Les Églises Chrétiennes de Dieu

[F058]

 

 

 

Le Commentaire sur Hébreux [F058]

 

(Édition 1.0 20150215-20170414)

 

 

 

Le Livre des Hébreux a été écrit aux Hébreux qui étaient en Parthe comme Tribus Perdues afin d’expliquer le but du Messie en tant que le Souverain sacrificateur de l’ordre de Melchisédek, ainsi que la position des élus comme faisant partie de ce sacerdoce.

 

Il a été écrit d’Italie, probablement de Paul, afin de les amener tous à la compréhension du but du plan de Dieu dans la création ainsi que du salut de l'Armée.

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

(Copyright © 2015, 2017 Wade Cox)

(Tr. 2017)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://french.ccg.org/

 


 Commentaire sur Hébreux [F058]

 

 


LA LETTRE AUX HÉBREUX

Introduction

 

Comme le souligne la Bible Annotated Oxford RSV “ce traité anonyme contient l’argument soutenu le plus long parmi tous les livres dans la Bible. Avec un examen soigneux et très concis, l'auteur inconnu en toute confiance avance étape par étape à travers une preuve élaborée de la prééminence du Christianisme sur le Judaïsme.”

 

La Bible version Oxford RSV affirme à tort que “les destinataires de la lettre étaient sur le point de renoncer à leur foi Chrétienne, en revenant aux croyances et pratiques juives de leurs ancêtres. Afin de les reconquérir à une adhésion ferme au Christianisme, l'auteur souligne trois points principaux : (a) La supériorité de Jésus-Christ aux prophètes (1.1-3), aux anges (1.5-2.18) et à Moïse lui-même (3.1-6) ;

 

(b) La supériorité du sacerdoce de Christ face au sacerdoce lévitique (4.14-7.28) ;   et

 

(c) La supériorité du sacrifice de Christ offert dans le sanctuaire céleste face aux nombreux sacrifices d'animaux offerts sur terre par les prêtres [sacrificateurs] lévitiques (8.1-10.39) ".

 

Cette affirmation n'est pas vraie, et le but de la Lettre aux Hébreux vise à leur expliquer le message de Christ ainsi que de les amener à la foi, puisque l’opportunité a été donnée aux Juifs également. Sa centralisation sur le Sacerdoce de Melchisédek est l'objet sous-jacent de la lettre. Nous expliquerons son but ci-après.

 

Il semble évident, à partir de son traitement dans les textes ainsi que par les références, qu'elle a été écrite bien avant la chute de Jérusalem et la chute du Temple en 70 EC (Ère Courante), et son but était d'être utilisée comme un texte pour résoudre les problèmes de la foi avec les Hébreux qui ont été pris au nord de l’Araxe ca. 721 AEC (avant notre ère) et à qui Pierre et les autres apôtres ont été envoyés comme apôtres.  

 

Une grande partie des tribus étaient parmi les Parthes au cours du Premier Siècle lorsque Pierre leur fut envoyé d'Antioche d'où il a opéré et nommé trois évêques, selon l'histoire. Il a prêché l'Évangile dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, la Bithynie, l'Italie et l'Asie et aurait été crucifié par Néron à Rome, selon Hippolyte. Cependant, il ne fait aucun doute qu'il n'a jamais été évêque de Rome (voir l'étude Le Sort des Douze Apôtres (No. 122B)).

 

Dans un premier temps, l'Église a reconnu la valeur intrinsèque de cette "parole d'exhortation" (13.22), et les chrétiens de toutes les ères ont été inspirés par le grand chapitre sur la foi (ch. 11) aussi bien que par l'interprétation profonde de l'auteur de l’importance de la personne et de l'œuvre de Jésus-Christ, "le même hier, aujourd'hui et pour toujours" (13.8).

 

L’AUTEUR

 

En partageant l’avis de Bullinger, les arguments en faveur d’une lettre écrite par Paul ont beaucoup plus de poids que ceux en faveur de tous les autres candidats réunis. Les raisons sont indiquées ainsi :

 

1. La pensée et le raisonnement sont de Paul et sont basés sur les Psaumes et le but du sacerdoce ainsi que de la loi. Ses autres épîtres ont été écrites aux églises composées de Païens, alors que la lettre aux Hébreux en était une adressée aux Dix Tribus "Perdues" principalement parmi les Parthes et ce qui était la responsabilité principale de Pierre qui opérait d'Antioche. En adressant une telle épître aux Hébreux, on s'attendrait à ce qu’il l’écrive naturellement en tant qu’un scribe instruit, élevé "aux pieds de Gamaliel et instruit selon la manière parfaite de la loi des pères" (Actes 22:3). C’est pourquoi, on doit s'attendre à ce que le style soit conforme à la Loi et au Témoignage (Ésaïe 8:20), sinon ils ne l'auraient pas écouté. 

 

Bullinger déclare qu'il existe un certain nombre de témoignages externes que Paul en était l'auteur, mais aucun quant à d'autres, bien qu'il y ait eu des suggestions quant à d'autres auteurs, mais aucun d'entre eux n'est convaincant.

 

Le témoignage de 2Pierre 3:15, 3:16, strictement interprété, prouve que Paul a écrit une épître aux Hébreux. Comme dit Bullinger : si ce n'est pas l'épître en question, où cela pourrait être ? Aucune trace ou aucune indication n'a jamais été trouvée.

 

Bullinger dit que l'anonymat de l'épître aux Hébreux est éminemment en faveur d’une lettre écrite par Paul. Il soutient que la méfiance avec laquelle les Juifs ont considéré Paul, et leur haine furieuse envers lui (cf. Actes 21:21 ; 2Cor. 11:24 ; Phil. 3:2 ; 1Thess. 2:15, etc.) serait une raison suffisante pourquoi, en adressant une lettre si importante à sa propre race, il devait l’écrire de façon anonyme.

 

L'unanimité avec laquelle l'église a vu l'importance théologique du sacerdoce de Melchisédek et de Christ l’emporte sur toute considération de personnalité appliquée à n’importe quel apôtre de nom, comme nous le verrons.  

 

En ce qui concerne la date de rédaction et de publication : il y a une idée fixe dans l'esprit de la plupart des commentateurs que la référence à Timothée au chapitre 13:23 doit avoir été liée à la persécution de Néron. Les références à Paul écrivant un texte dans 2Pierre corrigent la date avant la mort de Paul et donc bien avant celle de Pierre. Ainsi, elle avait eu lieu probablement au moins dix ans avant la Chute du Temple en 70 EC.

 

Le consentement dit moderne tente de nier que Paul l'a écrite, car cela cherche également à nier que Pierre a écrit 2Pierre parce qu'il relie Paul à la lettre aux Hébreux. Cependant, Clément d’Alexandrie (Euseb. Hist. VI, 14, 4) mentionne le titre en grec et raconte que Paul a écrit l'épître en hébreu et que Luc l'a traduite en grec. Clément dit qu'elle était anonyme afin d’éviter l'antagonisme comme il était connu en tant que l'Apôtre envoyé aux Païens, et Pierre l'Apôtre envoyé aux Hébreux. Les Trinitaires ont plus tard cherché à placer Pierre à Rome et ont donc cherché à écarter l’auteur de Hébreux et 2Pierre qui la corrobore, en ce qu’elle place Pierre en Parthe et non pas à Rome, et Paul en Italie, peut-être sans Pierre ou écrite pour que Pierre l’amène à Parthe, ce qui est probable et qui explique l’absence d'auteur, étant écrite pour Pierre afin de soutenir son travail.

 

Tertullien l'attribue à Barnabas, et Origène dit que les idées sont de Paul, mais l'écriture vient de quelqu’un d’autre inconnu (Euseb. Hist. VI.25). D'autres tels que Luther dit : Appollos ; Calvin dit : Clément ou Luc ; W. Mason dit qu’elle peut être circulaire comme Étienne dans Actes. L'église entière a soutenu qu’Hébreux est de Paul et ce, jusqu'à la Réforme. Le Concile Tridentine du 8 avril 1546 a opté pour Paul, bien que la Commission pontificale de la Bible de Rome (24 juin 1914) ait concédé à ce que Paul ne lui ait pas donné sa forme définitive (cf. Interp. Dict. Hebrews).

 

Il apparaît sans nul doute que c’est Paul qui l'a écrite en hébreu, et sa forme a la théologie de l'Église à cette époque-là et n'est pas du tout trinitaire, et son but est expliqué ci-dessous.

 

Le but est que Jésus était à la fois le Messie et un vrai homme, et en tant qu’Homme devait avoir souffert. Et que l'Ancienne Alliance a pris fin et sa place a été prise par une Nouvelle (Hébreux 8:13).

 

Il est impossible que l'apôtre qui a été inspiré pour écrire et publier l’épître aux Romains à une date relativement tôt n’ait pas été autorisé ou en effet exigé de produire l’épître aux Hébreux avant la fin même de son ministère. Comme dit Bullinger : "Au juif premièrement" est vraiment pertinent et applicable à cet égard.

 

Il soutient que : “Paul était à Jérusalem pour la réunion du Conseil (sa date 51), quand les sujets mêmes de l’épître aux Hébreux avaient été manifestement amèrement discutés (Actes 15:5 ; 15:7). Peu de temps après, il écrit Thessaloniciens 1 et 2, et ces lettres contiennent des références poignantes à un ‘traitement honteux’ de la part de son propre peuple.”

 

L’importance de l'Épître

 

Avec cette épître doctrinale majeure, Paul, en tant qu'ambassadeur de Dieu à la Diaspora et aux Gentils, avait une argumentation documentée, des preuves et des témoignages, à l'appui de son enseignement oral et son instruction (et ceux de Timothée et d'autres), pour la diffusion parmi les milliers de milliers de Juifs qui ont cru pendant et après la Pentecôte, mais qui étaient "zélés pour la Loi" (Actes 2:41 ; 4:4, 6:7, 21:20) et avec qui Paul et ses collègues devaient être entrés en contact. Ainsi, le fait d’attacher son nom à celle-ci serait allé à l’encontre de son objectif comme position doctrinale de l'église, tel que mentionné ci-dessus.

 

Bullinger soutient que le temps approximatif pour l'écriture et pour la publication d'un tel ensemble de doctrines doit avoir été peu de temps après le début de son ministère et, en conséquence, l’épître aux Hébreux était, selon toute probabilité, rédigée au cours des dix-huit mois du séjour de Paul à Corinthe, durant lequel il "enseignait parmi eux la parole de Dieu" (Actes 18:11). Cela est dit avoir été écrit en Italie et donc aurait pu être écrit après avoir nommé Linus en tant qu’évêque et tandis que Timothée était emprisonné, et certainement depuis son arrivée à Corinthe (ca. 50 EC). Et certainement pas plus tard que 64 EC. Elle peut avoir été écrite à tout moment entre 50-59 EC à partir de sa mission à Corinthe à son arrivée à Jérusalem en 51-57 EC ou son placement avant Festus en 59 EC (cf. aussi Bullinger). Hébreux semble déclarer l'autorité doctrinale de l'église et cela indiquerait une période ca. 57 EC après la Conférence de Jérusalem d’Actes 15. (cf. Interp. Dict. of the Bible. 1980, Paul; Chron. of the NT).

 

Les Actes de Paul, un ouvrage apocryphe écrit autour de 160, décrit le martyre de Paul. Selon cet ouvrage, Néron a condamné Paul à mort par décapitation. On croit que la date de la mort de Paul aurait eu lieu après le Grand Incendie de Rome en juillet 64, mais avant la dernière année du règne de Néron, en 68. L'épître fut probablement écrite bien plus tôt.

 

Enfin, Bullinger aussi soutient à l’instar de l’église CCG, qu’“un appui important est apporté à ces conclusions par la position qu’Hébreux occupe dans les quatre Manuscrits les plus importants, N, A, B, C et dans d'autres. Dans certains Manuscrits, Hébreux se trouve dans différentes positions par rapport aux autres livres du Nouveau Testament. Dans certains, elle apparaît telle qu’elle se trouve dans nos Bibles, mais dans ces quatre, N (Codex Sinaiticus), A (Codex Alexandrinus), B (Codex Vaticanus) et C (Codex Ephraemi), elle est placée après 2Thessaloniciens. Ce témoignage de ce qui précède est important et ne doit pas être légèrement mis de côté.”

 

Le Texte

 

Le texte est destiné à expliquer le but du message que Dieu a envoyé par son fils, et le premier chapitre explique la position de Christ en tant que l'Élohim Subordonné ou Subalterne d’Israël et l’élohim des Psaumes, en particulier le Psaume 45 (No. 177) cité ci-dessous. Le verset 2 explique que Dieu a créé les âges à travers Christ, alors que Dieu Lui-même a créé le monde au Commencement, de Job 38:4-7. Ainsi, il y avait deux créations, la Première dans Job 38:4-7 et la Deuxième après que le monde fût devenu tohu et bohu ou désolé et vide dans Genèse chapitre 1. Christ n'a pas créé le monde comme le suggère la traduction anglaise. Le mot est Aeon ou “âge”. En outre, le texte procède pour expliquer le Psaume 110 (No. 178) et la fonction du Sacerdoce de Melchisédek qui est un sacerdoce pour toujours qui est appliqué aux élus en tant que sacerdoce immortel de ceux qui ont été sélectionnés pour La Première Résurrection des Morts (No. 143A) et dans le système millénaire.

 

Le véritable objectif d’Hébreux ne peut être compris dans une perspective trinitaire. Une telle doctrine s’efforce pour confondre le dessein de Dieu et le salut de l'humanité.

 

Hébreux commence en expliquant la position que Christ a acquise. Le chapitre 1 explique comment Christ a été pris de l'Armée Angélique en tant qu’un fils de Dieu et a été fait inférieur à eux, mais a ensuite été élevé au-dessus d'eux comme Grand Prêtre [Souverain Sacrificateur] en tant que l’élohim d'Israël. Une grande partie est faite de la différence du Christ aux anges par les Trinitaires afin de rendre Christ distinct des anges, mais les élohim étaient tous des fils de Dieu et Christ était l'un d'eux comme nous le voyons de Gen. 48:15-16 et Deut. 32:8 RSV, MMM et LXX ; Job 1:6 et 2:1 et 38:4-7 ; Ps. 45:6-7 et aussi à Héb. 1:8-9 ci-dessous. Le texte est que le trône de l’Élohim d'Israël est jusqu'à l'âge de l'âge. Par conséquent, le Dieu de Christ l'a oint avec l'huile de joie au-dessus de ses camarades ou partenaires ou collègues qui étaient les élohim ou les fils de Dieu.

 

Le texte passe ensuite à expliquer la position de la Nation d'Israël avec la foi et en tant que le sacerdoce de Melchisédek sous Christ comme leur Grand Prêtre (Souverain Sacrificateur).

  

La position de Melchisédek doit aussi être comprise avant que l’épître aux Hébreux ne soit démêlée (voir l’étude Melchisédek (No.128)).

 

Chapitre 1

 

1 Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, 2 dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde,

3 et qui, étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, 4 devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur. 5 Car auquel des anges Dieu a–t–il jamais dit : Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui ? Et encore : Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils ? 6 Et lorsqu’il introduit de nouveau dans le monde le premier–né, il dit : Que tous les anges de Dieu l’adorent ! 7 De plus, il dit des anges : Celui qui fait de ses anges des vents, Et de ses serviteurs une flamme de feu.

 

Nous voyons maintenant les significations composites qui évoquent le Fils et le Seul Vrai Dieu au sein de la typologie de l'AT et aussi à la Nouvelle Alliance prophétisée dans les Psaumes et Ézéchiel et expliquée dans le NT et surtout ici. L'explication des Chérubins dans Ézéchiel continue :

 

"La Gloire de l'Éternel vint à la maison avant de repartir et se plaça sur les chérubins. Les chérubins montèrent ensuite et se placèrent sur les portes de la porte orientale de la maison de l’Éternel – chacun d'eux. Il s’agit de l'entrée réservée pour le prince. De cette ascension, la Gloire de l’Éternel est devenue le prince de l'Alliance et a accompli Psaume 45:6-7 (cf. Héb. 1:8-9). Cet être était le Messie. Son trône est un trône de Dieu.

 

Hébreux 1:8-9 8 Mais il a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu, est éternel ; Le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité ; 9 Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité ; C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie au-dessus de tes égaux. (LSG)

 

Depuis son ascension, il a été oint au-dessus de ses camarades. Il est devenu un fils de Dieu avec puissance par sa résurrection d'entre les morts (Romains 1:4).

 

La typologie de cette activité est représentée par le sacrifice d'Expiation. Le taureau était sacrifié pour l’offrande de péché d’Expiation (Nombres 29:1). Ceci a été offert à la fois pour le souverain sacrificateur et le sacerdoce (Lév. 16:6,11). Ainsi, le Messie a été sacrifié pour racheter lui-même et l'Armée. L'offrande était semblable à la victime expiatoire pour le sacerdoce (Lévitique 4:3-12). La distinction entre les deux réside dans le rituel du sang. Dans le cadre des sacrifices ou services quotidiens, le sacrificateur trempait son doigt dans le sang et l’aspergeait sept fois devant l’Éternel en face du voile du sanctuaire (Lévitique 4:6) et aussi sur les cornes de l'autel de l’encens dans la tente d'assignation (Lévitique 4:7). Au jour des Expiations, le Souverain Sacrificateur entrait dans le sanctuaire avec de l'encens (Lévitique 16:12-13) et apportait le sang du taureau dans le Saint des Saints où il l’aspergeait sept fois devant la couverture qui est traduite propitiatoire (Lévitique 16:14).

 

Le souverain sacrificateur apportait un encensoir plein de charbons ardents de l'autel extérieur et deux poignées d’encens odoriférant en poudre (Lév. 16:12). La fumée de l'encens couvrait ledit propitiatoire qui est sur le témoignage (Lév. 16:12). Ce témoignage était les Dix Commandements ou les tables de la Loi.

 

La nuée d'encens était symbolique du bouclier protecteur de la nuée du Messager de la Présence quand il apparaissait en Israël. Sa fonction était donc de protéger symboliquement le souverain sacrificateur de son exposition à la présence ou la “gloire” de Dieu.

 

Le sang était aspergé sept fois sur la couverture, puis de nouveau sept fois en face d’elle (Lév. 16:14). Il s'agissait de la sanctification du sacerdoce et la réconciliation de la nation pour les péchés au cours de l'année." (voir No. 196).

 

Ainsi, le texte aux Hébreux s'étend aussi au Messie en tant que l’Élohim d'Israël, puis alors aux Élus en tant que les Fils de Dieu comme [des] Élohim (cf. Zach. 12:8) et comme faisant partie du sacerdoce, comme nous le verrons maintenant.

 

8 Mais il a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu, est éternel ; le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité ; 9 Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité ; c’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint d’une huile de joie au–dessus de tes égaux. 10 Et encore : Toi, Seigneur, tu as au commencement fondé la terre, Et les cieux sont l’ouvrage de tes mains ; 11 Ils périront, mais tu subsistes ; ils vieilliront tous comme un vêtement, 12 Tu les rouleras comme un manteau et ils seront changés ; mais toi, tu restes le même, et tes années ne finiront point. 13 Et auquel des anges a–t–il jamais dit : Assieds–toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ? 14 Ne sont–ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ?

 

Dans ce texte, Dieu explique que l'Armée angélique est composée d’esprits qui exercent un ministère, envoyés pour soutenir Christ dans l'élévation de l'humanité au niveau d’Élohim comme nous le savons de Zacharie 12:8. Le message se poursuit ensuite au chapitre 2 pour dire que les messages qui nous ont été proclamés par le biais des anges étaient fermes et si leur désobéir entraînaient une punition, combien plus grande est la responsabilité placée sur nous qui avons reçu le salut. Ainsi le message a donc été attesté par le Seigneur ainsi que par ceux qui l'ont entendu et Dieu lui-même l'a attesté par des signes et des prodiges. Ce texte fait donc la distinction entre le Seigneur qui est le Fils de Dieu et Dieu Lui-même qui est la source de notre salut.  

 

Le chapitre 2 explique que Christ a été fait un peu inférieur aux anges et a été soumis à la tentation et a subi la mort pour le salut de l'homme, mais ce n'est pas pour l’armée angélique que le monde a été créé et que le monde à venir a été soumis et que le plan du salut a été déterminé. Il a été fait pour que l'humanité puisse devenir élohim et devenir fils de Dieu sous Christ en tant que leur Grand Prêtre qui devait souffrir la mort pour tout le monde.

 

Chapitre 2

 

1 C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles. 2 Car, si la parole annoncée par des anges a eu son effet, et si toute transgression et toute désobéissance a reçu une juste rétribution, 3 comment échapperons–nous en négligeant un si grand salut, qui, annoncé d’abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’ont entendu, 4 Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint–Esprit distribués selon sa volonté. 5 En effet, ce n’est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir dont nous parlons. 6 Or quelqu’un a rendu quelque part ce témoignage : Qu’est–ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui, ou le fils de l’homme, pour que tu prennes soin de lui ? 7 Tu l’as abaissé pour un peu de temps au–dessous des anges, Tu l’as couronné de gloire et d’honneur, 8 tu as mis toutes choses sous ses pieds. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui ne lui fût soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises. 9 Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au–dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous. 10 Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut.

 

Note (cf. 2:11) que celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous d’une même origine. Ce qui rend égaux à la fois le sanctifié et celui qui sanctifie, tous d'une même origine, tant le fils de Dieu de l'armée spirituelle que l'armée humaine sont tous de la même origine, et nous sommes tous frères en tant que fils de Dieu.

 

11 Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères, 12 lorsqu’il dit : J’annoncerai ton nom à mes frères, Je te célébrerai au milieu de l’assemblée. 13 Et encore : Je me confierai en toi. Et encore : Me voici, moi et les enfants que Dieu m’a donnés. 14 Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui–même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est–à–dire le diable, 15 et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude. 16 Car assurément ce n’est pas à des anges qu’il vient en aide, mais c’est à la postérité d’Abraham. 17 En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple ; 18 car, ayant été tenté lui–même dans ce qu’il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés.

 

Christ a sanctifié le sanctuaire céleste ainsi que le sanctuaire terrestre. Il a été oint avec l'huile de joie au-dessus de ses partenaires ou camarades par son élohim, en tant que l’élohim d'Israël qui devait devenir le centre du système humain. (Ps. 45:6-7, Hébreux 1:8-9). Dieu ne s'occupait pas de l'Armée céleste mais de l'Armée terrestre dans les descendants d'Abraham et, pour cette raison, le Messie a été envoyé sur terre. L'Armée céleste était fidèle et, en tant que tel, n'avait pas perdu l'Esprit Saint ni sa relation comme fils de Dieu. Seules l'armée déchue et l'humanité de la Terre étaient en danger.

 

Ainsi, l'Humanité de Christ était indispensable pour nous élever à son statut en tant qu’élohim, un fils de Dieu et ce, par le sacrifice de Christ ; qui était l'ange de Yahovah à notre tête de toute la maison entière de David (Zach. 12:8) (cf. Commentaire sur Zacharie (No. 021K)).

 

De même, il devait être un fils de Dieu afin qu'il puisse sauver tous les fils de Dieu à la fois les célestes et les humains.

 

Remarque dans le chapitre 3 on dit que Christ a été fidèle à Celui qui l'a fait. Cependant, le mot a été mal traduit par nommé pour faire croire que Christ n'a pas été fait par Dieu, mais plutôt nommé. Cependant, le mot est poiesanti signifiant celui qui le fait et il est toujours rendu ainsi (voir aussi les commentaires des chap. 9 et 10 ci-dessous).

 

Chapitre 3

 

1 C’est pourquoi, frères saints, qui avez part à la vocation céleste, considérez l’apôtre et le souverain sacrificateur de la foi que nous professons, 2 Jésus, qui a été fidèle à celui qui l’a établi, comme le fut Moïse dans toute sa maison. 3 Car il a été jugé digne d’une gloire d’autant supérieure à celle de Moïse que celui qui a construit une maison a plus d’honneur que la maison même. 4 Chaque maison est construite par quelqu’un, mais celui qui a construit toutes choses, c’est Dieu. 5 Pour Moïse, il a été fidèle dans toute la maison de Dieu, comme serviteur, pour rendre témoignage de ce qui devait être annoncé ; 6 mais Christ l’est comme Fils sur sa maison ; et sa maison, c’est nous, pourvu que nous retenions jusqu’à la fin la ferme confiance et l’espérance dont nous nous glorifions.

 

Ici, la distinction de l'appel devient évidente. Cette séquence entière a été reflétée dans les artefacts du Temple et dans la méthode de l’adoration et du sacrifice.

 

Chaque objet a une signification et le symbolisme de la puissance de Dieu était l'Arche de l'Alliance (cf. 196 et aussi les chapitres 9 et 10 ci-dessous).

 

7 C’est pourquoi, selon ce que dit le Saint–Esprit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, 8 N’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte, le jour de la tentation dans le désert, 9 où vos pères me tentèrent Pour m’éprouver, et ils virent mes œuvres Pendant quarante ans. 10 Aussi je fus irrité contre cette génération, et je dis : Ils ont toujours un cœur qui s’égare. Ils n’ont pas connu mes voies. 11 Je jurai donc dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos ! 12 Prenez garde, frères, que quelqu’un de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant. 13 Mais exhortez–vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire : Aujourd’hui ! afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse par la séduction du péché. 14 Car nous sommes devenus participants de Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu’à la fin l’assurance que nous avions au commencement, 15 pendant qu’il est dit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte. 16 Qui furent, en effet, ceux qui se révoltèrent après l’avoir entendue, sinon tous ceux qui étaient sortis d’Égypte sous la conduite de Moïse ? 17 Et contre qui Dieu fut–il irrité pendant quarante ans, sinon contre ceux qui péchaient, et dont les cadavres tombèrent dans le désert ? 18 Et à qui jura–t–il qu’ils n’entreraient pas dans son repos, sinon à ceux qui avaient désobéi ? 19 Aussi voyons–nous qu’ils ne purent y entrer à cause de leur incrédulité.

  

Donc, on montre à ces gens qu'il y a un ordre dans la construction de la Maison de Dieu et que Christ a autorité sur Moïse et est à la tête ou le Grand Prêtre de la Maison de Dieu. Cependant, c'est toute la construction de Dieu qui a envoyé Jésus-Christ (Jean 17:3).

 

Le chapitre 4 continue alors pour exhorter les frères à ne pas perdre leur vocation. Car c'est par la foi qu'ils ont été appelés et par la foi, ils conservent leur position. C'est la clé ou le but exemplaire du Chapitre de la Foi dans Hébreux 11. C'est en continuant sans péché que nous conservons notre position comme nous le voyons développé dans ce chapitre. Le péché est la transgression de la Loi (1Jean 3:4) et seulement en suivant les Lois de Dieu conservons-nous notre position. Le repos du Christ est le Repos du Sabbat Millénaire du Messie comme l'avant-dernière phase du Royaume de Dieu avant l'extension finale des êtres spirituels à tous à la fois célestes et humains.

 

Chapitre 4

 

1 Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. 2 Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux ; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent. 3 Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu’il dit : Je jurai dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Il dit cela, quoique ses œuvres eussent été achevées depuis la création du monde. 4 Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour. 5 Et ici encore : Ils n’entreront pas dans mon repos ! 6 Or, puisqu’il est encore réservé à quelques–uns d’y entrer, et que ceux à qui d’abord la promesse a été faite n’y sont pas entrés à cause de leur désobéissance, 7 Dieu fixe de nouveau un jour–aujourd’hui–en disant dans David si longtemps après, comme il est dit plus haut : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos cœurs. 8 Car, si Josué leur eût donné le repos, il ne parlerait pas après cela d’un autre jour. 9 Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. 10 Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes. 11 Efforçons–nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance. 12 Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. 13 Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. 14 Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. 15 Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. 16 Approchons–nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

 

Christ a été fait un homme afin qu'il puisse sympathiser avec nos faiblesses de sorte que nous puissions nous rapprocher du trône de la grâce en toute confiance.

 

Ainsi de même, nous voyons le repos millénaire de Christ en tant que les Mille ans entre la Première et la Deuxième Résurrection des Morts tel qu’expliqué au chapitre 20 de l'Apocalypse. Duquel repos, Christ est le Grand Prêtre [Souverain Sacrificateur], selon cet ordre de Melchisédek. Pour cette raison, il n'est pas le Dieu qui est adoré, mais le Grand Prêtre qui dirige ce service et le culte.

 

Le chapitre 5 traite ensuite de la nomination de Christ en tant que Souverain Sacrificateur après qu'il a été testé. Cela traite également des fausses doctrines des Grecs et de leur exigence pour Christ d'avoir fait partie du Dieu autrement il serait un sacrifice auxiliaire et inacceptable pour eux. L'argument provient de leur adoration de la structure Binitaire d'Attis et d'Adonis provenant du culte de Baal et de la déesse Ashtoreth ou d’Easter en Syrie et au Levant.

 

Christ n'était pas naturellement souverain sacrificateur [grand prêtre]. Ni ne s’est-il exalté à cette fonction. L'incapacité de comprendre ce point important était la raison pour laquelle [l’épitre aux] Hébreux a critiqué l'église comme nous le voyons ci-dessous (Hébreux 5:11-14).

 

Le fait est que Christ a été choisi par Dieu comme Son Grand Prêtre, et nous ne nous intéressons pas à ce que les Grecs apostats déterminent ce que cela est. Dieu le détermine et il en est ainsi. Christ est le Grand prêtre nommé de l'ordre de Melchisédek duquel nous sommes nommés prêtres [sacrificateurs] pour servir dans le Temple de Dieu, car c'était Lévi qui a donné la dîme à Melchisédek étant dans les reins d'Abraham comme tous les fils d'Israël, d'Ismaël, d'Ésaü, de Ketura ainsi que les tribus qui sont choisies parmi eux pour être prêtres [sacrificateurs] de Melchisédek également. Dans cet ordre, Lévi n'est qu'une des Tribus et une partie du sacerdoce sous le Messie.

 

Chapitre 5

 

 1 En effet, tout souverain sacrificateur pris du milieu des hommes est établi pour les hommes dans le service de Dieu, afin de présenter des offrandes et des sacrifices pour les péchés. 2 Il peut être indulgent pour les ignorants et les égarés, puisque la faiblesse est aussi son partage. 3 Et c’est à cause de cette faiblesse qu’il doit offrir des sacrifices pour ses propres péchés, comme pour ceux du peuple. 4 Nul ne s’attribue cette dignité, s’il n’est appelé de Dieu, comme le fut Aaron. 5 Et Christ ne s’est pas non plus attribué la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais il la tient de celui qui lui a dit : Tu es mon Fils, je t’ai engendré aujourd’hui ! 6 Comme il dit encore ailleurs : Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l’ordre de Melchisédek. 7 C’est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, 8 a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, 9 et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel, 10 Dieu l’ayant déclaré souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek. 11 Nous avons beaucoup à dire là–dessus, et des choses difficiles à expliquer, parce que vous êtes devenus lents à comprendre. 12 Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d’une nourriture solide. 13 Or, quiconque en est au lait n’a pas l’expérience de la parole de justice ; car il est un enfant. 14 Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal.

 

Christ a été créé par Dieu comme Son fils. Il a été rendu parfait, afin qu'il puisse être la source du salut éternel pour ceux qui lui obéissent en tant que leur Grand Prêtre [Souverain Sacrificateur]. Dieu a créé les élohim en tant que fils de Dieu ainsi qu’un ordre créé d'êtres comme Élohim, fils de Dieu et à ce point, Éloah en tant que le Seul et Unique Vrai Dieu est devenu le centre des Élohim, en tant que Ha Élohim comme des Dieux. C’est pourquoi tous portent le titre de yahovah ou “Il cause que ce soit” lorsqu’ils parlent au nom de Dieu (voir l’étude L’Ange de YHVH (No. 024)).

 

C'est à ce stade que nous pouvons continuer à partir des éléments de la loi concernant les ablutions, de la foi et du repentir, et ensuite continuer aux buts supérieurs de la Loi et du Témoignage, car si nous ne parlons pas selon eux, il n'y a aucune lumière en nous (Ésaïe 8:20).

 

Chapitre 6

 

1 C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes, de la foi en Dieu, 2 de la doctrine des baptêmes, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel. 3 C’est ce que nous ferons, si Dieu le permet. 4 Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint–Esprit, 5 qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, 6 et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie. 7 Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu ; 8 mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu. 9 Quoique nous parlions ainsi, bien–aimés, nous attendons, pour ce qui vous concerne, des choses meilleures et favorables au salut. 10 Car Dieu n’est pas injuste, pour oublier votre travail et l’amour que vous avez montré pour son nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints. 11 Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance, 12 en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses. 13 Lorsque Dieu fit la promesse à Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que lui, il jura par lui–même, 14 et dit : Certainement je te bénirai et je multiplierai ta postérité. 15 Et c’est ainsi qu’Abraham, ayant persévéré, obtint l’effet de la promesse. 16 Or les hommes jurent par celui qui est plus grand qu’eux, et le serment est une garantie qui met fin à tous leurs différends. 17 C’est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d’évidence aux héritiers de la promesse l’immutabilité de sa résolution, intervint par un serment,

 

Christ était le premier d'une lignée de frères qui amènerait le Royaume de Dieu dans les hommes et les conduirait à une nouvelle existence spirituelle.

 

L'Arche ne sera plus évoquée à l'esprit parce qu'elle était le centre d'un système qui est déjà mort. Il a été remplacé par un nouveau système qui est centré sur la puissance de Dieu et qui fait les hommes des extensions de Son être, en vertu de la demeure de l'Esprit Saint.

 

La voie vers l'Arche de l'Alliance et le Saint des Saints a été ouverte pour nous par la mort du Christ à la Pâque. À sa mort, le voile du temple se déchira en deux et la voie dans le Saint des Saints a été ouverte (Matt. 27:51 ; Marc 15:38 ; Luc 23:45 ; Héb. 6:19 ; 9:3, 10:20).” (Voir No. 196).

 

18 afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l’espérance qui nous était proposée. 19 Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l’âme, sûre et solide ; elle pénètre au-delà du voile, 20 là où Jésus est entré pour nous comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédek.

 

C'est grâce à cette foi que nous sommes tous éligibles à être des Souverains Sacrificateurs [Grands Prêtres] à part entière allant derrière le voile alors que Christ était capable d’aller derrière le voile en tant que notre Souverain Sacrificateur qui a remplacé ceux de Lévi, afin que nous puissions tous être dignes de cet ordre et de cette distinction.

 

C'est du chapitre 7 que nous voyons le sacerdoce expliqué plus en détail. Ici, Melchisédek est expliqué en tant que le sacerdoce supérieur et les fils de Sem sont bénis à cet égard, mais toutes les nations païennes sont admissibles à travers Melchisédek de devenir des prêtres de Dieu sous Jésus-Christ leur Grand Prêtre qui était de Juda et à leur sujet, personne n'a parlé de prêtres. Cependant, ils sont tous listés dans Apocalypse Chap. 7 en tant que prêtres des Tribus des 144000 et de la Grande Multitude. Dans cet aspect, il est très important que nous comprenions que l'Arche de l'Alliance devait représenter l'humanité comme le dépôt des Lois de Dieu et le Témoignage de l’Esprit Saint qui devait résider dans l'humanité. Pour cette raison, elle a été cachée par Jérémie, car elle ne devait plus être ramenée à la mémoire (voir l'étude L'Arche de l'Alliance (No. 196)).

 

Chapitre 7

 

1 En effet, ce Melchisédek, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Très–Haut, – qui alla au–devant d’Abraham lorsqu’il revenait de la défaite des rois, qui le bénit, 2 et à qui Abraham donna la dîme de tout, – qui est d’abord roi de justice, d’après la signification de son nom, ensuite roi de Salem, c’est–à–dire roi de paix, –

 

Le texte soutient que Melchisédek signifie à la fois roi de justice et roi de Salem, ou de la paix. La compréhension des Hébreux, tant selon Milik et Vermes, est que Melchisédek signifie Mon Roi est Justice (ou Droiture) et il est le roi de l'Armée de la lumière. Le nom de Satan est Melkiresha’ signifiant Mon Roi est la Méchanceté (voir J.T. Milik Journal of Jewish Studies, 1972, pp. 126-135 et aussi Vermes, op. cit., pp. 252-253). Il n'y a aucun doute que nous avons affaire à des batailles de Satan/Messie des derniers jours, dans la vue des MMM.

 

3 qui est sans père, sans mère, sans généalogie, qui n’a ni commencement de jours ni fin de vie, – mais qui est rendu semblable au Fils de Dieu, – ce Melchisédek demeure sacrificateur à perpétuité.

 

Il est considéré comme étant sans père et sans mère et sans généalogie (apatoor, ametoor, agenealogetos). Il n'a ni début de jours, ni fin de vie, mais ressemblant au Fils de Dieu, il continue à être un sacrificateur pour toujours. L’opinion messianique de ce texte semble être fondée sur l’hypothèse qu’il n'avait aucune généalogie et qu'il était éternel. De là, il était le Messie. Le texte dit qu'il ressemblait au Fils de Dieu. Il ne dit pas qu'il était le Fils de Dieu. Le mot est aphomoioo ; assimiler étroitement, ou être rendu comme. Ainsi, il a été rendu comme le Fils de Dieu. L'intention est tout aussi valable que cette entité, étant l’un des Patriarches, a été rendue conforme à l'image du Fils de Dieu, comme l’étaient tous les élus, dans l’esprit, et nommé sacrificateur du type qui remplacerait l'ordre Aaronique, même avant que l'ordre Aaronique n'ait été nommé. Le texte dit qu’il demeure un sacrificateur à perpétuité (voir l’Interlinéaire de Marshall). Le terme demeure un sacrificateur pour toujours est interprété pour nécessiter la vie continue. Ce n'est pas le cas autre que dans le même sens que les élus sont qualifiés comme étant endormis.

 

La signification de ces textes est discutée dans Melchisédek (No. 128) par rapport à la loi régissant le sacerdoce. La promesse de ce sacerdoce se trouve dans Hébreux 6:17-20.

 

4 Considérez combien est grand celui auquel le patriarche Abraham donna la dîme du butin. 5 Ceux des fils de Lévi qui exercent le sacerdoce ont, d’après la loi, l’ordre de lever la dîme sur le peuple, c’est–à–dire, sur leurs frères, qui cependant sont issus des reins d’Abraham ; 6 et lui, qui ne tirait pas d’eux son origine, il leva la dîme sur Abraham, et il bénit celui qui avait les promesses.

 

Ce texte dit aussi que cet homme n’étant pas de leur ascendance (voir l’Interlinéaire de Marshall) a reçu les dîmes d’Abraham. Il ne dit pas qu'il n'avait pas de généalogie.

 

7 Or c’est sans contredit l’inférieur qui est béni par le supérieur. 8 Et ici, ceux qui perçoivent la dîme sont des hommes mortels ; mais là, c’est celui dont il est attesté qu’il est vivant.

 

Ces deux versets sont les textes clés pour l'affirmation que Melchisédek n'est pas humain. La même affirmation est faite des élus. Ils ne meurent pas, ils s’endorment (1Cor. 15:6,18).

 

9 De plus, Lévi, qui perçoit la dîme, l’a payée, pour ainsi dire, par Abraham ; 10 car il était encore dans les reins de son père, lorsque Melchisédek alla au–devant d’Abraham.

 

Le paiement des dîmes au sacerdoce était pour montrer que les lois de Dieu continuaient, et ne dépendaient pas de Moïse et du sacerdoce lévitique.

 

11 Si donc la perfection avait été possible par le sacerdoce Lévitique, – car c’est sur ce sacerdoce que repose la loi donnée au peuple, – qu’était–il encore besoin qu’il parût un autre sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek, et non selon l’ordre d’Aaron ? 12 Car, le sacerdoce étant changé, nécessairement aussi il y a un changement de loi. 13 En effet, celui de qui ces choses sont dites appartient à une autre tribu, dont aucun membre n’a fait le service de l’autel ; 14 car il est notoire que notre Seigneur est sorti de Juda, tribu dont Moïse n’a rien dit pour ce qui concerne le sacerdoce.

 

L'extension du sacerdoce au-delà de Lévi est spécifiquement mentionnée à partir de ce texte. Le texte poursuit à parler de la ressemblance du Messie à Melchisédek. Cependant, il se réfère au Messie comme étant "selon l'ordre de" et il est ensuite élevé au-dessus de l'original.

 

15 Cela devient plus évident encore, quand il paraît un autre sacrificateur à la ressemblance de Melchisédek, 16 institué, non d’après la loi d’une ordonnance charnelle, mais selon la puissance d’une vie impérissable ; 17 car ce témoignage lui est rendu : Tu es sacrificateur pour toujours selon l’ordre de Melchisédek. 18 Il y a ainsi abolition d’une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité, – 19 car la loi n’a rien amené à la perfection, – et introduction d’une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu.

 

L'intention d'éliminer la généalogie comme objectif du texte est rendue explicite ici. Le sacerdoce est conféré non pas par la descendance physique, mais par la puissance d'une vie indestructible (voir Rom. 1:4). Ainsi, l'Esprit Saint a conféré le pouvoir sur Melchisédek, comme il l’a fait sur Abraham et tous les patriarches, aussi bien que David, les Juges et les Prophètes, en continuant aux apôtres et aux élus. L'importance du texte n'est pas dans le fait que Melchisédek pourrait avoir été le Messie, mais, au contraire, il est plus important s'il ne l'était pas.

 

20 Et, comme cela n’a pas eu lieu sans serment, 21 car, tandis que les Lévites sont devenus sacrificateurs sans serment, Jésus l’est devenu avec serment par celui qui lui a dit : Le Seigneur a juré, et il ne se repentira pas : Tu es sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédek. – 22 Jésus est par cela même le garant d’une alliance plus excellente.

 

C'est le témoignage de Dieu que les élus sont entrés en fonction. Le Messie a reçu la fonction par la promesse de Dieu par serment.

 

Le sacerdoce lévitique était empêché par la mort de continuer dans ses fonctions. Ils vont participer à la deuxième résurrection. L'ordre de Melchisédek participera à la première résurrection. Ceux des élus ont une meilleure résurrection (Héb. 11:35).

 

23 De plus, il y a eu des sacrificateurs en grand nombre, parce que la mort les empêchait d’être permanents. 24 Mais lui, parce qu’il demeure éternellement, possède un sacerdoce qui n’est pas transmissible.

 

La continuation pour toujours est à travers la mort, à la résurrection. Le sacerdoce n'est pas enlevé des élus, vu qu’il n'a pas été enlevé du Messie et des Patriarches.

 

25 C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. 26 Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, 27 qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, –car ceci, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui–même. 28 En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse ; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l’éternité.

 

Ainsi, le Messie était le couronnement de ce nouvel ordre de sacerdoce qui s'est étendu à ceux qui ont été choisis par Dieu, qui a nommé le Messie et l'a rendu parfait pour toujours.

 

Nous avons vu que certaines sectes judaïques identifiaient le Messie comme étant Micaël (à partir de Dan. 12:1). Les suppositions sont basées sur le fait que Micaël se tient pour le peuple d'Israël et que la Nation d'Israël a été donnée à Yahovah par le Très-Haut, quand Il a divisé les nations selon les fils de Dieu (comparer Deut. 32:8 RSV, la LXX et les MMM). Melchisédek a la signification de Mon Roi est Droiture ou Mon Roi est Justice (justice et droiture étant synonymes) (Vermes Dead Sea Scrolls in English, p. 253). Il a été aussi supposé que Melchisédek était un nom pour le chef de l'Armée de la Lumière, qui, comme nous l’avons vu, est une fonction du Messie (Vermes, p. 260).

 

Ces hypothèses sont faites à partir de la partie endommagée du Testament d’Amram. Ce serait compatible avec la connexion de Melchisédek-Messie parmi les Esséniens. Cependant, si Melchisédek était le Messie, il y a alors un problème sérieux avec l'incarnation et le sacrifice. Nous allons maintenant examiner le rapport de la loi au sacerdoce.

 

Le titre semble avoir été le titre héréditaire du roi de Jérusalem (ou Urusalaim). Des centaines d’années après Abraham, nous rencontrons un autre roi portant un titre semblable de Seigneur de Justice ou Mon Seigneur est Justice, durant l'occupation de Canaan par Israël, sous Josué. Ici, dans Josué 10:1, nous rencontrons Adoni-Tsédek, ce qui est une autre variation de Melchisédek, régnant à Jérusalem. Le titre, dans ses variantes, est ainsi héréditaire et est dévolu au Messie en vertu de son règne à partir de Jérusalem, et était peut-être envisagé dans ce sens par David aussi. De cette façon aussi, les élus sont des sacrificateurs d’après l'ordre de Melchisédek, parce qu'ils règnent avec lui à Jérusalem en tant qu'élohim (cf. Zach. 12:8 ; Apo. 7:1-17).

 

La supposition chrétienne que Melchisédek est le Messie repose sur une interprétation erronée des textes dans Hébreux 7:3. Les termes sans père, mère et généalogie (apator etc.) se réfèrent à l’obligation d’être enregistré dans la lignée d’Aaron (Néh. 7:64) pour le sacerdoce lévitique.

 

Le terme début de jours et de fin de vie, se réfère à l’obligation de débuter ces fonctions à l’âge de trente ans et de cesser à cinquante ans (Nom. 4:47). Le Souverain Sacrificateur succédait le jour de la mort de son prédécesseur. Melchisédek n'a aucune telle condition. Hébreux enregistre dans la traduction Interlinéaire de Marshall qu'il était un homme (Héb. 7:4). Il a été rendu comme le Fils de Dieu (Héb. 7:3). Cependant, il n'était pas le Fils de Dieu qui était un autre sacrificateur (Héb. 7:11). Ainsi, tous les élus peuvent participer au sacerdoce, étant rendus comme le Fils de Dieu, indépendamment de la lignée et de l'âge, continuant à perpétuité. Quant à savoir qui était Melchisédek, nous pouvons seulement conjecturer. Les Esséniens ont interprété le texte de façon messianique comme l’ont fait quelques fondamentalistes modernes. Les éléments des Pauliciens qui partageaient aussi cette opinion ont été appelés les Melchisédekiens, mais ils l’ont gardé distinct du Messie en tant que le médiateur céleste (voir l’étude La Distribution Générale des Églises Observant le Sabbat (No. 122)). Hébreux semble avoir été écrit afin de corriger cette erreur, mais a lui-même été mal interprété. Le Midrash soutient qu'il était Sem (Rashi) étant roi (melek) d’un endroit de justice (tsedek) (Abraham ibn Ezra et Nachmanides). Cet endroit était là où le temple serait construit pour la Présence Divine, que le Midrash applique à Jérusalem dans l'ensemble, à partir du texte la Justice a logé en elle (Ésaïe 1:21) (ibn Ezra et Nachmanides, voir Soncino, note de bas de page à Genèse. 14:18).

 

Plus important encore, le concept d’un Conseil des Élohim était absolu et est indéniable, comme étant le sens correctement compris des textes de l'Ancien Testament impliquant les élohim. La structure subalterne des Élohim est comprise d'une part, mais mal comprise par rapport à Micaël et Melchisédek d’autre part.

 

Apocalypse 4 et 5 montrent que ce groupe comptait trente entités incluant quatre chérubins. Ainsi, trente pièces d'argent ont été exigées pour la trahison de Christ (Matt. 27:3,9 cf. Zach. 11:12-13) vu qu’elle était une infraction contre la Divinité entière. Les Anciens sont chargés des prières des saints (Apoc. 5:8) et Christ est leur Souverain Sacrificateur. Il était le membre des Anciens, qui a été trouvé digne d'ouvrir le rouleau du plan de Dieu, ayant racheté les hommes et les a faits un royaume et des sacrificateurs à notre Dieu, c'est-à-dire, le Dieu du Conseil et de Christ (Apoc. 5:9-10).

 

La rançon des hommes fait partie d'une restauration du temps de la fin, qui se produit au second avènement du Messie en tant que Roi d'Israël, son premier avènement étant compris comme étant le Messie d'Aaron. Ce premier avènement messianique était l'expiation pour les péchés et l'établissement du sacerdoce de Melchisédek. La restauration du temps de la fin était comprise comme étant une extension des élohim tels que dépeints dans Zacharie 12:8.

 

Dans cet ordre, nous recevons la vie éternelle et, à travers la Première Résurrection, nous continuons comme prêtres pour toujours, et nous pouvons, à partir de la Deuxième Résurrection, permettre à toute l'humanité d'atteindre la vie éternelle dans ce sacerdoce.

 

Chapitre 8

 

À partir du Chapitre 8, nous voyons le but du Grand Prêtre et sa place, où le Messie est assis sur le trône à la droite de Dieu et travaille pour atteindre l'appel de toute l'humanité et tout ce qui lui a été donné depuis le commencement du monde. Christ devait servir dans le Sanctuaire Céleste, dont le Sanctuaire Terrestre n'était qu'une copie.

 

Chapitre 8

 

1 Le point capital de ce qui vient d’être dit, c’est que nous avons un tel souverain sacrificateur, qui s’est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux, 2 comme ministre du sanctuaire et du véritable tabernacle, qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme. 3 Tout souverain sacrificateur est établi pour présenter des offrandes et des sacrifices ; d’où il est nécessaire que celui–ci ait aussi quelque chose à présenter. 4 S’il était sur la terre, il ne serait pas même sacrificateur, puisque là sont ceux qui présentent les offrandes selon la loi 5 lesquels célèbrent un culte, image et ombre des choses célestes, selon que Moïse en fut divinement averti lorsqu’il allait construire le tabernacle : Aie soin, lui fut–il dit, de faire tout d’après le modèle qui t’a été montré sur la montagne. 6 Mais maintenant il a obtenu un ministère d’autant supérieur qu’il est le médiateur d’une alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses. 7 En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question de la remplacer par une seconde. 8 Car c’est avec l’expression d’un blâme que le Seigneur dit à Israël : Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle, 9 Non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte ; car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance, et moi aussi je ne me suis pas soucié d’eux, dit le Seigneur. 10 Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, après ces jours–là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 11 Aucun n’enseignera plus son concitoyen, ni aucun son frère, en disant : Connais le Seigneur ! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux ; 12 Parce que je pardonnerai leurs iniquités, et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés. 13 En disant : une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne ; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître.

 

La Tente, le sanctuaire terrestre et le Temple ont été modélisés selon le Temple dans les cieux. Le but entier de la Création et de l'établissement du Tabernacle était d'établir un sacerdoce des fils de Dieu qui impliquait aussi un élément humain du même type, de sorte que la fin serait une structure spirituelle d’humains et d’élohim (incorrectement appelés anges du mot grec pour messager) afin que tous deviennent élohim et que tous atteignent la repentance, le pardon et la sanctification et sous l'un d'eux qui était des deux éléments et qui était qualifié par le sacrifice de soi pour les conduire en tant que Grand Prêtre au service de Dieu leur Créateur sous l'être qui a été envoyé pour les qualifier. Pour atteindre ce but, le salut s’étendrait à tous les êtres humains au final, d'abord par les Patriarches et les Prophètes, puis alors par le Messie et les Apôtres et ensuite étendus aux Gentils conformément au Plan de Dieu afin que tous deviennent le Temple de Dieu. Le résultat final était que Dieu et Christ feraient partie et vivraient dans l'édifice spirituel qui était l'Armée Humaine et Céleste qui est devenue l'édifice spirituel qui est le Temple de Dieu.

 

La réalisation de cela a été définie comme la Première Alliance qui est venue des prophètes et de la Nation d'Israël d’où est sorti le Messie qui était l'étoile qui venait de Jacob (Nom. 24:17). Par étoile, il devait être l’Étoile du Matin qui a remplacé Satan sur la terre en tant que chef de l'Armée. Le Saint des Saints ou naos n'était disponible que pour le Grand Prêtre et ce, une fois par an. Afin d'étendre cette Première Alliance, Christ en tant que Grand Prêtre devait entrer avec son propre sang, mais aussi l'église devait faire ses preuves pour en être digne comme faisant partie des sacrifices qu'ils devaient endurer au cours des Quarante jubilés de l'Église dans le désert dans la sélection des 144000 et de la Grande Multitude d’Apocalypse Ch. 7. L'extension de l’Esprit Saint à l'église était la Deuxième Alliance, étendue à l'humanité, afin qu'elle puisse devenir des Grands Prêtres dans leurs divisions nationales des Soixante-dix (Deux) et ensuite au cours de l'âge et l'expansion de l'Armée Céleste.

 

Comme nous l'avons vu du chapitre 6 ci-dessus, l'Arche représentait les élus en tant que le dépôt de l’Esprit Saint et de la Loi de Dieu, qui est Sa nature et qui est donnée pour nous développer en tant que des Logoi de Dieu, comme Christ était le Logos devant nous.

 

Sur cette Arche se tenaient les chérubins de Gloire. Ces chérubins de Gloire étaient l'apparence et la gloire de l’Éternel que les élus sont destinés à être aussi.

 

C'est à partir du chapitre 9 que nous voyons le but du sanctuaire développé depuis la Première à la Deuxième Alliance.

 

Chapitre 9

 

1 La première alliance avait aussi des ordonnances relatives au culte, et le sanctuaire terrestre. 2 Un tabernacle fut, en effet, construit. Dans la partie antérieure, appelée le lieu saint, étaient le chandelier, la table, et les pains de proposition. 3 Derrière le second voile se trouvait la partie du tabernacle appelée le saint des saints, 4 renfermant l’autel d’or pour les parfums, et l’arche de l’alliance, entièrement recouverte d’or. Il y avait dans l’arche un vase d’or contenant la manne, la verge d’Aaron, qui avait fleuri, et les tables de l’alliance. 5 Au–dessus de l’arche étaient les chérubins de la gloire, couvrant de leur ombre le propitiatoire. Ce n’est pas le moment de parler en détail là–dessus. 6 Or, ces choses étant ainsi disposées, les sacrificateurs qui font le service entrent en tout temps dans la première partie du tabernacle ; 7 et dans la seconde le souverain sacrificateur seul entre une fois par an, non sans y porter du sang qu’il offre pour lui–même et pour les péchés du peuple. 8 Le Saint–Esprit montrait par là que le chemin du lieu très saint n’était pas encore ouvert, tant que le premier tabernacle subsistait. 9 C’est une figure pour le temps actuel, où l’on présente des offrandes et des sacrifices qui ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte, 10 et qui, avec les aliments, les boissons et les diverses ablutions, étaient des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu’à une époque de réformation. 11 Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est–à–dire, qui n’est pas de cette création ; 12 et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. 13 Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, 14 combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui–même sans tache à Dieu, purifiera–t–il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant !

 

Le texte dans Hébreux explique le contenu du Sanctuaire, mais n'explique pas la signification du contenu du Saint des Saints. Ce sanctuaire ou tabernacle intérieur a apparemment été caché par le prophète Jérémie sur les ordres de Dieu. Pourquoi était-ce le cas et que représente le symbolisme ? Ces questions n'ont pas été expliquées et il est nécessaire qu'elles soient comprises dans ces derniers temps. Elles sont examinées dans l’étude L’Arche de l’Alliance (No. 196).

 

Ainsi, de ce qui précède, le Messie devait être fait le médiateur de la Nouvelle Alliance, en particulier puisqu’il était le donneur de la Première Alliance à Moïse dans le désert et donc la mort du testateur était nécessaire pour que la Nouvelle Alliance puisse remplacer l'ancienne par son extension à l'humanité par l'Esprit Saint et étendue aux Gentils aussi par le Sang de l'Agneau de Dieu. C'est par cet acte que les sacrifices ont été supprimés une fois pour toutes.

 

15 Et c’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis. 16 Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. 17 Un testament, en effet, n’est valable qu’en cas de mort, puisqu’il n’a aucune force tant que le testateur vit. 18 Voilà pourquoi c’est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée. 19 Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l’eau, de la laine écarlate, et de l’hysope ; et il fit l’aspersion sur le livre lui–même et sur tout le peuple, 20 en disant : Ceci est le sang de l’alliance que Dieu a ordonnée pour vous. 21 Il fit pareillement l’aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte. 22 Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. 23 Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles–mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux–là. 24 Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. 25 Et ce n’est pas pour s’offrir lui–même plusieurs fois qu’il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger ; 26 autrement, il aurait fallu qu’il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice. 27 Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, 28 de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut.

 

Ainsi donc : Pourquoi Jésus devait-il mourir ? Nous avons vu de l'analyse précédente que le processus du péché serait autorisé à être introduit par l’Armée Céleste aux niveaux les plus élevés des Chérubins Protecteurs. Nous avons vu aussi dans le plan de Dieu que l'instrument du Salut devait provenir des deux niveaux, et l'un des Élohim ou des Fils de Dieu devait devenir un homme et mourir à la fois pour l'Armée Céleste et l'Armée Humaine qui a été corrompue par eux [l’Armée Céleste]. C'était l'Ange de la Présence qui était l'Élohim d'Israël qui devait devenir Jésus-Christ (Genèse 48:15-16, Ps. 45:6-7, Hébreux 1:8-9). De cette façon, ils pourraient tous devenir des Fils de Dieu comme élohim (voir Jean 10:34-36). Ce moyen de Salut devait provenir des plus hauts niveaux des Élohim et il a été pris d'un des mille principaux des fils de Dieu (Job 1:6, 2:1, 33:23).

http://french.ccg.org/weblibs/study-papers/p052b.html

 

La raison pour laquelle l’Ancienne Alliance a été supprimée était pour une très bonne raison et se réfère également, comme suit au chapitre 10, au Psaume 110 (cf. Psaume 110 (No. 178)).

 

Chapitre 10

 

1 En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu’on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection. 2 Autrement, n’aurait–on pas cessé de les offrir, parce que ceux qui rendent ce culte, étant une fois purifiés, n’auraient plus eu aucune conscience de leurs péchés ? 3 Mais le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices ; 4 car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés. 5 C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps ; 6 Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. 7 Alors j’ai dit : Voici, je viens, car c’est de moi qu’il est question dans le rouleau du livre, pour faire, ô Dieu, ta volonté. 8 Après avoir dit d’abord : Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché ce qu’on offre selon la loi, 9 il dit ensuite : Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde. 10 C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus–Christ, une fois pour toutes. 11 Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, 12 lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu, 13 attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. 14 Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. 15 C’est ce que le Saint–Esprit nous atteste aussi ; car, après avoir dit : 16 Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours–là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leurs cœurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute : 17 Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. 18 Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché. 19 Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire 20 par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est–à–dire, de sa chair, 21 et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, 22 approchons–nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. 23 Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle. 24 Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à la charité et aux bonnes œuvres. 25 N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques–uns ; mais exhortons–nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour. 26 Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, 27 mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. 28 Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins ; 29 de quel pire châtiment pensez–vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? 30 Car nous connaissons celui qui a dit : À moi la vengeance, à moi la rétribution ! et encore : Le Seigneur jugera son peuple. 31 C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. 32 Souvenez–vous de ces premiers jours, où, après avoir été éclairés, vous avez soutenu un grand combat au milieu des souffrances, 33 d’une part, exposés comme en spectacle aux opprobres et aux tribulations, et de l’autre, vous associant à ceux dont la position était la même. 34 En effet, vous avez eu de la compassion pour les prisonniers, et vous avez accepté avec joie l’enlèvement de vos biens, sachant que vous avez des biens meilleurs et qui durent toujours. 35 N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. 36 Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis. 37 Encore un peu, un peu de temps : celui qui doit venir viendra, et il ne tardera pas. 38 Et mon juste vivra par la foi ; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui. 39 Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme.

 

Nous voyons donc que la chose qui est devenue obsolète dans l’Ancienne Alliance était le système sacrificiel de rachat qui est devenu inutile parce qu’il ne conférait aucune relation directe avec Dieu grâce à un accès direct par l'Esprit Saint. Avec un accès direct par l'Esprit Saint, nous avons pu observer la loi directement, sans enseignants, en étant guidés directement dans les voies et la nature de Dieu.

 

Cette Nouvelle Alliance a été annoncée par la nature de l'enregistrement de la Loi. La loi a été donnée à Moïse sur deux tablettes de pierre. Celles-ci ont été taillées par Dieu. Toutefois, lors de leur destruction par Moïse, il (Moïse) a dû tailler deux autres tablettes lui-même. Ces tablettes étaient suffisamment petites pour que Moïse les porte d’une main. Elles étaient également inscrites sur les deux côtés. De temps à autre, Moïse les portait dans chaque main. L'inscription des deux tablettes sur les deux côtés indique de façon parabolique la loi étant de deux côtés - le physique et le spirituel. Le premier grand commandement composé des quatre premiers commandements relatifs à la relation homme-Dieu était apparemment d'un côté. Le deuxième grand commandement des relations physiques de l'humanité était de l'autre côté. Les deux tablettes pointaient vers la dualité de la loi de la même manière et aussi à la Deuxième Alliance. Ainsi, la structure des tables pointait vers l'avenir. L'homme ne pouvait pas vivre selon la loi physique et ne pouvait pas accomplir la loi sans l'Esprit Saint. La verge d'Aaron qui avait fleuri et la manne ont également été incluses dans l'Arche. Elles pointaient vers la puissance de Dieu dans le sacerdoce et à la préservation d'Israël dans le désert. (Cette structure des commandements est une bonne étude de la Bible à part entière.) Les codes écrits se trouvaient à l’extérieur de l'Arche (voir l’étude La Distinction dans la Loi (No. 96)). (cf. (No. 196)).

 

Ainsi, nous devons voir notre salut avec l'avènement du Messie puisque cela se produira dans la Résurrection des Morts (cf. Apoc. Ch. 20). Cette récompense est une conséquence de notre endurance par la foi, comme on le voit à partir du chapitre 11.

 

Chapitre 11

 

1 Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. 2 Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable. 3 C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. 4 C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn ; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes ; et c’est par elle qu’il parle encore, quoique mort. 5 C’est par la foi qu’Énoch fut enlevé pour qu’il ne vît point la mort, et qu’il ne parut plus parce que Dieu l’avait enlevé ; car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu. 6 Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. 7 C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi. 8 C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. 9 C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse. 10 Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur. 11 C’est par la foi que Sara elle–même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d’avoir une postérité, parce qu’elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse. 12 C’est pourquoi d’un seul homme, déjà usé de corps, naquit une postérité nombreuse comme les étoiles du ciel, comme le sable qui est sur le bord de la mer et qu’on ne peut compter. 13 C’est dans la foi qu’ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. 14 Ceux qui parlent ainsi montrent qu’ils cherchent une patrie. 15 S’ils avaient eu en vue celle d’où ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d’y retourner. 16 Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est–à–dire une céleste. C’est pourquoi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité. 17 C’est par la foi qu’Abraham offrit Isaac, lorsqu’il fut mis à l’épreuve, et qu’il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, 18 et à qui il avait été dit : En Isaac sera nommée pour toi une postérité. 19 Il pensait que Dieu est puissant, même pour ressusciter les morts ; aussi le recouvra–t–il par une sorte de résurrection. 20 C’est par la foi qu’Isaac bénit Jacob et Ésaü, en vue des choses à venir. 21 C’est par la foi que Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph, et qu’il adora, appuyé sur l’extrémité de son bâton. 22 C’est par la foi que Joseph mourant fit mention de la sortie des fils d’Israël, et qu’il donna des ordres au sujet de ses os. 23 C’est par la foi que Moïse, à sa naissance, fut caché pendant trois mois par ses parents, parce qu’ils virent que l’enfant était beau, et qu’ils ne craignirent pas l’ordre du roi. 24 C’est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon, 25 aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché, 26 regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération. 27 C’est par la foi qu’il quitta l’Égypte, sans être effrayé de la colère du roi ; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible. 28 C’est par la foi qu’il fit la Pâque et l’aspersion du sang, afin que l’exterminateur ne touchât pas aux premiers–nés des Israélites. 29 C’est par la foi qu’ils traversèrent la mer Rouge comme un lieu sec, tandis que les Égyptiens qui en firent la tentative furent engloutis. 30 C’est par la foi que les murailles de Jéricho tombèrent, après qu’on en eut fait le tour pendant sept jours. 31 C’est par la foi que Rahab la prostituée ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance. 32 Et que dirai–je encore ? Car le temps me manquerait pour parler de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel, et des prophètes, 33 qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, 34 éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. 35 Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection ; d’autres furent livrés aux tourments, et n’acceptèrent point de délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection ; 36 d’autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison ; 37 ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, 38 eux dont le monde n’était pas digne, errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre. 39 Tous ceux–là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n’ont pas obtenu ce qui leur était promis, 40 Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection.

 

À partir de la séquence du chapitre de la foi, nous voyons l'extension du Salut sur l'ensemble des frères des patriarches aux prophètes et à travers les Tribus et les Nations, puis à travers l'église au monde entier.    

 

Nous devions tous souffrir pour la foi. Beaucoup d'entre nous ont été tués par des moyens divers. Ceux des premiers prophètes et choisis de Dieu ont été testés, mais ils devaient nous attendre pour la Première Résurrection, et ensuite dans le Règne Millénaire du Christ. Sans nous, ils n’ont pas pu être rendus parfaits (voir La Première Résurrection des Morts (No. 143A)).

 

Alors, nous devrions tous être élevés par notre foi et mettre de côté les péchés qui nous assaillent et la persécution que nous sommes forcés d’endurer comme Christ a enduré avant nous pour notre exemple. Par son endurance et sa foi, il s’est assis à la Droite de Dieu, comme nous le serons aussi récompensés, nous qui endurons. Ainsi, Dieu aussi nous disciplinera et châtiera, nous qui sommes choisis de Dieu.

 

Chapitre 12

 

1 Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, 2 ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. 3 Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée. 4 Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché. 5 Et vous avez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils : Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, Et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend ; 6 Car le Seigneur châtie celui qu’il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils. 7 Supportez le châtiment : c’est comme des fils que Dieu vous traite ; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas ? 8 Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils. 9 D’ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons–nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie ? 10 Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon ; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. 11 Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse, et non de joie ; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice. 12 Fortifiez donc vos mains languissantes Et vos genoux affaiblis ; 13 et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse. 14 Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. 15 Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés ; 16 à ce qu’il n’y ait ni impudique, ni profane comme Ésaü, qui pour un mets vendit son droit d’aînesse. 17 Vous savez que, plus tard, voulant obtenir la bénédiction, il fut rejeté, quoiqu’il la sollicitât avec larmes ; car son repentir ne put avoir aucun effet. 18 Vous ne vous êtes pas approchés d’une montagne qu’on pouvait toucher et qui était embrasée par le feu, ni de la nuée, ni des ténèbres, ni de la tempête, 19 ni du retentissement de la trompette, ni du bruit des paroles, tel que ceux qui l’entendirent demandèrent qu’il ne leur en fût adressé aucune de plus, 20 car ils ne supportaient pas cette déclaration : Si même une bête touche la montagne, elle sera lapidée. 21 Et ce spectacle était si terrible que Moïse dit : Je suis épouvanté et tout tremblant ! 22 Mais vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le chœur des anges, 23 de l’assemblée des premiers–nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, 24 de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel. 25 Gardez–vous de refuser d’entendre celui qui parle ; car si ceux–là n’ont pas échappé qui refusèrent d’entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons–nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux, 26 lui, dont la voix alors ébranla la terre, et qui maintenant a fait cette promesse : Une fois encore j’ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. 27 Ces mots : Une fois encore, indiquent le changement des choses ébranlées, comme étant faites pour un temps, afin que les choses inébranlables subsistent. 28 C’est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte, 29 car notre Dieu est aussi un feu dévorant.

 

Ainsi, Dieu nous a choisis pour être cohéritiers avec Christ et l'Armée Céleste et l'Assemblée des Premiers-Nés destinés à vivre dans la cité du Dieu Vivant à la Montagne de Sion et à la Jérusalem céleste qui est la Mère de nous tous.

 

Dans la restauration des derniers jours, lorsque le Messie viendra à Sion comme cela a été compris d’Hébreux 12:22-23, la séquence de l'avènement impliquait la défense de Jérusalem et le renforcement des habitants physiques de la cité pour le règne Millénaire. Notez cependant que Zacharie continue à déclarer :

 

Et celui qui est faible parmi eux en ce jour-là sera comme David ; Et la maison de David sera comme Dieu (elohim), comme l’Ange de Jéhovah devant eux (l’emphase est ajoutée).

 

La signification ici était que Zacharie a été amené à comprendre que l'Ange de YHVH était un élohim, et que la maison de David (qui était mort depuis longtemps) devait se composer de ceux qui seraient eux-mêmes élohim, comme faisant partie de la maison de David.

 

Hébreux a été écrit pour les fils de Jacob ainsi que tous les élus choisis par Dieu. Il a été envoyé par Paul afin que l'appel constant des élus dans le sacerdoce de Melchisédek soit étendu à tous et que nous devions comprendre notre position sous le Grand Prêtre comme le Premier-Né d'entre les morts et notre chef à nous qui sommes le sacerdoce choisi de Melchisédek.

 

Dans ces derniers jours, nous sommes appelés à l'église de l'amour fraternel en tant que l'église des Philadelphiens (voir les Colonnes de Philadelphie (No. 283)).

 

Chapitre 13

 

1 Persévérez dans l’amour fraternel. 2 N’oubliez pas l’hospitalité ; car, en l’exerçant, quelques–uns ont logé des anges, sans le savoir. 3 Souvenez–vous des prisonniers, comme si vous étiez aussi prisonniers ; de ceux qui sont maltraités, comme étant aussi vous–mêmes dans un corps. 4 Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. 5 Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent ; contentez–vous de ce que vous avez ; car Dieu lui–même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point. 6 C’est donc avec assurance que nous pouvons dire : Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien ; Que peut me faire un homme ? 7 Souvenez–vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu ; considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi. 8 Jésus–Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. 9 Ne vous laissez pas entraîner par des doctrines diverses et étrangères ; car il est bon que le cœur soit affermi par la grâce, et non par des aliments qui n’ont servi de rien à ceux qui s’y sont attachés. 10 Nous avons un autel dont ceux qui font le service au tabernacle n’ont pas le pouvoir de manger. 11 Les corps des animaux, dont le sang est porté dans le sanctuaire par le souverain sacrificateur pour le péché, sont brûlés hors du camp. 12 C’est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte. 13 Sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre. 14 Car nous n’avons point ici–bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir. 15 Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est–à–dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. 16 Et n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir. 17 Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendre compte ; qu’il en soit ainsi, afin qu’ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui ne vous serait d’aucun avantage. 18 Priez pour nous ; car nous croyons avoir une bonne conscience, voulant en toutes choses nous bien conduire. 19 C’est avec instance que je vous demande de le faire, afin que je vous sois rendu plus tôt. 20 Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts le grand pasteur des brebis, par le sang d’une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus, 21 vous rende capables de toute bonne œuvre pour l’accomplissement de sa volonté, et fasse en vous ce qui lui est agréable, par Jésus–Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen ! 22 Je vous prie, frères, de supporter ces paroles d’exhortation, car je vous ai écrit brièvement. 23 Sachez que notre frère Timothée a été relâché ; s’il vient bientôt, j’irai vous voir avec lui. 24 Saluez tous vos conducteurs, et tous les saints. Ceux d’Italie vous saluent. 25 Que la grâce soit avec vous tous ! Amen !

 

Donc, nous sommes exhortés à nous aimer les uns les autres et à nous contenter de ce que nous avons et à s’exhorter et de ne pas oublier ceux en prison comme étant en prison avec eux. D’exhorter aussi ceux qui pèchent et de leur rappeler de se repentir et de restaurer ce qu'ils ont fait et aussi de s'abstenir du péché. Rappelez-vous que Jésus est le même aujourd'hui, hier et pour toujours. La séquence de l'église a été la même depuis le commencement et donc ne soyez pas égarés par des doctrines étrangères.

 

Nous avons un autel dont ceux qui servent la Tente n'ont pas le droit de manger. Nous sommes un sacerdoce supérieur de Melchisédek dont les personnes sélectionnées d'Aaron seront invitées à y participer mais n'ont pas encore le droit de manger de notre Autel. Nous n'avons pas de ville durable, mais nous supportons des abus afin que, comme Christ, nous puissions participer à la ville à venir. Pour cette raison, nous offrons des louanges à Dieu. Pour cette raison, nous obéissons à nos dirigeants qui sont responsables de nous.

 

Paul dit que Timothée avait été libéré et qu'il allait aux Hébreux en Parthe et a envoyé des salutations des frères en Italie. Pierre, qui avait la responsabilité des Hébreux de Parthe, opérant aussi d'Antioche, a fait remarquer le texte plus tard dans sa lettre adressée à eux 2Pierre 3:15-16 (bien que même sa paternité ait été contestée par des sceptiques plus tard).

 

Annexe

Notes de la Companion Bible

L'ÉPITRE AUX HÉBREUX.

LA STRUCTURE DE L’ÉPITRE DE MANIÈRE GÉNÉRALE.

1:12, 18. INTRODUCTION DOCTRINALE.

1:2-14. FILS DE DIEU. SUPÉRIEUR AUX ANGES

2:5-18. FILS DE L'HOMME. INFÉRIEUR AUX ANGES.

3:1-4: 13. LA MISSION DE CHRIST.

3:1-6. LES APÔTRES, &c.

3:6-19. AVERTISSEMENT.

4:1-13. LE DONNEUR DE REPOS.

4:14-16. APPLICATION GÉNÉRALE. "AYANT DONC".

5:1-10: 18. LE SACERDOCE DE CHRIST.

5:5-10. CHRIST APPELÉ DE DIEU SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDEK.

5:11-6: 20. DIGRESSION. EXHORTATION.

7:1-28. SACERDOCE DU FILS (MESSIE); SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDEK.

8:3-10: 18. L'EFFICACITÉ DU SACERDOCE DE CHRIST.

10:19-12: 29. APPLICATION PARTICULIÈRE. "AYANT DONC".

10:19-23. EXHORTATION DE S’APPROCHER ... CHRIST ÉTANT ACCESSIBLE/FIDÈLE

10:38, 39. VIVRE PAR LA FOI.

11:1-40. EXEMPLES DE FOI.

12:5 24. CHÂTIEMENT.

12:12 24. CONSEILS ET ENCOURAGEMENTS.

13:1 25. CONCLUSION PRATIQUE.

NOTES INTRODUCTIVES.

Le sujet général de l'Épître est que le Messie des Écritures de l'Ancien Testament doit souffrir en tant qu'homme (c'est-à-dire comme Homme Incarné) et que Jésus est le Messie.

ADRESSÉE. "Aux Hébreux" : à la nation sous son nom primitif, les Juifs palestiniens et la Diaspora (Jean 7:35). À première vue pour les croyants (Cp. Héb 6: 8; Héb. 12:15, Héb. 12:16; Héb. 13:10).

 

1:1-2: 18. INTRODUCTION DOCTRINALE.

1:1, 2-. Dieu parle.

-2-14. Fils de Dieu. Supérieur aux anges.

2: 1-4. Dieu parle.

2: 5-18. Fils de l'homme. Inférieur aux anges.

1:-2-14. FILS DE DIEU. SUPÉRIEUR AUX ANGES.

-2-3. Gloire de Sa Personne et son œuvre.

4-7. Supériorité sur les anges.

8-12. Gloire de Son caractère et être éternel.

13, 14. Supérieur sur les anges.

2:5-18 FILS DE L'HOMME. INFÉRIEUR AUX ANGES.

5, 6. Le but de Dieu. Pas les anges, mais l'homme, pour avoir la domination.

7, 8-. L'équipement de l'homme pour la domination.

-8. L’échec du premier Adam.

9-. But accompli dans le Seigneur Jésus.

-9-18. Son aptitude à la domination.

3:1-4: 13. LA MISSION DE CHRIST.

3:1-6-. L'Apôtre et le Souverain Sacrificateur.

3:-6-19. Avertissement.

4:1-13. Le donneur de repos.

3: 1-6. L'APÔTRE, &C.

1. Christ.

2. Sa fidélité.

3. Plus grand que Moïse.

4. Raison.

5. La fidélité de Moïse.

6-. Le Fils.

3: -6-19. AVERTISSEMENT.

6. Condition d'appartenance à la maison du Seigneur.

7, 8. "N’endurcissez pas".

9. Provocation.

10. Dieu affligé.

11. Le serment de Dieu.

12, 13. Incrédulité.

14. Condition d'être participants du Christ.

15. "N’endurcissez pas".

16. Provocation.

17. Dieu affligé.

18. Le serment de Dieu.

19. Incrédulité.

4:1-13. LE DONNEUR DE REPOS.

1. Exhortation. "Craignons, de peur que".

2. Raison. La Parole de Dieu.

3, 4, 5. Le repos de Dieu et son caractère.

6, 7, 8. Un avenir de repos parfait.

9, 10. Repos pour le peuple de Dieu et son caractère.

11. Exhortation. "Travaillons, de peur que".

12, 13. Raison. Dieu et Sa Parole.

4:12, 13. RAISON. DIEU ET SA PAROLE.

12-. Dieu dont la Parole est merveilleuse.

-12-. Ce qu’est Sa Parole. Vivante, puissante, une épée tranchante.

-12-. Ce que fait Sa Parole. Pénètre, divise en partie.

-12 Ce qu’est Sa Parole. Une critique du cœur.

13. Dieu dont l'œil voit tout.

4:14-16. APPLICATION GÉNÉRALE.

14-. Notre grand Souverain Sacrificateur. Le Fils de Dieu.

-14. Exhortation basée sur cela.

15. Notre grand Souverain Sacrificateur. Le Fils de l'Homme.

16. Exhortation basée sur cela.

5:1-10. LE SACERDOCE DE CHRIST.

5:1-4. Sacerdoce en général. "Pour toujours" (Pas gar).

5:5-10. Christ appelé de Dieu selon l'ordre de Melchisédek.

5:11-6: 20 Digression avant de considérer Melchisédek comme un type.

7:1-28. Christ appelé selon l'ordre de Melchisédek.

8:1, 2. Sommation. Christ l'Antitype.

8:3-10: 18. L'efficacité du sacerdoce du Christ en particulier. "Pour toujours" (Pas gar).

5:1-4. SACERDOCE EN GÉNÉRAL.

1-. L'ordination du Souverain Sacrificateur.

-1. Son offrande pour les péchés.

2- Sa compassion pour les infirmités des autres.

-2. La raison ; ses propres infirmités.

3. Son offrande pour les péchés.

4. L'ordination du Souverain Sacrificateur.

5: 5-10. CHRIST APPELÉ DE DIEU SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDEK.

5, 6. Christ un Souverain Sacrificateur.

7, 8. Son salut et son obéissance.

9. Le salut et l'obéissance de son peuple.

10. Christ un Souverain Sacrificateur.

5:11-6: 20. DIGRESSION.

5:11-6: 3. Exhortation.

6:4-6. Le péril de l'apostasie.

6:7-20. Exhortation.

5:11-6: 3. EXHORTATION.

5:11. Personnel.

5:12-. Premiers principes.

5:-12. Lait et nourriture solide.

5:13, 14. Lait et nourriture solide.

6:1, 2. Premiers principes.

6:3. Personnel.

6:7-20. EXHORTATION.

7-11. Espoir basé sur l'illustration de la terre, et la pluie sur elle.

12-15. Les promesses et le serment.

16, 17. Le serment et les promesses.

18-20. Espoir basé sur l'illustration du ciel, et Jésus y étant entré.

7:1-28. SACERDOCE DU FILS (MESSIE) : SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDEK.

1-3-. La grandeur de Melchisédek. Plus grand que les prêtres lévitiques.

-3. Son sacerdoce n'est pas transmissible.

4-10. Plus grand qu'Abraham, et donc que Lévi.

11-14. Changement de sacerdoce. Changement de loi.

15-19. Changement de sacerdoce. Abrogation du commandement.

20-23. La grandeur du Seigneur. Le serment de Dieu.

24. Son sacerdoce est intransmissible.

25-28. La grandeur du Seigneur. Plus grand que les prêtres lévitiques.

8: 3-10: 18. L'EFFICACITÉ DU SACERDOCE DE CHRIST.

8: 3-6. Un ministère plus excellent. Une meilleure alliance sur de meilleures promesses.

8: 7-13. L’ancienne et la nouvelle alliance comparées et contrastées.

9: 1-5. Le sanctuaire terrestre est une copie du modèle céleste.

9: 6-10. Les offrandes.

9: 11-14. Un tabernacle plus grand et plus parfait. Son propre sang.

9: 15-23. L’ancienne et la nouvelle alliance comparées et contrastées.

9:24. Le sanctuaire céleste est le modèle de la copie terrestre.

9:25-10: 18. Les offrandes.

8:7-13. L’ANCIENNE ET LA NOUVELLE ALLIANCE COMPARÉES ET CONTRASTÉES.

7, 8. La Première Alliance est imparfaite.

9. La Nouvelle Alliance. Pas la même dans les personnes prenant part (Neg.).

10. La Nouvelle Alliance spirituelle (Pos.).

11. La Nouvelle Alliance. Pas la même en résultat (Neg.).

12. La Nouvelle Alliance spirituelle (Pos.).

13. La Première Alliance évanescente.

9:15-23. L’ANCIENNE ET LA NOUVELLE ALLIANCE COMPARÉES ET CONTRASTÉES.

15. L'Ancienne Alliance se rapporte à la promesse d'héritage éternel.

16. La mort nécessaire à sa construction.

17. Raison.

18. Le sang est nécessaire pour sa consécration.

19-23-. Raison.

-23. La Nouvelle Alliance portait sur les choses célestes elles-mêmes.

9:25-10: 18. LES OFFRANDES.

9:25. Les sacrifices annuels sont inefficaces. Parce que offerts souvent.

9:26-28. Le sacrifice du Christ est efficace. Une fois (hapax).

10:1-4. Le sacrifice annuel est inefficace. Offert en permanence.

10:5-10. Le sacrifice du Christ est efficace. Une fois pour toutes (ephapax).

10:11. Les sacrifices quotidiens sont inefficaces. Offerts souvent.

10:12-18. Le sacrifice du Christ est efficace. Après en avoir offert un, il s'est assis pour une continuation.

10:19-12: 29. APPLICATION PARTICULIÈRE.

10:19-23. L'exhortation à s'approcher en vue du fait que Christ est accessible et fidèle.

10:24, 25. Obligation d'accepter l'exhortation.

10:26-31. Avertissement en vue de Dieu étant le Dieu vivant.

10:32-37. Patience en vue de la promesse.

10:38, 39. Vivre selon la foi.

11:1-40. Exemples de foi.

12:1. Patience compte tenu des exemples.

12:2-4. Exhortation à écarter les exemples de l'exemple suprême.

12:5-24. Obligation d'endurer le châtiment.

12:25-29. Avertissement compte tenu du fait que Dieu est un feu qui consume.

11:1-40. EXEMPLES DE FOI.

1-7. Un groupe de trois. Abel, Énoch, Noé.

8-12. Abraham et Sara.

13-19. Réflexions générales.

20, 21. Isaac et Jacob.

22. Joseph.

23-28. Les parents de Moïse et Moïse.

29-31. Israël et Rahab.

32-38. Deux groupes. Foi conquérir par Dieu ; Foi souffrir pour Dieu.

39, 40. Réflexions générales.

12: 5-24. CHÂTIMENT.

5-11. Obligation d'endurer le châtiment.

12-24. Conseils et encouragements.

12:5-11. OBLIGATION D’ENDURER LE CHOIX.

5. Châtiment à ne pas mépriser.

6. Preuve d'amour.

7. Une marque de filiation. Positif.

8. L'absence de celui-ci. Négatif.

9-. Soumission aux pères terrestres.

-9. Beaucoup plus au Père des esprits.

10-. Les pères terrestres comme ils le trouvaient bon.

-10. Le Père céleste pour notre profit.

11-. Châtiment pour le présent douloureux.

-11. Les fruits après.

12: 12-24. CONSEILS ET ENCOURAGEMENTS.

12, 13. Les plus faibles à aider.

14-. La paix avec tous.

-14. Sainteté essentielle.

15-. Surveillance de l'échec.

-15. L'effet déterminant de l'amertume.

16, 17. L'avertissement de la déception d'Ésaü.

18, 19. L’horreur du Sinaï.

20, 21. Sa menace de mort.

22, 23. La bénédiction de la Jérusalem céleste.

24. Sa promesse de vie.

13:1-25. CONCLUSION PRATIQUE.

1-6. Exhortation.

7-9. Leurs enseignants. Les enseignements étranges ne sont pas rentables.

10, 11. Les serviteurs du tabernacle.

12-16. Les personnes sanctifiées.

17. Leurs enseignants. La désobéissance n'est pas rentable.

18-25. Demandes de fermeture et doxologie.