Les Églises Chrétiennes de Dieu

[267]

 

 

 

Manger Ensemble dans l’Adoration [267]

 

(Édition 2006-03-29)

 

 

 

 

Les Lois de Dieu nous commandent de manger ensemble dans l’adoration. Notre manière de le faire et de nous vêtir est révélateur pour nous en tant qu’église et en tant qu’ambassadeurs du Royaume de Dieu sur cette terre.

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

 

(Copyright ã 2006 Wade Cox)

(Tr. 2009, rév 2016)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
http://logon.org/ et http://french.ccg.org/ 


 Manger Ensemble dans l’Adoration [267]

 

Dieu nous commande d'observer la Loi et de nous réunir ensemble dans tout pays qui nous est donné comme héritage dans Son adoration. La structure et les commandements sont donnés au Chapitre 12 de Deutéronome dans son intégralité.

 

Deutéronome 12:1 Voici les lois et les ordonnances que vous observerez et que vous mettrez en pratique, aussi longtemps que vous y vivrez, dans le pays dont l’Eternel, le Dieu de vos pères, vous donne la possession.

 

Notez que le contexte du temps n'est pas limité au Temple et à Jérusalem mais plutôt à toute nation qui nous est donnée et durant tous les jours que nous vivons sur la terre.

 

2 Vous détruirez tous les lieux où les nations que vous allez chasser servent leurs dieux, sur les hautes montagnes, sur les collines, et sous tout arbre vert. 3 Vous renverserez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous brûlerez au feu leurs idoles, vous abattrez les images taillées de leurs dieux, et vous ferez disparaître leurs noms de ces lieux-là. 4 Vous n’agirez pas ainsi à l’égard de l’Eternel, votre Dieu. 5 Mais vous le chercherez à sa demeure, et vous irez au lieu que l’Eternel, votre Dieu, choisira parmi toutes vos tribus pour y placer son nom.

 

Ainsi, le Seigneur choisira de fixer un lieu pour chaque tribu et localité. L'adoration des faux dieux doit être rejetée et ne doit pas être imitée dans l’adoration du Seul Vrai Dieu. Toutes les nations doivent adorer là où le Seigneur a placé Son nom. La dîme est liée à cette adoration. La structure de la dîme dans l’adoration doit s'appliquer à la tribu et à la nation où elles sont placées dans leur héritage.

 

6 C’est là que vous présenterez vos holocaustes, vos sacrifices, vos dîmes, vos prémices, vos offrandes en accomplissement d’un voeu, vos offrandes volontaires, et les premiers-nés de votre gros et de votre menu bétail. 7 C’est là que vous mangerez devant l’Eternel, votre Dieu, et que, vous et vos familles, vous ferez servir à votre joie tous les biens par lesquels l’Eternel, votre Dieu, vous aura bénis. 8 Vous n’agirez donc pas comme nous le faisons maintenant ici, où chacun fait ce qui lui semble bon, 9 parce que vous n’êtes point encore arrivés dans le lieu de repos et dans l’héritage que l’Eternel, votre Dieu, vous donne.

 

Ainsi, nous ne devons pas faire ce qui est juste à nos propres yeux lorsque nous sommes établis dans notre héritage en sûreté.

 

10 Mais vous passerez le Jourdain, et vous habiterez dans le pays dont l’Eternel, votre Dieu, vous mettra en possession; il vous donnera du repos, après vous avoir délivrés de tous vos ennemis qui vous entourent, et vous vous établirez en sécurité. 11 Alors il y aura un lieu que l’Eternel, votre Dieu, choisira pour y faire résider son nom. C’est là que vous présenterez tout ce que je vous ordonne, vos holocaustes, vos sacrifices, vos dîmes, vos prémices, et les offrandes choisies que vous ferez à l’Eternel pour accomplir vos voeux. 12 C’est là que vous vous réjouirez devant l’Eternel, votre Dieu, vous, vos fils et vos filles, vos serviteurs et vos servantes, et le Lévite qui sera dans vos portes; car il n’a ni part ni héritage avec vous.

 

Nous sommes commandés d'aller là où le Seigneur notre Dieu choisira de placer Son nom. Nous sommes tous exigés d’apporter nos offrandes et nos dîmes et d’y manger là ensemble avec les serviteurs de Dieu qui n'ont aucun autre héritage.

 

Nous ne devons pas faire d’offrande en tout lieu mais seulement dans la place mise à part par Dieu à cet effet. Aujourd'hui, cela désigne l’endroit déterminé officiellement par l'Église comme instrument pour la conduite des Lois de Dieu dans l’adoration.

 

13 Garde-toi d’offrir tes holocaustes dans tous les lieux que tu verras ; 14 mais tu offriras tes holocaustes au lieu que l’Eternel choisira dans l’une de tes tribus, et c’est là que tu feras tout ce que je t’ordonne.

 

La consommation normale de viande n'est pas limitée par ce commandement ou cette loi qui permet l’abattage et la consommation quotidienne de viande à l’intérieur des portes de notre peuple.

 

15 Néanmoins, quand tu en auras le désir, tu pourras tuer du bétail et manger de la viande dans toutes tes portes, selon les bénédictions que t’accordera l’Eternel, ton Dieu ; celui qui sera impur et celui qui sera pur pourront en manger, comme on mange de la gazelle et du cerf.

 

La restriction est que nous ne pouvons pas manger la dîme dans aucune de nos portes et elle doit être seulement consommée à l’endroit qui est réservé dans le but d'adorer le Seul Vrai Dieu.

 

17 Tu ne pourras pas manger dans tes portes la dîme de ton blé, de ton moût et de ton huile, ni les premiers-nés de ton gros et de ton menu bétail, ni aucune de tes offrandes en accomplissement d’un voeu, ni tes offrandes volontaires, ni tes prémices.

 

Ces dîmes et ces offrandes doivent seulement être consommées à l'endroit prévu à cet effet par l'Église dans le déroulement des fêtes du Seigneur, trois fois par an, conformément au Calendrier Sacré (voir l’étude Le Calendrier de Dieu (No. 156) et aussi La Dîme (No. 161)).

 

18 Mais c’est devant l’Eternel, ton Dieu, que tu les mangeras, dans le lieu que l’Eternel, ton Dieu, choisira, toi, ton fils et ta fille, ton serviteur et ta servante, et le Lévite qui sera dans tes portes ; et c’est devant l’Eternel, ton Dieu, que tu feras servir à ta joie tous les biens que tu posséderas. 19 Aussi longtemps que tu vivras dans ton pays, garde-toi de délaisser le Lévite.

 

Cet aspect ne doit pas s’appliquer uniquement à Israël dans son premier héritage mais à la nation entière et à Israël Spirituel qui est l'Église de Dieu, comme nous le voyons de ce texte. Nous pouvons convertir nos dîmes en argent et aller à l'endroit mis à part pour nous, peu importe où nous sommes. Vu que l'argent est le moyen normal d'échange de nos jours, il n'y a aucun problème dans la compréhension de cet aspect et du concept de la dîme de cet argent.

 

Le texte exige de nous d’aller et de nous réjouir devant le Seigneur Dieu dans tout ce que nous avons décidé de faire. Le fait même d'y aller et de manger est une fonction de l'adoration du Dieu Vivant et de ce que nous faisons. Cela est aussi mentionné selon cet aspect dans le Psaume 22:29.

 

20 Lorsque l’Eternel, ton Dieu, aura élargi tes frontières, comme il te l’a promis, et que le désir de manger de la viande te fera dire : Je voudrais manger de la viande ! Tu pourras en manger, selon ton désir. 21 Si le lieu que l’Eternel, ton Dieu, aura choisi pour y placer son nom est éloigné de toi, tu pourras tuer du gros et du menu bétail, comme je te l’ai prescrit, et tu pourras en manger dans tes portes selon ton désir.

 

22 Tu en mangeras comme on mange de la gazelle et du cerf ; celui qui sera impur, et celui qui sera pur en mangeront l’un et l’autre. 23 Seulement, garde-toi de manger le sang, car le sang, c’est l’âme ; et tu ne mangeras pas l’âme avec la chair. 24 Tu ne le mangeras pas: tu le répandras sur la terre comme de l’eau. 25 Tu ne le mangeras pas, afin que tu sois heureux, toi et tes enfants après toi, en faisant ce qui est droit aux yeux de l’Eternel.

 

La nation entière, autant les purs que les impurs (v.22), doit consommer de ces viandes aux fêtes. Le sang de ces animaux est interdit pour la consommation.

 

Les dîmes et ce qui est acceptable devant Dieu doivent être apportés au lieu de la Fête qui a été choisie pour ce but. Ainsi, à partir de la première partie du texte dans le verset 17, on nous interdit de manger la dîme dans nos portes. Cependant, quand nous sommes étendus et le lieu mis à part pour les fêtes est trop loin, alors nous pouvons manger la dîme dans nos portes selon la nécessité (v. 21), mais on s’attend à ce que nous soyons à l'endroit choisi pour la Fête (vv 26-27). Ainsi, nous devons faire tous les efforts pour aller là, mais si nous ne pouvons pas, alors nous pouvons manger de ces dîmes à la maison. Si nous devons le faire, nous pouvons convertir la dîme en argent et le prendre et offrir les voeux que nous avons faits devant Dieu au lieu choisi. Durant les temps modernes, les dîmes sont en argent de toute façon pour la plupart des travailleurs.

 

26 Mais les choses que tu voudras consacrer et les offrandes que tu feras en accomplissement d’un voeu, tu iras les présenter au lieu qu’aura choisi l’Eternel.

 

Il y a une injonction ici dans le texte au sujet de l’obligation pour nous d’observer ces aspects pour toujours. Christ a accompli la loi de Dieu et a ainsi éliminé le sacrifice, mais il n'a pas éliminé la loi et il n'a pas éliminé les fêtes ou la dîme.

 

28 Garde et écoute toutes ces choses que je t’ordonne, afin que tu sois heureux, toi et tes enfants après toi, à perpétuité, en faisant ce qui est bien et ce qui est droit aux yeux de l’Eternel, ton Dieu. 29 Lorsque l’Eternel, ton Dieu, aura exterminé les nations que tu vas chasser devant toi, lorsque tu les auras chassées et que tu te seras établi dans leur pays, 30 garde-toi de te laisser prendre au piège en les imitant, après qu’elles auront été détruites devant toi. Garde-toi de t’informer de leurs dieux et de dire: Comment ces nations servaient-elles leurs dieux ? Moi aussi, je veux faire de même. 31 Tu n’agiras pas ainsi à l’égard de l’Eternel, ton Dieu ; car elles servaient leurs dieux en faisant toutes les abominations qui sont odieuses à l’Eternel, et même elles brûlaient au feu leurs fils et leurs filles en l’honneur de leurs dieux. 32 Vous observerez et vous mettrez en pratique toutes les choses que je vous ordonne; vous n’y ajouterez rien, et vous n’en retrancherez rien.

 

Ainsi, il a toujours été compris que nous devions observer la loi et observer les Fêtes de Dieu et nous rassembler ensemble dans l’adoration en tant qu’assemblées commandées.

 

Cela était compris depuis les temps les plus anciens. David était conscient qu'il devait assister aux Fêtes de Nouvelle Lune à la cour du roi en tant qu’officier (1Sam. 20:5,24). Il était obligé d’être présent à cette assemblée. Si nous nous habillons dignement devant des autorités civiles, combien plus devrions-nous le faire devant Dieu et nos frères ?

 

L'Église l’a fait en assemblée comme nous lisons des Actes 2:42-47.

 

Actes 2:42-47 Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. 43 La crainte s’emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres. 44 Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. 45 Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. 46 Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur, 47 louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés. (LSG)

 

À mesure qu’ils étaient ajoutés, les Églises grandissaient et les gens adoraient et mangeaient régulièrement ensemble.

 

Ils adoraient dans le Temple lorsqu'il se dressait à Jérusalem et ils allaient dans les maisons des frères et  mangeaient en commun. A l'extérieur de la Judée, ils se rencontraient dans leurs maisons et mangeaient ensemble dans l’adoration.

 

L'Église à Corinthe pervertissait ces fêtes en des occasions de chute. Ils ont été commandés de manger dans leur maison s'ils ne pouvaient pas se comporter d’une façon décente.

 

1Corinthiens 11:20-34 Lors donc que vous vous réunissez, ce n’est pas pour manger le repas du Seigneur ; 21 car, quand on se met à table, chacun commence par prendre son propre repas, et l’un a faim, tandis que l’autre est ivre. 22 N’avez-vous pas des maisons pour y manger et boire ? Ou méprisez-vous l’Église de Dieu, et faites-vous honte à ceux qui n’ont rien ? Que vous dirai-je ? Vous louerai-je ? En cela je ne vous loue point. 23 Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné ; c’est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, 24 et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. 25 De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. 26 Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. 27 C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. 28 Que chacun donc s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe ; 29 car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. 30 C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades, et qu’un grand nombre sont morts. 31 Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. 32 Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde. 33 Ainsi, mes frères, lorsque vous vous réunissez pour le repas, attendez-vous les uns les autres. 34 Si quelqu’un a faim, qu’il mange chez lui, afin que vous ne vous réunissiez pas pour attirer un jugement sur vous. Je réglerai les autres choses quand je serai arrivé.

 

Ainsi, le Dîner du Seigneur annuel était une occasion de solennité et de commémoration mais il a été perverti en amusements à Corinthe. Les frères devaient se réunir ensemble pour manger et se comporter d’une façon décente lorsqu’ils mangeaient ensemble.

 

De cette façon, ils devaient être des ambassadeurs de Dieu et respectueux les uns des autres.

 

L'Église comprenait cet aspect mais était consciente que le Royaume de Dieu n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie dans l'Esprit Saint (Rom. 14:17). La façon dont nous nous conduisons et le respect que nous montrons aux frères, révèlent nos propres attitudes envers Dieu et le Christ dans l'Église.

 

Tenue vestimentaire 

Les frères ont tous reçu des codes vestimentaires. Les hommes ne devaient pas porter les cheveux longs (1 Cor. 11:14) et devaient s’habiller convenablement. Les femmes devaient porter un habillement modeste.

 

1Timothée 2:9-10 :

 

Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habits somptueux, 10 mais qu’elles se parent de bonnes oeuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu.

 

Le mot ‘tresses  dans la version LSG est plegma du grec, signifiant des tresses ou des cheveux tressés d’une façon ornée. C'était la coutume de parer les cheveux d'or et de perles, etc. La référence est considérée comme étant pour les épouses plutôt qu’aux femmes en général.

 

Commentaire : Le texte n'implique pas une interdiction totale du port de bijoux ou de cheveux tressés. Mais Paul exprimait plutôt la prudence dans une société où de telles choses étaient des signes de luxe et d'exposition de fierté personnelle extravagante.

 

Comparer aussi 1Pierre 3:3-5 :

 

Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt, 4 mais la parure intérieure et cachée dans le coeur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu. 5 Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leurs maris,

 

Alors, aussi, les femmes ne devaient pas porter d'habillement d'homme ni un homme celui d'une femme sous la loi.

 

Deutéronome 22:5 :

 

Une femme ne portera point un habillement d’homme, et un homme ne mettra point des vêtements de femme ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel, ton Dieu.

 

C'est à cause de ces restrictions et des coutumes de longue date des Églises de Dieu qu'elles devaient se conformer à un code vestimentaire selon les coutumes des nations à l'intérieur desquelles elles résidaient.

 

Les Fêtes de Sabbat de l'Église ont toujours été considérées comme des fêtes de noce où on s’habillait pour se présenter devant notre futur mari Jésus Christ qui s’en vient et pour l’adoration devant notre Père, le Seul Vrai Dieu.

 

Ainsi, la norme minimale était le meilleur costume ou habillement que nous avions pour les occasions spéciales. À tout le moins, nous nous habillerions comme nous le ferions pour les affaires en montrant de la courtoisie envers ceux avec qui nous mangions.

 

Seulement au cours des récentes années, il est devenu à la mode dans certains pays de ne pas s’habiller d’une manière semi-formelle pour les Sabbats et les Jours Saints du Seigneur, soit pour aller à l'assemblée de l’Église, soit pour aller aux repas communs. Cependant, cela ne rend pas forcément la pratique acceptable. Cela signifie simplement que nous abaissons nos normes dans l’irrespect des préceptes des Écritures et des coutumes des Églises de Dieu.

 

Dans les Églises de Dieu, la pratique a toujours été que les femmes ne portent pas de pantalons aux Sabbats, aux Nouvelles Lunes et Jours Saints mais s'habillent d’une manière appropriée avec une robe ou une jupe avec chemisier, avec ou sans veston.

 

Les mâles portent toujours une chemise et une cravate avec un veston dans les climats plus frais tant aux services qu’aux repas.

 

Dans les nations asiatiques, l’habillement national formel tel que les chemises batik ou Barongs (dans les Philippines) sont l’usage formel accepté.

 

Les Sarongs et les Saris sont également des habillements nationaux acceptables comme habit formel.

 

La tenue décontractée chic peut s'appliquer aux repas de Fête autres que les Sabbats et les Jours Saints.

 

Dans les activités extérieures, les femmes peuvent porter des pantalons et des bottes.

 

Les jeans ne sont pas acceptables dans aucune activité intérieure mais peuvent être portés dans les activités extérieures telles que les barbecues et les randonnées.

 

Les sandales ont été portées depuis que les chaussures ont été inventées et n'ont jamais été réglementées. Cependant, elles devraient être portées de manière appropriée.

 

Les chaussures sportives ou orthopédiques peuvent être portées seulement si nécessaire et pour des raisons médicales aux repas et fonctions formelles de l’Église.

 

Ces normes ont été adoptées par résolution dans tous les corps nationaux des Églises de Dieu et par la Conférence Mondiale.

 

Si nous ne respectons pas assez les uns les autres pour s’habiller d’une manière appropriée, nous devrions rester à la maison. Rappelez-vous que nous faisons partie du Corps du Christ et notre habillement devrait refléter ce fait. Toutes les fois que nous nous réunissons ensemble, nous sommes devant Dieu et nous devons L'honorer dans notre tenue vestimentaire, de même que dans nos discussions et notre comportement.

 

Pour conclure, il est de notre responsabilité de nous habiller convenablement afin de ne pas offenser Dieu ou quiconque de nos frères. Les gens dans le besoin devraient être aidés de sorte que tous puissent assister aux Fêtes, fraterniser et manger ensemble sur une base régulière aussi souvent que possible, et avoir les nécessités de base de la vie, comme nous avons vu dans Actes 2:45, afin que nous ne manquions de rien. 

 

q