Les Églises Chrétiennes de Dieu

[230]

 

 

 

L'Utilisation du Terme Hypostase  [230]

 

(Édition 1.0  19971214-19971214)

 

Hypostase est un terme fondamental pour le Trinitarisme. Il est affirmé que Dieu est trois hypostases en un ousia. Ces termes sont des termes philosophiques grecs. Ils sont utilisés dans le Nouveau Testament et la Septante (LXX). Que signifient-ils ? 

 

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1997 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2011)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

 

    

L'Utilisation du Terme Hypostase [230]

 

Hypostase est, à l'origine, un terme Stoïque qui correspond au terme Platonique ousia. Les deux veulent dire, en fait, essence d'être. Ils ont dérivé une utilisation religieuse à partir des arguments trinitaires qui ont cherché à définir la Divinité en ayant recours à l'utilisation des termes pour faire une distinction. L'hypostase Stoïque a été utilisée pour représenter une manifestation de la Déité. Le terme Platonique ousia a été utilisé pour représenter la Divinité au complet. La Divinité a été ensuite limitée à trois manifestations, à savoir le Père, le Fils et l'Esprit Saint. Chacune de ces manifestations était considérée comme étant simplement les façons que l'entité a voulu se représenter. Le Père, le Fils et l'Esprit Saint ont ensuite été considérés comme étant des manifestations égales et coéternelles de cet être. Il a été suggéré que, quand l'un d'eux agissait, tous agissaient ; il n'y avait donc aucune possibilité de comportement séparé. Ainsi, la notion absurde est avancée que les hypostases sont distinctes, mais qu'elles ne sont pas séparées.

 

Cette notion, en fait, cherchait à nier la capacité des élus de devenir des élohim ou theoi, tel que cela avait été enseigné par la première Église et certainement compris par Irénée (voir l'étude Les Élus en tant qu'Élohim [001] pour les notations). On considérait que Christ était un fils dans le même sens que les autres Fils de Dieu qui constituaient l'Armée et comme les élus le deviendraient (voir aussi Le Socinianisme, l'Arianisme et l'Unitarisme [185]).

 

Il y a un certain nombre de cas où on rencontre le terme hypostase dans le Nouveau Testament et dans la Septante (LXX) aussi. Le terme apparaît à Psaume 68 (69) :3 (LXX).

 

Il apparaît aussi à Ézéchiel 43:11. Le concept du terme est celui-ci :

 

un arrangement ou un placement sous ; une chose mise sous, une infrastructure ou une fondation : Psaume lxviii (lxix) 3 ; [tou oikou], Ézéchiel xliii, 11... (Le Lexique grec-anglais de Thayer, pp. 644-645).

 

La seconde signification est celle de :

 

ce qui a une fondation, ce qui est ferme ; de là, a) ce qui a une existence réelle ; une substance, un être réel : ... b) la qualité substantielle, la nature, de toute personne ou chose.

 

Il est utilisé ainsi à Hébreux 1:3 où le Fils représente la réalité de Dieu.

 

Le texte lit [dans le grec romanisé]

 

os oon apaugasma tes dozes

lui qui est [la] radiance de la [Sa] gloire

 

kai charakter tes hupostaseoos autou,

et [la] représentation de Sa réalité 

 

pheroon te ta panta too remati tes dunameoos

et qui soutient toutes choses par la parole du pouvoir

 

autou, katharismon toon amartioon poiesameos

a fait la purification des péchés et s'est 

 

ekathisen en dezia tes megaloosunes en upselois,

assis à droite de la grandeur dans les lieux élevés

 

Donc, le mot ici est, en fait, réalité. Christ est donc une représentation de la réalité de Dieu. C'est comme dire que vous êtes une représentation de la réalité de l'Église et que vous et l'Église êtes Dieu, parce que vous êtes tous les deux des représentations ou hypostases de la structure.

 

Les Trinitaires essayent de nier la distinction et la subordination en utilisant un mot qui transmet une réalité d'être. C'est un jeu de mot.

 

Il y a une vérité significative dans le fait que vous, comme individu, et l'Église sont, d'une manière générale, des hypostases de Dieu. Mais les Trinitaires nient cette extension. Ils cherchent à limiter l'utilisation du terme à trois entités. Ainsi, l'Esprit Saint n'est pas un mécanisme, mais une hypostase séparée. L'hérésie se trouve en cela et c'est la raison pour laquelle la coexistence et l'union entre les élus et les Trinitaires sont impossibles.

 

Le terme est utilisé dans Antiquities of the Jews (Antiquités des Juifs) de Josephus à 18:1,6; il signifie la confiance ou la ferme assurance à 2Corinthiens 9:4 (assurance) et aussi 11:17. Hébreux 3:14 est aussi traduit par l'assurance et Hébreux 11:1 est traduit par ferme assurance, où la foi est la réalité ou l'assurance des choses qu'on espère. La foi est donc une hypostase des choses qu'on espère. À partir de ce texte, il est évident que toutes les manifestations de la divinité, que ce soit de la foi ou de Christ ou de l'Esprit Saint ou de l'assurance ferme des élus, sont des hypostases de Dieu. Dieu se manifeste donc dans plus de trois hypostases. La Trinité est par conséquent une farce sélective.

 

On retrouve aussi l'utilisation du terme à Ruth 1:12 (LXX) (pour SHD 8615; tiqvah) où elle dit même si je disais j'ai l'espérance signifiant le prendre comme une base d’un fait. La supposition forme la base d'un état, comme s'il était un fait. Ézéchiel 19:5 (LXX) utilise hypostase dans le sens d'espoir ou d'espérance. Psaume 38[39]:8 l'utilise (pour SHD 8431; towcheleth) où il signifie une base ou une raison d'espérer, qui est en Dieu. À Ézéchiel 19:5 (LXX), l'espérance de la lionne d'Israël était fondée sur le jeune lion qui a échoué (apooleto e hupostasis).

 

La foi en elle-même est donc une hypostase en tant qu'une essence de la réalité, qui est Dieu.

 

Par cette espérance avec foi, en l'Esprit Saint, les élus sont tous des hypostases du Seul Vrai Dieu (Jean 17:3), étant cohéritiers avec Son Fils Jésus Christ, comme Fils de Dieu (Romains 8:17; Galates 3:29; Tite 3:7; Hébreux 1:14; 6:17; 11:9; Jacques 2:5; 1Pierre 3:7).

 

 

 

 

 

   

  

q