Les Églises Chrétiennes de Dieu

[101]

 

 

 

La Soirée Mémorable [101]

 

(Édition 1.0 19990306-19990306)

 

 

Il est écrit : Et ce jour sera pour vous un mémorial ; et vous l'observerez comme une fête à l'Éternel, de générations en générations ; vous l'observerez comme une fête, comme une ordonnance pour toujours.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 (Copyright © 1999 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2012)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

 

La Soirée Mémorable [101]

 

 

La Soirée Mémorable est un événement très important dans le calendrier biblique.

 

Elle a été complètement oubliée par le Christianisme dominant et banalisée dans les Églises de Dieu au vingtième siècle. Le Judaïsme a aussi introduit l'erreur et un faux système de calendrier pour détruire l'intention et le fait de son observance, la bonne journée, conformément à la Loi de Dieu. Seul un reste des Samaritains et quelques petites églises de Dieu l'observent selon le calendrier de la période du Deuxième Temple et comme elle était observée au temps de Christ et de la première église.

 

Elle est aussi appelée la Nuit de Veille et ce nom a une intention spécifique.

 

La séquence entière de la Pâque est examinée dans l'étude La Pâque [098]. La période traditionnelle, mentionnée comme la Pâque dans la première Église Chrétienne, est la période commençant la nuit du Dîner du Seigneur, quand Christ a été emmené captif, après le repas qu'il a eu avec ses disciples, le soir du jour de la préparation, avant qu'il ne soit arrêté et jugé devant le Sanhédrin juif, puis devant Pilate. Il a été ensuite crucifié et il est mort l'après-midi du Quatorze Nisan, conformément à l'abattage de la Pâque. Il est mort à 15h00, au moment où les agneaux étaient tués pour le repas de la Pâque de ce soir-là, qui commençait la Soirée Mémorable, le Quinzième Jour du Premier mois. Josephus enregistre que des milliers d'agneaux étaient tués, l'après-midi du Quatorze, à partir de 15h00. Dans la première église, la Pâque était un terme générique qui couvrait la période allant du 14 Nisan au dimanche de l'Offrande de la Gerbe Agitée, peu importe le nombre de jours. Les jours restants étaient classifiés comme les Pains sans Levain.

 

Josephus enregistre la manière dont la Pâque était célébrée, à l'époque de la période du Temple. Les agneaux de la Pâque étaient abattus de la neuvième heure à la onzième heure (Josephus, Wars of the Jews, Livre VI, Ch. IX, Whiston, Kregel, 1981, p. 588). Josephus enregistre qu'au temps de Cretius, deux cent cinquante-six mille cinq cents agneaux étaient tués à la Pâque, à Jérusalem, avec pas moins de dix personnes par agneau (ibid.).

 

Nous savons avec certitude que les Samaritains de même que les Sadducéens ont nié toute tradition orale et que les deux groupes observaient seulement la loi écrite. Josephus nous dit que Jean Hyrcanus a supprimé les décrets des Pharisiens et qu'il a mis les Sadducéens responsables. Quoique limités en grande partie à l'aristocratie, leurs décrets ont été institués. Les Pharisiens étaient populaires auprès de la multitude, parce qu'ils étaient plus modérés dans leurs punitions (voir Antiquities of the Jews, Li. XIII, Ch. X (Whiston, ibid., p. 281)). Josephus était lui-même un Pharisien. Il écrit à propos d'eux plus favorablement qu'il ne le devrait, mais il enregistre néanmoins les traditions mentionnées dans le NT. Les ajournements n'étaient pas en place à ce moment-là, comme nous le voyons du Mishnah. Introduites par étapes par les Pharisiens, après la captivité babylonienne, les traditions ont été rejetées par toutes les autres sectes.

 

La suppression des Pharisiens a continué sous le fils de Jean Hyrcanus, Alexandre Jannaeus mais, après sa mort, sa femme Alexandra a appuyé les Pharisiens pendant neuf ans. Ils ont habilement réussi à la contrôler et ils ont de nouveau essayé d'introduire leurs traditions. À sa mort, Aristobulus et son frère ainé Hyrcanus, qu'Alexandra avait fait souverain sacrificateur, ont fait une guerre de succession. Hyrcanus a été détrôné et le pouvoir des Pharisiens s'en est allé avec lui (ibid. p. 289). Hyrcanus a été appuyé par l'Iduméen Antipater. Pompée a finalement dû intervenir dans la discussion. Offensé par son arrogance, Pompée a attaqué Aristobulus. Il est entré à Jérusalem et dans le Temple, entrant même dans le Saint des Saints. À ce moment-là, il était aussi utilisé pour l'entreposage du trésor qu'il a laissé intact. Il a rétabli Hyrcanus et son groupe, qui avait participé et tué un grand nombre du sacerdoce en exercice.

 

De cette façon, les Pharisiens ont regagné le pouvoir, mais ils étaient arrogants et trompeurs. Ils ont été impliqués dans une intrigue malhonnête et dans une fausse prophétie, sous Hérode. Hérode a fait exécuter leurs hommes principaux, y compris l'eunuque Bagoas, le Sodomite Carus et son jeune inverti, et les gens principaux de sa propre famille, qui avaient donné leur accord à la fausse prophétie concernant la cessation de son autorité. Ceux qui ont été exécutés ont semblé être pour le moins la femme de Pheroras, sa mère et sa sœur et Doris, la mère d'Antipater (A of J, ibid., p. 358). Sous les Hérodiens, les Pharisiens avaient donc un pouvoir limité, bien qu'ils aient été environ six mille dans la secte.

 

Le Temple fonctionnait d'après l'ancien calendrier, qui était observé par les Sadducéens. Les Samaritains observaient le même calendrier. Après la dispersion, les sectes rabbiniques, qui ont pris la relève des Pharisiens, ont essayé d'introduire les ajournements. Il est ainsi allégué que les  Samaritains ont alors eu des feux différents pour les fanaux aux nouvelles lunes. Pendant la période du Temple, des fanaux étaient allumés, étant donné que la nouvelle lune était toujours déterminée par la conjonction ; ce qui n'est pas un système d'observation. Il n'y a aucune évidence que les Samaritains aient changé, à un moment ou à un autre dans l'histoire, leur méthode de calcul de la Nouvelle Lune, que ce soit pendant ou après la période du Deuxième Temple. Ils observent toujours le même système aujourd'hui (voir l'étude Le Calendrier de Dieu [156]).

 

La Législation

 

La législation concernant la Pâque est trouvée dans Exode 12.

 

Exode 12:1-51 1 L'Éternel dit à Moïse et à Aaron dans le pays d'Égypte : 2 Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois ; il sera pour vous le premier des mois de l'année. 3 Parlez à toute l'assemblée d'Israël, et dites : Le dixième jour de ce mois, on prendra un agneau pour chaque famille, un agneau pour chaque maison. 4 Si la maison est trop peu nombreuse pour un agneau, on le prendra avec son plus proche voisin, selon le nombre des personnes ; vous compterez pour cet agneau d'après ce que chacun peut manger. 5 Ce sera un agneau sans défaut, mâle, âgé d'un an ; vous pourrez prendre un agneau ou un chevreau. 6 Vous le garderez jusqu'au quatorzième jour de ce mois ; et toute l'assemblée d'Israël l'immolera entre les deux soirs. 7 On prendra de son sang, et on en mettra sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons où on le mangera. 8 Cette même nuit, on en mangera la chair, rôtie au feu ; on la mangera avec des pains sans levain et des herbes amères. 9 Vous ne le mangerez point à demi cuit et bouilli dans l'eau ; mais il sera rôti au feu, avec la tête, les jambes et l'intérieur. 10 Vous n'en laisserez rien jusqu'au matin ; et, s'il en reste quelque chose le matin, vous le brûlerez au feu. 11 Quand vous le mangerez, vous aurez vos reins ceints, vos souliers aux pieds, et votre bâton à la main ; et vous le mangerez à la hâte. C'est la Pâque de l'Éternel. 12 Cette nuit-là, je passerai dans le pays d'Égypte, et je frapperai tous les premiers-nés du pays d'Égypte, depuis les hommes jusqu'aux animaux, et j'exercerai des jugements contre tous les dieux de l'Égypte. Je suis l'Éternel. 13 Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n'y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d'Égypte. 14 Vous conserverez le souvenir de ce jour, et vous le célébrerez par une fête en l'honneur de l'Éternel ; vous le célébrerez comme une loi perpétuelle pour vos descendants. 15 Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain. Dès le premier jour, il n'y aura plus de levain dans vos maisons ; car toute personne qui mangera du pain levé, du premier jour au septième jour, sera retranchée d'Israël. 16 Le premier jour, vous aurez une sainte convocation ; et le septième jour, vous aurez une sainte convocation. On ne fera aucun travail ces jours-là ; vous pourrez seulement préparer la nourriture de chaque personne. 17 Vous observerez la fête des pains sans levain, car c'est en ce jour même que j'aurai fait sortir vos armées du pays d'Égypte ; vous observerez ce jour comme une loi perpétuelle pour vos descendants. 18 Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au soir, vous mangerez des pains sans levain jusqu'au soir du vingt et unième jour. 19 Pendant sept jours, il ne se trouvera point de levain dans vos maisons ; car toute personne qui mangera du pain levé sera retranchée de l'assemblée d'Israël, que ce soit un étranger ou un indigène. 20 Vous ne mangerez point de pain levé ; dans toutes vos demeures, vous mangerez des pains sans levain. 21 Moïse appela tous les anciens d'Israël, et leur dit : Allez prendre du bétail pour vos familles, et immolez la Pâque. 22 Vous prendrez ensuite un bouquet d'hysope, vous le tremperez dans le sang qui sera dans le bassin, et vous toucherez le linteau et les deux poteaux de la porte avec le sang qui sera dans le bassin. Nul de vous ne sortira de sa maison jusqu'au matin. 23 Quand l'Éternel passera pour frapper l'Égypte, et verra le sang sur le linteau et sur les deux poteaux, l'Éternel passera par-dessus la porte, et il ne permettra pas au destructeur d'entrer dans vos maisons pour frapper. 24 Vous observerez cela comme une loi pour vous et pour vos enfants à perpétuité. 25 Quand vous serez entrés dans le pays que l'Éternel vous donnera, selon sa promesse, vous observerez cet usage sacré. 26 Et lorsque vos enfants vous diront : Que signifie pour vous cet usage ? 27 vous répondrez : C'est le sacrifice de Pâque en l'honneur de l'Éternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d'Israël en Égypte, lorsqu'il frappa l'Égypte et qu'il sauva nos maisons. Le peuple s'inclina et se prosterna. 28 Et les enfants d'Israël s'en allèrent, et firent ce que l'Éternel avait ordonné à Moïse et à Aaron ; ils firent ainsi. 29 Au milieu de la nuit, l'Éternel frappa tous les premiers-nés dans le pays d'Égypte, depuis le premier-né de Pharaon assis sur son trône, jusqu'au premier-né du captif dans sa prison, et jusqu'à tous les premiers-nés des animaux. 30 Pharaon se leva de nuit, lui et tous ses serviteurs, et tous les Égyptiens ; et il y eut de grands cris en Égypte, car il n'y avait point de maison où il n'y eût un mort. 31 Dans la nuit même, Pharaon appela Moïse et Aaron, et leur dit : Levez-vous, sortez du milieu de mon peuple, vous et les enfants d'Israël. Allez, servez l'Éternel, comme vous l'avez dit. 32 Prenez vos brebis et vos bœufs, comme vous l'avez dit ; allez, et bénissez-moi. 33 Les Égyptiens pressaient le peuple, et avaient hâte de le renvoyer du pays, car ils disaient : Nous périrons tous. 34 Le peuple emporta sa pâte avant qu'elle fût levée. Ils enveloppèrent les pétrins dans leurs vêtements, et les mirent sur leurs épaules. 35 Les enfants d'Israël firent ce que Moïse avait dit, et ils demandèrent aux Égyptiens des vases d'argent, des vases d'or et des vêtements. 36 L'Éternel fit trouver grâce au peuple aux yeux des Égyptiens, qui se rendirent à leur demande. Et ils dépouillèrent les Égyptiens. 37 Les enfants d'Israël partirent de Ramsès pour Succoth au nombre d'environ six cent mille hommes de pied, sans les enfants. 38 Une multitude de gens de toute espèce montèrent avec eux ; ils avaient aussi des troupeaux considérables de brebis et de bœufs. 39 Ils firent des gâteaux cuits sans levain avec la pâte qu'ils avaient emportée d'Égypte, et qui n'était pas levée ; car ils avaient été chassés d'Égypte, sans pouvoir tarder, et sans prendre des provisions avec eux. 40 Le séjour des enfants d'Israël en Égypte fut de quatre cent trente ans. 41 Et au bout de quatre cent trente ans, le jour même, toutes les armées de l'Éternel sortirent du pays d'Égypte. 42 Cette nuit sera célébrée en l'honneur de l'Éternel, parce qu'il les fit sortir du pays d'Égypte ; cette nuit sera célébrée en l'honneur de l'Éternel par tous les enfants d'Israël et par leurs descendants. 43 L'Éternel dit à Moïse et à Aaron : Voici une ordonnance au sujet de la Pâque : Aucun étranger n'en mangera. 44 Tu circonciras tout esclave acquis à prix d'argent ; alors il en mangera. 45 L'habitant et le mercenaire n'en mangeront point. 46 On ne la mangera que dans la maison ; vous n'emporterez point de chair hors de la maison, et vous ne briserez aucun os. 47 Toute l'assemblée d'Israël fera la Pâque. 48 Si un étranger en séjour chez toi veut faire la Pâque de l'Éternel, tout mâle de sa maison devra être circoncis ; alors il s'approchera pour la faire, et il sera comme l'indigène; mais aucun incirconcis n'en mangera. 49 La même loi existera pour l'indigène comme pour l'étranger en séjour au milieu de vous. 50 Tous les enfants d'Israël firent ce que l'Éternel avait ordonné à Moïse et à Aaron ; ils firent ainsi. 51 Et ce même jour l'Éternel fit sortir du pays d'Égypte les enfants d'Israël, selon leurs armées. (LSG)

 

Ce texte a aussi établi la séquence exacte de temps. Du verset 18, nous voyons que les sept jours des Pains sans Levain sont comptés du Quatorzième jour du Premier mois jusqu'au Vingt et unième jour du mois. Ce septième jour de la fête, le Vingt et unième jour du Premier mois, est un Jour Saint. Par conséquent, la soirée du Quatorze commence le Premier Jour Saint des Pains sans Levain, qu'on nous dit être le Quinzième jour du Premier mois. Nous parlons donc de la fin du Quatorzième jour du Premier mois, qui est Abib ou Nisan. Le verset 16 montre qu'il y a une sainte Convocation, le Premier Jour des Pains sans Levain, que nous voyons, de Lévitique 23:6, être le Quinzième jour du Premier mois. Il ne peut y avoir aucune confusion quant au début de la Fête des Pains sans Levain ou au moment de l'abattage de la Pâque, de ces textes.

 

Nous voyons un autre aspect du jour, dans Actes 27.

 

Actes 27:27-36 27   La quatorzième nuit, tandis que nous étions ballottés sur l'Adriatique, les matelots, vers le milieu de la nuit, soupçonnèrent qu'on approchait de quelque terre. 28 Ayant jeté la sonde, ils trouvèrent vingt brasses ; un peu plus loin, ils la jetèrent de nouveau, et trouvèrent quinze brasses. 29 Dans la crainte de heurter contre des écueils, ils jetèrent quatre ancres de la poupe, et attendirent le jour avec impatience. 30   Mais, comme les matelots cherchaient à s'échapper du navire, et mettaient la chaloupe à la mer sous prétexte de jeter les ancres de la proue, 31 Paul dit au centenier et aux soldats : Si ces hommes ne restent pas dans le navire, vous ne pouvez être sauvés. 32 Alors les soldats coupèrent les cordes de la chaloupe, et la laissèrent tomber. 33 Avant que le jour parût, Paul exhorta tout le monde à prendre de la nourriture, disant : C'est aujourd'hui le quatorzième jour que vous êtes dans l'attente et que vous persistez à vous abstenir de manger. 34 Je vous invite donc à prendre de la nourriture, car cela est nécessaire pour votre salut, et il ne se perdra pas un cheveu de la tête d'aucun de vous. 35 Ayant ainsi parlé, il prit du pain, et, après avoir rendu grâces à Dieu devant tous, il le rompit, et se mit à manger. 36   Et tous, reprenant courage, mangèrent aussi. (LSG)

 

Cette activité n'est pas arrivée au Premier mois, mais après le jeûne du Septième mois, aux Expiations. Cependant, nous pouvons déduire ici que le jour, nommé le quatorzième, a été clairement déterminé de soir à soir. La nuit du quatorze précède le jour du quatorze. Cela confirme la position que le jour était vu comme étant de soir à soir et non du matin au matin ou de minuit à minuit ou de tout autre système. De plus, le concept du salut de l'Ange de l'Éternel, à qui Paul appartenait et qu'il servait, est aussi vu du texte d'Actes 27:23.

 

Le concept du Nouvel An en Tishri, comme Rosh Hashanah, est une pratique païenne postérieure au Temple, qui est entrée dans le Judaïsme au troisième siècle de l'ère actuelle (CE). Dans un écrit de 1894, le Rabbin Kohn, Rabbin en chef de Budapest, mentionne ce fait important dans l'œuvre Sabbatarians in Transylvania. Il déclare qu'il a été introduit au troisième siècle et à une période "post-biblique" (se référant au Talmud Rosh haShanah 8a à n. 18 au ch. 7) (Éd. W. Cox, tr. T. McElwain et B. Rook, Les Éditions CCG, États-Unis, 1998, pp. v, 58, 106 et suiv.) Bibliquement, le Nouvel An est en Abib, qui est le Premier mois.

 

La Mishnah (vers 200 EC) déclare qu'il y a quatre débuts d'années et que le Premier jour de Nisan est le Nouvel An pour les rois et les festivals. Nous voyons donc que les dates en rapport à Esdras et à Néhémie étaient selon le 1er Nisan et non pas le 1er Tishri (voir La Lecture de la Loi avec Esdras et Néhémie [250]). À ce moment-là, Tishri était utilisé pour le calcul des années, pour les années Sabbatiques et pour les Jubilés (Rosh Hashanah 1.1 E (3)). Nous voyons que la notion de Tishri, qui est venue de Babylone, a été enregistrée dans la Mishnah comme ayant été avancée par R. Eliazar et R. Simeon (ibid. 1.1 D). Il n'a pas été observé comme le Nouvel An, dans la période du Temple.

 

La Mishnah essaye aussi de séparer le début de la dîme du bétail à 1 Elul (ibid. 1.1 C). La Maison de Shammai soutenait que le Nouvel An pour les arbres était le 1er Shebat, tandis que la Maison de Hillel soutenait que c'était le Quinzième jour de ce mois-là. Le Nouvel An à la Pleine Lune est une pratique directement païenne, aussi introduite de Babylone et sans doute associée aux plantations d'après les diagrammes de la lune. Toute cette détermination vient du Judaïsme rabbinique de la période postérieure au Temple. C'est seulement au troisième siècle que nous voyons Tishri avancé par les rabbins. Avec le système d'ajournements, il a maintenant l'emprise sur le Judaïsme, contrairement à la parole de Dieu.

 

La Nuit de Veille

 

La Nuit de Veille vient du texte d'Exode 12:42.

 

Exode 12:42  Cette nuit sera célébrée en l'honneur de l'Éternel, parce qu'il les fit sortir du pays d'Égypte ; cette nuit sera célébrée en l'honneur de l'Éternel par tous les enfants d'Israël et par leurs descendants. (LSG)

 

Le mot traduit comme célébrée est Shimmurim ; de là, il signifie nuit de veille et le mot se rencontre seulement là. Le concept de veiller vient du passage de l'Ange de la mort et de surveiller pour la délivrance de notre peuple. Le mot SHD 8107 shimmur, signifiant observation, est dérivé de la racine 8104 shamar, qui signifie de s'entourer d'une haie (comme avec des épines) ; de là, il signifie surveiller, protéger, faire attention.

 

Il englobe les concepts de faire attention à soi et d'être circonspect.

 

Le concept n'est pas tellement d'être assis et de surveiller, mais d'être protégé, comme en s'entourant d'une haie d'épines. Cela signifie aussi de  surveiller l'événement en question.

 

C'est le concept de la Pâque, où nous sommes protégés par le sang de l'agneau de la colère de Dieu, symbolisée dans ce concept. Notre surveillance vient donc dans l'observance et dans l'explication du symbolisme du texte. Il n'est pas nécessaire que nous restions éveillés toute la nuit à veiller, puisque nous sommes protégés de l'ange de la mort dans la Pâque. Le Dîner du Seigneur du Quatorze et le repas du Quinze du Premier mois (Abib ou Nisan) nous protègent ensemble. Cependant, l'intention est que cette nuit doit être prolongée dans l'étude et la veille. Ce serait tout à fait inapproprié, par exemple, d'aller se coucher tôt, cette nuit-là.

 

Le texte dans SHD 8107 met cette nuit de côté, comme une observation spéciale, étant dérivé de 8104. L'ardeur de veiller toute la nuit est louable, mais ce n'est pas vraiment nécessaire. Bien sûr, Israël a dû rester alerte, en attendant les ordres de commencer le mouvement. Certains auraient sans doute dormi, comme ils le pouvaient.

 

Le mot shimmur est dérivé du concept dans 8104. Il signifie l'observation, plutôt que le concept d'être sur ses gardes, comme nous pourrions dériver de 8104 shamar.

 

La variante sur 8107 shomer (voir SHD 7763) comporte aussi une autre signification, du mot shabar, dans 7763, qui inclut la signification de scruter ou de veiller dans l'attente de...

 

Si Juda avait été alerte et avait veillé dans l'attente du Messie, ils ne seraient pas allés en captivité. La nuit a donc la signification d'une nuit de surveillance pour son arrivée. Elle désignait la Crucifixion et l'internement et commençait la période jusqu'à l'offrande de la Gerbe Agitée.

 

Plutôt que de passer une nuit blanche à veiller, ce qui est certainement permis, il est préférable de passer la nuit à expliquer aux enfants la signification de l'observation pour l'arrivée du Messie. C'est la vraie signification que nous devons comprendre de l'observation.

 

La façon de prendre le repas sert à renforcer notre délivrance imminente des systèmes du monde.

 

Exode 12:11  Quand vous le mangerez, vous aurez vos reins ceints, vos souliers aux pieds, et votre bâton à la main ; et vous le mangerez à la hâte. C'est la Pâque de l'Éternel. (LSG)

 

Comparez la façon de prendre ce repas avec la manière que Christ et les disciples ont pris le repas de la soirée de la préparation ou le Chagigah.

 

Jean 13:25  Et ce disciple, s'étant penché sur la poitrine de Jésus, lui dit : Seigneur, qui est-ce ? (LSG)

 

Marc 14:50-52 50  Alors tous l'abandonnèrent, et prirent la fuite. 51   Un jeune homme le suivait, n'ayant sur le corps qu'un drap. On se saisit de lui ; 52   mais il lâcha son vêtement, et se sauva tout nu. (LSG)

 

De ces deux citations, les activités du Dîner du Seigneur et son arrestation ne sont clairement pas le soir de la Pâque. Les textes montrent que c'était la soirée de la préparation du Quatorzième jour du Premier mois, en préparation pour la Pâque, qui serait immolée l'après-midi du jour suivant, de la neuvième à la onzième heure ou de 15h00 à 17h00. Il a été placé dans le tombeau en soirée, juste avant le début du Quinzième jour du mois et le Premier jour des Pains sans Levain, quand l'agneau de la Pâque était préparé pour être rôti et mangé cette nuit-là.

 

Deutéronome 16:2 permet que le repas de la Pâque consiste en du bétail ou en un animal du troupeau. Il peut donc être une viande pure autre que l'agneau. Il doit être rôti et mangé à la place choisie dans ce but.

 

Deutéronome 16:5-7 commande que nous prenions le repas de la Pâque à l'extérieur de nos portes. On nous interdit de manger la Pâque à l'intérieur de nos propres portes. Nous pouvons ensuite retourner dans nos tentes (demeures) le matin, qui est le Quinze du Premier mois, le Premier Jour Saint des Pains sans Levain. Nous pouvons donc retourner à nos tentes ou à notre place normale de domicile. Le texte n'est pas nécessairement interprété comme signifiant à l'extérieur de tout abri. Par exemple, il serait dangereux pour une personne de quatre-vingts ans de rester dehors toute la nuit. Cela signifie que la Pâque doit être célébrée hors de nos portes, dans un logement provisoire, comme nous le voyons des autres textes.

 

Les Samaritains ont toujours observé et observent toujours la Pâque du Seigneur, le Quatorzième jour du Premier mois (appelé Nisan), déterminé de la conjonction, et abattent l'agneau l'après-midi, vers environ 15h00.

 

Ils le préparent ensuite et le mangent, le Quinzième jour du Premier mois (appelé Nisan ou Abib), après le coucher du soleil. La préparation est faite et le repas pris, leur cape sur le dos et leur bâton à la main.

 

Ils le font à l'extérieur des portes et sur le Mont Gerizim. C'est une fête de pèlerinage et ils doivent sortir de Nablus et aller à la montagne.

 

Ils vont sur le Mont Gerizim, à cause de Deutéronome 27:4-7, dans leur version du texte hébreu. Le verset 4 du Texte Masorétique déclare le Mont Ébal (signifiant amoncellement ) comme le mont pour l'érection de la loi. C'était aussi le Mont de la Malédiction. Le Mont Gerizim était le Mont des Bénédictions et de l'adoration des Samaritains et, de là, il conserve sa signification religieuse dans cet aspect. Il est affirmé que le Texte Masorétique a été changé de Gerizim pour lire Ébal.

 

Il est généralement argumenté qu'Ébal est une falsification dans le Texte Masorétique et qu'il devrait lire Gerizim. Les versets, dans Deutéronome 27:11-26, montrent que Gerizim est pour la bénédiction et qu'Ébal pour la malédiction. La dispute vient du fait que les offrandes pour la paix ne sont pas faites sur une montagne pour la malédiction et que l'autel devait être érigé sur cette montagne.

 

Les Samaritains observent les Sabbats et les fêtes selon le Pentateuque et le Décalogue, tandis que le Judaïsme suit les 613 mitzvoth. Le prétendu Christianisme dominant suit le système païen des Pâques (Easter) avec les mineures variations postérieures aux calculs du calendrier.

 

La plupart des érudits reconnaissent aussi que les pratiques religieuses des Samaritains sont les mêmes que celles des Juifs dans la période du Deuxième Temple.

 

Les Samaritains suivent toujours les pratiques de la période du Deuxième Temple dans leur place de sanctuaire.

 

Ils y avaient un Tabernacle. Il a été détruit par le Maccabé Jean Hyrcanus 1. Il a assujetti les Iduméens lors de la même expédition et les a forcés à se convertir au Judaïsme. Il n'a pas eu à s'occuper des Samaritains, à part détruire leur Tabernacle, parce que leur système de calendrier était le même que celui des Sadducéens et d'après lequel le Temple était dirigé. Les Pharisiens n'avaient pas encore leurs traditions au point d'organiser les ajournements et les Sabbats consécutifs étaient commun durant la période entière du Temple, comme la Mishnah le démontre (voir l'étude Le Calendrier de Dieu [156]).

 

Les Samaritains ont aussi refusé de suivre les Fêtes de Purim et du Hanukkah.

 

Ils calculaient les Nouvelles Lunes huit mois à l'avance, selon la conjonction. Après la destruction du Deuxième Temple, les Juifs semblent avoir ignoré ou commodément "perdu" leur capacité de calculer les Nouvelles Lunes pour introduire les ajournements. Les Rabbins ont refusé d'accepter le calcul des Samaritains et inventé leur propre calcul  avec les ajournements et l'observation du croissant.

 

Christ a été accusé d'être un Samaritain, précisément parce qu'il n'acceptait pas les traditions des Pharisiens (Jean 8:48).

 

La Soirée Mémorable est une nuit pour enseigner aux enfants le but de la soirée et ce qu'ils devraient faire en cette soirée.

 

Exode 12:25-38 25 Quand vous serez entrés dans le pays que l'Éternel vous donnera, selon sa promesse, vous observerez cet usage sacré. 26 Et lorsque vos enfants vous diront : Que signifie pour vous cet usage ? 27 vous répondrez : C'est le sacrifice de Pâque en l'honneur de l'Éternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d'Israël en Égypte, lorsqu'il frappa l'Égypte et qu'il sauva nos maisons. Le peuple s'inclina et se prosterna. 28 Et les enfants d'Israël s'en allèrent, et firent ce que l'Éternel avait ordonné à Moïse et à Aaron; ils firent ainsi. (LSG)

 

La surveillance pour la délivrance, la nuit de la Pâque, a été observée comme un mémorial pour toujours (Exode 12:14). Cette nuit-là, nous devons surveiller pour notre délivrance. Ce soir-là, Christ a été enterré et il a été dans la terre pendant trois jours et trois nuits, du mercredi soir jusqu'au samedi soir, quand il a été ressuscité par le Seul Vrai Dieu. Le dimanche matin, à 9h00, il est monté au ciel comme l'offrande de la Gerbe Agitée, commençant ainsi le compte à rebours jusqu'à la Pentecôte et la récolte de l'Église en l'Esprit Saint.

 

Par cet acte, Dieu a pris le premier-né du monde et le Salut a été étendu aux Païens.

 

29 Au milieu de la nuit, l'Éternel frappa tous les premiers-nés dans le pays d'Égypte, depuis le premier-né de Pharaon assis sur son trône, jusqu'au premier-né du captif dans sa prison, et jusqu'à tous les premiers-nés des animaux. 30  Pharaon se leva de nuit, lui et tous ses serviteurs, et tous les Égyptiens ; et il y eut de grands cris en Égypte, car il n'y avait point de maison où il n'y eût un mort. 31 Dans la nuit même, Pharaon appela Moïse et Aaron, et leur dit : Levez-vous, sortez du milieu de mon peuple, vous et les enfants d'Israël. Allez, servez l'Éternel, comme vous l'avez dit. 32  Prenez vos brebis et vos bœufs, comme vous l'avez dit ; allez, et bénissez-moi. 33 Les Égyptiens pressaient le peuple, et avaient hâte de le renvoyer du pays, car ils disaient: Nous périrons tous. 34 Le peuple emporta sa pâte avant qu'elle fût levée. Ils enveloppèrent les pétrins dans leurs vêtements, et les mirent sur leurs épaules. 35 Les enfants d'Israël firent ce que Moïse avait dit, et ils demandèrent aux Égyptiens des vases d'argent, des vases d'or et des vêtements. 36 L'Éternel fit trouver grâce au peuple aux yeux des Égyptiens, qui se rendirent à leur demande. Et ils dépouillèrent les Égyptiens. 37 Les enfants d'Israël partirent de Ramsès pour Succoth au nombre d'environ six cent mille hommes de pied, sans les enfants. 38 Une multitude de gens de toute espèce montèrent avec eux; ils avaient aussi des troupeaux considérables de brebis et de bœufs. (LSG)

 

Cette multitude mélangée en est venue à faire partie d'Israël.

 

Par le Messie, le Salut devait donc être étendu aux Païens aussi. Le Dîner du Seigneur fait partie de la procédure de ce festival. Le Dîner du Seigneur est la première nuit, celle du Quatorze du Premier mois. Puis, la deuxième nuit, celle du Quinze, est le repas de la Pâque, qui symbolise l'unification du monde dans Israël, sous le Messie.

 

Tous nos gens s'en souviendront pour toujours :

 

Exode 13:14-16 14 Et lorsque ton fils te demandera un jour : Que signifie cela ? tu lui répondras : Par sa main puissante, l'Éternel nous a fait sortir d'Égypte, de la maison de servitude ;15 et, comme Pharaon s'obstinait à ne point nous laisser aller, l'Éternel fit mourir tous les premiers-nés dans le pays d'Égypte, depuis les premiers-nés des hommes jusqu'aux premiers-nés des animaux. Voilà pourquoi j'offre en sacrifice à l'Éternel tout premier-né des mâles, et je rachète tout premier-né de mes fils. 16 Ce sera comme un signe sur ta main et comme des fronteaux entre tes yeux; car c'est par sa main puissante que l'Éternel nous a fait sortir d'Égypte. (LSG)

 

Il anticipe aussi le prochain Exode, qui arrivera par la main puissante de Dieu.

 

Ésaïe 66:18-24 18 Je connais leurs œuvres et leurs pensées. Le temps est venu de rassembler toutes les nations et toutes les langues ; Elles viendront et verront ma gloire. 19 Je mettrai un signe parmi elles, et j'enverrai leurs réchappés vers les nations, à Tarsis, à Pul et à Lud, qui tirent de l'arc, à Tubal et à Javan, aux îles lointaines, qui jamais n'ont entendu parler de moi, et qui n'ont pas vu ma gloire ; Et ils publieront ma gloire parmi les nations. 20 Ils amèneront tous vos frères du milieu de toutes les nations, en offrande à l'Éternel, sur des chevaux, des chars et des litières, sur des mulets et des dromadaires, à ma montagne sainte, à Jérusalem, dit l'Éternel, comme les enfants d'Israël apportent leur offrande, dans un vase pur, à la maison de l'Éternel. 21 Et je prendrai aussi parmi eux des sacrificateurs, des Lévites, dit l'Éternel. 22 Car, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l'Éternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom. 23 À chaque nouvelle lune et à chaque sabbat, toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l'Éternel. 24 Et quand on sortira, on verra les cadavres des hommes qui se sont rebellés contre moi ; Car leur ver ne mourra point, et leur feu ne s'éteindra point ; Et ils seront pour toute chair un objet d'horreur. (LSG)

 

Cette nuit n'est donc pas seulement dans le passé. Elle est dans l'avenir et l'Écriture ne peut pas être anéantie.

 

Jérémie 6:16-19 16 Ainsi parle l'Éternel : Placez-vous sur les chemins, regardez, et demandez quels sont les anciens sentiers, quelle est la bonne voie; marchez-y, et vous trouverez le repos de vos âmes ! Mais ils répondent : Nous n'y marcherons pas. 17 J'ai mis près de vous des sentinelles : Soyez attentifs au son de la trompette ! Mais ils répondent : Nous n'y serons pas attentifs. 18 C'est pourquoi écoutez, nations ! Sachez ce qui leur arrivera, assemblée des peuples ! 19 Écoute, terre ! Voici, je fais venir sur ce peuple le malheur, fruit de ses pensées ; Car ils n'ont point été attentifs à mes paroles, ils ont méprisé ma loi. (LSG)

 

Nous sommes exigés de rétablir les anciennes voies et de retourner à la loi. Nous sommes exigés d'abolir les calendriers des païens et les mystères babyloniens établis sous les traditions des Rabbins, sous Hillel II, en 358 EC.

 

Ecclésiaste 3:15 Ce qui est a déjà été, et ce qui sera a déjà été, et Dieu ramène ce qui est passé. (LSG)

 

Nous sommes exigés de restaurer la vérité, donnée déjà.

 

Romains 15:4 Or, tout ce qui a été écrit d'avance l'a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Écritures, nous possédions l'espérance. (LSG)

 

Celui qui essaye de tordre les Écritures pour changer la loi et changer les temps et les saisons n'est pas du royaume de Dieu. De même que le Sabbat subsiste, il en est aussi pour les Nouvelles Lunes et les Fêtes de Dieu. Le Jour des Expiations ne peut pas plus être reporté que le Sabbat ou les Nouvelles Lunes ou la Pâque. Elle sera mangée dans une maison (Exode 12:46).

 

Exode 12:42 Cette nuit sera célébrée en l'honneur de l'Éternel, parce qu'il les fit sortir du pays d'Égypte ; cette nuit sera célébrée en l'honneur de l'Éternel par tous les enfants d'Israël et par leurs descendants. (LSG)

 

Veillez donc, car vous ne savez pas quand le fiancé viendra (Matthieu 25:13).

 

Marc 13:30-37 30 Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive. 31 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. 32 Pour ce qui est du jour ou de l'heure, personne ne le sait, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seul. 33 Prenez garde, veillez et priez ; car vous ne savez quand ce temps viendra. 34 Il en sera comme d'un homme qui, partant pour un voyage, laisse sa maison, remet l'autorité à ses serviteurs, indique à chacun sa tâche, et ordonne au portier de veiller. 35 Veillez donc, car vous ne savez quand viendra le maître de la maison, ou le soir, ou au milieu de la nuit, ou au chant du coq, ou le matin ; 36  craignez qu'il ne vous trouve endormis, à son arrivée soudaine. 37 Ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez. (LSG)

 

Cette Génération, mentionnée par Christ, dans Marc 13:30, est la dernière génération. Dans une génération ou quarante ans, toutes les guerres de la fin viendront à passer. Pendant ces quarante ans, le Mesurage du Temple et tous les travaux de la fin seront achevés (voir l'étude Le Mesurage du Temple [137]). Le Messie retournera et la Loi sera restaurée. Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître viendra.

 

Cantique des Cantiques 5:2

J'étais endormie, mais mon cœur veillait...

C'est la voix de mon bien-aimé,

qui frappe :

- Ouvre-moi, ma sœur, mon amie,

Ma colombe, ma parfaite !

Car ma tête est couverte de rosée,

Mes boucles sont pleines des gouttes de la nuit. -

 

(voir l'étude Le Cantique des Cantiques [145]).

 

En 2027/28, nous verrons le jubilé et la restauration.

 

Nous avons aussi un devoir envers le Dieu vivant.

 

Actes 20:28-35 28 Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Église du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang. 29 Je sais qu'il s'introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n'épargneront pas le troupeau, 30 et qu'il s'élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. 31 Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n'ai cessé nuit et jour d'exhorter avec larmes chacun de vous. 32 Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l'héritage avec tous les sanctifiés. 33 Je n'ai désiré ni l'argent, ni l'or, ni les vêtements de personne. 34 Vous savez vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi. 35 Je vous ai montré de toutes manières que c'est en travaillant ainsi qu'il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir. (LSG)

 

Qu'il en soit dit ainsi de tous.

 

 

  

q