Les Églises Chrétiennes de Dieu

[289]

 

 

 

Le Mariage [289]

 

(Édition 2.0 20001220-20070730)

 

 

Le mariage est l'institution la plus importante dans la nation. Il est la base de la nation et il reflète au niveau physique la relation que nous avons, au niveau spirituel avec Dieu et Christ. Il est si fondamental que le salut de toute l'humanité est basé sur une compréhension et une mise en application correcte de ces relations parmi les élus, en tant que fiancés de Christ dans la nation d'Israël.

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2000, 2007 Wade Cox et Erica Cox)

(Tr. 2003, rév. 2016)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 



Le Mariage [289]

 

 

La Création Adamique

 

Pour mieux examiner le mariage, nous devons d'abord retourner au commencement, à la création de l'humanité.

 

Satan s'était déjà rebellé contre Dieu à propos de cette question. Il a pensé qu'il pouvait faire aussi bien, sinon mieux, le travail de gouverner l'univers (Ézéchiel 28:1-10).

 

Il semble qu'il ait été indigné à la création de l'espèce humaine et qu'il ait initialement entrepris de créer sa propre espèce, comme par exemple, les dinosaures, les Néandertaliens, l'homme de Cro-Magnon, etc.

 

Satan était présent dans le Jardin d'Éden et Adam et Ève ont été avertis très spécifiquement à propos des produits alimentaires qu'ils pouvaient et ne pouvaient pas manger. Il devrait être rappelé que, dans la Bible, l'alimentation peut aussi signifier l'alimentation spirituelle ; nous devons donc faire preuve de discernement dans ce que nous choisissons d'apprendre. Le message de Satan était cette alimentation dont ils avaient été avertis de ne pas manger. Dès le début de la création Adamique, il a entrepris de détruire la relation des humains avec Dieu.

 

En créant une femme pour Adam, Dieu établissait les conditions pour un environnement stable dans lequel un homme et une femme pourraient grandir ensemble dans une relation affectueuse et pourvoir aux besoins de leurs enfants. Une des premières leçons pour Adam a été de donner un nom à chacune des créatures qui avaient été faites. En lui montrant ses responsabilités envers les créatures et l'entretien du jardin, Dieu enseignait aussi à Adam à assumer la responsabilité des besoins physiques et émotionnels de sa famille.

 

À travers Christ, Dieu a donné un ensemble de lois, qui sont basées sur Sa nature. Celles-ci régissent la vie de l'individu et de la société et démontrent le type de relation que nous devrions avoir avec Lui. La famille est donc centrale à la Loi de Dieu. Les lois en relation à la famille sont : le Cinquième Commandement, qui ordonne d'honorer ses parents ; le Sixième, qui proclame le caractère sacré de la vie et nous ordonne d'améliorer la vie de notre conjoint, de nos enfants, de la famille étendue, de la société et de la nation ; le Septième Commandement, qui interdit l'adultère ; le Huitième Commandement, qui traite du vol ; le Neuvième Commandement, qui interdit le mensonge et les faux témoignages, et le Dixième Commandement, qui ordonne de ne pas convoiter la femme d'un autre, etc.

 

En fait, la famille est affectée, à chaque fois que la Loi est enfreinte. Le point central dans la famille est Dieu.

 

L'établissement de l'autorité

Qu'est-ce qu'une famille ? La famille est le noyau du système. Elle commence par deux individus, le père et la mère, et elle est suivie par des enfants, mais elle est beaucoup plus grande que cela. Le dictionnaire Interpreter’s Dictionary of the Bible (Abingdon Press 1962, 1980 pp. 238 et suivantes) dit :

 

Étant donné que le mariage était patriarcal - c'est-à-dire centré sur le père - parmi les gens de la Bible, la famille était une communauté de personnes, reliées par les liens du mariage et de la parenté et placées sous l'autorité du père. La famille biblique était grande, particulièrement quand le mariage était polygame. Elle incluait le père, la(es) mère(s), les fils, les filles, les frères, les sœurs (jusqu'à leur mariage), les grands-parents, d'autres parents, de même que les serviteurs, les concubines et les personnes de passage (les étrangers). Les Israélites étaient encouragés à avoir de grandes familles, pour des raisons économiques aussi bien que religieuses. La famille grandissait par la naissance autant que par des alliances faites avec d'autres groupes ou individus. La solidarité de la famille était maintenue par son organisation autour du personnage du père et par l'application du principe de la justice punitive en termes de la responsabilité de l'entreprise (la famille).

 

Il déclare même que :

La famille fonctionnait comme une communauté religieuse, préservant les traditions passées en les transmettant par l'instruction et le culte. Les forces qui menaçaient l'intégrité et la sécurité de la famille, comme le changement économique et l'influence des cultures et des religions étrangères, ont été vigoureusement opposées par beaucoup d'auteurs bibliques. L'importance de la famille doit être vue dans la projection de ce concept au-delà des frontières de la famille comme telle. La famille élargie englobe alors les tribus hébraïques, les nations d'Israël et de Juda, les nations étrangères et tout Israël, du point de vue d'une communauté de foi plutôt que comme une nation. Dans le Nouveau Testament, elle identifie aussi la communauté Chrétienne.

 

Nous voyons donc que la famille s'étend aux parents, incluant aussi le serviteur et le visiteur, puis au clan ou à la tribu et ensuite à la nation. La santé et le bien-être des plus petites unités deviennent ainsi reflétés dans la société, comme un tout. La famille fonctionne sous les Lois de Dieu et, par conséquent, la nation aussi (cf. La Loi et le Cinquième Commandement [258]).

 

Le Illustrated Bible Dictionary (Dictionnaire Illustré de la Bible) (Inter-Varsity Press, Tyndale House Publishers 1980, la Partie 1, p. 500) déclare que :

 

Bien qu'il semble qu'à la création, l'intention ait été que le mariage soit monogame, on retrouve la polygamie (la polygynie, non pas la polyandrie).

 

La représentation prophétique d'Israël, comme la fiancée unique de Dieu, montre que ce n'était pas le plan de Dieu (Ésaïe 50:1 ; 54:6-7 ; 62:4-5 ; Jérémie 2:2 ; Ézéchiel 15 ; Osée 2:4 et suiv.).

 

Regardons un peu les termes.

 

La Concubine

Les lois bibliques et le statut d'un esclave, d'une servante, d'une concubine, etc., étaient différents de ceux d'une femme libre. Une concubine était une femme qui avait été vendue à un autre. Elle était parfois appelée une servante rémunérée.

 

Exode 21:8 montre que, quand une femme était vendue par son père pour être la servante d'un homme et que ce dernier la fiançait, il ne pouvait pas la vendre de nouveau à des étrangers, si elle ne lui plaisait plus. En outre, si elle était achetée pour son fils, il devait alors la traiter comme sa fille. D'après le verset 10, s'il se remariait, il devait nourrir, vêtir et donner des relations matrimoniales normales à la servante. S'il échouait à assumer une de ces responsabilités, elle pouvait s'en aller librement, sans lui payer aucune compensation.

 

Si un homme avait des rapports sexuels avec une concubine/servante qui était fiancée à un homme, comme dans la susdite situation, elle devait recevoir le fouet pour son action, mais elle ne devait pas être tuée, parce qu'elle n'était pas libre.

 

D'autres Écritures touchant aux fiançailles sont trouvées dans Deutéronome 20:7 et 28:30.

 

Les Fiançailles

Le mot fiancé, utilisé dans le Nouveau Testament, est mnesteuoo (SGD 3423). Cependant, il est seulement utilisé trois fois, à savoir dans Matthieu 1:18, Luc 1:27 et Luc 2:5. Ces Écritures parlent de Mariam qui est une vierge et qui est fiancée avec Joseph. Mariam était, en réalité, sa femme, bien que le mariage formel n'avait pas encore eu lieu et qu'il n'avait pas été consommé.

 

Le mot femme est généralement traduit de gune (SGD 1135), dans le Nouveau Testament, ou de 'ishshah (SHD 802), dans l'Ancien Testament. Les deux ont la même signification et sont des termes génériques pour femme qui signifient femme, épouse, vierge ou femme fiancée. Ce mot est souvent traduit par femme (épouse) pour une femme qui est une vierge et fiancée avec quelqu'un (voir Luc 2 :5 ; Deutéronome 20:7 et d'autres passages). Une vierge devient une épouse, à ses fiançailles, étant donné qu'elle est engagée ou liée à un homme. Il est son mari à partir de ce moment-là.

 

La Bigamie

La bigamie arrive quand un homme prend une seconde femme sans que la première femme ou la seconde femme n’en ait connaissance. Elle est illégale dans la plupart des pays où la monogamie est imposée par la loi.

 

La Polygamie

La polygamie était répandue en Israël. Elle signifie simplement des mariages multiples, d'habitude à l'intérieur du même groupe familial. David et Salomon ont eu tous les deux plusieurs femmes. L'Islam autorise quatre femmes et le premier Judaïsme permettait quatre et parfois cinq femmes. Le roi pouvait avoir jusqu'à dix-huit femmes.

 

1Timothée 3:2 déclare qu'un Évêque de l'Église doit être le mari d'une seule femme. L'interprétation de cette déclaration se trouve dans la Loi de Dieu. Il peut se remarier, après la mort de sa femme ou son divorce. Les lois du pays doivent être observées en rapport à cette question. En fait, lorsqu'on regarde les exemples de Sara et d'Agar ou de Rachel et de Léa, il est clair que ce n'est pas toujours une situation idéale (cf. l’étude Rachel et la Loi [281]).

 

L'homme a aussi l'ordre de s'assurer que la veuve de son frère soit épousée et qu'elle ait un fils pour continuer l'héritage sous la loi de lévirat (cf. Le Péché d'Onan [162]).

 

La Monogamie

Alors que les récits bibliques fournissent beaucoup d'exemples de mariages polygames, la Bible montre aussi que la monogamie était la pratique générale. Le récit de la Genèse montre clairement que les mariages monogames étaient l'idéal (Genèse 2:24). Normalement, il y avait une raison spécifique pour les femmes additionnelles, comme le besoin de fournir un héritier, quand la femme était stérile ou devenue veuve avant qu'un enfant n'ait été conçu. La protection des femmes était aussi une raison. Le Nouveau Testament montre clairement que la monogamie était la règle générale ou, du moins, la pratique encouragée parmi le ministère.

 

Dieu a institué les familles pour qu'elles soient la base sur laquelle l'État est construit.

 

Romains 13:1-7 Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n'y a point d'autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. 2 C'est pourquoi celui qui s'oppose à l'autorité résiste à l'ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. 3 Ce n'est pas pour une bonne action, c'est pour une mauvaise, que les magistrats sont à redouter. Veux-tu ne pas craindre l'autorité ? Fais-le bien, et tu auras son approbation. 4 Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car ce n'est pas en vain qu'il porte l'épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal. 5 Il est donc nécessaire d'être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience. 6 C'est aussi pour cela que vous payez les impôts. Car les magistrats sont des ministres de Dieu entièrement appliqués à cette fonction. 7 Rendez à tous ce qui leur est dû : l'impôt à qui vous devez l'impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l'honneur à qui vous devez l'honneur. (LSG)

 

(Consulter l'étude La Loi et le Sixième Commandement [259]).

 

Nous sommes tous soumis à l'autorité. De nos jours, beaucoup de femmes ont en horreur l'injonction biblique d'être soumises à leurs maris. Une compréhension appropriée du rôle de la famille et du mariage devrait dissiper un tel ressentiment chez la femme Chrétienne.

 

Dieu a créé Adam (Genèse 2:7) et l'a placé dans le Jardin d'Éden. Ce dernier a eu la responsabilité de nommer toutes les formes de vie créées par Dieu. Il devait s'occuper de la terre et en tirer son alimentation. Autrement dit, l'humanité a eu l'autorité sur, et la possession de la Terre et de ses occupants, y compris les oiseaux et la vie marine. Ce n'était pas une permission de tuer et de détruire juste parce qu'on le pouvait, mais une injonction de préserver, de prendre soin et d'utiliser correctement la Terre et tout ce qu'elle renferme. Cette grande responsabilité devait être exercée selon les Lois de Dieu et l'humanité est responsable devant Dieu de la façon dont cette responsabilité est assumée. Adam a reçu l'enseignement de ces lois (voir La Doctrine du Péché Originel Partie 1 Le Jardin d'Éden [246]).

 

Depuis la tentation d'Ève dans le Jardin d'Éden, Satan n'a pas cessé de saper notre relation avec Dieu. Au cours des siècles, nous avons été inondés de fausses religions et de faux systèmes de gouvernement.

 

Une des meilleures façons de détruire une nation est de détruire la famille. Au cours des dernières décennies, le mariage a été attaqué sur une base systématique. Ce n'est plus un scandale de vivre ensemble à l'extérieur du mariage. Ce n'est plus un crime de participer à des relations sexuelles de même sexe. Paul l'a défini comme une doctrine de démons qui serait en vogue dans les Derniers Jours (consulter l’étude Les Doctrines de Démons des Derniers Jours [048]).

 

Le but est de détruire la société et ainsi la vision, l'espoir et la sécurité de la génération suivante. L'attaque du concept de la création détruit aussi la vision et l'espoir. S'il n'y a aucune création, la vie a-t-elle un but ?

 

La relation entre l'humanité et Dieu est détruite par la fausse éducation avec le résultat que nous avons maintenant de multiples religions. Le laxisme sexuel endommage non seulement les relations, mais elle sape aussi la santé physique et spirituelle de la nation et le bien-être de la génération suivante.

 

Nous sommes témoins d'une augmentation de la violence. Les arguments domestiques dégénèrent en violence, causant des blessures corporelles aux femmes et aux enfants. Le divorce, dont le taux augmente, est une forme de violence faite au conjoint autant qu'aux enfants.

 

L'exposition à la violence par les médias endurcit nos consciences. Nos enfants ne regardent plus le meurtre avec horreur. Ils le voient aux nouvelles et dans les films et ils jouent à tuer sur leurs jeux électroniques. Cela fait partie d'un programme de désensibilisation. La moralité et l'éthique sont sapées.

 

Partout, il y a une réduction du concept du caractère sacré de la vie. Ces dernières années, l'euthanasie a été discutée en détail, tout comme le clonage, particulièrement pour l'utilisation de parties du corps de rechange. Autrefois et pendant longtemps, le sacrifice humain était commun et il se fait probablement toujours aujourd'hui. Nos jours fériés, particulièrement ceux des Américains, tombent sur les jours de sacrifice humain des systèmes païens.

 

Nous constatons aussi une érosion de la loi. Le crime a maintenant une relativité et le péché, une hiérarchie. Certains crimes sont 'plus acceptables' que d'autres. La Bible déclare que briser un Commandement revient à les briser tous.

 

Nous voyons une acceptation de la perversion. Les lois sont changées pour légaliser plusieurs perversions. Le mariage de même sexe est maintenant légal. L'adoption d'enfants dans ces relations devient une chose permise. Tout cela est conçu pour détruire la famille. En effet, ils rendent le mariage sans rapport et les relations de fait deviennent passagères.

 

L'institution du mariage

L'homme n'était pas destiné à être seul. Il devait avoir une aide (Genèse 2:18).

 

Genèse 2:18-25 L'Éternel Dieu dit : Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. 19 L'Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l'homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme. 20 Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui. 21 Alors l'Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. 22 L'Éternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme. 23 Et l'homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme. 24 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. 25 L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte. (LSG)

 

C'était le premier mariage et, de même que Dieu était central dans ce mariage, Il est aussi central dans tous les mariages.

 

Le mariage est une union spirituelle d'une seule chair. Christ avait beaucoup à dire à propos du mariage et il a fait une injonction sérieuse aux élus quant au mariage et au divorce (consulter l'étude La Loi et le Septième Commandement [260]).

 

Matthieu 19:1-12 Lorsque Jésus eut achevé ces discours, il quitta la Galilée, et alla dans le territoire de la Judée, au-delà du Jourdain. 2 Une grande foule le suivit, et là il guérit les malades. 3 Les pharisiens l'abordèrent, et dirent, pour l'éprouver : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour un motif quelconque ? 4 Il répondit : N'avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l'homme et la femme 5 et qu'il dit : C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ? 6 Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l'homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. 7 Pourquoi donc, lui dirent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner à la femme une lettre de divorce et de la répudier ? 8 Il leur répondit : C'est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; au commencement, il n'en était pas ainsi. 9 Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère. 10 Ses disciples lui dirent : Si telle est la condition de l'homme à l'égard de la femme, il n'est pas avantageux de se marier. 11 Il leur répondit : Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. 12 Car il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère ; il y en a qui le sont devenus par les hommes ; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne. (LSG)

 

Cette union de la chair implique que les personnes ne devraient pas être mises sous un joug étranger (LSG) ou mal mariées (2Corinthiens 6:14-18).

 

2Corinthiens 6:14-18 Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité ? ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? 15 Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle ? 16 Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit : J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 17 C'est pourquoi, Sortez du milieu d'eux, et séparez-vous, dit le Seigneur ; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. 18 Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout puissant. (LSG)

 

Le Mariage est une Alliance avec Dieu

La personne baptisée a donc une responsabilité de se marier dans la Foi, c'est-à-dire avec une personne baptisée, pour qu'ils deviennent une seule chair sous Dieu à travers Christ. Cette union est une alliance avec Dieu de supporter et d'être fidèle, conformément à la Loi de Dieu.

 

La Procréation

Le mariage n'est pas simplement un moyen de procréation. Cependant, étant donné l'instruction de se multiplier, la procréation est évidemment une partie importante du mariage. La procréation à l'extérieur du mariage est traitée sous les lois interdisant l'adultère et la fornication (voir l'étude La Loi et le Septième Commandement [260]). Le Sixième Commandement traite non seulement de l'importance de ne pas tuer, mais aussi de la responsabilité d'améliorer, en réalité, la qualité de la vie. La vie des enfants, qui sont nés à l'extérieur du mariage, peut, dans de nombreux cas, être d'une qualité moindre. La qualité de la vie est aussi diminuée pour les enfants qui sont victimes d'un divorce. Ce n'est pas juste les problèmes financiers que doivent affronter les enfants de familles monoparentales qui sont en question. C'est la perte des personnes aimées et des modèles appropriés qui affecte vraiment leurs vies.

 

Christ a parlé au sujet des relations domestiques particulières dans Jean 4:16-18.

Jean 4:16-18 Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. 17 La femme répondit : Je n'ai point de mari. Jésus lui dit : Tu as eu raison de dire : Je n'ai point de mari. 18 Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. (LSG)

 

Christ voit clairement une différence entre le mariage et les relations 'de fait', qu'il ne reconnaît pas comme un mariage.

 

Le mariage semble avant tout être une question physique. Il n'y aura aucun mariage après la Deuxième Résurrection (Mathieu 22:29-30). Cependant, nous devons examiner l'aspect spirituel du mariage avant d'examiner son aspect physique, parce que toutes les choses ont un aspect spirituel ; nous ne devons jamais perdre de vue ce fait.

 

Israël est marié avec Dieu. L'Église est mariée avec le Messie, qui est le Yahovah-élohim de l'Ancien Testament. Toutes les nations doivent faire partie d'Israël, comme futur Temple de Dieu, sous leur Souverain Sacrificateur, l'élohim d'Israël (cf. Psaume 45:6-7 ; Hébreux 1:8-9 et l'étude La Loi et le Septième Commandement [260]).

 

Tous les adultes dont le baptême est valide (fait après l'âge de 20 ans) font partie du Corps du Christ. Comme tels, ils sont tous les fiancés de Christ (voir Les Trompettes [136], la Partie II Le Dîner de Noces de l'Agneau).

 

Christ ne s'est pas marié en tant qu’homme sur la Terre, parce qu'il était déjà fiancé avec l'Église, c'est-à-dire avec ceux qui font partie du Corps de Christ. Tel qu'indiqué ci-dessus, les fiançailles sont un quasi-mariage, du fait que la promesse a été faite. Il est très important de comprendre cela, car nos mariages terrestres doivent refléter cet état céleste.

 

1Corinthiens 11:3 Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l'homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. (LSG)

 

La femme est une représentation de l'Église et, comme telle, elle doit donner le bon exemple. Comme une représentation de Christ, l'homme doit aussi agir en conséquence et, comme Christ, il est responsable devant Dieu. L'homme est donc à Christ et la femme est à l'homme et tous sont à Dieu. Dieu nous lie tous ensemble, étant tout en tous par l'Esprit Saint.

 

Christ, en tant que le chef de l'homme

Christ est l'exemple qui nous est donné. Il nous a fourni le 'plan'. En tant que l'Ange de Dieu, il nous a donné un ensemble de lois et d'ordonnances selon lesquelles nous devons vivre. Ces lois assurent notre santé physique, notre nourriture, notre vêtement, notre repos, la prévention de la maladie et notre réaction face à celle-ci et aussi nos relations entre nous. La Bible couvre tous les aspects de nos vies et nous enseigne comment vivre à l'intérieur de la Loi. Lorsqu'il était un humain, Christ nous a montré comment vivre sous ces lois. Il est mort sans péché. Il a aussi donné l'exemple que le maître doit aussi servir (Jean 13:12-15) et qu'il n'y a pas d'amour plus grand que de donner sa vie pour ses frères (Jean 15:13). En toutes choses, il a été obéissant à Dieu. C'est le point critique : l'obéissance à Dieu.

 

L'homme comme le chef de la femme

Éphésiens 5:24 Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses. (LSG)

 

L'autorité du mari est pour l'amélioration de sa femme et de sa famille et non pas pour son propre agrandissement. Elle n'est pas son esclave, mais son aide, son appui. Voir Proverbes 31 ci-dessous. La femme exerce une grande autorité en soi, en gérant son ménage et ses enfants. Elle est une représentation de l'Église et, par son exemple, elle enseigne à sa famille ses responsabilités envers Dieu, envers la famille et envers la société. Lisez aussi l'étude Proverbes 31 [114].

 

Les décisions du mari doivent être prises après discussion avec sa femme et en recherchant sa sagesse et ses conseils. Dans une relation saine normale, chaque décision est d'habitude mutuellement convenue. Cependant, dans les cas où l'accord n'est pas possible, le mari doit prendre la décision finale et ce, dans les meilleurs intérêts de la famille dans l'ensemble. Il ne s'agit pas pour la femme d'avoir la soumission d'une esclave à un maître, mais plutôt une soumission volontaire à l'autorité, dans l'amour.

 

Paul nous dit que les femmes doivent se soumettre à leurs maris, mais que les maris doivent aimer leurs femmes. Aimer Dieu signifie Le servir et L'adorer Lui seul. L'amour d'un mari consiste à servir les besoins de sa femme et il peut être comparé au travail rédempteur de Christ pour l'Église.

 

Éphésiens 5:21-33 vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ. 22 Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ; 23 car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. 24 Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses. 25 Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle, 26  afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau, 27 afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. 28 C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même. 29 Car jamais personne n'a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l'Église, 30 parce que nous sommes membres de son corps. 31 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. 32 Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l'Église. 33 Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari. (LSG)

 

Les maris doivent se rappeler que leurs femmes ont des besoins spéciaux. C'est particulièrement le cas pendant les cycles menstruels et la grossesse. Les femmes font leurs tâches habituelles, mais leurs maris devraient s'assurer qu'elles ont la paix spirituelle et émotionnelle pendant ces périodes. Le mari a la responsabilité de s'occuper de la santé de sa femme (consulter l'étude La Purification et la Circoncision [251]).

 

Le mari a aussi des responsabilités importantes en rapport à tout vœu prononcé par sa femme.

 

Nombres 30:1-16 Moïse parla aux chefs des tribus des enfants d'Israël, et dit : Voici ce que l'Éternel ordonne. 2 Lorsqu'un homme fera un vœu à l'Éternel, ou un serment pour se lier par un engagement, il ne violera point sa parole, il agira selon tout ce qui est sorti de sa bouche. 3  Lorsqu'une femme, dans sa jeunesse et à la maison de son père, fera un vœu à l'Éternel et se liera par un engagement, 4  et que son père aura connaissance du vœu qu'elle a fait et de l'engagement par lequel elle s'est liée, si son père garde le silence envers elle, tout vœu qu'elle aura fait sera valable, et tout engagement par lequel elle se sera liée sera valable ; 5  mais si son père la désapprouve le jour où il en a connaissance, tous ses vœux et tous les engagements par lesquels elle se sera liée n'auront aucune valeur ; et l'Éternel lui pardonnera, parce qu'elle a été désapprouvée de son père. 6  Lorsqu'elle sera mariée, après avoir fait des vœux, ou s'être liée par une parole échappée de ses lèvres, 7  et que son mari en aura connaissance, s'il garde le silence envers elle le jour où il en a connaissance, ses vœux seront valables, et les engagements par lesquels elle se sera liée seront valables ; 8 mais si son mari la désapprouve le jour où il en a connaissance, il annulera le vœu qu'elle a fait et la parole échappée de ses lèvres, par laquelle elle s'est liée ; et l'Éternel lui pardonnera. 9 Le vœu d'une femme veuve ou répudiée, l'engagement quelconque par lequel elle se sera liée, sera valable pour elle. 10  Lorsqu'une femme, dans la maison de son mari, fera des vœux ou se liera par un serment, 11 et que son mari en aura connaissance, s'il garde le silence envers elle et ne la désapprouve pas, tous ses vœux seront valables, et tous les engagements par lesquels elle se sera liée seront valables ; 12  mais si son mari les annule le jour où il en a connaissance, tout vœu et tout engagement sorti de ses lèvres n'aura aucune valeur, son mari les a annulés ; et l'Éternel lui pardonnera. 13 Son mari peut ratifier et son mari peut annuler tout vœu, tout serment par lequel elle s'engage à mortifier sa personne. 14 S'il garde de jour en jour le silence envers elle, il ratifie ainsi tous les vœux ou tous les engagements par lesquels elle s'est liée ; il les ratifie, parce qu'il a gardé le silence envers elle le jour où il en a eu connaissance. 15 Mais s'il les annule après le jour où il en a eu connaissance, il sera coupable du péché de sa femme. 16 Telles sont les lois que l'Éternel prescrivit à Moïse, entre un mari et sa femme, entre un père et sa fille, lorsqu'elle est dans sa jeunesse et à la maison de son père. (LSG)

 

Le mari est responsable de la sécurité de sa famille. C'est une exigence autant physique que spirituelle. Dans 2Thessaloniciens 3:10, Paul déclare que toute personne qui ne travaille pas ne devrait pas manger non plus. Dans le cas du mari, sa famille ne mange pas. Travailler pour la famille et pour aider l'Église à prêcher l'Évangile à toutes les nations fait partie de cette injonction. L'un pour pourvoir aux besoins physiques de la famille et l'autre pour fournir l'alimentation spirituelle autant à la famille qu'à la nation envers laquelle nous avons aussi une responsabilité.

 

Aussi, un homme qui ne subvient pas aux besoins de sa propre famille est pire qu’un infidèle.

 

1Timothée 5:8 Si quelqu'un n'a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu'un infidèle. (LSG)

 

Un homme doit aussi développer sa relation avec sa femme, lorsqu'ils sont nouvellement mariés. C'est un temps pour apprendre à vivre ensemble dans l'amour et l'harmonie.

 

Deutéronome 24:5 Lorsqu'un homme sera nouvellement marié, il n'ira point à l'armée, et on ne lui imposera aucune charge ; il sera exempté par raison de famille pendant un an, et il réjouira la femme qu'il a prise. (LSG)

 

Quand l'autorité biblique est anéantie et les bases de la Loi de Dieu sont enlevées, le résultat est alors ce que nous voyons aujourd'hui. Les mariages traversent des mauvaises passes, les relations s'effritent, les enfants sont enlevés d'un parent ou de l'autre et les grands-parents perdent leurs petits-enfants. La famille est déchirée par le divorce, comme le sont les nations par l'extension de ce même détournement délibéré des Lois de Dieu. Le résultat est la guerre, quelle soit dans une famille, une société ou étendue aux nations.

 

La Bible nous apprend qu'un mariage contracté conformément aux Lois de Dieu est la base pour des relations saines et des enfants heureux et en santé, qui se développeront vers l'âge adulte dans un environnement sécuritaire et qui, à leur tour, seront capables d'enseigner à leurs propres enfants la bonne façon de vivre, conformément aux Lois de Dieu.

 

Tragiquement, l'autorité n'est pas toute assumée fidèlement devant Dieu. À cause de cela, il n'y a aucune société qui vit actuellement sous le système idéal qui a été défini pour nous. Ceux d'entre nous qui essayent d'établir les Lois de Dieu dans leurs propres vies ont été persécutés pendant quelques milliers d'années et nous continuerons de l'être jusqu'à ce que Christ vienne. Ne laissez pas cela vous arrêter.

 

Pour qu'un mariage soit établi sur une fondation ferme, il doit par conséquent être basé sur une compréhension approfondie des Lois de Dieu. Le mari devrait étudier avec sa femme. Idéalement, l'homme doit être mature et stable, capable de supporter sa femme financièrement, émotionnellement et spirituellement. Il doit être capable de développer et de maintenir le respect de sa femme et il doit être sûr de sa capacité de l'aimer. Dieu déteste le divorce ; c'est un acte de violence envers sa femme et envers les enfants qu'ils peuvent avoir. L'adultère est la seule raison pour le divorce. C'est une violation du Septième Commandement. Le respect qu'une personne a pour l'autre est complètement détruit par le mensonge, le vol, le faux témoignage et la convoitise de la femme d'un autre ou de sa propriété ou d'autres biens. Le mari qui maltraite sa femme ne l'aime pas comme il le devrait. Il doit l'aimer comme son propre corps. Seul un homme malade se frappe ou abuse de lui ; il n'y a donc aucune place dans le mariage pour un tel abus envers sa famille.

 

Les responsabilités de l'épouse

 

1Corinthiens 11:11-12 Toutefois, dans le Seigneur, la femme n'est point sans l'homme, ni l'homme sans la femme. 12 Car, de même que la femme a été tirée de l'homme, de même l'homme existe par la femme, et tout vient de Dieu. (LSG)

 

La femme est l'aide de l'homme, sa contrepartie, son image. Alors qu'idéalement il devrait y avoir des similitudes de culture et de race, c'est plus important qu'il y ait l'accord dans la croyance religieuse. Quand il y a une différence de croyances, l'un peut entraîner l'autre dans l'idolâtrie. L'idolâtrie est apparentée à l'adultère.

 

Le rôle de la femme est dépeint dans Proverbes 31.

Proverbes 31:10-31 Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles. 11 Le cœur de son mari a confiance en elle, et les produits ne lui feront pas défaut. 12 Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie. 13 Elle se procure de la laine et du lin, et travaille d'une main joyeuse. 14 Elle est comme un navire marchand, elle amène son pain de loin. 15 Elle se lève lorsqu'il est encore nuit, et elle donne la nourriture à sa maison et la tâche à ses servantes. 16 Elle pense à un champ, et elle l'acquiert ; du fruit de son travail elle plante une vigne. 17 Elle ceint de force ses reins, et elle affermit ses bras. 18 Elle sent que ce qu'elle gagne est bon ; sa lampe ne s'éteint point pendant la nuit. 19 Elle met la main à la quenouille, et ses doigts tiennent le fuseau. 20 Elle tend la main au malheureux, elle tend la main à l'indigent. 21 Elle ne craint pas la neige pour sa maison, car toute sa maison est vêtue de cramoisi. 22 Elle se fait des couvertures, elle a des vêtements de fin lin et de pourpre. 23 Son mari est considéré aux portes, lorsqu'il siège avec les anciens du pays. 24 Elle fait des chemises, et les vend, et elle livre des ceintures au marchand. 25 Elle est revêtue de force et de gloire, et elle se rit de l'avenir. 26 Elle ouvre la bouche avec sagesse, et des instructions aimables sont sur sa langue. 27 Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, et elle ne mange pas le pain de paresse. 28 Ses fils se lèvent, et la disent heureuse ; son mari se lève, et lui donne des louanges : 29 Plusieurs filles ont une conduite vertueuse ; mais toi, tu les surpasses toutes. 30 La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine ; la femme qui craint l'Éternel est celle qui sera louée. 31 Récompensez-la du fruit de son travail, et qu'aux portes ses œuvres la louent. (LSG)

 

Elle a la confiance de son mari, elle gère sa maisonnée et elle peut acheter et vendre et gérer une affaire. Elle se soucie des besoins de sa famille, du pauvre et de l'indigent. Elle est sage et aimable. Elle n'est pas paresseuse. Ses enfants et son mari la louent. Les femmes ont une grande responsabilité. Souvenez-vous que la femme représente aussi l'Église. Collectivement, elle peut faire toutes ces choses, si elle est obéissante à Dieu. Individuellement, la femme aspire à cet idéal et, avec l'aide de Dieu et de son mari, elle le réalisera (cf. aussi l'étude Proverbes 31 [114] et Le Rôle de la Femme Chrétienne [062].

 

Les femmes ne doivent pas s'attendre à avoir la préséance sur le travail de leur mari. Celui-ci doit pourvoir à sa famille, et saper sa position au travail ou la fierté de son travail équivaut à saper l'homme lui-même. Un des rôles de la femme est de stimuler et d'encourager son mari. Avec son encouragement, il peut 's'asseoir aux portes'. Cela signifie qu'il peut assumer une responsabilité dans la communauté et faire partie du processus décisionnel, comme membre respecté de sa communauté.

 

La femme doit appuyer son mari en toutes choses. Une fois qu'une décision a été prise, c'est la responsabilité des deux de la faire fonctionner. S'il n'y a pas d'unité entre les parents, les enfants souffriront. Il y aura des contradictions dans la discipline et la formation.

 

La loyauté d'une épouse est très importante. En fait, le manque de loyauté avoisine l'adultère. Il y a eu plusieurs incidences où une femme a permis au ministère de l'influencer au point où elle a placé leurs opinions devant celles de son mari. Ces prêtres et ministres ont délibérément encouragé une relation pseudo-adultère. Cela arrive quand les conseils demandés à l'Église sont donnés seulement à la personne qui le demande. Tous les conseils en rapport au mariage doivent être donnés aux deux, autrement, le problème ne va probablement pas être résolu.

 

Les femmes plus âgées devraient aider et encourager les femmes plus jeunes nouvellement mariées.

 

Tite 2:3-5 Dis que les femmes âgées doivent aussi avoir l'extérieur qui convient à la sainteté, n'être ni médisantes, ni adonnées au vin ; qu'elles doivent donner de bonnes instructions, 4 dans le but d'apprendre aux jeunes femmes à aimer leurs maris et leurs enfants, 5 à être retenues, chastes, occupées aux soins domestiques, bonnes, soumises à leurs maris, afin que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée. (LSG)

 

Un des rôles les plus importants de la femme est la maternité. Élever des enfants constitue la tâche la plus importante qu'il y a. Ils sont l'avenir des nations. Si les parents n'élèvent pas leurs enfants pour qu'ils soient des citoyens responsables qui comprennent les Lois de Dieu et qui sont capables de vivre dans l'obéissance de celles-ci, ils ont alors échoué. Nous ne pouvons pas assumer la responsabilité des décisions qu'ils prennent étant adultes, mais nous avons la responsabilité de leur apprendre les Lois de Dieu et de leur donner ainsi l'occasion de prendre de bonnes décisions, en vivant des vies pieuses.

 

Cette responsabilité est aussi celle du système d'éducation. On ne leur enseigne pas les Lois de Dieu, parce que les enseignants eux-mêmes ne comprennent pas les Lois de Dieu. Observent-ils le Sabbat ? Enseignent-ils les Jours Saints et les Fêtes de Dieu ? Ou enseignent-ils plutôt les dieux païens des anniversaires, de Noël, des Pâques, de l'Halloween et des autres jours païens ? (Consulter les études La Croix : Ses Origines et Sa Signification [039], Les Origines de Noël et des Pâques [235], La Pinata [276], Les Anniversaires [287]). On ne donne pas à nos enfants la chance qu'ils méritent. Nous devons nous assurer que nos enfants connaissent les Commandements de Dieu.

 

La responsabilité envers les enfants

Deutéronome 5:16 Honore ton père et ta mère, comme l'Éternel, ton Dieu, te l'a ordonné, afin que tes jours se prolongent et que tu sois heureux dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne. (LSG)

 

Le Cinquième Commandement est très important. Il ne s'adresse pas simplement aux jeunes enfants dans leur relation avec leurs parents. Il s'adresse aussi aux adultes dans leur relation avec leurs parents âgés et les personnes âgées dans la société. Il s'adresse à nous tous dans notre relation avec notre Père céleste et l'Église.

 

Comme nous l'avons dit précédemment, les parents doivent enseigner les Lois de Dieu à leurs enfants. Ils doivent être constants dans cet enseignement. Les parents doivent examiner leur propre comportement pour que leurs enfants puissent les respecter et les honorer. Les enfants sont très rapides à voir les standards doubles et l'hypocrisie. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que nos enfants fassent ce que nous leur demandons de faire, à moins que nous ne vivions aussi par ces mêmes standards.

 

Proverbes 4:1-27 Écoutez, mes fils, l'instruction d'un père, et soyez attentifs, pour connaître la sagesse ; 2 car je vous donne de bons conseils : Ne rejetez pas mon enseignement. 3 J'étais un fils pour mon père, un fils tendre et unique auprès de ma mère. 4 Il m'instruisait alors, et il me disait : Que ton cœur retienne mes paroles ; observe mes préceptes, et tu vivras. 5 Acquiers la sagesse, acquiers l'intelligence ; n'oublie pas les paroles de ma bouche, et ne t'en détourne pas. 6 Ne l'abandonne pas, et elle te gardera ; aime-la, et elle te protégera. 7 Voici le commencement de la sagesse : Acquiers la sagesse, et avec tout ce que tu possèdes acquiers l'intelligence. 8 Exalte-la, et elle t'élèvera ; elle fera ta gloire, si tu l'embrasses ; 9 elle mettra sur ta tête une couronne de grâce, elle t'ornera d'un magnifique diadème. 10 Écoute, mon fils, et reçois mes paroles ; et les années de ta vie se multiplieront. 11 Je te montre la voie de la sagesse, je te conduis dans les sentiers de la droiture. 12 Si tu marches, ton pas ne sera point gêné ; et si tu cours, tu ne chancelleras point. 13 Retiens l'instruction, ne t'en dessaisis pas ; garde-la, car elle est ta vie. 14 N'entre pas dans le sentier des méchants, et ne marche pas dans la voie des hommes mauvais. 15 Évite-la, n'y passe point ; détourne-t'en, et passe outre. 16 Car ils ne dormiraient pas s'ils n'avaient fait le mal, le sommeil leur serait ravi s'ils n'avaient fait tomber personne ; 17 car c'est le pain de la méchanceté qu'ils mangent, c'est le vin de la violence qu'ils boivent. 18 Le sentier des justes est comme la lumière resplendissante, dont l'éclat va croissant jusqu'au milieu du jour. 19 La voie des méchants est comme les ténèbres ; ils n'aperçoivent pas ce qui les fera tomber. 20 Mon fils, sois attentif à mes paroles, prête l'oreille à mes discours. 21 Qu'ils ne s'éloignent pas de tes yeux ; garde-les dans le fond de ton cœur ; 22 car c'est la vie pour ceux qui les trouvent, c'est la santé pour tout leur corps. 23 Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie. 24 Écarte de ta bouche la fausseté, éloigne de tes lèvres les détours. 25 Que tes yeux regardent en face, et que tes paupières se dirigent devant toi. 26 Considère le chemin par où tu passes, et que toutes tes voies soient bien réglées ; 27 n'incline ni à droite ni à gauche, et détourne ton pied du mal. (LSG)

 

Les Proverbes sont remplis de sages conseils, non seulement pour les jeunes mais pour les plus âgés aussi.

 

Il est important d'enseigner aux enfants la signification du mariage dans le contexte de l'Alliance avec Dieu. Avant d'être adultes, ils sont sanctifiés par leurs parents, mais à l'âge de 20 ans, ils deviennent responsables de leur propre relation avec Dieu et de leur potentiel de devenir les fiancés de Christ. Les parents doivent les équiper pour y arriver. Nier aux enfants la connaissance de Dieu et de Ses Lois, c'est leur nier la chance d'être dans la Première Résurrection. Tandis que Dieu peut et intervient selon Sa volonté, cela demeure notre responsabilité d'élever nos enfants correctement.

 

Les enfants qui sont élevés par des parents en désaccord ou désobéissants à Dieu ou divorcés ne développeront pas une bonne compréhension. Les enfants qui grandissent dans des familles monoparentales perdent le rôle duel du père et de la mère et c'est ici que l'Église devrait aider. Les membres peuvent être des modèles pour les enfants de familles monoparentales et offrir l'hospitalité et l'amitié. L'Église peut offrir des activités sociales pour encourager le développement d'amitiés parmi les jeunes. Les enfants devraient être encouragés à inviter ces amis à la maison.

 

Le mariage avec un conjoint non converti

Plusieurs mariages ont lieu avant d’être appelé à la Foi et il arrive souvent qu'un conjoint soit appelé mais pas l'autre. Cela peut causer beaucoup de problèmes dans un mariage. Celui qui est appelé doit être très patient et soucieux. Le conjoint non appelé peut ne pas comprendre le besoin de mettre Dieu d'abord avant toutes choses. Il se sent parfois déplacé dans les affections de son conjoint. Le mari peut donner à l'Église de l'argent que la femme estime plus nécessaire pour la famille. Les femmes laissent leurs maris non convertis, et quand c'est nécessaire leurs enfants, à la maison pour assister aux Fêtes et aux Jours Saints. Elles ne prennent pas juste quelques heures pour aller à l'Église, mais une semaine ou plus et ce, deux fois par an ! Comment leur conjoint peut-il comprendre cela ? De nouveaux problèmes peuvent surgir à propos de l'instruction religieuse à donner à leurs enfants.

 

Paul dit, dans 1Corinthiens 7:12-16 :

1Corinthiens 7:12-16 Aux autres, ce n'est pas le Seigneur, c'est moi qui dis : Si un frère a une femme non-croyante, et qu'elle consente à habiter avec lui, qu'il ne la répudie point ; 13 et si une femme a un mari non-croyant, et qu'il consente à habiter avec elle, qu'elle ne répudie point son mari. 14 Car le mari non-croyant est sanctifié par la femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par le frère ; autrement, vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints. 15 Si le non-croyant se sépare, qu'il se sépare ; le frère ou la sœur ne sont pas liés dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. 16 Car que sais-tu, femme, si tu sauveras ton mari ? Ou que sais-tu, mari, si tu sauveras ta femme ? (LSG)

 

Bien que Paul admette que cela ne vient pas de l'Esprit, c'est néanmoins un conseil judicieux.

 

Le Divorce

Marc 10:2-12 Les pharisiens l'abordèrent ; et, pour l'éprouver, ils lui demandèrent s'il est permis à un homme de répudier sa femme. 3 Il leur répondit : Que vous a prescrit Moïse ? 4 Moïse, dirent-ils, a permis d'écrire une lettre de divorce et de répudier. 5 Et Jésus leur dit : C'est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a donné ce précepte. 6 Mais au commencement de la création, Dieu fit l'homme et la femme ; 7 c'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, 8 et les deux deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. 9 Que l'homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. 10 Lorsqu'ils furent dans la maison, les disciples l'interrogèrent encore là-dessus. 11 Il leur dit : Celui qui répudie sa femme et qui en épouse une autre, commet un adultère à son égard ; 12  et si une femme quitte son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère. (LSG)

 

Christ explique ici la loi concernant le divorce.

 

Dans 1Corinthiens 7:10-11, Paul dit :

1Corinthiens 7:10-11 À ceux qui sont mariés, j'ordonne, non pas moi, mais le Seigneur, que la femme ne se sépare point de son mari 11 (si elle est séparée, qu'elle demeure sans se marier ou qu'elle se réconcilie avec son mari), et que le mari ne répudie point sa femme. (LSG)

 

Le divorce est une forme de violence. La Bible donne l'adultère comme la seule raison pour le divorce. L'adultère spirituel est de l'idolâtrie. Dans notre relation avec Dieu, le divorce signifie la mort. Dans notre relation l'un avec l'autre, il entraîne la destruction de nos vies et de la vie de nos enfants. Les enfants peuvent de la sorte être arrachés d'une personne aimée, en étant séparés du père ou de la mère, des grands-parents et d'autres parents. Ils se blâment souvent.

 

C'est un Commandement de Dieu que ni l'homme ni la femme ne divorcent leur conjoint juste parce que ce dernier ne croit pas comme lui ou elle. La famille est sanctifiée dans le mariage et le croyant ne saura jamais comment ou si son exemple a un effet sur les autres membres de la famille. Cependant, si le conjoint non croyant veut partir, le divorce est alors permis.

 

Cependant, lorsqu'il y a abus d'un conjoint ou des enfants, il n'y a aucune exigence de vivre dans cette situation. Le conjoint abusif n'agit pas à l'intérieur de ses responsabilités et, si l'aide ne résout pas la question, on doit alors voir à la sécurité et au bien-être de la famille. Il est alors permis de partir.

 

Le Remariage

Romains 7:2-3 Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant ; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. 3 Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, elle sera appelée adultère ; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu'elle n'est point adultère en devenant la femme d'un autre. (LSG)

 

Si un homme divorce sa femme, il ne devrait pas se remarier. Si elle se repent, il devrait la reprendre et la remarier.

 

Dans le cas où le mariage consisterait en un accouplement inégal, c'est-à-dire qu'un des conjoints n'est pas appelé et choisit de quitter l'union du mariage et de divorcer, l'autre est libre de se remarier.

 

Le Célibat

Le mariage est la relation idéale entre l'homme et la femme. L'homme n'a pas été destiné à vivre seul. Cependant, il y a beaucoup de situations où ce n'est pas possible. Il n'y a aucun péché à ne pas être marié.

 

Matthieu 19:12  Car il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère ; il y en a qui le sont devenus par les hommes ; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne. (LSG)

 

Cependant, c'est un péché d'interdire le mariage.

 

1Timothée 4:1-3 Mais l'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, 2 par l'hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, 3 prescrivant de ne pas se marier, et de s'abstenir d'aliments que Dieu a créés pour qu'ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. (LSG)

 

Paul a donné beaucoup de conseils sur la question.

1Corinthiens 7:27-40 Es-tu lié à une femme, ne cherche pas à rompre ce lien ; n'es-tu pas lié à une femme, ne cherche pas une femme. 28 Si tu t'es marié, tu n'as point péché ; et si la vierge s'est mariée, elle n'a point péché ; mais ces personnes auront des tribulations dans la chair, et je voudrais vous les épargner. 29 Voici ce que je dis, frères, c'est que le temps est court ; que désormais ceux qui ont des femmes soient comme n'en ayant pas, 30 ceux qui pleurent comme ne pleurant pas, ceux qui se réjouissent comme ne se réjouissant pas, ceux qui achètent comme ne possédant pas, 31 et ceux qui usent du monde comme n'en usant pas, car la figure de ce monde passe. 32 Or, je voudrais que vous fussiez sans inquiétude. Celui qui n'est pas marié s'inquiète des choses du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur ; 33 et celui qui est marié s'inquiète des choses du monde, des moyens de plaire à sa femme. 34 Il y a de même une différence entre la femme et la vierge : celle qui n'est pas mariée s'inquiète des choses du Seigneur, afin d'être sainte de corps et d'esprit ; et celle qui est mariée s'inquiète des choses du monde, des moyens de plaire à son mari. 35 Je dis cela dans votre intérêt ; ce n'est pas pour vous prendre au piège, c'est pour vous porter à ce qui est bienséant et propre à vous attacher au Seigneur sans distraction. 36 Si quelqu'un regarde comme déshonorant pour sa fille de dépasser l'âge nubile, et comme nécessaire de la marier, qu'il fasse ce qu'il veut, il ne pèche point ; qu'on se marie. 37 Mais celui qui a pris une ferme résolution, sans contrainte et avec l'exercice de sa propre volonté, et qui a décidé en son cœur de garder sa fille vierge, celui-là fait bien. 38 Ainsi, celui qui marie sa fille fait bien, et celui qui ne la marie pas fait mieux. 39 Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant ; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut ; seulement, que ce soit dans le Seigneur. 40 Elle est plus heureuse, néanmoins, si elle demeure comme elle est, suivant mon avis. Et moi aussi, je crois avoir l'Esprit de Dieu. (LSG)

 

Ces Écritures ont été très mal comprises. L'opinion de Paul est qu'on devrait rester dans l'état dans lequel on est, c'est-à-dire que, si on est marié, on reste marié et, si on est célibataire, on reste célibataire. Il n'y a aucun péché dans cela. Ce commentaire ne devrait pas être pris pour signifier qu'il était contre le mariage ou les femmes. À ce moment-là, il a semblé croire que le retour de Christ était imminent et il a basé cette opinion sur cette supposition. Il continue en donnant des conseils judicieux à propos du mariage. En mettant les besoins de l'autre en premier, un couple se liera dans l'unité et cela leur permettra de devenir une seule chair.

 

Les relations interdites 

Il y a des injonctions qui empêchent les mariages inappropriés.

Lévitique 18:1-30 L'Éternel parla à Moïse, et dit : 2 Parle aux enfants d'Israël, et tu leur diras : Je suis l'Éternel, votre Dieu. 3 Vous ne ferez point ce qui se fait dans le pays d'Égypte où vous avez habité, et vous ne ferez point ce qui se fait dans le pays de Canaan où je vous mène : vous ne suivrez point leurs usages. 4 Vous pratiquerez mes ordonnances, et vous observerez mes lois : vous les suivrez. Je suis l'Éternel, votre Dieu. 5 Vous observerez mes lois et mes ordonnances : l'homme qui les mettra en pratique vivra par elles. Je suis l'Éternel. 6 Nul de vous ne s'approchera de sa parente, pour découvrir sa nudité. Je suis l'Éternel. 7 Tu ne découvriras point la nudité de ton père, ni la nudité de ta mère. C'est ta mère : tu ne découvriras point sa nudité. 8 Tu ne découvriras point la nudité de la femme de ton père. C'est la nudité de ton père. 9 Tu ne découvriras point la nudité de ta sœur, fille de ton père ou fille de ta mère, née dans la maison ou née hors de la maison. 10 Tu ne découvriras point la nudité de la fille de ton fils ou de la fille de ta fille. Car c'est ta nudité. 11 Tu ne découvriras point la nudité de la fille de la femme de ton père, née de ton père. C'est ta sœur. 12 Tu ne découvriras point la nudité de la sœur de ton père. C'est la proche parente de ton père. 13 Tu ne découvriras point la nudité de la sœur de ta mère. Car c'est la proche parente de ta mère. 14 Tu ne découvriras point la nudité du frère de ton père. Tu ne t'approcheras point de sa femme. C'est ta tante. 15 Tu ne découvriras point la nudité de ta belle-fille. C'est la femme de ton fils : tu ne découvriras point sa nudité. 16 Tu ne découvriras point la nudité de la femme de ton frère. C'est la nudité de ton frère. 17 Tu ne découvriras point la nudité d'une femme et de sa fille. Tu ne prendras point la fille de son fils, ni la fille de sa fille, pour découvrir leur nudité. Ce sont tes proches parentes : c'est un crime. 18 Tu ne prendras point la sœur de ta femme, pour exciter une rivalité, en découvrant sa nudité à côté de ta femme pendant sa vie. 19 Tu ne t'approcheras point d'une femme pendant son impureté menstruelle, pour découvrir sa nudité. 20 Tu n'auras point commerce avec la femme de ton prochain, pour te souiller avec elle. 21 Tu ne livreras aucun de tes enfants pour le faire passer à Moloc, et tu ne profaneras point le nom de ton Dieu. Je suis l'Éternel. 22 Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. 23 Tu ne coucheras point avec une bête, pour te souiller avec elle. La femme ne s'approchera point d'une bête, pour se prostituer à elle. C'est une confusion. 24 Ne vous souillez par aucune de ces choses, car c'est par toutes ces choses que se sont souillées les nations que je vais chasser devant vous. 25 Le pays en a été souillé ; je punirai son iniquité, et le pays vomira ses habitants. 26 Vous observerez donc mes lois et mes ordonnances, et vous ne commettrez aucune de ces abominations, ni l'indigène, ni l'étranger qui séjourne au milieu de vous. 27 Car ce sont là toutes les abominations qu'ont commises les hommes du pays, qui y ont été avant vous ; et le pays en a été souillé. 28 Prenez garde que le pays ne vous vomisse, si vous le souillez, comme il aura vomi les nations qui y étaient avant vous. 29 Car tous ceux qui commettront quelqu'une de ces abominations seront retranchés du milieu de leur peuple. 30 Vous observerez mes commandements, et vous ne pratiquerez aucun des usages abominables qui se pratiquaient avant vous, vous ne vous en souillerez pas. Je suis l'Éternel, votre Dieu. (LSG)

 

Il y a d'autres limitations sur le mariage. Le sacerdoce peut seulement avoir une femme. C'est bien sûr la condition idéale des élus. Lévitique 21:7-15 déclare que le sacerdoce ne peut pas épouser une prostituée ou une femme divorcée. En tant qu'élus, nous devons en regarder les implications et appliquer ces injonctions à nous-mêmes, puisque nous devons être des rois et des sacrificateurs.

 

Les relations contre nature sont aussi interdites.

 

Lévitique 20:13 Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux. (LSG)

 

Nous voyons cela aussi dans Romains 1:18-32 :

Romains 1:18-32 La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, 19 car ce qu'on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. 20 En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, 21 puisque ayant connu Dieu, ils ne l'ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. 22 Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous ; 23 et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l'homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. 24 C'est pourquoi Dieu les a livrés à l'impureté, selon les convoitises de leurs cœurs ; en sorte qu'ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ; 25  eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen ! 26 C'est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l'usage naturel en celui qui est contre nature ; 27 et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. 28 Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, 29 étant remplis de toute espèce d'injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice ; pleins d'envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité ; 30 rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d'intelligence, 31 de loyauté, d'affection naturelle, de miséricorde. 32 Et, bien qu'ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font. (LSG)

 

Le verset 26 montre que cela s'applique aussi aux relations de lesbiennes.

 

Les relations avec l'un et l'autre

Les démons essayent de saper le concept du mariage pour empêcher les nations d'observer la Loi.

 

1Timothée 4:1-3 Mais l'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, 2 par l'hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, 3 prescrivant de ne pas se marier, et de s'abstenir d'aliments que Dieu a créés pour qu'ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. (LSG)

 

Nous avons tous une responsabilité de nous comporter envers tous comme s'ils étaient de notre famille.

 

1Timothée 5:1-16 Ne réprimande pas rudement le vieillard, mais exhorte-le comme un père ; exhorte les jeunes gens comme des frères, 2 les femmes âgées comme des mères, celles qui sont jeunes comme des sœurs, en toute pureté. 3 Honore les veuves qui sont véritablement veuves. 4 Si une veuve a des enfants ou des petits-enfants, qu'ils apprennent avant tout à exercer la piété envers leur propre famille, et à rendre à leurs parents ce qu'ils ont reçu d'eux ; car cela est agréable à Dieu. 5 Celle qui est véritablement veuve, et qui est demeurée dans l'isolement, met son espérance en Dieu et persévère nuit et jour dans les supplications et les prières. 6 Mais celle qui vit dans les plaisirs est morte, quoique vivante. 7 Déclare-leur ces choses, afin qu'elles soient irréprochables. 8 Si quelqu'un n'a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu'un infidèle. 9 Qu'une veuve, pour être inscrite sur le rôle, n'ait pas moins de soixante ans, qu'elle ait été femme d'un seul mari, 10 qu'elle soit recommandable par de bonnes œuvres, ayant élevé des enfants, exercé l'hospitalité, lavé les pieds des saints, secouru les malheureux, pratiqué toute espèce de bonne œuvre. 11 Mais refuse les jeunes veuves ; car, lorsque la volupté les détache du Christ, elles veulent se marier, 12 et se rendent coupables en ce qu'elles violent leur premier engagement. 13 Avec cela, étant oisives, elles apprennent à aller de maison en maison ; et non seulement elles sont oisives, mais encore causeuses et intrigantes, disant ce qu'il ne faut pas dire. 14 Je veux donc que les jeunes se marient, qu'elles aient des enfants, qu'elles dirigent leur maison, qu'elles ne donnent à l'adversaire aucune occasion de médire ; 15 car déjà quelques-unes se sont détournées pour suivre Satan. 16 Si quelque fidèle, homme ou femme, a des veuves, qu'il les assiste, et que l'Église n'en soit point chargée, afin qu'elle puisse assister celles qui sont véritablement veuves. (LSG)

 

Le mariage est central à la société. Si nous apprenons à avoir une relation avec notre conjoint et instruisons nos enfants correctement, comme la Bible l'expose, comme faisant partie de la société, nous développerons d'abord un groupe, puis une nation et, en fin de compte, un monde qui reflétera l'enseignement de Christ. Le Christianisme prendra sa vraie signification et il y aura un seul Seigneur et une seule Foi.

 

Éphésiens 4:4-6 Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation ; 5 il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, 6 un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous. (LSG)

 

 

 

q