dans l'Église de Dieu. La plupart sont Dithéistes, comme le sont plusieurs des branches issues d’Armstrong. Plusieurs croient à l'erreur de la Troisième Résurrection (consulter l'étude L'Erreur de la Troisième Résurrection (No. 166)). Le problème majeur avec les branches est qu'elles ne comprennent pas le Calendrier actuel du Temple et elles ne comprennent pas comment le système rabbinique a changé le système du Temple après sa chute et a introduit le calendrier babylonien au Judaïsme post-temple. Les Églises de Dieu n'ont jamais accepté cette erreur avant qu'Herbert Armstrong ne l'ait utilisée pour corrompre la branche WCG (Église Universelle) des Églises de Dieu. Il n’avait tout simplement aucune formation académique pour s’occuper de cette erreur, ni ses ministres adhérents qui s'accrochent à ces erreurs.  Certainement par leurs écrits, ils semblent manquer de toute qualification formelle dans l’Histoire des Religions, de la Philosophie ou de la Logique.

 

Le problème principal avec le système WCG (Église Universelle) et ses branches est que la plupart d'entre elles n'ont absolument aucune idée du calendrier en usage pendant le système du Temple, ni que les Nouvelles Lunes étaient observées comme des Festivals au même niveau que le Sabbat durant la période entière du Deuxième Temple à Jérusalem. Elles semblent aussi n'avoir aucune compréhension réelle que la Loi au complet ainsi que les Prophètes dépendent des Deux Grands Commandements.

 

La première question que toute personne devrait demander est la suivante : Ce que je fais actuellement, est-il justifié par le système du Temple et le calendrier en usage à ce temps-là ?. Le Calendrier en usage dans le Temple au moment de Christ a été observé par Christ et la vraie Église de Dieu.

 

Plusieurs fausses déclarations sont faites par ces divers ministres du système WCG. La plupart d’entre elles sont faites par ignorance, mais plusieurs d’entre elles sont aussi faites avec fraude intentionnelle. Nous avons vu certains de ces partisans effectivement prétendre que le calendrier Hillel était en usage au temps de Christ dans le Temple, alors que n'importe quel étudiant élémentaire du sujet vous dirait qu'il n'a pas été introduit avant que deux rabbins ne l'aient apporté de Babylone en 344 EC et qu’Hillel II ait autorisé son usage en 358 EC. Il a été développé à partir de ce moment-là jusqu'au temps de Maimonide ou Rambam au douzième siècle. Les Juifs eux-mêmes affirment ces vérités dans leur matériel de références. Nous avons même vu ces gens sortis de WCG enlever des sections de textes bibliques pour faire dire au texte l’opposé de ce que dit actuellement la Bible (consulter aussi l’étude Le Calendrier et la Lune : Ajournements ou Festivals ? (195)).

 

Il y a un ancien proverbe qui dit : si on souhaite être dogmatique, on a une obligation d'être correct. CCG peut prouver, à partir des écrits du système du Temple et les écrits de l'Église, que nous observons le même calendrier qui était en usage au Temple et lequel a été utilisé à travers les âges. Seulement un ou deux petits groupes peuvent faire la même affirmation. Certains sont des groupes basés sur une seule doctrine et ils échouent au sujet du calendrier parce qu'ils n'ont rien d'autre de correct non plus. Le reste utilise soit le calendrier insensé Hillel soit quelques individus utilisent actuellement des variations de l'erreur samaritaine basée sur un manque de compréhension de la conjonction et du calendrier du Temple, en observant le croissant alors que les Samaritains utilisent la conjonction, comme le faisait le système du Temple. Aucun autre groupe n'a utilisé ce calendrier durant l'histoire du Temple ou des Églises de Dieu. Ils ne connaissent pas suffisamment l'histoire pour comprendre la nature isolée de leur erreur. La vérité est qu’Herbert Armstrong n'aurait jamais toléré le calendrier samaritain ou un autre faux système basé sur ce dernier. Si Armstrong avait compris le problème, le calendrier du Temple original aurait pu lui être montré et il aurait corrigé ses erreurs, mais il était trop fainéant pour faire cette étude et ses ministres étaient trop faibles pour étudier la question en profondeur afin de lui expliquer. En fait, ils ont adopté le calendrier, mais ont rejeté la Pentecôte de Hillel et ont affirmé que les Juifs n’avaient pas la bonne date pour la Pâque, bien que Christ ait déclaré que le Temple était la Maison de son Père et qu’il a été tué en tant que l'Agneau de la Pâque au moment exact où le premier agneau était tué - à la Neuvième heure le 14 Abib. La logique semble les dépasser, à savoir que si Christ n'a pas été tué au moment de la Pâque, il ne peut pas avoir été le sacrifice de la Pâque par définition (consulter les études Le Calendrier de Dieu (No. 156) et La Pâque (No. 98)).

 

Le calendrier samaritain existait quand Christ était vivant, mais il ne l'a pas observé bien qu'il ait été accusé d'être un Samaritain par quelques Pharisiens. Ses déclarations à la femme au puits montrent qu'il n'était pas de leurs avis. Il observait les Fêtes selon le calendrier de Jérusalem comme nous savons à partir des Évangiles. Nous savons aussi qu'il observait les Nouvelles Lunes, puisqu’il n'y a jamais eu de suggestion qu'il n’ait pas observé les Nouvelles Lunes. S'il ne les avait pas observées, les autorités du Temple l'auraient châtié publiquement pour cette infraction et il aurait été forcé d’en rendre compte. Le Sanhédrin n'aurait, à aucun moment, toléré de commerce durant les Sabbats et les Nouvelles Lunes et ce, jusqu'à la destruction du Temple en 70 EC et après la cessation du sacrifice quotidien. L'Église n'a pas observé le calendrier samaritain comme les disputes Quartodécimanes l'exposent (consulter l’étude Les Disputes Quartodécimanes (No. 277)). Le fait que les sacrifices ont été abolis ne signifiait pas que l'Église n'a pas maintenu la structure du calendrier intacte.

 

La Loi et le Témoignage

 

Il est correct que Lévitique 23 traite des Sabbats, des Fêtes et aussi de l'Offrande de la Gerbe Agitée qui doit être observée le dimanche durant la fête des Pains Sans Levain. Ceux qui observent les Lois de Dieu doivent observer l’Offrande de la Gerbe Agitée aussi.

 

La seule liste complète des Sabbats et des Festivals et de leurs offrandes dans le Pentateuque est trouvée dans Nombres 28 et 29. Nous lisons dans Nombres 28 :

 

1 L’Éternel parla à Moïse, et dit : 2 Donne cet ordre aux enfants d’Israël, et dis-leur : Vous aurez soin de me présenter, au temps fixé, mon offrande, l’aliment de mes sacrifices consumés par le feu, et qui me sont d’une agréable odeur. 3 Tu leur diras : Voici le sacrifice consumé par le feu que vous offrirez à l’Éternel : chaque jour, deux agneaux d’un an sans défaut, comme holocauste perpétuel. 4 Tu offriras l’un des agneaux le matin, et l’autre agneau entre les deux soirs, 5 et, pour l’offrande, un dixième d’épha de fleur de farine pétrie dans un quart de hin d’huile d’olives concassées. 6 C’est l’holocauste perpétuel, qui a été offert à la montagne de Sinaï ; c’est un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel. 7 La libation sera d’un quart de hin pour chaque agneau : c’est dans le lieu saint que tu feras la libation de vin à l’Éternel. 8 Tu offriras le second agneau entre les deux soirs, avec une offrande et une libation semblables à celles du matin ; c’est un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel. 9 Le jour du sabbat, vous offrirez deux agneaux d’un an sans défaut, et, pour l’offrande, deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l’huile, avec la libation. 10 C’est l’holocauste du sabbat, pour chaque sabbat, outre l’holocauste perpétuel et la libation. 11 Au commencement de vos mois, vous offrirez en holocauste à l’Éternel deux jeunes taureaux, un bélier, et sept agneaux d’un an sans défaut ; 12 et, comme offrande pour chaque taureau, trois dixièmes de fleur de farine pétrie à l’huile ; comme offrande pour le bélier, deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l’huile ; 13 comme offrande pour chaque agneau, un dixième de fleur de farine pétrie à l’huile. C’est un holocauste, un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel. 14 Les libations seront d’un demi-hin de vin pour un taureau, d’un tiers de hin pour un bélier, et d’un quart de hin pour un agneau. C’est l’holocauste du commencement du mois, pour chaque mois, pour tous les mois de l’année. 15 On offrira à l’Éternel un bouc, en sacrifice d’expiation, outre l’holocauste perpétuel et la libation. 16 Le premier mois, le quatorzième jour du mois, ce sera la Pâque de l’Éternel. 17 Le quinzième jour de ce mois sera un jour de fête. On mangera pendant sept jours des pains sans levain. 18 Le premier jour, il y aura une sainte convocation : vous ne ferez aucune œuvre servile. 19 Vous offrirez en holocauste à l’Éternel un sacrifice consumé par le feu : deux jeunes taureaux, un bélier, et sept agneaux d’un an sans défaut. 20 Vous y joindrez l’offrande de fleur de farine pétrie à l’huile, trois dixièmes pour un taureau, deux dixièmes pour un bélier, 21 et un dixième pour chacun des sept agneaux. 22 Vous offrirez un bouc en sacrifice d’expiation, afin de faire pour vous l’expiation. 23 Vous offrirez ces sacrifices, outre l’holocauste du matin, qui est un holocauste perpétuel. 24 Vous les offrirez chaque jour, pendant sept jours, comme l’aliment d’un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel. On les offrira, outre l’holocauste perpétuel et la libation. 25 Le septième jour, vous aurez une sainte convocation : vous ne ferez aucune œuvre servile. 26  Le jour des prémices, où vous présenterez à l’Éternel une offrande, à votre fête des semaines, vous aurez une sainte convocation : vous ne ferez aucune œuvre servile. 27 Vous offrirez en holocauste, d’une agréable odeur à l’Éternel, deux jeunes taureaux, un bélier, et sept agneaux d’un an. 28 Vous y joindrez l’offrande de fleur de farine pétrie à l’huile, trois dixièmes pour chaque taureau, deux dixièmes pour le bélier, 29 et un dixième pour chacun des sept agneaux. 30 Vous offrirez un bouc, afin de faire pour vous l’expiation. 31 Vous offrirez ces sacrifices, outre l’holocauste perpétuel et l’offrande. Vous aurez des agneaux sans défaut, et vous joindrez les libations.

 

L'emphase a été ajoutée à l’énumération des offrandes, qui sont exigées les jours des Nouvelles Lunes, étant donné qu’elles forment le tiers des festivals. La Première offrande, soit l’offrande Quotidienne est faite dans le Temple et commence au lever du soleil et se termine à 09h00 et l’offrande du Soir commence à la Neuvième heure et se termine à la Onzième heure (consulter l'étude Les Psaumes d'Adoration dans le Temple (No. 87))

 

Nombres 29:1-6 spécifie aussi les offrandes le jour de la Nouvelle Lune du Septième mois et le retentissement des trompettes. Les Juifs prétendent que ceci est actuellement le Nouvel An qu'ils nomment Rosh Chodesh à partir du festival qui a été introduit au troisième siècle EC.

 

2Rois 4:23 montre que les Nouvelles Lunes étaient des jours d'adoration publique et de consultation des prophètes. 1Samuel 20:5 montre qu’elles étaient des jours connus d’avance et qu’elles étaient utilisées en tant que jours saints et de sacrifices, en famille. Ainsi, ils ne dépendaient pas sur l'observation, mais plutôt sur le calcul de la conjonction, comme nous le voyons ci-dessous de Philon. Il y a toutefois un simple système en usage parmi la tribu Lemba sur le Limpopo au Zimbabwe. Ils sont des Juifs ADN-Y qui ont marié des femmes d’ADNmt L1 et L2. Leur clan Buba est constitué de Lévites et de Sacrificateurs testés avec l’ADN-Y de l’Haplogroupe Cohen Modal (CMH). Ils utilisent une simple méthode d’eau dans un plat pour calculer la Nouvelle Lune à la conjonction trois jours d’avance. Ainsi, ils ont une connaissance précise peu importe où ils se trouvent et ils ont utilisé cette méthode depuis la chute du Temple lorsqu’ils ont été chassés dans la Diaspora.

 

Tel que déclaré ci-dessus, l'Église ne sacrifiait pas puisque cela a été accompli en Christ mais ils observaient le calendrier en entier.

 

Philon explique ces éléments du Quatrième Commandement dans les Lois Spéciales, comme nous le verrons ci-dessous. Il inclut l’Offrande de la Gerbe Agitée comme étant l’un des éléments du Quatrième Commandement bien qu’elle ne soit pas présente ici étant donné qu’elle n'est pas un Festival ou un Sabbat de repos du Seigneur.

 

L'explication des responsabilités du Prince et de la Taxe du Prince est trouvée dans Ézéchiel, au Chapitre 45.

 

1 Lorsque vous partagerez le pays en héritage par le sort, vous prélèverez comme une sainte offrande pour l’Éternel une portion du pays, longue de vingt-cinq mille cannes et large de dix mille ; elle sera sainte dans toute son étendue. 2 De cette portion vous prendrez pour le sanctuaire cinq cents cannes sur cinq cents en carré, et cinquante coudées pour un espace libre tout autour. 3 Sur cette étendue de vingt-cinq mille cannes en longueur et dix mille en largeur, tu mesureras un emplacement pour le sanctuaire, pour le lieu très saint. 4 C’est la portion sainte du pays ; elle appartiendra aux sacrificateurs qui font le service du sanctuaire, qui s’approchent de l’Éternel pour le servir ; c’est là que seront leurs maisons, et ce sera un sanctuaire pour le sanctuaire. 5 Vingt-cinq mille cannes en longueur et dix mille en largeur formeront la propriété des Lévites, serviteurs de la maison, avec vingt chambres. 6 Comme propriété de la ville vous destinerez cinq mille cannes en largeur et vingt-cinq mille en longueur, parallèlement à la portion sainte prélevée ; ce sera pour toute la maison d’Israël. 7 Pour le prince vous réserverez un espace aux deux côtés de la portion sainte et de la propriété de la ville, le long de la portion sainte et le long de la propriété de la ville, du côté de l’occident vers l’occident et du côté de l’orient vers l’orient, sur une longueur parallèle à l’une des parts, depuis la limite de l’occident jusqu’à la limite de l’orient. 8 Ce sera sa terre, sa propriété en Israël ; et mes princes n’opprimeront plus mon peuple, mais ils laisseront le pays à la maison d’Israël, selon ses tribus. 9 Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Assez, princes d’Israël ! cessez la violence et les rapines, pratiquez la droiture et la justice, délivrez mon peuple de vos exactions, dit le Seigneur, l’Éternel. 10 Ayez des balances justes, un épha juste, et un bath juste. 11 L’épha et le bath auront la même mesure : le bath contiendra la dixième partie d’un homer, et l’épha la dixième partie d’un homer ; leur mesure sera réglée d’après le homer. 12 Le sicle sera de vingt guéras. La mine aura chez vous vingt sicles, vingt-cinq sicles, quinze sicles. 13 Voici l’offrande que vous prélèverez ; la sixième partie d’un épha sur un homer de froment, et la sixième partie d’un épha sur un homer d’orge. 14 Ce que vous devrez pour l’huile, pour un bath d’huile, sera la dixième partie d’un bath sur un cor, qui est égal à un homer de dix baths, car dix baths font un homer. 15 Une brebis sur un troupeau de deux cents dans les gras pâturages d’Israël sera donnée pour l’offrande, l’holocauste et le sacrifice d’actions de grâces, afin de servir de victime expiatoire, dit le Seigneur, l’Éternel. 16 Tout le peuple du pays devra prélever cette offrande pour le prince d’Israël. 17 Le prince sera chargé des holocaustes, des offrandes et des libations, aux fêtes, aux nouvelles lunes, aux sabbats, à toutes les solennités de la maison d’Israël ; il offrira le sacrifice expiatoire, l’offrande, l’holocauste, et le sacrifice d’actions de grâces, en expiation pour la maison d’Israël. 18 Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Le premier jour du premier mois, tu prendras un jeune taureau sans défaut, et tu feras l’expiation du sanctuaire. 19 Le sacrificateur prendra du sang de la victime expiatoire, et il en mettra sur les poteaux de la maison, sur les quatre angles de l’encadrement de l’autel, et sur les poteaux de la porte du parvis intérieur. 20 Tu feras de même le septième jour du mois, pour ceux qui pèchent involontairement ou par imprudence ; vous purifierez ainsi la maison. 21 Le quatorzième jour du premier mois, vous aurez la Pâque. La fête durera sept jours ; on mangera des pains sans levain. 22 Le prince offrira ce jour-là, pour lui et pour tout le peuple du pays, un taureau en sacrifice d’expiation. 23 Pendant les sept jours de la fête, il offrira en holocauste à l’Éternel sept taureaux et sept béliers sans défaut, chacun des sept jours, et un bouc en sacrifice d’expiation, chaque jour. 24 Il y joindra l’offrande d’un épha pour chaque taureau et d’un épha pour chaque bélier, avec un hin d’huile par épha. 25 Le quinzième jour du septième mois, à la fête, il offrira pendant sept jours les mêmes sacrifices d’expiation, les mêmes holocaustes, et la même offrande avec l’huile.

 

Remarquez que les Nouvelles Lunes sont déclarées comme étant une des ‘fêtes établies de la Maison d'Israël’. L'expression est une combinaison du mot SHD 3605 (kowl) signifiant tout et chacun et 4150 (mow’ed) signifiant les assemblées ou les festivals établis. Ils sont établis par Dieu, non pas par Ézéchiel. Aussi, la nourriture doit être fournie par le Prince et cuite pour le peuple présent à ces Fêtes. Remarquez aussi que le sanctuaire doit être purifié à partir de la Nouvelle Lune d'Abib jusqu’au Septième jour d'Abib et la séquence est expliquée. Elle est exposée dans la Torah, mais expliquée ici. Ces activités étaient complétées à chaque restauration et elles étaient réalisées tant que le Temple était en opération.

 

L'Utilisation des Prophètes par Dieu

 

Dieu utilise les prophètes pour expliquer les responsabilités dans l’application de la Loi. Les Nouvelles Lunes font partie du système des festivals par lequel Dieu exige que de la nourriture soit cuite et fournie les jours des Sabbats, des Nouvelles Lunes et des Fêtes et ce, pour nourrir le peuple, tel que détaillé dans Ézéchiel 45. Lorsqu’une responsabilité n'est pas accomplie, alors Dieu réprimande Israël par l’entremise de Ses serviteurs les prophètes. On aurait pensé que cela était évident aux yeux d’un apprenti, mais cela ne l’a pas été pour les ministres formés par Armstrong, semble-t-il. La réalité semble être qu'ils ne le comprennent pas parce qu'ils ne veulent pas le comprendre.

 

Ésaïe 1:10-20

10 Écoutez la parole de l’Éternel, chefs de Sodome ! Prête l’oreille à la loi de notre Dieu, peuple de Gomorrhe ! 11 Qu’ai-je affaire de la multitude de vos sacrifices ? dit l’Éternel. Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des veaux ; je ne prends point plaisir au sang des taureaux, des brebis et des boucs. 12 Quand vous venez vous présenter devant moi, qui vous demande de souiller mes parvis ? 13 Cessez d’apporter de vaines offrandes : J’ai en horreur l’encens, les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées ; je ne puis voir le crime s’associer aux solennités. 14 Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes ; elles me sont à charge ; je suis las de les supporter. 15 Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux ; quand vous multipliez les prières, je n’écoute pas : Vos mains sont pleines de sang. 16 Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de devant mes yeux la méchanceté de vos actions ; cessez de faire le mal. 17 Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, protégez l’opprimé ; faites droit à l’orphelin, défendez la veuve. 18 Venez et plaidons ! dit l’Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; s’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. 19 Si vous avez de la bonne volonté et si vous êtes dociles, vous mangerez les meilleures productions du pays ; 20 mais si vous résistez et si vous êtes rebelles, vous serez dévorés par le glaive, car la bouche de l’Éternel a parlé. (LSG)

 

La Vulgate, selon la version Fillion de 1904 se lit comme suit :

 

10 Écoutez la parole du Seigneur, princes de Sodome ; prêtez l’oreille à la loi de notre Dieu, peuple de Gomorrhe. 11 Qu’ai-Je affaire de la multitude de vos victimes ? dit le Seigneur. J’en suis rassasié. Je ne veux ni des holocaustes de béliers, ni de la graisse des troupeaux, ni du sang des veaux, des agneaux et des boucs. 12 Lorsque vous veniez devant Moi pour vous promener dans Mes parvis, qui a demandé ces offrandes à vos mains ? 13 Ne M’offrez plus de vain sacrifice ; l’encens M’est en abomination. Je ne puis souffrir les néoménies, les sabbats et les autres fêtes ; l’iniquité règne dans vos assemblées. 14 Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes ; elles Me sont devenues à charge, Je suis las de les supporter. 15 Lorsque vous étendrez vos mains, Je détournerai Mes yeux de vous ; et lorsque vous multiplierez les prières, Je n’écouterai point, parce que vos mains sont pleines de sang. 16 Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de devant Mes yeux la malice de vos pensées, cessez de faire le mal, 17 apprenez à faire le bien, recherchez la justice, assistez l’opprimé, faites droit à l’orphelin, défendez la veuve. 18 Et venez et attaquez-Moi, dit le Seigneur ; et si vos péchés sont comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige ; et s’ils sont rouges comme le vermillon, ils seront blancs comme la laine. 19 Si vous voulez et si vous M’écoutez, vous mangerez les biens de la terre. 20 Que si vous ne voulez pas, et si vous provoquez Ma colère, l’épée vous dévorera, car c’est la bouche du Seigneur qui a parlé. (FILLION)

 

Remarquez que la Vulgate fait référence à la nouvelle lune [néoménie], aux Sabbats et aux autres festivals. Il n'y a aucun doute, dans cette structure, que la Nouvelle Lune est un Festival et le problème est les péchés d'Israël pendant ces Fêtes. Prenez note qu'Ésaïe cite la Loi de Dieu tel qu’il le déclare dans 1:10. Cela est traduit comme étant l'Enseignement de notre Dieu dans la version RSV, mais dans la plupart des textes, cela est traduit par la Loi de notre Dieu et le Texte Massorétique ainsi que la Septante (LXX) (SHD 8451 : la Torah ; LXX : nomon Theou). Knox le traduit comme : Voici un commandement de notre Dieu. Qui, à l’exception d’un imbécile,  affirmerait que Dieu n'a pas proclamé des commandements continus par l’entremise de Ses serviteurs les prophètes, autrement que par Moïse ou Christ ?

 

Knox traduit 13b-18 comme étant : Assez des Nouvelles Lunes et des Sabbats, des assemblées pressées où seulement des pécheurs se réunissent. Le nouveau mois commence, le jour de la fête arrive, ô qu’il rassasie l'appétit ! Ces tâches haïssables, je ne peux plus les supporter. Étendez vos mains aussi longtemps que vous le voudrez, vous ne recevrez aucune attention de ma part ; multipliez les prières, je n'écouterai point ; ces mains ne sont-elles pas souillées de sang ? (Traduction libre de la version anglaise Knox)

 

Au cas où il y aurait un doute quant au texte hébreu, voyons ce que dit la Septante (LXX) :

 

10 Écoutez la parole de l’Éternel, chefs de Sodome ! Prête l’oreille à la loi de Dieu, peuple de Gomorrhe ! 11 Qu’ai-je affaire de la multitude de vos sacrifices ? dit l’Éternel. Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des agneaux ; je ne prends point plaisir au sang des taureaux et des boucs. 12 Vous ne viendrez plus vous présenter devant moi ; qui vous exige ces choses-là ? 13 Lorsque vous m’apportez de la fleur de farine… Vanité ! L’encens m’est une abomination ; les nouvelles lunes, les sabbats et le grand jour, je ne puis pas supporter ; 14 vos jeûnes, vos repos de travail ainsi que vos nouvelles lunes et vos fêtes, mon âme hait ; vous m’êtes devenus abominables ; je ne pardonnerai plus désormais vos péchés. 15 Quand vous étendrez vos mains, je détournerai de vous mes yeux et quand vous multipliez les prières, je ne les entendrai point : Car vos mains sont pleines de sang. 16 Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de devant mes yeux vos iniquités de vos âmes ; cessez de faire vos iniquités. 17 Apprenez à faire le bien, recherchez avec persévérance la justice, délivrez l’opprimé ; faites droit à l’orphelin, accordez justice à la veuve. 18 Venez et plaidons ! dit l’Éternel. Quoique vos péchés soient comme le cramoisi, je les laverai pour qu’ils deviennent blancs comme la neige ; et bien qu’ils soient rouges comme la pourpre, je les laverai pour qu’ils deviennent blancs comme la laine. 19 Et si vous avez de la bonne volonté et si vous m’êtes dociles, vous mangerez les meilleures productions du pays ; 20 mais si vous résistez et si vous m’êtes rebelles, vous serez dévorés par le glaive : Car la bouche de l’Éternel a parlé.” (Traduction libre de la Septante à partir de la version anglaise Brenton)

 

Le terme repos du travail est associé aux Nouvelles Lunes et aux Fêtes. Le jeûne, même au Jour des Expiations, est condamné à cause des péchés associés au peuple.

 

Comment Dieu peut-Il être plus clair dans ce qu’Il dit afin que les gens arrivent à comprendre ce qu'Il exige en ces jours de Sabbats, de Nouvelles Lunes et des autres Festivals ? Il n'y a personne aussi aveugle que ceux qui ne verront pas cela. Juda est arrivé à observer les Nouvelles Lunes et les Sabbats en tant que jours d'assemblée solennelle et le Souverain Sacrificateur se revêtait de ses habits durant ces deux fêtes. Le problème est que l'Église de Dieu au vingtième siècle était aveugle et désobéissante et était menée par des ministres prédateurs. Nous avons même vu des individus agir en tant que ministres de Dieu qui ouvraient les portes de leurs entreprises pour des activités commerciales pendant le Sabbat, les Nouvelles Lunes et les Jours Saints des Fêtes. Ils emploient d'autres personnes pour faire leur travail et permettent d’étendre la farce en rendant impossible l’embauche par leurs entreprises de personnes observant le Sabbat. Incroyable, mais vrai ! C'est un péché d'une nature semblable à cette forme de désobéissance dont parle Dieu dans Ésaïe.

 

Aucune rationalisation ou rhétorique n'enlèvera les péchés de tels gens. Ils ne peuvent que se repentir, cesser de pécher et observer les Lois de Dieu, ce qui inclut l’observance des Nouvelles Lunes, des Sabbats et des Festivals.

 

La structure de l'attaque sur le Calendrier de Dieu a d'abord commencé par l'introduction du culte du dimanche, dans l'Église à Rome à partir de 111 EC, côte à côte avec le Sabbat, qui est la seule manière que cela aurait pu être faufilé. Les prétentions de Rome qu’ils avaient le droit de le faire sont affirmées contre les Protestants dans l'article en question (consulter l'étude Le Défi de Rome : Pourquoi les Protestants observent-ils dimanche ? (No. 249)). Aucun érudit ne mettrait sérieusement en doute ce fait. L'Église Romaine sous Anicet, en 154 EC, a ensuite attaqué la Pâque et a introduit Pâques/Easter. L'évêque Victor a rendu le festival obligatoire en 192 EC et a ainsi causé un grand schisme dans l'Église (consulter l'étude Les Disputes Quartodécimanes No. 277)).

 

Les sections au chapitre 1 d'Ésaïe, comme nous voyons ci-dessus, ont été utilisées dans les écritures des derniers Pères d’avant Nicée, ainsi que par les Pères Nicéens et Post-Nicéens pour supprimer les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes afin d’introduire leurs propres fêtes. Le fait d’affirmer que ce fait est sans pertinence révèle une ignorance complète de l'histoire du développement du faux calendrier dans le Christianisme.

 

Tel que déclaré précédemment : Une lecture attentive des textes montre que les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes sont en fait observés dans l'iniquité et que Dieu déteste la manière qu’ils sont observés, non pas le fait qu'ils sont observés. Dieu dit qu'Il ne peut pas supporter l'iniquité et l'assemblée solennelle. Ce n'est pas qu'Il déteste l'assemblée solennelle - qu'Il a Lui-même commandé d’être observée - mais plutôt l'iniquité dans laquelle elle était observée. C'est pourquoi le Judaïsme n’est pas autorisé à observer le ‘vrai’ calendrier (consulter l’étude L'Altération du Calendrier de Dieu en Juda (No. 195B)). L’exposition ci-haut a démontré ce point suffisamment que même un idiot pourrait le comprendre.

 

Dieu dit exactement ce qui a été soutenu, à savoir que les Sabbats, y compris les Nouvelles Lunes et les Fêtes, étaient observés dans l'iniquité. Soutenir autre chose est une manipulation du texte. Il dit clairement que leurs mains étaient pleines de sang et qu’ils étaient iniques. Il leur dit : Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de devant mes yeux la méchanceté de vos actions ; cessez de faire le mal. Comment Dieu peut-il être plus clair pour que ces gens-là comprennent le message ? Même si le texte lavez-vous est affirmé comme se référant au baptême de Christ, il impose toujours l’application des trois systèmes sur les serviteurs de Dieu et surtout l'Église, si tel est le cas. Personne dans les Églises de Dieu ne croit que ce texte supprime les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes. Les arguments pour ignorer les Nouvelles Lunes ne peuvent être basés sur ce passage biblique. Essayer de traiter du sujet comme étant une attaque future sur le calendrier Hillel et de faire une revendication quant aux Nouvelles Lunes montre une ignorance complète du calendrier du Temple.

 

Les ministres des Églises de Dieu formés au vingtième siècle, en règle générale, démontrent une ignorance complète du rôle des Nouvelles Lunes dans l’ancien calendrier du Temple, comme nous avons démontré ci-dessus. Le peuple de Juda a observé les Nouvelles Lunes en tant que jours de Sabbats durant toute l’existence du Temple, jusqu'à ce que le système soit détruit et que les sacrifices aient cessés. Cela inclut Christ et l'Église. Le Souverain Sacrificateur se revêtait de ses habits pendant ces jours de Nouvelles Lunes et de Sabbats et la Torah était lue les jours des Nouvelles Lunes. Schürer traite de ces aspects dans son ouvrage, The History of the Jewish People in the Age of Jesus Christ (Vol. II, pp. 276, 308 et 454).  

 

Amos 8:5 montre qu’il n’y avait aucun commerce permis durant les Sabbats et les Nouvelles Lunes.

Amos 8:4-5 Écoutez ceci, vous qui dévorez l'indigent, et qui ruinez les malheureux du pays ! 5 Vous dites : Quand la nouvelle lune sera-t-elle passée, afin que nous vendions du blé ? Quand finira le sabbat, afin que nous ouvrions les greniers ? Nous diminuerons l'épha, nous augmenterons le prix, nous falsifierons les balances pour tromper;

 

Philon nous donne tous les dix éléments des Sabbats dans son exposition sur les Lois Spéciales. Ceux qui attaquent les Nouvelles Lunes ne les ont évidemment pas lus ou n'ont pas compris leur signification. L'indolence peut être excusée mais on doit avoir pitié pour la stupidité. Les citations des arguments avancés par des gens prétendant être des ministres de Dieu exemplaires peuvent à peine être un argument spécieux par définition et par son usage en logique. Ils sont réellement des arguments de personnes justifiant leur infraction des Lois de Dieu.

 

Les Nouvelles Lunes et les Fêtes sont aussi enregistrées telles qu’exigées dans Nombres 10:10 et dans un certain nombre d'autres textes. Lévitique 23 exige aussi que la Gerbe Agitée soit observée, ce qui a été fait par CCG depuis son commencement, tout comme les Nouvelles Lunes ont été observées. À partir de l'étude Les Nouvelles Lunes (No. 125) nous lisons :

 

Il n'y a aucun doute que la Nouvelle Lune était, anciennement, au moins aussi importante que le Sabbat.

 

Le festival de la Nouvelle Lune était anciennement au moins au même niveau que le Sabbat (Prolegomena to the History of Israel de J. Wellhausen, 1885, p. 113).

 

La Nouvelle Lune était certainement un temps saint et elle était, si nous devions croire certains érudits modernes, célébrée le jour après avoir aperçu la Nouvelle Lune. C'est une conjecture basée sur la propagande rabbinique postérieure. Ce n'était pas fait de cette façon. [L’observation n’a jamais été utilisée en Israël avant la chute du Temple et à partir de Jamnia afin de permettre les ajournements sur une base ad hoc.]  Ce nouveau départ était marqué par des sacrifices spéciaux (Nombres 28:11-15) sur lesquels les trompettes étaient sonnées (Nombres 10:10 ; Psaume 81:3). Aucun travail normal n'était fait.

 

Le Nouvel An, à la Nouvelle Lune du Premier mois, Abib, avait une signification spéciale (Psaume 81:3-5 ; cf. La Lune et le Nouvel An (No. 213)). La Nouvelle Lune du Septième mois était aussi particulièrement sanctifiée (Lév. 23:24-25 ; Nombres 29:1-6).

 

2Rois 4:23 suggère que la Nouvelle Lune et le Sabbat étaient considérés comme donnant l'occasion de consulter les prophètes. Ézéchiel désigne la Nouvelle Lune comme un jour spécial d'adoration (Ézéchiel 46:1,3) (consulter les études Les Nouvelles Lunes (No. 125) et Le Calendrier de Dieu (No. 156)).

 

Il n'y a aucun érudit sérieux qui croit que les Nouvelles Lunes n'étaient pas observées en tant que Sabbats durant la Période du Temple. La preuve est accablante. Nous avons traité des commentaires de Philon  il y a quelques semaines.

 

Philon a déclaré dans son exposition des Lois Spéciales concernant le Quatrième Commandement qu'il y avait dix éléments ou festivals sous le Quatrième Commandement.

XI. (41) Maintenant, il y a dix festivals en nombre, comme la loi les y dépose.

Le premier est celui dont quiconque sera peut-être surpris d'entendre appeler un festival. Ce festival est chaque jour. [Les Sacrifices Quotidiens]

Le deuxième festival est le septième jour, que les Hébreux dans leur langue maternelle appellent le sabbat.

Le troisième est celui qui vient après la conjonction, qui arrive le jour de la nouvelle lune de chaque mois.

Le quatrième est celui de la Pâque, qui est appelé la Pâque.

Le cinquième est les premiers-fruits de l’orge --la gerbe sacrée. [Notez que la Gerbe Agitée est l'un des Dix festivals de la période du Temple.]

Le sixième est la fête des pains sans levain, après quoi cette fête est célébrée, ce qui est vraiment

Le septième jour des septièmes jours.

Le huitième est le festival de la lune sacrée, ou la fête des trompettes.

Le neuvième est le jeûne. [Jour des Expiations]

Le dixième est la fête des tabernacles, qui est le dernier de tous les festivals annuels, se terminant de manière à rendre le nombre parfait de dix. Nous devons maintenant commencer avec le premier festival.

[Remarquez que Philon combine ici le Dernier Grand Jour et la Fête des Tabernacles, totalisant Dix au lieu de Onze.]

 

Nous avions discuté au sujet de la période du Temple et l’observance des Nouvelles Lunes en réponse au Commentaire de UCG (Église Unie) : Les Chrétiens devraient-ils observer les Nouvelles Lunes ?

 

Les gens de CCG seront conscients que nous avons mis les ministres de l’église UCG (l’Église Unie de Dieu) au défi pour leur traitement du sujet des Nouvelles Lunes dans l’étude Commentaire sur le Document Doctrinal de UCG : Les Chrétiens devraient-ils Observer les Nouvelles Lunes ? (No. 124). La question au sujet de la position de Philon a été examinée dans cette étude et une citation a été utilisée à partir de l'œuvre de Colson. Le deuxième texte qui se référait aux Nouvelles Lunes n’a pas été utilisé parce qu'on  pensait que le point avait été démontré assez clairement. Cela semble maintenant inexact. Ce que nous trouvons maintenant, c’est que quelques personnes utilisent à tort un autre texte de Philon qui sera maintenant discuté et ajouté à la section de l'étude No. 124 qui concerne Philon et ce, afin de simplement démontrer au-delà de tout doute que les églises UCG, PCG (Église de Philadelphie de Dieu), LCG (Église Vivante de Dieu) et une foule d’autres ne sont pas seulement dans l’erreur mais aussi elles sont obstinément ignorantes et conduisent leurs membres dans l’iniquité.

 

Le texte dans le Commentaire déclare :

Nous savons par le témoignage de Philon que la conjonction était utilisée pour déterminer la Nouvelle Lune. La Bible fournit d'autres preuves à partir desquelles nous pouvons faire des inférences et des déductions. Philon dit :

C'est la Nouvelle Lune, ou le début du mois lunaire, à savoir la période entre une conjonction et la suivante, dont la longueur a été exactement calculée dans les écoles d'astronomie. (Judaeus, Philon, The Special Laws, II, XXVI, 140, Traité par F.H. Colson, Harvard University Press: Cambridge, MA, 1937.)

 

UCG cite Philon ici mais ne parvient pas à tirer les conclusions évidentes, ou à chercher d'autres preuves qui appuient ce qu'il a à dire ou comment cela influe sur le calendrier. Ils commencent par Maïmonide qui détermine le croissant comme la bonne position, puis reviennent en arrière plus de 1200 ans à Philon (écrivant à l'époque de la période du Temple d'Alexandrie), qui dit exactement le contraire de leur hypothèse concernant Maïmonide.

 

Ainsi, les écoles d'astronomie sont reconnues pour être en existence à l’époque de Philon, qui est une autorité irréprochable sur le Judaïsme jusqu’à l'époque chrétienne. Les anciens calculaient la longueur du mois très exactement. Les conjonctions sont calculées dans les écoles d'astronomie et il n’y a aucune nécessité d’avoir des témoins dans l'observation. UCG est forcée de reconnaître Philon dans le présent document, mais seulement après avoir établi cette fausse position avec Maïmonide, afin qu'ils puissent maintenir leur position erronée. Ils auraient pu, et auraient dû, commencer avec Philon et établir qu'il n'y avait pas un tel système. Donc les gens dans UCG se sont déjà contredits dans leur propre document dans leurs deux premières références. Ces écoles d'astronomie étaient évidemment extrêmement importantes.

 

Philon montre que le calendrier du Temple était basé sur la conjonction et non sur l'observation. Cependant, le commentaire est laissé en suspens en quelque sorte. Aucune mention n'est faite du texte de Flavius ​​Josèphe (Josephus), qui montre que les Nouvelles Lunes ont été observées pendant la période du Temple. Josephus, dans ses Guerres des Juifs, montre que cela était considéré par le sacerdoce au même niveau avec le Sabbat, et le Souverain Sacrificateur s’habillait et officiait dans le Temple à la fois au jour du Sabbat et à la Nouvelle Lune, ainsi qu’aux jours de Fête (G.J., 5:5:7). La Nouvelle Lune était donc traitée au même niveau que le jour du Sabbat et les Jours Saints de la Fête. UCG aurait pu et aurait dû citer cette référence aussi bien, et qui aurait justifié ce que Philon disait au premier siècle. Donc, nous avons un témoin dans le premier siècle qui était vivant au moment du Temple, et deux témoins qui ont vu le Temple (et l’ont vu détruit) et savaient quel était son système. Deux témoins juifs à la fin de la période du Temple ont écrit sur ​​le Calendrier et ont établi que les Nouvelles Lunes étaient déterminés par la conjonction par les écoles d'astronomie, et qu’elles étaient utilisées comme un jour d’adoration dans lequel le Souverain Sacrificateur se vêtait formellement. Comme mentionné précédemment, il faisait cela uniquement aux ​​Sabbats, aux Nouvelles Lunes et aux Fêtes.”

 

En plus de cette citation il y a un autre texte portant sur les Nouvelles Lunes et leur détermination qui traite de la date exacte de la Nouvelle Lune et qui est mal cité de manière à s’arranger pour commencer la Nouvelle Lune le jour après la conjonction. Une autre interprétation erronée débute le mois un jour avant la conjonction. Ces interprétations sont rendues impossibles si nous utilisons les deux citations de Philon.

 

En traitant des Fêtes sous le Quatrième Commandement, nous lisons que Philon a dit :

 

LES LOIS SPECIALES, II*

 

{**Titre de Yonge, Un Traité sur les Lois Spéciales, Qui Sont Soumises à Trois Articles du Décalogue, à savoir les Troisième, Quatrième et Cinquième ; Au sujet de l'Assermentation, et la Révérence Due à Leur Disposition ; À propos du Saint Sabbat ; À propos de l'Honneur à Accorder aux Parents.}....

La traduction de Yonge comprend un titre traité séparément sur ce point : Sur le Nombre Sept. Sa division suivante commence et se termine avec le chiffre romain I (= X dans Loeb). Le texte suit la numérotation de Loeb.

X. (39) Le commandement suivant est celui concernant le septième jour sacré, dans lequel est compris un nombre infini de la plupart des festivals importants. Par exemple, il y a la libération de ces hommes qui, par nature, étaient libres, mais qui, par une nécessité imprévue de l'époque, sont devenus esclaves, laquelle libération a lieu tous les sept ans. Là encore, il y a l'humanité de créanciers envers leurs débiteurs, étant donné qu’ils pardonnent à leurs compatriotes leurs dettes tous les sept ans. Aussi, il y a le repos donné à la terre fertile, que ce soit dans la campagne ou dans le pays montagneux, qui a également lieu tous les sept ans. En outre, il y a ces ordonnances, qui sont établies concernant la cinquantième année. Et de toutes ces choses, la narration dénudée (sans regarder d'autre signification intérieure et figurative) est suffisante pour entraîner ceux qui sont bien disposés à la vertu parfaite, et de faire même ceux qui sont obstinés et têtus dans leurs dispositions plus dociles et traitables. (40) Maintenant, nous avons déjà parlé assez longuement de la vertu du nombre sept, expliquant quelle nature il a en référence au nombre dix, et aussi quelle connexion il a à la dizaine elle-même, et aussi au nombre quatre, qui est le fondement et la source de la dizaine. Et maintenant, après avoir été mélangé dans un ordre régulier de l'unité, il, dans un ordre régulier, produit le nombre parfait vingt-huit ; étant multiplié selon une proportion égale régulière dans toutes ses parties, il rend enfin à la fois un cube et un carré. J'ai également montré comment il y a un nombre infini de beautés qui peuvent être extraites d'une contemplation attentive de celui-ci, sur laquelle nous n'avons pas à l'heure actuelle à se dilater. Mais nous devons examiner chacune des questions particulières qui sont devant nous comme étant comprises en celui-ci, en commençant par la première. La première question à examiner est celle des Festivals. [La traduction de Yonge inclut un titre traité séparé sur ce point : Pour Montrer que les Festivals sont au Nombre de Dix. Ce "traité" commence avec le chiffre romain I (XI dans Loeb), énumère chacun des dix festivals individuellement, et s'étend à travers Loeb numéro 214. Le texte suit la numérotation Loeb.]

XI. (41) Maintenant, il y a dix festivals en nombre, comme la loi les y dépose.

Le premier est celui dont quiconque sera peut-être surpris d'entendre appeler un festival. Ce festival est chaque jour.

Le deuxième festival est le septième jour, que les Hébreux dans leur langue maternelle appellent le sabbat.

Le troisième est celui qui vient après la conjonction, qui arrive le jour de la nouvelle lune de chaque mois.

Le quatrième est celui de la Pâque, qui est appelé la Pâque.

Le cinquième est les premiers-fruits de l’orge --la gerbe sacrée. [Notez que la Gerbe Agitée est l'un des Dix]

Le sixième est la fête des pains sans levain, après quoi cette fête est célébrée, ce qui est vraiment

Le septième jour des septièmes jours.

Le huitième est le festival de la lune sacrée, ou la fête des trompettes.

Le neuvième est le jeûne.

Le dixième est la fête des Tentes ou Tabernacles, qui est le dernier de tous les festivals annuels, se terminant de manière à rendre le nombre parfait de dix. Nous devons maintenant commencer avec le premier festival.

 

Nous remarquons ici que, dans l'introduction, en traitant de la troisième Fête, à savoir la Nouvelle Lune, Philon utilise le terme qui a été traduit après la conjonction et quelques autres l’ont traduit comme suivant dans le sens de “selon” ou “tel que déterminé par” la conjonction. Toutefois, il précise cette question en disant lequel se produit le jour de la Nouvelle Lune de chaque mois. Le texte est donc tout à fait clair que la Nouvelle Lune est le jour où la conjonction se produit. Dans les explications ultérieures, Philon continue ensuite de dire que le mois est d'une conjonction à l'autre telle que déterminée dans les écoles d'astronomie, comme cela a été cité ci-dessus.

 

Il ne peut donc y avoir aucune erreur. La Nouvelle Lune est le jour de la conjonction telle que déterminée par les écoles à partir de Jérusalem. Ajourner la Nouvelle Lune tel que cela est fait par le Judaïsme est d’ajourner tous les festivals et les rendre sans valeur. C’est tout simplement rejeter Dieu et Ses Lois. De la Nouvelle Lune dépendent toutes les fêtes subséquentes.

 

La traduction de Yonge manquait une partie de 140 et les textes de 142-144 (qui est fourni ici) et explique la synchronisation et la théologie derrière la Nouvelle Lune et pourquoi cela fonctionne selon la conjonction et pourquoi le jour de la Nouvelle Lune est le jour de la conjonction.

LE TROISIÈME FESTIVAL

XXVI. (140) Suivant l'ordre que nous avons adopté, nous procédons à discuter au sujet du troisième festival, celui de la nouvelle lune. Tout d'abord, étant donné que c'est le début du mois et le commencement, soit du nombre ou du temps, il est honorable. Deuxièmement, parce qu’à ce moment précis, il n'y a rien du tout dans le ciel qui est privé de lumière. (141) Troisièmement, parce qu'à cette période-là, le corps le plus puissant et le plus important donne une partie d'assistance nécessaire au corps moins important et plus faible; car au moment de la nouvelle lune, le soleil commence à illuminer la lune avec une lumière qui est visible aux sens extérieurs et ensuite, elle montre sa propre beauté aux observateurs. Et ceci, comme il le semble, est une leçon évidente de bonté et d'humanité envers les hommes, pour leur enseigner qu'ils ne devraient jamais ressentir de la rancune à accorder leurs propres bonnes choses à d'autres, mais plutôt, imitant les corps célestes, ils devraient éliminer l'envie et la bannir de l'Äme. {17} {Les sections 142-144 ont été omises dans la traduction de Yonge parce que l'édition sur laquelle Yonge a basé sa traduction, Mangey, manquait ce texte. Ces lignes ont été nouvellement traduites pour ce volume.} (142) la quatrième raison est que, de tous les corps dans le ciel, la lune traverse le zodiaque dans une période de temps la plus courte : elle accomplit son orbite dans un intervalle mensuel. Pour cette raison, la loi a honoré la fin de son orbite, le point où la lune est arrivée au point de commencement, duquel elle a commencé son voyage, en appelant ce jour une fête pour qu'elle puisse de nouveau nous enseigner une excellente leçon, à savoir, que dans les affaires de la vie, nous devrions nous efforcer à rendre les fins harmonieuses avec les commencements. Cela arrivera si nous gardons les rênes sur nos premières impulsions avec le pouvoir de la raison et si nous ne leur permettons pas de refuser les rênes et de courir libre, comme des animaux sans personne responsable du troupeau.

http://www.earlyjewishwritings.com/text/philo/book28.html (en anglais seulement)

Prenez note, comme nous l’avons dit ci-haut, que Yonge n'a pas le texte intégral de 140, comme l’a l’édition Colson, et n'a pas 142-144, qui semblent avoir été perdues ou enlevées pour obscurcir la nature exacte des Nouvelles Lunes. Cependant, la section précédente ci-dessus ne laisse aucun doute quant au moment précis où elles étaient célébrées et comment elles étaient déterminées. Ceux qui suivent le Calendrier Hillel et qui argumentent en faveur de son utilisation sont sans excuse et désobéissent à Dieu. Leurs services d’adorations sont comparables à des linges souillés.

 

La condamnation de Dieu était fondée sur l'iniquité. Les Juifs ont été déroutés à croire à un faux calendrier parce qu'ils ont rejeté Christ et parce qu’ils ne comprenaient pas la Nature de Dieu. La même règle semble s'appliquer aux Églises de Dieu. La même règle s'applique aux Dithéistes et aux Binitaires et aux Trinitaires. Aucune personne du système dithéiste d'Armstrong n'a jamais suivi le bon calendrier et de même pour les Juifs rabbiniques. La clef semble être dépendante de la compréhension de la Nature de Dieu. Les Juifs ont rejeté le Messie. Armstrong a inventé deux Dieux coégaux, coéternels, dont un a décidé de descendre sur Terre pour être le fils de l'autre – et les disciples d’Armstrong ont rédigé et donné des sermons sur ce blasphème. D'autres encore ont inventé un Dieu Binitaire qui s’est divisé en deux et une partie est morte sur la croix alors que l'élément père est resté au Ciel. Pas étonnant qu’ils n’arrivent pas comprendre le calendrier s’ils n’arrivent même pas à comprendre la Nature de Dieu.

 

Les faux arguments des ministres des diverses Églises de Dieu sont des problèmes sérieux mais sont des questions erronées à discuter. Leurs positions fausses sont de sérieuses erreurs qui doivent être corrigées. Quelques erreurs récentes n'ont aucun appui historique, comme nous avons observé ci-haut. Certaines de ces attaques sont si incohérentes qu'elles échoueraient même à un examen de philosophie d'introduction de première année.

 

L'explication de l’application des Lois de Dieu est contenue partout à travers les Saintes Écritures. La taxe de Téruma était observée dans la Loi et les textes et tous la payaient, mais elle n'a été entièrement claire au yeux de la postérité que lorsque Ézéchiel l'a expliquée correctement dans Ézéchiel 45 et a continué, en expliquant la Sanctification des Simples et des Gens Erronés, qui arrive durant le processus de Sanctification, inscrit dans la Torah (La Sanctification du Temple de Dieu (No. 241) et La Sanctification des Simples et des Gens Erronés (No. 291)).

 

Un des auteurs attaquant notre position fait une déclaration extraordinaire dans la section 5 de son étude :

Les lois que Dieu a données à Son peuple dans l'Ancien Testament ne sont PAS trouvées dans "les Prophètes", et elles ne sont PAS trouvées dans "les Écrits". TOUTES les lois que Dieu a données sont trouvées dans "la Loi". Toute personne qui trouve des "lois" additionnelles, soit dans les Prophètes, soit dans les Écrits, lesquelles ne sont pas d'abord enregistrées dans les livres de Moïse, tord la Parole de Dieu ! Les seules lois qui sont mentionnées dans les Prophètes et dans les Écrits sont des lois qui ont déjà été enregistrées auparavant dans "la loi de Moïse".

 

Un étudiant de la Bible débutant est habituellement évalué sur le fait que Christ, en citant les Psaumes, a dit devant le Souverain Sacrificateur : N’est-il pas écrit dans votre loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux... (Jean 10:34). Oserions-nous accuser Christ de blasphème en disant qu’il a tordu la parole de Dieu ? Une telle ignorance de la Loi et du Témoignage et du système du Temple ainsi que de son récit historique est simplement stupéfiante (Ésaïe 8:20).

 

Il vaut la peine de noter que Christ a observé les Nouvelles Lunes et les Sabbats et les Fêtes sous le bon calendrier et leur observance est commandée dans la Loi.

 

Le système sacrificiel était en place à partir d'Adam et pas seulement à partir de Moïse. Il a été accompli en Christ mais nous savons que toute chair qui est tuée dans le système millénaire à partir de Zacharie 14:16-21 sera sainte à l’Éternel (consulter aussi l'étude Le Végétarisme et la Bible (No. 183)).

 

Les propositions qui essayent de placer les Nouvelles Lunes avec les sacrifices plutôt qu’avec les Sabbats sont malhonnêtes dans leur argumentation, comme révèlent les listes de sacrifices. Il y avait plus de sacrifices commandés les jours des Nouvelles Lunes que des autres jours et ils sont inscrits et traités comme Festivals. 

 

Le même auteur qui a fait l'affirmation idiote ci-dessus a aussi fait l'affirmation risible que les Nouvelles Lunes ne seront pas les mêmes Nouvelles Lunes telles qu'elles le sont maintenant. Le mois prophétique était toujours de 30 jours et le temps prophétique, de 360 jours ; toutefois, l'année n'est clairement pas de cette durée. Une période de sept temps est, et a toujours été, de 2520 jours et un temps, des temps et la moitié d'un temps est 1260 jours, basés sur l'année prophétique d'un temps, mais personne dans son bon sens suggérerait que l'année réelle soit de cette longueur. Nous pourrons peut-être voir la lune précipitée hors de son orbite mais ce n'est pas important pour traiter de la question des Nouvelles Lunes. Ce faux-semblant que Dieu a dit que nous devons observer les Nouvelles Lunes et ensuite de dire nous ne sommes plus obligés aujourd’hui mais plus tard, nous devrons les observer mais elles seront des Nouvelles Lunes différentes est insensé. Mais ce raisonnement pervers et illogique est commun parmi ces ministres. Ces gens recourront à n'importe quel argument pour éviter d'observer les Lois de Dieu.

 

Comme cela a été dit ailleurs : Les ministres des diverses Églises de Dieu utilisent l'argument qu'Ésaïe 66:23 déclare effectivement que Dieu exige que toute chair vienne et se prosterne d'un Sabbat à un autre et d'une Nouvelle Lune à une autre, mais qu’ils ne sont pas obligés d’observer les Nouvelles Lunes aujourd’hui. Ils doivent seulement les observer quand Christ reviendra.

[Maintenant, ceci est l'argument écrit de la majorité des Églises de Dieu sur cette question.]

 

Ésaïe 66:19-24

19 Je mettrai un signe parmi elles, et j’enverrai leurs réchappés vers les nations, à Tarsis, à Pul et à Lud, qui tirent de l’arc, à Tubal et à Javan, aux îles lointaines, qui jamais n’ont entendu parler de moi, et qui n’ont pas vu ma gloire ; et ils publieront ma gloire parmi les nations. 20 Ils amèneront tous vos frères du milieu de toutes les nations, en offrande à l’Éternel, sur des chevaux, des chars et des litières, sur des mulets et des dromadaires, à ma montagne sainte, à Jérusalem, dit l’Éternel, comme les enfants d’Israël apportent leur offrande, dans un vase pur, à la maison de l’Éternel. 21 Et je prendrai aussi parmi eux des sacrificateurs, des Lévites, dit l’Éternel. 22 Car, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l’Éternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom. 23 À chaque nouvelle lune et à chaque sabbat, toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l’Éternel. 24 Et quand on sortira, on verra les cadavres des hommes qui se sont rebellés contre moi ; car leur ver ne mourra point, et leur feu ne s’éteindra point ; et ils seront pour toute chair un objet d’horreur. (LSG)

 

Cette opinion que l’observance de la Loi n’est pas obligatoire maintenant est essentiellement un argument Trinitaire et Catholique. Sûrement, on peut voir la logique que si les Nouvelles Lunes ne doivent pas être observées par l'Église aujourd’hui, mais qu’elles seront observées quand Christ reviendra, et qu’elles sont regroupées dans les mêmes textes, alors le même argument s'applique au Sabbat et donc le Sabbat ne doit pas être observé aujourd’hui. Dans ce cas, les Trinitaires seraient justifiés de ne pas observer le Sabbat aujourd’hui et donc, ils peuvent observer dimanche ou mardi ou n’importe quel autre jour qu’ils veulent et ce, jusqu'à ce que Christ revienne.  

 

Ainsi, ils sont aussi exemptés d’observer les Nouvelles Lunes et les Fêtes. Dieu n'est donc pas immuable, mais fait acception de personnes, vu qu’Il impose des standards différents sur l'humanité à travers les siècles. La logique est claire.

 

De la même manière, Zacharie 14:16-19 exige que les Fêtes soient observées durant le système millénaire, mais Dieu dit qu'Il déteste leur fête dans Ésaïe 1:10-16 ci-dessus. Par conséquent, les Fêtes ne doivent pas être observées aujourd’hui. C’est seulement lorsque Christ reviendra que ces choses devront être observées ; ainsi en est-il conclu.

 

 Zacharie 14:16-19

16 Tous ceux qui resteront de toutes les nations venues contre Jérusalem monteront chaque année pour se prosterner devant le roi, l’Éternel des armées, et pour célébrer la fête des tabernacles. 17 S’il y a des familles de la terre qui ne montent pas à Jérusalem pour se prosterner devant le roi, l’Éternel des armées, la pluie ne tombera pas sur elles. 18 Si la famille d’Égypte ne monte pas, si elle ne vient pas, la pluie ne tombera pas sur elle ; elle sera frappée de la plaie dont l’Éternel frappera les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des tabernacles. 19 Ce sera le châtiment de l’Égypte, le châtiment de toutes les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des tabernacles. (LSG)

 

Évidemment, à partir d'Ésaïe 66 et de Zacharie 14 ci-dessus, si les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes doivent être observés durant le Millénaire, sous peine de mort, et ne doivent pas être observés aujourd’hui pour les disciples de Christ, alors Dieu n'est pas immuable et Christ n'est pas le même hier, aujourd'hui et demain. Dieu fait ainsi acception de personnes. Cependant, nous savons que Dieu est immuable et que Christ est le même hier, aujourd'hui et demain (Mal. 3:6 ; Héb. 13:8). Par conséquent, le raisonnement en question est faux et attribue le péché à Dieu et est ainsi un blasphème.

 

Il s’en suit logiquement aussi que si les Lois de Dieu sont discrétionnaires, alors nous ne sommes pas obligés d’observer aucune d'elles jusqu’à ce que Christ revienne. Nous sommes ainsi libérés de la Loi et nous pouvons transgresser les Lois de Dieu impunément. Cependant, Jean a dit que la transgression de la Loi est le péché, en ce que le péché est la transgression de la Loi (1Jean 3:4). Ainsi, tout individu qui parle contre la Loi de Dieu et l’enseigne aux hommes ne peut pas être un serviteur de Dieu et de Christ et ne peut pas être un véritable membre du Corps de Christ et, il n'y a aucune lumière en lui (Ésaïe 8:20) (consulter aussi les études La Conférence d’Actes 15 (No. 069) ; Colossiens 2 :16-17 (No. 205) et L’Épître de Jacques (No. 279)).

 

Ainsi, aucun du Corps de Christ ne peut affirmer que les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Festivals ne doivent pas être observés et ce, observés dans un esprit de sainteté sur une base permanente.

 

Les Trinitaires soutiennent qu'ils avaient l'autorité de Jésus Christ de changer le Sabbat par le dimanche. Les Catholiques argumentent ainsi et les Protestants n'ont aucune défense contre l'affirmation. Sur le même fondement, ils argumentent contre l’observance des Nouvelles Lunes et des Fêtes. Mais les vraies Églises de Dieu n'ont jamais accepté et n'acceptent toujours aucun de leur argument. Notre peuple a été tué par milliers pour avoir observer les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Jours Saints et maintenant, les ministres sont les pires apologistes pour nos adversaires qui opposent le vrai calendrier du Temple et la compréhension du Seul Vrai Dieu (cf. The Sabbatarians in Transylvania, CCG Publishing, 1998). 

 

Le problème réel avec l'argument est que Christ a donné un exemple spécifique par lequel lui-même, les Apôtres et l'Église, ont observé tous les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes. Paul leur a dit qu'ils ne devaient laisser aucun homme les juger sur comment l'Église les observait. Il n'a pas dit de ne laisser aucun homme vous juger sur comment vous ne les observez pas ! Le groupement et la formulation du texte révèlent l'implication que l'Église les observe.

 

Colossiens 2:16 :

Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des [Jours de] Sabbats :

 

Christ a aussi déclaré que les Sabbats seraient en vigueur durant les Derniers Jours, durant les dernières tribulations lorsque Christ reviendrait. Christ a démontré ainsi qu'il s'attendait à ce que l'Église effectivement soit en train d’observer les Sabbats lorsqu’il reviendrait et que la structure entière du Quatrième Commandement était toujours valide  aussi bien que toute la Loi et les Prophètes.  

 

Matthieu 24:15-29

15 C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, -que celui qui lit fasse attention! - 16 alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ; 17 que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison ; 18 et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau. 19 Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! 20 Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. 21 Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. 22 Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. 23 Si quelqu’un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas. 24 Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. 25 Voici, je vous l’ai annoncé d’avance. 26 Si donc on vous dit : Voici, il est dans le désert, n’y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas. 27 Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. 28 En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. 29 Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. (emphase ajoutée). [Marc 13:17-18 omet la référence au Sabbat. Cependant, c'est clair dans Matthieu].

 

Il est très clair que Christ reviendra pendant cette grande détresse et le monde entier en sera conscient.  

 

Il est clair aussi qu’on s’attend à ce que l'Église observe les Sabbats à partir du temps de Christ jusqu'à son retour et ceux qui enseignent autrement sont sans excuse et seront appelés les plus petits dans le Royaume des Cieux. De la même manière, tout individu prétendant être un ministre de Dieu qui enseigne contre les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Jours Saints est condamné par Dieu, et les mêmes pénalités s'appliqueront. Dieu et Christ s'attendent à notre obéissance maintenant. Dieu a établi une vigne et l'a laissée à Ses vignerons. Ils Lui ont désobéi et quand il a envoyé son fils pour recevoir ce qui Lui appartenait, ils l'ont tué et ont commencé à abuser les uns des autres. On s’attend à ce que l'Église soit des serviteurs loyaux qui prennent soin de la vigne dans l’obéissance jusqu'à la toute fin. La vigne de l’Éternel des Armées est la Maison entière d'Israël et de Juda, Son plant chéri (Ésaïe 5:7). Nous, de l'Église de Dieu, sommes la vigne de l’Éternel des Armées, étant l'Israël spirituel.

 

La logique de l'argument est correcte, cependant un individu l'a analysé par partie, dans une tentative d'affirmer que la logique de l'argument est défectueuse. L'argument avancé que les ministres d'Armstrong utilisent Ésaïe 66:19-24 pour affirmer qu'il se réfère à l'avenir et non pas maintenant, est prouvé par les mêmes arguments récemment avancés. Les arguments sont et demeurent en force avec le même effet.

 

Si nous pouvons déduire que les Nouvelles Lunes ne doivent pas être observées maintenant malgré le texte d'Ésaïe 66, la compréhension et l'application du système du Temple et des Églises de Dieu précédentes par conséquent nous pouvons effectivement déduire un tel argument visant le Sabbat, parce qu'ils se trouvent tous dans la Loi et le Témoignage et étaient tous observés par Israël et ce, jusqu'à sa dispersion. Ils étaient observés par les Églises de Dieu à travers les siècles.

 

La preuve historique que les Nouvelles Lunes étaient des Festivals est aussi trouvée dans le Livre de Judith 8:4-7. Judith s’est retrouvée veuve et elle a jeûné au cours d’une période de 1260 jours (un temps, des temps et la moitié d'un temps) sauf les jours des Sabbats, des Nouvelles Lunes et tous les autres jours saints qui étaient observé en Israël (Knox). Ceci était avant la captivité assyrienne, bien que l'on ne connaisse pas le nom du roi dans l'histoire. Le texte est, toutefois, une preuve historique supplémentaire qu’Israël et Juda ont observé les Nouvelles Lunes en tant que Jours Saints à travers les périodes du premier et du second Temple. L'œuvre n'est pas inspirée mais est un récit historique de valeur. La Septante déclare qu'elle (Judith) ne jeûnait pas à partir de la veille du Sabbat et toute la journée durant le Sabbat et à partir de la veille de la Nouvelle Lune et durant toute la journée des Nouvelles Lunes, des Fêtes et des jours solennels de la Maison d'Israël (tr. Brenton).

 

Ces mêmes gens observaient les Nouvelles Lunes en tant que Sabbats quand ils ont traduit la LXX et l’Apocryphe au deuxième siècle AEC (Avant l’Ère Courante).

 

La place des Nouvelles Lunes dans le Plan de Dieu

 

Les Nouvelles Lunes occupent une place spécifique dans le Plan de Dieu et représentent les étapes pour atteindre le Salut.

 

  1. La Nouvelle Lune du Premier mois. Cette Nouvelle Lune est le Nouvel An et on nous dit de l'observer comme un jour de Fête solennelle et de commencer la sanctification du Temple à partir de ce jour. La sanctification mène jusqu'au point où la congrégation est sanctifiée et ensuite, par ses prières et la supplication, elle sanctifie ceux dans l’erreur le Septième jour du Premier mois. La sanctification de la congrégation est faite par la prière et le jeûne. Elle était faite ainsi à toutes les Restaurations bibliques. Le Dixième jour, l'agneau est mis à part pour la Pâque, ce qui a été accompli par Christ et qui représente son entrée triomphale à Jérusalem. À partir de la détermination correcte du Nouvel An, nous sommes alors capables de déterminer la Pâque et les Pains Sans Levain et l'Offrande de la Gerbe Agitée, à partir de laquelle nous commençons le Compte de l'Omer jusqu’à la Pentecôte. À moins que le Nouvel An ne soit déterminé correctement, selon la conjonction, alors tous les jours de Fête jusqu'à la Fête des Semaines sont incorrects. Ainsi, l'observation est rejetée parce que la conjonction n'est pas observable, en tant qu’un croissant.
  2. Les Nouvelles Lunes du Deuxième et Troisième mois sont à l’intérieur de la période des Cinquante Jours jusqu’à la Pentecôte, le premier exposé verbal de la Loi.
  3. Les Nouvelles Lunes de la Pentecôte ont vu la transmission verbale de la Loi à Moïse et Israël avant que commence le long processus de la structure écrite
  4. La Loi de Dieu est donnée, basée autour du Troisième, Quatrième, Cinquième et Sixième mois. Ces mois représentent les diverses ascensions de Moïse (consulter l'étude Les Ascensions de Moïse (No. 70)). L'octroi de la Loi et son développement est basé sur ces mois qui culminent au festival du Retentissement des Trompettes au jour de la Nouvelle Lune, qui est la conjonction du Septième mois.
  5. Les Festivals du Septième mois détaillent le retour du Messie et le développement de l'Église de Dieu durant la Restauration et le Millénaire.
  6. Les Nouvelles Lunes des Huitième, Neuvième, Dixième et Douzième mois dénotent l’épreuve, la restauration et la préparation individuelles pour chacun des élus appelés au repentir et préparés ensuite pour le baptême et la Pâque, en tant que séquence continue à travers chacun des âges (consulter aussi l’étude Le Commentaire sur Esther (No. 63)). Ces cinq mois sont le don de grâce par Dieu aux élus (consulter aussi Le Cantiques des Cantiques (No. 145)).
  7. Les Nouvelles Lunes incluent la structure des Festivals qui déterminent les Conseils des 72 et quiconque ne les observe pas ne peut comprendre le sens de la compilation des 144,000. C’est pourquoi les ministres d’Armstrong n’ont aucune compréhension de la structure de la Première Résurrection, de la place de la Grande Multitude ou de la place du Sacrifice Quotidien dans cette Première Résurrection. Recommande à l’Éternel tes œuvres et tes projets réussiront.” Ce n’est pas l’inverse (consulter les études La Résurrection des Morts (No. 143) ; Les Nouvelles Lunes d’Israël (No. 132) ; La Lune et le Nouvel An (No. 213) et  Les Récoltes de Dieu, les Sacrifices des Nouvelles Lunes et les 144,000 (No. 120)).

 

La séquence procède par des Fêtes Quotidiennes, Hebdomadaires, Mensuelles et Annuelles et des Années de Sabbat et des périodes de Jubilé. Chaque partie a son rôle à jouer dans le Plan de Salut. Chacune est un commandement de Dieu.

 

Ceux qui ne comprennent pas les Nouvelles Lunes ne les comprennent pas parce qu’ils ne comprennent pas l'ordre de la manière comment Dieu a donné la Loi à Moïse et comment la nation d'Israël a été traitée au Mont du Sinaï, au cours des six mois jusqu'à la Nouvelle Lune du Septième mois. Dieu a utilisé les Nouvelles Lunes pour révéler Ses Plans par l’entremise de Ses serviteurs les prophètes. Le Nouvel An de la Troisième Année du Cycle Sabbatique est utilisé comme une séquence de changement, conformément aux Lois de Dieu, qui permettent une telle utilisation de la Troisième année du cycle. Tous ces aspects sont tout simplement un grand point d’interrogation dans la compréhension des ministres des Églises de Dieu du vingtième siècle.

 

Les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Jours Saints sont placés dans cet ordre dans les Saintes Écritures par la parole de Dieu et sont les assemblées solennelles de Dieu et doivent être observés.

 

La Logique de la Question

 

Nous pourrions maintenant examiner l'argument d’une autre perspective, conformément aux règles de la Logique :

 

Axiome 1 : Dieu ne change pas et est immuable. Ses actes de pardon ne sont pas des changements et pour cette raison-là, les fils de Jacob ne sont pas consumés (Mal. 3:6).

 

Axiome 2 : Christ est le même hier, aujourd'hui et pour toujours (Héb. 13:8).

 

Hébreux 13:8 Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement.

 

Axiome 3 : Dieu est Omniscient (en ce qu'Il sait toutes vraies propositions). Il déclare la fin dès le commencement (Ésaïe 46:8-10). Lui seul est Dieu et nul n'est semblable à Lui. Le Dithéisme est ainsi impossible.

 

8 Souvenez-vous de ces choses, et soyez des hommes ! Pécheurs, rentrez en vous-mêmes ! 9 Souvenez-vous de ce qui s’est passé dès les temps anciens ; car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre, je suis Dieu, et nul n’est semblable à moi. 10 J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, et longtemps d’avance ce qui n’est pas encore accompli ; je dis : Mes arrêts subsisteront, et j’exécuterai toute ma volonté.

 

Axiome 4 : Dieu a donné Ses Lois et Ses instructions par Ses serviteurs, les Prophètes et la Bible enregistrent ces instructions.

 

Axiome 5 : Christ n'a pas changé la Loi, mais a accompli les sacrifices une fois pour toutes. La Loi de Dieu est en vigueur tout et aussi longtemps que le Ciel et la Terre subsistent, jusqu'à ce que TOUT soit accompli (Matt. 5:17-18). Il a cloué sur le pieu notre facture d'endettement (chierographon) sous la Loi (Col. 2:14). Nous observons la loi parfaite de liberté, étant écrite sur nos cœurs à travers l'Esprit Saint (cf. Jacques 1:25).

 

Prémisse 1 : À partir de l'Axiome 4, Dieu a donné un ensemble de Lois à Israël qu'ils devront observer les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes, tels qu’inscrits dans la Torah.

 

Prémisse 2 : À partir des écrits de la Bible, chaque Restauration d'Israël et de Juda a impliqué, et impliquera la Restauration des Sabbats, des Nouvelles Lunes et des Fêtes.

 

Conclusion 1 : Dieu exige que Son peuple observe les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes.

 

Maintenant les prémisses sont vraies et la logique est valable, par conséquent, la conclusion est vraie.

 

Prémisse 3 : Israël a été instruit à observer les Sabbats et les Nouvelles Lunes. Amos 8:5 le confirme comme étant vrai et châtie ceux qui veulent faire du commerce immédiatement après, affirmant ainsi qu’aucun commerce n’était fait durant ces deux jours.

 

Prémisse 4 : Nous avons l’autorité d’au moins deux témoins indépendants qu’Israël observait les Nouvelles Lunes (telles que déterminées par la conjonction) en tant que Sabbats et ne faisait aucun commerce durant les jours des Sabbats et des Nouvelles Lunes et ce, jusqu'au jour de la destruction du Temple. Nous savons aussi, en tant que vérité indéniable, qu'ils ont aussi observé le système du Jubilé et les Années de Sabbat (consulter l’étude L'Altération du Calendrier de Dieu dans Juda (No. 195B)).

 

Conclusion 2 : Israël comprenait que Dieu exigeait qu’ils observent les Nouvelles Lunes en tant que Sabbats et Fêtes et qu’ils observent les Sabbats de la Terre et le Calendrier du Jubilé et ils l’ont effectivement fait.

 

Prémisse 5 : Christ, les Apôtres et l'Église ont observé les Nouvelles Lunes, les Sabbats et les Fêtes alors que le Temple était toujours en place et non pas seulement à Jérusalem, mais aussi à Colosse (Col. 2:16).

 

Remarque à la prémisse 5 : L'Église a été calomniée pour avoir observé les Nouvelles Lunes, les Sabbats et les Jours Saints par l'Église Romaine et les écrivains sous l'influence gnostique. Nous savons en fait que les Nouvelles Lunes ont été observées en tant que Sabbats pendant la vie entière de Christ et il était irréprochable. Il n’y a pas un mot dans les Évangiles montrant que Christ est accusé de ne pas avoir observé entièrement les Nouvelles Lunes, les Sabbats et les Jours Saints. Cependant, c’est vrai qu’ils l'ont attaqué durant un Sabbat pour avoir fait une guérison et pris de la nourriture. L'argument qui vient du silence est très persuasif, mais seulement si vous connaissez les faits de la période du Temple. L’expression dans l’épître aux Colossiens ne peut pas être considérée comme voulant dire que l'Église observait le Sabbat et les Fêtes mais non pas les Nouvelles Lunes. Les trois éléments ont été retenus ensemble et vous ne pouvez pas séparer les Nouvelles Lunes des autres. Il est malhonnête de le faire. Le sens ici est dans la façon dont vous l’observez, bien que le mot observer est implicite dans le texte mais non pas explicitement déclaré. Ils sont encore regroupés tels qu’ils le sont dans la Loi et le Témoignage.

 

Prémisse 6 : Dieu, par l’entremise de Christ, exige des élus et de toute l'humanité, sous peine de mort, durant le système millénaire, d’observer les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes (Ésaïe 66:23 et suiv. ; Zach. 14:16-21).

 

Prémisse 7 : Les Églises de Dieu à travers les âges, où cela était possible, ont toujours observé les Sabbats, les Nouvelles Lunes et les Fêtes et elles ont basé leur calendrier sur les conjonctions lunaires et leur observance a été enregistrée dans l’histoire au moment de la Réforme par des sources impeccables (voir Sabbatarians in Transylvania, CCG Publishing, 1998).

 

Conclusion 3 : L'Église a compris qu'elle devait observer ces Festivals.

 

Conclusion 4 : L'Église qui ne le fait pas maintenant est dans l’erreur et n'a pas rétabli toutes choses.

 

Prémisse 8 : Dieu transmet un ensemble de Lois et tient les gens responsables envers ces Lois et les punit pour ne pas observer ces Lois.

 

[Note à la Prémisse 8 : la pénalité dans l’ère courante pour tous ceux qui désobéissent – que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Église – c’est d’être envoyés à la Deuxième Résurrection.]

 

Prémisse 9 : Dieu imposera à TOUS, sous peine de mort, d’obéir à Ses commandements, spécifiquement en ce qui concerne le calendrier, en utilisant Jésus Christ à la Restauration Millénaire (Ésaïe 66:22-24 ; Zach. 14:16-21).

 

Conclusion 5 : À partir de l'Axiome 1 et ci-dessus, Dieu exige que Ses Lois soient observées par Ses serviteurs.

 

Conclusion 5A : Les vrais serviteurs de Dieu obéissent à Ses Lois en tout temps.

 

Prémisse 10 : Certaines des Églises de Dieu n'ont pas rétabli toutes choses et désobéissent aux Lois de Dieu.

 

Prémisse 11 : Certaines personnes ne parlent pas selon la Loi et le Témoignage (Ésaïe 8:20).

 

Conclusion 6 : Les gens en désobéissance ne peuvent pas être de vrais serviteurs de Dieu et il n'y a aucune lumière en eux en ce qu’ils résistent à la vérité dans l’iniquité (Ésaïe 8:20).

 

Prémisse 12 : À partir de l'Axiome 3 : Le Seul Vrai Dieu est Omniscient et prédit ce qui arrivera à travers Ses serviteurs les prophètes.

 

Prémisse 13 : Les Saintes Écritures ne peuvent être anéanties (Jean 10:35).

 

Conclusion 7 : Dieu ne change pas d’avis.

 

Conclusion 8 : Le don de miséricorde au repentir ne conteste pas l'Omniscience et l'Immuabilité de Dieu.

 

Prémisse 14 : Dieu ne supporte pas l'iniquité et l'assemblée solennelle.

 

Prémisse 15 : Dieu s'attend à ce que les assemblées solennelles soient observées dans un esprit de sainteté selon Dieu, où nous sommes recréés de nouveau, en justice et en sainteté (cf. Ésaïe 1:10-16 ; Rom. 11:16-32 ; Éph. 4:24 ; 1Thes. 3:13, 4:7 ; 1Tim. 2:15 ; Tite 2:3 ; Héb. 12:10,14).

 

Conclusion 9 : Le peuple de Dieu a une obligation de tenir toutes les assemblées inscrites dans la Bible en sainteté et en justice et à travers l'Esprit Saint.

 

Prémisse 16 : Dieu a énuméré Ses jours qui ont été observés sous le système du Temple et dans les Églises de Dieu diligentes.

 

Prémisse 17 : Christ a dit que celui qui réduit le plus petit des Commandements de Dieu sera le plus petit dans le Royaume des Cieux (Matt. 5:19).

 

Matthieu 5:19 Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. 

 

Conclusion 10 : Tout individu prétendant être un enseignant de Dieu qui diminue le plus petit commandement de la Loi de Dieu est plus petit dans le Royaume de Dieu et retient la vérité dans l’injustice.

 

Prémisse 18 : La Sanctification du Temple a commencé par la Nouvelle Lune d'Abib. Ce processus a été observé par Christ et dans chaque Restauration de la Pâque (consulter l'étude Les Sept Grandes Pâques de la Bible (No. 107)).

 

Prémisse 19 : Les Élus sont le Temple de Dieu.

 

Conclusion 11 : Par conséquent, le procédé de sanctification commence par la Nouvelle Lune d'Abib pour les Serviteurs de Dieu Temple que nous sommes. Car le Temple de Dieu doit être Saint (1Cor. 3:17).

 

Prémisse 20 : À partir des Axiomes 1, 2, 3 et 4 et des Conclusions 1 à 11, nous voyons que Dieu exige l'obéissance et mettra en force les Nouvelles Lunes, les Sabbats et les Fêtes telles qu’ils étaient observés pendant la période du Temple.

 

Prémisse 21 : Dieu les mettra en force sous peine de mort pendant la Restauration.

 

Prémisse 22 : Élie viendra pour rétablir toutes choses.

 

Conclusion 12 : Dieu exige l'observance des Sabbats, des Nouvelles Lunes et des Fêtes aujourd’hui dans le Corps de Christ et, à partir de la restauration par Élie, le monde en entier deviendra imputable. Quiconque enseigne autrement doit être ignoré, en tant qu'un faux enseignant.

 

Punition pour l’Erreur et l’Idolâtrie

 

Dieu est très clair qu'Il punit Israël pour son idolâtrie comme nous le voyons dans Osée 2:1-23.

 

Osée 2:1-23

1 Dites à vos frères : Ammi ! et à vos sœurs : Ruchama ! 2 Plaidez, plaidez contre votre mère, car elle n’est point ma femme, et je ne suis point son mari ! Qu’elle ôte de sa face ses prostitutions, et de son sein ses adultères ! 3 Sinon, je la dépouille à nu, je la mets comme au jour de sa naissance, je la rends semblable à un désert, à une terre aride, et je la fais mourir de soif ; 4 et je n’aurai pas pitié de ses enfants, car ce sont des enfants de prostitution. 5 Leur mère s’est prostituée, celle qui les a conçus s’est déshonorée, car elle a dit : J’irai après mes amants, qui me donnent mon pain et mon eau, ma laine et mon lin, mon huile et ma boisson. 6 C’est pourquoi voici, je vais fermer son chemin avec des épines et y élever un mur, afin qu’elle ne trouve plus ses sentiers. 7 Elle poursuivra ses amants, et ne les atteindra pas ; elle les cherchera, et ne les trouvera pas. Puis elle dira : J’irai, et je retournerai vers mon premier mari, car alors j’étais plus heureuse que maintenant. 8 Elle n’a pas reconnu que c’était moi qui lui donnais le blé, le moût et l’huile ; et l’on a consacré au service de Baal l’argent et l’or que je lui prodiguais. 9 C’est pourquoi je reprendrai mon blé en son temps et mon moût dans sa saison, et j’enlèverai ma laine et mon lin qui devaient couvrir sa nudité. 10 Et maintenant je découvrirai sa honte aux yeux de ses amants, et nul ne la délivrera de ma main. 11 Je ferai cesser toute sa joie, ses fêtes, ses nouvelles lunes, ses sabbats et toutes ses solennités. 12 Je ravagerai ses vignes et ses figuiers, dont elle disait : C’est le salaire que m’ont donné mes amants ! Je les réduirai en une forêt, et les bêtes des champs les dévoreront. 13 Je la châtierai pour les jours où elle encensait les Baals, où elle se paraît de ses anneaux et de ses colliers, allait après ses amants, et m’oubliait, dit l’Éternel. 14 C’est pourquoi voici, je veux l’attirer et la conduire au désert, et je parlerai à son cœur. 15 Là, je lui donnerai ses vignes et la vallée d’Acor, comme une porte d’espérance, et là, elle chantera comme au temps de sa jeunesse, et comme au jour où elle remonta du pays d’Égypte. 16 En ce jour-là, dit l’Éternel, tu m’appelleras : Mon mari ! et tu ne m’appelleras plus : Mon maître ! 17 J’ôterai de sa bouche les noms des Baals, afin qu’on ne les mentionne plus par leurs noms. 18 En ce jour-là, je traiterai pour eux une alliance avec les bêtes des champs, les oiseaux du ciel et les reptiles de la terre, je briserai dans le pays l’arc, l’épée et la guerre, et je les ferai reposer avec sécurité. 19 Je serai ton fiancé pour toujours ; je serai ton fiancé par la justice, la droiture, la grâce et la miséricorde ; 20 je serai ton fiancé par la fidélité, et tu reconnaîtras l’Éternel. 21 En ce jour-là, j’exaucerai, dit l’Éternel, j’exaucerai les cieux, et ils exauceront la terre ; 22 la terre exaucera le blé, le moût et l’huile, et ils exauceront Jizreel. 23 Je planterai pour moi Lo-Ruchama dans le pays, et je lui ferai miséricorde ; je dirai à Lo-Ammi : Tu es mon peuple! et il répondra : Mon Dieu !

 

 

Le verset 6 dit que Dieu garnira le chemin de l'Israël idolâtre avec des épines et elle ne trouvera pas son chemin. Israël et Juda avaient été traités dans Osée Chapitre 1. Dieu leur a donné l'avantage bien qu'ils aient offert l'argent et l'or à Baal (Osée 2:8). Dieu fait en sorte que la joie d’Israël cesse et découvre sa lubricité. En faisant en sorte que sa joie cesse, cela est fait pendant les jours de Fête, ses Nouvelles Lunes et ses Sabbats et toutes ses Fêtes solennelles (Osée 2:11). Ainsi, l’incapacité de comprendre et d’observer les Fêtes, les Nouvelles Lunes et les Sabbats de Dieu, est un signe de l'iniquité parmi le peuple de Dieu et il ne leur est pas permis d'observer les Fêtes, et Dieu détruit leurs vignes, leurs figues ainsi que leur abondance et introduit la pauvreté et le désastre sur lui (Israël). C’est à ce moment-là que Dieu lui parle dans le désert et le rétablit à Lui en tant que Son peuple.

 

Sûrement un enfant peut voir à partir de cette référence que c'est un déshonneur que le peuple de Dieu soit incapable d'observer les Fêtes, les Nouvelles Lunes et les Sabbats selon le bon calendrier du Temple. C'est une réprimande publique et une condamnation des ministres des Églises de Dieu que ce soit ainsi durant ces Derniers Jours et les ministres seront punis pour cela. Ils enseignent pour un salaire (Michée 3:11) et Dieu les réprimandera. Ils sont des guides aveugles et ceux qui les suivent, tomberont dans un fossé et en effet, ils sont déjà tombés. L'autojustification pleurnicheuse des ministres, qui soutiennent que les Nouvelles Lunes ne doivent pas être observées, les condamne comme étant réprimandés de Dieu et exclus de Sa grâce. Leur idolâtrie à ne pas comprendre la Nature de Dieu va main dans la main avec leurs péchés. Et c’est ici la Vie Éternelle que vous connaissiez le Seul Vrai Dieu et Jésus Christ qu’Il a envoyé (Jean 17:3).

 

Par résolution unanime, les Églises Chrétiennes de Dieu (CCG) ont, depuis leur commencement, d’un seul sentiment observé les Nouvelles Lunes, les Sabbats et les Fêtes de Dieu selon le Calendrier du Temple qui est basé sur la conjonction. Et elles paraîtront devant Dieu pour rendre compte de leurs actions, comme le feront tous les autres. Elles sont toutes d’une même opinion et comprennent toutes les exigences. Elles observent le processus de Sanctification au complet, tel que commandé par Dieu et tel qu’observé par Christ et les Apôtres dans le Temple. La Nouvelle Année d’Abib commence le processus de Sanctification. Nous devons préparer l'Église à partir de ce jour et ensuite prier pour ceux qui ne comprennent pas, afin qu'ils puissent voir, entendre, se tourner et être sauvés.

 

 

 

q