Les Églises Chrétiennes de Dieu

[200]

 

 

L'Amour et la Structure de la Loi [200] 

(Édition 2.0 19970830-19990610-20070709)

 

Cette étude s'intéresse à expliquer l'émanation de la Loi de la nature de Dieu. Elle traite de la structure de la Loi dans les Deux Grands Commandements et les Dix Commandements qui comprennent les deux commandements. L'Amour de Dieu et l'Amour du Prochain deviennent la base pour toutes les autres sous-structures de la Loi qui sous-tend les deux et les dix. De là, sur les Deux Grands Commandements dépendent toute la Loi et les prophètes.

                                          

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

(Copyright © 1997, 1999, 2007 Wade Cox)

(Tr. 2011, rév 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web à:
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

 

 

 L'Amour et la Structure de la Loi [200]

 

 

Dieu est Amour, comme nous le voyons dans 1Jean 4:8,16. 

1 Jean 4:7-21  Bien-aimés, aimons nous les uns les autres ; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. 8 Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. 9 L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. 10 Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. 11 Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. 12 Personne n’a jamais vu Dieu ; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous. 13 Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu’il demeure en nous, en ce qu’il nous a donné de son Esprit. 14 Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde. 15 Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. 16 Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour ; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. 17 Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde : c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement. 18 La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. 19 Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. 20 Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? 21 Et nous avons de lui ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. (LSG)

 

Ce texte dans 1Jean développe le thème que Dieu est amour et que l'amour du prochain est une démonstration de la perfection de l'amour de Dieu en nous, et le fait que Dieu demeure en nous. Nous voyons du texte que Dieu est amour et qu’aucun homme n'a jamais vu Dieu. Dieu a envoyé Son Fils dans le monde pour que nous vivions par lui.

 

À partir des études La Distinction dans la Loi (No. 96) et Le Gouvernement de Dieu (No. 174), nous voyons qu'il y a deux éléments de la Foi. Le premier est la connaissance de Dieu. C'est ce qu'on appelle la Théologia. Le deuxième élément est la connaissance de la volonté de Dieu. Cette volonté est une extension de Dieu en tant que Sa nature divine et est appelée l'économie du salut en tant que Son système de Loi-ordre. Cette Loi est la Loi d’Éloah (Esdras 7:14) et Il était l'objet de l’adoration et du sacrifice à Son Temple où Il avait fait résider Son nom (Esdras 6:8,9,10,12).

 

Ainsi, on parle du Seul Vrai Dieu (Jean 17:3) qui est entièrement singulier et qui est Éloah.

 

Nous savons aussi que Dieu est juste (Esdras 9:15), parfait (Matthieu 5:48), saint (Lévitique 19:02), bon (Ps. 34:8) et vérité (Deut. 32:4).

 

Nous savons que la Loi de Dieu est juste (Ps 119:172), parfaite (Ps. 19:7), sainte (Rom. 7:12), bonne (Romains 7:12) et vérité (Ps 119:142).

 

À partir de ces textes, on en déduit que la nature de Dieu se reflète dans Sa Loi. Ainsi, le fait que Dieu est amour doit refléter également que la Loi de Dieu est amour.

 

Dieu est immuable (Malachie 3:6). Dieu relie spécifiquement ce texte aux dîmes, parce que ce sont les dîmes que la plupart des gens pervertissent lorsqu’ils modifient le système que Dieu a établi. La dîme est un signe du retour à Dieu et la nation toute entière est maudite à partir de ce point, pour leur échec à observer la Loi.

 

Les élus participent à la nature de Dieu (2Pierre 1:4). Le monde est tenu d’observer les Lois de Dieu et est puni parce qu'ils n’observent aucune loi (Ps. 55:19 RSV ; voir l’étude La Distinction dans la Loi (No. 96)).

 

L'observance des Commandements de Dieu est essentielle à la connaissance et l'amour de Dieu (1Jean 2:3-4 ; 3:22 ; 5:3) et du Christ (Jean 14:15,21). Elle est également essentielle pour la réception et la conservation de l'Esprit Saint (Jean 14:21 ; 1Jean 3:24 ; Actes 5:32).

 

Enfreindre les Commandements de Dieu, ou enseigner leur violation ou relâchement, a été interdit par Christ (Matthieu 5:19). Ni la circoncision ni l'incirconcision ne comptent mais l’observation des Commandements de Dieu. La distinction dans la Loi mentionnée dans les textes tels que Galates 3:10 est traitée dans les études La Distinction dans la Loi (No. 96) et aussi dans Le Texte des Œuvres de Loi - ou MMT (No. 104).

 

Il y a une structure de la Loi qui montre tout l'aspect de l'amour de Dieu. Cet aspect de l'amour est identifié comme étant en deux aspects distincts de la Loi.

 

Le Christ a identifié la Loi comme étant fondée sur l'amour. 

Matthieu 22:34-40  Les pharisiens, ayant appris qu’il avait réduit au silence les sadducéens, se rassemblèrent, 35 et l’un d’eux, docteur de la loi, lui fit cette question, pour l’éprouver : 36 Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ? 37 Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. 38 C’est le premier et le plus grand commandement. 39 Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. (LSG)

 

De ce texte, nous voyons que la structure entière de la Loi et des prophètes dépend des Deux Grands Commandements. Ainsi, nous voyons que les Dix Commandements eux-mêmes sont structurés au sein de ces deux. Il existe donc une structure ou hiérarchie de la Loi qui sous-tend de ces deux commandements et procède à et transcende ensuite les Dix aux autres commandements. Par exemple, la fornication et l'homosexualité ne sont pas trouvées dans ou interdites par les Dix Commandements. Ils sont trouvés dans les sous-structures au sein de la Loi à l’extérieur d’eux, mais dépendant des Dix qui à leur tour dépendent des Deux Grands Commandements (cf. les études La Loi de Dieu (L1) et les Séries sur la Loi (Numéros 252-263)).

 

Le Premier Grand Commandement est trouvé dans Deutéronome 6:5. 

Deutéronome 6:5  Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. (LSG)

 

Le Deuxième lui est semblable. Ainsi, ils reflètent la même nature de Dieu et la même application de la Loi. Le Deuxième Commandement se trouve dans Lévitique 19:18. 

Lévitique 19:18 Tu ne te vengeras point, et tu ne garderas point de rancune contre les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Éternel. (LSG)

 

L'interprétation de ce texte dans un sens étroit a été faite par les rabbins de sorte qu'ils n’avaient pas à étendre les remèdes de la Loi aux Gentils : ainsi, ils ont perverti la Loi. Le système Catholique dominant a cherché à faire de même au Moyen Âge en déclarant que les contrats conclus avec les non-catholiques étaient inapplicables. Plus particulièrement, ils ont vendu des indulgences pour définir des valeurs pour des crimes non encore commis. Ceci, en soi, était une moquerie scandaleuse des Lois de Dieu.

 

Le Christ a répondu à ces arguments fallacieux juridiques dans des termes très francs.

Luc 10:25-37  Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? 26 Jésus lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ? Qu’y lis-tu ? 27 Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même. 28 Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras. 29 Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ? 30 Jésus reprit la parole, et dit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort. 31 Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. 32 Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. 33 Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit. 34 Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. 35 Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. (LSG)

 

Le Premier Grand Commandement est divisé en quatre éléments. Ceux-ci sont reflétés dans les quatre premiers commandements. On les trouve dans Exode 20 et aussi Deutéronome 5.

 Exode 20:1-11 Et Dieu prononça toutes ces paroles, en disant : 2 Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude.

 

[premier commandement] 3 Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi.  

[deuxième commandement] 4 Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. 5 Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, 6 et qui fais miséricorde jusqu’en mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements.   

[troisième commandement] 7 Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain. 

[quatrième commandement] 8 Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. 9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. 10 Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. 11 Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié. (LSG)

 

L'Église Catholique Romaine cherche à fusionner le Deuxième avec le Premier Commandement et ainsi à obscurcir l'intention du Deuxième. Cela leur en laisse seulement neuf : donc, ils divisent le Dixième en deux en utilisant la version dans le Deutéronome qui a le mot femme devant maison et, ainsi, le Dixième Commandement concernant le fait de convoiter est fait en deux commandements – l'un au sujet du fait de convoiter des femmes et l'autre du fait de convoiter des biens. Malheureusement, la version dans l'Exode l’expose pour le simulacre qu'il est, puisque femme est placée après maison montrant que le Dixième est un commandement sur ​​la convoitise. Nous l’examinerons ci dessous.

 

Le commandement d'aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ta pensée et de tout ton être ou âme est ainsi expliqué par les quatre premiers des Dix Commandements.

 

Ces quatre commandements ont sous-tendu d'eux un certain nombre d'aspects de la Loi qui dépend, ou donne un sens à, leur application. Ainsi, les Dix Commandements ne sont pas seuls, et la Loi n'est pas divorcée d’eux. De cette façon, comme Christ a dit, pas un seul iota ou un trait (c'est à dire la plus petite virgule ou marque de notation utilisée dans le texte pour le mettre par écrit), ne passera de la Loi jusqu'à ce que tout soit accompli.

Matthieu 5:17-20  Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18 Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. 19 Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. 20 Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. (LSG)

 

Ce texte nous dit que Christ est obéissant à Dieu et que la Loi donnée au Sinaï sera utilisée pour amener le monde au repentir et au jugement. Elle demeure ainsi en tout temps, de la création physique. Les arguments chrétiens modernes contre la Loi sont ainsi faux.

 

La hiérarchie de la Loi est basée ainsi sur une sous-structure qui fonctionne comme suit :

·      Premier Grand Commandement

·      Premier Commandement

·      Deuxième Commandement

·      Troisième Commandement

·      Quatrième Commandement.

 

Le Premier Commandement a été examiné dans l'étude Le Premier Commandement : le Péché de Satan (No. 153) et La Loi et le Premier Commandement (No. 253).

 

Le premier commandement concernant de n’avoir aucun autre élohim devant Éloah est très étendu comme le sont tous les commandements.

 

Les lois relatives même au port des rubans bleus sur les vêtements sont identifiées comme une partie indispensable de ce commandement (voir JR Rushdoony, The Institutes of Biblical Law, Presbyterian and Reformed Publishing Company, 1973, p. 22) ; (cf. aussi l’étude Les Rubans Bleus (No. 273)).

 

Le Premier Commandement est ainsi structuré comme suit :

 

Premier Commandement :

Tu n'auras pas d'autres élohim devant moi.

 

Sous-structure :

Le Shema et les principes de la sous-structure du Décalogue.

Deutéronome 6:4-9  Écoute, Israël ! l’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel. 5 Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. 6 Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton cœur. 7 Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. 8 Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux. 9 Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. (LSG)

 

Ainsi, les dix dépendent du Premier Commandement, et le premier sous-tend du Premier Grand Commandement. Ce premier élément du Premier Commandement, alors, a ces structures qui le rendent une matrice liée à tous les autres. Celles-ci sont : 

·      L'engagement total physique, intellectuel et spirituel pour le Seul Vrai Dieu, Éloah, qui est le Père.

·      Cet engagement se manifeste dans :

·      La Tenue Vestimentaire

·      La Conduite

·      L’Adoration

·      La Loi doit être intériorisée dans le cœur et, de là, reflétée dans le discours et les actions.

·      Elle doit être enseignée aux enfants sur une base continue, à la fois à la maison et à l'extérieur de celle-ci.

 

La Loi elle-même doit devenir un signe du peuple de l'alliance de Dieu.

 

Le principe de base du Shema est reflété dans l'aspect singulier de Dieu – Shema Israël Yahovah Elohenu Yahovah Ehad (cf. Companion Bible et les commentaires de la Soncino).

 

Ce concept exclut la Trinité en tant que l’adoration légitime. Rushdoony échoue à appréhender cet aspect (voir ibid., p. 16).

 

La conséquence pour la Philosophie de la Loi et de la structure de loi est qu'il n'y a qu'une seule Loi-ordre possible et cela signifie Un Dieu : Une Loi. Le polythéisme permet des systèmes légaux multiples, car il n'est pas un univers comme émanant de Dieu et donc les lois sont appropriées. La Loi émane de la nature de Dieu comme nous l’avons vu et, par conséquent, il n'y a qu'une seule Loi-ordre possible. Ainsi, un changement de loi implique un changement dans la nature de Dieu et Dieu a dit par Ses serviteurs les prophètes qu'Il ne change pas (Malachie 3:6). Par conséquent, Sa Loi ne change pas, ni, heureusement, Ses promesses.

 

La Philosophie du Droit de l'Homme se base sur le Positivisme et n'a donc aucun absolu. Elle tente d'imposer un système juridique international sur la planète, qui est basé sur la structure d’aucun absolu et est voué à l'échec. La lutte pour le contrôle du système juridique international est donc considérée comme essentiellement une dispute politico-religieuse. Afin de rendre le Nouvel Ordre Mondial acceptable, il ne peut y avoir aucun absolu religieux et, donc, la théologie de processus moderne du système du Nouvel l'Âge à multiples facettes est avancée. Elle prétend qu'il n'y a aucune vérité absolue dans n’importe quel sens et refuse ce droit à tout système religieux. Ainsi, il peut n’y avoir aucune activité missionnaire permise à aucun du système. Cela est par nature vicié et se traduira par la guerre et la destruction finale de la planète. C'est la culmination finale de la guerre commencée dans les cieux sous l'Armée déchue. Ainsi, le Shema est au centre de la structure sur les deux plans d'existence. Il n'y a qu'une seule Loi et une ordonnance et une vérité (voir l’étude La Vérité (No. 168)) et tout le reste doit être rejeté.

 

La deuxième partie du Shema est reprise dans Deutéronome 10:12-13.

Deutéronome 10:12-13  Maintenant, Israël, que demande de toi l’Éternel, ton Dieu, si ce n’est que tu craignes l’Éternel, ton Dieu, afin de marcher dans toutes ses voies, d’aimer et de servir l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme ; 13 si ce n’est que tu observes les commandements de l’Éternel et ses lois que je te prescris aujourd’hui, afin que tu sois heureux ? (LSG)

 

Ainsi, le service de Yahovah était dans la crainte de marcher dans toutes Ses voies, de l'aimer et de le servir et d’observer les Commandements et les statuts de Yahovah pour notre propre bien.

 

Ainsi, la Loi confère un bénéfice à l'humanité. L'homme ne fait pas une faveur à Dieu en observant la Loi. Il se bénit lui-même en prenant la nature de Dieu et en Le servant afin que Dieu puisse devenir tout en tous (cf. Éph. 4:6).

 

L'amour de Dieu se reflète également dans nos relations les uns avec les autres dans le culte et non pas seulement dans notre vie quotidienne. L’adoration dans une langue inconnue (1Cor. 14) est donc une violation du Premier Commandement.

 

L’infraction se produit également avec l’adoration qui manque la proclamation fidèle de la Parole de Dieu. Ainsi, les prières formées et dénuées de sens et la répétition enfreignent le Premier Commandement. Ceci fait suite à l'exigence suivante, qui est l'éducation du peuple de l'alliance, dans l'exigence de l’alliance Loi-ordre telle qu’exprimée dans l'Écriture Sainte. La réponse à la grâce est l’observance de la Loi (voir l'étude La Relation entre le Salut par la Grâce et la Loi (No. 82)). L’éducation des élus est basée sur le fait que Dieu nous a rachetés de l'esclavage et afin qu'Il puisse nous garder en vie. Il nous a commandés de faire tous ces statuts en craignant Dieu pour notre bien pour toujours (Deutéronome 6,20-25). Cette activité provient de Son amour pour nous. Rushdoony dit de ce texte dans Deutéronome 6:20-25 (en particulier le verset 24) que "rien ne justifie pour le mettre de côté que ce soit dans l'Ancien ou dans le Nouveau Testament" (Rushdoony, ibid., p. 23).

 

Sur les bases du relativisme ou de la loi pragmatique (qu'il s'agisse du positivisme ou du relativisme ou de l'existentialisme ou de tout autre type de processus de théologie) il ne peut y avoir aucun motif pour l'unification sous la loi. Un tel argument ne s’appuie que sur la coercition de l'individu parce qu’il n'y a pas de système loi-ordre absolue. Ainsi, l'anarchie doit en résulter et il ne peut y avoir aucun amour entre l'humanité. Il n'y a aucun pont entre les individus autre que la force. L'amour n'est pas plus valable que la haine. De cette façon, logiquement, il ne peut y avoir aucun crime dans le meurtre et les Commandements sont jetés à terre un à un. Chaque homme est sa propre loi quand il n'y a aucune loi absolue. Dans les temps des Juges, chaque homme faisait ce qui était juste à ses propres yeux (Juges 21:25 ; cf. 17:6 ; 18:1 ; 19:1). Ils avaient rejeté Dieu comme roi et ils n'avaient pas encore vu la logique de leur situation délicate. Cependant, ils ne sont pas retournés à Dieu. Ils ont demandé un roi physique et ont dégénéré sous les caprices de ce système.

 

Cette rupture dans l'ordre social est actuellement en cours parmi les peuples anglophones. Leur capacité d’exister en tant qu’un peuple libre est sérieusement mise en doute. Les églises se sont effondrées dans l'anarchie aveugle par l’échec de comprendre l'unité essentielle de la vérité et de Dieu. La Loi est cohérente parce que Dieu est Un et la vérité est Une. La Loi de Dieu est un tout unifié. Le Christianisme l’a pervertie et le Trinitarisme ne comprend pas son rôle dans cette affaire (voir e.g. Rushdoony, pp. 18-19).

 

On ne peut pas aimer Dieu sans l'obéissance et l’observation de Ses Commandements. En demeurant fidèles, ils sont la preuve d'amour. Ainsi, faire quelque chose de bien n'a aucune valeur en soi à moins que l'amour intrinsèque de Dieu ne soit l'élément central. L'amour est que nous gardons les Commandements de Dieu (cf. Darby, Sur la loi, pp. 3-4).

 

Le concept selon lequel la Loi, en soi, peut donner le salut est l'erreur du légalisme qui a provoqué la chute de Juda.

Jean 5:30-47  Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. 31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. 32 Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. 33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. 34 Pour moi ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés. 35 Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. 36 Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé. 37 Et le Père qui m’a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez point vu sa face, 38 et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé. 39 Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. 40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! 41 Je ne tire pas ma gloire des hommes. 42 Mais je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu. 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? 45 Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. 46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit de moi. 47 Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? (LSG)

 

Jean 5:42 montre que c’est l'amour de Dieu qui n'est pas en eux et donc, ils ne peuvent pas entendre Moïse et ils pervertissent l'intention de la Loi telle que donnée à Moïse. Christ lui-même dit que la vie éternelle ne repose pas dans les Écritures Saintes. La vie éternelle est la connaissance du Seul Vrai Dieu et de Jésus Christ qu'Il a envoyé (Jean 17:3). Ainsi, la connaissance de Dieu est la condition sine qua non. La gloire qui vient l’un de l'autre n'est pas la gloire qui vient du seul Dieu. Christ a dit que le Père était le seul Vrai Dieu à partir de ce texte à Jean 5:44. De l'échec de Juda, Moïse les accuse au Père par leur perversion de Sa Loi telle que donnée à Moïse par le Messie.

 

Notez aussi que Christ déclare clairement qu’aucun homme n'a entendu la voix de Dieu à aucun moment. Qui, alors, a parlé lors du baptême de Christ ? (Matthieu 3:17 ; Marc 1:11). Cela peut avoir été soit l'un des Archanges qui parle pour le Père soit l’Esprit Saint impressionnant sur l'esprit des gens là, un concept qu'ils ont entendu comme une voix.

 

La promesse faite aux descendants d'Abraham n'a pas été faite dans le concept d’observance de la Loi, mais à travers le concept de foi. Dieu est amour et la liberté inhérente dans la Loi nous rend justifiés par la foi et attachés à Dieu dans l'Esprit Saint. De ce processus, nous voyons la promesse faite à Abraham héritée dans les élus par la foi.

 Romains 4:13-25 En effet, ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c’est par la justice de la foi. 14 Car, si les héritiers le sont par la loi, la foi est vaine, et la promesse est anéantie, 15 parce que la loi produit la colère, et que là où il n’y a point de loi il n’y a point non plus de transgression. 16 C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous, 17 selon qu’il est écrit : Je t’ai établi père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient. 18 Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu’il devint père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité. 19 Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants. 20 Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, 21 et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir. 22 C’est pourquoi cela lui fut imputé à justice. 23 Mais ce n’est pas à cause de lui seul qu’il est écrit que cela lui fut imputé ; 24 c’est encore à cause de nous, à qui cela sera imputé, à nous qui croyons en celui qui a ressuscité des morts Jésus notre Seigneur, 25 lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification. (LSG)

 

Nous sommes justifiés par la résurrection de Jésus-Christ, que Dieu a ressuscité ; pour notre foi en Celui qui a ressuscité Jésus-Christ des morts. Christ a été mis à mort pour nos péchés et ressuscité pour notre justification.

 

Donc, ce n’est pas par nos propres actes que nous sommes sauvés. Paul explique la question complexe de la grâce salvatrice de Jésus-Christ dans Romains 5:1-21.

Romains 5:1-5  Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, 2 à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu. 3 Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, 4 la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance. 5 Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. (LSG)

 

Ici, dans cette première section, Paul nous montre que c'est parce que nous sommes justifiés par la foi que nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ. C’était par Christ que nous avons obtenu l'accès à la grâce sur laquelle nous nous trouvons. Notre espoir est dans le partage de la vie éternelle dans la gloire de Dieu, comme Christ le mentionne dans Jean 17:3,5,24.

 

Nous apprenons l'endurance par les choses que nous souffrons comme Christ a appris l'endurance par ce qu'il a souffert.

 

Nous ne sommes pas déçus dans notre espérance car l'amour de Dieu est répandu en nous par l'Esprit Saint.

 Romains 5:6-11 Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. 7 À peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. 8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. 9 À plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. 10 Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. 11 Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation. (LSG)

 

Nous avons été réconciliés à Dieu par la mort du Christ lorsque nous étions encore des ennemis. Pourquoi ? Parce que la chair est inimitié envers Dieu (Rom. 8:7). Nous allons voir comment cela fonctionne. Le péché est entré dans le monde par la désobéissance d'un seul homme – Adam. Cependant, cela s'est étendu à tous les hommes parce que tous ont péché.

 

Ceci a d’énormes implications pour la doctrine du péché originel. Cette doctrine a été examinée séparément (cf. La Doctrine du Péché Originel Partie 1 : Le Jardin d'Éden (No. 246) et La Doctrine du Péché Originel Partie 2 : Les Générations d'Adam (No. 248)).

Romains 5:12-14 C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,… 13 car jusqu’à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n’est pas imputé, quand il n’y a point de loi. 14 Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. (LSG)

 

Le péché était dans le monde, et cependant, il n'est pas compté là où il n'y a aucune loi. Il y avait le péché et, ainsi, la Loi doit avoir existé comme une base inhérente de la création et l'organisation de la planète. Ce péché était là – même sur ceux dont les péchés ne sont pas comme le péché d'Adam.

 

Romains 5:15-17 Mais il n’en est pas du don gratuit comme de l’offense ; car, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus-Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. 16 Et il n’en est pas du don comme de ce qui est arrivé par un seul qui a péché ; car c’est après une seule offense que le jugement est devenu condamnation, tandis que le don gratuit devient justification après plusieurs offenses. 17 Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus-Christ lui seul. (LSG)

 

Le péché d'Adam et la condamnation de la planète devaient montrer que le salut de la planète pouvait aussi être réalisé par un homme – Jésus-Christ. Car sans la compréhension de l'échec du premier Adam, nous ne pouvions pas comprendre le salut dans la réussite du deuxième Adam. Le salut du Christ par le don et la grâce de Dieu nous a permis d'accomplir une relation plus élevée avec le Père dans la Loi parfaite de liberté.

 

Romains 5:18-21 Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. 19 Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes. 20 Or, la loi est intervenue pour que l’offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, 21 afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur. (LSG)

 

Ainsi, par l'obéissance est venu le salut et, par grâce, ce don du salut a été étendu à tous afin que nous puissions vivre à la gloire de Dieu dans l'obéissance que nous trouvons par la grâce de Dieu. Nous constatons que nous pouvons être obéissants parce que l'amour de Dieu nous est versé dans l’Esprit Saint (Rom. 5:5).

 

Qu'est-ce donc, pouvons-nous continuer dans le péché parce que la grâce abonde ? En aucun cas. Nous sommes morts au péché. Comment pouvons-nous y vivre ? Et le péché est la transgression de la Loi. 

Romains 6:1-4 Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? 2 Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? 3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? 4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. (LSG)

 

Nous avons été baptisés dans la mort du Christ. Par conséquent, le vieil homme qui était mort à Dieu et à la vie éternelle a été rendu à la vie à l'amour de Dieu. Christ a été ressuscité en tant qu’un fils de Dieu avec puissance par sa résurrection des morts (Romains 1:4). Il a été ressuscité, tel que nous le voyons, des morts par la gloire du Père et par aucune puissance qui lui appartienne. Ainsi, également sommes-nous faits pour marcher en nouveauté de vie par la gloire du Père qui habite maintenant en nous par la puissance de l'Esprit Saint.

 

Nous sommes morts au péché en Christ, afin que le corps ne soit plus asservi au péché comme le corps de péché est détruit ; le Christ est mort au péché une fois pour toutes. La vie qu'il vit, il vit à Dieu. De même, nous vivons à Dieu étant morts au péché et vivants à Dieu en Christ Jésus (Romains 6:5-11).

Romains 6:12-14  Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. 13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité ; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. 14 Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce. (LSG)

 

 L'amour de Dieu est maintenant en nous par Sa grâce, et nous sommes capables ainsi d'être obéissants jusqu'à la mort comme nous ne sommes plus sous l'esclavage du péché.

 

Alors, devons-nous pécher ? Non. Le péché est la transgression de la Loi. Ainsi, nous sommes obéissants à Dieu comme esclaves de Dieu. Si nous péchons, nous sommes esclaves de la chair et du péché et, par conséquent, nous sommes soumis à la mort. Nous sommes des esclaves à l'obéissance, ce qui conduit à la justice (Rom. 6:15-17). Mais, l'obéissance à quoi ?

Romains 6:17-19  Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de cœur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. 18 Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. – 19 Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. –De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité, pour arriver à l’iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté. (LSG)

 

La droiture est la justice et la justice est l'obéissance aux Lois de Dieu par la puissance de l'Esprit Saint. Nous ne pouvons pas retourner à ces choses dont nous avions honte car leur fin est la mort (Romains 6:20-21).

 

Nous avons été libérés du péché et octroyés du don de la vie éternelle. Ce don découle de la connaissance de Dieu et de Son Fils, Jésus-Christ.

Romains 6:22-23 Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. 23 Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. (LSG)

 

Nous sommes maintenant morts à la Loi de telle sorte que nous ne servons pas sous l'ancien code écrit mais sous l'esprit de la Loi (Rom. 7:4-6).

 

À travers la Loi, nous comprenons le péché. La convoitise elle-même ne vient pas d'une compréhension de la Loi. La connaissance de ce que cela signifie d'être cupide vient d'une compréhension de la Loi. La puissance de ne pas être cupide ne vient pas de la Loi mais de la grâce de Dieu qui a donné l'Esprit Saint afin que l'amour de Dieu demeure en nous. Comment pouvons-nous aimer notre prochain, si nous convoitons ce qui est à lui ? Si nous convoitons ce qui est à notre voisin, nous envions et ensuite nous assassinons et volons. Si nous plaçons autre chose au-dessus des Lois de Dieu, alors nous sommes en infraction du Premier Commandement et, alors, toute la Loi est violée. Sans l'Esprit Saint, le péché qui vient de l'iniquité de l'esprit trouve l'occasion et tue l'individu parce que, sans l'amour de Dieu dans l'Esprit Saint, le péché surmonte la capacité de l'individu à obéir à la Loi.

 

La Loi, alors, n'est pas le problème ; c'est la faiblesse de l'individu qui ne peut pas vaincre le péché sans la puissance de l'Esprit Saint donné par l'amour de Dieu par l'obéissance de Son Fils. La Loi est sainte et les Commandements sont saints, justes et bons, parce que Dieu est saint, juste et bon.

Romains 7:12 La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. (LSG)

 

Paul ne pouvait pas entièrement vaincre le péché. La convoitise de la chair combat avec les désirs du cœur et l'amour de Dieu dans l'Esprit Saint. 

Romains 7:13-25  Ce qui est bon a-t-il donc été pour moi une cause de mort ? Loin de là ! Mais c’est le péché, afin qu’il se manifestât comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et que, par le commandement, il devînt condamnable au plus haut point. 14 Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle ; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. 15 Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. 16 Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. 17 Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi. 18 Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair : j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. 19 Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. 20 Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi. 21 Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. 22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur ; 23 mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.24 Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?… 25 Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur !… Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. (LSG)

 

Ce n'est pas par notre propre puissance que nous vainquons le péché, mais par la puissance de l'Esprit Saint agissant en nous. Il n'y a aucune condamnation pour ceux qui sont en Christ. Est-ce que cela signifie qu'ils ne sont plus sous l'exigence d'obéir à Dieu comme Il a donné Sa Loi de liberté au Messie et par Moïse ? Les Lois du Temple et le sacrifice sont renoncés étant accomplis une fois pour toutes en Jésus-Christ. Les Lois de l'adoration de Dieu ne sont donc pas accomplies. Tout le problème vient de l'esprit. Mettre l'esprit à l’affection de la chair c'est la mort mais mettre l'esprit à l’affection de l'Esprit est vie et paix (Rom. 8:6).

 

Nous ne sommes pas dans la chair, nous sommes dans l'esprit.

Romains 8:9-17  Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. 10 Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. 11 Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. 12 Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. 13 Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, 14 car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. 15 Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! 16 L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. 17 Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui. (LSG)

 

Comment alors devons-nous nous régenter ? Est-ce d'être comme le vieil homme mort à la gloire de Dieu et à la puissance de la résurrection ? Non. Nous sommes enfants de Dieu et héritiers de Dieu en tant que cohéritiers avec Christ. Ainsi, il doit y avoir un but dans la Loi de Dieu qui procède de Sa nature même.

 

Les antinomiens voudraient que nous nous débarrassions de la Loi, en soutenant qu'elle a été clouée à la croix, de Colossiens 2:14. Mais nous savons que ce qui a été cloué sur la croix était le cheirographon ou la facture de l'endettement qui venait de nos transgressions. Ce n'était pas la Loi de Dieu elle-même qui était sainte, juste et bonne.

 

Comment, alors, devons-nous procéder ? Qu’est-ce qui est exigé de nous ?

 

Nous constatons que les Lois de Dieu reposent sur les Deux Grands Commandements (cf. les études Le Premier Grand Commandement (No. 252) ; Le Deuxième Grand Commandement (No. 257)). Ceux-ci sont subdivisés dans les quatre et les six. À partir des quatre et des six, les ordonnances qui régentent la société selon la volonté de Dieu, sont réglementées selon l'amour de Dieu, et cela est interprété par la puissance de l'Esprit Saint vivant en nous. Par cette puissance de l'Esprit de Dieu, à la fois Dieu et le Christ vivent en nous et Dieu devient tout en tous (Éph. 4:6).

 

La Philosophie de la Loi Biblique assume ainsi la réglementation de la société. Mais il n’y a qu’une seule structure par laquelle la Loi de Dieu puisse être interprétée et par laquelle elle peut opérer. Elle ne change pas, car Dieu ne change pas (Malachie 3:6). Ainsi, il ne peut y avoir qu'un seul système pour réglementer la société de Dieu.

 

Nous constatons de cette structure qu’une autre trans-structure émane de la matrice des Commandements de Dieu.

 

Nous constatons que les piliers de la loi sont personnifiés dans les Commandements et les ordonnances qui forment la sous-matrice des Deux Grands Commandements et des Dix Commandements de Dieu.

 

Nous constatons que le système politico-religieux est enchâssé, découlant du Premier Grand Commandement. À partir des Lois de Dieu en rapport à Son adoration et obéissance, nous régentons le calendrier et notre vie quotidienne à partir des Premier, Deuxième, Troisième et Quatrième Commandements.

 

Notre environnement est également régi par notre nourriture consommée sous Sa Loi et par Son autorité conformément à ces lois.

 

La loi pour la famille découle des Cinquième, Sixième, Septième et Dixième Commandements spécifiquement et comme interprétée par les autres par rapport à l'ensemble des sous-ordonnances.

 

Le crime et le châtiment (ou loi pénale) sont régentés selon le système qu’Il a fixé. La punition cruelle et contre nature est interdite conformément aux Lois de Dieu.

 

La Loi d'équité est également régentée par la structure foncière et sociale. Le commerce est réglementé par les règles se rapportant à la dette et à l'usure et l’acception de personnes.

 

Afin de comprendre la sous-structure de la Loi et la manière dont la société est réglementée, il est nécessaire de développer la Philosophie de la Loi Biblique dans son intégralité.

 

Cela peut seulement être fait par l'exposition minutieuse de la structure entière de la Loi au cours des années de Sabbat commençant par le Premier mois (Abib/Nisan) des années Sacrées 1998, 2005, 2012, 2019 et 2026.

 

La Lecture de la Loi était la tâche la plus importante menée par les sacrificateurs dans l'année de Sabbat du système du Jubilé. Ces années se sont produites tous les sept ans dans les septième, quatorzième, vingt et unième, vingt-huitième etc. années du cycle jusqu'à la quarante-neuvième année. Au jour des Expiations dans la quarante-neuvième année, le Jubilé a été soufflé et a duré jusqu'au Jour des Expiations suivant de la cinquantième année quand la restauration entière du nouveau système a été affectée et commencée de nouveau pour la récolte de la première année du nouveau Jubilé (cf. les études La Loi de Dieu (L1) et la série sur la Loi (Numéros 252-263)).

 

Dieu nous a donné Son Esprit afin que nous puissions voir comment nous pouvons faire fonctionner le système correctement quand nous avons un véritable amour engendré par l’Esprit pour Lui et pour les uns les autres en tant que de vrais fils de Dieu. On nous donne le contrôle de la planète dans le système millénaire afin que nous puissions montrer à l'Armée déchue comment cela aurait dû être fait selon la volonté de Dieu notre Père (cf. Apo. 20:4-6).

Apocalypse 20:4-6 Et je vis des trônes ; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. 5 Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. C’est la première résurrection. 6 Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans. (LSG)

 

Nous régnerons avec Christ pendant mille ans et dirigerons la planète selon la Loi-ordre donnée par le Christ à Moïse au Sinaï. Dieu n'a pas donné à Moïse de mauvaises cartes quand il a publié la Loi. Pas un seul iota ou un trait, en d'autres termes, pas la plus petite partie de la Loi ne passera de la Loi jusqu'à ce que tout soit accompli (Matt. 5:18 ; Luc 16:17). Nous ferons fonctionner la planète conformément aux Lois de Dieu pendant la période entière de 1000 ans en utilisant l'Esprit de Dieu qui sera rendu disponible à l'humanité sous la supervision de Christ et de l'Église. Tout sera accompli seulement lorsque Dieu dirigera à partir de la Terre dans la Cité de Dieu, en chacun de nous, en tant que Dieu (voir l'étude La Cité de Dieu (No 180)).

 

 

q