Les Églises Chrétiennes de Dieu

[026]

 

 

 

Un Trône, Deux Prétendants [026]

 

(Édition 1.0 19890125-20010303)

 

 

La formation actuelle du système européen a quelques prophéties antiques de l’Église qui le concernent. La Bête aura des résultats étranges pour beaucoup de gens au cours des trois prochaines décennies. L'une de ces prophéties concerne la monarchie à la fois du Royaume-Uni et des autres nations de l'Europe.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 2001 Wade Cox)

(Tr. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

Un Trône, Deux Prétendants [026]

 

 

Beaucoup a été écrit sur les États-Unis de l'Europe qui se préparent et la fusion des nations que cela implique. Sous la surface de l'intégration tant politique qu’économique, il y a de nombreuses forces qui travaillent dur pour parvenir à une unification du système, non seulement politiquement, mais aussi religieusement, sur les lignes historiques.

 

L'Europe voit cette émergence comme l'accomplissement d'un destin établi de longue date, une renaissance de la grandeur qui fut jadis l'Europe, mais pas une Europe divisée. La vision de l'Europe est celle qui s'étend de l'Atlantique à la Russie (et pour certains, même à l'Oural). Cette Europe unie est perçue comme essentiellement regroupée autour de ‘l'Europe Centrale’.

 

Cette unification a été vue historiquement comme une unification religieuse de l'Église Catholique et comme un rétablissement d'une structure monarchique, autour d'un ‘Grand Empereur’ ou Grand Monarque qui régnera sur l'Europe, comme l'épée civile complétant l'Épée Ecclésiastique de Rome.

 

Beaucoup se sont tournés vers les Habsbourg, comme les héritiers de ce trône européen et en effet, ils sont les prétendants légitimes à un tel trône. Les Habsbourg ont travaillé vers une Europe unie et il peut être dit sans se tromper qu'ils se considèrent eux-mêmes comme les héritiers naturels et successeurs au trône dans l'accomplissement des anciennes prophéties.

 

Ils ne sont cependant pas les seuls prétendants au trône, et il y a une autre maison qui remplit également les prophéties, (ou même plus) et pour le pragmatisme politique pur, peut remplacer les Habsbourg dans leurs prétentions au trône de l'Europe.

 

La personnalité qui peut revendiquer cet honneur est Charles, Prince de Galles, le Duc de Cornouailles de la Maison de Windsor. La Maison de Windsor est en fait une fiction Royale étant inventée pour obvier le sentiment anti-allemand. L’Arrière-grand-père de Charles, George V avait assumé le nom Windsor comme un nom sonnant anglais, découlant de la découverte qu’Édouard III s’était appelé lui-même Édouard de Windsor (Robert Lacey, Majesty p. 124, BCA, Londres, 1977).

 

À partir de George Ier à William IV, les Rois d'Angleterre étaient clairement les membres de la Maison de Hanovre. Quand Victoria, la nièce de William IV monta sur le trône et épousa le Prince Albert, la question d'une nomenclature correcte a été plus compliquée. Le Prince Albert a deux noms, son nom de famille, Wettin, et son nom de Maison de Saxe-Cobourg-Gotha, tous deux attribués comme Allemand, et les descendants d'Albert et de Victoria ont porté ses noms.

 

George V était par conséquent des Maisons de Hanovre et de Saxe-Cobourg-Gotha. Il devait épouser Marie, Princesse de la Maison de Teck et il était lié à la plus haute noblesse allemande. Sa Cour était pleine de cousins ​​naturalisés en provenance d'Allemagne et du Danemark, portant des noms comme Gleichen, Schleswig-Holstein et Battenburg.

 

La grande opération de camouflage qui s’est passée avant 1939, a vu Saxe-Cobourg-Gotha devenir la Maison de Windsor. Les Battenberg sont devenus Mountbatten, les Teck sont devenus Cambridge, et Comte de Gleichen pour certaine raison est juste devenu Lord Gleichen et comme Lacey dit, 'Les Schleswig-Holstein ont résolu le problème en disparaissant' (ibid.). Ceux-ci étaient des princesses d’un certain âge qui sont devenues connues comme Helena Victoria et Marie-Louise d'aucune maison, jusqu'à ce qu'elles meurent.

 

Lacey dit que : le Kaiser pour une fois eut le dernier mot. Quand il entendit ces contorsions par ses proches, il a remarqué qu'il était impatient de la prochaine performance des Joyeuses Commères de Saxe-Cobourg-Gotha (ibid.).

 

Lord Louis Mountbatten était le fils de l’Allemand né Louis Battenburg, petit-fils de la Reine Victoria, qui est devenu le Premier Lord de l'Amirauté à l'éclatement de la Première Guerre Mondiale. Même si Louis Battenburg avait gagné son rang sur le mérite, après 46 années de service distingué avec la Royal Navy, il a été contraint de démissionner trois mois après le début des hostilités avec l'Allemagne en 1914, en raison de protestations publiques quant à ses origines allemandes. La famille royale a subi des attaques encore plus amères. Lord Louis Mountbatten comme George VI était l'un des arrière-petits-enfants de la Reine Victoria. Son oncle était le Tsar Nicolas II (Il a été appelé Dickie ostensiblement comme une différenciation de Nicky, (Oncle Nicky) car Nicolas était son nom de famille).

 

Elizabeth II, fille de George VI est légitimement la Duchesse de Saxe-Cobourg-Gotha, ainsi que l'héritier de la lignée des rois anglais. Charles hérite non seulement ces lignées et revendications, mais par son père, il hérite d'autres lignées indirectes, et même 'plus bleues'.

 

Le Prince Phillip de Grèce n'avait pas de sang grec dans ses veines, il était de la Maison Royale Danoise de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksburg. Cette famille a régné à travers dix-huit rois de Danemark et a fourni un roi à la Norvège, quatre à la Suède, six à la Grèce, sept tsars à la Russie et dans le même temps a fourni des épouses Reines pour les rois de la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la Roumanie.

 

La cousine de Prince Phillip était la Reine Alexandria de la Yougoslavie. Son long et impressionnant pedigree divague pour inclure des figures de légende telles que Henry Percy (ou Henry Hotspur), Earl de Northumberland et remonte même à Charlemagne.

 

Les revendications de la lignée royale anglaise, à partir d'Édouard III, éveillent l’intérêt pour les domaines français sur la mort de Charles IV en 1328, mais par les circonstances ont perdu l'initiative de Philippe de Valois qui a été couronné Phillip VI. En 1337, Phillip a déclaré la Gascogne confisquée et en octobre de cette année-là Édouard a officiellement revendiqué la Couronne Française et a cantonné ces armes avec les siennes, marquant ainsi le début de la guerre de 100 ans. Comme la France était le royaume le plus ancien, les Lis connus comme l’Antique France étaient rassemblés premier et quatrième, et les Léopards d'Angleterre deuxième et troisième (voir Figure 1). Les Blasons en France ont été changés de l’Antique France à trois Fleurs de Lys, connue comme la France Moderne, soit par Charles V en 1376 ou aussi tard que 1394. Il a fallu attendre qu’Henri IV soit monté sur le trône d'Angleterre en 1399 pour que les Blasons royaux eussent été modifiés en conformité. Son premier sceau était simplement celui de son prédécesseur, mais le deuxième Grand Sceau coupé environ en 1406, montre la France Moderne et l'Angleterre en Trois. (Rodney Dennys, Heraldry and the Heralds, p.100, Cope, Londres, 1982).

 

Les revendications de la France sont venues à travers Édouard III, dont la mère était Isabelle, fille de Philippe IV (1285-314) et sœur des Rois Louis X (1314-1316), Philippe V (1316-1322) et Charles IV (1322-1328).

 

Édouard épousa Philippa de Hainaut, fille de Guillaume de Hainaut et de Jeanne, fille de Charles de Valois et petite-fille de Philippe III de France, donnant une réclamation supplémentaire aux Lis de France.

 

Ce symbole très ancien remonte avant la chevalerie à une période primitive, se trouvant dans l'Égypte Antique, où il était un symbole de Vie et de Résurrection. Cela a été utilisé par les Empereurs Byzantins et par les Romains, et ainsi en Europe, où les Rois Carolingiens ont utilisé comme un motif décoratif sur des sceptres et des pièces. C’est devenu associé avec les rois français sur la note figurant sur le Grand Sceau d'Henri Ier (1031-1060) et Louis VII, et ils apparaissent, comme les Blasons du Roi de France sur le Grand Sceau de Louis VIII en 1223. Avant 1300, c’était connu comme ‘Fleur de Glaïeul’, comme le lys ou lis blanc a été considéré comme la fleur spéciale de la Vierge Marie. Ils sont devenus synonymes de la légende au début du moyen âge, qui a statué que le Roi Clovis reçut une Fleur de Lys lors de son baptême par un ange envoyé vers lui venant de Dieu (ibid., p.98). (Ce sceau et symbole étaient différents de l’oriflamme française, une bannière rouge qui affiche également cet emblème sacré). La bataille d'Azincourt le 25 octobre 1415, a été la dernière fois où l'Oriflamme a été affichée dans la bataille. Les Lis sont donc un emblème sacré des Empires et caractéristiques Romain et Saint Romain, principalement dans la prophétie concernant le Dernier Grand Monarque.

 

Assemblant ces légendes des prophéties catholiques qui se propagent d'avant 236 après JC3 nous pouvons développer une image de qui l'histoire suggère est attendu. (Un résumé de ces prophéties se trouve dans Prophecy For Today, chapitre 5, p.31, Fresno 1956. Hippolyte (m.235) a écrit ‘Le Grand Monarque français qui sera l'objet de tout l'Orient viendra vers la fin du monde’.

 

Catelados de Tarentino (vers. 500) s’attend à ce qu'il soit en services jusqu'à ce qu'il soit âgé de quarante ans et un Roi de la Maison de Lily. Il conquerra l'Angleterre et d’autres empires d’île. Il occupera la Grèce et en sera fait roi. Il dominera Clochis, Chypre, les Turcs et les Barbares, en subjuguant et en ayant tous les hommes adorant le ‘Crucifié'. Il établira enfin sa couronne à Jérusalem.

 

Beaucoup de choses sont réclamées pour ce prince, certaines sans aucun doute des malentendus de la nature du monde tel qu'il est aujourd'hui et certaines conjectures simplement sauvages.

 

Il n’y a aucun doute que le Grand Monarque est attendu pour assister le Pape, dans la subjugation de toute la terre entière à partir d'une base européenne. Ce prince sera un élément déterminant dans la guérison du schisme de l'Église Catholique. À l'heure actuelle, il existe trois branches de l'Église Catholique, l'Église Romaine, l'Église Anglicane et les sectes Orthodoxes de la faction Catholique Athanasienne.

 

Ces auteurs ont inclus Césaire d'Arles (469-543), et le bienheureux Raban Maur (m.856) est cité comme ‘Nos principaux docteurs conviennent en annonçant pour nous que vers la fin des temps l'un des descendants des Rois de France régnera sur tout l'Empire Romain, et qu'il doit être le plus grand des Monarques français et le dernier de sa race’. Ces éminents docteurs le comprennent pour déposer sa couronne et son sceptre à Jérusalem aussi quand cela signifiera la fin des Empires Romain et Chrétien.

 

Ceci est répété par Monk Adso (m.992), qui stipule que ‘Ce sera la fin et la consommation de l'Empire de Rome, et immédiatement après l'Antéchrist viendra’.

 

La Chronique de Magdebourg (12e siècle ?) est citée ‘Du sang de l'Empereur Charles le Grand et le Roi de France se lèvera comme Empereur du nom de Charles qui règnera impérialement en Europe, par lequel les biens pourris de l'Église doivent être réformés et l'ancienne gloire de l'Empire à nouveau restaurée’.

 

Aystinger - l'Allemand (également dans le 12ème siècle) place ce prince dans les derniers temps, qui surgira de l'Empereur Charles. Il doit récupérer la terre promise, c'est à dire la terre promise Jérusalem, et réformer l'église comme Empereur de l'Europe.

 

L’Abbé 'Merlin' Joachim (m.1202) attribue cette récupération du pouvoir et l'état de l'église au Pape des derniers jours, qui récupérera Jérusalem et réunifiera les pouvoirs temporels et exilés de l'église Orientale et Occidentale. Ce pape est attendu pour être salué par les plus hauts potentats et écrase les schismes religieux et l’hérésie. (En d'autres termes, de réintroduire l'Inquisition, maintenant la Congrégation Sacrée pour la Doctrine de la Foi).

 

Ce Pape est attendu pour placer ce descendant du Roi Repin sur un trône temporel qui devient vacant (ou disponible). Cependant cet auteur fait évidemment référence aux activités au début de ce siècle de l'anecdote des ‘Pasteurs angéliques’ mentionnés par Malachi, dans ses écrits du 12ème siècle.

 

Selon Werdin d'Otrante (13ème siècle), le Grand Monarque et le Grand Pape précéderont l'Antéchrist.

 

Les nations seront en guerres pendant quatre ans et une grande partie du monde sera détruite. Toutes les sectes disparaîtront (sans doute adroitement aidées par le Saint-Office). Cet auteur a le système européen sous le Pape et le chef civil s’en allant à l'étranger pour combattre l'Antéchrist (qu’ils conquerront). (Ceci est daté en coïncidant avec les fêtes à 2038 qui semblent contredire la prophétie biblique et être trop tard).

 

Ce thème est développé à travers des auteurs comme Frère Jean de Roquetaillade (1340), et Catherine de Racconigi (1547). Telesphorus de Cozensa (m.1588) ne comprend pas la fin de l'unité européenne et est sans doute faux.

 

Holzhauser (m.1658) donne une description la plus révélatrice de la restauration apparemment miraculeuse de l'église et de l'État, après la disparition apparente de l'Église Catholique et les monarchies sont abolies et leurs dirigeants assassinés.

 

Le Roi doit être un catholique, un descendant de Louis IX (1214-1270) (encore) un descendant d'une ancienne famille impériale allemande, né en exil (i.e. pas né en Allemagne). Il doit régner en suprême dans les affaires temporelles. Le Pape régnera en suprême en matière spirituelle, en même temps. La persécution cessera et la justice régnera (pour l'Église Catholique). La religion semble être opprimée, mais par les changements de royaumes entiers, ce sera rendu plus ferme.

 

Il éliminera les fausses doctrines et détruira le dirigeant des Musulmans. Ce Grand Monarque aura l’assistance surnaturelle et sera invincible. Le temps est divisé en époques avec la Cinquième époque datant de Charles V jusqu'au règne du Grand Monarque et à la Sixième époque à partir du règne du Grand Monarque jusqu'à l’Antéchrist. (Cette figure qu'ils appellent l'Antéchrist est un puissant iconoclaste observant le Sabbat qui enseigne contrairement à l'Église romaine, et de là, à leurs yeux l'Antéchrist). Il fait en fait tout ce que Christ dit qu'il ferait. Le terme, l'Antéchrist, semble se rapporter à deux personnages révélés dans la prophétie biblique ; l'Antéchrist Danite (le Prophète de Dan-Éphraïm de Jérémie 4:15 cf. l’étude L'Avertissement des Derniers Jours (No. 44) et le dirigeant convenable du monde ou le Messie.) Rudolf Gekner (m.1675) déclare que cette figure attendue est un grand prince du Nord. Père Larinsky (m.l708) identifie ces événements après la partition de l'Allemagne.

 

Fr. Laurence Ricci SJ (m.1775) place cette fois-ci ‘Après le règne de Napoléon et après les guerres, les famines et des pestes,’ où ‘un vaillant duc émanera de l'ancienne Maison Allemande qui a été humiliée par le Monarque français.’ Il rétablira les biens de l'Église, le Protestantisme cessera et l’Empire turc (ou musulman) prendra fin.

 

Josepha von Bourg (m.l807) dit que Dieu choisira un descendant de Constantin, Pépin et St Louis qui a été jugé par une longue période de déception pour venir de l’exil pour régner sur l'Europe, etc.

 

L'abbé Souffranid (m.1828) attribue des actions miraculeuses et une production en surabondance. Entre les cris tout est perdu et tout est sauvé, il n’y aura guère d'intervalle. Cette guérison miraculeuse a déjà eu lieu en Europe et il y aura encore plus à venir.

 

Frère Louis Rocco (m.1840) affirme que ce Grand Monarque ne sera PAS allemand. ‘

 

Le Vénérable Madeleine Parzat (m.1850) a utilisé une métaphore pour illustrer la montée de cet Empereur et Pontife qui doit régner sur le monde, (Il doit servir le cou du bœuf), la République française (et ces républiques révolutionnaires qui en découlent ?) et restaurera la monarchie.

 

Selon le Rév. Théophile Reisenger, OM cap (m.1940) le Grand Monarque était destiné à avoir été l'archiduc Franz Ferdinand. Il prétend que le règne de l'Antéchrist a été reporté et donc aussi celui du Grand Monarque. Clairement cette tradition a été tenue en Europe depuis environ 1750 ans, ou aussi longtemps que l'Église Catholique ou Athanasienne a été en existence.

 

Le thème écrasant est celui d'une grande restauration de la Monarchie et l'Église au cours d'une Europe unie, sous une seule Église Catholique et le Pape. Ceci sera accompagné par une suppression générale des non-catholiques. L'unification des églises est un thème récurrent.

 

La Maison de Habsbourg-Lorraine ou les Habsbourg ont été traditionnellement considérés comme les dirigeants à être ‘appelés dans ce dernier Empire européen. Bien que cela puisse être ainsi, il n'est pas certain qu’ils soient les seuls prétendants.

 

Comme cela a été souligné, le présent Prince de Galles satisfait tous les critères. Les Saxons et les Goths étaient à l'extérieur du système allemand faisant partie de la Scandinavie, jusqu'à ce que les Goths se fussent déplacés vers l'Europe comme les Ostrogoths et les Visigoths, avec le résidu en Gothe ou Gotha. Les Saxons n'ont jamais fait partie du peuple allemand, jusqu'à ce que Charlemagne les ait vaincus et les ait incorporés dans la Confédération de l'Allemagne, comme élément du Saint Empire Romain en 771-2 et ait conquis leurs frères, les Lombards en 773-4. Il y a donc des doutes sur la classification allemande des Saxons de Schleswig-Holstein. Cependant, le monde classifie ces gens comme Allemands et les Maisons de Hanovre et de Saxe-Cobourg-Gotha se qualifie en termes de prophéties. Certes, les Maisons Royales d'Allemagne et d'Angleterre étaient liées et il n'y a aucun doute de la relation française au trône d'Angleterre, probablement plus que ce qui est présent avec la France et l'Autriche-Hongrie.

 

De l'union de l'Angleterre et l'Écosse en 1707, l'héritier porte, comme héritier des couronnes unies, à partir du moment de sa naissance, les titres : Duc de Rothesay, Comte de Carrick, Baron Renfrew et Sénéchal ou Intendant d'Écosse, étant portés par les héritiers de l'Écosse depuis 1396.

 

Le titre, Prince de Galles, a été créé par Charte Royale le 24 mars 1305 et a remplacé l'ancien titre anglo-saxon d’Atheling. Le Prince de Galles a porté, depuis les temps anciens, le second titre également de Duc de Normandie de l'annexion de la Normandie et, troisièmement, dans le classement de la charte du 18 mai 1332, l’héritier porte le titre de Comte de Chester. Le Duc de Cornouailles est le deuxième dans le classement mais troisième dans l'antiquité de la Charte du 17 mars 1336, étant le premier précédent de la création d'un Duc en Angleterre, étant dérivé de l'ancien titre romain de Dux (de Duco). Il y avait 12 Duces ayant la charge de l'Empire d'Occident des Romains.

 

Le Duché de Cornouailles, étant donné au Prince de Galles, a été la première restauration moderne de l'ancien titre romain du Duc de la Guerre, qui avait baissé dans le classement et l'utilisation. (Alan de Britane, qui était considéré comme le plus ancien Duché héréditaire, était plus souvent appelé Comes que Dux, tout comme ses successeurs jusqu'à ce que le Roi français Phillip en 1277 ait décerné le titre de Duc sur cette famille).

 

Charles, en tant qu’héritier aussi au Royaume-Uni de Grande-Bretagne et l'Irlande, porte les droits légitimes d'énormes domaines de l'Ancien Empire Romain et Saint Empire Romain.

 

Politiquement le mouvement a des implications alarmantes. La Couronne, en tant que chef de l'Église d'Angleterre, a à gagner à fusionner les factions anglicanes, catholiques et catholiques romaines, et une telle fusion devrait se produire pour permettre l'assimilation orthodoxe. Il est plus facile pour la communauté européenne d’accepter un Monarque qui a quelques prétentions sur les trônes de la plupart des pays comme la Grèce et qui sont apparentés aux autres à travers l'Europe.

 

Si Elizabeth II abdique, comme il y a eu une fois une pression croissante pour qu’elle le fasse, alors il y a des indications que Charles serait beaucoup plus sympathique à la cause catholique, comme son voyage à Rome l’a indiqué. Sa proclamation ultérieure de lui-même comme Défenseur de la Foi en général portait un sens varié. Ce n'est que la Reine qui a arrêté sa célébration de la Messe avec le Pape.

 

Serait-il nommé alors que Elisabeth est toujours Reine, alors il serait supérieur à elle et dans une position délicate. Le mouvement a d'énormes conséquences politiques. La Grande Bretagne se séparerait-elle, quelle situation juridique a-t-elle si son Souverain, ou même le Prince de Galles, est l'Empereur de l'Europe ?

 

Techniquement l'Empire britannique jurerait allégeance au Trône de l'Europe et cela obligerait l'Empire à les déclarer des Républiques.

 

Des pays comme l'Australie seraient alors en infraction technique des exigences de fidélité, comme requise par la lignée encore plus ancienne que le Roi possède en tenant le Trône de David. Comme la constitution de l'Australie est un instrument du Parlement britannique, alors son indépendance peut être contestée. Les dominions comme le Canada seraient dans une position encore plus désobligeante. Le Canada serait techniquement un Dominion de l'Europe et sa déclaration d'une République pourrait être traitée comme une rébellion. Les États-Unis seraient alors entourés par des nations catholiques.

 

Certes, un Monarque britannique sur le trône de l'Europe rend la légalité de la sécession britannique suspecte en effet. Ce n'est pas la première fois que le système européen a joué avec cette idée. Hitler a essayé d'avoir Édouard VIII en détention européenne et avait-il réussi à travers Wallis Simpson, la volonté et le moral du peuple anglais auraient été gravement endommagés.

 

Les objectifs de nombreux Européens (et le Prieuré de Sion), cependant, ont travaillé vers les États-Unis d'Europe, sous les Habsbourg et la soi-disant Ligne mérovingienne des rois, avec un centre catholique romain.

 

Alors que ces gens veulent un Habsbourg sur le trône, des circonstances et l’unification politique peuvent bien chercher à encourager les espoirs d'un autre prétendant au trône européen, sous la direction attentive du Parlement européen.

 

Nous nous attendons à voir plus de pression sur la Reine à abdiquer comme le temps passe, avec une fusion possible des églises continuant dans les coulisses.

 

Pour ce Charles, l'Europe en effet ‘peut-être vaut une messe.’ Charles Phillip Arthur George est bien nommé pour cette tâche. Les Rois ou chefs de Cornouailles et du Pays de Galles ont porté le titre Dragon, et le symbole héraldique était un dragon rouge. Il porte le lys comme Phillip, un nom de premier plan de la Ligne française. Il répondrait à la légende arthurienne du roi de jadis et futur, devenant non seulement le Pendragon (ou Haut-Roi) de la Grande-Bretagne, mais de l'Europe sous le système romain rétabli et combinerait Rome Occidentale et Orientale, comme le dernier Georges des Hellènes.

 

Le rétablissement de ce dernier royaume des Francs comme le Saint Empire Romain est incompatible avec le destin d'Israël.

 

C'est le cas dont parle le prophète Ezéchiel au chapitre 21:26-27 concernant la cessation de la monarchie d'Israël, après qu'elle eût été annulée à trois reprises. Car après l’enlèvement vers les Îles par Jérémie et son retournement à nouveau là de l'Irlande à l'Écosse et de l'Écosse à l'Angleterre, là, elle cessera d'être, jusqu'à ce que le Messie vienne.

 

Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : La tiare sera ôtée, le diadème sera enlevé. Les choses vont changer. Ce qui est abaissé sera élevé, et ce qui est élevé sera abaissé. J’en ferai une ruine, une ruine, une ruine. Mais cela n’aura lieu qu’à la venue de celui à qui appartient le jugement et à qui je le remettrai.

 

Cette fin ultime de la monarchie israélite serait prévue pour coïncider avec la captivité du peuple anglophone. L’Angleterre (et le Canada) ira sous un système catholique européen. Ironiquement, le nouveau Dux Brittanicum va asservir les Angles, les Saxons, les Jutes et les Danois.

 

Il y aura un exode massif de ceux qui n'accepteront pas le Catholicisme dans ces pays. L’Australie/Nouvelle-Zélande seront inondées de ces migrants anglais. Le cri ‘sors d'elle mon peuple’ a une signification nouvelle. On s’attendrait à ce que les Européens et migrants semblables essayent de placer l'Australie sous la Puissance de la Bête de l'Europe. Cela seul serait inacceptable pour les ‘Rois du Soleil Levant’ ou les ‘Rois de l’Est’ d’Apocalypse 16:12.

 

Il semble que l'Australie serait envahie et conduite à la repentance dans le sac et la cendre, mais ces pays jouent un rôle important dans la séquence de la fin.

 

Le second Oracle Sibyllin était conscient de cela quand il a été écrit (probablement avant 150 EC). Après la description des catastrophes incroyables à l'époque de la fin, le faux prophète ou chef religieux d'origine démoniaque accomplira des miracles, qui confondront la majorité des gens, même confondront les choisis ou élus qui, avec les Hébreux, seront pillés. Il dit :

 

Une terrible colère viendra sur eux quand un peuple de dix tribus viendra de l'est pour chercher le peuple, dont la pousse d'Assyrie a détruit de leurs compatriotes Hébreux. Les nations périront après ces choses.

 

D’Ézéchiel chapitres 29 à 32 l'occupation définitive de l'Égypte par les Princes du Nord devrait se produire dans un avenir pas trop lointain, après un conflit européen islamique.

 

Lorsque les Oracles Sibyllins furent écrits, il n'y avait pas de nations israélites à l’Est de ce qu'on appelle aujourd'hui Israël. Les seuls dix tribus ou peuples israélites à l’Est de la Judée sont l'Australie et la Nouvelle-Zélande. En effet, il n’y a aucune autre nation qui pourrait même à distance être considérée comme remplissant cette prophétie. La possibilité existe que les États-Unis puissent aider via l'Australie. Cette prophétie est dérivée des prophéties bibliques couvrant la venue du Messie. Cela s'accorde avec une autre prophétie concernant les activités de Dieu dans les derniers jours, où l'œuvre de Dieu sera allumée dans le Sud. Ceci est couvert dans l’étude Le Feu du Ciel (No. 28).

 

Le prophète Jérémie mentionne l'avertissement de l'approche au chapitre 4:15, où la voix, publiant l'affliction de la montagne d'Éphraïm, avertissant les nations qu'il arrive, est également associée à la tribu de Dan.

 

Cela concorde avec les prophéties catholiques, qui parlent d'un Antéchrist de la tribu de Dan, qui tente de réintroduire la Loi de Moïse provenant d'un territoire à l'Est entre deux mers.

 

En effet cela est vrai comme le prédit le prophète Ésaïe au chapitre 46:11, où, en déclarant la fin dès le début l’Éternel appelle ‘un oiseau de proie de l'Est, l'homme qui exécute mon conseil d'un pays lointain’.

 

Il faut noter que l'aigle est le symbole de Dan et ‘Le pays lointain’ est un euphémisme pour l'Australie, dans l'utilisation presque depuis son établissement. Cela peut également être indicatif des Rois de l'Est de la prophétie postérieure.

 

C'est juste avant le Messie puisque dès le verset 13 on nous dit ‘Je fais approcher ma justice : elle n’est pas loin ; et mon salut : il ne tardera pas. Je mettrai le salut en Sion, et ma gloire sur Israël.’

 

Il est probable que le prophète de Dan-Éphraïm soit une voix ou un groupe, qui précède les deux témoins d'Apocalypse 11. Pendant les guerres de la fin, qui doivent se produire bientôt, les enjeux économiques et stratégiques seront examinés conjointement avec les questions religieuses. Le nouveau super-État européen sera à la fois une puissance appliquée civile et ecclésiastique, et la taille des nations et la conduite de la guerre tromperont beaucoup de gens. Cette dernière bataille pour la terre est essentiellement spirituelle et sera combattue non par la puissance, ‘ni par la force mais par mon Esprit, dit le Seigneur.’ Cette bataille avec l'Islam à venir, ce sont les dernières ‘guerres des rois du Nord et du Sud’ prédites par Dieu à travers le prophète Daniel.

 

Le but de cette étude est d'examiner les prophéties non-bibliques. Elle est également conçue pour montrer qu'il y a une série de possibilités dans les divisions et les hostilités futures. Ces actions futures peuvent être conçues pour plaire ou tromper les gens anglophones et détruire le pouvoir du Commonwealth, qui, avec les États-Unis d'Amérique, jusqu'à aujourd'hui, a permis au monde de maintenir une liberté qu'il n'aurait jamais atteint dans une Europe unie. L'identité du peuple anglophone est un outil important dans la compréhension de la Bible et les activités qui les impliquent dans les derniers jours.

 

 

q


 

   

 

Figure

 (à gauche) France Antique et Angleterre trois Fleurs de Lys et (à droite) France Moderne et Angleterre trois Fleurs de Lys.