Les Églises Chrétiennes de Dieu

[224]

 

 

 

Ésaïe 9:6 [224]

(Édition 1.0 19970907-19970907)

 

 

 

Ésaïe 9:6 [ou verset 5 dans certaines versions françaises] est souvent utilisé à l'appui de la théologie Trinitaire ou Binitaire/Dithéiste. Cette étude examine son utilisation et sa compréhension dans les diverses traductions anciennes et modernes.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1997 Wade Cox)

(Tr. 2010, rév. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

 Ésaïe 9:6 [224]

 

 

Ésaïe 9:6 [ou verset 5 dans certaines versions françaises] est utilisé par les Trinitaires pour justifier leur théologie. L'argument est avancé que, par le nom donné dans Ésaïe 9:6, les attributs et, par conséquent, la co-égalité et la co-éternité, ont été conférés dans le fils comme étant le même Dieu, dans le cas des Trinitaires et des Binitaires ; ou un Dieu indépendant coéternel à qui la co-égalité lui a été conférée, quand il a accepté de devenir le fils de l'autre, dans le cas des Dithéistes. Toutefois, cela n’a pas été compris dans cette optique par l'ancien Israël.

 

La Septante (LXX) rend Ésaïe 9:6, comme lisant l'Ange du Grand Conseil. La traduction de Brenton est la suivante :

Car un enfant nous est né, et un fils nous est donné, dont le gouvernement est sur son épaule, et son nom est le Messager du grand conseil : car j’apporterai la paix sur les princes, et la santé pour lui.

 

Le verset 7 continue :

Son gouvernement sera grand, et à sa paix, il n'y a pas de fin : il sera sur le trône de David et sur son royaume, pour l'établir et le soutenir avec jugement et avec justice, dès maintenant et pour toujours. Le zèle de l'Éternel des armées effectuera cela.

 

Nous pouvons voir qu'il n'existe aucune trace de cette théologie ou affirmation ultérieure contenue dans la LXX. Ici, il est l’Aggelos, l'Ange ou Messager du Grand Conseil.

 

Le terme dieu puissant dans Ésaïe 9:6 est dérivé des mots el puissant et cela peut s'appliquer à n’importe qui de puissant, même à un être humain.

 

Les mêmes vues apparaissent lorsque nous examinons les concepts du Nouveau Testament. Le terme père éternel, se réfère à la paternité du Messie, dont Paul dit qu'il y en a beaucoup dans les cieux et sur la terre et la raison pour laquelle nous nous inclinons devant le Père pour qui elles sont nommées.

Éphésiens 3:14-15  14 A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, 15 duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, (LSG)

 

Éphésiens 3:14-15 14 C’est pour cela que je fléchis mes genoux devant le Père de notre Seigneur Jésus Christ|, 15 duquel est nommée toute famille dans les cieux et sur la terre ; (DAR)

 

Le texte actuel est de qui toute paternité (patria) dans [les] cieux et sur la terre est nommée (cf. texte dans l’Interlinéaire de Marshall).

 

La Peshitta (traduction de Lamsa) a :

Pour qui toute paternité au ciel et sur terre est nommée.

 

Ainsi, le concept d’Ésaïe 9:6 est la répartition par délégation de la fonction de domination exprimée en termes de paternité.

 

Père éternel est soutenu par Green d’être une combinaison de 1 et 5702 du Dictionnaire Hébreu de Strong. SHD 1 est père comme AB, mais quand nous examinons le texte, nous voyons ici que le mot est ABY (SHD 21) signifiant paternel. SHD 5702 est 'AGN 'agan signifiant rester du concept de refuser (à partir du mariage). Toutefois, les consonnes sont 'AD (SHD 5704 'ad) signifiant rester pendant une longue période. Ainsi, le terme désigne ici la continuation de la responsabilité paternelle et non pas la paternité de la procréation qui est réservée à Dieu le Père comme nous le voyons des propres commentaires de Christ dans le Nouveau Testament au sujet de ne pas appeler aucun homme père puisque nous avons un seul Père, et Il est dans les cieux.

 

Le texte de la Soncino rend Ésaïe 9:5 [6] comme :

Car un enfant nous est né, et le gouvernement est sur son épaule, et son nom est appelé Pele-Joez-el-gibbor-Abi-ad-sar-shalom.

 

C'est plus ou moins conforme à ce qui précède. Les mots sont un nom qui désigne la relation de la personne à qui le nom a été donné avec l'être qui lui est associé. La Soncino soutient les mots de signifier :

Merveilleux en conseil est Dieu le tout puissant, le Père Éternel, le Souverain de la Paix. L'enfant portera ces noms significatifs afin de rappeler aux gens le message qu'ils incarnent (Arbarbanel) (Soncino Isaiah note à 9:5[6]).

 

Même ici, où le nom est lu en référence à une autre entité, il n'est pas déduit, et ne peut pas être déduit que l'enfant soit doué de ces attributs. Au contraire, il, le Messie, en tant que l'enfant, est compris d’agir pour l'être qui possède ces attributs.

 

La Peshitta porte le même concept du nom que l'on voit dans la Soncino.

 

La Septante (LXX) utilise les concepts de la même manière, mais rend le texte grec comme une suite du pouvoir donné à l'enfant par l’Éternel des Armées (Kuriou Sabbaoth).

 

Compte tenu des textes anciens, Ésaïe 9:6 ne peut pas être utilisé pour interpréter toute égalité avec le Père, comme les Trinitaires et les Binitaires/Dithéistes cherchent à faire valoir. Cela n'a jamais été compris de cette façon dans l'ancien Israël ou Juda, ni par l'Église de Dieu des siècles passés, ni par le Judaïsme moderne.

   

  

q