Les Églises Chrétiennes de Dieu

 

[019]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Âge de Christ à son Baptême et la Durée de son Ministère [019]

 

(Édition 3.0 199200101-20050314-20071213)

 

 

 

L'année de la naissance de Christ a été une source de préoccupation au cours du temps. Elle semble avoir été délibérément cachée. C'est probablement afin que nous ne puissions pas vérifier avec une certitude absolue l'année exacte pour éviter la célébration du rituel païen associé à sa naissance. Il y a, cependant, un certain nombre de faits importants qui sont liés à sa naissance et au temps de son  baptême.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1992, 2000, 2005, 2007 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2014)

 

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

 

Cette étude peut s’obtenir sur les pages du World Wide Web :
http://www.logon.org/
et http://www.ccg.org/french

 

 

L'Âge de Christ à son Baptême et la Durée de son Ministère [019] 

 


Certains ecclésiastiques ont déclaré emphatiquement que le passage à Luc 3:23 indique que Christ avait exactement trente ans à son baptême. La Louis Segond a traduit le passage ainsi :

 

"Jésus avait environ trente ans lorsqu'il commença son ministère."

 

La Moffatt traduit le passage par :

 

"Au plus Jésus avait environ trente ans."

 

Ce sont des traductions de deux termes grecs. Le premier, duquel le mot a commencé est dérivé est le mot •DP`:,<@H (de archomai). Il signifie au milieu de ou commencer ou commencer dans l'ordre du temps. La racine principale du mot est archo qui signifie être le premier dans le rang politique ou le pouvoir, dans le sens de régner sur comme une partie du sous-ensemble.

 

Le deuxième terme est ¦Jä< JD4V6@<J" (ètõn triákonta) ou des années trente, la décennie de trente. De là, la signification correcte est que Christ avait commencé la trentaine ou, autrement dit, Christ était dans la trentaine, comme nous dirions.

 

Cette expression a une élasticité que certains ne lui accordent pas et, de là, suite à leur propre inflexibilité, ils introduisent une contradiction dans les Écritures là où il ne devrait pas y en avoir.

 

Un exemple de contradiction inutile est trouvé dans cette restriction à trente ans et l'exigence d'être né pendant le règne d'Hérode le Grand, c'est-à-dire avant la Pâque de 4 AEC (avant l'ère courante) et pendant le recensement de taxation du monde entier ordonné par Auguste, et exécuté quand Quirinius était le Gouverneur de la Syrie (Luc 2:3). Or, Sulpicius Quirinius a été élu Consul de Rome en 12 AEC, mais il n'a pas été nommé Légat de la Syrie avant 6 EC (ère courante). Il est mort à Rome en 21 EC.

 

Les mots exacts traduits Gouverneur de la Syrie veulent dire quand Quirinius "avait l'autorité suprême". Schürer soutient que c'est la même chose que la fonction de Gouverneur (History of the Jewish People in the Age of Jesus Christ (Histoire des Juifs à l'époque de Jésus Christ), vol. 1, p. 424).

 

Une présumée évidence archéologique récente serait que Quirinius a fait un recensement en 12 AEC, l'année où il a été nommé Consul et où on lui a donné une responsabilité sur les affaires orientales. Il a, en fait, mené une expédition contre des montagnards rebelles (les Homonadeis ou Homonadenses) en Alecia et il a reçu un hommage à Rome pour ses succès. Les Homonadenses étaient une bande de brigands ciliciens qui vivaient à la frontière méridionale de la Galatie et mentionnée par Strabo. Quirinius a passé 14 ans à les subjuguer, entre 12 AEC et 2 EC. À cause de son expertise, il a accompagné Gaius César à l'Est à titre d'éducateur en 2 EC.

 

En fait, Quirinius a lui-même fait un recensement complet en 6/7 EC, mais c'est tout à fait impossible que ce recensement ait été celui fait à la naissance de Christ (ibid., p. 423).

 

Le poste de Gouverneur de la Syrie a été occupé de 10/9 AEC à environ 7/6 AEC par Sentius Saturninus et de 7/6 AEC à 4 AEC par Quinctilius Varus. Ce dernier a supprimé la révolte en Palestine qui a éclaté après la mort d'Hérode. Certains suggèrent que L. Calpurnius Piso a été Légat de 4 à 1 AEC après quoi Gaius César est devenu le Consulaire Souverain, probablement avec un Gouverneur normal en Syrie.

 

Schürer spécule que le prédécesseur probable de Sentius Saturninus était Titius et conclut aussi, d'après la législation de Taxation d'Hérode le Grand, de Philippe et d'Agrippa (et Agrippa II) que "les taxes romaines ne pourraient pas vraisemblablement avoir été prélevées en Palestine pendant le règne d'Hérode et, en conséquence, aucun recensement romain n'a été fait non plus" (ibid. p.430).

 

Schürer rejette aussi toute construction grammaticale que le recensement était le premier recensement avant que Quirinius ne soit le Gouverneur de la Syrie (ibid., p. 42l). De plus, le style et le raffinement des écrits de Luc excluent la possibilité de revendiquer l'utilisation grammaticale.

 

Schürer suppose que Quirinius était probablement Légat de Galatie-Pamphylie pendant la guerre contre les Homonadenses (de Strabo XII 6,5 (567) 9 Tat. Ann. III, 48), il dit en 4-3 AEC (ibid., p. 259). Cependant, il n'y a aucune raison d'exclure les périodes précédentes, à partir de 12 AEC. En effet, il est tout à fait possible qu'à partir de 12 AEC ou en 8 AEC, Quirinius ait exercé le plein pouvoir au nord de la Syrie ou un pouvoir provisoire en Syrie après Sentius Saturninus. Selon T. P. Wiseman, le dernier recensement complet des citoyens, pris avant que Quirinius devienne Légat de la Syrie en 6 EC, a été en 8 AEC, pendant que Quirinius était le Commandant Militaire et Légat de la Galatie-Pamphylie, tel que supposé, et que les rebelles étaient dans le secteur sud de la Galatie.

 

En 4 EC, Auguste a fait un recensement partiel et le recensement de 6 EC s'est étendu pour inclure les provinces pour l'impôt d'héritage de cinq pour cent (Vicesima hereditatis).

 

La difficulté évidente avec l'argument en faveur du recensement du 6 EC est le temps qu'il était le Gouverneur de la Syrie. C'est environ 10 ans après la mort d'Hérode et, par conséquent, impossible.

 

Luc déclare que c'était le recensement où "tout le monde devrait être inscrit". Selon Josephus (A. J. XVIII, 1, 1, 2), la Palestine a été ajoutée à la Syrie à des fins administratives et de taxation après l’enlèvement d’Archelaus.

 

Un recensement en 12 AEC ou 8 AEC sur l'ordre d'Auguste est une affaire beaucoup plus grande qu'un recensement palestinien et il est évident que Josephus essaye de limiter le recensement à l’année 6 EC quand Quirinius était Légat de la Syrie.

 

Actes 5:37 mentionne les jours de la taxation en conjonction avec le soulèvement de Judas de la Galilée. Ce soulèvement de Judas est survenu après le soulèvement de Theudas et ses 400 disciples (le verset 26).

 

Schürer date le soulèvement de Judas de la Galilée à 6 EC. Les historiens attribuent les déclarations de Gamaliel comme une composition de Chrétiens attribuée à Gamaliel et identifient le Theudas d'Actes à Theudas, le pseudo prophète, pendant le règne du premier Procureur envoyé en Palestine par Claudius, c'est à dire Cuspius Fadus 44-46 ? EC.

 

Schürer écarte la possibilité d'un Theudas antérieur à 6 EC (ibid. Vol. 1, pp. 456-457, note 6) et considère l'autorité d'Actes peu érudite. Il considère assurément la taxation mentionnée dans les Actes comme cette taxation ou recensement de Quirinius à sa nomination comme Légat de la Syrie en 6 EC. Il vaut la peine de noter que les fils de Judas le Galiléen, Jacques et Simon, ont été crucifiés par ordre de Tibère Julius Alexandre (46-48 ? EC), le successeur de Fadus.

 

Il est tout à fait possible qu'Actes se réfère à la taxation de 6 EC et que ce n'est pas la même taxation à laquelle Luc se réfère à la naissance de Jésus.

 

Une harmonie complète émerge cependant, si la date du premier recensement général ordonné par Auguste et exécuté à l'est par Quirinius est 12 AEC ou même 8 AEC. Christ a alors 39 ou 35 ans à son baptême ; c’est-à-dire toujours dans la trentaine. Il y a ainsi huit ou quatre ans entre sa naissance et la mort d'Hérode. Cela accorde suffisamment de temps pour les recherches, la fuite en Égypte, les frustrations et les problèmes de la famille d'Hérode, les querelles de succession et les autres préoccupations qui ont conduit à la tuerie de la noblesse judéenne en 5/4 AEC et ne présente aucune difficulté avec l'harmonie des trois références bibliques. Assez curieusement, les préoccupations de la famille d'Hérode et de succession et le mensonge et la trahison de sa descendance ont commencé vers 12 AEC, que les historiens considèrent comme le début de la troisième et dernière phase de son règne.

 

La version de Tertullien jette un peu de lumière sur la question bien qu'il se contredise.

 

Dans sa traîtrise Contre Marcion, Tertullien dit que la preuve historique était que Christ est né quand un recensement a été fait en Judée par Sentius Saturninus (Adv. Marc. IV, 19, 10 ANF III, p. 378). Luc (ch. 2) dit que l'agent en Judée était (Sulpicius) Quirinius. Tertullien mentionne Saturninus de nouveau dans De Pallio 1. Cette déclaration de Tertullien est comparée à celles de Sanclemente et d'autres qui ont supposé que Saturninus était le gouverneur de la Judée au moment de la naissance de Christ et qu'ils ont daté à 747 A.U.C. Tertullien est incohérent et, dans Adversus Judaeus VIII, il donne prétendument 751 A.U.C comme l'année de la naissance de Christ.

 

Ce qu'il dit vraiment, c'est que Christ est né la quarante et unième année de l'Empire d'Auguste, quand il régnait déjà depuis ‘xx et viii’ (28) ans après la mort de Cléopâtre (51-30 AEC). Selon le texte de Tertullien, Auguste aurait survécu ‘xv’ (15) années après la naissance de Christ. (Il en fait inexactement la somme à 437 ans et 6 mois après Darius).

 

César a été tué en mars 44 AEC et Octavien est retourné à Rome pour lui succéder en 42 AEC. Donc, 56 ans de 43/2 AEC nous amènent à 14 EC, l'année de sa mort.

 

Auguste aurait gouverné 44 ans et serait mort en 14 EC. Cependant, cela compte du renversement de Marc Antoine et Cléopâtre. Tertullien dit qu'il a gouverné 56 ans. En conséquence, d'après ce calcul, Christ serait né la 41ème année de son règne, et 28 ans après la mort de Cléopâtre, c'est-à-dire en 2/1 AEC, plus de deux ans après la mort d'Hérode, ce qui est bibliquement impossible. Son compte rendu dans Adversus Marcionem place la naissance de Christ en 6/5 AEC. De la sorte, il aurait fallu que ce soit à la fin même des fonctions de gouverneur de Saturninus, même si nous faisons des suppositions quant à l'extension des dates en question jusqu'en septembre 7/6 AEC. Quirinius, qui, à ce moment-là, était à la frontière de la Syrie et de la Galatie dans sa guerre contre les brigands Homonadenses ciliciens, doit donc avoir été envoyé par Saturninus en Judée pour ce recensement en 6 AEC, d'après les comptes rendus de Tertullien et de Luc dans les autres textes anciens, et Christ serait né l'année suivante en 5 AEC. 

 

Sentius Saturninus a été le gouverneur de la Syrie de 744 à 748 (cf. ANF, ibid. n. 3) ou 10/9 à 7/6 AEC. Aug. W. Zumpt s'est donné beaucoup de mal pour prouver que Publius Sulpicius Quirinius était, en effet, le gouverneur de la Syrie au moment de la naissance de Christ. Le susdit scénario est donc le plus probable.

 

Josephus nomme Volumnius avec Saturninus (Consul en 19 AEC) (Jos. Ant. XVI, 9, 1 p. 280). Cependant, dans Guerres des Juifs (I, 27, 1), il appelle Volumnius tou stratopedarchen et, dans I, 27, 2, il l'appelle epitropos. De ce fait, Schürer soutient (vol. 1. p. 257) que Volumnius était un subalterne équestre de Saturninus et un fondé de pouvoir de la province. Saturninus est aussi mentionné par Josephus dans Antiquités XVI, 10, 8, (344) ; II, 3 (368) ; XVII, 1, 1 (6) ; 2, 1, (24) ; 3, 2, (57). Saturninus a vraisemblablement utilisé Quirinius en lui donnant le même type de légat en ce qui concerne le recensement en Judée à l'époque. Schürer n'explore pas cette vue, une explication vraisemblablement plus évidente. Les récits historiques les mentionnent tous les deux, comme nous le voyons aussi avec Volumnius et Saturninus ci-dessus.

 

La mort d'Hérode joue un rôle important dans l'établissement de la dernière date possible pour la naissance de Christ, car nous savons, selon Matthieu 2:12, que les hommes sages (mages) ont terminé leur visite en retournant dans leur pays par un itinéraire différent, pour éviter de retourner vers Hérode. L’Ange du Seigneur a averti Joseph dans un songe de partir en Égypte, comme nous le lisons dans Matthieu 2 :13-16 :

 

"Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle ; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr ".

 

Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère, et se retira en Égypte.

 

Il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète : J'ai appelé mon fils hors d'Égypte.

 

Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire, selon la date dont il s'était soigneusement enquis auprès des mages. (LSG)

 

La période de la visite des hommes sages et de la naissance probable de Christ était donc jusqu'à deux ans avant le carnage à Bethléem. Cet aspect peut être reflété par Josephus dans son compte rendu de l'exécution des hommes principaux de Juda par Hérode dans la période avant sa mort.

 

Certainement, cela arrive plusieurs mois et, probablement, jusqu'à deux ans avant la mort d'Hérode, de sorte que Christ est probablement né dans les deux ans qui ont précédé l'action à Bethléem, soit bien avant la mort d'Hérode.

 

En incluant la fuite en Égypte, la période impliquée ne pourrait pas avoir été moins qu'un an. Les historiens attribuent la mort d'Hérode à la période du 1-14 Nisan de 4 AEC (entre le 28 mars et le 10 avril) pour les raisons suivantes :

 

1. Les deux successeurs d'Hérode ont été Archelaus et Antipas.

     

Archelaus, d'après Dio IV 27.6, a été déposé par Auguste en 6 EC dans la dixième année de son règne (aussi Antiq. des Juifs XVII 13,2 (342) de Vita 1 (5)), corrigeant la déclaration précédente de B.J : II, 7, 3, dans la neuvième année. (C'était pendant qu'Aemilius Lepidus et L. Arvuntius étaient consuls). Il a donc commencé son règne en 4 AEC.

 

Antipas a été déposé par Caligula l'été de 39 EC. Comme il y a des pièces de monnaie datant de la 43ème année de son règne, son règne a de ce fait commencé en 4 AEC.

 

2. D'après la comptabilité de Josephus des périodes de temps, comme la Mishnah le suggère, de Nisan à Nisan pour les années de règne et des parties d'année, c'est à dire, une partie avant Nisan est comptée comme une année entière ; Schürer situe donc la mort d'Hérode entre 1 et 14 Nisan 4 AEC.

 

Peu de temps avant la mort d'Hérode, il y a eu une éclipse de la lune. L'éclipse est mentionnée par Josephus (dans A. des J., XVII, ch. 4). Deux éclipses ont été calculées pendant cette période, une en 5 AEC et une en 4 AEC. L'éclipse en 4 AEC a été le 13 mars, ce qui s'accorde avec le récit de Josephus. Josephus enregistre que le Souverain Sacrificateur Matthias a été remplacé par Joseph, le fils d'Ellemus (en raison d'une impureté rituelle suite à un songe). C'était à l'occasion d'un jeûne des Juifs. Le jeûne d'Esther est tombé le 13 mars en 4 AEC et cela coïncide avec l'enregistrement de l'éclipse. Il n'y a aucune mention d'une éclipse en 3 AEC ou en 2 AEC et seulement deux autres éclipses de la lune ont été visibles à Jérusalem, soit celles du 15 septembre 5 AEC, et celle du 9 janvier 1 AEC. Hérode est mort peu de temps après cette éclipse et avant la Pâque de 4 AEC. La traduction de Marcus de Josephus a plus de notes sur cette section que la traduction de Whiston et elle est plus utile. Schürer, quoi qu’il en soit, en parle en détail dans son History (Histoire) (Vol., 1, pp. 326-328).

 

Si on tient compte de la période de deux ans des mages à Matthieu 2, Christ ne pourrait pas de ce fait être né plus tard que la Pâque de 6 AEC. Quand Joseph est revenu de l'Égypte, Archelaus régnait en Judée. Le retour de l'Égypte aurait donc été durant la première année du règne d'Archelaus, c'est-à-dire en 4 AEC.

 

Selon Luc, nous savons que, conformément à la Loi, Mariam, appelée faussement Marie, est allée avec Joseph à Jérusalem après sa purification pour présenter l'enfant au Seigneur et offrir le sacrifice usuel (Luc 2:22-24). Cela a précédé la fuite en Égypte. Luc ne mentionne pas la fuite en Égypte ; il déclare simplement qu'ils sont retournés à Nazareth. La période de purification pour un enfant mâle est de 40 (+1) jours (8 jusqu'à la circoncision et ensuite trente-trois jours) (Lév. 12:1-4) (cf. l'étude La Purification et la Circoncision [251]).

 

Christ ne pourrait donc pas être né plus tard que février de l'année 4 AEC, même si Joseph était parti pour l'Égypte le jour de la mort d'Hérode. Ce qu'il n'a clairement pas fait puisqu'il n'y avait aucune perspective de sa mort quand ils sont partis. Joseph a vécu en Égypte jusqu'à ce qu'un Ange du Seigneur lui apparaisse après la mort d'Hérode. Clairement, Christ ne pourrait pas possiblement être né en 4 AEC et, d'après la date de la taxation et la période entre l'arrivée des mages et le carnage à Bethléem, deux ans ont été impliqués. Cette période, ajoutée à la fuite en l'Égypte avant la mort d'Hérode, indique qu'il est peu probable que Christ soit né après la Pâque de 6 AEC. Les années de recensement sont donc les seuls autres indices principaux.

 

À cause de la mort d'Hérode avant la Pâque de 4 AEC, Christ ne pouvait pas avoir eu moins de 31 ans et, à la vue de l'autre information biblique, il est probable qu'il avait au moins 35 ou 39 ans. Il aurait fallu qu'il soit né en 6 EC pour qu'il ait moins de 31 ans et pour que la traduction signifie la troisième décennie, c'est-à-dire dans la mi-vingtaine (c’est-à-dire 22), mais c'est impossible étant donné que cela contredit un Évangile et l'exigence d'avoir 25 ans pour entrer au service du Temple et d'avoir trente ans pour enseigner.

 

La première date probable est 8 AEC, soit au dernier recensement général avant la mort d'Hérode ; cela signifie que Christ aurait eu 35 ans au début de l'année 27/8 EC.

 

Cependant, il est possible que Quirinius ait ordonné un recensement complet en 12 AEC pour établir le contrôle de la Galatie, la Cappadoce et la Syrie dans la guerre contre les brigands, car les voleurs avaient aussi opéré plus tôt de Trachonitis, quand Auguste l'a accordé à Hérode en 24/23 AEC. Il peut bien avoir exercé le commandement militaire total du secteur jusqu'à ce que M. Titius devienne Légat de la Syrie.

 

Il aurait aussi pu l'avoir fait à titre de commandant militaire sous le Légat Saturninus et avant Varus en 8/7 ou 7/6 AEC, comme faisant partie du recensement général ordonné par Auguste.

 

Les historiens Gerlach, Quandt et Hahn expliquent les affirmations de Zumpt avec la vue que Quirinius a été envoyé en Syrie avec Quinctilius Varus (6-4 AEC) en tant que légat extraordinaire et qu'il a entrepris le recensement comme tel (voir aussi Schürer, vol. 1, p. 424). Ainsi, selon cette vue, il est arrivé en 6 AEC au moment du remplacement de Saturninus par Varus.

 

Sanclemente a présenté une telle vue en disant que Quirinius a été envoyé en Syrie comme légat spécial ayant une autorité plus haute que le légat syrien du temps, à savoir Saturninus.

 

Schürer suppose (ibid.) que les paroles de Luc, à savoir qu'il avait le commandement suprême signifie précisément quand il était le gouverneur de la Syrie. Cependant, il peut en fait avoir eu le commandement suprême des forces en Asie Mineure pour la guerre contre les Homonadenses et avoir eu le commandement militaire sur la Galatie et la Syrie. Cette explication permet à tous les comptes-rendus d'être en harmonie. Les avis de tous les historiens sont qu'il avait ce commandement en 6 AEC, à la fin du gouvernement de Saturninus et avant ou au début du gouvernement de Varus. Il est ainsi débattu que le recensement a été ordonné dans la dernière moitié de 6 AEC et que sa mise en œuvre a nécessité une bonne partie de 5 AEC.

 

En 23 AEC, Auguste a envoyé M. Agrippa, son ami intime et conseiller, en Syrie et, en 21 AEC, son gendre. Son titre était celui de Député de César au-delà de la Mer Ionienne (Josephus, A. des J., XV 10,2) et il a eu des pouvoirs plus grands qu'un Légat ordinaire. Il n'est cependant pas allé sur l'Île de Lesbos à Mytilène de 23-21 AEC. Il est retourné à Rome où il a été occupé à l'Ouest pendant quatre ans. En 16 AEC, il est retourné à l'Est où il est resté jusqu'en 13 AEC et il a exercé son pouvoir officiel à travers des Légats. En réalité, la personne qui a exercé le pouvoir à l'Est et, particulièrement en Syrie, est inconnue, mais, étant donné le commandement militaire de Quirinius et sa nomination comme Consul en 12 AEC, il est plus probable qu'il aurait exercé le commandement militaire jusqu'à ce que M. Titius assume le contrôle de la Syrie. Or nous savons qu'il avait fait ainsi avant 10 AEC puisque Josephus le mentionne comme Gouverneur au moment de la querelle d'Hérode avec ses fils. Cela et les disputes de succession postérieures de la famille d'Hérode peuvent bien avoir été provoqués par la naissance de Christ ou même sa naissance prévue selon la prophétie, car il y a abondance d'évidences parmi les communautés religieuses de l'attente du Messie d'Aaron.

 

La naissance de Christ aussi tôt que 12 AEC s'accorderait toujours parfaitement avec tous les récits historiques connus et les Évangiles mais une possibilité supplémentaire des activités en 8 AEC ne peut pas être rejetée.

 

On sait qu'aucun recensement mondial n'a été ordonné en 6 AEC ou 5 AEC. L'information de Luc est assez précise. Le recensement peut bien avoir été en accord avec les exigences d'Auguste, particulièrement en vue des problèmes en Galatie/Pamphylie, en Syrie et en Judée. Toute tentative d'affirmer dogmatiquement que Christ avait 30 ans à son baptême produit des conflits inutiles dans les Évangiles et la Bible, en général.

 

Pour déterminer quand Christ a été baptisé et, de là, quand il a commencé son ministère et quelle est la signification du temps du ministère, nous devons commencer avec le ministère de Jean le Baptiste.

 

Nous savons, selon Luc 3:1, que Jean ‘a commencé à prêcher durant la quinzième année du règne de Tibère’, ce qui ne peut pas avoir été plus tôt qu'en octobre de l'année 27 EC, si le calendrier civil utilisé à l'Est était en utilisation. Tibère a commencé à régner le 17 septembre 14 EC et on obtient l'année 27 EC seulement si le mois de septembre est compté comme la première année et la deuxième année commence en octobre 14 EC. La 15ème année commence alors en octobre 27 EC. L'appel de Jean au repentir a probablement commencé aux Expiations, cette année-là, et continué jusqu'à la Pâque de 28 EC, quand il a été arrêté. Nous savons que Christ a été baptisé quelque temps après octobre de 27 EC et avant la Pâque de 28 EC.

 

Le baptême de Christ a précédé le commencement officiel de son ministère et un certain nombre d'activités ont eu lieu après son baptême et avant le début de son ministère, à l'emprisonnement de Jean le Baptiste.

 

D'après Luc 3:21, nous savons que Christ n'a pas été parmi les premiers à être baptisés par Jean, mais qu'il a plutôt été baptisé après la majorité ; son baptême était donc bien après octobre 27 EC, probablement en 28 EC.

 

La séquence de temps à partir de son baptême inclut le jour de son baptême, ensuite un jeûne de 40 jours et 40 nuits. Il est ensuite retourné vers Jean le Baptiste et il a recruté ses disciples pendant 3 jours (Jean 1:35-45). Le troisième jour, il a exécuté le miracle de l'eau changée en vin au mariage à Cana (Jean 2:1). Il est ensuite allé à Capharnaüm où il n'est demeuré "que peu de temps" (Jean 2:12). Puis la Pâque était proche.

 

La période entre le baptême de Christ et la Pâque de 28 EC a donc couvert 44 jours plus ‘quelques jours’ (disons 6). La période ne pourrait pas avoir excédé cinquante jours. Étant donné la période fixe de 50 jours de la Pâque à la Pentecôte, à la fin de son ministère, la période le précédant était probablement 50 jours aussi. Elle n'aurait certainement pas été beaucoup plus longue et pourrait avoir été moindre. Son baptême, par conséquent, a probablement eu lieu en février 28 EC. Son âge à son baptême était donc le minimum absolu de 31 ans et il était vraisemblablement plus vieux.

 

D'après le chapitre 4 de Matthieu, nous savons que Christ n'a pas commencé à prêcher avant l'emprisonnement de Jean le Baptiste, quand il s'est déplacé à Capharnaüm (des versets 12-13). Le verset 17 dit spécifiquement "Dès ce moment, Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche". La séquence des versets 18-22 indique que Pierre, André, Jacques et Jean ont été appelés après l'emprisonnement de Jean le Baptiste, mais c'est une entente harmonisable du flot de l'histoire pour aider la séquence du verset 23. Cette séquence est présente à Marc 1:14-20, et le verset 21 suit par l'entrée à Capharnaüm.

 

Jean 2 nous dit que Jésus a exécuté le miracle de l'eau changée en vin avant le début de son ministère (cf. Jean 2:4). Son "temps (ou heure) n'était pas arrivé" et ses disciples étaient présents et c'était avant sa visite à Capharnaüm.

 

De Jean 1:35, nous savons qu'André, le frère de Pierre, était un disciple de Jean et qu'il a commencé à suivre Christ. Il a amené Pierre à Christ en lui disant qu'il avait trouvé le Messie (Jean 1:41) qui l'a appelé Pierre (Cephas). Matthieu 4:18-22 et Marc 1:14-20 sont donc des simplifications de l'histoire détaillée de l'appel des premiers disciples. D'après Jean, c'est plus probable qu'ils avaient déjà été appelés et vraisemblablement qu'ils baptisaient avant ce point et que c'était une sommation qui a commencé le travail réel.

 

Jean 2:22 montre qu'après le mariage à Cana en Galilée, Jésus et ses disciples sont allés en Judée où il a passé quelque temps avec eux à baptiser, bien qu'il n'ait pas baptisé lui-même (Jean 4:2). Jean le Baptiste baptisait aussi à l'Énon, près de Salim, et c'était autour de la Pâque de 28 EC (Jean 2:13).

 

Moffatt situe Jean 3:22-30 entre Jean 2:12 et 13 étant donné que Jean n'avait pas encore été jeté en prison dans cette section, mais, comme Jésus a commencé à exécuter des miracles à la Pâque, cela indique, selon lui, que Jean était emprisonné à ce moment-là. Matthieu est tout à fait emphatique que Christ a commencé à prêcher seulement après que Jean eût été emprisonné. En effet, Christ ne pourrait pas avoir commencé à prêcher plus tôt que la Pâque de 28 EC, autrement, les Évangiles sont en désaccord et la Parole de Dieu est compromise.

 

Le texte Autorisé de l'Évangile de Jean, lorsqu'il est pris en séquence, indique qu'il est entré dans le Temple à la Pâque de 28 EC, qu'il a fait des miracles et qu'il s'est ensuite retiré à la campagne de la Judée où ses disciples baptisaient pendant que Jean baptisait à l'Énon. Le texte Autorisé manifeste donc que les prêches réelles de Christ ont duré moins de deux ans et ont commencé après la Pâque de 28 EC.

 

Christ a prêché jusqu'à la Pâque de 30 EC quand il a été arrêté et crucifié. Il est mort à la fin de l'après-midi du 14 Nisan ou Abib, qui était un mercredi, soit le 5 avril 30 EC. La date supposée du 25 avril en 31 EC est trop tardive et la Pâque n'avait pas été aussi tard depuis plusieurs siècles (voir Le Moment de la Crucifixion et de la Résurrection [159]).

 

Ce serait compatible avec la séquence du Signe de Jonas puisque Jonas n'a pas commencé à prêcher avant son entrée à Ninive, le premier jour de son voyage. Jonas a prêché à Ninive pendant un peu moins de trois jours complets, et Ninive a eu quarante jours pour se repentir et s'est repenti. Juda a eu un peu moins de (mais disons) trois ans du ministère de Jean le Baptiste (le jour du voyage à Ninive) et des deux ans du ministère de Christ, sur le principe d'un an pour un jour (deux jours). Sur le même principe, Juda a eu 40 ans pour se repentir. Ils ne l'ont pas fait et ils ont été détruits des Expiations 70 EC jusqu'au 1er Abib 71 EC, l'achèvement du signe de Jonas dans sa deuxième phase (voir l'étude Le Signe de Jonas et l'Histoire de la Reconstruction du Temple [013]).

 

L'affirmation que le ministère de Christ a duré trois ans et demi est une affirmation postérieure et elle est certainement non-scripturale. Elle obscurcit les vrais signes du ministère de Christ et limite la compréhension correcte. L'affirmation est fondée sur une autre fausse interprétation de l'Écriture touchant à la construction du Temple et les soixante-dix semaines d’années. En effet, cette doctrine insidieuse a vu le texte de Daniel 9:25 falsifié dans la Version Autorisée pour interpréter la signification autour de cette période, en commençant d'une date fictive dans le règne de Cyrus Macrocheir, appelé Artaxerxès I par les Grecs.

 

Le Signe de Jonas est le seul signe donné du ministère de Christ. Il n'est pas juste limité aux trois jours et trois nuits dans le tombeau jusqu'à la résurrection, mais il englobe plutôt le plan entier de la construction du Temple et les soixante-dix semaines d’années. Il a une autre signification résultant de la vision d'Ézéchiel, au chapitre 1, et de la séquence des quatre Chérubins. La période des Jubilés a tenu compte de la période des Avènements du Messie d'Aaron et du Messie d'Israël, comme une extension du Signe de Jonas.

 

q