Les Églises Chrétiennes de Dieu

[212D]

 

 

 

Les Descendants d’Abraham

Partie IV :

Les Fils de Ketura [212D]

 (Édition 2.0 2070302-20070303-20070417)

 

 

 

 

L'identité des fils de Ketura n'est pas bien connue et est souvent confondue avec les fils d'Ismaël. La vérité est importante pour la compréhension du destin des fils d'Abraham dans la prophétie.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2007 Wade Cox & anor.)

(Tr. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 



Les Descendants d’Abraham Partie IV : Les Fils de Ketura [212D]

 

 

Peut-être les plus énigmatiques de tous les descendants d'Abraham sont les Fils de Ketura. Leurs noms sont enregistrés dans Genèse 25:2-4 et 1Chroniques 1:32-33.

 

Genèse 25:1-4 Abraham prit encore une femme, nommée Ketura. 2 Elle lui enfanta Zimran, Jokschan, Medan, Madian, Jischbak et Schuach. 3 Jokschan engendra Séba et Dedan. Les fils de Dedan furent les Aschurim, les Letuschim et les Leummim. 4 Les fils de Madian furent Epha, Epher, Hénoc, Abida et Eldaa. -Ce sont là tous les fils de Ketura. (LSG)

 

Les six fils ont été probablement nés dans la première moitié des années 1800 AEC. Les identités de leurs descendants jusqu’à aujourd’hui sont en grande partie restées un mystère, cependant, il y a quelques indices dans les récits historiques. Sourate 11:95 dans le Qour'an dit qu'un des fils, Madian, était “disparu de vue” peut-être jusqu'en ces Derniers Jours. Madian était le fils le plus notable, en ce que ses descendants sont mentionnés le plus souvent autant dans la Bible, le Qour'an et dans les récits séculaires que n'importe lequel des descendants de ses frères. De là, plus en sera écrit de Madian et des tribus descendant de lui. La base est que Madian était la tribu du beau-père de Moïse et ainsi le plus proche en Israël en importance et en emplacement.

 

La Sourate du Qour'an, écrite environ quatre ans avant le Hijrah, traite du concept de la révélation de Dieu par les prophètes.

 

La Sourate 10 intitulée "Jonas” tire son nom de la référence aux gens à qui Jonas a témoigné et qui ont cru (S. 10:99). La Sourate suivante traite de la transmission de la prophétie par les prophètes Arabes et aussi par les fils de Ketura en Madian. La Sourate 11, "Hud”, se réfère au prophète arabe Hud non mentionné dans la Bible. Il était de la tribu de A'ad. La Sourate mentionne aussi deux autres prophètes, Salih de la tribu de Thamud et Shu’eyb de Madian, que Pickthall identifie avec Jéthro. Les deux Sourates transmettent alors l'autorité à Moïse et Aaron.

 

Si Shu'eyb est en effet Jéthro, le Qour'an explique plus loin le transfert du transfert des Écritures Saintes en Israël par Moïse et Aaron. La Tribu de Madian a été utilisée pour effectuer ce processus à travers le séjour de Moïse à Madian et la préparation pour l'Exode. Madian est alors montré comme étant enlevé après une catastrophe qui est arrivée aux injustes, sauvant seulement Shu’eyb et ceux qui l'ont suivi. Autrement dit, seulement les fidèles ont été sauvés à ce moment-là. Les Arabes, cependant, ont été continuellement paganisés pendant des millénaires.

 

Nous aurons plus affaire avec Jéthro ci-dessous.

 

Ketura

 

Ketura est un des noms les plus évocateurs dans la Bible. Cela signifie parfumé ou encens (SHD 6989) et amène à l’esprit l'arome brûlant des sacrifices et la fumée de l’encens qui montait comme une offrande de bonne odeur au Seigneur. Le mot qetorah (SHD 6988, de 6989), trouvé seulement dans Deutéronome 33:10, signifie aussi la fumée du sacrifice ou encens. Le nom Arabe pour Ketura est Saffurah, qui a été décrite comme une Kushiyat (c'est-à-dire une Cuschite, comme avec la femme de Moïse dans Nom. 12:1, RSV).

 

Quelques commentaires, y compris la littérature rabbinique, prétendent que Ketura est simplement un autre nom pour Agar, la concubine/femme d'Abraham et la mère d'Ismaël.

 

Cependant, les deux femmes et leurs progénitures diverses sont mentionnées tout à fait séparément plusieurs fois – dans Genèse 25:6, par exemple. Ici, Agar et Ketura sont mentionnées comme concubine, à savoir piylegesh (SHD 6370). Messieurs E. Hirsch et M. Seligsohn, dans leur article sur Ketura dans l’Encyclopédie Juive, écartent l'idée qu’elle soit synonyme d’Agar.

 

Tout de même il semble que tel n'était pas l'avis des docteurs talmudiques ; car les enfants d'Ismaël et les enfants de Ketura sont distincts dans l'histoire de leurs plaintes contre les Juifs avant Alexandre le Macédonien (Sanh. 91a) .E. G. H. M. Sel.

 

Il apparaît aussi qu'Abraham ait épousé Ketura environ 65 ans après avoir pris Agar comme concubine. Traditionnellement les récits du Temple prétendent aussi que Ketura était une descendante de Japhet. Ainsi la référence à Kushite doit se référer aux tribus de voleurs qui ont peuplé le secteur de la Babylonie, lesquels étaient des Mèdes et des fils de Japhet au lieu des fils de Cusch (voir ci-dessous).

 

L'Yakult Midrash fait une affirmation non déraisonnable concernant les trois femmes d'Abraham.

   

 Abraham a épousé trois femmes - Sara, une fille de Sem ; Ketura, une fille de Japhet ; et Agar, une fille de Cham. (Ibid., ch. 8)

 

J.A. Selbie dans le dictionnaire A Dictionary of the Bible (James Hastings, publ. par T & Clark T, Edin., 1899) ajoute ce commentaire aux fils de Ketura :

   

De la signification du nom Ketura, 'encens', Sprenger [dans Geog. Arabe. 295] suggère que 'les fils de Ketura’ ont été ainsi nommés parce que l'auteur de Gn. 25 1ff. les connaissait comme des commerçants de produits.

 

Selon Selbie, les généalogistes arabes maintiennent qu’il y avait une tribu appelée Katura vivant dans le voisinage de la Mecque. Hérodote (ca. 490-425 AEC) a déclaré que : “l'Arabie est le dernier des pays habités vers le Sud et c'est le seul pays qui produit de l'encens, de la myrrhe, du cassis, de la cannelle et du ledanum” (Histoires, III, 107) et ajoute : “concernant les épices de l'Arabie, n’en parlons pas. Le pays entier en est parfumé, et exhale une odeur merveilleusement bonne” (ibid., 113).

 

L’encens (lebonah : SHD 3828) a été trouvé presque exclusivement en Arabie. Le prophète Jérémie mentionne l’encens venant de Séba (Jér. 6:20).

 

C'était un des quatre ingrédients de la préparation particulière de l’encens saint (Ex. 30:34) utilisé tant dans le Tabernacle que dans le Temple (cf. Luc 1:9-10).

 

L'encens était aussi uniquement utilisé pour les offrandes de sacrifice avec de la fleur de farine et de l’huile (Lév. 2:1-2), mais son utilisation était interdite pour des offrandes de péché (Lév. 5:11) ou offrandes de jalousie (Nom. 5:15). Il devait être brûlé pour un mémorial, une offrande faite par le feu sur les deux piles de 6 pains chacun de pain sans levain, sur la table ‘pure’ dans le Tabernacle et le Temple (Lév. 24:5-7).

 

La myrrhe est souvent mentionnée en conjonction avec l'encens et est associée tant avec la naissance qu'avec la mort du Messie (voir Matt. 2:11 ; Marc 15:23 ; Jean 19:39-40).

 

Cantique des Cantiques 3:6 Qui est celle qui monte du désert, comme des colonnes de fumée, au milieu des vapeurs de myrrhe et d’encens et de tous les aromates des marchands ? (LSG)

 

Psaume 45:7b-8 C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint d’une huile de joie, par privilège sur tes collègues. 8 La myrrhe, l’aloès et la casse parfument tous tes vêtements ; dans les palais d’ivoire les instruments à cordes te réjouissent. (LSG)

 

Cela se réfère à la tradition normale à l'Est de parfumer un jeune marié ; dans ce cas particulier, le Messie a été oint au-dessus de ses compagnons élohim. Nous voyons aussi dans Néhémie 13:5 que l’encens était considéré comme un des trésors du Temple.

 

Les fils d'Abraham par Ketura

 

Dans Chroniques 1, Ketura est mentionnée comme la concubine d'Abraham, signifiant une femme prise dans le but d’avoir des fils. Elle est postérieurement mentionnée comme une femme montrant un changement dans le statut (cf. Genèse 25:1). Elle est évidemment devenue la deuxième femme d'Abraham peut-être à la mort de Sara, mais cela peut avoir été préalablement.

 

1Chroniques 1:32-33 Fils de Ketura, concubine d’Abraham. Elle enfanta Zimran, Jokschan, Medan, Madian, Jischbak et Schuach. Fils de Jokschan : Séba et Dedan. 33 Fils de Madian : Epha, Epher, Hénoc, Abida et Eldaa. -Ce sont là tous les fils de Ketura. (LSG)

 

Les fils de Ketura sont venus pour être organisés dans un sous-groupe de six tribus, dont un élément principal était Madian qui a occupé l'Est et le Sud du secteur de la Palestine. Cette vue a été adoptée comme fait par les Hébreux et nous pouvons ainsi le prendre comme raisonnablement certain (voir le dictionnaire Interprete’rs Dictionary of the Bible, art. ‘Ketura’, Vol. 3, p. 8).

 

Zimran

 

Zimran était le premier fils d'Abraham par Ketura ; son nom signifie musical ou musicien (SHD 2175). La ville principale occupée par Zimran et ses descendants a été appelée Zabram, censément situé à l'Ouest de la Mecque. Elle est pensée pour être la même que la Zimri de Jérémie 25:25. C’est mentionné par Jérémie pour la destruction avec Elam et les rois des Mèdes. Ainsi nous traitons de la destruction des côtes littorales saoudiennes. Jérémie 25 traite de la destruction entière du Moyen-Orient commençant avec Jérusalem et les princes de Juda pour les faire un sifflement et une malédiction et de là à l’Égypte et tout le Moyen-Orient, nation par nation. Nous examinerons cet aspect séparément.

 

Le Dictionnaire d'Hastings dit du nom du lieu Zimran :

     

Probablement Knobel est juste en faisant la connexion avec Zabram de Ptolémée (VI.vii.5), à l’Ouest de la Mecque, sur la Mer Rouge. Nous pouvons peut-être comparer aussi ZIMRI de Jér 2525. Le nom est tiré de zemer, ‘montagne de mouton ou - chèvre,’ cet animal ayant sans aucun doute été le totem du clan. (p. 982)

 

Nous pouvons voir que les fils de Ketura se sont déplacés dans la péninsule arabique avant même qu’Israël soit entré en Égypte et certains sont restés là au moins jusqu'à Jérémie.

 

Jokschan

 

Il était le deuxième fils, dont le nom peut signifier fraudeur (BDB), de là implicitement un oiseleur ; alternativement, insidieux (Strong : SHD 3370).

 

Le Dictionnaire d'Hastings pense que c’est tout à fait plausible que Jokschan soit identique avec Joktan (voir Tuch) : “Les deux formes pourraient représenter respectivement la prononciation hébraïque et araméenne du même mot …” (ibid., p. 743). Cependant, c'est bibliquement impossible et Cohen trouve l'équation phonétiquement difficile. Il l’a cependant identifié comme le père de Séba et Dedan (Interpreter’s Dictionary of the Bible, art. ‘Jokschan’, Vol. 2, p. 963).

 

Joktan était le frère de Peleg et les Hébreux descendants de lui se sont déplacés beaucoup plus loin à l'étranger. L'erreur, cependant, peut expliquer une autre liaison faite entre deux secteurs, un en Arabie et l'autre dans l'Hindou Cusch (consulter l’étude Les Descendants d'Abraham Partie I : les Fils de Sem (No. 212A))

 

Sur l'analyse de Cohen Jokschan peut aussi être la personne appelée Kahtan ou Qahtan par les Arabes. Jokschan a produit deux fils, Séba et Dedan (Genèse 25:2-3 ; 1Chr. 1:32) et les tribus de ces frères se sont installées en Arabie du Nord.

 

D’autres Séba et Dedan sont mentionnés ensemble dans Ézéchiel 27 ; cependant, ceux-ci sont d'une lignée différente, étant les fils de Raema (cf. v. 22) qui était un fils de Cusch.

 

Les principales tribus arabes sont les Arabes Qahtan qui sont venus du Yémen. Ils ne sont pas Ismaélites. Ils sont les fils de Ya’rub ben Yashjub ben Qahtan. Ils se considèrent comme des Arabes purs, tandis que les fils d'Ismaël sont appelés des Arabes Arabisés. Ces Arabes Arabisés sont la progéniture d'Ismaël et sont considérés comme étant adoptés dans la progéniture des Arabes purs et ces Ismaélites du Nord-Ouest de l'Arabie sont appelés Arabes ‘Adnaniens.

 

Séba et Dedan

 

Le deuxième fils de Ketura par Abraham, Jokschan, avait deux fils Séba et Dedan, comme mentionné précédemment. Dedan est enregistré comme étant l'ancêtre des Aschurim, des Letuschim et des Leummim (Genèse 25:3).

 

La confusion peut surgir avec plusieurs de ces noms. Par exemple : bien que le terme Aschurim soit ici rapproché à Assur (SHD 804), il se réfère à un peuple différent des Assyriens (aussi 804), qui était des descendants de Assur fils de Sem. De même, Séba était le nom donné des générations plus tôt à un des treize fils de Joktan, fils d'Héber (duquel les Hébreux sont nommés).

 

Aschurim (SHD 805) signifie pas dans le sens de faire des pas pour aller quelque part. Dans la littérature juive postérieure, Aschurim est décrit comme ‘des marchands voyageurs’.

 

Letuschim (SHD 3912) signifie martelé ou opprimé (Strong), directement lié à un mot (3913) signifiant affûter, marteler, aiguiser (BDB), c'est-à-dire, que les Letuschim étaient occupés dans l'aiguisage des ustensiles et des armes.

 

Leummim (SHD 3817) signifie peuples ou communautés, de la racine du mot signifiant se réunir. Dans des écritures juives postérieures, les Leummim sont décrits comme ‘le chef d'entre ceux qui peuplent les îles’, se rapportant peut-être aux îles grecques.

 

Cela expliquerait aussi les deux Haplogroupes Sémitiques principaux des Grecs étant J et I avec un haplogroupe principal postérieur étant le E3b Chamitique de l'occupation nord-africaine là.

 

Nous voyons des Aschurim et des Letuschim qu'ils sont des voyageurs, des marchands et des rétameurs, tous les termes qui pourraient être appliqués au peuple moderne Roma[ny] ou des Gitans. Les Gitans, cependant, ne peuvent pas être liés aux fils de Ketura, bien que nous puissions démontrer leur origine sémitique (consulter l’étude Les Descendants d’Abraham Partie I : les Fils de Sem (No. 212A)).

 

Origine du Nom Arabe

 

Ces fils de Ketura qui devaient devenir les Arabes Purs ont été divisés en beaucoup de tribus, mais celles que nous connaissons comme les deux lignées principales des fils de Ya'rub ou les fils arabes de Jokschan étaient :

  1.  Himyar duquel les clans les plus célèbres étaient : Zaid Al-Jamhur, Quda’a et Sakasic.

  1. Kahlan dont les clans les plus célèbres étaient : Hamdan, Anmar, Tai’, Mudhhij, Kinda, Lakhm, Judham, Azd, Aws, Khazraj et ceux qui sont devenus les rois de l’antique Syrie, à savoir les descendants de Jafna.

 

Une tribu des Himyar appelée les Quda'a s’est déplacée du Yémen et vers le semi-désert Samawa aux frontières de l'Irak.

 

Les clans Kahlan ont émigré du Yémen vers les différentes parties de la péninsule arabique avant la rupture du Barrage de Ma’rib, qui est mentionné comme le Grand Déluge (Sail Al’’Arim). Le secteur de la Reine de Séba dans le Sud-Ouest de l'Arabie dans cette partie du Yémen était très riche quand le barrage était opérationnel. Ses portes sont toujours là aujourd'hui, avec les constructions voisines de la ville en états variables de décomposition. Les dernières réparations du mur du barrage ont été construites de la partie des constructions de la ville. Cela montre que la ville et le secteur étaient en déclin même à ce moment là. Le barrage a été construit à peu près vers 600 AEC et s’est effondré à peu près vers 600 EC, à ce moment là, lui et la culture n'y avaient plus d'importance. Pendant son règne avant même le Royaume d'Israël jusqu'à ce que les Romains aient supprimé son influence, il a aussi contrôlé la terre à travers la Mer Rouge dans la Corne de l'Afrique et cela représente l'extension des légendes de Séba en Afrique.

 

Joskshan était le père de Séba et ses terres ont été centrées sur le secteur et ses gens ont construit ce barrage.

 

Ces clans Kahlun ont été forcés de déménager à cause de l'occupation romaine de l'Égypte et de la Syrie et de la rupture des itinéraires commerciaux de longue date sous la pression romaine.

 

Nous diviserons maintenant les clans Kahlun en quatre groupes :

 

1.      Azd

2.      Lakhm et Judham

3.      Banu Tai ’

4.      Kinda

 

L'Azd, sous la direction de 'Imran ben ‘Amr Muzaiqb (ca. 146), a erré au Yémen et après l'expédition de pionnier scouts, s’est déplacé au Nord. Cette immigration a fait irruption en quatre sections principales.

 

La première section sous Tha’labah ben ‘Amr s’est déplacée à Hijaz et a vécu entre Tha’labiyah et Dhi Qar. En gagnant la force Tha’labah ben ‘Amr s'est dirigé vers Madinah (Médine) où il est resté et son descendant Haritha ben Tha’labah a eu deux fils, Aws et Khazraj, qui étaient célèbres à Médine.

 

La deuxième section ou groupe a été dirigé par le fils de 'Amr appellé Halitha ben’Amr, mais connu comme Khuza’a. Il a erré avec son peuple dans Hijaz et s’est établi dans Mar Az-Zahran vainquant par la suite le Harram et, après avoir transporté les occupants originaux de Makkah, la tribu de Jurhum, s’est ensuite installé dans Makkah (la Mecque).

 

Des deux autres groupes celui sous Jafna ben’Amr est allé en Syrie où il a établi le Royaume de Ghassan, qui a été appelé d’après une source d'eau dans Hijaz où ils s'étaient arrêtés pour peu de temps.

 

Le quatrième groupe sous ‘Imran ben ‘Amr est allé à 'Oman où la tribu de Azd est devenue retranchée et les descendants ont peuplé Tihama et sont devenus connus comme Azd de Shanu'a. Ainsi la section principale des habitants de la Mecque et de Medina et d’Oman et des dirigeants de la Syrie sont tous les clans de Azd des fils de Jokschan, fils d'Abraham par Ketura.

 

Du deuxième groupe principal Lakhm et Judham, nous voyons les rois de Heerah établis par Nasr ben Rabi’a, père de Manadhira.

 

Les Banu Tai’ se sont aussi déplacés au Nord de l'Aja et des montagnes Salma, qui ont été par la suite rebaptisées les montagnes de Tai’

 

Le quatrième groupe, les Kinda, a demeuré à Bahrayn jusqu'à ce qu'ils aient été expulsés à Hadramout et Najd, d'où la tribu est tombée dans l'oubli.

 

Ceux-ci sont les fils de Jokschan duquel les Arabes sont nommés.

 

Les Premiers Arabes

 

Les tout premiers Arabes sont appelés les Arabes Mourants dont on connaît un peu l'histoire. Ceux-ci étaient ‘Ad, Thamasam, Jadis, Emlaq et d'autres.

 

Les fils de Ketura s’imbriquent dans cet amalgame et sont peut-être souvent non-classés comme fils d'Ismaël ou comme fils de Ya’rub ben Yashub, ben Qahtan. Certains sont certainement les autres fils de Ketura, mais tirent leurs noms de ce fondateur des Arabes qui sont nommés pour lui (consulter aussi le tableau de l’étude Les Descendants d'Abraham Partie III : Ismaël (No. 212C)).

 

Ainsi les Arabes Mourants sont plus anciens et des tribus ayant moins de succès et même des Cananéens qui sont aussi mal étiquetés Kushites. Les Palestiniens, par exemple, ne sont pas tous du même peuple et sont compris d'au moins trois groupes de diversité génétique. La même chose est vraie pour les Libanais qui sont aussi des descendants K2 des marins japhetites Tarshish, les alliés des Phéniciens de Tyr et de Sidon. Les Arabes Purs que nous connaissons maintenant comme les Arabes Qahtanian sont des petits-fils de Jokschan, fils de Ketura, fils d'Abraham. La prophétie d'Ismaël rendant libre ses frères a une nouvelle signification. Ismaël est soumis aux fils de Ketura qui forment la classe dirigeante des Arabes et seront libérés quand le Messie viendra.

 

Les familles arabes célèbres des groupes Qahtanites peuvent être reconnues par les noms de famille comme : Alqahtani, Alharbi, Alzahrani, Alghamedey, Aws et Khazraj (Alansari ou Ansar), Aldosari, Alkhoza’a, Morra, Alojman et …etc.

 

Ces fils de Ketura n'ont pas parlé les premières formes de langues arabes comme l'Araméen de l’Est. Au lieu de cela ils ont parlé les langues Sémitiques du Sud comme Sabaic (de Séba), Minaic, Qatabanic et Hadramatic (cf. l'article 'Arab' sur Wikipedia).

 

D'autres groupes qui rejettent l'étiquette Arabe sont les Berbères du Nord de l'Afrique et beaucoup de branches des Libanais et des Égyptiens, les deux Musulmans et Coptes. De même, les Kurdes ne se définissent pas comme des Arabes. Cependant, quelques Berbères pourraient aussi s'appeler “Arabes”.

 

À l'époque médiévale ibn Kaldun a défini comme Arabes uniquement les nomades Bédouins qui peuvent se retracer jusqu’à une des tribus originales, comme les Arabes Saoudiens et ceux dans les États du Golfe modernes. Il a contrasté cela avec les styles de vie urbains où les gens allaient probablement être de descendance Arabisée. Une telle distinction est toujours largement utilisée.

 

À sa formation en 1946 la Ligue des Pays Arabes a défini "un Arabe" comme suit :

 

“Un Arabe est une personne dont la langue est Arabe, qui vit dans un pays parlant arabe, qui est dans la sympathie avec les aspirations des peuples parlant l'Arabe”.

 

Notre travail est de démêler cette image schématique et retracer les origines des gens.

 

Religions

 

Avant l'arrivée de l'Islam, les Arabes se croisaient entre des Arabes paganisés et des Arabes christianisés. L'Islam est une version du Christianisme Unitaire et les fondateurs de l'Islam étaient des Chrétiens (voir l’Introduction au Commentaire sur le Coran (QI)).

 

Les royaumes Chrétiens les plus en vue étaient trouvés parmi les fils de Ketura dans les Royaumes Ghassanids et Lakhmids.

 

Quelques individus comme les hanifs avaient adopté un monothéisme et avaient rejeté le polythéisme des Arabes paganisés. Ces païens adoraient un certain nombre de déités comme Hubal, Wadd, Al-lat, Manat et Uzza. Plusieurs étaient des Nestoriens. Et le prophète 'Mohammed’ était un Chrétien baptisé d'une secte où il a été mentionné comme Abu Qasim avant qu'il n'ait été baptisé dans la foi Unitaire des Églises de Dieu.

 

Les musulmans modernes se sont divisés dans les Sunnites, Chi'ites, Ibadhites, Alawites, Ismaili. Certains considèrent les Druzes comme une secte Musulmane ; d'autres non.

 

Les Arabes Chrétiens modernes sont des Coptes, Maronites, Orthodoxes Grecs, ou Catholiques Grecs. La foi Unitaire est devenue absorbée dans l'Islam. Le Nestorianisme a disparu.

 

Quelques Arabes sont aussi des Juifs.

 

Au dernier 4ème siècle les rois Himyarites ont été convertis au Judaïsme et leurs vassaux, les Kindites, se sont également convertis au Judaïsme. Il y a une grande section d’Haplotypes ADN-Y J1 tant parmi les Arabes que parmi les Juifs.

 

L'Islam Sunnite domine complètement au Nord de l'Afrique tandis que l'Islam Shiite est répandu à Bahrayn, l'Irak du Sud et l'Iran du Sud et les parties adjacentes de l'Arabie Saoudite, le Liban du Sud, les parties de la Syrie, le Yémen du Nord et la région Al-Batinah de l'Oman.

 

Les Chrétiens composent environ 9.2 % de la population du Proche-Orient et 39 % du Liban et 10 à 15 % de la Syrie. Les Chrétiens comprennent grossièrement 10 % de la population israélienne arabe et 6 % de la population égyptienne.

 

Deux tiers des Arabes qui migrent en Amérique et en Australie sont des Chrétiens.

 

Jusqu'aux actions pro-nazi et anti-juives des années 1930 et des années 1940, les Juifs en Irak et ailleurs se sont considérés comme des Arabes de la foi juive. Aujourd'hui, les Juifs comme les Juifs Mizrahi et Yéménites ne sont pas considérés comme des Arabes.

 

Auparavant Mizrahi a été formulé comme un terme, les Juifs Arabes ont été appelés Yehudin ‘Aravim ou “Juifs Arabes.” Le terme est rarement utilisé aujourd'hui.

 

Langue

 

La Bible hébraïque se réfère aux Arvi (ou Arabes) en connexion avec les habitants du Désert Syrien et en Arabie longtemps avant que les Arabes Qahtaniens du Sud de l'Arabie soient apparus.

 

Proto Arabique, qui était l’antique Arabe du Nord, n'a pas été écrite dans le manuscrit arabe, mais dans le Musnad épigraphique de l’Arabie du Sud. Cela a commencé au 8ème siècle AEC avec les inscriptions Hasaean de l'Arabie Saoudite orientale et les textes thamudiques de l'Arabie et du Sinaï qui n'ont pas été connectés avec les Thamud.

 

Les inscriptions safaïtiques n'ont pas apparu avant le premier siècle AEC. Les inscriptions nabatéennes ont été écrites en araméen, mais contiennent beaucoup de noms arabes.

 

L'Arabe préclassique est apparu au deuxième siècle AEC de Qaryat-al-Faw près de Sulayyil.

 

À partir du quatrième siècle EC, nous voyons l'apparition des royaumes Chrétiens des Lakhmids de l'Irak du Sud et des Ghassanids en Syrie du Sud. Les Lakhmids se sont alliés avec l'Empire Sassanid et les Ghassanids se sont alliés avec l’Empire Byzantin.

 

Le royaume Kindite de l'Arabie Centrale s’est allié avec l'Empire Himyarite du Sud de l'Arabie. Ces Arabes ont été convertis au Judaïsme et avaient une vaste influence de l’autre côté de la Mer Rouge en Afrique. C'était cette montée du pouvoir là au quatrième siècle qui a vu la réaction des Juifs arabes à la foi Chrétienne Unitaire au septième siècle et la montée de l'Islam. Le succès immense de l'Islam a vu les Khazars décidés de se convertir au Judaïsme dans les Steppes Russes vers 740 EC.

 

Il est important de noter que le Qour'an n'utilise pas le mot ‘Arab, seulement l'adjectif ‘arabiyyun où il se réfère lui-même comme mubenun clair Livre (Clair) en ‘arabiyyun (arabe) (e.g. Ayyat 43:2-3).

 

Le prophète dit que le Livre Clair a été traduit en Arabe pour qu'ils puissent comprendre. Ainsi l'Arabe est devenu la langue des Arabes de son utilisation dans le Qour'an.

 

La terminologie utilisée se référait aux Arabes sédentaires vivant dans des villes comme la Mecque et Médie comme ‘arab. Les Arabes nomades ou les Bédouins ont été mentionnés comme ‘a’rab. Ce terme avait une connotation négative du texte dans le Qour'an. Le Qour'an se réfère aux Arabes Perdus al-­‘Arab al-ba’ida et dit qu'ils ont été perdus comme une punition pour leur idolâtrie ou incrédulité. Ils ont été ainsi considérés comme des vrais Arabes comme les fils de Ketura, tandis que les Arabes postérieurs du Nord, y compris les tribus de la Mecque, étaient les fils d'Ismaël, étant des Arabes arabisés.

 

Cette distinction devait mener à l'hostilité réelle entre Qays du Nord et Kalb du Sud particulièrement en Espagne. La langue himyarite, qui a été décrite par Al-Hamdani (m. 946), semble être le dialecte de l’Arabe du Nord probablement du Qays, qui est devenu la langue parlée au Sud et sous l'influence de la langue Ancienne Arabe du Sud, qui était un dialecte sabéen des fils de Ketura.

 

La langue Arabe a ainsi été étendue par l'Arabisation sous la conquête de la France à la Chine. L'identification de ces groupes et tribus est une tâche difficile.

 

Maintenant revenons au fils de Ketura.

 

Medan

 

Le troisième des six fils de Ketura, Medan porte un nom signifiant controverse, discorde ou lutte (SHD 4091). Il a apparemment fondé un certain nombre de tribus Arabes du Nord et son nom est préservé dans la ville de Madan, qui est légèrement à l'Ouest au Sud de Taima moderne. Madan ou Medan est aussi mentionnée dans les inscriptions du règne de Babylone Tiglath-pileser III (à peu près vers 732 AEC), où elle a été mentionnée comme Badan. Les consonnes b et m sont souvent échangées dans la langue arabe et ses prédécesseurs, le chaldéen et l'araméen oriental. Les Medans n'ont pas parlé le chaldéen mais les Assyro-Babyloniens l’ont parlé.

 

Madan a peut-être été transformé en un dieu arabe sous le système antique d'adoration des ancêtres, et on voit généralement Abd-al-Madan dans les systèmes arabes comme un nom de famille (cf. aussi S. Cohen, Interp. Dict., art. ‘Medan’, Vol. 3, p. 318).

 

Il semble aussi y avoir une liaison avec Madian comme vu ci-dessous.

 

Madian

 

Bien que seulement le quatrième fils d'Abraham et de Ketura, Madian était l'ancêtre de peut-être la plus importante de toutes les six tribus de frères. Comme tels, ses descendants seront traités plus en détail que les autres. Le nom de Madian signifie lutte, bagarrant ou controverse (SHD 4080), de même que son frère Medan. Quelques commentateurs disent que le nom de Madian peut être en fait tiré du mot sémitique pour jugement.

 

Les tribus Madianites ont été mentionnées dans la littérature égyptienne et autre ; Ptolémée, par exemple, les appelle Modiana.

 

On fournit l'histoire du voyage de Moïse à Madian dans Exode 2. Elle est aussi racontée dans le Qour'an à la Sourate 28:22-28. (Voir aussi Actes 7:29 cf. Ex. 2:15.)

 

Exode 2:15-21 Pharaon apprit ce qui s’était passé, et il cherchait à faire mourir Moïse. Mais Moïse s’enfuit de devant Pharaon, et il se retira dans le pays de Madian, où il s’arrêta près d’un puits. 16 Le sacrificateur de Madian avait sept filles. Elles vinrent puiser de l’eau, et elles remplirent les auges pour abreuver le troupeau de leur père. 17 Les bergers arrivèrent, et les chassèrent. Alors Moïse se leva, prit leur défense, et fit boire leur troupeau. 18 Quand elles furent de retour auprès de Réuel, leur père, il dit : Pourquoi revenez-vous si tôt aujourd’hui ? 19 Elles répondirent : Un Égyptien nous a délivrées de la main des bergers, et même il nous a puisé de l’eau, et a fait boire le troupeau. 20 Et il dit à ses filles : Où est-il ? Pourquoi avez-vous laissé cet homme ? Appelez-le, pour qu’il prenne quelque nourriture. 21 Moïse se décida à demeurer chez cet homme, qui lui donna pour femme Séphora, sa fille. (LSG)

 

Séphora signifie un oiseau (SHD 6855). Elle a donné deux fils à Moïse : Gershom, signifiant exil (SHD 1648) et Eliezer, signifiant Dieu est le secours (SHD 461) (voir 1Chr. 23:15). L'incident avec Moïse et la circoncision de son fils (Ex. 4:25) montre le renforcement de l'acte tel qu’exécuté sur Isaac au huitième jour, car cela n'a pas été fait par Moïse initialement ; et Moïse allait être puni pour cette négligence. Le terme circonciseur et circoncis pour beau-père et beau-fils semble être entré dans la langue hébraïque sans conserver la connotation qu’il avait à l'origine (voir l’encyclopédie Encyclopaedia of Religion and Ethic (ERE) Vol. 3, pp. 661, 662). 

 

Le terme circonciseur est d'abord utilisé dans la Bible dans le sens du futur beau-père, et circoncis dans le sens du “mari de la fille” en relations aux deux, les Madianites (Ex. 3:1 ; 4:18, 25 ff ; Nom. 10:29 et Juges 1:18 ; 4:11) et aussi les Sodomites (Genèse 19:13,14). Ainsi nous pouvons déduire que cette circoncision a été exécutée par le beau-père dans ces deux peuples étant les fils de Canaan et les fils de Sem. Encore ce n'était pas l’établissement précédent par Abraham et apparemment Jéthro n'a pas exécuté ce rite et certainement pas sur ses petits-fils.

 

Il devrait aussi être noté que les Arabes du Sud-Ouest circoncisent en multiples de sept jours de la naissance, et les Musulmans circoncisent à partir de l’âge de deux ans, généralement jusqu'à huit ans à Kashgar et jusqu'à dix ans au Turkistan. Les Turcs circoncisent entre six et treize ans. C'est seulement les fils d'Ismaël parmi les Arabes qui circoncisent à l'âge postérieur de douze à treize ans parmi les Arabes. Aucun Sémite ne circoncit plus tard que cet âge. Les Sarakolés de l'Afrique de l’Ouest font de même et les Mandingo du Soudan attendent entre douze et quatorze ans. Les Wydah et la région côtière de l'Afrique occidentale attendent jusqu'à 12 à 16 ans et parfois aussi tard que 20 ans.

 

Ainsi la pratique de la circoncision parmi les Sémites fournit aussi des indices quant à leurs origines. La plupart des personnes supposent que les Arabes sont des fils d'Ismaël et circoncisent à l’âge de treize ans ; comme indiqué ci-dessus, cependant, c'est très loin de la vérité. 

 

Seuls les anciens Égyptiens circoncisaient à 14 ans et les Angaardi de la Rivière Murchison en Australie Occidentale font de même de 14-16 ans. Quelques tribus australiennes du Sud ont opté pour attendre jusqu’à ce que les poils apparaissent sur le visage.

 

Jischbak

 

Jischbak était le cinquième fils d'Abraham par Ketura. Son nom signifie il quitte (BDB) ou il partira (Strong : SHD 3435). Apparemment lui et ses descendants se sont installés dans les pays à l'Est de Canaan, cependant, on connaît très peu de cette tribu soit de la Bible soit d’autres sources laïques.

 

Le Dictionnaire d'Hastings dit à propos de Jischbak à la page 501 :

     

Frd. Delitzsch (Z SKF ii.92) l'identifie avec Iasbuk des inscriptions cunéiformes, où il est mentionné comme une terre (mat) à qui le roi a été allié avec Sangara (Shamgar ?) de Gargamis (Karkemish) et d'autres contre Assur-nazir-pal et Salmanasar II (c. 859 av. J.-C).

 

Cela peut être correct comme les deux sources de la Septante utilisent Iesbok (LXXA) ou eosbak (LXXB) (cf. Interp. Dict., art. ‘Ishbak’, Vol. 2, p. 747).

 

Schuach

 

Aussi appelé Shuah, ce sixième et dernier des fils de Ketura dont le nom a une signification variante abondance (BDB) ou vallée, bassin, inclinaison (Strong : SHD 7744).

 

Il était l'ancêtre des Shuhites, dont le plus notable était Bildad, le fils de Shuach et l’un 'des consolateurs' de Job (Job 2:11). Matthew Poole fait quelques commentaires intéressants de ce verset dans Job.

   

Ils étaient des gens alors éminents pour la naissance et la qualité, pour la sagesse et la connaissance et pour la profession de la vraie religion, étant probablement de la postérité d'Abraham et apparentés à Job et vivant dans le même pays avec lui. A Commentary on the Holy Bible, 1685, réimpression par Banner of Truth Trust, London, 1962; emphase ajoutée).

 

Les descendants de Schuach étaient aussi bien connus des Assyriens, qui les ont mentionnés comme Suhu et ont décrit leur terre comme étant sur la rive droite de la rivière de l'Euphrate, au Sud de Karkemish et entre les rivières Balikh et Khabur (cf. Dillmann, Holzinger, et al). Ptolémée appelle ce dernier Chaboras, qui est probablement l’une des deux rivières Chebar mentionnées par Ézéchiel (Ézék. 1:1ff.). Le nom Shuhite est Sauchaioon en grec.

 

Ainsi leurs pays sont bien connus.

 

La lignée de tous les six frères est plus étendue au Chapitre 25 de l’apocryphe et peut-être dans le faux Livre de Jasher et inclut plusieurs noms non trouvés dans la Bible. Selon Jasher, on dit que Ketura est venue de la terre de Canaan et est donc très probablement descendante du Patriarche Cham plutôt que Japhet, une vue conforme à l'opinion arabe qu'elle était une Cuschite (aussi de Cham) mais la plupart des autres autorités contredisent cela.

 

Dans ses Antiquités des Juifs, Josephus prétend que les descendants d'Abraham par Ketura sont entrés dans l'Arabie et dans une terre appelée Troglodytes (dont nous obtenons le terme Troglodyte, signifiant un homme des cavernes). C'est répété dans le Livre II, au chapitre 10 où on donne les secteurs principaux d'habitation des enfants divers d'Abraham, selon Josephus.

           

Qu'il ait laissé à Ismaël et à sa postérité le pays de l'Arabie ; comme aussi à ses fils par Ketura, Troglodytis ; et à Isaac, Canaan. (Ant. Juifs, ibid.)

 

L'explorateur victorien Richard Burton dit que la race appelée les Beni Thamud a été aussi décrite comme Troglodytes (The God-Mines of Midian, Kegan Paul & Co., London, 1878) ; ceux-ci peuvent avoir déplacé les descendants de ces fils de Ketura, ou ils peuvent en fait avoir été descendants d'eux.

 

Josephus prétend qu'au temps du mariage d'Isaac, les fils de Ketura se sont déplacés.

     

En conséquence Isaac l'a épousée, l’héritage étant maintenant venu à lui ; car les enfants par Ketura étaient partis à leurs propres habitations éloignées. (Ant. Juifs, Livre I, 16, iii)

 

C'est confirmé quelque peu par l'Écriture Sainte disant que seulement Ismaël et Isaac ont enterré leur père Abraham (Genèse 25:9) ; vraisemblablement les fils de Ketura s’étaient déjà déplacés ailleurs.

 

Les Kadmoniens

 

Il y a une autre tribu d'intérêt dans la discussion des descendants possibles de Ketura : les Kadmoniens. Le Dictionnaire d'Hastings dit au sujet d'eux :

 

Kadmoniens … Ewald [dans l'Histoire d'Israël] et plusieurs après lui considèrent les Kadmoniens comme l'équivalent de Bene Kedem, les enfants de l'Est … des descendants (? Gen. 256) d'Abraham par Ketura (Gen. 291, Juges 712, 1Rois 430, Job 13, Ésaïe 1114, Jér. 4928, Ézék. 254-10). Dans ce cas, Kadmonien ne serait la désignation d'aucune tribu particulière, à part celle des Arabes Keturaéens, à la différence des Ismaélites. Les enfants de l'Est sont représentés dans les passages mentionnés comme occupant Paddan-aram, associés avec les Madianites et les Amalécites, peuplant Kédar, des voisins et des conquérants des enfants d'Ammon, couplés avec les Égyptiens dans leur gloire pour la sagesse, … Job est considéré comme l’un d'entre eux. Il vaut mieux considérer les Kadmoniens comme une tribu particulière comme les autres nations nommées dans cette liste. À savoir s’ils doivent être vus comme une branche des Ismaélitish ou des Arabes Keturaéens n'est pas clair (p. 831).

 

La spéculation que Job était un Kadmonien peut être mal placée puisqu’il est inscrit dans Genèse comme étant le petit-fils ou l'arrière-petit-fils du Patriarche Issacar, le fils de Jacob. S'il était aussi un Kadmonien, il pourrait seulement l’avoir été par l'association avec les Madianites et autres fils de Ketura parmi qui il a vécu.

 

Bullinger les inscrit comme faisant partie des Nephilim dans l'Annexe 25 de The Companion Bible de Genèse 15:18-21. Cette vue est tout à fait incorrecte puisque les tribus mentionnées sont d'autres tribus des fils de Noé et seulement une ou deux sont des Nephilim (consulter aussi l’étude Les Nephilim (No. 154)).

 

Nous pouvons cependant être sûrs que Kadmonien est devenu un terme de secteur plutôt qu'un groupe tribal spécifique, et les gens là ont été absorbés dans les fils d'Abraham selon le texte en question. Tous les Nephilim ont été exterminés.

 

La Terre de Madian

 

Dans son second livre The Land of Midian (Révisé) (C. Kegan Paul & Co., Londres, 1879), Burton a évalué que le territoire Madianite à une fois couvert un secteur plutôt vaste.

     

Dans les jours des Madianites antiques les frontières étaient si élastiques que, de temps en temps, mais jamais pour une continuité, ils ont embrassé le Sinaï et ont été poussés même vers la Palestine Centrale. (p.295)

 

Dans Genèse 25 nous voyons qu'Abraham a envoyé les fils d’Agar et de Ketura loin d'Isaac vraisemblablement afin de ne pas confondre leurs héritages.

 

Genèse 25:5-6 Abraham donna tous ses biens à Isaac. 6 Il fit des dons aux fils de ses concubines ; et, tandis qu’il vivait encore, il les envoya loin de son fils Isaac du côté de l’orient, dans le pays d’Orient. (LSG)

 

Le même mot hébreu qedem (SHD 6924) est utilisé tant pour vers l'est que l'est qui semble une répétition inutile, à moins que ce dernier quand combiné avec pays ne soit destiné pour signifier une terre antique non spécifiée. Comme Abraham a été postérieurement enterré à Mamré il pourrait être spéculé que lui et sa progéniture vivaient près de Hébron à l'époque, donc en les envoyant à "l'est" ils devraient se déplacer dans une direction au Nord-est ou au Sud-est pour éviter la Mer de Sel (Morte), ce qui les aurait efficacement envoyé vers Ammon et Édom respectivement.

 

L'Histoire du Monde des Historiens (The Historians’ History of the World (vol. 2, p. 7)), soutient que Cuschan-Rishathain de Juges 3:8-11 a été nommé pour une tribu et est en fait un roi Jerahmeelite qu’ils identifient avec les Amalécites et Édomites, qui était dominant en Arabie du Nord à l'époque. La domination a été finie par l'aide d'un clan amical des Keniziens.

 

Dans 1Chroniques 1:46 nous voyons aussi Madian étant défait à la terre de Moab, de là il y avait une grande fluidité de mouvement et peut-être un peu de chevauchement dans les secteurs tribaux. Il est dit de Hadad l'Édomite qu'il “provenait de Madian” (1Rois 11:18). Cela peut donc avoir été beaucoup plus tard et peut-être suite au surpeuplement tribal à l'Est de la Jordanie qu'au moins une des tribus Ketura, Madian, s’est déplacée directement du Sud vers la Mer Rouge.

 

Le pays vaguement mentionné comme “Madian” dans les atlas bibliques s'étend de plus de 200 milles sur la côte à côté du Golfe d'Aqaba et de la Mer Rouge et varie entre 24 et 70 milles (40-110 km) de profondeur.

 

Burton et son groupe ont pris beaucoup d'échantillons géologiques du pays de Madian, qui a été trouvé pour être très riche en minéraux et en pierres turquoise. Quand analysés, les échantillons ont été trouvés pour contenir de l’or, de l’argent, du cuivre, du fer, du plomb (cf. Nom. 31:22), aussi bien que du zinc, du wolfram (tungstène), de l’antimoine et des minerais de titane. Burton a aussi maintenu qu’il y avait des dépôts de minerai de fer énormes trouvés dans le secteur. Les restes étendus d'activité industrielle comme l'extraction d'or ont été notés par lui. En fait, il apparaît que les Égyptiens avaient fait fonctionner des mines d'or et des fonderies dans le secteur pendant des siècles.

 

Ptolémée localise Modiana sur le rivage à l’Est de la Mer Rouge, c'est-à-dire le Golfe d'Aqaba. Il se réfère aussi à une autre ville Modiama mais c'est situé à l’intérieur dans le Nord de Madian. Apparemment Modiama était la deuxième seulement en importance par rapport à Petra, qui a été décrite comme étant le Trésor du Pharaon à un moment. La ville pré-islamique antique de Madyan est maintenant Magha’ir Shu’aib, du nom arabe pour Jéthro, bien que la tradition locale pendant l'exploration de E.H. Palmer du secteur ait identifié la ville de Madian (Madyan) avec les vastes ruines d'El Midayen, à ‘trois jours de distance’ de la Mecque.

 

Les fils de Madian

 

Madian était le père de cinq fils : Epha, Epher, Hénoc (Chanoch), Abida(h) et Eldaa. Aucune autre lignée n'est mentionnée dans la Bible, cependant, le Livre de Jasher ajoute de nombreux fils produits par ces cinq petits-fils d'Abraham.

 

Epha, signifiant obscurité ou sombre (SHD 5891), était le père des tribus qui se sont installées dans le Nord-Ouest de la péninsule Arabe, grossièrement dans Ghuwafa moderne, au Sud-Ouest de Tebuk. Le roi babylonien Tiglath-pileser III appelle cette tribu les 'Ayappa, ou les Arabes Khayappa, comme noté ci-dessus. La dernière référence connue d’eux est trouvée dans une inscription datée à ca. 715 AEC, le temps de Sargon II.

 

Un autre Epha est aussi mentionné deux fois dans les récits généalogiques de la tribu de Juda (1Chr. 2:46,47).

 

Epher, signifiant un veau (SHD 6081), était le deuxième fils de Madian et est connu des Arabes comme ’Ofr. Ses descendants ont à leur tour été appelés les Apparu comme des inscriptions du temps du Roi Assurbani-pal d'Assyrie le montrent. La ville Epherite de Ghifar, près de Médine, porte toujours le nom de son fondateur. Comme avec Epha ci-dessus, le nom Epher apparaît dans la généalogie de Juda (1Chr. 4:17) aussi bien que parmi la demi-tribu de Manassé de l’autre côté du Jourdain (1Chr. 5:24).

 

Hanoch, a une signification notable de consacré ou disciple [de Dieu] (SHD 2585). Il a été prétendu pour être le père des Kéniens, qui étaient de célèbres travailleurs de métaux ou des forgerons. Ces tribus se sont à l'origine installées dans la région du Sud-Ouest à côté du Golfe d'Aqaba.

 

Abida(h), signifiant mon père connaît ou père de connaissance (SHD 28), était le quatrième fils de Madian. Dans le Yémen, au Sud-Ouest de la péninsule Arabe, il y a les inscriptions minéennes de ca. 9ème siècle AEC qui se réfèrent à ces gens comme les Abiyadi’.

 

Eldaa, signifiant Dieu a connu ou appelé de Dieu (SHD 420), était l'ancêtre des tribus mentionnées comme les Yada'il dans des inscriptions sabéennes antiques. Comme avec leur tribu sœur, ils se sont apparemment établis dans le secteur de l'Arabie du Sud-Ouest, maintenant le Yémen moderne.

 

Les Premiers Madianites

 

Le Livre Antiquités des Juifs de Josephus (Livre II, chp. 11) décrit l'introduction de Moïse à Madian et s'étend un peu sur le texte dans Exode 2. Selon Josephus, les Madianites étaient des bergers de bétails conformément au récit biblique dans Juges 6. Ils sont mentionnés dans la Bible comme s’étant alliés avec les Moabites contre Israël (Genèse 36:35 ; Nom. 22:1ff. ; 25:1ff.) et peut-être avec les Amorites aussi (Jos. 13:21).

 

Le premier contact enregistré entre les Israélites et les Madianites est noté dans Genèse 37.

 

Genèse 37:23-28,36 Lorsque Joseph fut arrivé auprès de ses frères, ils le dépouillèrent de sa tunique, de la tunique de plusieurs couleurs, qu’il avait sur lui. 24 Ils le prirent, et le jetèrent dans la citerne. Cette citerne était vide ; il n’y avait point d’eau. 25 Ils s’assirent ensuite pour manger. Ayant levé les yeux, ils virent une caravane d’Ismaélites [SHD 3459] venant de Galaad ; leurs chameaux étaient chargés d’aromates, de baume et de myrrhe, qu’ils transportaient en Égypte. 26 Alors Juda dit à ses frères : Que gagnerons-nous à tuer notre frère et à cacher son sang ? 27 Venez, vendons-le aux Ismaélites, et ne mettons pas la main sur lui, car il est notre frère, notre chair. Et ses frères l’écoutèrent. 28 Au passage des marchands madianites [SHD 4084], ils tirèrent et firent remonter Joseph hors de la citerne ; et ils le vendirent pour vingt sicles d’argent aux Ismaélites, qui l’emmenèrent en Égypte. … 36 Les Madianites [SHD 4092] le vendirent en Égypte à Potiphar, officier de Pharaon, chef des gardes. (LSG)

 

Nous voyons ici une contradiction apparente en ce que les Madianites sont mentionnés comme Ismaélites. Il y a deux mots hébreux différents utilisés pour Madianite dans le texte. Le terme utilisé pour ces marchands dans Genèse 37:28 est Midyaniy (SHD 4084) qui est un originaire du pays de Madian. Dans Genèse 37:36 nous voyons que les Madianites (SHD 4092, Medaniy) l’ont vendu en Égypte. C'est une version de Madianite selon Strong, mais peut bien être un autre des fils de Ketura des Medani ou des fils de Medan. Nombres 25:17 et 31:2-3 utilisent SHD 4084 en référence aux Madianites. Cependant, dans chaque autre cas dans les textes de l’AT l'utilisation du mot traduit comme Madianite est SHD 4080, qui se réfère à Midyan lui-même, le fils d'Abraham. Nous pouvons ainsi supposer que la caravane qui a pris Joseph en Égypte a été composée de gens demeurant au pays de Madian, qui a inclus les Ismaélites et aussi peut-être les Medanites.

 

Au temps de Joseph et des autres Patriarches tribaux, nous voyons le mélange des deux branches principales des Arabes mentionnés ci-dessus ; les fils de Ketura sont considérés comme les Arabes Purs et les fils d'Ismaël considérés comme les Arabes Arabisés. Ceux-ci, avec les tribus Arabes antiques maintenant disparues et les Amorites, peut être les Hyksos antiques que nous voyons plus tard dans l'histoire égyptienne dans le Delta du Nil.

 

Les gens de Madian sont mentionnés plusieurs fois dans le Qour'an et plusieurs Sourates mettent en évidence les désastres qui leur sont arrivés après leur rejet des messagers, tant angéliques qu'humains, envoyés par Dieu. La personne Shu'eyb ici est Jéthro, le sacrificateur de Madian et beau-père de Moïse. Madian est mentionné dans les Sourates suivantes : 9:70,71 ; 11:84 cf. 26:175 ; 15:78 ; 28:45 ; 50:14 ; et d'autres.

 

Sourate 22.42-44,54 s'ils vous (Mouhammad) nient, de même les gens de Noé et (les tribus de) A'ad et Thamud, avant vous, ont nié (Nos messagers) ; 43 Et les gens d'Abraham et les gens de Lot ; 44 (Et) les habitants de Madian. Et Moïse a été nié ; mais j'ai cédé aux incrédules il y a longtemps, alors je les ai saisis et à quel point (épouvantable) était Mon dégoût ! … 54 Et que ceux à qui l'on a donné la connaissance puissent savoir que c'est la vérité de votre Seigneur, pour qu'ils puissent y croire et leurs cœurs puissent se soumettre humblement à Lui. Voici ! Allah guide en vérité ceux qui croient vers le droit chemin. (Pickthal, traduction libre)

 

Nous voyons ici que ceux demeurant à Madian avaient reçu les vrais enseignements de Dieu à un moment. La Sourate 11 fait un commentaire intéressant concernant les Madianites.

 

86 Maintenant qu’il y a une démonstration évidente venue jusqu’à vous de votre SEIGNEUR. Donnez donc la pleine mesure et le poids juste et ne diminuez aux hommes rien de leurs questions : n’agissez pas non plus de façon malhonnête dans la terre après sa réforme. Ce sera meilleur pour vous, si vous croyez. 87 Et n’assaillez pas chaque voie, menaçant le passager et détournant du chemin de DIEU celui qui croit en lui, et cherchant à le rendre tordu. Et souvenez-vous, quand vous étiez peu et que Dieu vous a multipliés : et contemplez quelle a été la fin de ceux qui ont agi de façon malhonnête.

 

Bien que cela soit difficile de savoir si le Prophète parle aux Madianites originaux ou aux Ismaélites, ou une combinaison des deux tribus, il apparaît qu'une caractéristique distinctive de certains connus comme ‘Madianites’ est soit qu'ils sont des marchands ou des commerçants. Un de leurs crimes était dans des pratiques commerciales trompeuses, en ce qu’ils utilisaient deux sortes différentes de poids et de mesures – achetant par une et vendant par l'autre (cf. Baidhawi, Tafsir-i-Raufi). La susdite injonction dans le Qour'an de faire affaire seulement avec des poids et des mesures justes et légaux fait écho dans la Bible (Lév. 19:36 ; Pro. 20:10).

 

Dans Genèse, les Madianites sont, de la même façon, dépeints comme des commerçants (Genèse 37), tandis que dans Exode ils sont notés comme étant pastoureaux (Ex. 2). De plus, on voit les Kéniens, comme une sous-tribu des Madianites, comme des forgerons de métal d’après leur nom.

 

Les Madianites devaient s’avérer être un peuple pénible pour Israël, et Dieu les utilisait souvent exprès pour punir les Israélites, qui ont été forcés de temps en temps de devenir des habitants de grotte (Troglodytes) comme les Kéniens.

 

Juges 6:1-2,6a Les enfants d’Israël firent ce qui déplaît à l’Éternel ; et l’Éternel les livra entre les mains de Madian, pendant sept ans. 2 La main de Madian fut puissante contre Israël. Pour échapper à Madian, les enfants d’Israël se retiraient dans les ravins des montagnes, dans les cavernes et sur les rochers fortifiés.… 6 Israël fut très malheureux à cause de Madian (LSG)

 

Les Princes et les Rois de Madian

 

Comme enregistré dans Nombres 31:1ff., cependant, peu de temps avant la mort de Moïse, il lui a été dit “de se venger des Madianites pour les enfants d'Israël”. Tout les mâles madianites et la plupart de leurs femmes ont été tués, y compris leurs cinq rois, Evi, Rekem, Zur, Hur et Reba. Les Madianites étaient très riches en bétail comme le butin pris d'eux le montrait : six cent soixante-quinze mille moutons, soixante-douze mille bovins, soixante et un mille ânes (vv. 32-34). Ils possédaient aussi beaucoup d'or, puisque la partie du pillage que les Israélites ont offerte au Seigneur s’élevait à seize mille sept cent cinquante shekels en forme d'ornements modelés, comme des brassards, des bracelets, des chevalières, des boucles d'oreille et des colliers (v. 52).

 

Le texte dans Josué 13:21 mentionne aussi les princes (nasiy : SHD 5387) de Madian, à savoir Evi, Rekem, Zur, Hur et Reba, qui sont appelés rois (melek : SHD 4428) dans Nombres 31.

 

Josué 13:21  toutes les villes de la plaine, et tout le royaume de Sihon, roi des Amoréens, qui régnait à Hesbon : Moïse l’avait battu, lui et les princes de Madian, Evi, Rékem, Tsur, Hur et Réba, princes qui relevaient de Sihon et qui habitaient dans le pays. (LSG)

 

Josephus prétend que le deuxième de ces rois ou scheiks, Rekem, a donné son nom “à la ville la plus remarquable parmi les Arabes, appelée jusqu’à nos jours sous chaque Roi, Arecema [El-Rekem] et par les Grecs, Petra” (Ant. Jews, iv.7,1). Petra était ‘la ville en chef et la capitale de toute l'Arabie appelée en Hébreu Ha-Sela, la falaise (2Rois 14:7).

 

Le commentaire révélateur du texte de la Bible était qui a demeuré au pays et ainsi nous traitons avec les Madianites qui ont demeuré au pays là. Les Madianites se sont étendus tout le long de la côte sur 200 milles et l'armée qui a été défaite n'était pas toutes les forces arabes et les familles de Madian, mais celles rassemblées là et les familles de Petra vivant là.

 

Zur de Madian était le père de la princesse Cozbi, celle qui a fréquenté de façon provocante un prince d'Israël. Les deux ont été tués par Phinées dans une juste indignation, et en faisant cela il a détourné la colère de Dieu. Dieu a par la suite béni Phinées pour son action décisive au nom d'Israël (Nom. 25:11-15). Le verset 15 dit que Zur était “le chef sur le peuple et d’une maison en chef de Madian”.

 

Deux autres princes des Madianites, Oreb (signifiant corbeau) et Zeeb (loup), sont mentionnés dans Juges 7:25. Ils ont été tués par les Éphraïmites après avoir été poursuivis par Gédéon et les autres guerriers israélites.

 

Juges 7:25 Ils saisirent deux chefs de Madian, Oreb et Zeeb ; ils tuèrent Oreb au rocher d’Oreb, et ils tuèrent Zeeb au pressoir de Zeeb. Ils poursuivirent Madian, et ils apportèrent les têtes d’Oreb et de Zeeb à Gédéon de l’autre côté du Jourdain. (LSG)

 

Il y a aussi deux rois de Madian mentionnés dans Juges 8:5, à savoir Zebah et Zalmunnah (signifiant sacrifice et privé de protection, respectivement), qui avaient essayé d'envahir la Palestine, mais ont été défaits par Gédéon.

 

Ainsi Madian a occupé le territoire des pays d'Édom le long de la côte du Sud de l'Arabie et à l’Est d'Aqaba sur 200 milles. D'autres sous-tribus ont été liées avec eux.

 

La Première Religion Madianite

 

Werner Keller dans The Bible as History (Hodder & Stoughton Ltd, Bantam rev. ed., New York, 1982) a brièvement touché à quelques aspects du système religieux madianite.

   

On suppose que les Israélites doivent avoir le culte étrange du serpent d’airain à Reuel [c'est-à-dire Jéthro]. Ce n'est pas sans un peu d'effet dramatique que nous notons que c’était à un site archéologique montrant des signes d'occupation madianite que Benno Rothenberg a trouvé une idole en forme d'un serpent de cuivre de cinq pouces de longueur et en partie décorée d'or. … ce petit serpent d’airain a été trouvé dans le Saint des Saints d’un tabernacle ! … Il a été trouvé sur le site d'un plus vieux lieu égyptien d’adoration consacré à la déesse Hathor. Les Madianites qui, après les Égyptiens, extrayaient le cuivre sur leur propre compte à Timna, ont converti ce lieu d’adoration en un sanctuaire de leur propre religion. (p. 147-8)

 

Le fait qu'Abraham ait instruit tous ses fils dans l'adoration du Seul Vrai Dieu le rend à peine surprenant que le monothéisme et l'adoration de Yahovah des Armées soient trouvés parmi eux. Qu'ils se soient tous détournés de la Foi est une question de compte-rendu historique.

 

Jéthro : sacrificateur de Madian

 

Le beau-père de Moïse a été appelé Hobab, qui était le fils de Réuel ou Raguel (Nom. 10:29). Bien qu'il y ait beaucoup de confusion sur ces noms, il semble que l'on ait aussi connu Hobab comme Jéthro (signifiant son excellence).

 

Nombres 10:29-32 Moïse dit à Hobab, fils de Réuel, le Madianite, beau-père de Moïse : Nous partons pour le lieu dont l’Éternel a dit : Je vous le donnerai. Viens avec nous, et nous te ferons du bien, car l’Éternel a promis de faire du bien à Israël. 30 Hobab lui répondit : Je n’irai point ; mais j’irai dans mon pays et dans ma patrie. 31 Et Moïse dit : Ne nous quitte pas, je te prie ; puisque tu connais les lieux où nous campons dans le désert, tu nous serviras de guide. 32 Et si tu viens avec nous, nous te ferons jouir du bien que l’Éternel nous fera. (LSG)

 

Exode 3:1a  Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, sacrificateur de Madian ; (LSG)

 

Le nom Hobab (SHD 2246) signifie chéri ou aimé ardemment, peut-être par Dieu, autant que son propre peuple, ce qui expliquerait le conseil inspiré qu’il a donné plus tard à Moïse quant aux jugements donnés aux Israélites. Selon Josephus, Hobab avait “Iothor [c'est-à-dire Jéthro] pour nom de famille”. Les descendants de Jéthro sont donnés comme : fils de Nawil, fils de Rawail, fils de Mour, fils d'Anka, fils de Madian, fils d'Abraham.

 

Josephus (Ant. Jews, III, iii) a prétendu que Raguel (aussi Réuel, comme au v. 29) était le beau-père de Moïse, cependant, Juges 4:11 (voir ci-dessous) déclare clairement qu'on l'a connu comme Hobab. Matthew Poole donne une explication raisonnable de cette non-conformité dans son commentaire sur Exode 2:18 ci-dessous. D'autres commentateurs prétendent que Jéthro était un titre honoraire, tandis que Réuel était son nom personnel. De là, comme avec la question de Ketura/Agar, il y a un certain avis contradictoire sur l'identité et cela résume peut-être la nature plutôt mystérieuse des fils de Ketura et leurs descendants.

 

Réuel (SHD 7467, Re’uw’el) signifie l'Ami de Dieu et est un titre donné à Abraham et a été porté par Jéthro comme le Sacrificateur de Madian. Raguel est simplement une autre version de ce titre (voir le Dictionnaire Hébreu de Strong). Il a été évidemment porté par le Sacrificateur de Madian comme il a été porté par le père de Hobab et par Hobab/Jéthro lui-même.

 

Chobab (SHD 2246) signifie chéri et est tiré de 2245 : cacher comme dans la poitrine ; chérir.

 

Yithrow (SHD 3503) signifie Son excellence venant de Yithrah (SHD 3502, excellence). Ainsi nous regardons Hobab le nom et Jéthro le titre. Son Excellence, Hobab, l'Ami de Dieu est l’interprétation des noms de Jéthro, Hobab, Réuel ou Reguel.

 

C'est ainsi au-delà du doute qu'il était scheik et le Souverain Sacrificateur de Madian et le leader religieux héréditaire de la tribu.

 

Un autre Reuel mentionné dans la Bible est un fils d'Ésaü par BaSemath, la fille d'Ismaël (Genèse 36:4ff.). Consulter l’étude La Loi et le Septième Commandement (No. 260).

 

Burton dans The Gold-Mines of Madian dit dans sa note en bas de page, à la page 332 :

   

Le titre musulman de Jéthro est “Khatib el-Anbiya,” ou le Prédicateur aux Prophètes, à cause des mots de sagesse qu'il a accordée à son gendre (Exode ii. 18) … Quelques auteurs l'ont fait le fils de Mikhail, ibn Yashjar, ibn Madyan ; mais ils sont chargés d'ignorance par Ahmed ibn Abd el-Halim. El-Kesai déclare que son nom original était Boyun ; qu'il était une personne gentille, mais réservée et maigre ; très pensif et de peu de mots (Sale’s Koran, p. 117). D'autres commentateurs ajoutent qu'il était vieux et aveugle. Dans le "Berakhoth", Jetro [sic.] et Rahab sont des Païens, ou des étrangers, affiliés à Israël à cause de leurs bonnes actions (p. 48, La version de M. Schwab. Paris : Imprimerie Nationale, 1871).

 

E.H. Palmer dans The Desert of the Exodus (Deighton, Bell & Co., Cambridge, UK, 1871) répète l'affirmation que Jéthro/Hobab était aveugle et avait reçu une commission de prêcher la vraie Foi.

           

Sho‘eib, comme les Arabes appellent Jéthro, le beau-père de Moïse, est dit d’avoir été aveugle, malgré l'infirmité on lui a divinement donné le pouvoir de prêcher la vraie religion récemment révélée à Abraham et de convertir les gens de sa ville natale Madian. Ils ont rejeté sa doctrine et ont raillé le prophète aveugle, pour lequel péché ils ont été détruits par le feu du ciel, tandis que Madian a été mis en perte par un tremblement de terre, Jéthro seul s’est échappé vivant. Il s'est enfui en Palestine et dit être enterré près de Safed. (note de bas de page, p. 539 ; emphase ajoutée)

 

Il apparaît que Jéthro/Hobab, L'Ami de Dieu (Raguel : Josephus) a pris le fait de la suprématie sur les Égyptiens dans la Mer Rouge comme la preuve positive de la puissance de l'Ange de Yahovah agissant pour le Seul Vrai Dieu, avec Israël comme le peuple de Dieu (Ex. 18:11). Il était déjà un sacrificateur de Madian et il est évident qu'il observe les activités de l'Être envoyé en Israël comme la preuve des promesses du droit d’aînesse données à Isaac. Cette vue devait continuer jusqu’à l'écriture du Qour'an et est reflétée dans le Qour'an. Les Kuturah ou Arabes Purs, aussi bien que les fils d'Ismaël, n’acceptent pas ce droit d’aînesse jusqu’à ce jour.

 

Exode 18:1-12 Jéthro, sacrificateur de Madian, beau-père de Moïse, apprit tout ce que Dieu avait fait en faveur de Moïse et d’Israël, son peuple ; il apprit que l’Éternel avait fait sortir Israël d’Égypte. 2 Jéthro, beau-père de Moïse, prit Séphora, femme de Moïse, qui avait été renvoyée. 3 Il prit aussi les deux fils de Séphora ; l’un se nommait Guerschom, car Moïse avait dit : J’habite un pays étranger ; 4 l’autre se nommait Eliézer, car il avait dit : Le Dieu de mon père m’a secouru, et il m’a délivré de l’épée de Pharaon. 5 Jéthro, beau-père de Moïse, avec les fils et la femme de Moïse, vint au désert où il campait, à la montagne de Dieu. 6 Il fit dire à Moïse : Moi, ton beau-père Jéthro, je viens vers toi, avec ta femme et ses deux fils. 7 Moïse sortit au-devant de son beau-père, il se prosterna, et il le baisa. Ils s’informèrent réciproquement de leur santé, et ils entrèrent dans la tente de Moïse. 8 Moïse raconta à son beau-père tout ce que l’Éternel avait fait à Pharaon et à l’Égypte à cause d’Israël, toutes les souffrances qui leur étaient survenues en chemin, et comment l’Éternel les avait délivrés. 9 Jéthro se réjouit de tout le bien que l’Éternel avait fait à Israël, et de ce qu’il l’avait délivré de la main des Égyptiens. 10 Et Jéthro dit : Béni soit l’Éternel, qui vous a délivrés de la main des Égyptiens et de la main de Pharaon ; qui a délivré le peuple de la main des Égyptiens ! 11 Je reconnais maintenant que l’Éternel est plus grand que tous les dieux ; car la méchanceté des Égyptiens est retombée sur eux. 12 Jéthro, beau-père de Moïse, offrit à Dieu un holocauste et des sacrifices. Aaron et tous les anciens d’Israël vinrent participer au repas avec le beau-père de Moïse, en présence de Dieu. (LSG)

 

Il y a aussi quelques parallèles remarquables dans la rencontre entre Moïse et Jéthro (Ex. 18:1ff.) et celle entre Abraham et Melchisédek enregistrée dans Genèse 14.

 

Genèse 14:17-20 Après qu’Abram fut revenu vainqueur de Kedorlaomer et des rois qui étaient avec lui, le roi de Sodome sortit à sa rencontre dans la vallée de Schavé, qui est la vallée du roi. 18 Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. 19 Il bénit Abram, et dit : Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre ! 20 Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains ! Et Abram lui donna la dîme de tout. (LSG) 

 

·       Abraham venait de défaire Kedorlaomer, le roi d'Elam, tandis que Moïse avait plus tôt été témoin de la défaite de Pharaon, le roi d'Égypte.

·     Melchisédek était le sacrificateur du Dieu Très-Haut ; Jéthro était le sacrificateur de Madian.

·      Tant Melchisédek que Jéthro ‘ont béni'/donné des louanges à Dieu pour leur délivrance utilisant un langage très semblable (cf. le verset 20 ci-dessus et Ex. 18:10).

·      Melchisédek a apporté du pain et du vin pour un repas cérémonial avec Abraham ; Jéthro a aussi arrangé un repas sacrificiel et du pain pour être mangé avec Moïse, Aaron et tous

     les anciens d'Israël.

·      Il y a un thème général de “paix” et d'amitié dans les deux rencontres : le roi de Salem (SHD 8004, de 7999) a béni Abraham, tandis que l'on a dit de Jéthro et de Moïse d’avoir

     échangé des Shaloms (SHD 7965, de 7999) ou Salaams dans la façon typique du Moyen-Orient (Ex. 18:7 ; cf. aussi 4:18).

 

Exode 4:18 Moïse s’en alla ; et de retour auprès de Jéthro, son beau-père, il lui dit : Laisse-moi, je te prie, aller rejoindre mes frères qui sont en Égypte, afin que je voie s’ils sont encore vivants. Jéthro dit à Moïse : Va en paix. (LSG)

 

Nous voyons que le jour après ces civilités, Moïse s'est assis parmi les Israélites pour faire le jugement sur un certain nombre de questions (Ex. 18:13ff.). Jéthro a conseillé à Moïse une façon plus pratique de le faire, tant pour l'amour de Moïse que pour que “tous ces gens aillent aussi à leur place dans la paix” (v. 23). Jéthro est dépeint aussi comme particulièrement favorisé et dirigé par Dieu, comme c’est aussi montré quand son sage conseil est pris en compte par Moïse.

 

Exode 18:13-27 Le lendemain, Moïse s’assit pour juger le peuple, et le peuple se tint devant lui depuis le matin jusqu’au soir. 14 Le beau-père de Moïse vit tout ce qu’il faisait pour le peuple, et il dit : Que fais-tu là avec ce peuple ? Pourquoi sièges-tu seul, et tout le peuple se tient-il devant toi, depuis le matin jusqu’au soir ? 15 Moïse répondit à son beau-père : C’est que le peuple vient à moi pour consulter Dieu. 16 Quand ils ont quelque affaire, ils viennent à moi ; je prononce entre eux, et je fais connaître les ordonnances de Dieu et ses lois. 17 Le beau-père de Moïse lui dit : Ce que tu fais n’est pas bien. 18 Tu t’épuiseras toi-même, et tu épuiseras ce peuple qui est avec toi ; car la chose est au-dessus de tes forces, tu ne pourras pas y suffire seul. 19 Maintenant écoute ma voix ; je vais te donner un conseil, et que Dieu soit avec toi ! Sois l’interprète du peuple auprès de Dieu, et porte les affaires devant Dieu. 20 Enseigne-leur les ordonnances et les lois ; et fais-leur connaître le chemin qu’ils doivent suivre, et ce qu’ils doivent faire. 21 Choisis parmi tout le peuple des hommes capables, craignant Dieu, des hommes intègres, ennemis de la cupidité ; établis-les sur eux comme chefs de mille, chefs de cent, chefs de cinquante et chefs de dix. 22 Qu’ils jugent le peuple en tout temps ; qu’ils portent devant toi toutes les affaires importantes, et qu’ils prononcent eux-mêmes sur les petites causes. Allège ta charge, et qu’ils la portent avec toi. 23 Si tu fais cela, et que Dieu te donne des ordres, tu pourras y suffire, et tout ce peuple parviendra heureusement à sa destination. 24 Moïse écouta la voix de son beau-père, et fit tout ce qu’il avait dit. 25 Moïse choisit des hommes capables parmi tout Israël, et il les établit chefs du peuple, chefs de mille, chefs de cent, chefs de cinquante et chefs de dix. 26 Ils jugeaient le peuple en tout temps ; ils portaient devant Moïse les affaires difficiles, et ils prononçaient eux-mêmes sur toutes les petites causes. 27 Moïse laissa partir son beau-père, et Jéthro s’en alla dans son pays. (LSG)

 

Jéthro dans le Qour'an

 

Le Qour'an a beaucoup à dire sur Jéthro (Shuaib) et des Madianites.

 

Sourate 11:86 Et à Madian nous avons envoyé leur frère Shuaib. Il leur a dit, Ô mes gens, adorez DIEU ; vous n'avez aucun DIEU sauf Lui …

 

Sale dit que Madian était une ville sur Hijaz sur la Mer Rouge, au Sud Est du Sinaï et la même comme la Modiana de Ptolémée. Ce qui en restait au moment du prophète a été démoli dans les guerres suivantes.

 

Shuaib. Les auteurs musulmans généralement identifient Shuaib avec Jéthro, le beau-père de Moïse. Baidhawi dit qu'il était le fils de Mikail, le fils de Yashjar, le fils de Madian et le Tafsir-i-Raufi relate qu’il était un descendant de Lot, Madian ayant épousé la fille de Lot. "Dans le commentaire du Syrien Ephream, Jéthro est appelé Shuaib" (Notes sur le Qour’an Urdu Romain).

 

Origine du nom arabe de Hobab

 

Aucun miracle provoqué par Shuaib n'est décrit dans le Qour’an ou les Traditions, … Cependant ils disent (après les Juifs) qu'il a donné son beau-fils ce bâton faisant des merveilles avec lequel il a exécuté tous ces miracles en Égypte et dans le désert et aussi d’excellent conseil et instructions (Exode xviii. 13), d'où il avait le nom de famille de Khatib al anbiyah, ou le prédicateur aux prophètes." (222), Notes sur le Qour’an Urdu Romain) 

 

89 les notables de son peuple, qui ont été exaltés avec fierté, ont répondu, Nous vous chasserons sûrement, Ô Shuaib et ceux qui croient avec vous, de notre ville : ou bien vous retournerez certainement à notre religion. Il a dit, Quoi ! bien que nous y soyons opposés ?

 

Nous vous chasserons sûrement… de notre ville. Rodwell relate une tradition juive d’intention semblable quant à Jéthro (ibid., 223).

 

Il peut en être déduit que Shuaib (Jéthro) avait la vraie Foi et c'était la raison pour laquelle il a été chassé de la ville avec d'autres croyants. C'est indicatif d'un schisme dans les croyances religieuses de Madian et le début de la paganisation des Arabes des tribus environnantes. Nous voyons du verset 88 que du moins il a adoré Dieu. Il était un sacrificateur du Très-Haut dans Madian.

 

S. 11:88 Il [Chuaïb] dit : "Ô mon peuple, voyez-vous si je me base sur une preuve évidente émanant de mon Seigneur, et s'Il m'attribue de Sa part une excellente donation ? ... Je ne veux nullement faire ce que je vous interdis. Je ne veux que la réforme, autant que je le puis. Et ma réussite ne dépend que d'Allah. En Lui je place ma confiance, et c'est vers Lui que je reviens repentant. (89) Ô mon peuple, que votre répugnance et votre hostilité à mon égard ne vous entraînent pas à encourir les mêmes châtiments qui atteignirent le peuple de Noé, le peuple de Hud, ou le peuple de Salih et (l'exemple du) peuple de Lot n'est pas éloigné de vous. (90) Et implorez le pardon de votre Seigneur et repentez-vous à Lui. Mon Seigneur est vraiment Miséricordieux et plein d'amour”. (91) Ils dirent : "Ô Chuaïb, nous ne comprenons pas grand chose à ce que tu dis ; et vraiment nous te considérons comme faible parmi nous. Si ce n'est ton clan, nous t'aurions certainement lapidé. Et rien ne nous empêche de t'atteindre”. (92) Il dit : "Ô mon peuple, mon clan est-il à vos yeux plus puissant qu'Allah à qui vous tournez ouvertement le dos ? Mon Seigneur embrasse (en Sa science) tout ce que vous œuvrez.

 

(91) Un homme d'aucune puissance. "Le mot arabe dhaif, faible, signifiant aussi, dans le dialecte himyarite, aveugle, certains supposent que Shuaib était ainsi et que les Madianites ont élevé une objection contre lui, comme un défaut qui le disqualifiait pour l’office prophétique."- Sale. (363)

 

élohim parle de la destruction de la ville de Madian/Midian dans la Sourate 11:96, un événement mentionné plus tôt dans le verset 71 de la Sourate 9 concernant le repentir.

 

Les Kéniens

 

Les Kéniens ou Kainites (SHD 7017) étaient une tribu de forgerons descendants de Madian, fils de Ketura. Leur secteur principal d'habitation était probablement dans le Sud-est d'Aqaba mais ils devaient être trouvés beaucoup plus loin, comme nous verrons. Les Kéniens sont différemment mentionnés par des historiens classiques comme les Kenaioi, Kinaiaoi, Cinaeus ou simplement Caïn (cf. Nom. 24:22). Notamment, ils ont tendance à recevoir une mention favorable dans la Bible.

 

Le Livre des Juges nous dit que les descendants de Jéthro, le beau-père de Moïse, ont voyagé avec les enfants de Juda de Jéricho (? cf. Deut. 34:3) au Sud de l'ancienne ville cananéenne d'Arad, qui est au-delà du désert du Nord de Juda.

 

Juges 1:16 Les fils du Kénien, beau-père de Moïse, montèrent de la ville des palmiers, avec les fils de Juda, dans le désert de Juda au midi d’Arad, et ils allèrent s’établir parmi le peuple. (LSG)

 

Arad était aussi l'emplacement pour la ville juive de Kinah (Jos. 15:22).

 

Juges 4:11 Héber, le Kénien, s’était séparé des Kéniens, des fils de Hobab, beau-père de Moïse, et il avait dressé sa tente jusqu’au chêne de Tsaannaïm, près de Kédesch. (LSG)

 

Le Kédesch mentionné ici est dans les terres tribales de Nephthali dans la partie Nord d'Israël, de là Héber s'est déplacé à une certaine distance de ses camarades Kéniens. Le ‘pays du Sud’ (KJV ; ou Negeb : RSV) de Genèse 20:1 est reconnu comme le pays au Sud de la Palestine et étant contigu avec Madian. Le nom Za-anan’nim au verset 11 signifie convenablement déplacements ou errance.

 

De là, il apparaît que la partie de la tribu kénienne, à un certain moment, est devenue étroitement associée à ou même a fusionné dans la tribu de Juda. Jerahmeel était l'arrière-petit-fils du Patriarche Juda. Il est noté que les Récabites (e. g. Jér. 35:6-10) étaient aussi un clan des Kéniens et dont l'ancêtre était Hammath. Le texte suivant est de la fin du récit généalogique de la Maison de Juda.

 

1Chroniques 2:55 et les familles des scribes demeurant à Jaebets, les Thireathiens, les Schimeathiens et les Sucathiens. Ce sont les Kéniens, issus de Hamath, père de la maison de Récab. (LSG)

 

Les scribes sont ici les sopherim (SHD 5608). Dans une note de ce verset, Bullinger (The Companion Bible) dit des Kéniens :

   

 Ils sont devenus un peuple ascétique et, en étant mentionnés ici en connexion avec "des scribes", peuvent avoir été des enseignants. Cela représente l'action de Jéhu dans 2Rois 10. 15,16.

 

C'est possible, donc, qu'au moins certains des scribes prétendus 'juifs' puissent avoir été, à l'origine, des Kéniens qui étaient devenus entièrement intégrés avec Juda.

 

2Rois 10:15-16, 23-28 Étant parti de là, il rencontra Jonadab, fils de Récab, qui venait au-devant de lui. Il le salua, et lui dit : Ton coeur est-il sincère, comme mon coeur l’est envers le tien ? Et Jonadab répondit : Il l’est. S’il l’est, répliqua Jéhu, donne-moi ta main. Jonadab lui donna la main. Et Jéhu le fit monter auprès de lui dans son char, 16 et dit : Viens avec moi, et tu verras mon zèle pour l’Éternel. Il l’emmena ainsi dans son char. … 23 Alors Jéhu vint à la maison de Baal avec Jonadab, fils de Récab, et il dit aux serviteurs de Baal : Cherchez et regardez, afin qu’il n’y ait pas ici des serviteurs de l’Éternel, mais qu’il y ait seulement des serviteurs de Baal. 24 Et ils entrèrent pour offrir des sacrifices et des holocaustes. Jéhu avait placé dehors quatre-vingts hommes, en leur disant : Celui qui laissera échapper quelqu’un des hommes que je remets entre vos mains, sa vie répondra de la sienne. 25 Lorsqu’on eut achevé d’offrir les holocaustes, Jéhu dit aux coureurs et aux officiers : Entrez, frappez-les, que pas un ne sorte. Et ils les frappèrent du tranchant de l’épée. Les coureurs et les officiers les jetèrent là, et ils allèrent jusqu’à la ville de la maison de Baal. 26 Ils tirèrent dehors les statues de la maison de Baal, et les brûlèrent. 27 Ils renversèrent la statue de Baal, ils renversèrent aussi la maison de Baal, et ils en firent un cloaque, qui a subsisté jusqu’à ce jour. 28 Jéhu extermina Baal du milieu d’Israël ; (LSG)

 

Josephus, qui appelle ailleurs les Kéniens kentides, parle d'eux comme ‘la race des Shechemites’ (Sikimitoon) dans son récit de l'expédition de Saül (Ant. VI.vii.3). Les Targums transforment le nom en Salmaite, de Salma, ‘le père de Bethléem,’ qui semble être intitulé un Kénien dans 1Chron. 254.55. Le Sam.VS de Gen. 1519 insère le même nom devant ‘Kénien’. (Vol. II, p. 834 ; emphase ajoutée)

 

Cependant, les Shechemites étaient à un moment une sous-tribu de Manassé (Nom. 26:29-31), donc le commentaire de Josephus peut se référer à la période avant l'occupation de Manassé de cette ville. Alternativement, les Kéniens peuvent s'être entremariés avec les Manassites.

 

A. H. Sayce note que les Kéniens étaient des nomades comme les Bedawin (Bédouins), bien qu'il prétende que ces derniers sont des descendants des Amalécites mentionnés dans l'Écriture Sainte. Les Kéniens ont habité le désert du Néguev au Sud de Juda (1Sam. 27:10). Dans 1Samuel 30:29 quelques anciens de Juda ont été trouvés dans des villes kéniennes.

 

Jaël était la femme de Héber un Kénien (Jg. 4:17). Deborah la prophétesse et 'la mère' d'Israël a béni Jaël dans son cantique de victoire à cause du courage de Jaël et de la résolution dans le meurtre de Sisera, l'ennemi d'Israël.

 

Juges 5:24-27,31 Bénie soit entre les femmes Jaël, femme de Héber, le Kénien ! Bénie soit-elle entre les femmes qui habitent sous les tentes ! 25 Il demanda de l’eau, elle a donné du lait, dans la coupe d’honneur elle a présenté de la crème. 26 D’une main elle a saisi le pieu, et de sa droite le marteau des travailleurs ; elle a frappé Sisera, lui a fendu la tête, fracassé et transpercé la tempe. 27 Aux pieds de Jaël il s’est affaissé, il est tombé, il s’est couché ; à ses pieds il s’est affaissé, il est tombé ; là où il s’est affaissé, là il est tombé sans vie… 31 Périssent ainsi tous tes ennemis, ô Éternel ! Ceux qui l’aiment sont comme le soleil, quand il paraît dans sa force. Le pays fut en repos pendant quarante ans. (LSG)

 

Cette bénédiction est réminiscence de celle sur Mariam, la mère de Josué (Joshua) le Messie (cf. Luc 1:28,42). On peut noter que l'action décisive de Jaël a permis l’avènement d’une période de quarante ans de paix pour Israël. Héber et sa famille sont apparemment allés à Kédesch en Israël du Nord après la défaite de Sisera.

 

Dans un autre incident nous voyons que, après que l'on ait commandé de détruire les Amalécites, Saül a honorablement conseillé aux Kéniens de s'éloigner de leurs anciens associés pour ne pas être tués avec eux (1Sam. 15:6). Saül a donné aux gens la chance de se sauver en vue de leur aide à Israël en des occasions précédentes. Cependant, le destin des Amalécites et celui des Kéniens ont été prophétisés ensemble dans Nombres 24.

 

Nombres 24:20-22 Balaam vit Amalek. Il prononça son oracle, et dit : Amalek est la première des nations, mais un jour il sera détruit. 21 Balaam vit les Kéniens. Il prononça son oracle, et dit : Ta demeure est solide, et ton nid posé sur le roc. 22 Mais le Kénien sera chassé, quand l’Assyrien t’emmènera captif. (LSG)

 

Les Kéniens du Nord (Kain) devaient ainsi être pris captifs par les Assyriens, probablement en même temps que le Royaume d'Israël a été vaincu, c'est-à-dire, aux environs de 733 AEC. La mention de nid sur le rocher est ici un jeu de mots avec ken ou qen (SHD 7064) et le nom tribal Kénien. Le rocher est pensé par certains pour être Sela, aussi connue comme Petra. Tristram dans The Land of Israel (op. cit.) prétend que les cavernes des Kéniens ont été placées autour d'En-Guédi. C'est identifié avec Hazazon-tamar (divisant le palmier ; 2Chr. 20:2) qui a été à l'origine occupée par les Amorites et est revendiquée par certains pour être la ville la plus vieille dans le monde, encore plus vieille que Hébron avec son très long rapport d'occupation continue.

 

Les Spartiates

 

Bien qu'il y ait un certain débat quant à la vraie origine des Spartiates, tant Hérodote, ‘le père de l'histoire ’, que Josephus prétendent qu'ils étaient aussi des descendants de Ketura. Ils sont souvent mentionnés comme les Lacédémoniens, de Lacédémone (ou Laconie), à proprement parler la cité de Sparte la capitale.

 

Les débuts de cette ville importante et son établissement sont donnés dans l'article Wikipédia sur Sparte.

   

Autour du milieu du 6ème siècle av. J.-C, le Sud de Péloponnèse était un territoire spartiate. Le territoire a été divisé en deux parties, Laconie et Messénie, qui étaient séparées par la chaîne de montagnes Taygetos. À la différence des autres villes grecques, Sparte a contrôlé beaucoup de terre arable. La première preuve archéologique témoignant l’établissement de Sparte date autour de 950 av. J.-C …

 

Des sources classiques nous disent aussi que Sparte a été fondée au 10ème siècle av. J.-C. Elle consistait en quatre villages - Pitane, Mesoa, Limnai et Konooura, qui ont été unis plus tard sous un gouvernement.

 

Nous nous rappellerons que David a vaincu Jérusalem et l'a occupée de Hébron ca. 1005 AEC et a régné là pendant 33 ans. Il avait occupé les pays de Kédar et de Mesech en Cappadoce et le contrôle de ces pays a été étendu à son fils Salomon ca. 978 AEC. Salomon a régné avec ces pays sous la subjugation pendant plus de 40 ans jusqu’en 938. Une section des fils de Kédar et de Nabai’oth en Arabie du Nord près de l'Euphrate s'est probablement déplacée dans les Hellènes à l'expansion de David et a établi Sparte sous le règne de Salomon avant 950 AEC. Ils ont occupé la meilleure terre agricole des Hellènes (consulter aussi les études Le Règne des Rois Partie II : David (No. 282B) et Le Règne des Rois Partie III : Salomon et la Clef de David (No. 282C)).

 

Josephus a ajouté foi à la descendance revendiquée des Spartiates d'Abraham quand il a écrit la chose suivante dans ses Antiquités des Juifs :

 

10. À ce moment-là Seleucus, qui a été appelé Soter, régna en Asie, étant le fils d'Antiochus le Grand. Et [maintenant] le père d'Hyrcanus, Joseph, mourut. … Son oncle aussi, Onias, mourut et laissa le haut sacerdoce à son fils Siméon. Et quand il mourut, Onias son fils lui succéda dans cette dignité. Pour lui, c'était que cet Areus, le roi des Lacédémoniens, a envoyé une ambassade, avec une épître ; dont la copie est la suivante :

"AREUS, ROI DES LACÉDÉMONIENS, À ONIAS, SALUTATIONS.

"Nous avons reçu un certain écrit, par lequel nous avons découvert que tant les Juifs que les Lacédémoniens sont d'une même lignée et sont tirés de la famille d'Abraham (14) Il est cependant juste donc que vous, qui êtes nos frères, devriez nous envoyer concernant n'importe lequel de vos intérêts comme vous voulez. Nous ferons aussi la même chose et estimerons vos intérêts comme les nôtres et considérerons nos intérêts comme en commun avec les vôtres. Demoteles, qui vous apporte cette lettre, nous rendra votre réponse. Cette lettre est carrée ; et le cachet est un aigle, avec un dragon dans ses griffes." (Livre 12. chp. 4)

 

D'autres références aux Spartiates ou Lacédémoniens étant de la même lignée que les Juifs sont trouvées dans le Livre des Antiquités 13 : 5, 8 et dans l'apocryphe 1Maccabées 12:6.

 

Société

 

Ce qui suit sont des nouveaux extraits sélectifs de l'article Wikipédia.

 

Parce que la plupart des lois spartiates ont été transmises oralement et apprises par cœur, on connaît peu de la société spartiate. On a considéré la société spartiate comme primitive même selon les standards grecs.

 

Aristote décrit la royauté à Sparte comme "une sorte de généralat illimité et perpétuel" (Pol. iii. I285a) … Datant de la période des guerres persanes, le roi a perdu le droit de déclarer la guerre et a été accompagné sur le champ par deux éphores. Il a été supplanté aussi par les éphores dans le contrôle de la politique étrangère…

 

Après que les éphores eussent été présentés, ils, ensemble avec les deux rois, étaient la branche exécutive de l'état. Les éphores eux-mêmes avaient plus de puissance que quiconque dans Sparte, bien que le fait qu'ils soient seulement restés au pouvoir pendant une simple année a réduit leur capacité d'être en conflit avec des pouvoirs déjà établis dans l'état. … La différence avec des états d'aujourd'hui est que Sparte avait un décideur spécial, la gérousia, un conseil consistant de 28 anciens de plus de 65 ans, élus pour la vie et faisant d'habitude partie des maisons royales, et les deux rois. Des décisions élevées sur la politique d'état ont été discutées par ce conseil qui pouvait alors proposer des alternatives d'action au Damos, le corps collectif de population spartiate, qui choisirait une des alternatives en votant.

 

Non pas tous les habitants de l'état spartiate étaient considérés comme étant des citoyens (faisant partie du Damos). Seulement ceux qui avaient suivi la formation militaire, appelée l'agoge, y avaient droit. Cependant, les seuls gens ayant droit de recevoir l'agoge étaient les Spartiates, ou les gens qui pouvaient retracer leur généalogie aux habitants originaux de la ville. … Le Spartiate exerçait les pleins droits et obligations d'un citoyen à l'âge de trente ans.

 

Un accent fort était placé sur l'honneur et l’exécution d’actions parce que c'était 'la chose juste à faire.' Xénophon a écrit sur les Spartiates comme il les a observés lors d’un jeu Olympique :

 

"Un homme âgé essayait de trouver une place pour s’assoir et observer les Jeux Olympiques, comme il est allé à chaque section. Tous les autres Grecs ont ri comme il a essayé de faire son chemin. Certains l'ont ignoré. En entrant dans la section spartiate tous les Spartiates se sont levés et ont offert leurs sièges à l'homme âgé. Soudainement le stade entier a applaudi. Tous les Grecs connaissaient ce qui était la chose juste à faire, mais les Spartiates étaient les seuls qui l'ont fait." (emphase ajoutée)

 

La formation dans la musique et la littérature occupait une position subalterne. L'accent inlassable sur la formation physique a donné la réputation aux Spartiates d’être "laconiques", économes avec les mots, un mot tiré du nom de leur patrie de Laconie. L'éducation était aussi étendue aux filles, dans la croyance que des mères fortes et intelligentes produiraient des enfants forts et intelligents. Ainsi les historiens de nos jours modernes, avec la confirmation d'auteurs antiques, ont tendance à conclure que les femmes spartiates étaient parmi les plus instruites dans le monde grec antique.

 

Le terme "Spartiate" reste toujours synonyme pour quiconque est rigoureusement auto-discipliné ou courageux face à la douleur, le danger, ou l'adversité. … Sparte n'a souffert sous le règne d'aucun tyran ou dictateur et ses phalanges étaient considérés invincibles.

 

De façon intéressante, nous voyons ci-dessus que les Spartiates ont été dirigés par un conseil consistant de 28 anciens plus les 2 rois, reflétant ainsi inconsciemment (?) le Conseil Intérieur des 30 Êtres dans le Ciel.

 

Militaires

 

La prouesse militaire des Spartiates était sans égal. La Bataille des Thermopyles de 480 AEC est célèbre. 300 guerriers Spartiates sous le Roi Leonidas ont pris le passage des Thermopyles pendant un certain nombre de jours contre la force de l'armée persane du Roi Xerxès (évaluée par Hérodote à 5.28 millions au total – bien que des historiens modernes discutent naturellement ce chiffre et revendiquent peut-être 400,000) comme elle essayait d'envahir la Grèce. 700 guerriers de Thespies étaient les seuls parmi les autres qui se sont battus jusqu’à la mort à côté des Spartiates d'un total de 6000 Grecs, la plus grande partie à qui il avait été ordonné de reculer. Xerxès (l'Assuérus d'Esther) a même envoyé ses troupes de première classe les Immortels contre les Spartiates – ils étaient aussi incapables de passer. Les Spartiates ont été finalement défaits par trahison grecque, bien que le résultat fût inévitable, et les Perses ont par la suite gagné le contrôle sur la Grèce centrale. Hérodote donne un compte-rendu complet de cette bataille dans ses Histoires (Livre VII, 172-234).

 

Les Spartiates semblent avoir eu un intérêt particulier pour le nombre 300. G. Rawlinson, dans ses notes des Histoires, dit que la garde spartiate consistait généralement en 300 hommes (VI, 56). Dans le Livre I, 82 nous constatons aussi que 300 Spartiates se sont engagés dans le combat mortel avec un nombre égal de guerriers Argives afin de déterminer le résultat d'une bataille sans engager les armées principales – limitant ainsi le carnage.

 

On a vu ce type commun de premier combat quand Goliath de Gath a défié un simple guerrier israélite de venir contre lui (1Sam. 17:4-10) ; aussi, quand 12 Israélites ont rivalisé avec 12 guerriers de David de Juda dans un combat singulier et avec une signification beaucoup plus mortelle que simplement se lever pour  “jouer” comme dans la version KJV (2Sam. 2:14-16) ; de nouveau, cela devait éviter le carnage principal, bien qu'une bataille de grandeur nature se soit vraiment ensuivie.

 

Dans Histoires on nous dit qu'Aeimnestus le Spartiate s'est battu et est mort “avec, mais 300 hommes contre la force entière des Messéniens” à une bataille près de Stenyclerus (Livre IX, 64). Cette référence régulière à 300 combattants peut bien être ce folklore spartiate rappelant l'acte quelques siècles plus tôt de Dieu par Gédéon acheminant leurs cousins madianites avec la bande bien choisie de 300 hommes de Gédéon (voir Juges chapitre 7).

 

Les Spartiates eux-mêmes étaient une société militaire et des guerriers aguerris, donc il pourrait être spéculé que, de l'admiration pour les exploits des 300 de Gédéon, ils se sont modelés sur de tels hommes (consulter l’étude La Force de Gédéon et les Derniers Jours (No. 22)). Leur société militaire devait finalement être leur destruction. Cependant, jusqu'à leur défaite par les Romains ils étaient sans égal.

 

Immédiatement avant les Thermopyles, Demaratus, un grec avec l'armée perse a conseillé à Xerxès : “vous devez maintenant traiter avec le premier royaume et la ville en Grèce et avec les hommes les plus courageux” (ibid., VII, 209). Demaratus, avait dit plus tôt :

 

Donc de même les Lacédémoniens, quand ils se battent séparément, sont comme de bons hommes comme quiconque dans le monde, et quand ils se battent dans un corps, sont les plus courageux de tous. Car quoiqu'ils fussent des hommes libres, ils ne sont pas à tous égards libres ; la Loi est le maître qu'ils possèdent ; et ce maître ils le craignent plus que vos sujets vous craignent. Quoi qu'il commande ils le font ; et son commandement est toujours le même : il leur interdit de fuir dans la bataille, indépendamment du nombre de leurs adversaires et exige qu'ils tiennent ferme et vainquent ou meurent (ibid., VII, 104 ; emphase ajoutée).

 

Les rois spartiates étaient censément des descendants de l’héros Héraclès (Hercule) qui a vaincu Sparte deux générations après la Guerre troyenne. La Guerre troyenne était en 1054 dans les dernières années d'Eli juge en Israël et deux générations plus tard les ont placés carrément dans le règne du David Roi d'Israël.

 

Avec les Thraciens, Scythes, Perses, Lydiens et la plupart des Grecs, les Spartiates en particulier ont été connus pour leur amour de la guerre et leur aversion pour négocier et 'les travaux d'artisanat' (Histoires, II, 167).

 

Il est dit que Laconie a été finalement envahie par les Goths et les Huns arrivant de l'Est et en 396 EC Alaric a détruit la ville de Sparte. Sparte a été finalement défaite par Rome aux environs de 195 AEC.

 

L’étude intitulée L'Origine Génétique des Nations (No. 265) donne de plus amples informations sur les tribus diverses sous le titre ‘Les Fils d'Abraham’. Citation :

     

Nous savons de l'autorité de Josephus que les Spartiates étaient les fils de Ketura. Ainsi la grande quantité d’ADN-Y Hg. I en Grèce peut être des Fils de Ketura avec le J entrant plus tard suite aux conquêtes dans l'Asie Mineure et des Arabes dans des siècles postérieurs. Il y a des populations sémitiques de Hg J significatives autour de la Méditerranée mais I est plus grand dans l'incidence partout en Europe. La Grèce a aussi le plus grand pourcentage de population de E3b à l'extérieur de l'Afrique.

 

Cependant, nous savons que le groupe combiné IJ basé sur S2 et S22 s’est divisé dans les deux groupes et peut s’être divisé en Grèce aussi du groupe unique de base IJ qui y est allé.

 

Les Druzes

 

Plusieurs commentateurs modernes prétendent que les descendants des Kéniens peuvent être trouvés aujourd'hui parmi le peuple Druze du Liban, de la Syrie et d'Israël.

           

L’article de Wikipédia dit :

 

Les Druzes s’appellent eux-mêmes Les Gens du Monothéisme ou Muwahhidūn ("Monothéistes"). L'origine du nom Druze est retracée à Nashtakin ad-Darazi, un des premiers prédicateurs de la religion.

 

Les Druzes résident principalement au Liban, avec des communautés plus petites en Israël, en Syrie et en Jordanie. Tandis que la plupart des Druze se considèrent Arabes, un certain nombre vivant en Israël ne se considèrent pas comme tels. [2] On croit qu’il peut y avoir jusqu’à 1 million de Druzes dans le monde entier, la grande majorité dans le Levant ou l'Est de la Méditerranée. [3] Cependant, quelques évaluations de la population totale de Druzes ont été aussi faibles que 450,000. [4] … Environ 50,000 Druzes habitent aux États-Unis.

 

En 1167, le voyageur célèbre Benjamin de Tudela a écrit des Druzes dans son journal. Il décrit les Druzes comme "des habitants de la Montagne, monothéistes, croyant à la transfiguration de l'âme et sont de bons amis avec les Juifs".

 

Les Druzes ont joué des rôles principaux dans l'histoire du Levant. Ils ont été surtout dispersés dans les Montagnes Chouf, qui font partie de la Montagne du Liban (connue parfois comme le Mont des Druzes) et plus tard l'éponyme Jabal al-Durūz (le Mont des Druzes) en Syrie. … Cependant, beaucoup de Druzes vivant dans le Plateau du Golan se considèrent Syriens et refusent la citoyenneté israélienne, tandis que le reste se considère Israélien. Dans les élections générales, la majorité des villages druzes ont les mêmes habitudes de vote que le public en général. Les Druzes israéliens servent aussi dans l'armée israélienne, volontairement depuis 1948 …

 

La communauté druze révère le beau-père non-Juif de Moïse, Jéthro, que les Musulmans appellent Shu’ayb. Selon le récit biblique, Jéthro a rejoint et a aidé les Juifs dans le désert pendant l'Exode, a accepté le monothéisme, mais en fin de compte a rejoint son propre peuple. En fait, le tombeau de Jéthro près de Tiberias est le site religieux le plus important pour la communauté druze. [7]

 

Les croyances des Druzes

 

Les Druzes croient en l’unité de Dieu, de là leur préférence pour le nom "Peuple du Monothéisme" ou "Monothéistes". Leur théologie a une vue Néo-platonicienne sur la façon par laquelle Dieu interagit avec le monde par des émanations et est semblable à certaines sectes gnostiques et d'autres sectes ésotériques. Ils ne sont pas, cependant, sous l'influence de la philosophie Sufi, comme plusieurs croient. Les Druzes croient en la réincarnation et sont panthéistes.

 

Les principes de la foi druze sont : garder sa langue (honnêteté), protéger son frère, respecter l'ancien, aider les autres, protéger sa patrie et la croyance en un Dieu. Une autre caractéristique bien connue de la religion druze est une croyance fervente en la réincarnation en humain seulement pour tous les membres de la communauté. Ils rejettent la polygamie, fumer le tabac, l'alcool, ou la consommation du porc, bien que le porc et l'alcool puissent être consommés dans beaucoup de ménages non-religieux et/ou al-Juhl. La religion druze ne leur permet pas de s'entremarier avec des Musulmans, des Juifs, ou les membres d'autres religions.

 

Les Druzes croient aux prophètes comme Adam, Noé (), Abraham (Ibrāhīm), Sara, Jacob (Ya’qub), Moïse (Mūsā), Salomon (Sulaymān), Jean le Baptiste (Yahya) et Jésus (Isā) (comme mentionné ci-dessus, par contraste avec les membres des autres fois monothéistes, ils élèvent aussi Jéthro, ou Shu’ayb, le beau-père de Mūsā, au statut de prophète principal). Ils croient aussi en la sagesse des philosophes grecs classiques comme Platon et Pythagore, qui ont la même stature que les autres prophètes. De plus, ils ont un tableau "d'hommes sages" qui ont fondé la religion au 11ème siècle.

 

... Les Druzes ne sont pas exigés de suivre les devoirs Musulmans de prière, la participation au jeûne, ou le pèlerinage à la Mecque. Cependant, ils peuvent le faire s’ils le veulent. Un des livres saints de la foi est appelé le Kitābu l-Hikma ou "Livre de Sagesse", en grande partie compilé par une figure mystérieuse appelée al-Muqtana. Il a six volumes et est compilé en chapitres, chacun couvrant une question spécifique. Les enseignements dénoncent le matérialisme, particulièrement le matérialisme quant à la religion. Les livres sacrés des Druzes, étant bien cachés au monde pendant huit siècles, ont depuis le milieu du 19ème siècle trouvé leur voie dans les bibliothèques européennes. [8]

 

Des édifices religieux druzes sont d'habitude très modestes et les Ajawīd mènent des styles de vie très modestes. La prière est d'habitude conduite discrètement, parmi la famille et les amis. Il y a peu de hiérarchie officielle dans la communauté religieuse à part le Shaykh al-‘Aql, dont le rôle est plus politique et social que religieux. On admire une figure religieuse pour sa sagesse et son style de vie. (emphase ajoutée)

(Récupéré de

http://en.wikipedia.org/wiki/Druze)

 

Comme avec Juda et Ismaël, le monothéisme strict des Druzes pourrait indiquer que ces peuples sont les descendants directs d'Abraham par Ketura. Et le fait qu'ils vénèrent Jéthro indiquerait fortement qu’ils descendent de ce sacrificateur et prophète particulier de Madian qui semblait bien familiarisé avec le Seul Vrai Dieu. Cependant, comme le Christianisme, la foi des Druzes a apparemment été infiltrée par le Gnosticisme et une croyance en des idées telles que la réincarnation.

 

Leur structure de l'ADN-Y les identifie comme le deuxième plus grand groupe ethnique avec l’Haplogroupe G, qui est de 19 % et indique qu’ils peuvent avoir des lignées assyriennes ou qu’ils peuvent avoir développé l’Haplogroupe G dans l'isolement de l'original F. Le groupe le plus élevé de G ce sont des Géorgiens, et les Assyriens sont semblables. Les Géorgiens pourraient être présumés être le noyau des Assyriens antiques. Cependant, ce sera examiné dans l’étude sur les Fils de Sem. Les Druzes ont aussi 33 % de L qui est indicatif de l'origine japhetite. La structure de K2 au Liban est aussi japhetite.

 

Quelques échantillons de l’ADN-Y libanais sont comme suit (de Capelli 2005) :

 

Libanais Musulman (39 personnes) 18 % E3b, 30 % JxJ2, 25 % J2, 12 % (F*xIJK, c'est-à-dire, G), 5 K*(xP)

Libanais Chrétien (43 personnes) 16 % E3b, 4 I, 9 JxJ2, 34 J2, 18 F*, 4 K*, 7 P*(xR1)

 

Comparez ceux-là avec les échantillons de la Malte et la Sicile.

La Malte (90 personnes) 9 E3b, 8 JxJ2, 21 J2, 12 I, 6 F*, 4 K*, 32 R1b

La Sicile (200 personnes) en faisant grossièrement la moyenne : E3b 23 %, 6 JxJ2, 21 J2, 6 I, 10 F*, 4K*, 22 R1b

 

La reconstruction des patrilignages et matrilignages des Samaritains par Shen et al. montre 35 % d’haplogroupe L parmi un échantillon de Druzes, mais aucun L parmi des Juifs ou Palestiniens.

 

Le chromosome Y des Juifs Le Chromosome Y des Juifs par Nebel et al. montre certains L chez des Kurdes, mais pas chez des Juifs ou des Arabes.

 

Les Kurdes sont des Mèdes avec un certain mélange composé, et l'incidence parmi les Kurdes et les Druzes indique que les Druzes sont probablement un peuple composé qui est apparenté aux remplaçants envoyés par les Assyriens lors de l’enlèvement d'Israël plutôt que des descendants des Juifs ou des Arabes. Les résultats des Samaritains, par ailleurs, étaient semblables aux résultats juifs, mais tout aussi variés. K2 aussi au Liban est tiré des commerçants Tarshish dans des systèmes phéniciens. Les Druzes ne sont pas ainsi les fils homogènes d'Abraham. Ils semblent être rapprochés des Aryens qui sont entrés en Inde et ont formé l’Haplogroupe L aussi tôt que le contact assyrien à Harappa et Mohenjo Daro, avant les conquêtes aryennes principales ca. 1000 AEC au temps de David.

 

Ainsi les Druzes sont probablement des descendants des Assyriens, Cutheans et Mèdes placés en Israël par les Assyriens après la capture et la déportation des dix tribus d'Israël en 722 AEC.

 

Prophéties concernant les fils de Ketura

 

Madianites

 

En tant que le descendant le plus omniprésent d'Abraham par Ketura, Madian est mentionné trois fois par le prophète Ésaïe. Les références à Madian dans Ésaïe 9:4 et 10:26 sont dans une lumière négative et concernent la punition décernée à ses descendants comme un exemple en Israël. (Voir aussi Psaume 83:1-18.) Le Qour'an a aussi beaucoup d'injonctions adressées aux Madianites, une dans la conversation particulière des temps de la fin.

 

Sourate 29:36 Et à Madian Nous avons envoyé Shu'eyb [Jéthro], leur frère. Il a dit : Ô mon peuple ! Servez Allah et attendez avec impatience le Jour Dernier et ne faites pas de mal, en faisant du tord, sur la terre. (Pickthal)

 

Le Livre par le soi-disant prophète mineur Habacuc contient une prophétie concernant l'arrivée du Messie dans la grande gloire. Il y a aussi une connexion avec la Terre de Madian.

 

Habacuc 3:1-7 Prière d’Habacuc, le prophète, sur le mode des chants lyriques : 2 Éternel, j’ai entendu ce que tu as fait entendre ; je suis saisi de crainte. Éternel ! dans le cours des années, fais revivre ton œuvre ; dans le cours des années fais-la connaître ! Dans ta colère souviens-toi d’avoir compassion ! 3 Dieu vient de Théman, le Saint vient de la montagne de Paran. Sélah (pause). Sa majesté couvre les cieux, et la terre est remplie de sa louange. 4 C’est comme l’éclat de la lumière ; des rayons jaillissent de sa main ; c’est là que sa force est cachée. 5 La mortalité marche devant lui, et la peste suit ses pas. 6 Il s’arrête, et il mesure la terre ; il regarde, et il fait trembler les nations ; les montagnes éternelles se brisent, les collines antiques s’affaissent. Ses voies sont les voies anciennes. 7 Je vois dans la détresse les tentes de Cushan ; les pavillons du pays de Madian frémissent de crainte. (OST)

 

Comme noté plus tôt, Burton suggère que Cuschan soit un terme probablement équivalent plus général de Madian, qui est lié avec la conception arabe de Ketura étant une femme Cuschite. Cohen (Interp. Dict., art. ‘Cuschan’, Vol. 1, p. 751) tient aussi cette vue et dit que cela peut être un nom plus ancien et poétique pour Madian basé sur la présence des tribus descendants de Cusch. Il pense qu'il est probable que le mot Cuschite appliqué à la femme de Moïse ne signifie pas éthiopienne, mais se réfère plutôt aux Madianites (Nom. 12:1).

 

Le terme est aussi utilisé pour se référer aux Kassites de la Babylone et les pays voisins ont été traditionnellement appelés le Royaume de Khus ou Cush. Kraft (ibid., art. Cuscham-Rishathaim) pense que le terme est très probablement rapproché à une tribu madianite près d'Édom, comme lié par Habacuc 3:7. Le premier ADN-Y des Cuschites est de HG C et se développe de là mais les groupes ADN-Y des fils Arabes de Ketura et Madianites ne sont pas C ou E3b, mais des haplogroupes sémitiques (consulter l’étude L'Origine Génétique des Nations (No. 265)  2ème édition).

 

The Historians’ History of the World indique le problème complexe des Cuschites étant tant en Éthiopie qu’au Soudan et en Babylone en désignant que la confusion provient du fait que la tribu dans la Babylonie était la tribu de voleurs des Kasshu ou des Kossaeans et ils ont dominé la Babylonie pendant des siècles. La Bible les identifie avec la branche africaine aussi (cf. Genèse 2:13 ; 10:8). Ils ont disparu et par conséquent les Historiens ont à ce moment-là pensé qu'ils étaient un mythe. Nous savons maintenant de l'ADN qu'une branche des mêmes groupes d’ADN-Y C s'est étendue dans le monde de l'Asie à l'Australie et à la Nouvelle-Zélande et la Polynésie et aux Mongols et dans les Amériques avec les Nadene ou Chippewa et jusqu’aux Apaches et même à quelques sections des Mayas qui sont Q3, Q et C3 dans cet ordre d'incidence.

 

La confusion avec les premiers Madianites vient probablement de l'association des Hyksos, des maraudeurs nomades, de qui les Édomites et les fils de Ketura faisaient sans doute partie.

 

La troisième mention de Madian par Ésaïe se trouve dans le chapitre 60 et est aussi prophétique.

 

Ésaïe 60:1-7 Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, et la gloire de l’Éternel se lève sur toi. 2 Voici, les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité les peuples ; mais sur toi l’Éternel se lève, sur toi sa gloire apparaît. 3 Des nations marchent à ta lumière, et des rois à la clarté de tes rayons. 4 Porte tes yeux alentour, et regarde : Tous ils s’assemblent, ils viennent vers toi ; tes fils arrivent de loin, et tes filles sont portées sur les bras. 5 Tu tressailliras alors et tu te réjouiras, et ton coeur bondira et se dilatera, quand les richesses de la mer se tourneront vers toi, quand les trésors des nations viendront à toi. 6 Tu seras couverte d’une foule de chameaux, de dromadaires de Madian et d’Épha ; ils viendront tous de Séba ; ils porteront de l’or et de l’encens, et publieront les louanges de l’Éternel. 7 Les troupeaux de Kédar se réuniront tous chez toi ; les béliers de Nebajoth seront à ton service ; ils monteront sur mon autel et me seront agréables, et je glorifierai la maison de ma gloire. (LSG)

 

Ils sont mentionnés comme venant de Séba que nous savons maintenant est en Arabie du Sud et était jadis la grande oasis alimentée par les barrages immenses qui se sont détériorés de même que les Romains ont réduit Séba en puissance par leur occupation de l'Arabie et la dominance du commerce. Les portes d'écluse sont toujours là mais le mur n'a jamais été reconstruit. Le pouvoir et la richesse de ce secteur se trouvent dans les mains des Arabes, que nous avons identifiés maintenant comme les fils de Ketura et pas les fils d'Ismaël.

 

Les tentes de Kédar et Nebajoth étaient dans le Nord-Ouest et s'étendent jusqu’à l’Euphrate.

 

Ici nous voyons qu'Épha et Madian sont inscrits comme deux tribus séparées. Matthew Poole déclare qu'Épha, le fils de Madian, “a demeuré au-delà de l'Arabie” (A Commentary on the Holy Bible, op. cit.). Il fait aussi un commentaire intéressant d'Ésaïe 60:6.

 

La multitude de chameaux, c'est-à-dire l'abondance de richesse et de trésor qui est apportée sur des chameaux ; ceci étant la créature que les gens orientaux utilisaient pour le transport de leur or et leurs épices et autre trésor riche, que l'on dit de les couvrir ; l'expression semblable avec cela Juges vi.5 : ou par laquelle on comprend ces gens qui avaient vraiment l’habitude de monter sur des chameaux, comme les Arabes et les pays limitrophes ; car par ceux-ci et des expressions métaphoriquement semblables et empruntées dans plusieurs versets de ce chapitre sont particularisées plusieurs nations et par elles est impliquée la venue de toutes les nations à Christ ; et donc ils sont introduits comme présentant les ressources principales de leurs pays respectifs …

Les dromadaires ; ou, aussi ou même les dromadaires, qui sont une moindre sorte de chameau, appelés ainsi suite à leur rapidité pour la course, à laquelle les meilleurs sont habilités, parce que, comme Pline observe, ils peuvent supporter la soif pendant quatre jours : (op. cit., emphase en caractère gras ajoutée).

 

Job 1:3 mentionne aussi des chameaux en décrivant la grande richesse de Job (voir aussi 1Chr. 5:21) ; de là ces animaux apparaissent indicatifs de richesse généralement dans un contexte du Moyen-Orient.

 

Les Kéniens et les Récabites

 

Certains des descendants de Madian, à savoir les Kéniens et les Récabites, sont mentionnés dans certaines prophéties du temps de la fin. Celles concernant les Kéniens sont trouvées dans Jérémie 35. On a dit à ce prophète d'aller à la maison des Récabites, qui était une branche de la tribu kénienne dont Jéthro était le membre le plus éminent.

 

Jérémie 35:1-11 La parole fut adressée à Jérémie de la part de l’Éternel, au temps de Jojakim, fils de Josias, roi de Juda, en ces mots : 2 Va à la maison des Récabites, et parle-leur ; tu les conduiras à la maison de l’Éternel, dans une des chambres, et tu leur offriras du vin à boire. 3 Je pris Jaazania, fils de Jérémie, fils de Habazinia, ses frères, tous ses fils, et toute la maison des Récabites, 4 et je les conduisis à la maison de l’Éternel, dans la chambre des fils de Hanan, fils de Jigdalia, homme de Dieu, près de la chambre des chefs, au-dessus de la chambre de Maaséja, fils de Schallum, garde du seuil. 5 Je mis devant les fils de la maison des Récabites des coupes pleines de vin, et des calices, et je leur dis : Buvez du vin ! 6 Mais ils répondirent : Nous ne buvons pas de vin ; car Jonadab, fils de Récab, notre père, nous a donné cet ordre : Vous ne boirez jamais de vin, ni vous, ni vos fils ; 7 et vous ne bâtirez point de maisons, vous ne sèmerez aucune semence, vous ne planterez point de vignes et vous n’en posséderez point ; mais vous habiterez sous des tentes toute votre vie, afin que vous viviez longtemps dans le pays où vous êtes étrangers. 8 Nous obéissons à tout ce que nous a prescrit Jonadab, fils de Récab, notre père : nous ne buvons pas de vin pendant toute notre vie, nous, nos femmes, nos fils et nos filles ; 9 nous ne bâtissons point de maisons pour nos demeures, et nous ne possédons ni vignes, ni champs, ni terres ensemencées ; 10 nous habitons sous des tentes, et nous suivons et pratiquons tout ce que nous a prescrit Jonadab, notre père. 11 Lorsque Nebucadnetsar, roi de Babylone, est monté contre ce pays, nous avons dit : Allons, retirons-nous à Jérusalem, loin de l’armée des Chaldéens et de l’armée de Syrie. C’est ainsi que nous habitons à Jérusalem. (LSG)

 

Jonadab ou Jehonadab (signifiant Jéhovah désire, (SHD 3082 et 3122), comme “un descendant postérieur de Récab, a été noté comme un réformateur qui s'est maintenu pur” (Key Word Study Bible). Bullinger dit aussi que Jonadab est devenu le scheik et le législateur des Récabites. Il expose, incidemment, que les versets 1-11 représentent la 30ème prophétie de Jérémie dans une série (The Companion Bible).

 

En 1839, le docteur Wolff a trouvé une tribu près de la Mecque en Arabie qui a revendiqué être descendante de J[eh]onadab. Cependant, une tribu de Bédouins située près de la Mer Morte a aussi prétendu être les descendants du même scheik kénien. Il est possible que tous les deux soient corrects dans leurs suppositions en raison de l'errance habituelle de ces gens.

 

Au verset 2, Bullinger dit des Récabites :

   

Ils étaient des descendants de Hobab, le beau-frère [sic] de Moïse. Une tribu kénienne, qui a migré avec Israël à Canaan … Ils étaient prosélytes, pas idolâtres ; peuplant le désert du Sud de Juda.

 

Il doit être rappelé que Jehonadab des Récabites a aidé le roi Jéhu de Juda dans la destruction du système de Baal en Juda, comme nous avons vu plus tôt dans 2Rois 10.

 

Plusieurs caractéristiques distinctives des Récabites sont qu'ils ne construisent aucune maison et ne plantent aucune récolte, mais vivent plutôt un style de vie nomade. Leur Patriarche Abraham a été décrit comme un Hébreu (Genèse 14:13). Il était un homme d'Ur de Chaldée en Akkadie. Jacob a été décrit comme un Syrien ou Araméen (Deut. 26:5). ‘Aram (SHD signifie la région montagneuse ou la plaine élevée et était aussi le nom donné au fils de Sem. Dans le sens où c’est utilisé pour Jacob cela signifie le Montagnard ou quelqu'un venant des plaines syriennes et des collines de Canaan. Abraham n'a pas été un descendant d'Aram, mais d'Arpacschad et les Arabes ne sont pas les fils d'Aram. Aram ne signifie pas semi-nomade. La supposition que le terme Arabe provient d'Aram est incorrecte. L'ancêtre réel et la source du nom comme une identité pure sont avec les fils de Jokschan, comme nous voyons ci-dessus.

 

Bruce Feiler, dans son livre Abraham: In Search of the Father of Civilisation (Judy Piatkus (Publ.) Ltd, London, 2002), a résumé la vie semi-nomade du Patriarche et, par inférence, ses descendants (dont certains ceux-ci se seraient installés, d'autres non) ainsi :

     

Abraham n'est pas un homme établi, ou un homme errant. Il est une combinaison, qui incarne dans son éducation un message qu’il viendra pour représenter : l'étranger perpétuel dans un pays étranger, l'étranger qui désire être l'initié, le sans terre qui désire une patrie, le pieux qui trouve un palliatif en Dieu pour sa vie infiniment douloureuse. (p. 21)

 

Nous voyons du verset 2 dans Jérémie 35 que Dieu appelle les Récabites à être apportés dans Sa Maison, dans laquelle il y a beaucoup de chambres (cf. Jn. 14:2).

 

Dans The Desert of the Exodus, E.H. Palmer, qui a exploré une grande partie de la Péninsule du Sinaï, donne son avis quant à l'identité des Récabites et leurs descendants.

 

Le voisinage immédiat de Wady Musa est dans les mains de Fellahin appelé le Liyatheneh … Ils sont les fils de Leith [lion : de l'Arabe], une lignée descendant de Ka'ab et une branche des Juifs Kheibari, qui ont résidé près de la Mecque et ont joué une partie si importante dans la première histoire de l'Islam. Les Kheibari sont toujours trouvés en grands nombres aux environs de la Mecque et Médine … par le docteur Wolff et d'autres voyageurs ils ont été identifiés avec les Récabites mentionnés dans Jérémie xxxv.6,7 … Ce précepte, qui est en effet qu'ils devraient assimiler leur mode de vie à celui des Arabes parmi lesquels ils ont demeuré, ils ont obéi jusqu’à ce jour, car ils ne boivent aucun vin et demeurent dans des tentes. En se professant pour être des Mahométans, ils sont plus laxistes dans leur discipline religieuse que même les Bédouins eux-mêmes, dont les observances sont vraiment plus Sabaéennes que Musulmanes. Les Liyatheneh conservent non seulement la physionomie distinctive, mais beaucoup de coutumes des Juifs, comme le port des serrures d'amour Pharisaïques. (op. cit., pp. 432-433)

 

En continuant avec le texte dans Jérémie :

 

Jérémie 35:12-17 Alors la parole de l’Éternel fut adressée à Jérémie, en ces mots : 13 Ainsi parle l’Éternel des armées, le Dieu d’Israël : Va, et dis aux hommes de Juda et aux habitants de Jérusalem : Ne recevrez-vous pas instruction, pour obéir à mes paroles ? dit l’Éternel. 14 On a observé les paroles de Jonadab, fils de Récab, qui a ordonné à ses fils de ne pas boire du vin, et ils n’en ont point bu jusqu’à ce jour, parce qu’ils ont obéi à l’ordre de leur père. Et moi, je vous ai parlé, je vous ai parlé dès le matin, et vous ne m’avez pas écouté. 15 Je vous ai envoyé tous mes serviteurs, les prophètes, je les ai envoyés dès le matin, pour vous dire : Revenez chacun de votre mauvaise voie, amendez vos actions, n’allez pas après d’autres dieux pour les servir, et vous resterez dans le pays que j’ai donné à vous et à vos pères. Mais vous n’avez pas prêté l’oreille, vous ne m’avez pas écouté. 16 Oui, les fils de Jonadab, fils de Récab, observent l’ordre que leur a donné leur père, et ce peuple ne m’écoute pas ! 17 C’est pourquoi ainsi parle l’Éternel, le Dieu des armées, le Dieu d’Israël : Voici, je vais faire venir sur Juda et sur tous les habitants de Jérusalem tous les malheurs que j’ai annoncés sur eux, parce que je leur ai parlé et qu’ils n’ont pas écouté, parce que je les ai appelés et qu’ils n’ont pas répondu. (LSG)

 

Le but de la référence à la prohibition de Jonadab de boire du vin par son peuple partout dans leurs générations n'était pas de cautionner cette restriction, qui est généralement non biblique et inutile (cf. l’étude Le Vin dans la Bible (No. 188)) – à moins de l’appliquer à ceux dans le temps qui étaient sous un vœu de Nazaréen prescrit par Dieu. Les Récabites modernes seront plus certainement exigés de briser leur vœu concernant l'abstinence en prenant une petite quantité de vin au Dîner du Seigneur annuel, autrement ils n'ont aucune place dans les Églises de Dieu ou dans la Première Résurrection, comme Christ lui-même a dit dans Jean 6 (cf. aussi 1Cor. 11:25).

 

Jean 6:53-54 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. 54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. (LSG)

 

Plutôt, l'obéissance des Récabites a été mentionnée afin de déshonorer Juda et Benjamin qui, pour toute leur piété apparente et dévotion dans l'exécution des sacrifices d’animaux requis sur les Sabbats, Nouvelles Lunes et des Jours Saints, n'étaient pas obéissants à Dieu dans beaucoup d'autres respects (voir Ésaïe 1:13-14). Et Dieu dit qu'Il exige l'obéissance (du coeur) plutôt que le sacrifice de béliers (de la main seulement).

 

1Samuel 15:22 Samuel dit : L’Éternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de l’Éternel ? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. (LSG)

 

Ayant déjà démontré leur conformité avec une injonction relativement mineure de leur père terrestre Jonadab, les Récabites auraient peut-être moins de problèmes que la plupart, avec l'obéissance inconditionnelle à Dieu le Père une fois qu'ils sont éveillés à ou redeviennent au courant de Ses Lois. Il est remarquable que l'on leur ait déjà donné une récompense d’une haute valeur.

 

Jérémie 35:18-19 Et Jérémie dit à la maison des Récabites : Ainsi parle l’Éternel des armées, le Dieu d’Israël : Parce que vous avez obéi aux ordres de Jonadab, votre père, parce que vous avez observé tous ses commandements et fait tout ce qu’il vous a prescrit ; 19 à cause de cela, ainsi parle l’Éternel des armées, le Dieu d’Israël : Jonadab, fils de Récab, ne manquera jamais de descendants qui se tiennent en ma présence. (LSG)

 

C'est un signal d’honneur pour les Récabites d’avoir au moins un de leurs descendants debout devant le Seigneur pour toujours. La tribu de Lévi a été de la même façon exigée de se “tenir devant le Seigneur” (Deut. 10:8) pour exécuter le service comme un type de premier-né de tous les enfants d'Israël. Être debout devant quelqu'un est évidemment apprécier la faveur spéciale de leur part, comme David a fait avec Saül (1Sam. 16:22) et Moïse et Samuel ont fait avec Dieu (Jér. 15:1; cf. aussi Jér. 15:19), avec le prophète Élie (1Rois 18:15).

 

Jérémie parle d'un temps futur qui fait écho avec ce qui est dit par un autre grand prophète dans Ésaïe 2:1-5.

 

Jérémie 17:26 On viendra des villes de Juda et des environs de Jérusalem, du pays de Benjamin, de la vallée, de la montagne et du midi, pour amener des holocaustes et des victimes, pour apporter des offrandes et de l’encens, et pour offrir des sacrifices d’actions de grâces dans la maison de l’Éternel. (LSG)

 

Ce verset semble parler principalement à Juda (englobant aussi Benjamin et Siméon), comme les secteurs divers mentionnés égalisent grossièrement aux quatre coins de la terre étendue de Juda, y compris le désert de Néguev. Cependant, les Kéniens étaient connus pour être les occupants du Néguev, avec les Juifs et les Cherethites (Philistins). Comme descendants de Ketura et une sous-tribu de Madian, ils feront partie de cet appel.

 

Huns

 

Les Huns ont parfois revendiqué être des descendants des fils de Ketura bien que leur structure d’ADN-Y soit principalement de N, comme l’est celle des Finlandais. De la science actuelle, N est un dérivé de F par K et lié aux fils connus de Japhet probablement par Togarmah de sa distribution. Il devrait être démontré que K était un composé de Sem et Japhet pour que cela soit même plausible.

 

Un Appel aux Fils de Ketura

 

Les tribus mentionnées ci-dessus ne sont que quelques-unes de celles existant aujourd'hui qui sont descendants d'Abraham et de sa femme Ketura, la majorité restant en grande partie non-découverte. Tous ont leur part à jouer en répondant premièrement à l'appel du retour à Dieu et à Ses Lois et ensuite en aidant le travail du temps de la fin de publier l'Évangile à toutes les nations commençant avec leurs tribus respectives dans la Maison d'Abraham.

 

Comme enregistré dans Matthieu 2:1-11, “les hommes sages” ou magos de l'Orient (auquel secteur vague les fils de Ketura avaient été envoyés des siècles plus tôt) sont arrivés après la naissance de Christ pour lui présenter de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Ces deux épices les plus importantes ont été échangées à l’époque par les Arabes incluant Jokschan et des marchands Madianites, et l'or lui-même était trouvé en abondance dans le Pays antique de Madian. Nous avons vu aussi dans Juges 8:27 que l'or capturé de Madian a été utilisé par Gédéon pour faire un éphod ; de là une connexion madianite tout à fait forte. La prophétie d'Ésaïe peut bien se référer aussi à ces hommes de Jokschan qui ont demeuré dans Séba juste avant que le barrage soit détruit.

 

Si nous acceptons l'observation de Pline que les dromadaires peuvent supporter la soif jusqu'à quatre jours (voir le commentaire de Poole sur Ésaïe 60:6 ci-dessus), nous pourrions l'appliquer spirituellement et dire que la plupart de Madian, ou n'importe lequel des fils de Ketura à cet égard, ont été sans l’“eau jaillissant jusque dans la vie éternelle” (Jn. 4:14) depuis près de 4000 ans (sur la base de “mille ans est comme un jour”) et auraient donc vraisemblablement une grande soif pour l'Esprit de Dieu dans ces Derniers Jours – ensemble avec le reste de l'humanité, naturellement.

 

Cela peut être le temps pour ceux des descendants Kéniens d’embrasser et de prêcher la vraie religion aussi ardemment que l’a fait leur ancêtre Jethro, le beau-père de Moïse, qui semble avoir été directement commissionné par Dieu.

 

En ce qui concerne le sort des Druzes et des Roms ou Gitans, si vraiment ils peuvent être les fils de Ketura ou autrement, nous voyons que Dieu favorise très souvent les réprouvés et faibles de ce monde. Paul a dit que les vrais apôtres et les gens de Dieu ont été aussi considérés “comme les déchets du monde, le rebut de toutes choses” (1Cor. 4:13). Et le prophète Jérémie a noté que les gens de Dieu étaient souvent abaissés et rendus méprisables dans la vue des autres, ce qui pour les Roms est désespérément familier.

 

Lamentations 3:45-46 Tu nous as rendus un objet de mépris et de dédain au milieu des peuples. 46 Ils ouvrent la bouche contre nous, tous ceux qui sont nos ennemis. (LSG)

 

Comme tous les autres fils d'Abraham et les disciples de Christ peu importe de quelle tribu ou nation, les Roms seraient exigés de mettre de côté leurs faux dieux, leurs relations avec le monde de l’esprit en tant que "diseurs de bonne aventure" et de devenir au lieu de cela de vrais prophètes et des serviteurs du Dieu Très-Haut. Dans Osée un appel est fait apparemment à Israël, mais avec la large application à tout ceux qui désirent retourner à Dieu. Les Druzes et tout l'Islam doivent changer leurs voies aussi.

 

Osée 2:16 En ce jour-là, dit l’Éternel, tu m’appelleras : Mon mari ! [Héb. Ishi] et tu ne m’appelleras plus : Mon maître ! [Baali]. (LSG)

 

De même qu’Israël a été caractérisé par l'idolâtrie, il est prophétisé que les descendants de ces mêmes gens se rappelleront un jour de Dieu des pays lointains (Zach. 10:9). Ce n'est pas une difficulté permanente d'être un réprouvé ou “un vagabond parmi les nations” (Os. 9:17), car cela est aussi dit du bien-aimé de Dieu Israël – tant que l’errance résulte à ce que tous les peuples trouvent leurs voies vers Lui.

 

Ceux des descendants Spartiates peuvent avoir conservés la noblesse d’esprit de leurs ancêtres et le sens de savoir et (plus important encore) de faire ce qui est juste (comme dans l'exemple de donner la place et l'honneur à un ancien aux Jeux). Alliés avec leur prouesse militaire remarquable – démontrée dans la défense féroce de leur nation contre la force accablante – cela semble probable que leurs descendants feraient des soldats inégalés dans l'armée du Seigneur, les Églises de Dieu du temps de la fin.

 

2Corinthiens 10:3-6 Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. 4 Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. 5 Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ. 6 Nous sommes prêts aussi à punir toute désobéissance, lorsque votre obéissance sera complète. (LSG)

 

Les compétences des Spartiates pourraient être utilisées à meilleur escient spirituellement dans le service de Dieu aujourd'hui. Une fois informés de la vérité et entièrement convaincus de cela et comme les amants de loi, ils agiraient vraisemblablement et porteraient le message sans crainte ou faveur à leurs camarades Keturites et au-delà.

 

Romains 10:12-15 Il n’y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent. 13 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. 14 Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a personne qui prêche ? 15 Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s’ils ne sont pas envoyés ? Selon qu’il est écrit : Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix, de ceux qui annoncent de bonnes nouvelles ! (LSG)

 

Vous, les Fils de Ketura, êtes appelés à retourner au Seul Vrai Dieu que vos pères connaissaient, à suivre l'exemple de piété et de noblesse de votre mère Ketura et à vivre en accord avec son nom en devenant un arôme vraiment doux à votre Père dans le Ciel, et finalement à devenir connus comme ‘les amis de Dieu’ comme votre Patriarche illustre et béni Abraham, le père de toutes les nations étant maintenant apportées dans la Maison de Dieu.

 

 

q