Les Églises Chrétiennes de Dieu

[257]

 

 

 

Le Deuxième Grand Commandement [257]

 

(Édition 3.0 19981008-19990526-20070228-20120804)

 

Le Deuxième Grand Commandement est semblable au Premier : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Les Dix Commandements ont été divisés en Deux Grands Commandements. Cette structure est facilement identifiable en ce que les quatre premiers commandements traitent de l’amour de Dieu et les six derniers traitent de l’amour du prochain.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1998, 1999, 2007, 2012 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 



Le Deuxième Grand Commandement [257]

 

 

[Cette étude doit être lue avant l’exposition du Cinquième et des Commandements subséquents].

 

Dieu a donné la structure de la Loi à Moïse dans Exode 20. Les Dix Commandements ont été divisés en deux Grands Commandements comme nous l’avons vu dans l’examen du Premier Grand Commandement (cf. l’étude : Le Premier Grand Commandement [252]).

 

Exode 20:1-17 Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant : 2 Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude.

 [I] 3 Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.

[II] 4 Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre : 5 Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent ; 6 et qui fais miséricorde jusqu’en mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements.

[III] 7 Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain.

[IV] 8 Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. 9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage : 10 Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes : 11 Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié.

[V] 12 Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne.

[VI] 13 Tu ne tueras point.

[VII] 14 Tu ne commettras point d’adultère.

[VIII] 15 Tu ne déroberas point.

[IX] 16 Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.

[X] 17 Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. (LSG)

 

La division de la Loi en deux Grands Commandements est donnée plus tard dans Deutéronome. La structure est clairement identifiable, en ce que les quatre premiers commandements traitent de l’amour de Dieu et les six autres commandements traitent de l’amour du prochain. La Loi a ensuite été inculquée à la population.

 

Notre devoir est avant tout envers Dieu et, ensuite, envers notre prochain. Notre devoir est de devenir un réceptacle convenable et digne pour le Dieu Vivant. Il est le Dieu des vivants et non pas des morts.

 

Matthieu 22:29-40 Jésus leur répondit : Vous êtes dans l'erreur, parce que vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu. 30 Car, à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. 31 Pour ce qui est de la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit : 32 Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob ? Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants. 33 La foule, qui écoutait, fut frappée de l'enseignement de Jésus. 34 Les pharisiens, ayant appris qu'il avait réduit au silence les sadducéens, se rassemblèrent, 35 et l'un d'eux, docteur de la loi, lui fit cette question, pour l'éprouver : 36 Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ? 37 Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. 38 C'est le premier et le plus grand commandement. 39 Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. (LSG)

 

La première section de la Loi traite de l’amour de Dieu. Cela est d’aimer de tout son cœur, pensée et âme. La deuxième section est d’aimer notre prochain comme nous-mêmes. Car si nous n’aimons pas notre prochain que nous voyons, comment pouvons-nous aimer Dieu que nous n’avons pas vu ?

1Jean 4:20-21 Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur ; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ? 21 Et nous avons de lui ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. (LSG)

 

La structure du Premier Grand Commandement forme la base du Deuxième Grand Commandement et sur ces deux commandements reposent toute la Loi et les prophètes. Ainsi, les Dix Commandements sont un sous-ensemble de ces deux, et le reste de la Loi est un sous-ensemble des dix.

 

Le Deuxième Grand Commandement est composé des six derniers des Dix Commandements. C’est dans notre exécution spirituelle du Deuxième Grand Commandement que nous démontrons notre capacité d’entrer en jugement, sur les aspects plus élevés de la Loi.

 

La structure du Deuxième Grand Commandement découle de la même séquence de façon de penser ou de logique, comme le Premier Grand Commandement. Tout comme Dieu est le principal au Premier, ainsi le père et la mère physiques sont principaux au Deuxième. La famille de Dieu comme élohim est l’objectif du Premier, et la famille de l'homme comme élohim est l’objectif du Deuxième Grand Commandement. Les deux Commandement proclament l’extension de Dieu (comme Éloah) pour devenir élohim de l’armée tant céleste que physique.

 

[V] 12 Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne.

 

Le Premier Commandement avec une promesse a rapport au plan de la vie éternelle en tant que élohim. Il devait en être ainsi depuis le commencement.

 

[VI] 13 Tu ne tueras point.

 

La capacité de tuer provient du péché et d’un désir de voir la destruction d’un autre être. Une telle vue est de l’adversaire. C’est la volonté de Dieu qu’aucune chair ne périsse, et donc ils seront amenés au salut en leur saison, même l’Armée. Car tel est le parfait amour de Dieu (cf. l’étude La Brebis perdue et le Fils Prodigue [199]).

 

[VII] 14 Tu ne commettras point d’adultère.

 

La protection de l’intégrité de la famille, et de la fidélité de ses membres est un reflet de l’intégrité et de la fidélité à Dieu. Le mariage est un reflet de la relation entre Christ et l’Église. Vous ne pouvez en enfreindre un sans faire des dommages à l’autre. Toute relation qui empiète sur l’intégrité de la famille, et réduit le rôle du mari en rapport à l’épouse, est quasi adultère. Ainsi, les églises qui placent le ministère dans une position qui empiète sur la relation entre le mari et l’épouse, sont adultères et ont l’effet de développer un esprit quasi adultère de la part de la femme. Le mari est le sacrificateur de sa propre maison, aussi longtemps qu’il obéit aux Lois de Dieu. Plusieurs du soi-disant Christianisme moderne développent cet esprit, et placent le sacerdoce ou le ministère, entre le mari et la femme. Certaines sectes pardonnent même, sur demande, l’adultère avec le ministère.

 

La grandeur de la secte, ou le célibat du clergé, semble n’être aucune limitation à cette pratique.

 

[VIII] 15 Tu ne déroberas point.

 

Le bien être de l’individu est reflété dans la structure de la Loi, en ce qui a trait à la capacité de protéger les individus dans leurs efforts personnels, et de la vie qu’ils sont obligés de construire. La société et sa structure organisée volent l’individu d’une façon plus systématique que les criminels ordinaires dans la société moderne. En ces derniers jours, l’oppression et le féodalisme sont de tout premier ordre, mais sont néanmoins efficaces. Nous sommes sur le point d’expérimenter toute l’horreur du faux système dans les derniers jours.

 

[IX] 16 Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.

 

Le système entier de justice repose sur la vérité. Le plan entier du salut ne peut seulement être fiable que s’il est basé sur, et protégé par, la vérité. Nous sommes obligés de témoigner du système de la Loi de Dieu et de Sa vérité.

 

[X] 17 Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. (LSG)

 

Les aspects spirituels de la Loi sont couverts dans cet aspect du Dixième Commandement, où toutes les infractions sont les produits de l’esprit et sont des infractions de la Loi entière. C’est seulement en résistant aux tentations de l’esprit, que nous pouvons vraiment apprendre à nous aimer les uns les autres, en esprit et en vérité.

 

1Corinthiens 13:1-13 Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. 2 Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. 3 Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien. 4 La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n'est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil, 5 elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne soupçonne point le mal, 6 elle ne se réjouit point de l'injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; 7 elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. 8 La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. 9 Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, 10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. 11 Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant. 12 Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face ; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu. 13 Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l'espérance, la charité ; mais la plus grande de ces choses, c'est la charité. (LSG)

 

La fin de la Loi est l’amour ou la charité. La Loi elle-même est conçue pour protéger à un niveau physique, ce que l’Esprit Saint a pour but d’inculquer à un niveau spirituel. L’un ne peut pas exister parfaitement sans l’autre. L’Esprit Saint est nécessaire pour être capable d’observer correctement la Loi Parfaite de Liberté.

 

La Loi Parfaite de Liberté de Dieu est élaborée pour nous établir dans une relation parfaite avec Lui et les uns avec les autres. Ainsi, le Cinquième et les Commandements subséquents vont à cette fin, que nous devrions aimer notre prochain comme nous-mêmes.

 

 

q