Les Églises Chrétiennes de Dieu

[208]

 

 

 

Le Fondamentalisme Chrétien Moderne :

Une Contradiction de Termes [208]

 

(Edition 2.0 19970628-19970628-20151026)

 

 

 

La plupart des Chrétiens modernes supposent que la religion qu'ils pratiquent provient des Apôtres et était enseignée par Jésus Christ. Pourtant, le monde est dans un gâchis, et le Christianisme a causé et cause une grande part de la misère et de la dévastation. Leurs dirigeants chrétiens semblent, en fait, faire partie du problème. Quelle est la vraie position et la réponse au problème ?

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1997, 2015 Wade Cox)

(Tr. 2009, rév. 2015)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://french.ccg.org/

 


 Le Fondamentalisme Chrétien Moderne : Une Contradiction de Termes [208]

 

La plupart du Christianisme moderne suppose que ce qu’il croit et pratique était ce que Christ et les apôtres ont enseigné. Peu de personnes se rendent compte que la religion qu'ils pratiquent n'est en rien semblable à la foi qui était enseignée et pratiquée par Jésus Christ et les apôtres et la première église.

 

Plusieurs églises protestantes nient l'autorité de l'Église Catholique Romaine ou de l'Église Orthodoxe. Pourtant, elles sont totalement dépendantes des Conciles de l'église pour les doctrines qu'elles soutiennent.

 

La plupart des soi-disant chrétiens fondamentalistes modernes croient qu'ils détiennent un corps de doctrines qui proviennent des Saintes Écritures seulement et que cette doctrine, appelée sola Scriptura par les protestants de la réforme, tels que Calvin et Martin Luther, est le fondement de leur croyance.

 

Ce qu'ils ne comprennent pas c'est que la réforme n'est pas retournée à la Bible et aux Écritures Saintes seulement. Elle a échoué dans ses objectifs et n’est pas allée au-delà d’Augustin et des conciles du quatrième siècle. Le soi-disant fondamentalisme chrétien moderne est totalement dépendant des conciles de l'église pour la validité de leurs doctrines. La plupart ne savent même pas ce qu’est l'histoire de l'église, et ce qui s’est passé à partir du temps de Christ et des apôtres, jusqu'à la formation de la position soi-disant chrétienne orthodoxe telle que déterminée par les conciles du quatrième siècle.

 

Il y a certaines fausses suppositions majeures faites par ces soi-disant fondamentalistes. Notre tâche est de présenter un simple aperçu du problème et de démontrer que le fondamentalisme est n’importe quoi sauf cela et il est totalement dépendant des conciles de l'église sous l'autorité de l'empire romain.

 

La Fausse Supposition 1 : La Trinité

 

La plupart des personnes supposent que la trinité est trouvée dans la Bible. Elle ne s’y trouve pas. Les théologiens catholiques et protestants reconnaissent tous que la Bible et le système de croyance logique qui est appelé le théisme rationnel sont unitaires. C'est-à-dire, ils n'ont pas trois personnalités en Dieu.

 

L'évêque Shelby Spong, dans son livre Rescuing the Bible From Fundamentalism (Secourir la Bible du Fondamentalisme) a dit simplement : Paul n'était pas un trinitaire. Aucun des apôtres n'était trinitaire.

 

Aucun officier de n'importe laquelle des églises dominantes ne croit ou soutient que Christ et les apôtres étaient trinitaires. Ils reconnaissent que le dieu tripartite a été greffé sur le Dieu de la Bible (voir, par exemple, LaCugna God For Us). Comment alors les fondamentalistes traitent-ils avec ce fait ? Ils ignorent tout simplement l'histoire et utilisent les Saintes Écritures sélectivement.

 

La vérité est que l’opinion que Christ était Dieu, dans le même sens égal et coéternel que le Père était Dieu, n'était pas acceptée dans l'église jusqu'au Concile de Nicée en 325 EC (ère courante), et même alors, sous la contrainte de l'empereur Romain.

 

Ceci était trois cents ans après le ministère de Christ. Ils ont dû utiliser la force armée pour y parvenir.

 

L'Esprit Saint n'était pas défini comme étant une personne et une troisième partie de la Divinité avant le Concile de Constantinople en 381 EC.

 

La position doctrinale complète n'a été convenue qu’au Concile de Chalcedoine en 451 EC.

 

Même alors, il n'y avait pas d'accord quant à la façon dont il s’opérait. Les Catholiques revendiqueraient plus tard (à partir du Concile de Toledo) qu'il procédait du Père et du Fils, et les Orthodoxes s’y opposaient, disant qu’il procédait du Père seulement.

 

Comment alors, sommes-nous arrivés à cette situation extraordinaire où le Dieu déterminé au quatrième siècle n'était pas le Dieu de la première église ?

 

Quels autres changements importants ont eu lieu que nous ignorons ? La réponse est qu'il y a eu une multitude de changements. Ces changements ont impliqué les changements du jour du sabbat à l'adoration du Dimanche, et de l’observance de la Pâque à l’observance du festival païen Easter/Pâques. Le festival païen que nous appelons aujourd’hui Noël n'avait même pas alors été adopté par l'église.

 

Les fondamentalistes essayent d’argumenter que l'adoration du dimanche était observée par la première Église mais tous les érudits savent que ce n'est pas vrai. C'est un mensonge ou, plus correctement, une auto-illusion des gens qui se disent fondamentalistes. Ils disent qu'ils ne font seulement que ce que la Bible dit, et donc, ils doivent essayer de trouver un certain fondement dans la Bible pour les choses qu’ils font telles que d’aller à l'église le dimanche.

 

Comment tout ceci a-t-il commencé ?

 

La Fausse Supposition 2 : l’Adoration du Dimanche

 

La première église a été attaquée par un certain nombre de religions. L'ennemi principal de l'église était une religion appelée le gnosticisme. Ce nom vient du mot grec gnosis signifiant connaissance. Ces gens pensaient qu'ils avaient une connaissance secrète qu'ils ont étiquetée de Mystères, et ils ont tiré une grande partie de leur point de vue à partir des cultes du Mystère.

 

Ces cultes ont envahi d'autres religions, et ont remplacé les croyances, mais ils se sont adaptés eux-mêmes au système.

 

Certains des cultes du Mystère, particulièrement dans un pays appelé la Phrygie en Asie Mineure, ont parlé ce qui est appelé aujourd’hui en langues. Personne ne pouvait comprendre ce qu'ils disaient, mais ils ont prétendu que c'était un certain message important provenant de puissances supérieures. Ils ont par la suite soutenu que cela a été fait par les apôtres à la Fête de la Pentecôte. Cela n'est pas arrivé ainsi. Les apôtres ont parlé en d'autres langues qui pouvaient être comprises, mais les gnostiques ont prétendu qu’ils n'ont pas fait cela. La pratique se trouve aujourd’hui dans ce qui est appelé les églises charismatiques. Ces églises prétendent aussi être fondamentalistes. La pratique appelée le parler en langues est venue des premiers gnostiques (voir les études Les Nicolaïtes (No. 202) et aussi La Question des Langues (No. 109)).

 

Ces gnostiques ont sapé l'église de l'intérieur. Leur plus grand succès a été à Rome. Ils ne venaient pas de là à l'origine, mais ils y sont allés, vu que c'était le centre du pouvoir de l'Empire Romain.

 

À Rome, à partir de 140-152 EC environ, ils ont commencé à adorer le dimanche. Cela n’était pratiqué nulle part dans l'église jusque-là, et le premier rapport historique que nous avons de la pratique est de Justin Martyr qui écrivait vers 140 EC, mais dans son Dialogue avec Trypho, il dit qu'ils adoraient aussi le jour de sabbat.

 

La Fausse Supposition 3 : Pâques/Easter

 

À partir de 152 EC environ, sous l'évêque Anicetus, les romains ont commencé à adorer le dimanche de Easter/Pâques. Jusqu'à ce temps-là, l'église observait la Pâque qui tombait sur n'importe quel jour de la semaine. Elle était déterminée par le calendrier antique hébreu qui était déterminé avec la lune et le soleil, et non seulement avec le soleil, tel qu’il a été adopté plus tard par les Romains à partir du système Égyptien.

 

Ce changement a causé plusieurs problèmes et plusieurs personnes refusaient de l'adopter. Polycarpe, le disciple de l'apôtre Jean, a discuté avec cet évêque de Rome, et a refusé de changer la pratique de la première Église. Lui et les églises de l'Est ont refusé d'observer ce festival païen appelé Easter (Pâques) nommé d’après la déesse Easter ou Ishtar (Astarté) avec une mort le vendredi et une résurrection le dimanche. Ce festival de Easter (Pâques) était aussi dérivé à partir des cultes du Mystère. Ces cultes étaient basés sur l'adoration du soleil et, par conséquent, ils observaient le dimanche.

 

Le dieu Attis a été tué un vendredi et ressuscité par la déesse le dimanche. Telle est la séquence du système de Pâques/Easter. Elle n'a rien à voir avec Christ et la Pâque (voir aussi l'étude La Déformation par les Binitaires et les Trinitaires de la Première Théologie de la Divinité (No. 127B)).

 

Jusqu'à ce temps, personne ne pensait que Jésus Christ a été crucifié un vendredi. Le temps accepté était un mercredi, mais les premiers auteurs de l'église et les calendriers avaient la date du 25 mars pour la date hébraïque du 14 Nisan la date correcte de la mort de Christ selon le calendrier hébreu. La seule fois où cela est tombé le 14 Nisan autour de la mort de Christ était un dimanche en 31 EC, et un Mercredi 5 Avril, en l’année 30 EC qui est la séquence de temps correcte (voir l'étude Le Moment de la Crucifixion et la Résurrection (No. 159)).

 

Donc, Easter/ Pâque dépend non seulement des conciles postérieurs de l'église mais aussi elles sont d’origine païenne, et ne sont pas le moment où Christ a été crucifié.

 

Encore, les fondamentalistes se sont trompés, et dépendent des gnostiques de Rome pour leur autorité.

 

Ce problème a continué plus ou moins sans interruption jusqu'en 190 EC. Il a été appelé la dispute quartodécimène et a été appelé ainsi parce que quarto-deciman signifie 14ème, ce qui était la date au calendrier hébreu à laquelle l'agneau de la Pâque devait être tué. Christ a été tué en tant que notre agneau de la Pâque, ce jour-là.

 

À partir de 190 EC, ils ont commencé à punir les gens pour ne pas observer Easter/Pâques et pour observer l’ancienne Pâque que les apôtres avaient observée. Cette Pâque se déroulait à partir du 14 Nisan jusqu'au dimanche de la semaine qui est connu comme étant l'Offrande de la Gerbe Agitée quand Christ a été compris comme montant au ciel vers le Père après sa résurrection, et avant qu'il soit apparu aux apôtres en tant que le Christ ressuscité plus tard, ce dimanche après-midi.

 

La Fausse Supposition 4 : la loi a été abolie par un autre vrai Dieu qui était Christ

 

Les disputes ont continué sans arrêt avec le système romain qui inventait continuellement quelque nouvelle idée tirée à partir de l'influence de ces gnostiques. Ils ont d'abord décidé qu'ils voulaient abolir les lois de la Bible. Celles-ci se trouvaient toutes dans les Saintes Écritures que nous appelons maintenant l'Ancien Testament. Le Nouveau Testament contenait les écrits des apôtres qui enregistraient les paroles de Christ et les lettres qu’ils ont écrites concernant les disputes dans l'église. Plusieurs de ces disputes étaient causées par ces gnostiques. Ces lettres des apôtres ont été écrites pour démontrer comment les Saintes Écritures devaient être interprétées.

 

Dans le but de supprimer les lois de la Bible que les gnostiques détestaient, ils devaient produire l'idée que la loi de Dieu a été changée par un autre Dieu égal au premier Dieu qu’ils appelaient le Dieu des Juifs. Initialement, les gnostiques ont essayé de dire qu'il était un Dieu mauvais mais cela n'a pas fonctionné. Leurs disciples dans le Christianisme ont alors dit que le Dieu était le même Dieu qui est simplement apparu en tant que le Père et ensuite, comme le fils et ensuite comme l'Esprit Saint mais ils étaient tous un seul Dieu. Ceci était appelé le modalisme. Cette idée a été changée plus tard, et est finalement devenue la trinité.

 

Les modalistes à Rome n'avaient pas le plein pouvoir et ont été opposés par d’autres sources.

 

L'idée, cependant, était logiquement nécessaire pour supprimer la loi de Dieu, et donc Christ devait être rendu égal à Dieu. Pour ce faire, ils devaient prétendre d'abord qu'il avait toujours existé à côté de Dieu ou avec Dieu, et qu’il n'était pas un produit du Père comme tout autre fils le serait, et que les autres fils de Dieu étaient les produits du Père. Ils ont essayé de dire que les autres fils de Dieu n'étaient pas vraiment des fils, mais des créations qui étaient différentes de Christ, et qu’il n'était pas un produit du Père de la même manière. Ceci est devenu l’opinion Romaine, qui a été établie à Nicée en 325 EC.

 

La Fausse Supposition 5 : l'âme immortelle et la vie au ciel

 

Les gnostiques maintenaient aussi une croyance dans une âme immortelle. Ceci n'a pas été adopté par les chrétiens. Les gnostiques soutenaient que, lorsque vous mourez, vous allez au ciel. Ceci a absolument été rejeté par les chrétiens. Ils considéraient quiconque disait que quand il mourait, il allait au ciel, comme étant un faux chrétien. Ceci était un test d’un vrai chrétien et du soi-disant chrétien gnostique. Si vous disiez que quand vous mourez, que vous, en tant qu'une âme immortelle, allez au ciel, vous montriez que vous étiez sous l'influence de la philosophie grecque ou que vous étiez un gnostique, et non pas un Chrétien. Ce problème est enregistré par les premiers auteurs chrétiens Tatien et Justin Martyr (voir les études L'Âme (No. 92) et La Première Théologie de la Divinité (No. 127)).

 

Les fondamentalistes, aujourd'hui, qui prétendent en une âme immortelle et une existence au ciel (ou en enfer) après la mort, sont dépendants de la philosophie grecque et de la théologie romaine pour la doctrine. Ce n'est pas dans la Bible.

 

La famille de Christ

 

Jusqu'à la destruction de Jérusalem par les Romains en 70 EC, l'Église avait été persécutée par les Juifs. Jacques, le frère de Jésus Christ, était l'évêque de Jérusalem jusqu'à ce qu'il soit tué en martyr en 63 EC. Il a été remplacé par le neveu de Christ appelé Siméon qui était le fils de Clopas et de Marie, la sœur de Marie, la mère de Jésus Christ. Elles sont mentionnées dans Jean 19:25.

 

Jean 19:25 Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. (LSG)

 

La sœur de Marie a aussi été appelée Marie selon les traductions anglaises. Cependant, la vérité est que la mère de Christ s’appelait Mariam, et sa sœur s’appelait Maria (voir les Interlinéaires Grecques). Les deux mots sont dérivés de l’original hébreu Miriam. Le nom de la mère de Christ n'était pas Marie ou Maria cela était le nom de sa sœur. Elle s’appelait Mariam. Les garçons de la famille avaient aussi les mêmes noms (avec des variations), et leurs descendants portaient ces noms. Les frères de Christ s’appelaient Jacques, Joseph, Simon et Judas (Mat. 13:55). Judas a été aussi appelé Jude, et il était le fils de Joseph, et le frère de Christ, mais s'est référé lui-même en tant que le frère de Jacques (comparer. Cassiodorus, ANF, Vol. II, p. 573) et en tant qu'un serviteur du Seigneur. Ses cousins étaient appelés Jacques le Petit, Joseph, Siméon, et Judas. À partir de cela, nous voyons la confusion avec les deux familles. Cependant, le récit historique est clair que Marie ou, plus correctement, Mariam, la mère de Jésus, a eu d'autres enfants, et ceux-ci et les fils de sa sœur et sa cousine Elizabeth composaient la famille du Messie. Cette troisième branche descendait des frères de Jean le Baptiste. Ils étaient tous appelés Desposyni soit Appartenant au Seigneur.

 

Après que Jacques le Juste a été tué à Jérusalem, son cousin Siméon, cousin plus jeune de Jésus Christ, est devenu l'évêque de Jérusalem. Il a amené l'église à Pella au cours de la période qui a vu la destruction et l'occupation de Jérusalem, et il est retourné en 72 EC avec l'église. Ils sont restés là jusqu'à la rébellion sous bar Kochba. Les Juifs ont été bannis de Jérusalem en 135 EC par l'Empereur Hadrien. Cela signifiait aussi que l'église à Jérusalem ne pouvait plus être le centre de la collecte de sommes d'argent appelées la dîme de la dîme tel que c’était fait jusqu'à alors. La famille de Christ était les anciens de l'église durant ces quelques premiers siècles. Ils ont occupé des fonctions d’évêques à Alexandrie, et à Antioche, aussi bien qu’à Jérusalem et partout en Asie Mineure. Pendant tout ce temps, ils observaient la loi et le Sabbat et les Nouvelles Lunes et les Jours Saints. Ils observaient les lois de l'alimentation et ils payaient la dîme. Ils ont maintenu l'église ensemble. Avec les disciples des apôtres des autres nations, ils ont dirigé l'église de la même manière que le Messie les avait instruits et selon les lois de Dieu telles qu’établies dans la Bible.

 

La persécution de la famille de Christ et de l’église véritable par le système Romain sous l’influence Gnostique

 

L'église romaine était devenue riche sous le patronage. Quand Constantin a essayé d'établir le système chrétien afin de l'utiliser, il a donné le décret de Tolérance à Milan vers 314 EC. Après cela, les chrétiens sont devenus influents. En 318 EC, l'empereur a payé pour le voyage de la famille de Christ à Rome pour discuter avec l'évêque Sylvester au Palais du Latran. Il était devenu, en ce temps-là, une personne très riche vivant comme un prince. Le groupe de la famille de Christ est venu par bateau au port d'Ostia, et ensuite, ils ont voyagé sur des ânes vers Rome. Ils étaient vêtus de vêtements en laine tissés à la main, de chapeaux et de bottines en cuir. Ils parlaient l’Araméen et le Grec. L'Évêque Sylvester ne parlait seulement qu’en Latin et en Grec, donc la conversation s’est poursuivie en grec. Il semble probable que Simon a été leur porte-parole (voir l'étude Les Nicolaïtes (No. 202) et aussi l'historien ex-jésuite Malachi Martin dans l’oeuvre : Le Déclin et la Chute de l'Église Romaine, pp. 42 ff).

 

Ils ont exprimé leur préoccupation que les lois de Dieu avaient été supprimées en tant que le fondement de l'église. Ils voulaient que le sabbat soit rétabli. Il avait été rendu inférieur au dimanche à partir du Concile d'Elvira en 300 EC. Ils ont argumenté en faveur de la Torah, qui était le nom hébreu donné à la loi de Dieu, afin qu’elle soit rétablie à sa position correcte. Cela incluait les Jours Saints et les lois de l'alimentation. Ils ont demandé que les évêques grecs établis en Alexandrie et Antioche et ailleurs, soient remplacés par la famille de Christ. Ils ont demandé aussi que Jérusalem redevienne le centre de la foi, et que l'argent pour l'église puisse y être envoyé.

 

Ils sont rentrés chez eux. Au lieu d'utiliser son influence auprès de Constantin pour reformer l'église de ces influences gnostiques et la rétablir à la vraie foi livrée une fois pour toutes aux saints, tel que le frère de Christ a écrit (Jude 3), Sylvester s’est mis à détruire la foi et la famille de Christ avec elle.

 

Des événements ont ensuite été mis en jeu qui verraient l'église faire de Christ un vrai Dieu. Ceci était appelé le binitarisme, et il est arrivé à partir du Concile de Nicée en 325 EC. Les évêques qui n'étaient pas d'accord, ont été bannis. Cependant, après un court temps, Constantin s'est rendu compte que dans l'église, tous n'étaient pas d'accord avec ceux de Rome. Il a rappelé les évêques de l’exil en 327 EC, et les a remplacés en tant que les chefs de l'église. La doctrine binitaire des hérétiques gnostiques a été arrêtée. Constantin n'a pas été un chrétien jusqu'à ce qu'il ait été baptisé par Eusèbe de Nicomédie sur son lit de mort. Il était, en fait, un adorateur du soleil et c'est pourquoi, il a encouragé les chrétiens à l'origine, vu qu’il pensait qu'ils avaient aussi les mêmes croyances. Il ne s'est pas rendu compte qu'ils les avaient héritées des gnostiques et des cultes du Mystère, et que ce n'était pas le vrai Christianisme.

 

Le système religieux païen romain a essayé de s’imposer de nouveau sous l'Empereur Julien mais il n'a pas réussi. En 366 EC, au Concile de Laodicée, le sabbat a été proscrit, et l'adoration du dimanche a été officiellement mise en force. Easter/Pâques avait été déclaré précédemment, à partir de Nicée. La vraie Pâque de l'Église originale n’était pas censée être pratiquée. L'Eglise de l'Est a ignoré les décrets.

 

En 381 EC, l'Empereur Theodosius, natif d’Espagne, a été nommé empereur par l'Empereur Gratien. Il était le premier empereur athanasien baptisé du système romain. Theodosius (Théodose) a mis toute son influence derrière Athanasius et trois autres prêtres qui étaient de Cappadoce appelés Basil et les deux Grégoire. Un était Grégoire de Nysse et l'autre était Grégoire de Nazianzus. Ces personnes ont développé la croyance en deux Dieux, Père et Fils, en trois personnes dans la Divinité, en tant que le Père, le Fils et l'Esprit Saint. Ceci est devenu la trinité, qui, dès 451 EC, lorsque le Concile de Chalcedoine a été tenu, était la doctrine officielle de l'église qui régnait à Rome et à Constantinople. Cela est devenu connu comme l'Église orthodoxe ou catholique. Jusqu'à ce temps, le terme catholique signifiait universel. Après la division entre l'Eglise de l'Est et l'église de l’Ouest, ils ont été appelés les Églises Orthodoxes et Catholiques.

 

À partir du quatrième siècle, le système de l'église romaine, avec l'aide de l'armée, a alors commencé systématiquement à exterminer la famille de Jésus Christ. Ils les ont pourchassés, et les ont tués par l'épée. Ils leur ont enlevé leurs terres, et les ont forcés à la croissance démographique nulle. Dès le cinquième siècle, ils étaient presque exterminés dans l'empire.

 

Les Juifs sont alors aussi entrés dans le portrait en changeant leur calendrier à un système très différent du calendrier hébreu original, basé sur un modèle babylonien. Ceci a été fait en 358 EC. Il est alors devenu très difficile pour la foi de faire des progrès contre ce faux système établi sous l'influence gnostique. En effet, les gnostiques avaient pénétré le judaïsme, le paganisme et le christianisme.

 

Cette soi-disant Église Orthodoxe est entrée en Angleterre en 597 EC avec Augustin de Cantorbéry et les Angles ont été convertis à Kent. Dès lors, l'Église Britannique qui observait aussi le sabbat et les lois de l'alimentation et d'autres aspects de la loi de Dieu, a été forcée de changer et d’adopter ces pratiques non bibliques qui émanaient du gnosticisme. Ce changement a été forcé à partir de 663 EC au synode de Whitby.

 

Comme nous pouvons le voir, le soi-disant fondamentalisme des églises modernes n'est pas conforme à la Bible tel qu’il est prétendu. Le fondamentalisme n'est pas le littéralisme biblique. Il est dépendant des Conciles de l'église pour ses doctrines de base qui n'apparaissent pas dans la Bible. Les doctrines sont  tirées des sources antiques dans le gnosticisme et les cultes du Mystère impliquant le culte du Soleil.

 

q