Christian Churches of God

 

[177]

 

 

 

Psaume 45

 

(Édition 2.0 19970904-20000712)

 

Voici un beau Psaume qui s’intitule "Un Chant d'Amour". Il s’agit d’une représentation prophétique de Jésus Christ, en tant que l’époux royal et de son église, en tant que l’épouse royale. Ce Psaume dépeint ou décrit également la relation entre Jésus Christ et Dieu le Père.

 

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1997, 2000 Wade Cox et Ian Gudze)

(Tr. 2008, 2020, rév. 2020)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://ccg.org/

 

    

Psaume 45 [177]

 

 

Introduction

Le Psaume 45 est une représentation prophétique de Jésus Christ en tant que l’époux royal et de son église, en tant que l’épouse royale. Ce Psaume dépeint ou décrit aussi la relation entre Jésus Christ et Dieu le Père. Non seulement le Père a oint Jésus Christ à une position particulière, c'est-à-dire pour qu’il devienne l’époux royal de Son peuple, mais aussi en tant qu’elohim qui procède de Son autorité.

 

Les autorités rabbiniques ne réagissent pas toutes de la même façon sur le psaume. Ibn Ezra considérait le roi en question comme étant David. Cependant, le Targum et Kimchi comprenaient que ce Psaume faisait référence au Messie et que le mariage faisait référence à sa rédemption d'Israël. La distinction entre Israël physique et Israël spirituel n'est pas comprise par eux. Rashi essaye d'expliquer le Psaume, en l’attribuant aux érudits de la Torah qui sont acclamés comme des rois (cf. Prov. 8:15). Ainsi, Rashi perçoit la sagesse comme étant la Torah – les érudits sont les vrais dirigeants spirituels d'Israël à qui Israël doit écouter et obéir pour survivre. Cette explication est entièrement inadéquate, compte tenu des entités décrites. Malbim intériorise l'allégorie au corps et à l'esprit, ce qui est à nouveau insatisfaisant, voire blasphématoire.

 

Psaume 45:1-17 Au chef des chantres. Sur les lis. Des fils de Koré. Cantique. Chant d’amour. Des paroles pleines de charme bouillonnent dans mon cœur. Je dis : Mon œuvre est pour le roi ! Que ma langue soit comme la plume d’un habile écrivain ! 2 Tu es le plus beau des fils de l’homme, la grâce est répandue sur tes lèvres : C’est pourquoi Dieu t’a béni pour toujours. 3 Vaillant guerrier, ceins ton épée, – ta parure et ta gloire, 4 oui, ta gloire ! – sois vainqueur, monte sur ton char, défends la vérité, la douceur et la justice, et que ta droite se signale par de merveilleux exploits ! 5 Tes flèches sont aiguës ; des peuples tomberont sous toi ; elles perceront le cœur des ennemis du roi. 6 Ton trône, ô Dieu, est à toujours ; le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité. 7 Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté : C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie, par privilège sur tes collègues. 8 La myrrhe, l’aloès et la casse parfument tous tes vêtements ; dans les palais d’ivoire les instruments à cordes te réjouissent. 9 Des filles de rois sont parmi tes bien-aimées ; la reine est à ta droite, parée d’or d’Ophir. 10 Écoute, ma fille, vois, et prête l’oreille ; oublie ton peuple et la maison de ton père. 11 Le roi porte ses désirs sur ta beauté ; puisqu’il est ton seigneur, rends-lui tes hommages. 12 Et, avec des présents, la fille de Tyr, Les plus riches du peuple rechercheront ta faveur. 13 Toute resplendissante est la fille du roi dans l’intérieur du palais ; elle porte un vêtement tissu d’or. 14 Elle est présentée au roi, vêtue de ses habits brodés, et suivie des jeunes filles, ses compagnes, qui sont amenées auprès de toi ; 15 on les introduit au milieu des réjouissances et de l’allégresse, elles entrent dans le palais du roi. 16 Tes enfants prendront la place de tes pères ; tu les établiras princes dans tout le pays. 17 Je rappellerai ton nom dans tous les âges : Aussi les peuples te loueront éternellement et à jamais. (LSG)

 

Les Divisions du Psaume

Le Psaume a trois parties ou sections distinctes.

 

Section 1. Le verset 1 dépeint l'émotion que le chanteur du Psaume, sous l'inspiration de l'Esprit Saint de Dieu, décrit en chantant ce magnifique "chant d'amour" (Les Shoshannim sont littéralement des roses. Ceux-ci sont les instruments spécifiques).

 

Psaume 45:1 Au chef des chantres. Sur les lis [Shoshannim]. Des fils de Koré. Cantique. Chant d’amour. Des paroles pleines de charme bouillonnent dans mon cœur. Je dis : Mon œuvre est pour le roi ! Que ma langue soit comme la plume d’un habile écrivain !

 

Les autres traductions peuvent lire Mon cœur déborde d'un bon thème. Je récite ma composition concernant le roi etc. (version NKJV de la Bible). Le mot déborde est utilisé seulement ici. Sous forme de nom, il peut signifier un reptile, et la signification de la racine du mot est se déplacer ou remuer (Hirsch). Comparez-le avec le contexte d'Ésaïe 6:5-7, en rapport à la signification des séraphins.

 

Section 2. Versets 2-9

Ici, on nous montre l’époux royal. C'est une allocution prophétique à Jésus Christ. Notez les mots clés d’une grande puissance dans cette section, à partir du verset 2 : Dieu t’a béni pour toujours. Cette déclaration est une réfutation directe de la position Binitaire. Dieu n’accorderait pas cette bénédiction si Christ était déjà coéternel et coexistait avec le Père sur une base duelle depuis l'éternité.

 

Nous notons qu’au verset 4, l’époux est mis en contraste avec son adversaire Satan qui s'est disqualifié de sa position à cause de la fierté et de l'arrogance.

 

Psaume 45:2-5 Tu es le plus beau des fils de l’homme, la grâce est répandue sur tes lèvres : C’est pourquoi Dieu t’a béni pour toujours. 3 Vaillant guerrier, ceins ton épée, – ta parure et ta gloire, 4 oui, ta gloire ! – Sois vainqueur, monte sur ton char, défends la vérité, la douceur et la justice, et que ta droite se signale par de merveilleux exploits ! 5 Tes flèches sont aiguës ; des peuples tomberont sous toi ; elles perceront le cœur des ennemis du roi.

 

La grâce répandue sur les lèvres du Messie représente la fonction du salut. Ceci est fait à travers l'esprit. La grâce reposera éternellement sur lui. L'appel à se ceindre de l'épée, selon Rashi, est un appel à défendre la Torah ou la Loi de Dieu. La vraie gloire est obtenue non pas par la force ni par l'épée, mais en défendant la vérité et la droiture (Metsudath David et Malbim) dont il a le devoir de défendre (cf. Hirsch). La main droite est un emblème de pouvoir avec lui comme avec Dieu (cf. Ps. 44:4). Ses flèches pénètrent le cœur.

 

Aux versets 6 et 7, nous relevons quelques faits très importants quant à la position que Christ occupera en tant que l’époux royal. En raison du fait qu'il abhorre le mal et aime la justice, Dieu le Père, Son Dieu, l'exalte (élève) au-dessus de ses pairs. Les autorités rabbiniques tentent de limiter l'application au Messie en tant qu’élohim. Rashi et Hirsch traduisent elohim ici par juge. Le texte littéral ton trône de Dieu est considéré comme ne convenant pas au contexte. Ibn Ezra traduit le texte comme suit : Ton trône est [le trône de] Dieu (cf. 1Chron. 29:23 "et Salomon s’est assis sur le trône de l’Éternel"). Nous voyons ici le concept d'une autorité et d’une puissance déléguées, en tant que la puissance de Dieu pour toujours (cf. 2Sam. 7:16).

 

Psaume 45:6-7 Ton trône, ô Dieu, est à toujours ; le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité. 7 Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté : C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint d’une huile de joie, par privilège sur tes collègues.

 

L'huile est le symbole de la joie (Ésaïe 61:3). Kimchi dit que le Psalmiste tente de dire que Dieu, en oignant le Messie en tant que Son roi, l'exaltera au-dessus des autres et produira une joie universelle (cf. la note au v. 8, Soncino).

 

Le texte est répété dans Hébreux 1:8-9, ce qui montre bien que ce texte se réfère à Jésus-Christ en tant que Messie. Ce texte prouve clairement que :

a.         Le Dieu de Jésus-Christ est Dieu le Père ; et

b.        Christ est un être parmi plusieurs êtres qui sont ses pairs et qu’il s’est qualifié pour faire un travail spécial (une tâche particulière), à savoir devenir l’époux royal de l'église en tant que grand prêtre (souverain sacrificateur) (cf. Ps. 110:1-7) pour la défense de la vérité et de la justice.

 

Psaume 45:8-9 La myrrhe, l’aloès et la casse parfument tous tes vêtements ; dans les palais d’ivoire les instruments à cordes te réjouissent. 9 Des filles de rois sont parmi tes bien-aimées ; la reine est à ta droite, parée d’or d’Ophir.

 

Ici, la Reine est l'église à sa droite, de même qu’il est lui-même à la droite du Père. Les parfums ont un symbolisme qui est détaillé dans le document d’étude Le Commentaire sur Esther (No. 063). Les parfums font référence aux bons traits de caractère (Kimchi) obtenus par l’entremise de l'Esprit. Les palais d'ivoire sont traduits comme des palais incrustés d'ivoire par Malbim, à partir desquels il sortira à la rencontre de son "épouse" (Soncino, la note au v. 9). Rashi soutient que l'interprétation correcte devrait plutôt être ceux qui viennent de Moi vous réjouiront encore plus que des palais d'ivoire. Le mot minni est une forme abrégée de mimenni (de Moi), bien que certains soutiennent qu'il s'agit d'une forme emphatique de cela, de là, en vérité (Soncino, ibid.).

 

Le terme dames d’honneur [voir version Darby de la Bible par exemple] peut être traduit par tes précieuses selon Ibn Ezra et Kimchi. La Soncino traduit le texte principal comme tes préférées. Rashi soutient que le terme signifie visite. De là, les filles des rois viennent en visite. Le Targum traduit le texte comme viennent pour visiter et te montrer l’honneur (la note 10, Soncino).

 

Section 3. Versets 10-17

Ici, nous avons une allocution (v. 11-13) à l’épouse royale, qui décrit les qualités que Dieu lui a accordées en tant qu'épouse apte (convenable) et prête pour Jésus Christ. Les rabbins considèrent que la fille se réfère à la nation d'Israël, puis ils la restreignent à nouveau à la fille de Juda par comparaison avec les Lamentations 2:6 (Soncino, la note. 11).

 

Psaume 45:10-17 Écoute, ma fille, vois, et prête l’oreille ; oublie ton peuple et la maison de ton père. 11 Le roi porte ses désirs sur ta beauté ; puisqu’il est ton seigneur, rends-lui tes hommages. 12 Et, avec des présents, la fille de Tyr, Les plus riches du peuple rechercheront ta faveur. 13 Toute resplendissante est la fille du roi dans l’intérieur du palais ; elle porte un vêtement tissu d’or. 14 Elle est présentée au roi, vêtue de ses habits brodés, et suivie des jeunes filles, ses compagnes, qui sont amenées auprès de toi ; 15 on les introduit au milieu des réjouissances et de l’allégresse, elles entrent dans le palais du roi. 16 Tes enfants prendront la place de tes pères ; tu les établiras princes dans tout le pays. 17 Je rappellerai ton nom dans tous les âges : Aussi les peuples te loueront éternellement et à jamais. (LSG)

 

Le Verset 10 appelle la jeune fille à sortir de son propre peuple. Ce point est développé dans le document l’étude Le Cantique des Cantiques (No. 145). La Soncino dit que L’épouse vient d'une nation étrangère où des idoles sont adorées. Ibn Ezra suggère donc que c’est la femme de David. D'autres essayent même d'inclure Salomon qui a épousé Maaca, la fille de Gueschur et la fille du Pharaon. La signification est clairement que les Gentils (les Païens) sont inclus ici comme étant dans Israël. L'identification avec Israël ne peut se référer qu'à des convertis païens, et non au Judaïsme. Metsudath David dit :

Lu dans son contexte Messianique, c'est un appel aux nations à s’identifier avec la cause du Messie et non pas aux intrigues de ses adversaires (Soncino, la note. 11).

 

Le verset 11 [12] fait allusion à la beauté de l'église qui est fort désirée par le roi. Dieu est le Seigneur de l'église et Il est l'objet de son adoration. La fille de Tyr fait référence aux systèmes religieux du monde (cf. Ézéchiel 28). Kimchi soutient que ce n’est pas seulement Tyr mais aussi les riches des autres nations qui apporteront leurs présents (Soncino). Ici, l'église devient la fille du roi, prête à être donnée à l'époux Messie qui a été oint en tant que roi. Les vierges sont ceux qui suivent l'église comme ses compagnons. Cette division est une représentation des 144000 et de la grande multitude dont il est question dans Apocalypse 7:1-17.

 

Le verset 13 est traduit dans la version KJV comme la fille du roi est toute glorieuse intérieurement. Les vêtements en or sont une allusion au statut social accordé à l'église lors du mariage ; à la pureté de l'église, symbolisée par les robes blanches, est remplacée par des vêtements d'or, raffinés dans le feu et symbolisant le rang royal de l'église.

 

Un dérivé bizarre de l'interprétation erronée de ce texte par certaines autorités rabbiniques était qu'elles enseignaient alors que la vraie gloire d’une femme modeste se trouvait dans l’intimité de son propre foyer (Shavuoth 30a ; voir aussi Maimonides Mishneh Torah, les Lois se Rapportant aux Femmes 13:11; et aussi cf. Hirsch, Soncino). Dans un désir de rejeter (renier) le Messie et l'Église, ces autorités rabbiniques ont emprisonné leurs propres femmes.

 

Le verset 14 est aussi traduit comme elle sera amenée devant le roi, vêtue de robes multicolores. Les vierges, ses compagnes qui la suivent, seront amenées devant toi. Il y a une traduction du mot riqmâh SHD 7553, signifiant diversité et de là, coloré, et relié avec un tisserand en couleurs (Ex. 26:36), utilisé spécifiquement pour la broderie, lequel Green (la Bible Interlinéaire) le traduit comme ouvrage brodé. Elle n'a pas besoin de ces parures pour satisfaire sa vanité mais plutôt pour augmenter l'honneur du roi (cf. Hirsch). Ses compagnes sont les demoiselles d'honneur qui la suivent dans le cortège.

 

L’allusion aux pères et aux fils montre que la dynastie messianique n'est pas concernée par la lignée ascendante mais par les descendants. Kimchi soutient que ces progénitures lui assureront un avenir distingué (Soncino). Ainsi, le sacerdoce de Melchisédek n'est pas concerné par la généalogie, comme l’était le sacerdoce d’Aaron, mais par la descendance éternelle basée sur la justice (Ps. 110:1-7 ; Héb. 5:6). Voir également le document Melchisédech (No. 128).

 

Le Royaume de Dieu s’étendra, par la subjugation des autres peuples sur lesquels ses fils, en tant qu’enfants du Messie, régneront (cf. Soncino). C'est Dieu qui fera en sorte que le nom du Messie soit commémoré à travers toutes les générations et que, par conséquent, le peuple le louera pour toujours et à jamais.

 

Résumé

Nous avons ici un beau Psaume qui est Messianique. Dans le discours, il décrit l'époux royal en termes de :

·           La beauté de sa personne

·           La bravoure de ses conquêtes

·           La stabilité de son royaume

·           La joie de son mariage

·           La relation de l’époux envers le Père.

 

Dans l'allocution à l’épouse royale, nous avons un aperçu :

·           Le dévouement complet de l’épouse envers l’époux royal

·           La merveilleuse promesse de grands honneurs

·           Un éloge des charmes ou vertus de l’épouse

·           La promesse de grâces Divines croissantes

 

Le Psaume se termine au verset 17 en disant, Je rappellerai ton nom dans tous les âges : Aussi les peuples te loueront éternellement et à jamais. Dieu a exalté Christ et, à partir de cette onction, les gens le louent. Le Psaume est un chant concernant le mariage du Messie époux avec l'épouse qui est l'église. Dieu est le Père de l’épouse et Il est la puissance qui exalte le Messie. Il est le roi et l’elohim ou le Dieu du Messie et de l’épouse. Dieu est loué à travers la beauté de ce Psaume et de cette union.

 

 

q