Les Églises Chrétiennes de Dieu

[209]

 

 

 

Équilibre [209]

 

(Édition 1.1 19970712-19970725)

 

 

 

 

 

Il y a souvent un conflit dans ce qui est considéré comme une approche sensée et logique selon l'Écriture et celle poursuivie par les gens, avec ce que la Bible décrit comme le zèle, mais sans l’intelligence. Une telle approche est décrite comme déséquilibrée. Certains iraient même jusqu'à la décrire comme n'étant pas en accord avec un esprit sain. Cette étude tente de donner quelques directives sur ce sujet de l'équilibre.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1997 écrit par Erica Cox, édité par Wade Cox)

(Tr. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/ et http://www.ccg.org/french/

    

 

Équilibre [209]

 

De manière générale, les êtres humains ont souvent des idées fixes, souvent sans l'étude et la compréhension éclairées. Par exemple, beaucoup d'entre nous pensent que nous sommes en surpoids et faisons un régime. Le régime que nous choisissons peut nous promettre une perte rapide et facile de poids, mais on peut ne pas comprendre qu'il sapera probablement nos taux métaboliques naturels ce qui peut entraîner le regain rapide du poids perdu et plus encore. Donc, nous constatons que nous avons sauté sur un tourniquet de régimes à la mode, chacun nous promettant la silhouette mince de nos rêves. Certains croient que les suppléments vitaminiques vont résoudre la plupart des carences alimentaires, d'autres évitent certains aliments, par exemple, le sel, les œufs, les produits laitiers ou d'autres aliments ou combinaison d'aliments. Une approche équilibrée pour la santé est importante dans tous les aspects. Nous devons tirer le meilleur parti des informations scientifiques, environnementales et médicales dont nous disposons.

 

Beaucoup de nos problèmes de santé sont dus à notre mode de vie. Nous brûlons la chandelle par les deux bouts, pour ainsi dire. Nous n'avons pas assez d'exercice, de repos, d'air frais ou nous mangeons ‘sur le pouce’. Nous mangeons trop de mauvaises choses, et pas assez de bonnes choses. Nos régimes alimentaires ne sont pas correctement équilibrés. Notre environnement est de plus en plus pollué. L'air que nous respirons est pollué, comme l'est notre eau. Nous agissons en sorte que les fruits et légumes sont contaminés par les pesticides et les métaux lourds et donc sont un risque pour la santé dans certaines régions (voir l'étude Les Lois de l'Alimentation (No. 015)). En ajoutant des hormones pour l'alimentation des poulets, nous affectons la valeur du poulet dans notre alimentation. Les additifs pour l'alimentation du bétail sont préjudiciables à la qualité de la viande bovine. En fait, la viande la plus sûre à manger aujourd'hui, c'est le mouton ou le bœuf nourri en plein air. D’autres nuisent à leur santé par le tabagisme et ceux d'entre nous qui ne fument pas ont souvent à subir les conséquences (par le tabagisme passif) aussi. Notre incapacité à respecter les lois bibliques de l'alimentation contribue au déséquilibre dans la chaîne alimentaire. Ces problèmes contribuent à une incidence accrue de réaction allergique entraînant la nécessité d'éviter certaines substances.

 

Il y a certaines choses pour lesquelles on ne peut presque rien faire. Cependant, nous avons l'obligation de faire en sorte que ce que nous faisons est le mieux que nous savons faire dans les domaines sur lesquels nous avons le contrôle.

 

Suite à quelques observations découlant de l’étude Le Végétarisme et la Bible (No. 183), il est devenu évident qu'il y avait quelques lecteurs qui n'avaient pas compris que l'un des enjeux était l'équilibre. La Bible nous met en garde sur la gourmandise et l'ivrognerie – aucun n’entrera dans le Royaume de Dieu (1Cor. 6:9-10). La Bible nous dit aussi qu'il n'y a pas de péché dans le manger et le boire (Deut. 14:25-26). L’équilibre ou la modération est le message qui nous est donné. On nous donne des instructions explicites sur ce que nous pouvons et ne pouvons pas manger (Lév. 11:1-46 ; Deut. 14:3-21) et il y a de très bonnes raisons pour ces instructions. L’étude Les Lois de l'Alimentation (No. 015) fournit quelques explications sur ces raisons. La Bible nous donne des instructions claires sur la façon de vivre une vie bien équilibrée. Une partie de cela est énoncée dans les moindres détails – voir les ordonnances dans Lévitique concernant les aliments purs et impurs (Lévitique 11), la purification après la naissance de l'enfant (Lév. 12), les maladies (Lév. 13 à Lév. 15), les relations sexuelles (Lév. 18). Celles-ci sont reprises dans Deutéronome qui traite également de la mise en ordre de la nation, du crime et du châtiment, des installations sanitaires, de l'hygiène personnelle, du mariage, de la dîme, et des conséquences de l'obéissance et de la désobéissance. Nous devons aussi nous rappeler que Christ a dit que pas un seul iota ou un trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout soit accompli (Matthieu 5:18). Par conséquent, ces lois de l'Ancien Testament sont aussi valables aujourd'hui qu'elles l'étaient alors.

 

Les lois sont claires, mais les raisons derrière elles ne sont pas toujours aussi claires. Pour plusieurs, la raison n'est pas importante. Si Dieu dit que c’est comme ça, alors ces gens acceptent ce fait et feront de leur mieux pour vivre au sein de ces lois. D'autres veulent savoir pourquoi. Dans de nombreux cas, le bon sens fournira les raisons. Dans d'autres cas, nous devons nous tourner vers la science. L’étude Les Lois de l'Alimentation (No. 015) se tourne vers la science pour démontrer pourquoi certains aliments sont purs et d'autres impurs. Par exemple, les médecins, diététiciens, nutritionnistes, et chercheurs peuvent expliquer assez facilement pourquoi il ne faut pas manger la graisse des animaux. Les dangers des régimes riches en cholestérol sont maintenant de notoriété publique. La recherche a retracé la cause de beaucoup de maladies dont nous souffrons à nos régimes. Il est important de comprendre que Dieu nous a donné une grande variété d'aliments – viande, fruits, céréales, légumes, etc. – dont aucun ne doit être méprisé. Ils nous ont été donnés pour notre nourriture. Le Dieu qui nous a fait sait sûrement ce dont nous avons besoin pour garantir des corps sains.

 

Il ne semble pas y avoir beaucoup de discussion quant à l'obligation de manger des céréales, des fruits et des légumes. Cependant, il y a l'argument considérable en ce qui concerne la consommation de la viande. Ce problème ne concerne pas seulement les Adventistes du Septième Jour, mais aussi beaucoup de gens de toutes les religions ou d'aucune religion qui s'abstiennent de manger de la viande pour toutes sortes de raisons. En discussion avec un nutritionniste travaillant pour l’Australian Meat and Livestock Corporation, il semble que les diététistes qui prônaient les régimes avec une teneur élevée en fibres, et une teneur faible en gras disent maintenant que la variété est le facteur le plus important. Afin de développer une alimentation qui contient tous les éléments de nutrition pour une alimentation saine et équilibrée, nous avons besoin de manger une grande variété d'aliments de tous les groupes alimentaires de base.

 

Il n'y a pas un seul aliment (sauf peut-être la manne) qui contient tous les nutriments nécessaires. C'est seulement à travers la consommation de toute une gamme d'aliments que nous pouvons être sûrs de manger suffisamment de toutes les vitamines, minéraux, oligo-éléments et ainsi de suite dont nous avons besoin. Les suppléments de vitamines aident certainement là où un régime alimentaire est déficient, mais ne devraient pas être pris sans discernement. Les vitamines en excès peuvent aussi causer des problèmes de santé graves.

 

Une des grandes questions relatives à la consommation ou l’abstinence de la viande est celle du fer. Le fer est extrêmement important puisque :

(a)      il est le moyen par lequel le corps est fourni avec de l'oxygène sous la forme de l'hémoglobine dans les globules rouges. Le manque de fer signifie la diminution des globules rouges entraînant une anémie ;

(b)     les cellules qui combattent l'infection dépendent des réserves adéquates de fer ;

(c)      il est une composante essentielle de la réaction chimique qui produit de l'énergie à partir des aliments.

 

Il existe deux types de fer dans les aliments.

 

Le fer héminique. Il se trouve dans la viande rouge, le foie, les fruits de mer [poisson pur] et la volaille. Le fer héminique est jusqu'à dix fois plus facile pour notre corps à absorber que le fer non héminique. La viande rouge maigre est l'une des sources les plus riches en fer héminique et contient trois fois plus de fer que le poulet ou le poisson.

 

Le fer non héminique. Cela se retrouve dans le pain, les fruits, les légumes, les céréales de petit déjeuner enrichies de fer, les haricots, les lentilles et les œufs. Le fer non héminique n'est pas bien absorbé par l'organisme, mais son absorption peut être augmentée jusqu'à quatre fois par de la viande ou une combinaison d’aliments riches en vitamine C dans les mêmes repas (Manger pour la Vitalité - 3 étapes faciles pour une alimentation riche en fer. Un dépliant fourni par l’Australian Meat and Livestock Corporation, Mars 1996).

 

Alors que la viande et les aliments riches en vitamine C augmentent l'absorption du fer non héminique, le thé, le café et le lait vont réduire l'absorption du fer non héminique et, par conséquent, la plupart des végétariens (comme une question de nécessité) s'abstiennent de ces substances ou s'assurent qu'ils ne sont pas pris au cours ou près des repas.

 

Il convient de noter que la vitamine B12 est nécessaire à la synthèse des acides nucléiques, le maintien de la myéline dans le système nerveux et le bon fonctionnement de l'acide folique (une autre vitamine B). Les effets les plus graves de carence sont l'anémie pernicieuse et une dégénérescence du système nerveux. La vitamine B12 est fabriquée uniquement par certains micro-organismes et est contenue uniquement dans les aliments d'origine animale. Les bonnes sources sont la viande, en particulier le foie, le poisson et les œufs (paraphrase de The Concise Medical Dictionary, 2e éd., 1985).

 

Une étude récemment publiée de l'Hôpital Adventiste du Septième Jour montre que les végétariens stricts risquent des troubles de santé graves en raison du manque de vitamine B12. L'étude sera publiée dans son intégralité dans l’American Journal of Clinical Nutrition. L'enquête a été faite sur 245 pasteurs Adventistes du Septième Jour. 200 d'entre eux avaient été végétariens depuis plus de 20 ans. 77% avaient des apports en vitamine B12 inférieurs au minimum requis et le problème était lié à leur alimentation. M. Hokin, directeur de pathologie à l'Hôpital Adventiste de Sydney a dit que la carence en vitamine B12 pourrait causer de la léthargie, des engourdissements, des picotements dans les extrémités, et finalement l'anémie mégaloblastique ou pernicieuse, et la dégénérescence de la moelle épinière (cf. Canberra Times, sam. 12 juillet 1997, p. 5).

 

Les ministres participant à l'étude étaient soit des lacto-ovo-végétariens – qui consomment du lait et des œufs mais moins d'un service de nourriture de chair par semaine – soit des végétaliens, qui refusent tous les produits d'origine animale.

 

L'étude montre que le régime alimentaire plutôt que la malabsorption ou l’augmentation de l'excrétion était la principale cause. M. Hokin a déclaré : "Ceci est important car un grand nombre de manuels disent que le régime n'est pas la cause principale, mais beaucoup d'entre eux sortent des États-Unis où il y a une fortification très répandue des aliments".

 

L'Organisation Mondiale de la Santé recommande une allocation minimale quotidienne de vitamine B12 de un microgramme par jour. M. Hokin dit qu’au moins 15 à 20 services par semaine de produits laitiers, d’œufs et de lait de soja enrichi étaient tenus de fournir l'apport minimum de subsistance. Seulement 23% des végétariens dans son étude ont atteint l’apport minimum de subsistance. Les mangeurs de viande prennent 3-9 microgrammes par jour constituant des réserves dans le foie. Les lacto-ovo-végétariens se procurent leurs vitamines B12 à partir du lait, du yaourt, du fromage et des œufs, mais les végétaliens n’en obtiendront aucun à moins qu'ils ne prennent des suppléments ou mangent des aliments enrichis tels que les viandes de substitution, le lait de soja et des céréales. Dans la pratique, ce n'est pas le cas, même parmi les ministres chargés de la religion.

 

Les végétaliens sont plus à risque, mais les deux classes sont sérieusement en danger. L'effet sur ​​la colonne vertébrale affecte aussi les yeux, et des problèmes de vue sont endémiques chez les végétariens en particulier avec les muscles des yeux et les iris. La carence devient réellement visible dans les yeux au fil du temps (voir aussi l'étude Le Végétarisme et la Bible (No. 183) pour la position biblique sur cette pratique).

 

Des études telles que L'étude randomisée d'effets cognitifs d'une supplémentation en fer chez les adolescentes non-anémiques souffrant de carence en fer dans le Lancet, Vol. 238, le 12 Octobre 1996 et Les contributions du fer héminique et non héminique à la nutrition humaine dans Critical Reviews in Food Science and Nutrition, 31(4):333-367 (1992), sont des exemples du type de recherche effectuée en nutrition et sont disponibles dans les bibliothèques. Ce sujet est extrêmement complexe et l'espace ne permet pas une analyse en profondeur. Le point est que Dieu nous a fourni les aliments dont nous avons besoin pour maintenir notre santé à un niveau optimal. Les fruits et légumes sont connus pour inhiber le cancer. Les légumes verts aident à développer un système nerveux sain. La vitamine A (rétinol) est essentielle pour la croissance, la vision nocturne et le maintien de la muqueuse douce. Elle se trouve préformée dans les aliments d'origine animale, notamment le lait, le jaune d'œuf et le foie. Elle est formée dans le corps à partir du pigment de bêta-carotène, présent dans certains aliments d'origine végétale, tels que le chou, la laitue et les carottes.

 

Le manque de vitamines dans notre alimentation conduit à une variété de maladies. Quelques exemples bien connus sont que le manque de vitamine C entraîne le scorbut, le manque de toute vitamine B conduit à des conditions telles que le béribéri, une anémie, une dégénérescence du système nerveux et le manque de vitamine D entraîne le rachitisme.

 

Comme indiqué précédemment, aucun aliment ne contient tous les nutriments dont nous avons besoin donc nous devons avoir la plus grande variété d'aliments que nous pouvons. Ceux-ci, comme nous le savons tous, comprennent des produits animaux de l'espèce ‘pure’ (y compris les produits laitiers et les œufs), les fruits et légumes, les grains et les céréales. L'eau doit également être prise en quantités généreuses. Le bon équilibre de ces aliments, en collaboration avec l'exercice régulier, le travail, le jeu et le repos devrait nous fournir une vie équilibrée.

 

Si nous sommes en bonne forme physique et en bonne santé, nous contribuons énormément à être sains d'esprit aussi. Cependant, nous sommes tous capables de devenir fermés d'esprit, nous avons mis des œillères et refusons de regarder à tout autre argument. Comment pouvons-nous savoir ce qui est vrai si nous ne lisons pas largement et n’analysons pas ce que nous lisons ? De même, pourquoi perdre du temps sur le matériel de lecture que nous savons être faux ? Il semblerait qu'un certain degré de discrimination soit pertinent.

 

Un autre sujet de controverse est celui du vin et de l'alcool de toutes sortes. Encore une fois, la Bible est claire. L'alcool est autorisée (Deut. 14:26) et même recommandé (1Tim. 5.23). La science médicale indique que la consommation régulière d'alcool réduit le risque de crises cardiaques. Comme tout le reste, c'est l'abus de la substance qui est condamné, à la fois bibliquement et scientifiquement. L’étude Le Vin dans la Bible (No. 188)) fournit une étude approfondie sur la position biblique et doit être lue en conjonction avec la présente étude.

 

Il n'est pas suggéré que la viande et le vin doivent être consommés à chaque repas ou même tous les jours. Cependant, en utilisant toute la merveilleuse variété de fruits, de légumes, de viandes et de plantes que Dieu a prévue pour nous, nous pouvons profiter de la qualité de vie prévue pour nous. Il est intéressant de noter des études aux États-Unis des gens qui ont vécu au-delà de 100 ans. Ces gens mangeaient de la viande, buvaient de l'alcool et travaillaient dur. Il semblerait qu'ils aient équilibré leur vie de manière appropriée. Enseigner que c'est mal de boire de l'alcool ou de manger de la viande est bibliquement malsain et, en fait, condamné par Paul (1 Timothée 4:1-5 ; lire aussi les études La Doctrine de Démons des Derniers Jours (No. 048) et Le Végétarisme et la Bible (No. 183)).

 

Il est important que nous suivions les lois de Dieu dans l'utilisation des aliments qu’Il nous a donnés de la manière la plus équilibrée et joyeuse que nous connaissions dans les limites de la connaissance que nous avons à notre disposition.

 

De toute évidence, nos problèmes de santé ne sont pas toujours résolus par l'alimentation et une vie équilibrée, même si cela va les minimiser. Il est important que nous cherchions des conseils, veillions à ce que nous prenions des décisions pleinement informées fondées sur les faits disponibles. Après avoir recherché toutes les informations disponibles afin de prendre nos décisions, nous devons aller à Dieu dans la prière cherchant Sa directive et devrions mettre en œuvre cette décision dans la foi.

 

Le principe de l'équilibre doit être mis en œuvre dans tous les aspects de nos vies – pas seulement en ce qui concerne la nourriture, mais aussi en ce qui concerne la télévision, les livres que nous lisons, le genre de divertissement dont nous jouissons, et la façon dont nous vivons nos vies. Nous devrions considérer la valeur de toutes nos activités et être sûrs que nous équilibrons ces choses avec l’étude de la Bible, la prière et la recherche constante de la volonté de Dieu pour nous, cherchant d'abord le Royaume de Dieu.

 

Il est écrit : Tu ne suivras point la multitude pour faire le mal (Exode 23:2).

 

Suivre les modes et les tendances générales peut aussi être mauvais. Une fois de plus, il doit y avoir un équilibre. Mais l'équilibre est souvent présent dans la sagesse du conseil.

 

Proverbes 11:14 Quand la prudence fait défaut, le peuple tombe ; Et le salut est dans le grand nombre des conseillers. (LSG)

 

Cette sécurité dans le conseil comprend la sécurité en matière de la santé et de l'esprit.

q