Les Églises Chrétiennes de Dieu

[CB086]

 

 

 

Quand Israël n’avait pas de Roi [CB086]

 

(Édition 1.0 20060613-20060613)

 

Quand Israël n’avait pas de roi, les gens faisaient ce qu’ils pensaient être juste à leurs propres yeux. Ils oublièrent vite leur alliance avec Dieu et tout ce qu’ils avaient promis de faire. Cette étude a été adaptée à partir des Chapitres 71-74 de l’ouvrage The Bible Story Volume III de Basil Wolverton, publié par Ambassador College Press.

 

  

Christian Churches of God
PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA 

 

Courriel : secretary@ccg.org  

 

(Copyright © 2006 Christian Churches of God, éd. Wade Cox)

(Tr. 2015)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://logon.org et http://ccg.org/

 


 Quand Israël n’avait pas de Roi [CB086]

 


Comment l’idolâtrie commence

 

Dans la période où ses dirigeants étaient au pouvoir par intermittence dans différentes parties du pays de Canaan, Israël n'a jamais été tout à fait correct avec Dieu. Après la mort de Josué les gens sont allés si loin dans l'idolâtrie que Dieu ne leur a donné aucun dirigeant ou libérateur pendant de nombreuses années. Sans leadership ou punition, les gens ont dégénéré au point où chaque personne vivait comme elle pensait était le mieux (Juges 17:6), une condition qui a conduit à toutes sortes d'ennuis. Dieu avait ordonné aux Israélites, pour leur propre bien, de ne pas faire ce qu'ils pensaient être le mieux, mais de Lui obéir à la place (Deut. 12:8). Cependant, les Israélites ont désobéi à plusieurs reprises, mais à leur propre malheur en fin de compte.

 

Les idoles de Mica

 

Par exemple, pour revenir à une époque avant que le premier juge ne soit apparu sur la scène, il y avait un homme du nom de Mica, dans la tribu d'Éphraïm, qui avait volé une importante somme d'argent à sa mère âgée. Elle était tellement en colère quand elle a trouvé l'argent manquant qu'elle a prononcé une malédiction sur le voleur, quel qu'il fût.

 

Mica a entendu sa mère prononcer la malédiction et il avait peur que quelque chose de mal ne lui arrive. Donc, il a avoué le vol à sa mère, et lui a rendu les onze cents sicles d’argent.

 

La mère a dit : "Le Seigneur te bénisse mon fils ! Je dédie solennellement mon argent au Seigneur pour mon fils pour en faire une image taillée et une idole de fonte. Je te la redonnerai" (Juges 17:1-3).

 

Leur religion avait dégénéré au niveau de l'idolâtrie de l'homme. Alors elle prit deux cents sicles d'argent et les donna à un orfèvre (un fabricant d'idoles), qui fit une image de l'idole. Et elle fut placée dans la maison de Mica. Mica avait un sanctuaire et il fit un éphod et quelques idoles et installa un de ses fils pour lui servir de prêtre (vv. 4-6). C’était une autre mauvaise chose à faire parce que seulement ceux de la famille d'Aaron devaient être des prêtres en Israël (Ex. 28:1-5 ; Lév. 8:35-36 ; Nom. 3:10 ; Deut. 21:5). Personne ne peut se nommer au ministère de Dieu (Nom. 16 ; Nom. 17 ; Héb. 5:4).

 

L'idolâtrie causée par la négligence spirituelle

 

Ce que Mica et sa mère ont tenté de faire, dans leur zèle superstitieux, c’était de mettre en place leur propre temple de culte, modelé légèrement d’après ce qu'ils avaient entendu ou supposaient que c’était comme au Tabernacle à Silo. Plus ils sont allés dans l'idolâtrie, plus ils se pensaient religieux. Les religions des nations païennes environnantes avaient été si mélangées avec les Lois de Dieu au fil des ans que très peu d'Israélites pouvaient se rappeler ce que Dieu attendait d'eux.

 

C’était un peu comme c’est aujourd'hui, avec tant de confessions d'églises qui essaient de décider elles-mêmes comment adorer Dieu. La plupart d'entre elles enseignent et promeuvent des anciennes croyances païennes prises par ouï-dire et la tradition, comme dans le cas de Mica, les mélangeant avec quelques vrais principes chrétiens – quelque chose que la Bible déclare à maintes reprises être mal aux yeux de Dieu (Deut. 12:29-30 ; 2Rois 17:15).

 

Mica et sa mère n’avaient pas de Bible pour les instruire et ont fait peu ou pas d'effort pour apprendre les Lois de Dieu les jours de Sabbats et les Jours Saints d’assemblée, comme ils auraient dû le faire (Deut. 6:1-12 ; 31:9-13 ; Actes 15:21 ; Néhémie 8:1-3). Sinon, ils auraient probablement fait les choses bien différemment. Comme c’était, Mica à sa manière paganisée sentait qu'il faisait sa part pour raviver le respect de Dieu dans sa partie d'Israël, tout comme les gens des fausses églises font aujourd'hui. Il ne savait pas à quel point il avait tort.

 

Un jour, un jeune lévite de Bethléhem à la recherche d'un endroit pour séjourner s’arrêta à la maison de Mica dans la montagne d'Éphraïm.

 

Mica dit : "Habite avec moi et sois mon père et prêtre, et je te donnerai dix sicles d'argent par an, tes vêtements et ta nourriture."

 

Alors le Lévite accepta et bientôt il devint comme l'un des fils de Mica.

 

Et Mica dit : "Maintenant, je sais que le Seigneur sera bon envers moi, puisque ce Lévite est devenu mon prêtre" (Juges 17:7-13).

 

S’il avait connu les Lois de Dieu, Mica se serait rendu compte que Dieu avait choisi les Lévites pour un but particulier. Dans les jours de Moïse, Dieu a choisi parmi la tribu de Lévi la famille d'Aaron pour être Ses prêtres (Ex. 28:1, 40-43). Les autres Lévites devaient faire le travail physique de prendre soin du Tabernacle (Nom. 1:47-54). Ils devaient tous être des enseignants.

 

Le Lévite aurait dû être terriblement choqué de trouver une telle apostasie en Israël. Mais il ne l’était pas. En fait, il errait parce qu'il avait été poussé de force de son poste pour ses péchés.

 

L'étranger a réalisé que cette offre était plus rentable et plus à son goût que ce qu'il avait fait. Comme la plupart des Israélites ne rendaient pas à Dieu Sa dîme, de nombreux Lévites n’avaient aucun revenu. Ils avaient apparemment échoué à enseigner aux gens au sujet de la dîme (Juges 17:9-10).

 

Mica voulait être considéré comme un homme très religieux, et il croyait que la combinaison d'images, de prêtre et Dieu lui apporterait sûrement la richesse matérielle. Beaucoup de gens mettent aujourd'hui la même confiance superstitieuse en des statues, des perles et des rituels dans les services de l'église, en pensant qu'ils sont au service de Dieu.

 

À cette époque, la plupart des familles de la tribu de Dan ont été découragées parce que la majorité de leur part de Canaan était encore tenue par les Amorites puissants (Juges 1:34-35 ; 18:1). La région montagneuse autour de Tsorea et Eschthaol, qui était tout ce qu'ils avaient pu conquérir, ne leur donnait pas assez de terres. Ils étaient mécontents parce que leurs ennemis les confinaient dans leur petite zone si solidement. Dans la large vallée en dessous d'eux, les nombreux chars amorites avaient été en mesure de refouler toute attaque danite.

 

Les Danites n'avaient pas confiance en Dieu pour combattre leurs batailles comme Il l'avait promis (Deut. 7:1-2). Par peur, ils ont décidé d'aller voir ailleurs et de prendre des terres de certains peuples faibles.

 

Dans un effort pour en savoir plus sur le territoire dans des zones éloignées, les dirigeants danites envoyèrent cinq éclaireurs bien formés de leurs villes de Tsorea et Eschthaol. C’était une expédition un peu comme celle envoyée de nombreuses années avant en Canaan par Moïse. Ils étaient à la recherche de terres qui seraient plus faciles à conquérir.

 

Sur leur chemin, ils sont venus à la région du Mont Éphraïm et par hasard sont arrivés à la maison de Mica, où ils ont été invités à passer la nuit (Juges 18:2).

 

Un péché mène à un autre

 

Quand ils ont entendu la voix du jeune lévite qu’ils connaissaient déjà, ils sont allés à l'intérieur et lui ont demandé : "Qui t’a amené ici ? Que fais-tu dans ce lieu ?" Le Lévite leur a dit comment il était venu dans une telle fonction. Ces Danites et toute leur tribu s’étaient égarés loin de Dieu. Ils ne se rendaient probablement pas compte de la gravité des péchés du Lévite. Lorsque les Danites ont découvert qu'ils étaient à un endroit où la divination était utilisée, ils voulaient que le prêtre demande à Dieu si leur voyage serait couronné de succès.

 

Ceci est un triste exemple de la façon jusqu'où les Israélites avaient dévié de la Loi de Dieu. Ils auraient dû se souvenir que Dieu leur ordonnait d'aller seulement au Souverain Sacrificateur pour se renseigner quant à savoir s’ils doivent ou non aller à la bataille (Nom. 27:21).

 

Le prêtre leur a dit qu'ils seraient en sécurité dans leur voyage, et qu'ils avaient l'approbation de Dieu (Juges 18:3-6).

 

Les cinq éclaireurs ont été grandement comblés par ce rapport et sont partis. Puis ils sont venus à Laïs, où ils ont vu que les gens étaient prospères et apparemment n’avaient pas peur de raids ou des attaques par les pays voisins. Les habitants avaient peu de contacts avec le monde extérieur. Ils appréciaient négligemment leur prospérité sans le maintien d'un système de défense adéquat.

 

Lorsque les éclaireurs ont vu à quel point c’était non protégé, ils étaient doublement certains que le prêtre de Mica était en effet un oracle sûr de Dieu. Cette partie de la terre, raisonnaient-ils, a sûrement été conçue pour au moins une partie des Danites.

 

Quand ils revinrent à Tsorea et Eschthaol leurs frères leur ont demandé : "Comment avez-vous trouvé les choses ?"

 

"Nous avons vu le pays qui est très bon. Les habitants sont aisés et sont pacifiques. Une attaque surprise par une force bien équipée signifierait une victoire rapide. Nous sommes convaincus que Dieu nous destine à prendre la région. Préparons-nous à y aller sans tarder !" (Juges 18:7-10).

 

Alors six cents hommes danites armés en tant que soldats partirent de Tsorea et Eschthaol. À la fin de la première journée, ils campèrent près de Kirjath-Jearim en Juda. Le deuxième jour, ils approchèrent de la maison de Mica, près du Mont Éphraïm. Les cinq éclaireurs les avaient délibérément guidés là.

 

"Nous sommes près de l'endroit où vit le prêtre qui a consulté Dieu et nous a dit que nous allions réussir dans cette entreprise", dirent les éclaireurs aux dirigeants danites. "Dans cette maison, il y a un éphod et d'autres dieux domestiques, une image taillée et une idole de fonte" (vv. 11-14).

 

Six cents Danites armés pour la bataille se tenaient à la porte et les éclaireurs sont allés à la maison de Mica et ont salué le Lévite. Ils l'ont ensuite emmené hors de la porte et l'ont présenté à leurs dirigeants. Les éclaireurs ont alors saisi tous les objets et les vêtements qu'ils considéraient comme sacrés. Les Danites étaient très superstitieux. Ils pensaient que prendre ces petites idoles stupides apporterait le succès.

 

"Qu'est-ce que tout cela veut dire ?" demanda anxieusement le Lévite (vv. 15-18).

 

"Tais-toi ! Viens avec nous et sois notre prêtre. Il est préférable que tu serves une tribu en Israël plutôt que la maison d’un seul homme".

 

Le prêtre n’avait pas besoin de plus d'insistance. Il ramassa volontiers ses affaires et rejoignit les centaines de Danites, qui se sont ensuite retournés et sont partis (vv. 19-20).

 

Peu de temps après leur départ, les hommes qui vivaient près de Mica se rassemblèrent et poursuivirent les Danites.

 

Mica leur a crié d'arrêter. Les Danites se retournèrent et dirent à Mica : "Quelle est ta raison de nous suivre avec beaucoup d'hommes armés ?" (vv. 22-23).

 

"Vous avez volé mon prêtre et mes images !" cria Mica comme il se dirigeait vers eux. "Pourquoi demandes-tu quand tu sais déjà que nous sommes venus pour te les prendre ?"

 

Le chef de Dan dit : "Si tu cries vers nous à nouveau, certains de nos hommes seront probablement irrités au point de vous attaquer. Et après avoir fini avec vous tous, ils pourraient décider de revenir en arrière et éliminer toutes vos maisons et vos familles".

 

Avec cette déclaration, les Danites tournèrent délibérément le dos aux hommes d'Éphraïm et poursuivirent leur voyage. Mica réalisa que son plus petit nombre d'hommes ne pouvait pas se tenir contre eux de sorte qu'ils sont rentrés chez eux sans le prêtre et les images dans lesquelles il avait mis tant de confiance pour un avenir riche (vv. 24:26).  

 

Puis les Danites continuèrent jusqu’à Laïs. Ils attaquèrent les gens pacifiques là et brûlèrent leur ville. Il n'y avait personne pour les aider, car ils vivaient loin de Sidon et n'avaient pas de relations amicales avec quiconque.

 

Les Danites ont attribué leur succès à leur prêtre et aux petites images. Mais leur succès dans la bataille n’était dû à aucun d’eux. Le succès leur est venu parce qu’une armée bien entraînée a pris une petite ville sans défense qui dormait.

 

Les Danites ont reconstruit la ville et l'ont nommée DAN, d'après le père de leur tribu (Josué 19:47). Une chapelle a été construite pour Jonathan et ses objets dits sacrés. La religion des conquérants danites a continué en permanence sur cette base jusqu'à la chute de la maison d'Israël. Jonathan et les fils qu'il a eu plus tard poursuivirent au titre de prêtres jusqu’à plusieurs siècles après cela lorsque Dieu a envoyé l'Assyrie pour prendre le pouvoir d’Israël à cause de l'idolâtrie (Juges 18:27-31).

 

On pourrait penser aujourd'hui qu'une religion à demi-païenne, à demi-chrétienne est mieux que rien du tout. Dieu ne voit pas les choses de cette façon. Une religion à demi-païenne est vraiment toute païenne. Les Israélites ont oublié très rapidement les Commandements de Dieu. Chacun faisait ce qu'il pensait être juste – ou faisait comme il lui plaisait (Juges 17:6) – au lieu d'obéir à Dieu. Telle est la manière des païens et la voie du péché et de la mort. Dieu leur avait commandé pour leur propre bien de Lui obéir au lieu de faire ce qu'ils pensaient être correct (Deut. 12:8). Dieu permet aux gens de suivre leur propre chemin maintenant, mais bientôt Il va faire disparaître toutes les religions païennes et toutes les dénominations des églises qui observent les voies païennes (Dan. 2:44-45 ; Apoc. 11:15 ; Zac. 13:2 ; 14:9 ; Éz. 22:25-31).

 

Un Lévite et sa concubine

 

En cette époque où Israël était sans leader national, avec tout le monde faisant généralement comme bon lui semblait tant qu'il pouvait s’en sortir, un autre épisode est survenu qui a apporté la tragédie. La misère et la mort sont venues à des milliers de personnes parce que les gens vivaient éloignés de leur Créateur. Cet événement a commencé près du Mont Éphraïm, où un autre Lévite vivait et lequel prit une concubine de Bethléhem en Juda. Toutefois, la femme a commencé à vivre avec d'autres hommes. Plus tard, elle a quitté pour retourner à la maison de ses parents dans le pays de la tribu de Juda (Juges 19:1-2).

 

Après qu'elle fût partie quatre mois, son mari est allé vers elle, espérant qu'elle serait maintenant prête à revenir à la maison. Lui et un serviteur prirent la route sur des ânes pour Bethléhem. Elle le conduisit dans la maison de ses parents, qui l'ont accueilli chaleureusement. En fait, parce qu'ils étaient heureux de le voir et parce qu'ils voulaient que leur fille reste avec eux aussi longtemps que possible, ils ont gardé le couple comme des invités pendant trois jours.

 

Le quatrième jour, le Lévite avait l'intention de quitter la maison, mais le beau-père lui demanda de rester quelques heures de plus. Le temps passa à toute vitesse, et puis il était trop tard pour prendre la route (vv. 3-7).

 

Le cinquième jour, le couple se prépara à partir plus tôt, mais encore une fois les parents de la femme les traitèrent si bien avec de la nourriture, des boissons et une agréable conversation qu'ils ont été retardés jusqu’à la fin de l’après-midi.

 

"Pourquoi prendre la route à cette heure ?" demanda le père-frère du Lévite. "Vous ne pouvez pas aller très loin avant la nuit. Il serait plus sage de rester une nuit de plus ici et planifier de partir le matin. Pendant ce temps, détendez-vous et profitez-en."

 

"Non, nous devons prendre la route cet après-midi," a déclaré le Lévite, réalisant que s’il continuait à céder, ils ne rentreraient jamais à la maison. Donc ils sont partis (vv. 8-10).

 

Quand ils furent près de Jebus et que le jour avait presque disparu, le serviteur dit au maître : "Arrêtons à cette ville des Jébuséens et passons la nuit".

 

"Nous ne rentrerons pas dans une ville étrangère", a déclaré le Lévite. "Il est préférable de passer la nuit parmi nos propres gens. Je préfère continuer jusqu’à Guibea ou Rama où les gens sont Israélites."

 

Donc ils ont continué, et le soleil se couchait alors qu'ils approchaient Guibea (vv. 11-15). Comme c’était la coutume en ce temps-là les voyageurs se sont assis dans un endroit bien en vue pour attendre que quelqu'un les invite dans sa maison pour la nuit. Après un certain temps un Éphraïmite âgé, de retour à la maison tard après avoir travaillé dans les champs, marcha jusqu'au petit groupe.

 

Vous ressemblez à des étrangers ici," leur dit le vieil homme. "D’où venez-vous et où allez-vous ?"

 

Le Lévite expliqua que lui et sa concubine et le serviteur voyageaient de Bethléhem pour le Tabernacle à Silo. Il mentionna qu’ils avaient beaucoup de nourriture et de vin pour eux-mêmes et du fourrage pour les animaux, mais pas de place pour dormir (vv. 16-19).

 

Quelqu'un est-il en sécurité ?

 

"Ah, mais vous êtes les bienvenus chez moi !" déclara le vieil homme, en leur demandant de le suivre. "Permettez-moi de vous donner tout ce dont vous avez besoin, seulement ne passez pas la nuit sur ​​la place."

 

Plus tard, alors qu’ils mangeaient et parlaient tous confortablement dans la maison du vieil homme, quelques méchants hommes de la ville encerclèrent la maison et martelèrent à la porte.

 

Ils crièrent au propriétaire de la maison : "Nous savons que tu as un étranger dans ta maison. Amène-le dehors afin que nous puissions avoir des relations sexuelles avec lui" (vv. 16-22).

 

Le propriétaire alla dehors et leur dit : "Ne soyez pas si viles, cet homme est mon invité. Ne faites pas cette chose honteuse."

 

Dans une tentative effrénée pour échapper à cette situation de cauchemar, le vieil homme a été déplacé de faire une suggestion misérable. Pour sauver son invité masculin il dit : "J’ai une jeune fille à l'intérieur. Nous vous l’enverrons elle et la concubine de mon invité pour que vous fassiez comme il vous plaît si seulement vous oubliez l'homme" (vv. 23-24). Le vieil homme misérable pensait que les hommes étaient plus importants et plus dignes de protection que les femmes. Il a estimé que ce qu'il proposait était une moindre perversion et serait moins pécheresse.

 

Mais les hommes ne voulaient pas écouter. Alors l'homme prit sa concubine et l’envoya dehors vers eux et ils la violèrent et la maltraitèrent pendant toute la nuit et à l'aube ils l'ont laissée aller (v. 25).

 

Les hommes qui auraient dû la protéger se cachaient derrière des portes verrouillées, manquant totalement de compassion et de courage dont ils auraient dû afficher dans les circonstances. C’était le type de corruption de caractère qui prévalait à une époque où Israël était loin de Dieu.

 

Quelques heures plus tard, juste avant le lever du soleil, la femme revint à la maison et tomba à la porte (v. 26).

 

Lorsque le maître se leva le matin et ouvrit la porte pour sortir, il a été surpris de trouver sa concubine là.

 

"Lève-toi, femme !" aboya-t-il. "Je veux partir pour la maison tout de suite." Mais il n'y avait pas de réponse alors il l'a mise sur son âne et partit pour la maison (vv. 27-28).

 

Quand il arriva chez lui, il prit un couteau et découpa sa concubine, membre par membre, en douze parties et les envoya dans toutes les régions d'Israël. Tout le monde qui l'a vu dit : "Une telle chose n'a jamais été vue ou faite en Israël."

 

Même si la grande partie d'Israël était dans un état ​​d'anarchie et d'idolâtrie à l'époque, les gens ont été choqués et en colère d'apprendre le comportement terrible des Benjamites (vv. 29-30).

 

Les Israélites combattent les Benjamites

 

Alors tous les Israélites de Dan à Beersheba et de la terre de Galaad sortirent comme un seul homme et s’assemblèrent devant l'Éternel à Mitspa. Les dirigeants de tous les gens des tribus d'Israël prirent place dans l'assemblée du peuple de Dieu. Les Benjamites entendirent que les Israélites étaient montés à Mitspa. Les Israélites ont demandé comment cette chose terrible pouvait arriver.

 

Alors le mari de la femme assassinée a dit : "Il est vrai que j’ai accompli l'acte terrible de la couper en morceaux, mais elle était morte plusieurs heures avant que je l'aie fait," informa le Lévite à ses auditeurs. "Je suis allé à cet extrême horrible pour tenter de réveiller Israël sur le fait qu'il y a des méchants dans la ville de Guibea. J’ai confiance que je vous ai convaincus de faire quelque chose à propos de cette affaire honteuse !" (Juges 20:1-7).

 

Les dirigeants des onze tribus ne tardèrent pas à s’accorder pour que la question soit étudiée dès que possible. Ils sont allés jusqu'à prétendre qu'aucun d'entre eux ne rentrerait à la maison jusqu'à ce que cela ait été éclairci. Ils ont décidé qu'un dixième de tous les hommes capables de chaque tribu soit enrôlé en service pour fournir à l'armée de la nourriture et de l'eau dans le cas où la force serait nécessaire contre la tribu de Benjamin (vv. 8-11). Pendant ce temps, les hommes ont été envoyés dans tout le territoire de Benjamin pour faire une enquête minutieuse et pour exiger la peine de mort pour les meurtriers.

 

Lorsque les enquêteurs sont venus aux dirigeants de la tribu de Benjamin pour poser des questions à propos de ce crime horrible, ils ont été reçus froidement. Tous les Benjamites ont refusé de punir les meurtriers. Au lieu de cela, ils les ont défendus obstinément.

 

Immédiatement les soldats benjamites se sont rassemblés à Guibea, au nombre de vingt-six mille, outre les sept cents hommes de Guibea. C’était seulement une petite fraction de la taille de l'armée des autres tribus d'Israël, mais les soldats de Benjamin étaient bien formés. En outre, ils étaient en colère en raison de l'accusation qui avait été faite contre eux, et avait un grand désir de bataille. Ils étaient confiants aussi parce que sept cents de leurs soldats étaient gauchers et très habiles avec des frondes. Certains d'entre eux pouvaient lancer une pierre pour frapper un homme aussi loin que six cents pieds (vv. 12-17).

 

L'armée des onze autres tribus était presque prête à marcher sur Guibea. Mais une autre chose devait être faite. Dieu doit être consulté en la matière. Donc, les Israélites sont allés à la ville de Silo où le Tabernacle était, pour demander à Phinées le sacrificateur de consulter Dieu au sujet de quels soldats devraient conduire l'attaque contre les Benjamites.

 

Le Seigneur répondit : "Juda montera d'abord" (Juges 20:18).

 

Le lendemain matin, les troupes des onze tribus d'Israël sortirent pour lutter contre Benjamin et prirent leurs positions de combat contre eux devant Guibea. Mais les Benjamites sortirent et abattirent vingt-deux mille Israélites (vv. 19-21).

 

Les Israélites montèrent alors et pleurèrent devant l'Éternel jusqu'au soir et ils dirent : "Devons-nous monter de nouveau pour faire la bataille contre les Benjamites ?"

 

Le Seigneur répondit : "Montez contre eux."

 

Le lendemain, les troupes des Israélites poussèrent vers cette ville comme ils l'avaient fait dans la première attaque. Cette fois, quand les Benjamites sortirent, ils abattirent dix-huit mille autres Israélites (vv. 22-25).

 

La perte d'un total de quarante mille soldats était un super prix à payer pour essayer de venger une personne et punir les Benjamites. Les dirigeants des onze tribus étaient tellement secoués qu'ils sont tous allés à Silo, avec beaucoup d'autres Israélites, pour faire des offrandes et humblement prier et jeûner au Tabernacle pour demander l'aide de Dieu.Des larmes de tristesse et de repentir coulaient de nombreux yeux comme les gens ont réalisé que leurs tristes pertes avaient eu lieu en raison de leur déviation des Lois de Dieu.

 

Après avoir fait leurs offrandes ils ont de nouveau demandé à Dieu s’ils devaient aller dans la bataille une fois de plus contre leurs frères israélites.

 

Le Seigneur a dit : "Allez, car demain je les livrerai entre vos mains" (vv. 26-28).

 

Les Israélites placèrent une embuscade autour de Guibea et le troisième jour, ils montèrent contre Benjamin comme ils l'avaient fait auparavant. Les Benjamites se précipitèrent à leur rencontre et ils furent attirés loin de la ville. Une trentaine d'Israélites ont été frappés et tués. Alors que les Benjamites pensaient qu'ils allaient vaincre les Israélites comme ils l'avaient fait auparavant, les Israélites complotaient leur prochaine attaque (vv. 29-32).

 

Ce fut au tour de Benjamin de paniquer.

 

L'armée des onze tribus d'Israël s’était divisée en trois parties. Après avoir mis le feu à la ville benjamite de Guibea, ils ont réussi à refouler les personnes qui avaient fui la ville – plus toute la force de combat de Benjamin (Juges 20:29-41).

 

Dans la furieuse bataille qui a suivi, environ dix-huit mille soldats de la tribu de Benjamin moururent. Avec autant de troupes impliquées dans cette action serrée, quelques milliers d'hommes de Benjamin réussirent à s'échapper. La plupart d’entre eux descendirent vers les routes menant au Nord-Est, dans l'espoir d'atteindre un certain repaire de montagne.

 

Une partie de l’immense armée d'Israël partit à la poursuite des Benjamites fatigués, les dépassant facilement. Environ cinq mille hommes en fuite ont été tués dans leur course pour la liberté. Deux mille autres environ ont été rattrapés et tués dans une autre bataille plus loin.

 

Environ six cents ont réussi à atteindre une place dans les montagnes appelées Rocher de Rimmon. C’était dans une zone de falaise si rugueuse que les poursuivants ont renoncé à la chasse (vv. 42-47).

 

Très peu de Benjamites avaient été tués dans les deux premières batailles. Cependant, l'armée presque complète des Benjamites, se chiffrant encore à près de vingt-six mille, périt en une seule journée. Mais l'action contre la tribu rebelle ne finit pas là. Après un repos d’une nuit, les troupes israélites se déplacèrent sur tout le territoire de Benjamin pour brûler toutes les villes et tuer tous les gens (v. 48).

 

Cette destruction fut si complète que les seuls hommes qui restaient étaient ceux qui avaient échappé au rocher de Rimmon. Cette quasi-mort de l'une des tribus était une chose terrible, mais Dieu l’a permise, ainsi que la mort d'au moins quarante mille autres soldats israélites, à cause de la désobéissance de tant de personnes dans toutes les tribus. Dieu laissait Israël apprendre de l'expérience amère que l’insouciance de la vie conduisait seulement à la douleur. Si les Israélites avaient continué à obéir aux lois de leur Créateur, qui les a constamment mis en garde contre le fait de s’éloigner de ces lois, leur guerre civile misérable ne serait jamais arrivée.

 

Peu de temps après ces événements malheureux, les gens des onze tribus ont commencé à être désolés du fait qu'ils avaient traité si durement la tribu de Benjamin. Ils sont allés à Béthel, où ils se sont assis devant Dieu en pleurant, demandant pourquoi cette chose est arrivée à Israël et ont exprimé leur espoir que la tribu de Benjamin ne soit pas anéantie. Ce fut en effet un changement d'attitude. Pour montrer qu'ils regrettaient leurs actions extrêmes, ils ont fait des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces (Juges 21:2-4).

 

Quand ils s’étaient rencontrés à Mitspa avant les batailles pour décider quoi faire, ils avaient juré qu'ils ne permettraient jamais à aucune de leurs filles de marier un Benjamite (Juges 21:1). Cela semblait rendre impossible pour la tribu de survivre en tant qu’Israélites purs. Que pouvaient-ils faire maintenant à propos des six cents soldats benjamites qui n’avaient pas de femmes ? Et s’ils ne pouvaient pas marier des Israélites, ils pourraient se marier dans les tribus cananéennes.

 

Les dirigeants ont soigneusement cherché un moyen de sortir de cette circonstance décourageante. Lors de leur conseil de guerre à Mitspa, ils avaient décrété que si une partie des onze tribus échouait à aider à la guerre contre Benjamin, ces gens seraient plus tard punis par l'épée (Juges 21:5-7).

 

Ainsi, une enquête a été faite. Il a révélé que les habitants de Jabès en Galaad n’avaient pas pris part dans la guerre civile.

 

Des femmes procurées par la violence

 

Cela semblait présenter une réponse à leur problème. Douze mille troupes ont été choisies pour marcher sur Jabès en Galaad et punir les habitants en tuant tout le monde sauf les femmes célibataires.

 

Après le nouveau massacre insensé – qui ne serait pas arrivé si les gens étaient restés près de Dieu – ils ont trouvé quatre cents jeunes femmes célibataires et les ont emmenées au camp à Silo, dans Canaan (vv. 8-12).

 

Puis ils ont envoyé une offre de paix aux Benjamites au rocher de Rimmon. Donc les Benjamites sont retournés et ont eu les femmes de Jabès en Galaad qui avaient été épargnées. Mais il n'y en avait pas assez pour tous les hommes.

 

Les deux cents Benjamites qui n’ont pas obtenu de femmes se plaignirent si amèrement que les dirigeants d'Israël se sont sentis obligés de donner deux cents autres vierges (vv. 13-15).

 

Ce ne fut pas une tâche simple, mais finalement quelqu'un est venu avec un autre plan. À cette époque de l'année il y avait une fête religieuse en passe d'être observée près de Silo. Une partie de sa vie sociale incluait la danse dans un champ voisin par un grand groupe de jeunes femmes.

 

Donc, ils ont donné des instructions aux deux cents Benjamites sans femme de rester à Silo juste avant que la danse ne soit exécutée et de se cacher dans les vignes attenantes. Lorsque les jeunes femmes sortiraient pour danser les hommes pourraient se précipiter devant et saisir chacun une femme pour lui-même et puis aller au pays de Benjamin (vv. 16-21).

 

Lorsque plusieurs centaines de jeunes femmes sont venues au champ pour danser, les hommes cachés ont eu suffisamment l'occasion d'observer et de choisir. Chaque homme attrapa une jeune femme et l'emmena pour être sa femme. Puis ils retournèrent à leur héritage et reconstruisirent les villes et s’y installèrent.

 

Donc, la guerre avec Benjamin était terminée, et la tribu a été sauvée de l'extinction.

 

Dans cet épisode, qui a eu lieu peu de temps après la mort de Josué, la sagesse et le bon jugement étaient plutôt rares. Tout le monde faisait ce qui lui semblait être bon, au lieu d'obéir à Dieu (Juges 21:25 ; Deut. 12:8). Ce fut un excellent exemple de la façon dont la mort et la souffrance venaient sur les gens quand ils s’éloignaient de Dieu et tombaient dans l'idolâtrie (Juges 21:22-24).

 

Nous sommes maintenant arrivés à la fin du Livre des Juges. L'histoire de Ruth est couverte dans l'étude Naomi et Ruth (No. CB018). La prochaine étude de la série des histoires de la Bible est Samuel (No. CB087).