Les Églises Chrétiennes de Dieu

[114]

 

 

 

Proverbes 31 [114]

 

(Édition 2.0 19950520-20000211)

 

Ce texte le plus mal compris et le plus mal appliqué est examiné pour son intention spirituelle. Trop souvent, les femmes ont été soumises à ce texte par une théologie non éclairée. Le sens réel derrière les textes donne un réel pouvoir aux femmes et une plus grande responsabilité à l'Église.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1994, 1995, 2000 Wade Cox)

(Tr. 2010, rév. 2016)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/ et http:/french.ccg.org/

 

    

 Proverbes 31 [114]

 

Comprendre le Contexte de l'Intention Spirituelle de Proverbes 31

Cette étude est une comparaison de l'Église de Dieu du vingtième siècle avec la femme de Proverbes 31. Nous verrons comment l'Église au vingtième siècle a été préparée pour être une femme selon Proverbes 31 et la façon dont chacun des membres de l'Église de Dieu est préparé au vingt et unième siècle pour être des servantes de la femme de Proverbes 31. Ce n'est pas vraiment l’histoire d'une femme ; c'est l'histoire de l'Église dans sa relation avec Jésus-Christ. C'est l'histoire des élus.

 

Christ nous a dit très clairement que les Païens dominent sur leurs peuples, mais qu’il ne devrait pas en être ainsi avec nous ; que sa plus grande injonction était que nous devions être des dirigeants serviteurs. Nous devions élever et responsabiliser, nous devions panser les cœurs brisés, nous devions guérir les malades, et nous devions les tenir sur leurs pieds, et nous devions préparer Israël pour le Royaume de Dieu. Nous devions annoncer le salut aux Païens, en son nom.

 

L'Église pendant deux mille ans a été un système antihiérarchique. Nous avons été interdits de toute structure hiérarchique dans l'Église. Chaque fois que cela s'est produit, nous avons été attaqués et nous avons été obligés de nous séparer du système apostat et de nous réorganiser nous-mêmes et de démarrer une nouvelle Église.

 

Dans les années 1930, un élément de l'Église a été réorganisé. Ce n'était qu'un élément de l'Église de Dieu, mais il devint tout à fait un élément important parmi le peuple américain. Il a créé un système de gouvernement hiérarchique basé sur un système catholique. Cela peut être correctement considéré comme faisant partie de la doctrine des Nicolaïtes. La doctrine des Nicolaïtes venait prétendument de Nicolas (Nicolaus), mais elle venait tout simplement de deux mots. Nikos : signifiant conquérir ou dominer, et laitoons : signifiant le peuple d'où le terme laïcs comme distincts du ministère. Christ a dit qu'il hait la doctrine des Nicolaïtes. Cette question a été examinée sous tous ses aspects complexes (voir l'étude Les Nicolaïtes (No. 202)). La raison pour laquelle Christ déteste la doctrine dans un aspect est parce qu'elle brise les frères. Elle ne permet pas à l'Église d’être une femme comme dans Proverbes 31. Elle ne permet pas aux servantes de l'Église de devenir des épouses comme dans Proverbes 31. Nous sommes tous tenus d’être des épouses comme dans Proverbes 31. Proverbes 31 ne se rapporte pas à des femmes entièrement. Nous sommes tous prêts à être des épouses de Christ. Nous devons tous être prêts à être des épouses, comme des êtres humains avec pouvoir spirituellement dirigés, et d'être prêts à faire partie du Royaume de Dieu.

 

Ces choses n’étaient pas généralement vraies de tous les membres. Ce qui s'est passé est que la structure hiérarchique et non-responsable avait tendance à influencer les gens, pour qu'ils deviennent ces choses. Les personnes qui ne l’étaient pas, ont été identifiées, isolées et retirées de l'Église. Elles ont été chassées. Ce qui s'est passé, c'est que soixante à soixante-dix pour cent de tous les membres baptisés de cette Église en Amérique, en Australie et en Angleterre ont été appelés, baptisés, et exclus de l'Église ; excommuniés ou forcés de quitter l'Église, parce qu'ils ne cadraient pas avec les mœurs sociales et les goûts d'un ministère.

 

Nous avons une courte période de temps, afin de procurer un message à nos gens pour les amener au repentir, et pour les protéger. C'est parce que nos vies sont liées, et notre structure est liée à la façon dont nous nous occupons de notre propre peuple en tant que nation.

 

Le concept d’une place de refuge dissocie les élus du peuple dans lequel ils habitent. Cela provoque une division fondamentale entre le peuple et l'église. C'est pourquoi cette doctrine est fondamentalement erronée et contraire à la doctrine que Jésus-Christ a établie par les prophètes et les apôtres (cf. l’étude La Place de Refuge (No. 194)).

 

Il viendra un moment où nous cesserons de prier pour nos propres gens, car ils iront en captivité, comme les prophètes l’ont dit. "Ne priez plus pour ces gens". Mais ce n'est pas pour maintenant, et ce n'est pas ce que nous devons faire maintenant. Il sera tout à fait évident lorsque nous devrons cesser de prier pour ces gens.

 

Ce concept entier d'élitisme qui est développé par une structure ministérielle non-responsable hiérarchique est tout simplement fait pour engendrer la loyauté à une institution comme une entreprise. Cela découle d'une méconnaissance fondamentale de ce qu’était le baptême. On n'est pas baptisé dans une église. On est baptisé dans le corps de Christ. Nous sommes tous baptisés dans le corps de Christ, et si une église sort de piste, nous avons l'obligation de réorganiser et de recommencer, comme nous l'avons fait pendant deux mille ans. Cela n'a pas d'importance combien de fois on recommence, il importe seulement que nous obéissions à Jésus-Christ, et que nous développions son évangile, et que nous nous réunissions avec des gens partageant les mêmes idées pour faire le travail, et Dieu nous augmentera.

 

Le processus de conversion, et le repentir et le lavage du salut de Jésus-Christ, et le placement des péchés aussi loin que l'Est l’est de l'Ouest, sont une réalité. Le repentir continuel doit être compris par tous. Ce processus est que les gens, toutes sortes de gens, sont appelés dans l'Église. Ils sont tenus de surmonter leurs faiblesses, et il leur faut beaucoup de temps. Notre travail consiste à nous panser les uns les autres, à nous mettre sur pieds mutuellement, et à nous rendre forts mutuellement. Ce processus doit être développé. Ce processus est réduit à rien dans la structure hiérarchique. Les hiérarchies ont tendance à le faire. C'est la raison pour laquelle Christ a parlé contre eux dans l'attitude avec laquelle ils dominent. Le système de Dieu n'est pas un système hiérarchique, dans le sens de son leadership de serviteur. Il a l’autorité, mais l'autorité ne produit pas le genre de réactions que les hiérarchies du monde produisent. Nous avons une hiérarchie en termes de Dieu, Christ et l'Église, mais cette hiérarchie ne produit pas les relations du monde. Dans les hiérarchies du monde, les gens grimpent sur le dos de leurs frères pour obtenir le statut, et ils voient le statut dans les façons les plus bizarres. Ils peuvent être affectés à des emplois sans importance en fonction de leur relation avec le ministère. S’ils sont en bons termes avec le ministère, ils reçoivent des petites faveurs. S’ils sont en mauvais termes avec le ministère, ils peuvent être victimes de violence publiquement. Les gens sont victimes de violence dans un tel système parce qu'ils ne sont pas conformes à un processus de lavage de cerveau. C'est de cette façon que vous lavez le cerveau des gens. Vous ne cessez de les placer sous la pression jusqu'au moment où ils changent et modifient leur mode de comportement, s'accordent avec les mœurs que vous avez engagées dans l'Église et suspendent leur jugement. Le système hiérarchique est conçu pour suspendre le jugement individuel et pour forcer la conformité en vertu d'un régime autoritaire, de sorte qu'il n'y ait pas de discernement spirituel. C'est la raison pour laquelle le parti nazi a été en mesure de suspendre le jugement de ce qui semblait être des êtres humains raisonnables et de forcer l'holocauste. L'holocauste a été une conséquence directe de la suspension du jugement en vertu d'un régime dictatorial. Ce système a été lui-même produit par le système du courant dominant de l’Église catholique romaine et luthérienne de l'Europe avant la Seconde Guerre Mondiale. Si l'Église de Dieu, en vertu de ce système, eut été dotée d'un gouvernement mondial, il n'y aurait eu aucune différence entre elle et le parti nazi, absolument aucune. Elle aurait détruit les tribus, les groupes et les peuples.

 

Donc, tout ce concept et celui de la prophétie manquée et de l'examen critique de la doctrine de l'Église constituent une menace pour une Église hiérarchique, de sorte que ceux qui évaluent de façon critique les choses sont attaqués. Ce n'est pas la voix du berger. Que faisaient les Béréens ? Ils examinaient les Écritures chaque jour, prouvant toutes choses, pour savoir s’il en était ainsi. Prouver les choses bien ou mal et agir sur la preuve. Un exemple de cette approche a été observé dans la réaction à l’étude Les Élus en tant qu'Élohim (No. 1). Elle est allée sur un réseau électronique. Elle a été discutée dans toute l'Amérique. Un pasteur américain a fait un sermon qui disait (en attaquant l'auteur) que les Béréens prouvaient toutes choses, mais cela signifiait qu’ils examinaient les Écritures chaque jour et ont prouvé que toutes choses étaient vraies. Ils n'ont pas prouvé que les choses étaient erronées, et s’ils ne pouvaient pas comprendre, ils n’écrivaient pas de traités ou ce genre de chose. Ils ont attendu jusqu'à ce que l'Église l’introduise jusqu'à eux, et si cela a pris quatorze ans environ, cela n'avait pas d'importance. Ils se sont juste assis là et ont prouvé toutes choses correctes, mais non pas mauvaises. Ce genre de comportement irrationnel produit un acquiescement aveugle, et il rend incomplet le développement spirituel de l'individu. L'approche détruit la capacité des individus à se prendre en charge au nom de Jésus-Christ. Elle effectue le travail de l'adversaire pour lui.

 

Le résultat final de plusieurs années de ce genre de ministère a été de prendre les élus de ce monde, et de les traumatiser physiologiquement et psychologiquement au point où ils sont paralysés. Il est de notre devoir d'essayer d’affermir les gens. Maintenant, nous allons regarder ce que Proverbes 31 a à dire.

 

Le Texte

Il y a beaucoup à apprendre de Proverbes 31 quand on le regarde dans son ensemble et par rapport à son intention spirituelle. Il a généralement été considéré comme étant divisé en deux moitiés. Il ne doit pas être divisé en deux moitiés. Proverbes 31 est une leçon pour l'émancipation spirituelle de l'Église aussi. Regardons Proverbes 31:1-2 

Proverbes 31:1 Paroles du roi Lemuel. Sentences par lesquelles sa mère l’instruisit.

 

Proverbes 31:2 Que te dirai-je, mon fils ? Que te dirai-je, fils de mes entrailles ? Que te dirai-je, mon fils, objet de mes vœux ? (LSG) 

Or, ces deux versets énigmatiques ont un véritable impact. Le Roi Lemuel n’a pas existé. Il n'y a aucune trace d’un Roi Lemuel dans l'histoire des rois d'Israël. Qui était Lemuel ? Qu'est-ce que Lemuel signifie ? Il ne s'agit pas d'un roi mythique du tout. Les mots qui composent le mot Lemuel sont deux mots ; Lemo (vers) et El ou Dieu, et cela signifie vers Dieu, ou consacré à Dieu (Isaiah da Trani, Mesudath David ; voir Soncino). Il s'agit de l'objet et du sens du texte dans Jean 1:1: Au commencement était la Parole et la Parole était vers Dieu et [élohim : Ps. 45:6-7] était la parole (cf. A. E Knoch Concordant Interlinear NT)

 

C'est aussi un message pour les Élus. Le concept est développé par les rabbins (comme Agur ; Soncino) que sa mère dit en substance : Quoi ô mon fils ? Et quoi, ô fils de mes entrailles ? et quoi ô fils de mes vœux ? comme une censure. Cette mère est considérée d’être Bath-Shéba, et que Lemuel était Salomon. On ne sait rien d'un roi de ce nom. En liant le texte à la mère de Salomon, une histoire dans le Midrash raconte que Salomon épousa la fille de Pharaon le jour de la dédicace du Temple. Elle l’a tenu éveillé toute la nuit avec de la musique, alors qu'il a dormi tard dans la matinée, et étant donné qu’il a gardé les clés des portes du Temple sous son oreiller, le sacrifice du matin a été retardé, avec quoi sa mère est venue et lui a donné l'exhortation qui suit. La signification a été comprise par les rabbins. Ceux-ci ont relié le texte à l'ouverture du Temple et à la fille de Pharaon qui était une Égyptienne. Le concept d'avoir des femmes étrangères, ou des préoccupations égyptiennes (les choses du monde), éloigne les Élus de leur responsabilité à l'ouverture du Temple, en faisant partie de la fondation et des pierres à partir desquelles le Temple est construit. C’était le jour de la dédicace du Temple que cette négligence est présumée avoir eu lieu. La signification est que le texte se rapporte à la question de la dédicace du Temple. Nous devons être diligents et ne pas être détournés vers d'autres préoccupations mondaines. Ainsi, la remarque introductive    "Quoi mon fils et quoi ô fils de mes entrailles ?" est peut-être abrégée pour que dois-je te dire ? etc. qui est une censure préalable pour le manquement au devoir du Temple (voir aussi Isaiah da Trani).

 

Au verset trois, il est dit : 

Proverbes 31:3  Ne livre pas ta vigueur aux femmes, Et tes voies à celles qui perdent les rois. (LSG)

 

Ce texte fait référence aux soucis du monde. Les mots à celles qui perdent les rois, signifie littéralement à la cause des rois d'être effacés en d'autres termes, perdre notre spiritualité. Ainsi, l'intention littérale de la cause des rois d'être effacés est de se livrer à un comportement qui mène à la révolte de la population et à la destruction d'une dynastie. La terminaison au pluriel des rois est la forme araméenne, (Ibn Ezra) de sorte qu'il ne fait aucun doute que c’est au pluriel, et que nous parlons de rois. Ce dont il est question, ce sont les Élus et la pertinence des Élus de devenir des rois et des sacrificateurs dans le Royaume de Dieu. Le verset quatre dit : 

Proverbes 31:4   Ce n’est point aux rois, Lemuel, Ce n’est point aux rois de boire du vin, ni aux princes de rechercher des liqueurs fortes, (LSG) (Ni aux princes à dire : Où est la vraie boisson forte ? (Soncino)).

 

Or, ce concept est le suivant : Il n'est pas convenable pour les rois d’être en état d'ébriété. Cela les rend indignes, et perd pour eux, le respect de leurs sujets, ainsi émousse leur jugement et exerce leur concupiscence. Donc, nous ne parlons pas de boire du vin en soi, nous parlons de l'intoxication. En se référant à Lemuel ici, la Soncino dit : 

La forme hébraïque du nom ici est Lemoel, peut-être une allusion à sa dérivation, comme pour dire que cela est particulièrement indigne de quelqu’un qui porte un nom avec une signification (consacré) à Dieu (Rabbin Rachi) 

Rashi a compris cela comme étant consacré à Dieu, et que c’était particulièrement inconvenant pour ceux qui sont consacrés à Dieu. En d'autres termes, il s'agit des Élus. Les mots à dire font défaut dans le texte, mais le concept est requis par le mot kere ou où est ? (Ralbag, Isaiah da Trani ; Soncino). Ce n'est pas aux Princes (à dire) Où est la vraie boisson forte ? de peur qu'ils boivent et oublient ce qui est décrété et pervertissent la justice due à ceux qui sont affligés. Ce concept signifie que les Élus peuvent s'enivrer avec leurs préoccupations et leurs festins et leurs vies personnelles, et oublier la loi, et aussi, du fait d’oublier la loi, ils pervertissent la justice due à ceux qui sont affligés. 

Proverbes 31:5  De peur qu’en buvant ils n’oublient la loi, Et ne méconnaissent les droits de tous les malheureux. (LSG)

 

L'hébreu est singulier ; chacun d'eux boit et oublie à partir du verset 5 (Daath Mikra), et ce qui est décrété est compris (par Meiri) d’être les lois nationales et, de là, agir inconstitutionnellement. Ce concept d'oublier les lois nationales et d'agir inconstitutionnellement a été reflété dans les Élus au cours des quarante dernières années. Nous avons vu les constitutions des Églises effectivement déchirées, nous avons vu de faux documents soumis aux autorités de l'état. Nous avons vu des irrégularités flagrantes dans la gestion d'argent, telles que ces choses [et] une telle auto-indulgence, contrevenaient à l'intention des principes bibliques, comme nous pouvons le voir de l'intention du verset 5 de Proverbes 31. Les fonctionnaires ont entravé le cours de la justice. Les gens pourraient opter, et ont opté pour la justice, et n'ont rien reçu. En fait, certains ont été excommuniés parce qu'ils ont parlé. Les gens ont été trompés et on leur a menti et ils ont été affligés, et n’ont pas été pansés et, par conséquent, ont été brisés. Ce concept est particulièrement prononcé contre les Élus ici, alors que la justice et la droiture sont le même mot en hébreu. Si vous pervertissez la justice, vous pervertissez la droiture. C'est la même chose. Vous ne pouvez pas être droit sans être juste. L'Église a la responsabilité de juger de ses propres affaires. Si quelqu'un porte une affaire à l'Église, l'Église doit juger avec justice. Vous ne pouvez pas favoriser les personnes, et vous ne pouvez pas ignorer l'injustice. Vous ne pouvez pas la retarder. Cela doit être rapide, et cela doit être complet, et cela doit être miséricordieux. Ainsi, les principaux secteurs de l'Église du XXe siècle ont échoué dans toutes ces injonctions jusqu'au verset 5. Un secteur entier de l'Église a dû faire face à l'adoration d'un faux dieu. Beaucoup ont échoué parce qu'ils ne sont pas habilités à agir. Ils sont paralysés ; liés dans le système, par leur conditionnement. Les ministres ont été en larmes sur l'ensemble du processus. Il est prophétisé qu'il en sera ainsi. Ils pleureront tous sur cette structure d'ensemble, mais ils sont piégés dans un système qui leur a lavé le cerveau, de sorte que non seulement beaucoup de frères sont incapables d'agir et d’un juste jugement, mais aussi le ministère lui-même est incapable d’un juste jugement, parce que être juste exige que l'on agisse sur la logique de notre jugement. La sentence doit être effectuée à partir de votre jugement. Maintenant, si vous dites que ce sujet est idolâtre, il faut agir sur le jugement que vous faites. Vous ne pouvez pas dire : Ceci est faux, mais je vais continuer avec l'erreur, Christ est en charge, Christ va intervenir. Nous sommes habilités par Jésus-Christ pour juger et agir sur ce jugement. Lorsque nous prendrons en charge la structure millénaire, le jugement nous sera donné au nom de Jésus-Christ. Christ ne va pas agir pour nous. Christ ne va pas intervenir, si nous sommes quelque part en Asie, en agissant depuis Jérusalem, en jetant un regard sur les nations. Le pouvoir d’agir nous sera délégué. Nous verrons cela plus tard dans les Proverbes. C’est notre délégation de pouvoir qui nous permet d'agir, et nous devons être habilités à agir en vertu de cette délégation. Ce qui se passe est que l'Église a été paralysée. La capacité de son peuple à agir en vertu de la délégation et à agir en juste jugement est paralysée. Autrement dit, il ne peut pas logiquement se contraindre à une action fondée sur sa connaissance du bien et du mal. C'est une erreur fondamentale qui rend une personne impropre pour le Royaume de Dieu, et c'est pourquoi cette Église sera vomie de la bouche de Dieu.

 

Il est dit aux versets 6-7 : 

Proverbes 31:6 Donnez des liqueurs fortes à celui qui périt, Et du vin à celui qui a l’amertume dans l’âme ; 7 Qu’il boive et oublie sa pauvreté, Et qu’il ne se souvienne plus de ses peines. (LSG)

 

Ce concept de donner des boissons fortes, bien que abusé, a été déprécié, et l'ivresse sévèrement dénoncée, c’est de Proverbes 23:29ff. Il a été évalué que les alcools ont leur bon usage. Le vin réjouit le cœur de l'homme du Psaume 114:15 et a été créé par Dieu à cet effet. 

Si le roi devait pratiquer l'abstinence, il avait aussi l'obligation de fournir du vin à ceux qui avaient besoin d'en bénéficier, (selon Saadia Gaon ; Soncino). 

Cette fourniture de vin est l’approvisionnement de moyens de subsistance, et l’approvisionnement de force spirituelle. Tous les dirigeants ont la responsabilité de donner à leurs subordonnés les moyens d'agir et de comprendre dans la connaissance et dans la justice. C'est la préparation des saints. À celui qui est prêt à périr signifie que ce sont ceux qui sont brisés dans l'esprit qui sont passés dans ou appelés dans les Élus. Ils sont donnés aux Élus pour être fortifiés. Ils sont tenus d'être pansés et de recevoir un appui réparateur. Le concept de boisson forte est le concept de la fortification. Souvent, on donne une goutte de cognac à des gens qui sont fatigués comme boisson forte en tant que fortifiant, et cela était la compréhension des rabbins. Par amertume dans l'âme, on entend souffrir d’angoisse mentale, et sur ceux qui souffrent d'angoisse mentale, (soutient Rachi) cela agirait comme un stimulant. Le concept est qu'il y a un élément spirituel à ce vin. Cela se réfère aux offrandes de vin, aux libations, et que nous sommes répandus comme une offrande de boisson pour le Seigneur, à bien des égards. Notre développement est tel que nous avons la responsabilité de panser jusqu'au moindre de nous tous, de relever tous les autres, et de leur donner des encouragements. Il ne s'agit pas de dire simplement, "Oh, regarde, ils sont spirituellement faibles". Nous sommes tous spirituellement faibles d'une manière ou d'une autre. Le fort spirituellement a la responsabilité de soulever et d’élever le plus faible spirituellement à son niveau. Nous avons tous la responsabilité de nous préparer en vue de faire davantage de travail. Nous devons soulever un grand nombre de personnes qui sont mentalement estropiées. Ce concept va ensuite dans celui du règne juste. Les versets 8 et 9 disent : 

Proverbes 31:8-9  Ouvre ta bouche pour le muet, Pour la cause de tous les délaissés. 9 Ouvre ta bouche, juge avec justice, Et défends le malheureux et l’indigent. (LSG)

 

Le concept du muet est employé au sens figuré. Si la personne, pour une raison quelconque, est incapable de plaider sa propre cause (de Metsudath David ; Soncino), les capables doivent être les porte-parole. Ils sont tenus de veiller à ce que tout le monde comprenne les exigences de la loi et du salut. Les élus sont tenus de plaider leur cause dans la prière. On ne peut pas donner à quelqu'un à moins qu'on ne prie et ne jeûne pour lui. David priait et jeûnait pour ses ennemis. Il devrait y avoir un concept de restauration avec ménagement. Au lieu de cela, ce que nous voyons est, Seigneur, occupe-toi de cette personne, brise-la, humilie-la, pousse-la par terre. Chacun d'entre nous, à un moment donné, s’est rendu coupable de cela à des degrés divers. Ce processus de pensée est en soi pharisaïque. L'autosatisfaction [ou être juste à ses propres yeux] est le seul péché qui ne peut pas être facilement traité par Dieu, parce que l'auto-justice abaisse quelqu'un d'autre et nous élève. C'est pourquoi Christ a traité de l'exemple du Pharisien et du publicain (le collecteur d'impôts), où le publicain dit, aie pitié de moi, un pécheur, et le Pharisien disait, merci Seigneur, que je ne suis pas comme les autres hommes. Le concept doit être que nous estimions d’autres meilleurs que nous-mêmes et, en faisant cela, nous pouvons élever les gens. C'est une des raisons pour lesquelles la direction d'une structure hiérarchique s’effondre toujours, parce que les gens qui veulent arriver au sommet sont les moins équipés [adaptés] pour se rendre au sommet. C'est une question d'observation. La préséance sera donnée aux gens les plus grands et les plus ostentatoires. Le privilège et le pouvoir sont donnés aux flagorneurs. Le comportement de flatteur est récompensé, afin de traverser la défense des Élus, parce que les Élus estiment les autres meilleurs qu'eux. Les personnes converties qui sont tout à fait capables d’exécuter en force disent, oh non, il est meilleur pour le faire, je pense que nous devrions lui donner l'occasion. C'est un processus de pensée transformée, et c'est pourquoi les Élus finissent toujours en bas, car ils élèvent les personnes au-dessus d’eux-mêmes, et ces gens qui ne sont pas convertis, gravitent autour de ces positions pour l'amour du pouvoir. Ils doivent se lever vers le haut et, quand ils n’obtiennent pas leur manière, ils essaient de détruire l'organisation ou de faire autre chose. Mais, le processus réel est que nous devons remonter les gens. Si quelque chose ne va pas, nous avons l'obligation de le dire.

 

Lorsque Moïse descendit du Sinaï, et qu’ils construisirent le veau d'or, Moïse a fait une chose. Il n'a pas dit, Eh bien, écoutez les gars, je pense que nous allons procéder à un vote, ou nous devrions attendre que Christ fasse quelque chose. Moïse a agi tout de suite. Il s’est tenu sur le côté et a tiré son épée et avec les Lévites tua trois mille hommes (Exode 32:24-28). Maintenant, cela nous raconte comment Jésus-Christ s’en est occupé. Nous avons l'obligation d'extirper l'idolâtrie, et d’y faire face. C'est la façon dont Christ intervient, parce qu'il nous rend capables d'agir, et c’était l'exemple qui aurait dû être utilisé. Notre Souverain Sacrificateur nous a habilités à agir. Lorsque Phinée (Phineus) a vu l'idolâtrie, Phinée est entré et a enfoncé un javelot à travers ces deux personnes dans la tente. Il n'a pas attendu qu’on le lui dise.

 

Le processus d'autonomisation des populations, et de parler pour les gens qui sont muets, menant à un juste jugement, est tel que ceux qui ne peuvent obtenir un jugement juste doivent être garantis d’un juste jugement par les Élus. Nous devons inspecter la terre, à la recherche du bien-être de notre peuple. C'est ce que nous allons faire dans le Millenium. Nous allons inspecter la terre, et nous allons élever les gens. Nous allons leur parler. Une voix sera à leur oreille disant : ceci est le chemin, marchez-y. Ce sera nous. En tant qu’êtres spirituels, nous devrons être habilités à relever tous ces gens. Nous devons apprendre à le faire d'abord ici. Nous devons apprendre à être capables de parler à l'oreille des gens qui ont besoin d'orientation, et c'est pourquoi nous devons apprendre à parler.

 

Le concept du verset huit est : Ouvre ta bouche pour le muet, et dans la cause de tous ceux qui, comme tels, sont nommés à la destruction. Nommés à la destruction signifie littéralement, tous les fils de passage, et Rachi explique cela comme les orphelins qui ont perdu leurs défenseurs, et Ibn Ezra, comme les hommes passibles de la peine de mort. Nous avons tous été sous la peine de mort, c'est ce que ce texte veut dire. Tous les élus de la nation d'Israël qui ne sont pas appelés sont sous la peine de mort. Nous ne sommes pas sous la peine de mort. Nous sommes sous le jugement maintenant. Nous avons donc l'obligation de parler pour Israël qui est sous la peine de mort. Nous devons édifier ces gens-là. Meiri et Isaiah da Trani expliquent ce texte en ce sens : tous les mortels qui finiront par passer du monde. Nous le voyons donc, les rabbins en comprennent l’exemple le plus large. C’est le Royaume d'Israël qui a la responsabilité. Ce sont les rois (les Élus) qui ont une responsabilité pour tous les mortels, en les soulevant et en parlant pour ceux qui sont muets. Nous avons la responsabilité d'intercéder auprès de Dieu, à travers les vingt-quatre vieillards, en parlant directement à Dieu, au nom de Jésus-Christ, de sorte que l'Armée Angélique dans sa structure, son Conseil, intercède littéralement pour eux, et ils agiront à notre demande. C'est pourquoi les vingt-quatre vieillards ont en leur possession les coupes remplies des prières des saints, les coupes d'or. Ce sont nos prières qui intercèdent pour le muet, pour les mortels qui sont destinés à être détruits. Ce n'est pas seulement une injonction au Roi Salomon. Il s'agit d'une injonction spirituelle pour nous. Salomon n'avait pas à régner sur tous les mortels.

 

Donc, nous passons ensuite la première section. La première section traite donc de la Royauté, et ces rois sont en fait des épouses de Christ. C'est pourquoi Proverbes 31 est en deux sections. Les rois eux-mêmes, les Élus, sont en réalité à la fois rois et femmes. Il y a une dualité dans Proverbes 31. Chacun de nous est une épouse de Christ.

 

Proverbes 31:10-11  Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles. 11 Le cœur de son mari a confiance en elle, Et les produits ne lui feront pas défaut. 

Maintenant, cela concerne les paraboles. Son mari, Jésus Christ, a confiance dans l'Église et dans les Élus, et il ne manque pas de gain, parce que les Élus travaillent pour Christ en amenant les personnes en jugement. Selon les commentaires de la Soncino sur la femme idéale, il a été fait mention si souvent de la femme infidèle dans les Proverbes, que le compilateur a peut-être jugé bon de mettre fin à l'ouvrage avec un vibrant hommage à la bonne épouse. Ce n'est pas pour quoi cela a été fait du tout. Le livre des Proverbes a été terminé avec un vibrant hommage aux Élus, et avec leur responsabilité en vertu de tous les Proverbes, et la sagesse qui est donnée par l'Esprit Saint pour habiliter les Élus dans les derniers jours, afin d'entrer en jugement. C'est pourquoi ce chapitre met fin au livre des Proverbes.

 

L’ouvrage est une composition distincte et autonome comme le montre le fait qu'il est construit dans la structure d'un acrostiche alphabétique. 

La femme idéale est décrite comme un gestionnaire habile de la maison, et une bénédiction pour sa famille. Son mari est autorisé à se consacrer aux affaires publiques, et est un membre respecté de la communauté. Sa vie n'est pas égocentrique, elle est charitable envers les pauvres, et bonne pour tous. Il a été vraiment dit : ‘Rien dans la littérature ancienne est égale à cette attestation remarquable à la dignité et l'individualité de la femme’ (Abrahams ; Soncino). Très probablement, le poème fut le travail d'un enseignant qui préconisait une maison monogame en tout cas, en accord avec une opinion partagée à travers les Proverbes, le ménage était gouverné par une femme. Selon l'usage traditionnel, ce poème est récité dans une maison juive à la veille du Sabbat (PB. p. 123). Il a fixé une norme élevée de la qualité d’être une femme, qui a été adoptée, et a été une réalité dans de nombreux foyers juifs (Soncino).

 

La raison pour laquelle il était récité à la veille du Sabbat est parce que nous sommes utilisés afin que le monde puisse entrer dans le Sabbat, le Repos Millénaire de Jésus-Christ, et nous devenons les épouses de Jésus-Christ afin d'aider à diriger la famille humaine. Nous agissons ensuite en tant que parents avec Jésus-Christ afin d’amener la famille humaine en jugement et au salut. Nous sommes symbolisés comme les épouses de Christ parce que nous devenons parents avec Christ de la famille humaine.

 

Le concept de a confiance, c'est que le mari a pleine confiance dans sa gestion de l'économie domestique (selon Metsudath David). Les Élus ici gèrent l'économie domestique. Ce qui s'est passé avec les structures hiérarchiques de gouvernement d'Église telles qu'elles ont enseigné, était que, parce que l'autoritarisme a été poussé au ministère et du ministère aux individus, les individus avaient tendance à être marginalisés. Les hommes exerçaient ce peu d'autorité qu’il restait, en disant à leurs épouses comment faire fonctionner les cuisines, ce qu'il faut faire à la maison, combien d'argent dépenser, ou quoi que ce soit d’autre. L'autoritarisme, a effectivement volé l’autorité par rapport aux niveaux où elle aurait dû être exercée. L'Église moderne de Dieu, par son approche autoritaire, a détruit la capacité du peuple à exercer un jugement éclairé à tous les niveaux. C'est une erreur qui doit être surmontée. Les gens doivent apprendre à être habilités comme les Proverbes donnent plein pouvoir aux gens. Ce n'est pas un concours pour l'autorité. C'est une question d'exercer un jugement rationnel dans une relation affectueuse. Maintenant, cela s'étend au-delà des familles individuelles, dans l'Église comme un tout. L’autorité ne doit pas être prise. L'autorité est en fait déléguée. Plus l'autorité est déléguée, plus les gens à qui l’autorité est déléguée sont efficaces et plus responsables, et matures. Nous devons servir les gens, les amener à nous remplacer. Notre objectif est de faire de chaque personne dans l’Église une personne capable de faire le travail du ministère, chacune d’elles. Lorsque nous aurons tout le monde à un niveau de compréhension, où ils sont tous habilités comme épouses de Christ, nous aurons atteint notre but, et nous apporterons de plus en plus de gens, afin de les élever au point où ils seront tous habilités par l'Esprit Saint. Ce n'est pas une question de faire des armées d'esclaves. C’est une question de faire des armées de fils de Dieu engendrés spirituellement avec puissance. Maintenant, nous passons par le texte suivant.

 

Proverbes 31:12  Elle lui fait du bien, et non du mal, Tous les jours de sa vie. 

Cela signifie qu'elle justifie pleinement la confiance qu’il place en elle.

 

Proverbes 31:13 Elle se procure de la laine et du lin, Et travaille d’une main joyeuse. 

Le sens est qu'elle se soucie de s’assurer qu'il y a une ample provision de matériel à partir duquel faire les vêtements nécessaires (cela est selon Rachi et Metsudath David). Le concept est que l'Église prépare des vêtements pour d'autres personnes, pour les enfants ou la famille. Nous avons une responsabilité non seulement de préparer nos propres vêtements, mais aussi de préparer des vêtements pour d'autres personnes pour les aider à entrer en jugement, et de s’assurer qu'il existe une ample provision de ces vêtements pour le jugement. En d'autres termes, nous avons la responsabilité de préparer l'information et la nourriture spirituelle qui permettront aux gens d'être revêtus d'habits de la justice, et nous le faisons, non seulement par l'impression de la parole de Dieu, mais aussi par nos propres soins personnels et soucis l'un pour l’autre, et pour le monde, à travers nos prières et notre développement.

 

Le concept selon lequel elle travaille volontiers avec ses mains est littéralement, elle fait selon le bon plaisir de ses mains. 

Elle travaille la matière dans les meilleurs vêtements, son travail en étant un de plaisir. C'est comme si les mains elles-mêmes prennent plaisir au travail (selon Rachi ; Soncino).

 

Il s'agit de la paix et de la joie qui viennent de l'Esprit Saint. Toutes nos actions doivent être de paix, de joie et d'amour, et notre paix surpasse toute intelligence.

 

Proverbes 31:14   Elle est comme un navire marchand, Elle amène son pain de loin. 

Maintenant, comme un navire marchand est tenu de dire ce qui importe des marchandises de pays lointains ; 

de même, elle ne dépend pas pour ses provisions des sources à portée de main, mais les cherche de loin, pour obtenir les plus belles disponibles (Daath Mikra ; Soncino).

 

Bien sûr, le symbolisme est très clair. Notre salut vient de loin, par l'Esprit Saint. Ainsi, notre nourriture vient de loin. Notre nourriture est de faire la volonté de Celui qui nous a envoyés (Jean 4:34).

 

Proverbes 31:15  Elle se lève lorsqu’il est encore nuit, Et elle donne la nourriture à sa maison Et la tâche à ses servantes. 

C'est avant l'aube, pour cuire le pain, et préparer la nourriture nécessaire pendant la journée (selon Malbim ; Soncino). Ce donne la nourriture à sa maison, et une portion à ses servantes est directement contraire à une conception hiérarchique selon laquelle l'Église est tenue de donner des portions aux servantes en son sein. Ce n'est pas en termes de dire aux servantes ce qu’elles pensent et ce qu'elles ne pensent pas. C’est leur donner la nourriture, de sorte qu'elles soient bien outillées pour faire leur travail. Ses filles signifie les servantes de la maison. Elles aussi sont les objets de soins industrieux (de Malbim). Si les servantes ne sont pas gardées correctement instruites, si elles ne reçoivent pas de soins appropriés, elles ne sont pas en mesure de remplir leurs lampes avec l’Esprit Saint, et elles deviennent une partie des vierges folles, et non les sages. Elles sont séparées, de sorte que, garder les servantes dans la classe sage dans la première résurrection exige un entretien diligent et travailleur par l'Église sous l'Esprit Saint.

 

Proverbes 31:16  Elle pense à un champ, et elle l’acquiert ; Du fruit de son travail elle plante une vigne.

 

Elle examine la valeur d'un morceau de terre qui est à vendre, et étant satisfaite, l’ajoute à la succession de la famille (de Metsudath David). 

Ce concept est repris de : chacun de nous a la responsabilité de ceux au sein de notre foyer, et ceux dans notre assistance, afin de les amener à la succession. Nous examinons ensuite d’autres champs, et amenons ces personnes dans la productivité de l'Église.

 

Avec le fruit de ses mains, elle plante une vigne : Christ est le vigneron. Christ prend alors ce que nous avons planté et taille les arbres. Nous passons ensuite par le processus expliqué par la parabole quand ils viennent en jugement. Dans la parabole des vignerons des arbres (Luc 13:7-9), Christ leur amène dans la séquence des trois ans de productivité ; la quatrième année, fertiliser ou tailler de nouveau ; la cinquième année de grâce ; la sixième année d'épreuves ; la septième année de repos, et ainsi de suite à travers les cycles de sept ans du Jubilé. Les vignes sont introduites dans les systèmes d'Église afin que Christ puisse les habiller et les rendre productives. Les cycles de sept ans sont utilisés afin de le faire par rapport à une norme. Les lois sont établies sur le soin des plantes, car il y a un aspect physique de prendre soin des plantes, et il y a un aspect spirituel aussi. Le physique reflète le spirituel. Les gens qui viennent dans l'Église ont trois ans où les choses apparaissent de nulle part, et ils sont aidés, et ils grandissent, et il y a de la joie et de l'allégresse. Dans la quatrième année, ils sont fertilisés, et ils sont prêts. Dans la cinquième année, une année de grâce leur est donnée, et la sixième année, l’Esprit Saint est réduit à son niveau le plus bas, et ils sont battus entre les deux yeux, afin qu'ils voient comment ils survivent et ce qu'ils ont appris.

 

Une épreuve est donnée aux appelés. Certaines personnes échouent leur test et elles doivent se relever. Dans la septième année, du repos leur est donné, et le cycle continue dans des niveaux plus élevés. Nous voyons comment cela est fait de l'exemple de Samson (voir Samson et les Juges (No. 73)).

 

On dirait que c'est un problème grave, mais c'est le concept de planter un vignoble. Nous plantons ce vignoble. Dieu produit les plants et nous dit quelles sont les vignes et qui sont les vignes, mais nous sommes ceux qui plantent la vigne. Jésus-Christ apprête alors la vigne. Dieu nous donne les plants. Nous les plantons. Jésus-Christ l’apprête, et l'Esprit Saint assure sa croissance. La prophétie nous dit dans Ésaïe 5:7 qui est ce vignoble : Car la vigne de l’Éternel des Armées, c’est la maison d'Israël.

 

Nous allons examiner ce concept du verset 16, de la plantation de la vigne, un peu plus à partir des commentaires de la Soncino. On entend par le fruit de ses mains, de l'argent accumulé suite à sa bonne gestion (selon Metsudath David). C’est le fruit des mains de l'Église, qui est en fait l'augmentation du Seigneur.

 

Et elle plante, c'est comme les déclarations la maison que moi (Salomon) j’ai construite de 1Rois 8:44. Cela ne signifie pas que le travail de plantation a été fait de ses propres mains (selon Ibn Ezra). Salomon est cité comme avoir construit le temple, et Salomon a à peine posé une brique. C’était Salomon qui l'a construit, sous la direction. C'est le concept : que chacun produit cette construction et que chacun dans l'Église développe le concept en tant qu’élément de celle-ci. Ainsi, un vignoble faisait partie d'une ferme correctement équipée, la scène idéale de 1Rois 5:5, chacun sous son arbre de vigne. Nous voyons la compréhension spirituelle de cela à partir du Nouveau Testament.

 

Proverbes 31:17 Elle ceint de force ses reins, Et elle affermit ses bras. 

Le verset dresse un tableau de ce qu’elle entreprend sa tâche avec vigueur. Le fait de ceindre ses reins de force : Ibn Ezra et David Metsudath comprennent qu'il s'agit d'une figure de style, de force comme une ceinture. C’est ainsi utilisé de Dieu dans le Psaume 93:1 Il s’est ceint de force (Soncino). Elle ceint de force ses reins comme Dieu s'est ceint de force. Donc, nous parlons de l'Église se ceignant de la force de Dieu. Cela renvoie au Psaume et aussi à Zacharie 12:8 Lorsque la maison de David sera comme Élohim, comme l'Ange de Yahovah devant eux.

 

Et qui affermit ses bras. Affermir ses bras se réfère au bras droit de Dieu et à la main droite qui est effectivement Jésus-Christ (Ps. 44:3), et nous sommes les bras de Dieu, si vous voulez l’exprimer ainsi.

 

Proverbes 31:18  Elle sent que ce qu’elle gagne est bon ; Sa lampe ne s’éteint point pendant la nuit. (LSG) 

Autrement dit, elle goûte sa marchandise et elle trouve suite à l'expérience (cf. Ps. 34:9 où le verbe est traduit considérer). Alors, elle contemple sur ce qu’est son produit, sur ce qu'elle fait. Nous sommes tenus de juger de ce que sont les fruits de nos activités, que nous pouvons méditer sur la loi de Dieu et déterminer ce que nous faisons, ou comment nous nous traitons [ou occupons] les uns les autres, et comment nous habilitons l'Église.

 

La lampe ne s’éteint point pendant la nuit. Il s'agit d'un concept traditionnel du Moyen-Orient. Metsudath David interprète les mots comme elle travaille pendant la première partie de la nuit, et se lève tôt (verset 15) pour augmenter ses revenus avec lesquels [elle fait]des affaires (Soncino).

 

Il y a une application diligente de l'étude en cause et (de la Soncino), éventuellement, la référence est au fait que, dans l’Est, ils avaient l’habitude de maintenir en permanence une lumière allumée dans la maison (cf. Jér. 25:10 ; Job 18:6). Le fait qu’elle s’éteigne était considéré comme un présage de malheur. Une maxime bédouine moderne est qu’il dort dans l'obscurité pour indiquer un état de pauvreté absolue (Soncino). Bien entendu, pour nous, [l’expression] une lampe [qui] ne s’éteint point pendant la nuit est comprise.

 

Christ prépare la lampe de l'Église, si vous voulez. L'Esprit Saint garde l'huile de la lampe allumée. Cette lampe se rendra ensuite dans le festin des noces de l'Agneau. Les lampes appartiennent aux sages plutôt qu’aux vierges folles, où les lampes ne se sont pas éteintes pendant la nuit. L'époux arriva au milieu de la nuit et elles étaient prêtes à entrer en jugement et au festin des noces de l'Agneau, car leurs lampes ne se sont pas éteintes. Les vierges folles ont permis à leurs lampes de s’éteindre. Ainsi, la femme de Proverbes 31 est une personne diligente qui garde la lampe allumée en permanence dans la maison. Nous trouverons à la fin que Dieu et Christ seront les lumières du Temple de Dieu.

 

Proverbes 31:19  Elle met la main à la quenouille, Et ses doigts tiennent le fuseau. (LSG) 

Les commentaires disent que ce verset doit être en relation avec ce qui suit ; ne pas perdre de temps dans l'oisiveté. Son travail étant fini, elle passe ses temps libres dans le filage et la confection de vêtements pour les pauvres et les membres de sa maison (selon Malbim). Ainsi, l'Église n'est pas oisive [ou fainéante], et les membres de l'Église ne sont pas inactifs. Quand ils ne sont pas concernés par les tâches de tous les jours, ils confectionnent des vêtements pour les pauvres. Ils se préparent et aident les frères à entrer en jugement. Ils aident les frères, qui sont venus en jugement, à être élevés. Ils aident leurs enfants à être éduqués et ils rendent la maison forte.

 

Proverbes 31:20  Elle tend la main au malheureux, Elle tend la main à l’indigent. (LSG) 

Bien qu’elle soit occupée par son travail, elle ne néglige pas les pauvres et les nécessiteux qui l’approchent, mais elle tend la main pour leur donner l'aumône. Par ailleurs, les bénéfices qu'elle a gagnés de son travail, elle n'hésite pas à les donner aux pauvres (de Meiri) pour que le bénéfice obtenu de tous les travaux soit réinvesti dans la compréhension. Nous travaillons en vue de développer et d'étendre les Élus. Nous les développons individuellement et leur donnons les moyens individuellement, et nous les développons numériquement.

 

Proverbes 31:21 21 Elle ne craint pas la neige pour sa maison, Car toute sa maison est vêtue de cramoisi. (LSG) 

C’est un temps froid, et elle n'a pas peur de la neige. Ce cramoisi est une référence aux vêtements luxueux. Nous pouvons comparer 2Samuel 1:24 et Jérémie 4:30. Puisque la famille portait habituellement ces vêtements coûteux, ils ont bien évidemment des vêtements chauds pour l'hiver (cela est selon Isaiah da Trani). Le concept étant que : cela n'a pas d'importance s'ils sont pris à partie par l'adversité. Les vêtements des Élus sont suffisants pour parer l'adversité, pour protéger les jeunes et les faibles et les infirmes, et pour leur fournir des vêtements et des habits qui conviennent à leur rang, car ils sont des rois et des sacrificateurs. 

 

Proverbes 31:22  Elle se fait des couvertures, Elle a des vêtements de fin lin et de pourpre. (LSG) 

Elle-même était vêtue de vêtements les plus coûteux (Metsudath David). Ses vêtements ont été achetés par le sacrifice de l'Agneau et lavés dans le sang. 

Proverbes 31:23 23 Son mari est considéré aux portes, Lorsqu’il siège avec les anciens du pays. (LSG)

 

Ceci est pris par les commentateurs pour dire est connu pour l'excellence de ses vêtements (selon Rachi), qui l'élève dans l'estimation de ses concitoyens. Ce que cela signifie c'est que le mari de la femme se fait connaître par la promulgation de la doctrine des Élus, et que la parole de l'évangile du Royaume de Dieu est promulguée par l'Église, de sorte que le mari, Jésus-Christ, soit connu dans le monde.

 

Il est assis parmi les Anciens du pays est un concept d’émettre le jugement. Le concept concerne aussi l’établissement du Royaume de Dieu qui est par Jésus-Christ. Il est ensuite maintenu par l'Église, qui est les Élus, dans la structure millénaire. Les Élus nécessairement prennent part au jugement, qui est une forme de correction en cours aussi bien qu’aux activités de jugement de la deuxième résurrection.

 

Proverbes 31:24  Elle fait des chemises, et les vend, Et elle livre des ceintures au marchand. (LSG) 

Ce texte n’est, en fait, pas tout à fait correct. Vêtements de lin : les mots se retrouvent dans Juges 14:12 et suiv. ; Ésaïe 3:23. 

Dans ce dernier passage, cela est inclus dans une liste de vêtements de femmes. C'était une pièce carrée ou rectangulaire de toile fine portée comme un vêtement de dessus, ou comme une couverture autour du corps dans le lit (selon Daath Mikra).

 

Mais les vêtements de lin étaient également portés par le souverain sacrificateur au début des Expiations, quand il était le sacrificateur expiatoire, avant qu'il revête (ou établisse), le vêtement royal pour devenir le souverain sacrificateur à la fin de la séquence des Expiations (voir aussi Le Jour des Expiations (No. 138)). Le concept et livre des ceintures aux marchands est en fait traduit échange (provenant littéralement de donné), alors le verbe n'est donc pas donné. Nous avons échangé, selon Ézéchiel 27:12, et sa force ici est prise par le commentateur Daath Mikra de signifier échangé plutôt que donné. Elle a livré ou a donné des gaines, ou des vêtements de lin. Le nom pour gaines est le singulier collectif, et les écharpes ou les ceintures sont souvent portées autour de la taille et, comme pour les riches, étaient richement brodées. Le marchand est littéralement les Cananéens ou un commerçant phénicien. Donc, ce qu'elle fait est de donner ou de fournir des gaines, de renforcer des soutiens, aux étrangers, aux Païens. La séquence est que l'Église est en fait le soutien et la lumière pour les Païens comme fournissant ce moyen de subsistance, et les vêtements pour les nations des Gentils.

 

Proverbes 31:25  Elle est revêtue de force et de gloire, Et elle se rit de l’avenir. (LSG) 

Une situation financière solide et l'estime qui en découle étaient soutenues d’être la signification du texte. Mais, bien sûr, la force et la dignité sont la force dans l'Esprit Saint et la puissance de l'Esprit Saint. La dignité de l'Esprit Saint consiste en ce que nous sommes revêtus de justice et de l'armure du Seigneur comme le dit Paul.

 

Elle se rit de l’avenir : Ses caractéristiques et son salut sont ses vêtements et sont portés par elle, comme on porte des vêtements. Ces caractéristiques sont portées par quelqu’un comme on porte des vêtements (selon Ibn Ezra). Cela vient du texte : Tu es vêtu de gloire et de majesté (de Ps. 114:1) et aussi, Que tes sacrificateurs soient revêtus de justice, (de Ps. 132:9). Le sacerdoce est revêtu de justice, et cette force et cette dignité viennent de la puissance de l'Esprit Saint dans la justice. Le texte de l’avenir est littéralement au dernier jour (Ibn Ezra, Meiri). C'est l'Église dans les derniers jours.

 

Proverbes 31:26  Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue. (LSG) 

La Soncino dit, quand elle parle, ses paroles se distinguent par le bon sens et la discrétion (de Meiri). Ainsi, les concepts de discours sont mesurés. Le concept de parler est de relever les gens, de censurer l'erreur dans la bonté, et d'utiliser la parole d’une manière mesurée et bienveillante pour corriger les erreurs et exposer le mal.

 

Proverbes 31:27  Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse. (LSG) 

En plus de donner des ordres, elle s’assure qu'ils soient dûment menés et supervise tous les détails de la maison que ce soit avec la modestie et la crainte de Dieu (selon Metsudath David). Tout est fait dans l'ordre, correctement, et dans la crainte de Dieu.

 

Ne pas manger le pain de paresse signifie qu'elle est pleine d'énergie et toujours bien occupée. L'étude est importante pour nous tous, afin de nous préparer pour accomplir ces tâches et aider nos frères. 

Proverbes 31:28 Ses fils se lèvent, et la disent heureuse ; Son mari se lève, et lui donne des louanges : (LSG)

 

Se lever : Ibn Ezra comprend le verbe comme se lever le matin et, en trouvant chaque chose bien préparée, les enfants expriment leur gratitude envers elle. Cela pourrait signifier se tenir debout en sa présence comme une marque de respect, venant de Lévitique 19:32.

 

Maintenant, à la fin, ils ne se lèveront pas seulement en présence de l'Église de Philadelphie, ils se coucheront sur leur visage dans la prostration. Ceux qui se disent Juifs, et ne le sont pas, adoreront, c'est-à-dire se prosterneront devant les Philadelphiens.

 

Ce n'est donc pas seulement une question de se lever dans le respect en termes de l'Église, et c'est la signification. Il a fallu un peu plus que simplement se lever en présence de l'Église, généralement aux Philadelphiens. Ceux dans le faux système se prosternent parce que les Philadelphiens ont été considérés comme étant incorrects, par les gens qui ont dit qu'ils étaient Juifs et ne le sont pas.

 

Le Talmud, de Kiddushin 31 (b) parle d'un rabbin qui, chaque fois qu'il entendait les pas de sa mère, il avait coutume de s'écrier –‘Je me tiens debout devant la Shechina (la Présence Divine)’ (Soncino). 

Donc, ce commentateur rabbinique dans le Talmud a compris que la Présence Divine, dont nous parlons ici, est la Shechina, pour laquelle l'Église est le dépositaire (1Corinthiens 3:16-17). Le rabbin le prend pour se référer à sa mère, mais la Shechina est présente dans l'Église. L’Esprit Saint, la puissance de Dieu, est la chose qui donne le pouvoir à l'Église, afin que les enfants de notre peuple et les individus, les Élus, se lèvent et les disent bienheureux, et que Christ nous confesse devant le conseil des Élus. L’appelle bienheureuse est plus littéralement, et fait son éloge (de Ps. 72:17 et Cantique de Salomon. 6:9 (Cantique 6:9)).

 

Proverbes 31:29 Plusieurs filles ont une conduite vertueuse ; Mais toi, tu les surpasses toutes. (LSG) 

Ce verset donne le libellé de l'éloge du mari (Daath Mikra). Ceci est la louange de Christ. Filles est un synonyme poétique pour les femmes (de Genèse 30:13 ; 34:1 ; Cant. ii.2 and vi.9).  

Ainsi qu'il ressort de la citation des différents versets, cela ne se réfère pas uniquement aux femmes célibataires, qui sont toujours membres de la maison de leur père, mais aussi aux femmes mariées, les pairs de notre ‘femme de valeur’. Il n'est pas à conjecturer que même après le mariage, la femme restait toujours un membre de la famille de son père, et était donc appelée sa fille, car il est évident à partir de Nom. [36], que chez les Hébreux, la fille, lors du mariage, non seulement passait de la maison de son père, mais aussi de sa tribu (Soncino). 

Lors du mariage, nous passons dans la maison de Dieu. 

Proverbes 31:30  La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine ; La femme qui craint l’Eternel est celle qui sera louée. (LSG)

 

Les derniers versets sont la réflexion du poète sur le tableau ici tel que dessiné, et les leçons qu'il veut faire comprendre au lecteur. Il ne dénonce pas la beauté féminine, mais ce n'est pas l'essentiel et la qualification la plus importante dans une femme ; le caractère est le véritable critère (Isaiah da Trani ; Soncino)

 

La grâce est trompeuse. Un extérieur gracieux n’est pas un indice de la nature d’une femme. La beauté est superficielle. La littérature rabbinique conserve un rapport qui, à deux reprises dans l'année, ‘les filles de Jérusalem avaient l'habitude de sortir en vêtements blancs, qui étaient empruntés, afin de ne pas mettre la honte à quelqu'une qui ne possède pas la sienne. Les filles de Jérusalem sortiraient et danseraient dans les vignobles. (Les belles femmes pleureraient), ‘Jeune homme, élève tes yeux, et vois laquelle tu va choisir comme ta femme.’ Les femmes de familles distinguées crieraient, ‘ne portez pas attention à la beauté, mais plutôt à la famille,’ et (les accueillantes ne possédant ni beauté, ni noblesse), citaient ce verset. Le critère de la ‘famille’ indiquait que la jeune fille avait une hérédité et une éducation, et était donc susceptible d'être de bonne moralité (Soncino).

 

Toutes ces leçons, alors qu’elles sont arrivées à Jérusalem, sont de bonnes leçons pour nous. Le concept est que la Grâce nous est donnée par le salut de Jésus-Christ. Nous ne pouvons pas dire la force d'une Église et de son peuple par les apparences. Nous la disons à leurs fruits spirituels. L'Église de Laodicée était riche, puissante et forte, pensait-elle, pourtant, aux yeux de Dieu, elle était pauvre, pitoyable, aveugle et nue. Elle avait besoin d’acheter de l'or raffiné dans le feu et une robe blanche. Elle devait se laver dans le sang de Jésus-Christ, au fond, parce qu'elle n'était pas apte à entrer en jugement et elle a été vomie de la bouche de Dieu. Elle n'était pas apte à entrer en jugement, et pourtant elle semblait satisfaisante. Dans son cas, la beauté était trompeuse.

 

La femme qui craint l’Éternel sera louée. C'est une caractéristique indispensable à posséder par une femme qui mérite les éloges ci-dessus (selon Isaiah da Trani) et c’est la caractéristique indispensable des Élus. La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse et elle est indispensable pour les Élus dans leur compréhension. Jean 17:3 est tout à fait clair qu'il y a un seul vrai Dieu, et que Jésus-Christ est son fils, et c’est une exigence pour hériter la vie éternelle. Si nous ne craignons pas le Seul Vrai Dieu, et que nous pensons que nous pouvons adorer d'autres dieux et jouer avec les concepts d’où nous sommes et de qui est notre mari et pour qui nous nous préparons, alors nous ne serons pas là.

 

Lorsqu'une église développe une mentalité de culte et une dictature théologique ou hiérarchique, elle ne peut pas se préparer à entrer en jugement. Nous ne pouvons pas habiliter l'Église sous des structures hiérarchiques. C'est pourquoi ils sont condamnés et l’ont été depuis deux mille ans. L'Église de Dieu est basée sur le leadership de serviteur, et c’est basé sur le renforcement de l'autre dans l'amour et le sacrifice de soi.

 

Proverbes 31:31 Récompensez-la du fruit de son travail, Et qu’aux portes ses œuvres la louent. (LSG) 

Qu’elle reçoive le plein crédit pour tout ce qu'elle fait (selon Metsudath David). Nous serons jugés en fonction de ce que nous faisons. Le plein crédit nous sera donné, selon la parabole des talents, si on nous donne dix talents et que nous les utilisons et les rendons par dix. On nous donnera le produit de ce que nous faisons. On nous donnera le plein crédit pour ce que nous faisons. Si on nous donne un talent et que nous l’enterrons, nous serons tout simplement supprimés. Il dit que ses œuvres la louent aux portes. Cela signifie que, même si ses activités sont confinées à la maison, la reconnaissance doit être accordée publiquement dans les portes pour la contribution vitale qu'elle fait pour le bien-être de la communauté. Maintenant, cela ne dit rien du tout à ce sujet, comme Rachi l’interprète. Cela ne dit pas que ses activités sont confinées à la maison du tout. Ceci est une mentalité judaïque typique. Cela a également estropié l'Église de Dieu du vingtième siècle. Les activités des femmes n'étaient pas confinées à la maison. Et les activités de l'Église ne sont pas confinées à la maison. Les femmes doivent être habilitées. Elles doivent être habilitées par leurs maris et habilitées par l’Esprit Saint et habilitées à prendre leur place dans le Royaume de Dieu. L'Église même, et chacun d'entre nous en tant que les épouses de Christ, devons être habilités. Nous sommes habilités par les activités de Jésus-Christ par l'Esprit Saint et nous prenons notre place dans le Royaume de Dieu. Nous apportons une contribution vitale à la communauté et nous essayons d'être loués dans les portes bien que Christ ait dit qu'il n’y aura pas autant d'éloges. C'est lorsque nous prendrons en charge le gouvernement que nous allons être loués dans les portes parce que nous allons inaugurer, dans le troisième millénaire, l'ère du règne juste. Ils verront, sous Jésus-Christ, ce que nous pouvons faire. Hitler a dit, sous l'influence d'un démon, traduit de l'allemand : Après la guerre, ils verront ce dont nous étions faits. Cela, plus précisément, s'applique plus aux Élus que cela ne s’est appliqué au peuple allemand. Il y aura une autre guerre, mais c'est après la guerre finale qu’ils verront tous ce dont nous étions faits parce que nous restaurerons cette planète. Israël viendra du nord la main dans la main avec l'Assyrie. Nous ferons tout en tant qu’élus en s’habilitant les uns les autres dans un esprit de puissance et un esprit sain dans l'Esprit Saint. Nous pouvons, à juste titre, juger et traiter avec des gens qui ne comprennent pas ou appliquent mal la doctrine de Jésus-Christ. Nous avons maintenant une mesure juste de revoir ce qui s'est passé au cours des quarante dernières années et où nous devons aller.

 

Peu importe combien de temps il y a, et il est difficile de mettre au point, nous sommes dans les derniers jours. Rares sont ceux qui disputeraient ce point. C'est juste une question de savoir quand. Mais nous avons besoin d'être habilités, et de s’habiliter les uns les autres pour passer à travers ce processus, et aider les Élus, et aider notre nation. Car nous allons défendre notre nation et tomber avec notre nation et aller en captivité avec notre nation. Ils ne vont pas réussir si nous sommes dans un lieu de sécurité. Nous faisons partie d’eux. Nous sommes les Élus, et cette nation est, si vous voulez, la zone de semis d’où nous prenons les plants de vigne, selon la direction de Dieu, et les mettons dans les vignes.

 

On nous donnera tous ces gens à un certain moment entre aujourd'hui et la seconde résurrection pour nous en occuper. Ce que nous devrions faire c'est d'être capables de les aider dans l'amour et la bonté, et nous devrions surmonter cette structure hiérarchique et comprendre que ce que nous faisons habilite tout le monde, et que nous agissons en tant que serviteurs, et que nous dirigeons en servant, non pas en se comportant en maître les uns les autres.

  

q