Les Églises Chrétiennes de Dieu

[259]

 

 

 

La Loi et le Sixième Commandement [259]

 

(Édition 3.0 19981009-20050810-20120804)

 

Il est écrit : Tu ne tueras point. Cette étude explique la structure entière de la Loi de Dieu telle qu'elle est appliquée à son Commandement, et telle qu’expliquée par les prophètes et les [deux] Testaments conformément à la lecture de la Loi dans les années de Sabbat.

 

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1998, 1999, 2005, 2012 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/french

 



La Loi et le Sixième Commandement [259]


Il est écrit dans Exode 20:13 et Deutéronome 5:17 : Tu ne tueras point”.

 

La préservation de la vie se poursuit à la préservation du corps. Elle concerne l’injonction d'être saint et de se sanctifier soi-même. Comme nous procédons du cinquième commandement, qui a établi la famille et la nation, ainsi de même la préservation de la famille et de la nation est enchâssée dans le sixième commandement.

 

Le deuil pour les morts tel que pratiqué parmi les nations ne doit pas être trouvé parmi les familles d'Israël (Lév. 19:28). La mort naturelle de l’individu est conformément au Plan de Dieu et rectifiée par la résurrection d’entre les morts, et Israël sera placé dans son propre territoire (cf. Ézéchiel 37:1-14 ; Apoc. 20:1-15).

 

Israël doit être sans tache et sans défaut et sa peau ne doit pas être marquée. Par conséquent, les tatouages et autres marques délibérées sur la peau sont interdits. Un esclave qui permettait de se faire percer l'oreille pour y placer une boucle était vu comme un signe de faiblesse.

 

L'origine et l'organisation de l'État

 

Le pouvoir de vie et de mort repose en Dieu comme nous l’avons vu de l’étude La Loi et le Cinquième Commandement [258].

 

Dieu décrète les familles en tant que la base sur laquelle l'État est construit. Il décrète les pouvoirs les plus élevés et tout pouvoir vient de Dieu.

 

Romains 13:1-7 Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n'y a point d'autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. 2 C'est pourquoi celui qui s'oppose à l'autorité résiste à l'ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. 3 Ce n'est pas pour une bonne action, c'est pour une mauvaise, que les magistrats sont à redouter. Veux-tu ne pas craindre l'autorité ? Fais-le bien, et tu auras son approbation. 4 Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car ce n'est pas en vain qu'il porte l'épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal. 5 Il est donc nécessaire d'être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience. 6 C'est aussi pour cela que vous payez les impôts. Car les magistrats sont des ministres de Dieu entièrement appliqués à cette fonction. 7 Rendez à tous ce qui leur est dû : l'impôt à qui vous devez l'impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l'honneur à qui vous devez l'honneur. (LSG)

 

Dieu a donné Son pouvoir à travers les tables de la loi qu'Il a données à Moïse (Deut. 9:11). Tous les rois sont ainsi exigés de faire leur propre copie de la loi avant qu’ils deviennent rois.

 

Deutéronome 17:18 Quand il s'assiéra sur le trône de son royaume, il écrira pour lui, dans un livre, une copie de cette loi, qu'il prendra auprès des sacrificateurs, les Lévites. (LSG)

 

Dieu a établi les anciens d'Israël dans le pays et la sagesse leur a été donnée par la puissance de l’Esprit Saint, tout comme Moïse avait reçu cette puissance.

 

Nombres 11:16-17 16 L'Éternel dit à Moïse : Assemble auprès de moi soixante-dix hommes des anciens d'Israël, de ceux que tu connais comme anciens du peuple et ayant autorité sur lui ; amène-les à la tente d'assignation, et qu'ils s'y présentent avec toi. 17 Je descendrai, et là je te parlerai ; je prendrai de l'esprit qui est sur toi, et je le mettrai sur eux, afin qu'ils portent avec toi la charge du peuple, et que tu ne la portes pas à toi seul. (LSG)

 

Selon Nombres 11:26, Dieu s’est aussi réservé deux prophètes à l’extérieur du Tabernacle d'Israël. Dieu ne fait rien sans avoir premièrement parlé à travers Ses serviteurs, les prophètes, qui sont ceux qu’Il choisit Lui-même parmi Son peuple. Ainsi de même, les juges exécutent la sentence pour le Seigneur (2 Chr. 19 :5-7).

 

Le roi est aussi choisi, et la puissance de l’Esprit lui est octroyée afin de gouverner Israël (cf. 1Sam. 10:1-7). Les chefs ou les dirigeants du ministère spirituel d'Israël doivent être choisis par tirage au sort (Actes 1:26). Actes 6:3-6 montre que les diacres et les anciens devaient être choisis parmi les frères. Les dirigeants physiques sont choisis par l’onction comme rois ou juges et par tirage au sort en tant que vote (cf. Osée 1:11 ; Luc 14:28 et aussi les notes en bas de page de la Companion Bible).

 

Deutéronome 1:9-14 Dans ce temps-là, je vous dis : Je ne puis pas, à moi seul, vous porter. 10 L'Éternel, votre Dieu, vous a multipliés, et vous êtes aujourd'hui aussi nombreux que les étoiles du ciel. 11 Que l'Éternel, le Dieu de vos pères, vous augmente mille fois autant, et qu'il vous bénisse comme il vous l'a promis ! 12 Comment porterais-je, à moi seul, votre charge, votre fardeau et vos contestations ? 13 Prenez dans vos tribus des hommes sages, intelligents et connus, et je les mettrai à votre tête. 14 Vous me répondîtes, en disant : Ce que tu proposes de faire est une bonne chose. (LSG)

 

Dans tout cela, il n’y a pas de fardeaux répartis inégalement parmi le peuple, ou parmi les juges, ou parmi les animaux, ou parmi tout être que ce soit, ou dans la base même de la loi (Deut. 22:10).

 

La Loi de Dieu ne doit pas être sous le joug des lois des nations ; elle ne doit pas non plus être diluée ou diminuée par les lois des nations. Le système de la Loi de Dieu, Son calendrier et Son système d’adoration ne doivent pas être sous le joug des non-croyants (2Cor. 6:14). L’administration et le système judiciaire de tous ceux qui gardent l’alliance doivent refléter fidèlement la Loi de Dieu.

 

Tout de la création doit être maintenu dans l’état pur tel qu’il a été créé. Il ne doit y avoir aucune confusion de la création de Dieu en mêlant, tel que dans la création de mulets, ou d’hybrides (Lév. 19:19). Ceux-ci sont interdits sous les lois de Dieu. Nous devons être un peuple pur et saint sous des lois pures et saintes. C’est aussi pour préserver la vie.

 

Un serviteur de Dieu qui est chargé d’exécuter les lois et de les faire respecter ou de les administrer doit recevoir sa récompense pour ses tâches hebdomadaires. On ne doit pas non plus priver un homme ou un animal de la jouissance de son travail.

 

Deutéronome 25:4 Tu n'emmuselleras point le bœuf, quand il foulera le grain. (LSG)

 

Est-ce que Dieu prend soin des bœufs seulement ? (cf. 1Cor. 9:9 ; 1Tim. 5:18 ; cf. Job 38:41 ; Matt. 6:26 ; 10:29). Toutes choses sont pourvues sous les lois de Dieu, si les nations les obéissent (Lév. 5:5-7). Les offrandes pour l'expiation et pour la transgression sont contenues dans le sacrifice du Messie.

 

La justice s’étend aux Païens et à l’ennemi, aussi bien à un frère (Deut. 22:1-4 ; Lév. 20:22-24).

 

Exode 23:4-5 Si tu rencontres le bœuf de ton ennemi ou son âne égaré, tu le lui ramèneras. 5 Si tu vois l'âne de ton ennemi succombant sous sa charge, et que tu hésites à le décharger, tu l'aideras à le décharger. (LSG)

 

De la même manière que nous devons être saints, de même aussi ceux qui demeurent avec nous doivent être saints ; nous sommes tous unis sous les lois de Dieu dans l’Esprit Saint.

 

2Corinthiens 6:14-18 Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité ? ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? 15 Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle ? 16 Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit : J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 17 C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux, et séparez-vous, dit le Seigneur ; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. 18 Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. (LSG)

 

Il est écrit : Tu ne haïras point ton frère dans ton cœur ; tu auras soin de reprendre ton prochain, mais tu ne te chargeras point d'un péché à cause de lui. Tu ne te vengeras point, et tu ne garderas point de rancune contre les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l'Éternel. Si un étranger vient séjourner avec vous dans votre pays, vous ne l'opprimerez point. Vous traiterez l'étranger en séjour parmi vous comme un indigène au milieu de vous ; vous l'aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte. Je suis l'Éternel, votre Dieu (Lév. 19:17-18, 33-34 ; Exode 22:21).

 

Le sixième commandement n’est pas seulement une injonction contre le fait de tuer. C’est une injonction de préserver la vie sainte pour le Seigneur, à l’intérieur des Lois du Dieu Vivant. La qualité ou les standards de vie ne peuvent pas être abaissés par l’injustice ou l’oppression ou par l’acception de personnes. Ainsi, la structure du commandement embrasse les concepts de l’attaque contre la personne et contre la propriété.

 

Les provisions pour l’infraction du sixième commandement

 

Deutéronome 19:1-13 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Quand Israël est établi, il doit allouer trois villes de refuge pour quiconque a tué un autre accidentellement, de sorte que la vengeance ne soit pas faite sur le moment. Il ne doit y avoir aucun sang innocent versé. Les commandements doivent être observés et trois autres villes de refuge doivent être ajoutées. Cependant, là où la mise à mort est délibérée (i.e. un meurtre), alors, cette personne doit être livrée pour le procès, et la punition est la mort.

 

Ainsi, à celui qui enfreint involontairement la loi doit être donnée la protection de l'État à l’intérieur des villes de refuge, si cela ne peut pas être garanti à l’intérieur des limites de la tribu. C’est la responsabilité de chaque individu et de l'État d’assurer la protection de tous les citoyens.

 

La perversion judaïque de la loi biblique

 

Donc, l’étranger ou l’immigré doit aussi recevoir la protection de l’individu dans la société et l’aide doit lui être offerte en cas d’accident. La perversion de la loi biblique s’est produite dans le Talmud juif à tel point qu’elle a attaqué la base même des Lois de Dieu. On peut voir à quel point pervers les enseignements rabbiniques sont devenus par cette citation de Maimonide : Mishneh Thorah Murderer 4,11.

 

Concernant les Gentils avec qui nous ne sommes pas en guerre….leur mort ne doit pas être causée, mais il est interdit de les sauver s'ils sont sur le point de mourir ; si, par exemple, l’un d’eux tombe à la mer, il ne doit pas être sauvé car il est écrit : ‘Tu ne t’élèveras point contre le sang de ton prochain [Lévitique 19:16] - mais le Gentil n’est pas ton prochain.

 

La Soncino ne fait aucune référence à l'interprétation rabbinique dans son texte parce que cette déformation inhumaine et injuste des Écritures est l’explication standard. La vraie citation est la suivante :

 

Lévitique 19:16 Tu ne répandras point de calomnies parmi ton peuple. Tu ne t'élèveras point contre le sang de ton prochain. Je suis l'Éternel. (LSG)

 

Ce texte (au v. 16 b) est compris comme l’échec de rendre assistance pour sauver une vie. La Chumash de Stone reconnaît cette compréhension et dit : Si la vie de quelqu’un est en danger, vous devez essayer de la sauver... Depuis l’époque de Jésus Christ, les juifs, dans les traditions, ont interprété prochain comme signifiant juif. Ceci est entré dans la pratique juive postérieure :

 

Le fait de profaner le Sabbat devient un devoir quand le besoin de sauver la vie d’un juif se présente. Le problème de sauver la vie d’un non juif, le jour du Sabbat, n’est pas soulevé dans le Talmud comme une question importante puisque, dans tout les cas, il est interdit de le faire même un jour de semaine (cf. ibid.).

 

Cette interprétation concernant les Païens est peut-être le renversement le plus méchant de l’intention des Écritures. C’est la raison pour laquelle Christ a donné la parabole du Bon Samaritain, car cette attitude était entrée dans le Judaïsme même dans la période du Temple au premier siècle de notre ère.

 

La soi-disant tradition Loi Orale qui, paraît-il, a interprété ou influencé la Mishnah à partir de laquelle sont dérivés les Talmuds de Jérusalem et babylonien, était, en réalité, une série d’interprétations écrites. Elles ont été écrites pour justifier des traditions introduites au plus tôt dès 160 AEC (Avant l’Ère Courante). Elles n’ont certainement jamais été comprises dans l’histoire d'Israël et certainement pas à partir de Moïse, comme la Bible le montre elle-même. Israël avait souvent oublié la loi écrite, sans parler de la soi-disant loi Orale. Ces traditions étaient en grande partie contradictoires et beaucoup d’entre elles étaient des perversions de façon flagrante de l’Écriture.

 

Luc 10:25-37 Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l'éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? 26 Jésus lui dit : Qu'est-il écrit dans la loi ? Qu'y lis-tu ? 27 Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même. 28 Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras. 29 Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ? 30 Jésus reprit la parole, et dit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort. 31 Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. 32 Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre. 33 Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit. 34 Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. 35 Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l'hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. 36 Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ? 37 C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même. (LSG)

 

À aucun autre endroit les traditions juives n’ont autant perverti la loi que dans cette compréhension de l’obligation de préserver la vie et la présomption d’innocence.

 

La présomption d’innocence

 

La présomption d’innocence est inhérente dans la Bible et nul ne peut être mis à mort ou puni sauf par le témoignage de deux ou trois témoins. Cela se retrouve partout à travers la Bible dans tous les aspects. Pourtant, la Mishnah introduit le concept exactement opposé dans la Quatrième Division : l’Ordre des Dommages Sanhédrin 4:1 E(2).

 

Dans les causes concernant la propriété, ils commencent (argumentent) la cause pour l’acquittement ou pour la conviction, alors que dans les causes impliquant la peine capitale, ils commencent seulement la cause pour l’acquittement et pas pour la conviction.

(cf. The Mishnah A New Translation, Jacob Neusner, Yale University Press, New Haven and London, 1988, p. 589).

 

Dans toutes les causes, la présomption d’innocence demande que les charges soient données et ensuite entendues et établies par la parole de deux témoins et qu’il soit donné à l’accusé l’opportunité de les réfuter devant un tribunal composé de juges désignés et impartiaux dans tous les aspects, ne faisant pas acception de personnes. Durant la période du Temple, les causes concernant la propriété étaient entendues par un tribunal de trois juges et toutes les causes impliquant la peine capitale étaient entendues par au moins vingt-trois membres du Sanhédrin, comme la Mishnah l’indique elle-même (ibid., D(1)). Ainsi, toute décision dans les causes concernant la propriété pouvait être appelée devant un tribunal, lorsqu’elle avait été déléguée pour les auditions préliminaires. Toutes les causes impliquant la peine capitale devaient être entendues devant un minimum de vingt-trois membres du Sanhédrin même, parce que cela impliquait la peine de mort. Les appels étaient permis dans les causes avec témoins et aussi avec preuves, dès cette époque-là (Mishnah, ibid).

 

Pour cette raison, les assertions insidieuses des soi-disant lois Noahides, que le Judaïsme essaie d’établir à partir du Talmud et qui permettent la conviction sur la déposition d’un témoin, sont contraires à la justice et aux Lois de Dieu. Ces idées et ces pratiques sont insidieuses, non bibliques et injustes. Ces mêmes concepts injustes sont à la base des systèmes judiciaires européens modernes où la personne est coupable jusqu’à ce que son innocence soit prouvée. Des listes de suspects peuvent être compilées et diffusées sans procès ou preuves ou jugement. Le Royaume Uni a adopté cette iniquité parmi ses systèmes de maintien de l’ordre sans un murmure. Les résultats et les réformes de la Guerre Civile Anglaise et des époques subséquentes sont perdus sans gémissement par des raisonnements puérils. Les gens qui ont accès aux dossiers peuvent détruire leurs ennemis et il n’y a aucune justice. À cause de cela, ainsi que les meurtres et l’injustice qu’il a permis, le Saint empire Romain a été détruit et la Révolution a changé l’Europe en 1850 (cf. Malachi Martin, The Decline and Fall of the Roman Church, Secker and Warburg, London, 1982, pp. 250-256 et suivantes). À son tour, le Christianisme a perverti la loi autant sinon plus qu’avait fait le Judaïsme rabbinique. La Loi de Dieu n’a jamais été fidèlement exécutée, sauf sous Moïse et David et durant les courtes restaurations occasionnelles. Le Christianisme n'a jamais vraiment été essayé et, encore moins, testé correctement.

 

De la même façon, quand Mouhammad a essayé de réintroduire la Loi de Dieu, et les Quatre Califes Correctement Guidés ont essayé de la mettre en application, elle a été sapée et détruite. La durée de l’Islam a été aussi courte que le royaume de David. L’Islam a été détruit par les Hadith, comme les Conciles avaient détruit le Christianisme, et la tradition et le Talmud avaient détruit la Loi et développé le Judaïsme. Babylone a régné pendant des milliers d’années. C'est la religion du dieu de ce monde qui régnera jusqu’à la restauration qui vient.

 

La responsabilité de donner la vie

 

Avec le concept du contrôle légitime de la vie, nous avons aussi le concept de donner la vie ou de faire vivre.

 

Deutéronome 32:39 Sachez donc que c'est moi qui suis Dieu, et qu'il n'y a point de dieu près de moi ; Je fais vivre et je fais mourir, Je blesse et je guéris, et personne ne délivre de ma main. (LSG)

 

Dieu n’a pas un autre dieu avec Lui mais plutôt Lui seul est Dieu et donne la vie et ôte la vie. Dans Sa main est le jugement. Ainsi, le fait d’ôter la vie dans la création à partir de la chute est rectifié en donnant la vie à la résurrection (consulter les études : La Doctrine du Péché Originel Partie I Le Jardin d’Éden [246], La Doctrine du Péché Originel Partie 2 Les Générations d’Adam [248] et La Résurrection des Morts [143]). Dieu est ainsi assujetti à Ses propres lois et fait la restitution pour toutes actions qu’Il a faites, ou ordonnées, dans le processus de la création.

 

1Samuel 2:6  L'Éternel fait mourir et il fait vivre. Il fait descendre au séjour des morts et il en fait remonter. (LSG)

(cf. Ésaïe 43:13).

 

Yahovah-élohim a insufflé de vie dans les narines d’Adam (Genèse 2:7). Donc aussi à travers le même élohim nous recevons aussi le souffle de l’Esprit Saint (cf. Jean 20:22-23).

 

Dieu condamne les gens à la mort pour le péché et l’infraction de la loi. De là, nous voyons que l’infraction du sixième commandement porte la peine de mort, qui est la sanction pour chaque cas des commandements de Dieu. La punition suprême pour l’infraction de la loi est la mort, du premier commandement jusqu’au dixième (Exode 22:22-24 ; Deut. 24:14-17). Les commandements sont basés sur la restitution et la restauration mais la peine pour l’infraction répétée et le refus d’obéir est la mort dans chaque cas.

 

La nation a l’obligation de maintenir en vie les natifs, les étrangers et les immigrés dans son territoire.

 

Lévitique 19:9-10 Quand vous ferez la moisson dans votre pays, tu laisseras un coin de ton champ sans le moissonner, et tu ne ramasseras pas ce qui reste à glaner. 10 Tu ne cueilleras pas non plus les grappes restées dans ta vigne, et tu ne ramasseras pas les grains qui en seront tombés. Tu abandonneras cela au pauvre et à l'étranger. Je suis l'Éternel, votre Dieu. (LSG)

 

La loi prévoit la protection des personnes handicapées contre l'agression et ceux qui en prendraient avantage.

 

Lévitique 19:14 Tu ne maudiras point un sourd, et tu ne mettras devant un aveugle rien qui puisse le faire tomber ; car tu auras la crainte de ton Dieu. Je suis l'Éternel. (LSG)

 

La préservation de la vie et de la famille

 

Lévitique 25:35-43 Si ton frère devient pauvre, et que sa main fléchisse près de toi, tu le soutiendras ; tu feras de même pour celui qui est étranger et qui demeure dans le pays, afin qu'il vive avec toi. 36 Tu ne tireras de lui ni intérêt ni usure, tu craindras ton Dieu, et ton frère vivra avec toi. 37 Tu ne lui prêteras point ton argent à intérêt, et tu ne lui prêteras point tes vivres à usure. 38 Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d'Égypte, pour vous donner le pays de Canaan, pour être votre Dieu. 39 Si ton frère devient pauvre près de toi, et qu'il se vende à toi, tu ne lui imposeras point le travail d'un esclave. 40 Il sera chez toi comme un mercenaire, comme celui qui y demeure ; il sera à ton service jusqu'à l'année du jubilé. 41 Il sortira alors de chez toi, lui et ses enfants avec lui, et il retournera dans sa famille, dans la propriété de ses pères. 42 Car ce sont mes serviteurs, que j'ai fait sortir du pays d'Égypte ; ils ne seront point vendus comme on vend des esclaves. 43 Tu ne domineras point sur lui avec dureté, et tu craindras ton Dieu. (LSG)

 

L'usure est interdite à tous ceux de la foi, car, par celle-ci, nous nous opprimons les uns les autres. Nous avons tous été rachetés, et donc, nous devrions tous rendre gloire à Dieu en protégeant les uns les autres (1Cor. 6:20 ; cf. Exode 22:21). Car Dieu est élohe des élohim ou Dieu des dieux et Seigneur des seigneurs (adonaï des adonim) (Deut. 10:17-19, cf. la note en bas de page de la Companion Bible).

 

La nation et la personne doivent être maintenues en vie, dans la liberté sous des lois justes.

 

Exode 21:1-6 Voici les lois que tu leur présenteras. 2 Si tu achètes un esclave hébreu, il servira six années ; mais la septième, il sortira libre, sans rien payer. 3 S'il est entré seul, il sortira seul ; s'il avait une femme, sa femme sortira avec lui. 4 Si c'est son maître qui lui a donné une femme, et qu'il en ait eu des fils ou des filles, la femme et ses enfants seront à son maître, et il sortira seul. 5 Si l'esclave dit : J'aime mon maître, ma femme et mes enfants, je ne veux pas sortir libre, - 6 alors son maître le conduira devant Dieu, et le fera approcher de la porte ou du poteau, et son maître lui percera l'oreille avec un poinçon, et l'esclave sera pour toujours à son service. (LSG)

 

Ce poinçon est une marque de honte. Dans la septième année, si un esclave veut s'en aller libre, le maître devrait le libérer ainsi que sa femme. Aucun maître ne peut opprimer l'esclave [ou l’ouvrier] (il ou elle) ; ce dernier doit recevoir une juste récompense pour ses (il ou elle) services (Deut. 15:12-15). 

 

Comment un homme peut-il être libéralement restauré et ses besoins pourvus à moins que sa femme et ses enfants aussi soient libres ? Ceci est la loi qui demande une restauration équitable et juste. Le point à être fait est que la servitude de lui est conditionnelle. Le maître n’est pas puni pour la générosité de son cadeau original si c’était fait en service. Ces lois sont limitées aujourd’hui mais seulement dans un sens général ce siècle-ci. La servitude et l’esclavage étaient communs jusqu’au dix-neuvième siècle.

 

La loi s’applique à tous les membres de la famille et la nation, et la responsabilité est sur les chefs et les propriétaires, d’assurer le bien-être de tous ceux qui sont à l’intérieur de leur territoire.

 

Exode 23:10-11 Pendant six années, tu ensemenceras la terre, et tu en recueilleras le produit. 11 Mais la septième, tu lui donneras du relâche et tu la laisseras en repos ; les pauvres de ton peuple en jouiront, et les bêtes des champs mangeront ce qui restera. Tu feras de même pour ta vigne et pour tes oliviers. (LSG)

 

Par conséquent, nous ne devons pas tuer par négligence ou la faim dans tous nos territoires (cf. Lév. 19:9-10).

 

La responsabilité est de faire vivre toutes les parties de la communauté à l’intérieur de la sphère d’influence de l’individu. Aimer son prochain comme soi-même est un commandement qui s’étend à tous ceux dans notre sphère d'influence. (cf. la Parabole du Bon Samaritain ; Luc 10:30-37).

 

Notre soutien de notre prochain doit s’étendre au point que notre propre négligence doit être prise au secours du pauvre.

 

Deutéronome 24:19-22 Quand tu moissonneras ton champ, et que tu auras oublié une gerbe dans le champ, tu ne retourneras point la prendre : elle sera pour l'étranger, pour l'orphelin et pour la veuve, afin que l'Éternel, ton Dieu, te bénisse dans tout le travail de tes mains. 20 Quand tu secoueras tes oliviers, tu ne cueilleras point ensuite les fruits restés aux branches : ils seront pour l'étranger, pour l'orphelin et pour la veuve. 21 Quand tu vendangeras ta vigne, tu ne cueilleras point ensuite les grappes qui y seront restées : elles seront pour l'étranger, pour l'orphelin et pour la veuve. Tu te souviendras que tu as été esclave dans le pays d’Egypte ; c’est pourquoi je te donne ces commandements à mettre en pratique. (LSG)

Comparer aussi l’étude Ruth (No. 027).

 

Dieu a protégé Israël dans tous ses vagabondages pour le garder vivant à titre d’exemple pour nous. Moïse raconte les vagabondages d'Israël dans Deutéronome 1:1-46. Dieu s’assure que tous reçoivent de leur abondance dans leurs habitations, et Il bénit selon l'obéissance de la nation envers Lui. Le bétail et le butin ont été pris sauf dans les cas où Dieu a donné des ordres l’interdisant expressément (Deut. 2:1-37). Le peuple ne doit pas avoir peur, puisque ses ennemis seraient vaincus et devaient être complètement détruits. (Deut. 3).

 

Tout Israël est commandé d’aider les tribus dans toute leur possession ainsi qu’à prendre leur héritage. Aucune tribu ne doit refuser d’aider une autre dans l’exécution juste de la volonté de Dieu, et l’établissement de la nation d'Israël. Aucune personne ne refusera d’aider quiconque à l’intérieur des tribus pour rester en vie, et aucune personne n’opprimera, ne vexera ou ne frustrera une autre personne. Aucune personne ne doit diminuer la vie d’une autre par l’usure ou toute forme d’oppression.

 

Le droit à la vie et le droit de tuer appartiennent à Dieu

 

Dieu établit tout pouvoir et toute autorité. Le magistrat manie l’épée par la volonté de Dieu (cf. Rom. 13:1-7).

 

Tite 3:1-3 Rappelle-leur d’être soumis aux magistrats et aux autorités, d'obéir, d'être prêts à toute bonne oeuvre, 2 de ne médire de personne, d'être pacifiques, modérés, pleins de douceur envers tous les hommes. 3 Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l'envie, dignes d'être haïs, et nous haïssant les uns les autres. (LSG)

 

Nous devons rendre hommage et honneur à celui que Dieu a élevé et à qui cela est dû. Cependant, la nation a le droit de préserver la vie oppressée par des lois injustes (cf. Ex. 11:1-10).

 

La mort est symbolique, et le sang est utilisé pour indiquer la venue du Messie, dont le sang versé indiquait le fait de rendre vivante toute la race humaine. Le système sacrificiel a été institué pour pointer vers l’engagement à Dieu de la structure entière dans l’obéissance. De la même manière que la nation d'Israël a été maintenue en vie et a été sortie d'Égypte par le sacrifice du sang de l’agneau de la Pâque, de même le monde est aussi maintenu en vie par le sacrifice du Messie. Le sacrifice n'est pas une soif de sang dans l’esprit de Dieu, mais plutôt un test d’empressement de la part de Ses fils de sacrifier leurs vies les uns pour les autres.

 

Exode 29:11-12 Tu égorgeras le taureau devant l'Éternel, à l'entrée de la tente d'assignation. 12 Tu prendras du sang du taureau, tu en mettras avec ton doigt sur les cornes de l'autel, et tu répandras tout le sang au pied de l'autel. (LSG)

 

Le Messie est entré dans le Saint des Saints une fois pour toutes avec son propre sang. Il a de la sorte ouvert le chemin pour que nous puissions y entrer et que nous devenions fils de Dieu avec puissance par la résurrection des morts, comme cohéritiers avec Christ (cf. Romains 1:4 ; Hébreux 9:12). Le tabernacle était une réplique du sanctuaire céleste. Le Temple nous représentait en tant que le Temple spirituel, lequel Temple nous sommes (1Cor. 3:16-17).

 

Israël a marché dans le désert pendant quarante ans, et tous ceux qui n'ont pas voulu partager la promesse sont morts dans le désert. Seulement Caleb et Joshua (Josué) ont survécu. Ce fait représentait ceux d'Israël qui n'accepteraient pas la promesse. Les tribus ont mangé de la manne durant toute cette période-là et ils ont bu de ce rocher spirituel qui était Christ. Il leur est apparu en tant que le Capitaine de l'Armée de l’Éternel pour les établir dans leur héritage à Jéricho, après leur circoncision à Guilgal.

 

Le Temple physique a été établi pour durer jusqu'au Messie et ensuite le physique a cédé au spirituel. L'église entière, pendant les quarante jubilés dans le désert, n'avait pas d’autre sacrifice que les élus. Les 144000 étaient les sacrifices des Sabbats, des Nouvelles Lunes et des Jours Saints. Le sacrifice quotidien pointait vers la grande multitude et la nuit vient avant le jour, le soir avant le matin. C'est pourquoi, il n’y a seulement qu’un sacrifice dans le Temple à Ézéchiel, parce que la grande partie de la récolte est déjà morte, et seulement ceux de la première résurrection sont ressuscités. D’autres sont à venir (Apoc. 20:4-15). Le sacrifice du soir est déjà ressuscité en tant que la grande multitude dans la première résurrection (Apoc. 7:9ff.). Par conséquent, le sacrifice du matin, qui est aussi l'aube sous l’Étoile du Matin, est le seul des deux sacrifices quotidiens entrepris dans le système millénaire (cf. Ézéchiel 46:13-15). La longue nuit est passée. C'est aussi la raison pour laquelle il n'y a pas de sacrifice permis durant la longue nuit des quarante jubilés dans le désert, parce que la récolte est en cours et ils sont tous des pierres vivantes du Temple durant cette période.

 

Ézéchiel 46:13-15 Tu offriras chaque jour en holocauste à l'Éternel un agneau d'un an, sans défaut ; tu l'offriras tous les matins. 14 Tu y joindras pour offrande, tous les matins, un sixième d'épha, et le tiers d'un hin d'huile pour pétrir la farine. C'est l'offrande à l'Éternel, une loi perpétuelle, pour toujours. 15 On offrira, tous les matins, l'agneau et l'offrande avec l'huile, comme holocauste perpétuel. (LSG)

 

Le système sacrificiel pointe vers chaque aspect de la grâce salutaire de Dieu dans la rédemption du sacrifice du Messie. Il n'y avait pas un jour sans sacrifice durant la période entière du Temple. Quand le Temple à Jérusalem fut détruit, il y en avait toujours un à Éléphantine en Égypte durant la captivité babylonienne. Éléphantine fut lui-même détruit et le sacrifice limité là-bas, par la suite. Le Temple fut aussi construit par Onias IV à Léontopolis dans l’ancienne région du Goshen, conformément à la prophétie d'Ésaïe 19:19 concernant les profanations qui devaient avoir lieu plus tard jusqu'à la destruction de Jérusalem en 70 EC (Ère Courante). Le Temple à Léontopolis fut fermé par l'ordre de Vespasien en 71 EC (cf. Le Signe de Jonas et l'Histoire de la Reconstruction du Temple [013]).

 

La période du Temple a duré mille ans, à partir de sa construction sous Salomon jusqu'à l'établissement du Messie en tant que Souverain Sacrificateur et de l'Église en tant qu'un sacerdoce sous l'ordre de Melchisédek. Ces mille ans étaient la période de vingt jubilés, symbolisée par les sacrifices du soir. L'Église est ensuite entrée dans le désert dans la longue nuit pendant laquelle il n'y avait pas de Temple physique et les sacrifices étaient les 144000 constitués des soixante douze par an (correspondant au nombre des sacrifices hebdomadaires, mensuels et des Jours Saints) sélectionnés au cours des deux mille ans ou des quarante jubilés. Les élus étaient les sacrifices vivants, et la grande multitude qui se tient avec eux d’Apocalypse 7:1-17 était les sacrifices quotidiens qu’aucun ne peut dénombrer. Ils se sont endormis” dans le Seigneur pour la première résurrection, d’où le symbolisme.

 

Les sacrifices du matin qui sont spécifiés dans le Temple d'Ézéchiel représentent la dernière période millénaire du règne de Jésus-Christ et des élus. Cette dernière période de vingt jubilés ou de mille ans, constituant la période de quatre mille ans du Temple, se termine par la seconde résurrection et le Jugement et la venue du Seul Vrai Dieu dans la Gloire de la Cité de Dieu (cf. Lév. 1:1-17 et les études Les Grandes Lignes de la Chronologie de l’Âge [272] et La Cité de Dieu [180]). Les offrandes devaient être faites à partir des troupeaux (agneaux, chèvres ou bétail) ou des volailles et être sans défaut, et les offrandes devaient être volontaires. Les sacrificateurs devaient s’en charger tel que prescrit.

 

À part les sacrifices des élus les uns pour les autres, aucun sacrifice n'a été permis d’être offert pendant deux mille ans. Le Temple a été délibérément détruit par l'autorité de Dieu et le sacrifice n’a pu être offert. Tous ceux qui ont essayé de réintroduire le sacrifice ont été tués, ou envoyés en captivité. Le salut est offert aux Gentils et à tout Israël. Ceux, qui essaient d'oppresser les Gentils sous la loi sont détruits ou punis.

 

Les offrandes pour le Seigneur (Lév. 2:1-16) ne sont plus faites par le sacerdoce d'Aaron mais par le sacerdoce de Melchisédek (cf. Psaume 110:4). Ils sont sans généalogie, sans détermination par la mère ou le père, mais ils sont sacrificateurs pour toujours sous leur Souverain Sacrificateur, qui est le Messie (cf. Hébreux 7:1-22).

 

Les sacrifices étaient pour le sacerdoce dans l'ancien système (Lév. 3:1-17 ; 4:1-35). Les sacrifices sont le sacerdoce dans le nouveau système.

 

Nous sommes rendus entiers par le sacrifice du Messie. La loi est écrite dans nos cœurs et dans nos esprits (Hébreux 8:8-13). Nos offrandes sont de restauration parce que notre Souverain Sacrificateur est assis à la droite de Dieu (Hébreux 8:1 ff.). Toutes choses qui sont tuées, sont tuées sous l'autorité et pouvoir de Dieu. Tout ce qui vit appartient à Dieu, le bétail appartenant à Dieu, et les chaudières à Jérusalem dans la restauration seront saintes pour le Seigneur de même que toute vie. C'est Lui qui ordonne que cela soit tué. Le sacrifice du Messie et l’offrande pour la transgression étaient l'exigence pour le nouveau sacerdoce entier. Aucune personne ne peut être un sacrificateur sauf par l'offrande du Messie pour la transgression. Il est l’offrande de paix qui nous réconcilie avec Dieu, tel que démontré dans Lévitique 7.

 

Ainsi est sanctifié par conséquent le sacerdoce par les offrandes qui sont toutes reflétées dans le Messie. Le sacerdoce doit être lavé dans les eaux du baptême et revêtu de vêtements sans tache lavés dans le sang de l’agneau, et ils sont ainsi préparés en tant que sacrificateurs. Le sacerdoce a été sanctifié en commençant avec Moïse (Lév. 8:1-36), qui a dit qu'un prophète “comme lui” devait être suscité. À travers ce dernier prophète la race humaine entière devait être rendue vivante. À partir du Messie, le sacerdoce a commencé à être préparé et mis en place. C’est ce que Moïse indiquait, et ce qui a été accompli dans l’église.

 

La sanctification du sacerdoce est faite de la même façon que la sanctification du Temple (cf. l’étude La Sanctification du Temple de Dieu [241]. Ils [les sacrificateurs] sont sans levain, étant libérés du levain de la malice et de la méchanceté, et ils attendent le nouveau levain de l’Esprit Saint. À partir du premier jour du Premier mois appelé Abib ou Nissan, jusqu’au septième jour du Premier mois, le sacerdoce et les élus sanctifient le Temple, et ensuite les simples et ensuite ceux qui sont dans l’erreur au dernier (i.e. septième) jour. Le sacerdoce est le Temple sous l’ordre de Melchisédek.

 

La tradition de l’observance du Nouvel An le premier jour du Septième mois, appelé Rosh Hashanah, contrairement à l'ordre express de Dieu dans la loi, n'est pas entrée dans le Judaïsme avant le troisième siècle de notre ère selon le Rabbin Kohn, le Grand Rabbin à Budapest (cf. The Sabbatarians in Transylvania, [1894] éd., W. Cox, tr. T. McElwain et B. Rook, 1998, Publications CCG, pp. v. etc.). Rosh Hashanah n'a jamais été observé dans la période du Temple. Le symbolisme entier de la Sanctification du Temple empêchait un tel concept.

 

Lévitique 9:1-24 Le huitième jour, Moïse appela Aaron et ses fils, et les anciens d’Israël. 2 Il dit à Aaron : Prends un jeune veau pour le sacrifice d’expiation, et un bélier pour l’holocauste, l’un et l’autre sans défaut, et sacrifie-les devant l’Éternel. 3 Tu parleras aux enfants d’Israël, et tu diras : Prenez un bouc, pour le sacrifice d’expiation, un veau et un agneau, âgés d’un an et sans défaut, pour l’holocauste ; 4 un bœuf et un bélier, pour le sacrifice d’actions de grâces, afin de les sacrifier devant l’Éternel ; et une offrande pétrie à l’huile. Car aujourd’hui l’Éternel vous apparaîtra. 5 Ils amenèrent devant la tente d’assignation ce que Moïse avait ordonné ; et toute l’assemblée s’approcha, et se tint devant l’Éternel. 6 Moïse dit : Vous ferez ce que l’Éternel a ordonné ; et la gloire de l’Éternel vous apparaîtra. 7 Moïse dit à Aaron : Approche-toi de l’autel ; offre ton sacrifice d’expiation et ton holocauste, et fais l’expiation pour toi et pour le peuple ; offre aussi le sacrifice du peuple, et fais l’expiation pour lui, comme l’Éternel l’a ordonné. 8 Aaron s’approcha de l’autel, et il égorgea le veau pour son sacrifice d’expiation. 9 Les fils d’Aaron lui présentèrent le sang ; il trempa son doigt dans le sang, en mit sur les cornes de l’autel, et répandit le sang au pied de l’autel. 10 Il brûla sur l’autel la graisse, les rognons, et le grand lobe du foie de la victime expiatoire, comme l’Éternel l’avait ordonné à Moïse. 11 Mais il brûla au feu hors du camp la chair et la peau. 12 Il égorgea l’holocauste. Les fils d’Aaron lui présentèrent le sang, et il le répandit sur l’autel tout autour. 13 Ils lui présentèrent l’holocauste coupé par morceaux, avec la tête, et il les brûla sur l’autel. 14 Il lava les entrailles et les jambes, et il les brûla sur l’autel, par dessus l’holocauste. 15 Ensuite, il offrit le sacrifice du peuple. Il prit le bouc pour le sacrifice expiatoire du peuple, il l’égorgea, et l’offrit en expiation, comme la première victime. 16 Il offrit l’holocauste, et le sacrifia, d’après les règles établies. 17 Il présenta l’offrande, en prit une poignée, et la brûla sur l’autel, outre l’holocauste du matin. 18 Il égorgea le bœuf et le bélier, en sacrifice d’actions de grâces pour le peuple. Les fils d’Aaron lui présentèrent le sang, et il le répandit sur l’autel tout autour. 19 Ils lui présentèrent la graisse du bœuf et du bélier, la queue, la graisse qui couvre les entrailles, les rognons, et le grand lobe du foie ; 20 ils mirent les graisses sur les poitrines, et il brûla les graisses sur l’autel. 21 Aaron agita de côté et d’autre devant l’Éternel les poitrines et l’épaule droite, comme Moïse l’avait ordonné. 22 Aaron leva ses mains vers le peuple, et il le bénit. Puis il descendit, après avoir offert le sacrifice d’expiation, l’holocauste et le sacrifice d’actions de grâces. 23 Moïse et Aaron entrèrent dans la tente d’assignation. Lorsqu’ils en sortirent, ils bénirent le peuple. Et la gloire de l’Éternel apparut à tout le peuple. 24 Le feu sortit de devant l’Éternel, et consuma sur l’autel l’holocauste et les graisses. Tout le peuple le vit ; et ils poussèrent des cris de joie, et se jetèrent sur leur face.

 

À partir de la sanctification et de la mise à part des élus, les gens sont bénis de nouveau en séquence. La nation et la terre ne peuvent pas être touchées avant que le dernier des élus soit baptisé, scellé et mis à part, et ensuite, la fin viendra (Apoc. 7:3-4).

 

Tout abattage est pour le Seigneur, et le sang doit être payé avec le sang, à moins qu’il soit fait saint pour le Seigneur.

 

Lévitique 17:1-6 L’Éternel parla à Moïse, et dit : 2 Parle à Aaron et à ses fils, et à tous les enfants d’Israël, et tu leur diras : Voici ce que l’Éternel a ordonné. 3 Si un homme de la maison d’Israël égorge dans le camp ou hors du camp un bœuf, un agneau ou une chèvre, 4 et ne l’amène pas à l’entrée de la tente d’assignation, pour en faire une offrande à l’Éternel devant le tabernacle de l’Éternel, le sang sera imputé à cet homme ; il a répandu le sang, cet homme-là sera retranché du milieu de son peuple. 5 C’est afin que les enfants d’Israël, au lieu de sacrifier leurs victimes dans les champs, les amènent au sacrificateur, devant l’Éternel, à l’entrée de la tente d’assignation, et qu’ils les offrent à l’Éternel en sacrifices d’actions de grâces. 6 Le sacrificateur en répandra le sang sur l’autel de l’Éternel, à l’entrée de la tente d’assignation ; et il brûlera la graisse, qui sera d’une agréable odeur à l’Éternel.

 

Donc, tout est fait pour la grande gloire de Dieu. L’abattage des animaux doit aussi être fait sous la supervision du sacrificateur. Dans la restauration, tout abattage d’animaux sera comme sacrifices saints pour le Seigneur, et les chaudières aussi seront saintes à l’Éternel (Zach. 14:20-21 ; cf. l’étude Le Végétarisme et la Bible [183]).

 

Le fait d’ôter toute vie est fait par l'autorité de Dieu. Le sang est la vie et il doit être répandu par terre.

 

Deutéronome 12:20-28 Lorsque l'Éternel, ton Dieu, aura élargi tes frontières, comme il te l'a promis, et que le désir de manger de la viande te fera dire : Je voudrais manger de la viande ! tu pourras en manger, selon ton désir. 21 Si le lieu que l'Éternel, ton Dieu, aura choisi pour y placer son nom est éloigné de toi, tu pourras tuer du gros et du menu bétail, comme je te l'ai prescrit, et tu pourras en manger dans tes portes selon ton désir. 22 Tu en mangeras comme on mange de la gazelle et du cerf ; celui qui sera impur, et celui qui sera pur en mangeront l'un et l'autre. 23 Seulement, garde-toi de manger le sang, car le sang, c'est l'âme ; et tu ne mangeras pas l'âme avec la chair. 24 Tu ne le mangeras pas : tu le répandras sur la terre comme de l'eau. 25 Tu ne le mangeras pas, afin que tu sois heureux, toi et tes enfants après toi, en faisant ce qui est droit aux yeux de l'Éternel. 26 Mais les choses que tu voudras consacrer et les offrandes que tu feras en accomplissement d'un vœu, tu iras les présenter au lieu qu'aura choisi l'Éternel. 27 Tu offriras tes holocaustes, la chair et le sang, sur l'autel de l'Éternel, ton Dieu ; dans tes autres sacrifices, le sang sera répandu sur l'autel de l'Éternel, ton Dieu, et tu mangeras la chair. 28 Garde et écoute toutes ces choses que je t'ordonne, afin que tu sois heureux, toi et tes enfants après toi, à perpétuité, en faisant ce qui est bien et ce qui est droit aux yeux de l'Éternel, ton Dieu. (LSG)

 

Le droit de l'État d’ôter la vie

 

Le droit d’ôter la vie est conféré à l'État, mais c’est délégué à l'individu dans certaines circonstances. Sous la loi, il y a un Goel désigné comme vengeur du sang, ou comme sauveur à Israël, ou comme un payeur de rançon. La première mention est dans Genèse 48:16 où cela s’applique à l’Ange de la Rédemption qui était élohim d'Israël. L’occurrence suivante du terme est dans Exode 6:6 et 15:3, où le Messie était le sauveur et l'homme de guerre, pour ceux qui n’étaient pas d’Israël. Le terme est alors appliqué au vengeur de sang sous la loi dans Nombres 35:12, 19 (voir Nombres 35 ci-dessous). La tâche était normalement assignée à un parent ou à un proche dans le contexte de la tribu, mais c’est le Messie et l’élohim de la justice qui nomment l’exécuteur de l’État lorsque le besoin se présente. Aucun meurtrier ne doit mourir avant d’avoir été devant la congrégation en jugement. Afin de faire cela, il doit y avoir des villes de refuge et des places où une personne peut être protégée et jugée. 

 

Le Contrôle de la Vie dans la Paix

 

Toutes les lois de la propreté sont données pour la préservation de la vie. L'ignorance n'est pas une excuse sous la loi.

 

Lévitique 5:2-3 Lorsque quelqu'un, sans s'en apercevoir, touchera une chose souillée, comme le cadavre d'un animal impur, que ce soit d'une bête sauvage ou domestique, ou bien d'un reptile, il deviendra lui-même impur et il se rendra coupable. 3 Lorsque, sans y prendre garde, il touchera une souillure humaine quelconque, et qu'il s'en aperçoive plus tard, il en sera coupable. (LSG)

 

Certains aspects du sacrifice appartenaient aussi uniquement au Seigneur. Cela agit comme une punition, et ils seront restaurés comme punition dans le système millénaire. Cet aspect est distinct de la législation sur la propreté, qui fait partie des lois de vie, pour rendre entier ou rendre vivant.

 

Lévitique 7:21-27 Et celui qui touchera quelque chose d'impur, une souillure humaine, un animal impur, ou quoi que ce soit d'impur, et qui mangera de la chair du sacrifice d'actions de grâces qui appartient à l'Éternel, celui-là sera retranché de son peuple. 22 L'Éternel parla à Moïse, et dit : 23 Parle aux enfants d'Israël, et dis : Vous ne mangerez point de graisse de bœuf, d'agneau ni de chèvre. 24 La graisse d'une bête morte ou déchirée pourra servir à un usage quelconque ; mais vous ne la mangerez point. 25 Car celui qui mangera de la graisse des animaux dont on offre à l'Éternel des sacrifices consumés par le feu, celui-là sera retranché de son peuple. 26 Vous ne mangerez point de sang, ni d'oiseau, ni de bétail, dans tous les lieux où vous habiterez. 27 Celui qui mangera du sang d'une espèce quelconque, celui-là sera retranché de son peuple. (LSG)

 

Les effets à long terme de la consommation du gras et du sang sont maintenant bien connus. Une telle conduite est interdite sous la législation dans la prolongation de la vie.

 

Tout abattage ne doit être que pour se nourrir, pour la préservation de l’équilibre ou de la propriété, et cela doit être fait en accord avec des lois justes. La préservation de l’environnement est autant une responsabilité de l'individu, que la protection d’autrui contre la négligence sur la propriété ou dans la construction.

 

Deutéronome 22:6-8 Si tu rencontres dans ton chemin un nid d'oiseau, sur un arbre ou sur la terre, avec des petits ou des œufs, et la mère couchée sur les petits ou sur les œufs, tu ne prendras pas la mère et les petits, 7 tu laisseras aller la mère et tu ne prendras que les petits, afin que tu sois heureux et que tu prolonges tes jours. 8 Si tu bâtis une maison neuve, tu feras une balustrade autour de ton toit, afin de ne pas mettre du sang sur ta maison, dans le cas où il en tomberait quelqu'un. (LSG)

 

Le sang de toute créature est sur celui qui le verse. Il existe une obligation de protéger les gens pour éviter les pertes de vie, ou les blessures avec des objets potentiellement dangereux. Dans ce cas, un rempart érigé sur un toit et, par la même extension, une clôture autour d’une piscine pour protéger les plus jeunes, sont une précaution nécessaire. De la même façon, l’échec de prêter assistance à une personne en difficultés est une infraction de l’intention de la loi. Il n’y a, cependant, aucune condition de mettre en danger ou de perdre sa propre vie à cet égard. Contrairement au Judaïsme rabbinique, il y a une obligation d’essayer de sauver la vie.

 

Les Maladies

Le contrôle de la maladie est une partie importante dans la préservation de la vie. Le sixième commandement s’étend aussi à tuer par la transmission de la maladie. L'individu a la responsabilité de s'assurer qu’il n’est pas un risque pour les autres par son manque d’observer de simples procédures de mise en quarantaine. La naissance d’un enfant place le parent dans la nation sous l’alliance et sous la législation de purification (Lév. 12:1-8).

 

Lévitique 12:1-8 L'Éternel parla à Moïse, et dit : 2 Parle aux enfants d'Israël, et dis : Lorsqu'une femme deviendra enceinte, et qu'elle enfantera un mâle, elle sera impure pendant sept jours ; elle sera impure comme au temps de son indisposition menstruelle. 3 Le huitième jour, l'enfant sera circoncis. 4 Elle restera encore trente-trois jours à se purifier de son sang ; elle ne touchera aucune chose sainte, et elle n'ira point au sanctuaire, jusqu'à ce que les jours de sa purification soient accomplis. 5 Si elle enfante une fille, elle sera impure pendant deux semaines, comme au temps de son indisposition menstruelle ; elle restera soixante-six jours à se purifier de son sang. 6 Lorsque les jours de sa purification seront accomplis, pour un fils ou pour une fille, elle apportera au sacrificateur, à l'entrée de la tente d'assignation, un agneau d'un an pour l'holocauste, et un jeune pigeon ou une tourterelle pour le sacrifice d'expiation. 7 Le sacrificateur les sacrifiera devant l'Éternel, et fera pour elle l'expiation ; et elle sera purifiée du flux de son sang. Telle est la loi pour la femme qui enfante un fils ou une fille. 8 Si elle n'a pas de quoi se procurer un agneau, elle prendra deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, l'un pour l'holocauste, l'autre pour le sacrifice d'expiation. Le sacrificateur fera pour elle l'expiation, et elle sera pure. (LSG)

 

Les lois de purification font une distinction entre les enfants mâles et femelles. Cet aspect n'a pas encore été recherché adéquatement par la science afin d’établir sa base précise. Comme toutes les lois, il y a une base précise pour cette loi. Son but est peut-être de protéger la mère ou l’enfant contre divers désordres chimiques qui induisent la maladie ou qui les rendent vulnérables à la maladie. La question entière de purification des femmes est traitée dans l’étude Purification et Circoncision (No. 251).

 

La quarantaine est une partie sérieuse et nécessaire de la vie. C'est la responsabilité de la société et de l'individu. Les lois sur la lèpre montrent l'importance et les exigences d’une quarantaine stricte. Même si nous pouvons maintenant guérir la lèpre, la loi demeure et la quarantaine est obligatoire.

 

Lévitique 13:1-59 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Ce chapitre traite des façons de reconnaître et d’agir dans les cas des maladies de la peau et des vêtements infectés. La nomenclature est simple pour des gens simples. Les restrictions s’appliquent et, dans la terminologie moderne, la Torah serait plus longue mais les principes seraient les mêmes.

 

Lévitique 14:1-57 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Lévitique 14 traite de la lèpre et des sacrifices après la guérison. Il traite aussi des vêtements et du logement infectés.

 

L'aspect entier des régions infectées est couvert sous ces lois. Si ces lois étaient observées aujourd'hui, les maladies infectieuses et les infections retrouvées dans les hôpitaux seraient réduites ou éliminées. Maintenant, nous comprenons davantage (sur une base scientifique) les causes de ces infections qu’avant, mais nos comportements de se mettre en quarantaine et d’isolement ne sont pas aussi rigides. Nous ne fermons pas de sections à cause des coûts et de la disponibilité des lits, ce qui permet aux infections de se propager. Les gens meurent dans les hôpitaux parce que la loi biblique est violée même aujourd'hui.

 

Deutéronome 24:8-9 Prends garde à la plaie de la lèpre, afin de bien observer et de faire tout ce que vous enseigneront les sacrificateurs, les Lévites ; vous aurez soin d'agir d'après les ordres que je leur ai donnés. 9 Souviens-toi de ce que l'Éternel, ton Dieu, fit à Marie pendant la route, lors de votre sortie d'Égypte. (LSG)

 

La lèpre est aussi une punition pour la rébellion. Aujourd'hui, les aspects de l'intervention divine ne sont pas souvent pris en considération.

 

Lévitique 15:1-33 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Ce chapitre traite premièrement des maladies qui causent des écoulements (e.g. les maladies sexuellement transmises, le SIDA, les rhumes et autres maladies contagieuses). Ensuite, cela traite des articles infectés des vêtements, des ustensiles, et des relations sexuelles et de la menstruation.

 

Les lois de la propreté et de la quarantaine sont des lois qui sont là pour l’endiguement de l'infection. Nous comprenons maintenant les causes des maladies d’une façon beaucoup plus définie, mais les lois de la quarantaine sont toujours valides.

 

Nombres 5:1-4 L’Éternel parla à Moïse, et dit : 2 Ordonne aux enfants d’Israël de renvoyer du camp tout lépreux, et quiconque a une gonorrhée ou est souillé par un mort. 3 Hommes ou femmes, vous les renverrez, vous les renverrez hors du camp, afin qu’ils ne souillent pas le camp au milieu duquel j’ai ma demeure. 4 Les enfants d’Israël firent ainsi, et ils les renvoyèrent hors du camp ; comme l’Éternel l’avait ordonné à Moïse, ainsi firent les enfants d’Israël.

 

Donc, la quarantaine des maladies infectieuses est obligatoire (Nombres 9:6-11).

 

La deuxième Pâque est réservée pour ceux qui sont incapables de participer à la première, pour motif de voyage, ou pour un autre problème de quarantaine. Ce n'est pas une question de choix.

 

La relation du sacrifice est de nous tourner vers Dieu en tant que la source de la vie et de la guérison. La guérison est une science, et les guérisseurs qui travaillent au sein de la nation devraient travailler à l’intérieur des lois de Dieu. Ils doivent opérer avec diligence comme ils agissent en tant que des instruments de Dieu à l’intérieur de Ses lois.

 

Deutéronome 23:1-8 Celui dont les testicules ont été écrasés ou l'urètre coupé n'entrera point dans l'assemblée de l'Éternel. 2 Celui qui est issu d'une union illicite n'entrera point dans l'assemblée de l'Éternel ; même sa dixième génération n'entrera point dans l'assemblée de l'Éternel. 3 L'Ammonite et le Moabite n'entreront point dans l'assemblée de l'Éternel, même à la dixième génération et à perpétuité, 4 parce qu'ils ne sont pas venus au-devant de vous avec du pain et de l'eau, sur le chemin, lors de votre sortie d'Égypte, et parce qu'ils ont fait venir contre toi à prix d'argent Balaam, fils de Beor, de Pethor en Mésopotamie, pour qu'il te maudisse. 5 Mais l'Éternel, ton Dieu, n'a point voulu écouter Balaam ; et l'Éternel, ton Dieu, a changé pour toi la malédiction en bénédiction, parce que tu es aimé de l'Éternel, ton Dieu. 6 Tu n'auras souci ni de leur prospérité ni de leur bien-être, tant que tu vivras, à perpétuité. 7 Tu n'auras point en abomination l'Édomite, car il est ton frère ; tu n'auras point en abomination l'Égyptien, car tu as été étranger dans son pays : 8 les fils qui leur naîtront à la troisième génération entreront dans l'assemblée de l'Éternel. (LSG)

 

Dans cette section de la loi, nous voyons que la protection de la nation est par la protection de la famille au sein du mariage. Ces catégories de gens sont interdites d’entrer dans la congrégation du Seigneur comme un exemple pour Israël. Ces gens meurent dans leurs péchés conformément à la loi.

 

C'était aussi la coutume des païens d'exiger leurs prêtres d'être célibataires, ou d’en faire des eunuques. La loi a été donnée ici pour interdire cette pratique. Les païens et les autres, connaissant cette loi, castraient parfois les élus en tant qu’eunuques pour aller à l’encontre de ces aspects de la loi et pour les rendre techniquement inaptes à entrer dans une synagogue et, de là, dans la congrégation. Le Nouveau Testament confirme cette pratique et les décisions ultérieures (cf. Apostolic Constitutions, ANF, Vol. VIII, pp. 479 et suiv.) ont permis à de tels hommes de devenir évêques ou anciens. 

 

Le Messie est mort pour les péchés du monde. Le salut est maintenant celui des Gentils, et les péchés des pères ne sont plus attribués contre les fils. Ceci est la nouvelle alliance. La nature de la loi est écrite dans leurs cœurs, et chaque homme est responsable pour son propre péché. C'est la signification du changement dans la nature de l’alliance (cf. Jér. 31:29-34).

 

La structure entière de la Nouvelle Alliance sous le Messie devait s'occuper du péché (cf. Matt. 26:28 ; Hébreux 8:8-12 ; 10:16-17). Les commentaires rabbiniques échouent de traiter de la nature du changement correctement (cf. le commentaire sur le v. 30 de la Soncino). Israël restera effectivement fidèle à Dieu, mais le port du péché du père au fils est éliminé par la nouvelle alliance sous le Messie, et c'est le message qui élimine la structure entière de la conséquence des péchés originels des pères de l’Ancien Testament. Le message du soi-disant Christianisme moderne a exactement le message opposé de celui destiné sous le Messie.

 

La conséquence de l’impureté parmi les nations durant la guerre est aussi couverte dans ce texte. La nation d'Israël ne doit pas faire ce que les Gentils font, ni ne doit-elle se polluer parmi les Gentils.

 

Deutéronome 23:9-14 Lorsque tu camperas contre tes ennemis, garde-toi de toute chose mauvaise. 10 S'il y a chez toi un homme qui ne soit pas pur, par suite d'un accident nocturne, il sortira du camp, et n'entrera point dans le camp ; 11 sur le soir il se lavera dans l'eau, et après le coucher du soleil il pourra rentrer au camp. 12 Tu auras un lieu hors du camp, et c'est là dehors que tu iras. 13 Tu auras parmi ton bagage un instrument, dont tu te serviras pour faire un creux et recouvrir tes excréments, quand tu voudras aller dehors. 14 Car l'Éternel, ton Dieu, marche au milieu de ton camp pour te protéger et pour livrer tes ennemis devant toi ; ton camp devra donc être saint, afin que l'Éternel ne voie chez toi rien d'impur, et qu'il ne se détourne point de toi. (LSG)

 

Le Seigneur notre Dieu marche parmi nous et nous devons être saints en temps de paix ou en temps de guerre. Dieu habite parmi nous et nous sommes le Temple de Dieu.

 

Les Lois de l’Alimentation

Les lois de l’alimentation sont pour prolonger la vie et pour protéger la planète. Elles assurent la chaîne alimentaire et minimisent les maladies. La base scientifique des lois de l’alimentation est détaillée dans l’étude Les Lois de l’Alimentation [015]. Les aberrations concernant les lois de l’alimentation, les doctrines ascétiques du végétarisme et les aberrations qui leurs sont connectées sont traitées dans les études Le Végétarisme et la Bible [183],  Le Vin dans la Bible [188] et L’Équilibre [209]. Le végétarisme et le célibat, et l’abstinence du mariage sont déclarés pour être des doctrines de démons des derniers jours (1Tim. 4:3 ; Actes 15:20 ; Matt. 3:4).

 

La prévention des maladies par l’observance des lois de l’alimentation et d’un abattage adéquat, et le refus de manger des animaux endommagés par les bêtes sauvages, sont enchâssées dans les ordonnances (e.g. Exode 22:31). Aussi, le premier des premiers-fruits est dédié à la Maison de Dieu (Exode 34:26). Le Seigneur a conduit Israël parce qu’il n'y avait pas de dieu étranger parmi eux. Ils ont mangé du produit de la terre, même pendant tous les jours de Salomon jusqu’à ce qu’il pèche et que l’iniquité soit placée sur la nation (Deut. 32:14 ; Proverbes 27:27 ; 1Rois 4:22-23).

 

Les lois de l’alimentation sont écrites dans Lévitique 11.

 

Lévitique 11:1-47 L’Éternel parla à Moïse et à Aaron, et leur dit : 2 Parlez aux enfants d’Israël, et dites : Voici les animaux dont vous mangerez parmi toutes les bêtes qui sont sur la terre. 3 Vous mangerez de tout animal qui a la corne fendue, le pied fourchu, et qui rumine. 4 Mais vous ne mangerez pas de ceux qui ruminent seulement, ou qui ont la corne fendue seulement. Ainsi, vous ne mangerez pas le chameau, qui rumine, mais qui n’a pas la corne fendue : vous le regarderez comme impur. 5 Vous ne mangerez pas le daman, qui rumine, mais qui n’a pas la corne fendue : vous le regarderez comme impur. 6 Vous ne mangerez pas le lièvre, qui rumine, mais qui n’a pas la corne fendue : vous le regarderez comme impur. 7 Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue et le pied fourchu, mais qui ne rumine pas : vous le regarderez comme impur. 8 Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts : vous les regarderez comme impurs. 9 Voici les animaux dont vous mangerez parmi tous ceux qui sont dans les eaux. Vous mangerez de tous ceux qui ont des nageoires et des écailles, et qui sont dans les eaux, soit dans les mers, soit dans les rivières. 10 Mais vous aurez en abomination tous ceux qui n’ont pas des nageoires et des écailles, parmi tout ce qui se meut dans les eaux et tout ce qui est vivant dans les eaux, soit dans les mers, soit dans les rivières. 11 Vous les aurez en abomination, vous ne mangerez pas de leur chair, et vous aurez en abomination leurs corps morts. 12 Vous aurez en abomination tous ceux qui, dans les eaux, n’ont pas des nageoires et des écailles. 13 Voici, parmi les oiseaux, ceux que vous aurez en abomination, et dont on ne mangera pas : l’aigle, l’orfraie et l’aigle de mer ; 14 le milan, l’autour et ce qui est de son espèce ; 15 le corbeau et toutes ses espèces ; 16 l’autruche, le hibou, la mouette, l’épervier et ce qui est de son espèce ; 17 le chat-huant, le plongeon et la chouette ; 18 le cygne, le pélican et le cormoran ; 19 la cigogne, le héron et ce qui est de son espèce, la huppe et la chauve-souris. 20 Vous aurez en abomination tout reptile qui vole et qui marche sur quatre pieds. 21 Mais, parmi tous les reptiles qui volent et qui marchent sur quatre pieds, vous mangerez ceux qui ont des jambes au-dessus de leurs pieds, pour sauter sur la terre. 22 Voici ceux que vous mangerez : la sauterelle, le solam, le hargol et le hagab, selon leurs espèces. 23 Vous aurez en abomination tous les autres reptiles qui volent et qui ont quatre pieds. 24 Ils vous rendront impurs : quiconque touchera leurs corps morts sera impur jusqu’au soir, 25 et quiconque portera leurs corps morts lavera ses vêtements et sera impur jusqu’au soir. 26 Vous regarderez comme impur tout animal qui a la corne fendue, mais qui n’a pas le pied fourchu et qui ne rumine pas : quiconque le touchera sera impur. 27 Vous regarderez comme impurs tous ceux des animaux à quatre pieds qui marchent sur leurs pattes : quiconque touchera leurs corps morts sera impur jusqu’au soir, 28 et quiconque portera leurs corps morts lavera ses vêtements et sera impur jusqu’au soir. Vous les regarderez comme impurs. 29 Voici, parmi les animaux qui rampent sur la terre, ceux que vous regarderez comme impurs : la taupe, la souris et le lézard, selon leurs espèces ; 30 le hérisson, la grenouille, la tortue, le limaçon et le caméléon. 31 Vous les regarderez comme impurs parmi tous les reptiles : quiconque les touchera morts sera impur jusqu’au soir. 32 Tout objet sur lequel tombera quelque chose de leurs corps morts sera souillé, ustensile de bois, vêtement, peau, sac, tout objet dont on fait usage ; il sera mis dans l’eau, et restera souillé jusqu’au soir ; après quoi, il sera pur. 33 Tout ce qui se trouvera dans un vase de terre où il en tombera quelque chose, sera souillé, et vous briserez le vase. 34 Tout aliment qui sert à la nourriture, et sur lequel il sera tombé de cette eau, sera souillé ; et toute boisson dont on fait usage, quel que soit le vase qui la contienne, sera souillée. 35 Tout objet sur lequel tombera quelque chose de leurs corps morts sera souillé ; le four et le foyer seront détruits : ils seront souillés, et vous les regarderez comme souillés. 36 Il n’y aura que les sources et les citernes, formant des amas d’eaux, qui resteront pures ; mais celui qui y touchera de leurs corps morts sera impur. 37 S’il tombe quelque chose de leurs corps morts sur une semence qui doit être semée, elle restera pure ; 38 mais si l’on a mis de l’eau sur la semence, et qu’il y tombe quelque chose de leurs corps morts, vous la regarderez comme souillée. 39 S’il meurt un des animaux qui vous servent de nourriture, celui qui touchera son corps mort sera impur jusqu’au soir ; 40 celui qui mangera de son corps mort lavera ses vêtements et sera impur jusqu’au soir, et celui qui portera son corps mort lavera ses vêtements et sera impur jusqu’au soir. 41 Vous aurez en abomination tout reptile qui rampe sur la terre : on n’en mangera point. 42 Vous ne mangerez point, parmi tous les reptiles qui rampent sur la terre, de tous ceux qui se traînent sur le ventre, ni de tous ceux qui marchent sur quatre pieds ou sur un grand nombre de pieds ; car vous les aurez en abomination. 43 Ne rendez point vos personnes abominables par tous ces reptiles qui rampent ; ne vous rendez point impurs par eux, ne vous souillez point par eux. 44 Car je suis l’Éternel, votre Dieu ; vous vous sanctifierez, et vous serez saints, car je suis saint ; et vous ne vous rendrez point impurs par tous ces reptiles qui rampent sur la terre. 45 Car je suis l’Éternel, qui vous ai fait monter du pays d’Égypte, pour être votre Dieu, et pour que vous soyez saints ; car je suis saint. 46 Telle est la loi touchant les animaux, les oiseaux, tous les êtres vivants qui se meuvent dans les eaux, et tous les êtres qui rampent sur la terre, 47 afin que vous distinguiez ce qui est impur et ce qui est pur, l’animal qui se mange et l’animal qui ne se mange pas. (LSG)

 

Il devrait être noté que la version LSG utilise le mot cygne au verset 18. Ce mot n'est pas en fait cygne et ne concerne pas la famille des oies et des canards. Le mot tinshemes fait référence à : une chauve souris (Rashi ; Chizkuni) ou un hibou (Ralbag cf. Stone’s Chumash) ou un hibou à corne ; cf. Soncino ; ou tanshemes (SHD 8580) comme une poule d’eau.

 

Deutéronome 14:1-21 Vous êtes les enfants de l'Éternel, votre Dieu. Vous ne vous ferez point d'incisions et vous ne vous ferez point de place chauve entre les yeux pour un mort. 2 Car tu es un peuple saint pour l'Éternel, ton Dieu ; et l'Éternel, ton Dieu, t'a choisi, pour que tu fusses un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre. 3 Tu ne mangeras aucune chose abominable. 4 Voici les animaux que vous mangerez : le bœuf, la brebis et la chèvre ; 5 le cerf, la gazelle et le daim ; le bouquetin, le chevreuil, la chèvre sauvage et la girafe. 6 Vous mangerez de tout animal qui a la corne fendue, le pied fourchu, et qui rumine. 7 Mais vous ne mangerez pas de ceux qui ruminent seulement, ou qui ont la corne fendue et le pied fourchu seulement. Ainsi, vous ne mangerez pas le chameau, le lièvre et le daman, qui ruminent, mais qui n'ont pas la corne fendue : vous les regarderez comme impurs. 8 Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue, mais qui ne rumine pas : vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts. 9 Voici les animaux dont vous mangerez parmi tous ceux qui sont dans les eaux : vous mangerez de tous ceux qui ont des nageoires et des écailles. 10 Mais vous ne mangerez d'aucun de ceux qui n'ont pas des nageoires et des écailles : vous les regarderez comme impurs. 11 Vous mangerez tout oiseau pur. 12 Mais voici ceux dont vous ne mangerez pas : l'aigle, l'orfraie et l'aigle de mer ; 13 le milan, l'autour, le vautour et ce qui est de son espèce ; 14 le corbeau et toutes ses espèces ; 15 l'autruche, le hibou, la mouette, l'épervier et ce qui est de son espèce ; 16 le chat-huant, la chouette et le cygne [cf. la note à Lév. 11:18 ci-dessus. Le mot n’est PAS cygne et la LSG a tort] ; 17 le pélican, le cormoran et le plongeon ; 18 la cigogne, le héron et ce qui est de son espèce, la huppe et la chauve-souris. 19 Vous regarderez comme impur tout reptile qui vole : on n'en mangera point. 20 Vous mangerez tout oiseau pur. 21 Vous ne mangerez d'aucune bête morte ; tu la donneras à l'étranger qui sera dans tes portes, afin qu'il la mange, ou tu la vendras à un étranger ; car tu es un peuple saint pour l'Éternel, ton Dieu. Tu ne feras point cuire un chevreau dans le lait de sa mère. (LSG)

 

Ainsi de même, il doit y avoir pureté dans la race. Il ne doit pas y avoir de mules ou d’animaux de ce genre, ni de vêtements d’un mélange de lin et laine (Lév. 19:19), exceptés ceux du Souverain Sacrificateur.

 

Lévitique 20:25 Vous observerez la distinction entre les animaux purs et impurs, entre les oiseaux purs et impurs, afin de ne pas rendre vos personnes abominables par des animaux, par des oiseaux, par tous les reptiles de la terre, que je vous ai appris à distinguer comme impurs. (LSG)

 

Ces distinctions entre purs et impurs sont là pour préserver le peuple.

 

Lévitique 22:1-33 traite de l'utilisation ou de la consommation des choses saintes. Elles ne devaient pas être profanées.

 

La législation était ici pour protéger le sacerdoce, et pour pointer vers les élus. Si la législation n'était pas là pour protéger les types d'animaux offerts, alors Lévi aurait mangé les déchets du pays et la table du Seigneur serait devenue polluée. Le sacrifice servait deux buts de cette façon. Les offrandes étaient saintes pour le Seigneur, et seulement le meilleur était offert. Aussi, les offrandes pour le péché sont devenues la punition qu’elles devaient être, et elles le seront de nouveau dans le système millénaire. David a mangé les pains de proposition qu’il ne pouvait pas légalement manger, pour indiquer le Messie et le nouveau sacerdoce, sous la lignée et la maison de David.

 

Le test dans Nombres 19 traite du sacrifice de la génisse rousse et le traitement des morts.

 

Nombres 19:1-22 L’Éternel parla à Moïse et à Aaron, et dit : 2 Voici ce qui est ordonné par la loi que l’Éternel a prescrite, en disant : Parle aux enfants d’Israël, et qu’ils t’amènent une vache rousse, sans tache, sans défaut corporel, et qui n’ait point porté le joug. 3 Vous la remettrez au sacrificateur Eléazar, qui la fera sortir du camp, et on l’égorgera devant lui. 4 Le sacrificateur Eléazar prendra du sang de la vache avec le doigt, et il en fera sept fois l’aspersion sur le devant de la tente d’assignation. 5 On brûlera la vache sous ses yeux ; on brûlera sa peau, sa chair et son sang, avec ses excréments. 6 Le sacrificateur prendra du bois de cèdre, de l’hysope et du cramoisi, et il les jettera au milieu des flammes qui consumeront la vache. 7 Le sacrificateur lavera ses vêtements, et lavera son corps dans l’eau ; puis il rentrera dans le camp, et sera impur jusqu’au soir. 8 Celui qui aura brûlé la vache lavera ses vêtements dans l’eau, et lavera son corps dans l’eau ; et il sera impur jusqu’au soir. 9 Un homme pur recueillera la cendre de la vache, et la déposera hors du camp, dans un lieu pur ; on la conservera pour l’assemblée des enfants d’Israël, afin d’en faire l’eau de purification. C’est une eau expiatoire. 10 Celui qui aura recueilli la cendre de la vache lavera ses vêtements, et sera impur jusqu’au soir. Ce sera une loi perpétuelle pour les enfants d’Israël et pour l’étranger en séjour au milieu d’eux. 11 Celui qui touchera un mort, un corps humain quelconque, sera impur pendant sept jours. 12 Il se purifiera avec cette eau le troisième jour et le septième jour, et il sera pur ; mais, s’il ne se purifie pas le troisième jour et le septième jour, il ne sera pas pur. 13 Celui qui touchera un mort, le corps d’un homme qui sera mort, et qui ne se purifiera pas, souille le tabernacle de l’Éternel ; celui–là sera retranché d’Israël. Comme l’eau de purification n’a pas été répandue sur lui, il est impur, et son impureté est encore sur lui. 14 Voici la loi. Lorsqu’un homme mourra dans une tente, quiconque entrera dans la tente, et quiconque se trouvera dans la tente, sera impur pendant sept jours. 15 Tout vase découvert, sur lequel il n’y aura point de couvercle attaché, sera impur. 16 Quiconque touchera, dans les champs, un homme tué par l’épée, ou un mort, ou des ossements humains, ou un sépulcre, sera impur pendant sept jours. 17 On prendra, pour celui qui est impur, de la cendre de la victime expiatoire qui a été brûlée, et on mettra dessus de l’eau vive dans un vase. 18 Un homme pur prendra de l’hysope, et la trempera dans l’eau ; puis il en fera l’aspersion sur la tente, sur tous les ustensiles, sur les personnes qui sont là, sur celui qui a touché des ossements, ou un homme tué, ou un mort, ou un sépulcre. 19 Celui qui est pur fera l’aspersion sur celui qui est impur, le troisième jour et le septième jour, et il le purifiera le septième jour. Il lavera ses vêtements, et se lavera dans l’eau ; et le soir, il sera pur. 20 Un homme qui sera impur, et qui ne se purifiera pas, sera retranché du milieu de l’assemblée, car il a souillé le sanctuaire de l’Éternel ; comme l’eau de purification n’a pas été répandue sur lui, il est impur. 21 Ce sera pour eux une loi perpétuelle. Celui qui fera l’aspersion de l’eau de purification lavera ses vêtements, et celui qui touchera l’eau de purification sera impur jusqu’au soir. 22 Tout ce que touchera celui qui est impur sera souillé, et la personne qui le touchera sera impure jusqu’au soir.

 

Le système de purification servait deux buts. Il enchâssait les règles de propreté dans les situations qui pourraient entraîner la contamination dans la loi, et aussi représentait le système de sanctification dans le Temple des élus. Parce que la fausse église n'a pas compris la législation de l'Ancien Testament dans ces aspects, des millions sont morts prématurément à cause de la violation de ces lois par ignorance et la maladie.

 

Deutéronome 22:9-11 Tu ne sèmeras point dans ta vigne diverse semences, de peur que tu ne jouisses ni du produit de ce que tu auras semé ni du produit de la vigne. 10 Tu ne laboureras point avec un bœuf et un âne attelés ensemble. 11 Tu ne porteras point un vêtement tissé de diverses espèces de fils, de laine et de lin réunis ensemble. (LSG)

 

Ces lois concernant la pureté des semences et des sortes sont traitées dans l’étude La Loi et le Cinquième Commandement [258].

 

L’hybridation excessive des plantes aurait créé la confusion. La manipulation délibérée de ces attributs et des plantes fait la même chose aujourd’hui.

 

L'interdiction de manger du sang

Le sang est la vie et la consommation du sang est un risque sérieux pour la santé.

 

Lévitique 17:10-16 Si un homme de la maison d'Israël ou des étrangers qui séjournent au milieu d'eux mange du sang d'une espèce quelconque, je tournerai ma face contre celui qui mange le sang, et je le retrancherai du milieu de son peuple. 11 Car l'âme de la chair est dans le sang. Je vous l'ai donné sur l'autel, afin qu'il servît d'expiation pour vos âmes, car c'est par l'âme que le sang fait l'expiation. 12 C'est pourquoi j'ai dit aux enfants d'Israël : Personne d'entre vous ne mangera du sang, et l'étranger qui séjourne au milieu de vous ne mangera pas du sang. 13 Si quelqu'un des enfants d'Israël ou des étrangers qui séjournent au milieu d'eux prend à la chasse un animal ou un oiseau qui se mange, il en versera le sang et le couvrira de poussière. 14 Car l'âme de toute chair, c'est son sang, qui est en elle. C'est pourquoi j'ai dit aux enfants d'Israël : Vous ne mangerez le sang d'aucune chair ; car l'âme de toute chair, c'est son sang : quiconque en mangera sera retranché. 15 Toute personne, indigène ou étrangère, qui mangera d'une bête morte ou déchirée, lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau, et sera impure jusqu'au soir ; puis elle sera pure. 16 Si elle ne lave pas ses vêtements, et ne lave pas son corps, elle portera la peine de sa faute. (LSG)

 

L’échec de respecter les Lois de Dieu entraîne une pénalité.

 

Les aspects composés de ces lois indiquent une forme d’adoration qui existait dans l’ancien monde païen. Nous savons maintenant que, dans le système de Trinité parmi les Druides, les Celtes et les Aryens, généralement, les sacrifices humains avaient lieu et les bosquets étaient couverts ou décorés avec des intestins humains et du sang (cf. l’étude Les Origines de Noël et de EasterPâques [235]). Le système du zodiaque, en tant que religion de l’observation des temps, n'était pas conformément au calendrier de la Bible. Le système de divination était différent de celui de l’Urim et du Thummin, et était une forme de magie ou de sorcellerie.

 

La Rébellion  

Dieu désire l’obéissance, pas le sacrifice. La rébellion est comme le péché de sorcellerie (1Samuel 15:22-23), parce que cela établit une volonté en opposition à la volonté de Dieu tel que vu dans Nombres 16:1-50. Ce texte concerne la rébellion de Koré qui est traitée dans l’étude La Loi et le Premier Commandement [253].

 

Dieu s’est chargé de cette rébellion de deux façons. La première étape n’a pas été tenue en compte, et alors la populace a été en danger de destruction. À partir de ce moment-là, le sacerdoce entier était distingué jusqu'à la venue du Messie et du sacerdoce de Melchisédek. Alors, les élus seraient les sacrificateurs pour toujours selon l’ordre de Melchisédek, et Dieu a dit qu'ils seraient des dieux, des fils du Très-Haut, eux tous, et les Écritures ne peuvent pas être anéanties (Psaume 82:6-7 ; Jean 10:35).

 

Dans Nombres 17 Aaron pointait vers le sacerdoce des douze tribus sous le Messie, et Lévi prend ensuite sa place dans un sacerdoce élargi, au-dessus des Gentils, et le monde entier se joindra au culte d'Israël (Apoc. 7:4-8).

 

Le système de Loi-ordre de Dieu est établi dans la nation sous un dirigeant, en tant que le représentant direct de Dieu. Le dirigeant a aussi des représentants qui ont en charge la loi et d’établir la punition. 

L'établissement du système des crimes et des punitions

Chaque commandement est accompagné d’une sanction de la peine de mort. Cette pénalité n'est pas une conséquence sans discernement de jugement. Dieu désire la miséricorde et la justice. Christ a montré comment les pénalités devaient être administrées (Jean 8:7). Les pénalités ne devaient pas être administrées par une foule violente. Pas plus que la peine de mort devait être appliquée sans discernement, comme nous le voyons dans les commentaires du Messie concernant la femme adultère (Jean 8:1-11).

 

Dans cet exemple, le Messie a révélé l'interprétation de la loi. Ce n’est seulement dans les cas d’infractions répétées d’une ordonnance que la peine de mort est appliquée, ou quand le sixième commandement est enfreint dans des circonstances bien spécifiques. Car la loi permet à un individu d’ôter la vie dans certaines circonstances. 

L'avortement

L'avortement est une infraction du sixième commandement, excepté dans un cas. Ce cas est lorsqu’une autre loi est violée. Lorsque l'enfant menace la vie du parent, l'enfant est alors mis à mort.

 

C'est un reflet du cinquième commandement et le sixième suit le cinquième et l’interprète. Ainsi, l’enfant ne peut pas être permis de tuer sa mère ; ceci devrait être logiquement en accord avec les Lois de Dieu. Les cinq premiers commandements ont rapport aux responsabilités de l'individu envers Dieu et la famille dans la société, comme créateur et parent. Les cinq derniers commandements ont rapport aux interactions avec cette société. Aucun enfant ne peut causer la mort de, ou des dommages à, un parent avec impunité.

 

Exode 21:15 Celui qui frappera son père ou sa mère sera puni de mort. (LSG)

 

L'avortement est ainsi permis à l’intérieur de la Loi de Dieu pour sauver la vie de la mère.

 

Les dommages dans la fausse couche

La punition pour une fausse couche induite par violence est selon les réclamations en dommages, telles que déterminées par un tribunal du pays.

 

Exode 21:22-25 Si des hommes se querellent, et qu'ils heurtent une femme enceinte, et la fassent accoucher, sans autre accident, ils seront punis d'une amende imposée par le mari de la femme, et qu'ils paieront devant les juges. 23 Mais s'il y a un accident, tu donneras vie pour vie, 24 œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, 25 brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure. (LSG)

 

Le refus de se présenter devant le tribunal et la création de tort par la suite, doivent aussi être punis selon le crime. Donc, les deux parties doivent être liées par les décisions de la cour, et tout tort causé par une des parties pour se venger est puni conformément aux dommages infligés. Ceci est en accord avec la loi qui dit : “tu ne mépriseras pas l’élohim ou le dirigeant du peuple”. 

Le Meurtre

Le fait d’ôter la vie illégalement est un meurtre. La loi spécifie les cas et les circonstances quand une personne peut être mise à mort. Toute vie ôtée illégalement est un meurtre. Ainsi, le sixième commandement est correctement compris comme signifiant : “Tu ne tueras pas”, dans le sens : “Tu ne commettras pas de meurtre”.

 

Le fait d’ôter la vie n'est pas seulement sanctionné, c’est obligatoire sous la loi dans certains cas, comme montré ci-dessus. De plus, les types de crimes requièrent certains niveaux de l'application de la loi. L’infraction du Sixième Commandement requiert la peine de mort, tandis que seulement les infractions répétées et volontaires de certains des autres commandements entraînent la peine de mort, mais, à la fin, toutes les transgressions de la loi entraînent la peine de mort (cf. Nombres 15:32-36). 

La loi martiale

La nation est dénombrée pour la guerre sous la loi (Nombres 26:2).

 

Le roi qui est placé sur Israël doit être choisi parmi ses frères. Il ne doit pas accumuler de chevaux pour lui-même, ni forcer ses frères à retourner en Égypte pour accumuler des chevaux pour lui. Il ne doit pas non plus accumuler de femmes pour lui-même, ou s’écarter de la Loi de Dieu (Deut. 17:14-20 ; Eccl. 5:9 ; Ésaïe 32:17 ; cf. l’étude La Loi et le Cinquième Commandement [258]).

 

Le roi doit gouverner selon la Loi de Dieu, même le Messie, et la loi proviendra de Sion.

 

Ésaïe 2:2-5 Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l'Éternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu'elle s'élèvera par-dessus les collines, et que toutes les nations y afflueront. 3 Des peuples s'y rendront en foule, et diront : Venez, et montons à la montagne de l'Éternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu'il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l'Éternel. 4 Il sera le juge des nations, l'arbitre d'un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes : Une nation ne tirera plus l'épée contre une autre, et l'on n'apprendra plus la guerre. 5 Maison de Jacob, venez, et marchons à la lumière de l’Éternel ! (LSG)

 

Toute vie est conditionnelle à l’obéissance aux Lois de Dieu (cf. Deutéronome 7:1-5). 

L'autorité de conduire les guerres

La décision de faire la guerre repose sur les chefs de la nation, et les serments de la nation sont pris en considération et liés. Dieu a causé un châtiment à cause de l'échec de faire la guerre d’une manière adéquate (voir Nombres 21:1-5).

 

L’échec d'obéir, et le manque de foi de la nation ont causé l’erreur du séraphin de cuivre appelé un serpent. Le séraphin a été élevé pour concentrer la foi d'Israël, là où elle était manquante, mais sans l’utilisation d’une raison physique. Les élus n'en ont pas et n’ont pas besoin de cela.

 

Souvent, le Seigneur force les décisions pour que l'ennemi soit livré entre les mains de la nation, même quand il ne veut pas faire la guerre. Il en sera ainsi également dans les derniers jours. Les nations seront emmenées à la vallée de la décision contre le Messie et, là, elles seront détruites.

 

Nombres 31:1-54 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Ce chapitre traite des guerres subséquentes et de la conduite appropriée concernant le butin de guerre et les tributs.

 

Les gens qui sont autorisés à entrer dans la congrégation d'Israël sont les trente-deux milles femmes qui n’avaient pas connu d’hommes. Ce même exemple s’applique à Gédéon quand le même nombre est raffiné encore plus à 300 pour la bataille parmi les nations. Aucune pollution n’était permise à entrer dans la congrégation d’Israël ; pas de faux Dieux, pas de maladies, mais seulement les vierges. Ces exemples pointaient vers les nations qui ont lavé leurs robes dans le sang de l’agneau et sont les vierges spirituelles, connaissant seulement Un Dieu, en tant que fiancées de Christ.

 

Service Militaire et Dénombrement des troupes

Aucun homme ne peut être forcé à faire son service militaire la première année de son mariage ni forcé à se battre contre sa volonté (cf. Deut. chapitre 20).

 

Deutéronome 24:5 Lorsqu'un homme sera nouvellement marié, il n'ira point à l'armée, et on ne lui imposera aucune charge ; il sera exempté par raison de famille pendant un an, et il réjouira la femme qu'il a prise. (LSG)

 

Aucune personne ne peut aller à la guerre avant l’âge de vingt ans ou contre son gré.

 

Nombres 1:1-46 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Ce chapitre traite du dénombrement d'Israël, qui a eu lieu le premier jour du Deuxième mois dans la Deuxième année après la sortie d’Égypte.

 

Ceux qui sont dénombrés et qui ne veulent pas aller à la guerre comme partie de l’armée, et qui ne sont pas dans les catégories exemptées du service militaire énumérées plus haut, peuvent être utilisés pour faire les dures tâches dans les catégories des impôts, levés par la couronne (cf. 1Rois. 5:13ff.). Tout Israël doit se présenter devant ses chefs lorsqu’il est appelé à servir. Il y a un ordre de marche et un ordre de bataille spécifiques.

 

Nombres 10:1-36 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Les trompettes sont pour le rassemblement du peuple d'Israël pour n’importe quel but. Le texte traite aussi de l’ordre de marche par toutes les tribus. La nation d'Israël est sous l'Ange de l’Éternel, leur Messie, de jour et de nuit, tel que vu dans Nombres 13. Ce chapitre est aussi traité dans l’étude La Loi et Le Premier Commandement [253]. Les hommes sont envoyés pour évaluer la Terre Promise de Canaan. Leur rapport est que le pays est bon mais ils ont eu peur des habitants. Le Seigneur Dieu donne la victoire mais les chefs de tribus ont perdu leur droit d'entrer dans la Terre Promise par lâcheté. 

Les opérations normales de la guerre

Il est permis de tuer pour la défense de sa nation ou de sa maison. Dieu est avec le défenseur. Il y a quelques catégories de gens qui sont exclues (cf. l’étude Deutéronome 20 [201]).

 

Deutéronome 20:1-20 Lorsque tu iras à la guerre contre tes ennemis, et que tu verras des chevaux et des chars, et un peuple plus nombreux que toi, tu ne les craindras point ; car l’Éternel, ton Dieu, qui t’a fait monter du pays d’Égypte, est avec toi. 2 À l’approche du combat, le sacrificateur s’avancera et parlera au peuple. 3 Il leur dira : Écoute, Israël ! Vous allez aujourd’hui livrer bataille à vos ennemis. Que votre cœur ne se trouble point ; soyez sans crainte, ne vous effrayez pas, ne vous épouvantez pas devant eux. 4 Car l’Éternel, votre Dieu, marche avec vous, pour combattre vos ennemis, pour vous sauver. 5 Les officiers parleront ensuite au peuple et diront : Qui est-ce qui a bâti une maison neuve, et ne s’y est point encore établi ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, de peur qu’il ne meure dans la bataille et qu’un autre ne s’y établisse. 6 Qui est-ce qui a planté une vigne, et n’en a point encore joui ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, de peur qu’il ne meure dans la bataille et qu’un autre n’en jouisse. 7 Qui est-ce qui a fiancé une femme, et ne l’a point encore prise ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, de peur qu’il ne meure dans la bataille et qu’un autre ne la prenne. 8 Les officiers continueront à parler au peuple, et diront : Qui est-ce qui a peur et manque de courage ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, afin que ses frères ne se découragent pas comme lui. 9 Quand les officiers auront achevé de parler au peuple, ils placeront les chefs des troupes à la tête du peuple. 10 Quand tu t’approcheras d’une ville pour l’attaquer, tu lui offriras la paix. 11 Si elle accepte la paix et t’ouvre ses portes, tout le peuple qui s’y trouvera te sera tributaire et asservi. 12 Si elle n’accepte pas la paix avec toi et qu’elle veuille te faire la guerre, alors tu l’assiégeras. 13 Et après que l’Éternel, ton Dieu, l’aura livrée entre tes mains, tu en feras passer tous les mâles au fil de l’épée. 14 Mais tu prendras pour toi les femmes, les enfants, le bétail, tout ce qui sera dans la ville, tout son butin, et tu mangeras les dépouilles de tes ennemis que l’Éternel, ton Dieu, t’aura livrés. 15 C’est ainsi que tu agiras à l’égard de toutes les villes qui sont très éloignées de toi, et qui ne font point partie des villes de ces nations-ci. 16 Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. 17 Car tu dévoueras ces peuples par interdit, les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme l’Éternel, ton Dieu, te l’a ordonné, 18 afin qu’ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les abominations qu’ils font pour leurs dieux, et que vous ne péchiez point contre l’Éternel, votre Dieu. 19 Si tu fais un long siège pour t’emparer d’une ville avec laquelle tu es en guerre, tu ne détruiras point les arbres en y portant la hache, tu t’en nourriras et tu ne les abattras point ; car l’arbre des champs est-il un homme pour être assiégé par toi ? 20 Mais tu pourras détruire et abattre les arbres que tu sauras ne pas être des arbres servant à la nourriture, et en construire des retranchements contre la ville qui te fait la guerre, jusqu’à ce qu’elle succombe.

 

Le pays doit être protégé et l'environnement protégé. Seulement ceux qui adorent d'autres dieux (autre que le Seigneur, le Dieu d'Israël) doivent être détruits complètement. 

Les crimes de guerre

L'extermination complète d’un peuple idolâtre n'est pas un crime sous la loi de Dieu. Ils doivent être prévenus et l'occasion doit leur être donnée de se repentir et, ensuite, ils doivent être exterminés s'ils ne se repentent pas. Si vous n’avez pas reçu l’ordre d’occuper leurs pays ou si vous ne voulez pas vous occuper d’eux ou les exterminer en tant que nation, vous devez les laisser tranquilles.

 

Si nous ne les détruisons pas, et au lieu de cela cohabitons avec eux dans le pays, alors notre nation sera certainement amenée à l’idolâtrie et sera elle-même détruite par la colère de Dieu. L'idolâtrie est expressément interdite en Israël et aux étrangers au sein de ses portes, et est une offense capitale (Deut. 7:22-26).

 

Quand une nation se repent, elle doit être traitée comme un frère et soumise aux lois de Dieu.

 

Amalek et la guerre parmi les nations

La prophétie de Balaam a montré la fin qui s’en suit des nations qui se sont levées contre Israël. Amalek était premier parmi les nations ; pourtant sa fin était de périr pour toujours, tout comme les Kéniens devaient aussi périr pour toujours. Le problème de la survie sera omniprésent au temps de la fin, comme nous le voyons par les paroles de Balaam qui dit : qui vivra (ou survivra) quand Dieu fera cela (cf. Nombres 24:20-24). Et des navires viendront de la côte de Kittim, et affligeront Assur, et affligeront Héber, et lui aussi ira à la destruction” (v. 24 DRB). Dans ce texte, les Assyriens et les premiers Hébreux, c’est à dire les génériques ou pré-Israélites, sont attaqués par les fils de Kittim, en tant que fils de Javan, fils de Japhet (Genèse 10:4). Kittim était Chypre auparavant et la côte nord de la Méditerranée. Les gens étaient aussi associés avec les Phéniciens, faisant partie des anciens Seigneurs de la Mer qui régnaient aussi à partir de Chypre.

 

Ces guerres des derniers jours font penser aux guerres entre Israël et Amalek, avant qu’ils entrent dans la Terre Promise (Exode 17:8-16). 

 

Exode 17:8-16 Amalek vint combattre Israël à Rephidim. 9 Alors Moïse dit à Josué : Choisis-nous des hommes, sors, et combats Amalek ; demain je me tiendrai sur le sommet de la colline, la verge de Dieu dans ma main. 10 Josué fit ce que lui avait dit Moïse, pour combattre Amalek. Et Moïse, Aaron et Hur montèrent au sommet de la colline. 11 Lorsque Moïse élevait sa main, Israël était le plus fort ; et lorsqu’il baissait sa main, Amalek était le plus fort. 12 Les mains de Moïse étant fatiguées, ils prirent une pierre qu’ils placèrent sous lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hur soutenaient ses mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre ; et ses mains restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. 13 Et Josué vainquit Amalek et son peuple, au tranchant de l’épée. 14 L’Éternel dit à Moïse : Écris cela dans le livre, pour que le souvenir s’en conserve, et déclare à Josué que j’effacerai la mémoire d’Amalek de dessous les cieux. 15 Moïse bâtit un autel, et lui donna pour nom : l’Éternel ma bannière. 16 Il dit : Parce que la main a été levée sur le trône de l’Éternel, il y aura guerre de l’Éternel contre Amalek, de génération en génération. (LSG)

 

Amalek frappa les faibles et les chancelants et n’avait aucune crainte de Dieu (Deut. 25:17-19).

 

L'alliance entière est exposée dans Psaume 83.

Toutes les branches de ces nations conspirent pour éliminer Israël. Il y a dix nations en tout, comme l'union des dix rois : Édom et les Ismaélites, Moab et les Hagaréniens, Guebal, Ammon et Amalek, les Philistins et les habitants de Tyr et les Assyriens se joignent à eux (Psaume 83:5-8). Dieu a ordonné leur destruction complète (1Sam. 15:2-3 ; 28:18), mais cela n’a pas été fait et donc ils ont presque détruit Juda (cf. Esther 3:7-9, 10). En tout ceci, la sagesse en tant que l’observance des commandements de Dieu est la clef pour la prolongation de la vie, et Israël est protégé par le pouvoir de Dieu (Proverbes 4:1-27). 

Le traitement des femmes captives

Les femmes capturées à la guerre peuvent seulement être prises comme épouses comme faisant partie de la nation d'Israël. Elles ne peuvent pas être utilisées comme prostituées, ou pour un mauvais but. Une fois qu'elles sont prises pour femme elles ne doivent pas être vendues comme esclaves.

 

Deutéronome 21:10-14 Lorsque tu iras à la guerre contre tes ennemis, si l'Éternel les livre entre tes mains, et que tu leur fasses des prisonniers, 11 peut-être verras-tu parmi les captives une femme belle de figure, et auras-tu le désir de la prendre pour femme. 12 Alors tu l'amèneras dans l'intérieur de ta maison. Elle se rasera la tête et se fera les ongles, 13 elle quittera les vêtements qu'elle portait quand elle a été prise, elle demeurera dans ta maison, et elle pleurera son père et sa mère pendant un mois. Après cela, tu iras vers elle, tu l'auras en ta possession, et elle sera ta femme. 14 Si elle cesse de te plaire, tu la laisseras aller où elle voudra, tu ne pourras pas la vendre pour de l'argent ni la traiter comme esclave, parce que tu l'auras humiliée. (LSG)

 

La Division du Pays

Nombres 33:1-56 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Ici, les voyages depuis l'Égypte sont décrits.

 

Nombres 32:1-42 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Dans ce texte, Manassé, Ruben et Gad reçoivent leur héritage en dehors d'Israël, mais ils devaient prendre part à la guerre d’occupation. Il en sera de même ainsi dans les derniers jours. L’échec de prendre part signifie la séparation d’Israël sous le Messie.

 

Nombres 34:1-29 [À LIRE ENTIÈREMENT]

 

Les frontières du pays sont détaillées dans ce chapitre. Les régions sont divisées et tirées au sort pour l’héritage de chaque tribu. Ainsi la division du pays est faite par l’intermédiaire d’un représentant de chaque tribu, et est faite selon le nombre de chaque tribu. Les frontières de la nation sont élargies dans les derniers jours jusqu’à la grande Rivière de l'Euphrate et vers l'est de la Palestine. Les nations du Jourdain sont absorbées dans la nation d’Israël ou deviennent ses alliées (Ésaïe 11:1-16).

 

L’héritage et les bornes

La question de l'héritage et des bornes en est une de préservation des moyens de subsistance des familles et des tribus. C'est une malédiction de les enlever ou leur contenu, ou d’entrer dans les champs de ceux qui ont perdu leur père, car leur sauveur est Puissant et Il va plaider leur cause(Deut. 27:17 ; Job 24:2 ; Prov. 22:28 ; 23:10-11 ; Osée 5:10). Ces questions sont traitées dans les études La Loi et le Quatrième Commandement [256] et aussi La Loi et le Cinquième Commandement [258].

 

Les Villes des Lévites pour leur subsistance

Le sacerdoce doit recevoir des villes pour sa subsistance. Ces provisions seront de nouveau faites dans la restauration. Ainsi de même, Dan prendra son héritage en tant que juge d'Israël (Gen. 49:16) et affectera aussi la distribution.

 

Nombres 35:1-8 L'Éternel parla à Moïse, dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho. Il dit : 2 Ordonne aux enfants d'Israël d'accorder aux Lévites, sur l'héritage qu'ils posséderont, des villes où ils puissent habiter. Vous donnerez aussi aux Lévites une banlieue autour de ces villes. 3 Ils auront les villes pour y habiter ; et les banlieues seront pour leur bétail, pour leurs biens et pour tous leurs animaux. 4 Les banlieues des villes que vous donnerez aux Lévites auront, à partir du mur de la ville et au dehors, mille coudées tout autour. 5 Vous mesurerez, en dehors de la ville, deux mille coudées pour le côté oriental, deux mille coudées pour le côté méridional, deux mille coudées pour le côté occidental, et deux mille coudées pour le côté septentrional. La ville sera au milieu. Telles seront les banlieues de leurs villes. 6 Parmi les villes que vous donnerez aux Lévites, il y aura six villes de refuge où pourra s'enfuir le meurtrier, et quarante-deux autres villes. 7 Total des villes que vous donnerez aux Lévites : quarante-huit villes, avec leurs banlieues. 8 Les villes que vous donnerez sur les propriétés des enfants d'Israël seront livrées en plus grand nombre par ceux qui en ont le plus, et en plus petit nombre par ceux qui en ont moins ; chacun donnera de ses villes aux Lévites à proportion de l'héritage qu'il possédera. (cf. aussi Lév. 25:32-34) 

Le meurtre et les villes de refuge

 

Nombres 35:9-15 L'Éternel parla à Moïse, et dit : 10 Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur : Lorsque vous aurez passé le Jourdain et que vous serez entrés dans le pays de Canaan, 11 vous vous établirez des villes qui soient pour vous des villes de refuge, où pourra s'enfuir le meurtrier qui aura tué quelqu'un involontairement. 12 Ces villes vous serviront de refuge contre le vengeur du sang, afin que le meurtrier ne soit point mis à mort avant d'avoir comparu devant l'assemblée pour être jugé. 13 Des villes que vous donnerez, six seront pour vous des villes de refuge. 14 Vous donnerez trois villes au delà du Jourdain, et vous donnerez trois villes dans le pays de Canaan : ce seront des villes de refuge. 15 Ces six villes serviront de refuge aux enfants d'Israël, à l'étranger et à celui qui demeure au milieu de vous : là pourra s'enfuir tout homme qui aura tué quelqu'un involontairement. (LSG)

 

Un homicide accidentel est ainsi pris en compte, et les gens doivent être protégés de la tuerie par vengeance. Cependant, pour le crime de meurtre prémédité, la mort de l'assassin est le produit final et la sanction finale de la loi.

 

Nombres 35:16-21 Si un homme frappe son prochain avec un instrument de fer, et que la mort en soit la suite, c'est un meurtrier : le meurtrier sera puni de mort. 17 S'il le frappe, tenant à la main une pierre qui puisse causer la mort, et que la mort en soit la suite, c'est un meurtrier : le meurtrier sera puni de mort. 18 S'il le frappe, tenant à la main un instrument de bois qui puisse causer la mort, et que la mort en soit la suite, c'est un meurtrier : le meurtrier sera puni de mort. 19 Le vengeur du sang fera mourir le meurtrier ; quand il le rencontrera, il le tuera. 20 Si un homme pousse son prochain par un mouvement de haine, ou s'il jette quelque chose sur lui avec préméditation, et que la mort en soit la suite, 21 ou s'il le frappe de sa main par inimitié, et que la mort en soit la suite, celui qui a frappé sera puni de mort, c'est un meurtrier : le vengeur du sang tuera le meurtrier, quand il le rencontrera. (LSG)

 

L'homicide accidentel

 

Nombres 35:22-34 Mais si un homme pousse son prochain subitement et non par inimitié, ou s'il jette quelque chose sur lui sans préméditation, 23 ou s'il fait tomber sur lui par mégarde une pierre qui puisse causer la mort, et que la mort en soit la suite, sans qu'il ait de la haine contre lui et qu'il lui cherche du mal, 24 voici les lois d'après lesquelles l'assemblée jugera entre celui qui a frappé et le vengeur du sang. 25 L'assemblée délivrera le meurtrier de la main du vengeur du sang, et le fera retourner dans la ville de refuge où il s'était enfui. Il y demeurera jusqu'à la mort du souverain sacrificateur qu'on a oint de l'huile sainte. 26 Si le meurtrier sort du territoire de la ville de refuge où il s'est enfui, 27 et si le vengeur du sang le rencontre hors du territoire de la ville de refuge et qu'il tue le meurtrier, il ne sera point coupable de meurtre. 28 Car le meurtrier doit demeurer dans sa ville de refuge jusqu'à la mort du souverain sacrificateur ; et après la mort du souverain sacrificateur, il pourra retourner dans sa propriété. 29 Voici des ordonnances de droit pour vous et pour vos descendants, dans tous les lieux où vous habiterez. 30 Si un homme tue quelqu’un, on ôtera la vie au meurtrier, sur la déposition de témoins. Un seul témoin ne suffira pas pour faire condamner une personne à mort. 31 Vous n’accepterez point de rançon pour la vie d’un meurtrier qui mérite la mort, car il sera puni de mort. 32 Vous n’accepterez point de rançon, qui lui permette de s’enfuir dans sa ville de refuge, et de retourner habiter dans le pays après la mort du sacrificateur. 33 Vous ne souillerez point le pays où vous serez, car le sang souille le pays ; et il ne sera fait pour le pays aucune expiation du sang qui y sera répandu que par le sang de celui qui l’aura répandu. 34 Vous ne souillerez point le pays où vous allez demeurer, et au milieu duquel j’habiterai ; car je suis l’Éternel, qui habite au milieu des enfants d’Israël. (LSG)

 

Il y a une pénalité pour l'homicide involontaire ; le meurtrier est banni à la ville de refuge pour la durée de la vie du sacrificateur. À la mort du sacrificateur [qui a participé] dans le jugement ou au jugement de la ville de refuge, la personne peut alors retourner à sa résidence. Cette sentence ne peut être rachetée.

 

Nous voyons aussi qu'il y a un autre aspect à cela dans l’Exode.

 

Exode 2:11-15 En ce temps-là, Moïse, devenu grand, se rendit vers ses frères, et fut témoin de leurs pénibles travaux. Il vit un Égyptien qui frappait un Hébreu d'entre ses frères. 12 Il regarda de côté et d'autre, et, voyant qu'il n'y avait personne, il tua l'Égyptien, et le cacha dans le sable. 13 Il sortit le jour suivant ; et voici, deux Hébreux se querellaient. Il dit à celui qui avait tort : Pourquoi frappes-tu ton prochain ? 14 Et cet homme répondit : Qui t'a établi chef et juge sur nous ? Penses-tu me tuer, comme tu as tué l'Égyptien ? Moïse eut peur, et dit : Certainement la chose est connue. 15 Pharaon apprit ce qui s'était passé, et il cherchait à faire mourir Moïse. Mais Moïse s'enfuit de devant Pharaon, et il se retira dans le pays de Madian, où il s'arrêta près d'un puits. (LSG)

 

Tuer par intervention sans autorité est aussi une violation de la loi. La cité de refuge a été imposée à Moïse comme punition, de façon similaire à la Loi de Dieu dans la Torah. Il n'est pas resté jusqu'à la mort du sacrificateur (Jéthro étant sacrificateur de Madian) mais Dieu a appelé Moïse et l’a renvoyé en Égypte. Donc, Moïse était toujours soumis aux Lois de Dieu, même en Égypte, cependant, il a été excusé à court terme pour son ignorance. 

La mort par accident ou une cause inconnue

 

Deutéronome 21:1-9 Si, dans le pays dont l'Éternel, ton Dieu, te donne la possession, l'on trouve étendu au milieu d'un champ un homme tué, sans que l'on sache qui l'a frappé, 2 tes anciens et tes juges iront mesurer les distances à partir du cadavre jusqu'aux villes des environs. 3 Quand on aura déterminé la ville la plus rapprochée du cadavre, les anciens de cette ville prendront une génisse qui n'ait point servi au travail et qui n'ait point tiré au joug. 4 Ils feront descendre cette génisse vers un torrent qui jamais ne tarisse et où il n'y ait ni culture ni semence ; et là, ils briseront la nuque à la génisse, dans le torrent. 5 Alors s'approcheront les sacrificateurs, fils de Lévi ; car l'Éternel, ton Dieu, les a choisis pour qu'ils le servent et qu'ils bénissent au nom de l'Éternel, et ce sont eux qui doivent prononcer sur toute contestation et sur toute blessure. 6 Tous les anciens de cette ville la plus rapprochée du cadavre laveront leurs mains sur la génisse à laquelle on a brisé la nuque dans le torrent. 7 Et prenant la parole, ils diront : Nos mains n'ont point répandu ce sang et nos yeux ne l'ont point vu répandre. 8 Pardonne, ô Éternel ! à ton peuple d'Israël, que tu as racheté ; n'impute pas le sang innocent à ton peuple d'Israël, et ce sang ne lui sera point imputé. 9 Ainsi, tu dois faire disparaître du milieu de toi le sang innocent, en faisant ce qui est droit aux yeux de l'Éternel. (LSG)

 

De ce texte, nous voyons que chaque localité est spécialement responsable aux yeux de Dieu pour l'exécution de la justice, la préservation de la vie et le contrôle de la loi dans sa propre localité. Il y a ainsi des limites à l’intérieur de la juridiction.

 

La restitution ou la restauration

La restitution ou la restauration n'est pas une fonction de certains aspects du sixième commandement, alors qu’elle forme le soutien de la loi. Toutefois, le sang paie pour le sang, en tant qu’une règle sous ce commandement. Il y aura un temps pour la restitution de toutes choses ; cela se produira sous le Messie, que le ciel a reçu jusqu'à ce temps-là. Tous ceux qui n’écoutent pas ce prophète seront détruits du peuple (Deut. 18:15-19 ; Actes 3:21-23). Le Messie est suivi par les douze apôtres, sur douze trônes (Matt. 19:28).

 

La restitution est faite pour les violations des autres commandements et si elle n’est pas faite, alors le larron ou le repris de justice est vendu pour la restitution. Il devient alors sujet à la servitude en dédommagement. Ainsi, l’État doit offrir de l’emploi rémunéré pour restaurer la propriété perdue par le crime. Si le criminel ne veut pas travailler en servitude, alors, sa vie est prise sous ce commandement. Les amendes de la transgression contre Dieu tombent aussi dans cette catégorie (cf. Exode 22:1-17 ; Deut. 22:19, 29 ;  Nom. 5:6-8 ; Lév. 5:14-19 ; 2Rois 3:4). Les détails sur les amendes sont trouvés dans les autres textes sur la loi e.g. La Loi et le Septième Commandement [260] et La loi et le Huitième Commandement [261].

 

Application de la Loi

Il n’y a qu’une loi pour tous.

 

Nombres 15:29-31 Pour l'indigène parmi les enfants d'Israël et pour l'étranger en séjour au milieu d'eux, il y aura pour vous une même loi, quand on péchera involontairement. 30 Mais si quelqu'un, indigène ou étranger, agit la main levée, il outrage l'Éternel ; celui-là sera retranché du milieu de son peuple. 31 Il a méprisé la parole de l'Éternel, et il a violé son commandement : celui-là sera retranché, il portera la peine de son iniquité. (LSG)

 

L’outrage au magistrat et à la Loi de Dieu, par le fait même, entraîne la peine de mort, à la fin.

 

Deutéronome 17:12-13 L'homme qui, par orgueil, n'écoutera pas le sacrificateur placé là pour servir l'Éternel, ton Dieu, ou qui n'écoutera pas le juge, cet homme sera puni de mort. Tu ôteras ainsi le mal du milieu d'Israël, 13 afin que tout le peuple entende et craigne, et qu'il ne se livre plus à l'orgueil. (LSG) 

La peine de mort

L'homme a été fait à l'image de Dieu, et quiconque verse le sang de l'homme doit être tué par l'homme (Genèse 9:5-6). La peine de mort est spécifiée dans certaines circonstances (cf. Lév. 20:1-27 ;  24:10-23 ; Nom. 15:29-31 ; Deut. 17:12-13).

 

Toutes ces choses sont faites pour que nous puissions apprendre à craindre Dieu et Ses Lois, étant sous Sa protection et justice, et Son alliance à l’intérieur de Son Temple (Deut. 8:6 ; Exode 12:15-19 ; Genèse 17:14 ; Exode 3:14 ; Lév. 17:8).

 

La personne qui maudit son père ou sa mère mourra sans enfant, et de là, sa progéniture est coupée ou mourra de la mort (Prov. 20:20 ; Matt. 15:4 ; Marc 7:10).

 

La peine de mort est encourue pour :

·         l’enlèvement [ou kidnapping] pour le gain (Deut. 24:7) ;

·         l'adultère (Deut. 22:22-24) ;

·         le viol forcé d'une femme fiancée ou mariée (Deut. 22:25-27);

·         les actes homosexuels (Lév. 20:13) ;

·         la sorcellerie ou la bestialité ou le fait de sacrifier à de faux dieux (Exode 22:18-20) ;

·         l’attitude rebelle contre ses parents (Deut. 21:18-21) ;

·         l’infraction du Sabbat (Exode 35:2 ; Nom. 15:32-36) ;

·         la fausse prophétie en enseignant la diminution des Lois de Dieu (Deut. 13:1-10) ;

·         l’outrage au magistrat en négligeant d’appliquer la sentence (Deut. 17:8-13) ;

·         un fils qui est un voleur ou un briseur de l’alliance ou un qui est idolâtre ou adultère ou qui opprime le pauvre et celui dans le besoin ou qui dépouille par la violence ou par l’usure ou d’autres méthodes semblables (Ézéchiel 18:10-13) ;

 

Les témoins et tendre un piège

 

Aucune personne ne doit être mise à mort, sauf sur la déposition de deux ou trois témoins (Deut. 17:6). Aucune personne ne doit être mise à mort sur la déposition d'un seul témoin et aucun témoin ne doit se retourner contre une personne pour quelque péché que ce soit (cf. Deut. 19:15). Les mains des témoins seront sur lui en premier. En d'autres termes, les témoins doivent participer au processus d’exécution (Deut. 17:7).

 

Ainsi, à partir de ce concept dans les textes de mentir pour tendre un piège aux autres, nous voyons que tendre un piège est une offense comme l’est la calomnie. Ils ne sont que des aspects différents du même péché et ils essayent de détruire l'individu par des moyens divers. 

Les types d'exécution

 

Il y a différents types d'exécution spécifiés dans la Bible :

·         Par le feu (Lév. 20:14; 21:9) ;

·         Par lapidation (Lév. 20:1,27 ; 24:14 ; Deut. 21:21) ;

·         Par la pendaison (Deut. 21:22-23 ; Josué 8:29) ;

·         Par l’épée (Exode 32:27-28).

 

Les systèmes d'exécution doivent être faits d’une manière exemplaire et ils ne sont pas obligatoires pour une première offense, excepté en relation avec le Sixième Commandement.

 

Le mauvais usage des lois de l'évidence et l'implémentation des traditions pharisaïques sont une violation de la loi biblique. Par exemple, la Bible dit qu'aucune personne ne peut être exécutée sur la déposition d'un seul témoin, tandis que les traditions disent qu’un témoin est suffisant. Quiconque exécute le Talmud, en opposition aux instructions expresses de la Bible, a commis une offense capitale. 

La mauvaise application de la peine de mort

L'ordre de tuer, pour la destruction de votre propre peuple, ne doit pas être obéi.

 

Exode 1:15-16 Le roi d'Égypte parla aussi aux sages-femmes des Hébreux, nommées l'une Schiphra, et l'autre Pua. 16 Il leur dit : Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux et que vous les verrez sur les sièges, si c'est un garçon, faites-le mourir ; si c'est une fille, laissez-la vivre. (LSG)

 

Cette politique a été préconisée par certains cultes religieux nationaux ce siècle-ci, autant en Europe qu’en Asie.

 

Exode 1:22 Alors Pharaon donna cet ordre à tout son peuple : Vous jetterez dans le fleuve tout garçon qui naîtra, et vous laisserez vivre toutes les filles. (LSG)

 

La miséricorde et la justice

 

La mise en application de la loi est en fonction des maximes de la miséricorde et de la justice et Christ a montré exactement comment la loi devait être exécutée. La peine de mort par exemple en rapport à l'adultèren’était pas obligatoire, mais elle l’était seulement lorsque le péché est répété, dans le défi impénitent de la loi.

 

Chaque commandement entraîne la peine de mort afin de montrer la force égale de la loi dans tous les aspects. Ce n’est que dans le sixième commandement que la peine de mort est obligatoire mais seulement dans certaines circonstances.

 

Les paroles de Christ déclarent que c’est l’intention de la loi (Jean 8:7). La loi doit être administrée avec miséricorde et justice, sans malice d’exécution, ni par ceux qui mentent en tendant des pièges pour prendre avantage des autres.

 

L'idolâtrie est expressément interdite à Israël, ou aux étrangers à l’intérieur de son territoire, et elle est une offense capitale.

 

Deutéronome 7:22-26 L'Éternel, ton Dieu, chassera peu à peu ces nations loin de ta face ; tu ne pourras pas les exterminer promptement, de peur que les bêtes des champs ne se multiplient contre toi. 23 L'Éternel, ton Dieu, te les livrera ; et il les mettra complètement en déroute, jusqu'à ce qu'elles soient détruites. 24 Il livrera leurs rois entre tes mains, et tu feras disparaître leurs noms de dessous les cieux ; aucun ne tiendra contre toi, jusqu’à ce que tu les aies détruits. 25 Vous brûlerez au feu les images taillées de leurs dieux. Tu ne convoiteras point et tu ne prendras point pour toi l'argent et l'or qui sont sur elles, de peur que ces choses ne te deviennent un piège ; car elles sont en abomination à l'Éternel, ton Dieu. 26 Tu n'introduiras point une chose abominable dans ta maison, afin que tu ne sois pas, comme cette chose, dévoué par interdit ; tu l'auras en horreur, tu l'auras en abomination, car c'est une chose dévouée par interdit. (LSG)

 

La punition pour le péché et le droit à la vie sous la loi

Aucun enfant ne doit être mis à mort pour les péchés du père, mais tout homme doit être mis à mort pour son propre péché (Deut. 24:16-17 ; 2Rois 14:6).

 

Aucune personne qui se sauve de l'esclavage ne doit être retournée à son maître ou à sa maîtresse. Les réfugiés doivent avoir un lieu pour vivre dans les portes des villes, à l’endroit de leurs choix, et ils ne doivent pas être opprimés. Ils doivent avoir le droit de vivre sous la Loi de Dieu (Deut. 23:15-16).

 

Le témoignage pour la peine de mort et sa nature obligatoire

La peine de mort est obligatoire dans le cas du meurtre prémédité, et l’exil à la ville de refuge est obligatoire pour l'homicide accidentel, pour la durée de la vie du sacrificateur impliqué dans la ville de refuge.

 

Pour le crime de meurtre, la mort de l'assassin est le produit final et la sanction finale de la loi.

 

Nombres 36:13 Tels sont les commandements et les lois que l'Éternel donna par Moïse aux enfants d'Israël, dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho. (LSG)

 

Quand tuer n’est pas un crime

 

Ce n'est pas un crime de tuer si c'est fait conformément à la Loi de Dieu comme mentionné plus tôt.

 

Exode 4:24 Pendant le voyage, en un lieu où Moïse passa la nuit, l'Éternel l'attaqua et voulut le faire mourir. (LSG)

 

Dieu a montré Son intention ici de détruire Moïse parce qu'il n'avait pas obéi à l’alliance en relation avec la circoncision de son fils.

 

Au cours des siècles, Dieu a causé la mort des gens en tant qu’exemple pour nous. Il n’y a aucun péché dans l’exécution de la loi concernant la peine de mort, car l’être qui exécutait la Loi de Dieu était le Messie, qui était et qui est sans péché.

 

La protection du Tabernacle et les droits et les devoirs du service de Dieu font aussi partie de la loi.

 

Nombres 18:22 Les enfants d'Israël n'approcheront plus de la tente d'assignation, de peur qu'ils ne se chargent d'un péché et qu'ils ne meurent. (LSG)

 

Cette législation pointait vers le nouveau Temple, et la séparation des élus dans l’ordre de Melchisédek de la société. La modification de la loi élimine l’individu de la première résurrection à la deuxième résurrection. Le Temple a été enlevé, et le nouveau Temple est fait de pierres vivantes.

 

Il est permis de tuer une personne dans la défense de sa propriété ou dans l’exécution des ordres juridiques faits à la suite de la loi en tant que conséquence du crime et punition. L’exécution, dans les deux cas, n'est pas un péché, ni est une violation de l’intention du sixième commandement.

 

Les villes de refuge et la législation concernant l’homicide accidentel ne sauvent pas l’assassin, même si l’individu s’accroche à l’autel de Dieu. Ce n’est pas une interdiction d’exécuter la justice.

 

Exode 21:12-14 Celui qui frappera un homme mortellement sera puni de mort. 13 S'il ne lui a point dressé d'embûches, et que Dieu l'ait fait tomber sous sa main, je t'établirai un lieu où il pourra se réfugier. 14 Mais si quelqu'un agit méchamment contre son prochain, en employant la ruse pour le tuer, tu l'arracheras même de mon autel, pour le faire mourir. (LSG)

 

L’interdiction de manger la viande d'un bœuf, qui a blessé quelqu’un d’un coup de corne, est afin de rendre sa chaire inutilisable et, par conséquent, décourager les gens d’utiliser et de garder des animaux dangereux. Dans les cas où le propriétaire garde sciemment des animaux dangereux, alors celui-ci est aussi coupable et doit être jugé. Cela s’applique aux chiens et aux autres animaux domestiques. Les animaux sauvages gardés dans les zoos sont une autre affaire, puisque leur intention est de tuer et de ne pas se faire tuer. La responsabilité, dans ce cas, se limite à la mort de l’animal et au dédommagement.

 

Exode 21:28-36 Si un bœuf frappe de ses cornes un homme ou une femme, et que la mort en soit la suite, le bœuf sera lapidé, sa chair ne sera point mangée, et le maître du bœuf ne sera point puni. 29 Mais si le bœuf était auparavant sujet à frapper, et qu'on en ait averti le maître, qui ne l'a point surveillé, le bœuf sera lapidé, dans le cas où il tuerait un homme ou une femme, et son maître sera puni de mort. 30 Si on impose au maître un prix pour le rachat de sa vie, il paiera tout ce qui lui sera imposé. 31 Lorsque le bœuf frappera un fils ou une fille, cette loi recevra son application ;

 

L’échec de payer les dommages tels que déterminés est en échange de la vie. Les dommages se limitent aux possessions de l’individu, qui est, tout ce qui lui sera imposé.

 

32 mais si le bœuf frappe un esclave, homme ou femme, on donnera trente sicles d'argent au maître de l'esclave, et le bœuf sera lapidé.

 

Le dédommagement aux employés est mentionné ici comme le prix d’un esclave : trente pièces d’argent. L’argent est payé au propriétaire du serviteur, qui est responsable de son bien-être à long terme. Ainsi, le paiement ne permet pas simplement d’enlever la responsabilité. De cette façon, la société est responsable pour le bien être de tous ceux dont elle a la charge.

 

En termes de dédommagement, chacun est responsable pour ses propres actions.

 

33 Si un homme met à découvert une citerne, ou si un homme en creuse une et ne la couvre pas, et qu'il y tombe un bœuf ou un âne, 34 le possesseur de la citerne paiera au maître la valeur de l'animal en argent, et aura pour lui l'animal mort.

 

Le coût est atténué par l’animal mort. La responsabilité de sa disposition repose aussi sur la partie trouvée coupable. Ainsi, la négligence entière dans cette affaire est prise en considération.

 

35 Si le bœuf d'un homme frappe de ses cornes le bœuf d'un autre homme, et que la mort en soit la suite, ils vendront le bœuf vivant et en partageront le prix ; ils partageront aussi le bœuf mort. 36 Mais s’il est connu que le bœuf était auparavant sujet à frapper, et que son maître ne l’ait point surveillé, ce maître rendra bœuf pour bœuf, et aura pour lui le bœuf mort.  (LSG)

 

Il y a ici deux façons de tuer. L'une est le résultat d’un risque normal, car les animaux sont connus de lutter par instinct, ainsi, la perte est également assumée. Là où un troupeau est connu comme un problème, le propriétaire est responsable pour sa négligence. Cela s’applique aujourd’hui aux cas dans lesquels le bétail erre sur les routes et des dommages en résultent.

 

Lévitique 24:17-21 Celui qui frappera un homme mortellement sera puni de mort. 18 Celui qui frappera un animal mortellement le remplacera : vie pour vie. 19 Si quelqu'un blesse son prochain, il lui sera fait comme il a fait : 20 fracture pour fracture, œil pour œil, dent pour dent ; il lui sera fait la même blessure qu'il a faite à son prochain. 21 Celui qui tuera un animal le remplacera, mais celui qui tuera un homme sera puni de mort. (LSG)

 

Cette forme de rétribution dans la loi est pour arrêter le dommage malicieux et délibéré. Mort pour mort, œil pour œil, dent pour dent. La violence doit être éliminée de notre peuple. Le cas du dommage accidentel est une autre affaire, et ici la perte est compensée par un dédommagement, selon la gravité de l’affaire.

 

Le cas des dommages causés par malice et en secret entraîne une malédiction sur l’auteur. Le peuple doit y consentir en disant Amen (ou vérité, ou vraiment, ou qu’il en soit ainsi), consentant de la sorte au jugement. La punition s’applique toujours mais la malédiction est ajoutée en plus.

 

Deutéronome 27:24-25 Maudit soit celui qui frappe son prochain en secret ! Et tout le peuple dira : Amen ! 25 Maudit soit celui qui reçoit un présent pour répandre le sang de l'innocent ! Et tout le peuple dira : Amen ! (LSG)

 

La loi dit clairement qu'il ne doit pas y avoir de pitié dans les cas de meurtre et de malice.

 

Deutéronome 19:21 Tu ne jetteras aucun regard de pitié : œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied. (LSG)

 

La loi demande que la personne qui a été pendue à un arbre ne demeure pas toute la nuit sur cet arbre. Elle doit être enterrée ce jour-là. Cette loi a souvent été brisée par les Grecs et les Romains et cette activité des hommes laissés pendus pendant la nuit a pénétré leur forme de Christianisme.

 

Deutéronome 21:22-23 Si l'on fait mourir un homme qui a commis un crime digne de mort, et que tu l'aies pendu à un bois, 23 son cadavre ne passera point la nuit sur le bois ; mais tu l'enterreras le jour même, car celui qui est pendu est un objet de malédiction auprès de Dieu, et tu ne souilleras point le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne pour héritage. (LSG)

 

La terre ne doit pas être maudite à cause de ce barbarisme et de cette cruauté. Donc, la pendaison était considérée comme la façon normale d’exécution. L’enterrement devait être fait ce jour-là, son but étant de sauver la nation du barbarisme et de la violence, en même temps.

 

Dieu suscite un libérateur en Son temps.

 

Nombres 25:7-9 À cette vue, Phinées, fils d'Eléazar, fils du sacrificateur Aaron, se leva du milieu de l'assemblée, et prit une lance, dans sa main. 8 Il suivit l'homme d'Israël dans sa tente, et il les perça tous les deux, l'homme d'Israël, puis la femme, par le bas-ventre. Et la plaie s'arrêta parmi les enfants d'Israël. 9 Il y en eut vingt-quatre mille qui moururent de la plaie. (LSG)

 

Phinées a été jugé comme juste dans l’exécution des auteurs de crime, alors que la nation était inactive. La plaie a été arrêtée à cause de son zèle. La leçon était : Tu ne suivras point la multitude pour faire le mal” (Ex. 23:2), ou pour violer la justice.

 

L'idolâtrie entraîne une peine de mort obligatoire.

 

Deutéronome 13:11-18 11 Il en sera ainsi, afin que tout Israël entende et craigne, et que l'on ne commette plus un acte aussi criminel au milieu de toi. 12 Si tu entends dire au sujet de l'une des villes que t'a données pour demeure l'Éternel, ton Dieu : 13 Des gens pervers sont sortis du milieu de toi, et ont séduit les habitants de leur ville en disant : Allons, et servons d'autres dieux ! des dieux que tu ne connais point 14 tu feras des recherches, tu examineras, tu interrogeras avec soin. La chose est-elle vraie, le fait est-il établi, cette abomination a-t-elle été commise au milieu de toi, 15 alors tu frapperas du tranchant de l'épée les habitants de cette ville, tu la dévoueras par interdit avec tout ce qui s'y trouvera, et tu en passeras le bétail au fil de l'épée. 16 Tu amasseras tout le butin au milieu de la place, et tu brûleras entièrement au feu la ville avec tout son butin, devant l'Éternel, ton Dieu : elle sera pour toujours un monceau de ruines, elle ne sera jamais rebâtie. 17 Rien de ce qui sera dévoué par interdit ne s'attachera à ta main, afin que l'Éternel revienne de l'ardeur de sa colère, qu'il te fasse miséricorde et grâce, et qu'il te multiplie, comme il l'a juré à tes pères, 18 si tu obéis à la voix de l'Éternel, ton Dieu, en observant tous ses commandements que je te prescris aujourd'hui, et en faisant ce qui est droit aux yeux de l'Éternel, ton Dieu. (LSG)

 

Salomon a péché et est mort d’une mort naturelle. Sa récompense cependant dépend de sa repentance.

 

La peine de mort est administrée par la famille, et les parents sont responsables pour les actions de leurs enfants. Donc, les dommages occasionnés par les enfants sont la responsabilité de la famille, jusqu’à ce qu’ils deviennent adultes. Un jeune rebelle est la responsabilité des parents, et ceux-ci doivent le livrer aux magistrats pour être jugé.

 

Deutéronome 21:18-21 Si un homme a un fils indocile et rebelle, n'écoutant ni la voix de son père, ni la voix de sa mère, et ne leur obéissant pas même après qu'ils l'ont châtié, 19 le père et la mère le prendront, et le mèneront vers les anciens de sa ville et à la porte du lieu qu'il habite. 20 Ils diront aux anciens de sa ville : Voici notre fils qui est indocile et rebelle, qui n'écoute pas notre voix, et qui se livre à des excès et à l'ivrognerie. 21 Et tous les hommes de sa ville le lapideront, et il mourra. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi, afin que tout Israël entende et craigne. (LSG)

 

Il est également écrit : “Ne provoquez pas vos enfants à la colère” (Éphésiens 6:4 ; Col. 3:21). La structure du cinquième commandement est modifiée par le concept du sixième commandement. Aucun enfant ne doit être provoqué sous le cinquième commandement, pour qu’il puisse être mis à mort sous le cinquième et le sixième commandement. Le parent est coupable sous le sixième commandement en invoquant la peine de mort sous le cinquième commandement. D’où l’interprétation de Paul dans Éphésiens et Colossiens.

 

La nécessité de l’obéissance loyale est enseignée dans la famille et renforcée dans la nation tel que vu dans Nombres 14:1-45. Ce texte a été traité dans la section sur La Loi et le Premier Commandement [253].

 

L'obéissance à la volonté de Dieu

Le Seigneur veut l'obéissance plus que le sacrifice.

 

Deutéronome 11:1-32 [À LIRE ENTIÈREMENT]

Donc, le Seigneur donne la vie, la durée de la vie, et la protection sur la terre selon l'obéissance. Dans tout cela, la capacité de tuer la création a été conférée à l'homme (cf. Deut. 12:15).

 

L'obéissance à la volonté de Dieu est nécessaire pour la survie. La nation a été restaurée plusieurs fois. Dieu l’a aussi punie plusieurs fois, mais elle refuse toujours d’écouter. Quand Israël s’est fait offrir l’opportunité d’obtenir le salut, ils l’ont refusée et Dieu les a quittés quand ils ont ensuite voulu le faire selon leurs propres termes. Pendant quarante ans, Israël a vagabondé dans le désert dans leurs péchés et ils y sont morts. Seuls les enfants ont survécu et sont entrés dans la Terre Promise. Également, les tribus de Juda et une partie de Lévi et de Benjamin sont aussi morts dans le désert, pendant quarante jubilés. Pareillement, la multitude des tribus d'Israël qui ne s’est pas convertie mourut. Ils encourent tous la peine de mort, tout comme leurs pères sont tous morts (sauf Caleb de Juda et Josué d'Éphraïm) et ils seront dans la seconde résurrection à cause de leur désobéissance. Beaucoup d'Éphraïm et des tribus ont accepté le Messie et ont fait partie des 144000. Tous les douze apôtres étaient de Juda et Lévi de la région de Galilée tandis que Paul était de Benjamin.

 

La loi et le sixième commandement requièrent de donner la vie et de protéger la vie. L'échec d’agir sous ce commandement résulte en la destruction de la société. La loi doit être tempérée par la miséricorde et la justice. Cependant, la justice ne doit être retardée. La justice ne doit pas non plus être niée par la négligence de l’exécuter pour raison de faiblesse. La miséricorde et la tolérance ne sont pas de la faiblesse et la justice ne doit pas être confondue avec l'administration négligente de la loi.

 

 

q