Les Églises Chrétiennes de Dieu

[249]

 

 

 

Le Défi de Rome :

Pourquoi les Protestants Observent-Ils le Dimanche ? [249]

 

(Édition 2.0 19980701-20080217)

 

 

Ceci est un vieux document adventiste qui a trait à une série d'articles, publiés par l'Église catholique romaine aux États-Unis en 1893, qui reflète leurs points de vue au sujet de l’adoration le Sabbat versus le dimanche. Il vérifie pourquoi aucun Protestant ne peut adorer le dimanche comme le Sabbat légitime.

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1998, 2008 CCG, éd. Wade Cox)

(Tr. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 



Le Défi de Rome :

Pourquoi les Protestants Observent-Ils le Dimanche ?

 

 

La plupart des Chrétiens supposent que le dimanche est le jour bibliquement approuvé d'adoration. L'Église Catholique Romaine affirme qu’elle a transféré le culte chrétien du Sabbat biblique (samedi) au dimanche, et affirme qu’essayer de faire valoir que le changement a été fait dans la Bible est à la fois malhonnête et un déni de l'autorité catholique. Si le Protestantisme veut fonder ses enseignements sur la Bible seule, il devrait adorer le samedi.

 

Il y a un certain nombre d’années le magazine Catholic Mirror a publié une série d'articles portant sur ​​le droit des Églises protestantes d’adorer le dimanche. Les articles ont souligné qu’à moins d’être disposé à accepter l'autorité de l'Église catholique pour désigner le jour d’adoration, les Chrétiens doivent observer le samedi. Il s'agit d'une réédition de ces articles.

 

Le 24 février 1893, la Conférence Générale des Adventistes du Septième Jour a adopté certaines résolutions faisant appel au gouvernement et au peuple des États-Unis de la décision de la Cour suprême déclarant que ce soit une nation chrétienne, et de l'action du Congrès à légiférer sur le sujet de la religion, et les remontrances contre le principe et toutes les conséquences de celles-ci. En mars 1893, l'International Religious Liberty Association (Association Internationale sur la Liberté Religieuse) a imprimé ces résolutions dans un tract intitulé Appel et Remontrance. Sur réception de l'un d'eux, le rédacteur en chef du Catholic Mirror de Baltimore, dans le Maryland, a publié une série de quatre éditoriaux, parus dans ce journal les 2, 9, 16, et 23 septembre 1893. Le Catholic Mirror était l'organe officiel du Cardinal Gibbons et de la Papauté aux États-Unis. Ces articles, par conséquent, bien que non écrits de la propre main du cardinal, mais apparus sous sa sanction officielle et, comme l'expression de la Papauté à ce sujet, sont le défi ouvert de la Papauté au Protestantisme et à la demande de la Papauté que les Protestants doivent rendre à la Papauté un compte-rendu de la raison pour laquelle ils observent le dimanche et aussi de la façon dont ils l’observent.

 

La question suivante – à l'exception des notes de bas de page, de la note de l'éditeur entre parenthèses commençant à la page 13 et se terminant à la page 14, et les deux annexes – est une réimpression textuelle de ces éditoriaux, y compris le titre de la page 2.

 

LE SABBAT CHRÉTIEN

La Progéniture Véritable de l'Union de l'Esprit Saint et l'Église Catholique Son Épouse. Tout dans les revendications du Protestantisme s'est avéré être Sans Fondement, Auto-contradictoire, et Suicidaire.

 

(Provenant du magazine Catholic Mirror du 2 septembre 1893.)

Notre attention a été attirée sur le sujet ci-dessus, la semaine dernière suite à la réception d'une brochure de vingt et une pages publiées par l'International Religious Liberty Association, intitulé "Appel et Remontrance" incorporant des résolutions adoptées par la Conférence Générale des Adventistes du Septième Jour (24 février 1893). Les résolutions critiquent et censurent, avec beaucoup d’aigreur, l'action du Congrès des États-Unis, et de la Cour suprême, d’empiéter sur les droits du peuple par la fermeture de l'Exposition universelle, le dimanche.

 

Les Adventistes sont le seul corps de Chrétiens ayant la Bible comme leur enseignant, qui peuvent trouver aucune justification dans ses pages pour le changement de jour du septième au premier. D'où leur appellation, "Adventistes du Septième Jour". Leur principe fondamental consiste à mettre à part le samedi pour l’adoration exclusive de Dieu, conformément au commandement positif de Dieu Lui-même, réitéré à maintes reprises dans les livres sacrés de l'Ancien et le Nouveau Testament, littéralement respectés par les enfants d'Israël pendant des milliers d'années jusqu'à ce jour et approuvés par l'enseignement et la pratique du Fils de Dieu pendant qu’il était sur la terre.

 

Par contre, les Protestants du monde, à l’exception des Adventistes, ayant la même Bible comme leur unique enseignant cher et infaillible, par leur pratique, depuis leur apparition au XVIème siècle, avec la pratique du temps honoré du peuple juif devant leurs yeux ont rejeté le jour fixé par Dieu pour Son adoration et ont assumé en contradiction apparente de Son commandement, un jour pour Son adoration jamais mentionné auparavant à cet effet, dans les pages de ce Volume Sacré.

 

Quelle chaire protestante ne sonne pas presque tous les dimanches d'invectives bruyantes et passionnées contre la violation du Sabbat ? Qui peut oublier la clameur fanatique des ministres protestants à travers toute la longueur et la largeur du pays contre l'ouverture des portes de l'Exposition universelle le dimanche ? Les milliers de pétitions, signées par millions, pour sauver le Jour du Seigneur de la profanation ? Certes, une telle excitation générale et généralisée et la remontrance bruyante n'auraient pas pu exister sans les plus fortes raisons pour de telles manifestations animées.

 

Et quand des quartiers ont été assignés à l'Exposition universelle aux diverses sectes du Protestantisme pour l'exposition d'articles, qui peut oublier l'expression emphatique de l'indignation vertueuse et consciencieuse exposée par nos frères presbytériens, dès qu'ils ont appris de la décision de la Cour suprême de ne pas s'immiscer dans l'ouverture le dimanche ? Les journaux nous ont informés qu'ils ont catégoriquement refusé d'utiliser l'espace qui leur est accordé, ou d'ouvrir leurs kiosques, exigeant le droit de retirer les articles, dans le respect strict de leurs principes, et donc refuser tout contact à l'Exposition sacrilège et qui viole le Sabbat.

 

Sans doute, nos frères calvinistes ont mérité et partagé la sympathie de toutes les autres sectes, qui, cependant, ont perdu l'occasion de se poser en martyrs pour la défense de l'observance du Sabbat.

 

Ils devenaient ainsi "un spectacle au monde, aux anges et aux hommes", bien que leurs frères protestants, qui n'ont pas partagé le monopole, étaient peu charitables et par envie disposés à attribuer leur ferme adhésion aux principes religieux, à l'orgueil pharisaïque et l'obstination acharnée.

 

Notre but, en livrant cet article est de faire la lumière sur cette question de la plus haute importance (car si la question du Sabbat devait être retirée de la chaire protestante, les sectes se sentiraient perdues, et les prédicateurs privés de leur "fromage de Cheshire") de sorte que nos lecteurs peuvent être en mesure de comprendre la question sous toutes ses facettes, et ainsi atteindre une conviction claire.

 

Le monde chrétien est, moralement parlant, uni sur la question et la pratique de l'adoration de Dieu, le premier jour de la semaine.

 

Les Israélites, dispersés sur toute la terre, gardent le dernier jour de la semaine sacré pour l'adoration de la Divinité. Dans ce cas particulier, les Adventistes du Septième Jour (une secte de Chrétiens numériquement peu nombreux) ont également choisi le même jour.

 

Tant les Israélites que les Adventistes font appel à la Bible pour le commandement divin, obligeant avec persistance la stricte observance du samedi.

 

Les Israélites respectent l'autorité de l'Ancien Testament seulement, mais l'Église adventiste, qui est chrétienne, accepte le Nouveau Testament sur la même base que l'Ancien : à savoir un récit inspiré également. Elle constate que la Bible, son enseignant, est cohérente dans les deux parties, que le Rédempteur, au cours de sa vie mortelle, n'a jamais observé un autre jour que le samedi. Les évangiles clairement témoignent pour lui ce fait, alors que, dans les pages des Actes des Apôtres, les Épîtres et l'Apocalypse, aucune trace de preuve annulant la disposition du samedi ne peut être trouvée.

 

Les Adventistes, par conséquent, en commun avec les Israélites, tirent leur croyance de l'Ancien Testament, dont la position est confirmée par le Nouveau Testament, approuvant pleinement par la vie et la pratique du Rédempteur et de Ses apôtres l'enseignement de la Parole Sacrée pendant près d'un siècle de l'ère chrétienne.

 

Numériquement considérés, les Adventistes du Septième Jour forment une partie infime de la population protestante de la terre, mais, comme la question n'en est pas une de nombres, mais de vérité, de faits et de droit, un sens strict de la justice interdit la condamnation de cette petite secte sans une enquête calme et impartiale : ce n'est pas notre enterrement.

 

Le monde protestant a été, depuis ses débuts, au XVIème siècle, en accord complet avec l'Église catholique, en gardant "saint", non pas le samedi, mais le dimanche. La discussion sur les motifs qui ont conduit à cette unanimité de sentiment et de pratique pendant plus de 300 ans doit aider à mettre le Protestantisme sur une base solide dans ce cas particulier, si les arguments en faveur de sa position surmontent ceux fournis par les Israélites et les Adventistes, la Bible, l'enseignant unique reconnu des deux parties au litige, étant l'arbitre et le témoin. Si, en revanche, par ailleurs, ces derniers fournissent des arguments, irréfutables par la grande masse des Protestants, les deux catégories de justiciables, faisant appel à leur enseignant commun, la Bible, le grand corps des Protestants très loin de la réclamation, comme ils le font avec opiniâtreté vigoureuse pour l’observance rigoureuse du dimanche, n'a d'autre recours que l'admission qu'ils ont enseigné et pratiqué ce qui est bibliquement faux depuis plus de trois siècles, en adoptant l'enseignement et la pratique de ce qu'ils ont toujours cru comme soi-disant une église apostate, contrairement à tous les mandats et enseignements de l'Écriture Sainte. Pour ajouter à l'intensité de cette bévue impardonnable et scripturaire, il s'agit de l'une des commandes les plus positives et emphatiques de Dieu à Son serviteur, l'homme : "Souviens-toi du jour du Sabbat, pour le sanctifier."

 

Aucun Protestant vivant aujourd'hui n'a cependant jamais obéi à ce commandement préférant suivre l'église apostate mentionnée plutôt que son enseignant, la Bible qui, de la Genèse à l'Apocalypse, n’enseigne aucune autre doctrine, les Israélites et les Adventistes seraient corrects. Les deux parties ont recours à la Bible comme leur enseignant "infaillible". Laissez la Bible décider si samedi ou dimanche est le jour prescrit par Dieu. L'un des deux corps doit être erroné, et, tandis qu'une fausse position sur cette question de la plus haute importance implique des sanctions terribles, menacées par Dieu Lui-même, contre le transgresseur de cette "alliance perpétuelle", nous entrerons sur la discussion sur les mérites des arguments exercés par les deux parties. La discussion sur ce sujet capital n’est pas non plus au-dessus de la capacité des esprits ordinaires, ni n’implique une étude extraordinaire. Elle se résout en quelques questions simples faciles de solution :

 

1er. Quel jour de la semaine la Bible ordonne-t-elle d’être gardé saint ?

2ème. Le Nouveau Testament a-t-il modifié par précepte ou la pratique l’ordre d'origine ?

3ème. Les Protestants ont-ils, depuis le XVIème siècle, obéi au commandement de Dieu en gardant "saint" le jour prescrit par leur guide infaillible et enseignant, la Bible ? et si non, pourquoi pas ?

 

Pour les trois questions ci-dessus, nous prenons l'engagement de fournir autant de réponses intelligentes, qui ne manqueront pas de défendre la vérité et de confirmer la déformation de l'erreur.

 

(Provenant du magazine Catholic Mirror du 9 septembre 1893.)

"Mais la foi, la foi fanatique, une fois épousée rapidement

Embrasse une certaine fausseté chère jusqu’au bout"

Moore

 

En conformité à notre promesse dans notre dernier numéro, nous procédons à démasquer l'une des erreurs les plus flagrantes et les incohérences les plus impardonnables de la règle biblique de la foi. De peur que, cependant, nous soyons mal compris, nous estimons qu'il est nécessaire de supposer que le Protestantisme ne reconnaît aucune règle de foi, aucun enseignant, à l'exception de la "Bible infaillible." Comme le Catholique abandonne son jugement dans les choses spirituelles implicitement, et avec une confiance sans réserve, à la voix de son église, donc, aussi, le Protestant ne reconnaît aucun enseignant, sauf la Bible. Toute sa spiritualité est dérivée de ses enseignements. C'est pour lui la voix de Dieu s'adressant à lui par son unique enseignant inspiré. Elle incarne sa religion, sa foi et sa pratique. Le langage de Chillingworth, "La Bible, toute la Bible, et rien que la Bible est la religion des Protestants", n'est qu'une forme de l'idée même aux multiples facettes convertible en d'autres formes, telles que "le livre de Dieu", "la Charte de Notre Salut", "l'Oracle de Notre Foi Chrétienne", "Le Manuel de Dieu à la race de l'Humanité", etc., etc. C’est donc un fait incontestable que la Bible seule est le maître du Christianisme protestant. Supposant ce fait, nous allons maintenant passer à l'examen du bien-fondé de la question en jeu dans notre dernier numéro.

 

Reconnaître ce qui est indéniable, le fait d'une contradiction directe entre l'enseignement et la pratique du Christianisme protestant -- les Adventistes du Septième Jour excepté -- d'une part, et celle du peuple juif, de l'autre, les deux observant des jours différents de la semaine pour l’adoration de Dieu, nous allons procéder à la prise de la déposition du seul témoin disponible dans les prémisses : à savoir, le témoignage de l'enseignant commun aux deux demandeurs, la Bible. La première expression avec laquelle nous entrons en contact dans la Parole Sacrée, se trouve dans Genèse 2:2 :

 

"Et le septième jour, Il [Dieu] se reposa de toute son œuvre qu'il avait faite."

 

La référence suivante à cette question se trouve dans Exode 20, où Dieu a commandé le septième jour pour être observé, parce qu'Il s'était reposé de l'œuvre de création ce jour-là : et le texte sacré nous apprend que pour cette raison Il voulait qu’il soit observé, dans les termes suivants :

 

"C'est pourquoi, l’Éternel a béni le septième jour et l’a sanctifié."

 

Encore une fois, nous lisons dans le chapitre 31, verset 15 :

"On travaillera six jours ; mais le septième jour est le Sabbat, le jour du repos, consacré à l’Éternel."

 

seizième verset :

"Il s'agit d'une alliance éternelle," "et un signe perpétuel", "car en six jours l'Éternel a fait les cieux et la terre, et le septième Il a cessé de travailler."

 

Dans l'Ancien Testament, il est fait référence 126 fois au Sabbat, et tous ces textes concourent harmonieusement dans l'expression de la volonté de Dieu commandant le septième jour pour être observé, parce que Dieu Lui-même l’a d’abord observé, en le rendant obligatoire pour tous comme "une alliance perpétuelle." Nous ne pouvons pas imaginer quelqu’un assez téméraire pour remettre en question l'identité de samedi avec le jour du Sabbat ou septième jour, voyant que le peuple d'Israël a observé le samedi à partir de la promulgation de la loi, AM 2514 à l'an 1893, une période de 3383 années. Avec l'exemple des Israélites devant nos yeux aujourd'hui, il n'existe pas de faits historiques mieux établis que celui mentionné : à savoir, que le peuple élu de Dieu, les gardiens de l'Ancien Testament, les représentants vivants de la seule religion divine jusque-là, avaient pendant une période de 1490 années antérieures au Christianisme, conservé par la pratique hebdomadaire la tradition vivante de l'interprétation correcte du jour spécial de la semaine, samedi, à garder "saint au Seigneur", tradition qu'ils ont étendue par leur pratique pour une période supplémentaire de 1893 ans de plus, couvrant ainsi toute l'étendue de la dispensation chrétienne. Nous estimons qu'il est nécessaire d'être parfaitement clair sur ce point, pour des raisons qui apparaîtront plus en détail ci-après. La Bible - Ancien Testament - confirmée par la tradition vivante d'une pratique hebdomadaire pendant 3383 années par le peuple élu de Dieu, enseigne ensuite, avec une certitude absolue, que Dieu avait, Lui-même, nommé le jour pour être "sanctifié pour Lui," - que le jour était samedi, et que toute violation de ce commandement était punie de mort.

 

"Vous observerez le Sabbat, car il sera pour vous une chose sainte. Celui qui le profanera, sera puni de mort ; celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là, sera retranché du milieu de son peuple." Ex. 31:14.

 

Il est impossible de réaliser une peine plus sévère que celle prononcée solennellement par Dieu Lui-même dans le texte ci-dessus, sur tous ceux qui violent un commandement mentionné pas moins de 126 fois dans l'ancienne loi. Les dix commandements de l'Ancien Testament sont formellement gravés dans la mémoire de l'enfant du Chrétien biblique, dès que possible, mais il n’y en a pas un des dix plus énergiquement familier, tant à l'école du dimanche qu’à la chaire, que celui de garder "saint" le jour du Sabbat.

 

Ayant obtenu avec une certitude absolue la volonté de Dieu en ce qui concerne le jour à sanctifier, à partir de Sa parole Sacrée, car il se reposa en ce jour, lequel jour nous est confirmé par la pratique de Son peuple élu depuis des milliers d'années, nous sommes naturellement amenés à demander quand et où Dieu a changé le jour pour Son adoration, car il est connu au monde qu’un changement de jour a eu lieu, et dans la mesure où aucune indication d’un tel changement ne peut être trouvé dans les pages de l'Ancien Testament, ni dans la pratique du peuple juif qui continue depuis près de dix-neuf siècles de Christianisme à obéir à l'ordre écrit, nous devons regarder vers l'exposant de la dispensation chrétienne : à savoir, le Nouveau Testament, pour le commandement de Dieu annulant l'ancien Sabbat, samedi.

 

Nous nous approchons maintenant d’une période couvrant tout près de dix-neuf siècles, et continuons de rechercher si l'enseignant supplémentaire divin - le Nouveau Testament - contient un décret annulant le mandat de l'ancienne loi, et, en même temps, remplaçant un jour pour le Sabbat divinement institué de l'ancienne loi, à savoir samedi ; dans la mesure où samedi était le jour observé et ordonné à être observé par Dieu. L'autorité divine seule, sous la forme d'un décret d'annulation, pourrait abolir l'alliance du samedi, et un autre mandat divin, nommant par nom un autre jour à être gardé "saint", autre que le samedi, est également nécessaire pour satisfaire la conscience du croyant chrétien. La Bible est le seul enseignant reconnu par le Chrétien biblique, l'Ancien Testament ne signalant pas un changement de jour et cependant un autre jour que le samedi est gardé "saint" par le monde biblique, cela incombe sûrement au Chrétien réformé de souligner dans les pages du Nouveau Testament le nouveau décret divin abrogeant celui du samedi et son remplacement par celui du dimanche, observé par les Bibliques depuis l'aube de la Réforme.

 

En examinant le Nouveau Testament de bout en bout, de façon critique, nous trouvons le Sabbat mentionné 61 fois. Nous trouvons aussi que le Sauveur a toujours choisi le jour du Sabbat (samedi) pour enseigner dans les synagogues et opérer des miracles. Les quatre Évangiles se réfèrent au Sabbat (samedi) 51 fois.

 

Dans un cas, le Rédempteur se réfère à Lui-même comme "le Seigneur du Sabbat", tel que mentionné par Matthieu et Luc, mais au cours de l'ensemble du récit de sa vie, tout en observant et en utilisant toujours le jour (samedi). Il n'a jamais fait allusion à un désir de le changer. Ses apôtres et amis personnels nous donnent un exemple frappant de leur observance scrupuleuse de celui-ci après Sa mort, et, tandis que Son corps était encore dans le tombeau, Luc (23:56) nous informe :

 

"et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat, selon la loi." "Mais le premier jour de la semaine, très tôt le matin, elles sont venues, portant les aromates qu'elles avaient préparés le soir du Vendredi Saint, parce que le Sabbat approchait." Verset 54.

 

Cette action de la part des amis personnels du Sauveur prouve sans contredit que, après Sa mort ils ont gardé "saint" le samedi et ont considéré le dimanche comme n'importe quel autre jour de la semaine. Une chose peut-elle, par conséquent, être plus concluante que le fait que les apôtres et les saintes femmes ne connaissaient pas d’autre Sabbat que le samedi, jusqu'au jour de la mort du Christ ?

 

Nous abordons maintenant l'examen de cette question intéressante pour les trente années suivantes, tel que c’est raconté par l'évangéliste St. Luc, dans ses Actes des Apôtres. Sûrement un vestige de l'acte d'annulation peut être découvert dans la pratique des apôtres pendant cette longue période.

 

Mais hélas ! Nous sommes une fois de plus condamnés à la déception. Neuf fois trouvons-nous le Sabbat mentionné dans les Actes, mais il est le samedi (le Vieux Sabbat). Si nos lecteurs veulent la preuve, nous les référons au chapitre et au verset dans chaque cas. Actes 13:14, 27, 42, 44. Une fois de plus, Actes 15:21, de nouveau, Actes 16:13 ; 17:2 ; 18:4.

 

"Et il (Paul) discourait dans la synagogue chaque Sabbat, et il persuadait des Juifs et des Grecs."

 

Ainsi, le jour du Sabbat (samedi), de la Genèse à l'Apocalypse !!! Ainsi, il est impossible de trouver dans le Nouveau Testament la moindre interférence par le Sauveur ou Ses apôtres avec le Sabbat original, mais au contraire, un acquiescement entier dans l'entente initiale ; que dis-je, un appui plénier par Lui, alors qu’il était vivant : et une participation active non variée dans l’observance de ce jour-là et pas un autre par les apôtres pendant trente ans après Sa mort, comme les Actes des Apôtres ont abondamment témoigné pour nous.

 

D'où la conclusion inévitable : à savoir que de ceux qui suivent la Bible comme leur guide, les Israélites et les Adventistes du Septième Jour ont le poids exclusif de preuves de leur côté, tandis que le Protestant biblique n’a pas un mot dans l'auto-défense pour sa substitution du dimanche pour samedi. À suivre.

 

(Provenant du magazine Catholic Mirror du 16 septembre 1893.)

Quand sa majesté satanique, qui était "un meurtrier dès le commencement" "et le père du mensonge", s'est engagée à ouvrir les yeux de notre première mère, Ève, en stimulant son ambition : "Vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal", son action était cependant le premier des nombreux efforts plausibles et réussis employés plus tard, dans la séduction de millions de ses enfants. Comme Ève, ils apprennent trop tard. Hélas! la valeur des incitations tiennent le coup pour séduire ses enfants faibles d'allégeance à Dieu. L’objet de cette discussion ne constitue pas non plus une exception à la tactique habituelle de sa majesté sable.

 

Pendant plus de trois siècles depuis, il a vraisemblablement représenté à un grand nombre de Chrétiens mécontents et ambitieux la brillante perspective de l'inauguration réussie d'un "nouveau départ", par l'abandon de l'Église instituée par le Fils de Dieu, comme leur maître, et l’hypothèse d'un nouvel enseignant -- la Bible seule -- comme leur nouveau véritable oracle.

 

La sagacité du malin avait prévu cependant le succès éclatant de cette manœuvre. Le résultat n’est pas tombé non plus en deçà de ses attentes les plus sanguines.

 

Un esprit audacieux et aventureux était seulement nécessaire pour mener l'expédition. Lui sa majesté satanique trouva bientôt dans le moine apostat Luther, qui lui-même témoigne à plusieurs reprises de la familiarité étroite qui existait entre son maître et lui-même, dans sa "Table Talk" et d'autres ouvrages publiés en 1558, à Wittenberg, sous l'inspection de Melanchthon. Ses colloques avec Satan à diverses occasions, sont certifiés par Luther lui-même -- un témoin digne de toute crédibilité. Ce que l'agence du serpent tendait si bien à réaliser dans le jardin, l'agence de Luther l’a réalisé dans le monde chrétien.

 

"Donnez-leur un pilote pour leur flotte errante,

Audacieux dans son art, et instruit à la tromperie :

Dont la main aventureuse égarera leur gouvernail

Aux rivages hostiles, les submergera dans la marée."

 

Alors que la fin proposée à lui-même par le malin dans son raid sur l'église du Christ était la destruction du Christianisme, nous sommes maintenant engagés à tamiser les moyens adoptés par lui pour assurer sa réussite par ceci. Jusqu'à présent, ils ont été jugés trompeurs, auto-contradictoires, et fallacieux. Nous allons maintenant procéder à l'examen plus approfondi de cette imposture.

 

Après avoir prouvé selon une démonstration que le Rédempteur, en aucun cas, n’avait, au cours de la période de sa vie, dévié de la fidèle observance du Sabbat (samedi), mentionné par les quatre évangélistes 51 fois, bien qu’Il se soit Lui-même désigné "Seigneur du Sabbat", Il n'a jamais même une seule fois, par le commandement ou la pratique fait allusion à un désir de sa part de changer le jour par la substitution d'un autre et après avoir attiré une attention particulière à la conduite des apôtres et des saintes femmes, le soir même de Sa mort, obtenant au préalable des épices et des onguents à être utilisés pour l'embaumement de Son corps le matin après le Sabbat (samedi) comme St. Luc nous informe si clairement (Luc 24:1), plaçant ainsi au-delà de l'aventure l'action divine et la volonté du fils de Dieu pendant la vie en observant le Sabbat fermement, et après avoir attiré l'attention sur l'action de Ses représentants vivants après Sa mort, tel que prouvé par St. Luc, après avoir également placé devant nos lecteurs le fait incontestable que les apôtres pendant les trente années suivantes (Actes) n'ont jamais dévié de la pratique de leur divin Maître dans ce cas particulier, comme St. Luc, Actes 18:1 nous assure :

 

"Et il [Paul] discourait dans les synagogues chaque Sabbat (samedi), et il persuadait des Juifs et des Grecs."

 

Le païens convertis ont été, comme nous le voyons dans le texte, également instruits avec les Juifs, d’observer le samedi, après avoir été convertis au Christianisme ce jour-là, "les Juifs et les Grecs" collectivement.

 

Ayant également attiré l'attention sur les textes des Actes portant sur l'utilisation exclusive du Sabbat par les Juifs et les Chrétiens pendant trente ans après la mort du Sauveur, comme le seul jour de la semaine observé par Christ et Ses apôtres, dont la période épuise le récit inspiré, nous allons maintenant compléter nos preuves que le Sabbat (samedi) jouissait de ce privilège exclusif, en attirant l'attention sur tous les cas où le récit sacré se réfère à la première journée de la semaine.

 

La première référence à dimanche après la résurrection du Christ se trouve dans l'évangile de St. Luc, chapitre 24, versets 33-40, et St. Jean 20:19.

 

Les textes ci-dessus se réfèrent à la seule motivation de ce rassemblement de la part des apôtres. Il a eu lieu le jour de la résurrection (dimanche de Pâques), non dans le but d'inaugurer "le nouveau départ" de l'ancien Sabbat (samedi) en gardant "saint" le nouveau jour, car il n'y a pas une indication donnée de prière, d'exhortation ou de lecture des Écritures, mais d'indiquer la démoralisation totale des apôtres en informant l'humanité qu'ils ont été entassés dans la pièce à Jérusalem "par crainte des Juifs", comme St. Jean, cité ci-dessus, nous informe clairement.

 

La deuxième référence au dimanche se trouve dans l'Évangile de St. Jean, chapitre 20, versets 26 à 29 :

 

"Huit jours après, les disciples étaient de nouveau à l'intérieur et Thomas avec eux."

 

Le Rédempteur ressuscité a profité Lui-même de cette réunion de tous les apôtres pour confondre l'incrédulité de Thomas qui avait été absent de la réunion le soir du dimanche de Pâques. Cela aurait fourni une occasion en or pour le Rédempteur de changer le jour, en présence de tous Ses apôtres, mais nous affirmons le simple fait que, à cette occasion, le jour de Pâques, pas un mot n'est dit de prière, de louange, ou de lecture des Écritures.

 

Le troisième cas enregistré, dans lequel les apôtres étaient réunis dimanche, se trouve dans Actes 2:1 :

 

"Les apôtres étaient tous dans un même lieu." (Fête de la Pentecôte - dimanche)

 

Maintenant, ce texte donnera-t-il à nos frères Chrétiens bibliques un vestige d'espoir que dimanche remplace, finalement, samedi ? Car, lorsque nous les informons que les Juifs avaient observé ce dimanche pendant 1500 ans et l’avaient observé pendant dix-huit siècles après l'établissement du Christianisme, en même temps, observant le Sabbat hebdomadaire, il ne doit être trouvé ni consolation ni confort dans ce texte. La Pentecôte est le cinquantième jour après la Pâque, qui était appelé le Sabbat des semaines se composant de sept fois sept jours et le jour après la fin du septième jour de Sabbat hebdomadaire c'était le jour principal du festival entier, nécessairement dimanche. Quel Israélite ne plaindrait pas la cause qui chercherait à découvrir l'origine de l’observance de la première journée de la semaine dans son festival de la Pentecôte, qui a été observé par lui chaque année pendant plus de 3000 ans ? Qui d'autre que les Chrétiens bibliques, poussés contre le mur pour un prétexte pour excuser sa profanation sacrilège du Sabbat, toujours observé par Christ et Ses apôtres auraient eu recours à la fête juive de la Pentecôte pour leur acte de rébellion contre leur Dieu et leur enseignant, la Bible.

 

Une fois de plus, les apologistes bibliques pour le changement de jour attirent notre attention sur les Actes, chapitre 20, versets 6 et 7 :

 

"Et le premier jour de la semaine, quand les disciples se sont réunis pour rompre le pain." etc.

 

Selon toutes les apparences, le texte ci-dessus devrait fournir une certaine consolation à nos amis bibliques mécontents, mais étant un Marplot [des trouble-fêtes], nous ne pouvons pas leur permettre même cette miette de consolation. Nous répondons par l'axiome : "Quod probat nimis, probat nihil"--- "Qui prouve trop, ne prouve rien." Laissez-nous attirer l'attention sur le même, Actes 2:46 :

 

"Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons," etc.

 

Qui ne voit pas d’un seul regard que le texte produit pour prouver la prérogative exclusive du dimanche, disparaît dans les airs - un ignis fatuus - lorsqu'il est placé en juxtaposition avec le verset 46 du même chapitre ? Ce que prétend le Chrétien biblique par ce texte pour dimanche seulement, la même autorité, St. Luc, nous informe que c’était commun à tous les jours de la semaine :

 

"Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons,"

 

Un autre texte se présente, apparemment en se penchant vers une substitution du dimanche pour samedi. Il est tiré de St. Paul, I Cor. 16:1,2 :

 

"Pour ce qui concerne la collecte en faveur des saints," "Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu’il pourra," etc.

 

En supposant que la demande de St. Paul avait été rigoureusement exécutée, laissez-nous attirer l'attention sur ce qui avait été fait chaque samedi pendant la vie du Sauveur et a continué pendant trente ans après, comme le livre des Actes nous informe.

 

Les disciples du Maître se rencontraient "chaque Sabbat" pour entendre la parole de Dieu, les Écritures ont été lues "chaque jour de Sabbat."

 

"Et Paul, selon sa coutume discourait dans la synagogue chaque Sabbat, en interposant le nom du Seigneur Jésus," etc. Actes 18:4.

 

Quelle conclusion plus absurde que de supposer que la lecture des Écritures, la prière, l'exhortation et la prédication, qui formaient les tâches de routine de tous les samedis, comme cela a été abondamment prouvé, ont été négligées par une demande de faire une collecte un autre jour de la semaine ?

 

Afin d'apprécier pleinement la valeur de ce texte actuellement à l'étude, il est seulement nécessaire de rappeler l'action des apôtres et des saintes femmes le Vendredi Saint, avant le coucher du soleil. Ils ont acheté les aromates et des onguents, après qu'il a été descendu de la croix ; ils ont suspendu toute action jusqu'à ce que le Sabbat "consacré au Seigneur" ait passé, puis ont pris des mesures dimanche matin pour terminer le processus de l'embaumement du corps sacré de Jésus. Pourquoi, peut-on demander, n'ont-ils pas procédé à compléter le travail de l'embaumement, le samedi ? Parce qu'ils savaient bien que l'embaumement du corps sacré de leur Maître allait interférer avec l'observance stricte du Sabbat, dont l’observance était capitale et jusqu'à ce qu'il puisse être démontré que le jour du Sabbat précédant immédiatement le dimanche de notre texte n'a pas été observé (ce qui serait faux, dans la mesure où chaque Sabbat avait été observé), la demande de St. Paul de faire la collecte le dimanche reste à être classée avec le travail de l'embaumement du corps du Christ, qui n'a pas pu être effectué le jour du Sabbat, et a donc été reportée au prochain jour opportun : à savoir dimanche, ou le premier jour de la semaine.

 

Ayant disposé de tous les textes qui se trouvent dans le Nouveau Testament se référant au Sabbat (samedi), et au premier jour de la semaine (dimanche), et ayant démontré de façon concluante à partir de ces textes, que, jusqu'à présent, pas l'ombre d'un prétexte peut être trouvé dans le Volume Sacré pour la substitution biblique du dimanche pour samedi, il ne nous reste qu’à étudier la signification de l’expression "Jour du Seigneur", qui se trouve dans le Nouveau Testament, que nous proposons de faire dans notre prochain article, et de conclure avec des remarques prévues à cet effet sur les incongruités d'un système de religion qui nous est révélé être indéfendable, contradictoire en soi, et suicidaire.

 

(Provenant du magazine Catholic Mirror du 23 septembre 1893.)

"S’arrêter sur des béquilles de taille inégale.

Une jambe soutenue par la vérité, l'une par les mensonges,

Ainsi aller de biais au but avec le rythme maladroit,

N’assure rien d'autre que de perdre la course."

 

Dans le présent article, nous proposons d'étudier attentivement un nouveau (et dernier) type de preuve supposé convaincre le Chrétien biblique que Dieu avait substitué dimanche au samedi pour Son adoration dans la nouvelle loi, et que la volonté divine se trouve enregistrée par le Saint-Esprit dans les écrits apostoliques.

 

Nous sommes informés que ce changement radical a trouvé son expression, encore et encore, dans une série de textes dans lesquels l'expression, "le jour du Seigneur" se trouve.

 

La catégorie de textes dans le Nouveau Testament, sous le titre "Sabbat", se chiffrant à 61 dans les Évangiles, les Actes et les Épîtres, et la seconde catégorie, dans laquelle "le premier jour de la semaine", ou dimanche, après avoir été examiné de façon critique (la dernière catégorie se chiffre à neuf [huit]), et ayant été trouvé non pas pour accorder la moindre idée d'un changement de volonté de la part de Dieu quant à Son jour d’adoration par l'homme, nous allons maintenant examiner la troisième et dernière classe de textes invoqués pour sauver le système biblique de la mise en accusation de chercher à refiler au monde, au nom de Dieu un décret pour lequel il n'existe pas le moindre mandat ou autorité provenant de leur enseignant, la Bible.

 

Le premier texte de cette catégorie se trouve dans les Actes des Apôtres 2:20 :

 

"Le soleil se changera en ténèbres, et la lune en sang, avant l’arrivée du jour du Seigneur, de ce jour grand et glorieux."

 

Combien de dimanches se sont écoulés depuis que la prophétie a été dite ? Voilà pour cet effort de pervertir le sens du texte sacré du jour du jugement au dimanche !

 

Le deuxième texte de cette catégorie se trouve dans I Cor. 1:8 :

 

"Il vous affermira aussi jusqu’à la fin, pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus-Christ."

 

Quel imbécile ne voit pas que l'apôtre ici indique clairement le jour du jugement ? Le texte suivant de cette catégorie qui se présente se trouve dans la même épître, chapitre 5:5 :

 

"qu’un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus."

 

Le Corinthien incestueux a été, bien sûr, sauvé le dimanche qui suit immédiatement ! Que c’est pitoyable une telle échappatoire comme ça ! Le quatrième texte, 2 Cor. 1:13,14 :

 

"Et j'espère que vous le reconnaîtrez jusqu'à la fin, de même que vous serez aussi la nôtre au jour du Seigneur Jésus."

 

Dimanche ou le jour du jugement, lequel ? Le cinquième texte est de St. Paul aux Philippiens, chapitre 1, verset 6 :

 

"Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ."

 

Les gens bons de Philippes, en atteignant la perfection le dimanche suivant, pouvaient se permettre de rire de notre transport rapide moderne !

 

Nous vous demandons la permission de vous présenter notre sixième de la catégorie ; à savoir Philippiens, chapitre premier, dixième verset :

 

"afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ,"

 

Ce jour-là était le dimanche suivant, en vérité ! pas si longtemps à attendre, après tout. Le septième texte, 2 Pierre 3:10 :

 

"Mais le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit."

 

L'application de ce texte au dimanche dépasse les limites de l'absurde.

 

Le huitième texte, 2 Pierre 3:12 :

 

"tandis que vous attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront" etc.

 

Ce jour du Seigneur est le même mentionné dans le texte précédent, l'application des deux au dimanche prochain aurait laissé le monde chrétien sans sommeil la nuit du samedi suivant.

 

Nous avons présenté à nos lecteurs huit des neuf textes invoqués pour soutenir par le texte de l'Écriture l'effort sacrilège de faire passer le "jour du Seigneur" pour le dimanche, et avec quel résultat ? Chacun fournit une preuve prima facie du dernier jour, se référant à lui directement, absolument, et sans équivoque.

 

Le neuvième texte dans lequel nous rencontrons l'expression "jour du Seigneur", est le dernier à être trouvé dans les écrits apostoliques. L'Apocalypse, ou Révélation, chapitre 1:10, le fournit dans les termes suivants de St. Jean :

 

"Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur,"

 

cependant il donnera plus de confort à nos amis bibliques que ses prédécesseurs de la même série. St. Jean a-t-il utilisé l'expression précédemment dans son Évangile ou ses Épîtres ? -- Emphatiquement, Non. A-t-il eu l'occasion de se référer au dimanche jusque-là ? -- Oui, deux fois. Comment a-t-il désigné dimanche lors de ces occasions ? Le dimanche de Pâques a été appelé par lui (Jean 20:1) "Le premier jour de la semaine."

 

Encore une fois, le chapitre vingt, verset dix-neuf :

 

"Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine,"

 

De toute évidence, bien qu’inspiré, tant dans son évangile que ses Épîtres, il a appelé dimanche "le premier jour de la semaine." Sur quelles bases alors, peut-on supposer qu'il a laissé tomber cette désignation ? Était-il plus inspiré quand il a écrit l'apocalypse, ou a-t-il adopté un nouveau titre pour dimanche parce qu'il était maintenant en vogue ?

 

Une réponse à ces questions serait surérogatoire en particulier à la dernière, voyant que la même expression a été utilisée huit fois déjà par St. Luc, St. Paul et St. Pierre, le tout sous l'inspiration divine, et sûrement l’esprit Saint n’inspirerait pas St. Jean d’appeler dimanche le jour du Seigneur alors qu’Il a inspiré St. Luc, Paul et Pierre, collectivement, à intituler le jour du jugement "le jour du Seigneur." Les dialecticiens comptent parmi les motifs infaillibles de certitude, le motif moral de l'analogie ou l’induction, par lequel nous sommes en mesure de conclure avec certitude à partir du connu à l'inconnu étant absolument certains de la signification d'une expression prononcée huit fois, nous concluons que la même expression ne peut avoir que le même sens lorsque prononcée la neuvième fois, surtout quand on sait que, lors des neuf reprises les expressions ont été inspirées par le Saint-Esprit.

 

Même les plus fortes raisons intrinsèques ne veulent non plus prouver que ceci comme ses textes sœurs, contient le même sens. St. Jean (Apoc. 1:10) dit :

 

"Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur ;"

 

mais il nous fournit la clé de cette expression, au chapitre quatrième, versets premier et deuxième :

 

"Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel." Une voix lui dit : "Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite."

 

Montons en esprit avec Jean. Où ? - à travers cette "porte dans le ciel", vers le ciel. Et que verrons-nous ? - "Les choses qui doivent arriver après cela," Chapitre quatre, premier verset. Il est monté au ciel en esprit. Il a été ordonné d'écrire, dans son intégralité, sa vision de ce qui doit avoir lieu antécédent à et en même temps que "le jour du Seigneur", ou le jour du jugement, l'expression "jour du Seigneur" étant confinée dans l'Écriture pour le jour du jugement, exclusivement.

 

Nous avons soigneusement et avec précision recueilli dans le Nouveau Testament toutes les preuves disponibles qui pourraient être invoquées en faveur d'une loi annulant le jour du Sabbat de l'ancienne loi, ou d'une substituant un autre jour pour la dispensation chrétienne. Nous avons pris soin de faire la distinction ci-dessus, de peur qu'il pourrait être avancé que le troisième (dans l'énumération catholique le commandement du Sabbat est le troisième des commandements) commandement ait été abrogé par la nouvelle loi. Toute exception a été annulée par l'action des évêques méthodistes épiscopaux dans leur pastorale 1874, et cité par le New York Herald de la même date, de la teneur suivante : "Le Sabbat mis en place au début et confirmé à maintes reprises par Moïse et les prophètes, n'a jamais été abrogé. Une partie de la loi morale, et non pas une partie ou le iota de sa sainteté a été enlevée." Le fonctionnaire pronunciamiento ci-dessus a commis ce grand corps de Chrétiens bibliques à la permanence du troisième commandement en vertu de la nouvelle loi.

 

Nous vous demandons de nouveau la permission d'attirer l'attention particulière de nos lecteurs au vingtième "des 39 articles de religion" du Livre de Prière Commune : "Il n'est pas permis à l'église d'ordonner tout ce qui est contraire à la parole écrite de Dieu"

 

CONCLUSION

Nous avons, dans cette série d'articles, pris beaucoup de peine pour l'instruction de nos lecteurs afin de les préparer en présentant un certain nombre de faits indéniables trouvés dans la parole de Dieu pour arriver à une conclusion absolument irréfragable. Lorsque le système biblique a fait son apparition au XVIème siècle, il a non seulement saisi les biens temporels de l'Église, mais dans sa croisade vandaliste a dépouillé le Christianisme, dans la mesure où il le pouvait, de tous les sacrements institués par son Fondateur, du saint sacrifice, etc., etc., tout en ne conservant rien d'autre que la Bible, que ses représentants ont prononcé en tant que leur enseignant unique dans la doctrine et la morale chrétiennes.

 

Au premier rang de leurs articles de foi se trouvait, et se trouve aujourd'hui, la nécessité permanente de garder le Sabbat saint. En fait, il a été pendant les 300 dernières années, le seul article de la foi chrétienne dans lequel il y a eu un consensus plénier des représentants bibliques. L’observance du Sabbat constitue la somme et la substance de la théorie biblique. Les chaires retentissent toutes les semaines avec des tirades incessantes contre la manière laxiste d’observer le Sabbat dans les pays catholiques, par contraste avec la bonne mode chrétienne et suffisante d’observer le jour dans les pays bibliques. Qui pourra jamais oublier l'indignation vertueuse manifestée par les prédicateurs bibliques sur toute la longueur et la largeur de notre pays, de toutes les chaires protestantes aussi longtemps que la question de l'ouverture de l'Exposition mondiale le dimanche était encore indécise, et qui ne sait pas aujourd'hui, qu’une secte, à l'occasion de sa sainte indignation à la décision, n'a jamais ouvert les kiosques qui contenaient ses articles à l'Exposition universelle ?

 

Ces Chrétiens superlativement bons et onctueux, en dupant sur leur bible avec soin, peuvent trouver leur contrepartie dans une certaine classe de bonnes personnes maladroites dans les jours du Rédempteur, qui Le hantait jour et nuit, affligée outre mesure, et scandalisée au-delà de l'abstention, parce qu'Il n'a pas observé le Sabbat d’une manière aussi excessivement conservatrice qu’eux.

 

Ils Le haïssaient pour utiliser le bon sens en référence au jour, et Il n'a trouvé aucune épithète assez expressive de Son mépris suprême pour leur orgueil pharisaïque. Et il est très probable que l'esprit divin n'a pas modifié ses vues aujourd'hui à l’égard de la flagrante clameur de leurs partisans et sympathisants à la fin de ce XIXème siècle. Mais quand on ajoute à tout cela le fait que, tandis que les Pharisiens d'autrefois observaient le vrai Sabbat, nos Pharisiens modernes, en comptant sur la crédulité et la simplicité de leurs dupes, n'ont jamais une fois dans leur vie observé le vrai Sabbat que leur divin Maître a observé jusqu’au jour de Sa mort et que les apôtres ont observé, selon Son exemple, pendant trente ans après, selon le Récit Sacré, la contradiction la plus flagrante impliquant un rejet délibéré de sacrilège d'un précepte des plus positifs nous est présentée aujourd'hui dans l'action du monde du Chrétien biblique. La Bible et le Sabbat constituent la devise du Protestantisme : mais nous avons démontré que c'est la Bible contre leur Sabbat. Nous avons montré qu'aucune plus grande contradiction n'a jamais existé que leur théorie et pratique. Nous avons prouvé que ni leurs ancêtres bibliques, ni eux-mêmes n’ont observé un jour de Sabbat dans leur vie.

 

Les Israélites et les Adventistes du Septième Jour sont les témoins de leur profanation hebdomadaire du jour fixé par Dieu de façon répétée, et tandis qu'ils ont ignoré et condamné leur enseignant, la Bible, ils ont adopté un jour observé par l'Église catholique. Quel Protestant peut, après avoir pris connaissance de ces articles, en toute bonne conscience, continuer à désobéir au commandement de Dieu enjoignant le samedi à être observé lequel commandement son enseignant, la Bible, de la Genèse à l'Apocalypse, enregistre comme la volonté de Dieu ?

 

L'histoire du monde ne peut pas présenter un spécimen plus stupide et auto-abrutissant de manquement au principe que cela. L'enseignant demande avec insistance à chaque page que la loi du Sabbat soit observée chaque semaine, par tous le reconnaissant comme "l’enseignant infaillible", tandis que les disciples de cet enseignant n'ont pas une seule fois pendant trois cents ans observé le précepte divin ! Cette foule immense de Chrétiens bibliques, les Méthodistes, ont déclaré que le Sabbat n'a jamais été abrogé, tandis que les adeptes de l'Église d'Angleterre, avec sa fille, l'Église épiscopale des États-Unis, sont commis par le vingtième article de religion, déjà cité, à l'ordonnance que l'Église ne peut légalement ordonner quoi que ce soit "contraire à la parole écrite de Dieu." La parole écrite de Dieu enjoint que Son adoration soit observée absolument le samedi, à plusieurs reprises, et le plus énergiquement, avec une menace plus positive de la mort à celui qui désobéit. Toutes les sectes bibliques occupent la même position auto-abrutissante qu’aucune explication ne peut modifier, et encore moins justifier.

 

Comment vraiment les paroles de l'Esprit Saint s'appliquent-elles à cette situation déplorable ! "Iniquitas mentita est sibi" - "L'iniquité s’est menti à elle-même." Proposer de suivre la Bible seule comme un enseignant, mais à la face du monde, l'unique enseignant est ignominieusement repoussé, et l'enseignement et la pratique de l'Église catholique - "la mère des abominations", quand cela convient à leur but de la désigner - adoptés, malgré les menaces les plus terribles prononcées par Dieu Lui-même contre ceux qui désobéissent au commandement, "Souviens-toi de sanctifier le jour du Sabbat."

 

Avant de clore cette série d'articles, nous demandons d’attirer l'attention de nos lecteurs une fois de plus à notre sous-titre, servant à l'introduction de chacun ; à savoir 1. Le Sabbat Chrétien, la progéniture véritable de l'union de l'Esprit Saint et l'Église Catholique Son épouse. 2. Tout dans les revendications du Protestantisme s'est avéré être sans fondement, auto-contradictoire, et suicidaire.

 

La première proposition a besoin de peu de preuves. L'Église catholique pendant plus de mille ans avant l'existence d'un Protestant, en vertu de sa mission divine, a changé le jour du samedi au dimanche. Nous disons, en vertu de sa mission divine, parce que Celui qui s'est appelé le "Seigneur du Sabbat", lui a accordé Sa propre puissance d’enseigner, "Celui qui vous écoute, m'écoute ;" a commandé tous ceux qui croient en Lui de l’écouter, sous peine d'être placé avec les "païens et publicains ;" et a promis d'être avec elle jusqu'à la fin du monde. Elle tient sa charte en tant qu’enseignant venant de lui- une charte infaillible comme perpétuelle. Le monde protestant à sa naissance a trouvé le Sabbat Chrétien trop fortement ancré pour aller à l'encontre de son existence, il a par conséquent été mis dans la nécessité de consentir à l'arrangement, ce qui implique le droit de l'Église à changer le jour, pendant plus de trois cents ans. Le Sabbat Chrétien est donc à ce jour, le rejeton reconnu de l'Église catholique en tant qu’épouse du Saint-Esprit, sans un mot de remontrance du monde protestant.

 

Jetons maintenant, cependant, un coup d'œil à notre deuxième proposition, avec la Bible seule en tant que l’enseignant interdit le plus catégoriquement tout changement dans le jour pour des raisons capitales. Le commandement appelle à une "alliance perpétuelle." Le jour commandé à être observé par l'enseignant n'a pas une seule fois été observé. Développant ainsi une apostasie d'un principe théoriquement fixe, comme contradictoire en soi, auto-abrutissant, et par conséquent comme suicidaire tel qu'il est dans le pouvoir du langage d’exprimer.

 

Les limites de la démoralisation ne sont pas non plus encore atteintes. Loin de là. Leur prétexte pour quitter le giron de l'Église catholique était pour l'apostasie de la vérité telle qu'elle est enseignée dans la parole écrite. Ils ont adopté la parole écrite comme leur enseignant unique, qu’ils n'avaient pas plus tôt fait qu'ils l'abandonnèrent rapidement, comme ces articles l'ont abondamment prouvé, et par une perversité aussi volontaire qu’erronée, ils acceptent l'enseignement de l'Église catholique en opposition directe avec l'enseignement clair, non varié et constant de leur enseignant unique dans la doctrine la plus essentielle de leur religion, soulignant ainsi la situation dans ce qui pourrait justement être désigné "une moquerie, une illusion, et un piège."

 

[Note de l'éditeur : C’était sur ce point même que la Réforme a été condamnée par le Concile de Trente. Les Réformateurs avaient constamment chargé, comme ici déclaré, que l'Église catholique avait apostasié la vérité telle que contenue dans la parole écrite. "La parole écrite", "La Bible et la Bible seule", "Ainsi parle le Seigneur," ce sont leurs mots d'ordre constants, et "L'Écriture telle que dans la parole écrite, la seule norme d'appel." Ce fut la plate-forme proclamée de la Réforme et du Protestantisme. "L'Écriture et la tradition." "La Bible telle qu'elle est interprétée par l'Église et selon le consentement unanime des pères." Telles étaient la position et la revendication de l'Église catholique. Ce fut le principal problème dans le Concile de Trente, qui a été appelé en particulier à examiner les questions qui avaient été soulevées et imposées à l'attention de l'Europe par les Réformateurs. La toute première question concernant la foi qui a été examinée par le conseil était la question en litige dans cette publication. Il y avait un parti fort, même des Catholiques au sein du conseil qui étaient en faveur de l'abandon de la tradition et de l'adoption des Écritures seules, comme la norme de l'autorité. Ce point de vue a été si décidément tenu dans des débats au sein du conseil que les légats du pape lui ont effectivement écrit qu'il y avait "une tendance aussi forte de mettre de côté la tradition entièrement et de faire l'Écriture la seule norme d'appel." Mais faire cela signifiait manifestement de contribuer substantiellement à justifier la revendication des Protestants. Par cette crise, il a été développé sur la partie ultra-catholique du conseil la tâche de convaincre les autres que "l'Écriture et la tradition" étaient le seul motif sûr sur lequel se tenir. Si cela pouvait se faire, le conseil pourrait être porté à publier un décret condamnant la Réforme, pas autrement. La question a été débattue, jour après jour, jusqu'à ce que le conseil ait été passablement amené à un point mort. Enfin, après un long et intense effort mental, l'archevêque de Reggio est venu dans le conseil avec sensiblement l'argument suivant au parti qui soutenait pour l’Écriture seule :

 

"Les Protestants prétendent se tenir sur la parole écrite seulement. Ils font profession de retenir les Écritures comme la seule norme de la foi. Ils justifient leur révolte par l'argument selon lequel l'Église a apostasié la parole écrite et suit la tradition. Maintenant la demande des Protestants à l’effet qu'ils se tiennent sur la parole écrite n'est pas vraie. Leur profession de tenir les Écritures seules comme la norme de la foi est fausse. PREUVE : La parole écrite enjoint explicitement l’observance du septième jour comme le Sabbat. Ils n’observent pas le septième jour, mais le rejettent. S'ils soutiennent vraiment l'Écriture seule comme leur norme, ils observeraient le septième jour comme il est ordonné partout dans l'Écriture. Pourtant, ils ne font pas que rejeter l'observance du Sabbat prescrite dans la parole écrite, ils ont en plus adopté et pratiquent en effet l'observance du dimanche, pour laquelle ils n'ont que la tradition de l'Église. En conséquence, la revendication de "l'Écriture seule comme la norme" échoue et la doctrine de "l'Écriture et la tradition" comme essentielle, est pleinement établie, les Protestants eux-mêmes étant juges".

 

Il n'y avait pas moyen de contourner cela, car la propre déclaration de foi des Protestants -- la Confession d'Augsbourg 1530 -- avait clairement admis que "l'observance du jour du Seigneur" avait été désignée par "l'Église" seulement.

 

L'argument a été salué au conseil comme de l'Inspiration seulement, le parti pour "l'Écriture seule", céda, et le conseil a unanimement condamné le Protestantisme et l'ensemble de la Réforme comme une simple révolte injustifiée de la communion et de l'autorité de l'Église catholique, et a procédé le 8 avril 1546 "à la promulgation de deux décrets, dont le premier décrète, sous anathème, que l'Écriture et la tradition doivent être reçues et vénérées pareillement, et que les livres deutérocanoniques {les apocryphes} font partie du canon de l'Écriture. Le second décret déclare la Vulgate comme étant la seule version latine authentique et standard, et lui donne une telle autorité de manière à remplacer les tests originaux ; il interdit l'interprétation de l'Écriture contraire au sens reçue par l'Église, "ou même contraire avec le consentement unanime des Pères", etc.

 

Ainsi, ce fut le manque de cohérence de la pratique protestante avec la profession protestante qui a donné à l'Église catholique son motif longtemps recherché et désiré avec impatience sur lequel condamner le Protestantisme et l'ensemble du mouvement de la Réforme, comme seulement une rébellion égoïstement ambitieuse contre l'autorité de l’église. Et dans cette controverse essentielle l'expression clé, première et culminative de l'incompatibilité protestante était dans le rejet du Sabbat du Seigneur, le septième jour, enjoint dans les Écritures et l'adoption et l’observance du dimanche comme prescrit par l'Église catholique.

 

Et c'est aujourd'hui la position respective des parties à cette controverse. Aujourd'hui, comme le montre ce document, c'est la question essentielle sur laquelle l'Église catholique accuse le Protestantisme, et sur laquelle elle condamne le cours de Protestantisme populaire comme étant "indéfendable, contradictoire en soi, et suicidaire," Que feront ces Protestants, que fera ce Protestantisme ?]

 

Si l'un des pasteurs révérends, qui sont habitués à hurler si bruyamment sur toute profanation, réelle ou supposée de cette fraude pieuse, le Sabbat biblique, considère qu’il est bien d'entrer dans une protestation contre notre examen logique et biblique de leur animal de compagnie bâtard, nous pouvons leur promettre que toute tentative raisonnable de leur part de ramasser la disjectamembra de l'hybride, et de lui rendre une existence galvanisée, sera accueillie avec cordialité sincère et considération respectueuse de notre part.

 

Mais nous pouvons assurer à nos lecteurs que nous connaissons trop bien ces révérends hurleurs pour nous attendre à un aboiement solitaire d'eux dans ce cas. Et ils nous connaissent trop bien pour se soumettre à la mortification qu'une dissection approfondie de cette question anti-scripturaire entraînerait nécessairement. Leur politique consiste maintenant à "faire profil bas" et ils sont sûrs de l'adopter.

 

Annexe I

Ces articles sont réimprimés, et ce document est envoyé par les éditeurs, parce qu'il transmet d'une source indéniable et en aucun ton incertain, la dernière phase de la controverse de l’observance du dimanche, qui est maintenant, et qui en effet depuis un certain temps a été, non pas seulement une question nationale avec les principales nations, mais aussi une question internationale. Non pas que nous sommes heureux qu'il en soit ainsi ; nous voudrions qu'il en soit tout autrement. Nous voudrions que les Protestants partout soient tellement cohérents dans la profession et la pratique qu'il puisse n’y avoir aucune place possible pour que les relations entre eux et Rome ne prennent jamais forme, ce qu'ils ont maintenant pris.

 

Mais la situation dans ce domaine est maintenant telle qu'elle est énoncée aux présentes. Il est impossible d'échapper à ce fait. Il devient donc le devoir de l'International Religious Liberty Association de faire connaître aussi largement que possible la vraie phase de cette grande question dans son état actuel. Non pas parce que nous sommes heureux qu'il en soit ainsi, mais parce qu'il en est ainsi, peu importe que nous ou quelqu'un d'autre soit ou ne soit pas heureux d'avoir.

 

Il est vrai que nous avons recherché pendant des années cette question pour supposer précisément cette attitude qui a désormais supposé, et dont elle est si clairement énoncée dans cette brochure. Nous avons dit aux gens à plusieurs reprises, et en particulier aux Protestants, et encore plus particulièrement avons-nous dit à ceux qui prônaient les lois du dimanche et la reconnaissance et l'établissement juridique de dimanche par les États-Unis, que dans le cours qui a été poursuivi ils jouaient directement dans les mains de Rome, et que aussi certainement qu’ils ont réussi, ils auraient inévitablement été appelés par Rome et Rome en possession du pouvoir également, de lui rendre compte quant aux raisons pour lesquelles le dimanche doit être observé. Ceci, nous l'avons dit aux gens pendant des années, viendrait sûrement. Et maintenant que c’est venu, il est seulement notre devoir de le faire connaître aussi largement qu'il est en notre pouvoir de le faire.

 

On peut se demander, “Pourquoi Rome n’est-elle pas sortie aussi hardiment que ça avant ? Pourquoi a-t-elle attendu si longtemps ? Ce n'était pas pour son intérêt de le faire avant. Quand elle a dû se déplacer, elle a souhaité se déplacer avec le pouvoir, et le pouvoir que pourtant elle n'avait pas. Mais dans leurs efforts acharnés pour la reconnaissance du gouvernement national et l'établissement de dimanche, les Protestants des États-Unis ont fait plus pour elle qu'elle ne pourrait le faire pour elle-même dans la façon d'obtenir le pouvoir gouvernemental dans ses mains. Ce qu'elle savait bien, et donc ne faisait qu’attendre. Et maintenant que les Protestants, en alliance avec elle, ont accompli cette chose affreuse, elle se lève à la fois dans toute son arrogance native et son vieil esprit, et invite les Protestants à lui répondre pour leur observance du dimanche. Cela aussi, elle le fait parce qu'elle est en sécurité dans le pouvoir que les Protestants ont aveuglément placé dans ses mains. En d'autres termes, le pouvoir que les Protestants ont ainsi mis dans ses mains, elle va maintenant l’utiliser à leur destruction. Est-il nécessaire d’avoir toute autre preuve pour démontrer que le magazine Catholic Mirror (qui signifie le cardinal et l'Église catholique en Amérique) attendait pour ceci, que celle fournie à la page 21 de cette brochure ? S'il vous plaît retournez voir cette page et voyez la citation découpée dans le New York Herald en 1874, et qui est maintenant présentée ainsi. Cela ne montre-il pas clairement que cette déclaration des évêques méthodistes, juste un temps comme celui-là ? Et plus que cela, les Protestants trouveront plus de choses semblables qui ont été ainsi mises en réserve, et qui seront encore utilisées d'une manière qui à la fois les surprendra et les confondra.

 

Ceci à présent est une controverse entre l'Église catholique et les Protestants. En tant que tels seulement reproduisons-nous ces éditoriaux du Catholic Mirror. Les points controversés sont des points qui sont revendiqués par les Protestants comme en leur faveur. L'argument est celui de l'Église catholique, la réponse incombe à ces Protestants qui observent le dimanche, pas à nous. Nous pouvons vraiment dire : "Ce n'est pas notre enterrement."

 

S’ils ne répondent pas, elle fera de leur silence leur confession que c’est juste, et elle l'utilisera contre eux en conséquence. S'ils répondent, elle va utiliser contre eux leurs propres mots, et si l'occasion l’exige, le pouvoir qu'ils ont mis dans ses mains. Alors que, dans la mesure où elle est concernée, si les Protestants répondent ou non, c'est tout pareil. Et comment elle fixe les yeux sur eux, et l'esprit dans lequel elle se propose de traiter avec eux désormais se manifeste clairement dans le défi lancé dans le dernier paragraphe des articles réimprimés.

 

Il ne reste plus qu’un refuge pour les Protestants. C'est-à-dire prendre position clairement et complètement sur "la parole écrite uniquement", "la Bible et la Bible seule", et donc sur le Sabbat du Seigneur. Ainsi, ne reconnaissant aucune autorité, sauf celle de Dieu, ne portant aucun signe, sauf le Sien (Ézéchiel 20:12, 20), obéissant à Son commandement, et protégé par Sa puissance, ils auront la victoire sur Rome et tous ses alliances, et se tiendront sur la mer de verre, portant les harpes de Dieu, avec qui leur triomphe sera jamais célébré. (Apocalypse 18 et 15:2-4).

 

Il n'est pas encore trop tard pour les Protestants de se racheter. Vont-ils le faire ? Vont-ils se tenir de façon systématique sur la profession protestante ? Ou vont-ils continuer à occuper la position "indéfendable, contradictoire en soi, et suicidaire" de prétendre être Protestants, se tenant tout de même sur une base catholique, recevant l’insulte catholique, et portant la condamnation catholique ? Prendront-ils en effet la parole écrite seulement, l’Écriture seule, comme leur seule autorité et leur seule norme ? Ou vont-ils encore tenir la doctrine et la pratique "indéfendables, contradictoires en soi, et suicidaires" consistant à suivre l'autorité de l'Église catholique et de porter le signe de son autorité ? Vont-ils observer le Sabbat du Seigneur, le septième jour, selon les Écritures ? Ou vont-ils observer le dimanche selon la tradition de l'Église catholique ?

 

Cher lecteur, que vas-tu faire ?

 

Annexe II

Depuis que la première édition de cette publication a été imprimée, ce qui suit a paru dans un éditorial dans le magazine Catholic Mirror le 23 décembre 1893 :

 

"L'avidité avec laquelle ces éditoriaux ont été recherchés, et l'apparition d'une réimpression d'eux par l'Association Internationale de la Liberté Religieuse, publiée à Chicago, intitulée ‘Le Défi de Rome : Pourquoi les Protestants Observent-Ils le Dimanche ?’ et mis en vente à Chicago, New York, Californie, Tennessee, Londres, Australie, Cape Town, en Afrique, et en Ontario, au Canada, ainsi que la demande continue, ont incité le Miroir à leur donner une forme permanente, et ainsi se conformer à la demande.

 

"Les pages de cette brochure dévoilent au lecteur une des contradictions les plus criantes imaginables qui existe entre la pratique et la théorie du monde protestant, et insensible à toute solution rationnelle, la théorie revendiquant la Bible seule comme enseignant, qui sans équivoque et le plus positivement commande que le samedi soit gardé "saint", alors que leur pratique prouve qu'ils ignorent totalement les exigences non équivoques de leur enseignant, la Bible, et occupant la base catholique pendant trois siècles et demi, par l'abandon de leur théorie, ils se tiennent devant le monde d'aujourd'hui les représentants d'un système le plus indéfendable, contradictoire en soi, et suicidaire que l'on puisse imaginer.

 

"Nous avons estimé que nous ne pouvons pas intéresser plus nos lecteurs qu’en produisant l’‘Annexe’, que l'International Religious Liberty Association, une organisation ultra-protestante, a ajouté à la réédition de nos articles. La lecture de l'Annexe confirmera le fait que notre argument est irréfutable, et que de se retirer du territoire catholique où ils sont c’est de se retirer du territoire catholique où ils ont été tapis pendant trois siècles et demi, et d'accepter leur propre enseignant, la Bible, de bonne foi, comme si clairement suggéré par l'auteur de l’‘Annexe’, à commencer immédiatement à observer le samedi, le jour prescrit par la Bible, de la Genèse à l'Apocalypse, ou, à abandonner la Bible comme leur seul enseignant, à cesser d'être des squatteurs, et une contradiction vivante de leurs propres principes, et obtenir des lettres d'adoption en tant que citoyens du royaume de Christ sur la terre - Son Église - ne plus être des victimes de l'auto-illusion et de l’auto-contradiction nécessaire.

 

"Les arguments contenus dans cette brochure sont solidement fondés sur la parole de Dieu, et ayant été étudiés de près avec la Bible à la main, ne laissent aucune échappatoire pour le Protestant consciencieux, sauf l'abandon de l’adoration du dimanche et le retour au samedi, sous les ordres de leur enseignant, la Bible, ou, ne voulant pas abandonner la tradition de l'Église catholique, qui enjoint l'observance du dimanche, et qu'ils ont accepté en opposition directe avec leur enseignant, la Bible, logiquement l'accepter dans tous ses enseignements. La raison et le bon sens exigent l'acceptation de l'une ou l'autre de ces alternatives : soit le Protestantisme et sanctifier le samedi, soit la Catholicité et l'observance du dimanche. Le compromis est impossible."

 

q