Les Églises Chrétiennes de Dieu

[229]

 

 

 

L’Archè de la Création de Dieu en tant qu’Alpha et Oméga

 

(Édition 1.0 19971217-19971217-20130803)

 

Les arguments du Christianisme moderne en ce qui concerne Christ trouve en grande partie leurs origines dans la philosophie grecque et les pratiques religieuses anciennes contraires à la Bible. Certains des textes bibliques en français ont été mal traduits pour dissimuler l'intention et la structure de l'application des termes car ils vont à l'encontre de la théologie Trinitaire. L'application des termes Archè, Alpha et Oméga, premier et dernier, commencement et fin, est expliquée en tenant compte des divers textes.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1997 Wade Cox)

(Tr. 2010, rév. 2020)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://ccg.org/

 

    

 

 L’Archè de la Création de Dieu en tant qu’Alpha et Oméga [229]

 

Dans les différents documents d’étude sur Dieu et le Messie, nous avons traité les deux premiers aspects des concepts inhérents à la Divinité, à savoir ceux de Dieu le Père et de Jésus-Christ en tant que le Fils de Dieu. Le résumé obtenu à partir de la première section de nos Dépositions de la Foi (Déclaration de Croyances) est que Dieu le Père est à proprement parler le seul vrai Dieu et que Jésus Christ est le Fils de Dieu et que cette compréhension est la condition préalable à la vie éternelle (Jean 17:3).

 

Dieu le Père

La Déité Suprême de l'univers est Dieu. Il est le Tout-Puissant, le Créateur et le Pourvoyeur des Cieux, de la terre et de tout ce qu'elle renferme (Genèse 1:1 ; Néh. 9:6 ; Ps. 124:8 ; Ésa. 40:26,28 ; 44:24 ; Actes 14:15 ; 17:24,25 ; Apoc. 14:7). Lui seul est immortel (1Tim. 6:16). Il est notre Dieu et Père et le Dieu et Père de Jésus-Christ (Jean 20:17). Il est le Dieu Très-Haut (Genèse 14:18 ; Nom. 24:16 ; Deut. 32:8 ; Marc 5:7) et le Seul Vrai Dieu (Jean 17:3 ; 1Jean 5:20). 

 

Jésus, le Fils de Dieu

Jésus est le premier engendré (prototokos) de la création (Col. 1:15), d’où le commencement (archè) de la création de Dieu (Apoc. 3:14). Il est le Fils de Dieu seul né (monogene) (Matthieu 3:17 ; Jean. 1:18 ; 1 Jean. 4:9), conçu de l'Esprit Saint et né de la vierge, Mariam appelée à tort Marie en français (Luc 1:26-35). Il est le Christ ou le Messie (Matt. 16:16 ; Jean 1:41), envoyé de Dieu pour être notre Sauveur et Rédempteur (Matt. 14:33 ; Jean. 8:42 ; Éph. 1:7 ; Tite 2:14).

 

Le commentaire d’Apocalypse 3:14 selon lequel Christ est l’archè de la création de Dieu a une grande importance. Nous ne comprenons généralement pas aujourd'hui pourquoi Jésus-Christ a dit à Jean, à propos de l'église de Laodicée, en fait, dis à l'ange de l'église de Laodicée que je suis l’archè de la création de Dieu. Or, la raison que cela a été fait était parce que, dans l'église de Laodicée, l'argument était de faire valoir à la fois dans l'église et dans l’ère que Christ n'était pas l’archè de la création de Dieu. Cet argument est centré autour de l'éternité de la matière et de l'immanence de Dieu dans toute la matière.

 

Le mot archè signifie commencement. Le terme utilisé dans Apocalypse 3:14 semble se rapporter à une discussion philosophique qui existait au Moyen-Orient, à partir de Philon, en passant par les Moyen-platoniciens jusqu’aux Néo-platoniciens. L'argument se centrait autour de la théorie de l'origine du monde. Vous devez comprendre cet argument parce que sa signification se situe dans le Mouvement du New Age (Nouvel Âge). Vous comprendrez alors le blasphème du Mouvement New Age. Vous comprendrez aussi que c'est la prophétie de Jésus-Christ que cet argument surgirait dans l'église dans les derniers jours et que l'église de Laodicée en serait prostituée et perdrait son droit à la Première Résurrection. Le théologien Clément d'Alexandrie a repris cet argument comme une forme de Gnosticisme (Gnosis signifie connaissance, par conséquent, le Gnosticisme était le processus par lequel les initiés atteignent l'illumination). Il y avait deux niveaux impliqués eles laïcs et les éléments Gnostiques. Le sacerdoce, en fait, devint l'élément Gnostique. Ils auraient eu, paraît-il, des connaissances secrètes et les laïcs auraient eu un niveau de compréhension moindre. Cela est fonctionnellement devenu la doctrine des Nicolaïtes, où le sacerdoce instruit devait acquérir une connaissance que les laïcs n'avaient pas ou ne pouvaient pas acquérir à cause des mystères que cela impliquait. Christ dit qu'il détestait la doctrine des Nicolaïtes et la doctrine de Balaam d’enseigner pour un salaire [ou gloire]. La doctrine de Balaam va de pair avec la doctrine des Nicolaïtes et elle est, en fait, directement anti-Christ. Elle limite ou restreint la capacité de l'Esprit Saint à se développer ou croître dans l'individu. Nous devons comprendre la relation et son application à l'Esprit Saint. Ces doctrines sont couvertes dans les documents d’étude Les Nicolaïtes (No. 202) et aussi La Doctrine de Balaam et la Prophétie de Balaam (No. 204).

 

Clément a suivi l'auteur juif Philon dans l'interprétation du commencement de la Genèse en recourant à la distinction Platonicienne entre le monde sensible et intelligible. Les mondes matériels et les mondes immatériels ont été essentiellement développés selon les lignes Platoniciennes. Ainsi, il était également en accord avec l'école-platonisme qui avait aussi considéré le monde sensible comme une copie de l'intelligible. Salvatore Lilla (Clement of Alexandria, Ch. III, Oxford University Press, 1971, p. 192) le note et le dit à la page 230 :

Dans la doctrine de la matière, Clément, comme Philon et le Médio-platonisme, semble croire à sa préexistence et la considère comme dépourvue de toute forme et qualité (cf. Ch. III, p. 226).

 

L'accord n’était que partiel car Clément rejette la vision de l'école-platonisme, selon laquelle la matière est l'un des Archaila pluralité du commencement des origines du monde. Clément a dit que cela ne pouvait pas être, mais ils ont dit que c’était le cas, et que la matière était originale. Clément affirme que Dieu est le seul vrai archè, et que tous les autres archè sont issus de Dieu. Or, Christ disait qu'il était l’archè de la création de Dieu parce qu'il avait créé par délégation de Dieu. C'est la position biblique, et c’est la raison pour laquelle Jésus-Christ l'a dit. Clément a soutenu plus tard que Dieu est le seul vrai archè, ce qui est vrai d’après Apocalypse 4, où toutes les choses sont créées par la volonté de Dieu. Mais les Platoniciens disaient que la matière elle-même était un archè. Clément croyait à l'existence de la matière avant l'origine du monde. En d'autres termes, la matière avait une existence intrinsèque antérieure à la formation du monde. Ceci est similaire à la théorie du big bang où la matière existait au commencement. Elle a été amorcée (initiée) puis condensée, formée en planètes. Ainsi, le monde a été créé à partir de la matière du big bang. Ainsi, la théorie du big bang n'est donc pas nouvelle. Il s'agit d'une doctrine Platonicienne. Clément a défendu l'accusation selon laquelle les Stoïciens, Platon et Aristote avaient considéré la matière comme l'un des premiers principes. Il a soutenu que la matière avait été décrite par ces philosophes comme étant à l’origine dépourvue de toute qualité et définie par Platon comme étant moi en venant à l'existence dans un réceptacle (upodoche) (voir Timée 49e-50a, 50b-c), et étant dépourvue de forme (Tim. esp. 50d-e), difficile à connaître (51b1), appréhendable au moyen d’un raisonnement illégitime (bâtard : Lilla), et difficilement croyable (52b2). Clément semble être tout à fait d'accord avec eux (Lilla, p. 193). C’est donc là que les églises commencent à formuler ces concepts, en s'éloignant de ce qui est Biblique pour passer au Platon. C'est le précurseur du raisonnement Trinitaire et c’est le Platonisme, pur et simple. Philon (le philosophe juif écrivant durant la période précédant Christ) et Plutarque, au contraire, considèrent la matière comme un ousia (Lilla, p. 230). Lilla dit que Plutarque, avec les autres médio-platoniciens tels qu’Albinus, Apuleis et les auteurs du troisième livre de Diogène Laërce et d'Hippolyte, considérait la matière comme éternelle et comme dépourvue de toute qualité et forme (ibid., Ch. III, pp. 193,195-6). Ils disaient donc effectivement qu’elle est là-haut, mais elle n'a pas de qualité, qu’elle est suspendu dans l'éther. Vous avez ce format (l’éternité) qui possède les qualités de Dieu. Elle a l’éternité en soi. À partir de ce processus de pensée est né le système Babylonien Animiste. Ce raisonnement est dérivé du système babylonien et il est plutôt la formulation de ces processus de pensée. En ce qui concerne la matière, en tant que moi en, Clément est d'accord avec le Néo-Pythagorisme, avec Plotin, et peut-être aussi avec Ammonius Saccas (Lilla, Ch. III, pp. 195-196 et n. 1, p. 226).

 

Ainsi, la matière est en débat quant à savoir si elle est éternelle et informe ou si elle est créée informe. C'est l'essence même de l'argument. L'éternité informe de la matière en fait un ousia ou hypostase de Dieu, par conséquent, Dieu est immanent parce que la matière est une hypostase de Dieu et donc Dieu est dans la matière. À partir de ce raisonnement quasi-gnostique, la Trinité a été développée où les trois hypostases de Dieu étaient les hypostases primaires. Maintenant, nous allons au-delà de cela dans les églises.

 

La question se pose alors : Le monde a-t-il été généré ou non-généré ? En d'autres termes, a-t-il une vie propre à elle-même ou a-t-il été créé ? Cela anticipe l'argument d'aujourd'hui de l'évolution et de la création. Christ disait qu’il n’en était rien ; qu'il était l’archè. Il était l'instrument de la création de Dieu et que la matière (le monde) elle-même n'était pas un archè et que Dieu n'est pas immanent dans la matière, n'est pas dans les roches, dans la pierre et dans le verre. Dire que Dieu est immanent dans la matière, par les moyens de destruction et de mise à mort et que Dieu lui-même est intrinsèquement mauvais est un blasphème. Nous en arrivons alors au point où Satan était considéré comme mauvais dès sa création et n’est en fait qu’une hypostase du mal de Dieu.

 

De même, les anges ne sont que des hypostases de Dieu, en tant qu’aspects de Son message. On peut maintenant voir l'énormité du blasphème qui se dessine. Les gens sont aveuglés par ce problème. Principalement parce qu'ils suivent des doctrines de gouvernement qui n'ont rien à voir avec le système biblique. C'est pourquoi Dieu et Christ détestent la doctrine des Nicolaïtes. Elle rend les gens aveugles à la vérité. Ils sont subvertis par les doctrines platoniciennes. Les élus doivent être mis au courant de cette erreur doctrinale.

 

Le message aux Laodicéens est un peu plus clair à la suite de cette discussion. Le débat philosophique s’est centré autour de la thèse selon laquelle la matière elle-même était un ousia ou une hypostase de l'unique et donc que Dieu était immanent dans toute matière. Dieu était donc dans le bois et la pierre. C'est l'hypothèse fondamentale qui sous-tend l'Animisme, y compris celui de Babylone, le Chamanisme et toute la Théologie de la Libération qui s'étend au Bouddhisme et au Shintoïsme japonais. Le livre de Sir Wallace Budge sur Babylone (il l’a excavé) existe depuis longtemps. Nous savons depuis plus de cent ans ce qu’est la religion babylonienne. La religion babylonienne était animiste et c'est exactement la religion poussée à travers de nombreuses Églises aujourd'hui.

 

Clément, tout comme Philon et les Platoniciens du Moyen-Orient Plutarque et Atticus ont ouvertement favorisé la génération. Clément, à l’instar de Philon, soutient que la création n'a pas eu lieu dans le temps, puisque le temps lui-même dépendant directement du monde sensible (Lilla, p. 230). Cette affirmation est fondamentalement erronée (pour les raisons exposées précédemment et dans d'autres documents d’étude) et a été reprise par Augustin dans La Cité de Dieu. Pour reprendre la section sur Le Temps et l'Immortalité du document d’étude La Vie Éternelle (No. 133):

Le concept de temps n’apparaît que lorsqu’il existe une relation entre des objets. Par exemple, un jour se produit suite au mouvement de la terre sur son axe par rapport au soleil. L’année solaire est comprise comme étant la révolution singulière de la terre autour du soleil. Plusieurs années sont impliquées dans la rotation de la galaxie, c.-à-d. Solaire/Sidérale/Galactique. L'univers a un facteur d'expansion qui relate le mouvement d’expansion à partir d'un point initial.

 

Le point primaire a été déterminé par Penrose comme étant 10 à la puissance 10 à la 123ème puissance. Ainsi, d’après l’ampleur de ce nombre, il doit y avoir un point d'origine unique pour l'univers, et aucun autre. Tout ce mouvement est exprimé dans des concepts de temps qui sont liés au système terrestre.

 

Quelle que soit la méthode de mesure, le temps ne peut avoir pour origine que de la relation de deux objets ou plusieurs objets entre eux. Donc, le temps ne pouvait seulement commencer qu’avec l'existence de deux ou plusieurs objets. Dieu existait avant le temps. La génération [création] des elohim était en fait le commencement du temps -- le commencement de la création de Dieu (Apo. 3:14). Colossiens 1:15 dit que Christ était le premier engendré de la Création de Dieu.

 

Le Seigneur Dieu est ainsi l'Alpha, en tant que cause et existant, et étant l'objectif final de cette action. Il est aussi l'Omega :

Apocalypse 1:8  Je suis l'Alpha et l'Oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était et qui vient.

(i.e. lorsqu’il devient tout en tous (Éph. 1:23).

 

Ainsi, le concept de temps a donc commencé avec la formulation de Jésus-Christ. Car lorsque Jésus-Christ a été généré (et que les elohim ont été générés), le temps a commencé parce qu'il y avait une relation entre deux êtres. Dieu seul existait dans l'immortalité. Indépendamment de la question de la mesure, ces deux objets sont à l’origine du temps. Christ devient alors la création de Dieu à partir de sa génération. Toute la création tire son origine de Dieu. Ainsi, Dieu est l'Alpha à la fois comme cause et existence et comme objectif final de l'action. Ainsi, Il est aussi l'Oméga d’après Apocalypse 1:8. Ainsi, Christ a averti l'église de Laodicée et nous devons tenir compte des avertissements adressés aux Laodicéens.

 

Alpha et Oméga comme étendus à Jésus-Christ

Les titres Alpha et Oméga et les autres termes utilisés notamment dans le livre de l'Apocalypse répondent aux préoccupations philosophiques grecques tout en exposant les faits évidents de la délégation de la position d’elohim aux élus par Jésus Christ.

 

Dans la version KJV de la Bible, Apocalypse 1:11 fait référence à l'Alpha et à l’Oméga appliqués à Jésus Christ. Ce titre est absent dans la version RSV de la Bible et les textes anciens (cf. la note au texte dans la Companion Bible). Il n’apparaît que dans le [texte] Receptus et, de là, dans la version KJV.

 

L'importance de cet ajout réside dans son utilisation pour dissimuler la séquence de ce qui se passe dans l'application des titres de Dieu à Christ dans la séquence de la prophétie de l'Apocalypse.

 

En conséquence, le texte original qui se lit plus ou moins comme la version RSV (ou la version LSG) :

Apocalypse 1:11 qui disait : Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Églises, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée. (LSG)

Ce texte devient dans la version KJV (ou la MAR) :

Apocalypse 1:11 Qui disait : Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier : Écris dans un livre ce que tu vois, et envoie-le aux sept Églises qui sont en Asie ; {savoir} à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée. (MAR)

 

Cette insertion dans le texte est faite spécifiquement pour soutenir le Trinitarisme et nier l'intention du reste de l'Apocalypse en la matière.

 

Apocalypse 1:8 explique que cette référence s'applique à Dieu qui, selon Apocalypse 1:6, est le Dieu et Père de Christ.

Apocalypse 1:8  Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant. (LSG)

 

Nous voyons à nouveau que la KJV (ou la MAR) utilisant le Receptus supprime les mots ho theos ou Le Dieu et n’utilise que kurios ou Seigneur. Le texte porte alors l'intention entièrement différente et frauduleuse des deux textes faisant référence à Christ alors que l’Alpha et l’Oméga sont distinctement investis dans le Seigneur Dieu et Père de Christ et ne s'appliquent pas du tout à Christ dès le début. Cela a beaucoup à voir avec la théologie telle qu’elle a été développée à partir des préoccupations philosophiques grecques et trinitaires que nous voyons ici. Il s’agissait d’une tentative délibérée de dissimuler la véritable nature de la position de Christ par rapport à son Dieu, et de l'élever dans la fausse structure de la Trinité.

 

Apocalypse 1:8 8 Je suis l'Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin, dit le Seigneur, qui est, qui était, et qui est à venir, le Tout-Puissant. (MAR)

 

Apocalypse 1:17 et 2:8 ne contiennent pas les mots Alpha et Omega. Ils utilisent protos et eschatos qui impliquent un autre concept en distinction de l'Alpha et l'Oméga.

Apocalypse 1:17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant : Ne crains point ! Je suis le premier et le dernier, (LSG)

 

Apocalypse 2:8 Écris à l’ange de l’Église de Smyrne : Voici ce que dit le premier et le dernier, celui qui était mort, et qui est revenu à la vie : (LSG)

 

Les termes protos et eschatos portent les concepts contenus dans Apocalypse 3:14, où Christ est l’archè ou le commencement de la création de Dieu en tant que prototokos ou premier-engendré en tant que fils spirituel. Plus tard, il est devenu le seul Dieu né de Jean 1:18 (en tant que theos ou elohim ou monogene theos).

 

Cette fonction est renforcée. Au retour du Messie et dans le processus final avec l'avènement de la Cité de Dieu, nous voyons le Messie comme l'Alpha et l'Oméga. Ces titres ne lui ont pas été appliqués initialement, ce qui est la motivation derrière les fausses traductions et les ajouts.

 

Dans Apocalypse 22:13-16, nous voyons les deux titres se confondre dans le Messie, alors qu’il vient en tant que l'étoile brillante du matin.

Apocalypse 22:13-16 Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. 14 Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! 15 Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge ! 16 Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin. (LSG)

 

Ces titres lui sont donnés par Dieu en tant que pouvoir délégué. En tant que protos de la création, il devient un avec l'Alpha. En tant qu’eschatos de la création, il devient un avec l'Oméga puisque Dieu devient tout en tous (Éph. 4:6).

 

Apocalypse 21:6 montre le moment où cet événement se produit. Christ devient l'Alpha et l'Oméga et l’archè et le telos. Il est présenté en tant que l’archè ou le commencement de la création de Dieu dans Apocalypse 3:14. Nous avons ici archè comme commencement et telos comme fin. Le mot produit est le pluriel neutre collectif gegonan (cf. Apoc. 16 et 17 et Marshall's Interlinear RSV). Cela est traduit par c’est fait. Mais cela signifie, et Marshall le rend comme, cela s’est produit.

Apocalypse 21:6 6 Et il me dit : C’est fait ! Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement. (LSG)

 

Cela s’est produit est traduit par c’est fait pour dissimuler l'idée que ce processus de Dieu devenant tout en tous commence avec Christ qui n'était pas ainsi au commencement.

 

Nous avons donc affaire à un concept progressif des activités du Messie et des élus. "Voici, je fais toutes choses nouvelles".

 

Dieu devient tout en tous. Ainsi, Dieu est l'Oméga ou le résultat final de Sa propre création. Les traducteurs trinitaires de la KJV cachent délibérément ce fait et ce concept à ses lecteurs.

 

Christ en tant qu’Archè au sein du Trinitarisme

Les arguments mentionnés ci-dessus sont considérés comme une caractéristique du message à l'église de Laodicée. Ainsi, l'argument doit être une source centrale d'erreur dans cette église ou ère par extension. Les prophéties disent quelle est l’erreur. C’est l'erreur centrale de l'église de Laodicée et la raison pour laquelle que Dieu vomit l'église de Laodicée de sa bouche.

 

Christ est en train de dire qu'il était l’archè de la création de Dieu. Clément devait avoir Dieu comme le seul vrai archè pour empêcher le concept de Christ étant le commencement d'une activité de Dieu. C'est de cela qu’il s'agit. Les Trinitaires ne veulent pas Christ dans cette position parce que Christ devient alors une activité de Dieu plutôt que Dieu Lui-même en tant que structure binitaire.

 

À moins d’avoir la structure binitaire, vous ne pouvez pas construire la Trinité et les graines de la Trinité sont inhérentes à la structure binitaire. Par conséquent, le Binitarisme contient les germes de sa propre destruction. La doctrine de l'Âme [immortelle] va de pair avec cette erreur. Cependant, Clément était un théologien qui était, à toutes fins utiles, un Gnostique. Il croyait à la doctrine de l'Âme et au fait que les âmes montaient à travers sept niveaux et étaient exemptes de passions matérielles et possédaient la gnose (ou gnosis) (Lilla, p. 182). Ainsi, les élus étaient tenus de passer par ce processus d'illumination. Toute Église, en devenant trinitaire, s’engagera à embrasser la doctrine de l'Âme [immortelle]. En fin de compte, il faut qu’un système de l’âme du monde soit développé et que les individus fassent partie de cette âme du monde. L'ascension des sept niveaux dont parle Clément est du Chamanisme pur. Elle émana du système babylonien et s’est étendue aux Steppes de Russie avec la dispersion après le déluge. Elle formait les systèmes chamaniques où l'adhérent passe d'un niveau à l'autre en passant par sept niveaux en général. Il peut y en avoir jusqu'à neuf et treize. Il y a un esprit ou un démon (ou Dieu comme ils les appellent) qui contrôle chacun des sept niveaux jusqu'à ce que vous montiez au niveau le plus élevé.

 

C'est ce que proposait Clément et c'est ce que sont les ascensions mystiques platoniciennes. C'est ce que proposaient les théologiens cappadociens. Ils prônaient l’ascension mystique des sept niveaux. La divinité à laquelle ils sont parvenus n'était pas Dieu. C’étaient des démonistes. Le même système s'applique dans le Bouddhisme aujourd'hui. Lors d'une cérémonie de pré-ordination bouddhiste, il y a un cône avec des niveaux, avec un œuf sur un niveau ; tout cela symbolise l'évocation des esprits qui descendent à travers les niveaux pour aller ou entrer dans l’adhérent. Toute personne dans le Bouddhisme est nécessairement dans le système chamanique. Ils invoquent les esprits pour qu’ils entrent en eux et les prennent en charge. Toute la structure entière de l'ascension de l'âme est axée sur le démonisme et l’invocation des esprits. C'est un esprit différent de l'Esprit Saint. C'est pourquoi il est important de comprendre cela avant que d’étudier l'Esprit Saint.

 

La différence matérielle entre la théorie chrétienne, platonicienne et gnostique de la création impliquant des archès est que les Gnostiques croyaient que les archontes étaient généralement des pouvoirs ou puissances maléfiques sous la juridiction de Jaldabaoth le démiurge inférieur du monde matériel (voir l’Apochryphe de Jean 41:12-14 et le codex II Krause-Labib, II. 4-5, p. 139 ; Lilla, p. 183 et note 5 de bas de page). La différence fonctionnelle se situe dans les deux premiers siècles. L'identification comme Logos se faisait comme la seconde hypostase de Dieu. Clément identifie le logos en tant que la seconde hypostase de Dieu, et non la première avec la sagesse divine, le premier des êtres créés par Dieu et Son conseiller (Lilla, p. 208). Le conseiller à Dieu était la sagesse de Proverbes 8:22. Cela vient d'une mauvaise compréhension du rôle de l'Esprit Saint. L’Esprit Saint était la première puissance de Dieu subsistant avec Dieu dans la création. L’Esprit Saint n'est pas venu après Christ. Il a logiquement émané de Dieu, en tant que Sa puissance. C'est le moyen par lequel Christ et toute l’Armée sont liés à Dieu. Cet argument est extrêmement important, alors étudiez-le pour comprendre les arguments de ces personnes.

 

Le débat s’est donc centré sur une philosophie qui cherchait à arracher l'Écriture ou à l’appliquer de façon erronée, de sorte que tous les éléments de la création étaient en fait des hypostases ou ousia de Dieu. Hypostases et ousia n'étaient pas les mêmes termes disciplinaires. Hypostases est un terme stoïcien ; ousia est un terme platonicien. Les deux signifient essentiellement la même chose. Les Trinitaires utilisent hypostases en tant qu’aspects d’un seul ousia. Ils utilisent donc les deux termes pour désigner Dieu comme contenant les trois hypostases. Il est important de comprendre ce que ces personnes disent lorsqu’elles utilisent ces termes (voir l’étude L'Utilisation du Terme Hypostase (No. 230) pour une explication plus complète de ces termes). Les anges sont donc considérés comme des hypostases de Dieu comme le sont aussi les démons. Ainsi, Satan pourrait être mauvais dès le moment de sa création, comme l’ont récemment avancé certains universitaires des Églises de Dieu. Nous avons déjà vu comment ce n'est pas vrai. La Bible est très claire sur le fait que Satan était parfait dès sa création (Ézéchiel 28:15).

 

Le concept est le suivant : Puisque Dieu est immanent et que toutes les entités ne sont que des hypostases de Dieu, Satan est donc une hypostase qui n'a pas d'autre réalité que l’expression de l'esprit [la pensée] de Dieu. De même, les anges ne font que refléter Dieu et n'ont pas d'autre existence réelle que celle des hypostases. Cette tromperie s'étend à l'immanence matérielle à travers les développements philosophiques néo-platoniciens. Elle s'étend au-delà du Trinitarisme fondamental dans la Théologie des Processus développée à partir du Néo-platonisme. Elle est la base du système de culte des derniers jours.

 

Ce système de la Théologie des Processus développée par les Néo-platoniciens à partir du Trinitarisme sera le système qui reprendra le Bouddhisme et toutes ces autres religions et les combinera dans le système des derniers jours. Il est applicable au Shintoïsme et à la Théologie de la Libération hindoue. Il s'agit d'un système généralisé et c’est un moyen de destruction de l'Église Catholique, et non pas de sa préservation. C’est le moyen par lequel la Bête se retourne contre la Prostituée et la détruit. En fait, nous assistons à l’instauration de la religion des derniers jours. Elle a également son origine dans les Églises de Dieu. C’est à partir de ce système que l'Homme de Péché s’élèvera. Ce système tromperait même les élus, si cela était possible.

 

Ce concept est la tromperie absolue et est entré dans l'Église de Dieu dans les derniers jours comme l’indique Christ. Christ a fait ces commentaires pour montrer qu'il était le commencement ou archè de la création de Dieu. Clément était correct dans ce que Dieu était le vrai archè en ce qu'Il a créé à partir de Sa volonté, et toutes choses ont été créées à partir de Sa volonté (Apocalypse 4:11). Dieu est donc le créateur, mais Christ a été l'instrument de la création et en a été le commencement (voir ci-dessus).

 

L'idée que la sagesse divine soit le conseiller de Dieu et le premier des êtres créés par Dieu est, selon Lilla, caractéristique de la philosophie judéo-alexandrine antérieure à Philon. Les Juifs à Alexandrie ont donc compris que la sagesse était le premier des éléments créés par Dieu. Ainsi, elle procède de Dieu, avec la Parole de Dieu ayant alors vu le jour et ayant été lié ensemble à Dieu, par la sagesse en tant que l’Esprit Saint. C’est la Sophia de l'Ecclésiastique 1:4 et la première entité créée de Proverbes 8:22. La Sagesse de Salomon 9:9 montre qu'elle assiste Dieu dans la création. La Genèse se réfère à l'Esprit de Dieu dans Genèse 1:2. Les auteurs juste avant Christ ont mal expliqué cet aspect de la puissance de Dieu en tant qu’être et cette erreur a persisté jusqu'à ce jour en tant que concept selon lequel l’Esprit Saint est une personne. Telle est l'origine de l'erreur.

 

L'Esprit était logiquement la première émanation de Dieu, car la génération de Christ et des autres elohim a logiquement rendu nécessaire la mise en place d’un mécanisme d’intégration avec Dieu afin qu'il y ait un Monothéisme absolu comme un tout unifié. Dieu est le centre de tous les êtres. Tous les êtres dans l'Armée sont liés à Lui par l'Esprit Saint. C'est par l'Esprit que la nature de Dieu est transmise à tous les êtres, à la fois au Christ et au reste des élus, et finalement à tous les êtres humains. C'est le mécanisme et à moins que vous ne compreniez ce processus, vous ne pouvez pas vraiment comprendre ce qui se passe avec l’Esprit Saint. Cela se produit parce que la loi de Dieu émane de la bonté constante (permanente) de la nature de Dieu. Donc, cela ne peut pas être binitaire parce qu'il y a une centralité ultime à la bonté, et cette bonté est Dieu. Christ a dit que seul Dieu est bon ; Pourquoi m’appelles-tu bon, seul Dieu est bon en raison de la logique de la centralité de la bonté ultime. Nous ne pouvons pas avoir un système dithéiste. Le raisonnement, la logique, nous dit que nous ne le pouvons pas. La loi de Dieu procède de la nature de Dieu qui demeure éternellement, car Dieu Lui-même est immuable, étant essentiellement bon en tant que centre de la bonté ultime.

 

q