Les Églises Chrétiennes de Dieu

[055]

 

 

 

FAQ sur l’Islam [055]

 

(Édition 1.0 20080612-20120121)

 

Ce qui suit sont des clés très importantes pour la compréhension du Coran. Parce que l'Église et sa fonction sont évitées par les commentateurs hadithiques, le sens du Coran (Qour’an) est banalisé et mal interprété de sorte que les fidèles de l'Islam ne puissent en obtenir aucune vraie signification.

   

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2008, 2012 Wade Cox avec la contribution de Jean Alphonse Armand)

(Tr. 2012, rév. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

    

FAQ sur l’Islam [055]

 

1 : Le Prophète appelé Mouhammad

 

Q1. Quel est le nom correct du Prophète pour les Arabes ?

R. Au VIème siècle, l'Église Sabbatarienne de Dieu à l’Est se propageait de la source du Nil en Arabie et de l’Asie Mineure en Inde et au Moyen-Orient. À partir de 610, un Chrétien monophysite converti a été élevé et éduqué, peut-être en tant qu’un prêtre [ou sacrificateur] (Abu) mais le nom de son fils ainé était aussi Al Qasim. Il s’appelait Qasim bin Abdoullah, bin Abdoul-Mouttalib bin Hashim du groupe tribal de Hashim son arrière grand-père. Il a été converti au Christianisme Sabbatarien (consulter aussi l’étude Les Descendants d'Abraham Partie III : Ismaël (No. 212C)).

 

Très tôt, son vif désir de chercher la vérité dans les Écritures Saintes lui a révélé des problèmes concernant la doctrine du Monophysite Nasaari, qui semblait contredire les textes originaux eux-mêmes. Fondamentalement, l'Esprit commençait à l'appeler à travers le voile qui était appelé le “Evangelion”. Il cherchait la véritable Église. Les écritures de Purana de l'Inde montrent qu'il est devenu connu aux Églises de Dieu basées là. Le Mouhammad de l’Église l’a appelé lors d’un rêve, et l'Apôtre de l'Arabie a eu une vision au cours de ses méditations dans la grotte. Cela l’a terrifié, mais l'a inspiré. Ainsi, il est devenu un Unitaire Sabbatarien de l'Église là en Arabie, étant baptisé (de nouveau) avant sa mission. Ne descendant pas génétiquement d'Aaron ou de Lévi, il a été greffé dans les AhlulBayt des épouses de Rasulullah en tant qu’un Nasraani Sabi (TheoSebes/ QEO-SEBHS/sebovmenoi = Adorateur de Dieu) Mursal. Plusieurs Hadith témoignent du fait qu'il est devenu un Sabi. En tant que Mursal (épouse de Rasulullah), il a reçu de plus en plus de compréhension. Par la suite, à partir de son baptême, il a été fortifié dans l'Esprit Saint (Ahmed) et a atteint l'état Mahmoodan devenant Mouhammad en tant qu’un vrai Chrétien dans les Églises de Dieu.

 

Q2. Il est allégué que le terme Le Digne de louange (ou Ahmed) est l'un des noms du Prophète, comme un renvoi à lui-même, mais c’est une référence à l'Esprit ou Consolateur, et certains disent qu’il signifie les deux et est une preuve pour l’acceptation du Prophète. Alors, qu’est-ce qu’est vraiment Ahmad ?

R. Les Musulmans ignorent en règle générale que Ahmed n'est pas le nom de Qasim, mais c’est plutôt l'Esprit Saint, parce qu'ils ne lisent pas la Bible et en particulier le texte de Jean en araméen.

 

Ce serait peu commun pour le Prophète de ne pas comprendre le rôle de l'Esprit et il est peu probable qu'il essaierait de s'approprier le rôle de l'Esprit.

 

À la Sourate 61:6, nous voyons que Christ est déclaré être l'apôtre de Dieu. Les bonnes nouvelles d'Ahmad étaient celles “du Consolateur” qui devait être envoyé à l'Église. L'Esprit Saint est venu et il a transmis le pouvoir de Dieu, comme le messager ou le consolateur de l'Église, à la Pentecôte 30 EC, mais son pouvoir a été rejeté ou raillé par plusieurs. Le texte se réfère à la section dans le Chapitre 2 des Actes (cf. aussi Actes 8:11 etc.). Le Hadith a délibérément obscurci la compréhension.

 

Q3. Connaissons-nous le vrai lignage du Prophète ?

R. La lignée est Ismaël à Kinana à Quraish, à Hashim à Qasim (cf. Muslim 2/245 ; Tirmidhi 2/201). Il a ensuite été appelé de façon erronée comme Mouhammad, ce qui n'a jamais été son nom, mais plutôt un titre du corps de l'Église de Dieu.

 

Le Prophète a été influencé par le clan de son père, et plusieurs de ses contemporains à la Mecque, Médine et Taïf, qui étaient devenus monothéistes. Ainsi, ils pouvaient adapter certaines des formes monophysites non trinitaires du Christianisme, mais pas les formes trinitaires Athanasiennes, qui avaient influencé le culte des saints et des reliques conformément à l'animisme chaldéen. Ils avaient adopté le culte d'une divinité, Marie, dans les formes du culte de la déesse Mère, dérivées en Arabie d’Astarté et liées avec le Soleil comme une entité féminine dans certains des mystères (consulter l'étude Le Mysticisme Chapitre 5 L’Islam (No. B7_5)).

 

Q4. Nous voyons et entendons partout, dans la presse et dans la vie quotidienne, les références au "prophète de l'Islam, Mouhammad" ou Mahomet ou Mohammed, etc. "Mahomet" ne signifie-t-il pas celui qui n’est pas digne de louange de la négation donnée par le préfixe "ma" ? En revanche, "MOUHAMMAD" désigne celui qui est digne de louange. Pouvez-vous expliquer cette contradiction apparente ?

R. Mouhammad est la religion de La Divinité (voir Sourate 48:29) qui est, les images du Seul Vrai Dieu à travers l'Esprit de Dieu. Mouhammad est le sceau des prophètes selon Sourate 33:40. Le nom du prédicateur en question ne doit pas être confondu avec l'utilisation du terme Mouhammad puisqu'il s'agit simplement d'un sceau ou d'un titre.

 

Mouhammad, à l'origine, n’était pas un nom du tout. Le mot Mouhammad est équivalent à un sens pluriel signifiant : ceux qui sont recommandés. Nous pouvons voir que le sens du titre de Mouhammad est en réalité synonyme avec n'importe quels titres qui auraient pu

être donnés aux plus bénis parmi les Premiers Fruits.

 

Mouhammad (Sourate 3:144, 33:40, 47:2, 48:29) et Mahmoodan (Sourate 17:79) expriment certainement un rapport à Ahmed, mais peuvent avoir des nuances différentes de ce que nous nous attendons des mots qui n'ont pas une valeur équivalente appropriée en français.

 

Q5. Certains disent que le Voyage de Nuit du Prophète qui l'a amené à Jérusalem, puis au Paradis, était une vision. Quel est le sens réel du Voyage de Nuit ?

R. Le Hadith a corrompu un texte dans le Coran à la Sourate 17:1, où le prophète a affirmé qu'il a eu une vision dans laquelle il a été pris la nuit “du Lieu Inviolable du Culte” (interprété comme étant la Mecque) “au Lieu Très Éloigné du Culte” (interprété comme le Temple à Jérusalem). Cette vision avait pour but de révéler la place des Enfants d'Israël dans les Saintes Écritures. Les traditions du Hadith prétendent que c'était sur le cheval ailé "Buraq” et de là, le prophète a été amené au ciel et ramené. La compréhension originale a été dépeinte dans la traduction de Pickthall dans l'introduction à la Sourate, où c’était compris qu'il avait été transporté sur un coursier céleste à travers les sept cieux dans la présence même de Dieu en vision, pratiquement de la même façon que Paul et Jean ont décrit dans le NT.

 

Beaucoup de non-sens sont avancés quant au 27 Rajab. Quelques commentateurs américains prétendent même qu’à cette date le prophète est monté de la mosquée d'Al Aksa dans le ciel, ce qui est impossible bibliquement et théologiquement dans les deux systèmes.

 

2 : L'Islam

 

Q1. Nous savons que les musulmans adorent un seul Dieu, mais quelle est leur religion ? Le Coran était-il destiné à former la base d'une nouvelle religion ?

R. Le groupe appelé “Mouhammad” a formé l'église comme la Soumission à Dieu ou Al Islam. Il n'y a qu'une seule religion et un seul système d’adoration et cela est l'Islam qui a été donné à Noé, à Abraham, Isaac et Jacob, à Moïse et Aaron, et aux prophètes et à Christ à Qasim et l'église qui est "Mouhammad" et à travers les Églises de Dieu jusqu'à l'époque actuelle. Le Coran donne cette séquence d'autorité dans la Sourate 37 As Saffat "Ceux qui établissent les Rangs."

 

Lorsque la foi a été attaquée à la fois par les Trinitaires et les Juifs en Arabie, le prophète Qasim, et l'église appelée "Mouhammad", a été éduqué en Arabie par les Chrétiens unitariens là, pour traiter des fausses doctrines attaquant l'Unicité de Dieu et les fausses pratiques que les Trinitaires ont introduit. Qasim et le Conseil des Anciens ont produit des explications doctrinales de la Bible fournissant une direction aux tribus du désert.

 

Sous Qasim, ils ont instruit des tribus arabes dans le Corps de Christ et mis en place le corps de l'église sous les douze. Ceci était Mouhammad. Ils ont dû se battre contre la monarchie juive dans les tribus arabes et les païens qui se sont alliés avec eux. Qasim a été succédé par quatre Califes Correctement Guidés ou successeurs. Ensuite, le système a été détruit par des soi-disant “convertis” qui étaient en réalité des païens arabes qui ont compilé un faux système appelé le Hadith et détruit le sens et la structure des écrits qui ont été compilés en tant que témoignage de l'église arabe. Le meurtre d'Ali a été commis pour assurer la suppression de la vraie foi en Arabie. Consulter l’étude Introduction au Commentaire sur le Coran (Q1).

 

Q2. La plupart des musulmans se réfèrent à leur religion comme Al Islam. Que signifie Al Islam ?

R. Alislam, signifiant La Soumission ou La Renonciation, est le terme utilisé pour désigner le système religieux et est effectivement devenu le nom de la religion. Cependant, c'est réellement le nom du système de loi ou Din (Sourate 3:19, 85 ; 5:3 ; 61:7-9). La Vraie Foi est le terme. Dans le Nouveau Testament, c'était la secte appelée La Voie ou la Foi Livrée aux Saints une Fois pour Toutes et c'est le sens qui est utilisé dans la Sourate 61:7-9. Il ressort clairement de l'usage du Coran et par rapport au Nouveau Testament, que CHRIST est la personnification de notre religion en tant que la révélation de Dieu à Mariam, sa mère. Dans les lettres de Paul, par exemple, nous lisons que Christ est le Christianisme. Les Chrétiens sont des disciples de Christ et non pas les disciples du Christianisme. La Religion est aussi appelée le "Souvenir d'Allah" et Vérité. Le témoignage de Jésus est "l'Esprit de Prophétie". Il y a apparemment aussi un autre aspect appliqué comme en témoigne Gabriel (Sourate 2:97). Gabriel est parfois incorrectement appelé l'Esprit Ameen (Sourate 26:193) ou l'Esprit de Vérité, qui est L'Esprit Saint (voir Jean 14:17, 15:26, 16:13)). L'ange du Seigneur est apparu à Jean à Patmos en tant qu’une personne ressemblant au fils de l'homme (Apo. 1:13). Après l'incarnation de Christ, cet être est identifié comme Gabriel, l'Ange envoyé aux Prophètes et à l'Église (Dan. 8:15-12:13), aussi bien qu'à l'Apôtre de l'Arabie dans la grotte.

 

Q3. Je suis Musulman et j’ai eu raison de lire attentivement ce qui est écrit dans l'Ancien Testament – vu que bien sûr, il reflète si étroitement beaucoup d'histoires identiques au Coran. Je ne sais même pas par où commencer avec le Nouveau Testament. Qui étaient les hommes qui l'ont écrit ? Combien d'années ont-ils vécu après Jésus ? Essentiellement, est ce que tous les Chrétiens donnent le même poids à l’Ancien qu’au Nouveau Testament ? Je pose cette question parce que plusieurs convertis demandent d’éclaircir cette information après qu'ils deviennent Musulmans. Je suppose que nous voulons mettre la religion dans une sorte de perspective de l’histoire.

R. Les réponses peuvent également être trouvées dans le Coran. Quand le NT a été écrit, l'Écriture était l'OT [Ancien Testament]. Le NT [Nouveau Testament] est l'explication de l'objectif prophétique de l'Ancien Testament. Ainsi, il est un commentaire, tout comme le Coran est aussi un commentaire, sur la Loi de Dieu.

 

Le NT explique l'AT, et le Coran ne peut pas être compris sans la Bible parce qu’il est son commentaire correctif. Il n’y a seulement qu’un seul Al Islam et il a été donné dès le début et tous les hommes sont obligés d’observer les lois du Dieu vivant, Eloah ou Allah’. Vous ne pouvez pas être un vrai Musulman et ne pas observer le Sabbat.

 

De la Sourate : Ceux qui sont dans les rangs, nous voyons que la Révélation de Dieu a été donnée d'Adam à Noé et à Abraham, Isaac et Jacob, et à Moïse et à Aaron, et à Christ et au Prophètes. Ainsi, le terme reddition s'applique à Moïse, Christ et le Prophète dans l'Ancien et le Nouveau Testament et le Coran.

 

Mouhammad, en tant que Qasim et les Anciens, et les Quatre Califes Correctement Guidés ont compris Al Islam. Après cela, il a été corrompu de la pureté de sa foi initiale.

 

Q4. Quand il est affirmé que : "Seul l'Islam est la religion acceptée par Dieu", certains disent que la meilleure traduction de cela serait : "Seule la soumission est acceptée par Dieu". Qu’est-ce qui est exact ?

R. L'Islam est la soumission à Dieu. Si vous ne vous soumettez à Dieu et n’obéissez pas à Ses commandements, vous n’êtes pas de l'Islam, peu importe combien vous protestez. Vous êtes un âne chargé de livres d'or, ne comprenant rien.

 

Ceux qui gardent les commandements de Dieu et la foi ou le témoignage de Jésus-Christ sont les élus (Apoc. 14:12 ; 12:17).

 

Q5. Dans la conscience collective, le mot Djihad signifie Guerre Sainte. Pourriez-vous m'expliquer la signification précise de ce terme ?

R. Cela n'a rien à voir avec une Guerre Sainte (cf. Sourate 2:218 ; 3:142 ; 8:72, 74 ; etc.) Les élus sont engagés dans une bataille contre le péché sur deux fronts. Nous devons lutter contre les convoitises de notre chair (1Pierre 2:11) et devons également résister à l'auteur du péché, Satan le Diable (cf. l'étude Les Étapes pour Vaincre le Péché (No. 11)). Les élus sont appelés à vaincre (Apocalypse 2:7 ; 3:12 ; Sourate 9:19, 20), en demeurant dans les voies de Dieu.

 

3 : Le Qour’an (Coran)

 

Q1. Pourriez-vous expliquer ce que le mot Qour’an signifie et qui l'a écrit ?

R. Le Coran (qui signifie "Compilation" ou "Répertoire") est simplement une compilation de centaines de révélations qui sont venues à travers les prophètes de l'Église au cours de nombreuses années. Cette association est la raison pour laquelle certaines traditions disent que l'Apôtre de l'Arabie était un Sabi. Sabiyah est le nom arabe pour ceux qui sont des Israélites non-génétiques et qui ne sont pas des membres prosélytes à part entière du Nabi. Il se réfère seulement à ceux qui sont greffés dans l'Église par le baptême, mais il est revendiqué comme se référant aux disciples de Jean le Baptiste. Cependant, cette dernière affirmation est impossible à partir du témoignage des Écritures Saintes et des histoires de l'Église. Sabiyah se réfère à l'Église de l'Esprit Saint observant le Sabbat. Toutes ces révélations ont été compilées dans un livre en Arabie probablement sous Usman.

 

Q2. La majorité des musulmans actuels disent que le livre véritable et authentique de Dieu est le Qour’an et non pas la Bible, et que la Bible que nous avons aujourd'hui est corrompue. Y a-t-il la vérité dans l'affirmation que le texte de la Torah et/ou les Évangiles ont été falsifiés ?

R. Le Qour’an encourage ses disciples à tenir compte des écrits de la Bible, y compris les Évangiles et les écrits qui constituent le canon admis des Écritures Chrétiennes (Sourate 5:68). Aucune personne ne peut prétendre être un disciple de l'Islam et ignorer les enseignements de la Bible, comme nous allons le voir des écrits du Coran lui-même.

 

L'Islam moderne prétend que les livres que le Prophète a lus ne sont pas les mêmes que ceux en existence aujourd'hui et, de là, qu'ils n'ont pas à suivre les ordres du Prophète d'étudier la Torah et les écrits comprenant le Nouveau Testament. La Bible a été protégée par Dieu comme nous le savons avec certitude suite aux découvertes dans les Manuscrits de la Mer Morte et les anciens documents de l'histoire. Ceux qui prétendent que la Bible a été perdue profanent le nom et la puissance du Seul Vrai Dieu Éloah ou Allah’.

 

Nous devons faire et observer ce que Dieu commande. Cela ne peut pas être fait en prétendant que les Ancien et Nouveau Testaments ont été modifiés au point que nous ne savons pas ce que les textes originaux disent, comme le fait l'Islam moderne. Les Manuscrits de la Mer Morte prouvent que nous avons exactement les mêmes écrits aujourd'hui que ceux qui étaient déjà en existence et ce, avant même la naissance du prophète Qasim et le groupe appelé ‘Mouhammad’. Le Qour’an (Coran) ne peut pas être interprété isolément de la Bible. C'est seulement en ayant une compréhension de la loi et du témoignage des prophètes tant de l’Ancien que du Nouveau Testament que le Coran peut être compris correctement. C'est pourquoi le prophète lui-même a commandé de lire les Écritures.

 

Q3. Le Coran est-il vraiment la parole du Seul Vrai Dieu ?

R. Le Coran est un commentaire sur l'Écriture et confirme l'Écriture selon la Loi, les Prophètes et les Apôtres qui nous ont précédés. Il décrit en détail les problèmes que l'église en Arabie a eus avec les tribus juives en essayant d'éradiquer le Christianisme, et qui ont utilisé les Arabes païens pour les aider.

 

Ceux qui ne suivent pas l'Écriture et utilisent le Coran pour pervertir la Loi et le Témoignage sont de faux enseignants et Allah les juge. Ils ont détruit l'Islam comme les Trinitaires ont détruit le Christianisme et les Rabbins ont détruit le Judaïsme.

 

Le Coran doit être lu en conjonction avec la Bible et doit être suivi avec la Loi de Dieu. On ne peut pas lire le Coran en l'isolant entièrement de la Bible et parvenir à la compréhension. C'est pourquoi les Imams ou les enseignants dans l'Islam savent très peu et enseignent qu'il est permis de mentir pour obtenir des convertis ou attaquer le Christianisme. Mentir, c'est saper les Lois de Dieu et le Neuvième Commandement.

 

Q4. Quelle est la différence entre le Qour’an et la Sunna ? La Sunna est-elle simplement une exégèse du Qour’an ?

R. La Sunna d'Allah est, sous tous les aspects, la Torah, les Psaumes, les Évangiles et les Livres des Prophètes. Ceux-ci sont appelés la Tawrat, le Zabour, l'Injil et le Sahaif respectivement. En d'autres termes, l'Écriture entière.

 

Si vous ne lisez pas la Bible, vous ne pouvez pas comprendre le Coran. Le Coran ne peut pas être dissocié de la Bible. Les revendications qui le font sont faites afin que l'Islam puisse être obscurci et la foi pervertie.

 

Les musulmans modernes affirment même que la Bible, disponible jusqu'en 632 EC au Prophète et la foi, a été perdue. Ils font cela pour qu'ils puissent ignorer la Bible et donc corrompre la foi. Le Prophète appelle de tels faux enseignants des mulets ou des ânes chargés de livres d'or. Ils les portent avec dévouement mais ne comprennent rien de ce qui y est écrit.

 

Q5. Y a-t-il des différences entre la Bible et le Qour’an ?

(Note : La Bible a été révélée à plus de 40 prophètes au cours de 1500 ans Le Qour’an aurait été révélé à un seul prophète en 33 ans ce qui est faux comme nous le voyons ci-dessus)

R. Les personnes qui prétendent être musulmans affirment maintenant que la Bible a été perdue et que celle qui existe n'est pas la Torah originale mentionnée dans le Coran. Ils fondent cette fausse affirmation sur une fiction introduite dans les Califats postérieurs au sujet de la perte dans les Califats et puis ces fabricants renvoient de façon absurde au texte de Jérémie 8:8, qui reproche aux scribes de son temps d’interférer avec les textes. De la même manière, les Trinitaires contournent la Bible par les revendications concernant les écrits de Paul, et un appel au Gnosticisme Antinomien, et ils observent les traditions des Cultes du Mystère et du Soleil. Les deux systèmes sont basés sur des mensonges et n'ont rien à voir avec les lois de Dieu et mèneront à la guerre mondiale.

 

Le Coran a un message très précis concernant la Bible ou l'Écriture et la Loi et l’Alliance. Le Coran confirme le message de la Bible et la Loi et le Témoignage et l'Alliance de Dieu. Aucune personne qui professe être musulman ne peut être de la Foi, sans l’adhésion à l'Écriture et la Loi de Dieu dans le baptême et le corps de l'Église de Dieu.

 

Le Coran ou Qour’an est un commentaire sur l'Écriture écrite par les dirigeants des Églises de Dieu au septième siècle de l'Ère Courante en Arabie. Il sera exposé et expliqué dans sa relation avec les Écritures. La relation des textes est assez profonde. Ils ont leur place dans l'histoire de l'Église, comme le sont les lettres des apôtres dans l'histoire de l'Église du premier siècle.

 

Q6. De la Sourate 2:4-6, 41-42, 89-91, 101 et 136, peut-on affirmer que ce que les Gens du Livre ont possédé, à l'époque du Prophète, est considéré comme complètement authentique par le Qour’an ?

R. La famille du prophète avait les textes de la Bible. Nous savons quand ils ont été écrits et nous savons que les textes sont tous corrects. Les Manuscrits de la Mer Morte nous montrent quels textes les gens au Moyen-Orient et l'église et ses officiers avaient, et qu'ils étaient les mêmes qu'à l'époque de Christ et que Éloah ne change pas. La fiction a été introduite que les textes originaux ont été perdus sous les califats postérieurs pour éviter d’observer la loi. Ils devaient prétendre que Qasim et le Mouhammad avaient des textes corrects sinon il aurait simplement été mal informés puisque le Coran se réfère aux Gens du Livre et demande que s'il y a quelque doute que ce soit quant à l'Écriture, ils doivent être consultés en tant que ses adjudicateurs [ou arbitres] finaux.

 

Le NT a été écrit par les gens de l'église du premier siècle. Les apôtres Matthieu et Jean ont écrit leurs évangiles, et les disciples Marc et Luc ont écrit le leur. Les écrits de Paul sont authentiques et le Livre aux Hébreux est allégué pour avoir été amorcé par Paul et complété par un autre disciple, peut-être Barnabas. Jean est accepté comme ayant écrit l'évangile et les épîtres, et l’Apocalypse lui fut donnée lorsque Dieu l'a donnée au Messie.

 

L'Histoire du canon est exposée en détail dans l'étude La Bible (No. 164). Cela vous donnera plus de détails. Les gens originaux du livre sont toujours là, mais ils sont en minorité. Il est écrit : "en vérité nous avons donné à Moïse les Écritures et nous avons causé une suite de messagers à suivre après Lui, et nous avons donné à Jésus au fils de Mariam [faussement appelé Marie par les Trinitaires] des preuves claires et Nous l'avons soutenu dans l'Esprit Saint. Est-ce cela même que quand il vient à vous un messager avec ce que vous vous-mêmes ne désirez pas, vous devenez arrogant et certains d’entre vous ne croient pas et certains de vous assassinent ?"

 

Q7. Il semble y avoir des différences importantes entre la Bible et le Qour’an. Les gens ont déduit que c'était nécessaire de rejeter l'un en faveur de l'autre, ou de prendre un peu de l'un et de le combiner avec un peu de l'autre. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

R. Lorsque pris et lu d’une façon isolée, le Coran, comme le Nouveau Testament, peut être déformé et il est devenu inévitablement la source de division, de haine, de persécution et de guerre. Lorsque les trois livres sont lus ensemble, comme ils devraient l’être, la compréhension est possible et un plan complet du salut émerge qui ne peut pas être mal interprété.

 

Le Coran est juste un autre élément de l'Église du Nouveau Testament écrit pour les Arabes six cents ans après le Nouveau Testament du Premier Siècle maintenant dans le Codex de la Bible.

 

Q8. Le Qour’an a-t-il évolué et/ou a subi des modifications au cours des siècles ?

R. Usman a brûlé toute preuve de l'Église qui allait à l'encontre de ses plans et est allé aussi loin qu'il le pouvait pour tromper les "brebis" une étape à la fois sans être pris sur le fait par la majorité. Toutefois, le parti d'Ali savait ce qui se passait. Lorsqu’Usman est mort, Ali a pris le contrôle, mais les Usmanites étaient devenus forts. Ali a été tué et par la suite l'Église a dû se cacher de nouveau. Le meurtre d'Ali a été commis pour assurer la suppression de la vraie foi en Arabie.

 

Les grandes lignes de l'histoire sont racontées dans l’étude Introduction au Commentaire sur le Coran (Q1).

 

4 : Allah

 

Q1. Quelle est la nature du dieu - Allah - des musulmans ? Est-il le même que le Yahweh de l'Écriture ?

R. Le nom Yahovah (Yahweh) est appliqué à au moins quatre êtres, dont trois sont des anges ou messagers pour le Dieu du Ciel en même temps comme nous le voyons dans l'exemple avec Abraham et Lot, et la destruction de Sodome et Gomorrhe. Ces aspects ont tous été examinés dans les études : L'Ange de YHVH (No. 24) ; Les Noms de Dieu (No. 116) ; La Préexistence de Jésus-Christ (No. 243) et Abraham et Sodome (No. 91).

 

Il y a des noms divers pour Dieu tant dans la Bible que dans le Qour’an. Le Qour’an utilise le nom arabe Allah’ qui est entièrement singulier et n'admet aucune pluralité du tout. Il est “la puissance” (ou la Déité) qui est Dieu.

 

Quiconque ne comprend pas le fait qu'il n'y a qu'un seul Vrai Dieu est dans l'hérésie. Un Unitarien biblique n'accepte pas que Jésus Christ soit coéternel et coégal avec le Père, Éloah. Il n'y a qu'un SEUL VRAI DIEU et Il est le Père de tous et Il a envoyé Jésus-Christ (Jean 17:3). Comprendre ce fait est essentiel pour la vie éternelle.

 

Allah’ est la forme arabe du Seul Vrai Dieu Éloah qui s’étend Lui-même pour devenir élohim à travers le peuple qu’Il a appelé dans Son système. Comprendre ce nom de Dieu est le test de compréhension dans l'Esprit Saint. Les Dithéistes ou les Binitaires échouent à ce test.

 

Q2. Si je comprends bien, les musulmans adorent Allah. Est-ce leur seul Dieu, et si oui, comment ont-ils obtenu ce nom pour Lui ?

R. Les noms Éloah et Allah sont issus de deux variantes de la même structure linguistique.

 

Le nom arabe, “Allah'” est dérivé de l'araméen oriental et chaldéen précédent, “Élahh”. Il est singulier et n'admet aucune pluralité. Il est le Seul Vrai Dieu de la Bible, "Éloah". La forme singulière "Éloah" et le chaldéen “Élahh” est devenue la forme du pluriel "Élohim" en hébreu et "Elahhin" en chaldéen. Ceux-ci sont l’être étendu, qui est Dieu et les Fils de Dieu qui sont l'armée céleste.

 

“Élohim” peut être singulier dans l'utilisation et est ensuite utilisé pour faire référence à "l'un des Élohim." Lorsqu’il est utilisé dans le cas de "Éloah" il est habituellement "ha Élohim" ou "Le Élohim" ou "Le Dieu". En grec, cette pratique se poursuit dans la koinè comme “Ho Theos” et “Theos” ou l'accusatif “ton Theon” et simplement “theos” est une référence à l'élohim. Dans le pluriel pour élohim, il est devenu “theoi”. L'Islam reconnaît le Seul Vrai Dieu de Jean 17:3 comme “Allah'”. La signification de ce terme, depuis ses origines antiques se réfère réellement à Dieu comme “La Puissance”. Il se réfère à la particule el, qui peut être utilisée pour un homme fort ou le Tout-Puissant et aussi pour la particule se référant au pluriel comme ceux-ci ou ceux parmi nous. En ce sens, il est le même en hébreu et en chaldéen, et, de là, en araméen et les variantes. En ce sens, il est seulement au pluriel lorsqu'il est utilisé de “ceux-ci ou ceux-là”. En ce sens, il est étrange qu'il soit pluriel au SHD 429 lorsqu'il est écrit comme ‘elleh en chaldéen, mais est regroupé avec l'absolu singulier Éloah. Ce mot est le même que Éloah (ou Eloahh) ou Elowahh en hébreu et se réfère au seul vrai Dieu singulier. Le pluriel élohim ou elahhin en chaldéen est pluriel, sauf lorsque l'article défini est utilisé le rendant Ha elohim signifiant Le Dieu (cf. SHD 430 et notes). Dieu est donc la puissance qui s'étend à d'autres êtres de l'armée céleste et existe en tant que ceux parmi nous. Ainsi, le nom élohim et yahovah sont utilisés des êtres multiples en tant que créations du Seul Vrai Dieu, et tous agissant pour Lui. Le concept est le même en chaldéen ou en hébreu ou des variantes dérivées de ces langues. Le nom Allah’ est simplement une forme qui identifie ce sens de la Puissance singulière agissant parmi nous. Il contient l'idée de pluralité seulement dans la mesure où les agents de La Puissance agissent pour lui et contiennent des éléments de sa puissance.

 

La propagande qui émane des Binitaires et des Trinitaires en Occident concernant le nom de Dieu dans l'Islam est une absurdité [de gens] mal informés et doit être contestée quand elle est prononcée (consulter les études Les Noms de Dieu (No. 116) et Le Nom de Dieu dans l’Islam (No. 54)).

 

Q3. Le Prophète a-t-il reconnu le Dieu des Juifs comme le Seul Vrai Dieu ?

R. La foi islamique se réfère au Seul Vrai Dieu en tant que Allah. La profession de foi de l'Islam (Shahadah) est correcte en ce qu'il n'y a pas d’Éloah à part Éloah (La Elaaha Ella Allah (voir aussi la Sourate 37:35 ; 47:19). Les musulmans corrompus insistent sur l'ajout d'un second “Chahada” proclamant que Mouhammad est le Messager de Dieu. Ceci est par définition ‘Shirk’ (de l'idolâtrie) et un mépris flagrant de Dieu et de Son(Ses) messager(s). Le Coran déclare que la foi ne fait aucune distinction entre les prophètes (Sourate 3:83-84). Tous les prophètes sont égaux dans leur inspiration de Dieu.

 

Mouhammad et les quatre premiers califes appelés les califes correctement guidés ont été les seuls dirigeants musulmans doctrinalement purs. Après eux, l'Islam s'est effondré et est devenu perverti par les traditions (nommé le Hadith ou Ahadith) tout comme l’ont été le Judaïsme et le Christianisme avant eux.

 

Qasim et le Mouhammad ont commencé à prêcher uniquement pour pallier les doctrines trinitaires athanasiennes qu'ils considéraient comme une hérésie, et pour unifier les peuples arabes sous le Monothéisme. Le Coran classe les Chrétiens sous deux noms  Les Gens de l'Écriture et les Chrétiens en général. Ces distinctions sont maintenant perdues parce que les Chrétiens modernes ne comprennent pas les distinctions qui existaient à l'époque. Les distinctions impliquaient les Trinitaires, qui se sont battus contre l'Islam et l'Église persécutée de Pergame, qui s'est alliée avec l'Islam.

 

Q4. Un Chrétien m'a dit qu’Allah possède une âme. Allah possède-t-il une âme comme les anges, l'homme et les autres créatures, comme tous ont été créés à la ressemblance de Dieu ? L'âme est-elle créée ou non ?

R. La Bible parle d'un esprit dans l'homme. Il est différent de l'Esprit de Dieu. Il est comme notre souffle. C'est un cadeau de la vie de Dieu (Zacharie 12:1). Quand nous mourons, l'esprit de l'homme nous quitte (Ps. 146:4). Il retourne à Dieu (Ecclésiaste 12:7). Quand Dieu créa Adam, Il souffla dans ses narines le souffle de vie ; et l'homme devint une âme vivante (Genèse 2:7 ; 1Cor. 15:45).

 

Donc, cet esprit dans l'homme n'est pas une âme qui vit dans le "Ciel" après notre mort. La Bible dit que l'homme est devenu une âme vivante ou une personne. Cette âme peut mourir (Ézéchiel 20:18). Quand la Bible parle de l'âme, elle parle vraiment de la vie du corps. L’âme peut signifier une créature, ou l'homme ou la vie. Tant les animaux que l'homme meurent la même mort, mais l'homme vivra de nouveau. Alors l'esprit de l'homme est ce qui nous rend différents des animaux.

 

Dieu n'est pas une personne, Il est un être d’Esprit pur. Enseigner que Dieu possède une âme est une autre tentative pour affirmer que l'âme est éternelle. L'âme éternelle est un autre mensonge, dans la même veine que les démons ne peuvent pas mourir et qu’ils ne peuvent pas se repentir.

 

Q5. Qu’est-ce que l’Esprit Saint dans le Coran ? L'expression arabe ruh al-qodos indiquerait-elle l’Esprit Saint, étant donné qu’elle est très similaire au terme hébreu pour Esprit Saint, ruach al qodesh ?

R. Ahmed signifie certainement Avocat ou “Le Plus Loué” et renvoie à l'Esprit Saint dont Jésus (Yahoshua/Joshua) était le Messager. L'Église a été guidée par l'Esprit Saint et c'est le Ahmed/Avocat mentionné dans le Coran.

 

Q6. En se référant à Dieu, pourquoi le Coran utilise-t-il à la fois le pronom "JE" et "NOUS" ? Certains disent que c'est une caractéristique de style littéraire en arabe, ou une personne désignée en utilisant le pronom "nous" par respect ou glorification. Conseillez-moi s’il vous plaît afin que je puisse répondre adéquatement aux incroyants qui soulèvent cette question.

R. Le Coran est écrit par l’entremise du Nom de la Divinité Smillahalrahmanalrahim. Chaque chapitre est précédé par la formule équivalente : "Par le nom d'Allah-Alrahman-Alrahim" (Q1:1).

 

Le début du chapitre 9 a été perdu et ainsi le Bismillah y manque. Le Bismillah ne fait pas partie de la révélation sauf dans les cas où il apparaît dans le discours.

 

Dans une grande partie du Coran, le Nom de (la) Divinité fait des éloges à (la) Divinité qui est au dessus de tout le reste (Q1:5). En outre, le Nom de (la) Divinité change fréquemment entre la narration à la première personne du singulier à la première personne du pluriel et vice versa, même dans la même phrase (Q2:38). Ces formules sont directement comparables avec la parole du Seigneur alternant avec la parole d'Élohim par l’entremise des Prophètes des temps anciens. Tout comme par exemple la "parole" du Seigneur dans Exode 4:22 et Jérémie 31:9 concernant Israël, le Nom de (la) Divinité nous parle en tant que ses enfants dans Q31:16-19.

 

Dans Q90:3, le Nom pourrait bien faire un serment par lui-même et par Jésus (Q19:15 et 33) respectivement comme parent et engendré dont Hébreux 1:8-9 indique est certainement cet "Élohim" (de Psaume 45:6-7) subalterne au Dieu Suprême.

 

Dans Q43:57-60, le Nom de (la) Divinité qui parle décrit Jésus comme un Serviteur et un Calife, indirectement, attestant de même de sa divinité. (La) Divinité, par ailleurs, tout en étant la source de l'Esprit (Q4:171, Q58:22) n’engendre pas (Q10:68, Q17:111, Q18:4, Q19:35, Q19:88-92, Q21:26, Q23:91, Q25:2, Q37:152, Q43:81, Q72:3) sauf par adoption (Q39:4) mais même dans ce cas, exige la déclaration d'une véritable filiation (Q33:5). Elle n'est pas engendrée non plus (Q112:3) bien qu'il n'y ait aucun dieu sans elle (Q2:163). Pourtant, bien que la matière soit notre mère, l'Esprit est notre père, tandis que (la) Divinité n'a pas de compagne (Q6:101). Néanmoins, le Nom de (la) Divinité est Notre Père, et par son nom (la) Divinité est notre patron.

 

Q7. Sourate 12:87 contient l'expression en arabe ruh Allah, rendue par certains traducteurs comme la miséricorde d'Allah. Quel est le concept ?

R. Le mot dans la Sourate 12 à l’ayat 87 n'est pas ruh Allah comme plusieurs l’interprètent à tort. C’est rauh. Abdullah Yusuf Ali dans sa note de bas de page 1762 fait cette déclaration en affirmant que de nombreux traducteurs l’ont mal interprété. Il dit que : "Rauh inclut l'idée d'une Miséricorde qui arrête ou calme notre état ​​préoccupé et c’est particulièrement approprié ici dans la bouche de Jacob."

 

5 : Christ dans le Coran

 

Q1. Contrairement au judaïsme talmudique, qui ne reconnaît pas le Messie, le Prophète de l'Islam reconnaît-il Jésus comme le Messie qui devait venir ?

R. La famille de Qasim avait été sous l'influence chrétienne et était chrétienne, mais celui-ci n'était pas Trinitaire et cela a été la question sur laquelle l'Islam a été fondé et le Coran écrit. Il faut se rappeler que le Prophète arabe a écrit pour réfuter l'hérésie trinitaire. Les Trinitaires affirmaient que Christ était un vrai Dieu quand la Bible était claire qu'il n'y avait qu'un Seul Vrai Dieu et que Christ était Son fils qu'Il a envoyé (Jean 17:3 ; 1Jean 5:20). Le Coran doit être lu dans cette lumière, mais il doit également être lu à la lumière des textes disponibles pour Qasim et le conseil du Mouhammad.

 

Aucun musulman auto-désigné ne sera capable de lire le Qour’an et ignorer la Torah, ou les Évangiles, ou les Psaumes, ou les Prophètes.

 

Q2. Il semble qu’à la Sourate 4:171, le Qour’an reconnaît Jésus comme la Parole de Dieu envoyée à Mariam (Marie). Est-ce une bonne compréhension de la Sourate ?

R. Oui, c’est Son ruach ha qodes et Sa parole qu'Allah a répandus en Christ (cf. Sourates 2:87 ; 3:45 ; 4:171 ; 5:46). L’ayat est dirigée vers les gens du Livre ou des Écritures, Dans la lettre à Négus, roi d'Abyssinie (Éthiopie), Mouhammad a dit : "... Jésus est Son [l’]esclave [d’Allah] et Son messager et Son esprit et Sa parole qu'Il envoya à Marie." Youssouf Ali, également dans la note de bas de page 676 se réfère à 3:59 et déclare qu'il s'agit d'un esprit procédant de Dieu, mais pas le Seul Vrai Dieu. Le texte a ajouté les mots : Car Dieu est un Dieu : Gloire soit à Celui (Très Exalté soit-Il) d’en-haut pour avoir un fils, c'est à dire ‘Très Exalté soit-Il’ est ajouté pour masquer le texte qui dit simplement Gloire à Celui d’en-haut pour avoir un fils. Ce texte ne nie pas le fils, mais plutôt que la Gloire est à Dieu seul.

 

Q3. Le Coran nie fermement la divinité de Christ et sa filiation divine. Qu'est-ce que le Coran enseigne au sujet de Christ, et est-ce que l'Islam est fidèle à la foi qui a été livrée une fois pour toutes ?

R. Comme la Bible, le Coran doit être pris dans son contexte et ne peut pas être lu isolément. Les textes du Coran pris de façon isolée semblent en effet nier le fait de Christ comme Fils de Dieu comme nous le voyons immédiatement au-dessus, mais le texte y a été ajouté beaucoup plus tard (consulter l’étude Christ et le Coran (No. 163)).

 

Aucun prophète ne peut être en désaccord avec la loi et ce qui a été révélé avant lui dans le témoignage (Ésaïe 8:20). Le message de tout prophète est simplement l’explication de ce qui s'est passé avant, et la révélation de Dieu de ce qui doit venir à se produire. L’Islam Hadithique a introduit une interprétation qui entre en conflit avec le Coran, ainsi que l'Écriture. De même la plupart du Christianisme est aussi en désaccord avec la Loi et le Témoignage. Le Christianisme ne peut même pas obéir aux Dix Commandements. Juda ne peut même pas admettre qu'ils ont tué le Messie quand les Écritures ont dit qu'ils allaient le tuer, et le NT témoigne qu'ils l’ont tué.

 

Q4. Pourquoi le Messie du Coran semble être venu au monde comme tous les êtres humains ; n'était-il pas engendré de Dieu ?

R. C'est le sentiment du Coran, qui dit que Christ n'a pas été engendré de Dieu en quelque sens physique que ce soit (cf. Sourate 19:34 ; 4:171) mais Dieu a simplement dit : Sois ! Et il a été dans le corps de Mariam et un fœtus humain (Sourate 3:59). Par ce processus, la Parole s'est faite chair et a habité parmi nous (Sourate 4:171 ; Jean 1:14).

 

Q5. Dans le Qour’an, est-ce que ça dit que Jésus est né comme un homme qui était capable de pécher ?

R. Christ devait être capable de pécher sinon il est un robot et il n'y a pas de jugement de Satan. En tous points, il a été tenté comme nous (Hébreux 4:15 ; consulter l’étude Le But de la Création et du Sacrifice de Christ (No. 160)). Nulle part dans le Coran il est suggéré qu'il n’était pas capable de pécher, et son sacrifice et notre salut en dépendent. Sinon, comment peut-il être le Messie comme le Coran le proclame l'être ?

 

Q6. Pourquoi la doctrine du Coran dit-elle que Christ n'a pas été crucifié mais c'était un autre qui a été crucifié et, en même temps elle a identifié Jésus comme le Messie ? Le texte est en contradiction avec les évangiles.

R. D’après les Sourates 3:55 et 5:117, il est clairement affirmé que Dieu permet à Jésus de mourir et que Jésus a été ressuscité par son Dieu, qui l’a élevé vers Lui. L’Islam moderne rejette les commentaires sur le Messie et ils nient même les Évangiles, qu’on leur dit de lire. L'Islam moderne ne souhaite pas réellement obéir et faire ce que dit le Coran.

 

Q7. Dans la Sourate 5:110, le Qour’an fait référence à Jésus et dit qu'il a prêché aux hommes depuis le berceau. Pourriez-vous expliquer cela ?

R. Le texte dit : Alors que tu as parlé au peuple dans l'enfance et à l’âge mûr (voir aussi Yussuf Ali note 817 et 3:46 et note 388 de ce texte). C'est une référence aux évangiles (Luc 2:46), où Christ a parlé aux anciens du Temple et lesquels ont été stupéfiés de lui. Le texte poursuit pour dire de Dieu parlant à Christ : Voici ! Je t'ai enseigné Le Livre et la Sagesse (cf. 3:48), La Loi et l'Évangile. Dans ce texte il se réfère également à la guérison de l'aveugle et des lépreux et de la résurrection des morts par la volonté de Dieu plutôt que par la propre volonté et puissance de Christ. L'utilisation de l'argile pour créer et guérir est mentionnée dans le texte.

 

6 : La Bible et le Christianisme

 

Q1. Les musulmans croient-ils en le même Dieu que les Chrétiens ?

R. La foi islamique se réfère au Seul Vrai Dieu en tant que Allah. Il est facile pour tous de voir qu'il n'y aucun Dieu à part le Seul Vrai Dieu. Ceci est la vie éternelle que vous connaissiez le Seul Vrai Dieu et Jésus Christ qu'Il a envoyé (Jean 17:3).

 

Ce que le Prophète d'Arabie fait c’est de détruire complètement le concept athanasien de la Trinité, qui n'a jamais été tenu par l'Église Chrétienne originelle, et ce pour quoi ils ont été constamment persécutés.

 

La Trinité a été construite sur le mensonge du Binitarisme introduit à Nicée en 325 EC. Le concept de la Dualité de Christ et de Dieu découle de cette erreur (consulter l’étude La Déformation par les Binitaires et les Trinitaires de la Première Théologie de la Divinité (No. 127b)). Le Prophète Qasim a été confronté à réfuter cette erreur en permanence, en raison de la propagation de la fausse doctrine (consulter l’étude Christ et le Coran (No. 163)).

 

Christ était non seulement préexistant, il était et il est l'élohim ou l’Élohi d'Israël, comme Yahovah, envoyé par Yahovih ou Yahovah des Armées, l'Élyon ou le Dieu Très-Haut. Cet être, le Seul Vrai Dieu, est Éloah. Il est l'objet d'adoration du Temple en tant que Ha Élohim ou L'Élohim ou Le Dieu. Christ n'est pas le Seul Vrai Dieu. Cet être, Éloah (Élahh pour les Chaldéens et Allah' pour l'Islam) vivait seul dans une perpétuité éternelle n'ayant rien qui soit du même âge ou coexistant avec Lui (voir l’étude La Première Théologie de la Divinité [127]). Ha Élohim (ou L'Élohim) était Éloah. Il était le Dieu du Messie et Il a nommé le Messie et l'a oint comme élohim avec l'huile de la joie au-dessus de ses compagnons (cf. Psaume 45:6-7 ; Héb. 1:8-9) et Christ a été fidèle à Celui qui l'a fait [créé] (cf. Héb. 3:2 à l'interlinéaire de Marshall Greek English Interlinear RSV).

 

Q2. La majorité des traductions du Qour’an utilisent le mot religion ou la religion d'Allah. Ce mot religion se trouve-t-il dans le Qour’an original ?

R. Le Coran est souvent mal interprété et mal traduit pour cacher le sens inter-relié entre le Coran et la Bible.

 

La vache

[2.138] (Recevez) le baptême d'Allah, et qui est meilleur qu'Allah pour baptiser ? C'est Lui que nous adorons.

(Traduction française de la traduction du Saint Coran de M.H. Shakir, publiée par Tahrike Tarsile Qur'an, Inc., en 1983)

 

Plusieurs autres traductions sont énumérées ci-dessous.

 

Mouhammad Hamidullah : "Nous suivons la religion d'Allah ! Et qui est meilleur qu'Allah en sa religion ? C'est Lui que nous adorons".

 

Version d'André Chouraqui : À la couleur d’Allah ! Quoi de plus excellent que la couleur d’Allah ? Nous sommes pour lui des serviteurs.

 

Mohammed Chiadmi : Baptême de Dieu ! Qui donc peut donner le baptême mieux que Dieu Lui-même ? C’est à Lui que nous vouons une adoration continuelle.

 

Commentaire : Sibghahص ب غ ب: la signification de la racine implique une teinture ou une couleur ; apparemment, les Chrétiens arabes mêlaient une teinture ou couleur dans l'eau baptismale, pour signifier que la personne baptisée obtenait une nouvelle couleur dans la vie. Yusuf Ali.

 

Le mot Sibghatun” signifie teinture, couleur, nuance (n). Par conséquent, les mots dérivés des lettres racines signifient : teindre, colorer, baptiser, plonger, immerger, nuancer, assumer l'attribut, le mode, mûr, le code de loi, la religion.

 

Dans l'Ayah 138 de la Sourate Al-Baqaraah du Qour'an, les attributs d'Allah et Son Code de Loi sont appelés les Sibghah d'Allah.

 

Le Coran commande que les fidèles se repentent et soient baptisés. Le Hadith moderne enseigne que le baptême n'est pas nécessaire et utilise le texte pour impliquer qu'Allah baptise, plutôt que d'enseigner qu'un baptême physique est exigé, ce qui est l'opposé absolu de l'intention du Coran et de la Bible. Le message du Coran doit être interprété dans le contexte de l’Écriture. Le baptême est l'exigence principale placée sur les élus pour atteindre la Première Résurrection. Ceux qui enseignent le contraire ne parviennent pas eux-mêmes au Royaume de Dieu et au Jardin de la Première Résurrection et empêchent tous ceux qui les écoutent d'y parvenir aussi.

 

La Bible est claire qu'il y a une seule Foi, un seul Seigneur, un seul Baptême, un seul Dieu et Père de tous qui est au-dessus de tous et parmi tous et en tous (Éph. 4:5 ; Sourate 2:138 ; 5:73 ; 6:82). La plupart du monde n'est pas effectivement baptisé.

 

Q3. Où est la référence au "prophète païen" que le Qour’an dit se trouve dans les Livres ? Je l'ai cherché ... Sourate 7:157. L'argument est que le terme Ummi et ses dérivés ne peuvent signifier "illettré", mais il signifie "païen". Lors de la recherche pour toutes les références à ce mot et ces dérivés (sept fois) - toutes les instances semblent mieux couler avec la traduction [par le mot] Païen. J'ai trouvé l'un des endroits que les savants islamiques modernes soutiennent comme référence - mais ce n'est pas de la Torah ou des Évangiles. C’est dans Ésaïe 42. C’est intéressant, car il spécifie un endroit (où habite Kédar) qui indiquerait les habitations arabes.

 

R. La Sourate 7:157-9 se réfère à l'Église qui suit les lois de Moïse (159) (voir Pickthall).

 

Les érudits musulmans tentent de rendre le texte pour se référer au prophète illettré comme étant une référence à Qasim (Mouhammad) de l'église d'Arabie, et Yusuf Ali a une référence à cela (1127) et renvoie aux commentaires par Moïse, où il dit que : Le Seigneur ton Dieu, te suscitera un prophète toi au milieu de tes frères comme moi. Il omet les commentaires par Moïse de Deut. 18:15. Qasim n’était pas des fils d'Israël et n’était pas des frères des enfants d'Israël et ne pouvait pas être mentionné ici.

 

Les versets 16-18 montrent que Dieu dit clairement qu'Il suscitera ce prophète d'Israël et celui qui n'y sera pas attentif lui en demandera compte et le prophète qui prononce des paroles non commandées par lui mourra.

 

Ce texte ne peut se référer qu’à Christ et non pas à Qasim, et les musulmans utilisent ce texte pour éviter l'obligation de respecter la loi.

 

Q4. Est-ce que la Bible contient des prophéties sur le prophète des musulmans ?

R. Pour bien comprendre les textes de la foi, vous devez être soumis à Dieu et vous repentir et être baptisés et recevoir l'Esprit Saint ou être dans ce processus (consulter l’étude Repentir et Baptême (No. 52)). Satan est le dieu de ce monde (2Corinthiens 4:4) et il a établi ce système tripartite religieux du Faux Judaïsme, Faux Christianisme et Faux Islam, de sorte que la foi ne puisse être comprise et les divisions puissent être utilisées dans les derniers jours pour établir le système de la Bête et finalement détruire l'humanité.

 

Q5. Qui sont les "Gens du Livre" ?

R. Ce qu’il faut garder à l'esprit en lisant le Coran, c'est qu’on parle d'environ trois Christianismes distincts, avec deux concepts inconciliables de Dieu. L'Église chrétienne à l’Est incluait l'une des églises d'origine fondée par les Apôtres, celle de Jean, à Éphèse et de Smyrne, et aussi, plus tard, les branches quasi hérétiques, y compris les Nestoriens et différents éléments, qui ont été plus tard appelés Monophysite.

 

Le Monophysisme, cependant, avait des divergences hérétiques postérieures de la secte d'origine des Apôtres. Le Monophysisme était à la fois la doctrine des Unitaires (souvent aussi appelés Ariens) et aussi celle des Asiatiques. Les Athanasiens étaient opposés à l'Ouest par les Chrétiens unitariens appelés Chrétiens ariens par les Trinitaires de Rome.

 

Les gens de l'Écriture sont vus des Sourates 2:105, 111ff,. 120, 144 ; 3:23, 64ff, 98f., 110ff., 186f., 199 ; 4:44f., 123, 153ff., 171 ; 5:5, 15, 19ff., 59, 65, 68, 77, 29:46 ; 33:26 f. ; XCVIII 1 jusqu’à la fin ; LVII: 29. Leur histoire est racontée dans les études La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122) et Le Rôle du Quatrième Commandement dans l'Histoire des Églises de Dieu Observant le Sabbat (No. 170) .

 

Q6. Qu’est-ce que le Nazaréisme, est-ce le Judaïsme, et où s'est-il développé ? L'Islam est-il une forme de Nazaréisme arabe ?

R. Les Nazaréens étaient une des deux formes de Judaïsant dans le Moyen Orient chrétien. Ils se tenaient eux-mêmes distincts du Christianisme païen. Les premiers furent appelés Ébionites. Ils n’admettaient que l'évangile selon saint Matthieu ; ils ont rejeté Paul comme un hérétique apostat (et ont nié la divinité de Christ comme les Trinitaires l’ont [bien] vu).

 

Les Nazaréens reconnaissaient l'obligation de l'ensemble de la “Loi mosaïque” pour les Chrétiens d'origine juive, mais permettaient aux Chrétiens Gentils comme prosélytes de la porte, d'omettre ces observances (cf. ERE, art. "Judaizing", Vol. 7, p. 611a).

 

Ils n'étaient donc pas considérés comme faisant partie de l'église ou de l'Islam primitif.

 

Q7. Les Nazaréens sont-ils différents des Juifs et des Chrétiens ?

R. Les Nazaréens étaient essentiellement des Juifs messianiques qui reconnaissaient l’ensemble de la loi mosaïque et qui ont introduit en effet une distinction dans la foi chrétienne au Moyen-Orient. Comme tels, ils ne pouvaient pas être de l'Islam de la même manière que l'église fonctionnait.

 

Q8. Qui était Théophile de Dibous ? Quel était son rôle pour l'origine du Christianisme en Arabie et quelles étaient ses croyances ?

R. Théophile l'Indien est venu de l'île de Dibous et a été nommé par l’empereur Constantius (mort 3 novembre, 361) qui a été empereur romain de 337 à 361. Il était un Arien, mais comme son père Constantin, il n'a pas été officiellement baptisé jusqu'à ce qu'il soit proche de la mort et a été baptisé en tant qu’Arien et il a certainement fait progresser la cause arienne tout au long de son règne. Peu [de choses à son propos] est connu avec certitude puisque les théologiens trinitaires ultérieurs ont tout diffamé et ont affirmé que Constantius et l'évêque d'Antioche à l'époque étaient soi-disant semi-ariens. Ceci était un terme et une secte qui n’ont émergé qu'après le Concile de Constantinople en 381 et c’est improbable. Il a agi contre les intérêts juifs en limitant la capacité de posséder des esclaves ou de convertir des Chrétiens au Judaïsme comme esclaves. Les écrivains plus proches de l'époque ont été plus catégoriques qu'il était un Arien pur et l'histoire des Empereurs indique qu'il pourrait n’avoir été rien d'autre. Cependant, il était aussi un païen et a conservé le titre de Pontificus Maximus et il a nommé Julien l'Apostat comme son successeur en novembre 361. Théophile de Dibous a été nommé par lui pour aller en Asie Mineure dans le Sud et le Sud-est en particulier et en Éthiopie avant la mort de Constantius et censément dans la sixième décennie, ce qui signifie qu'il a été nommé en 360 et bien avant novembre de l’année 361. Il est également rapporté avoir passé de l'Asie Mineure et l’Éthiopie en Inde. Ceci est plus probable puisque l'Archevêque de l'Abyssinie, évêque Mueses a suivi ses traces en Inde et puis en Chine (consulter l’étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No.122)).

 

Il ne fait aucun doute que la ville d'Antioche n'était pas Trinitaire à cette époque et les Ariens Sabbatariens étaient en contrôle de l'Asie Mineure sous les Pauliciens et les Arabes en général et aussi les Nestoriens. Cela devait se poursuivre jusqu'à et a contribué à l’émergence de l'Islam vers 622.

 

Q9. Dans de nombreux textes et traductions par rapport à la religion de l'Islam, nous voyons le mot infidèles apparaître (en arabe al kafir). Qui étaient ces personnes appelées al kafir ou non-croyants à l'époque de Mouhammad ?

R. Les non-croyants à l'époque étaient des gens qui niaient la foi par la violation des Lois et du témoignage. Ils pourraient être Païens habituellement puisque les Trinitaires ont été spécifiquement identifiés par leurs doctrines. Toutefois, les Trinitaires ne pouvaient pas se marier dans l'Islam, mais les Unitariens Sabbatariens le pouvaient.

 

Q10. Dans la Sourate 6:125, il y est dit qu'Allah guide certaines gens à croire, et cependant, Il punit aussi ceux qui ne croient pas. Nous savons qu’Allah est parfaitement juste, alors comment expliquez-vous cette Sourate ?

R. La Sourate se réfère à l'appel de Dieu tel que mentionné dans le texte du NT où Dieu appelle et elle est une référence à Romains 8:29-30. Dieu appelle ceux qu’Il veut et ouvre leur cœur à la foi. Ceux qu'Il n’appelle pas, il les laisse s'égarer. Ceux-ci sont ceux qui refusent de croire et sont ceux qu’Il relègue à la Deuxième Résurrection comme nous le voyons dans les textes du NT et en particulier dans l’épître aux Romains et dans l'Apocalypse chapitre 20. Chacun est appelé en son temps.

 

Q11. Il y a aussi des ayats (versets) qui disent de tuer le "mécréant". Que signifient ces versets, et serait-il nécessaire de les mettre dans le contexte de l'époque à laquelle ils ont été écrits ?

R. Les Écritures de l’AT sont claires sur les punitions sous la loi, et le Coran ne fait que renforcer la loi et les sanctions qui, dans de nombreux cas, sont des assignations à la Deuxième Résurrection.

 

Q12. La Sourate 5:69 ne dit pas "les Juifs", mais utilise un verbe "ceux qui judaïsent". De quels croyants parle-t-elle ?

R. Ce sont les Ébionites et les Nazaréens mentionnés ci-dessus.

 

Q13. Pourquoi le Qour’an fait-il une distinction entre les Sabéens et les Chrétiens ?

R. Les Sabéens ne sont pas spécifiquement des Chrétiens observant le Sabbat, bien qu'ils fussent probablement des intrusions des Abyssiniens ca. 300-350. Ils étaient, à l'époque de l'Islam, les Arabes du Sud, bien que leur origine puisse avoir été dans le Nord et à l'origine (probablement d'avant Salomon), ils adoraient le Dieu Lune et le consort soleil Shams et le système de l’Étoile du Matin d'Astarté. Ils ont été renversés dans le Sud par une autre dynastie. Aux environs de 300 A.D., les immigrants abyssiniens, de plus en plus croissants, renversèrent la dynastie himyarite dans le sud de l'Arabie, et inaugurèrent le "Royaume de Saba, Raidan, Hadhramôt, et Yémen", qui, après avoir cédé l’endroit pendant un intervalle à un royaume judéo-sabéen et une violente persécution religieuse, qui était sans doute destinée à l'ancienne communauté abyssinienne chrétienne (cf. Pereira, "Historia dos Martyres de Nagran", Lisbonne, 1899) fut rétabli par l'intervention byzantine en 525. Après la déroute du Vice-roi Abraha à la Mecque en 570, les Perses ont pris le contrôle. L’Arabie du Sud est devenue une province perse jusqu'à son incorporation dans l'Islam.

 

Après cette période il y avait trois formes de groupes Sabéens. Le premier en Irak près de Bassorah était également appelé Nasoriens ou Mandéens ou Chrétiens de Saint Jean. Il y avait un groupe gnostique qui pratiquait l'immersion régulière probablement sur une base annuelle. Ils vivent en harmonie avec l'Islam mais ne sont probablement pas le groupe mentionné dans le Coran (cf. Yusuf Ali n. 76).

 

Un autre groupe de pseudo-Sabéens vivait près de Harran et a attiré l'attention ca. 820. Ils avaient les cheveux longs et une robe particulière et ont probablement adopté le nom pour obtenir des privilèges parce que les Sabéens étaient mentionnés dans le Coran et ils ont alors affirmé qu'ils étaient des gens du Livre (ibid.).

 

Q14. Est-il vrai que l'Islam et les musulmans sont des néologismes que les moines ou frères chrétiens ont forgés sur la base du mot arabe "muslim" ?

R. Le mot arabe Muslim est le participe actif d’aslama duquel le nom d'action est Islam. Ainsi, il est un produit de la langue arabe elle-même. Cela signifie la Résignation ou la Soumission à Dieu et portait avec lui ce sens de ses formes racines.

 

Les moines chrétiens et les ascètes n’apparaissent pas avant les derniers siècles de l'Église chrétienne, juste avant l’émergence de l'Islam lui-même. Il est donc impossible que ce soit une invention de ces groupes aberrants.

 

7 : Les Quatre Califes Correctement Guidés

 

Q1. J'ai entendu qu’il y a différentes branches de l'Islam si oui, quelles sont-elles ?

R. Les deux principales branches de l'Islam sont l’Islam Sunnite et Chiite. Il y a aussi des Mystiques Soufis qui ont de nombreuses loges dans le monde entier. Les autres branches principales sont Karijite, Ahmadiyya, et aussi le mouvement Qouranisme.

 

Les détails de ces branches et d'autres plus petites telles que

sont trouvés dans la référence à :

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Islamic_schools_and_branches

 

Il y a aussi divers groupes tels que les Kurdes qui étaient de la tribu de Sala u Din ou Saladin le grand général de l'Islam à l'époque des Croisades. Aussi les Alaouites en Syrie, qui sont une autre branche mineure, mais contrôlent efficacement leur politique et le corps des officiers. Les conflits entre les Islamistes et les écoles libérales sont également conséquentes.

 

Q2. Qu'est-ce que chaque branche de l'Islam croit ?

R. Ce sujet est trop important pour en faire référence ici, mais les détails peuvent être trouvés dans l'Encyclopedia of Religion and Ethics (ERE) et les différents articles Wikipédia comme ceux ci-dessus.

 

Q3. Y a-t-il des conflits de croyance entre les branches de l'Islam ?

R. L'Islam est criblé de sectes meurtrières et vicieuses et leurs guerres conséquentes. Les problèmes en Irak sont largement causés par les conflits Sunnites/Chiites comme le sont les conflits entre l'Iran et l'Irak et ailleurs aussi.

 

Q4. Pouvez-vous s'il vous plaît décrire ce qu'est un Calife ? Aussi, cette fonction ou cette personne (quelle qu’elle soit) est-elle en opération aujourd'hui ?

R. La fonction du Calife était un chef dans l'Islam. C’est dérivé de l'arabe Khalifah qui signifie successeur. La forme maintenant en usage est Khalif. Le dictionnaire Oxford Universal Dictionary dit que la prononciation avec un long a est mauvaise.

 

C'est le titre musulman pour le chef civil et religieux en tant que successeur du prophète Qasim et dirigeant du “Mouhammad”. Sa domination est un Califat.

 

Les quatre premiers califes étaient appelés les Quatre Califes Correctement Guidés. Après cette période, l'Islam est considéré comme s’être détérioré théologiquement sous les Umayyades et Abbassides. Il y a une série d'articles sur l'Islam sur le web à www.ccg.org et aussi sur la chute de Jérusalem sous Omar dans l’étude Golgotha : le Lieu du Crâne (No. 217). Consultez aussi Mysticisme Chapitre 5 L’Islam (No. B7_5).

 

Q5. Pouvez-vous s'il vous plaît expliquer ce qu’est/était un Imam et comment on devient/devenait un Imam ?

R. Il y a deux significations et utilisations pour Imam. Le titre signifie aller avant ou précéder. Il est utilisé d'un prêtre officiant dans une Mosquée musulmane.

 

Il a également été utilisé comme un titre donné à différents dirigeants et chefs musulmans, y compris les Califes ou princes indépendants. L'étude normale et l'acceptation d'une communauté musulmane sont nécessaires.

 

8 : Le Paradis

 

Q1. Qu'est-ce qu’un système qui prétend qu’ils vont directement au paradis avec 70 vierges assistant à leurs moindres désirs (à condition qu'ils massacrent le plus de gens possible qui sont en désaccord avec eux) a à voir avec Dieu et les Écritures ou le Qour’an ?

R. La réponse est rien, aucune doctrine de telle sorte n’existe dans la foi ou le Qour’an et ceux qui enseignent ainsi sont des menteurs et feront face au jugement des prophètes et des élus dans la deuxième résurrection.

 

Dans la Sourate 2, La Vache, aux versets 111-113, le Coran dit :

Et ils ont dit : “Nul n'entrera au Paradis que Juifs ou Chrétiens”. Voilà leurs chimères. - Dis : “Donnez votre preuve, si vous êtes véridiques”.
Non, mais quiconque soumet à Allah tout son être en faisant le bien, aura sa rétribution auprès de son Seigneur. Pour eux, nulle crainte, et ils ne seront point attristés.

Et les Juifs disent : “Les Chrétiens ne tiennent sur rien”; et les Chrétiens disent : “Les Juifs ne tiennent sur rien”, alors qu'ils lisent l’Écriture ! De même ceux qui ne savent rien tiennent un langage semblable au leur. Eh bien, Allah jugera sur ce quoi ils s'opposent, au Jour de la Résurrection.

 

Ainsi, le Coran est clair que la Résurrection des morts est applicable à toute chair et pas seulement aux Chrétiens ou aux Juifs, ou même à quiconque soi-disant appelé “Musulman”.

 

La Bible et le Coran sont explicites que la résurrection des morts est pour les Jardins du Paradis, comme on les appelle dans le Coran, et le jugement. Personne ne va au ciel ou en enfer après sa mort. Il n'y a aucune telle chose comme le ciel et l'enfer dans la Bible ou le Qour’an (consulter l’étude L'Âme (No. 92) et aussi La Résurrection des Morts (No. 143)).

 

Q2. D’où vient cette idée que les gens pensent que nous pouvons nous exploser les uns les autres et en quelque sorte être admis dans un lieu paradisiaque administré par des femmes de beauté et vertueuses ?

R. Certes, ceux qui pensent qu'ils sont un martyr de la foi et qu'ils iront directement au paradis et auront environ 70 belles vierges répondant à leurs besoins dans le ciel n’ont pas obtenu cela du Coran, puisqu’il ne dit rien de tel.

 

Si vous dites que vous êtes un Chrétien, ou Juif, ou de l'Islam, et ne reconnaissez pas la vérité de la Résurrection des morts, et le Règne du Messie, vous n'êtes pas un adepte de la Loi et du Témoignage, des Prophètes et de la foi de Jésus-Christ et il n'y a aucune lumière en vous (Ésaïe 8:20). Le Coran et la Bible ne diffèrent pas sur cet enseignement. Ils ne le pouvaient pas, car si le Coran et la Bible diffèrent, alors le Coran est une œuvre fausse par un faux prophète.

 

Christ a dit que les anges des cieux ne se marient pas ni ne sont donnés en mariage. Les ressuscités ne sont pas autorisés à se marier. Christ a dit : “Car, quand on ressuscite des morts, on ne se marie point, on n’est pas donné en mariage ; mais on est comme les anges dans les cieux.” (Marc 12:25).

 

Q3. Le Nouveau Testament parle du troisième Ciel, où se trouve le paradis, et le Coran montre un septième Ciel, où le prophète l'a trouvé ?

R. Les termes sont génériques. Le terme du NT se réfère aux classifications de l'atmosphère de base, de la structure solaire et galactique de la Terre et de la structure céleste du Trône de Dieu à "l’extrémité du septentrion". Les sept classifications du Coran sont les développements de celles-ci faisant la distinction entre les Atmosphères, l'espace intérieur et extérieur, le système solaire, la Galaxie et ainsi de suite.

 

9 : La Charia

 

Q1. Sur quelle base la Charia est-elle établie ? D’où vient sa source, le Coran ou les Hadiths ou ni un ni l’autre ?

R. La Charia est basée sur le Hadith et n'a aucun fondement dans la Bible ou le Coran. C'est une hérésie.

 

Q2. L'Islam autorise-t-il la polygamie ? Beaucoup de gens utilisent le verset 3 de la Sourate 4 pour affirmer que c'est le cas, mais est-ce bien ce que dit le texte ?

R. La polygamie est loin d'être idéale, mais si elle est présente dans la société, elle nécessite la réglementation. C'est pourquoi Mouhammad l’a réglementé sur la base des lois de Dieu données au prophète Moïse (consulter l’étude La Polygamie dans la Bible et le Coran (No. 293).

 

Q3. Y a-t-il des passages dans le Coran qui font référence à la dîme, et si oui, cela montrerait-il que ceux qui ont écrit le Coran ont réellement donné leur dîme ?

R. Dieu a dit par le prophète Malachie que la Dîme est le signe de la repentance de l'individu et est le test du retour à Dieu (Malachie 3:6-18). Notez que les Dîmes sont la base du signe du retour à Dieu selon ces Sourates 2:43,83 ; 4:162 ; 5:12,55; 9:11 ; 19:31,55 ; 21:73 ; 27:3 ; 98:5 etc. Ainsi, le prophète enjoint à l'Église l’observance de la dîme. Les doctrines correctes sur la dîme sont expliquées dans l’étude Le Prélèvement de la Dîme (No. 161).

 

Q4. Les musulmans affirment que la consommation d'alcool est prohibée dans le Qour’an ? Est-ce la consommation ou l’ivresse qui est interdite ?

R. Un ivrogne n'héritera pas le Royaume de Dieu à cause de ses problèmes de contrôle. La modération est promue - pas l'abstinence (cf. Sourate 16:67 ; 2:219 ; 10:91 et Le Vin dans la Bible [188].) L’alcool en modération est bonne. Si vous avez des problèmes avec l'alcool, apprenez à le contrôler.

 

10 : Le Calendrier Islamique

 

Q1. L’Islam suit un calendrier lunaire, mais pourquoi ne calculent-ils pas les mois à partir de la conjonction, au lieu du croissant de lune ?

R. Les Fuqaim, un clan de la Kinana dans la période pré-hadithique avaient la responsabilité du calendrier en Ismaël comme les Lévites et Issacar l’avaient en Israël. Au début de l'Islam, les enfants d'Israël et d'Ismaël observaient d'abord les jours saints les mêmes jours ou à des jours semblables. Le calendrier était prédit avec précision des années à l'avance, pendant des millénaires, jusqu'à ce que le croissant ait été introduit du paganisme et du système babylonien. Les Arabes ont suivi le système d'origine jusqu'à l'époque du prophète.

 

Aussitôt que le prophète mourut, ses enseignements ont été pervertis et le calendrier a été corrompu. Sous ou après le Calife Omar II (717-720), ce qui est devenu connu comme le Hadith a commencé à être écrit. À partir du moment de la mort de Qasim en 632, les paroles non reconnues par “le Mouhammad” ont été rejetées et refusées d’être écrites ou compilées pour une bonne raison. Le Hadith a détruit le calendrier de l'Islam en raison de son interprétation de la Sourate, et pendant des siècles ce faux système a corrompu l'Islam et a empêché toute unification ou réconciliation des trois grandes fois.

 

L'Islam a fait une farce du Calendrier de Dieu en faisant mauvais usage des paroles de la prophétie et en disloquant le calendrier des saisons et des récoltes de la narration biblique. Ainsi, le plan du salut est rendu obscur pour les Arabes qui prétendent suivre Dieu et la foi de l'Islam telle que révélée à Abraham, Moïse, Aaron, aux prophètes, à Christ et à l'Église, qui est le vrai Mouhammad des textes.

 

Q2. Dans le Christianisme et le Judaïsme il y a des mois sacrés, l'Islam a-t-il ses propres mois sacrés ?

R. Les Quatre Mois Sacrés dans l'Islam sont Rajab, Sha'ban, Ramadhan et Mouharram. Ils étaient à l'origine les mêmes quatre mois que l'on trouve dans le Judaïsme et dans la Bible et l'ancien Israël. Les quatre mois sacrés de la Foi, qui étaient Abib, Iyar et Sivan comme les trois premiers mois, et Tishri comme le Septième mois, selon la Bible, ont été répétés dans le Coran, mais leurs noms n'ont pas été donnés, alors le Hadith a détruit cette connexion aussi. Le Hadith a fait à l'Islam ce que le Talmud a fait au Judaïsme.

 

Le calendrier de l'Église de Dieu en Arabie a été détruit par les Hadiths et les Arabes païens après la mort du dernier Calife Correctement Guidé et le Croissant de Lune n'a pas été introduit à l'Islam et ses rituels pendant près d'un millier d'années après la formation de la foi là-bas.

 

Nous savons pertinemment que le prophète et l'église ont jeûné en fonction de la Nouvelle Lune telle que déterminée par le Calendrier du Temple et nous savons que la Conjonction a été observée comme la Nouvelle Lune selon les inscriptions faites à la Mecque après l'établissement de l'Islam (consulter l’étude Les Calendriers Hébreu et Islamique Réconciliés (No. 053)).

 

Q3. Le Coran soutient-il l’observance du Sabbat du 7ième jour ?

R. L’Islam primitif sous les Arabes a adopté la semaine des Juifs et des Chrétiens. Les noms de la semaine sont venus des pratiques juives et premiers chrétiens tels que al Jumaah, qui signifie la rencontre ou la congrégation pour le culte, et le jour suivant ou septième de la semaine a été nommé as-Sabt, le Sabbat, lors duquel l’adoration était commandée par Dieu par les prophètes et lors duquel le Prophète Qasim lui-même faisait les prières doubles à la mosquée et s'abstenait de faire du commerce. Les jours vont du crépuscule au crépuscule quand la couleur ne peut plus être distinguée dans le filament. Cela n'a jamais changé depuis les temps anciens et est en accord avec les anciens systèmes hébreux.

 

Quand l'Islam est appelé aux prières du Juma'ah, ils doivent se presser en souvenir d'Allah et cesser tout commerce (cf. Sourate 62 Juma'ah (Congrégation)). C'est une référence au fait que dans l'après-midi du vendredi toutes les opérations cessaient et les gens se préparaient pour le Sabbat. Les plus rusés de l’Islam ultérieur l'ont appliqué à l'après-midi du sixième jour seulement, et ont abandonné le Sabbat. Le Christianisme a remplacé le Sabbat du septième jour et a fait le premier jour de la semaine (connu comme le dimanche) leur Sabbat, une pratique fermement établie par Zoroastre en Perse à partir du huitième siècle avant notre ère.

 

Le Sabbat est prévu pour le développement spirituel par la soumission à l'ordre divin et par la récitation, l’écoute, et l'étude des livres sacrés dans l’adoration. Échouer de se soumettre à Dieu et négliger les bénédictions révélatrices du Sabbat équivaut à faire un singe de soi-même. C'est-à-dire, se rendre capable d'obéissance seulement en imitant et sans la compréhension spirituelle.

 

Mohammed a dit d’observer le Sabbat et celui qui ne le faisait pas était un singe. Comme Christ et les Apôtres, tout Al Islam depuis Adam jusqu’à Christ a observé le Sabbat. Mais ceux qui ont cru le mensonge l’ont subverti et ont changé le jour d’adoration de la foi au dimanche. Ils ont également introduit Easter/Pâques pour le culte de la Déesse antique, qui a causé à la fois Israël et les Arabes et les fils de Ketura à trébucher. De la même manière, le Juma'ah a été confiné à la session de prière du vendredi et le Sabbat a été oublié dans l'Islam. Consultez l’étude Le Juma'ah : la Préparation pour le Sabbat (No. 285).

 

Suggérer qu’Ismaël avait un calendrier différent d'Israël et de Juda postérieur et du début du Christianisme est une absurdité. La semaine est liée au jour du Sabbat et il a dû rester et est resté, étant ordonné par le Prophète d’être observé (consulter l’étude Le Sabbat dans le Qour'an (No. 274)).

 

Q4. Pourquoi l’Islam moderne n’observe-t-il pas le Sabbat ?

R. L'Islam a été corrompu par les influences orientales mystiques et les païens l’ont détruit. Les mystiques ont inventé le Hadith pour détruire le Qour’an comme les Juifs ont inventé le Talmud pour détruire la Torah. Même l'emblème moderne de l'Islam du croissant et de l'étoile est le symbole du système de la déesse mère d’Istar ou Easter. Il n'y a aucun grand système religieux qui suit le message de la Torah, les Prophètes, ou l'Église.

 

11 : Abraham

 

Q1. Quelle était la religion d'Abraham ? Était-il juif, chrétien ou musulman ?

R. Il n'y a qu'une seule religion et un système d’adoration depuis les Patriarches en passant par Moïse et Christ à Qasim et les anciens du "Mouhammad" et ensuite à travers l'Église de Dieu jusqu'à l'époque actuelle.

 

La Soumission et la Loi de Dieu ont été données à Abraham et à Isaac, prophète des justes et à travers sa lignée (Sourate 37:83-113). Les descendants d'Abraham devaient avoir un rôle majeur dans l'avenir du monde et à travers eux le monde a reçu un grand héritage.

 

Q2. Qui est le "fils unique" d'Abraham ? Les musulmans déclarent que c’était Ismaël, son fils premier-né et non Isaac.

R. Le malentendu dans le Coran au sujet du sacrifice d'Isaac est expliqué dans le texte Genèse 22, le Judaïsme, l'Islam et le Sacrifice d'Isaac (No. 244). C’était Isaac qui a été mentionné comme le sacrifice prévu et non pas Ismaël tel qu’enseigné par le Hadith. Le concept concernant un rite de passage rend le conflit non pertinent, cependant, il ne mentionne pas directement Ismaël dans les textes mais plutôt le Hadith.

 

Q3. Abraham était-il vraiment le père du Monothéisme ?

R. Non, Adam était le Père du Monothéisme et tous les patriarches et les prophètes étaient monothéistes.

 

Q4. Le Qour’an dit qu'Abraham était un ami d'Allah. Pourquoi cela ?

R. Les raisons sont toutes trouvées dans l'Écriture et le commentaire est une référence directe aux textes de l'Écriture. Les raisons sont expliquées dans le texte Pourquoi Abraham a-t-il été appelé "l'Ami de Dieu" ? (No. 35).

 

Q5. Quelles sont les Écritures d'Abraham ?

R. C’est en fait la Religion d'Abraham non pas les Écritures. La foi a été donnée à Abraham et il fut appelé d'Ur de Chaldée. C’était cet héritage qu'il a donné à ses descendants.

 

Q6. Selon la Sourate 2:130, Abraham était-il l'un des élus ?

R. La Sourate et l’ayat confirment qu'il a été appelé de Dieu et que la foi lui a été donnée, et c'est cette foi qu'il a donnée à ses descendants. C’était la foi de la Soumission ou Al Islam dans la langue arabe. L’ayat 130 dit qu'il sera dans l'au-delà comme l'un des Justes et donc il était l'un des élus. Le texte hébreu de la Genèse déclare que les païens l'ont reconnu comme un prince de l'élohim et donc un fils de Dieu. Les traductions anglaises ne traduisent pas cela correctement.

 

Q7. En quoi Abraham est-il un exemple à suivre, selon la Sourate 60:4 ?

R. Selon l'ayat, Abraham et ceux avec lui sont un exemple de la foi et la distinction entre la foi et les infidèles, à moins que comme Abraham l’a fait, quand il a prié pour qu’il leur soit pardonné.

 

Q8. Quel est le sens du mot arabe hanif ?

R. Un Hanif est une personne qui maintient les croyances monothéistes pures du prophète Abraham. En d'autres termes, l'Église de Dieu, les prophètes et les patriarches sont les Hanif du “Mouhammad”, qui est le corps de Christ.

 

Notez que plusieurs Hanifs étaient des amis chrétiens ou même les adversaires de l'Islam. L'exigence est de s’être consacré soi-même à la foi d'Abraham. À l'effondrement du vrai Islam après les Quatre Califes Correctement Guidés, certains Hanifs ont été obligés de s'opposer à ce que l'Islam était devenu. Certains ont été classés en tant que Chrétiens Sabbatariens et d'autres comme adversaires de l'Islam.

http://en.wikipedia.org/wiki/Hanif

 

12 : Les Prophéties dans le Qour’an

 

Q1. Qu'est-ce que le Coran a à dire au sujet de la prophétie ou des prophètes ?

R. Le Coran a beaucoup à dire sur les prophètes dans les Sourates 2:61, 91, 136, 177, 213 ; 3:21, 80ff.

 

Leur inspiration est discutée dans 4:163 et 6:86ff. Il y a un adversaire à chacun (6:113). Dieu a fait Son alliance avec eux (33:7). Une grande partie de la prophétie dans le Coran n'est qu'une reformulation du plan de Salut dans l'Écriture en particulier concernant les Jardins du Paradis (cf. Sourates 2 ; 7 ; 13 ; 15 ; 18 ; 19 ; 22 ; 25 ; 36 ; 37 ; 38 ; 43 ; 44 ; 47 ; 52 ; 55 ; 56 et 76). Parce que les Imams n’étudient pas les Écritures, ils sont ignorants des périodes de temps entre les Jardins et diffèrent grandement sur ​​l’intervalle de temps entre les deux Jardins de la Première et la Deuxième Résurrection.

 

13 : Les Arabes

 

Q1. Pouvez-vous expliquer le contexte des croyances des Arabes avant que l'Islam émergea parmi les Arabes ?

R. Les Arabes avaient un mélange de croyances qui oscillaient entre le Christianisme, le Paganisme et le Judaïsme. Leur Christianisme était de quelques types allant du Sabbatarisme unitarien, dont Qasim était un, au Trinitarisme et puis au Nestorianisme. Le paganisme était en fait l’adoration du Dieu Lune Sin et Shams ou Shamas sa consort féminine le Soleil et l'Étoile du Matin Istar, ou Easter, la Déesse. Le Judaïsme parmi les Arabes avait depuis longtemps été corrompu au Mysticisme du Talmud.

 

14 : Taqiyya

 

Q1. Les Musulmans enseignent que c’est correct de mentir aux autres pour dissimuler la foi ou gagner un avantage. D’où vient cette idée ?

R. Cette pratique s’appelle Taqiyya. Elle découle de la déclaration inexacte et de la corruption du Coran à la Sourate 3:28 et 16:106.

 

Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d'Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d'eux. Allah vous met en garde à l'égard de Lui-même. Et c'est à Allah le retour. (cf. Yussuf Ali et note 373).

 

Les musulmans se mentent même les uns les autres sur des questions de leurs points de vue et d'association. Dans certaines régions, il est difficile de savoir qui sont les Sunnites et les Chiites puisque plusieurs (Chiites notamment) dissimulent leur classification et s’identifient en tant que Sunnites, dans certaines zones contrôlées par les Sunnites ou Chiites en vertu de cette doctrine de la Taqiyya.

Cette vue est totalement contraire à l'Écriture et au Coran. La vue est une corruption du Coran et une violation directe du Neuvième Commandement. La Sourate 16:106 libère ceux qui sont sous la torture ou la contrainte (cf. Yussuf Ali n. 2145 concernant 'Ammar bin Yasir).

http://en.wikipedia.org/wiki/Taqiyya

 

q