Les Églises Chrétiennes de Dieu

[125]

 

 

 

Les Nouvelles Lunes [125]

 

(Édition 3.0 19950708-19990810-20070912 )

 

 

 

L'importance biblique de la restauration des Nouvelles Lunes et la base des festivals sous la Loi sont examinées dans cette étude. Les premières pratiques rabbiniques sont examinées, comme le sont les textes à partir desquels ils ont travaillé. L'adhérence du Nouveau Testament aux festivals des Nouvelles Lunes est une question de fait.

   

   

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1995, 1999, 2007 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

    

 Les Nouvelles Lunes [125]  

 

L'année a été faite pour commencer le mois du sacrifice, qui représentait le sacrifice de la Pâque du Messie. Ce mois a commencé la récolte, qui était aussi la première dans la séquence des récoltes, c'est-à-dire la récolte d'orge. Dieu a ensuite continué le processus des récoltes à travers chacune des phases, qui sont trois périodes de récoltes. Celles-ci sont la Pâque et les Pains sans Levain, la Fête des Semaines (Pentecôte) et la Fête des Tabernacles ou de la Récolte. La Fête des Semaines symbolise la récolte de l'Église avant le retour du Messie. Ce processus est en cours.

 

La Pentecôte est donc le commencement d'une séquence qui se poursuit à travers cinq lunes de Sivan à Tishri, bien qu'il y en ait sept dans la séquence de Nisan à Tishri. Ces cinq Nouvelles Lunes sont aussi représentées par les pierres que David a prises du ruisseau (consulter l'étude David et Goliath [126]). Elles représentent aussi les cinq Églises qui réussissent. Sardes et Laodicée sont éliminées. Cependant, les cinq sont continues, en tant que la succession des mois. Sivan commence la fabrication des briques du Temple de Dieu. La séquence implique ensuite une renaissance (Du-uzu : Tammuz), les torches (Abu : Ab) ou les bougies de l'Église et la purification (Elulu : Elul) des élus. Les mois de Simanu (Sivan) à Teshritu (Tishri) sont ainsi expliqués dans le symbolisme Chrétien, éliminant ainsi le Babylonien. Le feu du 9-10 Ab a apparemment été permis à cause de l'idolâtrie d'Israël par la pratique babylonienne.

 

Le rapport est basé sur la fonction du mois intercalaire, comme il arrive avec les douze mois normaux. Israël représente ce système par ses tribus. Israël a douze tribus. Celles-ci sont, du nord : Dan, Aser, Nephthali, Juda, Issacar, Zabulon, Ruben, Siméon, Gad, Éphraïm, Manassé et Benjamin (voir Nombres 10:11 ; cf. Ézéchiel 1:4 et suiv.). La tribu de Lévi est centrée au ou autour du Tabernacle. Il y a donc douze tribus, mais Joseph a le droit d'aînesse et il est effectivement divisé en deux parties pour faire douze tribus, la tribu de Lévi abandonnant sa part pour exécuter la fonction du sacerdoce. Le plan de la fonction de l'Israël physique a donc été placé dans les étoiles à la création. Adar II représente le sacerdoce, comme treizième mois et tribu. Ce mois arrive sept fois dans un cycle.

 

Ce cycle représente les sept esprits de Dieu dans l'exécution de leurs devoirs, sous les anges des sept Églises. Ce problème ne peut pas être résolu ou compris sans la compréhension des Nouvelles Lunes.

 

La Position Historique Générale

 

Le Festival de la Nouvelle Lune, connu aux Juifs comme Rosh Hodesh, arrivait le premier jour du mois, à l'apparition de la première phase de la lune (The Jewish Festivals History and Observance de Hayyim Schauss, tr. Samuel Jaffe, Schocken Books, New York, 1938, p. 275). Il est donc relié à l'apparition de la Nouvelle Lune.

 

Il y avait un temps où Rosh Chodesh était un festival principal, beaucoup plus important que le Sabbat hebdomadaire... Une raison de son importance réside dans le fait que la date de tous les Festivals juifs dépendait de la Nouvelle Lune (ibid., p. 274).

 

Cette affirmation est une supposition. La Bible indique qu'il était aussi important, mais pas plus que le Sabbat. Il était plus important que les Fêtes, comme nous le verrons.

 

La Bible rend clairement la Nouvelle Lune équivalente aux festivals (Nombres 10:10). Le Festival de la Nouvelle Lune était un jour de fête et il était célébré le jour après que la Nouvelle Lune était aperçue (New Catholic Encyclopedia, Vol. 10, McGraw Colline, NY, 1967, p. 382).

 

Dans les premiers temps rabbiniques, le jour de la Nouvelle Lune était établi par le Sanhédrin à Jérusalem, après l'acceptation de l'évidence des témoins oculaires qui avaient revendiqué avoir vu la nouvelle lune. Parfois les rabbins reportaient délibérément Rosh Hodesh, afin d'empêcher le Jour des Expiations de tomber un vendredi ou un dimanche. Le calendrier permanent a été fixé par Hillel II en 358 EC (Ère Courante) et cela a fourni la date exacte de chaque Rosh Hodesh, basée sur des calculs astronomiques et mathématiques (The Ency. of Judaism, Geoffery Widoger, Macmillan, NY, 1989, p. 502).

 

Notez que c'était au début des temps rabbiniques et bien après la chute du Temple en 70 EC. La manipulation rabbinique de la Nouvelle Lune a donc été enchâssée dans le Calendrier Hillel à partir de 358 EC. Elle n'a aucune autorité biblique.

 

Il n'y a aucun doute que la Nouvelle Lune était, anciennement, au moins aussi importante que le Sabbat.

 

Le festival de la Nouvelle Lune était anciennement au moins au même niveau que le Sabbat (Prolegomena to the History of Israel de J. Wellhausen, 1885, p. 113).

 

La Nouvelle Lune était sans aucun doute un temps saint et était, si nous devons croire certains érudits modernes, célébrée le jour après avoir aperçu la Nouvelle Lune. C'est une conjecture basée sur la propagande rabbinique postérieure. Ce n'était pas fait de cette façon. Ce nouveau commencement était marqué par des sacrifices spéciaux (Nombres 28:11-15) et les trompettes étaient sonnées à ces occasions-là (Nombres 10:10 ; Psaume 81:3). Aucun travail normal n'était fait.

 

Le Nouvel An, à la Nouvelle Lune du Premier mois Abib, avait une signification spéciale (Psaume 81:3-5 ; cf. La Lune et le Nouvel An [213]). La Nouvelle Lune du Septième mois était aussi particulièrement sanctifiée (Lév. 23:24-25 ; Nombres 29:1-6).

 

2Rois 4:23 suggère que la Nouvelle Lune autant que le Sabbat étaient considérés comme fournissant l'occasion de consulter les prophètes. Ézéchiel désigne la Nouvelle Lune comme un jour spécial d'adoration (Ézéchiel 46:1,3).

 

Psaume 121:6 suggère que la lune est capable d'affecter l'individu, peut-être de son association avec l'esprit, ce qui expliquerait le terme lunatique. L’encyclopédie Encyclopedia Judaica et le Judaïsme moderne affirment que :

 

À l'origine, la Nouvelle Lune n'était pas prétendument fixée par des calculs astronomiques, mais elle était solennellement proclamée après que des témoins eurent témoigné de la réapparition du croissant de la lune. Les autorités rabbiniques soutiennent que le 30ème jour de chaque mois, les membres de la Cour Suprême se réunissaient dans une cour à Jérusalem, nommé Beit Ya'azek, où ils attendaient de recevoir le témoignage de deux témoins fiables ; ils sanctifiaient alors la Nouvelle Lune. Si le croissant de la lune n'était pas vu le 30ème jour, la Nouvelle Lune était automatiquement célébrée le 31ème jour. Pour informer la population du début du mois, des fanaux étaient allumés sur le Mont des Oliviers et, de là, sur tout le territoire et dans des parties de la Diaspora. …

 

Plus tard, cependant, les Samaritains ont commencé à allumer des fanaux qui induisaient en erreur et la Cour Suprême a envoyé des messagers aux communautés les plus éloignées. Ces Juifs qui vivaient à une grande distance de Jérusalem célébraient toujours le 30ème jour du mois comme la Nouvelle Lune. À ces occasions, quand ils étaient informés de son ajournement au 31ème jour, ils observaient aussi ce second jour comme la Nouvelle Lune (RH 1:3-2:7). Au milieu du quatrième siècle, les sages avaient établi un calendrier permanent et la proclamation publique de la Nouvelle Lune a cessé. Une relique de la pratique originale est cependant conservée dans la tradition de la synagogue d'annoncer la Nouvelle Lune, le Sabbat précédant sa célébration (Ency. Judaica, Vol. 12, p. 1039).

 

C'est devenu à la mode, avec l'apparition de la sociologie et de l'étude des religions en développement, de traiter les exigences bibliques pour les Sabbats et les Nouvelles Lunes comme des éléments rivalisant pour les loyautés des peuples hébreux – les Nouvelles Lunes étant traitées comme les restes rudimentaires du culte de l'adoration du dieu lune. C'était la vue de Schauss, quand il a écrit The Jewish Festivals (voir p. 274). Il traite aussi le Pentateuque comme étant écrit en deux parties, la partie plus ancienne, écrite avant l'exil babylonien et la partie plus récente, après le retour d'exil. Il prétend que la partie plus ancienne n'a aucune mention du festival. Il tire cette conclusion du fait que les Nouvelles Lunes ne sont pas mentionnées dans Exode 23:14-19 ; 34:17-26, dans Deutéronome 16, ni dans Lévitique 23. Il déduit, par conséquent, que le Livre des Nombres doit être une partie postérieure. Il n'a avancé aucune preuve pour cette conjecture. C'est la sorte d'argument typique des apologistes modernes. La raison réelle de cette position est que le retour de l'exil n'a pas effectué une pleine restauration.

 

Après le retour de l'exil babylonien, un compromis a été fait ; Rosh Chodesh n'a pas été reconnu comme un plein festival, pendant lequel le travail était interdit, mais des sacrifices spéciaux étaient offerts dans le Temple, ce jour-là.

 

Encore aujourd’hui, les Juifs exécutent un rituel spécial pour accueillir le nouveau mois : il y a une prière spéciale dans la synagogue, le Sabbat avant la Nouvelle Lune, et il y a une cérémonie sanctifiant la Nouvelle Lune par une bénédiction spéciale à être récitée en plein air quand la Nouvelle Lune apparaît (Schauss, p. 274).

 

Il est venu à être considéré comme allant de soi que le déclin s'était produit ; cependant, on ne pouvait pas entièrement en donner l'explication. On voit un exemple de cela dans les références suivantes de The Hebrew Concept of Time and the Effect on the Development of the Sabbath, par Diana R. Engel.

 

Aucun commerce n'avait lieu le jour de la nouvelle lune (le jour après que le premier croissant apparaissait dans le ciel). Les offrandes pour la nouvelle lune excédaient, en fait, celles pour le Sabbat (Nombres 28:11-5 ; Ézéchiel 46:4-7). Cependant, l'importance religieuse de la nouvelle lune a diminué, tandis que celle du Sabbat a augmenté (The American University, Washington, 1976, pp. 69-70)

 

On voit un nouvel exemple de l'inexplicabilité du déclin avec Widoger.

 

Il n'est pas clair de voir quand ou comment la Nouvelle Lune a perdu son caractère festif. C'était arrivé au moment où les Juifs sont revenus d'exil, à la fin du sixième siècle AEC (Avant l’Ère Courante). Ce n'était plus un plein jour férié, mais un jour semi-férié, comme Hol ha-Mo'ed (les intermédiaires, les jours ouvrables de la Pâque et de Sukkot), durant lequel les rabbins décourageaient tout travail, sauf celui qui était nécessaire et les femmes devaient avoir un jour férié de leur couture et de leur tissage. Les conditions économiques plus rigoureuses ont probablement été la raison de la rétrogradation de la Nouvelle Lune, particulièrement du fait qu'il n'y avait aucune raison religieuse ou historique d'arrêter le travail ce jour-là. Avec le temps, même ce statut de jour férié mineur a disparu et c'est devenu un jour ouvrable normal comme n'importe quel autre, à part certaines variations liturgiques (Widoger, op. cit., p. 502).

 

Pourtant, les Juifs, aussi bien que l'Église, ont observé les Nouvelles Lunes. La populace en général était cependant spasmodique et avait hâte de négocier, comme d'ailleurs avec les Sabbats et les Fêtes, comme nous le savons.

 

Vous dites : Quand la nouvelle lune sera-t-elle passée, afin que nous vendions du blé ?

Quand finira le sabbat, afin que nous ouvrions les greniers ? (Amos 8:5)

 

Pour les Juifs, le Sabbat est devenu le jour le plus important de l'année. En fait, Diana Engel dit que le jour du Sabbat est devenu

 

… plus que juste un autre jour ou un autre commandement. Il a incarné pour eux beaucoup de ce en quoi ils ont cru et ce pour quoi ils ont lutté. ... Il est impossible d'accorder trop d'importance à ce que le Sabbat signifiait pour Israël et à la manière qu'ils l'attendaient avec impatience et le glorifiaient. (p. 83)

 

Mais ils ne l'ont pas vraiment compris ! Ils n'ont pas compris la signification spirituelle du Sabbat, comme ils n'ont pas compris les Nouvelles Lunes. La Nouvelle Lune a dû être réduite en importance par le Judaïsme rabbinique, parce qu'elle menaçait le système d'ajournements même. Elle ne pouvait pas être enlevée complètement, car la Bible est trop claire sur le sujet et elle a donc dû être réduite en importance, pour que le faux calendrier puisse être introduit. Cela a été fait après la destruction du Temple.

 

Selon The Lion Handbook of the Bible (éd. D. & P. Alexander, Lion Publishing, 1984) :

 

“Le Calendrier Orthodoxe juif est de douze mois, commençant avec chaque nouvelle lune (le croissant visible)” (p. 112).

 

Aucune évidence n'est citée pour cette déclaration concernant le croissant visible. La plupart des éléments Judaïsants et apparemment un grand nombre d'érudits du vingtième siècle – contrairement à l'évidence que nous avons et à leur propre pratique et bon sens – définissent la Nouvelle Lune comme le croissant. Cela n'a jamais été le cas. Le calendrier Samaritain, qui est toujours utilisé aujourd'hui, prouve que c'est faux.

 

“Le deuxième terme hébreu pour mois, hodesh, signifie correctement 'la nouveauté' du croissant lunaire” (Encyc. Britt., 15ème édition, Vol. 15, p. 465).

 

Le terme chodesh n'a rien à voir avec le croissant lunaire. Le croissant lunaire est un autre système d'adoration adressé au dieu Sin et au système de Baal/Ashtoreth et de sacrifice humain (cf. les études Le Veau d'Or [222] et Les Origines de Noël et des Pâques [235]). Sa base linguistique signifie être caché. La Brittanica continue cette déclaration (partiellement vraie seulement), qui est contraire au concept hébreu transmis par le symbolisme des mots.

 

“Dans le calendrier religieux, le commencement du mois était déterminé par l'observation du croissant de la nouvelle lune et la date de la Pâque était reliée au mûrissage de l'orge” (ibid.).

 

“... le premier croissant est ainsi la renaissance ou le remplacement du vieux par une nouvelle lune (ibid., p. 573)”.

 

Vers 344 EC et certainement avec le calendrier Hillel de 358, l'observation visible de la Nouvelle Lune a été supplantée par des calculs astronomiques secrets. Les tables modernes assurent un placement absolu et précis.

 

“Le calendrier (juif) est par conséquent schématique et indépendant de la vraie Nouvelle Lune (Encyc. Britt., op. cit., p. 466)”.

 

La raison réelle est que les Juifs ont dû introduire l'observation, jusqu'à ce qu'ils puissent avoir un nouveau système de calcul (cf. les études Le Calendrier de Dieu [156] et La Lune et le Nouvel An [213]).

 

La Position Biblique

 

La Fête de la Nouvelle Lune est une des Fêtes de l'Éternel. Elle est inscrite dans Nombres 10:10.

 

Nombres 10:10  Dans vos jours de joie, dans vos fêtes, et à vos nouvelles lunes, vous sonnerez des trompettes, en offrant vos holocaustes et vos sacrifices d'actions de grâces, et elles vous mettront en souvenir devant votre Dieu. Je suis l'Éternel, votre Dieu. (LSG)

 

Les sacrifices ont été accomplis en Christ. Les Fêtes ou les Sabbats eux-mêmes n'ont pas été éliminés.

 

Les offrandes requises ont été changées dans leur nécessité par des offrandes spirituelles, chaque jour de la séquence des Jours Saints, des Sabbats aux Nouvelles Lunes et aux Fêtes. Sous la Loi, les sacrifices étaient pourvus au moyen d'un impôt spécial qui était sous la responsabilité de l'autorité nationale. L'impôt du Prince est examiné dans l'étude Le Prélèvement de la Dîme [161].

 

Ézéchiel 45:14-17 14 Ce que vous devrez pour l'huile, pour un bath d'huile, sera la dixième partie d'un bath sur un cor, qui est égal à un homer de dix baths, car dix baths font un homer. 15 Une brebis sur un troupeau de deux cents dans les gras pâturages d'Israël sera donnée pour l'offrande, l'holocauste et le sacrifice d'actions de grâces, afin de servir de victime expiatoire, dit le Seigneur, l'Éternel. 16 Tout le peuple du pays devra prélever cette offrande pour le prince d'Israël. 17 Le prince sera chargé des holocaustes, des offrandes et des libations, aux fêtes, aux nouvelles lunes, aux sabbats, à toutes les solennités de la maison d'Israël ; il offrira le sacrifice expiatoire, l'offrande, l'holocauste, et le sacrifice d'actions de grâces, en expiation pour la maison d'Israël. (LSG)

 

Cette offrande était une dîme d'une dîme d'huile et une demi-dîme de la dîme pour les offrandes de viandes. Elle était collectée par le Prince pour les sacrifices des Sabbats, des Nouvelles Lunes et des Jours Saints et pour les offrandes. Il est donc incorrect de prétendre que la dîme a été éliminée avec les sacrifices, parce qu'ils étaient visiblement pourvus séparément. Ce texte concerne aussi les premier-fruits, d'Ézéchiel 44:29-30. Les ordres sont faits pour la restauration d'Israël dans son territoire. Le Messie établira donc le système qu'on allègue qu'il a supprimé par sa crucifixion. L'Écriture ne peut pas être anéantie. Ce sera fait pour la guérison mentale des nations, mais cette question sera examinée séparément.

 

La Fête de la Nouvelle Lune était traitée comme un Shabbatown ou un Saint Sabbat. Des sacrifices étaient offerts comme un mémorial, comme nous le voyons ci-dessus.

 

Nombres 28:11-15 11 Au commencement de vos mois, vous offrirez en holocauste à l'Éternel deux jeunes taureaux, un bélier, et sept agneaux d'un an sans défaut ; 12 et, comme offrande pour chaque taureau, trois dixièmes de fleur de farine pétrie à l'huile ; comme offrande pour le bélier, deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l'huile ; 13 comme offrande pour chaque agneau, un dixième de fleur de farine pétrie à l'huile. C'est un holocauste, un sacrifice consumé par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel. 14 Les libations seront d'un demi-hin de vin pour un taureau, d'un tiers de hin pour un bélier, et d'un quart de hin pour un agneau. C'est l'holocauste du commencement du mois, pour chaque mois, pour tous les mois de l'année. 15 On offrira à l'Éternel un bouc, en sacrifice d'expiation, outre l'holocauste perpétuel et la libation. (LSG)

 

Nous voyons de ce texte que les Nouvelles Lunes devaient être célébrées chaque mois de l'année. Les mêmes exigences s'appliquent aux Nouvelles Lunes, comme elles le font aux autres Fêtes et aux Sabbats.

 

1Chroniques 23:31 et à offrir continuellement devant l'Éternel tous les holocaustes à l'Éternel, aux sabbats, aux nouvelles lunes et aux fêtes, selon le nombre et les usages prescrits. (LSG)

 

Nous voyons que les Nouvelles Lunes sont, en fait, intermédiaires, entre les Sabbats et les Fêtes. Comme pour les Fêtes et les Sabbats, la connexion entre les sacrifices et les Nouvelles Lunes a été accomplie avec le Messie ; cependant, l'observance des lunes elles-mêmes n'a pas été éliminée.

 

Cette observance ne doit pas être interprétée comme l'adoration de la lune, qui est expressément interdite.

 

Deutéronome 4:19 Veille sur ton âme, de peur que, levant tes yeux vers le ciel, et voyant le soleil, la lune et les étoiles, toute l'armée des cieux, tu ne sois entraîné à te prosterner en leur présence et à leur rendre un culte : ce sont des choses que l'Éternel, ton Dieu, a données en partage à tous les peuples, sous le ciel tout entier. (LSG)

 

Deutéronome 17:3 allant après d'autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux, après le soleil, la lune, ou toute l'armée des cieux. Ce n'est point là ce que j'ai commandé. (LSG)

 

L'observance des Sabbats, des Nouvelles Lunes et des Fêtes établies est donnée pour marquer le Plan de Dieu et le flot des cycles de la création. Le calendrier solaire n'exécute pas cette fonction.

 

Dans la restauration de la Pâque d'Ézéchias, après la Fête des Pains sans Levain, Ézéchias a restauré les Nouvelles Lunes aussi bien que les Fêtes. Aucune restauration ne sera complète, jusqu'à ce que les Nouvelles Lunes soient correctement restaurées à leur place légitime dans le système (consulter Prove All Things, Church of God, In Truth, Vol. 2, Issue 1, p. 6).

 

2Chroniques 31:3 Le roi donna une portion de ses biens pour les holocaustes, pour les holocaustes du matin et du soir, et pour les holocaustes des sabbats, des nouvelles lunes et des fêtes, comme il est écrit dans la loi de l'Éternel. (LSG)

 

Nous notons aussi que les Nouvelles Lunes ont été restaurées sous Esdras (Esdras 3:5). Les deux restaurations principales ont donc impliqué la restauration des Nouvelles Lunes.

 

Esdras 3:5 Après cela, ils offrirent l'holocauste perpétuel, les holocaustes des nouvelles lunes et de toutes les solennités consacrées à l'Éternel, et ceux de quiconque faisait des offrandes volontaires à l'Éternel. (LSG)

 

La Nouvelle Lune est le commencement ou le premier jour du mois (Nombres 10:10 ; 28:11). Aucun système qui se base sur la relocalisation du début du mois n'est valable. Le calendrier Hillel est invalide à cause de ce fait.

 

Le calendrier lunaire est la marque du Peuple Saint. Dans sa notation à Exode 12:2, le Mekilta déclare que "les nations" calculent d'après le soleil, mais Israël d'après la lune.

 

Les fêtes de la PÂQUE et des TENTES n'étaient pas simplement fixées par le calcul lunaire général, mais sur la base de l'apparition de la nouvelle lune du mois durant lequel elles arrivaient, la PENTECÔTE dépendant de la Pâque à cet égard... Quoique ce soit impossible de documenter cela entièrement, il semble probable que le sabbat faisait aussi partie, à l'origine, de ce cycle naturel de temps, relié aux phases de la lune et qu'après sa séparation, la Fête de la Nouvelle Lune a continué comme une observance séparée (The Interpreter’s Dictionary of the Bible, Vol. 3, article ‘New Moon’, p. 544).

 

La conjecture quant au Sabbat et à la Nouvelle Lune est peut-être basée sur le système d'observance que nous voyons dans l'étude Les Textes des Œuvres de la Loi- ou MMT [104], que Strugnell et Qimron ont traduit des MMM (consulter Bib. Arch. Review, novembre-décembre 1994). Tous les rites juifs historiques pour l'annonce de la Nouvelle Lune à partir du Sabbat précédent contiennent une prière de contenu eschatologique. Les raisons pour l'observance étaient la création de la lune par Dieu, comme un "signe" de l'alliance inviolable avec Israël, dont elle décrétait les "temps" du cultus (Psaume 104:19 ; Ecclus. 43:6-8) (Int. Dict., ibid., consulter aussi Ber. R. 13d). Le calendrier est donc une partie inséparable de l'alliance avec Israël.

 

La Nouvelle Lune a été notée comme étant significative pour l'octroi de visions et de la prophétie, peut-être de 2Rois 4:23, mais certainement d'Ézéchiel 26:1 ; 29:17 ; 31:1 ; 32:1 (cf. Ésaïe 47:13 ; Aggée 1:1). Cela réfutait directement les astrologues et les astronomes du système babylonien, comme nous le voyons d'Ésaïe 47:13.

 

Ésaïe 47:13 Tu t'es fatiguée à force de consulter : Qu'ils se lèvent donc et qu'ils te sauvent, ceux qui connaissent le ciel, qui observent les astres, qui annoncent, d'après les nouvelles lunes, ce qui doit t'arriver ! (LSG)

 

Les pronostics mensuels étaient faits sur les phases de la lune, pervertissant ainsi le système.

 

Les Sabbats et les Nouvelles Lunes ordonnent tous les deux de se reposer du travail, comme nous le voyons d'Amos 8:5. C'était un jour de réjouissance. Mais l’allégresse qui devait accompagner les Jours Saints a été enlevée, d'Osée 2:11.

 

Osée 2:11  Je ferai cesser toute sa joie, ses fêtes, ses nouvelles lunes, ses sabbats et toutes ses solennités. (LSG)

 

C'est à cause de l'infidélité et de l'idolâtrie. Dieu détruit Son peuple, parce qu'ils n'observent pas Ses Lois. Le résultat final est qu'Il détruit la richesse de la nation.

 

Osée 2:12 Je ravagerai ses vignes et ses figuiers, dont elle disait : C'est le salaire que m'ont donné mes amants ! Je les réduirai en une forêt, et les bêtes des champs les dévoreront. (LSG)

 

Le jeûne et le deuil étaient suspendus aux Nouvelles Lunes. Nous savons que c'est arrivé partout en Israël jusqu'au Messie, de l'Apocryphe (Jth. 8:6). Les cérémonies étaient proclamées au son des trompettes (Nombres 10:10 ; Psaume 81:3).

 

Psaume 81:3  Sonnez de la trompette à la nouvelle lune, au jour désigné, au jour de notre fête !

 

D'après les textes, la Nouvelle Lune des mois significatifs est observée de façon particulière.

 

1 Samuel 20:6 Si ton père remarque mon absence, tu diras : David m'a prié de lui laisser faire une course à Bethléhem, sa ville, parce qu'il y a pour toute la famille un sacrifice annuel. (LSG)

 

La Nouvelle Lune de Nisan était significative. La Nouvelle Lune de Tishri était elle-même la Fête des Trompettes (consulter l'étude La Fête des Trompettes [136]).

 

Ézéchiel 45:18-20 Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel : Le premier jour du premier mois, tu prendras un jeune taureau sans défaut, et tu feras l'expiation du sanctuaire. 19 Le sacrificateur prendra du sang de la victime expiatoire, et il en mettra sur les poteaux de la maison, sur les quatre angles de l'encadrement de l'autel, et sur les poteaux de la porte du parvis intérieur. 20 Tu feras de même le septième jour du mois, pour ceux qui pèchent involontairement ou par imprudence ; vous purifierez ainsi la maison. (LSG)

 

Le nettoyage du sanctuaire commençait à la Nouvelle Lune du Premier mois (Nisan), le commencement de l'Année Sacrée (cf. La Sanctification du Temple de Dieu [241]). Cela nettoyait la cour intérieure, qui devait représenter les élus, comme la roue intérieure de la vision d'Ézéchiel. La purification des simples et des erronés était effectuée du Septième jour du Premier mois ou Nisan. Le sacerdoce s'était préparé et avait préparé la nation.

 

La Nouvelle Lune du Septième mois était importante aussi.

 

Lévitique 23:24  Parle aux enfants d'Israël, et dis : Le septième mois, le premier jour du mois, vous aurez un jour de repos, publié au son des trompettes, et une sainte convocation. (LSG)

 

Néhémie 8:2 Et le sacrificateur Esdras apporta la loi devant l'assemblée, composée d'hommes et de femmes et de tous ceux qui étaient capables de l'entendre. C'était le premier jour du septième mois. (LSG)

 

La Nouvelle Lune du Septième mois commence donc la restauration par la Lecture de la Loi, qui se fait tous les sept ans du cycle du Jubilé, durant les jours des Tabernacles (cf. aussi La Lecture de la Loi avec Esdras et Néhémie [250]).

 

Deutéronome 31:10-12  10 Moïse leur donna cet ordre : Tous les sept ans, à l'époque de l'année du relâche, à la fête des tabernacles, 11 quand tout Israël viendra se présenter devant l'Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu'il choisira, tu liras cette loi devant tout Israël, en leur présence. 12 Tu rassembleras le peuple, les hommes, les femmes, les enfants, et l'étranger qui sera dans tes portes, afin qu'ils t'entendent, et afin qu'ils apprennent à craindre l'Éternel, votre Dieu, à observer et à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi. (LSG)

 

Néhémie 8:18 On lut dans le livre de la loi de Dieu chaque jour, depuis le premier jour jusqu'au dernier. On célébra la fête pendant sept jours, et il y eut une assemblée solennelle le huitième jour, comme cela est ordonné. (LSG)

 

Le symbolisme ici est que la septième année ou l'année de Sabbat représente le cycle millénaire de mille ans, qui commence avec le retour du Messie, qui publie la Loi de Jérusalem. La Loi se répand alors dans le monde entier, suite à la subjugation des nations. La lecture à la Fête des Trompettes, dans la restauration de Néhémie, représentait la restauration du Messie, à partir des Trompettes (cf. aussi l'étude Les Grandes Lignes de la Chronologie de l’Âge [272]).

 

Du désert de la dispersion, Dieu s'occupera alors d'Israël et le restaurera. Les élus de Christ font partie d'Israël et sont traités comme la nation.

 

Osée 2:14-23 C'est pourquoi voici, je veux l'attirer et la conduire au désert, et je parlerai à son coeur. 15 Là, je lui donnerai ses vignes et la vallée d'Acor, comme une porte d'espérance, et là, elle chantera comme au temps de sa jeunesse, et comme au jour où elle remonta du pays d'Égypte. 16 En ce jour-là, dit l'Éternel, tu m'appelleras : Mon mari ! et tu ne m'appelleras plus : Mon maître ! 17 J'ôterai de sa bouche les noms des Baals, afin qu'on ne les mentionne plus par leurs noms. 18 En ce jour-là, je traiterai pour eux une alliance avec les bêtes des champs, les oiseaux du ciel et les reptiles de la terre, je briserai dans le pays l'arc, l'épée et la guerre, et je les ferai reposer avec sécurité. 19 Je serai ton fiancé pour toujours ; je serai ton fiancé par la justice, la droiture, la grâce et la miséricorde ; 20 je serai ton fiancé par la fidélité, et tu reconnaîtras l'Éternel. 21 En ce jour-là, j'exaucerai, dit l'Éternel, j'exaucerai les cieux, et ils exauceront la terre ; 22 la terre exaucera le blé, le moût et l'huile, et ils exauceront Jizreel. 23 Je planterai pour moi Lo Ruchama dans le pays, et je lui ferai miséricorde ; je dirai à Lo Ammi (à ceux qui n’étaient pas mon peuple) : Tu es mon peuple ! et il répondra : Mon Dieu ! (LSG)

 

La plantation de la nation est ici comme le vignoble de l'Éternel, qui est la Maison entière d'Israël (Ésaïe 5:7). La miséricorde de Dieu est la restauration sous le Messie par le moyen de l'Esprit Saint et du Millenium.

 

Les Nouvelles Lunes ont été observées dans l'Église Chrétienne autant sous les Apôtres que dans la dispersion. La méthode de les observer n'est pas une question de jugement.

 

Colossiens 2:16-17 16 Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'une fête, d'une nouvelle lune, ou des sabbats : 17 Elles sont l'ombre des choses à venir, mais le corps est de Christ (traduction de la KJV).

 

L'Église les a observées dans la dispersion et elles étaient toujours observées en Europe au dix-septième siècle (consulter l'étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat [122]) et The Sabbatarians In Transylvania par Samuel Kohn (1894), (traduction anglaise publiée par Les Éditions CCG, 1998). Les Nouvelles Lunes ont été déterminées par l'observation réelle jusqu'au calendrier Hillel vers 358 EC. Après la destruction du Temple, c'était une fonction du Conseil Rabbinique Suprême de désigner la date. La lecture spéciale de la Torah pour ce jour est Nombres 28:1-15 ; Psaume 104 est aussi lu. Le Hallel est aussi chanté pour dénoter les festivités. Depuis le seizième siècle, le jour précédant la Nouvelle Lune a été un jour de jeûne pour les Juifs, appelé un petit yom kippur (Interp. Dict. ibid.). Il n'y a aucun doute que les Nouvelles Lunes doivent toujours être observées et que Juda sait qu'elles doivent toujours être observées. Il n'y a aucune sanction biblique, cependant, pour le jeûne.

 

Les ajournements du calendrier Hillel et ce jour de jeûne qui la précède assurent, en réalité, que Juda jeûne à la Nouvelle Lune, ce qui était interdit pendant la période du Temple.

 

La restauration finale sera achevée sous le Messie à son retour, comme nous le voyons d'Ésaïe 66:20-23. Tout Israël sera restauré et sorti des nations, dans ce dernier Exode, au retour du Messie.

 

Ésaïe 66:20-23 Ils amèneront tous vos frères du milieu de toutes les nations, en offrande à l'Éternel, sur des chevaux, des chars et des litières, sur des mulets et des dromadaires, à ma montagne sainte, à Jérusalem, dit l'Éternel, comme les enfants d'Israël apportent leur offrande, dans un vase pur, à la maison de l'Éternel. 21 Et je prendrai aussi parmi eux des sacrificateurs et des Lévites, dit l'Éternel. 22 Car, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l'Éternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom. 23 À chaque nouvelle lune et à chaque sabbat, toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l'Éternel. (LSG)

 

Cette restauration des Sabbats et des Nouvelles Lunes sera accompagnée par la restauration des Fêtes.

 

Zacharie 14:16-19 Tous ceux qui resteront de toutes les nations venues contre Jérusalem monteront chaque année pour se prosterner devant le roi, l'Éternel des armées, et pour célébrer la fête des tabernacles. 17 S'il y a des familles de la terre qui ne montent pas à Jérusalem pour se prosterner devant le roi, l'Éternel des armées, la pluie ne tombera pas sur elles. 18 Si la famille d'Égypte ne monte pas, si elle ne vient pas, la pluie ne tombera pas sur elle ; elle sera frappée de la plaie dont l'Éternel frappera les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des tabernacles. 19 Ce sera le châtiment de l'Égypte, le châtiment de toutes les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des tabernacles. (LSG)

 

Ainsi, il n'y aura aucune restauration complète, jusqu'à ce que les Nouvelles Lunes soient restaurées avec les Fêtes. Dans cette société moderne, ce sera très difficile, en effet. C'est pourquoi ce système mondial sera abattu par le Messie à son retour. Les nations seront restaurées sous la Loi qui émanera de Jérusalem.

 

Les Nouvelles Lunes sont nécessaires pour le bien-être de l'homme. Elles ont été remplacées dans le soi-disant calendrier civil par les jours païens de sacrifice humain. Aux États-Unis, les principaux jours fériés dans le calendrier civil tombent tous sur ces jours païens. On ne devrait pas fermer les yeux sur cela.

 

Les Sabbats et les Nouvelles Lunes étaient traités de la même manière pour la conduite des affaires. Le commerce ou l'achat et la vente est et était interdit autant à la Nouvelle Lune que le jour du Sabbat.

 

Amos 8:4-6 Écoutez ceci, vous qui dévorez l'indigent, et qui ruinez les malheureux du pays ! 5 Vous dites : Quand la nouvelle lune sera-t-elle passée, afin que nous vendions du blé ? Quand finira le sabbat, afin que nous ouvrions les greniers ? Nous diminuerons l'épha, nous augmenterons le prix, nous falsifierons les balances pour tromper ; 6 Puis nous achèterons les misérables pour de l'argent, et le pauvre pour une paire de souliers, et nous vendrons la criblure du froment. (LSG)

 

Cette restriction est un problème sérieux pour l'Israël moderne. Cependant, il n'y a, en fait, aucune exception qui semble permettre au Sabbat d'être divorcé des Nouvelles Lunes, sauf avec les Fêtes par la distinction des Dix Commandements comme Shabbatown. Cependant, tous doivent être observés. Aucune restauration n'est ou ne peut être complète, jusqu'à ce que les Nouvelles Lunes soient restaurées.

 

Amos continue en prononçant la sentence d'Israël, parce qu'Israël n'observe pas les Sabbats et les Nouvelles Lunes correctement.

 

Amos 8:8-12 Le pays, à cause d'elles, ne sera-t-il pas ébranlé, et tous ses habitants ne seront-ils pas dans le deuil ? Le pays montera tout entier comme le fleuve, il se soulèvera et s'affaissera comme le fleuve d'Égypte. 9 En ce jour-là, dit le Seigneur, l'Éternel, Je ferai coucher le soleil à midi, et j'obscurcirai la terre en plein jour ; 10 Je changerai vos fêtes en deuil, et tous vos chants en lamentations, Je couvrirai de sacs tous les reins, et je rendrai chauves toutes les têtes ; Je mettrai le pays dans le deuil comme pour un fils unique, et sa fin sera comme un jour d'amertume. 11 Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, l'Éternel, où j'enverrai la famine dans le pays, non pas la disette du pain et la soif de l'eau, mais la faim et la soif d'entendre les paroles de l'Éternel. 12 Ils seront alors errants d'une mer à l'autre, du septentrion à l'orient, ils iront çà et là pour chercher la parole de l'Éternel, et ils ne la trouveront pas. (LSG)

 

La punition directe pour ne pas obéir à la parole de Dieu est l'enlèvement de ce que nous avons. La famine de la parole vient comme punition pour la désobéissance. La profanation du Sabbat et des Nouvelles Lunes par le trafic et le commerce de façon malhonnête, en violation de la Loi, est la cause principale. La Maison de Jacob a été dispersée pour ces infractions ; cependant, ils ont été gardés et non pas perdus, comme le grain est tamisé dans une passoire.

 

Amos 9:8-15 Voici, le Seigneur, l'Éternel, a les yeux sur le royaume coupable. Je le détruirai de dessus la face de la terre ; Toutefois je ne détruirai pas entièrement la maison de Jacob, dit l'Éternel. 9 Car voici, je donnerai mes ordres, et je secouerai la maison d'Israël parmi toutes les nations, comme on secoue avec le crible, sans qu'il tombe à terre un seul grain. 10 Tous les pécheurs de mon peuple mourront par l'épée, ceux qui disent : Le malheur n'approchera pas, ne nous atteindra pas. (LSG)

 

Il devrait être noté que les gens d'Israël, qui disent que le mal ne les atteindra pas, seront détruits. Cette période est à la fin, aux Derniers Jours notés comme le Jour du Seigneur. Cette activité est immédiatement avant la restauration Messianique. Cette restauration suit l'Holocauste de la guerre mondiale lequel nous prévoyons en tant que l’Holocauste thermonucléaire global de la Troisième Guerre Mondiale.

 

11 En ce temps-là, je relèverai de sa chute la maison de David, J'en réparerai les brèches, j'en redresserai les ruines, et je la rebâtirai comme elle était autrefois, 12 Afin qu'ils possèdent le reste d'Édom et toutes les nations sur lesquelles mon nom a été invoqué, dit l'Éternel, qui accomplira ces choses. 13 Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, où le laboureur suivra de près le moissonneur, et celui qui foule le raisin celui qui répand la semence, où le moût ruissellera des montagnes et coulera de toutes les collines. 14 Je ramènerai les captifs de mon peuple d'Israël ; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, ils planteront des vignes et en boiront le vin, ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. 15 Je les planterai dans leur pays, et ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné, dit l'Éternel, ton Dieu. (LSG)

 

Cette horreur peut être évitée par la mise en application du Plan de Dieu par le repentir. Les Nouvelles Lunes symbolisent ce système, car avec le Sabbat et les Fêtes, elles illustrent le Plan de Dieu.

 

 

q