Les Églises Chrétiennes de Dieu

[295]

 

 

 

Léa et Rachel [295]

 

(Édition 1.0 20060611-20060611)

 

 

 

 

Léa et Rachel préfigurent Christ dans sa relation avec Israël physique et spirituel à la fois en tant que la nation et l'Église de Dieu.

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2006 Wade Cox)

(Tr. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 


Léa et Rachel [295]

 

 

L'histoire de Léa et Rachel concerne les femmes qui allaient devenir les épouses de Jacob, qui était le fils d'Isaac, fils d'Abraham. L'histoire est vraiment celle de quatre femmes, Léa et Rachel et leurs deux servantes, Bilha et Zilpa, qui devinrent aussi les mères des fils de Jacob.

 

Jacob allait avoir son nom changé en Israël, ce qui signifie : "il régnera comme El", ou comme Dieu. L'histoire des femmes et des enfants qu'elles ont portés est le plan du salut de l'humanité à travers le Messie. L'histoire commence dans Genèse chapitre 29, quand Jacob va dans un autre pays, vers les gens de l'Est, afin qu'il puisse prendre une femme.

 

Chaque élément de l'histoire est symbolique. Les trois troupeaux de brebis pointent vers l'ensemble de la famille de Noé dans les fils de Sem, Cham et Japhet. Les concepts de brebis et de bovins, ainsi que la terminologie se référant aux deux, portent sur les concepts des nations et des fils d'Israël.

 

Le symbolisme de la pierre sur le puits indique que l'eau de la Parole de Dieu était jusqu’à maintenant fermée et ouverte seulement en des temps fixes et rendue disponible par les prophètes, qui étaient chargés des oracles de Dieu (voir aussi l'étude Les Oracles de Dieu (No. 184)). Jacob s'adresse à eux comme des frères et ils révèlent qu'ils sont de Charan. Cela était SHD 2771 charan signifiant être desséché, par conséquent, une terre aride, desséchée par la colère ou la passion. Le nom, Haran, s’apparentant à Haran fils de Térach, est SHD 2039, signifiant montagnard ou de la montagne (il y a une faute de frappe dans Strong sur ​​les nombres).

 

Jacob leur demande ensuite s'ils connaissent Laban, fils de Nachor son parent. Nachor est le nom à la fois du père de Térach et du grand-père d'Abraham, ainsi que le nom du fils de Térach. Nachor (SHD 5152) signifie : ronfleur de la racine renâcler ou ronfler. Laban était aussi le frère de la mère de Jacob (Genèse 28:2). Laban (SHD 3837) signifie : être ou devenir blanc (SHD 3837 de SHD 3835 et 3836). Haran, fils de Térach, et frère d'Abraham et de Nachor, est le père de Lot. Jacob a donc été envoyé vers une terre desséchée d'où il prendrait ses épouses. Les épouses viendraient de celui qui devient blanc, comme un fils de celui qui ronfle. Le concept est que les mariées sont tirées de celui qui devient blanc, étant né de ceux qui sont endormis. Le salut est donc celui des Gentils.

 

Genèse 29

Jacob se mit en marche, et s’en alla au pays des fils de l’Orient. 2 Il regarda. Et voici, il y avait un puits dans les champs ; et voici, il y avait à côté trois troupeaux de brebis qui se reposaient, car c’était à ce puits qu’on abreuvait les troupeaux. Et la pierre sur l’ouverture du puits était grande. 3 Tous les troupeaux se rassemblaient là ; on roulait la pierre de dessus l’ouverture du puits, on abreuvait les troupeaux, et l’on remettait la pierre à sa place sur l’ouverture du puits. 4 Jacob dit aux bergers : Mes frères, d’où êtes-vous ? Ils répondirent : Nous sommes de Charan. 5 Il leur dit : Connaissez-vous Laban, fils de Nachor ? Ils répondirent : Nous le connaissons. 6 Il leur dit : Est-il en bonne santé ? Ils répondirent : Il est en bonne santé ; et voici Rachel, sa fille, qui vient avec le troupeau. 7 Il dit : Voici, il est encore grand jour, et il n’est pas temps de rassembler les troupeaux ; abreuvez les brebis, puis allez, et faites-les paître. 8 Ils répondirent : Nous ne le pouvons pas, jusqu’à ce que tous les troupeaux soient rassemblés ; c’est alors qu’on roule la pierre de dessus l’ouverture du puits, et qu’on abreuve les brebis.

 

Jacob était revenu à Charan vers son propre peuple pour prendre une épouse. De la même manière, Christ a été envoyé vers son peuple pour prendre une épouse. Jacob alla chez Laban, son parent. Rachel, fille de Laban, devait venir avec les troupeaux. Rachel (SHD 7354 de 7353) signifie : cheminer comme une brebis qui est un bon voyageur. Les brebis sont les membres essentiels d'un troupeau et voyagent pour se nourrir. Ainsi, l'épouse choisie de Jacob (SHD 3290 ; celui qui prend le talon ou qui supplante) qui est devenu Israël (il régnera comme Dieu) était la brebis du troupeau qui a voyagé pour se nourrir de la Parole de Dieu, et la famille qu’ils ont créée régnerait comme Dieu. Israël représentait Christ qui devait remplacer Satan comme Étoile du Matin.

 

L'heure est définie comme étant avant que la pierre soit roulée de l’ouverture du puits. Ils ont sans doute pu faire cela, mais cela se réfère allégoriquement au roulement de la pierre du tombeau à la résurrection du Christ.

 

Ce texte traite du concept des élus en tant que les brebis de Dieu étant empêchées et incapables d'être abreuvées jusqu'à ce qu'elles soient réunies et la pierre soit roulée de l’ouverture du puits. Dans cette action, Dieu, par Christ, a rendu l'eau de l’Esprit Saint à la disposition des élus.

 

9 Comme il leur parlait encore, survint Rachel avec le troupeau de son père ; car elle était bergère. 10 Lorsque Jacob vit Rachel, fille de Laban, frère de sa mère, et le troupeau de Laban, frère de sa mère, il s’approcha, roula la pierre de dessus l’ouverture du puits, et abreuva le troupeau de Laban, frère de sa mère. 11 Et Jacob baisa Rachel, il éleva la voix et pleura. 12 Jacob apprit à Rachel qu’il était parent de son père, qu’il était fils de Rebecca. Et elle courut l’annoncer à son père. 13 Dès que Laban eut entendu parler de Jacob, fils de sa sœur, il courut au-devant de lui, il l’embrassa et le baisa, et il le fit venir dans sa maison. Jacob raconta à Laban toutes ces choses. 14 Et Laban lui dit : Certainement, tu es mon os et ma chair. Jacob demeura un mois chez Laban.

 

Ce texte a une allégorie sur le fait que le Messie devait commencer son ministère quand il était dans la trentaine (le mois), et pour ce ministère, il devait hériter à la fois d'Israël physique et spirituel comme son épouse.

 

Il a révélé sa présence à l'Église dans le désert. Il a nourri la minorité avant l'heure de nourrir toutes les brebis des nations.

 

15 Puis Laban dit à Jacob : Parce que tu es mon parent, me serviras-tu pour rien ? Dis-moi quel sera ton salaire. 16 Or, Laban avait deux filles : l’aînée s’appelait Léa, et la cadette Rachel. 17 Léa avait les yeux délicats ; mais Rachel était belle de taille et belle de figure. 18 Jacob aimait Rachel, et il dit : Je te servirai sept ans pour Rachel, ta fille cadette. 19 Et Laban dit : J’aime mieux te la donner que de la donner à un autre homme. Reste chez moi !

 

Le texte continue ensuite de se référer allégoriquement au service de Christ pour l'âge des sept mille ans qu'il a travaillé pour l'Église de Dieu et le salut de l'humanité. Cela est représenté par les sept ans. Son objectif était l'Église spirituelle définitive de Dieu qui serait aussi la Cité de Dieu et était le véritable objectif de la création. La même période de sept ans est ensuite appliquée à Léa. Il voulait Rachel, mais devait d'abord épouser Léa, qui est l'Israël physique. Rachel est l'Israël spirituel et cette création spirituelle couvre également les sept mille ans de la création physique.

 

20 Ainsi Jacob servit sept années pour Rachel : et elles furent à ses yeux comme quelques jours, parce qu’il l’aimait. 21 Ensuite Jacob dit à Laban : Donne-moi ma femme, car mon temps est accompli : et j’irai vers elle.

 

Ceci est une référence au texte du Deutéronome 32:8 où Israël est l'héritage de Yahovah (voir en particulier la version RSV).

 

22 Laban réunit tous les gens du lieu, et fit un festin. 23 Le soir, il prit Léa, sa fille, et l’amena vers Jacob, qui s’approcha d’elle. 24 Et Laban donna pour servante à Léa, sa fille, Zilpa, sa servante.

 

La section traite ici de la tromperie de Jacob. Le fait est que Christ a dû travailler pour Israël au fil du temps, et ne pouvait prendre son épouse (l'Église) seulement après avoir racheté l'Israël physique, et ouvert la voie à la rédemption des nations païennes. Ces groupes sont représentés par Zilpa et Bilha. Elles représentent la multitude mélangée qui est appelée et attachée à la fois à l'Israël physique et spirituel, qui est l'Église.

 

25 Le lendemain matin, voilà que c’était Léa. Alors Jacob dit à Laban : Qu’est-ce que tu m’as fait ? N’est-ce pas pour Rachel que j’ai servi chez toi ? Pourquoi m’as-tu trompé ? 26 Laban dit : Ce n’est point la coutume dans ce lieu de donner la cadette avant l’aînée. 27 Achève la semaine avec celle-ci, et nous te donnerons aussi l’autre pour le service que tu feras encore chez moi pendant sept nouvelles années. 28 Jacob fit ainsi, et il acheva la semaine avec Léa ; puis Laban lui donna pour femme Rachel, sa fille. 29 Et Laban donna pour servante à Rachel, sa fille, Bilha, sa servante. 30 Jacob alla aussi vers Rachel, qu’il aimait plus que Léa ; et il servit encore chez Laban pendant sept nouvelles années.

 

Dans ce texte, nous voyons que le concept que Léa avait les yeux délicats peut aussi avoir l'effet qu'elle avait les yeux faibles. Dans ce contexte, cela peut signifier qu'elle ne pouvait pas voir aussi bien que Rachel. En d'autres termes Rachel était capable de voir et était belle et bien favorisée, ce qui signifie qu'elle pouvait aussi voir, entendre et comprendre. Elle a été appelée par Dieu, selon Son dessein. Dans ce contexte, la première épouse de Christ était Israël la nation représentée par Léa. Elle était incapable de voir, d’entendre et de comprendre la parole de Dieu telle qu’annoncée par les prophètes. Israël en tant que la nation était la mariée, mais elle a été divorcée pour adultère à de nombreuses reprises.

 

L’Israël spirituel, l'Église, a été amené à Christ par Dieu à travers l’Esprit Saint, et lui fut donné comme deuxième épouse, mais en fait, était celle qui était prédestinée pour Christ comme l'Israël Spirituel dès avant la fondation du monde.

 

Elle, comme l'Église, était le vrai but de la création, en premier lieu. L'Église a été prédestinée dès avant la fondation de la terre.

 

Au début, l'Église n’avait pas de fruit et a été limitée aux prophètes tels qu’ordonnés par Dieu. En ce sens, elle était stérile.

 

Ainsi, Léa (qui était aussi la mère de Juda) a été faite pour produire des fils. En ce sens, Israël était physique, le produit de la nation et non pas l'Église de Dieu.

 

31 L’Éternel vit que Léa n’était pas aimée ; et il la rendit féconde, tandis que Rachel était stérile. 32 Léa devint enceinte, et enfanta un fils, à qui elle donna le nom de Ruben ; car elle dit : L’Éternel a vu mon humiliation, et maintenant mon mari m’aimera.

 

Ruben signifie : voir un fils ou voilà un fils. Il se réfère au début du Plan de Dieu. Ce fils a perdu son droit d'aînesse par le péché. Il voyait mais n'a pas vu. La séquence du plan de Dieu est d’abord de voir.

 

33 Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : L’Éternel a entendu que je n’étais pas aimée, et il m’a aussi accordé celui-ci. Et elle lui donna le nom de Siméon.

 

Siméon (SHD 8095) signifie : entendre. Il est dérivé de SHD 8085 Shama’ signifiant entendre intelligemment avec obéissance. Il était cruel et était éparpillé dans tout Israël. Ainsi, les premiers fils d'Israël voyaient et n’ont pas vu et entendaient et n’ont pas entendu. La deuxième phase du Plan de Dieu, c'est d'entendre et d'obéir.

 

34 Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : Pour cette fois, mon mari s’attachera à moi ; car je lui ai enfanté trois fils. C’est pourquoi on lui donna le nom de Lévi.

 

Lévi (SHD 3878) signifie : uni ou attaché. En voyant et en entendant nous devons alors être unis au Seigneur.

 

35 Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : Cette fois, je louerai l’Éternel. C’est pourquoi elle lui donna le nom de Juda. Et elle cessa d’enfanter.

 

Ainsi, nous voyons que le premier-né Ruben était brillant mais instable comme l'eau.

 

Le second fils, Siméon, était cruel. Lévi aussi était cruel, mais le sacerdoce et la mise à mort des sacrifices d'Israël lui ont été confiés.

 

Avec Juda, le quatrième enfant, elle cessa de porter des enfants pour le moment.

 

Juda signifie : louange. Ainsi, la séquence est de voir et d’entendre et d’obéir, et puis d’être unis au Seigneur et ainsi offrir des louanges à Dieu. Nous le faisons en tant qu’élément du corps d'Israël, qui est la nation, et ensuite l'Église de Dieu.

 

Rachel était alors dans la détresse car elle était stérile et allait mourir si elle n'avait pas d'enfants. Mais c'est Dieu qui a déterminé le temps où Rachel allait concevoir et porter des fruits, comme c'était Dieu qui a déterminé le jour où l'Église serait introduite par les premiers baptêmes et le don de l'Esprit Saint, à la suite de l'obéissance et du travail de Christ.

 

Genèse 30

Lorsque Rachel vit qu’elle ne donnait point d’enfants à Jacob, elle porta envie à sa sœur, et elle dit à Jacob : Donne-moi des enfants, ou je meurs ! 2 La colère de Jacob s’enflamma contre Rachel, et il dit : Suis-je à la place de Dieu, qui t’empêche d’être féconde ? 3 Elle dit : Voici ma servante Bilha ; va vers elle ; qu’elle enfante sur mes genoux, et que par elle j’aie aussi des fils. 4 Et elle lui donna pour femme Bilha, sa servante ; et Jacob alla vers elle. 5 Bilha devint enceinte, et enfanta un fils à Jacob. 6 Rachel dit : Dieu m’a rendu justice, il a entendu ma voix, et il m’a donné un fils. C’est pourquoi elle l’appela du nom de Dan.

 

Le premier enfant né à Rachel par sa servante Bilha était Dan, signifiant juge, qui est né pour être juge en Israël, par droit de naissance. L'Église a été proclamée aussi parmi les païens. Dan représentait le jugement physique de la nation dans le cadre de son droit d'aînesse. Il s'agissait alors de passer au jugement donné à l'Église comme nous le verrons ci-dessous.

 

Le deuxième enfant né de Bilha était Nephtali (SHD 5321) et signifie : ma lutte. Elle a vaincu à travers cette naissance.

 

7 Bilha, servante de Rachel, devint encore enceinte, et enfanta un second fils à Jacob. 8 Rachel dit : J’ai lutté divinement contre ma sœur, et j’ai vaincu. Et elle l’appela du nom de Nephthali.

 

Le concept est celui du jugement et de la lutte de la foi pour établir l'Église de Dieu.

 

Léa a ensuite donné Zilpa à Jacob parce qu'elle avait cessé de porter des enfants.

 

9 Léa voyant qu’elle avait cessé d’enfanter, prit Zilpa, sa servante, et la donna pour femme à Jacob. 10 Zilpa, servante de Léa, enfanta un fils à Jacob. 11 Léa dit : Quel bonheur ! Et elle l’appela du nom de Gad.

 

Le nom de Gad (SHD 1410) signifie : une force ou une troupe. Il est dérivé de 1464 goode signifiant envahir ou surmonter.

 

Zilpa porta alors à Jacob un autre fils et l'appela Aser. Chacun de ces fils reçut les droits en tant que fils, sans distinction. Le concept est que, avec Dieu, il n'y a pas d’acception de personnes (voir l'étude L’Acception de Personnes (No. 221)).

 

Aser (SHD 836) signifie : être béni, de 833 être droit, ou à niveau, être honnête et aller de l'avant dans la prospérité.

 

12 Zilpa, servante de Léa, enfanta un second fils à Jacob. 13 Léa dit : Que je suis heureuse ! car les filles me diront heureuse. Et elle l’appela du nom d’Aser.

 

Le sens ici est de surmonter et de prospérer. Cela se réfère à la conversion de l'Israël physique et l’avancement et le développement à la fin du plan dans les Derniers Jours.

 

14 Ruben sortit au temps de la moisson des blés, et trouva des mandragores dans les champs. Il les apporta à Léa, sa mère. Alors Rachel dit à Léa : Donne-moi, je te prie, des mandragores de ton fils. 15 Elle lui répondit : Est-ce peu que tu aies pris mon mari, pour que tu prennes aussi les mandragores de mon fils ? Et Rachel dit : Eh bien ! il couchera avec toi cette nuit pour les mandragores de ton fils. 16 Le soir, comme Jacob revenait des champs, Léa sortit à sa rencontre, et dit : C’est vers moi que tu viendras, car je t’ai acheté pour les mandragores de mon fils. Et il coucha avec elle cette nuit.

 

Il s'agit d'un aspect important dans ce que nous voyons le concept de mandragores utilisées comme un élément de négociation. L'affirmation concernant les mandragores, c'est qu'elles provoquaient la fertilité et les rapports sexuels. L'Église recourt à prendre les aberrations physiques des moins favorisés pour porter des fruits et croître, quand c'est Dieu qui accorde l’accroissement.

 

17 Dieu exauça Léa, qui devint enceinte, et enfanta un cinquième fils à Jacob. 18 Léa dit : Dieu m’a donné mon salaire parce que j’ai donné ma servante à mon mari. Et elle l’appela du nom d’Issacar.

 

Issacar (SHD 3485) signifie : Il apportera une récompense.

 

La séquence passe à travers de voir et d'entendre suite à l'obéissance et de rejoindre le Seigneur et dans la louange. Par le jugement et la lutte on grandit et alors on vainc [ou surmonte] par la lutte dans l'adversité. Nous surmontons et alors sommes bénis, étant honnêtes ou droits dans nos relations et caractères. Puis nous sommes récompensés.

 

19 Léa devint encore enceinte, et enfanta un sixième fils à Jacob. 20 Léa dit : Dieu m’a fait un beau don ; cette fois, mon mari habitera avec moi, car je lui ai enfanté six fils. Et elle l’appela du nom de Zabulon.

 

Zabulon (SHD 2074) signifie : habitation. La récompense est d'avoir une place dans le Temple de Dieu comme notre habitation. De là, l'Église doit prendre le processus de jugement comme une force spirituelle. Dina (SHD 1783) est la forme féminine de Diyn ou Doon (SHD 1779) en tant que jugement ou tribunal, et représente le jugement passer à l'Église en tant que corps de Christ, qui est Israël.

 

21 Ensuite, elle enfanta une fille, qu’elle appela du nom de Dina.

 

Ce point marque la conversion et la sanctification de l'Église.

 

Alors, elle a eu six fils et deux fils de sa servante. Ainsi, elle a eu huit fils en tout et cela était le deux tiers de la nation.

 

C’était aussi en proportion de l’armée. Les deux tiers qui sont restés fidèles servaient Dieu et le tiers qui est tombé devait être racheté.

 

22 Dieu se souvint de Rachel, il l’exauça, et il la rendit féconde. 23 Elle devint enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : Dieu a enlevé mon opprobre. 24 Et elle lui donna le nom de Joseph, en disant : Que l’Éternel m’ajoute un autre fils !

 

Alors Rachel donna naissance à Joseph (SHD 3130), ce qui signifie : Qu'il ajoute ou peut-être tout simplement ajouter. Ce point marquait le départ de Jacob et il souhaitait quitter Laban et retourner dans son pays. Ceci marque la fin de la période dans les nations et le point où le royaume est mis en place en Terre Sainte.

 

Rachel avait enfanté son fils premier-né qui devait un jour conduire Israël. Son deuxième fils devait être Benjamin (SHD 1144), ce qui signifie : Fils de la main droite, et se tourne vers l'Église telle qu'elle a été formée sous Christ dans la gloire et gouvernant de Jérusalem. La tribu qui jaillit de lui fut repeuplée par les femmes des autres tribus, et pointait vers les élus en Israël de la nation. Ils étaient généralement gauchers et ce fait souligne également la conversion d'Israël à partir du physique au spirituel, et la transformation en tant que fils de Dieu.

 

Ce point de l'histoire se tourne vers la mise en place du système millénaire et ceux qui sont appelés dans le cadre de ce système aussi.

 

25 Lorsque Rachel eut enfanté Joseph, Jacob dit à Laban : Laisse-moi partir, pour que je m’en aille chez moi, dans mon pays. 26 Donne-moi mes femmes et mes enfants, pour lesquels je t’ai servi, et je m’en irai ; car tu sais quel service j’ai fait pour toi. 27 Laban lui dit : Puissé-je trouver grâce à tes yeux ! Je vois bien que l’Éternel m’a béni à cause de toi ;

 

Dieu bénit les nations à cause de nous, et ceux qui bénissent l'Église sont eux-mêmes bénis comme nous le voyons dans la parabole des brebis et des boucs. L’accroissement de l'Église est touché par Dieu dans les Derniers Jours d'un certain nombre de miracles, comme nous le verrons.

 

Ce prochain texte traite de l’appel des élus de Dieu. Dieu se sert des faibles et des vils pour confondre les forts. Satan est l'accusateur des frères. Il nous accuse jour et nuit. Dieu s'occupe de ceux qu'il accuse et les blanchit dans le corps de Christ.

 

Ici, ceux qui ont été considérés comme indésirables et des accusés sont donnés à Christ.

 

De cette façon, les élus sont ajoutés et augmentés en tant que l'héritage de Christ, qui est le corps de l'Église.

 

28 fixe-moi ton salaire, et je te le donnerai. 29 Jacob lui dit : Tu sais comment je t’ai servi, et ce qu’est devenu ton troupeau avec moi ; 30 car le peu que tu avais avant moi s’est beaucoup accru, et l’Éternel t’a béni sur mes pas. Maintenant, quand travaillerai-je aussi pour ma maison ?

 

En ce sens, nous avons affaire à la Maison de Dieu et la mise à disposition de ceux qui la servent. Christ et l'Église ont le droit à la dîme et aux prémices des nations. De cette façon, ils sont bénis dans leur façon de nous bénir.

 

31 Laban dit : Que te donnerai-je ? Et Jacob répondit : Tu ne me donneras rien. Si tu consens à ce que je vais te dire, je ferai paître encore ton troupeau, et je le garderai. 32 Je parcourrai aujourd’hui tout ton troupeau ; mets à part parmi les brebis tout agneau tacheté et marqueté et tout agneau noir, et parmi les chèvres tout ce qui est marqueté et tacheté. Ce sera mon salaire. 33 Ma droiture répondra pour moi demain, quand tu viendras voir mon salaire ; tout ce qui ne sera pas tacheté et marqueté parmi les chèvres, et noir parmi les agneaux, ce sera de ma part un vol. 34 Laban dit : Eh bien ! qu’il en soit selon ta parole. 35 Ce même jour, il mit à part les boucs rayés et marquetés, toutes les chèvres tachetées et marquetées, toutes celles où il y avait du blanc, et tout ce qui était noir parmi les brebis. Il les remit entre les mains de ses fils. 36 Puis il mit l’espace de trois journées de chemin entre lui et Jacob ; et Jacob fit paître le reste du troupeau de Laban. 37 Jacob prit des branches vertes de peuplier, d’amandier et de platane ; il y pela des bandes blanches, mettant à nu le blanc qui était sur les branches. 38 Puis il plaça les branches, qu’il avait pelées, dans les auges, dans les abreuvoirs, sous les yeux des brebis qui venaient boire, pour qu’elles entrassent en chaleur en venant boire. 39 Les brebis entraient en chaleur près des branches, et elles faisaient des petits rayés, tachetés et marquetés. 40 Jacob séparait les agneaux, et il mettait ensemble ce qui était rayé et tout ce qui était noir dans le troupeau de Laban. Il se fit ainsi des troupeaux à part, qu’il ne réunit point au troupeau de Laban. 41 Toutes les fois que les brebis vigoureuses entraient en chaleur, Jacob plaçait les branches dans les auges, sous les yeux des brebis, pour qu’elles entrassent en chaleur près des branches. 42 Quand les brebis étaient chétives, il ne les plaçait point ; de sorte que les chétives étaient pour Laban, et les vigoureuses pour Jacob. 43 Cet homme devint de plus en plus riche ; il eut du menu bétail en abondance, des servantes et des serviteurs, des chameaux et des ânes.

 

Ainsi, les élus sont pris d'entre les nations et sont rendus plus forts dans le corps d'Israël, qui est le corps de Christ.

 

Genèse 31

Jacob entendit les propos des fils de Laban, qui disaient : Jacob a pris tout ce qui était à notre père, et c’est avec le bien de notre père qu’il s’est acquis toute cette richesse. 2 Jacob remarqua aussi le visage de Laban ; et voici, il n’était plus envers lui comme auparavant. 3 Alors l’Éternel dit à Jacob : Retourne au pays de tes pères et dans ton lieu de naissance, et je serai avec toi. 4 Jacob fit appeler Rachel et Léa, qui étaient aux champs vers son troupeau. 5 Il leur dit : Je vois, au visage de votre père, qu’il n’est plus envers moi comme auparavant ; mais le Dieu de mon père a été avec moi. 6 Vous savez vous-mêmes que j’ai servi votre père de tout mon pouvoir. 7 Et votre père s’est joué de moi, et a changé dix fois mon salaire ; mais Dieu ne lui a pas permis de me faire du mal. 8 Quand il disait : Les tachetées seront ton salaire, toutes les brebis faisaient des petits tachetés. Et quand il disait : Les rayées seront ton salaire, toutes les brebis faisaient des petits rayés. 9 Dieu a pris à votre père son troupeau, et me l’a donné.

 

Dieu intervient pour mettre en place Son plan de salut. Il donne à Christ tout ce qu'Il a prédestiné, choisi, ensuite appelé. Tous ceux-là sont donnés à Christ et ensuite justifiés et glorifiés. Dieu révèle les élus à Christ.

 

10 Au temps où les brebis entraient en chaleur, je levai les yeux, et je vis en songe que les boucs qui couvraient les brebis étaient rayés, tachetés et marquetés. 11 Et l’ange de Dieu me dit en songe : Jacob ! Je répondis : Me voici ! 12 Il dit : Lève les yeux, et regarde : tous les boucs qui couvrent les brebis sont rayés, tachetés et marquetés ; car j’ai vu tout ce que te fait Laban. 13 Je suis le Dieu de Béthel, où tu as oint un monument, où tu m’as fait un vœu. Maintenant, lève-toi, sors de ce pays, et retourne au pays de ta naissance. 14 Rachel et Léa répondirent, et lui dirent : Avons-nous encore une part et un héritage dans la maison de notre père ? 15 Ne sommes-nous pas regardées par lui comme des étrangères, puisqu’il nous a vendues, et qu’il a mangé notre argent ? 16 Toute la richesse que Dieu a ôtée à notre père appartient à nous et à nos enfants. Fais maintenant tout ce que Dieu t’a dit.

 

Ainsi, l'héritage de l'Église n’est pas compté dans les nations mais il est comptabilisé dans l'Église de Dieu comme l'héritage d'Israël. L'Église doit suivre Christ. De plus Israël sera restauré dans les Derniers Jours, dans le deuxième grand exode d’Ésaïe 66:18-20.

 

17 Jacob se leva, et il fit monter ses enfants et ses femmes sur les chameaux. 18 Il emmena tout son troupeau et tous les biens qu’il possédait, le troupeau qui lui appartenait, qu’il avait acquis à Paddan-Aram ; et il s’en alla vers Isaac, son père, au pays de Canaan. 19 Tandis que Laban était allé tondre ses brebis, Rachel déroba les théraphim de son père ; 20 et Jacob trompa Laban, l’Araméen, en ne l’avertissant pas de sa fuite. 21 Il s’enfuit, avec tout ce qui lui appartenait ; il se leva, traversa le fleuve, et se dirigea vers la montagne de Galaad. 22 Le troisième jour, on annonça à Laban que Jacob s’était enfui. 23 Il prit avec lui ses frères, le poursuivit sept journées de marche, et l’atteignit à la montagne de Galaad.

 

Dieu détermine ce qui doit arriver aux élus et décide de notre sort. Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu et sont appelés selon son dessein (Romains 8:28).

 

24 Mais Dieu apparut la nuit en songe à Laban, l’Araméen, et lui dit : Garde-toi de parler à Jacob ni en bien ni en mal ! 25 Laban atteignit donc Jacob. Jacob avait dressé sa tente sur la montagne ; Laban dressa aussi la sienne, avec ses frères, sur la montagne de Galaad. 26 Alors Laban dit à Jacob : Qu’as-tu fait ? Pourquoi m’as-tu trompé, et emmènes-tu mes filles comme des captives par l’épée ? 27 Pourquoi as-tu pris la fuite en cachette, m’as-tu trompé, et ne m’as-tu point averti ? Je t’aurais laissé partir au milieu des réjouissances et des chants, au son du tambourin et de la harpe. 28 Tu ne m’as pas permis d’embrasser mes fils et mes filles ! C’est en insensé que tu as agi. 29 Ma main est assez forte pour vous faire du mal ; mais le Dieu de votre père m’a dit hier : Garde-toi de parler à Jacob ni en bien ni en mal ! 30 Maintenant que tu es parti, parce que tu languissais après la maison de ton père, pourquoi as-tu dérobé mes dieux ? 31 Jacob répondit, et dit à Laban : J’avais de la crainte à la pensée que tu m’enlèverais peut-être tes filles. 32 Mais périsse celui auprès duquel tu trouveras tes dieux ! En présence de nos frères, examine ce qui t’appartient chez moi, et prends-le. Jacob ne savait pas que Rachel les eût dérobés. 33 Laban entra dans la tente de Jacob, dans la tente de Léa, dans la tente des deux servantes, et il ne trouva rien. Il sortit de la tente de Léa, et entra dans la tente de Rachel. 34 Rachel avait pris les théraphim, les avait mis sous le bât du chameau, et s’était assise dessus. Laban fouilla toute la tente, et ne trouva rien.

 

Rachel, comme l'Église, a pris la richesse, mais elle n'avait pas d'affaires avec les images de Laban. L'idolâtrie de l'Église est à cause de cette convoitise.

 

35 Elle dit à son père : Que mon seigneur ne se fâche point, si je ne puis me lever devant toi, car j’ai ce qui est ordinaire aux femmes. Il chercha, et ne trouva point les théraphim. 36 Jacob s’irrita, et querella Laban. Il reprit la parole, et lui dit : Quel est mon crime, quel est mon péché, que tu me poursuives avec tant d’ardeur ? 37 Quand tu as fouillé tous mes effets, qu’as-tu trouvé des effets de ta maison ? Produis-le ici devant mes frères et tes frères, et qu’ils prononcent entre nous deux. 38 Voilà vingt ans que j’ai passés chez toi ; tes brebis et tes chèvres n’ont point avorté, et je n’ai point mangé les béliers de ton troupeau. 39 Je ne t’ai point rapporté de bêtes déchirées, j’en ai payé le dommage ; tu me redemandais ce qu’on me volait de jour et ce qu’on me volait de nuit. 40 La chaleur me dévorait pendant le jour, et le froid pendant la nuit, et le sommeil fuyait de mes yeux. 41 Voilà vingt ans que j’ai passés dans ta maison ; je t’ai servi quatorze ans pour tes deux filles, et six ans pour ton troupeau, et tu as changé dix fois mon salaire.

 

Les nations ont toujours été infidèles à leur parole, et l'Église a été corrompue et la parole de Dieu déformée sans cesse.

 

42 Si je n’eusse pas eu pour moi le Dieu de mon père, le Dieu d’Abraham, celui que craint Isaac, tu m’aurais maintenant renvoyé à vide. Dieu a vu ma souffrance et le travail de mes mains, et hier il a prononcé son jugement. 43 Laban répondit, et dit à Jacob : Ces filles sont mes filles, ces enfants sont mes enfants, ce troupeau est mon troupeau, et tout ce que tu vois est à moi. Et que puis-je faire aujourd’hui pour mes filles, ou pour leurs enfants qu’elles ont mis au monde ? 44 Viens, faisons alliance, moi et toi, et que cela serve de témoignage entre moi et toi ! 45 Jacob prit une pierre, et il la dressa pour monument. 46 Jacob dit à ses frères : Ramassez des pierres. Ils prirent des pierres, et firent un monceau ; et ils mangèrent là sur le monceau. 47 Laban l’appela Jegar-Sahadutha (chaldéen pour monceau du témoignage), et Jacob l’appela Galed (témoin).

 

Le sens est le même, et signifie témoignage.

 

48 Laban dit : Que ce monceau serve aujourd’hui de témoignage entre moi et toi ! C’est pourquoi on lui a donné le nom de Galed. 49 On l’appelle aussi Mitspa, parce que Laban dit : Que l’Éternel veille sur toi et sur moi, quand nous nous serons l’un et l’autre perdus de vue. 50 Si tu maltraites mes filles, et si tu prends encore d’autres femmes, ce n’est pas un homme qui sera avec nous, prends-y garde, c’est Dieu qui sera témoin entre moi et toi. 51 Laban dit à Jacob : Voici ce monceau, et voici ce monument que j’ai élevé entre moi et toi. 52 Que ce monceau soit témoin et que ce monument soit témoin que je n’irai point vers toi au delà de ce monceau, et que tu ne viendras point vers moi au delà de ce monceau et de ce monument, pour agir méchamment. 53 Que le Dieu d’Abraham et de Nachor, que le Dieu de leur père soit juge entre nous. Jacob jura par celui que craignait Isaac.

 

Le Seul Vrai Dieu est reconnu et accepté.

54 Jacob offrit un sacrifice sur la montagne, et il invita ses frères à manger ; ils mangèrent donc, et passèrent la nuit sur la montagne.

 

Le sacrifice est lié à la Pâque et la Fête des Pains sans Levain à laquelle toutes les nations doivent participer et être sauvées.

 

55 Laban se leva de bon matin, baisa ses fils et ses filles, et les bénit. Ensuite il partit pour retourner dans sa demeure.

 

La division des nations et des élus dans la Terre Promise doit être mise en place. Jérusalem sera le centre du culte et de la puissance du monde dans les derniers jours. Toutes les nations seront en paix. Israël sera béni et les nations béniront Israël dans la paix.

 q