Les Églises Chrétiennes de Dieu

[211]

 

    

 

 

 

 

 

 

 

La Signification du Terme Fils de Dieu [211]

 

(Édition 2.0 19970813-20140914))

 

 

 

Cette étude est une explication du terme Fils de Dieu tel qu’utilisé dans la Bible et tel que compris par les Juifs et la première église.

 

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1997 écrit par Dave Bedwell, édité par Wade Cox)

(Tr. 2010, rév. 2014)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

      

 

La Signification du Terme Fils de Dieu [211]

 

Le titre de Fils de Dieu est donné, par ceux qui revendiquent être ses disciples, à l'homme né dans le règne du roi Hérode en Israël au premier siècle AEC. Hérode est mort entre le 1er et le 13 Nisan en l'année 4 AEC. L'homme était un Juif de naissance et est né à Bethléhem dans le clan de David, roi d'Israël. Sa mère s’appelait Miriam (cf. Luc 1:27-56 appelée Mariam SGD 3137) dans le monde Hellénisé. Sa sœur, femme de Cléophas, s’appelait Maria, qui est simplement une autre version de ce nom. Elle a épousé Joseph de la lignée de David par Salomon et Jéchonias (voir Matt. 1:7-17). Elle était elle-même de la lignée de David par Nathan et était reliée par le sang à la tribu Lévitique par Elizabeth, sa cousine, qui était la femme du grand sacrificateur de la division d'Abija (voir l’étude La Généalogie du Messie (No. 119)). Elle est tombée enceinte avant qu'elle n’ait épousé Joseph et il allait la répudier. Par l'intervention miraculeuse, il n'a pas agit ainsi et un enfant lui est né qui a été appelé Yahoshua (SHD 3091 Yehowshu'a, maintenant prononcé Joshua par le raccourcissement du son ah et de l'application incorrecte de la lettre J en hébreu). Il signifie Yahovah a sauvé. C'est le même nom qui est donné à Yahoshua, ou Josué fils de Nun, le chef d'Israël à la mort de Moïse. Il a été écrit par les Grecs comme 'Iesou (SGD 2424 ; cf. Luc 3:29 ; Héb. 4:8). Cette version est due aux limitations linguistiques en prononçant la lettre Y en hébreu et la tendance de raccourcir les noms aux temps du Nouveau Testament. [éd.]

 

À l’époque où Yahoshua est venu, les Juifs espéraient sérieusement à un Messie prophétisé. Pourtant, plusieurs dans les églises du monde ont mal compris qui les Juifs attendaient. Voyons qui les Juifs pensaient que le Messie serait. Ils savaient qu'il serait de la maison de David et spécifiquement de Bethléhem Ephrata. Il serait également né d'une vierge mais ils ont mal compris ce fait. En outre, son nom a été mal compris.

 

Michée 5:2 Et toi, Bethléhem Ephrata, Petite entre les milliers de Juda, De toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, Et dont l’origine remonte aux temps anciens, Aux jours de l’éternité. (LSG)

 

Voir l’étude : Michée 5:2-3.

 

Ésaïe 7:13-14 Ésaïe dit alors : Écoutez donc, maison de David ! Est-ce trop peu pour vous de lasser la patience des hommes, Que vous lassiez encore celle de mon Dieu ? 14 C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d’Emmanuel. (LSG)

 

(Immanuel signifie littéralement avec nous est Dieu. Cet aspect de la prophétie a été donné à Ésaïe de sorte qu'on la voie pour s’étendre au delà des temps d'Achaz comme nous le voyons d’Ésaïe 8:8 et impliquerait la captivité de la terre d'Immanuel.)

 

Ésaïe 9:6-7 Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. 7 Donner à l’empire de l’accroissement, Et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, L’affermir et le soutenir par le droit et par la justice, Dès maintenant et à toujours : Voilà ce que fera le zèle de l’Éternel des armées. (LSG)

 

Ésaïe 11:1-4 Puis un rameau sortira du tronc d’Isaï, Et un rejeton naîtra de ses racines. 2 L’Esprit de l’Éternel reposera sur lui : Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel. 3 Il respirera la crainte de l’Éternel ; Il ne jugera point sur l’apparence, Il ne prononcera point sur un ouï-dire. 4 Mais il jugera les pauvres avec équité, Et il prononcera avec droiture sur les malheureux de la terre ; Il frappera la terre de sa parole comme d’une verge, Et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant. 5 La justice sera la ceinture de ses flancs, Et la fidélité la ceinture de ses reins. (LSG)

 

Jérémie 23:5-6 Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, Où je susciterai à David un germe juste ; Il régnera en roi et prospérera, Il pratiquera la justice et l’équité dans le pays. 6 En son temps, Juda sera sauvé, Israël aura la sécurité dans sa demeure ; Et voici le nom dont on l’appellera : L’Éternel notre justice. (LSG)

 

Ainsi ce n'est aucune surprise que, quand Yahoshua leur a demandé de quel fils le Messie était (Matt. 22:41-42), ils répondraient qu'il était le fils de David. Mais remarquez que le Messie continue à leur expliquer quelque chose qu'ils n’ont pas compris auparavant :

 

Matthieu 22:43-45 Et Jésus leur dit : Comment donc David, animé par l’Esprit, l’appelle-t-il Seigneur, lorsqu’il dit : 44 Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, Jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ? 45 Si donc David l’appelle Seigneur, comment est-il son fils ? (LSG)

 

Remarquez leur réponse :

 

Matthieu 22:46 Nul ne put lui répondre un mot. Et, depuis ce jour, personne n’osa plus lui proposer des questions. (LSG)

 

Les Juifs n’avaient aucune idée que le Messie serait d'origine divine. Cependant, comment cela se peut-il d’après les Écritures mentionnées ci-dessus (És. 9:6-7 ; 11:1-4 ; Jér. 23:5-6) ? La réponse simple est que les Juifs n’ont pas compris ces Écritures.

 

Regardez ce que la Soncino indique au sujet d’Ésaïe 7:14 en ce qui concerne l'expression une vierge :

 

la jeune femme. Ha.almah en hébreu signifie une femme adolescente, d’un âge nubile. L’argument que le mot doit nécessairement suggérer 'vierge' est sans garantie. L'hébreu pour 'vierge' est bethulah, bien que 'almah porte aussi parfois cette signification. Il est difficile de dire avec certitude qui était la jeune femme visée. La considération chronologique exclut la mère d’Ézéchias (Rashi, Ibn Ezra, Kimchi) ; et le fait que la naissance (ou le nom) devait servir de signe pour convaincre Achaz de l’accomplissement certain de la prophétie exclut l'interprétation Christologique (l'emphase ajoutée partout)... L'épouse d’Ésaïe (Rashi, Ibn Ezra), une épouse d'Achaz (Kimchi) ou une femme de la Famille Royale (Arbarbanel) a pu avoir été la jeune femme du texte (Isaiah, Soncino Press, New York, p. 35).

 

De même, le passage d’Ésaïe 9:5-6 en ce qui concerne les expressions :

 

un enfant : "une personne contemporaine est visée. Le Talmud et les commentateurs Juifs postérieurs ont compris l'allusion pour être le fils d'Achaz, à savoir Ézéchias.

 

Le gouvernement est sur son épaule : "à la différence de son père qui était un vassal du roi d'Assyrie."

 

pele-joaz, etc. : La signification des mots hébreux est ‘Merveilleux en Conseil est Dieu le Puissant, le Père Éternel, le Gouverneur de Paix’. L'enfant portera ces noms afin de rappeler au peuple le message qu'ils incarnaient (ibid., p. 44)

 

La Septante (LXX) rend la traduction d’Ésaïe 9:6 comme l’Ange du Grand Conseil. Ceci a été compris en termes physiques comme un messager humain. La LXX a été rejetée par la secte rabbinique qui a succédé aux Pharisiens après la dispersion suite à la destruction du Temple en 70 EC.

 

Ainsi, il est clair que les Juifs ont correctement compris que le Messie était celui pour être le fils de l'homme, né de la femme, comme fils de David, mais ont complètement mal compris la position biblique qu'il serait également le fils de Dieu par origine divine.

 

Le Messie s'identifie clairement en tant que tel aux personnes de son époque, et les gens l'ont correctement appelé le fils de Dieu. La question devient confuse quand nous considérons l'utilisation contemporaine de l'expression. Dans l'ère moderne, les gens se réfèrent par habitude à l'humanité comme fils ou filles de Dieu, c.-à-d. les enfants de Dieu. Cependant, la plupart des personnes contemporaines ont mal compris l'interprétation juive de ce que signifiait l'expression fils de Dieu au premier siècle. Nous verrons qu'elle signifiait quelque chose de tout à fait différent que ce qui est compris aujourd'hui.

 

Matthieu 16:14-17 Ils répondirent : Les uns disent que tu es Jean-Baptiste ; les autres, Elie ; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes. 15 Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? 16 Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. 17 Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. (LSG)

 

On pourrait se demander pourquoi c'était une telle révélation merveilleuse parce que, sûrement, le Messie leur a dit qui il était, et au sujet de la façon dont il était né d’une vierge etc. Ainsi, pourquoi "tu es le Christ, le fils du Dieu vivant" serait-elle une étrange révélation ?

 

Pour comprendre pourquoi c'était une révélation étonnante par Pierre de sa compréhension de qui l'homme Yahoshua était, nous devons aller dans l’Ancien Testament pour voir comment le terme est utilisé. C'était le contexte duquel ils venaient. Ils n’avaient pas le Nouveau Testament écrit avec sa référence commune aux élus en tant que fils de Dieu. L'Église de Dieu au vingtième siècle a toujours interprété cette expression, particulièrement comme utilisée dans le Nouveau Testament, en référence aux élus. Mais regardons-la de nouveau, et comment elle est utilisée dans le contexte historique des Juifs au premier siècle.

 

Daniel 3:25 Il reprit et dit : Eh bien, je vois quatre hommes sans liens, qui marchent au milieu du feu, et qui n’ont point de mal ; et la figure du quatrième ressemble à celle d’un fils des dieux. (LSG)

 

Job 1:6 Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l’Éternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux. (LSG)

 

Job 2:1 Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l’Éternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux se présenter devant l’Éternel. (LSG)

 

Ainsi, d’après les Écritures ci-dessus dans Job, nous pouvons voir que HaSatan ou l'adversaire, Satan le Diable, est compté parmi les fils de Dieu.

 

Job 38:7 Alors que les étoiles du matin éclataient en chants d’allégresse, Et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie ? (LSG)

 

Psaume 29:1 Psaume de David. Fils de Dieu [bene elim - c.-à-d. fils de Dieu], rendez à l’Éternel, Rendez à l’Éternel gloire et honneur ! (LSG)

 

Psaume 89:6 Car qui, dans le ciel, peut se comparer à l’Éternel ? Qui est semblable à toi parmi les fils de Dieu ? [bene elim - c.-à-d. fils de Dieu] (LSG)

 

[L’Éternel ici est Yahovah. Le concept semble être que le Messie est le Yahovah mentionné ici. Voir ISBE réf. ci-dessous. éd.]

 

Ainsi, de l’Ancien Testament, on peut voir, suite aux références ci-dessus, que le paradigme historique des personnes du premier siècle était que l'expression fils de Dieu était employée en référence à l’Armée céleste.

 

Il y a deux Écritures qui font référence au fils de Dieu et qui sont quelque peu controversées quant à savoir si la référence est aux humains ou à l’Armée. La première est Genèse 6:2-4 – le très débattu récit des Nephilim. Le Commentaire Jamieson, Faucette and Brown Commentary fait référence au dernier verset dans Genèse 4 "et les gens ont commencé à invoquer le nom du Seigneur" et dit qu'il devrait être traduit par "et les gens ont commencé à s'appeler par le nom du Seigneur." Ainsi, leur interprétation est que les fils de Dieu dans Genèse 6:2-4 devraient se référer aux fils de Caïn qui ont pris pour eux-mêmes le nom de Dieu. Cependant, les Juifs d’aujourd’hui ou du premier siècle tiennent-ils cette vue ? Josèphe (Josephus), un historien du premier siècle (n. 29 EC, m. environ 100 EC) note :

 

Or, cette postérité de Seth a continué à estimer Dieu en tant que Seigneur de l'univers, et à avoir un respect entier pour la vertu, pendant sept générations ; mais au cours du temps, elle a été pervertie, et a abandonné les pratiques de ses ancêtres, et n'a pas payé non plus ces honneurs à n’importe quel souci de rendre justice envers les hommes. Mais pour quel degré d'ardeur ils ont autrefois montré pour la vertu, ils ont montré maintenant par leurs actions un degré double de méchanceté, par lequel ils ont fait Dieu pour être leur ennemi ; car beaucoup d'anges* de Dieu accompagnés avec des femmes, ont engendré des fils qui se sont avérés injustes, et des dénigreurs de tout ce qui était bon, à cause de la confiance qu’ils avaient dans leur propre force, parce que la tradition est que ces hommes ont fait ce qui a ressemblé aux actes de ceux dont les Grecs appellent des Géants. (*Note de bas de page : Cette notion, que les anges déchus étaient, dans un certain sens, les pères des anciens géants, était la vue constante de l'antiquité.) (Josephus Antiquities of the Jews, Bk. 1, Ch. 3, Sect. 1– Whiston tr.).

 

Comme on peut le voir de Josèphe, qui était un Pharisien du premier siècle, les Juifs croyaient que Genèse 6:2-4 était une référence à l’Armée démoniaque. Si vraiment Genèse 6:2-4 est en réalité une référence aux humains de la lignée de Seth ou de l’Armée démoniaque, c’est non pertinent. Les Juifs du premier siècle ont clairement identifié le terme fils de Dieu avec l’Armée angélique. [L’idée que les fils de Dieu se réfèrent à la lignée de Seth vient d'Augustin d’Hippone dans La Cité de Dieu c. 400 EC. Ce n’est pas un concept hébreu. éd.]

 

L'autre texte est Osée 1:10 qui est une prophétie duelle, se référant aux êtres humains étant réunis ensemble avec les fils d'Israël, et à qui l’Esprit Saint de Dieu est donné dans le Millenium.

 

Osée 1:10 Cependant le nombre des enfants d’Israël sera comme le sable de la mer, qui ne peut ni se mesurer ni se compter ; et au lieu qu’on leur disait : Vous n’êtes pas mon peuple ! on leur dira : Fils du Dieu vivant ! (LSG)

 

En tant que les destinataires de l’Esprit Saint, eux et nous sommes des fils engendrés de Dieu, et nous sommes nés dans le Royaume de Dieu au baptême et sommes des êtres spirituels à la Résurrection des Morts. C'est le destin ultime de toute l’humanité, de devenir des fils littéraux de Dieu en tant qu’êtres spirituels.

 

Luc 20:35-36 mais ceux qui seront trouvés dignes d’avoir part au siècle à venir et à la résurrection des morts ne prendront ni femmes ni maris. 36 Car ils ne pourront plus mourir, parce qu’ils seront semblables aux anges, et qu’ils seront fils de Dieu, étant fils de la résurrection. (LSG)

 

Le terme égal aux anges vient du grec isaggelos qui est un mot composé tiré de isos signifiant égal, en quantité ou en qualité (emphase ajoutée partout) et aggelos signifiant ange. La signification est que les Chrétiens dans la résurrection seront rangés comme fils de Dieu – ceci étant une des classes de [l’Armée] céleste (voir l’étude L'Ange de YHVH (No. 24)).

 

Regardez ce que cela indique. Toutes les fois que l'expression le fils [ou les fils] de Dieu est employée, elle est utilisée exclusivement pour l’Armée. Nous sommes alors greffés dans la famille de Dieu par adoption comme Paul en a parlé, à travers l'Esprit Saint qui demeure en nous. L’Église au vingtième siècle a limité Luc 20:35-36 comme étant une référence à un être asexué ou sans genre. Mais ce n'est pas ce que l’Écriture dit. Elle ne dit pas qu’à la résurrection, les gens qui ont été des hommes ou des femmes seront maintenant sans genre. Elle dit, cependant, que nous serons comme les anges, étant les fils de Dieu. L'implication claire de ceci est basée sur la suite de chaque référence dans l’Ancien Testament aux fils de Dieu en référence à l’Armée, signifiant que nous serons une partie de l’Armée céleste comme fils de Dieu.

 

Matthieu 5:9 Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! (LSG)

 

Ainsi, les conciliateurs ne sont pas maintenant des fils de Dieu, mais ont cela comme leur destin final car ils seront appelés fils de Dieu. Par conséquent, regardez ce qui est dit entre les Scribes, les Pharisiens et les Sacrificateurs et le Messie pendant son ministère.

 

Matthieu 26:63-65 Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit : Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu. 64 Jésus lui répondit : Tu l’as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel. 65 Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, disant : Il a blasphémé ! Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, vous venez d’entendre son blasphème. (LSG)

 

Pourquoi serait-ce un blasphème de dire que vous étiez le fils de Dieu ? Remarquez :

 

Jean 10:24-38 Les Juifs l’entourèrent, et lui dirent : Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens ? Si tu es le Christ, dis-le nous franchement. 25 Jésus leur répondit : Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi. 26 Mais vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. 27 Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. 28 Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. 29 Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. 30 Moi et le Père nous sommes un. 31 Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider. 32 Jésus leur dit : Je vous ai fait voir plusieurs bonnes œuvres venant de mon Père : pour laquelle me lapidez-vous ? 33 Les Juifs lui répondirent : Ce n’est point pour une bonne œuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu. 34 Jésus leur répondit : N’est-il pas écrit dans votre loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ? 35 Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l’Écriture ne peut être anéantie, 36 celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites : Tu blasphèmes ! Et cela parce que j’ai dit : Je suis le Fils de Dieu. 37 Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas. 38 Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces œuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père. (LSG)

 

Il est évident que l'expression le fils de Dieu voulait dire beaucoup plus pour eux que juste un des enfants d'Adam (Luc 3:38). Cela signifiait qu'il provenait des cieux comme un de l’Armée. Quand Yahoshua a réclamé le titre de fils de Dieu, ceci constituait pour eux un blasphème. À leur avis, quand il l’a dit, il s'est fait lui-même égal avec le YHVH élohim de leurs pères, dont ils savaient qu’il était :

 

‘L’ange de l’alliance ; c.-à-d. Dieu dans un personnage représentatif, c.-à-d. - Dieu de l’Alliance d’Israël’ (Barnes). Rashi et Ehrlich interprètent : l'ange désigné pour venger la transgression de toute alliance (The Twelve Prophets, Soncino Press, p. 349).

 

Ainsi, nous pouvons voir que les Juifs auraient interprété sa déclaration comme signifiant qu’il était un de l’Armée céleste, et c’est pourquoi ils ont voulu le lapider. Il se faisait passer pour être le YHVH élohim d'Israël lequel, bien sûr, il était. Ainsi, dans l'esprit des Juifs, lui, étant un homme, se faisait passer pour [un] Dieu, comme les Juifs comprenaient ce terme, c.-à-d., comme l’ange de la présence. Ce Grand Ange était le second élohim d'Israël. Ceci constituait une hérésie grossière et un blasphème pour ceux qui n'avaient pas compris les prophéties de sa venue.

 

Jean 3:18 Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. [monogenous uios tou Theou ou le seul fils né du Dieu]. (LSG)

 

Jean 19:7 Les Juifs lui répondirent : Nous avons une loi ; et, selon notre loi, il doit mourir, parce qu’il s’est fait Fils de Dieu. (LSG)

 

Inclus dans ce titre, fils de Dieu est plus que juste ce que nous lisons en un coup d'œil. Cela signifie qu'il était un de l’Armée descendant du ciel pour être incarné. Et alors, ce grand être n'a rien fait pour les libérer de l'esclavage des Romains, mais leur a dit de se repentir, ce qui les libérerait d'un plus grand asservissement que celui des Romains, à savoir, la mort. C'était comme le sel dans la blessure pour les chefs Juifs, et ils l'ont tué pour cela. Ils ont refusé de se repentir quoiqu'un plus grand prophète leur a été envoyé à eux plutôt qu’à n'importe laquelle des autres nations. C'est pourquoi les enfants de Sodome et de Ninive se lèveront pour le jugement sur la génération des Juifs du premier siècle (Matt. 11:20-24 ; 12:41).

 

Mais celui qui a entendu ses paroles et qui a été témoin de ses actes savait qu'il était le fils de Dieu. Ils ont pris sa remontrance pour le juger sur les œuvres qu'il a effectuées, que les Scribes, les Pharisiens et les Sadducéens ont rejetées (Jean 10:38).

 

Jean 11:27 Elle lui dit : Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde. (LSG)

 

Nous pouvons voir ici qu'elle l'identifie comme le fils de Dieu, c.-à-d. l’être angélique, qui vient au monde. Le focus est sur le fils qui vient au monde. C’est soutenu par :

 

Galates 4:4 mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, [pour être] né d’une femme, né sous la loi, (LSG)

 

La construction grammaticale ici est que Yahoshua était fils de Dieu avant son incarnation, et Dieu l'a envoyé pour être né d'une femme. Quand un homme a un enfant, il ne dirait pas que "j'ai envoyé mon enfant." Cependant, c'est la façon dont plusieurs interprètent ce texte. Clairement, Yahoshua était le fils de Dieu avant sa naissance humaine et a été envoyé par Dieu pour être le seul dieu né (Jean. 1:18 ; cf. texte de l’Interlinear de Marshall et Syriac).

 

Pour conclure, voici ce que l’encyclopédie The International Standard Bible Encyclopedia, édition de 1988 sous l'article "Les Fils de Dieu (OT)", Volume IV, page 584 indique sur la signification du terme les fils de Dieu :

 

LES FILS DE DIEU (OT) [Héb. bene (ha) elohim, bene elim] êtres Divins. De même que [l’expression] "les fils de l'homme" veut dire les êtres humains en hébreu, ainsi [l’expression] "les fils de Dieu" veut dire êtres divins, c.-à-d., dieux. Dans la religion et le mythe cananéens, le terme "fils de Dieu" ou "fils des dieux" se rapportait aux dieux en général. Ils étaient les déités du panthéon qui s’assemblaient pour rendre des décisions concernant le gouvernement du monde. Les textes mythologiques ougaritiques, par exemple, appellent ce conseil divin l'assemblée des fils de dieu" (ou "de 'El," le dieu en chef). La survie de cette idée dans la tradition cananéenne est illustrée par une référence à "tous les fils des dieux" dans une incantation phénicienne du 7ème siècle Av. J.-C trouvée à Arslan Tash en Syrie du nord.

 

La même utilisation se produit, au moins de façon rudimentaire, dans certains passages dans la Bible hébraïque. Deut. 32:8 indique que "quand le Très-Haut donna aux nations leur héritage, quand il sépara les fils des hommes, il fixa la limite des peuples selon le nombre des fils de Dieu" (ainsi RSV, NEB ; le TM a incorrectement les "fils d'Israël" [bene yishra'el], mais les versions [par exemple de la LXX, Symm., du Vieux Latin ] et un rouleau  de Qumran soutiennent la lecture "les fils de Dieu" [bene elim]).

 

Les fils de dieu apparaissent dans d'autres passages poétiques, qui ont un caractère archaïque. Job 38:7, par exemple, les identifie avec "les étoiles du matin" et rappelle qu'ils ont crié leur joie à la création de la terre par Yahweh. Ps. 29:1 fait appel aux "fils de Dieu" (de l’hébreu bene elim ; RSV "êtres célestes") pour louer Yahweh. Ps. 82:1 décrit Yahweh comme se levant au milieu des dieux - c.-à-d., "au conseil divin" (Lit. conseil "de 'El") - pour émettre le jugement sur les autres dieux. Le verset 6f. dit : "Vous êtes des dieux, les fils du Très-Haut, vous tous ; néanmoins, vous mourrez comme les hommes." Ps. 89:6 (TM 7) est une affirmation de la non-comparabilité de Yahweh : "qui parmi les êtres célestes [bene elim] ressemble au Seigneur..." (cf. Ex. 15:11). De nouveau, l'intention originale de ces passages a pu avoir été de représenter Yahweh comme une déité (quoique la plus grande et seule déité juste) à côté des autres dans le conseil divin. Mais les passages ont été préservés parce qu'ils peuvent être compris à la lumière de l'idée biblique générale d'un conseil d’êtres divins subalternes ("messagers" ou anges") gouvernés par Yahweh (voir Ps. 82 en particulier. G. E. Wright, OT Against its Environment [SBT, 1/2 ; 1950], pp 30-41).

 

Le prologue dans Job reflète cette notion biblique plus habituelle des êtres divins subalternes. Job 1:6 et 2:1 se rapportent "à un jour où les fils de Dieu sont venus pour se présenter devant le Seigneur." Dans ce cas-ci, les fils de Dieu sont des êtres angéliques qui effectuent la volonté de Yahweh sur la terre et relèvent de Lui dans Son conseil céleste. La figure relativement indépendante "de l'adversaire" (haSatan, RSV "Satan") dans ce contexte prévoit des développements postérieurs dans la tradition Judéo-chrétienne selon laquelle SATAN ou Lucifer et ses anges compagnons ont été considérés comme ayant une autonomie suffisante pour se rebeller contre Dieu.

 

Cela a une implication et une signification très claires à ce que le Messie a réalisé en devenant humain. Notez son contraste avec Satan qui a essayé d’atteindre l'égalité avec Dieu par la force :

 

Ésaïe 14:12-14 Te voilà tombé du ciel, Astre brillant, fils de l’aurore ! Tu es abattu à terre, Toi, le vainqueur des nations ! 13 Tu disais en ton cœur : Je monterai au ciel, J’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu ; Je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée, à l’extrémité du septentrion ; 14 Je monterai sur le sommet des nues, Je serai semblable au Très-Haut. (LSG)

 

Et voici ce que le Messie a fait :

 

Philippiens 2:6-9 lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 7 mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; 8 et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. 9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, (LSG)

 

Ainsi, nous avons une comparaison entre deux fils de Dieu comme notés dans Job. Un, HaSatan, l'adversaire, a essayé de se glorifier au-dessus de ses frères, les anges, et a essayé de saisir un titre glorifié par la force ; l'autre, Yahoshua le Messie, s’est humilié et est devenu un esclave et une offrande, et alors Dieu l'a glorifié pour ce qu'il a réalisé par la soumission et l'obéissance.

 

Comme nous l’avons vu, le titre le Fils de Dieu se réfère à l’Armée céleste, particulièrement à la vue des Juifs du premier siècle. Il s'applique à nous car nous avons reçu l'esprit d'adoption (parce que nous n’avons pas été créés comme l’Armée et ainsi avons dû être greffés, c’est de la même façon dans laquelle les Païens ont été greffés à Israël). Dans l'énonciation de Yahoshua qu’il était le Fils de Dieu, les Juifs l’ont entendu et compris pour avoir dit : "je suis votre YHVH élohim, le fils de YHVH des Armées incarné dans la chair." Le seul endroit où les Juifs avaient déjà entendu le terme fils de Dieu était en référence à l’Armée céleste, ainsi, ils l'ont interprété pour dire justement cela en effet. Telle était la raison de leur animosité. Comment autrement le terme fils de Dieu serait-il offensant ? Ils pourraient de même facilement examiner les Écritures et voir qu'ils sont appelés élohim à qui la parole de Dieu est adressée, mais l'expression fils de Dieu avait la corrélation directe à l’Armée céleste. C'est pourquoi elle était si offensante pour les Juifs. Puisque Yahoshua n’indiquait pas seulement qu’il était le Messie, fils de David, mais en employant l'expression fils de Dieu il disait : "Je suis un de l’Armée céleste incarné dans la chair." Cet être était l'élohim qui était connu comme l’Ange de Yahovah à la tête de la maison d'Israël (Zach. 12:8).

 

La Mauvaise Application du Terme : Le Fils de Dieu 

 

Cet aspect traite de la position du Christ en tant qu’un élohim. Le ministère des ramifications de l’Église Universelle de Dieu (WCG) ne réalise tout simplement pas les implications à cause de leurs erreurs Dithéistes sous l’Armstrongisme.

 

Nous, des Églises de Dieu, avons depuis longtemps été conscients que les Trinitaires et les prédécesseurs Binitaires qui sont entrés dans la foi en provenance des adorateurs des Cultes du Soleil et des Mystères et surtout des adorateurs du dieu Attis à Rome ont mal traduit les sections des textes de la Bible qui leur convenaient dans un effort de promouvoir et faire valoir leur théologie hérétique. Les Dithéistes de l’Armstrongisme ont joué parallèlement avec cela par le biais de leur ignorance.

 

Nulle part ceci est plus évident que dans Jean 10:33-36.

 

Jean 10:33-36 (King James Version KJV) dit :

Les Juifs lui répondirent : Ce n’est point pour une bonne œuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu. 34 Jésus leur répondit : N’est-il pas écrit dans votre loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ? 35 Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l’Écriture ne peut être anéantie, 36 celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites : Tu blasphèmes ! Et cela parce que j’ai dit : Je suis le Fils de Dieu.

 

Dans le but d'affirmer que Christ est Dieu et de dissimuler le fait qu'il est un élohim et pas Le Élohim ou Ha Élohim des Saintes Écritures, au verset 33, ils traduisent la dernière phrase comme : tu te fais Dieu, lorsque le grec dit : tu te fais un dieu, souscrivant ainsi aux versets 34-35. Il n'y a aucun article défini ici à l’accusatif dans la koinè.

 

Puis ensuite, au verset 36, ils traduisent la dernière phrase comme : Je suis le Fils de Dieu, quand le grec n'a aucun article défini et doit être tenu pour lire : un fils de Le Dieu je suis (uios tou theou eimi), ce qui par conséquent confirme que Christ est un des élohim, en tant que les fils de Dieu. Il n'y a aucun article défini dans le texte, sauf en ce qui concerne tou theou ou Le Dieu, et donc l'article indéfini doit être déduit par rapport à Christ, comme un fils de Dieu. Le texte cite également les Psaumes et il est incontestable que le psaume se rapporte aux élohim en tant que les fils de Dieu (Ps. 82:6). Ici, les Psaumes sont aussi inclus dans la loi mais dans Luc 24:44 la distinction habituelle de la Loi, des Prophètes et des Psaumes est utilisée. Cela accorde plus d'importance aux Saintes Écritures, toutes étant une partie de la Loi de Dieu plutôt que l'accent mis sur la Torah seule.

 

Ces fausses traductions des Trinitaires apparaissent sans cesse dans les textes traduits de l'hébreu et du grec. Le ministère d'Armstrong est non équipé pour traiter avec eux à cause du Dithéisme d'une grande partie du ministère WCG (voir l'étude Le Dithéisme (No. 076)). Ces erreurs ont continué jusqu’à la crise qui a détruit l’église WCG telle que expliquée dans le Message de la Nouvelle Lune du Sixième mois.

 

Le texte dans Daniel 3:25 (KJV) stipule : Il répondit et dit : Voici, je vois quatre hommes, et l’aspect de l’un [d’eux] est comme le fils de Dieu.” Ceci est une forgerie Trinitaire flagrante car il n'y a pas d'article défini et l'article indéfini est obligatoire signifiant un fils de Dieu, et Bullinger fait cette note dans sa note en bas de page au texte dans la Bible Companion Bible. Il dit que cela se réfère à un être surhumain ou Ange. Le déguisement du fait qu'il y avait de nombreux fils de Dieu est endémique dans la Bible version KJV du Texte Massorétique. Les textes dans Job 1:6 ; 2:1 et 38:4-7 ne peuvent cependant pas être dissimulés et montrent que les fils de Dieu (plus tard appelés messagers comme malak ou ‘angellos et de là anges) allaient tous devant le Trône de Dieu pendant le Temps de Job, y compris Satan et aussi qu'ils ont été commandés à être présents quand Dieu a créé la terre, y compris les Étoiles du Matin qui étaient multiples.

 

D'autres exemples de ces erreurs de traduction ou tout simplement des forgeries sont vus dans les textes suivants :

 

Matthieu 4:3,6 n'a pas d'article défini. L'article indéfini doit être déduit et doit se lire : Si un Fils de Dieu tu es” etc., et la même structure se trouve dans le verset 6 et ceci ne peut être traduit que par “si un fils de Dieu, tu es”, etc.

 

De même, dans Matthieu 14:33. Le texte n'a pas non plus l'article défini et doit être traduit par “En vérité de Dieu un fils tu es.”

 

Et aussi Matthieu 27:40, 43, 54. Dans chacun de ces versets, il n'existe pas d'article défini et l'article indéfini doit être déduit en vertu des règles du grec ; le verset 40 lit si un fils de Dieu tu es ; le verset 43 se lit aussi Il a dit de Dieu je suis un fils n’ayant pas également l'article défini ; comme c'est le cas avec le verset 54 aussi où le centurion dit : En vérité, de Dieu un fils était cet homme.

 

Marc 1:1 insère les mots Le Fils de Dieu quand les anciens manuscrits omettent tout ce texte. Marc 15:39 exige également l'article indéfini comme En vérité cet homme un fils de Dieu était.

 

Luc 1:35 n’a pas aussi l'article défini et doit être rendu un fils de Dieu. Luc 4:3,9 n’a pas également l'article défini et doit être traduit comme : si un fils de Dieu tu es, dans les deux cas.

 

Luc 8:28 n’a pas également l'article défini et doit être rendu comme un fils du Dieu Très-Haut.

 

Jean 10:36 tel que discuté ci-dessus, et 19:7 n’ont également aucun article défini et devraient lire : car un fils de Dieu, il s’est fait lui-même.

 

Romains 1:4 n'a pas non plus l'article défini et utilise tou uion de Lui. Maintenant, si tou uion est déduit pour lire le fils dans la koinè grecque alors cela doit aussi s’ensuivre que Ton Theon ou tou Theou dans la koinè doit être traduit Le Dieu. Ils ne peuvent pas l’avoir pour les deux, et theos tout seul en se référant au Messie ou à Satan (2 Cor. 4:4) doit lire un dieu sauf dans les textes où on le qualifie comme lorsque Satan est appelé comme le dieu de ce monde. L'article défini étant conditionné par le lieu c’est-à-dire de ce monde, ou comme de l’être subordonné tel que dans le cas en se référant à Christ en tant que l’Élohim de David (Ps. 45:6-7 ; Héb. 1:8-9) ou de Thomas dans Jean 20:28.

 

Dans chaque cas, dans la langue anglaise, suivant l'article défini inséré qui est absent dans le texte grec, [le mot] fils a été capitalisé.

 

Les Trinitaires ont mal traduit Hébreux 1:2 dans la version King James (KJV) utilisant son Fils alors que le texte grec dit un fils. Nous a, en ces derniers jours, parlé par son Fils.

 

Cependant, dans Hébreux 5:8 ils ont correctement utilisé l’article indéfini devant fils et ont alors capitalisé fils : Bien qu’il était un Fils.

 

C'est une preuve de plus des forgeries Trinitaires dans les textes de la Bible KJV.

q