Les Églises Chrétiennes de Dieu

[112B]

 

 

 

La Réconciliation par le Pardon dans le Temple de Dieu [112B]

 

(Édition 3.0 20080119-20080203-20110305)

 

 

Ce texte fait suite à l’étude Le Pardon (No. 112) et traite de la réconciliation de l'Église et des frères.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 2008, 2011 Wade Cox)

(Tr. 2011, rév. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

La Réconciliation par le Pardon [112B]

 

Le Temple de Dieu, lequel Temple nous sommes, est composé du peuple de Dieu où Dieu réside. Nous allons examiner le concept d'être réconciliés avec nos frères. Un bâtiment ne peut se tenir que s’il est composé de pierres bien conçues et s’assemblant ensemble dans les joints appropriés dans une bonne construction solide.

 

Tous les êtres humains ont des divergences d'opinions et des difficultés. Parfois, nous pouvons être offusqués par les autres. Parfois, nous pouvons être influencés par d'autres à notre détriment et au détriment du corps de Christ. Parfois, nous pouvons faire un faux rapport ne sachant pas les faits en entier ou réels de la question et nous pouvons suivre et nous conformer à une multitude pour faire le mal, ne comprenant pas même que c'est ce que nous faisons (cf. Ex 23:1-2).

 

Tu ne répandras point de faux bruit. Tu ne te joindras point au méchant pour faire un faux témoignage. 2 Tu ne suivras point la multitude pour faire le mal ; et tu ne déposeras point dans un procès en te mettant du côté du grand nombre, pour violer la justice. (LSG)

 

Nous l’avons vu se produire à plusieurs reprises parmi l'Église de Dieu. Parfois, les gens sont blessés par elle et certains sortent du corps à cause de cela. Dans certains cas, c’est avec des accusations pharisaïques. Dieu sait tous les faits d'une affaire et Il va défendre la cause. Notre travail est de nous assurer que nous ne faisons trébucher personne et que nous n’offensons pas et ne les amenons pas à s'écarter de la foi. 

 

Il y a une séquence d'un enseignement dans Matthieu 5:21-26 qui jette la lumière sur l'état d'esprit derrière la conduite de l'Église de Dieu.

 

Matthieu 5:21-26 Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point ; celui qui tuera mérite d’être puni par les juges. 22 Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d’être puni par les juges ; que celui qui dira à son frère : Raca ! mérite d’être puni par le sanhédrin ; et que celui qui lui dira : Insensé ! mérite d’être puni par le feu de la géhenne. 23 Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, 24 laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande. 25 Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que tu ne sois mis en prison. 26 Je te le dis en vérité, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé le dernier quadrant. (LSG)

 

Ce texte a placé le niveau de fonctionnement des disciples du Christ à un niveau ou standard supérieur de ce que la loi exigeait. Cela a montré un esprit ou un état mental qui était exigé de la foi qui était d'un type qui assurait la bonne conduite entre les membres de la foi. C’était de s'assurer que le concept de violence a été élevé au-dessus de la simple injonction de ne pas tuer quelqu'un et de le placer à un niveau de l'obligation de faire vivre et de préserver le bien-être de l'individu. 

 

Chacun de nous ne doit pas maintenir la colère contre son frère. Nous serons jugés pour cela puisque les élus sont sous le jugement maintenant. Si l'on insulte notre frère, nous faisons des dommages à la personne. Insulter quelqu'un est une agression à la personne et souvent une diffamation. Une telle conduite doit être traitée par le conseil du Corps du Christ. Le concept de “Raca” traduit par “imbécile” est vraiment l'insulte araméenne de “cracher au visage.” C'est de la violence à la personne et une telle attitude enlève la personne de la Première Résurrection et la place en danger de la mort de la Deuxième Résurrection à moins que l'action ne soit repentie.  

 

Le commentaire que le Christ a fait en ce qui concerne 'ton offrande à l'autel' a de l’importance. De quelle offrande parlait-il et quel autel était celui en question ? Clairement, s’il voulait dire le Temple physique de Dieu à Jérusalem, alors le commentaire est superflu car ce n'était pas le Temple qui a été construit par le Christ et les apôtres. Ce temple était un temple spirituel d’êtres humains vivants. Chacun est une partie du bâtiment. Chacun fait partie de l'offrande de prières et d'adoration à Dieu. Les prières et l’adoration sont tous les jours et on nous dit de ne pas laisser le soleil se coucher sur sa colère. Ainsi, la réconciliation au frère est au moins sur une base continue, ou soit quotidiennement, comme nous pardonnons aux autres avant d’aller devant Dieu, ou au moins une fois par semaine aux services de Sabbat où nous nous réunissons pour aller devant Dieu comme un groupe uni. 

 

Plus important encore, la plus grande cérémonie de notre année spirituelle est la réconciliation de l'église et de l'individu à Dieu au Dîner du Seigneur. Nous ne pouvons pas nous attendre d'aller devant Dieu au Dîner du Seigneur et d'être pardonnés de nos péchés, si nous ne nous sommes pas réconciliés avec nos frères et ne les avons pas pardonnés, ou n’avons pas été pardonnés pour quelque grief perçu que ce soit qu'ils ont contre nous et quelque offense que ce soit que nous aurions pu leur causer. 

 

Le Jour des Expiations a aussi représenté le sacrifice pour la réconciliation de tous les péchés du Peuple Saint, en ce jour-là (Lév. 16:20). Tous les sacrifices ont été accomplis en Christ et c’est donc au Dîner du Seigneur que les sacrifices de la réconciliation sont également accomplis. Nous avons vu des gens offensés et aussi ceux qui offensent. Celui qui est rempli de l'Esprit Saint ne s’offusque pas. Cependant parfois, les gens sont offensés plus facilement. Parfois, les gens sont tellement suffisants [justes à leur propres yeux] qu'ils ne comprennent pas quand ce sont eux qui sont en faute.  

 

Nous avons été réconciliés avec Dieu alors que nous étions encore des pécheurs et ennemis de Dieu, par la mort du fils de Dieu et en sa vie nous sommes continuellement réconciliés avec lui (Rom. 5: 8-10). Nous ne pouvons pas rester loin de Dieu et être sauvés. Comme nous sommes tous les participants de l'Esprit Saint, Dieu est en chacun de nous. Par conséquent, comment pouvons-nous être réconciliés avec Dieu et rester en dehors de ceux dans l'Esprit Saint, qui font partie du Temple de Dieu. Cela est logiquement impossible de le faire. Par conséquent, pour maintenir le salut, nous ne pouvons pas être en dehors du corps du Christ, qui est le Temple de Dieu. 

 

Nous avons le devoir de maintenir un état continu de la réconciliation pour parvenir au salut. C'est pourquoi les Soixante-dix Semaines d'Années ont été autorisées au Temple physique pour le construire et pour le sanctifier et pour l’apporter à sa fin. C'était de telle sorte que nous, qui avons été choisis et prédestinés à être appelés au cours des quarante jubilés dans le désert, avons pu prendre notre place comme le Temple spirituel de Dieu (voir l’étude Le Signe de Jonas et l'Histoire de la Reconstruction du Temple (No. 13)).

 

Soixante-dix semaines ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire cesser les transgressions et mettre fin aux péchés, pour expier l’iniquité et amener la justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le Saint des saints. (Dan. 9:24).

 

Toutes choses viennent de Dieu, qui nous a réconciliés avec Lui par Jésus-Christ, et qui nous a donné le Ministère de la Réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et Il a mis en nous la parole de la réconciliation (2Cor. 5:18-19). 

 

Donc, si Dieu nous a donné le ministère de la réconciliation, ne devons-nous pas être consacrés à la réconciliation chacun de nous les uns aux autres, n’imputant pas le péché à quiconque ? Nous sommes des ambassadeurs pour le Christ, comme si Dieu implorait les élus par nous. Nous prions pour vous à la place du Christ que vous soyez réconciliés avec Dieu (2Corinthiens 5:20). Christ a été fait péché pour nous, lui qui n’a point connu le péché, afin que nous devenions justice de Dieu en lui (cf. v. 21). 

 

Ne nous incombe-t-il pas alors à tous que nous devons laisser aucune accusation ou de la division se produire chez nous afin que nous soyons réconciliés les uns aux autres et donc à Dieu par le Christ ? 

 

C'est le Christ qui a été fait semblable à ses frères, où il n'a pas pris sur lui-même la nature des Anges, mais a été fait comme la semence d'Abraham. Il a été fait en tout [point] semblable à ses frères, afin qu'il puisse être fait un miséricordieux et fidèle Souverain Sacrificateur dans les choses qui concernent Dieu pour expier les péchés du peuple (Héb 2:17). Ne savez-vous pas que vous avez été rachetés et avez été faits une nation de rois et de sacrificateurs sous le Christ selon l'Ordre de Melchisédek étant sacrificateurs pour toujours sans généalogie et sans restriction ou sans fin de notre sacerdoce ? 

 

Comment pouvons-nous provoquer la division et ne pas prendre la Pâque ensemble ou prendre le ressentiment devant Dieu et laisser nos offenses rester en suspens, en dépit des injonctions qui nous sont imposées d’être des ministres de la réconciliation, chacune et chacun d'entre nous ? Réconcilier cela signifie de faire en sorte que deux adversaires deviennent amis, d'accepter une situation qui existe ou à laquelle on est confronté, ou simplement de balancer les états de compte et, dans ce sens, cela implique de remettre les dettes aussi et particulièrement dans le corps du Christ. 

 

Que nous est-il alors exigé de faire ? Comment pouvons-nous laisser notre offrande à l'autel, et ensuite aller et être réconciliés ? Quelle est notre offrande ?

 

Ne sommes-nous pas requis de faire le sacrifice quotidien dans la prière comme une offrande agréable devant Dieu ? Les 24 vieillards du Haut Sacerdoce et du conseil intérieur des élohim n’on-ils pas été chargés de recueillir nos prières, comme une offrande d'encens, et de les surveiller sous l'Agneau qui a été oint au-dessus d'eux et qui a été trouvé digne d'ouvrir les sceaux du plan et de la prophétie de Dieu ? (Apo. chapitres 4 et 5). 

 

N'allons-nous pas devant Dieu trois fois par an avec nos offrandes comme faisant partie des Lois et Commandements de Dieu ? 

 

N'est-ce pas la Pâque la plus importante d’entre elles où il nous est commandé d'aller devant Dieu pour la Fête de la Pâque et les Pains sans Levain et de faire notre offrande et de prendre le Dîner du Seigneur qui de nouveau nous lave de nos péchés et nous réconcilie avec Dieu ? N'est-ce pas exigé chaque année ? Comment osons-nous prendre cette fête la plus importante et pourtant rester toujours non réconciliés avec nos frères ? Comment pouvons-nous espérer le pardon et ne pas l'étendre à nos frères ? 

 

La commande est d'aller et de se réconcilier, puis de retourner à Dieu et de Lui donner la louange. Demandez pardon au Dîner du Seigneur, afin qu'Il puisse vous pardonner comme vous pardonnez vos frères, et demandez pardon pour la violation ou l’offense que vous leur avez donnée. 

 

Aucun conflit n’est entièrement à sens unique. Nous sommes tous fautifs. 

 

Chacun de nous offense et est en transgression les uns les autres. Nous, nous devons nous pardonner les uns les autres de sorte que nous puissions être pardonnés à notre tour et ainsi réconciliés avec Dieu.

 

Au fil des ans, l'Église a perdu un certain nombre de personnes à travers le péché, l'erreur et le fait d’être juste à ses propres yeux. Parfois, les gens regrettent leurs erreurs et cherchent à se réconcilier avec l'Église. Beaucoup sont empêchés de se réconcilier à cause de la honte. Plusieurs détestent pour les mêmes raisons.

 

Là où l'Église est un corps de croyants qui s'entendent sur un plan d'action, alors parfois des manipulateurs cherchent à arracher le contrôle ou à changer le cours des décisions par des moyens détournés. Ces gens quittent aussi généralement quand ils sont pris au dépourvu. Certains commencent d’autres groupes, mais accomplissent rarement quelque chose de valeur puisque le même esprit de conspiration et d’intrigue les accompagne dans le prochain projet.

 

Certaines personnes pensent qu'elles sont au service de Dieu quand elles se rassemblent avec des personnes qui croient en autre chose que ce en quoi elles croient. Le résultat habituel est qu’elles ne discutent pas de la question clé sur laquelle elles sont en désaccord.

 

Les gens vont faire des erreurs de temps à autre et ils doivent être exhortés comme des frères.

 

Le texte de l’étude Le Pardon (No. 112) a pris fin avec les procédures de pardon.

 

Actions dans le Pardon

 

Phase 1 : Offense

 

Pensez : Est-ce une violation de la Loi de Dieu, ou est-ce notre ou leur orgueil, ou une racine d'amertume ? Est-ce déjà arrivé auparavant ?

Étape 1. Aller vers Dieu dans la prière pour l'orientation.

Étape 2. Décider d'ignorer ou décider d'agir. Si nous ignorons, alors pardonnons et oublions. Fin de l'affaire.

 

Phase 2 : Établir les responsabilités individuelles

 

Étape 1. Qu'avons-nous fait ? Qu'aurions-nous pu faire ? Qu'aurions-nous dû faire ?

Étape 2. Qu'est-ce que l'autre partie a fait ? Que pouvaient-ils faire ? Que devaient-ils faire ?

 

Phase 3 : Aller vers la personne

 

Étape 1. Examinez les deux aspects.

a.       Reconnaître notre (nos) faute(s) en premier.

b.      Noter leurs problèmes. Prendre un profil bas.

Étape 2. Leur réponse :

a.       Ils se repentent de leur action.

Aller à la Phase 5.

b.      Ils ne montrent aucun repentir :

Passer à la Phase 4.

 

Phase 4 : Litige

 

Le litige est le processus de régler les différends devant l'autorité. Il existe des procédures spécifiques et des autorités établies pour la résolution des différends. Les différends devraient être résolus au sein de l'Église.

 

Étape 1. Aller vers la personne avec des témoins. Établir le problème comme dans le premier exemple.

 

Étape 2. S'il n'y a toujours pas de solution alors, et seulement ensuite présentez-le au ministère et au conseil de l'Église. Trop souvent, les personnes courent vers le ministère avant d'aller vers leur frère. Toutefois, le ministre peut suffire pour la phase de témoin si nécessaire.

 

Étape 3. L'affaire est décidée par le conseil de l'Église et l'affaire est réglée. Aller à la Phase 5.

 

Étape 4. La question n'est pas réglée par le conseil de l'Église et l'affaire est suffisamment grave pour justifier une solution. Paul est clair qu'il s'agit d'un dernier recours et que l'Église est responsable de la juste résolution du litige. Nous devons décider des questions entre les élus, puisque nous devons juger le monde et les anges (1Corinthiens 6:2-3). Si l'Église n'agit pas et qu'il n'y a pas de repentance, alors porter l'affaire devant un tribunal civil, seulement s'il n'y a pas d'autre option et que l'affaire est assez grave.

 

Phase 5 : Réconciliation

 

Étape 1. Soyez unis dans la résolution de la question. Procéder avec l'amour fraternel.

 

Étape 2. Corriger le problème :

a.       physiquement

b.      spirituellement et émotionnellement.

 

Étape 3. Prendre continuellement soin de la relation et se prémunir contre d'autres infractions.

 

Si récidive [l’offense est répétée], alors recommencez la procédure. Si le pardon est demandé, alors pardonnez à nouveau et poursuivez la relation. Ne rappelez l'offense que si elle est répétée.

 

La seule exception à cette séquence est celle de la cessation de la doctrine du Christ et le fait de retomber dans la doctrine de l'Antéchrist dans la vue de la Divinité, qui vise à séparer la divinité du Christ de son humanité. 2Jean 9 exige ensuite que le délinquant ne soit même pas salué. Le repentir doit être complètement démontré.

 

Actions dans la restauration à l'Église

 

Phase 1. Établir les Raisons de l'Éloignement.

 

Posez la question : "Pourquoi ai-je quitté l'Église ? Était-ce le résultat d'un désaccord avec les dirigeants élus de l'Église, ou ai-je tout simplement péché et ai quitté ou ai été enlevé par la suite ?

 

1. A : Si oui : suis-je allé à l'Église avec le problème et me suis-je soumis à la résolution des Anciens et des membres votants ?

 

Si je ne l’ai pas fait, pourquoi ne l'ai-je pas fait ?"

 

Rappelez-vous, la désobéissance est aussi coupable que la divination, comme il est dit dans 1Samuel 15:22-25 :

 

22 Samuel dit : L’Éternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de l’Éternel ? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. 23 Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim. Puisque tu as rejeté la parole de l’Éternel, il te rejette aussi comme roi. 24 Alors Saül dit à Samuel : J’ai péché, car j’ai transgressé l’ordre de l’Éternel, et je n’ai pas obéi à tes paroles ; je craignais le peuple, et j’ai écouté sa voix. 25 Maintenant, je te prie, pardonne mon péché, reviens avec moi, et je me prosternerai devant l’Éternel. (LSG)

 

D'autres questions sont les suivantes : Ai-je manqué à mes engagements écrits de me conformer aux Dépositions de la Foi et à la Constitution ? Le groupe actuel avec qui je suis est-il géré correctement et démocratiquement ? Ai-je le droit de vote ? Pourquoi suis-je là ?

 

Ai-je écouté les chuchoteurs et les attaques contre les frères ? Où sont ces gens-là maintenant, et quels sont leurs fruits ? Que font-ils pour la Foi ?

 

Si je n’aimais tout simplement pas quelqu'un en autorité sur moi, ou travaillant avec moi, quel est le fondement biblique pour que je quitte le Corps du Christ ?

 

Où travaille le Corps réel du Christ et est-ce que je prends la Pâque avec ce Corps, ayant constaté son emplacement et ses fruits ? Est-ce que je paie la dîme à ce Corps ? Si non, alors je suis dans le péché ou ce n'est pas le Corps du Christ.

 

Rappelez-vous, il n'y a aucune excuse pour ne pas soutenir et travailler au sein du Corps du Christ. La plupart des gens qui quittent l'Église arrêtent de payer la dîme environ douze mois avant d'annoncer leur sortie.

 

À son retour, Christ punit ceux qui enterrent leurs talents.

 

Matthieu 25:14-30 Il en sera comme d’un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens. 15 Il donna cinq talents à l’un, deux à l’autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit. 16Aussitôt celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents. 17 De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres. 18 Celui qui n’en avait reçu qu’un alla faire un creux dans la terre, et cacha l’argent de son maître. 19 Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte. 20 Celui qui avait reçu les cinq talents s’approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit : Seigneur, tu m’as remis cinq talents ; voici, j’en ai gagné cinq autres. 21 Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. 22 Celui qui avait reçu les deux talents s’approcha aussi, et il dit : Seigneur, tu m’as remis deux talents ; voici, j’en ai gagné deux autres. 23 Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. 24 Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit : Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n’as pas semé, et qui amasses où tu n’as pas vanné ; 25 j’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre ; voici, prends ce qui est à toi. 26 Son maître lui répondit : Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n’ai pas semé, et que j’amasse où je n’ai pas vanné ; 27 il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j’aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt. 28 Ôtez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents. 29 Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. 30 Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. (LSG)

 

Si vous avez répondu à toutes ces questions et réalisez que vous devez être réconcilié, il est temps de rectifier la situation. Nous ne pouvons pas prendre la Pâque sans réconciliation adéquate avec ceux au sein du Corps. Nous ne le pouvons certainement pas quand nous sommes hors du Corps du Christ.

 

1. B : Éloignement dans le Péché.

 

Nous devrions nous demander : Si j'ai péché et ai été réprimandé par l'Église, ai-je quitté dans un accès de colère ou ai-je été renvoyé à la suite d'un examen ?

 

Si je suis parti dans un accès de colère, alors il est temps que la question soit traitée en maturité et que je sois réconcilié.

 

Si la personne a été rejetée, était-ce parce qu'elle a refusé d'accepter la correction ou a-t-elle tenté de mener une rébellion ou de provoquer un schisme au sein du Corps ?

 

A-t-elle été renvoyée pour vol ou autre péché ? La personne a-t-elle tenté de faire amende honorable ?

 

Si la personne n'a pas tenté de faire amende honorable, n’est-il pas le temps qu’elle le fasse maintenant ?

 

Réconciliation et Restauration

 

On peut se rendre compte maintenant que quels que soient les droits et les torts de la question, nous avons tous à nous réconcilier avec l'Église. On pourrait dire : J'ai eu tort, mais on m’a fait aussi du tort, à mon avis. Quoi qu'il en soit, nous devons tous mettre cela de côté et chercher la réconciliation.

 

Réconciliation Étape 1.

 

La personne qui doit se réconcilier doit prendre contact avec les secrétaires de l'Église et demander à être réconciliée. Ils fourniront ensuite un ministre pour interroger et conseiller à chaque personne. Il y aura des fruits de la repentance évidents qui mènent à la réconciliation.

 

Le ministre peut exiger que certaines questions soient achevées ou rectifiées avant la réconciliation. Si le ministre est convaincu que la personne se repent et cherche sincèrement la réconciliation, il recommandera à l'Église que la personne soit réadmise, et transmettra le formulaire Demande d’Admission à la Camaraderie.

 

Le comité de l'Église responsable pour ces questions traitera la demande d’admission à la camaraderie. Il y a des moments où les gens ont été marqués et l'Église a déterminé qu'ils ont une période supplémentaire d’essai à ajouter à leur camaraderie. C'est parce que les circonstances ont été suffisamment graves pour justifier cette décision. La décision n'est jamais prise à la légère et est habituellement passée au vote par les membres de cette congrégation aussi bien ou même parfois de l'organisme international.

 

L'Église a eu des candidats restaurés à la pleine adhésion de vote immédiatement aussi, parce que les circonstances ont été interprétées qu'il s'agissait d'un malentendu.

 

Comme CCG est l'une des rares églises qui confèrent une adhésion de vote à ses membres, qu'importe-t-il si vous avez un vote ou non ? Dans ces circonstances, la personne doit tout simplement se fier sur le fait que le Christ dirige l'Église par les membres votants avec l'Esprit Saint.

 

Restauration Limitée

 

Il y a des circonstances où des officiers ont été enlevés ou retirés pour différentes raisons de sorte que le délai soit prorogé, ou la personne soit rétablie à la camaraderie, mais pas à ses anciennes position(s) et responsabilités.

 

Nous travaillons tous pour le salut et recevons le même salaire comme la parabole des ouvriers dans le champ nous le dit.  


Cependant, il y a un prix à payer pour l'erreur. La repentance sera offerte à Satan et aux démons, mais ils ne recevront pas les mêmes positions qu'ils occupaient avant la rébellion (voir l’étude
Le Jugement des Démons (No. 80)). La Première Résurrection est une meilleure résurrection. Le repentir et la loyauté sont nécessaires pour l'atteindre (Hébreux 11:35).

 

Parfois, Dieu restaure une personne et place ses péchés aussi loin que l'Est est éloigné de l'Ouest et elle continue comme avant.

 

C’est Dieu par l'Esprit Saint qui détermine le niveau de maturité et de compréhension. Il appartient à chaque individu de faire amende honorable et d'engager le processus de réconciliation, et l'Esprit Saint rendra la question manifeste.

 

Si nous prions et jeûnons pour la repentance et la réconciliation, Dieu s’occupera de nous. Ce n'est pas une chose nouvelle, et les Églises de Dieu ont traité de tout cela avant, et la miséricorde de Dieu est sans mesure.

 

Vous ne serez pas le premier dans cette situation et vous ne serez pas le dernier. Soyez prêt à faire amende honorable et à être restauré à vos frères et sœurs.

 

Ils n'ont jamais cessé de travailler et de s'aimer les uns les autres dans la Foi. Ils ont prié pour la réconciliation du monde entier à Dieu par le Christ et surtout ceux qui ont été éloignés de l'Église.

 

Ils ne répondent pas aux avances de ceux qui se sont éloignés, mais prient pour leur réconciliation. Le silence est pour prendre conscience du problème et engager la reconnaissance de la nécessité d'une réconciliation.

 

La Pâque est au cœur de la Foi. Ceux qui se sont éloignés et recherchent la réconciliation doivent le faire pour qu'il y ait la paix et l'harmonie et l'amour dans les frères à la Pâque, dans tous les aspects de la Fête, et pour toutes les Fêtes.

   

  

q