Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB056]

 

 

 

Gédéon [CB056]

 

(Édition 2.0 20060422-20061214)

 

Lorsque l'Ange de l'Éternel apparut à Gédéon, il dit : "Le Seigneur est avec toi, vaillant héros. Va avec la force que tu as et sauve Israël de la main de Madian." Cette étude a été adaptée à partir des chapitres 61-63 de l’ouvrage The Bible Story Volume III par Basil Wolverton, publié par Ambassador College Press. Certaines écritures ont été prises à partir de la Bible The Holy Bible New International Version, Copyright 1973, 1978, 1984 International Bible Society. Utilisée avec la permission de Zondervan Bible Publishers. 

 

 

Christian Churches of God
PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA 

 

Courriel : secretary@ccg.org  

 

(Copyright © 2006 Christian Churches of God, éd. Wade Cox)

(Tr. 2016)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org et http://french.ccg.org/

 


 

 Gédéon [CB056]

 

Nous continuons ici à partir de l'étude Des Juges pour Israël (No. CB055).

 

Quarante ans après le renversement de Jabin, Israël était libéré des ennemis (Juges 5:31). Mais avant que de nombreuses années ne se soient écoulées, une autre génération est venue à l’existence, et une grande partie d'Israël est de nouveau tombée en vivant de façon désordonnée et de façon anarchique, chaque homme suivant sa propre conscience – faisant ce qu'IL pensait être le mieux –  laissant sa propre opinion, au lieu de la Loi de Dieu, lui dire comment vivre. 

 

Les Madianites à nouveau 

Environ deux cents ans auparavant, lorsque Moïse était le chef, Israël avait presque anéanti la nation idolâtre de Madian sur sa frontière à l’est de la mer Salée (Morte). Depuis ce temps les Madianites avaient fortement augmenté en nombre et, bien que plusieurs générations se soient succédé depuis la fatidique guerre avec Israël, une haine féroce envers leurs vainqueurs existait encore avec les Madianites. 

 

À ce point, Dieu est intervenu pour utiliser les Madianites pour punir Israël. Le résultat a été que les Madianites ont dû mettre fin aux quarante ans de liberté, de plaisir et de péché ! 

 

Les Israélites étaient devenus tellement désorganisés et faibles que les Madianites féroces les ont chassés de leurs villes et de leurs fermes. Par milliers, les Israélites ont couru dans les montagnes pour la sécurité. Ils se cachèrent dans les cavernes et même dans les canyons étroits et isolés – partout où ils pouvaient se cacher (Juges 6:1-2). 

 

Les Madianites n’ont cessé de faire des allers-retours dans tous les secteurs pour vaincre les Israélites et leur voler leur bétail et leurs récoltes. À leur retour à chaque zone conquise, les Madianites attaquaient tous les Israélites qui tentaient de retourner dans leurs demeures. 

 

Vivre comme des animaux 

Malgré tout cela, les Israélites obstinément continuaient à vivre selon leur propre voie, mais ils ont dû vivre dans des grottes comme des animaux, plutôt que de se repentir et d'obéir à Dieu et avoir Sa protection divine. 

 

Les villes ont été prises, les fermes ont été dépouillées de leurs produits et les envahisseurs ont saisi les troupeaux qui paissaient dans les vallées avant que les Israélites puissent les cacher dans les montagnes. Les nombres des ennemis étaient en ce temps-là si grands et tellement étendus que les Israélites avaient peu ou pas d'occasion d'aller chercher de la nourriture. Ils ont été forcés de rester dans leurs refuges de montagne au bord de la famine (Juges 6:3-6).

 

Lorsque sept années eurent été écoulées, Israël fut dans un état désespéré, à moitié affamé. 

 

À ce moment-là un homme dont le nom n'est pas mentionné dans les Écritures a été choisi par Dieu pour rappeler aux Israélites qu’ils avaient apporté cette calamité sur eux-mêmes par leur désobéissance à Dieu. Le peuple était déjà en train de demander à Dieu le pardon et le secours (vv. 6-10). 

 

La repentance apporte l'aide divine 

L’Ange de l'Éternel vint et s'assit sous le térébinthe d'Ophra, qui appartenait à Joas, où son fils Gédéon battait un jour du blé dans un pressoir pour le cacher aux Madianites. Lorsque l'Ange de l'Éternel apparut à Gédéon il dit : "Le Seigneur est avec toi, vaillant héros."

 

Gédéon lui dit : "Mais si l'Éternel est avec nous, pourquoi tout cela nous est-il arrivé ? Où sont toutes ses merveilles que nos pères nous ont dites ? Maintenant le Seigneur nous a abandonnés et nous a remis aux mains de Madian" (vv. 11-13). 

 

L'Ange de l'Éternel a dit : "Va avec la force que tu as et sauve Israël de la main de Madian. Ne suis-je pas en train de t’envoyer ?" (v. 14).

 

La mission divine de Gédéon

"Comment est-ce possible pour moi d’aider à sauver Israël, mon Seigneur ?" demanda Gédéon. "Mon clan est le plus faible de Manassé, et je suis le moindre de ma famille."

 

L'Ange répondit : Je serai avec toi et tu frapperas tous les Madianites ensemble" (Juges 6:15-16). 

 

Gédéon n'a pas senti qu'il pouvait accepter cette responsabilité sans savoir avec certitude que cet homme était vraiment un être divin sous une forme humaine. Par ailleurs, il ne pouvait pas risquer de refuser une mission de Dieu.  

 

Il a demandé à l'homme de continuer à se reposer sous le chêne, s’excusa et se précipita vers sa maison pas loin afin de préparer rapidement une offrande sacrificielle de nourriture. Quand il revint, il présenta des gâteaux sans levain, du bouillon et une jeune chèvre bouillie pour l'Ange de l'Éternel. 

 

C’était le moment pour la Pâque, que n'ont pas observée les enfants d'Israël, parce qu'ils adoraient des dieux païens et suivaient les coutumes des nations autour d'eux. 

 

"Place la viande et les gâteaux sur ce rocher plat et verse le bouillon," fut-il dit à Gédéon, et il fit ainsi.

 

L'Ange de l'Éternel toucha l'offrande avec l'extrémité de son bâton. Brusquement le feu sortit hors du rocher, consumant rapidement la nourriture ! Lorsque Gédéon eut tourné le regard surpris du spectacle, l'Ange avait disparu ! (vv. 17-21). 

 

Par ses actions ici l'Ange de l'Éternel (qui devint plus tard l'homme Jésus Christ) rétablissait la Pâque et la Loi. 

 

L'idolâtrie doit partir ! 

Ce fut alors que Gédéon réalisait que c'était l'Ange de l'Éternel qui lui avait rendu visite. Il craignait qu'il puisse être frappé de mort parce qu'il était venu face à face avec l'Ange de l'Éternel. 

 

"N'aie pas peur ", a-t-il entendu dire la voix. "Tu ne vas pas mourir." 

 

Gédéon fut tellement reconnaissant et impressionné qu'il bâtit là un autel et le dédia à Dieu (vv. 22-24). Cette même nuit, l'Éternel dit à Gédéon de démolir l'autel de son père au dieu païen Baal et de construire un autel approprié à Dieu sur le dessus et d’offrir un taureau comme une offrande consumée par le feu.

 

Parce qu'il avait peur de sa famille et des hommes de la ville, Gédéon a attendu jusqu'à la nuit, puis a pris dix de ses serviteurs, et fit ce qu'on lui a dit. Le matin, les hommes de la ville ont vu l'autel de Baal et leurs autres objets de culte démolis et un taureau sacrifié sur le nouvel autel. (10 est le nombre de personnes requis par ménage pour le sacrifice de la Pâque.)

 

Lorsque la foule en colère a entendu que Gédéon avait fait cela, elle a exigé que son père (Joas) le fasse sortir. "Il est coupable d'avoir démoli notre autel ! Nous devons tuer Gédéon parce qu'il a renversé l'autel de Baal." 

 

Joas fut contrarié de ce que Gédéon avait vraisemblablement fait, mais il ne voulait pas voir son fils tomber aux mains de ces gens remplis de colère. 

 

"Pourquoi devez-vous exiger quoi que ce soit pour venger Baal ?" demanda Joas à la foule. "Si Baal est un vrai dieu, il va surement se venger lui-même avant qu’un autre jour ne passe. Si mon fils est le coupable, Baal ne le laissera pas vivre !" C'est pourquoi Gédéon fut renommé Jerubbaal - ce qui signifie, laissez Baal faire sa propre plaidoirie (Juges 6:28-32). 

 

Ce conseil apaisa la foule. Aucun des serviteurs de Baal ne voulait dire que leur dieu païen manquait d'aptitude pour traiter avec ses ennemis lui-même. Progressivement, la foule se dispersa. 

 

Païens dans la peur 

Entre-temps, la nouvelle s’est répandue jusqu’à l'ennemi qu'un champion était sur le point de mener Israël pour combattre contre Madian. Les Madianites ont demandé aux Amalécites et à certaines tribus arabes de venir et se tenir avec eux contre Israël. 

 

Bientôt, des milliers et des milliers de soldats se sont rendus dans la vallée de Jizréel, l'endroit où les forces du roi Jabin avaient rencontré la misérable défaite plusieurs années auparavant. 

 

Gédéon sonna de la trompette pour assembler le peuple d’Abiézer, et envoya des messagers aux tribus de Manassé, Aser et Nephthali pour demander à des hommes de venir lutter contre les Madianites (Juges 6:33-35).

 

Lorsque Gédéon eut réalisé combien d'hommes avaient été soumis à son commandement, il a commencé à se demander s'il pouvait s'acquitter avec succès de la tâche immense qui lui avait été donnée. Troublé et incertain, il est allé dans un endroit privé pour prier Dieu. 

 

"J'ai besoin que tu me rassures", a prié Gédéon. "Veuille me montrer encore une fois que je suis celui que tu as choisi pour diriger Israël contre Madian. Ce soir je vais répandre une toison de laine sur le sol à l'aire de battage. Demain matin, si la laine est mouillée de rosée et le sol est sec, alors je saurai avec certitude que tu m’as choisi pour sauver Israël." 

 

Tôt le lendemain matin, Gédéon courut dehors pour examiner la toison. Elle était lourde de rosée. En fait, Gédéon l’a prise et pressa une quantité d'eau suffisante pour remplir un bol de bonne taille. Dans le même temps, il ne pouvait trouver aucun signe d'humidité sur le terrain ou l'herbe à proximité. 

 

Et Gédéon dit à Dieu : "J'espère que tu ne seras pas en colère si je demande un signe de plus. Permets-moi d'avoir un test de plus avec la toison. Cette fois, fait en sorte que la toison soit sèche et le sol couvert de rosée." Cette nuit-là, Dieu fit ainsi. Seule la toison était sèche alors que le sol était couvert de rosée (Juges 6:36-40).

 

Gédéon défait les Madianites

Gédéon n'avait plus aucune place pour le doute. Le lendemain matin, il a ordonné à tous les soldats israélites de procéder dans la vallée de Jizréel. Ils partirent et campèrent cette nuit-là sur le côté sud de la vallée aux pentes du mont Gilboa. Le camp de Madian était au nord d'eux dans la vallée près de Moré. La direction des deux camps a une signification pour les Rois du Nord et du Sud dans les guerres des Derniers Jours (voir Daniel 11).

 

Lorsqu'ils furent dénombrés et organisés en unités militaires, il a été constaté qu'il y avait trente-deux mille d'entre eux. 

 

Dieu était prêt à enseigner Gédéon une leçon bien nécessaire dans la foi. 

 

Trop de soldats israélites ! 

L'Ange de l'Éternel dit à Gédéon : "Tu as trop d'hommes pour moi pour livrer Madian entre leurs mains. Afin qu'Israël ne puisse pas se vanter contre moi que sa propre force l’a sauvée, annonce à la population que quiconque craint de combattre les Madianites est libre de quitter cet endroit". 

 

Donc, vingt-deux mille hommes se sont retirés de l'armée. Ceci laissa Gédéon avec seulement dix mille hommes. Cela signifiait un soldat israélite sous-entraîné pour au moins treize soldats ennemis entrainés pour la bataille (Juges 7:1-3). 

 

Mais l'Ange dit à Gédéon : "Il y a encore trop d'hommes. Fais-les descendre tous vers l'eau pour boire. La manière dont ils boiront déterminera combien d'hommes tu prendras avec toi. Je te dirai plus tard lesquels choisir." 

 

Gédéon a conduit ses dix mille hommes à l'eau. Là l'Ange dit : "Sépare ceux qui lapent l'eau avec leurs langues comme un chien de ceux qui s'agenouillent pour boire". Trois cents hommes ont lapé de leurs mains à leur bouche. Tout le reste est descendu sur ses genoux pour boire. 

 

Alors l'Ange dit à Gédéon qu'il le sauverait avec les trois cents hommes qui ont lapé et livrerait les Madianites entre ses mains (Juges 7:4-6). L'eau est un symbole de l'Esprit Saint et ces eaux vives jaillissent de Christ (Jean 4:10-11,14).

 

Tous les autres soldats - près de dix mille - devaient être renvoyés ! Dieu savait qu'il était difficile pour Gédéon de comprendre comment à peine trois cents hommes pourraient surmonter une telle grande multitude (Juges 7:7-8 ; Zacharie 4:6). Israël est l'héritage de Christ et bien que la force ait été recueillie et préparée pour le combat, il a choisi d'utiliser seulement les trois cents pour aller au combat avec lui. C'est comme la petite armée de l'Église des Derniers Jours qui propage la Parole de Dieu et avertit les nations de la seconde venue du Messie.

 

Le camp de Madian se situait en bas dans la vallée. Au cours de cette nuit, l'Éternel dit à Gédéon : "Lève-toi et descends au camp, car je vais le livrer entre tes mains. Si tu as peur d'attaquer, descends vers le camp avec ton serviteur Pura et écoute ce qu'ils disent. Lorsque tu apprendras l'état d'esprit de l'ennemi, tu seras encouragé." Alors cette nuit-là Gédéon alla avec Pura dans le camp des Madianites. (Juges 7:9-11).

 

En passant l'une des tentes, leur attention a été attirée vers une conversation entre deux soldats Madianites. 

 

"J’ai fait un rêve étrange hier soir", ont-ils entendu un des hommes faire la remarque. "J'ai rêvé qu'une énorme miche de pain d'orge venait bouleverser le camp des Madianites. Elle a frappé la tente avec une telle force que la tente s’est renversée et s’est effondrée". 

 

Son ami a répondu : "Ça ne peut qu’être l'épée de Gédéon, fils de Joas, l'Israélite. Dieu a livré les Madianites et l'ensemble du camp entre ses mains" (Juges 7:12-14). 

 

Gédéon n'est pas resté pour en entendre plus. Maintenant il était profondément convaincu que Dieu allait tenir sa promesse de détruire les envahisseurs. Il a remercié Dieu pour l'assurance qu'il avait reçue. Maintenant que Gédéon s’était repenti de sa faible foi, Dieu pouvait se servir de lui. 

 

Il est retourné avec son serviteur pour le camp d'Israël, et cria : Levez-vous ! Le Seigneur a livré le camp des Madianites entre vos mains." 

 

Dieu combat les batailles d'Israël ! 

Selon les instructions de Dieu, Gédéon divisa les hommes en trois groupes. Ils se sont silencieusement répartis tout autour du camp, mais au lieu de porter des armes dans ses mains, chaque homme portait une trompette et une cruche, avec une torche cachée dans chaque cruche (vv. 15-16). 

 

Dès que ses hommes furent en place, Gédéon sonna sa trompette. C'était le signal pour tous les hommes de souffler leurs trompettes. Gédéon a brisé sa cruche et a tenu sa torche en l’air pour que tous voient. Rapidement les trois cents hommes aussi brisèrent leurs cruches. La lumière a soudainement été révélée depuis trois cents torches flambantes ! (Juges 7:16-20). 

 

La lumière brusque et le bruit provenant de toutes directions ont rendu les Madianites confus, et cela les a effrayés. Même les gardiens ont été pris par surprise. Dans l'obscurité, il semblait qu'une grande armée les entourait complètement. Pour ajouter à leur réveil, une multitude de cris venait de partout. 

 

"L'ÉPÉE DE L'ÉTERNEL ET DE GÉDÉON !" étaient les mots forts qui sonnaient sur la plaine de la part des hommes de Gédéon. 

 

Estimant qu'un nombre incroyable d'Israélites armés s’approchait tout autour d’eux, les Madianites se sont précipités tout excités hors de leurs tentes. C’était si sombre que dans leur frénésie les hommes sont entrés en collision les uns avec les autres. Pensant que les Israélites s’étaient précipités parmi eux, ils se sont attaqués mutuellement. Dans les quelques minutes suivantes, des milliers de Madianites sont morts par la main de leurs propres frères. Dieu est intervenu une fois de plus pour Israël ! (vv. 21-22).

 

Un peu plus tard, lorsqu' il était évident que les Madianites dans leur panique couraient vers l'Est en direction de leur patrie, Gédéon envoya des messagers à diverses parties du territoire occupé par les Éphraïmites. Les messagers devaient dire aux hommes de cette tribu ce qui s'était passé, et que les Madianites pourraient éventuellement être arrêtés de s'échapper de l’autre côté du Jourdain si les Éphraïmites se déplaçaient rapidement pour les accueillir. 

 

Dans le même temps Gédéon envoya un messager aux milliers d'hommes qu'il avait renvoyés du devoir de bataille quelques heures seulement avant, les informant que l'ennemi fuyait vers l'Est, et que les Israélites pourraient rendre de grands services en les pourchassant (vv. 23-24). 

 

Ainsi tous les hommes d'Éphraïm ont été appelés et ils se sont saisis des eaux du Jourdain jusqu’à Beth Bara. Ils ont également capturé et tué deux des dirigeants Madianites, Oreb et Zeeb. Leurs têtes ont ensuite été amenées à Gédéon comme signes de la victoire (Juges 7:25).

 

"Une réponse douce détourne la fureur"

Les anciens de la tribu d'Éphraïm arrivèrent à Gédéon pour rageusement demander pourquoi les soldats Éphraïmites n'avaient pas été invités à participer au cours de la première confrontation avec les Madianites. 

 

"Si vous pensez que votre tribu n'a pas eu la chance de faire assez dans cette campagne", leur a dit Gédéon, " alors je dois vous rappeler que vos soldats ont été ceux qui se sont montrés juste à temps pour vaincre la plupart des Madianites fuyant au fleuve du Jourdain. Sans vos hommes, qu'aurions-nous fait ? C'est là que Dieu a livré entre les mains de vos soldats les deux puissants princes Madianites, Oreb et Zeeb. Seul cela était un grand accomplissement comparé à ce que mes hommes et moi avons fait !" 

 

Gédéon a choisi d’apaiser leurs sentiments offensés avec une douce réponse comme Dieu commande à Ses serviteurs de le faire (Pro. 15:1). Lorsqu'ils ont entendu Gédéon louer leurs soldats, ils étaient très heureux, et s'en allèrent dans une ambiance très amicale (Juges 8:1-3). 

 

Évasion temporaire pour quelques-uns 

"Nous n'avons pas complètement gagné la bataille encore !" cria Gédéon aux enfants d'Israël. "Une grande partie de l'ennemi nous a échappé. Nous ne pouvons pas les laisser aller libres. Je ne vous demande pas tous d’aller après eux mais mes trois cents hommes choisis et moi allons passer le Jourdain pour poursuivre les troupes fuyantes de l'ennemi." 

 

Les hommes de Gédéon étaient épuisés, mais continuant la poursuite ils vinrent jusqu'au Jourdain et le traversèrent. Mais ils devenaient épuisés par le manque de nourriture et de repos (Juges 8:4). 

 

"Ne soyez pas découragés, hommes !" cria Gédéon. "Nos frères israélites dans la ville devant nous devraient être en mesure de nous donner assez de nourriture pour restaurer notre force !" 

 

Lorsqu'ils parvinrent à Succoth, Gédéon dit aux habitants de la ville ce qui était arrivé, pourquoi ils étaient de passage et qu'ils avaient désespérément besoin de nourriture (v. 5). 

 

Les dirigeants de Succoth répondirent : "Espériez-vous nous faire croire que vous avez anéanti la plupart de l'armée des Madianites comme vous le prétendez, et que les milliers de personnes qui sont passées sont effectivement en train de vous fuir ? Pensez-vous que nous puissions risquer nos vies en donnant la nourriture à vos troupes alors que les Madianites ont encore le contrôle du pays ?" Quel mépris pour une promesse sûre de Dieu ! (comparer Lév. 26:3, 7-8). 

 

Après l'excellente coopération qu'il avait reçue des autres tribus, Gédéon fut choqué par ce manque de préoccupation fraternelle et de foi en Dieu. 

 

"Vous refusez d'aider le peuple de votre propre nation qui risque sa vie à lutter pour votre liberté. C'est un mépris de Dieu – et tout cela parce que vous avez peur de ce que les Madianites pourraient vous faire au lieu d’être en train de craindre Dieu !" a déclaré Gédéon. "Votre plus grande crainte devrait être de la punition que vous recevrez de Dieu de nos mains à cause de votre égoïsme, quand nous reviendrons victorieux !" (Juges 8:6-7). 

 

Une autre ville se rebelle 

La petite armée de Gédéon se déplaçait vigoureusement vers le Nord-Est jusqu'à la vallée de la rivière Jabbok pour emprunter le sentier de l'ennemi. Quelques kilomètres plus loin les emmenèrent à la ville de Penuel, où il y avait une tour de pierre quelque peu inutilisée qui avait depuis longtemps été construite par les Moabites comme un lieu d'observation et comme une forteresse. Les Gadites qui vivaient là étaient très fiers que leur ville était la seule dans le territoire avec une telle tour. 

 

Gédéon convoqua les dirigeants de la ville, leur relata sa situation et fit un appel désespéré pour la nourriture à ses hommes. Mais ils répondirent la même chose que les hommes de Succoth.

 

"Nous serons de retour sur ce chemin après que nous aurons réglé le problème  des Madianites," dit Gédéon avec colère aux Gadites rassemblés autour de lui. "Ensuite, vous perdrez cette tour dont vous êtes si fiers. Qui plus est, il est fort probable que vous risquiez de perdre votre vie !" (Juges 8:8-9). 

 

Dieu combat une autre bataille 

Comme à Succoth, Gédéon et ses hommes, vigoureusement, quittèrent au milieu des expressions d'hostilité et des murmures antipathiques des frères israélites. Ils se sont ensuite rendus par la route des nomades à l’est de Nobah et Jogbeha et tombèrent sur l'armée sans méfiance.

 

Zébah et Tsalmounna, les deux rois de Madian étaient là avec environ quinze mille hommes – tous ceux qui étaient restés de l'armée des gens de l'Est. Les rois ont tenté de s'échapper, mais Gédéon alla après eux et les captura, mettant en déroute toute leur armée. Dieu était une fois de plus intervenu au nom des Israélites grandement surpassés en nombre (Juges 8:11-12).

 

La destruction des Madianites ayant été accomplie, Gédéon et ses hommes revinrent de la bataille par la montée de Hérès. Les deux rois Madianites étaient avec eux. 

 

Gédéon a attrapé un jeune homme de Succoth et après l’avoir questionné le jeune homme a écrit les noms des soixante-dix-sept officiers de Succoth. Et Gédéon vint et dit à ces hommes, "Voici Zébah et Tsalmounna au sujet desquels vous m’avez raillé et avez refusé de donner du pain à mes hommes exténués." Puis Gédéon prit les anciens de la ville et leur a appris une leçon en les punissant avec des épines du désert et des ronces. Il a également détruit la tour de Penuel, et tua les hommes de la ville (Juges 8:13-17). 

 

La prompte justice de Dieu

Gédéon et son groupe se sont alors déplacés vers l'Ouest, traversèrent le Jourdain et pénétrèrent dans la partie centrale de leur pays. Là Zébah et Tsalmounna étaient jugés comme les deux principaux chefs de l’oppression madianite d’Israël au cours des dernières années. 

 

Au cours de l'interrogatoire, Zébah et Tsalmounna ont admis qu'ils avaient assassiné plusieurs frères de Gédéon. 

 

"Si vous aviez épargné mes frères alors, je vous épargnerais maintenant", leur répondit Gédéon. "Puisque vous avez impitoyablement mis à mort beaucoup d’Israélites, y compris mes frères de sang, vous pouvez difficilement vous attendre à échapper à la peine de mort pour meurtre" (vv. 18-19). 

 

Il y avait une règle parmi les Israélites à ce que le premier-né de sexe masculin de la famille devrait être le seul à exécuter quelqu'un qui a assassiné un de ses proches. Gédéon était le plus jeune fils de ses parents (Juges 6:15) et, par conséquent, il estima que ce n'était pas son rôle d’exécuter les deux rois madianites, bien que leur sort fût plus qu'une affaire de famille. 

 

Le fils aîné de Gédéon, Jéther, n'était qu'un jeune garçon dans son adolescence, mais selon la procédure israélite il était la bonne personne pour venger la mort de ses oncles. Quand son père lui a dit de tirer son épée et de tuer ces deux rois, Jéther n'a pas tiré son épée – il avait peur.

 

Zébah et Tsalmounna dirent à Gédéon de traiter avec eux lui-même et de les mettre à mort à l’instant même – il fit ainsi (Juges 8:20-21).

 

Après que les corps des deux rois Madianites eussent été transportés, et leurs chameaux dépouillés de leurs ornements précieux, les Israélites ont estimé que la lutte avec leur ennemi de l’Est était officiellement terminée. Gédéon réalisa, cependant, que la bataille pour éloigner les gens de l'idolâtrie n'était jamais terminée, et il poursuivit ses efforts contre le culte païen. 

 

Une pierre d'achoppement semble innocente 

Peu de temps après, une grande foule d’Israélites se réunit devant le domicile de Gédéon. Lorsque Gédéon sortit pour apprendre pourquoi plusieurs s’étaient assemblés, il y eu une bruyante acclamation. 

 

"Parce que tu nous as sauvés des Madianites", hurlait un porte-parole pour la foule, "Nous sommes venus te demander d'être notre souverain". 

 

"Je ne suis pas celui qui régnera sur vous !" s'exclama Gédéon à la foule. "Ni mon fils ni son fils. Si je suis choisi par Dieu pour être le dirigeant, qu'il en soit ainsi. Mais votre Souverain est DIEU !" (Juges 8:22-23). 

 

"J'ai une demande cependant. De nombreuses boucles d'oreilles en or ont récemment été prises des Madianites tués et je demande que chacun d'entre vous me donne une boucle d'oreille de sa part de butin."


"Nous les donnerons volontiers !", ont-ils répondu.

 

Quelqu'un étala un manteau sur le sol, chacun y jeta les anneaux de son butin. Gédéon en fit un éphod, qu'il plaça à Hophra, sa ville. Malheureusement, cette chose est venue à être vénérée si hautement par les gens qu'elle est finalement devenue un objet d'adoration idolâtre (Juges 8:24-27). 

 

Les lecteurs se souviendront d'un incident similaire quand Aaron façonna un veau d'or des boucles d'oreilles en or que les Israélites lui avaient donnés après que Moïse fût resté tellement si longtemps sur la montagne (Ex. 32:1-4).

 

Seulement quarante ans ... 

Pendant les quarante années suivantes, aussi longtemps que Gédéon était leur dirigeant et responsable de l’application de la loi (mentionné dans les Écritures comme un Juge), la plupart des Israélites appréciaient les bénédictions de paix et de prospérité (vv. 28-29). Puisque la plupart des gens ne savent pas comment utiliser avec sagesse la paix et la prospérité, une telle période peut être dangereuse. Pendant ce temps Gédéon a eu plusieurs épouses. La pratique d'avoir plus d'une épouse était tolérée dans ces temps-là, surtout pour des hommes qui pouvaient se permettre de nourrir beaucoup d'enfants. La Bible ne fait pas état de combien d'enfants Gédéon avait, bien qu'elle parle qu’il a eu au moins soixante-deux fils (Juges 9:5). 

 

Dès que Gédéon mourut, beaucoup d’Israelites ont commencé à abuser de leur prospérité et à se tourner vers l'oisiveté et la facilité. Ils ont immédiatement commencé à s’éloigner de l’adoration de Dieu et se sont tournés à nouveau vers l'adoration de Baal et Easter (Ishtar/Astarté), le dieu et la déesse principaux des païens. Cette fausse religion avait été développée sous différents noms et formes parmi diverses nations depuis l'antiquité de Nimrod et sa mère-épouse Sémiramis. Très tôt, la majorité de la nation a perdu tout respect pour ce que Gédéon avait accompli et de ce que Dieu a commandé. Il est évident qu'Israël était une fois de plus en position de chute, cette fois pour se plonger dans la misère de troubles civils (Juges 8:30-35). 

 

Ressources :

La Force de Gédéon et les Derniers Jours (No. 022)

Les Sept Grandes Pâques de la Bible (No. 107)

La Bible NIV Study Bible (Zondervan Bible Publishers)