Christian Churches of God

[F064]

 

 

 

Commentaire sur 3Jean

 (Édition 1.0 20200921-20200921)

 

Cette troisième épître est axée sur la division de l'église qui semble avoir été causée par une faction dirigée par un Diotrèphe.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2020 Wade Cox)

(Tr. 2020)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://ccg.org/

 

 

 

 

 

Commentaire sur 3Jean [F064]

 

 

Introduction 

Cette troisième épître est axée sur la division de l'église qui semble avoir été causée par une faction dirigée par un Diotrèphe qui n'est pas connu autrement, sauf pour cette mention défavorable au v. 9.

 

Le Gaius à qui la lettre est adressée a été présenté (rapporté) à Jean comme étant loyal et Jean se prépare à aller à l'église pour s’occuper de cette division. Jean le considère comme un ami loyal. Comme nous le savons, Jean était également un lévite.

 

Il y a trois mentions de Gaius dans l'église. Il a été baptisé par Paul et mentionné dans la lettre aux Corinthiens (1Cor. 1:14). Il est presque certainement le Gaïus de Romains 16:23 dont la lettre a été écrite à Corinthe. Il était l'hôte de Paul lorsque la lettre a été écrite, et même de l'église. Il a été identifié avec Titius Justus d'Actes 18:7. 

 

Le Deuxième était un compagnon de voyage chrétien macédonien de Paul qui fut saisi avec lui à Éphèse avec le trouble causé par Démétrius l'orfèvre (Actes 19:29). La variante Doberios dans le MS D fait de lui un Macédonien de la ville de Doberus (cf. FW Gingrich, Interpreters Dict. of the Bible, Vol. 2 p.336 art. Gaius). Il peut être le même homme que Gaius, un chrétien de Derbe qui a accompagné Paul dans un voyage d'Éphèse à la Macédoine (Actes 20:4). Les deux sont étroitement mentionnés en relation avec Aristarque et pourraient être le même homme (ibid). Il a certainement connu l'église d'Éphèse.

 

Il pourrait bien être le destinataire de cette lettre. Jean les déclare tous comme Amis dans les deux églises.

 

Chapitre 1

L'ancien, à Gaïus, le bien aimé, que j'aime dans la vérité.

Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l'état de ton âme.

J'ai été fort réjoui, lorsque des frères sont arrivés et ont rendu témoignage de la vérité qui est en toi, de la manière dont tu marches dans la vérité.

Je n'ai pas de plus grande joie que d'apprendre que mes enfants marchent dans la vérité.

Bien-aimé, tu agis fidèlement dans ce que tu fais pour les frères, et même pour des frères étrangers,

lesquels ont rendu témoignage de ta charité, en présence de l'Église. Tu feras bien de pourvoir à leur voyage d'une manière digne de Dieu.

Car c'est pour le nom de Jésus Christ qu'ils sont partis, sans rien recevoir des païens.

Nous devons donc accueillir de tels hommes, afin d'être ouvriers avec eux pour la vérité.

J'ai écrit quelques mots à l'Église ; mais Diotrèphe, qui aime à être le premier parmi eux, ne nous reçoit point.

10 C'est pourquoi, si je vais vous voir, je rappellerai les actes qu'il commet, en tenant contre nous de méchants propos ; non content de cela, il ne reçoit pas les frères, et ceux qui voudraient le faire, il les en empêche et les chasse de l'Église.

11 Bien-aimé, n'imite pas le mal, mais le bien. Celui qui fait le bien est de Dieu ; celui qui fait le mal n'a point vu Dieu.

12 Tous, et la vérité elle-même, rendent un bon témoignage à Démétrius; nous aussi, nous lui rendons témoignage, et tu sais que notre témoignage est vrai.

13 J'aurais beaucoup de choses à t'écrire, mais je ne veux pas le faire avec l'encre et la plume.

14 J'espère te voir bientôt, et nous parlerons de bouche à bouche. (1:15) Que la paix soit avec toi ! Les amis te saluent. Salue les amis, chacun en particulier.

 

Ainsi, Jean a approuvé la visite de Démétrius (et non de l'orfèvre ci-dessus), sans doute par cette épître, et indique son intention de se rendre prochainement dans la région et de s'occuper de cette division de l'église là à partir d'une des églises de la région dans laquelle il travaillait.

 

 

 

 

 q