Les Églises Chrétiennes de Dieu

[054]

 

 

 

Le Nom de Dieu dans l’Islam  [054]

 

(Édition 2.0 20020126-20110503)

 

Depuis le 11 septembre 2001, il y  a eu une quantité extraordinaire de désinformation et de dénigrement puéril se produisant en raison de l'approche de l'histoire et le débat aux États-Unis d'Amérique en particulier parmi ses systèmes religieux. La dérivation du nom de Dieu en est un exemple.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2002, 2011 Wade Cox)

(Tr. 2010, rév. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

 Le Nom de Dieu dans l'Islam [054]

 

 

L'ignorance : Le commencement de la haine 

Souvent, on est tout simplement stupéfait par l'ignorance effroyable des systèmes religieux de ce monde. Dans les discussions dernièrement, il y a eu une quantité extraordinaire de dénigrement du système Islamique basé sur, ou en raison des attaques terroristes en provenance des systèmes afghans sous le régime taliban et le réseau de Ben Laden et les contre-réactions des Alliés. Plusieurs publications sont distribuées qui sont si manifestement fausses, mais présentées d'une façon affirmée, qu'un érudit de la Religion Comparative rirait de ces affirmations. Toutefois, un certain nombre de personnes, qui sont les moins informées, sont prises par ces fanatiques religieux.

 

Un de ces contes de fées des fanatiques concerne le nom de Dieu ou Allah dans l'Islam.

 

Nous allons maintenant examiner quelques-unes des affirmations concernant ces sujets. Peut-être pourrions-nous obtenir quelque sens et raison fondés sur des faits dans l'argument. 

 

L'Origine du nom Allah 

Une affirmation concernant le nom d'Allah fait le tour comme suit.

 

"Si c'était une histoire authentique, le manuel expliquerait que le dieu de Muhammad était une création de l’homme. L’Arabie était une nation païenne qui adorait plus de 300 dieux. L’un d'entre eux était le dieu lune appelé, al-ilah. La légende veut que le dieu lune se soit accouplé avec le dieu soleil et eurent deux filles, toutes deux étaient adorées comme des déesses. Quand Mouhammad a affirmé avoir eu sa ‘vision’ et ‘révélation de Gabriel’ il choisit al-ilah pour être le dieu autour duquel il construirait son armée. Mouhammad raccourcit le nom, al-ilah, à Allah, et déclara que lui seul devait être adoré. Il défendit le culte des filles. À ce jour, un croissant de lune se trouve à l'avant de chaque mosquée, reconnaissant que Allah était, et est le dieu lune. Tout cela est manquant dans les comptes-rendus d’Houghton-Mifflin."

 

Maintenant, à première vue, cet argument peut paraître plausible pour les mal informés et, en effet, il est distribué par certains comme un véritable point de vue.

 

Notez que l'auteur attaque les comptes-rendus d’Houghton-Mifflin parce qu'ils ne contiennent pas ce qui est présenté comme une vérité vérifiable. Cela cherche à faire valoir une certaine insuffisance des compilateurs pour identifier cette information précieuse. Il n'est pas surprenant que les comptes-rendus ne contiennent pas de telles références, puisque les affirmations sont complètement fausses, comme nous le verrons.

 

Les Noms du Dieu Lune et du Consort Soleil 

Le Nom du Dieu Lune était anciennement Sin chez les Israélites. Les Arabes ont donné à cette divinité masculine le nom Qamar et le consort était nommé Shams. Les détails peuvent être vus dans l’étude Le Veau d'Or (No. 222).

 

Le Dieu Soleil était une femme consort. Les noms que nous trouvons chez les Celtes sont issus de ces noms. Par exemple, James est une dérivation du type Shamus et provient de ce système. Milcom et Chemosh sont donc aussi des dieux des descendants païens de Lot. Le dieu Milcom est rattaché au nom de Malcolm.

 

Le nom d'Al ilat distribué comme nous le voyons ci-dessus est une corruption de l'une des trois divinités féminines. Le nom d'Al ilat est l'ancienne forme de la déesse du soleil visée dans Hérodote i. 131 ; iii. 8. Cela est devenu Al lat ou Allat et signifie simplement la déesse. Elle était adorée parmi les Arabes de la péninsule du Sinaï et en particulier par les Nabatéens et Palmyréniens. Hérodote affirme dans le second passage que ‘alilat et ‘orotalt sont les seules divinités de l'Arabie. Nöldeke (ERE 1. p 661) attire l'attention sur le nom en tant que l'ancienne forme d’Allat et fait la comparaison avec le nom Al'ilãh, qui était la forme plus ancienne d'Allãh. Dans les deux passages, Hérodote l'identifie à Ούρανίη et ainsi une grande déesse céleste.

 

La preuve définitive que al ilat en tant que la déesse n'est pas associée à Allah est la déclaration faite par Mouhammad lui-même dans le Coran à la Sourate liii:19, où il identifie al ilat comme l'une des trois divinités célestes, Al Lat, Al Uzza et Manat comme la troisième. Il dénonce leur adhésion et place Allah en tant que seul vrai Dieu. Dans cette Sourate, il continue à dénoncer l'adoration de Sirius aussi dans ces contextes quand il proclame Allah en tant que Seigneur de Sirius (Sourate liii:50) dans la condamnation de la croyance que Sirius elle-même avait la puissance divine.

 

Al Lat est également visée dans l'inscription à Safã comme ‘LT et peut-être HLT. Elle est comprise comme la Mère des Dieux. Le nom est apparemment prononcé comme Hallat. Elle était vénérée parmi les Arabes postérieurs.

 

Le dieu Soleil tenu en honneur spécial par les Nabatéens et identifié par Strabon (784) était également compris pour être Al Lat (ERE, ibid.).

 

Le culte était à Ta’if, à l'est de La Mecque et la tribu des Thaqif parlait d'elle comme leur maîtresse.

 

Le plus important culte des périodes postérieures aussi était le culte d'Al Uzza, qui était le culte de Vénus. Le nom signifie simplement “le Puissant.”

 

Manat était peut-être associée à la divinité de Meni (Ésaïe 65:11). Manat était vénérée par la tribu de Hudhail près de la Mecque et en particulier parmi les habitants de Yathrib (Médine). L'incidence de son nom est la preuve que le culte était trouvé sur une grande partie de l'Arabie. 

 

Pour cette raison, le Prophète Qasim (appelé Mouhammad) devait attaquer le culte de ces divinités. Dans l'explication du problème, il a localisé le culte des divinités à l'époque de Noé, et donc les a associées avec le système de Babel tel que vu dans la Genèse. Les divinités ainsi localisées étaient :

 

Yaghuth (aide) (Sourate lxxi. 23)

 

(Robertson Smith identifie cette divinité avec Ye'ush l'ancêtre des Édomites, mentionnés dans Genèse 36 et ailleurs dans l'Ancien Testament). Ce n'est que plus tard que nous entendons parler de cette idole de dieu dans le conflit entre les tribus du Yémen.

Ya'uq et 

Suwa (prob. le conservateur) le culte était limité au Yémen (Sourate lxxi. 20).

 

Hubal et Dhu Shara 

Il y a deux divinités qui sont également pertinentes à cet argument: Hubal et Dhu Shara.

 

Dhu Shara ou plus exactement Dhu 'sh-Shara qui signifie “se rapportant à ash-Shara” a un rapport évident avec le terme Asherah de la Bible. C’est une divinité qui était adorée par les Nabatéens dans leur capitale de Petra. Elle était représentée par un bloc à quatre cornes de pierre noire non taillée d’une hauteur de quatre pieds et d’une largeur de deux pieds. Le sang des victimes sacrificielles était versé sur elle et devant elle. En dessous, se tenait un piédestal d'or et le sanctuaire entier flambait avec des offrandes d'or et votives (ERE vol. 1. p. 663). Les registres grecs représentent cette divinité en tant que Dusares. Epiphaneus dit que le festival de Dusares était célébré à Petra le 25 décembre, qui était le solstice d'hiver. L'ERE le reconnaît comme un lien avec le culte du soleil (ibid.) (voir l'étude Les Origines de Noël et des Pâques (No. 235)).

 

Dans le centre de la maison du culte As sherah (de là Les Bosquets), il était identifié à Dionysos. La connexion du culte avec la végétation luxuriante est aussi celle de l'adoration du soleil dans les cycles. Ce dieu est devenu représenté par une idole de la tribu de Daus, non loin de La Mecque. La pierre noire de Dusares ou Dionysos, le dieu des Nabatéens à Pétra, a été prise à la Ka'aba et y est devenue le centre du culte que même Mouhammad ne parviendrait pas à retirer. Elle fut par la suite adoptée par l’Islam Hadithique et le culte d'un dieu païen est devenu le centre du pèlerinage mecquois.

 

Le deuxième Dieu à venir du Nord était celui de Hubal. 'Amr b. Luhai est entendu d'avoir apporté son idole à la Mecque de Moab (Ma'ab) et l'a placé dans la Ka'aba. Il était à l'origine de forme humaine. Il avait avec lui des flèches divinatoires pour la divination.

 

La tribu Kalb du Désert de Syrie a employé le nom de Hubal pour une personne ou un clan et ils ont également employé Isaf et Na'ila, qui étaient deux autres divinités particulières à la Mecque.

 

'Amr b. Luhai est considéré comme le représentant de la Huza'a qui était la tribu à occuper la Mecque avant les Qurayshites (ERE, ibid., p. 664).

 

On peut donc en déduire que la Huza'a a introduit les cultes païens à la Mecque, bien que Nöldeke considère qu’il est improbable que 'Amr b. Luhai soit crédité pour ce geste, mais ne précise pas la raison, nous laissant à supposer que cela l'a précédé.

 

Le mot El était employé par les premiers Arabes comme un nom unique pour la divinité comme simplement Dieu de la même manière qu’il est employé dans la Bible. Le mot est devenu iyal comme une forme plurielle de majesté.

 

De la même façon, le mot pour Seigneur, Baal, en tant que Le Seigneur est devenu un nom de la divinité et apparaît généralement dans le système sémitique. Le verbe ba'ila (être déconcerté) signifie en effet saisir pour le Dieu Ba'al (probablement aussi notre bail).

 

Dans les inscriptions Saifa, le mot Hallah signifiant Le Dieu entre dans la composition des divers noms personnels des Nabatéens et de nombreux et divers Arabes du Nord à un moment très tôt. Les formes telles que Zaid Allahi ou accroissement de Dieu, etc., sont trouvées à une période tôt et le mot était en usage, même parmi les Arabes préislamiques et païens. Allah est devenu un usage courant parmi les diverses expressions idiomatiques d'usage courant parmi les Arabes païens. Le Coran lui-même est la preuve pour la vue que les Arabes préislamiques et païens eux-mêmes considéraient Allah comme l'Être Suprême. Ils se tournent vers Allah dans la détresse (Sourates x. 23 ; xxix. 65 ; xxxi. 31). Les serments solennels sont assermentés en son nom (Sourate. vi. 109 ; xvi. 40 ; xxxv. 40). Il est reconnu par l'humanité en tant que le Créateur, et le Dispensateur de pluie (xxxi. 61 et suivants). Leur crime, c'est qu'ils adorent d'autres dieux à part Lui, à savoir les trois déesses Al Lat, Al Uzza et Manat qui sont soupçonnées d'être Ses filles (xvi. 59 et suivants).

 

Wellhausan cite un grand nombre de passages dans lesquels les Arabes préislamiques mentionnent Allah comme une grande déité. Il y en a tellement que même si nous en rayons certains comme suspects, ils sont si nombreux pour établir hors de tout doute que le terme Allah est un terme pré-m[o]uhammadien.

 

Le terme est le nom commun pour Dieu parmi tous les Arabes, païens et autres. Pourtant, malgré les preuves, Wellhausen continue ensuite pour essayer et établir un lien qui dit que le nom Allah est dérivé de l'adoration de l'Hubal Moabite. Cela semble être un parti pris religieux sans fondement dans la réalité historique que l'on peut facilement voir. En fait, la preuve est tout le contraire.

 

C'est à partir de Wellhausen que le faux argument est dérivé (ERE, ibid.).

 

La confusion dans les noms vient du danger d'un peu de connaissance de certains basée sur une erreur par Wellhausen.

 

Parce qu’à plusieurs reprises, nous trouvons le nom d'une divinité suivie du titre Alaha, ou le dieu, Wellhausen a fait valoir que les Arabes, d'un âge postérieur, peuvent avoir appliqué l'épithète Allah en tant que le Dieu à un certain nombre de divinités différentes et que, de cette manière, d'être un simple appendice au nom d'un grand dieu, peut progressivement être devenu le nom du Dieu Suprême.

 

Cet argument est un raisonnement consternant ignorant le texte de la Bible et les anciennes formes linguistiques concernant les noms de Dieu en hébreu, en chaldéen, en araméen et en arabe.

 

L'Origine du nom Allah 

Lorsque la Ka'abah a été nettoyée à la Mecque, il y avait environ 167 idoles là. Le panthéon païen chez les Arabes était vaste, quoique limité pour l'essentiel aux trois divinités, et Sirius. Une grande partie de ce culte païen est entrée dans l'Islam comme nous le verrons, mais cela n’impliquait pas le Nom de Dieu.

 

Mouhammad venait d'une famille qui était en grande partie Chrétienne Unitaire et c'était de cette manière qu'il a été exposé à la structure de la Bible.

 

Il se mit à détruire les trois aspects de l'adoration du seul vrai Dieu. Tout d'abord, il se mit à éliminer le culte païen des tribus arabes. Il a ensuite été confronté à la tâche d'exposer et de détruire le système trinitaire, qui s'était imposé à l'Est de Constantinople comme un outil du système romain. Il avait aussi la tâche de libérer les Arabes de l'aristocratie juive et des royautés qui contrôlaient le Moyen-Orient à l'époque. Une grande partie de cette influence s'est étendue en Khazarie et voyait la conversion des Khazars Ashkénazes au Judaïsme dans le siècle suivant en 740 EC.

 

Mouhammad a commencé à enseigner en 610 de notre ère et en 632, l'Islam a été créé après l'Hégire ou le voyage de la Mecque à Médine. 

 

Il est vrai que les mosquées dans l'Islam ont des croissants qui leur sont associés, mais il en est de même pour de nombreuses Églises Trinitaires dans le Christianisme. Toutefois, les noms n'ont rien à voir avec le nom d'Allah. Une grande partie de la structure de la mosquée est également associée avec les seins de la déesse dans la forme de son toit et est directement païenne, mais cela n'a rien à voir avec le Prophète et avec le véritable Islam.

 

Comme nous le voyons, Al'ilãh était la plus ancienne forme d'Allãh. Ce n'est pas associé avec le Dieu Lune du tout et ce ne l’est pas avec la déesse céleste Al ilat ou Al Lat non plus en aucune façon.

 

Les langues hébraïque et arabe sont liées de cette manière. L'hébreu est à l'origine de la forme occidentale araméenne, qui était parlée après la captivité babylonienne à la place de l'hébreu. La langue chaldéenne sémitique est devenue l’araméen oriental et duquel l’arabe moderne provient.

 

Les noms pour Dieu en hébreu étaient :

Éloah (au singulier) ; et

Élohim (au pluriel).

El était une forme courte et pourrait signifier puissant lorsqu’appliquée à une personne.

Les noms pour Dieu en chaldéen était :

Élahh (au singulier) (= Héb. Éloah)

Élahhin (au pluriel) (= Héb. Élohim)

 

El avait le même sens. Tant l'hébreu et le chaldéen apparaissent dans les textes de la Bible en utilisant ces formes. Le livre d'Esdras montre que le nom Éloah est le titre du Dieu du Temple à Jérusalem. Ce nom est singulier et n'admet aucune pluralité. Il fait référence au seul Vrai Dieu uniquement.

 

Dans l'araméen oriental, le singulier Élahh est devenu Allah’ en arabe de cette façon. Élahh était dénommé Al Élahh ou Le Dieu au singulier, tel qu'il figure dans le texte de la Bible et le chaldéen. Il est ensuite devenu Al'ilãh en arabe de l'araméen oriental, le son des deux hh étant exprimé comme un aspirant avec la lettre h finale d'Allah. Ainsi, l'ancienne forme arabe était Al'ilãh modifiant le son du double h. L'Islam sous Mouhammad a continué sur le nom Allah, car il était singulier et n'admet aucune pluralité.

 

Il ne fait aucun doute que le nom Éloah de la Bible et Allah de l'arabe nous viennent de la langue sémitique par l'Ancien hébreu et l’Ancien chaldéen, respectivement, et signifient la même chose.

 

Le nom Yahovah est un titre appliqué à Éloah comme la forme à la troisième personne du verbe signifiant Il Cause que ce Soit. Ce point de vue est confirmé par la note accompagnant le texte dans Exode 3:14 dans l’Annotated Oxford RSV. Le nom exprimé dans le texte dans Exode 3:14 signifie Je suis ce que je deviendrai (‘eyeh ‘asher ‘eyeh cf. note de Bullinger à la Companion Bible aussi). Il désigne un acte de création dans l'expansion de Lui-même par le Seul Vrai Dieu, conformément à Sa volonté et Son plan. En ce sens, tous les hommes deviendront fils de Dieu.

 

C’est donc un nom appliqué au porte-parole du Seul Vrai Dieu qui est dénommé Yahovih (SHD 3069) ou Yahovah des Armées. Yahovah (SHD 3068) est utilisé pour désigner les divinités subalternes et parfois de multiples divinités en même temps. En d'autres termes, ils agissent tous pour le seul Vrai Dieu Éloah en tant qu’élohim. Ainsi, tous les hommes deviendront des dieux ou élohim spirituels en tant que fils de Dieu (voir l'étude Les Élus en tant qu'Élohim (No. 1)). 

 

Le nom Yahovah est appliqué à au moins quatre êtres, dont trois sont des anges ou messagers pour le Dieu dans le Ciel en même temps comme nous le voyons dans l'exemple avec Abraham et Lot, et la destruction de Sodome et Gomorrhe. Ces aspects ont tous été examinés dans les études : L'Ange de YHVH (No. 24) ; Les Noms de Dieu (No. 116) ; La Préexistence de Jésus Christ (No. 243) et Abraham et Sodome (No. 91).

 

C’est de cette ignorance des origines des noms dans la langue et du désir de calomnier et de diffamer par les fanatiques pharisaïques dans le Christianisme que nous voyons l'erreur et la calomnie surgir. L'ignorance de l'Islam basée sur les traditions d'hommes en plus fait croître l'hostilité.

 

Pourquoi les gens attaqueraient-ils le nom d'Allah ? Quelle est la signification du terme ?

 

Le vrai problème découle de la fausse théologie, qui est entré dans le Christianisme et trouve l’expression aujourd'hui dans les Églises de Dieu.

 

Le système trinitaire s’est développé à partir d'une structure binitaire qui s’est trouvée adoptée à Nicée en 325 EC. La Trinité a été développée par les Cappadociens, Grégoire de Nysse, Grégoire de Nazianze et Basile. La théologie a été adoptée en 381 EC et a paralysé le Christianisme théologiquement. Augustin d'Hippone a ensuite coulé la théologie erronée dans le béton dans ses écrits.

 

Les Églises de Dieu ont encore moins d’excuse pour l'erreur. Elles ont développé, sous Herbert Armstrong au vingtième siècle, un dithéisme qui a commencé une fausse théologie autour de deux Dieux coéternels. Ces enseignants erronés font face à la terminologie de la Bible d’Éloah étant le nom de Dieu au singulier, et qui ne peut être employé que pour le Seul Vrai Dieu qui a envoyé Jésus Christ (Jean 17:3). Ils doivent alors attaquer l'utilisation d'Éloah en tant que Seul Vrai Dieu. Ils le font en couplant les termes Éloah et Allah, qui est un lien correct, mais affirment que cela a trait à l'adoration d'un Dieu lune dans l'Islam en raison des intrusions païennes dans les mosquées sous un système mystique. Il est vrai que l'Islam, comme le Christianisme avant lui, est désespérément paganisé, mais cela n'a rien à voir avec l'utilisation d'Allah dans le Coran ou Qou’ran.

 

Certaines églises comme l'Église de Dieu (Septième Jour) lorsqu'elle a été pénétrée par les Trinitaires aux États-Unis ont opté pour le Binitarisme comme la solution de facilité et sans doute aboutiront dans le Trinitarisme. Les Baptistes du Septième Jour sont Unitaires comme ils l'ont toujours été dans leur Conférence Internationale mais sont devenus Trinitaires dans la Conférence Américaine au milieu des années soixante-dix. Théologiquement, ils sont très faibles. Les Églises de Dieu et les Baptistes du Septième Jour étaient à l'origine Unitaires dans toutes les dénominations, y compris les Adventistes du Septième Jour. Armstrong a été accrédité en tant que ministre de l'Église de Dieu (Septième Jour) quand elle était Unitaire. Les Adventistes du Septième Jour sont devenus Trinitaires à la fin des années 1970.

 

Ces mêmes personnes sont maintenant confrontées au fait qu'elles ont inventé une fausse doctrine et imprègnent les Églises de Dieu avec l'erreur.  

 

C'est pour cette raison que dans les premiers siècles suivant la fausse théologie Trinitaire dans le Christianisme que l'Islam insiste sur le fait de se référer au Seul Vrai Dieu en tant qu Allah’, plutôt que le pluriel ellahhin, parce que le nom n'admet aucune pluralité que ce soit.

 

Plutôt que d'admettre qu'ils sont dans l'erreur, les enseignants Binitaires, Dithéistes et Trinitaires de diverses Églises de Dieu inventent des arguments fondés sur le mensonge et calomnient ceux qui sont en désaccord. Cette pratique est contraire à la Bible et maintenant aux Lois des États-Unis ainsi que d'autres nations.

 

Les diverses erreurs dans la théologie seront examinées dans l’ouvrage QFP sur l'Islam (No. 55).  

 

L'idée que Allah ne soit pas le Dieu de la Bible, dont le nom est effectivement Yahweh tel que revendiqué, est une idée qui a émergé de la théologie des Noms Sacrés aux États-Unis et qui est fausse. Cette idée échoue à comprendre les noms de Dieu dans la Bible et la place de la distinction Éloah-Élohim.  

 

Dans une diatribe, on trouve des commentaires tels que :

Aux "gens des Écritures" ou "livre", les Musulmans sont dits de dire, "Nous avons foi en ce qui nous a été révélé et en ce qui a été révélé jusqu’à vous. Notre Dieu et votre Dieu sont un et à lui nous sommes résignés," Coran 29:46.

Les Musulmans croient-ils à la fois au Coran (Qouran) et à la Bible ? Nous verrons. 

 

Maintenant, cet argument est une bonne approche. Il montre la nécessité d'examiner le Coran et de voir quelles sont les différences entre les deux religions.

 

Le Coran exige en effet qu’un vrai Musulman obéisse à la fois au Coran et à la Bible. Cette position a une grande force et pourrait s'avérer au point sur lequel les religions sont réconciliées. Un exemple de la fiction imprégnant les Églises de Dieu suit actuellement :  

Quelle est la nature du dieu - Allah - des Musulmans ? Est-il le même que le Yahweh de l'Écriture ?  

Tel qu’indiqué dans l’édition de janvier/février 2000 de Battle Cry, une comparaison entre Allah et Yahweh, basée sur leur représentation dans le Coran et la Bible, respectivement, est une étude des opposés. 

Inconnaissable : Allah est si transcendant, si exalté, qu’aucun homme ne peut jamais connaître personnellement Allah. Yahweh, d'autre part, a envoyé Son Fils Jésus Christ dans le monde afin que nous puissions connaître Dieu personnellement, Jean 17:3 (R. Nickels, Islam and You, Étude No. 185).

 

La Bible est claire que personne n'a jamais vu Dieu. Il a choisi de Se révéler par Ses serviteurs les prophètes et Il a envoyé Jésus-Christ. L’auteur semble être totalement inconscient du terme Éloah, tel qu'il s'applique dans la Bible. Aussi, il semble ignorer que le terme Yahovah ou Yahweh comme il le prétend est employé pour les Anges dans l'Ancien Testament, dont un, le Rocher spirituel qui était avec Israël dans le Désert (1Corinthiens 10:4) était Jésus-Christ.

 

Esdras montre, dans la grande restauration, que La Maison de Dieu à Jérusalem est la Maison d'Éloah (Esdras 4:24) et non pas la maison de “Yahweh.” Esdras identifie Éloah en tant que l’Éloah d'Israël (Esdras 5:1). Les prophètes étaient les prophètes d'Éloah (Esdras 5:2). Il est Éloah des Juifs (Esdras 5:5). Il est le grand Éloah pour lequel la Maison a été construite (Esdras 5:8). Il est l'Éloah des Cieux et de la Terre (Esdras 5:11). C'est cet Éloah que les pères avaient provoqué avec colère et Celui qui les a envoyés en captivité (Esdras 5:12). Cyrus a décrété que la maison d'Éloah soit construite, et les ustensiles d'or et d'argent étaient les ustensiles d'Éloah, qui ont été envoyés pour y être déposés (Esdras 5:13-17, 6:5).

 

La Maison d'Éloah a été protégée et ordonnée d'être construite par les dirigeants de l'empire, car Éloah avait choisi Cyrus pour commencer ce processus. Darius II l’a achevé et Artaxerxès II a ordonné sa restauration. Esdras et Néhémie ont restauré le système du Temple et Esdras est mort en 323 Avant notre Ère. Il n'y avait aucun doute dans l'esprit de personne que c’était le temple d’Éloah le Dieu du Ciel et de la Terre. Pas une seule fois, le nom de Yahweh n’est mentionné à cet égard. En effet, le nom de Yahweh est une mauvaise prononciation du nom, dans tout les cas.  

 

De ce qui précède, nous avons vu que les noms Éloah et Allah’ sont dérivés des deux variantes de la même structure linguistique. Éloah et Élahh sont la même divinité, d'où vient le nom Allah’. Compte tenu de cette vérité importante, nous pourrions alors aller vers un terrain d'entente et construire une compréhension mutuelle.

 

Allah’ est la forme arabe du Seul Vrai Dieu Éloah qui s’étend Lui-même afin de devenir élohim à travers les gens qu'Il a appelés dans Son système.

 

Le Coran affirme que les Chrétiens sont les plus proches d'eux. Ils n’acceptent pas et n’accepteront jamais les traditions qui ont déterminé une structure Trinitaire et Binitaire. Ils ne croient certainement pas en un Dieu capricieux et ce genre de dialogue ne sert à rien d'autre que de se livrer à la bigoterie et d'encourager l'hostilité. 

   

  

q