Les Églises Chrétiennes de Dieu

[095]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Millenium et le Ravissement [095]

 

(Édition 2.0 19950311-20000107)

 

 

 

Cette étude examine la position millénariste de la première église par rapport aux théories modernes du ravissement. Les premières doctrines sont développées à partir des premiers auteurs. Les origines de la doctrine du ravissement sont discutées. La production des doctrines modernes et les activités des prêtres jésuites Ribera et Bellarmine sont aussi discutées. Une discussion des activités de Samuel Maitland dans la production de cette fausse doctrine est aussi faite.

 

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1995, 2000 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

Le Millenium et le Ravissement [095]

 

Les doctrines originales de la première église étaient millénaristes. L'église attendait avec impatience le retour de Christ et la résurrection des saints à son retour. Les saints gouverneraient alors la terre pendant mille ans, après quoi la deuxième résurrection ou la générale se produirait et le jugement suivrait cette période de mille ans.

 

Il y a plusieurs Écritures de l'Ancien Testament qui mènent à Apocalypse 20:1-15 et qui sont en corrélation avec ces versets. À moins que vous ne compreniez la résurrection et le Millenium, vous ne pouvez pas comprendre ce qui arrive au retour du Messie. Par exemple, vous ne pouvez pas comprendre Zacharie 14:16-19 dans l'établissement de la Fête des Tabernacles et l'exigence d'envoyer des représentants à Jérusalem. Les Adventistes du Septième Jour ne peuvent pas comprendre ces Écritures. Ils ne peuvent pas comprendre Ésaïe 66:20 et la restauration du Sabbat et des Nouvelles Lunes, parce qu’ils ont un Millenium céleste. Ils ne peuvent pas réaliser le sens des prophéties de l’Ancien Testament qui parlent du retour du Messie, parce qu’ils ne comprennent pas la situation qui sera établie après celui-ci.

 

La plupart de ces gens ont été induits en erreur et le problème de leur théologie découle du scénario et du faux rôle de la terre au retour du Messie. Satan a attaqué cette doctrine comme une source fondamentale d’erreur depuis 2000 ans. Cette doctrine désigne la vraie église et elle a été utilisée pour attaquer l’église et le Christianisme et pervertir la compréhension de la Bible.

 

Nous allons maintenant examiner Apocalypse 20:1-15.

 

Apocalypse 20:1-15 1 Puis, je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l'abîme et une grande chaîne dans sa main. 2 Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. 3 Il le jeta dans l'abîme, ferma et scella l'entrée au-dessus de lui, afin qu'il ne séduisît plus les nations, jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu'il soit délié pour un peu de temps. (LSG)

 

Maintenant, Satan a séduit les nations et continuera à les induire en erreur jusqu’au Millenium et jusqu’au retour de Jésus Christ. Il le fait toujours présentement et une des doctrines qu’il attaque et qu’il utilise pour séduire les nations est celle de la structure du gouvernement de Dieu aux derniers jours. C’est pour cette raison qu’il est jeté dans l’abîme sans fond, parce qu'il est un trompeur et c’est de lui que la fausse religion émane.

 

4 Et je vis des trônes ; et à ceux qui s'y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n'avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. (LSG)

 

Ce texte a été la principale source de confusion. Certains, parmi les premiers millénaristes dans l’église, ont cru que la résurrection des morts et le règne étaient réservés seulement aux martyrs. C’est-à-dire qu’il fallait que vous ayez été décapités à cause du témoignage de Jésus pour avoir part à la première résurrection. C’était la doctrine de quelques-uns dans l’église du premier siècle. Cependant, on peut l’interpréter que ceux qui sont décapités sont séparés de ceux qui adorent la bête. Ce sont ceux qui prendront part à la première résurrection.

 

Cela veut dire que le pouvoir de la bête doit durer pendant 2,000 ans, autrement les saints ne sont pas évalués durant la période entière et un grand nombre de ceux-ci ne peuvent pas participer à la première résurrection, seulement les martyrs. Le pouvoir de la bête doit donc être conjoint. Le pouvoir de la bête ne doit pas être une interprétation futuriste des derniers jours seulement. Il a dû avoir été continuel aussi, afin que la bête soit conjointe avec la fausse structure religieuse. Par conséquent, le pouvoir de la bête de la fin doit être une extension de la fausse structure religieuse, mais un pouvoir qui détruit celle-ci dans les derniers jours.

 

5 Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. C'est la première résurrection. (LSG)

 

D’ici, il est clair qu’il y aura deux résurrections et que le reste des morts est ressuscité à la fin. Dans la première résurrection, il y a seulement ceux qui sont martyrisés et ceux qui refusent de prendre l'image de la bête. Il est donc tout à fait clair que vous devez être évalués par le martyr ou par la marque de la bête, pour être dans la première résurrection.

 

6 Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n'a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans. (LSG)

 

C'est très clair. Ils vont être les sacrificateurs de Dieu et de Christ et régneront avec lui pendant mille ans. Ils vont être des sacrificateurs pour quelque chose. Vous ne pouvez pas être un sacrificateur à ou de Dieu, à moins que vous n'ayez quelque chose pour laquelle vous êtes un sacrificateur, comme une congrégation.

 

7Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. 8 Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre ; leur nombre est comme le sable de la mer. (LSG)

 

Il est évident qu’il y a des forces à ce moment-là qui sont des forces physiques. À la fin des mille ans, il doit y avoir des gens physiques qui prendront les armes et qui marcheront contre les saints.

 

9 Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel, et les dévora. 10 Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles. (LSG)

 

La bête et le faux prophète sont un système administratif et un système de fausse prophétie. Ce ne sont pas des hommes. Voyez les études La Résurrection des Morts [143] et Le Jugement des Démons [080]. Les concepts de ces textes sont examinés dans ces études. Les gens ne sont pas jetés dans l’étang de feu, à l’exception des corps de ceux qui ont refusé d’être sauvés. Il n’y a pas d’êtres spirituels tourmentés dans l’étang de feu.

 

11 Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s'enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. 12 Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres. 13 La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux ; et chacun fut jugé selon ses œuvres. (LSG)

 

Comme nous le voyons du verset 13, il n’y a pas de troisième résurrection. C’est une invention de certaines Églises de Dieu et de leur doctrine de peur (voir l’étude L'Erreur de la Troisième Résurrection [166]).

 

14 Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort, l'étang de feu. (LSG)

 

Les concepts sont brûlés dans l’étang de feu. C’est simplement la structure entière de la terre et ses processus physiques qui sont détruits.

 

15 Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu. (LSG)

 

C’est Dieu qui a donné ces renseignements à Jésus Christ et ils ont été écrits par l’apôtre Jean sous sa dictée. Ils sont confirmés par Ésaïe, par Zacharie et par les Évangiles ; pourtant, ils ont été rejetés par la majorité.

 

Les opinions sur le retour du Messie ont été déformées et les convictions originales de l’église ont été étiquetées comme pré-Millénaristes. La doctrine du Millenium, en tant que Millénarisme ou Chiliasme, a toujours été la vue de l’église Sabbatarienne. On s'y est opposé et on l'a changé et même le nom lui-même a été approprié par la fausse doctrine et la Théologie Trinitaire.

 

La vue que les saints dirigeants étaient seulement ceux qui avaient été martyrisés n'était pas celle de l'église du Nouveau Testament. Paul a déclaré que ceux qui étaient vivants ne précéderaient pas (ou empêcheraient dans l'anglais KJV) les morts en Christ, mais qu’ils seront rassemblés avec eux pour être avec le Seigneur sur une base permanente (1Thes. 4:15-18). C'était la vue Millénariste originale de l'église.

 

Les auteurs Millénaristes ou soi-disant Pré-millénaristes étaient Apollinaire, Commodien, Hippolyte, Irénée, Justin Martyr, Lactantius, Methodius (qui a vu le Millenium comme un jour de jugement), Montanus, Nepos, pseudo-Barnabas, Tertullien et Victorinus. La théorie de la 70ème semaine retardée, qui rapproche Daniel 9:25 à Christ, a d'abord été introduite par Hippolytus.

 

Cette doctrine a été développée en ce qui est appelé le Chiliasme, qui est essentiellement la doctrine du soi-disant pré-millénarisme. Millenium est le terme pour les mille ans et Chiliad est un autre terme qui signifie aussi mille ans. Mais ils étaient deux termes séparés. Chiliad a plus tard été appliqué aux doctrines d'un millénaire qui contenait une quantité excessive d'aspects physiques. Les Gnostiques ont commencé à développer le Chiliasme où il y avait une forme excessivement physique et charnelle de vivre pendant les mille ans. Il est tombé en discrédit à cause des auteurs Gnostiques.

 

Satan a attaqué le Millenium en utilisant sa vérité à l'excès, en y appliquant un aspect physique de façon extraordinaire. Les doctrines millénaristes ont varié sous le Chiliasme ; des saints martyrisés gouvernant la terre avec Christ, elles se sont souvent étendues, dans les écrits Chiliastiques postérieurs, pour inclure tous les Chrétiens vivants au retour de Christ, plutôt que ceux morts en Christ ou martyrisés. Les derniers écrits Chiliastiques, particulièrement ceux de Lactantius et de son époque, sont tombés en discrédit pour les excès qu'ils ont attribués au règne terrestre de Jérusalem et certains sont devenus plutôt charnels avec des écrits empruntés à des sources non bibliques.

 

L'église Catholique postérieure a maintenu que le Millenium était un Juif apocalyptique et nie l'intention littérale d'Apocalypse.

 

Quoiqu'il soit difficile de visualiser les images utilisées dans l'Apocalypse et les choses exprimées par elles, cependant, il n'y a aucun doute que la description entière se réfère au combat spirituel entre Christ et l'Église d'une part et les pouvoirs malveillants de l'enfer et du monde d’autre part. Néanmoins, un grand nombre de Chrétiens de l'ère post-apostolique, particulièrement en Asie Mineure, ont cédé à un Juif apocalyptique en plaçant un sens littéral dans ces descriptions de l'Apocalypse de Jean ; le résultat a été la diffusion du Millénarisme qui a gagné des avocats loyaux non seulement parmi les hérétiques, mais parmi les Chrétiens Catholiques aussi. (Catholic Enc., Vol. X, Millennium, p. 308)

 

Cela vous montre les niveaux de la distorsion. Bien entendu, la première église était millénaire. La raison que l'Église de Rome ne voulait pas ce Juif apocalyptique, est parce que son pouvoir était basé à Rome et que l’empire romain n'aimait pas (en fin de compte) l'idée d'un gouvernement mondial de mille ans allant à Jérusalem. La pensée, que Christ gouvernera cette planète pendant mille ans de Jérusalem, est le problème inhérent de ces Chrétiens en Europe. Ils ne veulent pas que Christ soit un Juif et qu’il gouverne le monde de Jérusalem. C'est la raison pour laquelle ces gens nient l'intention littérale de la Bible concernant l'établissement du Millenium.

 

Le Gnostique Cerinthus a peint des images du Millenium avec des couleurs brutes, sensuelles (C.E. ibid.) (Caius in Eusebius, "Hist. Eccl.", III, 28; Dionysius Alex. in Eusebius, ibid., VII, 25).

 

L'évêque Papius d’Hiérapolis, un disciple de Jean, était un partisan du Millénarisme. Selon J.P. Kirsch (C.E. ibid.), il est Catholique ; cependant, cela est impossible lorsqu’on prend en considération la formation des Athanasiens en tant qu’église. Papius et Irénée ont prétendu avoir appris les doctrines du Millenium de Jean. Irénée remarque que d’autres Presbyteri, qui avaient vu et entendu le disciple Jean, ont appris de lui la croyance au Millénarisme comme faisant partie de la doctrine du Seigneur.

 

Nous avons donc ici deux témoignages. Irénée dit clairement que tous les autres évêques et chefs d'églises, qui ont vu et entendu Jean, ont appris de lui la doctrine du Millenium. Nous avons un témoin oculaire, c’est-à-dire, quelqu’un qui a vu Jean et qui a été enseigné par Jean et ses disciples. Ils disent que Jean leur a enseigné les doctrines du Millenium comme une partie du travail du Seigneur et que, de plus, c’est la doctrine de l’église originale.

 

Selon Eusèbe (Hist. Eccl., III, 39), Papius a affirmé dans son livre que la résurrection des morts serait suivie d’un royaume terrestre, glorieux et visible, de Christ et, d’après Irénée (Adv. Her V, 32-33), il a enseigné que les saints jouiraient aussi d’une surabondance de plaisirs terrestres pendant le Millenium (voir aussi Cath. Enc. op. cit.). Donc, même les saints terrestres peuvent, d’après Irénée, prendre une forme physique et participer à cette structure.

 

L’Épître de St-Barnabas contiendrait aussi des idées Millénaires. Les idées des six jours hebdomadaires et du repos du Sabbat sont vues comme s'étendant aux six mille ans du plan de l’œuvre de Dieu et au repos de mille ans du Millenium. Par conséquent, les sept mille ans sont un concept de la première structure Judaïque Chrétienne.

 

La première église a compris que la semaine était représentative des six mille ans du règne de Satan et du travail de Dieu et que le septième jour, le Sabbat hebdomadaire, était représentatif des mille ans du Millenium. Cette doctrine a été une caractéristique de l'église de Dieu pendant 2,000 ans et c'est pourquoi elle a été attaquée ce siècle-ci. La doctrine est attaquée constamment parce que vous la comprenez. C'est pour cela que le Sabbat est attaqué, car le Sabbat représente aussi le Millenium.

 

Le martyr Justin à Rome épouse la position biblique du Millenium dans son dialogue avec Trypho (Ch. 80-81). Il remarque que, même en ce temps-là, il y avait beaucoup de Chrétiens qui n’y croyaient pas.

 

Melito, évêque de Sardes au deuxième siècle, a épousé les doctrines du Millenium et partagé les vues d’Irénée.

 

Les Montanistes étaient aussi des partisans fervents du Millenium. Tertullien, le protagoniste du Montanisme, a interprété la doctrine dans son ouvrage (maintenant perdu) De Spe Fidelium et dans Adv. Marcionem, IV.

 

Le rejet du Millenium est venu initialement du Gnosticisme (voir Cath. Enc. op. cit.). Cependant, la base réelle du rejet est de l'antisémitisme simple. Il a aussi été opposé par les Alogi en Asie Mineure et ils ont rejeté non seulement l'Apocalypse (en l'attribuant à Cerinthus), mais aussi l'Évangile de Jean. La bataille contre le Millénarisme est allée la main dans la main avec la bataille contre les Montanistes. Une hérésie est apparue qui épousait le Milleniumisme. Satan travaille sur cette prémisse tout le temps. Il établit un groupe avec un mélange d'hérésie et de vérité, de sorte que quiconque attaque l'hérésie attaque la vérité en même temps. La vérité est mélangée avec l'erreur et ainsi la vérité est balayée avec l'erreur.

 

Vers la fin du deuxième siècle et le commencement du troisième, Caïus, un ancien romain, a attaqué le Millénarisme et Hippolytus de Rome l’a défendu.

 

L’adversaire le plus puissant du Millénarisme a été Origène d'Alexandrie. Les doctrines qui ont émergé d’Alexandrie attaquaient non seulement la Divinité mais également l’intention littérale des Écritures.

 

À la lumière du Néo-Platonisme sur lequel ses doctrines étaient fondées et de sa méthode spirituelle-allégorique d'expliquer les Saintes Écritures, il ne pouvait pas être en accord avec les Millénariens. Il les a combattus expressément et, étant donné la grande influence que ses écrits ont eu sur la théologie ecclésiastique particulièrement dans les pays Orientaux, le millénarisme a graduellement disparu des idées des Chrétiens Orientaux (Cath. Enc., ibid., p. 309).

 

Nepos, l'évêque en Égypte, s'est opposé à la position allégorique d'Origène au troisième siècle en défendant la doctrine Millénaire, établissant la position à Arsinoe. C'est à travers le néo-platonisme que la doctrine de la trinité a commencé à être expliquée. Origène était néo-platonicien. Donc, vous avez ces erreurs qui entrent dans l'église et qui attaquent ces doctrines, qui établissent le règne de Christ sur cette planète. C'est le sujet réel de leur attaque. Dionysius d'Alexandrie a apparemment persuadé les Millénaristes d'abandonner leurs vues afin de prévenir un schisme (Eusebius, Hist. Eccl. VII, 14).

 

Les doctrines du Millenium sont restées en Égypte pour quelques temps et Methodius, l'évêque d'Olympus et adversaire principal d'Origène, a défendu le Millénarisme dans son Symposium (IX, 1, 5, dans Migne, Patr. Graec, XVIII, 178 sqq.). Apollinaris, l'évêque de Laodicée, a défendu le Millénarisme dans la deuxième moitié du quatrième siècle. Cette bataille, commencée au premier siècle, existe donc toujours au quatrième siècle. Les écrits sont mentionnés par Basil de Caesarea (Epist. CCLXIII, 4, dans Migne, Patr. Graec. XXXII, 980) ; voir aussi Epiphaneus (Her. LXX, 36, dans Migne, loc. cit. XLII, 696) et Jérôme (In Isa. XVIII, dans Migne, Patr. Lat. XXIV, 627). Jérôme déclare aussi que le Millénarisme était une doctrine répandue, mais qu'après cela, l'Église a effectivement découragé le point de vue. C'était une doctrine trouvée à l'Ouest, eg. Commodian (Instructiones, 41,42,44 Migne, ibid., V, 231 sui.) et Lactantius (Institutiones VIII, Migne, ibid. Vi, 739 sui.) qui a aussi été influencée par les prophéties Sibyllines, lesquelles sont [faites] d’après les premiers Millénaristes de l'Église. Les prophéties Sibyllines sont essentiellement inscrites dans l'Ancien Testament Pseudépigraphe. Elles sont Messianiques. Qu'elles soient Chrétiennes ou non, cela est une question de conjecture. Elles sont Judaïques Messianiques et elles se réfèrent au règne physique du Messie. La doctrine est aussi trouvée dans l'église Unitaire particulièrement.

 

À cause des erreurs sérieuses des églises modernes en rapport avec le retour de Christ et la restauration Millénaire, beaucoup de théologiens modernes ont tendance à discréditer les promesses de l'Ancien Testament s'appliquant à la restauration en les considérant comme fantastiques et plusieurs confondent les termes Israël et Juif. Ils ne comprennent pas que les Juifs sont seulement une partie d'Israël et que les dix tribus perdues sont là, que ces dix tribus forment une organisation et qu'il y a une vue biblique générale du monde entier devenant Israël, à la fin.

 

Ils ont tendance à rationaliser les promesses de Dieu dans l'Ancien Testament, comme une autre évidence de l'influence étrusque et persane sur les doctrines et, de là, ils dévalorisent leur nature inspirée. Invariablement, quand les auteurs dévalorisent les Écritures de l'Ancien Testament, leurs conclusions deviennent imaginaires et non-bibliques. Comme nous l’avons vu plusieurs fois, les Écritures sont, en fait, l'Ancien Testament et les évangiles leur sont attachés. Les apôtres avaient seulement les Écritures, c'est-à-dire, l'Ancien Testament pour enseigner. Les écrits de Paul n'avaient pas été rassemblés et ses écrits ne sont pas l’Écriture au même sens que la Bible. Ils sont simplement des addenda à la Bible. Nous devons comprendre cela très clairement.

 

Afin d'attaquer le Millenium, ils ont dû se débarrasser du livre de l'Apocalypse. Cela a été vu comme la solution et, pendant un certain temps, ils ont enlevé le livre de l'Apocalypse de la Bible. Il y a peu d'ambiguïté dans l'Apocalypse. Elle est très claire et spécifique et très réprobatrice des faux systèmes religieux. Elle est très claire sur ce que Christ va faire avec le monde.

 

L’Omission de l’Apocalypse du Canon

 

C'est en raison de certaines des revendications excessives du Chiliasme que l'Apocalypse en est venue à être omise du Canon Sacré pendant une courte période de temps, bien que la raison réelle soit, plus probablement, que les traditions Mithriaques se superposaient sur l'Église et que l'Apocalypse était une déclaration trop claire et précise. À la fin du deuxième siècle, l'Apocalypse était reconnue comme apostolique et digne de foi partout dans l'église, sauf dans sa version Syriaque. Elle est tombée temporairement dans le discrédit, à cause de l'opposition au Millénarisme Chiliastique par Dyonisius d'Alexandrie (mort en 265). Cyril de Jérusalem (mort en 368), tout comme Grégoire de Nazianzus (mort en 389), a exclu l'Apocalypse de ses catalogues des livres du Nouveau Testament, et Chrysostome (mort en 407) ne l'a citée nulle part (voir l'étude Consubstantiel avec le Père [081]).

 

Qui étaient ces gens ? Grégoire de Nazianzus, Grégoire de Nissa et Basil de Caesarea étaient les trois personnes qui ont formulé la doctrine de la Trinité. Ces gens ont spécifiquement développé la doctrine de la Trinité et leur opposition à ces positions afin de se développer (comme Basil le dit lui-même) comme Dieu. Ils ont été les fondateurs de l'Église Catholique.

 

Le Concile de Laodicée (environ 366) l'a omise de la liste des Canons.

 

Le canon 29 de ce concile a déclaré que les Chrétiens ne devaient pas Judaïser et rester inoccupés le jour du Sabbat, mais qu'ils devaient travailler ce jour-là, et qu'ils devaient particulièrement honorer le Jour du Seigneur et, comme Chrétiens, autant que possible, ne faire aucun travail ce jour-là. Cependant, s’ils sont trouvés à Judaïser, ils seront anathèmes de Christ. 1

 

Note 1. Hefele dans A History of the Councils of the Church, Volume 2, page 316, a rendu le Sabbat comme samedi et utilisé le terme "exclu de Christ".

 

Le Concile a donc banni l'Apocalypse et le Sabbat. Cela donne à l'étudiant de la Bible une idée juste de l'intention spirituelle du Concile de Laodicée.

 

D'autres Canons du Concile offraient du pain de carême pour la lecture des Écritures et pourvoyaient pour la commémoration des martyrs le jour du Sabbat aussi bien que le dimanche. Ce Concile, tout en gardant le Sabbat comme un jour saint, en a fait un jour ouvrable et encouragé le dimanche, comme jour de repos.

 

Cela a achevé les erreurs du Concile de Nicée de 325 CE (ère courante) qui ont été mises en branle par Constantin de 321 CE. La victoire n'était pas totale, cependant, parce qu'Athanasius l'a incluse en 367 CE dans son énumération et les Conciles d'Hippone (393) et de Carthage (397) l'ont déclarée Canonique. 2

 

Note 2. Les détails de l'histoire perturbée de l'Apocalypse sont inclus dans A General Survey of the History of Canon of the New Testament de l'Évêque B. F. Westcott, 1875, Ch. 2C.

 

Ils avaient gagné les batailles nécessaires pour la victoire et, en 367, l'année après le Concile de Laodicée, Athanasius, qui était un des pères fondateurs de l'Église Catholique (ils sont appelés Athanasiens parce qu'ils sont Trinitaires), a alors remis l'Apocalypse dans le Canon.

 

Constantin détruit la Foi

 

C’est aussi Constantin qui a hâté l’abandon du (pré) Millénarisme résultant en la triste fin de notre foi originale. De plus en plus matérialiste, le Chiliasme a suscité l'opposition, et la plus importante fut celle d’Origène d'Alexandrie. En spiritualisant et en allégorisant, il a mis l'église sur la route de la dégénérescence. Le concept, que le Royaume éternel de Dieu est l'église dominante établie sur la Terre, est venu sur la scène dans les écrits de Tichonius et il a été introduit par Eusebius après "la conversion" de Constantin au Christianisme. Constantin a été baptisé par Eusebius de Nicomedia sur son lit de mort. Il a été baptisé un Unitaire (un soi-disant Arien ou Eusébien) et non un Catholique. Constantin n'a jamais été un Catholique ; il a nié leur foi et, en fait, il a été appelé un Eusébien. Il était un unitaire. Dans sa ferveur anti-chiliastique, Aurelius Augustine, l’évêque d'Hippone, a introduit dans ses écrits la spiritualisation du Millenium, basée sur la théorie de la récapitulation, soutenue par Tichonius. Simplement, celle-ci déclare que l'Apocalypse se répète en couvrant l'ère Chrétienne sous les symboles des sept églises, sept sceaux, sept trompettes, les bêtes et, ensuite, le Millenium. Avec ces hommes et l'héritage de Constantin, la contrefaçon de Satan est née de cette façon et la doctrine du postmillénarisme a fait son apparition.

 

Le Millénarisme Céleste

 

Simultanément, avec l’apparition du postmillénarisme, Jérôme a présenté son argument d’un Millenium céleste et non pas terrestre. Cette prémisse se basait sur des allégories et elle a, de toute évidence, eu de l’influence sur les écrits d’Augustin. Elle existe toujours aujourd’hui et, afin de permettre la gymnastique intellectuelle requise pour sa compréhension, vous devez ignorer la plupart des prophéties de l'Ancien Testament.

 

Il est curieux qu'Augustin était, au début, un Millénariste ou soi-disant pré-millénariste (La Cité de Dieu, XX, 7). Cependant, il a apparemment affirmé le Millenium après la résurrection universelle et le considérait, peut-être, davantage spirituel (Sermo, CCLIX, dans Migne, ibid., XXXVIII, 1197). Il est aussi crédité pour avoir appuyé la position post-millénariste et, par certains eschatologistes, d'être à l'origine de la théorie amillenialiste. Beaucoup de gens retournent à Augustin et justifient leur point de vue en se basant sut lui.

 

À la Réformation, la source de tous a été Augustin, au lieu de l'église originale. C'est pour cela que la Réformation a échoué. La Réformation est toujours composée de Trinitaires (de gens qui observent le dimanche), parce qu'ils ne sont pas retournés au-delà d'Augustin. Le postmillénarisme est devenu une position officielle de l'Église Catholique quand Thomas Aquinus a soutenu sa cause et il n'a été accepté de façon générale qu'après 1700. Le nouveau Commentaire Catholique sur l'Écriture Sainte, 1953 p.1207 conseille à ses lecteurs "de considérer l'enchaînement de Satan et le règne des Saints comme la période entière subséquente à l'Incarnation".

 

De l'affirmation de l'incarnation et de la résurrection de Christ et de la production conséquente de l'église, l'Église Catholique Romaine revendique maintenant le gouvernement, l'autorité et le contrôle. Leur position est qu'ils sont l'autorité dirigeante et que le Millenium (le Royaume de Dieu) est établi.

 

L’Amillénarisme

 

L’Amillénarisme est une doctrine tout à fait imaginaire et erronée. Il enseigne qu'Apocalypse 20 enseigne simplement des vérités spirituelles dans un langage symbolique. Il prétend qu'il n'y a aucun règne millénaire réel ; autrement, celui-ci est considéré comme l'ère Chrétienne entière. Les deux résurrections sont fusionnées et Christ vient à la fin de l'âge pour juger le monde. Cette forme de rationalisation devient répandue parmi les ministres occidentaux et les Trinitaires, en général.

 

La différence entre le postmillénarisme et l’amillénarisme est très légère, mais néanmoins distincte.

 

Les changements dans le Postmillénarisme

 

Le postmillénarisme a subi plusieurs changements et, en 1190, Joachim de Flores et les Joachimites Spirituels ont été en quête de l'établissement d'une église pure. Les excès de l'Église de Rome ont incité ceux qui aspiraient à une vie en Christ à chercher quelque chose d'autre. Avec le carnage et les excès charnels des princes de l'église et la performance du Vicaire de Christ, on ne pouvait qu'espérer qu'il y avait une explication du plan de Dieu autre que celle du postmillénarisme, qui supposait que les plus hautes aspirations de l'humanité étaient reflétées dans le Gouvernement de l'Église de Rome.

 

La Trinité et la Doctrine de l’Église Pure

 

La nouvelle église pure était cependant basée sur un concept Trinitaire de dispense. L'âge du Père, l'âge du Fils et l'âge de l'Esprit. Joachim maintenait que l'âge de l'Esprit commencerait avant 1260 CE sur le principe d'un jour pour un an. Un âge futur de l'Esprit a aussi été soutenu par les Franciscains Spirituels. À l'époque, l'église était absorbée à prouver l'existence de la Trinité autant naturellement que par la révélation. Le verset à 1 Jean 5:7 dans le Textus Receptus et, de là, la King James qui dit; "Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, la Parole et le Saint-Esprit : et ces trois sont un." était une contrefaçon. Cela a été inclus dans les écrits postérieurs, parce qu'il n'y avait aucun verset dans la Bible qui supportait le concept des triades égyptiennes, qui avaient été incorporées dans le Christianisme romain. Trois est aussi significatif dans l'ancienne religion de la Terre mère, qui était évidente comme sous-culture féminine impliquant l'adoration de la nature et d'autres formes de naturalisme, identifiée plus tard avec la sorcellerie. N'ayant donc aucune base biblique pour la Trinité, ils en ont forgé une.

 

La base de la réaction des spiritualistes était née de la décadence de l'église médiévale. Les Franciscains, dirigés par Pierre Jean D'Olivi (mort en 1298), qui identifiaient l'église hiérarchique avec la Babylone apocalyptique et Ubertino de Casale (vers 1312), qui a identifié un pape avec la Bête apocalyptique, ensemble avec les Joachimites, ont été tellement écœurés par les profondeurs de la corruption de l'église qu'ils ont ressenti le besoin de la réformer. La perversion était si grande que plusieurs ont étiqueté les papes comme l'Antéchrist. C'était un cri répété par les Églises Protestantes, qui recommandaient vivement qu'ils sortent de la Babylone apostate.

 

L'erreur théologique des Protestants a été qu'ils ne sont pas allés plus loin en arrière qu'Augustin d'Hippone dans leur recherche pour restaurer la vraie simplicité de l'église ; par conséquent, ils n'ont pas pu se libérer des erreurs des conciles de Nicée, de Laodicée, de Constantinople et de Chalcédoine. Ils n'ont donc pas rétabli le Christianisme de la première église.

 

Le cri inverse pour nettoyer l'Église de ces premiers hérétiques a été sonné par Milicz de Kremsier (Milic de Kromeriz) (mort en 1374) avant que le résultat souhaité puisse être atteint.

 

En détaillant l'étendue de l'influence du Vatican, Édouard Gibbon déclare, "pendant dix siècles de cécité et de servitude, l'Europe a reçu ses opinions religieuses des oracles du Vatican et la même doctrine, déjà vernie avec la rouille de l'antiquité, a été admise sans discussion dans le credo des réformateurs qui rejetaient la suprématie du Pontife romain". Le Synode de Chalcédoine triomphe toujours dans les Églises Protestantes. Ils ont reformé la façade, mais ils ne sont pas retournés à l'observance des Commandements et, encore aujourd'hui, ils profanent les Sabbats, sans autorité autre que celle de l'Évêque de Rome.

 

Arnold de Villanova, qui est mort en 1313 dans l'attente d'une réforme interne de l'église, aurait probablement été écœuré par la réforme inverse qui a été effectuée à sa place, qui, sous l'Inquisition, a assassiné le peuple de Dieu par milliers par les moyens les plus horribles dont l'homme était alors capable. L'église pure millénariste a graduellement disparu sous la persécution. Ils en sont venus à être représentés par des groupes marginaux comme les Anabaptistes.

 

En Europe, l'opposition au système romain était retrouvée parmi les Sabbatati, qui étaient Unitaires (voir l'étude Le Rôle du Quatrième Commandement dans lHistoire des Églises de Dieu Observant le Sabbat [170]). Initialement, les Vaudois faisaient partie des Sabbatati et étaient des Unitaires Millénaristes. Le rejet de la Trinité était une des "hérésies" des Vaudois, (Rév. A. C. Shannon - The Pope and Heresy in the Thirteenth Century, p. 7).

 

Les Chiliastes Fanatiques

 

Le Millénarisme est tombé dans le marasme après cela, particulièrement parmi les réformateurs Protestants, qui étaient consternés par l'ardeur des Chiliastes. Sur le Continent, les Munstérites ont été particulièrement notables de même que, plus tard, les hommes de la Cinquième Monarchie, en Angleterre, qui ont essayé, à leur époque, d'établir le royaume de Dieu sur la terre par des moyens politiques et militaires.

 

L’Émigration

 

Cette vue Chiliastique devait, cependant, pénétrer dans les Congrégationistes et, plus tard, les Baptistes, dont certains d'entre eux émigrèrent en Amérique. Certains Baptistes observaient le Sabbat et sont à l'origine des Baptistes du Septième Jour. Les Adventistes du Septième Jour et les Églises de Dieu observant le Sabbat sont dérivés de ce groupe. Parmi ceux-ci, les ASJs ne sont pas Chiliastes, mais ils ont plutôt adopté la vue des Jérômites d’un Millenium céleste, sans doute incités par l'échec des prophéties de William Miller et par l'appui d’Ellen G. White et son espérance en une venue, le 22 octobre 1844.

 

La Réémergence de la Vérité et les Changements des Concepts

 

Une lueur de vérité est réapparue avec Joseph Mede, qui a réintroduit la vue historique du pré-Millénarisme, sans doute pour résister à la position post-millénariste de l'Église de Rome.

 

Un nouveau type de postmillénarisme a été introduit, en 1703, par Daniel Whitby qui déclare que la deuxième venue peut seulement se produire après une période de plus ou moins mille ans, pendant laquelle le monde connaît une paix, une justice et une bonté générale croissantes de l'homme, par lesquelles le monde entier est, généralement, converti au Christianisme. Nul doute que c'est incité par un monde propre qui vaincra Satan, qui convertira les Juifs, l'Islam et tous les autres et qui mettra fin à toutes les guerres. Jonathan Edwards et Samuel Hopkins ont introduit la doctrine en Amérique et celle-ci était devenue la vue dominante en 1800. Ces auteurs maintenaient que la captivité et la libération de Satan étaient figuratives, mais que le pouvoir de Satan peut triompher pendant une courte période de temps avant l'arrivée de Christ. Les méchants qui demeurent doivent être détruits après sa venue et le Royaume Éternel sera ensuite établi.

 

Les Christadelphiens soutiennent que Satan n'existe que dans l'esprit. Par conséquent, ils tomberaient logiquement dans ce point de vue, mais avec des enseignements tout à fait différents liés au pré-Millénarisme.

 

De la même façon, les vues de la résurrection sont embrouillées par ces disciples de Whitby. Whitby et Vitringa soutiennent que la Nouvelle Jérusalem est le bonheur de l'église terrestre pendant le Millenium, tandis que d'autres, comme Brown et Faber, la voient comme l’assemblée des saints, après le Millenium.

 

La théorie a été plutôt endommagée au 20ème siècle quand la Première Guerre Mondiale a éclaté. Comme vous pouvez imaginer, quand 1914 est venu sur la scène et que nous sommes allés à la guerre - la grande guerre pour la civilisation – alors, tout à coup, la théorie entière a été réduite à néant. Nous sommes dans les guerres et les prophéties des derniers jours. Ils n'ont pas voulu faire face au fait que ces prophéties étaient claires et qu'ils entraient dans les  guerres de la fin et que l'homme est incapable, sans l'Esprit Saint, de développer un nouveau système et une nouvelle planète et de diriger cette place sous Jésus Christ. Ils allaient le faire sans Jésus Christ. Cela a, peut-être, été prédit dès 1139 quand St-Malachi a nommé le Pape de la période "Religio Depopulata" ou Religion Dévastée. Cependant, les guerres sont le sujet de prophéties bibliques (voir La Chute de l'Égypte : la Prophétie des Bras Cassés de Pharaon - Phase Un Partie Deux [036]).

 

Les Whitbyistes avaient dit que l'homme avait fait trop de progrès pour qu'il y ait une autre guerre. Tous les post-millénaristes, d'Augustin à Whitby, doivent affronter le problème que le monde ne s'accorde pas avec leurs pronostics et que leurs propositions sont contraires à l'enseignement biblique. La Bible est tout à fait claire sur ce qui doit arriver. Nous pouvons nous réjouir dans notre attente, parce que nous comprenons ce qui arrivera. En développant notre relation avec Dieu, nous avons trouvé notre sécurité en Dieu et la joie dans la façon que nous vivons ensemble.

 

L'échec de toutes ces doctrines a causé une résurgence du pré-millénarisme. Ceux qui ont regardé à ce que la Bible dit et qui l’ont citée, ont été promptement accusés d'être littéralistes par opposition aux spiritualistes antérieurs mais, comme d'habitude, des notions imaginaires se sont infiltrées avec des gens ignorant la parole écrite et interprétant le message. Les problèmes proviennent du fait que les gens ne prennent pas le texte littéralement.

 

Les Doctrines Postérieures

 

Les doctrines postérieures ont inclus Le Ravissement Secret, qui a été introduit, en 1832, par Edward Irving, fondateur de l’Église Catholique Apostolique. La même année, il a été destitué de son poste de prédicateur et il s’est fait retirer son statut de prêtre dans l’Église d'Écosse en 1833. Beaucoup de ses disciples ont joint sa nouvelle église. Il a été expulsé de l’Église d'Écosse à cause de son traité où il a insinué que Christ possédait une nature humaine déchue. Il a enseigné que la grande tribulation devait se produire entre la Résurrection des Justes et le Ravissement des Saints et le renversement de Satan, qui devait être suivi par le règne millénaire de Christ. Plusieurs variantes de ce thème du ravissement ont surgi depuis, cependant, la base reste la même. Il est probable que le but réel est d’éviter la tribulation.

 

Toutes ces doctrines du ravissement, incluant celle du lieu de sécurité des églises Armstrongites, ne sont que la même doctrine du ravissement, sous des noms différents. Il s’agit d’une façon d’éviter la tribulation et toutes les choses déplaisantes à venir parce que nous ne voulons pas changer notre comportement (voir aussi l’étude La Place de Refuge [194]).

 

Quand les partisans de ces doctrines devront affronter la tribulation avec leurs églises, ils auront de la difficulté à conserver leur position et leurs membres. Les deux enseignants du ravissement avant la tribulation, J.N. Darby et Irving, ont tous deux eu une influence considérable sur le pré-millénarisme fondamentaliste actuel. Irving est mort de tuberculose en 1834.

 

Plusieurs branches du pré-millénarisme des derniers jours ont poussé des vues divergentes comme :

 

1. Les Millérites qui ont défendu le concept d’un Millenium non-temporel et, selon eux, non-juif (ce qui semble démontrer chez eux une absence de la compréhension des nations et du rôle d’Israël);

 

2. La confrérie de Plymouth qui s’en tient à une doctrine futuriste, pré-tribulationiste et dispensationaliste.

 

Des variantes du pré-tribulationisme et de l’Amillénarisme apparaissent presque quotidiennement.

 

La doctrine d'Irving du Ravissement Secret semble être provenue d'une vision spiritiste de Mlle Marguerite McDonald en mars 1830, qui a parlé dans une transe d'une soi-disant vision de la Venue de Christ. C'était une expérience hystérique qui est devenue une rumeur et, ensuite, un enseignement. Elle n'a aucune base biblique. Elle a pénétré dans la Confrérie de Plymouth par John Nelson Darby (1800-1882), qui l'a présentée comme une interprétation prophétique générale. Nous avons donc une théorie prédominante du Dispensationalisme, épousée par des millions comme prophétie biblique, qui n'a, en fait, aucune base autre que le délire hystérique d'une jeune femme dans une transe, en mars 1830, pendant une période où il était à la mode d'avoir de telles expériences. Heureusement, les Frères de Plymouth n'ont pas tous été trompés et Dr. S. P. Tregelles l'a nommée pour ce qu'elle était en 1864 (Tregelles, The Hope of Christ’s Second Coming, pp. 34-37).

 

"Je n’étais pas au courant qu'il y avait un enseignement défini qu'il devrait y avoir un Ravissement Secret de l'Église à une venue secrète jusqu'à ce que cela soit 'énoncé' dans l'église de M. Irving de ce qui a alors été reçu comme étant la voix de l'Esprit. Que quelqu'un ait ou non affirmé une telle chose, c'est de cette supposée révélation que la doctrine moderne et sa phraséologie ont surgi. Elle n’est pas venue de l'Écriture Sainte, mais de ce qui a faussement prétendu être l'Esprit de Dieu".

 

Darby est appelé le père du Dispensationalisme moderne ; donc, en toute justice, il devrait être blâmé pour la diffusion du non-sens. Il a été ordonné diacre dans l'Église d'Angleterre en 1825 mais, en raison de la léthargie fondamentale du clergé anglican à l'époque, il s'est joint à d'autres fidèles désillusionnés pour former un nouveau mouvement à Dublin, dont le centre a été développé à Plymouth. Ils ont donc été connus comme la Confrérie de Plymouth.

 

C'est à travers ce nouveau mouvement que Darby a répandu les doctrines d'Irving basées sur les "énonciations" de Mlle McDonald, mais plusieurs, en plus de Tregelles, les ont rejetées. Parmi ceux-ci, il y a eu B. W. Newton, Charles Spurgeon, William Booth et George Millar, mais cela n'a pas arrêté la diffusion aux États-Unis et au Canada dans les années 1860-1870. Comme Darby lui-même a visité les États-Unis six fois, le mouvement peut avoir été enseigné aussi tôt qu'en 1840, mais c'est incertain.

 

Si vous citez quelque chose assez souvent, les gens commencent à croire que c'est vrai et, après les écrits de Charles Henry Mackintosh (1820-1896), les gens ont commencé à l'accepter généralement. Il est toujours lu. Avec William Blackstone et les autres Darbyistes, comme Malachi Taylor et J. H. Brooks, il a eu une influence profonde sur Cyrus Ingerson Scofield (1843-1921).

 

Scofield a fait l'éloge de Darby comme l'érudit de la Bible le plus profond des temps modernes. (Dr. C. I. Scofield Question Box, p. 93) et, après avoir combattu comme soldat dans la guerre civile, il a été nommé avocat, représentant le Kansas, pendant l'administration Grant. Il est devenu un ministre Congrégationaliste en 1882.

 

Par sa production de la Bible de Référence de Scofield et, en particulier, ses notes sur la prophétie, il a aidé à perpétuer une doctrine qui n’a pas de base biblique et il a fait un grand tort à l'acceptation fondamentale de l'Écriture. Il est incontestable que Darby autant que Scofield étaient des hommes dévoués brillants. (Les 30 travaux de Darby le témoignent). Il est regrettable qu'ils se soient détournés de l'Écriture.

 

Religion d'Homme et Réformation

 

Le développement de cette Théologie d'homme, qui est loin des enseignements des Apôtres, s'est produit sur 18 siècles. Les traditions des hommes ont obscurci et embrouillé la foi.

 

Il est intéressant de noter les commentaires de Luther en ce qui concerne la base de la foi. Quand appelé à comparaître devant la Diète à Worms, Martin Luther a donné la réponse suivante lorsqu'on lui a demandé d'abjurer ses travaux :

 

Puisque votre très sereine majesté et votre haute puissance exigent de moi une réponse claire, simple et précise, je vous en donnerai une et elle est celle-ci : je ne peux pas soumettre ma foi au Pape ou aux conciles, parce que c'est clair comme le jour qu'ils se sont fréquemment trompés et contredits. Par conséquent, à moins que je ne sois convaincu par le témoignage de l'Écriture ou par le raisonnement le plus clair, à moins que je ne sois persuadé au moyen des passages que j'ai cités et à moins qu'ils rendent ainsi ma conscience liée par la parole de Dieu ; je ne peux pas et je ne me rétracterai pas car il est risqué pour un Chrétien de parler contre sa conscience. Je suis devant vous, je ne peux rien faire d'autre ; que Dieu m'aide. Amen. (J.H. Merle D'Aubigne, History of the Reformation of the Sixteenth Century, Volume 7, Ch. 8.)

 

La réforme n'est pas allée assez loin ; les églises sont remontées sans vraie renonciation. Dans quelques cas, les réformes ont été annulées. En 1542, Henry VIII a proscrit l'observance de Noël comme le festival Païen qu'il était. Le festival a été rétabli en 1554 après que la Catholique Marie Tudor a pris le trône. Élisabeth 1 a manqué de résolution pour renverser cette décision de nouveau. Cromwell a aussi proscrit Noël pendant 12 ans, mais les Stuarts ont renversé la décision et l'hérésie continue.

 

Nous sommes concernés ici avec le déclin graduel des enseignements de l'église touchant à la venue et au règne de Christ.

 

L'enseignement des partisans du ravissement varie en rapport à l'Antéchrist. Les divers thèmes sont que l'Antéchrist est un athée ou un infidèle ou un Juif apostat. Ces commentaires sont incorrects. Ces enseignements semblent dater des prophètes de l'église de l'Âge Obscur ou du Moyen Âge et il s'agit, peut-être, d'une ruse imprécise pour détourner l'attention de la source réelle de la tribulation.

 

En 1534, les Anabaptistes ont établi, à Munster, Westphalia, le nouveau Royaume de Sion, qui préconisait le partage de la propriété et qui avait (prétendument) les femmes en commun, comme un prélude au nouveau royaume de Christ (Cath. Enc. loc. cit.). Leurs excès ont emmené les Confessions d'Augsberg (l'art. 17) et d'Helvetian (ch. 11) à renier les doctrines, et le Millénarisme n'a ainsi trouvé aucune admission dans les théologies Luthériennes et Reformées (ibid.).

 

Satan établit de nouveau une organisation hérétique, en utilisant des principes anti-chrétiens faux et, ensuite, en y incorporant la doctrine du Millénarisme. En fin de compte, elle a été rejetée par la conférence, parce qu'ils n'avaient aucune idée de ce que la première église enseignait et parce qu'ils ne prenaient pas la Bible littéralement.

 

Les arguments de la Réformation sont devenus si intenses sur l'identification de l'Antéchrist avec la Papauté, qu'en 1516, le Cinquième Concile de Latran a passé une résolution interdisant qui que soit d'écrire ou de prêcher sur le sujet de l'Antéchrist. À cause des dommages faits à l'église par les réformateurs Protestants sur la question de l'identification de l'Antéchrist, une interprétation inverse a dû être trouvée. Les théologiens de la Société de Jésus ont produit cette interprétation inverse.

 

L'auteur était Francisco Ribera (1537-1591) de Salamanca, Espagne, qui a publié un commentaire de 500 pages dans un effort pour contrecarrer les enseignements Protestants, que la Papauté était l'Antéchrist. Cet homme est le fondateur logique de l'École Futuriste d'Interprétation (voir aussi Encyclopedia Brittannica, la 11ème Édition, Vol. 23, p. 213, l’article Revelation pour de l’information détaillée sur l’École Futuriste).

 

Toute la doctrine du ravissement est une excuse, trouvée non seulement parmi les théologiens qui l'ont proposée, mais aussi parmi ceux qu'elle était destinée à réfuter.

 

Les doctrines de Ribera ont été développées davantage par le Cardinal Robert Bellarmine (1542-1621) d'Italie, un Jésuite controversé qui a déclaré que Daniel, Jean et Paul avaient omis toute référence au pouvoir papal et que leur prophétie et enseignement se référaient à un futur Antéchrist.

 

L'ex-prêtre Catholique, Joseph Zacchello, dit que "les Jésuites ont cherché à détourner les esprits des hommes pour qu'ils ne puissent pas percevoir l'accomplissement des prophéties de l'Antéchrist dans l'église Papale. Le Jésuite Ribera a produit le système futuriste, qui affirme que l'Antéchrist doit apparaître plus tard". À cette déclaration, il ajoute, "les Protestants qui préconisent le système futuriste sont agréables au Pape et font le jeu de Rome". (J. Zacchello - Who is the Antichrist - cité aussi par Woodrow).

 

La vérité, c’est qu'ils sont continuels. La Bible est tout à fait claire qu'il y a plusieurs Antéchrists. L'Antéchrist était avec l'église de Jean à Éphèse. Ils sont continuels jusqu'aux derniers jours.

 

Le futurisme et les principes de base du ravissement étaient une doctrine Catholique, jusqu'à ce que le Bibliothécaire de l'Archevêque du Canterbury, Samuel R. Maitland (1792-1866) devienne, pendant la période de 1826-30, le premier Protestant à accepter l'interprétation Futuriste du Jésuite Ribera. Il a été suivi, en 1832, par Édouard Irving qui a développé la doctrine du Ravissement Secret. Maitland était un haut militant de l'église qui voyait les batailles durement gagnées de la Réformation avec mépris. Cet homme, dans ses 50 œuvres environ, a fait des dommages irréparables à l'Église d'Angleterre et aux Églises Reformées en général et il a contribué à l'avancement de la propagande non biblique, au point qu'elle a captivé des millions de personnes.

 

La motivation de base derrière la popularité de la théorie du Ravissement est l'évasion. Les gens sont incapables de faire face à la vérité et de devenir dépendants de la miséricorde et de l'intervention de Dieu. Romains 8:7 montre l'hostilité envers la loi. Cependant, elle est accompagnée par une incapacité de faire face à la vérité. Ils se repentiront ou affronteront un dur destin.

 

Certains partisans du Ravissement prédisent la reconstruction de Babylone dans ces derniers jours, dans une tentative de centrer l'interprétation futuriste loin de Rome. Babylone existe actuellement seulement comme une vaste ruine près de la ville moderne d'El Hillah, en Irak. La Babylone de l'Apocalypse était clairement en existence à l'époque de Christ ; elle a existé pendant les deux derniers mille ans et elle existe aujourd'hui.

 

Il est surprenant qu'un groupe de gens soutienne que l'église et l'Esprit de Dieu doivent être enlevés, avant qu'un milliard de personnes puissent être converties à Christ pendant une période de tribulation de trois ans et demi. C'est un effort plus grand que l'église en a été capable dans son histoire. Cela laisse aussi entendre qu'il doit y avoir une puissance plus grande que l'Esprit de Dieu ou que ces gens ne sont pas convertis ou que l'argument est une fraude. Il n'y a aucun doute que l'argument est exactement ce que l'histoire indique ; une propagande de Jésuite, facilitée et incitée par des apologistes du genre de Maitland, Irving, Darby, Scofield, Estep et des auteurs plus modernes de moindre calibre.

 

Les partisans du Ravissement peuvent être plus corrects qu'ils ne le pensent sur le fait qu'ils éviteront la tribulation ; ils feront seulement face aux fléaux de la colère de Dieu, parce qu'ils n'ont pas le sceau de Dieu sur leurs fronts ou sur leurs mains droites (Deutéronome 6:8), étant continuellement en violation de la Loi. Les partisans du Ravissement sont, sans aucun doute, sincères, cherchant Christ et troublés par l'avenir. Toutefois, suivre des fables n'allégera pas leur fardeau ; cela les amène seulement à suivre de fausses doctrines et à l'apostasie.

 

"Le Nouveau Testament ne fait aucune distinction entre la parousie, l'apocalypse et l'épiphanie de Jésus Christ. Ces termes signifient une simple et indivisible venue de Christ" (Hans K. La Rondelle, The Israel of God in Prophecy, p. 188)

 

La structure du Millenium sera établie. La Bible est littéralement vraie et, à moins que vous ne preniez la Bible et ne compreniez la structure Millénaire et le règne de Christ de Jérusalem pendant mille ans, vous ne pouvez pas comprendre le plan de Dieu. Vous ne pouvez pas comprendre ce qui est fait dans ce plan et vous ne pouvez pas comprendre ce qui va arriver dans les prophéties de l'Ancien Testament. Vous ne pouvez pas comprendre non plus les prophéties de Zacharie, d’Ésaïe, de Jérémie et d’Ézéchiel. Il est important que vous ne soyez pas déçus par ces gens et que vous compreniez et comptiez sur votre espérance en Jésus Christ ; nous avons un avenir glorieux ensemble.

 

Nous sommes protégés. C'est une question de marcher dans la foi avec Dieu et de faire notre travail du mieux que nous le pouvons. Nous avons tous notre lieu de sécurité, qui est Dieu. Dieu est notre rocher, notre force et notre salut. Nous n'avons besoin de rien d'autre. Nous avons besoin les uns des autres pour nous regrouper ensemble, afin de pouvoir mieux adorer le Seul Vrai Dieu. Ne perdez pas la foi en l'intention littérale des promesses de Dieu. 

 

 

   

  

q