Les Églises Chrétiennes de Dieu

[021E]


Commentaire sur Jonas [021E]

(Édition 1.0 20140928-20140929)

Le Signe de Jonas est le seul signe donné à l'Église. Il est donc d'une grande importance pour la compréhension de la Foi.

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

Courriel : secretary@ccg.org

(Tr. 2014)

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur. 

Cette étude peut s’obtenir sur les pages du World Wide Web :

http://french.ccg.org/ et http://www.ccg.org

Commentaire sur Jonas [021E]

Introduction

Jonas, fils d'Amitthaï est un personnage historique connu. Il est mentionné dans 2Rois 14:25. Il venait de Gath-Hépher qui est une ville frontalière dans Zabulon (cf. Josué 19:13). C'est probablement identifié à Khirbet ez Zurra’ qui est un vaste site situé à trois miles au NE de Nazareth, qui était en Galilée. La déclaration des Pharisiens dans Jean 7:32 est donc un mensonge. Christ est sorti de la région de Nazareth en Galilée, comme l’avait été Jonas. La région a été occupée au cours de l'Âge du Fer I et II i.e. 1200-600 AEC (Avant l’Ère Courante) et donc dans la période de Jonas et avant cela dans l'Âge du Bronze Final allant de 1550 avant notre ère. Jonas était un contemporain de Jéroboam II, roi d'Israël (793-775 avant notre ère) et les premières années d'Ozias (775-757 avant notre ère). La zone se trouvait à une courte distance au nord des vestiges du village de Meched, qui est l'endroit où le site traditionnel du Tombeau de Jonas se trouve.

Cette prophétie en tant que le Signe de Jonas était le seul signe donné à l'Église de Dieu et qui est donc essentiel à la compréhension des activités et de la mort de Christ et aussi des prophéties données par Daniel parce qu'il est lié à la prophétie des Soixante-dix semaines d'Années dans Daniel 9:25 et suivants et la chute du Temple en l’an 70 de notre ère à la fin des 70 semaines d'années. Cette relation est couverte dans l'étude Le Signe de Jonas et l'Histoire de la Reconstruction du Temple (No. 013).

Cela est également relié avec les derniers jours et l'entrée de l'église au Retour du Messie et la Première Résurrection. Christ le met au même niveau de validité littérale que la reine de Saba et déclare son signe comme étant le seul donné à celui de l'Église (cf. Matt. 12:40). La plupart des commentateurs ne comprennent pas le signe et donc essaient de diminuer son importance. Comme les paroles que Christ a prononcées lui ont été données par Dieu, les critiques qui nient la déclaration de Christ attaquent l'inspiration de Dieu.

Christ devait être littéralement mort trois jours et trois nuits dans le tombeau, comme Jonas le fut dans le poisson et donc les deux doivent être morts et ressuscités d'entre les morts. Les trois jours et trois nuits font en sorte que l'intervalle impliquant des parties de jours est une impossibilité et cela nie la Crucifixion le vendredi/Résurrection le dimanche du dieu Attis qui est entrée dans le Christianisme sous le système d’Easter/Pâques ou le culte de la déesse mère de Cybèle ou Easter et elles sont une impossibilité (voir aussi l'étude Les Origines de Noël et Easter/Pâques (No. 235).

Luc 11:30 montre que Jonas fut un Signe pour les Ninivites, comme Christ l’a été pour sa génération.

Les Juifs de l'époque de Christ étaient aussi en colère contre la Repentance des disciples sous Christ comme Jonas l’était avec la repentance des Ninivites.

Dieu a déclaré qu'Il mettrait Ses paroles dans la bouche de celui qu'Il envoyait et sept fois Christ a attesté de ce fait dans l’Évangile de Jean (Jean 7:16 ; 8:28, 46-47 ; 12:49 ; 14:10, 24, 17:8).

Jonas avait été chargé d'encourager Israël (2Rois 14:25, 26), et l'Assyrie était en grande difficulté sur une période de seize ans et à ce moment-là. Jonas doit s’être rendu compte que l'Assyrie devait être amenée à la repentance afin d’être une verge de correction pour Israël. Son point de vue apparemment évident était que Yahovah était fidèle à Sa parole et que s’il faisait l'annonce à Ninive et la ville se repentait, cela entraînerait la chute d'Israël, ce qui s’est effectivement produit. Sa fuite n'était donc pas une lâcheté mais c’était pour épargner son peuple et accepter la punition de Dieu.

La structure du livre est en deux divisions de quatre :

Nous allons maintenant passer à travers les quatre chapitres et regarder leur intention et sous-structure.

Le chapitre 1 traite de la convocation et de la direction de Jonas et de ses actions ultérieures. Il ne fait aucun doute que Jonas était dirigé par Dieu et savait que c'était Dieu qui le dirigeait.

Jonas Chapitre 1

[1] La parole de l’Éternel fut adressée à Jonas, fils d’Amitthaï, en ces mots :
Ce terme ou des termes semblables se trouvent sept fois dans Jonas 1:1 ; 2:10 ; 3:1,3 ; 4:4,9, 10.

[2] Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle ! car sa méchanceté est montée jusqu’à moi.
Il est ainsi devenu évident pour Jonas que Yahovah était sur le point de traiter avec Ninive. Ainsi son conflit d'idées pour son peuple surgit s’ils se repentaient. Ninive (cf. Gen. 10:11,12) était la capitale de l'Assyrie sur la rive gauche de la rivière Tigre nommée d’abord Nina d’après la déesse protectrice de la ville. Elle était d’origine babylonienne d’une colonie de Nina en Babylonie méridionale. Khamurabi, d’une période beaucoup plus ancienne, l’orthographie Ni-nu-a.

Bullinger cite l’Encyclopédie Britannica (11ème édition Cambridge) comme indiquant que les fouilles ont révélé que le monticule de Nabi Yunus (le prophète Jonas) couronné par le tombeau ne pouvait pas être exploré.

Il lui a été ordonné de crier contre elle (Héb. Kara’) et donc de faire une proclamation générale.

Ninive était connue depuis ses bas-reliefs sans compter pour sa méchanceté et sa cruauté (cf. également Nah. 2:8-13). (L’hébreu est au pluriel ra’a’.)

[3] Et Jonas se leva pour s’enfuir à Tarsis, loin de la face de l’Éternel. Il descendit à Japho, et il trouva un navire qui allait à Tarsis ; il paya le prix du transport, et s’embarqua pour aller avec les passagers à Tarsis, loin de la face de l’Éternel.

Jonas savait que l'Assyrie devait être l'épée de la punition de Dieu contre Israël et il était donc en conflit intolérable en ce que si l'Assyrie n'était pas épargnée par la repentance et la Miséricorde de Dieu, Israël pouvait être sauvé. Il semble plus probable que c’était la cause de son mécontentement et sa fuite (cf. également 4:1-3). Il est allé à Japho qui est maintenant Jaffa (cf. Josué 19:46 ; 2Chron. 2:16 ; Actes 9:36) et a pris le bateau pour Tarsis. Il s’est donc enfui et aussi loin qu'il a pu à ce moment-là et cela était à Tarsis (cf. 1Rois 10:22) qui est dans la pointe sud de l'Espagne et a été la source de tout le commerce transatlantique dans la Méditerranée comme nous sommes maintenant pleinement conscients. Qui sait où il avait effectivement l'intention d'aller. Ils faisaient certainement du commerce avec l'Amérique du Sud avant ce moment-là. Le navire (Héb. 'aniyah) était un grand navire marchand et pas le même mot qu’au verset 5.

[4] Mais l’Éternel fit souffler sur la mer un vent impétueux, et il s’éleva sur la mer une grande tempête. Le navire menaçait de faire naufrage.
(Le vent était un ruach ou grand esprit.)
Le mot pour Mariniers au verset suivant est le mot hébreu mallach ou loups de mer. Ainsi, les marins ont été appelés loups de mer comme cela était courant en français.
[5] Les mariniers eurent peur, ils implorèrent chacun leur dieu, et ils jetèrent dans la mer les objets qui étaient sur le navire, afin de le rendre plus léger. Jonas descendit au fond du navire, se coucha, et s’endormit profondément.

Chacun cria dans la prière (Héb. Ze'ah (pas comme vv 2,14)) à son dieu. Et ils jetèrent les marchandises (c.-à-d. appareils Héb. Keli, ou instruments) dans la mer.

Le mot pour capitaine ici est le chef de la corde qui est le mot phénicien pour capitaine (Héb. Rab hachobel). Pour la discussion sur la présence du terme capitaine voir Bullinger note de bas de page 6 Comp. Bible p. 1248).
[6] Le capitaine s’approcha de lui et lui dit : Qu’as-tu donc à dormir ? Lève-toi, invoque ton dieu ! Peut-être le dieu pensera-t-il à nous, pour que nous ne disparaissions pas.
Ici, le terme est Élohim avec eth c’est-à-dire le vrai Dieu aussi dans la seconde occurrence. Ainsi, le capitaine considérait le dieu de Jonas ou Yunus comme étant le vrai Dieu.

La structure du texte au 1:7-12 montre le sacrifice de soi de Jonas. Le verset 7 voit le tirage au sort et Jonas être pris. Le verset 8 montre l'interrogatoire Le verset 9 montre sa confession Les versets 10-11 montrent leur peur et confusion. Le verset 12 montre la détermination de Jonas résultant de l'action de Dieu.

[7] Et ils se dirent l’un à l’autre : Venez, et tirons au sort, pour savoir qui nous attire ce malheur. Ils tirèrent au sort, et le sort tomba sur Jonas. [8] Alors ils lui dirent : Dis-nous qui nous attire ce malheur. Quelles sont tes affaires, et d’où viens-tu ? Quel est ton pays, et de quel peuple es-tu ?

Notez qu'ils demandent sa profession, mais, il dit seulement je crains le Seigneur Dieu. Il n'a pas déclaré qu'il était un prophète, mais ils étaient furieux qu'il les ait ainsi exposés à un tel danger, car il leur avait dit qu'il fuyait Dieu.

[9] Il leur répondit : Je suis Hébreu, et je crains l’Éternel, le Dieu des cieux, qui a fait la mer et la terre. [10] Ces hommes eurent une grande frayeur, et ils lui dirent : Pourquoi as-tu fait cela ? Car ces hommes savaient qu’il fuyait loin de la face de l’Éternel, parce qu’il le leur avait déclaré.

Les hommes cherchent alors ses conseils quant à la façon dont il peut les faire sortir du problème qu'il avait lui-même créé. Il comprend alors la gravité et dit : “Prenez-moi” voyant la conséquence et la solution.
[11] Ils lui dirent : Que te ferons-nous, pour que la mer se calme envers nous ? Car la mer était de plus en plus orageuse. [12] Il leur répondit : Prenez-moi, et jetez-moi dans la mer, et la mer se calmera envers vous ; car je sais que c’est moi qui attire sur vous cette grande tempête.

Malgré ses conseils les hommes ont encore essayé de le sauver en ce qu'ils ne craignaient pas son Dieu.
[13] Ces hommes ramaient pour gagner la terre, mais ils ne le purent, parce que la mer s’agitait toujours plus contre eux. [14] Alors ils invoquèrent l’Éternel, et dirent : Ô Éternel, ne nous fais pas périr à cause de la vie de cet homme, et ne nous charge pas du sang innocent ! Car toi, Éternel, tu fais ce que tu veux.

Ils ont ensuite prié Dieu dans la crainte parce qu'ils savaient qu'il était un homme innocent qui avait tout simplement fuit dans la peur. Ils ne comprenaient pas sa désobéissance. Ils ont été forcés de se conformer et de le jeter par-dessus bord. La mer arrêta de se déchaîner et cela les fit craindre Dieu encore plus et ils ont ensuite sacrifié au Dieu des Hébreux.

[15] Puis ils prirent Jonas, et le jetèrent dans la mer. Et la fureur de la mer s’apaisa. [16] Ces hommes furent saisis d’une grande crainte de l’Éternel, et ils offrirent un sacrifice à l’Éternel, et firent des vœux. [17] L’Éternel fit venir un grand poisson pour engloutir Jonas, et Jonas fut dans le ventre du poisson trois jours et trois nuits.

Dieu savait déjà ce que Jonas ferait et ce qui en deviendrait et avait préparé un grand poisson pour engloutir Jonas.

Jonas Chapitre 2

[1] Jonas, dans le ventre du poisson, pria l’Éternel, son Dieu. [2] Il dit : Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Éternel, Et il m’a exaucé ; Du sein du séjour des morts j’ai crié, Et tu as entendu ma voix. [3] Tu m’as jeté dans l’abîme, dans le cœur de la mer, Et les courants d’eau m’ont environné ; Toutes tes vagues et tous tes flots ont passé sur moi. [4] Je disais : Je suis chassé loin de ton regard ! Mais je verrai encore ton saint temple. [5] Les eaux m’ont couvert jusqu’à m’ôter la vie, L’abîme m’a enveloppé, Les roseaux ont entouré ma tête. [6] Je suis descendu jusqu’aux racines des montagnes, Les barres de la terre m’enfermaient pour toujours ; Mais tu m’as fait remonter vivant de la fosse, Éternel, mon Dieu ! [7] Quand mon âme était abattue au dedans de moi, Je me suis souvenu de l’Éternel, Et ma prière est parvenue jusqu’à toi, Dans ton saint temple. [8] Ceux qui s’attachent à de vaines idoles Éloignent d’eux la miséricorde. [9] Pour moi, je t’offrirai des sacrifices avec un cri d’actions de grâces, J’accomplirai les vœux que j’ai faits : Le salut vient de l’Éternel. [10] L’Éternel parla au poisson, et le poisson vomit Jonas sur la terre.

Le mot baleine n'est mentionné nulle part et ceci était un grand poisson et Jonas n'aurait pas pu survivre dans ce poisson trois jours et trois nuits. Il a prié et il est mort ensuite, comme Christ a prié et ensuite est mort. Il a été ressuscité dans le ventre du poisson, comme Christ a été ressuscité dans la tombe au bout de trois jours et trois nuits, et Jonas fut vomi sur la terre ferme où Dieu voulait qu'il soit.

Jonas Chapitre 3

Ici, nous voyons le deuxième ordre à Jonas et cette fois, il obéit.

La séquence du temps est importante dans cette mission puisqu’elle concerne la mission de Christ.

[1] La parole de l’Éternel fut adressée à Jonas une seconde fois, en ces mots : [2] Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et proclames-y la publication que je t’ordonne ! [3] Et Jonas se leva, et alla à Ninive, selon la parole de l’Éternel. Or Ninive était une très grande ville, de trois jours de marche.

C'est cette séquence où Ninive est un voyage de trois jours d’un bout à l’autre. Jonas va dans la ville un jour et puis prêche pendant deux jours : en déclarant qu'elle avait quarante jours pour se repentir ou elle serait renversée.
[4] Jonas fit d’abord dans la ville une journée de marche ; il criait et disait : Encore quarante jours, et Ninive est détruite !
[5] Les gens de Ninive crurent à Dieu, ils publièrent un jeûne, et se revêtirent de sacs, depuis les plus grands jusqu’aux plus petits.
[6] La chose parvint au roi de Ninive ; il se leva de son trône, ôta son manteau, se couvrit d’un sac, et s’assit sur la cendre. [7] Et il fit faire dans Ninive cette publication, par ordre du roi et de ses grands ; Que les hommes et les bêtes, les bœufs et les brebis, ne goûtent de rien, ne paissent point, et ne boivent point d’eau ! [8] Que les hommes et les bêtes soient couverts de sacs, qu’ils crient à Dieu avec force, et qu’ils reviennent tous de leur mauvaise voie et des actes de violence dont leurs mains sont coupables ! [9] Qui sait si Dieu ne reviendra pas et ne se repentira pas, et s’il ne renoncera pas à son ardente colère, en sorte que nous ne périssions point ?

Ainsi toute la ville se repentit. C'est ce que Jonas craignait le plus. Cette séquence reflétait la mission de Christ. La séquence était la suivante :
Jour 1 = Année 1. La mission de Jean-Baptiste a commencé en 27 EC et Christ est venu pour être baptisé et pour sélectionner ses disciples.
Jour 2 et 3 = année 2 et 3. Christ a enseigné après la Pâque 28 EC lorsque Jean a été emprisonné jusqu'à ce que Christ soit tué à la Pâque 30 EC et ressuscité et ait parlé à l'église lors de sa résurrection.

[10] Dieu vit qu’ils agissaient ainsi et qu’ils revenaient de leur mauvaise voie. Alors Dieu se repentit du mal qu’il avait résolu de leur faire, et il ne le fit pas.

Ceux qui se repentirent, qui était Ninive en entier, ont été épargnés par Dieu. Ils ont eu 40 jours et se sont repentis immédiatement. Juda a eu quarante ans et ne s'est pas repenti et ils ont été détruits et dispersés à partir de l’année 70 EC.

Cela a irrité Jonas et il était très contrarié que Dieu épargne ceux-là mêmes qui devaient être l'instrument pour capturer Israël dans le Nord et les disperser au-delà de l'Araxe.

Dieu ne se repent pas car Il est Omniscient et Il se laisse fléchir de la catastrophe ou de la punition qu’Il déclare qu'Il est sur le point d'infliger ou d’effectuer.

Jonas Chapitre 4

Ici, nous voyons Jonas en dialogue avec Yahovah d'Israël au nom du Seul Vrai Dieu. Il a rappelé à Dieu ce qu'il lui avait dit alors lorsqu’il était en Israël et quelle était la raison pour laquelle il s'est enfui à Tarsis.

[1] Cela déplut fort à Jonas, et il fut irrité. [2] Il implora l’Éternel, et il dit : Ah ! Éternel, n’est-ce pas ce que je disais quand j’étais encore dans mon pays ? C’est ce que je voulais prévenir en fuyant à Tarsis. Car je savais que tu es un Dieu compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, et qui te repens du mal. [3] Maintenant, Éternel, prends-moi donc la vie, car la mort m’est préférable à la vie.

Jonas savait d’après le Pentateuque (Ex. 34:6 ; Nom. 14:18-19.) ; David savait (Ps. 86:5) ; Osée savait ; (Osée 11:8-9). Joël savait (Joël 2:13) et Michée savait (Michée 7:18).

Il aimerait mieux mourir que de vivre. Il était malheureux du fait qu'il avait été un prophète couronné de succès. Parce qu’en sauvant Ninive il a condamné Israël, mais sa foi en Dieu aurait dû être plus grande.

[4] L’Éternel répondit : Fais-tu bien de t’irriter ?
Dieu l’a alors réprimandé apparemment comme un enfant. Cependant, il a été vexé en tant qu’un prophète pour son peuple.

[5] Et Jonas sortit de la ville, et s’assit à l’orient de la ville, Là il se fit une cabane, et s’y tint à l’ombre, jusqu’à ce qu’il vît ce qui arriverait dans la ville.

Il n'avait pas abandonné l'espoir que Ninive revienne à pécher et soit détruite. Il s'est alors assis dans un accès de colère pour voir ce qu’il adviendrait de Ninive. Alors Dieu l'a protégé pendant son attente et a utilisé cela comme un exemple pour Jonas.

[6] L’Éternel Dieu fit croître un ricin, qui s’éleva au-dessus de Jonas, pour donner de l’ombre sur sa tête et pour lui ôter son irritation. Jonas éprouva une grande joie à cause de ce ricin. [7] Mais le lendemain, à l’aurore, Dieu fit venir un ver qui piqua le ricin, et le ricin sécha. [8] Au lever du soleil, Dieu fit souffler un vent chaud d’orient, et le soleil frappa la tête de Jonas, au point qu’il tomba en défaillance. Il demanda la mort, et dit : La mort m’est préférable à la vie. [9] Dieu dit à Jonas : Fais-tu bien de t’irriter à cause du ricin ? Il répondit : Je fais bien de m’irriter jusqu’à la mort. [10] Et l’Éternel dit : Tu as pitié du ricin qui ne t’a coûté aucune peine et que tu n’as pas fait croître, qui est né dans une nuit et qui a péri dans une nuit. [11] Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de cent vingt mille hommes qui ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche, et des animaux en grand nombre !
Le vent était un roua'h comme un esprit.

Ainsi, l'exemple de la plante et de Ninive a été utilisé pour montrer la miséricorde de Dieu.

Il aurait donc dû savoir que si Israël s’était repenti, il n'aurait pas été jeté à l'étranger.

Comme nous l'avons vu à partir de La Chute de l'Égypte (No. 036), en 732 AEC l'Assyrien Téglath-Phalasar III a annexé Damas faisant d’Israël et de Juda des états tributaires. En 729 AEC Téglath-Phalasar III a annexé Babylone et Salmanazar V (de 724-721 AEC) a annexé Israël en 722 AEC. Son successeur Sargon II déporta les dix tribus.

En 710 AEC, les Cimmériens ont envahi trans-Caucase à partir des steppes de la Russie. Ils ont dévasté l'Ourartou et le royaume de Phrygie en Anatolie. En 705 AEC Sargon II a été tué en combattant les Cimmériens. En 701 AEC l'armée de Sennachérib se retira inopinément d'une campagne punitive en Juda. En 720 AEC Sargon II avait établi la capitale assyrienne à Dur Sharrukin ou Fort Sargon. En 701 AEC Sennachérib abandonna Fort Sargon et fit de Ninive la capitale de nouveau. Il y a donc une reconcentration apparente sur les prophéties concernant Ninive.

Le témoignage de Jonas a été pendant quarante ans à partir du règne de Jéroboam II (793-775) jusqu’à Ozias (775-753), et les règnes confondus étaient une période de quarante ans avec la période de probation de la troisième année du règne d'Ozias ca 772-732 jusqu’au statut tributaire aux Assyriens. Israël a été envoyé en captivité aux mains des Assyriens au cours de la période de 722 avant notre ère, qui était d'environ 40 ans, et ensuite 50 ans ou un jubilé à partir des prophéties de Jonas à Israël. Jonas aurait dû apprendre de la mission à Ninive et avertir Israël de ce que Dieu a fait pour eux et ce qui devait alors se produire en Israël, mais ils n'ont pas écouté comme Juda n'a pas écouté pendant ses 40 années données pour le repentir (voir aussi l'étude Les Grandes Lignes de la Chronologie de l'Âge (No. 272)).

Si Juda s’était repenti, il n'aurait pas été détruit avec le Temple en 70 EC et Juda n’aurait pas été dispersé.

Juda a eu exactement 40 ans sur la base d’un an pour un jour avec Ninive. Ninive s'est repentie et Juda ne l'a pas fait. Ils ont tué Christ le 14 Abib 30 EC et Jérusalem a été encerclée le 1er Abib 70 EC et le Temple a été détruit à Jérusalem et le Temple à Héliopolis en Égypte a été fermé le 1er Abib 71 EC.

Dans chaque cas, Dieu a donné à Israël et Juda 40 ans pour se repentir ce qui est la période standard et ils ne se sont pas repentis. Depuis Christ et depuis que l'église a été formée, Dieu a donné au monde 40 jubilés à partir de 27 EC jusqu’en 2027 pour se repentir et ils ne l'ont pas fait et ils ne le feront pas et le monde doit aller en captivité sous le Messie et en Jugement pour le Millénaire comme le Repos du Sabbat de Dieu sous Christ.