Les Églises Chrétiennes de Dieu

[030]

 

 

 

Chronologie des Églises de Dieu [030]

 

(Édition 4.0 20010620-20021118-20081111-20100629)

 

Une vue historique et contemporaine de la persécution des observateurs du Sabbat commençant en l’année 27 CE (ère courante). 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 2001, 2002, 2008, 2010 Les Églises Chrétiennes de Dieu ; éd. Wade Cox ;

sous-éditeurs Cassie Wattler & Scott Rambo)

(Tr. 2010, rév. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

  

    

 Chronologie des Églises de Dieu [030] 

 

 

27 CE

La Première Persécution de l'Église

Jean le Baptiste un homme envoyé par Dieu (Jean 1:6), Un messager préparant la voie (Mal. 3:1)

28 CE

Jean le Baptiste est décapité - Christ commence son ministère.

30 CE

Christ, l'Agneau de Dieu observant le Sabbat est crucifié à la Pâque (mercredi 5 avril).

Résurrection de Jésus de Nazareth, à la fin du jour de Sabbat (samedi 8 avril/dimanche 9 avril). Ensuite, le 1er jour de la semaine, (dimanche 9 avril, à 9:00 heures du matin), il monte au ciel en tant que l'offrande de la gerbe agitée, le premier des premiers-fruits. Voir l’étude : L’Offrande de la Gerbe Agitée (No. 106b).

30-31 CE

Les disciples sont envoyés dans divers pays pour établir les églises.

Joseph d'Arimathée, avec Aristobule, est tenu d’avoir répandu la foi en Grande-Bretagne. Judas Timothée l'a répandue en Inde, Marc l'a répandue à Alexandrie, Jean à Éphèse, Pierre l’a répandue à Antioche et à Parthie avec d’autres qui sont également allés vers les autres nations énumérées dans les Actes (voir l’étude L’Origine de l’Église Chrétienne en Grande-Bretagne (No. 266)).

30-70 CE

L'Église de Jérusalem est persécutée impitoyablement par les Juifs. Voir l’étude Le Signe de Jonas et l'Histoire de la Reconstruction du Temple (No. 13)

34 CE

Étienne est lapidé à mort. Les Croyants sont dispersés à travers la Judée et à travers la Samarie.

Soudan. Premiers Chrétiens ; l'évangile répandu à la Nubie (Meroc) par l'eunuque éthiopien qui a été baptisé par Philippe.

La mission s'est étendue aux Samaritains par Philippe ; persécution fraîche.

42 CE

Marc l'Évangéliste arrive en Alexandrie, fonde ce qui est devenu l'Église Copte.

Phénicie Chypre, Antioche : Un grand nombre de personnes crurent et se convertirent au Seigneur (Actes 11:21).

44 CE

Persécution dans Jérusalem sous le roi Hérode Agrippa I ; Jacques le frère de Jean est exécuté, emprisonnement et évasion de Pierre.

50 CE

Juifs et Chrétiens sont bannis de Rome.

Les Chrétiens Assyriens fondent l'Église de l'Est (devenue plus tard Nestorienne).

54 CE

1ère persécution impériale romaine des Chrétiens, sous l’Empereur Néron,

58 CE

Paul est arrêté à Jérusalem.

60 CE

Paul est envoyé pour procès à Rome

61 CE

Paul à Rome sous garde militaire ; l'évangile est proclamé dans la capitale de l'empire,

Paul écrit : La Bonne Nouvelle qui vous a atteinte se répand dans le monde entier (Colossiens 1:6, Jérusalem) ; La Bonne Nouvelle, que vous avez entendue, a été prêchée à la race humaine tout entière (Colossiens 1:23 ; en grec à toute la création sous le ciel). La Grande-Bretagne (devenue le Royaume-Uni plus tard). Les premiers résidents Chrétiens (les soldats Romains, les marchands) ; les origines de l'Église Celte.

63-64 CE

Fin des 62 semaines d'années de Daniel 9:25.

Martyre de Jacques frère de Christ, le premier évêque de Jérusalem.

Martyre de l'apôtre Marc à Baucalis près d'Alexandrie.

Les persécutions de Néron commencent ; Paul et Pierre sont martyrisés.

Le Grand Incendie de Rome ; des milliers de Chrétiens sont brûlés ou tués par l'Empereur Néron.

66 CE

Émeutes antisémites et pogroms en Égypte : 50.000 tués en Alexandrie, 60.000 ailleurs. Vespasien avec 60.000 troupes apaise l'insurrection juive ; reconquiert la Galilée.

70 CE

Fin des Soixante-dix Semaines d'Années et la destruction du Temple. Destruction de Jérusalem par Titus avec 4 légions ; 600.000 tués en Judée, 10.000 Juifs sont crucifiés, 90.000 Juifs à Rome comme esclaves ; les Juifs se sont dispersés à l'étranger. Les Chrétiens ont tenu compte très tôt des avertissements du Messie et ont fui à Pella sous Siméon pour échapper à l'armée romaine. (Voir World Christian Encyclopedia (pp. 23-32), A Comparative Survey of Churches and Religions in the Modern World, Oxford University Press, 1982.)

71 CE

Le Colisée de Rome est construit – pour le sport de martyriser les Chrétiens.

72 CE

Les Chrétiens qui ont fui Jérusalem en 70 EC retournent maintenant à Jérusalem. Ils ont établi des églises Chrétiennes partout en Palestine, Syrie et Mésopotamie mais ils sont entrés en conflit avec les églises Chrétiennes grecques à cause des problèmes de l'observation de la loi ou de la Torah. Le Catholicisme moderne pense que c’est parce que Pierre et Paul avaient fondé un système séparé avec les Grecs, mais ce n'était pas le cas. Il vaut aussi la peine de mentionner que le titre de "pape" a été porté par des évêques dans des évêchés majeurs tels qu’Alexandrie, Jérusalem et Antioche au troisième siècle, mais jamais par les apôtres.

81 CE

Deuxième persécution romaine impériale, sous Domitien.

98 CE

Troisième persécution impériale, sous Trajan.

115 CE

Martyre de l'évêque Ignace d'Antioche.

120 CE

L'Église Vaudoise est formée dans les vallées de Piémont après l’expédition de Polycarpe, le disciple de l'Apôtre Jean, de Smyrne. À partir de cette date, ils ont transmis de père en fils les enseignements qu'ils ont reçus des apôtres y compris l’observance du Sabbat, des Nouvelles Lunes, et des Fêtes. Voir les études : La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122) ; Les Nouvelles Lunes d'Israël (No. 132) et Le Rôle du Quatrième Commandement dans les Églises de Dieu Historiques Observant le Sabbat (No. 170).

Note : Les Vaudois étaient des Unitaires Subordinationistes observant le Sabbat bien avant que Valdo soit sur la scène selon Dugger et Dodd, A History of the True Religion, (3e éd. Jérusalem, 1972, p. 224ff.).

132 CE

Deuxième rébellion Juive sous Bar Kokhba ; deuxième destruction de Jérusalem par les Romains en 134 ; presque la population entière juive de la Palestine est morte ou s’est enfuie.

154 CE

Anicet introduit le festival Païen des Pâques/Easter dans l'Église romaine. Il est opposé par Polycarpe le disciple de Jean. Polycarpe dirige l'église de l'Est à Smyrne et parle au nom de tous les Quartodécimans.

Justin Martyr écrit sa Première Apologie à l'Empereur de Rome de la part de l'Église de Rome. Il a expliqué que Christ était le Grand Ange de l'AT qui a donné la Loi à Moïse. De la part de l'Église à Rome, Justin a écrit (Dial. LXXX) que s'ils rencontraient des gens qui disaient qu'ils étaient des Chrétiens et que quand ils mourraient ils iraient au ciel, il ne fallait pas les croire parce qu'ils n'étaient pas Chrétiens. C’était le test d'un vrai Chrétien. C'était un schibboleth dans l'église. Les gens qui disaient que quand ils mourraient ils iraient au ciel étaient des imposteurs Gnostiques.

156 CE

La mort sur le bûcher de Polycarpe, l'évêque de Smyrne.

161 CE

4ème persécution romaine impériale, sous Marc Aurèle.

180 CE

Théophile d'Antioche fait la première mention d'un trias traduit inexactement plus tard en français comme Trinité, et les débuts insensés de la doctrine Binitaire émergent pour la première fois dans l'histoire de l'église (voir La Première Théologie de la Divinité (No. 127)).

192 CE

L'évêque Victor de Rome fait entrer de force les Pâques/Easter par-dessus la Pâque et les Disputes Quartodécimanes divisent l'église. Polycrate disciple de Polycarpe résiste contre la Faction romaine hérétique. Irénée, l'évêque de Lyon, essaie d'intercéder en vain. Voir l’étude : Les Disputes Quartodécimanes (No. 277).

193 CE

5ème persécution impériale romaine, sous Septime Sévère.

195 CE

Irénée explique la doctrine correcte Unitaire de la Nature de Dieu dans Contre les Hérésies. Il déclare que le but des élus est de devenir élohim ou theoi (autrement dit des dieux, cf. Zach. 12:8) selon le texte de la Bible (voir l’étude Les Élus en tant qu’Élohim (No. 1)).

200 CE

L'observation du Sabbat s’est répandue et semble avoir été opposée de Rome. Le Sabbat a été observé en Égypte comme l’expose le Papyrus d'Oxyrhynchus (c. 200-250 CE).

Origène a enjoint aussi l’observance du Sabbat.

De même, la Constitution des Saints Apôtres (Ante-Nicene Fathers, Vol. 7, p. 413 ; c. troisième siècle) dit : Vous observerez le Sabbat, à cause de Celui qui a cessé Son travail de création, mais qui n’a pas cessé Son travail de providence : c'est un repos pour la méditation de la loi, non pas pour l'oisiveté des mains.

Persécutions vicieuses des Chrétiens Coptes en Égypte avec des milliers martyrisés.

Tertullien dit que l'Église britannique a été établie depuis longtemps à ce moment-là.

220 CE

Les problèmes du Modalisme émergent dans les discussions entre les papes à Rome et en Alexandrie. Une distinction est tentée dans le Trias du Père, de Christ et de l'Esprit Saint. Ici, l'influence du Modalisme d'Attis est vue dans l'église Chrétienne de Rome. Christ est élevé à Dieu comme une structure Modale pour la première fois. Voir l’étude La Première Théologie de la Divinité (No. 127).

Le Sabbat en Inde

220 CE

L'introduction de l’observance du Sabbat en Inde a causé une controverse dans le Bouddhisme en 220 CE. Selon Lloyd (The Creed of Half Japan, p. 23), la Dynastie Kushan du Nord de l’Inde a appelé un concile de prêtres bouddhistes à Vaisalia afin d’amener l'uniformité parmi les moines bouddhistes sur l'observation de leur Sabbat hebdomadaire. Certains avaient été si impressionnés par les écritures de l'Ancien Testament qu'ils avaient commencé à observer le Sabbat.

235 CE

Sixième persécution impériale romaine, sous Maximin.

249 CE

Septième persécution impériale romaine, sous le dirigeant militaire Decius ; tentative systématique de détruire le Christianisme.

253 CE

Huitième persécution impériale romaine, sous Valérien.

270CE

Neuvième persécution romaine impériale, sous Aurélien.

300 CE

Au quatrième siècle, les prêtres païens du dieu Attis se plaignaient que le ministère Chrétien à Rome avait volé toutes leurs doctrines.

303CE

Dixième et dernière persécution impériale romaine, sous Dioclétien ; ordre de détruire tous les bâtiments d'église et les écritures. Environ 500.000 Chrétiens ont été exécutés systématiquement durant 10 ans.

Le Sabbat en Espagne

305 CE

 

 

Du canon 26 du Concile d'Elvira (c. 305), il apparaît que l'église en Espagne avait observé le Sabbat. Rome avait introduit la pratique du jeûne le jour du Sabbat pour neutraliser l’observance du Sabbat. Le Pape Sylvestre (314-335) était le premier qui a ordonné aux églises de jeûner le jour du Sabbat, et le Pape Innocent (402-417) l’a fait comme une loi obligatoire dans les églises qui lui ont obéi.

Innocentius a donné l’ordre que le Sabbat ou le samedi soit toujours un jour de jeûne (Peter Heylyn, History of the Sabbath, Part 2, Ch. 2, London, 1636, p. 44).

314 CE

Décret de Tolérance de Milan, l’Empereur Constantin a cherché à utiliser le Christianisme à des fins politiques et a initialement soutenu la faction romaine, qui en est venue à adopter les doctrines d'Athanase et, plus tard, celle des Cappadociens. La position doctrinale de l'église était devenue embrouillée par les factions Gnostiques, sous l’influence des cultes du mystère. Constantin a soutenu la faction Athanasienne sur la supposition erronée que, parce qu’elle était dominante à Rome, c'était la secte principale, mais la déposition d'Arius dans le Synode bondé d'Alexandrie a conduit finalement à la guerre avec son coempereur, Licinius, et aux troubles de 322-323 CE.

Le Pape Sylvestre (314-335) était le premier à ordonner aux églises de jeûner le jour du Sabbat.

Rome tente de neutraliser l’observance du Sabbat.

318 CE

La Conférence des Desposyni : En 318, Constantin avait ordonné la conférence entre l'évêque de Rome et les desposyni, les évêques qui étaient de la famille de Jésus Christ.

Les desposyni (signifiant littéralement en grec ‘Appartenant au Seigneur’ vu qu’ils étaient des parents de sang de Jésus Christ) ont demandé à Sylvestre, qui avait maintenant le patronage romain, de révoquer sa confirmation de l'autorité des évêques Chrétiens grecs à Jérusalem, à Antioche, à Éphèse, et en Alexandrie, et de nommer les évêques desposynos à leur place. De plus, ils ont demandé que la pratique d'envoyer de l’argent à Jérusalem, comme église mère, soit reprise. Cette pratique est facilement reconnaissable comme le système de la dîme de la dîme, qui avait été en force dans l'église jusqu'à l'interdiction de l'Empereur Hadrien en 135 CE. Ces parents de sang de Christ ont exigé la réintroduction de la Loi, qui incluait le Sabbat et le système des Jours Saints, des Fêtes et des Nouvelles Lunes de la Bible. Sylvestre rejeta leur demande et affirma que dorénavant, l'église mère était installée à Rome et il insista pour qu'ils acceptent les évêques grecs pour les diriger.

Ce fut le dernier dialogue connu avec les églises observant le Sabbat à l'Est dirigées par les disciples qui étaient des descendants des parents de sang du Messie.

L'évêque, ou le pape, (tous les évêques des évêchés principaux étaient appelés pape au début quand le terme a été introduit à partir des cultes) avec le stratagème romain, a ensuite ordonné qu'ils soient exterminés et cette campagne d'extermination a été entreprise contre la famille directe de Christ à partir de 318. Voir l’étude : La Vierge Mariam et la Famille de Jésus Christ (No. 232).

322 CE

La déposition d'Arius dans le Synode bondé d'Alexandrie a conduit finalement à la guerre avec le coempereur de Constantin, Licinius, et aux troubles de 322-323 CE.

325 CE

Le Concile de Nicée est convoqué. Les Canons du Concile de Nicée ont été perdus. Il a été établi plus tard qu'il y en avait seulement 20, qui ont commencé l'introduction des aberrations telles que : les règles domiciliaires pour le clergé vivant avec les femmes, c.-à-d. le célibat ; la persécution par l'imposition de pénitence des Unitaires (appelés inexactement Ariens) et de ceux qui ont soutenu Licinius ; l'établissement du système diocésain et ses contrôles des prêtres et la prohibition du clergé prêtant à intérêt ; et l'introduction des prières permanentes d’adoration le dimanche et pendant "la Saison Pascale". La soi-disant Saison Pascale était en fait l'introduction et l'harmonisation forcées des Pâques/Easter telles que exercées à l'Ouest depuis Rome par le système d'Attis et par les Grecs à l'Est sous le système d'Adonis et en Égypte sous le système d'Osiris/Isis. Ce festival était au moment de la Pâque Biblique). Le Credo reconstruit de Constantinople lui-même, introduit le concept du Binitarisme indispensable à la formulation de la Trinité et introduit l'aberration que Christ était le "seul engendré du Père" et enlève donc la promesse des élus en tant que fils engendrés de Dieu. Athanase dit (dans Ad Afros) qu’il y avait 318 évêques présents. Arius a souvent été appelé au Concile, lequel a commencé probablement le 20 mai 325 CE sous Hosius l’Athanasien de Cordoue. Constantin a joint le Concile le 14 juin. Pour obtenir l’accord, Constantin a fait entrer une bande de troupes romaines et a arrêté un nombre d'évêques et a banni Arius, Theonas de Marmarica et Secundus de Ptolemais à Illyrica. Les écrits d’Arius ont alors été brûlés et tous les trois ont été anathématisés. Le reste a consenti au symbole du Credo le 19 juin. Le Concile s’est terminé le 25 août avec un ‘parti’ accueilli par Constantin avec des cadeaux aux évêques.

Trois mois après le Concile, Eusèbe de Nicomédie et Theognius de Nicée, qui ont été forcés de signer le Credo sous contrainte, ont été exilés pour s’être rétractés et Theodotus de Laodicée, qui a signé aussi sous contrainte et s’est rétracté, a désavoué au lieu de les joindre.

La persécution est instituée par l'imposition de pénitence des Unitaires (appelés inexactement Ariens) et ceux qui ont soutenu Licinius.

328 CE

Constantin, se rendant compte que les Athanasiens n'étaient pas la secte de la majorité et provenaient d’une source de division et de persécution dans l'Empire, rappelle les cinq dirigeants Unitaires, (c’est suggéré par la forte envie de Constantia, la veuve de Licinius. Cependant, c’est plus probable qu'elle était simplement une éminente Unitaire de la faction Eusèbienne ou Arienne). Le problème avec le système Chrétien Unitaire était qu'il suivait les principes de la Bible et n’était pas concerné avec le contrôle des nations. Chaque nation était séparée et sujette à ses propres dirigeants et le système religieux de cette nation était entre eux et Dieu. Comme la nation obéissait à Dieu, ainsi elle était bénie. L'empire était concerné avec la domination mondiale et les convertis de l'église de Rome étaient aussi imprégnés par cette mentalité. Ainsi, ils ont courtisé une organisation qui voulait la domination mondiale et ne toléreraient aucune opposition à ce modèle. Par conséquent, le système de l’Église romaine a adapté le système païen des cultes du soleil et parmi les Aryens au Christianisme, de telle sorte qu'aucune personne croyant en la Bible ne puisse suivre les deux systèmes.

Le Sabbat en Perse

335 CE

Les églises observant le Sabbat en Perse ont subi quarante années de persécution sous Shapur II, de 335-375 en particulier, parce qu'elles observaient le Sabbat.

Ils méprisent notre dieu-soleil. N’est ce pas Zoroaster, le fondateur sanctifié de nos croyances divines, qui a institué le dimanche il y a mille ans en l'honneur du soleil et ils ont mis à la place le Sabbat de l'Ancien Testament. Et encore, ces Chrétiens ont des services ecclésiastiques le samedi (O'Leary The Syriac Church and Fathers, pp. 83-84, requoted Truth Triumphant p. 170).

Cette persécution a été reflétée à l'Ouest par le Concile de Laodicée (c. 366). Hefele note :

Canon 16 – Que les Évangiles avec d'autres Écritures soient lus le jour du Sabbat (cf. aussi les canons 49 et 51, Bacchiocchi, fn. 15, p. 217).

Canon 29 – Les Chrétiens ne doivent pas Judaïser en se reposant le jour du Sabbat, mais ils doivent travailler ce jour-là honorant plutôt le jour du Seigneur en se reposant, si possible, en tant que Chrétiens. Cependant, si quiconque sera trouvé entrain de judaïser, il doit être anathème pour Christ (Mansi, II, pp. 569-570, voir aussi Hefele Councils, Vol. 2, b. 6)

337 CE

L'Empereur Constantin est baptisé Unitaire par Eusèbe sur son lit de mort.

339 CE

Persécution sévère des Chrétiens en Perse, jusqu'en 379 ; la persécution vicieuse intermittente par les dirigeants Sassaniens jusqu'à la conquête de 640 par l’Islam.

345 CE

La persécution à l'Est de la Syrie et en Perse conduit 400 Nestoriens avec un évêque pour s’établir à Malabar, Inde.

351 CE

Les Goths Unitaires publient la Bible en Langue Gothique.

Les Juifs Modifient le Calendrier

358 CE

Le calendrier Juif est changé du modèle de la période du Temple par un système de calcul et est délinéé sous le Rabbi Hillel II vers 368 CE (à partir des données des rabbins babyloniens vers 344 CE). Les Vaudois, et plus tard les Sabbatariens de Transylvanie, n'ont pas suivi le calendrier juif mais ont observé la conjonction astronomique de la Nouvelle Lune. Voir l’étude : Le Calendrier de Dieu (No. 156) et l'avant-propos par Cox de R. Samuel Kohn, Les Sabbatariens in Transylvanie (No. A_B2), [1894], CCG Publishing, 1998.

380 CE

Les Montanistes, au deuxième siècle, commencèrent un culte d'adoration de l'Esprit Saint vu qu’ils s’attendaient à ce que l'Esprit Saint vienne et prenne la place des fils et annonce un évangile plus parfait. Cette vue a été réprimée mais a été conduite au Quatrième Concile de Rome en 380 où le Pape Damase a condamné quiconque niait que l'Esprit Saint devrait être adoré comme le Père et le Fils (ibid., p. 711). Ainsi, l'année suivante (381), au Concile de Constantinople, l'Esprit Saint a été ajouté à la Divinité en tant que la Trinité mais peut-être pas avec autant de succès que les Cappadociens l’auraient souhaité. Cela forme la grande distinction suivante entre les Églises de Dieu et le Trinitarisme.

381 CE

Le Concile de Constantinople voit la formulation de la doctrine de la trinité et la définition de l'Esprit Saint comme une troisième partie de la Divinité, encourageant l'hérésie Binitaire émanant du concile de Nicée. Cependant, la pleine position doctrinale n'a pas été consentie avant le Concile de Chalcédoine en 451 CE. Ce concile a vu la sortie des trente-six semi-Ariens, Macédoniens ou Pneumatomachi. Le concile, après cette sortie, consistait en seulement 150 évêques. C'était ainsi peu représentatif d'une bonne partie du Christianisme de l’époque.

Ambrose de Milan, avec Théodose, gagne le contrôle de l'Église romaine.

Les disputes Athanasiennes/Ariennes mènent à une persécution amère.

Les doctrines attribuées au soi-disant Arianisme, à savoir la création de l'Esprit Saint par Christ, ne sont pas justifiées des écrits d'Arius ou de la faction.

Voir l’étude : Le Socinianisme, l’Arianisme et l'Unitarisme (No. 185)).

Il n'y avait aucun Empereur Trinitaire sur le trône avant 381, quand la Trinité a été formulée à Constantinople sous la protection de Théodose. Ils avaient été tous Unitaires jusqu'en 381 à l'exception de Julien l'apostat.

Cette croyance Unitaire est basée sur la théologie exprimée dans Psaume 45:6-7 et Hébreux 1:8-9. Les premiers apologistes tels qu'Irénée de Lyon l'ont soutenue au deuxième siècle. Cette théologie a été soutenue par les Goths, les Vandales, les Alains, les Suèves, les Hérules, les Bretons, les Lombards, les Allemands, et toutes les tribus du Nord. Voir l’étude : La Préexistence de Jésus Christ (No. 243) pour la croyance des Goths). Cela provenait des enseignements des théologiens et des disciples des apôtres qui étaient déjà vieux de plusieurs siècles avant le Concile de Nicée en 325 CE, où beaucoup de ces évêques étaient présents. L'hérésie du Binitarisme a commencé à partir de ce Concile.

En 381, la Trinité a été déclarée à Constantinople à partir de la théologie des Cappadociens Basil, Grégoire de Nysse et Grégoire de Nazianze. La destruction de la foi par les Grecs et les Romains avait commencé à entrer en vigueur. Les Trinitaires ont malhonnêtement et inexactement étiqueté la croyance comme de l'Arianisme, afin de donner l'impression que leur doctrine est plus ancienne et que cette doctrine provenait d’Arius au quatrième siècle. Les Trinitaires ont alors alternativement étiqueté la doctrine Unitaire subordinationiste après Arius (Arianisme) et alors Eusèbe de Nicomédie (Eusèbianisme) et d’autres évêques beaucoup plus anciens à Arius (qui n'était pas même présent à Nicée, étant seulement appelé là pour des conseils sur la logique). Les Trinitaires accusent les Ariens de soutenir que l'Esprit était une création du fils, quand en fait cela est la doctrine de Filioque avancée au Concile de Toledo, par les Catholiques eux-mêmes au sixième siècle. Même les Grecs ont rejeté cette vue. Les gens qui étiquettent cette vue comme Arienne, sont soit délibérément malhonnêtes, ou bien ne comprennent pas assez pour savoir ce qu'ils disent.

382 CE

En 382, Théodose I avait rétabli les Wisigoths dans l'empire mais ils étaient toujours Unitaires. Paraît-il que c'était les Empereurs, surtout Valens, qui ont converti les tribus du Nord à l'Unitarisme et non pas au Trinitarisme. Les Goths, les Vandales, les Alains, les Suèves, les Hérules, étaient tous Unitaires comme l’étaient les tribus des Teutons et il y avait un certain nombre d'évêques des tribus Unitaires à Nicée. Les Hermundures allemands sont restés Unitaires jusqu'au huitième siècle.

385 CE

Exil d’un certain nombre de Sabbatariens de la Grande-Bretagne à l’Irlande après l'exécution de Priscillien.

Les Celtes observant le Sabbat

Henry Charles Lea, l'autorité principale des Inquisitions Papales, enregistre, dans la période du début de la persécution impliquant la peine de mort juridique pour l'hérésie, que lors de l'exécution de Priscillien avec six de ses partisans en 385 ap. J.-C., que "les autres ont été bannis sur une île barbare au delà de la Grande-Bretagne". (A History of the Inquisition of the Middle Ages, vol.1, New York: Harper & Brothers 1887, p.213.) Quelle était cette île barbare ? Très probablement, il semblerait que c’était l'Irlande. La Grande-Bretagne et l’Irlande étaient des endroits favoris pour le bannissement et la commercialisation d'esclaves à cette époque. Si, en effet, beaucoup d'"hérétiques" fidèles ont été bannis en Irlande pendant des siècles, cela ne peut qu’avoir eu un effet profond sur cette île, qui est devenue un grand centre de lumière sous Patrick (cinquième siècle), Colomba (521-597), et Colomban (c. 540-615) vu que l'obscurité de la tyrannie papale est descendue sur le continent. Les missionnaires sont allés de l'Irlande à la Suisse, à Bohême et à Kiev. L'Irlande était un des secteurs les plus difficiles pour Rome à subjuguer, et cela explique pourquoi de tels efforts interminables ont été faits durant plus de 1200 années pour complètement subjuguer cette île qui est l'Irlande. (Pris du Cherith Chronicle, Avril-Juin 1998, pp. 46-47.)

L'Église Celte, qui a occupé l’Irlande, l’Écosse et la Grande-Bretagne, avait les écritures Syriaques (Byzantines) au lieu de la vulgate Latine de Rome. L'Église Celte, avec les Vaudois et l'Empire de l'Est, a observé le Sabbat du septième-jour. Quand la Reine Margaret s’est enfuie en Écosse avec son père Edward Etheling, un prétendant au trône anglais, elle a écrit "à ses cousins Anglais, exprimant l'étonnement des pratiques religieuses des Écossais. Parmi les ‘particularités’ des Écossais, il y avait qu’"ils travaillent le dimanche, mais observent le samedi à la manière d’un congé sabbatique. À un autre correspondant, elle s'est plainte, qu’ils sont aussi accoutumés à négliger la vénération durant les jours du Seigneur (les dimanches) ; et qu’ainsi ils continuent comme les autres jours tous les travaux de travail terrestre.

"L'observation du Sabbat le samedi par la plupart des Écossais va de pair avec leur refus de 'reconnaître la souveraineté du Pape dans les questions spirituelles'. Malgré les meilleurs efforts du Roi Nectan des siècles auparavant, le Christianisme Écossais était toujours de la sorte des 'Colomban' ou des 'Celtes', mais pas des 'Romains'.

"L'histoire la plus populaire d'Écosse -- Scotland: A Concise History by P. Hume Brown (Langsyne) -- confirme qu'à l'accession de Margaret, 'les gens travaillaient les dimanches et observaient le samedi comme le jour du Sabbat'. Peter Berresford Ellis dans Celtic lnheritance (Constable, 1992) page 45 écrit : Quand Rome a commencé à prendre un intérêt particulier dans l'Église Celte vers la fin du sixième siècle ap. J.-C., il y avait plusieurs différences entre eux... Le Sabbat Celte était célébré un samedi. Le commentaire d’Ellis couvre l'Église Celte au pays de Galles, en Irlande, à Cornwall et en Gaule, de même qu’en Écosse. Le Romanisme était, apparemment, entré en Écosse mais n'avait aucune force au nord du Forth.

"Ceci a donné à la Reine Margaret sa croisade (et son chemin vers la canonisation) : ‘Margaret a fait tout ce qu’elle a pu pour que le clergé écossais fasse et croie exactement ce que l'Église de Rome ordonnait.’ Cela a impliqué la mise en vigueur de l’observation du dimanche, une politique poursuivie par son fils, le Roi David I. Néanmoins, à la veille de la Réforme, il y avait toujours beaucoup de communautés dans la Région montagneuse écossaise qui étaient loyales au Sabbat du septième jour, en opposition au 'Dimanche Papal'.

"Deux livres publiés en 1963 – pour commémorer le débarquement de Colomba à Iona en 563 – se sont intéressés aux 'distinctions Celtes' et ont compté parmi elles l'observation du Sabbat du septième-jour. Le Dr. W.D. Simpson a publié The Historical St. Columba à Edinburgh. Il confirme que Colomba et ses compagnons ont observé 'le jour du Sabbat', et dans le cas où il devrait y avoir un doute, il ajoute dans une note en bas de page 'samedi, bien sûr'... F.W. Fawcett a été commissionné d’écrire son Colomba--Pèlerin pour Christ par l'Évêque du Seigneur de Derry et de Raphoe. Son livre a été publié à Londonderry et imprimé par Derry Standard à propos de la commémoration irlandaise de la mission de Colomba. Fawcett esquisse huit distinctions celtes. Parmi celles-ci : que les Celtes ont eu des prêtres mariés et qu'ils ont observé le septième jour comme le Sabbat". -- David Marshall, The Celtic Connection. England: Stanborough Press, 1994, pp.29, 30.

"La raison pour laquelle le Pape Grégoire I avait perçu l'Église celte comme une menace majeure et pour laquelle ses successeurs et lui ont dépensé tant d’efforts en détruisant les 'coutumes irlandaises' distinctives est devenue massivement évidente.

"A.O. et M.O. Anderson, dans l'Introduction de leur Adomnan’s Life of Columba (Thomas Nelson 1961), répandent de la lumière, non seulement sur l’observance de la pratique du Sabbat du septième-jour de Colomba, mais sur 'l’ajustement' graduel des manuscrits par des générations de copistes romains, dans une tentative de fournir l’impression que les saints Celtes gardaient le dimanche sacré.

"L'utilisation d'Adomnan de sabbatum pour samedi, le septième jour de la semaine, est l'indication claire de 'la bouche de Colomba' que le 'Sabbat n'était pas le dimanche'. Dimanche, le premier jour de la semaine est 'le jour du Seigneur'. L'attitude d'Adomnan à propos du dimanche est importante, parce qu'il a écrit à un moment où il y avait une controverse au sujet de la question à savoir si le rite du Sabbat biblique devait être transféré au 'Jour du Seigneur' des Chrétiens. (A.O. et M.O. Anderson (eds) Adomnan’s Life of Columba (Thomas Nelson's Medieval Texts, 1961), pages 25-26.)

"L'Ancien Testament exigeait l'observation du Sabbat le septième-jour et, les éditeurs d'Adomnan disent, que depuis le Nouveau Testament, le quatrième commandement n’a été annulé nulle part, que le septième-jour a été observé par tous les premiers Chrétiens. La preuve qu'ils citent suggère qu'aucune véritable confusion entre dimanche et ‘le Sabbat’ n’est arrivée avant le début du sixième siècle, et alors dans les écrits plutôt obscurs de Caesarius de Arles. (ibid., page 26.)

"'En Angleterre, la question du dimanche peut avoir été parmi ‘les autres questions ecclésiastiques' discutées par le Synode de Whitby en 664’, soutiennent les Anderson, en plus de la date de Pâques/Easter qui n'aurait pas pu causer une telle rupture. Une observance hebdomadaire, et non pas juste une observation annuelle a séparé les Celtes des Romains. Mais les Romains ont eu la tâche d'écrire l'histoire de l'Église et de copier les écrits des pères de l'Église. Tandis que ces injonctions de ne pas ajouter ou enlever des mots du Livre et, principalement, d’avoir fait un travail consciencieux, les mêmes scrupules ne se sont pas appliqués quand ils ont copié les écrits des pères de l'Église. Comme les siècles ont progressé, les écrits des saints Celtes, y compris Patrick ont été ‘modifiés’ pour transmettre l'impression que les saints ont gardé le dimanche sacré, tandis que, dans les toutes premières versions de leurs manuscrits, c'est clair qu'ils ont observé le Sabbat du septième-jour (ibid., les pages 26-28).

Le ‘mouvement’ Romain de supplanter le Sabbat celte avec le dimanche ‘a culminé par la production d’une ‘Lettre de Jésus’ (apocryphe), ou ‘Lettre du jour du Seigneur’, alléguée pour avoir été trouvée sur l'autel de Pierre à Rome ; et est mentionnée dans les annales d’avoir été amenée en Irlande par un pèlerin (c. 886). Sur cette base, des lois ont été promulguées, imposant de lourdes peines à ceux qui, le dimanche, violaient certains règlements dérivés des prohibitions juives pour le Sabbat... Il n'y a, en fait, aucune preuve historique que Ninian, ou Patrick, ou Colomba, ou n'importe lequel de leurs contemporains en Irlande, aient observé le dimanche comme un Sabbat.’ (ibid., page 28).

"Le Sabbat du septième-jour, enjoint par le quatrième des dix commandements, avait été observé par Jésus et nulle part dans les Écritures, son caractère sacré n’a été diminué ou transféré à un autre jour....

Une "première version de The Rule of Columba est reproduite dans Columba— Pilgrim for Christ par [l'ecclésiastique] F.W. Fawcett, MA. [L'ecclésiastique] Fawcett est un ecclésiastique de l’Église d'Irlande. Il a été commandé par Monseigneur l'Évêque de Derry et de Raphoe de produire ce livre comme une partie des célébrations en 1963 du départ de Colomba pour Iona en 563 ap. J.-C." --Marshall, The Celtic Connection, 46.

La cinquième règle de l'Église celte énumérée dans The Rule of Columba est "Le Septième Jour était observé comme le Sabbat".

392 CE

Théodose le Grand (392-395) a réuni l'empire, mais il a été de nouveau divisé par ses successeurs Honorius et Arcadius en 395.

396 CE

Les Wisigoths, sous Alaric, envahissent la Grèce. En obéissance à la loi biblique, ils détruisent des statues païennes et de là, ils sont tenus pour avoir pillé Athènes et ensuite les Balkans en 398. En 401, ils ont envahi l'Italie continuant jusqu'en 403.

400 CE

Socrate l'Historien dit :

Car bien que presque toutes les Églises à travers le monde célèbrent les mystères sacrés [supposés par les Catholiques pour être l'Eucharistie ou le soi-disant Dîner du Seigneur] le jour du Sabbat de chaque semaine, cependant les Chrétiens d'Alexandrie et de Rome, à cause de quelque tradition ancienne, refusent de le faire (Socrate, Ecclesiastical History, Bk 5, Ch. 22, p. 289).

Le Sabbat en Afrique

Augustin d'Hippone, un fervent observateur du dimanche, a attesté que le Sabbat a été observé dans la plus grande partie du monde Chrétien (Nicene and Post-Nicene Fathers (NPNF), First Series, Vol. 1, pp. 353-354) et a déploré le fait que dans deux Églises avoisinantes en Afrique, une observait le Sabbat du septième jour, pendant qu'une autre jeûnait ce jour-là (Peter Heylyn, op. cit., p. 416).

Voir l’étude : La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122)

Les Églises ont généralement gardé le Sabbat pendant longtemps.

Les anciens Chrétiens étaient très prudents dans l'observation du samedi, ou du septième jour ... C'est clair que toutes les églises orientales, et la plus grande partie du monde, ont respecté le Sabbat comme un festival ... Athanase, de la même manière, nous dit qu'ils tenaient des assemblées religieuses le jour du Sabbat, non pas parce qu'ils étaient infectés par le Judaïsme, mais pour adorer Jésus, le Seigneur du Sabbat, Epiphane dit de même (Antiquities of the Christian Church, Vol. II, Bk. Xx, Ch. 3, Sec 1, 66. 1137, 1136). Athanase était un hérétique Binitaire d’où le commentaire : "adorer Jésus".

Le Sabbat en Chine

Durant la dernière moitié du quatrième siècle, l'évêque de l'Église Abyssinienne observant le Sabbat, Museus, a visité la Chine. Ambrose de Milan a déclaré que Museus avait voyagé presque partout dans le pays des Seres’ (Chine) (Ambrose, De Moribus, Brachman-orium Opera Omnia, 1132, trouvé dans Migne, Patriologia Latina, Vol. 17, pp. 1131-1132). Mingana soutient que Museus l’Abyssinien a voyagé en Arabie, en Perse, en Inde et en Chine en 370 (voir aussi fn. 27 à Truth Triumphant, p. 308).

Les Églises Sabbatariennes ont été établies en Perse et dans le bassin du Tigre-Euphrate. Elles ont observé le Sabbat et ont payé les dîmes à leurs Églises (Realencyclopæie fur Protestantishe und Kirche, art. Nestorianer’; see also Yule The Book of Ser Marco Polo, Vol. 2, p. 409).

Les Chrétiens de Saint Thomas de l’Inde n'ont jamais été en communion avec Rome.

Ils étaient des observateurs du Sabbat, comme l’étaient ceux qui ont cessé la communion avec Rome après le Conseil de Chalcédoine, à savoir les Abyssiniens, les Jacobites, les Maronites, et les Arméniens et les Kurdes, qui observaient les lois de l’alimentation et niaient la confession et le purgatoire (Schaff-Herzog The New Encyclopoedia of Religious Knowledge, art. ‘Nestorians’ et ‘Nestorianer’).

402 CE

Le Pape Innocent (402-417) a fait du jeûne le jour du Sabbat une loi obligatoire dans les Églises qui lui ont obéi.

Innocentius a ordonné que le samedi ou Sabbat soit toujours un jour de jeûne (Peter Heylyn History of the Sabbath, Part 2, Ch. 2, London, 1636, p. 44).

406 CE

Gunderic devient le roi des Vandales.

Le royaume Bourguignon de Worms a été fondé.

Ces tribus teutoniques étaient toutes Unitaires

409 CE

Les Vandales étaient des Unitaires et donc iconoclastes et ils méprisaient les icônes et les idoles du système entièrement émergé à Rome ainsi que la première adoption syncrétique des rites et des statues païennes. Ceux-ci ont été détruits au départ dans la Gaule en 409-411 et à l’arrivée en Espagne, en Afrique et de nouveau à Rome. Ils ont été marqués comme des barbares païens et de ceci nous tirons le mot vandalisme, mais, en fait, ils étaient des iconoclastes qui méprisaient l'idolâtrie syncrétiques. Ils auraient détruit Rome à cause de ce qu'ils ont perçu comme de l’idolâtrie, mais se sont adoucis à la demande de Leo le 2 juin 455.

Le Dr. Peter Heylyn (History of the Sabbath, London 1636, Part 2, para. 5, pp. 73-74) note que Milan observait le Sabbat depuis les temps anciens selon les pratiques de l'Est.

416 CE

Les Vandales avaient occupé l’Espagne, et l’Espagne était Unitaire. Les Wisigoths ont conquis le royaume des Vandales en Espagne en 416. Ainsi, tous les secteurs du Nord et de l'Ouest étaient Unitaires. L'Italie était, paraît-il, Trinitaire, mais plus souvent soumise aux Unitaires. En 418, les Francs se sont installés dans les parties de la Gaule. Dans la même année, Théodoric I est devenu le roi des Wisigoths. En 425, ces soi-disant barbares, qui étaient en réalité des Unitaires, se sont installés, pour la plupart, dans les provinces romaines. Les Vandales étaient en Espagne méridionale, les Huns étaient en Pannonie, les Ostrogoths (et par la suite les Hérules) étaient en Dalmatie et les Wisigoths et les Suèves étaient au Portugal et en Espagne Septentrionale. Les Huns européens sont restés là en Pannonie jusqu'à à peu près vers 470 quand ils se sont retirés de l'Europe.

417 CE

Milan, (observant le Sabbat historiquement) n’a cessé d'être le centre de résolution de dispute quand le Pape Zosime fait de Patrocoles, l'évêque d'Arles, son curé ou délégué dans la Gaule.

425 CE

En 425, Valentinien III est devenu l'Empereur romain de l'Ouest sous la garde de sa mère Galla Placidia. Geiséric (428-477) est devenu le roi des Vandales en cette année-là.

En 429, les Pictes et les Écossais ont été expulsés de l'Angleterre du Sud par les Angles, les Saxons et les Jutes. (Les Écossais ne sont pas entrés en Écosse avant 501 CE.) En 457, à la bataille de Crayford, les Jutes sous Hengest ont battu les Bretons et ont occupé le Kent où ils restent. Durant l'année 429, Aetius, le ministre principal de Valentinien III, est devenu le véritable dirigeant de l'Empire romain de l'Ouest (429-454). Dans la même année, Geiséric a fondé le royaume de Vandale de l'Afrique du Nord. En 443, il a pris la dernière possession romaine en Afrique, et l’Afrique du Nord était sous la domination Unitaire de nouveau.

433 CE

Attila (m. 453) est devenu le dirigeant des Huns. En 436, les dernières troupes romaines sont parties en Grande-Bretagne. Dans la même année, les Huns ont détruit le royaume Bourguignon de Worms. Les Bourguignons faisaient partie de cette poussée majeure en Europe qui a été faite par les Anglo-saxons et les Lombards et les autres tribus apparemment de la horde de Parthe.

443 CE

Les Allemands Alémans (la Suisse Allemande) se sont installés en Alsace.

En 453, Attila des Huns est mort et Théodoric II (453-466) est devenu le roi des Wisigoths, jusqu'à ce qu'il ait été assassiné par son frère Eric (466-484), qui lui a succédé. Cet événement a été suivi par le pillage de Rome en 455 par les Vandales. Le fait de la question était que les Vandales étaient Unitaires. Ils ont détruit les idoles païennes à qui des noms soi-disant Chrétiens ont été donnés, considérant celles-ci comme une abomination et une infraction du deuxième commandement. Le terme Vandalisme vient de cet acte. La destruction était en fait l'exercice biblique du pouvoir dans la destruction des idoles païennes.

451 CE

La pleine position doctrinale disant que l'Esprit Saint est une partie égale de la Divinité n'a pas été consentie avant le Concile de Chalcédoine. Le rôle et la fonction des fils de Dieu, en tant qu’esprits messagers et administrateurs, ont été réduits au point que leur existence était devenue banalisée et le mot ange a cessé d'être une fonction descriptive d'un fils de Dieu dans l'exécution du plan de Dieu. C’était devenu une entité à part entière, qui a atteint une existence inférieure au rôle perçu du Messie et des élus. Cette vue a servi pour élever la Christologie et enlever Christ de la création à tous les niveaux, conformément au dogme des Trinitaires. Cette vue n'était pas la vue de la première Église, et le terme ange était vue simplement comme une fonction des fils de Dieu.

471 CE

Théodoric le Grand est devenu le roi des Ostrogoths de 471-526.

Les Empereurs romains de l'Est au cours de ce temps étaient Théodose II (m. 450), Marcien 450-457), Leo I (457-474). En 457, Childéric I (457-481) est devenu le roi des Francs saliens. En 460, les Francs ont capturé Cologne. Les Vandales ont détruit aussi la flotte romaine de Cartagena dans la même année.

Les conflits à travers l’Europe étaient fondamentalement sur quelle tribu devait être retranchée dans ce secteur fertile d'Europe. Lorsqu'ils étaient Unitaires, ils ont aussi été gouvernés par des hommes cupides non engagés et cela a été leur perte.

Les derniers Empereurs romains de l'Ouest au cours de cette période de 461 étaient Sévère (461-465) ; Athemius (en 467) ; Olybrius (en 473) ; Glycerius (en 474) ; Julius Nepos (en 475) ; et Romulus Augustule (en 476). L'Empire de l'Ouest s'est achevé avec la faiblesse de ses dirigeants. L'Allemand Odoacre (433-493) a capturé et exécuté Oreste à Placentia et ensuite a exécuté son fils Romulus Augustule et a été proclamé le roi d'Italie.

Ainsi, l'Empire romain de l'Ouest a été apporté à sa fin, sans Église Catholique établie et aucune politique claire sur l’Europe.

474 CE

Suppression des Sectes de l'Est

En 474, Zeno est devenu l'Empereur romain de l'Est (474-491). Les écoles Trinitaires ont considérablement été plus développées dans l'Empire de l'Est à partir de ce temps, avec le modèle Néoplatonicien établi par Proclus, devenant la tête de l'académie Platonicienne à Athènes en 476. Le système Trinitaire avait été officialisé avec le Concile de Chalcédoine en 451. Les Divisions Coptes égyptiennes datent de ce temps. En 483, le Pape Simplicius a été succédé par Félix III (-492). En 484, son excommunication du Patriarche Acacius de Constantinople a conduit au premier schisme des églises Trinitaires de l'Ouest et de l'Est (484-519).

476 CE

Le roi Geiséric des Vandales a vendu la Sicile de l'Est au roi Théodoric des Wisigoths. Les Unitaires, sous Hunéric le roi des Vandales, ont commencé à prendre des mesures contre les Catholiques, où ils avaient été exemplaires dans leur tolérance jusqu'à présent, avec l'exception évidente de l'idolâtrie. Les disputes des Unitaires/Trinitaires ont commencé maintenant à introduire la persécution. Les Trinitaires ou la faction Catholique/Orthodoxe avaient, en principe, été faible et les Unitaires avaient l’emprise. Cela a changé avec le soutien des Francs saliens.

481 CE

La révolte de Vahan Mamikonian a eu lieu de 481-484 et ce succès a garanti la liberté religieuse et politique pour l’Arménie. Cette liberté apparaît aussi instrumentale dans l’aide à l’église observant le Sabbat devenue établie avec les Pauliciens dans les Montagnes de Taurus. Les Pauliciens étaient toujours trouvés à l'Est au dix-neuvième siècle. Ce groupe était toujours opérationnel durant le vingtième siècle. Leurs descendants, se comptant en million ou plus, ont été exterminés dans le secteur de l'Arménie après la Première Guerre Mondiale. Il y avait peut-être entre un million et deux millions de Sabbatariens exterminés après la proscription de l’Islam Bektâchî après 1927. Ce processus d'extermination s’est poursuivi par l'Holocauste en Europe et jusqu’en 1953 et à la mort de Staline.

Childéric I est mort et a été succédé par son fils Clovis (m. 511) qui est devenu le fondateur du pouvoir mérovingien. En 484, Hunéric le roi des Vandales a été succédé par son neveu Gunthamund (m. 496). En 486, Clovis a battu Syagrius le dernier gouverneur romain de la Gaule. Rome n’avait plus le pouvoir en Gaule.

487 CE

À ce moment aussi (487-493), les Ostrogoths Unitaires ont commencé leur conquête de l'Italie. Théodoric a battu l'Allemand Odoacre à la Rivière d'Isonzo et de nouveau près de Vérone (489).

489 CE

En 489, l'Empereur de l'Est, Zeno, a détruit l'école Chrétienne Nestorienne à Edessa et a construit l'église de St. Symeon Stylites autour de son pilier. En 491, l'Église arménienne a coupé la connexion avec Byzance et Rome, et en 498, les Nestoriens se sont installés dans Nisibis en Perse. L'église qui s’est installée de Jérusalem en Arménie n'était pas Trinitaire Diphysite et elle observait le Sabbat. C’était aussi le dépôt, à Edessa, des textes araméens et de la version Peshitta de la Bible, jusqu'à ce qu'elle ait été supprimée. Le Sabbat a été étendu aussi loin qu’en Chine par la première église de l'Est. Voir l’étude : La Distribution Générale des Églises Observant le Sabbat (No. 122)).

492 CE

Les papes à ce moment, à la mort de Félix III, étaient Gélase (492-496) ; et Anastase II (en 498) et Symmaque (en 514). Gélase a introduit le Missel Gélasien, un Livre de prières, de chants et d’instructions pour la célébration de la Messe.

493 CE

Odoacre a capitulé devant les Ostrogoths et a été assassiné par Théodoric qui a alors fondé le royaume ostrogothique d'Italie et a épousé une sœur de Clovis. Les Ostrogoths ont occupé Malte de 494-534. En 500, Thrasamund a épousé la sœur de Théodoric et a donné la Sicile de l'Ouest comme dot.

498 CE

Les Nestoriens s’installent à Nisibis en Perse.

499 CE

En 499, le synode de Rome a publié un décret aux élections papales et, en 500, a été introduit dans les offices des Trinitaires pour la première fois dans l'église Chrétienne.

500 CE

Les Marcomans allemands à Bohême ont envahi la Bavière et, à leur départ, les Tchèques se sont installés à Bohême

510 CE

La Provence, partie du Sud-est de France, est allée aux Italiens Ostrogoths jusqu'en 563. Ces faits expliquent pourquoi les Sabbatati étaient partout dans le Sud de la France, l’Espagne du Nord, et l’Italie du Nord. Le Christianisme a observé le Sabbat jusqu'au cinquième siècle, et au temps de Jérôme (ca. 420) le Chrétien le plus dévoué travaillait le dimanche (Dr. White évêque d’Ely, Treatise of the Sabbath Day, p. 219 ; cf. Augustin d’Hippone NPNF First Series, Vol. 1, pp. 353-354 et aussi l’étude La Distribution Générale des Églises Observant le Sabbat (No. 122), p. 2).

511 CE

En 511, Clovis, le roi des Francs, est mort et son royaume a été divisé parmi ses quatre fils, Théodoric I (m. 534) ; Clodomir (m. 524) ; Childebert I (m. 558) et Clotaire (m. 561) et ils ont établi des tribunaux à Soissons, Paris, Metz, et Orléans respectivement. À cette époque-là aussi, le couvent à St Césaire à Arles a été établi. Le Monachisme devait aussi jouer un rôle dans les expansions des Trinitaires.

523 CE

En 523, le roi Thrasamund des Vandales est mort et a été succédé par Hildéric (en 530). En 524, Sigismund a été tué par Clodomir, fils de Clovis I. Les Ostrogoths ont établi le soi-disant Baptistère Arien maintenant connu comme le Baptistère de Santa Maria in Cosmedin, Ravenne en 525. Cependant, en 526, Théodoric le Grand est mort et a été enterré à Ravenne. Sa fille Amalaswintha est devenue le régent de l'Italie (en 534).

Massacre des Arabes-Chrétiens en Najran et Himyar (Arabie) par le roi Arabo-juif.

527 CE

En 527, Justinien I est devenu l'Empereur byzantin (jusqu’en 565) et une série de changements et de variations devait arriver pour les Goths et les Vandales et de là, l'église Unitaire au cours de la période jusqu'en 590. C'est la tournure la plus importante de l'histoire européenne que les Francs soient devenus Trinitaires, vu que ce fait a aidé à établir l'Église Catholique en Europe. Sans les Francs, rien ne se serait passé. Nous verrons que ce mouvement avance maintenant inexorablement jusqu'à la déclaration du Saint Empire Romain de 590 CE et cet empire ne devait durer que 1260 années jusqu'à ce qu'il ait été contrôlé en 1850 et que le pape soit pratiquement emprisonné à partir de 1870.

Guerres Finales à l'ascension de l'Islam et du Saint Empire Romain

529 CE

En 529, Justinien a fermé l’école grecque de philosophie vieille de 1.000 ans à Athènes. Cette action a été prétendument dirigée au Paganisme, mais elle a forcé la syncrétisation du Néo-platonisme et a forcé efficacement les professeurs à aller en Perse et en Syrie où, à partir de l'année suivante sous Chosroes I (531-579), la Perse a atteint de nouveaux records d'érudition. Cela devait déplacer le centre d'érudition à ce qui allait devenir le monde Islamique, quand il s’est formé au siècle suivant en réaction aux avances des Trinitaires de Constantinople.

532 CE

En 532, les Francs ont renversé le royaume de Bourgogne, qui avait couvert des secteurs de la France, de la Suisse et de l’Autriche. Aussi, le général Belisarius a sauvé le trône de Justinien en cessant la révolte de Nika à Constantinople. Il avait été rappelé l'année précédente après qu’il ait été congédié pour sa défaite par les Perses. Constantinople a alors été reconstruit. En 533, Belisarius a renversé le royaume des Vandales et a fait de l’Afrique du Nord une Province byzantine. En 534, Toledo est devenu la capitale du royaume des Visigoths Unitaires en Espagne (jusqu’en 711). En 535, Belisarius a occupé le royaume des Ostrogoths d'Italie et est resté jusqu'en 540. Cette action a permis à la Provence d’aller des Ostrogoths au royaume des Francs, et Naples est devenu une partie de l'Empire byzantin.

539 CE

De 539 à 562, l'Empire byzantin était en guerre avec la Perse. La guerre a permis à Totila des Ostrogoths de mettre fin au règne byzantin en Italie en 540 et à devenir roi en 541 à la mort de son oncle Hildebad (en 552). En 546, Totila est entré à Rome (partant de nouveau en 547). En cette année-là, Adouin le Lombard a fondé la nouvelle dynastie de Lombard et a étendu son règne au delà de la Rivière du Salut.

543 CE

En 543, les écrits d'Origène ont été condamnés par le décret de Justinien. Bien qu'Origène ait eu des tendances quasi-gnostiques, ses écrits et Hexapla étaient aussi importants. Cet acte faisait partie de la consolidation des dogmes Trinitaires anti-Sabbatariens à l'Est. L'Impératrice Théodora est morte en 548.

550 CE

En 550, Totila a reconquis Rome et les Unitaires étaient de retour au pouvoir. Dans la même année, la migration vers l'ouest des Avars turcs a commencé et les tribus slaves se sont installées à Mecklenburg.

Les Polonais se sont installés en Galice de l'Ouest, et les Ukrainiens se sont installés en Galice de l'Est. Dans la même année aussi, les Gallois ont été entièrement convertis au Christianisme par David et l’observance du Sabbat s’est fortifiée au pays de Galles, où elle ne devait pas être entièrement expulsée avant le onzième siècle. Le clergé marié a continué jusqu’au douzième siècle. Colomban, le missionnaire Irlandais de la France et d’Italie (550-615), date aussi à partir de cette année-là. Les cloches ont été utilisées dans les églises en France pour la première fois à partir de cette année-là marquant aussi l'influence du syncrétisme des Trinitaires par les Francs.

551 CE

En 551, la marine des Ostrogoths a été battue par les Byzantins. Le roi Totila des Ostrogoths a été tué l'année suivante par les Byzantins sous l’eunuque Narses (c. 478-c. 573) au combat de Taginae. En 553, Narses a alors annexé Naples et Rome pour Byzantin et il a été nommé Exarque d'Italie, devenant l’autorité militaire et civile la plus haute. Le trône de l'archevêque Maximien a été aussi établi à Ravenne cette année-là.

558 CE

En 558, Clotaire I, fils de Clovis, a réuni le royaume des Francs qui a duré jusqu'en 561 quand il a été de nouveau divisé sous ses fils, Charibert, Gontran, Sigebert et Chilpéric.

563 CE

En 563, le Missionnaire celtique Sabbatarien Colomba, s'est établi sur l'Île d'Iona et a commencé à convertir les Pictes.

565 CE

En 565, Justinien I est mort et a été succédé par son neveu Justin II (m. 578). Les Lombards ont conduit alors les Byzantins de l'Italie du Nord au Sud, mais les ont laissés à Ravenne. Audoin a été succédé par son fils Alboin qui, aidé par les Avars, a détruit le royaume Gothique des Gépides sur le Vistule inférieur, et en 568, a fondé un royaume des Lombards en Italie du Nord et Centrale.

567 CE

En 567, le roi Léovigild des Wisigoths (en 586) a conduit les Byzantins de l'Espagne de l'Ouest et a conquis toute l’Espagne en 585. Le royaume franc a été aussi divisé dans l’Austrasie composée de la Lorraine, la Belgique et la rive droite du Rhin et Neustrie (France) et la Bourgogne.

570 CE

En 570, M[o]uhammad le fondateur de l'Islam est né. En 572, la guerre entre la Perse et les Byzantins a de nouveau éclaté et a continué sous Chosroes II après son ascension en 590 jusqu’en 628, et l’Islam a été établi en 632. En 632, les divisions politiques qui mèneront en fin de compte à la Troisième Guerre Mondiale ont été établies.

573 CE

En 573, les fils de Clotaire, Chilpéric et Sigebert sont entrés en guerre.

589 CE

Le Concile de Toledo est tenu. L'Esprit est déclaré pour être une extension du Père et du Fils (Filioque : Catholique Romain). Ainsi, les Trinitaires tiennent une position contraire aux écritures que le Fils est une génération du Père, pourtant il n'y avait aucune raison pour laquelle le Fils n’existait pas. La même chose est tenue pour être vraie concernant l'Esprit Saint.

Le concile interdit aussi aux Juifs l'achat d’esclaves Chrétiens et a promulgué que tout Juif qui circoncit un esclave en se basant sur Genèse 17:12f. devrait le perdre.

Les Wisigoths Unitaires en Espagne se sont convertis au Catholicisme, déclaré comme religion d'état à Toledo.

 

590-1850 : Les 1260 années de l'Église dans le Désert

590 CE

En 590, Authari le roi des Lombards a été succédé par Agilulf (m. 615) et le pape Pélage II a été succédé par le pape Grégoire I appelé le Grand. Il a déclaré le Saint Empire Romain. L'Unitarisme est alors persécuté par le système communément appelé Catholique Romain ou Triune.

591 CE

En 591, Colomban (n. 543) est arrivé en Bretagne de l'Irlande.

597 CE

Grégoire a envoyé Augustin comme missionnaire en Angleterre en 597, lequel a baptisé Ethelbert au Kent et a débuté le système Catholique en Grande Bretagne.

L'Église a commencé à être persécutée et cela est venu principalement de l'extérieur de l'Empire romain. Donc, c'était hors de la portée de l'église Orthodoxe jusqu'à la conversion progressive des Unitaires ou des soi-disant Ariens, qui a duré jusqu'au huitième siècle et aussi de l'établissement du Saint Empire Romain en 590. Les persécutions de la foi ont duré pour une période de temps, qui a englobé le pouvoir et le règne du Saint Empire Romain de 590 à 1850. Voir l’étude : La Distribution Générale des Églises Observant le Sabbat (No. 122).

Pendant les 1260 années de 590 à 1850, l'Église Catholique Romaine a construit sa théologie sur les fausses prémisses basées sur la Philosophie grecque et les systèmes païens d'adoration. Leur adoption du calendrier païen a mis le Trinitarisme en conflit avec chaque tribu et personne qui a eu, ou lu, ou étudié la Bible et la Loi de Dieu. Par conséquent, afin de conserver son autorité, elle a introduit des systèmes nationaux et internationaux de persécution et de répression, qui devaient aboutir à l'extermination de millions de paisibles citoyens respectueux de la loi sur tout le continent de l'Europe et en Asie mineure (et plus tard en Amérique). Ses incursions au Moyen-Orient dans les fameuses Croisades ont vu enflammer la haine pour l'Islam à la mesure où il a polarisé maintenant sur toute la moitié du monde. Le vingtième siècle a vu que cette guerre s’est avancée contre une paisible communauté de l'Europe respectueuse des lois, avec l'extermination et le génocide massifs intentionnels des Juifs et des Chrétiens observant le Sabbat de l'Europe. Cette question est davantage examinée au www.holocaustrevealed.org.

597CE

Le Sabbat en Grande Bretagne

Le Catholicisme n'a pas été établi en Grande Bretagne jusqu' à la conversion des Angles par Augustin de Cantorbéry. Le roi Ethelbert de Kent a été converti au Catholicisme à la Pentecôte de 597 (selon Butler Lives of the Saints, ed. Walsh, concise edn., p. 158) et plusieurs (environ 10.000) sujets ont été baptisés au festival païen de Noël en plein hiver de 597. Les Chrétiens de la Grande-Bretagne, étaient jusqu'à ce temps, d'une manière prédominante, sinon exclusivement, tous des Unitaires Subordinationistes observant le Sabbat, qui ont observé les lois de l’alimentation et les Jours Saints. Ils n'ont pas été dominés par Rome jusqu'au Synode de Whitby en 664 à l'Abbaye de Hilda, où ils se sont soumis sous la contrainte.

Colomba d'Iona a observé le Sabbat et a prédit sa mort au Sabbat, du samedi 9 juin 597 (Butler Lives of the Saints, Vol. 1, art. ‘St. Columba’, p. 762). Butler dit dans sa note en bas de page, que la pratique d'appeler le jour du Seigneur le Sabbat n'a commencé que mille années plus tard (Adamnan Life of Columba, Dublin, 1857, p. 230. C’était aussi commenté par W. T. Skene dans son ouvrage Adamnan's Life of St. Columba, 1874, p. 96). (Voir l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122).)

600 CE

Grégoire a commencé le programme pour la conversion paisible des Juifs. Il a alors introduit des livres d'images pour remplacer la Bible pour les illettrés. La Bible Gothique date à peu près de 351. La Bible a été dévaluée, étant finalement efficacement enlevée du grand public par Rome jusqu'après la dispersion du Saint Empire Romain en 1850.

603 CE

Les Lombards convertis au Christianisme Catholique Trinitaire ont pénétré les peuples Russes à la fin du dixième siècle, de la structure Orthodoxe grecque à Constantinople. Il se peut que ce fût entièrement une décision politique, étant donné le fait que les Khazars au Sud et à travers l'Ukraine en Europe étaient tous des Unitaires observant le Sabbat, tant Juifs que Chrétiens. Ainsi aussi étaient les Bulgares qui sont entrés en même temps que les Huns au dixième siècle. Ainsi aussi étaient les Pauliciens relogés à Thrace sous Constantin Capronymous au huitième siècle et plus tard par Jean Tsimiskes au dixième siècle (voir l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122)).

609 CE

Le Panthéon romain a été consacré comme l'église de S. Maria Rotunda.

610 CE

M[o]uhammad commence à prêcher en Arabie.

Voir l’étude Christ et le Coran (No. 163).

632 CE

L’Hégire. Le voyage du prophète de la Mecque à Médine.

741-775 CE

Constantin Capronymous, l'Empereur Unitaire de l'Est, invite les Pauliciens pour régner dans Thrace.

745 CE

Le concile de Liftinae en Belgique en 745 dans sa troisième allocution avertit contre l’observance du Sabbat et se réfère au Concile de Laodicée (ca. 366).

Le Sabbat en Asie

781 CE

L'expérience du Sabbat en Asie était d'une manière prédominante non-Trinitaire jusqu'à ce que les Jésuites aient commencé leur travail de missionnaire. Les Nestoriens, et les missionnaires africains (voir l’étude : La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No 122)) ont suivi la première église à Perse, en Inde et alors en Chine. L’observance du Sabbat Unitaire a posé une menace sérieuse au Bouddhisme et a été proscrite par le Bouddhisme. Les églises observant le Sabbat en Asie étaient aussi, en règle générale, des non-Trinitaires. Elles ont observé les lois de l’alimentation et aussi ont nié la confession et le purgatoire. Les divisions de ces églises ont suivi, en principe, des Conciles de Constantinople et de Chalcédoine.

Les Chinois avaient longtemps expérimenté le système Chrétien et, comme ailleurs, le Sabbat était un signe du littéralisme biblique. En 781, cela était déjà bien établi (voir l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No 122).).

En 781, le célèbre Monument de Chine a été inscrit dans le marbre pour raconter l’histoire de la croissance du Christianisme en Chine à ce moment-là. L'inscription de 763 mots a été déterrée près de la ville de Changan en 1625 et paraît-il se trouve maintenant dans la Forêt de Tablettes à Changan. L'extrait des tablettes dit :

Le septième jour, nous offrons des sacrifices, après avoir purifié nos cœurs, et reçu l’absolution pour nos péchés. Cette religion, si parfaite et si excellente, est difficile à nommer, mais elle éclaire l'obscurité par ses préceptes brillants (M. l'Abbe Hue Christianity in China, Vol. I, Ch. 2, pp. 48-49).

Les Jacobites ont été notés comme des observateurs du Sabbat en 1625, en Inde (Pilgrimmes, Pt. 2, p. 1269).

L'Église abyssinienne est restée observatrice du Sabbat, et en Éthiopie, les Jésuites ont essayé d'obtenir que les Abyssiniens acceptent le Catholicisme. Le légat abyssinien au tribunal de Lisbonne a nié qu'ils observaient le Sabbat, non en imitation des Juifs, mais plutôt dans l'obéissance à Christ et des Apôtres (Geddes Church History of Ethiopia, pp. 87-88). Les Jésuites ont influencé le Roi Zadenghel de proposer de se soumettre à la Papauté en 1604, et d’interdire l’adoration le jour du Sabbat sous peine sévère (Geddes, ibid., p. 311 et aussi Gibbons, Decline and Fall of the Roman Empire, Ch. 47).

Le Sabbat en Italie

791 CE

Paraît-il, Ambrose de Milan a observé le Sabbat à Milan et le dimanche à Rome, engendrant ainsi la maxime quand cela se fait à Rome, faites comme Rome (Heylyn, op. cit., 1612). Heylyn identifie l'Église à Milan du quatrième siècle, comme le centre de l’observance du Sabbat à l'Ouest (ibid., partie 2, para 5, pp. 73-74). Ce n’est donc pas surprenant que les Sabbatati avaient leur école là-bas, comme enregistré sous les Vallenses au temps où Pierre Valdo les a rejoints. Le Sabbat avait été observé en Italie pendant des siècles et le Concile de Friaul (c. 791) a parlé contre son observation par les paysans au canon 13. "Nous ordonnons à tous les Chrétiens d’observer le jour du Seigneur qui doit être gardé non dans l'honneur du Sabbat passé, mais à cause de cette nuit sainte du premier jour de la semaine appelé le jour du Seigneur. En parlant de ce Sabbat que les Juifs observent, le dernier jour de la semaine et que nos paysans observent ..." (Mansi, 13, 851).

800 CE

Les Huns apparaissent s’être déplacés dans les steppes, devenant des alliés des Khazars, et sont restés là-bas jusqu'à ce qu'ils aient occupé la Pannonie de nouveau après 800, avec maintenant officiellement le support juif, Khazar. La possibilité ne peut pas être rejetée que les Sabbatariens en Transylvanie sont entrés en fait comme la partie de la horde des Huns de Khazaria et Levedia et ont fait partie de l'église de l'Est établie dès le début par les apôtres à travers l'empire Parthe (cf. Grun, The Timetable of History, 3rd ed., Touchstone, 1991, p. 30) (cf. aussi l'avant-propos par Cox à R. Samuel Kohn, Les Sabbatariens en Transylvanie (No. A_B2), [1894], CCG Publishing, 1998).

800-900 CE

Les Pauliciens ont été battus sous Chrysocheir à Tephrike mais rétablis sous Smbat en Arménie à Thondrak et ont été ainsi nommés des Thondrakiens. Quelques-uns sont appelés Athingani en Phrygie et ont été référés comme Melchizedekites par Timotheus de Constantinople (Reception of Heretics) et aussi Selikiens.

Nicephorus (802-811) a employé les Pauliciens dans la protection de l'empire sur sa frontière de l'Est.

Les Empereurs Michael et Leo V ont persécuté impitoyablement les Pauliciens mais ils étaient trop guerriers et bien organisés pour être dragonnés dans l'orthodoxie. Théodora (842-857) les a exposés à une persécution encore plus violente.

Les Athingani étaient en relation avec l’Empereur Michael II (821-829).

970 CE

La deuxième relocalisation des Sabbatariens Pauliciens en Thrace arrive sous John Tsimiskes.

1012 CE

La persécution d'hérétiques commence en Allemagne.

1064 CE

Le Sabbat devient une dispute amère dans la division de 1064 entre les Églises de l'Ouest et de l'Est.

1095 CE

Les Chrétiens sont bannis de Jérusalem.

1096 CE

Première Croisade sous le Pape Urbain II.

1123 CE

Le Premier Concile de Latran à Rome interdit les prêtres de se marier. Les célibataires prennent en charge l'Église romaine, laquelle dégénère rapidement moralement.

1139 CE

Malachie O'Mongoir, archevêque du comté d'Armagh (démissionné en 1138) va vers le pape Innocent à Rome et adresse une pétition pour des palliums pour les évêchés du comté d'Armagh et de Cashel. Il fut nommé le légat pour l’Irlande. Il écrit la Liste des Papes jusqu'au temps de la fin de l'Église romaine. Il retourne via Clairvaux sous Bernard. Là, il obtient cinq moines sous Christian, un Irlandais, et retourne en Irlande et fonde l'Abbaye de Mellifont en 1142.

1147 CE

Deuxième Croisade.

1159 CE

Le Pape britannique de naissance Adrien IV (Nicholas Brekespear), lors de sa visite à Beneventum, est persuadé par Jean de Salisbury de remettre l’Irlande à l'Angleterre sous Henry II. Le vrai but est d'éliminer les Quartodécimans fonctionnant toujours en Irlande depuis Cashel. Seulement les prêtres du comté d'Armagh sont endossés par Rome. L'Irlande est exposée à une barbarie incroyable à partir de ce moment là. Les papes, pendant quatre siècles, ont réclamé la souveraineté de l’Irlande basée sur la Donation d'Adrien. La base de la remise de ce qui était Hibernia à l’Angleterre a été faite à la réclamation de l'établissement de Constantin de l'Église Catholique Romaine :

"À ma sollicitation, il a donné et a accordé Hibernia à Henry II, l’illustre roi d'Angleterre, d’avoir par droit héréditaire, comme sa lettre [qui est encore existante] à ce jour le témoigne. Car toutes les îles du droit ancien, selon la Donation de Constantin, sont dites d’appartenir à l'Église romaine, qu’il a fondée.

1160 CE

Pierre Valdo devient la tête des Vaudois à Lyon. Les historiens Trinitaires réclament par erreur les commencements des Vaudois avec Pierre Valdo dans un effort de minimiser leurs convictions et leurs enseignements, cependant, il suivait juste une longue histoire de Chrétiens Unitaires Subordinationistes datant de leur conversion par Polycarpe et ses évêques de Smyrne depuis 120 CE. La pratique d’identifier les dirigeants de l'église au fil du temps comme des fondateurs d'églises séparées sont une tactique commune des Trinitaires pour viser à obscurcir sa continuité.

1179 CE

Les Barbes Vaudois sont interrogés par les moines anglais avant le Troisième Concile de Latran et sont condamnés au Concile. Le système original Sabbatarien des Vaudois a été condamné comme hérésie.

Troisième Concile de Latran. Les Vaudois sont condamnés et l'Inquisition s’établit suite aux conciles suivants. Les Croisades Albigeoises sont commencées. Les Sabbatariens sont livrés pour être brûlés en grands nombres à partir de ce moment-là. Les Protestants Trinitaires ont aussi été impliqués dans la persécution de l'église à partir de la Réforme.

1180 CE

Les Vaudois (les Antitrinitaires directement jusqu'à la Réforme) ont été condamnés avec et sous la description générale Arianisme en 1180 dans le traité par Bernard de Fontcaude (Adversus Vallenses et Arianos). Voir l’étude Le Rôle du Quatrième Commandement dans l’Histoire des Églises de Dieu Historiques Observant le Sabbat (No. 170).

 

1184 CE

Une sentence d'excommunication par le Concile de Vérone a chassé les partisans restants de Valdo de Lyon et les a conduits à Provence, à Dauphine, et dans les vallées de Piémont, à Lombardie, et certains même en Allemagne. Ils étaient devenus si nombreux qu'Innocent II a envoyé ses meilleurs légats pour les éliminer dans les années 1198, 1201, et 1203.

1189 CE

Troisième Croisade.

1190 CE

Le Concile de Gênes ordonne que les Vaudois soient livrés dans des chaînes pour être brûlés. Bernard de Fontcaude écrit Liber Contra Vallenses.

1190-2 CE

Les Sabbatariens sont persécutés en Angleterre et les Publiani ou Pauliani ont été brûlés à Oxford.

1192 CE

L'évêque Otto de Toul a commandé que tous les Vaudois soient livrés dans des chaînes au tribunal Épiscopal.

1202 CE

Quatrième Croisade.

1206 CE

Genghis Khan gouverne les Mongols.

1208 CE

La croisade Albigeoise commence, durant jusqu'en 1244 et est le sujet de la suppression la plus impitoyable. 20.000 Albigeois massacrés comme hérétiques sur ordre papal.

1210 CE

L'empereur Otho a commandé à l'archevêque de Turin de conduire les Vaudois hors de son diocèse, et en 1220 les Statuts de Pignerol ont défendu aux habitants de les cacher. Quelques-uns ont fui en Picardie, et Philip Auguste les a poussés jusqu’aux Flandres. Quelques-uns sont venus à Mayence et Bingen, où 50 ont été brûlés en 1232 (Adeney, ibid.). (Voir l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No 122).

1212 CE

La Croisade des Enfants : peu des 50.000 enfants français et allemands reviennent. La plupart sont morts ou sont devenus des esclaves en Afrique du Nord.

1221 CE

Cinquième Croisade.

1228 CE

Sixième Croisade.

1229 CE

Inquisition à Toulouse, France défend aux laïques de lire la Bible.

Le Concile de Toulouse a publié des canons contre les Sabbatati

Canon 3 - Les seigneurs des différents quartiers feront fouiller diligemment les villas, les maisons et les bois, et feront détruire les cachettes des hérétiques.

Canon 14 - Les membres laïcs ne sont pas permis de posséder des livres de l’Ancien ou du Nouveau Testament (Hefele 5, 931.962).

1231 CE

Les Inquisitions Commencent

Le pape Grégoire IX conçoit l'Inquisition dans une tentative de traiter avec ceux étiquetés hérétiques.

Nous savons de la preuve des Inquisitions que les doctrines de l'Église étaient aux diverses étapes de sa distribution.

Les Croisades Albigeoises

Les Croisades Albigeoises du treizième siècle consistent en des groupes qui étaient sans doute des observateurs du Sabbat. Voir l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No 122). Le désir de l'Église Catholique Romaine de déguiser ce fait a mené à quelques réclamations extraordinaires en ce qui concerne la dérivation linguistique du nom Sabbatati. Cependant, nous savons aussi qu'ils étaient Unitaires.

La croisade Albigeoise entière a été nivelée contre les deux éléments par Rome au treizième siècle. Les Albigeois ont eu la protection dans le Sud de la France sous le Compte de Raymond de Toulouse. Les Vallenses ou Sabbatati étaient les plus grands et les plus répandus, et s’étendaient jusqu’en Espagne. Nous pouvons reconstruire les doctrines des Vallenses de la branche Espagnole des Sabbatati à cause de la persécution intense qu'ils ont soufferte.

1237 CE

Le pape Grégoire IX envoie un taureau à l'archevêque de Tarragona, qui a pour résultat que quinze Vaudois, prétendus hérétiques par l'Église romaine, ont été brûlés, le Roi Ferdinand lançant lui-même du bois sur le feu. Au fil du temps, ces Vaudois espagnols sont exterminés.

1249 CE

Septième Croisade menée par le Roi Louis IX de France.

1270 CE

Huitième Croisade.

1310 CE

Les Sabbatariens de Bohême sont nombrés à un quart de la population de Bohême qui ont aussi abondé en Autriche, en Lombardie, en Bohême, en Allemagne du Nord, en Thuringe, à Brabdenburg et en Moravie.

1315 CE

Les Unitaires d'Autriche sont martyrisés et l'Inquisiteur de Krems dénonce 36 régions, brûlant 130 martyrs. L'évêque de Neumeister a été brûlé comme un des hérétiques à Vienne. Il est dit d’avoir déclaré qu’il y avait quelques 80.000 Vaudois dans le duché d'Autriche

1348 CE

Les Flagellants (les fanatiques religieux qui se battent avec des fouets etc.) blâment les Juifs (pour le fléau de Peste Noire) et brûlent les Juifs dans toutes les nombreuses villes en Europe. Les Sabbatariens sont condamnés comme Juifs à partir de ce temps en Europe par toutes les factions Trinitaires.

1349 CE

La persécution de Juifs s’interrompt en Allemagne.

1351 CE

1347-1351 CE 75 millions d'Européens sont morts de la Peste Noire (le fléau Bubonique ?)

1415 CE

Le réformateur bohémien Jan Hus est brûlé au bûcher pour hérésie.

Les Persécutions Orthodoxes des Sabbatariens et des Autres

1441-1905 CE

L'Église Orthodoxe en Russie et ses secteurs adjacents ont impitoyablement persécuté les dissidents religieux et ont tenté d'exterminer tout les Sabbatariens dans leur sphère d'influence. (voir le lien ci-dessus pour un regard instructif sur l'histoire des Monastères comme Prisons, des Détenus Incarcérés là, des Contestataires Religieux et Sectaires, des Activistes Politiques et des Criminels, de l'Intolérance de la Russie Impériale, et de la Lutte pour la Suprématie Orthodoxe) livre de Daniel H. Shubin.

La période couverte commence en 1441 avec l’arrivée d'Isidore, le métropolitain de Moscou, au Monastère Chudov (Miracles) de Moscou pour l'incarcération. Les Monastères russes ont été utilisés par l'Église russe Orthodoxe pour l'incarcération de contestataires religieux et sectaires, d’activistes politiques et de criminels.

À partir de ce temps jusqu'au décret de tolérance religieuse du Tsar Nicholas II en 1905 CE, quand les derniers détenus ont été relâchés du Monastère de Spasso-Evfimiev de Suzdal, beaucoup de Chrétiens observant le Sabbat ont vu les derniers jours de leur vie dans les cachots de ces prisons de monastère. Beaucoup de femmes Chrétiennes observant le Sabbat ont aussi été emprisonnées dans des couvents Orthodoxes.

Le Sabbat en Europe du Nord

1436 CE

Le Sabbatarisme avait été persécuté en Norvège, depuis au moins le Concile de l'Église à Bergen, le 22 août 1435 et la conférence à Oslo en 1436. Les gens dans les différents endroits du royaume avaient commencé à garder le jour du Sabbat saint et l'archevêque l’a défendu parce que :

Il est défendu strictement - cela est déclaré - dans l'Église-Loi, à quiconque d’observer ou d’adopter des jours saints, en dehors de ceux que le pape, l'archevêque, ou les évêques nomment (R. Keyser, The History of the Norwegian Church under Catholicism, Vol II, Oslo, 1858, p. 488).

Encore une fois, nous voyons le jour du repos commandé par Dieu supplanté par le jour du repos commandé par l'homme.

Aussi, au Concile Provincial Catholique de Bergen en 1435, il a été dit :

Nous sommes informés que quelques gens dans les différents quartiers du royaume ont adopté et observé l’observance du samedi.

C’est défendu sévèrement - dans le saint canon de l'église- [pour] tous sans exception d’observer des jours à l'exception de ceux que le saint Pape, l'archevêque, ou les évêques ont commandé. L’observance du samedi doit en aucun cas être permise plus que ce que le canon de l'église ordonne. Donc, nous conseillons à tous les amis de Dieu à travers toute la Norvège qui veulent être obéissants à la sainte église de laisser cette mauvaise observance du samedi tranquille ; et le reste. nous interdisons sous peine de punition sévère de l'église de garder le samedi saint (Dip. Norveg, 7, 397).

La Conférence de l'Église à Oslo en 1436 a affirmé :

Il est défendu sous la même peine de garder le samedi saint en s’abstenant de travailler (History of the Norwegian Church etc., p. 401).

1458 CE

Frederic Reiser, après 25 années parmi les Vaudois de Bohême et d'Autriche, a été brûlé à Strassburg.

Il y a ainsi au moins quatre groupes répandus sur environ huit pays, certains desquels ont été intégrés aux protestants. Il y avait des Subordinationistes, ou Unitaires, en Autriche au treizième siècle et (voir 1315 CE ci-dessus) l'Inquisiteur de Krems a dénoncé 36 régions en 1315, brûlant 130 martyrs.

L'Inquisition Espagnole

1478 CE

Le pape Sixtus IV commence l'Inquisition Espagnole et il continue jusqu'à l’élimination par le décret en 1834 CE.

1488 CE

Les Chrétiens Vaudois habitant les Alpes cottiennes et dauphinoises sont abattus. Plus de 3.000 Vaudois ont entièrement péri, y compris la population entière de Val Loyse, après avoir pris refuge de l'armée en marche dans une caverne. Les hommes du Seigneur de La Palu ont mis le feu aux énormes tas de bois suffoquant les habitants de la vallée dans la caverne. On y a retrouvé 400 bébés, suffoqués dans leurs berceaux, ou dans les bras de leurs mères mortes.

1503 CE

Le Sabbat à Moscou

Concile, Moscou, 1503 : "Les accusés (les observateurs de Sabbat) ont été appelés ; ils ont reconnu ouvertement la nouvelle (sic) foi, et ont défendu la même. Les plus éminents parmi eux..., ont été condamnés à mort, et brûlés publiquement dans les cages, à Moscou, 17 décembre 1503-" H. Sternberfi, Geschichte der Juden.

1507 CE

L'Église commence à vendre des indulgences pour payer La Basilique St. Pierre, Rome.

1517 CE

Martin Luther commence paraît-il la "Réforme" en Europe.

1519 CE

L’Édit de la Foi est distribué à Valence par Andres de Palacio, Inquisiteur de Valence, et a été publié par Roth. Il peut être vu de cet Édit qu’il y avait une série générale de faits et de superstitions désignés qui identifiaient trois groupes de personnes. Le premier était les Chrétiens qui tenaient aux dites tendances judaïsantes. Le deuxième groupe était les Juifs eux-mêmes et le troisième groupe était les Musulmans. Il est évident à partir de l’Édit que les doctrines avaient pénétré l'Église Catholique Romaine elle-même, puisque les paroles prononcées au cours de l'Eucharistie étaient spécifiquement identifiées comme un indicateur de la prétendue hérésie dans l’Édit. Aussi, la Croix, ou le Signe de Croix, n'a pas été utilisé par les Sabbatati. D'un examen de l’Édit, il semble que le groupe ait rejeté [la doctrine de] l’Âme et les doctrines du Ciel et de l'Enfer. Ils observaient le Sabbat du coucher du soleil le vendredi jusqu’au coucher du soleil le samedi ne faisant aucun travail le jour du Sabbat. Ils célébraient la fête des Pains Sans Levain et la Pâque avec les herbes amères. Ils jeûnaient le jour des Expiations (Roth, pp. 77 et suiv.).

Le point de vue général et le respect des Juifs étaient inclus dans la liste comme indiqué dans l’Édit de sorte que les systèmes ont été mélangés, rendant difficile d’identifier exactement les distinctions entre eux. Ils observaient les lois de l’alimentation et aussi enterraient leurs morts selon la coutume juive. Une grande partie de l’Édit comprend des superstitions attribuées à des sectes (par ex. p. 78). Ils niaient la Mariolâtrie et cela a été regroupé avec le déni judaïque du Messie.

La doctrine de la Transsubstantiation était rejetée, comme l’était la forme Catholique de la doctrine de l'Omniprésence, qui était l'Animisme platonicien (p. 78). Les prêtres semblaient être impliqués et ont été identifiés à partir de la consécration. Les Chrétiens semblaient se vêtir comme les Juifs en respectant les lois régissant les tissus (p. 79). Ils se rencontraient dans des églises de maison et lisaient des Bibles autres que dans la langue vernaculaire. La propriété des hérétiques était confisquée et cela a sans doute aidé le zèle des Inquisiteurs.

Les Marranos ou Nouveaux Chrétiens ne pouvaient être acceptés en tant que témoins dans une procédure. La retenue des noms des témoins a été introduite au treizième siècle sous prétexte de protéger les faibles contre les puissants accusés mais cela est devenu la norme et nul ne pouvait trouver les noms de leurs accusateurs. (Roth souligne à juste titre que, même jusqu’en 1836 en Angleterre les criminels accusés n’auraient pas pu voir un avocat ou voir les copies des dépositions faites contre eux). Les temps eux-mêmes étaient barbares et l'Inquisition était le pire de la barbarie.

Les Sabbatati de l’Europe de l’Est

Nous connaissons précisément les doctrines des églises hongroises et transylvaniennes du quinzième au dix-neuvième siècle. La preuve documentaire a été préservée par Dr Samuel Kohn, le Grand Rabbin de Budapest, en Hongrie dans DIE SABBATHARIER IN SIEBENBURGEN Ihre Geschicte, Literatur, und Dogmatik, Budapest, Verlag von Singer & Wolfer, 1894, Leipzig, Verlag von Franz Wagner. Ces points sont énumérés dans l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No 122) aux pp. 22ff.). La structure entière est énumérée dans le livre traduit de l'Allemand : Les Sabbatariens en Transylvanie, par Samuel Kohn, éd. W. Cox, CCG Publishing, USA 1998. (voir Les Sabbatariens en Transylvanie (No A_B2).

Nous savons avec certitude que cette branche des Vallenses ou Sabbatati était Unitaire, car Frances David ou Davidis est mort en prison en 1579. Kohn dit qu'ils ont rétabli le Christianisme original et vrai (Kohn, p. 8). L’église Unitaire s’est divisée entre les adorateurs du dimanche et les adorateurs du Sabbat en 1579. La branche du Sabbat, sous Eossi, a été la plus fidèle à la vérité.

Ils pratiquaient le baptême adulte. Ils observaient les Sabbats et les Jours Saints, y compris la Pâque, les Pains Sans Levain, la Pentecôte, les Expiations, la fête des Tentes et le Dernier Grand Jour et, plus important encore, les Nouvelles Lunes. La Fête des Trompettes n’est pas énumérée séparément dans le livre des cantiques et semble avoir été célébrée avec les hymnes de la Nouvelle Lune.

Leurs doctrines englobaient le Millenium physique de 1.000 ans au commencement duquel Christ reviendra et réunira Juda et Israël.

Ils utilisaient le calendrier de Dieu, basé sur les Nouvelles Lunes.

Ils enseignaient deux résurrections, une à la vie éternelle, au retour de Christ, et une autre au jugement, à la fin du Millenium.

Ils enseignaient le salut par la grâce, mais que les lois avaient toujours besoin d’être observées.

Ils soutenaient que Dieu appelle des gens et que le monde est en général aveuglé.

Leur doctrine de Christ était absolument Unitaire subordinationiste.

(Voir l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No 122)), p. 22 et suiv.).

On peut ainsi voir que la première Église du Sabbat était Unitaire et observait les lois de l'Ancien Testament. Le Sabbat était simplement une facette de leur système de croyance, qui indiquait l'adoration du Seul Vrai Dieu. Ils ont été persécutés en Europe de l'Est pour leur Unitarisme plus que pour leur observance du Sabbat (Francis Davidis a choisi de rester en prison, où il est mort, au lieu de compromettre sa foi Unitaire, bien que Socinus, lui-même un Unitaire, a essayé de le persuader de modifier son Unitarisme rigide pour sauver sa vie). Le statut d'église leur a été refusé, alors qu'il avait été accordé même aux Juifs. L'accès aux presses d'impression leur était refusé. Ils ont donc dû rédiger leurs sermons à la main, dans le style lettres à la chaîne. L'Inquisition a été impitoyable dans sa suppression de ce système. À l'Ouest, l'observance du Sabbat était en elle-même suffisante pour les faire exécuter.

1544 CE

La Conférence de l'Église à Oslo réédite l'avertissement de 1436.

Il est défendu sous la même peine de garder le samedi saint en s’abstenant de travailler (History of Nowegian Church etc., p. 401).

Certains d’entre vous, contrairement à l'avertissement, observent le samedi. Vous devez être sévèrement punis. Quiconque sera trouvé en train d’observer le samedi, doit payer une amende de dix marks (History of King Christian the Third, Niels Krag et S Stephanius).

Ainsi, c'est évident que l’observance du Sabbat était établie en Norvège au cours d’une période d'au moins cent années.

Le Sabbatarisme et au moins la compréhension du Sabbat du septième jour étaient aussi encore existants en Norvège depuis la réforme, selon les commentaires faits dans les notations ou les traductions : par exemple voir Documents and Studies Concerning the History of the Lutheran Catechism in the Nordish Churches, Christiania, 1893 ; et aussi Theological Periodicals for the Evangelical Lutheran Church in Norway, Vol. 1, Oslo, p. 184. L’observance du Sabbat s’est étendue aussi en Suède et a été continuellement opprimée.

Ce zèle pour l’observance du samedi a continué pendant un temps assez long : même les petites choses qui pourraient fortifier la pratique de l’observance du samedi étaient punies (Évêque Anjou, Svenska Kirkans Historis, (après) Motet i Upsala).

La pratique s'est étendue en Finlande et le Roi Gustavus Vasa I de Suède a écrit aux gens de Finlande.

Il y a quelque temps, nous avons entendu que quelques personnes en Finlande étaient tombées dans une grande erreur et observaient le septième jour, appelé samedi (la Bibliothèque de l'État à Helsingfors, Reichsregister, Vom. J., 1554, le B.B de Teil. feuille 1120, pp. 175-180a).

Les Églises observant le Sabbat, cependant, sont encore restées existantes en Suède jusqu' aux temps actuels.

Nous essayerons maintenant de montrer que la sanctification du Sabbat a sa fondation et son origine dans une loi que Dieu lui-même, à la création, a établie pour le monde entier, et comme une conséquence de cela, lie tous les hommes dans tous les âges (Evangelisten (L'Evangéliste), Stockholm, du 30 mai au 15 août, 1863 : l'organe de l'Église Baptiste Suédoise).

1555 CE

Beaucoup de Protestants (et d’observateurs du Sabbat) sont brûlés en Angleterre.

1562 CE

Lelius Socinius a vécu principalement à Zurich, mais était le pilier du parti qui se réunissait à Cracovie. Il est mort en 1562 et les Antitrinitaires ont subi des perturbations à partir de ce point. En 1570, les Sociniens se sont séparés et, sous l’influence de Jean Sigismund, ils se sont établis à Racow.

1566 CE

Francis Davidis, fonde paraît-il l'Église Unitaire en Transylvanie. Cependant le système Vaudois a été opprimé à l'Est des siècles auparavant.

1572 CE

Le Massacre de la Saint-Barthélemy : beaucoup d'Huguenots sont tués en France.

1574 CE

Le catéchisme des Unitaires est distribué en Pologne.

1579 CE

En 1579, Faustus est venu en Pologne avec les écrits de son oncle. Il a trouvé la secte divisée et son admission lui a été refusée au début parce qu'il ne se soumettait pas à un deuxième baptême. Son premier baptême doit avoir été donc en tant qu’un adulte. En 1574, les Sociniens avaient distribué le Catéchisme des Unitaires. La nature et les perfections de la Divinité ont été décrites mais le document était silencieux sur les attributs divins, qui étaient considérés comme mystérieux (par les Catholiques). Christ était considéré comme étant l'homme promis et le médiateur de la création. C'est à ce moment-là que nous voyons l'établissement de ce qui est en fait l’Unitarisme radical ou le démenti de la préexistence de Christ.

Faustus Socinius a uni les factions sous lui à partir de 1579. Il avait été invité à Siebenburg (ou Siebenburgen) pour contrer la position Antitrinitaire de Francis David (ou Davidis) (1510-1579). David est mort au Château de Deva où il avait été emprisonné à cause de ses vues sur la nature de Christ. L'Église à Siebenburg, après la mort de Francis David, a été dirigée par Andreas Eossi et celle-ci était l'Église en Europe de l'Est dont les membres étaient les descendants des Vaudois. Nous savons hors de tout doute qu'ils étaient Unitaires (souvent appelés Ariens par les Catholiques). Ils observaient le Sabbat, les Jours Saints et les Nouvelles Lunes et ils étaient la vraie Église de Dieu en Europe, étant ce que nous appellerions l'ère de Thyatire (Voir les études La Distribution Générale des Églises Observant le Sabbat (No 122) et Le Rôle du Quatrième Commandement dans les Églises de Dieu Historiques Observant le Sabbat (No 170)).

David avait refusé d'accepter le principe particulièrement Socinien que Christ, bien que non Dieu, devait être adoré. L'Église de Dieu en Europe n'avait jamais accepté que Christ soit l'objet de prière ou d'adoration. Le rejet de l'adoration de Christ était la vue cohérente de l'Église de Dieu au cours des siècles, y compris les Vaudois dont l'église à Siebenburg faisait partie. David a été emprisonné à cause de cette vue et il est mort en prison. Hugh Pope note aussi que Budnaeus a été dégradé pour avoir tenu la même vue que David et a été excommunié en 1584. Ces deux étaient ainsi convertis à la foi de la soi-disant Orthodoxie.

Les Sociniens, en ce temps là, ont éliminé le vieux catéchisme et en ont publié un nouveau ayant pour titre Catéchisme de Racow qui, bien que rédigé par Faustus Socinius, n'a été publié qu’en 1605, l'année après sa mort. Il a été d’abord publié en polonais et ensuite en latin en 1609.

Les Sociniens ont prospéré. Ils ont établi des universités, tenu des synodes, et ont possédé des presses à imprimer à partir desquelles ils ont produit de grandes quantités de littérature. Cette littérature a été rassemblée par Sandius sous le titre Bibliotheca Antitrinitarianorum. Les ouvrages de Faustus sont rassemblés dans l’ouvrage Bibliotheca Fratrum Polonorum.

L'Église de Dieu à Siebenburg, part ailleurs, s’est vu refuser le statut d'église ainsi qu’une presse à imprimer. Eossi a écrit son œuvre à la main et elle a été copiée par des assistants.

1579 CE

L'église Unitaire se fractionne en deux parties après la mort de Davidis, les observateurs du dimanche d’un côté, et les observateurs du Sabbat de l’autre. Andreas Eossi a accepté la foi Unitaire en 1567. Non convaincu que les Unitaires enseignaient toutes les vérités bibliques, il se mit à étudier la Bible à fond. Il a enjoint les doctrines suivantes à ses partisans :

1. La Pâque, les Jours des Pains Sans Levain, la Pentecôte, [les Trompettes omises par erreur ?] Le Jour des Expiations, la Fête des Tentes, le Dernier Grand Jour.

Note : La Fête de Trompettes n'a pas été énumérée dans le Vieux Recueil de Cantiques du Sabbat sous sa propre fête. Aux pages 62-67 du livre de Kohn (publié en 1894), il est dit du livre de cantiques que : Le livre de cantiques a été écrit en Hongrois par [Andreas] Eossi, Enok Alvinczi, Johannes Bokenyi. Thomas Pankotai & Simon Pechi. ... Il consistait en 102 Hymnes : 44 pour le Sabbat, 5 pour la Nouvelle Lune, 11 pour la Pâque et les Pains Sans Levain, 6 pour la Fête des Semaines, 6 pour les Tentes, 3 pour le Nouvel An, 1 pour les Expiations, 26 pour les buts de tous les jours. Voir les études Les Sabbatariens en Transylvanie (No A_B2) et Les Nouvelles Lunes d'Israël (No 132)

2. Les Dix Commandements.

3. Les Lois de Santé (ne pas manger de sang, de cochon, d’animaux étranglés).

4. Le Millénaire dure 1000 années, et au début duquel Christ reviendra et rassemblera Juda et Israël.

5.  L'usage du calendrier sacré de Dieu.

6. Deux résurrections différentes : l'une à la vie éternelle au retour de Christ ; l'autre au jugement à la fin des 1000 ans.

7.  Le Salut par la grâce, mais les lois doivent encore être observées.

8. C'est Dieu qui appelle les gens à Sa vérité. Le monde est aveuglé en règle générale.

9. Christ était le plus grand des prophètes, le plus saint de tous les gens, le "Seigneur crucifié", "la Tête et le Roi Suprême des vrais croyants, le bien-aimé et le saint Fils de Dieu".

La Croissance de l'Unitarisme

1600 CE

Avec la Réforme, l'Unitarisme a commencé à croître et il n'a pas été limité entièrement à ceux qui observaient le Sabbat. Autrement dit, les Unitaires n'étaient pas tous des vrais membres des Églises de Dieu, de même que ceux qui observaient le Sabbat n’étaient pas tous des vrais membres.

Le terme Unitarisme est un mot français qui provient du latin unitarius. Il a été d'abord utilisé pour désigner une religion légalisée en 1600 (Encyclopedia of Religion and Ethics (ERE), art. ‘Unitarianism’, Vol. 12, p. 519). Il est spécifiquement fondé sur la conception de la personnalité unique de la Déité, en contraste à la doctrine orthodoxe de Sa nature triune.

1604 CE

En Éthiopie, 1604 AD, les Jésuites ont influencé le Roi Zadenghel en lui proposant de se soumettre à la Papauté "Interdisant à tous ses sujets, sous peines sévères, d’observer le samedi plus longtemps." - Geddes’ Church History of Eithiopia, p. 311 et aussi dans Gibbon's Decline and Fall of the Roman Empire, chapitre 47.

1608 CE

Les Pères Pèlerins, qui étaient des Sabbatariens Unitaires du mouvement des Brownistes, fuient la persécution en Angleterre vers Amsterdam en Hollande, plus tard à Leyde et y sont restés pour presque 12 années (voir La Connexion Hollandaise des Pères Pèlerins (No 268)).

1620 CE

Le Mayflower débarque à Plymouth Rock, en Nouvelle-Angleterre. Les Pères Pèlerins vont à terre. Ils sont persécutés par les arrivées ultérieures des Trinitaires en Amérique. Durant vingt ans, ils ont dû fuir et former une nouvelle colonie à Rhode Island. Ils ont été persécutés par la suite impitoyablement aux États-Unis sous les Blue Laws.

1618 CE

La Guerre de 30 Ans commence avec la Défenestration de Prague

Le Sabbat en Angleterre

1618 CE

En 1618, une violente controverse éclata parmi les théologiens anglais, quant à savoir si le Sabbat du quatrième commandement était en vigueur et, deuxièmement, sur quel motif le premier jour de la semaine était autorisé à être observé, comme le Sabbat (Haydn’s Dictionary of Dates, art. ‘Sabbatarians’, p. 602). Madame Traske, une enseignante, a été emprisonnée en 1618 pendant quinze ou seize ans, à Maiden Lane, une prison pour ceux en désaccord avec l'Église d'Angleterre. Elle avait refusé d'enseigner le jour du Sabbat et aurait enseigné seulement cinq jours par semaine

1628 CE

Malgré les tentatives anglaises de l’arrêter, le Cardinal Richelieu, le ministre principal de Louis XIII, prit la forteresse française-protestante La Rochelle et détruisit la force des Huguenots.

1633 CE

L'église Catholique force Galileo à dire que le soleil tourne autour de la terre (World History Encyclopedia Millennium Edition, p. 235).

1638 CE

En 1638, les Catholiques ont insisté pour que les Sociniens soient bannis.

1642 CE

La Guerre Civile commença entre le Roi et le Parlement. À partir de ce moment-là, les divisions religieuses virent l'apparition de la théologie Unitaire dans les gens tels que Milton, Isaac Newton et les autres. Cromwell est devenu le symbole de ceux qui s’opposaient à la domination et à la persécution des Catholiques. En 1645, il a été déclaré que c’était une infraction capitale d’être Sabbatarien ou Unitaire.

1647 CE

Charles I questionna les Commissaires Parlementaires et affirma que l’adoration du dimanche procède directement de l'autorité de l'Église.

Car il ne sera pas trouvé dans les Écritures que le samedi ne doit plus être observé, ou est devenu le dimanche, c’est pourquoi cela doit être l'autorité de l'Église qui a changé l'un et a institué l'autre (R. Cox, Sabbath Laws, p. 333).

La supposition ici est que rejeter la papauté implique nécessairement les changements qui reposent entièrement sur les Conciles de l'Église pour l'autorité, tels que l’adoration du dimanche. La logique place le Protestantisme sur une fondation dangereuse. Milton a identifié cette logique et dit :

"Il sera certainement beaucoup plus sûr d’observer le septième [jour], selon le commandement express de Dieu, que sur l'autorité d’une simple conjecture humaine d’adopter le premier [jour]" (Sab. Lit. 2, 46-54).

1648 CE

Le traité de Westphalie apporte une fin à la Guerre de 30 Ans.

1661 CE

Les Unitaires observant le Sabbat sont devenus plus notoires en Angleterre au dix-septième siècle.

Le Sabbat en Amérique

1664 CE

L’observance du Sabbat a encouru une migration presque forcée en Amérique. Selon Jas. Bailey, Stephen Mumford, le premier observateur du Sabbat en Amérique est venu de Londres en 1664 (J. Bailey, History of the Seventh Day Baptist General Conference, pp. 237-238). Nous savons que c’est faux puisque les Pères Pèlerins étaient des observateurs du Sabbat et ainsi, les fondateurs des colonies Américaines étaient des Sabbatariens Brownistes. En 1671, les Baptistes du Septième Jour s’étaient détachés de l'Église Baptiste afin d’observer le Sabbat (voir Bailey, History, pp. 9-10). Cependant, les Pères Pèlerins venaient d'une tradition observant le Sabbat (cf. l’étude La Connexion Hollandaise des Pères Pèlerins (No 264)). Voir aussi l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No 122).

1671 CE

Stephen Mumford (ou Momford) organise les Baptistes du Septième-Jour à Rhode Island.

1686 CE

En 1686, l'année après le Décret de Nantes, Louis XIV a envoyé une lettre à son cousin, Victor Amadeus II duc de Savoie, demandant qu'il persécute les Vaudois, vu qu’il persécutait les Huguenots, et qu’ils prenaient refuge parmi les Vaudois. Quand la persécution a commencé, les Protestants suisses à Bâle sont intervenus, offrant l'exil aux Vaudois en Suisse. Les émissaires suisses ont réussi, avec grande difficulté, à persuader les Vaudois d’accepter cet exil. Le 9 avril 1686, le duc signa un décret, permettant l'exil. Cependant, en dépit de ceci, quelques-uns qui avaient accepté l'exil ont été saisis et ont été emprisonnés. Les Vaudois ont résisté après cette infraction des termes. La guerre a commencé et, avant la fin de l'année, 9.000 ont été tués et 12.000 ont été faits prisonniers, beaucoup d'entre eux sont morts dans les cachots de Piémont. Il y en avait quelques 200 qui ont fui dans les montagnes et ils ont dirigé une telle guerre persistante de guérilla, qu'ils ont finalement obtenu un relâchement de tous les prisonniers qui ont survécu et leur sauf-conduit en Suisse. 3000 survivants ont été relâchés en 1687. Ils se mirent en route à travers les Alpes pour Genève (un voyage de douze jours en moyenne), et beaucoup périrent dans la neige. Ceci a été fait malgré la protestation suisse, et les enfants en-dessous de douze ans ont été retenus pour être instruits comme Catholiques Romains. Ils ont aussi été dispersés aussi loin que Brabdenburg, en Prusse, à Wurtemberg et au Palatinat, afin d’empêcher leurs tentatives de retourner.

1716 CE

L’Empereur chinois interdit l’enseignement du Christianisme.

1738 CE

Les observateurs du Sabbat sont conduits par Count Zinzendorf en Moravie. Ils se sont déplacés aux États-Unis en 1741.

1789 CE

La suppression du Sabbatarisme continue dans le secteur de la Roumanie, de la Tchécoslovaquie et des Balkans, et le Décret de Tolérance par Joseph II ne s'est pas appliqué aux Sabbatariens parmi lesquels certains ont perdu toutes leurs possessions.

1808 CE

Napoléon abolit l'Inquisition en Italie et en Espagne.

Roth enregistre l'ouverture du Bureau à Lisbonne avant qu'il n’ait été transformé en Théâtre d'Opéra. Les récits des témoins oculaires (imprimés dans le Registre Annuel de 1821), démontrent, sans aucun doute, qu’il y avait des restes humains trouvés dans les donjons, qui ont été en usage (d'après une inscription sur un mur du donjon) aussi tard qu’en 1809. Ceux-ci incluaient des moines dont les vêtements ont été retrouvés parmi les humains et les autres restes étendus dans les niveaux des donjons et parmi les preuves de meurtres, à la fois anciens et récents, exécutés là (Roth, pp. 84-85).

Les intervalles de trois à quatre ans entre l'arrestation et la condamnation étaient monnaie courante, et dans un cas enregistré, quatorze ans se sont écoulés. Les femmes enceintes étaient traînées sur le bûcher et l'abus de prisonniers, ou peut-être une interaction avec eux, a poussé le cardinal Ximenès en 1512 à menacer de mort un fonctionnaire trouvé entretenant des intrigues avec leurs prisonniers. La dépense d’emprisonnement était prise en charge par l'accusé, peu importe la durée. Un exemple des dépenses encourues dans l'incarcération de quatre ans d'une religieuse en Sicile, acquittée et libérée en 1703, étaient toujours payées par ses héritiers aussi tard qu’en 1872 (Roth, p. 87). Normalement, les actifs étaient confisqués au moment de l'arrestation.

Dernière Inquisition dans les États Papaux

Voir le lien : Les Inquisitions des États Papaux (disponible en anglais seulement)

1823-1846 CE

La Dernière Inquisition a eu lieu dans les années 1823-1846. Elle n'était pas à la même échelle que les Inquisitions précédentes simplement parce que celle-ci a été limitée aux États Papaux et la population elle-même a limité le carnage. Cependant, la brutalité de celle-ci et la crainte qu'elle a engendrée dans la population devait amener le Saint Empire Romain à une fin.

Les Inquisitions européennes débutèrent dans le sud de la France au XIIIe siècle et se sont terminées dans les États pontificaux en 1846. Entre 1823 et 1846, 200 000 personnes dans les États pontificaux seuls ont été condamnées à mort, à l’emprisonnement à vie, à l'exil ou aux galères, avec un autre 1,5 millions de personnes placées sous surveillance (voir Malachie Martin, The Decline and Fall of the Roman Church, p. 254, et l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122), p. 29 pour les citations). Roth cite le désespoir des personnes dès le début du XIIIe siècle dans le sud de la France.

1850 CE

1260 années ou un temps, des temps et la moitié d’un temps de l'Établissement du Saint Empire Romain sous Grégoire I. Les Inquisitions sont finalement contrôlées. Les Révolutions en Europe, en 1848, amènent une fin à la tyrannie. Les gens ont voté plus tard pour joindre la République Italienne et le Saint Empire Romain a pris fin.

L’observance du Sabbat était aussi vivante et se portait bien lors de la rébellion de Taiping en 1850.

Voir l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No 122)

1894 CE

Le Sultan, Abdul Hamid, a d’abord mis en avant une politique gouvernementale officielle de génocide contre les Arméniens de l'Empire ottoman en 1894. Les massacres systématiques ont eu lieu en 1894-1896 quand Abdul a tué sauvagement 300.000 Arméniens à travers la province.

Le Grand Holocauste du Vingtième Siècle

Voir le lien : Les Insignes de l'Holocauste (disponible en anglais seulement)

1901 CE

La Constitution Australienne déclare la liberté religieuse. "Le Commonwealth ne fera pas de loi pour l'établissement d’une religion."

1905 CE

Décret de Tolérance du Tsar Nicholas met fin aux Persécutions Orthodoxes Russes vieilles de plusieurs siècles commencées en 1441. La dissidence croissante mène vers la Révolution, qui n'est pas loin, commençant 12 années plus tard en 1917.

1909 CE

Les troupes du gouvernement turc tuent plus de 20.000 Arméniens Chrétiens dans la ville d'Adana seulement.

1914 CE

Première Guerre Mondiale -les guerres de la fin commencent.

Voir l’étude La Chute de l'Égypte : La Prophétie des Bras Cassés de Pharaon (No. 36).

1915 CE

L’étape suivante du Génocide arménien commence le 24 avril 1915 avec l’arrestation massive, et le meurtre ultime, des dirigeants religieux, politiques et intellectuels à Constantinople et ailleurs dans l'empire. Alors, dans chaque communauté arménienne, un Génocide soigneusement planifié dévoilait : Arrestation du clergé et des autres personnes éminentes, désarmement de la population et des soldats arméniens servant dans l'armée ottomane, ségrégation et exécution publique des dirigeants et des hommes valides, et la déportation du reste des femmes, des enfants et des personnes âgées arméniens dans les déserts. Le Génocide a commencé dans les quartiers de la frontière et des côtes, et s’est dirigé à l’intérieur vers les hameaux les plus éloignés. Plus de 1,5 millions de Chrétiens arméniens, incluant plus de 4.000 évêques et prêtres, ont été tués dans cette étape du génocide.

1917 CE

La Révolution Russe commence. Les Russes Orthodoxes sont maintenant persécutés comme ils ont persécuté les dissidents avant eux.

Déclaration Balfour : La Grande-Bretagne soutient la patrie pour les Juifs en Palestine.

1920 CE

Jeanne d'Arc est canonisée (déclarée comme une sainte).

1922 CE

Le 9 septembre 1922, les Turcs entrent à Smyrne ; et après avoir assassiné systématiquement les Arméniens dans leurs propres maisons, les forces d'Ataturk allument les Grecs dont les nombres avaient grossi, avec l'addition de réfugiés qui avaient fui leurs villages à l'intérieur de la Turquie, à plus de 400.000 hommes, femmes et enfants. Les conquérants turcs sont allés de maison en maison, pillant, violant et assassinant la population. Finalement, quand le vent avait tourné pour qu'il souffle vers la mer pour que le petit quartier turc à l'arrière de la ville ne soit pas en danger, les forces turques, menées par leurs officiers, ont versé du kérosène sur les bâtiments et les maisons des secteurs grecs et arméniens et les ont mis en feu. Ainsi, tous les habitants de la ville qui étaient encore en vie ont été délogés pour être pris entre un mur de feu et la mer. Le quai de Smyrne devint une scène de désespoir final alors que les flammes qui s’approchaient ont forcé beaucoup de milliers à sauter au péril de leur vie ou à être consommés par le feu.

1924 CE

1260 ans ou un temps, des temps et la moitié d’un temps depuis l'établissement de l'hégémonie Trinitaire Catholique sur les Britanniques ou les peuples anglophones au Synode de Whitby.

L'Holocauste arménien implique 1 million ou plus de gens tués.

1927 CE

Les Pauliciens étaient encore trouvés à l'Est au dix-neuvième siècle. Ce groupe était toujours opérationnel au vingtième siècle. Leurs descendants et les Chrétiens d'Arménie, se nombrant à un million ou plus, ont été exterminés dans le secteur d'Arménie après la Première Guerre Mondiale en 1924. Il y avait peut-être entre un million et deux millions de Sabbatariens exterminés ou qui ont simplement disparu après la proscription de l’Islam Bektâchî après 1927. Ce processus d'extermination a continué à travers l'Holocauste en Europe et jusqu’en 1953 et à la mort de Staline.

Proscription de l'Ordre de Bektâchî en 1927 quand l'État turc passe la législation interdisant l'ordre de Bektâchî de l’Islam Sufi. Quelque 5 millions de personnes disparaissent simplement à ce moment-là et bien plus d’un million de Chrétiens Sabbatariens sont parmi eux.

1932 CE

Les persécutions ukrainiennes commencent sous Staline et 12 millions de personnes sont tuées.

Les Sabbatariens, sous les Russes, sont envoyés en Sibérie

La remise du premier Camp au Diaconat luthérien à Hambourg en décembre 1932 par les SA. Voir le lien : Chronologie de l'Holocauste. (disponible en anglais seulement)

1933 CE

Adolf Hitler est nommé le Chancelier d'Allemagne. Le premier camp de concentration officiel Nazi s’ouvre à Dachau.

Voir le lien : Liste des Camps (disponible en anglais seulement)

1936 CE

L'Axe Rome-Berlin est formé par Hitler et Mussolini.

1938 CE

Kristallnacht (Nuit de Cristal).

1941 CE

L’attaque de Pearl Harbor, - l’Amérique déclare la guerre au Japon et à l’Allemagne.

1944-5 CE

Hitler se suicide, la Seconde Guerre mondiale se termine.

Voir la Chronologie de l'Holocauste 1933-1945 : Chronologie de l'Holocauste. (disponible en anglais seulement)

1947 CE

Les Manuscrits de la Mer Morte sont découverts dans les cavernes à Qumran, Jordanie.

1953 CE

Joseph Staline meurt.

Lui et le système qu'il a établi tuent 65 millions de personnes dans les Goulags des Soviétiques.

1994 CE

Le 7 avril 1994, le Président Hutu, Juvenal Habariymana, a été tué quand son avion s’est écrasé. Il n'a jamais été déterminé qui était responsable de l'acte, mais il est largement répandu que cela a été le travail des extrémistes d’Hutu opposés à partager le pouvoir avec le FPR (Front Patriotique Rwandais). Le même jour, à Kigali, un vestige du gouvernement extrémiste Hutu a été proclamé, et l'élimination des Tutsis et des modérés Hutu a commencé sur une échelle massive. Même si les nombres exacts ne seront jamais connus, il est estimé qu’autour de 800.000 personnes ont été tuées dans une période d'à peu près 100 jours. L'ONU s’est retirée à l’exception de 270 de ses troupes. Celles qui sont restées n’avaient aucun mandat pour intervenir dans les meurtres. L'échelle et la vitesse de l'action ont conduit à une conviction forte que les meurtres ont été extrêmement organisés et ont été motivés politiquement, et que la mort du président était simplement la raison du commencement des meurtres. L'ONU avait été informée quelques mois plutôt que des meurtres à grande échelle étaient planifiés mais n'a pas pris d'action ferme sur le conseil. Les missionnaires Chrétiens du courant dominant ont pensé que les Tutsi qui ont été tués étaient les descendants possibles des dix tribus perdues d'Israël, et aussi les descendants de l'Église Éthiopienne Unitarienne Copte, qui remonte à la conversion de l'Eunuque éthiopien par Philipe en 34 CE.

Voir le lien : L'Afrique (disponible en anglais seulement)

6666666666Les Derniers Jours6666666666

1978 CE

Le quarantième Jubilé depuis le Messie et le 120e Jubilé depuis la chute d'Adam ; et l’expulsion commence.

Les Adventistes du Septième Jour deviennent officiellement Trinitaires après leur infiltration et leur travail de sape depuis la mort d'Uriah Smith et des activités de 1931.

1990-2001CE

Guerre continue d'extinction de Karen en Birmanie à cause de leurs liens anciens-réclamés avec les dix tribus perdues.

La guerre d'extermination des Kurdes continue de manière systématique.

1995 CE

L'Église Universelle de Dieu annonce leur Trinitarisme après infiltration.

Voir l’étude Le Binitarisme et le Trinitarisme (No. 76).

1996 CE

La fin du Temps des Gentils. 2000 ans ou 40 jubilés depuis la naissance du Messie

3000ème anniversaire de l'entrée de David à Jérusalem.

1997 CE

L'Église de Dieu (du Septième Jour) annonce qu’elle est Binitaire.

(Le mouvement Adventiste du Septième Jour était aussi d'une manière prédominante et officiellement Unitaire jusqu'en 1931 avec la mort d'Uriah Smith.)

La théologie des Églises de Dieu est surmontée par l'hérésie Binitaire/Dithéisme et Trinitaire presque en totalité. La prophétie de Daniel est presque complète dans le triomphe de Satan sur les saints. CCG se tient seule avec les doctrines originales de la foi.

Voir l’étude Les Guerres Unitaires/Trinitaires (No. 268).

1997-2027 CE

Les Trente Années de la fin. Voir l’étude Les Trente Dernières Années : la Lutte Finale (No. 219).

1997-2028 CE

Les Princes, les Sacrificateurs et les Prophètes sont enlevés. Voir l’étude Le Mesurage du Temple (No. 137).

 

2028 Le Millénium Commence

Le Jubilé tombe dans les années 24 et 74 BCE (avant l’ère courante) et 27 et 77 CE dans chaque siècle. Le prochain jubilé, le quarantième jubilé depuis le ministère du Messie et le quarante-neuvième jubilé depuis la reconstruction du Temple et la restauration de la Loi sous Esdras et Néhémie, est durant l'année sacrée 2027/8. L'année 2028 commencera le Jubilé des Jubilés et le nouveau règne millénaire du Messie comme 1/50 (Voir les études : La Lecture de la Loi avec Esdras et Néhémie (No. 250) ; La Signification de la Vision d'Ézéchiel (No. 108) ; La Chronologie de la Crucifixion et de la Résurrection (No. 159) ; et  La Chronologie de l'Âge (No. 272)).

 

Le Calendrier de Dieu s'est tenu parfaitement avec Son plan exécuté conformément à ce calendrier pendant des millénaires. C'est parfaitement en accord avec Sa loi. En acceptant la correction, nous cherchons premièrement le Royaume de Dieu et Sa Justice (Matt. 6:33) et aussi la vie éternelle en connaissant qui est le Seul Vrai Dieu et Christ qu'Il a envoyé (Jean 17:3). C'est le désir des Églises Chrétiennes de Dieu que le peuple de Dieu parvienne rapidement à l'instruction donnée par le Père, à Christ pour l'Église comme prouvé par les écritures (IThess. 5:21), cherchant ainsi la restauration complète.

q